Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Modes de lecture dans l’Europe des Lumières

Introduction

Thomas Bremer

Volltext

1La lecture a récemment fait l’objet d’une nouvelle recherche. Comment lisait-on dans le passé ? Où, quand et pourquoi lisait-on ? De quels lecteurs s’agissait-il vraiment ? Ou encore en quels termes les finalités et les modes de l’acte de lire étaient-ils exactement définis et répertoriés par leurs contemporains ?

  • 1 Pour une estimation de la recherche avant 1993, voir Chartier, 1995, et ses nombreuses indications (...)

2Telles sont les questions qui, parmi tant d’autres, ont attiré l’attention croissante des chercheurs ces dernières années dans divers domaines de l’histoire culturelle et de la critique littéraire. Diverses études, portant sur presque tous les pays européens du Moyen-Âge jusqu’à un passé relativement récent, ont proposé de nouvelles stratégies pour aborder la problématique de la lecture1. Cependant, l’étude de la lecture dans la culture européenne au Siècle des lumières s’est avérée tout particulièrement fructueuse, car elle a mis au jour un grand nombre de nouvelles approches de la pratique et de la finalité de la lecture, ainsi que de ses représentations.

3Nous ne pourrons présenter ici, et ce de façon sommaire, qu’une partie des facteurs du développement de cette pratique.

  • 2 Engelsing, 1974. Pour la controverse, voir, entre autres, Darnton, 2000, p. 165 sq.

4On remarque tout d’abord, qu’à cette époque, dans l’Europe tout entière, le nombre d’imprimeurs, de libraires et d’éditeurs est en hausse constante ; ce qui correspond à une culture fondée sur une communication plus écrite qu’orale, comme c’était déjà le cas antérieurement. La question était donc de savoir si l’on peut vraiment parler d’une « révolution de la lecture » qui, du paradigme du lecteur « intensif » qui lit peu mais très souvent, aboutirait au lecteur « extensif » qui lit un nombre croissant de livres, mais d’une façon plus superficielle2. Au cours des dernières décénnies, de nombreuses études ont montré que, dans tous les cas, au XVIIIe siècle, le lectorat augmente considérablement, car il comprend un plus grand nombre de femmes et des catégories sociales plus diversifiées. Ce « nouveau lectorat » inclut des personnes qui, jusqu’alors, étaient tenues éloignées de toute vie intellectuelle, comme, par exemple, les domestiques. Pour ce qui concerne la situation en Grande Bretagne, Jan Fergus a pu montrer, grâce aux registres des librairies de quatre villes provinciales de 1746 à 1784, que les cinquante domestiques répertoriés avaient surtout commandé des guides, des manuels de bonnes manières et des ouvrages de référence, parmi lesquels des livres sur le bon usage dans la correspondance ; mais il suggère aussi que ces mêmes domestiques contribuèrent à l’accroissement du lectorat de magazines dans les provinces (Fergus 1986, 1996). David Prowett, par example, fils d’aubergiste et probablement au service d’un marchand de nouveautés, s’abonna en 1777 au A la Mode Magazine pendant deux mois, puis au Lady’s Magazine, alors que d’autres préféraient le London Magazine ou le Court and City. On a même pu retracer, ces dernières années, des « carrières de lecteurs individuels » plus largement consacrées à la lecture, comme John Brewer dans son étude sur Anna Larpent. Fille d’un diplomate britannique autodidacte et membre de la Royal Society, Anna Larpent avait lu plus de 440 ouvrages comprenant livres, pamphlets, pièces de théâtre et sermons pendant les dix premières années où elle a noté ses lectures (Brewer 1996). Pour connaître la situation en France, on peut consulter le compte-rendu fait par Robert Darnton des lectures de Jean Ranson, le marchand rousseauiste de La Rochelle (Darnton 1984).

  • 3 Pour un aperçu de l’Europe de l’ouest, y compris la Scandinavie, voir Barber/Fabian, 1981 ; pour l (...)
  • 4 Ibid., p. 175 ; pour une vision de toute l’Europe, voir Dann, 1981.
  • 5 Censer, 1994, p.7, 215ff. ; voir aussi Bots, 1998 et Sgard, 1991.

5Cette évolution du marché du livre correspond à un intérêt croissant pour la chose intellectuelle et au succès économique de la communication sous forme imprimée. Le nombre d’imprimeurs, de libraires et d’éditeurs, nous l’avons dit, augmenta considérablement dans la plupart des pays européens, surtout dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle3. Dans la même période, les grands libraires européens (Giles Barber en recense trente-quatre au milieu du XVIIIe siècle) travaillaient de plus en plus au niveau international, ce qui amène Barber à conclure que « à part le marché ibérique plutôt spécialisé, quasiment tous les centres européens importants au XVIIIe siècle sont représentés » (Barber 1981, p. 222). Dans ce contexte, il est plus aisé de comprendre certains faits qui, au premier abord, peuvent paraître surprenants dans le domaine de la distribution du livre. La Société Typographique de Neuchâtel, par exemple, produisit 500 éditions sur ses quatre presses en vingt ans et détient encore aujourd’hui une correspondance d’environ 250 000 lettres, toutes en bon état (Darnton 1979). Une bibliothèque de prêt privée, telle que la « British Library » de Johan Bell, déclarait posséder 10 000 volumes en 1771, 31 000 en 1776, 50 000 en 1778 et 150 000 en 1793 (Raven 1996, p. 181) ; de plus, au cours de la « révolution des bibliothèques dans l’Angleterre du XVIIIe siècle » (Raven), des vingt bibliothèques de prêt limitées à Londres en 1760, on passe en 1800 à plus de deux cents dans tout le pays4. On sait que le nombre croissant de revues était en progression constante, tant pour leur nombre que pour le nombre de leurs exemplaires. Jack Censer a pu montrer à quelle vitesse s’est effectuée cette augmentation dans le marché du livre français : le nombre de périodiques accessibles au lectorat français pendant au moins trois ans, passe de 15 en 1745 à 37 en 1765 et à 82 en 17855.

  • 6 Chartier, 2000, ch. 2 et 3, commente l’étude de Jürgen Habermas sur la « sphère publique ». Strukt (...)

6On peut interpréter cette évolution, et Roger Chartier défend cette thèse6, comme l’un des facteurs de la naissance d’un nouveau genre de sphère publique, selon les termes d’Habermas dans sa célèbre théorie, ainsi que comme le résultat d’une restructuration radicale du domaine intellectuel depuis environ 1750. Henri-Jean Martin ramène ce phénomène à une accélération de la vie intellectuelle autour de 1770 : « On a le sentiment qu’aux environs des années 1770 la circulation du livre s’accélère à travers l’Europe » (Martin 1987, p. 125). Parmi les témoins de cette évolution, Malesherbes, « directeur de la librairie » depuis 1750, avait déjà observé qu’en France, « l’âge de l’impression » change les conditions de l’exercice du pouvoir, car il donne à la Nation « du goût et de l’habitude de s’instruire par la lecture » (Chartier 2000, p. 69). Quoi qu’il en soit, la lecture extensive et les débats sur les lectures, c’est-à-dire, les formes écrites et orales d’une circulation des idées au sein d’un espace public naissant, constituent l’une des grandes caractéristiques de cette période.

7C’est dans ce cadre que l’on doit situer les articles du premier des deux volumes de « La lecture dans l’Europe des Lumières » qui ont pour objet l’étude de la pratique, de la finalité et de la représentation de la lecture à cette époque. Dans son article liminaire, Élisabeth Détis (Montpellier) traite de l’iconotexte de la lecture dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, à savoir, des divers modes de representation de l’acte même de lire dans la peinture. Le livre, qui faisait de plus en plus partie de la vie quotidienne, était représenté non seulement dans des portraits de poètes et d’écrivains mais aussi dans ceux de gentlemen et de ladies, d’enfants et même de familles. Les articles de Sandrine Aragon (Montpellier) et de Ansgard Danders (Halle) examinent le rôle de la « nouvelle » lectrice au XVIIIe siècle en France : est-il possible de découvrir dans le roman des images positives de lectrices lisant pour leur propre perfectionnement sans suciter de médisance ou de réprobation ? Aragon analyse des exemples de lectrices libertines entre 1730 et 1760 qui trouvent leur contrepartie dans une révolution de l’image de la lectrice autour de 1760 chez Rousseau et conduisent à l’interprétation de la lecture féminine comme projet éducatif à la fin du siècle. Danders montre cependant que la lecture de roman est aussi un sujet controversé dans le discours théorique sur les femmes de cette époque. Le conflit entre une vision traditionnelle de la lecture comme acte dangereux et la vision « éclairée » préconisant la plus grande diffusion possible du savoir débouche sur un compromis qui recommande l’éducation féminine à condition que celle-ci ne mette pas en danger la relation traditionnelle entre les époux. Isabelle Brouard Arends (Rennes) traite aussi de cette question dans son article. Dans son étude de La Nouvelle Héloise de Rousseau, de Adèle et Théodore de Mme de Genlis et de leur paratexte respectif, elle en vient à conclure que, quarante ans après la publication du texte de Rousseau, le débat autour de ses positions est toujours aussi vif. Le personnage de la lectrice, défini par Rousseau dans ses paratextes de l’Émile, rejoint le personnage de Julie dans le roman et les contraintes sociales imposées à cette dernière sont analogues à celles déjà envisagées pour la lectrice dans la Seconde préface du texte.

8Les deux contributions suivantes étudient deux autres aspects matériels de la relation entre la lecture et l’évolution du marché du livre. Jens Häseler (Potsdam) montre à quel point l’extension des connaissances amène d’importantes modifications dans la manière dont celles-ci sont présentées ainsi que de nouvelles stratégies de publication. Outre la forme traditionnelle du monographe, apparaissent des présentations fragmentées du savoir, telles que le périodique, le dictionnaire ou encore l’encyclopédie. La loi de la cohésion est remplacée par de nouveaux modes d’information tels que le système simplifié du classement par ordre alphabétique qui nécessite une lecture éclatée et entrecoupée. Françoise Weil (Lyon), pour sa part, montre combien il est difficile de distinguer les éditions officielles des réimpressions et des contrefaçons pour des textes français imprimés en France, en Suisse, en Hollande ou indiquant même de fausses addresses de publication.

9Ce volume se termine par deux articles qui étudient et comparent les modes de lecture du discours historico-idéologique et ceux du discours médical. Christophe Losfeld (Halle) met l’accent sur les différents rôles de l’histoire comme sujet de lecture dans les théories de l’éducation au XVIIIe siècle. Suivant la progression de la vision de l’histoire non plus comme résultat de la providence, mais comme phénomène pouvant être interprétée politiquement, de sujet d’instruction réservé aux princes et aux jeunes aristocrates, l’histoire devient (et ce, une fois encore, sous l’influence de Rousseau) sujet de discussion de ce que pourrait être une « éducation nationale » à grande échelle. Dans le dernier article, Valérie Le Vot (Paris) examine les conséquences de Lesesucht (la manie de la lecture), de Leseseuche (l’épidémie de la lecture) et de Lesewut (la fureur de lire) dans le discours médical de l’époque en Allemagne, et plus particulièrement dans celui de Christoph Wilhem Hufeland. Celui-ci ne rejette pas la « révolution de la lecture » et ne tente d’interdire la lecture ni aux femmes ni aux jeunes gens. Toutefois il essaye de soumettre la lecture aux règles générales d’une vie caractérisée par la mesure et l’équilibre. Au cœur de sa réflexion, se trouve l’individu : il est primordial de trouver la diététique la mieux adaptée à son sexe, à son âge et à sa force vitale.

  • 7 Krauss, 1960. Voir aussi la requête de Henri-Jean Martin pour une « histoire de la lecture » dans (...)

10Dans deux articles bien connus, Robert Darnton a examiné l’importance de l’historique du livre et de la lecture dans l’analyse de la culture européenne des Lumières. Cette problématique est bien connue des chercheurs littéraires dont l’approche est sociocritique ou médiacritique. En plus des livres célèbres de Martin, de Chartier et de Roche abordant l’histoire du livre en France sous divers aspects, les latino-américanistes connaissent l’étude pionnière de Irving Leonards : Los Libros del conquistador (1949) dans laquelle, pour la première fois, l’auteur analyse des registres de navires afin de reconstituer l’histoire de l’importation de livres espagnols interdits vers les colonies. Les dix-huitièmistes auront aussi à l’esprit le long article de Werner Krauss : « Über den Anteil der Buchgeschichte an der literarischen Entfaltung der Aufklärung » (« De l’importance de l’histoire du livre dans l’histoire littéraire des Lumières »), publié dès 19607. Selon Darnton, dans le domaine de l’histoire du livre, seul le fait d’intégrer les résultats de ce genre de recherche dans des thèses sur la définition de la Culture des Lumières peut conduire à la découverte d’acteurs secrets ayant pourtant joué un rôle décisif dans le développement des échanges intellectuels de l’époque (comme, par exemple, des imprimeurs téméraires ou même pirates), ou bien à identifier des navigateurs et des contrebandiers du livre ayant transgressé les frontières de la censure de l’impression et de la publication. Ce sont des intermédiaires qui assurent la diffusion et la réception des textes des Lumières auprès de leurs lecteurs en France comme dans d’autres pays européens. Darnton écrit : « Quel chemin empruntait le livre pour parvenir de l’imprimerie à la librairie, on n’en sait trop rien. Il se peut que la charrette, la péniche, le vaisseau marchand, le courrier postal et le chemin de fer aient eu une plus grande incidence sur l’histoire de la littérature qu’on ne l’imagine. » (Darnton 1990, 128f)

11Au cours de vingt années d’une recherche ayant pour objet les lettres commerciales de la Société Typographique de Neuchâtel, Darnton lui-même a révélé en quoi, outre leur forte influence culturelle, les Lumières et l’Encyclopédie participaient du monde des affaires ; il a montré comment la contrebande de manuels réimprimés à partir de la Suisse (ou plutôt de la Prusse, car Neuchâtel était alors une enclave prussienne) était le seul moyen pour de nombreux lecteurs francophones d’avoir accès à de nouveaux textes critiques qui ne pouvaient être légalement diffusés. Poursuivant sa réflexion et la centrant sur le rôle du lecteur, destinataire de tout procédé de diffusion, Darnton écrit : « Malgré les innombrables études psychologiques, phénoménologiques, textologiques ou encore sociologiques de la lecture, celle-ci reste un mystère. Quel sens les lecteurs donnent-ils aux signes sur la page imprimée ? Quelles sont les conséquences sociales d’une telle expérience ? Comment enfin la lecture a-t-elle évolué ? » (Ibid., 131).

12Ces questions ouvriront peut-être la voie à d’autres réflexions, telles que celles qui firent l’objet du colloque du CIRBEL à Wittenberg, et que nous avons le plaisir de présenter dans les volumes 7 et 8 du Spectateur européen.

Anmerkungen

1 Pour une estimation de la recherche avant 1993, voir Chartier, 1995, et ses nombreuses indications bibliographiques.

2 Engelsing, 1974. Pour la controverse, voir, entre autres, Darnton, 2000, p. 165 sq.

3 Pour un aperçu de l’Europe de l’ouest, y compris la Scandinavie, voir Barber/Fabian, 1981 ; pour l’Europe centrale et l’Europe de l’est, voir Gopfert, Kozielek, Wittmann, 1977.

4 Ibid., p. 175 ; pour une vision de toute l’Europe, voir Dann, 1981.

5 Censer, 1994, p.7, 215ff. ; voir aussi Bots, 1998 et Sgard, 1991.

6 Chartier, 2000, ch. 2 et 3, commente l’étude de Jürgen Habermas sur la « sphère publique ». Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962.

7 Krauss, 1960. Voir aussi la requête de Henri-Jean Martin pour une « histoire de la lecture » dans « Pour une histoire de la lecture » (1982), 1987.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540