Version classiqueVersion mobile

Melancholia

 | 
Marie Blaise

Argument

Marie Blaise

Texte intégral

1Au moment où Freud invente la psychanalyse, l’hystérie, dernier avatar du « mal du siècle » romantique, peuple les asiles et la littérature se veut « décadentiste » et « symboliste ». Aujourd’hui c’est la dépression que l’on appelle « mal du siècle » et nous serions « post-modernes », autrement dit sans contemporain.

2Au cours de l’histoire, Melancholia s’est déjà présentée comme figure du destin mais, dans les mises en scène de l’absence auxquelles l’art nous a accoutumés, la mélancolie constitue peut-être aujourd’hui, de manière plus spécifique encore, la figure qui permet de saisir la problématique du déclin à travers toutes les représentations d’un monde désinvesti dans lequel le travail du deuil — de la culture, de la bonté, de la beauté... — ne semble plus devoir trouver une fin.

3Dans la mélancolie, selon la théorie freudienne, la libido se retire d’une partie de l’objet pour être reportée sur le moi. En psychanalyse, la réflexion sur la mélancolie induit la question du statut de l’objet en même temps que celle de la relation d’objet. Deuil et Mélancolie est à la fois l’un des rares textes où Freud pose le problème de la relation d’objet au sens moderne du terme — c’est-à-dire celui de la relation du sujet avec son monde — et l’un des textes qu’il conçoit comme préliminaires à l’élaboration d’une métapsychologie.

4La poésie moderne opère sur un objet qu’elle ne peut signifier dans sa globalité — ou même, avec Mallarmé, sur un objet absent. Les processus de déliaison et de retournement de la libido que suppose la mélancolie se retrouvent dans l’art contemporain dont c’est devenu un lieu commun que de dire qu’il s’est constitué de et dans la perte de l’objet et de l’auteur. Poétique du non-fini; mouvement métonymique qui propose le fragment plutôt que des formes du tout; « transférances », plutôt que métaphores, qui remplacent un nom par un autre, un rapport à l’objet par un rapport à un autre objet; multiplication des représentations ou multiplicité de points de vue; l’ensemble sans effet d’ordre: tout cela induit un rapport particulier à la représentation. Pour le dire autrement, c’est la prévalence d’une relation d’objet particulière qui s’exprime là, dont les rapports avec cette autre qui la supporte — la sublimation — demandent à être questionnés, d’autant que la « mélancolie » s’étend aussi à la critique d’art en général depuis ce qu’on appelle le « post-moderne ».

5Les articles qui suivent constituent les Actes du colloque international du C.N.R.S. : « Melancholia : Littérature et psychanalyse », organisé dans le cadre du G.D.R. 1121 « Ethique et Esthétique en Psychanalyse », à l’Université Paul-Valéry, Montpellier III, les 3 et 4 décembre 1998.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search