Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Auteurs

Texte intégral

1Martina Bender enseigne à l’université de Halle-Wittenberg dans le département des langues et littératures romanes. Elle a publié sa thèse sur Rétif de la Bretonne (Die literarische Reflexion der Französischen Revolution bei Rétif, Bonn 1995), ainsi qu’une traduction et une édition de ses Nuits révolutionnaires (Leipzig 1989). Actuellement, elle travaille dans le domaine de la littérature espagnole, notamment sur le théâtre à l’époque de l’Ilustración.

2Thomas Bremer est Professeur et directeur du Département de Littérature ibérique et ibérico-américaine à l’université de Halle-Wittenberg. Auteur d’un grand nombre de publications, notamment dans le domaine des littératures espagnole, italienne et latino-américaine depuis le XVIIIe jusqu’au XXe siècle, il est co-éditeur de plusieurs périodiques et revues internationales. Il est dix-huitièmiste et sa recherche actuelle porte sur les rapports entre la littérature espagnole et les autres littératures du Siècle des lumières, ainsi que sur l’histoire du livre et de son commerce. Dans le Spectateur européen, vol. 1, il a publié un article sur la contrebande vers l’Espagne des gravures de la Société Typographique de Neuchâtel.

3Nathalie Ferrand est chercheuse au C.N.R.S., spécialiste du roman français au XVIIIe siècle et auteure notamment de Livre et lecture dans les romans français au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 2002. Elle prépare actuellement un ouvrage sur le roman illustré pour les Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, et mène des recherches sur la présence du roman français hors de France au siècle des Lumières.

4Allan Ingram est Professeur d’anglais à l’université de Northumbria à Newcastle. Ses nombreuses publications portent sur le dix-huitième siècle ainsi que sur la période moderne, avec des œuvres sur Boswell, Swift, Pope, sur divers aspects de la folie et de l’écriture ainsi que des publications sur Joseph Conrad et James Boswell. Sa dernière publication, en collaboration avec Michelle Faubert, est Cultural Constructions of Madness in Eighteenth-Century Writing : Representing the Insane (Palgrave, 2005). Sa recherche actuelle porte sur « La dépression et ses représentations au XVIIIe siècle ».

5Graham Jefcoate a été Directeur des Collections d’Imprimés Anciens à la « British Library » de 1997 à 2001, Conservateur de la « Berlin State Library » de 2002 à 2003 avant d’être aujourd’hui Directeur de la bibliothèque Universitaire de Nijmegen. Ses nombreuses publications portent sur l’histoire des bibliothèques et du commerce du livre, notamment sur les imprimeurs et éditeurs allemands à Londres au XVIIIe siècle. Publications récentes : « German printing and bookselling in eighteenth-century London : evidence and interpretation » (bibliographie et introduction), in Archiv für Geschichte des Buchwesens, 57 (2003), p. 147-248 ; « Charles Heydinger : A German bookseller in eighteenth-century London, 1766-1784 », in The Corvey Library and Anglo-German cultural exchanges, 1770-1837, ed. W. Huber. München 2004, p. 35-53.

6Claude Maffre est professeur émérite de portugais à Montpellier III. Agrégé d’espagnol, il a fait une carrière universitaire en portugais, assumant pendant dix ans les fonctions de directeur du département de portugais à Montpellier. Ses travaux ont essentiellement porté sur l’étude de la poésie, satirique en particulier, dans le XVIIIe siècle portugais. Il a publié plusieurs traductions, un livre sur les voyageurs au Portugal aux XVIIIe et XIXe siècles (Urrugne/Paris 2005), et sa thèse est parue aux éditions de la Fondation Gulbenkian ( L’œuvre satirique de Nicolau Tolentino, 1994).

7Sabine Schwarze a soutenu son doctorat et sa thèse de habilitation à l’université de Halle-Wittenberg et est, depuis 2004, professeur de Linguistique Romane à l’université d’Augsbourg. Elle a publié avant tout au champ de la réflexion de langues et de traductions au XVIIIe siècle, ainsi que sur l’histoire de la théorie italienne de traduction. Parmi les dernières publications se trouve Sprachreflexion zwischen nationaler Identifikation und Entgrenzung. Der italienische Übersetzungsdiskurs im 18. und 19. Jahrhundert (Münster : Nodus, 2004).

8Stuart Sim est professeur de « Théorie critique » au Département d’Anglais de l’université de Sunderland. Ses nombreuses publications portent sur la fiction en prose aux dix-septième et dix-huitième siècles et sur la théorie critique moderne. Publications récentes : Bunyan and Authority (with David Walker ; Ashgate, 2000), Irony & Crisis : A Critical History of Postmodern Culture (Icon, 2002), The Routledge Companion to Postmodernism (2002, 22005) and The Discourse of Sovereignty from Hobbes to Fielding (with David Walker ; Ashgate, 2003).

9Anne Sommerlat, ATER au département d’allemand de l’université de Amiens. Germaniste de formation, elle a defendu une thèse de doctorat sur le duché de Courlande à l’époque des Lumières (Co-tutelle de thèse entre les universités de Toulouse III et de Halle). Parmi ses articles se trouvent « L’insertion de la Russie dans l’Europe éclairée : le point de vue germano-balte », in Slavica Occitania, 20/2005, p. 229-244, et « Ein Kurlander im Dienste Frankreichs im ausgehenden 18. Jahrhundert : Baron Karl von Nolde », Colloque « Kurzemes und Zemgales hercogiste : sabiedriba, politika, kultura » [Les duchés de Courlande et de Sémigalie : Société, Politique, Culture], Ventspils/Lettonie, 10-11 juin 2004.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540