Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Rupture et déconstruction des codes de lecture du roman espagnol : le cas du Fray Gerundio de José Francisco Isla (1703-1781)

Breaking up the Todes of Reading Spanish Novels: the Case of Fray Gerundio by José Francisco Isla (1703-1781)

Martina Bender

Résumé

Si l’on peut postuler l’existence d’une variante espagnole des Lumières, force est, cependant, de constater aussi ses limites idéologiques et mentales. C’est ainsi que les ilustrados, cette élite intellectuelle et politique qui avait l’ambition d’établir un État qui serait fondé sur les maximes de la raison et du bien commun, pour la réalisation de leurs projets rencontrèrent de nombreuses difficultés. Ils devaient reconnaître que la majorité de ses contemporains, loin de s’engager en faveur de changements exigeant de nouveaux modes de penser, se maintenait plutôt dans les cadres conceptuels de l’Ancien Régime et n’était, par conséquent, nullement prête à briser les structures périmées d’une société tombée en léthargie. C’est dans cette lignée, que l’activité d’écrivain du père jésuite José Francisco de Isla (1703-1781) s’inscrit dans les batailles idéologiques des dos Españas. Représentant du courant satirique de la littérature espagnole, dans sa Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, aliàs Zotes, publiée en 1758 sous un pseudonyme littéraire, l’auteur dénonce surtout le problème de l’ignorance et du manque d’instruction. C’est pour cet esprit critique que le roman du Padre Isla trouva le soutien des ministres éclairés qui le considéraient, en dépit de ses marques d’esprit jésuitique, comme un instrument pédagogique bien apte à appuyer leur propre combat. D’autre part, il est facile à expliquer qu’il fut persécuté par ceux qui se reconnaissaient comme cible de la satire et qui, en interdisant sa parution, contribuaient à la création d’un best-seller de la librairie espagnole du XVIIIe siècle

If one considers a Spanish version of the Enlightenment one cannot but notice how limited it is both ideologically and intellectually. For example, the ilustrados, who were the intellectual and political elite and wanted to set up a State founded on the tenets of reason and the common-weal, met with great difficulties in achieving their aims. They had to admit that, far from promoting new modes of thought, the majority of their contemporaries confined their ideas to the norms of the Ancient Regime, and therefore were not at all prepared to reject the outdated structures of a now lethargic society. In that context the writings of the Jesuit Father josé Francisco de Isla (1703-1781) should be understood within the ideological struggles of dos Españas. The author, who was part of the satiric trend in Spanish literature, inveighed mainly against ignorance and lack of education in his country in his Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, alias Zotes. This was published in 1738 under a pen name. It was for its critical spirit that Padre Isla’s novel was favoured by well-informed ministers who thought that, despite its Jesuitical tendencies, it would help them in their own campaigns. On the other hand it is easy to see why the novel was rejected by those who recognised themselves as the targets of its satire. By opposing its publication they contributed to the promotion of a best-seller in the eighteenth-century Spanish book market

Texte intégral

1En tenant compte du bilan des recherches scientifiques effectuées au cours des dernières décennies sur le XVIIIe siècle espagnol, on ne doute plus de l’importance de la Ilustración comme partie intégrante de ce processus général de prise de conscience critique qui saisit l’Europe de l’Ancien Régime. Sur la péninsule ibérique aussi on éprouvait, en effet, la nécessité d’examiner les principes et certitudes sur lesquels reposait l’ordre établi. Certes, le système politique et son fondement religieux ne furent jamais mis en question. Mais un ensemble de valeurs nettement archaïques, l’anachronisme des modes de fonctionnement social, y compris des pratiques religieuses, la décadence morale et surtout la récession économique d’un pays relégué au second rang parmi les grandes puissances donnaient sujet à s’interroger sur l’état de la société.

2C’est une minorité seulement qui fit preuve d’une attitude responsable dans cette situation de crise. En Espagne, où, de tradition, on se donnait l’illusion de persister dans la gloire d’un passé impérial, on n’admettait guère d’être en retard sur d’autres nations plus évoluées. Et au lieu d’affronter cette vérité douloureuse, trop souvent on la rejetait.

3Pourtant, une impulsion décisive avait déjà été donnée. Elle remontait à la fin du XVIIe siècle quand des réformes fondamentales furent réclamées par le groupe des novatores, qui, profondément inquiets du déclin des sciences espagnoles, se montraient fortement inspirés par les résultats des progrès scientifiques effectués à l’étranger.

4Le médecin valencien Juan de Cabriada exprime ses soucis sans ambages tout en déplorant la fermeture obsessive de l’Espagne sur elle-même depuis l’époque de Philippe II, fermeture qui, dans le contexte de la crise finale du règne des Habsbourg, manifestait plus que jamais ses effets nuisibles :

  • 1 Juan de Cabriada, Carta filosófica, médico-química, en que se demuestra que de los tiempos y experi (...)

Que es lastimosa y una vergonzosa cosa que, como si fuéramos indios, hayamos de ser los últimos en recibir las noticias y luces públicas que ya están esparcidas por Europa1.

5Il y multiplie, en outre, les jugements sévères, participant ainsi de la naissance d’un esprit critique qui préparait le terrain sur lequel les premières mesures politiques d’ouverture et de modernisation ont pu être entamées dès l’arrivée de la dynastie des Bourbons, à l’issue de la Guerre de Succession.

6Dans son désir de mettre en œuvre les principes du despotisme éclairé, la monarchie rencontrait un allié naturel dans le groupe des ilustrados, cette élite intellectuelle et politique qui, dans la mouvance des Lumières, avait l’ambition d’établir un État qui, tout en respectant la légitimité des hiérarchies sociales, serait fondé sur les maximes de la raison et du bien commun. C’est ainsi que la Couronne, conseillée par les protagonistes de la pensée éclairée, entreprit la réalisation de toute une série de réformes qui, notamment à partir de 1759, sous le règne de Carlos III, devaient favoriser la participation de l’Espagne à l’évolution civilisatrice de l’époque.

7Même si l’on peut postuler l’existence d’une variante espagnole des Lumières, force est, cependant, de constater aussi ses limites idéologiques et mentales. Celles-ci sont souvent liées à la notion de la leyenda negra, dont un élément constitutif est l’image stéréotypée de l’espagnol mal éduqué et ignorant, hostile à toute influence extérieure et, à ce titre, obstacle immense à tout progrès. De fait, parmi les nombreuses difficultés que rencontrèrent les ilustrados, aucune ne fut plus grave que le manque d’instruction et de savoir. Loin de s’engager en faveur de changements exigeant de nouveaux modes de penser, la plus grande partie de la population se maintenait plutôt dans les cadres conceptuels de l’Ancien Régime et n’était, par conséquent, nullement prête à surmonter les croyances obscurantistes et superstitieuses largement répandues dans un pays qui, à plusieurs égards, se présentait encore comme profondément baroque.

8C’est ainsi que les ilustrados, pour la réalisation de leurs projets, devaient nécessairement compter sur la coopération d’une minorité cultivée caractérisée par un grand esprit critique et la volonté de briser les structures périmées d’une société tombée en léthargie. Certes, cela ne signifie pas qu’ils n’auraient pas mis en jeu toutes leurs forces argumentatives pour parvenir à gagner l’adhésion de tous à leurs idées de réforme. En définissant l’utopie de la félicité publique comme l’objectif essentiel de toute politique, ils cherchaient à prendre de nombreuses mesures dans le domaine de l’éducation afin d’élever le niveau de la formation intellectuelle et culturelle des sujets. Suivant leur conviction, il fallait concevoir l’existence humaine comme un réel accessible à la connaissance et à la rationalité et, par conséquent, comme changeable par l’activité d’un peuple éclairé.

  • 2 Voir Angel Ganivet, ldearium español. El porvenir español, Madrid, 1897.

9Mais en fin de compte, la majorité de la population, s’accrochant aux valeurs et aux conventions traditionnelles, et tenue donc à l’écart de toute participation, se laissait aller à l’aboulie2, cet état d’immobilisme intellectuel considéré comme propre à l’espagnol, tel qu’il serait dénoncé encore à la fin du XIXe par les représentants de la fameuse génération de 1898.

  • 3 Benito Jerónimo Feijoo Montenegro, Teatro Crítico Universal, o discursos varios en todo género de m (...)

10Dans une telle perspective, le diagnostic du Teatro crítico universal, ce texte fondateur des Lumières espagnoles dû à Benito Feijoo (1676-1764), a une portée inouïe. C’est en 1726 que ce moine bénédictin porta avec la publication du premier tome de ses Discours divers sur toute sorte de matières, visant à démasquer les erreurs communes3 un regard sans complaisance sur son temps et la situation désastreuse de son pays. Il y vilipendait l’ignorance et l’obscurantisme, deux causes principales, à ses yeux, de la décadence, dont il voyait l’origine dans une orthodoxie religieuse qui, figée dans ses dogmes, entretenait des croyances irrationnelles et proches de la superstition.

  • 4 « Es el pueblo un instrumento de varias voces, que si no por un rarísimo acaso, jamás se pondrán po (...)

11C’est ainsi que Feijoo faisait de la lutte contre la stupidité des foules crédules une des tâches les plus urgentes des dirigeants politiques éclairés4. Il ouvrit le combat contre les préjugés en dénonçant l’inflexibilité des opinions dominantes et l’utilisation abusive de la religion par les autorités. En postulant le droit de tout être humain à la libre réflexion propre il insistait — en s’appuyant, dans la lignée de Bacon et Gassendi, sur l’empirisme — sur l’application de la méthode expérimentale pour parvenir à une vision rationnelle du monde. Dans la mouvance des idées des novatores persuadés du rôle prédominant des sciences comme condition sine qua non des réformes économiques et de la régénération morale, il demanda la propagation libre du nouveau savoir dans tous les états de la population.

12La publication de cette œuvre capitale de la pensée éclairée espagnole s’étendra jusqu’à la fin des années trente, engageant et nourrissant une grande polémique qui divisera une opinion publique naissante en novatores et tradicionalistas...

  • 5 Avec son texte El Tapabocas, publié en 1727 à Salamanque, et la satire Juventud triunfante (1727).
  • 6 Les Papeles crítico-apologéticos, publiés en 1726, constituent une défense des idées du Docteur Mar (...)

13C’est également dans le contexte des batailles idéologiques de ces dos Españas que s’inscrit l’activité d’écrivain d’un autre moine : José Francisco de Isla entra sur la scène littéraire juste au moment de la parution du premier tome du Teatro crítico qu’il défendit d’ailleurs contre ses détracteurs5. Il se montra très impressionné par le nouveau style littéraire du bénédictin, qui, clair et compréhensible, sans être simpliste, rendait la pensée moderne susceptible d’une vaste diffusion. À travers l’œuvre de Feijoo, il découvrit, lui aussi, la nécessité du développement des nouvelles sciences et de la réflexion critique. Admirateur de la philosophie rationaliste (principalement des thèses de Descartes et de Hobbes) et des résultats de la physique moderne, il publia, entre autres, une série d’articles abordant des sujets de médecine et d’astrologie, tels les Papeles críticoapologéticos et les Cartas de Juan de la Encina6 S’exerçant surtout dans les genres du récit historique et de la biographie, il donna une première preuve de son sens prononcé de la parodie, reflétant ainsi un trait géneral de la prose espagnole du XVIIIe siècle. C’est ainsi que son intention de clouer au pilori les défauts d’une société en crise et les faiblesses de ses compatriotes se manifeste, dès le début de sa carrière littéraire, par un style satirique très pointu.

  • 7 Il entra au séminaire en 1719. Après le noviciat (1721-1724), fit des études de théologie à Salaman (...)
  • 8 Il est mort le 2 novembre 1782 à Bologne, où se trouve sa tombe dans l’église Santa Maria de la Umr (...)

14Issu d’une famille de la petite noblesse aisée, José Francisco de Isla naquit en 1703 à Vidanes, un village dans la région léonaise. A partir de 1719 il reçut une solide éducation chez les Jésuites7, auxquels il est resté attaché jusqu’à sa mort en Italie8 où il avait dû s’exiler comme les cinq à six mille compatriotes concernés par le décret d’expulsion du territoire espagnol, prononcé contre cet ordre en 1767.

  • 9 Isla composa ce texte en collaboration avec le Padre Luis de Losada (1681-1748), son professeur, qu (...)
  • 10 Ce texte, également influence par Luis Losada, prend déjà la torme d une satire romanesque. Il est (...)

15C’est au cours de ses études de droit et d’histoire à Salamanque qu’il se fit remarquer pour la première fois par le récit burlesque d’une cérémonie religieuse tenue par les jésuites à l’occasion de la canonisation de deux saints. Il donna ce texte au public comme coauteur sous le titre Juventud triunfante9 en 1727. Sa prise de distance par rapport à certaines pratiques religieuses de l’époque, des cérémonies desquelles il critiquait l’aspect pompeux aussi bien que le discours inane, est donc évidente. Le regard critique qu’il jette sur ces pratiques, et qui trouve pareillement une forte expression dans une satire intitulée Crisis de predicadores10 (1729), annonce déjà les préoccupations exprimées dans son œuvre maîtresse.

16Mais d’abord il allait se consacrer pleinement à sa vocation ecclésiastique. Parallèlement à ses charges de prédicateur, en 1727, il fut nommé professeur de Sagrada Escritura et pendant plus de 25 ans, il occupa les chaires de philosophie et de théologie dans les collèges de la Compañía de Jesús, enseignant à Medina del Campo, Segovia, Santiago, Pamplona, San Sebastián et Valladolid.

17C’est donc de cette expérience très immédiate de la vie religieuse qu’il tira la matière principale de ses écrits littéraires. Quand en 1754, désireux plus que jamais de se consacrer uniquement à la littérature, il décida de démissioner de plusieurs de ses fonctions cléricales, il disposait d’un fonds très riche de documents qui allait lui servir de source inépuisable pour l’élaboration de son ouvrage. Et s’il n’hésitait pas à en faire une satire, le grand succès auprès de ses lecteurs lui donna raison et indiqua qu’il savait parfaitement répondre aux attentes et aux goûts d’un public de plus en plus sensible à une littérature critiquant les moeurs contemporaines.

  • 11 Sur la page de titre de l’édition originale est indiqué, en guise d’auteur, le nom d’un ami de l’au (...)
  • 12 José Francisco de Isla, Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, aliàs Zotes. Escr (...)
  • 13 La deuxième partie du roman, dont les manuscrits circulaient depuis 1760, fut publiée, clandestinem (...)
  • 14 Voir Reginald F. Brown, La novela española : 1700-1850, « Apéndice A. Notas sobre las primeras edic (...)
  • 15 En septembre 1760, après la mort du Pape Benoît XIV.

18Lorsque le Padre Isla, après quatre ans de travail de compilation et de composition, publia en 1758 sous un pseudonyme littéraire11 la première partie de son Fray Gerundio de Campazas12, la première édition, tirée à 1500 exemplaires fut aussitôt vendue. Une telle performance, sûrement encore renforcée par les protestations des représentants du clergé qui se sentaient attaqués d’une manière trop sévère, réveilla finalement les soupçons de l’Inquisition, qui, après sa bienveillance initiale, quelques semaines plus tard retira sa permission en interdisant en même temps la publication de la deuxième partie du roman13 et toute réimpression de la première ; d’abord sous réserve — « hasta nueva orden » —, puis définitivement en mai 176o14. Finalement, le livre fut condamné par le SaintSiège et mis à l’Index15.

  • 16 Parmi les plus célèbres figures, avec ses Sermones, le poète cultiste Fray Hortensio Félix Paravici (...)

19À première vue, la Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, aliàs Zotes est la représentante de ce courant satirique attaquant le style monstrueux de la prédication, qui, dans la pratique liturgique au milieu du XVIIIe siècle, ne s’inspirait plus du tout du modèle des grands orateurs provenant du siècle d’or16. Loin d’égaler le système bien élaboré d’antithèses, d’analogies et de symétries de la rhétorique fortement structurée de l’âge baroque, l’éloquence sacrée contemporaine était très souvent caractérisée par une accumulation de constructions tourmentées, d’inversions et d’allusions labyrinthiques. Cherchant la virtuosité et le raffinement dans la prolifération de périphrases ainsi que de métaphores exquises et inattendues, de même que par son ornementation stylistique démesurée, elle faisait l’effet d’une préciosité insignifiante et ridicule.

20Mais s’il n’avait été question que de la critique d’un langage oratoire trop affecté, les réactions n’auraient pas été aussi vives. Il est facile à expliquer que le roman du Padre Isla fut persécuté par ceux qui, derrière les excès stylistiques, se reconnaissaient comme cible de la satire. De toute évidence, en effet, les lecteurs contemporains durent bien comprendre que ce trop de rhétorique, plus qu’un simple moyen de mise en scène, servait souvent à voiler le déficit essentiel qu’on pouvait éprouver dans une prédication absurde et dépourvue de toute substance rationnelle, et par là, à dissimuler son manque de sincérité et d’utilité sociale. Dans cette perspective, il n’est donc pas étonnant que le zèle de réforme des ilustrados ne s’arrête pas à ce problème et que leur critique se dirige également contre cette pratique d’oraison sans corps ni âme, dont les contenus insignifiants fort éloignés des préoccupations existentielles des hommes, restaient le porteur d’une vision du monde archaïque. C’est pour cela que le roman du Padre Isla trouva le soutien des ministres éclairés qui le considéraient, en dépit de ses marques d’esprit jésuitique, comme un instrument pédagogique bien apte à appuyer leur propre combat.

  • 17 « Los ilustrados, conscientes del poder de los sermones, se empeñaron en reformarlos. El éxito del (...)
  • 18 Voir, à titre d’exemple, l’une des nombreuses interventions de Jovellanos concernant le sujet. Dans (...)
  • 19 À l’époque de Carlos III, quand, dans le contexte de l’expulsion des jésuites, vers 1770, on s’effo (...)

21Parfaitement conscients de l’importance de l’art oratoire en tant qu’espace primordial de l’éducation intellectuelle et mentale de la plus grande partie de la population17, ils se proposaient de l’intégrer dans le projet plus vaste de la création d’un nouveau système d’instruction publique18. Malheureusement, les initiatives prises par Jovellanos, Aranda ou Floridablanca n’eurent pas l’effet attendu19. La résistance des représentants d’un clergé jaloux de sa position dominante dans le domaine de l’éducation, la mollesse intellectuelle et le goût d’un peuple ignorant pour toutes sortes de superstition, spiritisme ou prédiction, rendirent impossible l’accomplissement de cet aspect clé de leur mission.

  • 20 Voir Dietrich Briesemeister, « La aventura de leer en Fray Gerundio », Iberomania, nueva época (198 (...)

22Étroitement liée au sujet de la prédication, qui en tant que type de discours se situe à la limite entre l’écrit et l’oral, la pratique de la lecture constitue le fil conducteur de l’histoire du Fray Gerundio. Ainsi, l’omniprésence du livre — dans ses dimensions matérielles et conceptuelles — forme l’élément central de la narration20. Qu’il s’agisse du protagoniste lui-même qui, lisant ou citant les textes des autorités, prépare ses sermons, ou de nombreux intervenants qui discutent les fruits de leurs lectures, le récit tourne toujours autour de ce sujet. On dirait même que les personnages, y compris le narrateur, dans ce texte se constituent uniquement par l’acte de lire.

  • 21 « En cuanto al clero regular, algunos de sus miembros no son mejores que estos clérigos seculares y (...)
  • 22 « Pues con este cuidado que el maestro tenía de Gerundico, con la aplicación del niño y con su vive (...)

23En vertu de son intention satirique, l’auteur montre surtout les dangers d’une lecture qui devient dérisoire dès que les livres sont ou incompris ou mal interprétés. C’est ainsi que lecteur du roman apprend que Gerundio, alias Zotes — terme qui signifie « l’imbécile » — est soumis, dès son enfance, aux influences de la lecture. Mais il est vrai que ce ne sont pas les effets propices d’une instruction raisonnable qui se font sentir dans « l’acculturation » du garçon. Par ses parents, eux-mêmes d’origine humble et de fort peu d’esprit, destiné à la prometteuse carrière de prédicateur, le jeune campagnard Gerundico, qui, dans son état naturel, était sûrement intelligent et doté d’une certaine éloquence, se voit entièrement mis sous la tutelle d’une cohorte d’instructeurs ecclésiastiques bornés21. Ceux-ci le bourrent du savoir inutile des livres doctes, de sorte qu’il lit tout le temps sans rien comprendre. Finalement, les lectures des cours qu’il reçoit, loin d’être fructueuses et enrichissantes, mènent l’élève, à l’égal de ses maîtres et condisciples, à perdre le bon raisonnement et ont donc pour seul effet la déformation radicale de sa personnalité22.

24En revanche, il n’est pas moins vrai que c’est justement ce noncomprendre qui allait fonder la fortune du Fray Gerundio, tout en assurant son ascension sociale et le grand prestige dont il jouira comme prédicateur itinérant. Par l’inversion grotesque de ses déficits intellectuels et moraux en vertus sociales avantageuses, il tire profit d’une société profondément anarchique, faisant transparent le mécanisme d’un monde disparate où l’action des hommes n’est plus liée à des mérites reconnus comme supérieurs.

25Prêchant la doctrine ci et là, il acquiert de la réputation dans l’exercice de sa charge parce qu’il impressionne par le poids d’un propos inopportun et absurde. Les sermons qu’il fait écouter aux fidèles incultes des paroisses rurales sont le résultat de la compilation de ses propres lectures des autorités classiques et théolothéologiques ; ils constituent donc un récyclage de textes lus, mais non compris et assimilés. Loin de saisir lui-même ce qu’il cherche à reproduire devant un public illettré, le non-sens de ses mots prononcés apparaît d’autant plus burlesque qu’il se donne pour l’annonciateur autorisé des vérités éternelles. Et s’il provoque l’admiration de ses auditeurs émerveillés, c’est parce que l’hermétisme de son discours empêche que le moindre lien de communication s’établisse entre l’orateur et son auditoire.

26C’est ainsi que se produit une série de situations et d’épisodes grotesques et ridicules qui sont relatés par un narrateur qui, en six livres, trace la genèse du prédicateur fameux. À travers ses nombreux commentaires et digressions donnant preuve de ses propres lectures, il se présente comme le juge raisonnable de l’histoire. Que celle-ci de même ne soit que le résultat d’une lecture mal assurée, le lecteur l’apprend dans le chapitre final du roman où, par l’intervention d’un érudit anglais, le narrateur découvre que la traduction du manuscrit oriental, sur laquelle il reposait tout son récit, était incorrecte :

  • 23 Fray Gerundio, p. 902-03.

creyendo vuestra merced de buena fe que ha trabajado una historia exacta, verdadera, puntual y fiel [...], ha gastado el calor intelectual en disponer la relación más falsa, más embustera, más fingida y más infiel que podía caber en humana fantasía23.

27Les ressemblances avec la construction narrative du Don Quijote sont évidentes. Et si l’érudit, de son métier professeur de l’université d’Oxford, en mettant en cause toute la littérature de fiction, recommande de transfomer l’histoire du Fray Gerundio en roman, le Padre Isla, comme Cervantes, s’interroge sur la détermination des principes esthétiques de ce genre :

  • 24 Fray Gerundio, p. 903.

Si, como vuestra merced la llama historia, la llamara novela, en mi dictamen no se había escrito cosa mejor, [...] Nada tiene de historia, porque toda ella es pura ficción24.

28Les points communs avec le Don Quijote sont nombreux et le dialogue du Gerundio avec son subtexte classique se réalise aussi bien par la ré-accentuation des motifs que par le retravail des stratégies narratives du modèle. La comparaison avec le paradigme cervantin, maintes fois établie par la critique littéraire, paraît donc pleinement justifiée, même lorsqu’on considère simplement le rôle prépondérant attribué aux livres et à la lecture pour la trame de l’histoire. Comme le héros de Cervantes, le Fray Gerundio, ce Don Quijote de los predicadores, perd le sens du jugement à force de lectures excessives. Et c’est en vain, finalement, que l’un comme l’autre tente de se construire un monde extérieur correspondant aux conditions d’une imagination nourrie par la lecture.

29D’autre part, c’est justement par cet aspect essentiel qu’ils se distinguent nettement : le prédicateur imposteur n’a rien de la générosité du chevalier à la triste figure, qui, défenseur d’idéaux périmés, se refusant de reconnaître les faits réels, est voué à l’échec dans toutes ses entreprises. Gerundio, naturellement ambitieux et narcissique, se repose uniquement sur lui-même et, omettant de prendre connaissance des tensions inhérentes à la société, ne se heurte guère aux adversités de la vie. De toute façon, il n’était jamais dans l’intention de l’auteur d’analyser les structures subjectives d’un héros problématique en quête désespérée des valeurs d’un monde dégradé.

  • 25 Zavala, Iris M. : Lecturas y lectores del dicurso narrativo dieciochesco, Amsterdam, Rodopi, 1987, (...)

30Au milieu du XVIIIe siècle, le roman du Padre Isla s’inscrit dans d’autres cadres idéologiques et mentaux que ceux du Don Quijote. Mais en récupérant l’esprit cervantin, l’auteur avait bien compris que la satire et le rire restaient des moyens sûrs pour gagner les lecteurs espagnols. C’est ainsi qu’il se sert de manière privilégiée des procédés de la carnavalización, ce concept qu’évoque Iris Zavala dans ses réflexions sur la « parodie sainte et la culture du rire25 » dans le Fray Gerundio, et par lequel le texte assure son caractère à la fois subversif et empreint d’humour destructeur.

31Si, à ce titre, le Fray Gerundio est bientôt devenu un exemple type de la littérature d’inspiration parodique en Espagne, il ne répond cependant pas à une tradition simplement nationale. Souvent comparé au modèle fécond du roman satirique anglais, l’ouvrage du Padre Isla constitue l’interprétation particulièrement vigoureuse du genre en tant qu’instrument pointu de la critique des moeurs et de la leçon morale. C’est sûrement dans ce sens pragmatique que le personnage de l’érudit anglais, en représentant au niveau « métalittéraire » l’opinion de l’auteur, parle de la « plus grande utilité » du roman.

32Ce ne sont que des exemples servant à montrer qu’en élaborant un tissage de références intertextuelles, le Padre Isla joue à associer des éléments discursifs de différents modèles romanesques. On reconnaît également les Songes de Quevedo ou avec El viaje al Parnaso un autre paradigme narratif fondé par Cervantes. Finalement, c’est dans L’Éloge de la folie d’Erasme que le Padre Isla trouva l’archétype de la satire cléricale et, à travers le jeu déclamatoire parodique de citations et réminiscences érudites, l’anticipation de la rhétorique de l’absurde. Par l’évocation d’une multitude de subtextes, l’ouvrage prend un caractère nettement hybride et affermit en même temps son articulation polémique.

33Reste à mentionner le motif du pícaro qui, comme l’esprit quichotesque, dans la complexité narrative du Fray Gerundio forme un élément de base.

34Depuis le Lazarillo de Tormes (1554), et surtout avec le succès du Guzman de Alfarache (1599) de Mateo Alemán, la fiction picaresque, en contribuant d’une manière décisive à l’évolution du roman moderne en Espagne, avait connu un grand essor durant le siècle d’or. Trouvant de différentes identifications nationales, et en prenant des formes très variées, le paradigme persiste au XVIIIe siècle tout en gardant quelques caractères communs de sa composition. En général, il s’agit de l’histoire d’un « anti-héros » qui, par son adaptation intelligente et rusée à ses maîtres changeants, toujours dissimulant, cherche à faire fortune dans le monde. Dans le Fray Gerundio que configure le parcours du prédicateur itinérant, le récit épisodique poursuit le chemin d’un aventurier qui, comme le picaro traditionnel, part d’une situation marginale pour s’élever au sein de la société par des actions mues par l’égoïsme et qui, parfois, quittent le domaine de la légalité.

  • 26 Sa traduction en castillan du Gil Blas de Santillane de l’auteur français AlainRené Lesage, fut pub (...)

35En réutilisant cette structure narrative, le Padre Isla occupe une position charnière dans l’évolution historique et typologique du genre : par sa critique sévère des moeurs contemporaines, il ouvre à une nouvelle interprétation du picaresque, introduite surtout en France, par le roman sensualiste. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard qu’il traduisit le Gil Blas de Santillane (1715-1735) d’Alain-René Lesage26.

36Mais malgré les effets sûrement fructueux de ce contact intertextuel, le Fray Gerundio montre aussi les limites de la création romanesque de l’époque. Étant donné le retard historique de la société, le roman espagnol du XVIIIe siècle n’est pas encore en mesure de découvrir un individu qui, par sa sensibilité et conscient de ses propres valeurs, se forme dans l’interaction dialectique avec les difficiles réalités qui l’entourent. Gerundio n’évolue pas au fil du récit et, après avoir subi les premières déformations au cours de son apprentissage, il reste un personnage très schématique.

37D’autre part, il n’est pas moins vrai que José Francisco de Isla, avec le personnage du Fray Gerundio, établit un symbole parfaitement représentatif de la situation de l’Espagne tout en offrant, grâce à l’interprétation parodique, un moyen adéquat de sa représentation littéraire.

38De cette manière trouvant son originalité dans ce dialogue intraet intertextuel, on pourrait dire que le Fray Gerundio, résume l’état du roman espagnol au moment de sa parution, en 1758. De fait, le roman, en tant que genre littéraire se trouve, au milieu du XVIIIe siècle, dans une position intermédiaire. Se détachant peu à peu du baroquisme des nombreux épigones de l’âge d’or, et développant son potentiel didactique, il commence à adopter les nouvelles tendances du néoclassicisme. Et le texte du Padre Isla, quoique loin d’être représentatif du roman des Lumières, dans sa singularité, fait partie d’une évolution littéraire que poursuivront l’Eusebio (1786-88) de Montengón et surtout les Cartas marruecas (1789/93) de Cadalso.

  • 27 L’initiative pour la traduction en anglais des deux parties du Fray Gerundio fut prise par l’italie (...)

39Si l’on considère que la prose fictionnelle ne comptait pas parmi les genres les plus favorisés de la littérature du XVIIIe siècle espagnol, il est d’autant plus intéressant de constater que l’ouvrage du Padre Isla figure parmi les best-sellers de librairie de l’époque. Non seulement les chiffres assez élevés des exemplaires vendus du premier tirage de la première partie, mais surtout la grande diffusion que connurent tant les éditions pirates que les contrefaçons indiquent que ce texte provoqua un écho particulièrement enthousiaste parmi les lecteurs. Finalement, le roman trouva une résonance considérable même en dehors de l’Espagne. L’ouvrage d’un prêtre jésuite, si sévèrement poursuivi par l’Inquisition, éveilla la curiosité du public éclairé dans toute Europe. C’est notamment après son expulsion qu’on s’intéressa à l’auteur de ce nouveau Quijote. En Angleterre et en Irlande on trouvait son livre, qui fut traduit avec beaucoup de succès en anglais27 en 1772 ; et une version allemande fut publiée en 1773.

40Même si on peut aujourd’hui porter un jugement plus différencié, il est incontestable que le Fray Gerundio contribua à renouveler le genre romanesque en Espagne aussi bien du point de vue de l’importance de la critique sociale que dans une perspective purement littéraire. De cette manière, il s’inscrivit dans le grand projet d’acculturation entamé par les ilustrados ; et le fait d’associer cette préoccupation centrale au monde des livres donne une signification plus que symbolique et montre que, lorsqu’on veut améliorer le monde, on ne peut jamais se passer des livres et de la lecture.

Notes

1 Juan de Cabriada, Carta filosófica, médico-química, en que se demuestra que de los tiempos y experiencias se han aprendido los mejores remedios contra las enfermedades por la nova-antigua medicina, Madrid, Lucas Antonio de Bedmar y Valdivia, 1687, p. 230-231.

2 Voir Angel Ganivet, ldearium español. El porvenir español, Madrid, 1897.

3 Benito Jerónimo Feijoo Montenegro, Teatro Crítico Universal, o discursos varios en todo género de materias para desengaño de errores comunes, Madrid, Imprenta de Lorenzo Francisco Mojados, 1726.

4 « Es el pueblo un instrumento de varias voces, que si no por un rarísimo acaso, jamás se pondrán por sí mismas en el debido tono, hasta que alguna mano sabia las temple », Feijoo, Teatro crítico, I,I,I,3.

5 Avec son texte El Tapabocas, publié en 1727 à Salamanque, et la satire Juventud triunfante (1727).

6 Les Papeles crítico-apologéticos, publiés en 1726, constituent une défense des idées du Docteur Martín Martínez (1684-1734), médecin de Séville. Avec les Cartas de Juan de la Encina, contra un libro que escribió don Jose de Carmona, cirujano de la ciudad de Segovia, intitulado : Método racional de curar sabañones (1732), l’auteur attaqua les méthodes et les argumentations pseudo-scientifiques d’un médecin pratiquant à Ségovie.

7 Il entra au séminaire en 1719. Après le noviciat (1721-1724), fit des études de théologie à Salamanque. En 1728 il reçut la prêtrise à Medina del Campo.

8 Il est mort le 2 novembre 1782 à Bologne, où se trouve sa tombe dans l’église Santa Maria de la Umratele.

9 Isla composa ce texte en collaboration avec le Padre Luis de Losada (1681-1748), son professeur, qui était d’une très grande influence sur sa pensée et qui, probablement, l’incita à écrire le Fray Gerundio.

10 Ce texte, également influence par Luis Losada, prend déjà la torme d une satire romanesque. Il est resté inédit.

11 Sur la page de titre de l’édition originale est indiqué, en guise d’auteur, le nom d’un ami de l’auteur : el Lic.do Don Francisco Lobòn de Salazar, Presbytero, Beneficiado de Preste en las Villas de Aguilar, y de Villagarcia de Campos, Cura en la Parroquial de San Pedro de esta, y Opositor à Cathedras en la Universidad de la Ciudad de Valladolid.

12 José Francisco de Isla, Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, aliàs Zotes. Escritas por el Lic.do Don Francisco Lobòn de Salazar, Presbytero, Beneficiado de Preste en las Villas de Aguilar, y de Villagarcia de Campos, Cura en la Parroquial de San Pedro de esta, y Opositor à Cathedras en la Universidad de la Ciudad de Valladolid. En Madrid : En la Imprenta de D. Gabriel Ramirez. Calle de Atocha, frente del Convento de trinitarios Calzados. Año de 1758.

13 La deuxième partie du roman, dont les manuscrits circulaient depuis 1760, fut publiée, clandestinement, pour la première fois en 1768, pour être prohibée formellement en 1776. Elle reste incomplète comme les nombreuses contrefaçons qui, provenant souvent de France, étaient en circulation. Il n’y aurait pas de version authentique du vivant de l’auteur. C’est seulement en 1787 que le Fray Gerundio fut édité pour la première fois intégralement.

14 Voir Reginald F. Brown, La novela española : 1700-1850, « Apéndice A. Notas sobre las primeras ediciones de F. G. », Madrid, Archivos y Bibliotecas, 1953.

15 En septembre 1760, après la mort du Pape Benoît XIV.

16 Parmi les plus célèbres figures, avec ses Sermones, le poète cultiste Fray Hortensio Félix Paravicino y Arteaga (1508-1633) qui fut qualifié par Gracián le « Góngora de la chaire ».

17 « Los ilustrados, conscientes del poder de los sermones, se empeñaron en reformarlos. El éxito del “Fray Gerundio” y los resquemores que lo escoltaron comprueban el interés por el control de un instrumento que por lo general estuvo dominado por la antiilustración. », Teófanes Egido, La religiosidad de los españoles (siglo XVIII) in Coloquio Internacional Carlos III y su siglo. Actas Tomo I, Madrid, Universidad Complutense, 1988, p. 777. Voir aussi l’étude de Joël Saugnieux, Magisterio y prédicación en el siglo XVIII : el afán renovador de los jansenistas y sus límites in Actas del II Simposio sobre el Padre Feijoo y su siglo, Oviedo, Universidad, 1981-1983, p. 283-298.

18 Voir, à titre d’exemple, l’une des nombreuses interventions de Jovellanos concernant le sujet. Dans son Informe sobre la Ley agraria, il souligne l’urgence d’établir un enseignement primaire dans l’espace rural, contrôlé par l’État pour que les paysans « sepan leer, escribir et contar », ce qui leur permettrait de « perfeccionar las facultades de su razón y de su alma [...] no sólo para percibir más facilemente las sublimes verdades de la religion y la moral, sino también las sencillas y palpables de la física, que conducen a la perfección de sus artes », Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe sobre la Ley agraria (Madrid, Β.Α.Ε.) t. L, 125 a-b.

19 À l’époque de Carlos III, quand, dans le contexte de l’expulsion des jésuites, vers 1770, on s’efforça de réaliser un système éducatif renouvelé, les résistances étaient telles que ni le renouvellement des contenus de l’enseignement ni sa réorganisation sous l’autorité royale ne purent être réalisés. C’est seulement du début du XIXe siècle que, sûrement influencés par l’exemple de la politique de la Convention en France et les idées de Condorcet, les projets de réforme de l’enseignement et de l’instruction publique furent concrétisés dans des ordonnances (1807/1809) ou des plans gouvernementaux (Bases para la formación de un plan general de instrucción pública, Junta General, Jovellanos, novembre 1809).

20 Voir Dietrich Briesemeister, « La aventura de leer en Fray Gerundio », Iberomania, nueva época (1986) 124-148.

21 « En cuanto al clero regular, algunos de sus miembros no son mejores que estos clérigos seculares y, al igual que ellos, dan muy pocos muestras de curiosidad intelectual o de afán de perfeccionamiento. No será entre los frailes predicadores, que con demasiada frecuencia se parecen a fray Gerundio, ni tampoco entre los frailes mendicantes, atraídos por las cosechas como nubes de gorriones, donde podremos descubrir campeones del progreso », Jean Sarrailh, La España ilustrada de la segunda mitad del siglo XVIII, Madrid, Fondo de cultura económica, 1992, p. 93-94.

22 « Pues con este cuidado que el maestro tenía de Gerundico, con la aplicación del niño y con su viveza e ingenio, que realmente le tenía, aprendió fácilmente y presto todo cuando le enseñaban. Su desgracia fue que siempre le deparó la suerte maestros estrafalarios y estrambóticos como el cojo, que en todas las facultades le enseñaban mil sandeces, formándole desde niño un gusto tan particular a todo lo ridículo, impertinente y extravagante, que jamás hubo forma de quitársele. Y aunque muchas veces se encontró con sujetos hábiles, cuerdos y maduros, que intentaron abrirle los ojos para que distinguiese lo bueno de lo malo (como se verá en el discurso de esta puntual historia), nunca fue posible apearle de su capricho : tanta impresión habían hecho en su ánimo los primeros diparates », José Francisco de Isla, Fray Gerundio de Campazaz, alias Zotes, ed. de Enrique Rodríguez Cepeda, Madrid, Cátedra, 1995, p. 272.

23 Fray Gerundio, p. 902-03.

24 Fray Gerundio, p. 903.

25 Zavala, Iris M. : Lecturas y lectores del dicurso narrativo dieciochesco, Amsterdam, Rodopi, 1987, p. 81-97.

26 Sa traduction en castillan du Gil Blas de Santillane de l’auteur français AlainRené Lesage, fut publiée après sa mort, en 1783. Elle suivit l’intention de donner la preuve de l’origine espagnole de ce roman et surtout de rectifier le jugement négatif qu’on se faisait en France de l’Espagne. Le sous-titre le montre bien, indiquant les Aventuras de Gil Blas de Santillane comme robadas a España y adoptados en Francia por Monsieur Le Sage : restituidas a su patria y a su lengua nativa por un español celoso que no sufre se burlen de su nación.

27 L’initiative pour la traduction en anglais des deux parties du Fray Gerundio fut prise par l’italien Jusepe Baretti, ce voyageur cosmopolite, écrivain et bibliophile, qui admirait l’Espagne et en Isla l’auteur persécuté d’un nouveau Don Quijote. Sur Baretti, voir Donald C. Gallup : Baretti’s Reputation in England in The Age of Johnson, New Haven, 1949, p. 363-374.

Auteur

Martina Bender enseigne à l’université de Halle-Wittenberg dans le département des langues et littératures romanes. Elle a publié sa thèse sur Rétif de la Bretonne (Die literarische Reflexion der Französischen Revolution bei Rétif, Bonn 1995), ainsi qu’une traduction et une édition de ses Nuits révolutionnaires (Leipzig 1989). Actuellement, elle travaille dans le domaine de la littérature espagnole, notamment sur le théâtre à l’époque de l’Ilustración

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540