Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Abstracts/Résumés

Testo integrale

1Allan Ingram

2Boswell Reading Boswell: A Chapter in Autobiographical Misconstruction

3James Boswell, like any contemporary Scottish or English gentleman, was a wide reader, schooled in the classics and, of course, in the greats of the vernacular, especially Shakespeare, Addison and, of his immediate contemporaries, Johnson. Boswell’s reading, however, was not at all systematic, or systematisable. Except in his legal practice, where he often records reading solidly and unenthusiastically for a particular case, he tended to read as the mood took him, and often altogether without solidity. But Boswell’s reading was in one respect distinctive, even thorough, and certainly directed towards understanding one thing as clearly as possible, even if filled with misreadings and misconstructions. He read his own journal, and the intention was to understand himself. My point is that Boswell made a conscious and sustained attempt with the Life of Johnson to edit himself into a less mockable, less amusing, less frivolous narrative figure for the purposes of public consumption, and thereby into a more consistent, less shaming, less volatile individual for his own consumption than in the journals that provided the fundamental reading material for the lives of Boswell and of Johnson.

4Boswell lit Boswell: un chapitre sur le contresens autobiographique

5James Boswell, comme tout gentleman écossais ou anglais de son époque, était un grand liseur. Il avait reçu une éducation classique et étudié, bien sûr, les grands auteurs de langue anglaise, notamment Shakespeare ou Addison, ou encore, parmi ses proches contemporains, Johnson. Cependant les lectures de Boswell n’étaient en rien méthodiques ni réductibles à une méthode. Sauf dans le cadre de sa profession de juriste, où, pour une affaire précise, il remarque souvent avoir effectué des lectures assidues mais dépourvues de plaisir, il avait tendance à lire selon son humeur et le plus souvent sans aucune constance. Mais, il est une lecture que Boswell faisait de façon différente, voire avec grand intérêt, dans le seul but de comprendre le mieux possible ce qu’il lisait, même s’il lui arrivait souvent de passer à côté du sens ou de la construction du texte: c’était son propre journal et son but était de se comprendre lui-même. Mon propos est de montrer, que dans Life of Johnson, Boswell a consciemment et énergiquement tenté de faire paraître de lui-même une image différente de celle que renfermaient ses journaux intimes qui avaient servi de sources primaires aux vies de Boswell et de Johnson: aux yeux du public, à travers un personnage de fiction moins frivole, moins comique et moins ridicule, et donc, à ses propres yeux, sous les traits d’un individu moins versatile, moins humiliant et plus équilibré.

6Stuart Sim

7Reading as Ideology: Robinson Crusoe, Spiritual Autobiography and the Bible

8Reading lies at the very heart of the nonconformist experience in seventeenth-and eighteenth-century England. It is through individual reading of the Bible and the tradition of spiritual autobiography that feeds through the works of writers such as John Bunyan, that the nonconformist individual learns how to structure his or her life. In modern terms of reference, someone like John Bunyan becomes a role model that others can hope to emulate, with his own autobiography Grace Abounding to the Chief of Sinners as a training manual for would-be electees from a nonconformist background. Robinson Crusoe gives no particular hint as to his reading in this area, but his presentation of his life in the characteristic form of spiritual autobiography suggests someone steeped in that cultural discourse: a discourse heavily identified with nonconformism by this stage. Reading is here an act of negotiation with one’s belief system, by which nonconformists can test its validity. Given that this belief system clashes with the dominant ideology of the time, that turns reading into something bordering on subversion; Crusoe’s “enthusiasm” on being led to the conversionrevealing passage of Scripture indicating where this can lead.

9La lecture comme idéologie: Robinson Crusoe, l’autobiographie spirituelle et la Bible

10La lecture est au cœur même de la pratique nonconformiste en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles. C’est par la lecture individuelle de la Bible et la tradition de l’autobiographie spirituelle qui nourrit les œuvre d’auteurs tels que John Bunyan que le nonconformiste apprend à organiser sa vie. En termes modernes, un écrivain tel que John Bunyan devient un rôle-modèle que les autres peuvent espérer égaler, sa propre autobiographie, Grace Abounding to the Chief of Sinners, servant de méthode aux prétendus élus issus d’un milieu nonconformiste. Robinson Crusoe ne fait aucune allusion à ses lectures dans ce domaine, mais le récit de sa vie sous forme typique d’autobiographie spirituelle révèle un personnage imprégné de ce genre de discours culturel, discours qu’à ce stade on peut sans erreur qualifier de nonconformiste. Dans ce cas, la lecture devient un acte de négociation avec son propre système de croyance qui permet aux nonconformistes de juger de sa valeur. Étant donné que ce système de croyance est en opposition avec l’idéologie dominante de cette époque, la lecture devient apparentée à la subversion et l’« enthousiasme » de Crusoe d’être parvenu au passage des Écritures qui révèle sa conversion en montre bien les éventuelles conséquences.

11Graham Jefcoate

12Am falschen Ort? German Printers and Booksellers in 18th Century London

13In this paper, I am going to address issues of location in the international book-trade, and specifically the problems experienced by Germanspeaking printers and booksellers in London during the mid-eighteenth century. Three periods of sustained activity can be recognised here: a preliminary “Pietist” phase, from ca. 1705 to 1722; the period from 1749 to the mid-i780s during which a number of specialist German printers and booksellers focussing inter alia on the German-speaking community emerge; and the period from the early 1790s to ca. 1802 associated with a number of new specialist German booksellers seeking to profit from a sudden interest in German literature. All of the printers and booksellers based their activities to the west of the City of London and close to centres of immigrant settlement or “cosmopolitan” activity. None of them attempted to encroach on the core activities of the native trade which remained determined to exclude outsiders from the printing and publishing of the most profitable, “mainstream” titles. Germans were necessarily specialists, restricting their activities to fields neglected by the native English and Scots. Their specialisation is defined by language, by format or genre. And almost all the German book-trade initiatives were relatively short lived, typically ending with the printer or bookseller selling his stock and “going into another way of business.”

14Am falschen Ort? Les imprimeurs et libraires allemands à Londres au XVIIIe siècle

15Dans cet article, je me propose d’étudier la problématique des espaces du commerce international du livre et notamment les problèmes rencontrés par les imprimeurs et libraires germanophones à Londres au milieu du XVIIIe siècle. On peut diviser ce siècle en trois périodes d’intense activité: une première période dite « piétiste », d’environ 1705 jusqu’en 1722; une deuxième période qui s’étend de 1749 jusqu’au milieu des années 1780, où apparaissent plusieurs imprimeurs et libraires professionnels allemands s’adressant, entre autres, à la communauté germanophone; et enfin la troisième période, du début des années 1790 jusqu’en 1802 environ, où l’on voit quelques nouveaux libraires allemands chercher à tirer profit d’un engouement soudain pour la littérature allemande. Toute l’activité de ces imprimeurs et libraires était basée à l’ouest de la Cité de Londres, à proximité des quartiers d’immigrés ou des centres d’activité « cosmopolite ». Aucun d’entre eux ne tentait d’empiéter sur les secteurs principaux du commerce autochtone qui entendait bien garder le monopole de l’impression et et de l’édition des best-sellers. Les Allemands étaient toujours des professionnels qui limitaient leur activité à des domaines délaissés par les autochtones, anglais ou écossais: c’est la langue, le genre ou le format des œuvre qui déterminaient leur spécialité. Cependant la plupart des entreprises du commerce allemand du livre furent relativement de courte durée, l’imprimeur ou le libraire finissant généralement par vendre son stock et par « changer de profession ».

16Anne Sommerlat

17Une revue éclairée de Courlande: la Mitauische Monatsschrift

18Répondant à l’invitation du duc Pierre (1724-1800) de venir s’établir en Courlande, petit État de culture germanique sous suzeraineté polonaise, aujourd’hui situé en Lettonie, pour y exercer la fonction de professeur à l’Académie de Mitau, Karl August Kütner rejoignit les cercles intellectuels locaux pour participer à la diffusion des idées des Lumières. Avec le soutien du prince, les hommes de lettres nouvellement établis cherchaient à rattraper le retard de la production littéraire, dû notamment à la guerre russo-suédoise du début du siècle. C’est dans cette entreprise que s’inscrit la revue Mitauische Monatsschrift (littéralement: la revue de Mitau), publiée par Kütner entre 1784 et 1785, qui proposait des articles scientifiques, notamment historiques, mais aussi des textes d’orientation plus pratique. Après des débuts prometteurs, la revue rencontra des difficultés, d’abord du fait de problèmes d’acheminement liés à l’habitat dispersé dans le duché, mais surtout parce que les lecteurs se montrèrent mitigés face à ce projet novateur. L’expérience enleva une partie de leurs illusions au rédacteur et à son équipe, qui avaient cru que la presse leur permettrait de toucher un public plus vaste, et par conséquent de susciter, grâce à la lecture, l’écriture.

19An Enlightened Review in Courland: the Mitauische Monatsschrift

20Karl August Kütner was asked by Pierre, Duke of Courland — a small State of German culture then under Polish rule, today situated in Latvia — to come and settle in his country and be a Professor in Mitau’s Academy. He thus became part of local intellectual circles and joined in their initiatives to spread Enlightenment ideas. With the prince’s support, such newly settled men of letters endeavoured to make up for a tardy literary output caused mainly by the war between Russia and Sweden in the early eighteenth century. Within this context the Mitauische Monatsschrift (literally the Mitau Review) was published by Kütner between 1784 and 1785. This offered research articles, especially on historical as well as more practical topics. The Review started promisingly then met with a number of difficulties, firstly because of distribution problems due to the dispersed nature of settlements in the dukedom. The second and main reason was the readers’ mixed attitudes towards such an innovative project. The experience of the Review cured the editor and his staff of something of their illusions because they had assumed the Review would reach a wider public and consequently turn some of their readers into writers.

21Nathalie Ferrand

22Le roman français dans l’espace allemand du XVIIIe siècle: collections, lectures, médiations

23Cet article se propose de présenter les résultats d’une enquête sur la présence du roman français à travers les bibliothèques personnelles de plusieurs lecteurs allemands du XVIIIe siècle, à Weimar et à Munich, bibliothèques féminines et masculines, princières ou bourgeoises. À chaque fois, les documents manuscrits que les propriétaires de ces livres ont eux-mêmes rédigés ou ont fait rédiger par un bibliothécaire, dressent un portrait intime d’eux-mêmes. Le roman français y est présent, parfois commenté par des jugements esthétiques avisés, parfois décrit avec des informations sur leur provenance, leur commerce et leurs censures qu’ils ont encourues. Ainsi c’est une part de la vie du roman français hors de France et ses rencontres avec des lecteurs étrangers qui surgit de ces collections anciennes et méconnues.

24French Novels in Eighteenth-Century German Libraries: Collections, Reading, Mediations

25This paper gives the results of research on French novels in a number of individual readers’ libraries in eighteenth-century Germany — in Weimar and Munich. The results are drawn from libraries of men and women, be they princes or bourgeois. In each case the lists which the owners of the books or their librarians drew up reflect a clear picture of the owners themselves. French novels appear, sometimes commented upon with well-informed criticism or with information about their provenance, their circulation and the censorship they incurred. Thus these old and unknown lists provide a life of the French novel outside of France and its treatment by foreign readers.

26Sabine Schwarze

27Lire les philosophes français dans l’Italie de la seconde moitié du XVIIIe siècle

28Au cours du XVIIIe siècle, la vocation de la langue française à « l’universalité », telle qu’elle est proclamée pompeusement par Rivarol en 1784 dans sa célèbre dissertation, est due surtout au prestige des œuvre — littéraires, philosophiques, scientifiques — qui s’expriment en cette langue. Le Siècle des lumières converse et écrit en français, même si on n’est pas francophile. Malgré une large diffusion du français en Italie, les grands textes français du siècle posent des problèmes de divers genres à la lecture: problèmes de diffusion ou bien de marché, provoqués par une politique restrictive de l’achat et de l’édition; problèmes linguistiques, la compétence linguistique des Italiens ne permettant pas la compréhension effective de textes philosophiques et scientifiques en français; problèmes de traduction, la langue italienne n’ayant pas les mêmes capacités pour rendre soit le lexique soit la syntaxe du français avec la même précision et clarté. À la motivation idéologique pour une étude des grands auteurs des Lumières européennes s’adjoint, dans le cas spécifique des Lumières françaises, l’héritage d’un fort sentiment de « concurrence » linguistique et culturel par rapport à la France. « Lire les Français » signifie alors jusqu’au XIXe siècle toujours confrontation linguistique, comparaison de deux systèmes linguistiques dont l’histoire dès le début est aussi une histoire d’influence réciproque, et au niveau métalinguistique d’un débat continuel.

29Italian Readings of French Philosophers in the Second Half of the Eighteenth Century

30In the eighteenth century the “universality” of the French language as solemnly proclaimed by Rivarol in his famous 1784 treatise was due mainly to the prestigious literary, philosophical and scientific works written in that language. The spoken and written language of the “Age of the Enlightenment” was French even among non-francophile authors. Throughout Italy the French language was wellknown and yet the reading of the great French texts of the time presented various problems: distribution or market problems caused by restrictions in purchasing and publishing policies; linguistic problems due to the Italians’inability to fully understand French philosophical and scientific texts, or else problems of translation, as French vocabulary or syntax cannot be rendered into Italian with the same precision and clarity. In addition to the ideological motives for studying great eighteenth-century European authors there was in the specific case of the French Enlightenment a strong tradition of cultural and linguistic “competition” with France. At the time and until the nineteenth century “reading French” always entailed a linguistic confrontation, a comparison between two linguistic systems whose history began with questions of cross-influence and, at a metalinguistic level, with continual debates.

31Claude Maffre

32Les Portugais lisent l’Europe (panorama des traductions au Portugal au XVIIIe siècle)

33Cette étude se partage en deux périodes. La première couvre le long règne de Jean V (1706-1750) et se caractérise par un certain immobilisme: près de 250 traductions sont publiées avec une préférence marquée pour les ouvrages de piété et les traductions de l’espagnol et de l’italien. La seconde, qui va de 1750 à 1807 (invasion des armées napoléoniennes), semble s’ouvrir au concert européen: le nombre des traductions quadruple, la part de la littérature devient prépondérante et la moitié des ouvrages sont traduits du français. Mais une recherche plus minutieuse révèle que la censure, toujours très puissante, s’efforce d’empêcher l’entrée au Portugal de l’essentiel de la pensée du siècle.

34Europe Read by Portugal (a Survey of Eighteenth-Century Portuguese Translations)

35This study covers two distinct periods: the first during John V’s long reign (1706-1750) is characterized by conservatism. Nearly all of the 270 published translations are of religious works mostly from Spanish and Italian. The second period from 1770 to 1807, which includes the invasion of Napoleon’s troops, seems to open Portugal up to European culture as the number of translations increases fourfold, with the majority comprising literary works, half of them being from the French. Yet a closer analysis reveals that the basic ideas of the eighteenth century are barred from Portugal by the ever present and very strict censorship.

36Martina Bender

37Rupture et déconstruction des codes de lecture du roman espagnol: le cas du Fray Gerundio de José Francisco Isla (1703-1781)

38Si l’on peut postuler l’existence d’une variante espagnole des Lumières, force est, cependant, de constater aussi ses limites idéologiques et mentales. C’est ainsi que les ilustrados, cette élite intellectuelle et politique qui avait l’ambition d’établir un État qui serait fondé sur les maximes de la raison et du bien commun, pour la réalisation de leurs projets rencontrèrent de nombreuses difficultés. Ils devaient reconnaître que la majorité de ses contemporains, loin de s’engager en faveur de changements exigeant de nouveaux modes de penser, se maintenait plutôt dans les cadres conceptuels de l’Ancien Régime et n’était, par conséquent, nullement prête à briser les structures périmées d’une société tombée en léthargie. C’est dans cette lignée, que l’activité d’écrivain du père jésuite José Francisco de Isla (1703-1781) s’inscrit dans les batailles idéologiques des dos Españas. Représentant du courant satirique de la littérature espagnole, dans sa Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, aliàs Zotes, publiée en 1758 sous un pseudonyme littéraire, l’auteur dénonce surtout le problème de l’ignorance et du manque d’instruction. C’est pour cet esprit critique que le roman du Padre Isla trouva le soutien des ministres éclairés qui le considéraient, en dépit de ses marques d’esprit jésuitique, comme un instrument pédagogique bien apte à appuyer leur propre combat. D’autre part, il est facile à expliquer qu’il fut persécuté par ceux qui se reconnaissaient comme cible de la satire et qui, en interdisant sa parution, contribuaient à la création d’un best-seller de la librairie espagnole du XVIIIe siècle.

39Breaking up the Todes of Reading Spanish Novels: the Case of Fray Gerundio by José Francisco Isla (1703-1781)

40If one considers a Spanish version of the Enlightenment one cannot but notice how limited it is both ideologically and intellectually. For example, the ilustrados, who were the intellectual and political elite and wanted to set up a State founded on the tenets of reason and the common-weal, met with great difficulties in achieving their aims. They had to admit that, far from promoting new modes of thought, the majority of their contemporaries confined their ideas to the norms of the Ancient Regime, and therefore were not at all prepared to reject the outdated structures of a now lethargic society. In that context the writings of the Jesuit Father josé Francisco de Isla (1703-1781) should be understood within the ideological struggles of dos Españas. The author, who was part of the satiric trend in Spanish literature, inveighed mainly against ignorance and lack of education in his country in his Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, alias Zotes. This was published in 1738 under a pen name. It was for its critical spirit that Padre Isla’s novel was favoured by well-informed ministers who thought that, despite its Jesuitical tendencies, it would help them in their own campaigns. On the other hand it is easy to see why the novel was rejected by those who recognised themselves as the targets of its satire. By opposing its publication they contributed to the promotion of a best-seller in the eighteenth-century Spanish book market.

41Thomas Bremer

42Voltaire, Reading. The Corpus des notes marginales and Voltaire’s Annotations to his Books on Spain, Portugal and Latin America

43Within the different types of documents which illustrate the historic development of reading processes, the manuscript annotations to a printed text are probably the most expressive interaction between an author and his reader and the directest possible response to what a reading person has under his eyes. On this background, it is even more astonishing that the publication of an extensive corpus of marginalia by one of the most important authors of the European Enlightenment — the Corpus des notes marginales de Voltaire, published since 1979 in an unique collaboration between Russian, German and British institutions — has received up to now nearly no attention at all by the researchers on the 18th century.— The article gives a general overview over the traces of Voltaire’s readings in his library sold to the tsarina in 1778, traces which can be found in around 30% of the 3863 works in 6814 volumes. Special attention is given to the documentation of Voltaire’s marginalia in his books on Spain, Portugal and the colonies in Latin America, mostly originating from the time in Verney (1758-1778) and ranging from Don Quijote and the Manuel des inquisiteurs to Las Casas and informations on Mexico, Peru and Paraguay.

44Voltaire, lecteur. Le Corpus des notes marginales et les notes de Voltaire dans ses livres sur l’Espagne, le Portugal et l’Amérique latine

45Parmi les différentes catégories de documents qui illustrent l’évolution des modes de lecture, les notes manuscrites sur un texte imprimé sont sans doute le mode le plus expressif d’interaction entre un auteur et son lecteur ainsi que la réaction la plus immédiate à ce qu’un lecteur a sous les yeux. Dans ces conditions, il est d’autant plus surprenant que les dix-huitièmistes ne se soient quasiment pas encore intéressés à la publication d’un important corpus de notes marginales dont l’auteur compte parmi les plus renommés de l’Europe des Lumières: le Corpus des notes marginales de Voltaire, publié depuis 1979 par un collectif extraordinaire composé de chercheurs russes, allemands et britanniques. Cet article est une étude des traces des lectures de Voltaire dans sa bibliothèque (qu’il vendit à la tsarine en 1778), traces que l’on trouve dans environ 30% des 3 863 œuvre répertoriées dans 6 814 volumes. Une attention toute particulière est accordée à la documentation sur les notes marginales de Voltaire dans ses livres sur l’Espagne, le Portugal et les colonies d’Amérique latine, la plupart effectuées pendant son séjour à Verney (1738-1778) et allant de Don Quijote et le Manuel des inquisiteurs à Las Casas et la documentation sur le Mexique, le Pérou et le Paraguay.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540