Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Les Portugais lisent l’Europe : panorama des traductions au Portugal au XVIIIe siècle

Europe Read by Portugal (a Survey of Eighteenth-Century Portuguese Translations)

Claude Maffre

Résumé

Cette étude se partage en deux périodes. La première couvre le long règne de Jean V (1706-1750) et se caractérise par un certain immobilisme: près de 250 traductions sont publiées avec une préférence marquée pour les ouvrages de piété et les traductions de l’espagnol et de l’italien. La seconde, qui va de 1750 à 1807 (invasion des armées napoléoniennes), semble s’ouvrir au concert européen: le nombre des traductions quadruple, la part de la littérature devient prépondérante et la moitié des ouvrages sont traduits du français. Mais une recherche plus minutieuse révèle que la censure, toujours très puissante, s’efforce d’empêcher l’entrée au Portugal de l’essentiel de la pensée du siècle

This study covers two distinct periods: the first during John V’s long reign (1706-1750) is characterized by conservatism. Nearly all of the 270 published translations are of religious works mostly from Spanish and Italian. The second period from 1770 to 1807, which includes the invasion of Napoleon’s troops, seems to open Portugal up to European culture as the number of translations increases fourfold, with the majority comprising literary works, half of them being from the French. Yet a closer analysis reveals that the basic ideas of the eighteenth century are barred from Portugal by the ever present and very strict censorship

Texte intégral

  • 1 La censure interdira cette traduction quand on aura découvert que Gresset était un jésuite !

1Bien que m’intéressant depuis longtemps déjà au XVIIIe siècle portugais, ce n’est que récemment que les traductions en portugais d’œuvres de différentes langues européennes ont attiré mon attention. Il y a peu j’ai étudié de plus près l’œuvre de deux poètes de la fin du siècle. Pourquoi des poètes ? Tout simplement parce qu’au Portugal, à cette époque, on se devait de taquiner les Muses, et tout individu se prétendant lettré se piquait de poésie, même si les poètes, disons de profession, n’étaient bien souvent que les bouffons des grands, chargés de chanter les événements familiaux à l’image des cours moyenâgeuses. Deux poètes, donc, considérés comme pré-romantiques : l’un, plus connu sous son nom pastoral, Filinto Elisio, fort prisé de son temps, a produit une vingtaine de tomes d’une poésie aujourd’hui quelque peu soporifique du fait d’une forme par trop rhétorique ; l’autre, Bocage, beaucoup plus bohême, aux accents plus violents et passionnés, mêle un lyrisme chargé d’émotion à l’expression d’une satire virulente. Mais tous deux, cependant, ont publié de nombreuses traductions. Le premier a traduit des fragments d’auteurs latins (Horace, Tibulle, Lucrèce), mais aussi Racine, les Fables de La Fontaine, et, pour le XVIIIe siècle, le charmant Vert-Vert de Gresset1, son ultime avancée étant Les martyrs de Chateaubriand. Le second, Bocage, qui a également traduit des auteurs latins et en particulier les Métamorphoses d’Ovide, se montre plus intéressé par les contemporains car, outre Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, il a traduit en vers Les jardins de Delille, Les plantes, de René Castel, L’agriculture de Pierre de Rosset, et Le mariage des fleurs d’un certain Lacroix, des œuvres très éloignées de son propre génie poétique mais qui expriment cependant le goût rustique et champêtre des Cours raffinées européennes d’alors. On est donc amené à penser qu’à cette époque il existe un besoin de connaissance de la part du public et à constater que l’attrait de la littérature classique subsiste, à quoi s’ajoute un penchant pour des œuvres contemporaines empreintes de didactisme.

2Le sous-titre de cette communication (« Panorama des traductions au Portugal au XVIIIe siècle ») peut paraître quelque peu arbitraire et l’on est en droit de considérer artificiel le découpage du temps en tranches de cent années indifférentes aux aléas de l’histoire. Aussi je préfère considérer le début du règne de Jean V, en 1706, comme marquant véritablement une coupure dans l’histoire du Portugal, enfin débarrassé des séquelles de l’occupation espagnole (qui s’est terminée en 1640) et des luttes intestines qui ont suivi la restauration et ont contribué à plonger le pays dans un regrettable immobilisme. Avec Jean V, c’est un pays plus fier, semblant vouloir se hisser vers de nouveaux sommets, qui voit le jour, même si le faste et l’éclat de ce règne est factice car uniquement basé sur l’or (qui s’épuise) du Brésil.

3J’ai, par ailleurs, fixé les limites de ce travail à l’année 1807, non parce qu’elle semble clore une période centennale mais bien parce qu’elle signale, pour le Portugal, la fin du monde ancien. En 1807, en effet, les troupes napoléoniennes envahissent le pays et s’installent à Lisbonne. Le Régent, le futur Jean VI, est alors obligé de s’enfuir au Brésil avec toute sa Cour, sa vaisselle et ses chevaux. Cette honteuse débandade du vieux monde scelle véritablement la mort de l’absolutisme, ouvrant la voie à un libéralisme apporté à la fois par les Français envahisseurs et les Anglais, défenseurs, mais tout autant intéressés. Fin de l’absolutisme, donc, triomphant sous Jean V, comme nous l’avons vu, et encore très fort sous Joseph Ier, un roi plutôt falot mais à qui les deux malheurs qui menaçaient de l’emporter ont finalement souri : le tremblement de terre de 1755 et une tentative de régicide avortée ont en effet permis à son ministre, le marquis de Pombal, d’asseoir une autorité sans faille et de gouverner en son nom mais en réalité sans partage. Cet homme de fer, libéral à ses heures, mais à tort considéré comme un homme des Lumières (les sombres cachots qu’il a remplis d’opposants en témoignent) fut en réalité un dictateur. Après lui, mais désormais sans faste et sans génie, c’est encore la royauté absolue de la reine Marie Ire qui permit au Portugal ancien de survivre jusqu’à l’invasion des armées de Napoléon.

4Cette étude se partagera par conséquent en deux périodes : de 1706 à 1750 (correspondant au long règne de Jean V), et de 1750 à 1807.

5Au cours de la première période, le Portugal vit encore très fortement replié sur lui-même. Le monarque veut éblouir les Cours étrangères par des constructions dispendieuses à l’intérieur du pays et des ambassades d’une richesse inouïe à l’extérieur, mais les frontières ne sont guère perméables aux cultures européennes contemporaines. En 1750, avec l’avènement de Joseph Ier, un souffle de libéralisme, d’idées neuves, fait son entrée au Portugal, grâce aux réformes de l’université, du commerce, et, également, grâce à la perte d’influence de l’Église. Même si la censure est un filtre puissant, les frontières s’entrouvrent, le nombre des publications s’accroît très vite, témoignant ainsi d’un appétit de connaissances.

  • 2 Ce chiffre, comme celui qui suit, est le résultat de compilations personnelles ou de consultations (...)
  • 3 On estime la population du Portugal à 2 140 000 habitants en 1732, et à environ 2 500 000 vers 175 (...)
  • 4 Avant 1768, paraissait à Lisbonne la Gazeta de Lisboa et l’Hebdomadário Lisbonense. Mais Pombal in (...)

6Cette notoire différence entre les deux moitiés du siècle se traduit de façon spectaculaire par le nombre de traductions. Pendant les 45 ans de règne de Jean V j’ai pu en recenser 2462. Ce chiffre va se trouver quadruplé puisque j’en ai dénombré 1036 pour la période suivante. C’est considérable, car le Portugal est peu peuplé (trois millions d’habitants tout au plus à la fin du siècle3) et compte une grande majorité d’analphabètes ou d’illettrés ; cela laisse un panel de lecteurs potentiels qui ne doit pas dépasser une population de deux cents à deux cent cinquante mille habitants. Ce chiffre permet, me semble-t-il, de mettre en lumière la soif de lectures européennes dont les Portugais (du moins ceux qui savaient lire) ont fait montre durant cette période, malgré l’omniprésence d’une censure vigilante dont il suffira de dire qu’entre 1768 et 1777 pas un seul journal ne fut autorisé à paraître dans tout le pays4.

1 Le règne de Jean V : un bilan décevant

7Mais revenons à la première moitié du siècle. J’ai fait le choix de classer les traductions en cinq rubriques principales : la religion, la littérature et le théâtre, les sciences, l’histoire et la géographie, et une rubrique « divers » regroupant les quelques ouvrages concernant l’agriculture, le droit, les loisirs ou le commerce (fig. 1 page suivante).

  • 5 Il va de soi que les publications en portugais ne sont pas en reste et qu’hagiographies et sermons (...)
  • 6 J. Fr. Bourgoing (in Voyage du ci-devant duc du Châtelet en Portugal, Paris, chez Buisson, 1801, t (...)
  • 7 Novarino, Pe D. Luís, Vida de Maria no ventre de Sancta Anna, trad, do italiano pelo Pe Antonio do (...)
  • 8 Première édition : Recopilaçam de remedios escolhidos de Madame... faceis, domesticos, experimenta (...)
  • 9 Le dramaturge italien commence sa carrière au Portugal en 1735, alors que sa Didone abbandonata fu (...)
  • 10 Première édition en 1731.

8Un point frappe l’esprit au premier coup d’œil : les livres touchant au domaine religieux représentent 60 % du total, soit 151 sur 2465. Il est certain qu’une grande partie des Portugais qui savent lire sont des ecclésiastiques ; il n’empêche : la toute-puissance et l’omniprésence de la religion apparaît ainsi sans contestation possible. Voilà qui corrobore les écrits des voyageurs européens qui décrivent en particulier Lisbonne comme une ville remplie de couvents et surpeuplée de moines de tous ordres6. Les livres de piété ou de morale religieuse font donc florès et l’on ne compte pas moins, par exemple, de 30 ouvrages hagiographiques traduits, espagnols ou italiens pour la plupart. Les titres, parfois, laissent rêveurs, tel le livre du père Luigi Novarino intitulé La vie de Marie dans le ventre de Sainte Anne7. Loin derrière ce long fleuve encore bien tranquille, les autres sections paraissent presque dérisoires. Peu de traductions pour les sciences, dont le nombre atteint péniblement 19, encore qu’il s’agisse souvent d’ouvrages sans grande valeur : par exemple, en médecine, c’est la Médecine familière de Madame Fouquet, qui tient le haut du pavé puisqu’elle est rééditée trois fois8. Cependant, trois livres traitent de chirurgie et un d’anatomie. Il est vrai que Boerhaave, en médecine, ou encore Linné, dans le domaine de la botanique, ont publié leurs travaux en latin qui restait encore une langue universelle en matière scientifique. Pour l’histoire, quelques biographies (Mazarin, Olivarès) et les inévitables Révolutions romaines de l’abbé de Vertot ; parmi les « divers » on notera plusieurs traductions portant sur l’art militaire (en particulier traitant des fortifications), les Portugais étant encore soucieux de leur défense face à l’Espagne. Les ouvrages couvrant les différents domaines de la littérature ne sont qu’au nombre de 35, dont 11 titres de pièces de théâtres (une pièce de Voltaire et 10 de Métastase9). Il n’y a donc que très peu de place pour les auteurs contemporains étrangers, d’autant qu’aux pièces de théâtre il faut ajouter cinq titres de littérature populaire (Histoire de Charlemagne et des douze pairs de France, par exemple) et cinq traductions d’auteurs de l’antiquité grecque ou romaine (Tacite, Ovide, Quintilien, Lucien, Horace). Il reste donc une traduction du la Jérusalem délivrée, du Tasse, un écrivain du XVIe siècle, une autre du Lazarillo de Tormes ou encore des Nouvelles exemplaires de Cervantes, qui ne sont pas d’actualité non plus, tout comme le « portrait de Ménalque » extrait des Caractères de La Bruyère. Seule l’Histoire de Charles XII, de Voltaire, traduite en 174010, peut être considérée comme d’actualité. Pour ce qui relève de la littérature et, plus généralement, de la pensée ou de la philosophie, le bilan de ce demi-siècle est donc nul ; le Portugal reste bien à l’écart de l’évolution de la pensée européenne, pourtant déjà en ébullition. Sont ignorés des essais et œuvres philosophiques tel que le Traité de la nature humaine, de Hume (1739), Les Lettres persanes, de Montesquieu (1721), les Lettres philosophiques, de Voltaire (1734), l’Essai sur l’homme, de Pope (1733), des romans, comme Manon Lescaut, de l’abbé Prévost (1731), l’Histoire de Gil Blas de Santillane, de Lesage (1715), Robinson Crusoé, de Daniel Defoe (1719), les Voyages de Gulliver, de Swift (1726), la Pamela, de Richardson (1740), ou encore les Principes d’une nouvelle science, de Vico (1725).

Figure 1. — Répartition par domaines (1706-1750)

  • 11 Mercurio historico e politico em que se contem o estado presente da Europa... traduzido do fr. em (...)

9La répartition des traductions entre les différentes langues (fig.2 page ci-contre) révèle, à l’évidence, le poids culturel du voisin espagnol, un poids qui va s’effondrer dans la période suivante. Pour l’heure, le castillan est encore une langue de référence ; c’est ainsi qu’un livre traitant en cinq volumes de l’état de l’Europe, paru à La Haye en français, a été traduit en espagnol et de là en portugais11. C’est également en espagnol que l’on trouve le plus grand nombre de livres de piété (plus de soixante) ; la littérature est représentée par une dizaine de titres, l’histoire et le droit en comptent chacun cinq. L’italien est surtout présent pour ses ouvrages religieux (30 sur 49), quoique quinze traductions relèvent de la littérature (sur 35 en tout, rappelons-le). La religion l’emporte encore dans les traductions du latin, 22, contre une dizaine qui vulgarisent les classiques (Ovide, Quintilien, Horace). Les traductions du français, plus nombreuses après 1730, sont également plus diversifiées. La production anglaise est, quant à elle, quasiment ignorée (quatre livres, dont trois de médecine), de même que l’allemande (quatre œuvres également). On compte encore trois livres traduits du hollandais et un du grec. Comme on le voit, cette première moitié du siècle est décevante et ne permet pas de combler l’écart culturel existant entre le Portugal et les autres nations d’Europe.

Figure 2. — Répartition par langues (1706-1750)

2 Après 1750 : un bilan contrasté

10L’avènement de Joseph Ier et la mainmise de Pombal sur la conduite du pays semblent soulever le couvercle. Le tremblement de terre de 1755 met le Portugal à la mode ; l’Europe s’intéresse soudain à ce pays quelque peu oublié et les Portugais, à la faveur des réformes structurelles entreprises qui écartent les grandes familles de la noblesse conservatrice des décisions et des orientations, montrent un désir réel de mise à jour. C’est la raison pour laquelle le nombre des traductions se trouve, grosso modo, multiplié par quatre : de 246 on passe à 1036.

Figure 3. — Répartition par domaines (1750-1806)

11Si l’on observe le graphique de la figure 3, et si on le compare à celui des années 1706-1750, on s’aperçoit que le contraste entre les deux moitiés du siècle est flagrant. La part des traductions littéraires explose véritablement et constitue désormais la moitié des publications (si l’on y ajoute les titres de la rubrique « philosophie » que je n’ai pas cru bon d’insérer précédemment en raison d’un nombre d’ouvrages trop peu significatif). Ainsi, comparés aux 35 titres de la première période, les 518 de la seconde (sans compter les rééditions) représentent une quantité quinze fois supérieure. Et cette poussée sans précédent se fait au détriment de la religion qui passe de 61 % à 19 %, c’est-à-dire trois fois moins. Certes, la part de cette dernière est encore considérable, mais il convient de tenir compte des querelles suscitées par l’expulsion des jésuites (1759) à l’origine de très nombreux pamphlets et libelles. Je n’en veux pour preuve que la diminution des ouvrages de piété pure, comme, par exemple, l’hagiographie, en nette perte de vitesse (22 titres, soit 2 % seulement, contre 30 et 12 % auparavant). En vérité, si la religion reste le pilier du régime, surtout avec le retour en grâce des conservateurs sous le règne de Marie Ire, la dévotion n’est plus ce qu’elle était ; omniprésente en apparence, elle l’est de moins en moins dans les cœurs car on se contente des pratiques extérieures, comme le souligne le voyageur Carrère :

  • 12 J. B. Carrère, Voyage en Portugal et particulièrement à Lisbonne, à Paris, chez Déterville, 1798, (...)

Les pratiques extérieures de la religion suffisent aux Portugais ; [...] ils marmottent quelques prières ; ils disent le rosaire en s’occupant à d’autres objets, en se mêlant à la conversation, en l’interrompant à chaque instant12...

12Cette hypocrisie ambiante, tout comme un regain de superstitions populaires, ne parviennent pas à réprimer, dans les couches lettrées de la population, le désir de s’abreuver à d’autres sources. La statistique est là, qui traduit en chiffres cette ouverture à la culture européenne, cette recherche d’une nouvelle compréhension du monde, à la fois spirituelle (intérêt porté à la philosophie par exemple), mais aussi et surtout matérielle (40 titres sont consacrés à des traductions touchant aux progrès dans le domaine agricole, deux fois plus que les vies de saints).

  • 13 Voir Ciccia, Marie-Noëlle, Le théâtre de Molière au Portugal au XVIIIe siècle, Paris, Centre Cultu (...)

13Le théâtre, surtout dans le dernier tiers du siècle, fait l’objet de très nombreuses traductions au moment où, parallèlement, l’on assiste à un foisonnement de pièces populaires en portugais. On compte ainsi 187 pièces traduites (soit plus de 18 %), un chiffre comparable à celui des ouvrages de piété. À eux deux, Goldoni et Métastase totalisent plus de 60 titres. Mais figurent également 16 pièces de Voltaire (représentant la quasi-totalité des traductions de cet auteur) et une vingtaine de Molière qui apparaît enfin au Portugal avec un siècle de retard13.

Figure 4. — Répartition par langues (1750-1807)

  • 14 La Porte, M. De..., Guia de Negociantes e de Guarda-livros, ou Novo Tratado sobre os Livros de Con (...)
  • 15 Chabouille, Manual pratico do lavrador, com hum tratado sobre as abelhas, trad, do francez por Jos (...)
  • 16 Le Clerc, Cirurgia Anatómica, 1758.
  • 17 Arte de Dançar à Francesa, 1760.
  • 18 Bellidor, Novo Curso de Matemática, 1764 ; Bézout, Elementos de Aritmética, 1773 ; Clairant, Eleme (...)
  • 19 Bourru, Claude Edmond, Arte de se Tratar a si mesmo nas Enfermidades Venereas e de se Curar de seu (...)
  • 20 Cluton, Methodo Breve para Curar as Febres Continuas, Inflamatorias, Reumatismos e Outras Militas (...)
  • 21 Historia da Virtuosa, e Infeliz Clara Harlowe. Escrita em inglez pelo célebre Richardson, e trad, (...)
  • 22 Pamella Andrews ou a Virtude Recompensada. Novella de Richardson, trad, livremente do inglez, resu (...)
  • 23 Peregrinação de hum Christão ou Viagem para a Cidade Celeste, debaixo da Allegoria de hum Sonho, t (...)
  • 24 O Messias, poema em dez Cantos de..., novamente traduzido do francez por J. D. B. C., Porto, 1792.
  • 25 Zacharia [sic] Friedrich Wilhem, As Quatro Estações do Dia, poema alemão de Mr..., trad, por Anton (...)

14Dans cette deuxième moitié du siècle, la prépondérance des titres traduits du français épouse un phénomène de dimension européenne : la langue française est devenue pour un temps la langue universelle et ce phénomène se manifeste par un bond gigantesque puisque la moitié des ouvrages traduits le sont du français. Mais cette prépondérance n’est pas monolithique car elle recouvre une très grande diversité de domaines. En revanche, du latin, mis à part les classiques, on ne traduit que des ouvrages de théologie ou des essais scientifiques (médecine et botanique en particulier). En italien, l’accent est mis sur le théâtre ou les livres de piété, lesquels constituent également une bonne part des œuvres traduites de l’espagnol. C’est donc surtout par le français que se manifeste l’éveil des curiosités ; par exemple des ouvrages de vulgarisation pratique concernant la comptabilité et le commerce14, l’agriculture15, des précis de chirurgie16, des livres d’apprentissage de la danse « à la française17 », d’étude des mathématiques18, ou encore, d’un certain Claude Edmond Bourru, L’Art de se traiter soi-même dans les maladies vénériennes, paru en France en 1770 et rapidement traduit en portugais en 177819, sans doute pour cause d’urgence. A l’inverse, on a traduit en 1782, l’Histoire de la circulation du sang, de William Harvey, écrite plus d’un siècle plus tôt mais tellement moins utile ! De plus, comme le français est la langue étrangère que l’on se doit de savoir, c’est également, et cela est fort sujet à caution, à partir de traductions en français d’auteurs étrangers que s’élaborent un certain nombre de traductions portugaises. Par exemple, en 1772, paraît une méthode pour guérir les fièvres d’un auteur anglais dont je n’ai pas trouvé trace, un certain Cluton, dont la traduction française est à l’origine de celle en portugais20. Si l’on peut comprendre des traductions en cascade dans un cas de ce type, que dire lorsqu’on voit la Clarissa Harlowe, de Samuel Richardson, traduite d’après la version française21 ? Il est vrai qu’à l’époque on n’était pas aussi regardant quant à la fidélité au texte ; nous n’en voulons pour preuve que la version portugaise tardive (1807, dernière année de cette recherche) de la Pamela, du même Richardson, ainsi présentée : « Pamela Andrews ou la vertu récompensée, nouvelle de Richardson traduite librement de l’anglais, résumée et adaptée à la langue portugaise par D. Felix Moreno de Monroy y Ros22 » : non seulement le traducteur n’est pas portugais mais catalan, mais du roman-fleuve il fait une « nouvelle », résumée, en deux tomes tout de même, avec une traduction libre et une adaptation au portugais des plus suspectes (les Portugais, bourgeois ou nobles, autant dire les lecteurs potentiels, ne sauraient alors s’accommoder d’une telle vertu roturière). Nombreux sont cependant les auteurs étrangers qui sont tenus de passer par une traduction française, y compris lorsqu’il s’agit d’œuvres poétiques, ce qui paraît un comble, comme par exemple, The Pilgrim’s Progress, de John Bunyan23, ou la Messiade de l’Allemand24, ou encore Les quatre périodes du jour du poète allemand Friedrich Zachariae25.

3 Le poids de la censure

  • 26 O Pai de Familia, comedia de Diderot, Lisboa, na Typ. Rollandiana, 1788, 115 p.
  • 27 Voir Manuela D. Domingos, Bertrand, uma livraria antes do Terramoto, Lisboa, Biblioteca Nacional, (...)
  • 28 L’Esprit des lois y paraît, mais sans nom d’auteur.

15Ce panorama des traductions portugaises nous laisse, il faut bien le dire, sur notre faim. Parvenu au terme du dépouillement, il faut bien se rendre à l’évidence : malgré l’accélération des traductions que l’on constate dans la deuxième moitié du siècle, malgré un net recul des ouvrages de piété battus en brèche par un désir de savoir pragmatique entraînant la publication d’ouvrages de vulgarisation, dans le domaine de la réflexion philosophique, de la culture en marche, le décalage entre l’Europe des Lumières et le Portugal persiste toujours. Qu’en est-il des œuvres maîtresses de la pensée européenne ? Où sont passés les philosophes qui ont suscité tant d’engouement à travers tout le continent, et entraîné les bouleversements que l’on sait ? Si l’on prend l’exemple de Diderot, il n’est représenté que par son drame du Père de famille, publié en 1758 et traduit en 178826. Nous avons vu que si Voltaire avait été traduit 21 fois, il ne s’agissait que de 16 pièces de théâtre et de quelques rares œuvres peu compromettantes, comme l’Histoire de Charles XII. Certes, les élites cultivées, tout au moins une partie d’entre elles, lisaient le français. Les libraires, à Lisbonne, étaient, depuis les années trente, majoritairement de nationalité française, et originaires, pour la plupart, du petit village de Monestier de Briançon, dans le Dauphiné. Ils étaient donc bien placés pour favoriser le commerce du livre français ; c’est ainsi que la librairie Bertrand, qui est encore de nos jours l’une des meilleures de Lisbonne, a édité, en 1755, quelques mois avant le tremblement de terre, un catalogue de livres composé de 1780 titres français. Ce document, analysé par Manuela Domingos27, révèle que 60 % des titres portent sur l’histoire, les sciences et les arts, ne laissant que 12 % à la théologie contrairement à ce que l’étude des traductions fait apparaître. Mais si l’on se penche de plus près sur les titres, on constate les mêmes carences en ce qui concerne les progrès de la pensée universelle : on y trouve beaucoup d’œuvres du XVIIe siècle mais très peu du XVIIIe28, de nombreux auteurs anglais ou espagnols traduits en français, mais surtout beaucoup de livres d’histoire (211 titres commencent par Histoire de), des Mémoires (85 titres à cette rubrique) ou encore 45 Voyages. Une grande partie est constituée d’ouvrages de vulgarisation des différentes sciences et connaissances, qui se suivent parfois de manière cocasse (ainsi le Bombardier François, ou Nouvelle méthode de jetter les Bombes avec précision, par M. Bellidor, Paris, 1731, précède-t-il La Bonne mort, & les moyens de se la procurer pour être éternellement bienheureux, traduit de l’italien de Recupito, Lyon, 1676). La lecture de ce catalogue ne fait donc qu’accentuer cette impression d’escamotage de la pensée contemporaine, escamotage dont il faut chercher ailleurs l’explication.

  • 29 Ces deux produits constituaient un monopole d’État fort juteux.
  • 30 Un négociant portugais se rendant au Brésil, alors colonie portugaise, se vit obligé de restituer (...)

16Il existait au Portugal, bien entendu, un commerce clandestin de livres étrangers. De même, les livres interdits en France voyaient fleurir de nombreuses impressions à La Haye ou à Londres. Mais il était sans aucun doute beaucoup plus facile de faire entrer clandestinement de la marchandise en France en raison de la diversité des frontières terrestres, que d’arriver au Portugal où les étrangers ne se risquaient guère sur un réseau routier rudimentaire et non entretenu. Les entrées au Portugal se faisaient donc par voie maritime et étaient étroitement contrôlées par le service des douanes qui recherchait non seulement le tabac et le savon29, mais dressait avec soin la liste des livres importés ou exportés par les voyageurs pour leur usage personnel30.

  • 31 Voir Graça Almeida Rodrigues, Breve Historia da Censura Literaria em Portugal, Lisboa, Moraes, ed. (...)

17Le poids de la censure était donc considérable. Pendant la première moitié du siècle, la censure était d’ordre inquisitorial et relevait de l’Église. Par la suite, le marquis de Pombal, désireux de transférer au pouvoir royal ce type de contrôle, fit d’abord nommer son propre frère au poste de Grand Inquisiteur, puis finit par créer un tribunal royal chargé de la censure des livres publiés au Portugal ou importés de l’étranger. Ce tribunal, la Real Mesa Censória, institué en 1768, joua un rôle considérable dans le musellement de la pensée. Il passa au crible tout ce qui intéressait les jésuites, bannis du Portugal et tout ce qui, de près et même de très loin, portait atteinte au pouvoir régalien absolu, à la famille ou à la religion catholique. Ainsi, aucun ouvrage un tant soit peu polémique ne pouvait échapper à la mise à l’index, d’autant plus que si l’on était trouvé par trois fois en possession d’un livre interdit, outre des amendes de plus en plus élevées, on était tout bonnement passible d’un exil de dix ans en Angola ! Anecdote significative, on mit en prison, en 1794, deux libraires français coupables d’avoir vendu à un client la fameuse Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, œuvre anticléricale et anticolonialiste s’il en est. On trouva également chez eux une caisse de livres interdits adressée à l’ambassadeur de France, le comte de Chalons. Malgré des interventions auprès de la reine Marie Ire, les livres furent tous confisqués et seule La Henriade, de Voltaire, autorisée, lui fut rendue31.

  • 32 Ce catalogue occupe les pages 119 à 206 de l’étude de Maria Adelaide Salvador Marques intitulée A (...)

18La Real Mesa Censória publia tout d’abord un édit révélant une première liste de 122 livres interdits et ordonnant à l’exécuteur des hautes œuvres (pour une fois bien nommé) de brûler solennellement en place publique des ouvrages de Bayle, La Mettrie et le Dictionnaire philosophique de Voltaire. Le ton étant ainsi donné, on élabora par la suite un catalogue bien plus complet comprenant 895 livres interdits32. C’est effectivement lui qui explique, le plus clairement du monde, les contradictions que nous avons observées. L’ayant étudié minutieusement (fig. 5 page suivante), j’ai remarqué l’immense part occupée par les livres publiés en français : 602, soit 67 %, suivis par les livres en portugais, traductions comprises, qui sont seulement au nombre de 113 ; ces derniers précèdent le latin (97), puis l’anglais (43), et enfin l’espagnol et l’italien avec, respectivement, 21 et 19 livres.

19Cette proportion de livres français (les deux tiers de l’ensemble) est à mettre en parallèle avec les 50 % de livres traduits du français (510) relevés pour la période 1750-1807. On trouve donc davantage de livres interdits que d’ouvrages traduits autorisés. Rappelons que, parmi les livres publiés en français, nombreuses sont les traductions d’œuvres anglaises, allemandes ou autres.

  • 33 Pour Milton, c’est, en français, le Traité de la vraie religion de l’hérésie du schisme, qui assur (...)
  • 34 Voir Silva Bastos, op. cit., p. 100.

20On s’aperçoit également que la vindicte des censeurs attaque le mal, c’est-à-dire l’évolution des idées, à la racine. Le XVIe siècle est soigneusement expurgé de Montaigne, d’Érasme, de Machiavel (en français), de Charron, de Rabelais, de Clément Marot, jugé obscène, de Thomas More (L’Utopie, en français). Au XVIIe siècle, c’est le tour de Milton, de Spinoza, de Locke, d’Hobbes, de Pufendorf, de La Fontaine33. Quant à La Princesse de Clèves, publiée sans nom d’auteur en 1764, voici l’avis, d’une rare tenue littéraire, exprimé par le juge, en 1769 : « Ce livre est d’une nature et d’une composition identiques à celles de beaucoup d’autres que ce tribunal a expulsés de ce royaume : il s’agit des amours profanes de cette princesse et cela ne peut qu’être utile aux marchands et aux négociants qui s’en prennent ainsi à notre argent ; ce livre est pernicieux pour les Portugais, non seulement par la matière dont il traite mais parce qu’ils leur vole un temps qu’ils pourraient employer à des lectures utiles et intéressantes34. »

Figure 5. — Ouvrages censurés (1768-1815)

  • 35 Werther, Roman traduit de l’Allemand de Goete [sic], Paris, 1803 ; et Malheurs et Passions de Wert (...)

21Il va de soi que la majeure partie des interdictions concerne le XVIIIe siècle. Les romans interdits ne sont pas très nombreux. Le Werther de Goethe y est interdit par deux fois, mais seulement dans ses traductions françaises et une fois sans nom d’auteur35. Remarquons qu’outre Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Les bijoux indiscrets, de Diderot, sont rangés dans la catégorie « obscènes ». Sont prohibés aussi les récits de voyage dont les auteurs critiquent les mœurs portugaises, ainsi le Français Bourgoing, les Anglais Richard Twiss et Costigan, l’Espagnol Colmenar. Mais ce sont surtout les domaines touchant à l’organisation de la société et les réflexions philosophiques ou religieuses qui font les frais de la censure. À tout seigneur, tout honneur : Voltaire voit 22 de ses livres interdits, mais il faut dire qu’on tolère son théâtre ! Même chose pour Diderot, dont on accueille à bras ouverts le larmoyant Père de famille. En revanche, haro sur la correspondance de Frédéric II ! Condorcet est censuré, de même que les traités de Condillac. Les Réflexions sur la métaphysique du calcul infinitésimal de Carnot, sentent le souffre. Les Mélanges de littérature de D’Alembert, L’Émile, Le contrat social, De l’inégalité parmi les hommes, les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, sont mis à l’index. Six œuvres philosophiques de John Toland, sont rayées d’un trait de plume : un philosophe irlandais et presbytérien de surcroît ! Même chose pour Helvétius, l’abbé Raynal ou La Mettrie.

  • 36 En 1821, Marianne Baillie note : « Il est fort rare de voir un salon bien pourvu de livres : mais (...)

22J’arrête là ce jeu de massacre des troupes encyclopédiques et des autres. Finalement, contrairement à ce que l’on pouvait penser, il ne manquait personne à l’appel. Tel un miroir inversé, c’est dans les catalogues des livres censurés que se réfugie la pensée du siècle, mais les Portugais ne sont pas invités à partager le repas. On ne leur laisse que des miettes inoffensives ; qu’ils se repaissent donc d’œuvres mineures, de littérature populaire (attention, tout de même pas Restif de la Bretonne !), de récits de voyages et surtout d’ouvrages didactiques et instructifs dont le but est de permettre une élévation économique, artisanale et commerciale à ce pays exsangue. Bref, il faut que je me résolve à modifier le titre de cette communication puisqu’en définitive les Portugais lisent fort mal l’Europe. Mais ce n’est pas leur faute : ils n’ont pas le droit de traduire ce que bon leur semble36.

Bibliographie

Bibliographie

Baillie, Marianne, Lisboa, nos anos de 1821, 1822,1823, traduction et introduction d’Albano Nogueira, Lisboa, Biblioteca Nacional, 2002.

Bastos, José Timóteo da Silva, História da Censura Intelectual em Portugal, Lisboa, Moraes ed., 1983, 217 p.

Caeiro, Francisco da Gama, « Livras e Livreiros Franceses de Lisboa nos Fins de Setecentos e no Primeiro Quartel do Século XIX », separata du Boletim da Biblioteca da Universidade de Coimbra, Coimbra, 1980, p. 139-168.

Catálogo do Teatro de Cordel da Biblioteca Jorge de Paria, Coimbra, Publicações da Universidade de Coimbra, 1994, 396 p.

Ciccia, Marie-Noëlle, Le théâtre de Molière au Portugal au XVIIIe siècle, Paris, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 2003, 610 p.

Coutinho, Bernardo Xavier, Bibliographie franco-portugaise, Porto, Lib. Lopes da Silva, 1939, 411 p.

Domingos, Manuela, Livreiros de Setecentos, Lisboa, Ed. da Biblioteca Nacional, 2000, 218 p.

Domingos, Manuela, Bertrand, urna Livraria antes do Terramoto, Lisboa, Biblioteca Nacional, 2002, 83 + 124 p.

Guedes, Fernando, O Livro e a Leitura em Portugal, Subsidios para a sua Historia, Séculos XVIIIe XIX, Lisboa, Editorial Verbo, 1987, 308 p.

Lima, Henrique de Campos Ferreira, « O Poeta Suiço Salomão Gessner em Portugal », in Biblos, XXI, Lisboa, 1946.

Maffre, Claude, « L’édition au Portugal entre 1750 et 1810 », in Quadrant, n°9, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1992, p. 69-84.

Maffre, Claude, L’Œuvre satirique de Νicolau Tolentino, Paris, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 1994, 822 p.

Marques, Maria Adelaide Salvador, « A Real Mesa Censoria e a Cultura Nacional », separata du Boletim da Biblioteca da Universidade de Coimbra, vol. XXVI, Coimbra, 1963, 206 p.

Miranda, José da Costa, « Edições Portuguesas do Teatro de Pietro Metastásio (século XVIII) ; distribuição cronológica e significado », Boletim Internacional da Bibliografía Luso-Brasileira, vol. XIV, n° 1, Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 1973.

Miranda, José da Costa, « O Teatro de Goldoni em Portugal (Século XVIII) – Subsídios para o seu Estudo », Revista de História Literaria de Portugal, vol. IV, Coimbra, 1974, p. 35-85.

Miranda, José da Costa, « Acerca do Teatro Espanhol em Portugal (séc. XVIII) – Alguns Apontamentos Críticos da Mesa Censória », Bracara Augusta, n° 73-74, XXXII, Braga, 1978, p. 371-382.

Molière, Catálogo Comemorativo do Tricentenário da sua Morte, Coimbra, Biblioteca Universitária, 1975, 89 p.

Piwnik, Marie-Hélène, O Anónimo, journal portugais du XVIIIe siècle, 1752-1754, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1979, 603 p.

Piwnik, Marie-Hélène, « Lecture des élites portugaises au XVIIIe siècle d’après les annonces de librairie », in Histoire du Portugal, Histoire européenne, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1987, p. 163-173.

Rodrigues, A. A. Gonçalves, A Tradução em Portugal, vol. 1, 1495-1834, Lisboa, Imprensa Casa da Moeda, 1992.

Rodrigues, Graça Almeida, Breve História da Censura Literária em Portugal, Lisboa, Biblioteca breve, Ministério da Educação e Ciência, 1980, 114 p.

Sampaio, Albino Forjaz de, Subsídios para a História do Teatro Português – O Teatro de Cordel, Lisboa, Imprensa Nacional, 1920,108 p.

Viguerie, Jean de, Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, 1715-1789, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1995, 1730 p.

Notes

1 La censure interdira cette traduction quand on aura découvert que Gresset était un jésuite !

2 Ce chiffre, comme celui qui suit, est le résultat de compilations personnelles ou de consultations de plusieurs recensements, mais l’ouvrage de référence primordial est celui de A. A. Gonçalves Rodrigues, A Tradução em Portugal, vol. 1, 1495-1834, Lisboa, Imprensa Casa da Moeda, 1992. La plupart des traductions y sont recensées mais il importait, pour un décompte plus exact, d’éviter de prendre en considération les rééditions qui font toujours l’objet d’entrées ainsi que les très nombreuses traductions trop peu significatives de textes de traités, de courts articles relatant des faits du jour et ne dépassant pas deux ou trois pages par exemple.

3 On estime la population du Portugal à 2 140 000 habitants en 1732, et à environ 2 500 000 vers 1750. (cf. Maria Adelaide Salvador Marques, A Real Mesa Censoria e a Cultura Nacional, p. 61).

4 Avant 1768, paraissait à Lisbonne la Gazeta de Lisboa et l’Hebdomadário Lisbonense. Mais Pombal interdit toute parution entre 1768 et 1777, date de sa chute. Cf. Marie-Hélène Piwnik, « Lectures des élites portugaises au XVIIIe siècle d’après les annonces de librairie », Histoire du Portugal, Histoire européenne, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1987, p. 172-173.

5 Il va de soi que les publications en portugais ne sont pas en reste et qu’hagiographies et sermons fleurissent tout aussi bien sur les bords du Tage.

6 J. Fr. Bourgoing (in Voyage du ci-devant duc du Châtelet en Portugal, Paris, chez Buisson, 1801, t. 1, p. 186) écrit : « Si l’on se rappelle que dans ce royaume où l’on compte peu au-delà de deux millions d’âmes, il en faut prélever 200 000 pour les prêtres et les religieux des deux sexes, consommateurs oisifs, qui sont perdus pour l’agriculture, pour les arts, pour le commerce et même, malgré la licence de leurs mœurs, pour la propagation de l’espèce humaine... » Malgré sa hargne antireligieuse qui le pousse à l’exagération, Bourgoing n’en est pas moins près de la réalité.

7 Novarino, Pe D. Luís, Vida de Maria no ventre de Sancta Anna, trad, do italiano pelo Pe Antonio dos Reis, Lisboa, na off. da Congregação, 1738.

8 Première édition : Recopilaçam de remedios escolhidos de Madame... faceis, domesticos, experimentados... para alivio dos pobres. Trad. João Saldanha de Albuquerque de Matos Coutinho e Noronha, Lisboa, na off. de Miguel Manescal, 1712.

9 Le dramaturge italien commence sa carrière au Portugal en 1735, alors que sa Didone abbandonata fut publiée en 1727. J’ai relevé pas moins de 33 titres de Métastase traduits au XVIIIe siècle.

10 Première édition en 1731.

11 Mercurio historico e politico em que se contem o estado presente da Europa... traduzido do fr. em castelhano do Mercurio da Haia por Mr. Le-Margné e disposto em port, por Joam de Buitrago, Lisboa, na off. Sylviana, 1741.

12 J. B. Carrère, Voyage en Portugal et particulièrement à Lisbonne, à Paris, chez Déterville, 1798, p. 283.

13 Voir Ciccia, Marie-Noëlle, Le théâtre de Molière au Portugal au XVIIIe siècle, Paris, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 2003, 610 p.

14 La Porte, M. De..., Guia de Negociantes e de Guarda-livros, ou Novo Tratado sobre os Livros de Contas em Partidas Dobradas, composto em lingua franceza, trad, na vulgar, Lisboa, na Regia Off. Typ., 1794,171 p.

15 Chabouille, Manual pratico do lavrador, com hum tratado sobre as abelhas, trad, do francez por José Ferreira da Silva, s.l, 212 p.

16 Le Clerc, Cirurgia Anatómica, 1758.

17 Arte de Dançar à Francesa, 1760.

18 Bellidor, Novo Curso de Matemática, 1764 ; Bézout, Elementos de Aritmética, 1773 ; Clairant, Elementos de Geometría, 1773.

19 Bourru, Claude Edmond, Arte de se Tratar a si mesmo nas Enfermidades Venereas e de se Curar de seus Differentes Symptomas, Coimbra, na Real Off.da Universidade, 1778, 461 p.

20 Cluton, Methodo Breve para Curar as Febres Continuas, Inflamatorias, Reumatismos e Outras Militas Enfermidades. Escripto em inglez por..., trad. Em fr. e agora novamente em Port., por ***. Accrescentado nesta ultima trad. Com varias observaçoens feitas pelo trad. Portuguez, Porto, Off. de Antonio Alvarez Ribeiro, 1772, 146 p.

21 Historia da Virtuosa, e Infeliz Clara Harlowe. Escrita em inglez pelo célebre Richardson, e trad, em francez por M. Le Tourneur, e do fr. em port, pelo trad. Do Viajante Universal, Lisboa, 1804-1818, Typ. Rollandiana, 15 vols.

22 Pamella Andrews ou a Virtude Recompensada. Novella de Richardson, trad, livremente do inglez, resumida e accomodada à linguagem portuguesa por D. Felix Moreno de Monroy y Ros, Lisboa, na off. de J. Rodrigues Neves, 1807.

23 Peregrinação de hum Christão ou Viagem para a Cidade Celeste, debaixo da Allegoria de hum Sonho, trasladada em vulgar por F.R.I.L.E.L., Lisboa, Typ. Rollandiana, 1782.

24 O Messias, poema em dez Cantos de..., novamente traduzido do francez por J. D. B. C., Porto, 1792.

25 Zacharia [sic] Friedrich Wilhem, As Quatro Estações do Dia, poema alemão de Mr..., trad, por Antonio Estevão de Lima da versão franceza de Hubert, Lisboa, na Off. de Simão Thaddeo Ferreira, 1806.

26 O Pai de Familia, comedia de Diderot, Lisboa, na Typ. Rollandiana, 1788, 115 p.

27 Voir Manuela D. Domingos, Bertrand, uma livraria antes do Terramoto, Lisboa, Biblioteca Nacional, p. 51.

28 L’Esprit des lois y paraît, mais sans nom d’auteur.

29 Ces deux produits constituaient un monopole d’État fort juteux.

30 Un négociant portugais se rendant au Brésil, alors colonie portugaise, se vit obligé de restituer au tribunal trois livres interdits (Voir J. T. da Silva Bastos, História da Censura Intelectual em Portugal, p. 113).

31 Voir Graça Almeida Rodrigues, Breve Historia da Censura Literaria em Portugal, Lisboa, Moraes, ed., 1983, p. 46.

32 Ce catalogue occupe les pages 119 à 206 de l’étude de Maria Adelaide Salvador Marques intitulée A Real Mesa Censoria e a Cultura nacional, Coimbra, supl. do Boletim da Biblioteca da Universidade de Coimbra, vol. XXVI, 1969.

33 Pour Milton, c’est, en français, le Traité de la vraie religion de l’hérésie du schisme, qui assure, en fait, la défense des Vaudois ; pour Spinoza, il s’agit de deux œuvres en latin et de trois en français ; Locke est condamné pour deux ouvrages, en français, l’Essai philosophique sur l’entendement humain et Le christianisme raisonnable ; Hobbes est épinglé pour ses Elementa philosophica de cive et son Leviathan sive de republica ; Pufendorf pour deux ouvrages traduits en français, Les devoirs de l’homme et du citoyen et l’Introduction à l’histoire des principaux États qui sont aujourd’hui dans l’Europe, avec cette recommandation : « On doit rayer le passage qui traite du roi Alphonse VI, p. 227. »

34 Voir Silva Bastos, op. cit., p. 100.

35 Werther, Roman traduit de l’Allemand de Goete [sic], Paris, 1803 ; et Malheurs et Passions de Werther, sans indication d’éditeur.

36 En 1821, Marianne Baillie note : « Il est fort rare de voir un salon bien pourvu de livres : mais cela ne doit pas surprendre dans un pays qui n’a produit qu’un seul grand auteur et où la littérature étangère, jusqu’il y a peu, était interdite comme dangereuse aussi bien pour l’Église que pour l’État » (Marianne Baillie : Lisboa, nos anos de 1821,1822, 1823, traduction et introduction d’Albano Nogueira, Lisboa, Biblioteca Nacional, 2002.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Répartition par domaines (1706-1750)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 2. — Répartition par langues (1706-1750)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 3. — Répartition par domaines (1750-1806)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 4. — Répartition par langues (1750-1807)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 5. — Ouvrages censurés (1768-1815)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Université Paul-Valéry, Montpellier III
Professeur émérite de portugais à Montpellier III. Agrégé d’espagnol, il a fait une carrière universitaire en portugais, assumant pendant dix ans les fonctions de directeur du département de portugais à Montpellier. Ses travaux ont essentiellement porté sur l’étude de la poésie, satirique en particulier, dans le XVIIIe siècle portugais. Il a publié plusieurs traductions, un livre sur les voyageurs au Portugal aux XVIIIe et XIXe siècles (Urrugne/Paris 2005), et sa thèse est parue aux éditions de la Fondation Gulbenkian ( L’œuvre satirique de Nicolau Tolentino, 1994)

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540