Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modes de lecture dans l’Europe des Lumières

Les lectrices des Lumières dans la littérature française : des images d’« illuminées » ou de femmes éclairées ?

Women readers in eighteenth-century French literature: images of “clear thinking” or enlightened women?

Sandrine Aragon

Résumé

Peut-on parler d’une révolution dans les images de lectrices au cours du XVIIIe siècle ? Le siècle paraît découpé en trois grands temps qui constituent une progression vers l’autonomie et la légitimité de la lectrice : celui des images de lectrices libertines de la première moitié du siècle, puis celui du succès des personnages de Rousseau, qui révolutionne les représentations et les discours sur l’éducation féminine dans les années soixante, celui enfin, de la progression des discours sur l’éducation dans la seconde moitié du siècle et des images de lectrices éclairées dans les fictions. Les héroïnes de la dernière décennie du siècle lisent librement et en égale des hommes, pour leur bonheur et traversent ainsi les affres de la Révolution en véritables femmes éclairées

Can we say that there was a revolution in eighteenth-century images of women readers? The century may be divided into three main periods that mark out a progress towards autonomous and recognised women readers: in the first half of the century, images of libertine readers are to be found; then comes the period in which Rousseau’s characters meet with such success that they radically transform representations of and discourses on women’s education in the 1760s; and finally the second half of the century with the growth of discussions about education and images of enlightened women in fiction. In the last decade, heroines could read freely for their own sake, like men, and thus live through the horrors of the French revolution as truly enlightened women

Texte intégral

1La seconde moitié du XVIIe siècle a vu l’éclosion de la mode des précieuses ridicules au théâtre, se riant des prétentions intellectuelles de certaines femmes dans les années 1660. Les images de femmes savantes et de jeunes jouvencelles corrompues par les livres ont ensuite fleuri dans les romans et les comédies jusqu’à la fin du siècle. Dans les dernières années du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, les contes de fées littéraires, dans lesquels s’illustrent de grandes dames de la noblesse, proposent des images un peu plus reluisantes de lectrices : des fées chaussent leurs lunettes pour lire leurs grimoires sans être pour autant ridicules dans des contes écrits par des femmes. Marivaux, dans ses romans de jeunesse (dans les années 1710) met en parallèle les folies de lecteurs masculins et féminins, émules de Don Quichotte.

2Une mutation commence à poindre ; cependant peut-on parler d’une révolution dans les images de lectrices au cours du XVIIIe siècle ? Trouve-t-on enfin des images positives de personnages féminins de fiction lisant pour leur bien sans susciter de médisance ou de réprobation ?

  • 1 Étudier la rhétorique de la lectrice consiste à rechercher dans les textes cinq étapes de la lectu (...)

3Au regard des romans du XVIIIe siècle présentant des personnages féminins un livre à la main, plongés dans une activité de lecture accompagnée ou solitaire, ou écoutant une lecture en société, plusieurs types de personnages peuvent être distingués en fonction de leur « rhétorique de lectrice1 ».

4Le siècle paraît découpé en trois grands temps qui constituent une progression vers l’autonomie et la légitimité de la lectrice : celui des images de lectrices libertines de la première moitié du siècle, puis celui du succès des personnages de Rousseau, qui révolutionne les représentations et les discours sur l’éducation féminine, celui enfin, de la progression des discours sur l’éducation dans la seconde moitié du siècle et des images de lectrices éclairées dans les fictions.

1 Les images de lectrices libertines ou la conquête de la liberté des lectrices dans les fictions des années 1730 à 1760

5La mode libertine, sous la Régence, met au goût du jour des images de jeunes femmes alanguies dans leur sopha ou dans les bosquets isolés des jardins ; le livre devient un accessoire des boudoirs et des dames en quête de plaisir.

  • 2 À ce sujet, on peut lire : Jean-Marie Goulemot, « Aperçus du rêve au siècle des lumières », in Rev (...)

6Crébillon, dans Le Sylphe ou Songe de Mme de R*** écrit par elle-même à Mme de S***, met en scène en 1730 une comtesse dans sa maison de campagne. Elle est allongée à demi nue dans l’isolement de sa chambre et tente de lire un livre de morale quand soudain lui apparaît un sylphe, qui vient converser avec elle et lui parler philosophie en maître libertin. Le livre de morale est ironiquement l’introducteur de cet être merveilleux, sa présence met en valeur par contraste le discours qui plaît le plus aux femmes : celui de la conversation mondaine et galante, de l’expérience sensible. Dans Le Sopha, conte moral en 1740, une autre héroïne de Crébillon, Fatmé, oppose livre de morale et galanterie. Elle dissimule dans son boudoir une armoire secrète et prend alternativement un gros recueil de réflexions religieuses ou un roman aux situations « tendres et aux images vives », en fonction des visiteurs qu’elle reçoit. Dans ces lieux clos, ces îlots secrets que sont les chambres ou les boudoirs, la lecture s’allie à la rêverie puis mène à des émotions sensuelles, à des émois érotiques2.

  • 3 Favart déclare en 1766 : « Nos ouvrages nouveaux ne sont plus que des recueils d’estampes », Selon (...)
  • 4 Le Midi, gravure de Ghendt, d’après une gouache de P. A. Baudoin (Imprimés, Bibliothèque Nationale (...)

7Dans les années quarante, des maîtres libertins utilisent les livres pour susciter les premiers émois de demoiselles qu’ils tentent de conquérir. Le couple maître libertin et jeune femme à éduquer est présent dans le célèbre incipit des Bijoux indiscrets de Diderot (1748), l’« Adresse à Zima », tout comme il est au centre, la même année, du roman érotique à grand succès : Thérèse philosophe, attribué au marquis d’Argens. Pour inviter Thérèse à quitter les plaisirs de l’onanisme pour ceux des relations à deux, le comte lui prête sa bibliothèque et ses tableaux licencieux et fait le pari qu’elle ne pourra résister à leurs attraits. Thérèse cède en effet au désir d’imiter les peintures qu’elle a sous les yeux. Gravures, peintures et lectures sont les auxiliaires du séducteur. Les livres erotiques et libertins multiplient les estampes pour donner à voir aux lecteurs voyeurs des scènes féminines intimes3. Femme en extérieur, isolée dans le recoin d’un jardin, une main glissée sous la jupe et les yeux miclos tandis que le livre est tombé à terre, comme dans le célèbre Le Midi, gravure de Ghendt, d’après une gouache de P. A. Baudoin, ou femme en petite tenue au saut du lit, tenant un livre dans une main et une pantoufle dans l’autre, telle l’Amynte de Amynte à son lever, gravure anonyme des années 17504 ; la lectrice séduit, excite, constitue un objet de convoitise pour le lecteur masculin désireux de pénétrer dans son intimité. Le livre, auxiliaire discret, peut être une arme pour le séducteur car il touche le corps et le cœur de la femme, encore faut-il choisir les bons livres : le héros de Prévost, dans Histoire d’une grecque moderne (1740) tente cette approche pour convaincre Théophé, sans succès ; il lui a fait lire les œuvres des jansénistes et des romans galants du XVIIe siècle et non les œuvres à la mode et sa conquête lui échappe faute d’avoir su être de son temps.

  • 5 Fougeret de Monbron, Margot, la ravaudeuse, In Romans libertins du XVIIIe siècle, Bouquins, Paris, (...)

8Si la femme lectrice acquière une image séduisante dans les textes libertins, elle gagne également en autonomie dans les représentations littéraires de cette première moitié du XVIIIe siècle. Au milieu du siècle, ce sont des libertines confirmées qui, en toute connaissance des plaisirs des sens, se font faire la lecture au lit par leurs amants et utilisent les livres libertins pour réveiller les ardeurs sexuelles de leurs compagnons. La Morlière présente, dans le récit cadre d’Angola, histoire indienne (1746), une comtesse qui joue les précieuses libertines et laisse traîner négligemment une brochure, récit spéculaire, intitulé Angola, histoire indienne, que le jeune marquis venu lui rendre visite remarque et qu’il se propose de lire, lorsque la comtesse aura fermé ses portes à tout visiteur et lui aura fait servir un bon chocolat stimulant. François Antoine Chevrier, dans Le Colporteur (1761), décrit une relation triangulaire dans le huis-clos du boudoir d’une marquise : Mme de Sarmé, le chevalier et le colporteur venu leur présenter ses brochures interdites, vendues sous le manteau, passent en revue toute la production contemporaine. L’auteur fielleux en profite pour régler ses comptes avec ses rivaux sous le couvert de scènes de lectures : les personnages, tenus en alerte par les chroniques scandaleuses, s’endorment à la lecture des œuvres du marquis de Carraccioli et baillent en voyant des brochures dites « soporatives » de certains contemporains. Margot, héroïne éponyme de Margot la Ravaudeuse de Fougeret de Monbron (1748), utilise les livres comme somnifères, après avoir pris sa retraite de courtisane. Elle choisit elle-même ses ouvrages en fonction des effets souhaités et déclare lire : « quelques lambeaux des œuvres narcotiques du marquis d’Argens et du chevalier de Mouhy, et de plusieurs excellents écrivains de cette classe, moyennant quoi je dors comme une marmotte5 ». Ces auteurs utilisent les personnages de lectrices pour insérer des commentaires critiques sur leurs contemporains, calomnier à la fois les auteurs érotiques et libertins qui les ont précédés et les auteurs d’autres publications publiées avec autorisation. Ces écrits mettent en valeur l’existence du circuit parallèle des livres interdits qui s’est développé à l’intérieur de la société d’Ancien Régime et dans lequel les lectrices ont leur place, en tant que consommatrices et demandeuses mais aussi comme figures d’héroïnes privilégiées.

9Lectrices s’adonnant à des plaisirs solitaires, grâce au livre qui stimule les rêveries libertines ; lectrices éduquées et invitées au plaisir par les lectures conseillées par des maîtres libertins ou encore petites maîtresses lisant pour réveiller les ardeurs en couple et animer leurs rendez-vous galants, toutes ces images montrent des femmes éprouvant du plaisir à lire, choisissant des livres qui les stimulent avec une liberté et une autonomie nouvelles. Elles montrent également que les femmes peuvent être éduquées aux plaisirs du livre. On trouve cependant peu de lectures réfléchies, il s’agit avant tout d’imitation et d’excitation des sens. Les personnages féminins peuvent faire preuve de sens critique mais le lecteur réel, le destinataire de ces publications, est majoritairement masculin et attend avant tout des images d’intimité et de jouissances cachées susceptibles d’éveiller son plaisir de lecteur-voyeur.

2 La révolution rousseauiste des images de lectrices dans les années soixante

  • 6 Marmontel reprend notamment le personnage du Sylphe, mis à la mode par Crébillon, puis au théâtre, (...)

10Si les pères de l’Église et les érudits condamnent la littérature de fiction et les femmes qui s’en délectent, des auteurs, notamment Marmontel dans ses Contes moraux (1758)6 ont tenté de faire goûter la littérature morale aux femmes en utilisant le voile de la fiction à des fins honnêtes. Le succès du roman anglais Pamela de Richardson, traduit en français par l’abbé Prévost en 1742, montre que les héroïnes sages et pudiques attirent la gent féminine. Cependant, l’activité de lecture reste peu présente dans la vie de ces personnages. Il faut attendre Rousseau et le succès de Julie ou la Nouvelle Héloïse en 1761 pour que le public français découvre un véritable personnage de lectrice sage, cultivée et honnête femme et mère.

  • 7 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Première partie, lettre 12 à Julie, Paris, Ga (...)
  • 8 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, Livre cinquième, Paris, Garnier Flammarion, 1966, (...)
  • 9 « Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utile, (...)
  • 10 Les diatribes antiféministes de Rousseau sont parfois très proches de discours de La Bruyère, dans (...)
  • 11 Au sujet de la réception de Rousseau, voir l’incontournable étude de Claude Labrosse, Lire au XVII (...)

11Paradoxalement, Jean-Jacques Rousseau ouvre la préface de Julie ou la Nouvelle Héloïse par la déclaration : « Jamais fille chaste n’a lu de romans » et sonne le glas des images de lectrices assimilées à des libertines en 1761. Dans La Nouvelle Héloïse, il part d’une histoire d’amour non sanctifiée par le mariage pour proposer une « rhétorique de la lectrice vertueuse ». À partir de baisers enflammés échangés dans un bosquet, décor de pâmoison de jeunes lectrices libertines, il décrit la rédemption de Julie et de Saint-Preux, son jeune précepteur à travers un véritable parcours éducatif. Le livre, considéré d’abord comme l’auxiliaire des amants, l’adjuvant de leurs amours, capable de dissimuler des lettres échangées en cachette, devient le vecteur d’une formation intellectuelle et morale. Les principes définis par Saint-Preux sont restrictifs : limiter les lectures à un petit nombre de bons livres, sélectionnés pour leurs exemples vertueux, les lire et les relire pour se fortifier l’âme et en discuter car la réflexion personnelle s’enrichit par l’échange : « peu lire et penser beaucoup à nos lectures, ou, ce qui est la même chose, en causer beaucoup entre nous, est le moyen de les bien digérer7 ». L’objectif est de forger des têtes bien faites, aptes ensuite à se passer de livres et à juger juste ; Julie et sa cousine sont considérées comme des femmes exemplaires, possédant des capacités exceptionnelles pour des femmes. Dans Émile, l’année suivante en 1762, JeanJacques Rousseau vilipende les femmes lettrées (« Toute fille lettrée restera fille toute sa vie tant qu’il n’y aura que des hommes sensés sur la terre8 ») et la femme idéale destinée à Émile, Sophie, doit rester inculte pour que son mari sème en elle les savoirs qu’il juge utiles. Toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes : à l’époux qu’elles auront, aux fils qu’elles élèveront9. Le discours est nettement plus traditionnel, il s’inscrit dans la tradition des discours misogynes ecclésiastiques10 et n’a plus rien de comparable à l’élan novateur de La Nouvelle Héloïse au sujet de la lecture féminine. Cependant les lectrices ont encensé Rousseau, hommes et femmes ont fait un accueil exceptionnel au roman de Julie et à la petite communauté de Clarens, puis à Émile qui a suivi. Des femmes, élevées au milieu de bibliothèques, telle la future Mme Roland, ont cherché à suivre l’exemple de La Nouvelle Héloïse11.

12Grand contempteur des femmes lettrées, Rousseau a tracé un portrait de lectrice, femme et mère exceptionnelle, sachant juger vertueusement et utiliser ses connaissances pour le bien de tous. Il a imprimé sa marque sur tous les écrits romanesques de la seconde moitié du siècle.

3 L’éducation en question : lectrices perverties, lectrices éducatrices de leurs enfants dans les fictions des années 1760-1780 et lectrices aguerries dans les années 1790

13Après Rousseau, la lecture féminine est envisagée du point de vue de l’éducation intellectuelle et plus du plaisir des sens.

14Les auteurs masculins qui s’inscrivent dans la veine libertine de la seconde moitié du siècle, retiennent surtout les anathèmes de Rousseau sur les femmes éprises de fiction et les mettent en récit ou transforment le programme de lecture de Saint-Preux en programme libertin. Mirabeau, dans Le Rideau levé ou l’éducation de Laure (1774-1775), conte la formation au « gai savoir » d’une jeune fille, de dix à vingt ans, par son « beau papa » ; cette éducation mêle apprentissage scientifique et artistique (mais point de fictions) et découverte des plaisirs, elle est destinée à modeler la parfaite compagne d’un Pygmalion libertin. La femme est faite pour satisfaire les désirs de l’homme et le héros de Mirabeau désire une femme intelligente et autonome, donc Laure a un esprit bien formé même si elle n’est pas éduquée dans la morale chrétienne. Rétif de La Bretonne dans La Paysanne pervertie (1784) décrit lui avec le programme éducatif d’Ursule, tracé par le maître séducteur Gaudet, comment transformer une jeune fille de la campagne élevée dans les principes de la religion en courtisane, grâce aux comédies, aux romans et aux contes qui lui remplissent l’esprit de fictions frivoles et détruisent en elle toute morale, sans forger son sens critique. Cette vision du théâtre, de la comédie et de la littérature, retrouve les accents rousseauistes, ceux du Discours sur les sciences et les arts notamment. Dans Les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos (en 1782) a également rejoint certains discours de Rousseau à l’encontre de l’éducation des couvents, en peignant Cécile Volanges, jouvencelle livrée aux manigances du monde sans défense. La trop sensible Mme de Tourvel, dévote et lectrice de Clarisse, ne résiste pas mieux aux séductions de maîtres libertins. Seule la marquise de Merteuil, formée en autodidacte, gère son destin mais les lectrices réelles, telle Mme Riccoboni, ont crié : « quel monstre ! » en découvrant cette femme manipulatrice jouant sur le terrain des hommes, en égale voire en rivale. Des femmes maîtres de leur propre éducation et de leur sexualité n’étaient pas encore dans l’horizon d’attente des lecteurs et lectrices de l’époque. Si ces textes attribuent aux livres un fort pouvoir éducatif et aux femmes des possibilités d’évolution au point de rejoindre parfois leurs maîtres ou de s’auto-éduquer, ils gardent l’idée que l’éducation des femmes doit être réalisée en fonction des désirs et volontés des hommes pour qu’elles s’intègrent dans leur rôle d’épouse et de mère.

15Des femmes auteurs entreprennent de séparer éducation féminine et dépravation, elles produisent des récits éducatifs dans les mêmes années, destinés à servir de modèle et de guides aux lectrices réelles. Mme de Lambert dans ses Avis d’une mère à son fils et à sa fille (écrits dès 1687 mais publiés à partir de 1728) avait tracé la voie ; dans la seconde moitié du siècle, de grandes dames de la Cour reprennent les discours sur l’éducation de Rousseau et en donnent des versions féminisées. Mme D’Épinay avec les Conversations d’Émilie (1774) propose un récit dialogué, des conversations entre une mère et son enfant de huit à dix ans ; Mme de Genlis, avec Adèle et Théodore ou Lettre sur l’éducation (1782), offre à ses lectrices une somme pédagogique à travers la fiction d’un roman par lettres. Elle insère programme de lecture, exercices et notices pour la réalisation de matériel pédagogique, issus de son expérience au service des enfants du duc de Chartres. Dans ces deux œuvres, les auteures se défendent de vouloir élever des savantes et prônent une éducation naturelle, un esprit sain dans un corps sain, à l’instar de Rousseau. Les objectifs qu’elles attribuent à leurs héroïnes éducatrices consistent à former des jeunes filles sages, susceptibles de devenir des épouses fidèles et des mères attentives ; elles ajoutent : des femmes heureuses et dans ce but, leurs programmes sont loin de suivre le minimum accordé à la Sophie de Rousseau. « Pour instruire, il faut être instruite » affirme Mme d’Épinay, donc ces auteures ouvrent de larges pans de savoirs dans leur programme éducatif afin de former des femmes suffisamment savantes pour être capables d’éduquer à leur tour, des femmes capables également de s’occuper seules, de se divertir loin des jeux et futilités mondaines, par exemple grâce à la lecture. Les lectures sont graduées en fonction de l’âge de l’enfant, préparées par les mères et lues à deux le plus souvent, puis relues ; elles donnent lieu à des exercices d’écriture et à un travail d’apprentissage de l’esprit critique. Ces deux auteures ont concouru pour le prix Montyon, récompensant l’ouvrage dont « il pourrait résulter le plus grand bien pour le société ». Mme d’Épinay a reçu ce prix, Mme de Genlis a été la première femme à être nommée « précepteur » d’un futur roi, Louis Philippe. Elles ont donc acquis, grâce à leurs écrits, des positions exceptionnelles pour les femmes de l’époque.

  • 12 L’Étude, toile de Fragonard (1732-1806) (Le Louvre, Paris). La Marquise de Pompadour, pastel de Ma (...)

16La lecture féminine s’affiche désormais sans honte dans l’univers féminin, dans la peinture comme dans la littérature. Fragonard peint L’Étude, qui représente une jeune fille souriante tournant les pages d’un livre, sans ridicule, malgré le titre qui la pose dans une situation plus traditionnellement attribuée aux hommes. Mme de Pompadour se fait peindre au milieu de livres, en robe d’apparat ; séduction et lecture féminine ne connotent pas alors un possible libertinage mais suggèrent qu’une femme de haut rang instruite peut être un mécène et une connaisseuse appréciée12. Les représentations de lectrices traduisent donc une progression tout au long du siècle qui connaît son acmé dans les dernières années du siècle pendant la période révolutionnaire.

  • 13 Étiemble a publié ce roman dans son édition de la Pléiade : Les Romanciers du XVIIIe siècle, et en (...)

17En 1797, Sénac de Meilhan publie : L’Émigré13, cité comme le chef-d’œuvre du roman de l’émigration, et Isabelle de Charrière aborde dans Trois femmes le même thème. Ces deux romans, l’un écrit par un homme, l’autre par une femme, se situent dans le petit monde des nobles français réfugiés en Allemagne pendant la Révolution française. Trois femmes : Emilie, jeune orpheline de noble origine, sa servante Joséphine et Constance, une riche émigrée, sont au cœur de l’intrigue d’Isabelle de Charrière, elles vivent librement en cette période de révolution sociale et elles lisent librement. La lecture des journaux en communauté permet de s’informer des actualités françaises ; les romans européens permettent de se distraire et de parler littérature entre amis : les cercles de réfugiés comparent les mérites respectifs de la Julie de Rousseau et de la Clarisse de Richardson, commentent les principes éducatifs de Rousseau alors que les nobles désargentés cherchent à exercer des activités lucratives et à mettre leurs savoirs et les connaissances pratiques à profit. La lecture des philosophes tout comme des grands noms de la littérature des siècles passés permet même aux femmes de traverser les épreuves de la Révolution sereinement. La lecture en commun accentue la fraternité nécessaire et recherchée dans ces situations tragiques, hommes et femmes lisent et pleurent ensemble sans honte, ils témoignent de leurs âmes sensibles et de compétences de lecteurs égales. Constance lance même une expérience pour prouver l’égalité des sexes en faisant élever deux jumeaux de sexes différents à l’écart du monde : le garçon vêtu en fille et nommé Charlotte, la fille avec les attributs des garçons et nommée Charles, afin de voir s’ils développeront des activités et des comportements propres à leur sexe de naissance ou non. Au château d’Altendorf, le groupe d’émigrés décrit par Isabelle de Charrière lance une école novatrice pour les familles plébéiennes et les idées nouvelles fleurissent tandis que Talleyrand en France propose que les femmes bénéficient des avantages de l’instruction au même titre que les hommes dans son Rapport sur l’instruction publique en 1791, suivi en 1792 par Condorcet.

18Cependant, il s’agit bien là de l’acmé atteint dans les représentations de lectrices car cette floraison d’images très positives ne dure pas dans les textes littéraires, tout comme la liberté et la progression du statut des femmes s’arrêtent rapidement au cours de la Révolution française. Dès 1802, dans Delphine puis dans le roman Corinne en 1809, Mme de Staël décrit les obstacles auxquels se heurtent des jeunes femmes éclairées, souhaitant vivre librement ; leurs lectures leur sont reprochées, elles ne sont plus des femmes susceptibles d’être de bonnes épouses. La première moitié du dix-neuvième siècle est marquée par la « Restauration » des modèles traditionnels des femmes savantes ridicules et des ingénues perverties par la lecture de fiction dans les romans, bas-bleus et vierges folles reviennent à la mode sous le premier Empire et la Restauration.

19La lecture féminine semble donc bien avoir connu une progression lumineuse au cours du XVIIIe siècle. Les représentations littéraires de lectrices témoignent d’une progression tout au long du siècle vers l’autonomie et la reconnaissance des potentialités des lectrices. La vague libertine de la première moitié du siècle a permis de sortir des images des femmes savantes à lunettes, enlaidies dès qu’elles ouvraient un livre, pour peindre les charmes des lectrices alanguies, des lectrices rêveuses et le plaisir que pouvaient éprouver les femmes à la lecture. Rousseau a créé avec Julie, un personnage de lectrice admirable, paradoxalement savante, même moralisatrice parfois, et cependant encensée par tous comme un parangon de vertu, un modèle de mère et d’épouse. Les œuvres de la seconde moitié du siècle ont emprunté à Rousseau certains de ses principes sur l’éducation (chacun choisissant parmi les affirmations parfois contradictoires du maître) et ont mis en avant le rôle éducatif essentiel du livre dans la formation féminine, que ce soit pour imaginer l’éducation la plus libertine ou la plus susceptible de produire une sage épouse. Les héroïnes de la dernière décennie du siècle semblent les filles issues de cette réflexion sur l’éducation à donner aux femmes : elles lisent librement et en égale des hommes, pour leur bonheur et traversent ainsi les affres de la Révolution en véritables femmes éclairées.

Notes

1 Étudier la rhétorique de la lectrice consiste à rechercher dans les textes cinq étapes de la lecture, par rapprochement avec les cinq étapes de la rhétorique classique, soit :

  1. L'inventio ou le choix de lecture des personnages féminins : que lisent les héroïnes ? Est-ce que ce sont des lectures imposées ou des lectures choisies libre ment ?
  2. La Dispositio ou les objectifs de lecture affichés par ces personnages : dans quels buts disent-elles lire ? La lecture a-t-elle un rôle didactique, un rôle de divertissement... ont-elles des desseins cachés ?
  3. L'Elocutio ou les compétences de lecture attribuées aux héroïnes : comment lisent-elles ? Sont-elles rêveuses ou critiques ? S'identifient-elles aux personnages de leurs lectures ?
  4. L'Actio ou leurs conditions de lecture : où lisent-elles ? à l'intérieur ou à l'extérieur ? dans leur chambre ou au salon ? en compagnie ou seules ?
  5. La Memoria ou ce qu'elles retiennent de leurs lectures et les conséquences de ces dernières : sont-elles conduites vers la voie de la sagesse ou sur le chemin de leur perdition ? Quels sont les effets attribués à la lecture ?

Cette grille d’analyse s’inspire de la rhétorique du lecteur définie par Alain Viala dans Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception : pour une sociopoétique, Perspectives littéraires, Paris, PUF, 1993, p. 199-200. Pour plus de détails, lire ma thèse : Sandrine Aragon, Des Liseuses en péril : images de lectrices dans les textes de fiction (1656-1856), Paris, Honoré Champion, col. Les Dix Huitièmes siècles, 2003, p. 732.

2 À ce sujet, on peut lire : Jean-Marie Goulemot, « Aperçus du rêve au siècle des lumières », in Revue des sciences humaines, LXXXII, n° 211, juillet-septembre 1998 ; et bien sûr son ouvrage : Ces livres qu’on ne lit que d’une main : lecture et lecteurs de livres pornographiques aux XVIIe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1991.

3 Favart déclare en 1766 : « Nos ouvrages nouveaux ne sont plus que des recueils d’estampes », Selon Patrick Wald Lasowski : « enrichi d’images, s’enivrant d’ornements, le texte expire sous le nombre de culs de lampe érotiques... ». Patrick Wald Lasowski, Libertines, Les Essais, CXX, Paris, Gallimard, 1980, p. 156. Voir aussi : Michel Delon, L’Invention du boudoir, Paris, Zulma, 1999.

4 Le Midi, gravure de Ghendt, d’après une gouache de P. A. Baudoin (Imprimés, Bibliothèque Nationale de France). Amynte à son lever, gravure anonyme, vers 1750 (Imprimés, Bibliothèque Nationale de France).

5 Fougeret de Monbron, Margot, la ravaudeuse, In Romans libertins du XVIIIe siècle, Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1993, p. 737.

6 Marmontel reprend notamment le personnage du Sylphe, mis à la mode par Crébillon, puis au théâtre, dans Le Mari Sylphe, en montrant comment un mari peut faire revenir sa femme de son goût pour les sylphes ; toutefois les scènes montrant des honnêtes femmes lisant sans conséquence néfaste restent peu présentes.

7 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Première partie, lettre 12 à Julie, Paris, Gamier, 1960, p. 32.

8 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, Livre cinquième, Paris, Garnier Flammarion, 1966, p. 537.

9 « Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utile, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà les devoirs des femmes de tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance. » Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, Livre cinquième, éd. cit., p. 475·

10 Les diatribes antiféministes de Rousseau sont parfois très proches de discours de La Bruyère, dans Les Caractères notamment, au chapitre 49 « Des femmes », on retrouve les mêmes phrases, les mêmes arguments : « pourquoi s’en prendre aux hommes de ce que les femmes ne sont pas savantes ? (...) »

11 Au sujet de la réception de Rousseau, voir l’incontournable étude de Claude Labrosse, Lire au XVIIIe siècle : La Nouvelle Héloïse et ses lecteurs, Paris, éd. du CNRS et Presses Universitaires de Lyon, 1985.

12 L’Étude, toile de Fragonard (1732-1806) (Le Louvre, Paris). La Marquise de Pompadour, pastel de Maurice Quentin Delatour (1704-1788), (Le Louvre, Paris).

13 Étiemble a publié ce roman dans son édition de la Pléiade : Les Romanciers du XVIIIe siècle, et en fait l’éloge ; Béatrice Didier consacre un chapitre au « roman d’émigration » dans Écrire la Révolution (1789-1799), Paris, PUF, 1989 et note l’importance de l’œuvre également comme « fondateur du genre ».

Auteur

Agrégée et docteur ès lettres, a soutenu sa thèse en 1999 à l’université de Paris III – Sorbonne Nouvelle. Elle est publiée chez Honoré Champion dans la collection les Dix-Huitièmes siècles : Des Liseuses en péril : images de lectrices dans les textes de fiction de La Prétieuse de l’abbé de Pure à Madame Bovary de Flaubert (1656-1856), 2003. Elle est membre du centre IRCL de l’université Paul-Valéry — Montpellier III. Ses travaux portent sur les représentations féminines dans la littérature française et sur l’accès des femmes à la connaissance par la lecture et les voyages. Elle a effectué un post-doctorat à l’université fédérale de Rio de Janeiro en 2002. Parutions récentes d’articles dans : Les femmes des lumières, Revue Dix-huitième siècle, numéro spécial sous la direction de Sylvain Menant, 2004 ; « Les Femmes auteurs, autrices ou auteuses selon Rétif de La Bretonne », Études rétiviennes, 2004 ; « Les représentations de lecteurs dans les préfaces romanesques françaises du XVIIIe siècle », Actes du colloque de la SATOR organisé par Jan Herman à Louvain et Anvers, 2005
“Agrégée” and “docteur ès lettres”. Her doctoral thesis, Des Liseuses en péril: images de lectrices dans les textes de fiction de La Prétieuse de l’abbé de Pure à Madame Bovary de Flaubert (1656-1856), 2003, was defended in 1999 at the University of Paris III — Sorbonne Nouvelle and published in Honoré Champion’s collection “les Dix-Huitièmes siècles”. She is a member of the IRCL at the University Paul-Valéry — Montpellier III. She has been researching on women’s representations in French literature and their access to knowledge through reading and travelling. She wrote a post-doctorate at the Federal University of Rio de Janeiro in 2002. Recent publications in Les femmes des lumières, Review Dix-huitième siècle, a special issue edited by Sylvain Menant, 2004; “Les Femmes auteurs, autrices ou auteuses selon Rétif de La Bretonne”, Études rétiviennes, 2004; “Les représentations de lecteurs dans les préfaces romanesques françaises du XVIIIe siècle”, Actes du colloque of the SATOR organized by Jan Herman in Louvain and Anvers, 2005

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540