Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Lire des romans français dans l'espace allemand du XVIIIe siècle : collections, lectures, médiations

French Novels in Eighteenth-Century German Libraries: Collections, Reading, Mediations

Nathalie Ferrand

Résumé

Cet article se propose de présenter les résultats d'une enquête sur la présence du roman français à travers les bibliothèques personnelles de plusieurs lecteurs allemands du XVIIIe siècle, à Weimar et à Munich, bibliothèques féminines et masculines, princières ou bourgeoises. À chaque fois, les documents manuscrits que les propriétaires de ces livres ont eux-mêmes rédigés ou ont fait rédiger par un bibliothécaire, dressent un portrait intime d'eux-mêmes. Le roman français y est présent, parfois commenté par des jugements esthétiques avisés, parfois décrit avec des informations sur leur provenance, leur commerce et leurs censures qu'ils ont encourues. Ainsi c'est une part de la vie du roman français hors de France et ses rencontres avec des lecteurs étrangers qui surgit de ces collections anciennes et méconnues

This paper gives the results of research on French novels in a number of individual readers’ libraries in eighteenth-century Germany—in Weimar and Munich. The results are drawn from libraries of men and women, be they princes or bourgeois. In each case the lists which the owners of the books or their librarians drew up reflect a clear picture of the owners themselves. French novels appear, sometimes commented upon with well-informed criticism or with information about their provenance, their circulation and the censorship they incurred. Thus these old and unknown lists provide a life of the French novel outside of France and its treatment by foreign readers

Texte intégral

  • 1 Erik Leborgne, article « Roman » du Dictionnaire européen des Lumières, sous la direction de Miche (...)
  • 2 Que ce soit pour le roman de langue française ou pour celui des autres pays européens. Pour le rom (...)

1Comment le roman français est-il allé à la recherche de ses lecteurs d'un bout à l'autre de l'Europe au XVIIIe siècle ? Mode d'expression parfois radical de la pensée des Lumières, comment a-t-il été reçu, lu, collectionné et comment a-t-il agi par sa présence attestée ici ou là sur l'évolution des pensées et sur les littératures nationales en cours de formation ? Quelles sont les médiations, humaines (libraires, bibliothécaires, cercles de lecture) ou linguistiques dans le cas des traductions, qui ont orchestré ces déplacements et permis ces rencontres entre le roman français et un public étranger ? À un moment où l'on cherche à définir la notion de « roman européen » pour le XVIIIe siècle1, il est nécessaire d'apporter des réponses concrètes et documentées à ces questions2 car elles forment le terrain sur lequel étayer de nouvelles voies de réflexion. Les concepts et les démarches intellectuelles qu'il est possible de mobiliser pour ce type d'investigation sont désormais nombreux, depuis l'histoire de la lecture, du livre et de l'édition en Europe, les travaux sur la constitution des bibliothèques, les études de réception historique et la recherche sur les transferts culturels. Il s'agit maintenant, grâce à des enquêtes sur le terrain, de les mettre au service d'une histoire littéraire qui prenne en compte les contenus des textes mais aussi la diversité de leurs publics et la mobilité internationale des œuvres.

  • 3 Avec les travaux de Maria-Rosa Zambon sur les traductions ou les commentaires dans les journaux it (...)
  • 4 Avec les travaux de Isabel Herrero, « La novela francesa en algunas bibliotecas españolas del sigl (...)
  • 5 Hermann August Korff, Voltaire im literarischen Deutschland des XVIII. Jahrhunderts : Ein Beiträge (...)
  • 6 Je me permets de renvoyer à « Le roman français du XVIIIe siècle dans les fonds de la Herzogin Ann (...)
  • 7 Alain-René Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillane. Par Le Sage, Leipzig, Arstkee und Merkus 17 (...)
  • 8 La mention du registre de prêt est : Justine, ou les Malheurs de la Vertue [sic]. Troisième éditio (...)
  • 9 Voir l'article et l'ouvrage précités note 2.
  • 10 Voir N. Ferrand,« Le Rêve de Zola à Weimar : des épreuves inédites découvertes à la Herzogin Anna (...)

2Si des recherches sur la pénétration du roman français en Europe au XVIIIe siècle — c'est-à-dire à une époque où la production romanesque reste encore largement française ou francophone —, ont commencé en Italie3 ou en Espagne4, l'Allemagne est un terrain quasiment intouché de ce point de vue, sinon à travers des recherches souvent anciennes sur la réception de certains auteurs pris individuellement, auteurs canonisés comme Voltaire ou Diderot5. Or concernant le roman de langue française, les bibliothèques allemandes réservent d'agréables surprises pour qui s'intéresse à elles. Une recherche dans les fonds anciens de la Herzogin Anna Amalia Bibliothek de Weimar en 1998 m'avait permis de le constater6. Fonds longtemps oublié, mieux accessible aux chercheurs depuis la réunification, et qui avait échappé à la grande enquête menée par Angus Martin, Vivienne Mylne et Richard Frautschi pour leur Bibliographie du genre romanesque français 1751-1800 parue en 1977, ce fonds révèle maintenant qu'à l'ombre de Goethe et de Schiller, qu'au berceau du classicisme allemand, se trouvaient de nombreux romans français du XVIIIe siècle, sur lesquels on découvre au hasard d'une page du Gil Blas de Lesage la signature de Wieland7, ou encore si l'on examine le registre des prêts que Goethe avait institué à la fin du siècle dans la bibliothèque dont il était désormais le directeur, on découvre qu'il avait lui-même emprunté par exemple Justine, ou les Malheurs de la Vertu de Sade en 17988 ou Manon Lescault en 1811. Gisement d'éditions inconnues ou pas encore localisées9 — j'en avais repéré une trentaine —, les fonds anciens d'une bibliothèque comme celle de Weimar sont une mine pour le spécialiste du roman français, qu'il s'intéresse plus spécifiquement au siècle des Lumières ou à d'autres périodes : un manuscrit inconnu d'Emile Zola sommeillait dans les fonds spéciaux de cette bibliothèque10.

  • 11 Ce projet de recherche est réalisé grâce au soutien de la Fondation Alexander von Humboldt.

3Du point de vue de la méthode, cette recherche présente deux entrées : l'une bibliographique et descriptive, l'autre d'analyse historique et littéraire. J'en présenterai ici les aspects méthodologiques tels que je les ai pratiqués à Weimar avant d'aborder la question de leur généralisation à d'autres fonds allemands, qui est l'objet d'une recherche que je commence dans les fonds de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich et dans d'autres fonds de Bavière11.

  • 12 S. P. Jones, A List of French Prose Fiction From 1700 To 1750, New York, H. W. Wilson Company, 193 (...)
  • 13 Maximilian v. Montgelas, 13000 volumes (1759-1838). Depuis 1796 le conseiller politique le plus im (...)
  • 14 Geneviève Roche, Les traductions-relais en Allemagne au XIIIe siècle. Des lettres aux sciences, Pa (...)
  • 15 Il s'agit d'un roman de l'abbé Prévost, Memorie dell' auventure d'un huomo di qualite o del marche (...)
  • 16 Le registre de prêt mentionne : « Prevost d'Exilis, Antoine François : Istoria ed amori del cavali (...)
  • 17 Transferts. Les relations culturelles dans l'espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Textes (...)

4La première entrée consiste à attester la présence de titres, d'auteurs et d'éditions de roman dans les collections actuelles afin d'apporter une contribution concrète à la révision des bibliographies du roman12. Compte tenu du marché éditorial du roman français au XVIIIe siècle très largement publié ou republié à l'étranger, notamment en Allemagne d'ailleurs (Leipzig, Francfort, Cologne), les bibliothèques allemandes ne peuvent qu'apporter des éléments de connaissance nouveaux sur son édition, sa diffusion et sa circulation dans cet espace mais aussi dans le reste de l'Europe. Dans le relevé bibliographique pour le fonds de Weimar, j'ai inclu également les traductions, que ce soit du français vers d'autres langues ou à l'inverse les traductions vers le français de romans écrits originairement dans ces langues. En effet, cela parce que cela constitue un témoin fort de vitalité ou à l'inverse de perte de vitesse et de substitution progressive du roman français par les autres littératures nationales. Tant que le roman français est majoritairement présent en original et que les romans étrangers, anglais, italiens voire allemands sont présents en français dans ces bibliothèques — à Munich, on trouve dans la bibliothèque du Ministre Montgelas13 les Mémoires de Mlle de Sternheim de Sophie de la Roche en français —, c'est évidemment un indice fort de rayonnement linguistique. À l'inverse, plus le taux de traductions vers l'allemand augmente, plus l'autonomie littéraire se manifeste. Concernant le français comme langue-relais des traductions de romans anglais, si à Weimar on lit Defoe ou Richardson à travers le français dans la première moitié du siècle, on lira à la fin du siècle les romans gothiques soit directement en anglais, soit dans des versions allemandes. Tout cela converge avec les observations faites par Geneviève Roche dans son ouvrage récent sur Les traductions-relais en Allemagne au XVIIIe siècle. Des lettres aux sciences (200114). Ce sont des phénomènes massifs, mais je crois qu'il faut aussi prêter attention à des phénomènes plus discrets, plus marginaux dans le domaine des traductions comme la présence à Weimar d'un nombre non négligeable de romans français traduits en italien, traductions venant soit de Venise soit de Iéna, la ville universitaire voisine. Notamment, on trouve un roman de l'abbé Prévost en italien relié avec un manuel d'italien à l'usage des Allemands15, en somme un roman français qui sert à enseigner l'italien à des lecteurs allemands, ce qui est assez curieux. Alors on s'étonne moins que ce soit en italien que Goethe lise Manon Lescault en 181116. Dans le contexte des transferts littéraires franco-allemands où, je cite Michel Espagne et Michael Werner, « au XVIIIe siècle, l'affirmation de la culture allemande passe par une tentative de déconstruction de la culture française17 », on voit que cette déconstruction peut emprunter bien des chemins détournés, ici une sorte de dépossession à travers une langue tierce : on garde une forme, on substitue la langue de départ par une autre langue romane mais peu romanesque et surtout politiquement neutre, et on obtient un objet hybride qui est ce manuel d'italien. Ce n'est pas un cas isolé, puisqu'on retrouve à peu près le même objet dans cette édition bilingue des Lettres Péruviennes par Deodati qui circule en Europe et qui sert à apprendre l'italien — il y en a trois exemplaires dans le fonds de Weimar, dont un qui a appartenu à Anna Amalia. Je crois donc qu'il ne faut pas hésiter dans ce type d'enquête à inclure ces phénomènes qui peuvent apparaître marginaux mais qui révèlent toute la complexité et l'ambivalence du système littéraire européen de l'époque, pour éviter de le réduire à des relations à deux termes, par exemple ici France-Allemagne.

  • 18 Mises en place à Weimar depuis 1744.

5La seconde entrée consiste à faire revivre la bibliothèque comme espace historique de réception, à chercher à restituer sous sa configuration actuelle les collections qui l'ont constituée et avec elles la présence des lecteurs et des possesseurs de livres de ce temps, leurs usages et leurs goûts. Cela suppose une tout autre démarche, fondée sur le retranchement et non plus sur l'accumulation des titres ou des auteurs repérés dans les fonds d'aujourd'hui, et le recours à des documents historiques tels que, en premier lieu, les catalogues des bibliothèques personnelles du XVIIIe siècle qui ont conflué dans la bibliothèque. À Weimar, il s'agit soit de bibliothèques exogènes d'érudits que les Ducs de Weimar ont achetées au début du XVIIIe siècle et dont certaines contenaient des romans français, ou celles, endogènes, des princes eux-mêmes, celles qu'Anna Amalia ou Carl August notamment se sont constituées personnellement en fonction de leurs goûts propres. Lorsqu'ils existent, comme à Weimar, il faut bien entendu également interroger les registres de prêt, voire de façon indicative les listes des visiteurs de la bibliothèque18. Les catalogues sont de très précieuses photographies de l'état des collections à telle ou telle date, mais qui ont aussi leurs limites car ils témoignent d'une présence passive et non d'une lecture. Dans certains cas, ils peuvent toutefois délivrer des informations plus fines sur les processus d'appropriation des livres par les lecteurs : lorsqu'ils sont commentés, comme c'est le cas du catalogue d'Anna Amalia à Weimar (1776), remarquable document de réception qualitative de la littérature française dans la ville que Mme de Staël appelait la première « capitale littéraire » d'Allemagne — même si les commentaires ne sont pas d'Anna Amalia elle-même mais de son bibliothécaire Jagemann. Le catalogue commenté est une typologie de document que l'on retrouve dans les fonds de Bavière, avec par exemple le catalogue de la bibliothèque privée du conseiller Franz v. Krenner, dont les quelques 3 000 volumes — 500 étant des romans français du XVIIIe siècle —, sont pourvus de commentaires généralement rédigés en allemand et accompagnés d'informations diverses, concernant par exemple la date de censure des romans en Bavière et en Autriche ou des mises à l'index, le prix des livres, le nom des libraires où il s'est procuré les volumes. Il en sera question plus loin.

  • 19 Cette expression est employée par Hans Erich Bödeker, « D'une “histoire littéraire du lecteur” à l (...)
  • 20 Richardson, Lettres angloises, ou histoire de mis s Clarisse Harlovee, Londres, Nourse, Libraire, (...)

6Du catalogue, il faut ensuite passer au livre lui-même, à l'exemplaire qui parfois porte les traces d'appropriation ou de lecture productive19 : ex-libris, signatures, marginalia de toutes sortes, par lesquels des lecteurs princiers ou non, parfois ordinaires, n'ayant pas laissé de catalogue, ont en personnalisant leurs livres laissé un peu d'eux-mêmes dans la mémoire collective de nos bibliothèques. Ainsi de cette Christiane Zinck en marge d'une traduction allemande d'un roman de Mme Riccoboni, d'un certain Sommerfeld au début de La Nouvelle Héloïse, ou de ce Mannteufel en marge des Lettres d'une Péruvienne de Mme de Graffigny. De véritables commentaires apparaissent parfois sur les pages de garde des volumes et il convient de les relever pour, dans une phase plus avancée de la recherche, en faire l'analyse et en dresser la typologie. Dans les fonds de Bavière, on retrouve ces annotations à la plume, comme celle d'un lecteur anonyme qui sans le dire paraphrase longuement l'Éloge de Richardson de Diderot au début d'un exemplaire de Clarisse Harlowe traduit par l'abbé Prévost20.

  • 21 Dans les trois cas, les informations que nous présentons viennent de catalogues de bibliothèque in (...)

7À travers cette gamme de documents qui, du catalogue personnel à la trace manuscrite, permettent de pénétrer par approches successives dans le monde personnel du lecteur, dans ses rythmes, dans ses témoignages vécus et parfois datés ou dans ses évaluations littéraires, c'est donc tout un milieu humain, intellectuel et sensible qui surgit des pages inertes de ces collections de livres. Pour aller au contact de ces hommes et de ces femmes du XVIIIe siècle, je vous propose maintenant un détour par trois bibliothèques privées21 dont les catalogues se trouvent à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.

1 Trois bibliothèques privées

  • 22 Sur Krenner, voir l'article de Stephan Kellner, « Biblioteca erotica Krenneriana — eine bürgerlich (...)

8La première est celle de Franz von Krenner (1762-1819) évoqué précédemment22. Issu d'une famille bourgeoise et annobli en 1792, Fr. v. Krenner est un haut fonctionnaire du ministère des finances bavarois qui, au fil des années, a réuni une importante collection d'œuvres érotiques allant de l'Antiquité jusqu'au début du XIXe siècle. Cette collection aux 3 000 volumes est dotée d'un catalogue manuscrit intitulé « Bibliotheque érotique obscéne et facetieuse ou Bibliotheque amusante pour un homme de Lettres et d'un joyeux [sic] humeur ». Il présente un très grand intérêt du fait du grand nombre d'informations donné par les commentaires souvent érudits de son propriétaire. Par ailleurs, il s'organise en plusieurs sous-collections qui chacune a un cahier distinct : catalogue des œuvres de l'Antiquité jusqu'au XIIe siècle (269 entrées), catalogue des œuvres italiennes du XIIe au début du XIXe siècle (263 entrées), catalogue des œuvres espagnoles de la même période (53 volumes non numérotés). Le catalogue consacré à la France est le plus volumineux, avec 930 entrées, tandis que l'Angleterre est bien moins représentée avec, dans son mince cahier, seulement 123 entrées.

  • 23 Voir G. Roche, Les traductions-relais, op. cit., p. 166-168.

9Sur les 930 entrées du « Catalogus librorum eroticorum et ludicrorum Nationis gallicæ », plus de la moitié est constituée de romans français du XVIIIe siècle (509 entrées). Au total, ils représentent donc un sixième de l'ensemble de la collection de Krenner, alors que les romans anglais par exemple sont sous-représentés avec seulement une vingtaine de titres. Apparaît de fait une profonde adéquation entre le sujet de cette collection — l'érotisme, le divertissement, la facétie — et la fiction telle qu'elle fut pratiquée à la française, ou du moins telle que les Allemands, lecteurs ou critiques, la perçurent de plus en plus au XVIIIe siècle23, comme par exemple J. G. Lindner qui trace, dans son Anweisung zur guten Schreibart (1755), la ligne de partage entre un romanesque à l'anglaise, moral, vertueux et un romanesque à la française qui n'est plus digne d'imitation car du côté de la galanterie. Cette fracture thématique entre les deux nations littéraires analysée par le théoricien Lindner est matérialisée et confirmée dans les pratiques culturelles des lecteurs du XVIIIe siècle par la collection de Krenner.

  • 24 La différence entre le décompte des titres de roman et celui des entrées au catalogue s'explique p (...)
  • 25 La majeure partie de œuvres se trouve toujours à la Bayerische Staatsbibliothek et constitue une p (...)
  • 26 Pour les œuvres du début du XIXe siècle, Fontaine devient le principal fournisseur de Krenner.
  • 27 Jürgen Voss, « Un centre de diffusion de livres français dans l'Allemagne du XVIIIe siècle : la li (...)

10Mais que contient-elle exactement ? Environ 450 titres de romans24, ce qui est beaucoup par rapport à la production totale du roman français au XVIIIe siècle (environ 3 000 œuvres). On ne s'étonnera pas que, parmi ces romans, beaucoup soient illustrés — les amateurs de littérature érotique recherchant surtout les éditions avec gravures25. Ce qui explique la valeur de cette collection, c'est-à-dire sa rareté et son coût. Cet aspect économique est d'ailleurs souligné par Krenner lui-même qui, en marge des rubriques de son catalogue, indique souvent le prix qu'il a payé pour tel ou tel ouvrage. Ainsi La Nouvelle Justine de Sade (1797) en dix volumes et avec cent gravures lui a-t-elle coûté 55 florins. C'est le roman le plus cher de sa collection. À titre de comparaison, Krenner eut en fin de carrière un appointement annuel de 9 700 florins. Il dépensait donc des sommes conséquentes pour sa collection. Mais le catalogue nous informe aussi sur les acteurs du commerce du livre, car Krenner indique également le nom des libraires chez qui il s'est procuré ses livres. Par exemple, on voit apparaître assez souvent26 le nom du célèbre libraire de Mannheim, Fontaine, intermédiaire important de la diffusion du livre français dans l'espace allemand du XVIIIe siècle, ainsi que l'a montré un article de Jürgen Voss27. Le catalogue de Krenner démontre le rôle important de l'approvisionnement chez Fontaine pour les clients du Sud de l'Allemagne et apporte un éclairage nouveau sur la nature de son fonds, car on ignorait que ce libraire diffusât également la littérature érotique et pornographique.

  • 28 Cette liste comprenait 95 titres dont la moitié était des œuvres françaises.

11Sur la politique du livre dans le Sud catholique de l'Allemagne, l'inépuisable catalogue de Krenner nous livre encore un certain nombre d'informations puisque le collectionneur prend le soin d'indiquer les dates de censure en Bavière et en Autriche des ouvrages qu'il possède. Krenner, qui avait l'autorisation du roi pour acheter ces livres interdits, savait que leur interdiction leur donnait tout leur prix. Mais pour nous, spécialistes du XXIe siècle, ces inscriptions prennent une valeur de témoignage historique important sur des pratiques qu'il est parfois difficile de documenter. Ainsi le catalogue est-il scandé par la date de 1765 pour la censure autrichienne — entre 1751 et 1780, l'Autriche eut une politique de censure très vigoureuse et interdit 4 600 ouvrages —, et un peu moins souvent par celle de 1770 pour la Bavière — ce qui correspond à l'établissement de la première liste de la censure28 par le tout nouveau Collège des Censeurs d'État (institué en 1769).

12Quant au contenu de cette collection, on y trouve tous les classiques de la littérature érotique et pornographique, parfois en plusieurs éditions et souvent avec leurs traductions. Par exemple, on trouve quatre exemplaires de Thérèse philosophe, trois exemplaires de l'Histoire de Don Bougre, etc. Mais il y a aussi des intrus dans cette collection, comme Gil Blas de Lesage, les Mémoires d'un homme de qualité de Prévost, l'An 2440 de Mercier, ou d'autres appartenant au registre du roman moral comme les Lettres Péruviennes de Mme de Graffigny, des récits de Baculard d'Arnaud, certains livres achetés peut-être par erreur sur la base d'un titre équivoque comme La Dot de Suzette.

  • 29 Voir Stefan Kellner et Annemarie Spethmann, Historische Kataloge der Bayerischen Staatsbibliothek (...)
  • 30 Maximilian ν. Montgelas (1759-1838) est à partir de 1796 le conseiller politique le plus important (...)

13Qu'en est-il du lectorat féminin ? Parmi les 44 fonds de bibliothèques privées qui, sur la période prise en compte dans mon travail (1700-1828), ont été versés dans la bibliothèque de Munich et dont cette bibliothèque possède les catalogues29, je n'ai trouvé qu'une seule bibliothèque de femme, celle de la Comtesse Ernestine de Montgelas. Ernestine de Montgelas est l'épouse de l'homme d'État Maximilian de Montgelas30. Elle est née en 1779 et morte en 1820, donc assez tôt à l'âge de 41 ans. Elle possède une petite bibliothèque personnelle de 432 volumes (ce qui n'est rien à côté des 13 000 volumes de celle de son mari). Le catalogue date des années 1816-1817 et a été dressé par un bibliothécaire professionnel.

14Significativement, la première entrée de ce catalogue est : ABC. Französisches, und Lesebuch für die ersten Anfänger, Nürnberg, 1808, 8°, 144. Donc c'est une méthode allemande d'apprentissage du français qui ouvre la collection. La seconde entrée nous plonge aussitôt ensuite dans la mondanité des Lumières : Académie universelle des Jeux. Nouvelle Édition augmentée du Jeu des Échecs, par Philidor, [...], Amsterdam, 1786, 8°, 92.

15Si l'on fait un décompte en fonction de la langue dans laquelle sont publiés les ouvrages, le premier rang vient aux ouvrages en allemand, qui peuvent être des textes étrangers traduits en allemand (155 soit un tiers) ; suivent aussitôt les ouvrages en français, 145 soit un autre tiers ; 125 en anglais ; 14 en italien ; 1 en espagnol (Don Quichotte est dans la bibliothèque, mais en français.) Cet unique titre espagnol est curieux : Carlos de Gimbernat, Manual del Soldado Espannol en Alemania, Munich, 1807. Il mérite d'être cité parce qu'on se demande ce qu'il fait dans la bibliothèque de Mme de Montgelas. C'est plutôt un ouvrage qui devrait figurer dans celle de son mari. Alors soit on se trompe complètement sur les goûts littéraires des femmes de cette époque, soit les bibliothèques de M. et Mme de Montgelas sont très perméables l'une à l'autre — les livres de l'un passent chez l'autre —, ce qui en rend l'interprétation plus compliquée. Quoi qu'il en soit, dans cette bibliothèque telle qu'elle a été fixée sur le papier par le bibliothécaire de la cour, je ne trouve que 13 romans en français, plus deux œuvres complètes, celles de Voltaire et de Mme Riccoboni qui à leur tour contiennent des romans. Alors que Mme de Montgelas s'intéresse beaucoup à la poésie en français — elle possède tout Delisle — ou en anglais et en italien. Ainsi elle a des anthologies énormes comme Poets of Great Britain de Bells, ouvrage en 109 tomes ou en italien, la Raccolta di autori italiani. Poeti en X tomes publiés à lena en 1807 ; alors qu'elle a aussi beaucoup d'œuvres complètes concernant le théâtre français, le roman ne semble pas beaucoup lui plaire. Que ce soit en français ou en anglais d'ailleurs, seuls deux romans anglais se trouvant dans sa bibliothèque, Robinson Crusoe, London, 1808 et The Vicar of Wakefield, London, 1800. En français, elle possède le Télémaque de Fénelon, Metz, 1806, six romans de Florian, quatre de Lesage, les Œuvres de Mme Riccoboni, les Œuvres de Voltaire (Gotha 1784). De Rousseau, elle n'a que sa correspondance éditée en 1803. Aux œuvres romanesques en français, il faut ajouter Don Quichotte et les Nouvelles exemplaires de Cervantès. À côté de cela, ce qui domine dans sa bibliothèque, ce sont des cours de morale, des ouvrages d'histoire sainte, des ouvrages sur les jardins, sur le magnétisme, et des almanachs.

16Si, parmi les provenances attestées de la bibliothèque de Munich, on ne trouve que ce catalogue féminin, on peut en examinant à la réserve le fonds des manuscrits français découvrir une autre bibliothèque féminine, celle d'une certaine Mme de Lortat. Son catalogue se trouve à la Bayerische Staatsbibliothek car il appartenait au fonds de l'orientaliste Etienne Quatremère acquis par la bibliothèque en 1858.

  • 31 « Au Soleil d'Or, Doyen. Marchand Papetier Tient Magazin de toutes sortes de Papier de France et d (...)

17Ce catalogue se trouve en plein milieu d'un épais cahier manuscrit de format in octavo, qui porte la marque d'un papetier parisien31. C'est alors qu'au milieu de recettes de tisanes purgatives, de cataplasmes pour la gorge ou de potions adoucissantes pour soigner des coliques, qui occupent quasiment tout ce cahier placé sous le signe des préoccupations médicinales de sa propriétaire, y compris avec quantité de petits billets sur ce thème glissés à l'intérieur, on trouve à partir du folio 79 et jusqu'au folio 173 le Catalogue Par Ordre Alphabétique Des Livres Contenus dans la Bibliothèque de Me de Lortat. D'après les dates de parution les plus tardives des ouvrages qui y sont mentionnés, on peut en déduire qu'il s'agit d'un catalogue du début du XIXe siècle.

18Que contient-il ? 857 volumes, ce qui est loin d'être négligeable. Par contre le nombre de romans est très limité : il y a seulement 19 titres de romans, dont deux sont des romans anglais présents en français (Robinson Crusoé et Joseph Andrews), ainsi que deux titres dont l'un est allemand traduit en français (le roman moral de Pestalozzi Gertrude et Léonard de 1781, traduit en 1783 ; c'est cette traduction française de 1783 qui est présente) et des fables nouvelles de 1764 (qui pourraient être celles de M. G. Lichtwehr dans leur traduction française). Pour le reste, on trouve des classiques : Télémaque de Fénelon, Le Diable boiteux de Lesage, Les Lettres Péruviennes de Mme de Graffigny, les Contes moraux de Marmontel, les œuvres de Florian.

  • 32 C'est en effet le seul qu'aurait dû lire Sophie dans Emile de Rousseau.

19Ces quelques œuvres de fiction sont perdues au milieu de très nombreux textes de piété, ou ouvrages divers d'économie domestique comme le livre des comptes faits de Barême — ouvrage féminin par excellence selon Rousseau32 — des ouvrages de médecine, des traités d'éducation et le traité des études de Rollin, des livres de voyage, mais aussi La phisique des dames et du côté des belles-lettres de très nombreuses Œuvres complettes mais qui concernent, comme pour Mme de Montgelas, le théâtre (Racine, Corneille, Destouches...) ou la poésie (Gesner, Delisle). Se dessine donc l'image d'une femme instruite, peut-être une mère de famille, soucieuse de sa vie domestique et apparemment peu encline à la lecture romanesque.

  • 33 Voir H. E. Bödeker, in Histoires de la lecture, sous la direction de R. Chartier, op. cit., p. 107(...)

20Il serait bien risqué de chercher à tirer des conclusions d'un parcours à trois termes. C'est seulement à l'issue de l'exploration en cours dans les bibliothèques du Sud de l'Allemagne qu'il sera possible de mieux cerner ces lecteurs et lectrices de romans français et de déterminer des tendances dans leurs goûts et dans leurs pratiques. Ce qu'il est néanmoins possible de noter dès à présent, c'est d'une part l'hétérogénéité de ces documents à la fois dans leur matérialité et dans leur fonction. Document intime dans le cas de Mme de Lortat qui, en mêlant soin du corps et souci de l'esprit, actualise à sa façon la devise mens sana in corpore sano ; document d'apparat dans le cas d'Ernestine de Montgelas, femme de ministre qui expose, sous la forme d'un bel objet calligraphié par le bibliothécaire de la cour, le contenu respectable de son cabinet de lecture ; et enfin document certes privé mais savant de Krenner, enrichi de commentaires bibliographiques qui composent une vraie somme érudite et minutieuse sur cet objet suspect qu'est l'érotisme au seuil du XIXe siècle. Ces documents nous disent beaucoup de leur propriétaire. Que nous disent-ils du roman français ? Qu'il est présent partout, surreprésenté chez Krenner puisqu'en nombre c'est le premier corpus de sa collection, présent aussi chez ces deux femmes mais très minoritaire comme genre littéraire — ce qui apporte quelques éléments de confirmation à la réfutation de l'idée que ce furent les femmes qui surtout lurent le roman au XVIIIe siècle33. Ils nous donnent aussi des indices sur son économie, sa circulation, les résistances qu'il a rencontrées. Autant de pistes qu'il nous reste à suivre.

Notes

1 Erik Leborgne, article « Roman » du Dictionnaire européen des Lumières, sous la direction de Michel Delon, Paris, PUF, 1997. Alain Montandon, Le roman au XVIIIe siècle en Europe, Paris, PUF, 1999. Pour le XIXe siècle, voir la réflexion théorique de Franco Moretti, Atlas du roman européen 1800-1900, Paris, Seuil, 2000 [1997] qui mobilise, en même temps que les textes littéraires, l'histoire du livre, de la lecture, et les données quantitatives disponibles pour le roman du XIXe siècle.

2 Que ce soit pour le roman de langue française ou pour celui des autres pays européens. Pour le roman anglais, des recherches ont été conduites par exemple par B. Fabian, The English Book in Eighteenth-Century Germany, London, British Library, 1992 ; James Raven, « An Andidote to the French ? English Novels in German Translation and German Novels in English Translation 1770-1799 », in Eighteenth-Century Fiction 14 (2002), p. 715-734· Voir aussi : Shelly Charles, « Qu'est-ce qu'un roman anglais ? D'Emma Courtney à La Chapelle d'Ayton », in Eighteenth-Century Fiction 15 (2003), p. 281-301.

3 Avec les travaux de Maria-Rosa Zambon sur les traductions ou les commentaires dans les journaux italiens : Bibliographie du roman français en Italie au XVIIIe siècle. Traductions, Firenze-Paris, Sansoni-Didier, 1962 ; Les romans français dans les journaux littéraires italiens du XVIIIe siècle, Firenze-Paris, Sansoni-Didier, 1971 ; ceux de Franco Piva sur la Vénétie : « Il libro francese nelle biblioteche prívate venete del Settecento », in AA.VV. Libro editoria cultura, a c. di A. Postigliola, p. 68 sqq. ; ceux en cours de Nathalie Ferrand sur les bibliothèques de Toscane, en coopération avec le Consiglio Nazionale della Ricerca, et l'université de Pise (Prof. Gian Luigi Goggi).

4 Avec les travaux de Isabel Herrero, « La novela francesa en algunas bibliotecas españolas del siglo XVIII », in I Congreso Internacional sobre la novela del siglo XVΙΙΙ, Almería, 1996 ; Lydia Vazquez, « Censure de la littérature française du XVIIIe siècle dans l'Espagne éclairée », in La Bibliothèque en feu, Littérales, Cahiers du Département de Français, Paris X Nanterre, n° 8, 1991, p. 29-42 ; Dolorès Jimenez, « Lectures de Laclos en Espagne », Europe, 2002.

5 Hermann August Korff, Voltaire im literarischen Deutschland des XVIII. Jahrhunderts : Ein Beiträge zur Geschichte des deutschen Geistes von Gottsched bis Goethe, Heidelberg, Winter, 1917-1918 ; Roland Mortier, Diderot en Allemagne, Paris, PUF, 1954 ; Roswitha Kramer, Marivaux's Romane in Deutschland, Heidelberg, Winter, 1976 ; sur Crébillon et Louis-Sébastien Mercier, auteurs plus récemment « canonisés », voir Anne Saada, « L'accueil de Crébillon fils en Allemagne », Revue de littérature comparée, juillet-septembre 2002, p. 343-354 et Andreas Pfersmann, « Une “gloire tudesque” » in Louis Sébastien Mercier, un hérétique en littérature, sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1995, p. 417-436.

6 Je me permets de renvoyer à « Le roman français du XVIIIe siècle dans les fonds de la Herzogin Anna Amalia Bibliothek de Weimar », in Romanistische Zeitschrift für Litteraturgeschichte — Cahiers d'Histoire des Littératures Romanes 24 (2000), p. 277-296, et à l'ouvrage, Le roman français au berceau de la culture allemande : réception des fictions de langue française du XVIIIe siècle à Weimar, d'après fonds de la Herzogin Anna Amalia Bibliothek, service des Publications de l'université de Montpellier, 2003.

7 Alain-René Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillane. Par Le Sage, Leipzig, Arstkee und Merkus 1755, cote HAAB : N31931a-d. La signature de C. M. Wieland apparaît sur la première page du dernier tome.

8 La mention du registre de prêt est : Justine, ou les Malheurs de la Vertue [sic]. Troisième édition, T. I. II, Philadelphie, 1794. Cet exemplaire de Justine a disparu aujourd'hui de la bibliothèque.

9 Voir l'article et l'ouvrage précités note 2.

10 Voir N. Ferrand,« Le Rêve de Zola à Weimar : des épreuves inédites découvertes à la Herzogin Anna Amalia Bibliothek », in Genesis, n° 11, 1997, p. 143-148.

11 Ce projet de recherche est réalisé grâce au soutien de la Fondation Alexander von Humboldt.

12 S. P. Jones, A List of French Prose Fiction From 1700 To 1750, New York, H. W. Wilson Company, 1939 ; A. Martin, V. Mylne et R. Frautschi, Bibliographie du genre romanesque français 1751-1800, London-Paris, Mansell-France Expansion, 1977. Une version unifiée et à jour de ces deux ouvrages est en cours de préparation.

13 Maximilian v. Montgelas, 13000 volumes (1759-1838). Depuis 1796 le conseiller politique le plus important du roi Max. I Joseph. 1799-1817 ministre des affaires extérieures, 1806-1817 Ministre de l'intérieur et entre 1803-1806 et 1809-1817 aussi ministre des finances.

14 Geneviève Roche, Les traductions-relais en Allemagne au XIIIe siècle. Des lettres aux sciences, Paris, C.N.R.S. Editions, 2001.

15 Il s'agit d'un roman de l'abbé Prévost, Memorie dell' auventure d'un huomo di qualite o del marchese di ***. Tradotto dal francese in lingua toscana da Don Clemente Romani nativo romano, attuale maestro delle sua materna lingua, com'anche della spagnuola in Giena, Giena, A spese di Giovanni Guiglielmo Hartung, 1755 [cote HAAB : 18, 6 : 52 c]. Il est suivi de Dialoghetti italiani, e tedeschi sopra le principale materie che occorrono nella vita civile, Franckfurt und Leipzig, 1755. « Al serenissimo e clementissimo Principe Carlo Guglielmo Ferdinando, duca e principe hereditario di bronsvico lunneburgo, cavaliere dell'ordine delle elefante, acquila negra, etc, etc.. »

16 Le registre de prêt mentionne : « Prevost d'Exilis, Antoine François : Istoria ed amori del cavalier des Grieux et di Manon Lescaut. Trad, dal francese [...] da Clemente Romani (Gienae) 1758. »

17 Transferts. Les relations culturelles dans l'espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Textes réunis par Michel Espagne et Michael Werner, Paris, Editions Recherche sur les civilisations, 1988, p. 7.

18 Mises en place à Weimar depuis 1744.

19 Cette expression est employée par Hans Erich Bödeker, « D'une “histoire littéraire du lecteur” à l'“histoire du lecteur” : bilan et perspectives », in Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, sous la direction de Roger Chartier, Paris, Imec — Maison des sciences de l'homme, p. 117.

20 Richardson, Lettres angloises, ou histoire de mis s Clarisse Harlovee, Londres, Nourse, Libraire, dans le Strand, 1751-1752 [cote BSB : P.o. angl. 334 -1 à 12] : « Richardson est l'auteur de ce roman. Il élève l'esprit, touche l'âme, et respire partout l'amour du bien. Tout ce que Montaigne, Charron, La Rochefoucault et Nicole ont mis en maxime, Richardson l'a mis en action. On prend, malgré qu'on en ait, un rôle dans ses ouvrages, on se mêle à la conversation, on approuve, on admire, on s'irrite, on s'indigne. Il ne se perd jamais dans les régions de la féérie ; le fond de son drame est vrai ; ses personnages ont toute la réalité possible ; les passions qu'il peint sont telles qu'une ame bien née les approuve en elle-même, en un mot il apprend à l'homme à se réconcilier avec les maux de la vie./ Les trois principaux romans que cet auteur a composés sont Pamela, Grandisson et Clarice, cet ouvrage est sublime, intéresse et surprend par l'immense variété des nuances qu'il a employées pour rendre les mêmes sentimens qu'avoient différentes personnes relativement au même objet./ L'abbé Prevost en est le traducteur. On lui reprocha d'en avoir suppirmé quelques lettres qui ont pour objet les funérailles de Clarice. »

21 Dans les trois cas, les informations que nous présentons viennent de catalogues de bibliothèque in vita, c'est-à-dire dont le catalogue est dressé du vivant du propriétaire, et non pas d'inventaires après décès ou bien de catalogue de vente. Lorsque le catalogue est autographe, il relève du document de vie et apporte un témoignage intime, d'un ordre très différent par rapport aux documents établis professionnellement par un notaire ou par un libraire.

22 Sur Krenner, voir l'article de Stephan Kellner, « Biblioteca erotica Krenneriana — eine bürgerliche Privatsammlung um 1800 », in Bibliotheksforum Bayern, 22 (1994) 1/2, p. 64-86, ainsi que l'ouvrage suivant qu'il a dirigé, Der « Giftschrank ». Erotik, Sexualwissenschaft, Politik und Literatur — « Remota » : die weggesperrten Bücher der Bayerischen Staatsbibliothek, hrsg. von Stephan Kellner, München, Bayerische Staatsbibliothek, 2002.

23 Voir G. Roche, Les traductions-relais, op. cit., p. 166-168.

24 La différence entre le décompte des titres de roman et celui des entrées au catalogue s'explique par le fait qu'un roman en plusieurs tomes comptera pour autant d'entrées et que la collection comporte aussi souvent plusieurs éditions du même roman.

25 La majeure partie de œuvres se trouve toujours à la Bayerische Staatsbibliothek et constitue une part importante du fonds des romans français de cette bibliothèque.

26 Pour les œuvres du début du XIXe siècle, Fontaine devient le principal fournisseur de Krenner.

27 Jürgen Voss, « Un centre de diffusion de livres français dans l'Allemagne du XVIIIe siècle : la librairie Fontaine à Mannheim », in Tranferts. Les relations interculturelles dans l'espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), op. cit., p. 261-272.

28 Cette liste comprenait 95 titres dont la moitié était des œuvres françaises.

29 Voir Stefan Kellner et Annemarie Spethmann, Historische Kataloge der Bayerischen Staatsbibliothek München. Münchner Hofbibliothek und andere Provenienzen, Wiesbaden, Harrassowitz, 1996.

30 Maximilian ν. Montgelas (1759-1838) est à partir de 1796 le conseiller politique le plus important du roi Max. I Joseph. Il devient en 1799 ministre des affaires extérieures, à partir de 1806 ministre de l'intérieur et, entre 1803-1806 et 1809-1817, également ministre des finances.

31 « Au Soleil d'Or, Doyen. Marchand Papetier Tient Magazin de toutes sortes de Papier de France et d'Hollande Registres de toutes grandeurs. Porte feuilles pour les Desseins. Ecritoires. Plumes d'Hollande Cire de toutes Espaces, et tout ce qui concerne le Comerce de Papeterie. Rue St. Antoine vis a vis la Vieille rue du Temple a paris. »

32 C'est en effet le seul qu'aurait dû lire Sophie dans Emile de Rousseau.

33 Voir H. E. Bödeker, in Histoires de la lecture, sous la direction de R. Chartier, op. cit., p. 107 sq. et Lectrices d'Ancien Régime, sous la direction d'Isabelle Brouard-Arends, Rennes, PUR, 2003.

Auteur

Université Paul-Valéry, Montpellier III
Chercheuse au C.N.R.S., spécialiste du roman français au XVIIIe siècle et auteure notamment de Livre et lecture dans les romans français au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 2002. Elle prépare actuellement un ouvrage sur le roman illustré pour les Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, et mène des recherches sur la présence du roman français hors de France au siècle des Lumières

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540