Version classiqueVersion mobile

Modes de lecture dans l’Europe des Lumières

Lectures entrecoupées : la logique de la périodicité et la logique de l’alphabet

Interrupted reading: periodical and alphabetical systems

Jens Häseler

Résumé

Face à la multiplication des textes imprimés, l’extension des connaissances et la lente compartimentalisation des sciences, de nouvelles formes de présentation des savoirs surgissent au dix-huitième siècle. Deux formes de publication sont particulièrement représentatives de l’éclatement du système du savoir et des stratégies nouvelles de publication : la publication périodique des revues et celle dans l’ordre de l’alphabétique des dictionnaires. Toutes deux invitent les lecteurs à suivre un rythme entrecoupé de lecture. La loi de cohésion est remplacée soit par la valeur de la nouveauté, soit par la place facilement identifiable dans l’ordre de l’alphabet (et le système des connaissances). La variété des genres textuels utilisés et le mode de lecture — par petit morceaux — rapproche les publications périodique et alphabétique. Une analyse synchronique, en l’occurrence de certaines années du Journal encyclopédique et de lEncyclopédie permet de voir les parallèles. Le Siècle des lumières apparaît dans ce sens comme l’époque de la diversification radicale des modes de lecture... et d’écriture

Texte intégral

1Le progrès de l’imprimerie entraîne une multiplication des textes disponibles aux lecteurs. Le progrès des sciences — notamment au XVIIe siècle — s’exprime par le renouvellement des connaissances et l’extension des matières traitées. Les découvertes nouvelles, la soif de connaissances et leur propagation sont sans doute l’un des facteurs du mouvement qu’on désignera plus tard comme « philosophique ». Il parait évident que la propagation des connaissances suppose leur réception, notamment par la voie de la lecture. Or, les modes de lecture dépendent des types de textes qui lui sont soumis. Les poèmes ou les paroles d’une pièce de théâtre — lues sans doute à haute voix — diffèrent d’objets de lecture en prose, tels que récits littéraires, essais philosophiques, descriptions géographiques, nouvelles politiques ou démonstrations physiques. Inversement il est clair, je crois, que les auteurs s’orientent largement sur les attentes de leurs lecteurs en essayant d’adapter leur « récit » aux habitudes de lecture des destinataires. L’exemple classique du changement de registre est celui de Fontenelle adaptant l’explication de la philosophie cartésienne aux salons ou celui de Voltaire propageant le newtonianisme parmi le public non initié aux mathématiques.

  • 1 Nous en avons étudié l’utilisation systématique dans : « Intégration ou conquête : le public franco (...)

2Ce jeu d’influences entre la tradition des genres de textes préexistants et les habitudes de lecture qui en peuvent changer le caractère ne se manifeste d’abord que dans certaines réactions de lecteurs, explications d’auteurs — dans des « Avis aux lecteurs » ou dans la rubrique du courrier dans les périodiques1 —, il peut aussi se manifester dans les moments de rupture d’une tradition textuelle. L’analyse contrastée d’une revue savante et de l’Encyclopédie est la piste que nous avons choisie pour suivre l’évolution de stratégies de présentation du savoir et de modes de lectures au milieu du XVIIIe siècle.

I

3Voici un exemple légèrement fictif. En janvier de 1756 un lecteur avide de journaux récents qui feuilletait une nouvelle brochure in-12 de douze feuilles s’arrêtait au milieu et trouvait une ode « Sur la mort ». Sujet bien triste pour un journal :

  • 2 Journal encyclopédique (désormais : JE), I, ii (15 janvier 1756), p. 53.

Ciel ! il est donc vrai : peu d’années.
Peut-être peu de jours, peut-être peu d’instans,
Ameneront ce point Marqué des destinées,
Qui pour moi finira le tems.
Soleil, que tant de fois mes yeux ont vu renaître,
Tu vas a mes regards pour jamais disparaître :
Terre sur moi tu vas crouler.
Tout l’Univers m’échappe, et me livre à l’abîme ;
J’y touche, le torrent entraine la victime
Sous le coup qui va l’immoler2.

4Le Moi lyrique bien que presque mort continue sur trois bonnes pages d’exprimer douleurs et angoisses interrompu, tout d’un coup, par la confiance métaphysique en Dieu :

  • 3 Ibid., p. 54.

De ce souffle actif qui m’anime,
Qui vit, qui pense en moi, quel sera le destin ?
Du pouvoir de la mort trop illustre victime,
Pourroit-il fondre dans son sein ?
Dans le sein de la mort ! lui dont l’intelligence
Embrasse l’univers, fonde sa propre essence,
Lui qui connoit le Dieu vivant !
Non, non, qui te connoit sans fin te doit connoître,
Dieu des Dieux ! Ton idée attachée à mon être
Le munit contre le Néant3.

  • 4 Ibid., p. 56.
  • 5 Du 21 décembre 1755, voir : BestD6643 qui signale l’impression de la lettre dans le Journal hélvéti (...)
  • 6 Pour les grandes lignes de la critique littéraire dans le JE et l’attitude envers les romans anglai (...)

5Le journaliste en guise de commentaire loue le poète comme « philosophe chrétien, véritablement pénétré des vérités éternelles qu’on ne doit jamais perdre de vue ; leçon utile et frappante pour ces prétendus esprits forts, qui travaillent sans cesse à se rendre célèbres par des systèmes hardiment impies qu’ils osent appeller la Religion naturelle ; qui prétendent nous rassurer sur l’avenir, sans chercher eux-mêmes à le connoître, ni les heureux moyens d’en jouir4 ». Le lecteur qui se sent peut-être consolé, peut-être un peu perplexe continue la lecture et se fait renseigner sur les derniers spectacles présentés à Londres, à Vienne, à Berlin et à Paris dont quelques-uns sont longuement résumés, d’autres seulement annoncés. Au cas où le lecteur déjà fatigué avait besoin de conseils fortifiants, il trouverait sous la rubrique Médecine une description pour l’utilisation de l’opium suivant le docteur Lorry de Paris avec le récit de certaines expériences cliniques. La présentation d’autres découvertes récentes en histoire naturelle est suivie d’Annonces, Avis et Relations divers qui, avant de fournir les dernières nouvelles du conflit anglo-français au sujet du Canada, attirent l’attention du lecteur sur une lettre de Voltaire à l’Académie française5 dans laquelle il désavoue « L’Histoire prétendue de la guerre de 1741 ». — Jusqu’ici, pour un lecteur un peu versé en nouveautés littéraires, la brochure se présente comme un mélange entre l’un des Mercures et une gazette politique. Cette impression est renforcée par plusieurs résumés de romans anglais qui précèdent l’ode « Sur la mort ». Ces résumés rapides présentent les personnages et la trame du roman ajoutant un jugement souvent expéditif sur les qualités littéraires de la nouveauté sans pour autant fournir les échantillons « agréables » aux lecteurs à la manière des compilations périodiques6.

  • 7 JE, I, i (premier janvier 1756), p. 31-32.

6Le seul article long, détaillé et un peu surprenant est celui qui figure au début de la brochure. Le journaliste commence : « Nous revenons à cet excellent ouvrage, autant pour remplir nos engagements, que pour en présenter toute l’utilité qui auroit pu échaper dans un extrait trop resserré. » (p. 3) Le lecteur surpris aura compris qu’il a manqué les feuilles précédentes et qu’il devra se les procurer pour comprendre le sens des louanges qui sont données d’avance aux « Pensées sur l’interprétation de la Nature, par Mr. Diderot7 ». À la différence d’un extrait classique de revue savante, aucune information sur le type d’ouvrage, sa structure et les références bibliographiques n’est donnée. Le journaliste reprend à son compte l’argumentation de Diderot pour convaincre son lecteur de la nécessité et de la possibilité de perfectionner l’art expérimental, voie royale dans l’avancement des sciences. Or, pour éviter tout ce qui pourrait retarder cet avancement :

il falloit d’abord dépouiller l’entendement de tout ce qui lui est étranger, soit système, soit conjecture, soit préjugé ; [...] la véritable maniere de philosopher, eut été de replier les idées sur elle[s]-même[s], et d’appliquer l’entendement à l’entendement ; l’entendement ainsi appliqué aux sens, les sens à la nature, la nature à inventer et rectifier les instruments, les instruments à la perfection des Arts, dans lesquels le peuple viendroit en foule admirer nos découvertes, et en profiter, (p. 4-5)

7Après cette propédeutique, le journaliste résume très rapidement les pensées sur le magnétisme, la classification des espèces, etc., avant de s’arrêter à la discussion que Diderot présente des thèses du supposé Docteur Baumann d’Erlang [i.e. Maupertuis] sur la formation des corps organisés. (Pensées L et LI) Pour réfuter cette hypothèse, affirme le journaliste avec Diderot : « il ne faut quelquefois que la pousser aussi loin qu’elle peut aller. » Il ajoute sur ce « système » : « Si on le considère dans les conséquences qu’on a droit d’en tirer [...] on sera effraie d’y trouver un systême profond d’Athéisme. » (p. 14-15) La conclusion de cette discussion est présentée comme suit :

En ramenant le Docteur Baumann dans le cercle, d’où le feu de son génie l’avoit écarté, Mr. Diderot a reconnu les limites prescrites à l’esprit philosophique. Il voit au-delà l’illusion que nous prêsente la chaîne des causes qui semble n’avoir pas eu de commencement, et celle des effets qui semble n’annoncer point de fin. Il voit en deça une hardiesse reglêe, qui se contente de conjectures et de questions, lorsqu’elle ne peut sans danger former un systême. C’est la même manière de procéder que nous avons remarquée dans l’Art expérimental. (p. 15)

8Quel lecteur non averti ne sortira confus de la lecture de cette brochure. Les conclusions matérialistes de la théorie de formation des corps organisés sont présentées comme une figure rhétorique destinée uniquement à réfuter les conclusions théoriques d’un travail expérimental hardi auquel l’on n’essaie pas d’opposer d’autres résultats d’observations. Ensuite, les comptes rendus de romans anglais lui rappellent le tableau des passions humaines avant d’être confronté à l’image de la mort vaincue seulement par la spiritualité chrétienne. Plongé dans ces tristes réflexions, est-ce qu’il aura besoin des narcotiques discutés ensuite ou pourra-t-il se consoler par la lecture d’un des romans recommandés ? Le lecteur d’un journal littéraire en 1756 s’est sans doute déjà familiarisé avec les lois du genre périodique, ne prendra pas au pied de la lettre tout ce que les journalistes lui servent et saura distinguer les différents types de périodiques littéraires, savants et d’information politique. Il sera cependant un peu surpris de voir le titre de la nouveauté qu’il vient de feuilleter. Il s’agit du Journal encyclopédique, par une Société de gens de lettres, dédié à son Alt. Ser. Jean Théodore, duc de Bavière, Cardinal, Évêque et Prince de Liège que Pierre Rousseau (dit de Toulouse) vient de lancer en ce début de 1756 et qui sera l’une des revues internationales littéraires et savantes les plus importantes au XVIIIe siècle.

  • 8 « Avertissement des associés à ce Journal », in : JE, I, i, p. 5-15.

9Cependant, au moment de sa parution, un journal encyclopédique apparaissait en quelque sorte comme une contradiction dans les termes. Un « journal » dont le premier mérite est de fournir des informations d’actualité prétend être « encyclopédique » embrassant donc systématiquement toutes les branches des connaissances humaines. On pourrait penser que ce titre était utilisé pour encourager la vente d’un nouveau produit né dans un moment où l’Encyclopédie commençait à dominer la scène littéraire française. Or, les affinités sont réelles et plus profondes qu’on ne le pense. C’est surtout dans la première livraison que les journalistes se réclament de la théorie universelle des arts et des sciences de Francis Bacon et de l’Encyclopédie qui à leur avis se présente comme la réalisation de cette théorie, voire l’achèvement de la révolution scientifique initiée par les travaux et la méthode de Bacon8. Les directeurs de l’Encyclopédie, Diderot et D’Alembert, et toujours Bacon seront dans les premiers mois les témoins de prédilection quand il s’agit d’affirmer l’originalité d’une conception « encyclopédique » du journal. À l’occasion d’un compte rendu (du type extrait) de l’Analyse de la philosophie du chancelier Bacon par Alexandre Deleyre, le rédacteur souligne le rôle que Bacon avait donné aux journalistes :

  • 9 JE, I-iii (premier février 1756), p. 12.

Il y auroit des journaux d’une espéce très-utile, qui éclaireroient l’Art militaire et la Navigation par le détail des Campagnes et des voiages, et contribueroient à l’avancement des Arts, par le registre qu’on tiendroit des progrès insensibles qui se feraient tous les jours, et des nouveaux moiens que les Artistes emploieroient ; (c’est en partie sur ce plan qu’a été entrepris le Journal encyclopédique ; on en jugera, lorsqu’il sera parvenu à son point de maturité)9.

10Sans développer explicitement la réflexion sur cette fonction de « registre » des progrès, le journaliste a parfaitement bien saisi le rôle complémentaire que peuvent jouer les périodiques par rapport aux dictionnaires encyclopédiques. La préparation et la publication d’un dictionnaire universel de toutes les sciences et tous les arts est une entreprise de longue haleine. Les matières traitées dans les premiers volumes peuvent certes être commentées dans des suppléments ou sous certaines entrées thématiquement proches des premières mais situées en fin de l’alphabet. L’ouvrage une fois achevé, bien des explications sont déjà dépassées par de nouvelles découvertes. Les périodiques, par contre, s’ils sont faits par des gens de lettres bien informés, peuvent remplir cette fonction de registre actuel des découvertes et des progrès des sciences et des arts. Le sentiment de l’avancement rapide des sciences, tel que nous le rencontrons dans les périodiques, est un reflet d’une accélération certes réelle, mais en même temps un indice de la densité accrue de la diffusion des informations. Un périodique savant en est donc le reflet, ou le registre, mais il est en même temps l’agent de cette accélération.

11Voilà pour l’autodéfinition du nouveau journal. Cette autodéfinition suppose une base de stratégies communes de présentation des connaissances, soit sous une forme systématique, soit sous la forme de « registre » chronologique. La forme systématique se retrouve dans l’Encyclopédie dans l’arbre des connaissances humaines, mais risque de passer inaperçue derrière l’ordre alphabétique des entrées. Par contre, les rubriques du journal en gardent un faible souvenir présentant les ouvrages de Littérature (y compris d’Histoire), de Médecine et d’Histoire naturelle, des Beaux-Arts et des Spectacles ainsi que la chronique événementielle (politique, commerce, etc.).

II

12La structure des entrées de l’Encyclopédie — et les parcours de lecture qu’elle permet — fonctionnent bien autrement qu’un parcours dans une livraison de journal ou même dans la collection complète d’un journal savant que bien des gens consultaient comme un ouvrage de référence.

  • 10 Le problème des définitions et le rapport entre l’Encyclopédie et les dictionnaires de langue est é (...)

13Dans le cas idéal, le lecteur choisit dans l’ensemble des volumes de l’Encyclopédie l’article qu’il cherche sachant que les entrées thématiquement proches renvoient à l’exposé substantiel de la matière recherchée ou à une suite d’articles complémentaires. Le parcours de lecture va normalement d’une entrée à l’autre permettant telle ou telle déviation par la lecture d’articles voisins. La structure de base des articles est en principe identique. L’intitulé de l’article classé alphabétiquement est suivi de la catégorie grammaticale et de la dénomination du domaine de connaissance auquel le terme appartient. Ensuite vient la définition du terme, enrichie parfois d’exemples et de synonymes10. En principe, l’uniformité des entrées encyclopédiques régies par l’alphabet s’arrête là. Car le corps de l’article même se présente sous la forme de textes souvent différents, allant de la simple définition enrichie d’exemples historiques jusqu’à l’article-fleuve. Il peut y avoir même des traités d’économie politique, d’histoire, des extraits d’ouvrages scientifiques consacrés au sujet, ou des discussions philosophiques garnies d’exemples ou de dialogues... Sans entrer dans tous les détails de l’« écriture » encyclopédique, imaginons, pour illustrer les réflexions sur les modes de lecture, un lecteur contemporain qui en 1755 ouvre le tome 5 de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

  • 11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. T. 5, Paris 1755, p. I (...)

14Après avoir vu la liste augmentée des auteurs « encyclopédistes » qui sont présentés dans l’« Avertissement des éditeurs », le lecteur tombe sur l’« Éloge de M. le président de Montesquieu11 » mort en février de la même année. Voici en quelque sorte un article d’actualité destiné en même temps à rendre hommage à l’un des esprits les plus féconds de la première moitié du XVIIIe siècle en France. L’éloge qui respecte les normes des éloges académiques dont on trouve les exemples dans les mémoires des académies et aussi dans les revues savantes est enrichi d’une analyse étendue de De l’Esprit des lois, qu’on peut bien lire comme un commentaire suivi des articles de droit et de droit naturel du dictionnaire. Montesquieu est présenté en même temps comme auteur encyclopédiste puisqu’il avait envoyé un article « Goût » aux éditeurs de l’ouvrage. En feuilletant le dictionnaire même, le lecteur curieux qui peut-être n’entre pas dans le détail des nombreux articles de droit commence éventuellement à lire l’article « Doute » signé G donc de l’abbé Edme Mallet, article de « Logique et métaphysique » qui développe l’idée du doute méthodique à l’exemple de Descartes auquel l’auteur reproche sa prévention pour les « idées innées » et recommande de son côté le sensualisme. La plus grande partie de l’article cependant est une longue critique — largement morale — du pyrrhonisme qui devrait être banni de la bonne philosophie, critique qui ne mentionne ni Sextus Empiricus, ni Huet, ni Pierre Bayle ou leurs adversaires. Le lecteur qui s’intéresse aux détails de cette doctrine ou à la controverse qui y est liée est invité à attendre les articles « Pyrrhonisme » et « Sceptique ». L’article « Doute » est en somme surtout prudent, contient plusieurs passages narratifs, mais manque visiblement de substance. Ce ne sera que dans le tome XIII (1765, p. 608-614) que paraîtra l’article « Pyrrhonnienne ou sceptique philosophie » qui contient effectivement une courte histoire moderne du scepticisme (rationaliste) et dans lequel les critiques de Pierre Bayle, telles qu’on les connaît depuis l’ouvrage de Pierre de Crousaz et autres, sont reprises et mêlées aux louanges de l’auteur du Dictionnaire historique et critique. Cet article non signé représente bien mieux l’attitude « philosophique » appréciée dans l’Encyclopédie. En parcourant encore le tome 5 il y a, plus loin, le long article « Economie », consacré presqu’exclusivement à l’économie politique, ou bien aux principes de gouvernement, qui introduit un style très personnel et vivant en contraste avec certaines définitions juridiques très techniques. Il est signé « M. Rousseau, citoyen de Genève » et c’est sans doute, avec les contributions de Voltaire, « Éloquence », « Élégance » etc., l’un des morceaux les plus brillants du cinquième tome. Celui qui s’étonne de la diversité d’écritures dans les articles trouve une justification sous l’entrée « Éditeur » qui après la définition d’un éditeur de textes est l’occasion d’un prudent plaidoyer pro domo :

Comme les éditeurs de l’Encyclopédie ne s’arrogent aucune sorte d’autorité sur les productions de leurs collegues, il seroit aussi mal de les blâmer de ce qu’on y pourra trouver de foible, que de les louer de ce qu’on y trouvera d’excellent. Nous ne dissimulerons point qu’il ne nous arrive quelquefois d’appercevoir dans les articles de nos collegues, des choses que nous ne pouvons nous empêcher de desapprouver intérieurement, de même qu’il arrive, selon toute apparence, à nos collegues d’en appercevoir dans les nôtres, dont ils ne peuvent s’empêcher d’être mécontents. Mais chacun a une maniere de penser et de dire qui lui est propre, et dont on ne peut exiger le sacrifice dans une association où l’on n’est entré que sur la convention tacite qu’on y conserveroit toute sa liberté, (p. 396).

15Voilà le type de réflexions pratiques qui seront développées systématiquement dans le grand article « Encyclopédie » par Diderot. Cet article est fortement recommandé à la lecture déjà par des contemporains comme l’abbé Trublet. Il est considéré dès sa parution comme texte fondateur — avec le Prospectus et le « Discours préliminaire » — de l’encyclopédisme moderne. Il s’agit à la fois d’un article de définition et d’explication sur l’originalité du type d’ouvrage entrepris, sur l’esprit philosophique qui régit la stratégie d’élaboration et de présentation des savoirs et ses fonctions, mais en même temps, et c’est ce qu’il importe de mentionner dans notre contexte, d’un morceau « littéraire », d’un essai où l’auteur s’exprime aussi très personnellement. Il résume : « Voilà les premières idées qui se sont offertes à mon esprit sur le projet d’un Dictionnaire universel et raisonné de la connoissance humaine ; sur sa possibilité ; sa fin ; ses matériaux ; l’ordonnance générale et particulière de ces matériaux ; le style ; la méthode ; les renvois ; la nomenclature ; le manuscrit ; les auteurs ; les censeurs ; les éditeurs et le typographe. » (p. 648) — Cet essai réunit l’exposé des objectifs du travail avec une sorte de bilan à mi-parcours d’une franchise étonnante qui à plusieurs reprises répond aux critiques publiées contre l’Encyclopédie. Il n’hésite pas à utiliser un language métaphorique pour expliquer les contraintes de la nomenclature ou de l’ordonnance des matériaux, se sert d’analogies historiques pour justifier la publication des « secrets » des arts et va jusqu’à présenter un dialogue sur les avantages et inconvénients d’une permission tacite pour ce genre d’ouvrage qui jusque-là est publié avec « privilège ». L’article de Diderot est aussi une sorte de « mode d’emploi » ou guide de lecture qui explique non seulement le rapport entre le « système des connaissances », la nomenclature et le classement alphabétique — mais aussi la particularité du fameux système des renvois. Ces renvois souvent en fin des paragraphes dans les articles mêmes permettent de continuer la lecture en l’approfondissant mais aussi en profitant d’une argumentation contradictoire et critique envers un premier exposé qui avait respecté les conventions (politiques ou religieuses). Les renvois introduisent donc un deuxième niveau d’argumentation critique qui profite des possibilités de lectures éclatées ou entrecoupées, de la multiplicité des parcours de lecture possible. Cette possibilité de lecture rappelle l’exemple du Journal encyclopédique qui proposait dans une même brochure l’extrait des Pensées de Diderot et l’« Ode sur la mort ».

  • 12 Nous avons discuté de la présentation de ces techniques journalistiques par les encyclopédistes dan (...)
  • 13 ΕΥ, I, « Préface », p. VIII.

16Après avoir évoqué certains parallélismes entre périodiques et encyclopédies, soulignons la différence fondamentale. La tradition des textes savants — traités, extraits, démonstrations — est utilisée par les journalistes et les rédacteurs encyclopédistes, mais façonnée chaque fois à leur manière12. Tandis qu’un journal se borne à fournir l’essentiel des connaissances nouvelles tout en renvoyant nécessairement aux textes primaires dont il parle — faisant souvent ouvertement la publicité pour le programme de tel ou tel libraire —, l’Encyclopédie est conçue comme un ouvrage qui fournit lui-même l’essentiel des connaissances et ceci, si nous en croyons Diderot et son article « Encyclopédie », dégagé du bagage savant superflu. L’un des continuateurs protestants de l’Encyclopédie, Fortuné-Bartolomé de Félice, éditeur de l’Encyclopédie d’Yverdon (1770 et 1780) va même jusqu’à promettre que dans son ouvrage, on trouvera « réunies dans un seul livre, les principales découvertes de l’esprit humain, les principes des sciences et des arts, les pratiques les mieux choisies, les plus heureuses pour la conservation, les nécessités et les agréments de la vie. » Aussi l’achat de son Dictionnaire universel des connaissances humaines permettrait-il de renoncer à « l’achat d’une infinité de livres, dans lesquels toutes ces diverses connoissances sont dispersées13 ». De Félice prétend donc pouvoir échapper à la différenciation des champs de connaissances en présentant dans son dictionnaire pratiquement des traités exhaustifs de toutes les matières coupés en morceaux de différentes dimensions et reclassés par l’alphabet. En dépit d’une certaine ressemblance dans les techniques de présentation du savoir, voilà donc les différences fondamentales entre l’écriture périodique orientée sur la nouveauté et l’écriture alphabétique orientée sur l’essentiel ou l’exhaustivité systématique.

  • 14 Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris 1962 et 1995 dans la Bibliothèque de l’Évolution d (...)
  • 15 La correspondance passive de Formey : Briasson et Trublet (1739-1770), éd. par M. Fontius, R. Geißl (...)
  • 16 Trublet à Formey, 19 novembre 1755, dans : La correspondance passive de Formey..., op. cit., p. 163
  • 17 Chouillet, Anne-Marie, « Documents sur le projet d’Encyclopédie réduite de Formey », dans : Recherc (...)
  • 18 Trublet à Formey, 19 juin 1756, dans : La correspondance passive de Formey..., op. cit., p. 181-182

17Ayant considéré la possibilité de fournir aux lecteurs l’exhaustivité des connaissances, revenons rapidement sur le caractère d’actualité des publications. Pour l’histoire de l’encyclopédisme (et du journalisme) au XVIIIe siècle, il importe de ne pas exclure la possibilité d’une lecture d’actualité même d’un ouvrage comme l’Encyclopédie. Or, les sept premiers volumes de textes de l’Encyclopédie ont paru grosso modo à un rythme d’un volume par année entre 1751 et 1757 présentant les entrées de A à G avant que l’interdiction de publication n’empêche la parution de la suite jusqu’en 1765. La nouveauté de l’entreprise a certainement favorisé l’engouement pour chaque nouveau volume que les contemporains lisaient comme une contribution aux discussions d’actualité14. L’affaire de Prades en 1752 et les critiques qui ont abouti à la révocation du privilège en 1759 ont favorisé l’intérêt du public et l’essor du nombre des souscriptions. L’abbé Trublet, pour n’ajouter que quelques indices, en entretient régulièrement son correspondant berlinois Formey15. Le 2 mai 1755, il parle des critiques de l’article « Collège », paru dans le tome 4. Le 10 août de la même année, Trublet se montre impatient de voir les articles « Enthousiasme » (par Cahusac) et « Élégance » par Voltaire qui seront dans le tome 5. Dès le 19 novembre 1755 il résume : « Cet ouvrage se perfectionne à chaque volume. Un des meilleurs morceaux, c’est l’article même Encyclopédie par M. Diderot16 ». Dans la suite Trublet suggère à Formey d’entreprendre la publication d’une Encyclopédie réduite en réimprimant les meilleurs articles17. Contre l’idée de Formey de réduire les articles à l’essentiel, Trublet veut absolument maintenir leur caractère et leur style : « Les abrégés n’apprennent rien, et d’ailleurs sont toujours fort secs. Plusieurs articles de l’Encyclopédie ont déjà ce défaut. Que serait-ce, si on les abrégeait encore ?18 ». Voilà un témoignage divergent sur les modes de lecture de l’Encyclopédie par Trublet et par Formey. Ce projet échoue, non seulement à cause des divergences entre Trublet et Formey sur le caractère d’une bonne Encyclopédie réduite, mais surtout à cause de la résistance des auteurs et libraires encyclopédistes. Trublet continue néanmoins d’informer Formey régulièrement de l’actualité autour de l’Encyclopédie prouvant par là combien la publication régulière des livraisons du dictionnaire raisonnée dominait la scène littéraire et « philosophique » française au milieu du XVIIIe siècle. La publication (périodique) dans le temps d’ouvrages de longue haleine, comme de l’Encyclopédie, et leurs liens d’actualité, sont des facteurs non négligeables dans le contexte de l’évolution des modes de lectures et suggère, à notre avis, de les prendre en considération pour une histoire de la lecture au XVIIIe siècle.

III

18Face à la multiplication des textes imprimés, l’extension des connaissances et la lente compartimentalisation des sciences, de nouvelles formes de présentation des savoirs surgissent au dix-huitième siècle. Les genres traditionnels de textes sont mélangés. Deux formes de publication sont particulièrement représentatives de l’éclatement du système du savoir et des stratégies nouvelles de publication : la publication périodique des revues et celle dans l’ordre alphabétique des dictionnaires. Toutes les deux s’appuyent — à l’intérieur — sur une grande variété de genres textuels et invitent les lecteurs à suivre un rythme entrecoupé de lecture. La loi de cohésion est remplacée soit par la valeur de la nouveauté, soit par la place facilement identifiable dans l’ordre de l’alphabète (et le système des connaissances). — La variété des genres textuels utilisés et le mode de lecture — par petits morceaux — en multipliant éventuellement les perspectives — rapprochent les publications périodique et alphabétique. Les témoignages intra-textuels permettent de conclure que journalistes et auteurs de dictionnaires s’observaient mutuellement sachant qu’ils rivalisaient dans le temps et pour la variété des connaissances de trouver leurs lecteurs. Ces lecteurs contemporains sont l’objet de tous les soins. Leurs pratiques déterminent les stratégies d’écriture et de publication et évoluent avec elles. Le siècle des Lumières apparaît dans ce sens comme l’époque de la diversification radicale des modes de lecture... et d’écriture.

Notes

1 Nous en avons étudié l’utilisation systématique dans : « Intégration ou conquête : le public francophone en Prusse : les lecteurs de la Gazette littéraire de Berlin », in La vie intellectuelle aux Refuges protestants. Actes de la Table Ronde de Münster 1995, éd. par Antony McKenna et Jens Häseler, Paris, Champion, 1999, p. 111-136.

2 Journal encyclopédique (désormais : JE), I, ii (15 janvier 1756), p. 53.

3 Ibid., p. 54.

4 Ibid., p. 56.

5 Du 21 décembre 1755, voir : BestD6643 qui signale l’impression de la lettre dans le Journal hélvétique de décembre 1755, donc antérieure à la nouvelle distribuée par le Journal encyclopédique.

6 Pour les grandes lignes de la critique littéraire dans le JE et l’attitude envers les romans anglais, voir : Jacques Wagner, « La fiction et les genres sentimentaux dans le Journal Encyclopédique entre 1756 et 1786 », in Malcolm Cook, Annie Jourdan (eds), Journalisme et fiction au 18e siècle, Francfort-sur-le-Main, etc., Peter Lang, 1999, p. 17-28, ainsi que la thèse d’État : Jacques Wagner, Lecture et société dans le Journal encyclopédique de P. Rousseau (1756-1785), Clermont-Ferrand, 1987.

7 JE, I, i (premier janvier 1756), p. 31-32.

8 « Avertissement des associés à ce Journal », in : JE, I, i, p. 5-15.

9 JE, I-iii (premier février 1756), p. 12.

10 Le problème des définitions et le rapport entre l’Encyclopédie et les dictionnaires de langue est étudié notamment par Marie Leca-Tsiomis dans son : Écrire l’Encyclopédie. Diderot : de l’usage des dictionnaires à la grammaire philosophique, Oxford, 1999 (= StV 375).

11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. T. 5, Paris 1755, p. III-XVIII.

12 Nous avons discuté de la présentation de ces techniques journalistiques par les encyclopédistes dans : « Extraits — Abrégés — Encyclopédies » qui paraîtra dans le volume collectif : L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne, publ. sous la dir. de Jean-Daniel Candaux, Alain Cemuschi, Clorinda Donato et Jens Häseler, Genève, Slatkine.

13 ΕΥ, I, « Préface », p. VIII.

14 Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris 1962 et 1995 dans la Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, voir notamment le chap. II.

15 La correspondance passive de Formey : Briasson et Trublet (1739-1770), éd. par M. Fontius, R. Geißler et J. Häseler. Paris, Genève : Slatkine 1996.

16 Trublet à Formey, 19 novembre 1755, dans : La correspondance passive de Formey..., op. cit., p. 163.

17 Chouillet, Anne-Marie, « Documents sur le projet d’Encyclopédie réduite de Formey », dans : Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 16 (1994), p. 154-159.

18 Trublet à Formey, 19 juin 1756, dans : La correspondance passive de Formey..., op. cit., p. 181-182.

Auteur

Chercheur et directeur de l’équipe « Transformations de la République des lettres au XVIIIe siècle » au Forschungszentrum Europäische Aufklärung à Potsdam. Publications récentes : La Correspondance de Jean Henri Samuel Formey (1711-1797) : inventaire alphabétique, établi sous la direction de Jens Häseler, avec la Bibliographie des écrits de Jean Henri Samuel Formey établie par Rolf Geissler. Paris, Honoré Champion, 2003 ; Manuela Böhm, Jens Häseler, Robert Violet (dir.), Hugenotten zwischen Migration und Integration. Neue Forschungen zum Refuge in Berlin und Brandenburg, Berlin, Metropol-Verlag, 2005 ; « Original/Originalität », in Ästhetische Grundbegriffe, t. 4, Stuttgart-Weimar, J.B. Metzler, 2002, p. 638-655 ; « Succès et refus des positions de Crousaz dans le Refuge huguenot », in Revue de théologie et de philosophie, 136 (2004), p. 57-66 ; « Libertins dans l’entourage de Frédéric II de Prusse : arguments et ennemis », in Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, n° 8 — Protestants, hérétiques, libertins, Saint-Étienne 2004, p. 135-145
Researcher and chair of the team for the project “Transformations de la République des lettres au XVIIIe siècle” in the Forschungszentrum Europäische Aufklärung à Potsdam. Recent publications: La Correspondance de Jean Henri Samuel Formey (1711-1797): inventaire alphabétique, edited by Jens Häseler, with the Bibliography of Jean Henri Samuel Formey’s works edited by Rolf Geissler. Paris, Honoré Champion, 2003; Manuela Böhm, Jens Häseler, Robert Violet (ed.), Hugenotten zwischen Migration und Integration. Neue Forschungen zum Refuge in Berlin und Brandenburg, Berlin, Metropol-Verlag, 2005; “Original/Originalität”, in Ästhetische Grundbegriffe, t. 4, Stuttgart-Weimar, J.B. Metzler, 2002, p. 638-655; “Succès et refus des positions de Crousaz dans le Refuge huguenot”, in Revue de théologie et de philosophie, 136 (2004), p. 57-66; “Libertins dans l’entourage de Frédéric II de de Prusse: arguments et ennemis”, in Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, n° 8 — Protestants, hérétiques, libertins, Saint-Etienne 2004, p. 135-145

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search