Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Les lecteurs de Courlande face à une revue éclairée : la Mitauische Monatsschrift

An Enlightened Review in Courland: the Mitauische Monatsschrift

Anne Sommerlat

Résumé

Répondant à l’invitation du duc Pierre (1724-1800) de venir s’établir en Courlande, petit État de culture germanique sous suzeraineté polonaise, aujourd’hui situé en Lettonie, pour y exercer la fonction de professeur à l’Académie de Mitau, Karl August Kütner rejoignit les cercles intellectuels locaux pour participer à la diffusion des idées des Lumières. Avec le soutien du prince, les hommes de lettres nouvellement établis cherchaient à rattraper le retard de la production littéraire, dû notamment à la guerre russo-suédoise du début du siècle. C’est dans cette entreprise que s’inscrit la revue Mitauische Monatsschrift (littéralement: la revue de Mitau), publiée par Kütner entre 1784 et 1785, qui proposait des articles scientifiques, notamment historiques, mais aussi des textes d’orientation plus pratique. Après des débuts prometteurs, la revue rencontra des difficultés, d’abord du fait de problèmes d’acheminement liés à l’habitat dispersé dans le duché, mais surtout parce que les lecteurs se montrèrent mitigés face à ce projet novateur. L’expérience enleva une partie de leurs illusions au rédacteur et à son équipe, qui avaient cru que la presse leur permettrait de toucher un public plus vaste, et par conséquent de susciter, grâce à la lecture, l’écriture

Karl August Kütner was asked by Pierre, Duke of Courland—a small State of German culture then under Polish rule, today situated in Latvia—to come and settle in his country and be a Professor in Mitau’s Academy. He thus became part of local intellectual circles and joined in their initiatives to spread Enlightenment ideas. With the prince’s support, such newly settled men of letters endeavoured to make up for a tardy literary output caused mainly by the war between Russia and Sweden in the early eighteenth century. Within this context the Mitauische Monatsschrift (literally the Mitau Review) was published by Kütner between 1784 and 1785. This offered research articles, especially on historical as well as more practical topics. The Review started promisingly then met with a number of difficulties, firstly because of distribution problems due to the dispersed nature of settlements in the dukedom. The second and main reason was the readers’mixed attitudes towards such an innovative project. The experience of the Review cured the editor and his staff of something of their illusions because they had assumed the Review would reach a wider public and consequently turn some of their readers into writers

Texte intégral

  • 1 Si certaines revues sont publiées à Mitau ou Libau, elles ont été rédigées à l'étranger et leurs a (...)
  • 2 « schreibsüchtigen Tagen », « Leseblätter aller Art », « Modewaaren », « ekelhaften Ueberflusses » (...)
  • 3 Idem.

1Si la Courlande peut sembler excentrée, son fonctionnement est assez représentatif de celui d'un petit État de l'Empire. Territoire gouverné par des Allemands, mais situé hors des frontières du Saint Empire et placé sous suzeraineté polonaise, la Courlande permet de reconstituer l'histoire de la réception et de la lecture d'un périodique. On connaît l'existence en Courlande d'une dizaine de journaux et périodiques pour la seconde moitié du XVIIIe siècle, imprimés à Mitau, capitale du duché, ou à Libau1 Parmi les journaux et revues qui paraissent alors en Courlande, la Mitauische Monatsschrift se distingue par son projet visant à diffuser les idées éclairées, ou du moins ce que l'on perçoit comme tel. Or l'éditeur de la revue, le professeur Kütner, problématise lui-même la question de la lecture dans le corps de sa revue en s'interrogeant sur les relations entre lecteur et écrivain, entre journaliste et public. D'entrée de jeu, le rédacteur adopte le ton des revues éclairées allemandes, qui ne manquent pas de présenter sous un jour critique le foisonnement spectaculaire de périodiques nouveaux. Pour résumer, il y a trop de revues, et la revue de Mitau parle d'une époque où l'on a la « manie d'écrire », de surcroît sur « toutes sortes de choses », alors que l'on ne crée ainsi qu'un « superflu écœurant2 ». Pourtant, derrière la critique formulée par une presse de l'Aufklärung préoccupée par la diffusion des progrès de la raison, perce la volonté de mettre ses facultés au service de connaissances utiles. Lire pour lire ne présente aucun intérêt, c'est un « luxe » inutile, nous dit encore la Mitauische Monatsschrift, les périodiques devenant des « articles de mode » réduits à leur simple valeur marchande, l'écriture une « industrie », où l'on se soucie de moins en moins de l'auteur3.

2À travers ces critiques s'esquisse en réalité déjà une véritable réflexion sur la lecture, sur sa place, son rôle et sur les rapports qui doivent s'établir entre l'écrivain et le public, enfin sur la diffusion des idées de l'Aufklärung. La revue de Mitau nous permet d'envisager les termes du débat autour de la lecture dans une région située à la périphérie des pays de langue allemande. Pour examiner l'accueil et la diffusion de la revue, nous utiliserons les positions que Kütner expose dans le corps de sa revue ainsi que dans le journal de Mitau. Avant de présenter les visées de cette revue, et d'en analyser le contenu, nous nous intéresserons au contexte de sa création. Nous verrons alors quelle fut sa fortune dans le duché. Que nous apprend l'histoire de cette publication sur les lecteurs et la place de la lecture dans le duché ?

1 Le rédacteur de la revue, Karl August Kütner

  • 4 Les témoignages des acteurs culturels et des voyageurs qui traversent la Courlande le signalent so (...)
  • 5 Voir la notice bio-bibliographique in : Recke/Napiersky, Allgemeines Schriftsteller — und Gelehrte (...)
  • 6 Mitauische Nachrichten, 15. St. vom 20. November 1776, p. 60.

3La revue, mensuelle, est publiée entre janvier 1784 et juin 1785 à Mitau par l'imprimeur de la cour, Johann Friedrich Steffenhagen. Son rédacteur, Karl August Kütner, est l'un des professeurs de la prestigieuse Academia Petrina, nouvelle institution éducative du duché. La Courlande, dont on parle dans le Saint Empire comme du pays le plus libre d'Europe 4, est gouvernée par le duc Pierre Biron, un prince qui a réuni autour de lui des intellectuels et des artistes étrangers, allemands pour la plupart, et dont la fortune, l'une des plus importantes d'Europe, lui permet de faire oeuvre de mécénat. Karl August Kütner est un représentant assez caractéristique de cette classe d'intellectuels immigrés venus s'établir dans le duché. Né en 1749 à Görlitz, il fait ses études à Leipzig puis devient précepteur en Russie où lors de son retour en Allemagne un an et demi plus tard, en 1774, le duc de Courlande lui propose le poste de recteur adjoint de l'école latine de Mitau, puis le nomme professeur de grec au lycée académique, l’Academia Petrina5. Kütner restera à Mitau jusqu'à sa mort en 1800. Lorsqu'il est nommé en Courlande, il connaît déjà une certaine notoriété comme poète, proche d'un Klopstock, ainsi que pour ses traductions des classiques grecs. Grâce à ses publications et sa participation à la vie de la cour, Kütner est parfaitement connu du public courlandais qui le surnomme le « Ramier de Mitau6 ».

  • 7 Tetsch, Karl Ludwig, Curländischer Kirchen-Geschichte, Erster Theil. Riga und Leipzig, 1767, 284 p (...)

4Projetant de se lancer dans la création d'une revue éclairée courlandaise, Kütner réunit autour de lui un cercle où l'on retrouve des intellectuels, comme par exemple Johann Melchior G. Beseke, professeur de droit de l'Académie, féru de sciences, le pasteur Gotthard Friedrich Stender, que le public a découvert avec ses publications sur la langue lettone, mais aussi des amateurs éclairés comme le juriste Christoph Ludwig Tetsch, dont le père s'est rendu célèbre par son histoire de l'église en Courlande7.

2 Objectif, réalisation et lecture de la revue

  • 8 « mit einwirken zu wollen », préface de la revue, Mitauische Nachrichten, Januar 1784, p. 5.

5Comme la diffusion d'une revue dépend beaucoup de la notoriété personnelle du rédacteur et du soutien qui lui est accordé, d'emblée, Kütner utilise son périodique comme tribune pour s'adresser directement au public courlandais. Il proposera des articles littéraires, historiques, scientifiques centrés sur la Courlande. Pour autant, on ne fera pas uniquement d'histoire « antiquaire », il faut aussi présenter le fonctionnement du duché, les qualités de ses habitants, leurs vertus et faiblesses nationales. Il s'agit de participer au mouvement des idées8 de n'être plus seulement spectateur mais acteur et de ne pas craindre les idées nouvelles. L'objectif est triple : la revue entend devenir un relais de discussion publique, éclairer et instruire en contribuant à la diffusion des connaissances et enfin distraire en adaptant les articles aux intérêts et préoccupations du public de Courlande.

  • 9 « Anfragen », in : Mitauische Monatsschrift, April 1784, p. 93.
  • 10 « Etliche Vorschläge zur Verbesserung der Medicinalanstalten auf dem Lande in Kurland [...] » [Que (...)
  • 11 « Die Glückseligkeit des thätigen Lebens », Mitauische Monatsschrift, Oktober 1784, p. 71-80.
  • 12 Faits rapportés à la fois par la revue de Mitau et le journal de la ville. Cf. Mitauische Monatssc (...)
  • 13 « Ueber die Leibeigenschaft in Kurland » [Sur le servage en Courlande], Mitauische Monatsschrift, (...)

6Les sujets des articles sont souvent sensiblement les mêmes que ceux que l'on trouve dans des revues éclairées à Berlin ou à Göttingen, mais parfois, le coloris local ajouté aux préoccupations d'ordre pratique d'une revue qui s'adresse à une société en majorité rurale l'apparente plus au genre du calendrier et de l'almanach populaire qu'à la revue scientifique, comme par exemple quand on se demande comment combattre les épidémies qui frappent le bétail9. Parmi les thèmes retenus, l'économie du duché figure en bonne position, de même l'amélioration de la médecine dans les campagnes10. D'autres articles sont plus littéraires, certains, comme un article qui vante le bonheur d'une vie active11, d'inspiration piétiste. La revue sombre parfois dans une érudition un peu abstruse, notamment avec un article sur les aérostats qui provoque un véritable scandale, puisque son auteur est accusé de plagiat. Afin de prouver sa bonne foi, il fait publier le même article dans une revue allemande réputée, le Teutsches Museum, où il reçoit cette fois un très bon accueil12. Enfin, la revue accorde une place importante au paysan letton dans le cadre de la question agraire ou de recommandations médicales, et réclame une amélioration de son traitement, le référent étant le « degré13 » de soumission imposée au paysan. Il ne s'agit pas, on le voit, d'une curiosité d'ordre anthropologique, et cette thématique n'est pas anodine, vu le destin de la revue. La Mitauische Monatsschrift se présente comme une revue éclairée, scientifique et populaire, dispensant connaissances et conseils pratiques, et proclamant sa foi dans le progrès. À quel public s'adresse-t-elle ?

  • 14 Les documents utilisés sont 1) la liste des intéressés publiée dans la revue en décembre 1784, p. (...)
  • 15 Lenz, Wilhelm, Der baltische Literatenstand, Marburg/Lahn, 1953, 55 p.

7Pour examiner le public de lecteurs de la revue, on dispose de la liste des intéressés publiée dans le corps de la revue. Kütner recense 278 lecteurs, sans compter le duc Pierre Biron qui, à l'époque de la parution du périodique, effectue une sorte de Grand Tour en Allemagne et en Italie, et a commandé 12 exemplaires de la revue. De quelles catégories sociales sont issus les lecteurs, et leur composition sociale reflète-t-elle celle de la population allemande du duché ? À partir des données fournies par la revue et d'une étude sur la population du duché14, on obtient les graphiques des figures 1 et 2, p. 55. Le premier graphique (fig. 1) permet de constater dans quelles catégories de la population on trouve les lecteurs de la revue. Il s'agit d'une part de la population noble (60 %), d'autre part des Literaten, catégorie propre aux provinces baltes de la Russie et à la Courlande, par laquelle on a coutume de désigner des hommes de lettres d'origine bourgeoise, des juristes, des pasteurs, des médecins et des professeurs, unis par le goût de l'activité intellectuelle15, cette catégorie constituant le second groupe de lecteurs (18 %) ; en troisième lieu vient le groupe des artisans du duché et des marchands des villes, avant le quatrième groupe composé du reste des lecteurs, petits fonctionnaires des villes et des campagnes. Le second graphique (fig. 2) vise à illustrer le pourcentage de chaque catégorie sociale ou socioprofessionnelle au sein de la population allemande du duché, afin de chercher comment sont représentés ces groupes parmi les lecteurs de la revue. Où la revue est-elle le plus fortement lue ? Le plus grand contingent de lecteurs, celui des nobles (60 %) constitue moins de 7 % de la population allemande. Parmi les facteurs expliquant cette forte représentation de la noblesse, sans doute faut-il accorder une grande importance au séjour des étudiants courlandais dans des universités allemandes, à Göttingen, Halle, Leipzig, Iéna, ou Königsberg. De plus, autre facteur favorable, la ville de Mitau compte un nombre proportionnellement important de nobles, en contact avec les professeurs de l'Académie. Le faible pourcentage de la petite bourgeoisie, artisans et marchands (5 %), ne reflète pas les 19 % de la population allemande qu'ils constituent. Enfin, les gens de lettres (Literaten) forment presque un cinquième des lecteurs, alors qu'ils regroupent moins de 5 % des Allemands du duché.

  • 16 Ceci confirme certains témoignages contemporains, en particulier Schwarz qui présente la noblesse (...)
  • 17 Dans son analyse sur le public qui fréquente la bibliothèque de Wolfenbüttel, Paul Raabe recense d (...)
  • 18 La liberté de pensée, la tolérance des pasteurs de Courlande ne laissent pas de surprendre de la p (...)
  • 19 « An das Publikum », in : Mitauische Monatsschrift, August 1784, p. 191.
  • 20 Elisa fréquente régulièrement le cercle d'amis réunis autour de Sieveking lors de son séjour à Ham (...)

8En tout, on constate donc qu'une partie de la noblesse de Courlande, en représentant plus de la moitié des lecteurs, apparaît comme un groupe éclairé, curieux et ouvert aux idées nouvelles16, tandis que c'est le public des gens de lettres a priori « intéressé » et souvent déjà sensibilisé aux idées nouvelles qui arrive en seconde position comme lecteur de la revue. Ces données statistiques nous permettent donc d'établir un parallèle entre les lecteurs de Courlande et ceux des États allemands17. On note encore la place importante des pasteurs (un peu moins de 10 % des lecteurs), dont le rôle dans les milieux ruraux est connu, et dont l'ouverture aux idées éclairées se vérifie ici18. L'étude de l'origine géographique des lecteurs nous apprend que sur les 278 intéressés de la première année, seuls 50 résident à Mitau. D'ailleurs, Kütner n'hésite pas à parler de sa revue comme de la revue de Courlande et non seulement de Mitau19. On constate qu'on lit plus la revue à la campagne que dans les villes : les 10 villes et les 6 hameaux du duché réunissent 90 lecteurs, soit un peu moins du tiers des lecteurs, tandis que la majeure partie des lecteurs se concentre dans les paroisses rurales et les propriétés terriennes, ce qui correspond à la répartition de la population allemande du duché. Il est vrai que dans la seconde ville du duché, à Libau, la revue est commandée par une bibliothèque, plus d'individus ont donc pu y avoir accès que ne le laissent penser les statistiques de lecteurs de cette ville (14 lecteurs, soit 5 %). La revue est assez peu lue à l'étranger. On ne trouve que 5 lecteurs étrangers parmi les intéressés, si l'on compte le résident russe à Mitau ; pour les autres, ce sont des représentants de l'Aufklärung en Livonie, à Riga, le libraire Johann Friedrich Hartknoch et le négociant Johann Christian Berens, et à Dorpat le publiciste Friedrich Konrad Gadebusch, enfin le négociant Johann Heinrich Sieveking à Hambourg, très lié à Elisa von der Recke20.

Figure 1. — Lecteurs de la revue

Figure 2. — Population allemande

  • 21 Allgemeine Deutsche Bibliothek, Bd. 62, St. 2, 1785, p. 618-619. « De nos jours, parmi le grand no (...)

9Pourtant cette nouvelle revue bénéficie d'un très bon accueil parmi les critiques littéraires de Berlin. Le compte rendu fait dans la Allgemeine Deutsche Bibliothek21 de Nicolai parle d'une soeur cadette de la célèbre revue éclairée de Berlin, la Berlinische Monatsschrift, qui invite à une lecture aussi utile qu'agréable, susceptible d'instruire et d'éclairer tout en distrayant. N'hésitant pas à faire à la revue de Mitau une bonne publicité, le critique, au terme de son article, se félicite de cette nouvelle revue permettant notamment de mieux connaître le duché. Mais peut-être faut-il se demander si cette publicité s'adresse d'abord à la revue de Mitau ou finalement à celle de Berlin. La complaisance à faire de la publicité pour une autre revue est probablement aussi un moyen de se conforter dans sa propre image de l'Aufklärung, grâce à un échange de procédés, un effet de miroir entre production et reproduction, entre écriture et lecture, découverte de l'autre et autopropagande. On constate que la revue reçoit donc, proportionnellement, un accueil assez favorable dans le duché, et qu'elle bénéficie non seulement du soutien du duc, mais aussi d'une partie de la noblesse. Pourtant le rédacteur de la revue ne tarde pas à exprimer des réserves sur l'opportunité de continuer à publier sa revue, problématisant ainsi la question de la lecture dans le duché. Comment expliquer les difficultés auxquelles se heurte Kütner ? Est-ce que finalement le destin de sa revue est très différent de celui que connaissent la plupart des revues allemandes à l'époque ?

3 Une revue vouée à l'échec ?

  • 22 « Le public, après l'annonce que j'ai faite officiellement, a soutenu ma bonne volonté par son aid (...)

10À première vue, des comparaisons peuvent être établies entre la revue la Mitau et les publications contemporaines de périodiques des États protestants allemands, à cette différence près, mais qui n'est pas des moindres, que les conditions réunies dans le duché de Courlande semblent nettement moins propices à la constitution d'un public. Au départ, l'entreprise récolte un certain succès22. Mais on fait état d'inquiétude sur le nombre de lecteurs qui serait insuffisant, qu'on aurait du mal à toucher, à intéresser. De bout en bout, ce type de discours traverse la revue comme un fil rouge, destiné à mobiliser de nouveaux lecteurs et à fidéliser les autres. Certes, le public germanophone ne constitue qu'une minorité de la population, qui est en majorité lettonophone. Mais en réalité, c'est un problème relatif, car à l'époque la presse ne s'adresse guère directement au peuple, souvent illettré. Ce qui semble rendre difficile la constitution d'un public, c'est le petit nombre de villes en Courlande (10) et leur faible population, tout comme le fait que la noblesse vive dans ses terres isolées à la campagne.

  • 23 « An das Publikum », in : Mitauische Monatsschrift, August 1784, p. 191.
  • 24 Aux dires du professeur de philosophie de l'Académie de Mitau, originaire de Souabe, Gottlob David (...)
  • 25 « Warum spielt Kurland eine ebenso unbedeutende Rolle in der gelehrten als in der politischen Welt (...)
  • 26 « Warum erscheinen so wenig und selten Producte der Gelehrsamkeit und des Kunstfleisses bey uns ?  (...)
  • 27 « der jedes einheimische literarische Untemehmen mit dem hämischsten Tadel verfolgt, der um so hef (...)

11D'ailleurs, dans sa revue, Kütner n'hésite pas à aborder la question du retard que rencontre la livraison des numéros, et qui suscite des plaintes chez ses lecteurs, constituant la partie la plus pénible de son travail d'éditeur. Mais, laissant peu d'espoir à ses lecteurs, il leur dit sans ambages qu'il n'y voit absolument aucune solution : « je ne suis pas en mesure d'y remédier », écrit-il dans son adresse au public de 1784, « les livraisons dans certaines régions de notre pays sont trop rares et incertaines, et malgré tous les efforts que je fais pour envoyer les paquets chaque mois, certains attendent souvent sur place plus longtemps que je ne le souhaiterais23. » Pour atténuer les risques de retard, on peut néanmoins opter pour une publication non plus mensuelle, mais trimestrielle, ce qui est fait à partir de janvier 1785. Au demeurant, même la capitale du duché, Mitau, apparaît dans plusieurs témoignages de témoins oculaires comme une petite ville de province, peu développée malgré le somptueux palais du duc24. Si les réalités physiques, géographiques du duché ne constituent donc pas vraiment, on le voit, un atout pour la diffusion d'un nouveau périodique, on sait toutefois que le public courlandais lit des périodiques étrangers comme la Allgemeine Deutsche Bibliothek, le Teutscher Merkur, la Berlinische Monatsschrift, revues qu'il faut faire venir d'Allemagne et qui se heurtent a priori aux mêmes difficultés d'infrastructures que la revue de Mitau. Et du reste, c'est précisément l'un des objectifs de la revue, annoncé dans la préface du premier numéro, que de compenser la dispersion des « têtes pensantes » par un relais central, une revue où tous trouvent un moyen d'échange et de communication. En fait, c'est une tout autre raison, très différente et assez inattendue, qui va être mise en avant par la presse allemande contemporaine qui se penche sur la question. D'après les commentateurs, le vrai problème réside dans les préjugés du public, un comportement proprement courlandais, qui consiste à aborder avec critique les productions littéraires locales et à leur préférer ce qui se fait à l'étranger. En 1790, la revue Allgemeine Literaturzeitung publie un article qui commence par la question suivante : « Pourquoi la Courlande joue-t-elle dans le monde savant aussi bien que sur la scène politique un rôle aussi insignifiant ?25 » Et l'auteur de poursuivre : « Pourquoi paraît un nombre si rare de productions savantes et artistiques chez nous26 ? » avant de donner l'explication : le public de Courlande « poursuit de sa vindicte furieuse la moindre entreprise littéraire locale et [...] s'en prend violemment à celle-ci et à ses auteurs27 ». En d'autres termes, ce n'est pas faute de public que l'entreprise achoppe mais parce qu'elle se heurte à la « jalousie » et la « cabale ». Non seulement donc, le public se montre intolérant, mais il fait obstacle à la production littéraire, et agit finalement comme un véritable censeur. Ce jugement catégorique sur la misère intellectuelle et politique du duché, trop radical puisque l'on trouve des revues en Courlande, a le mérite de souligner le risque auquel s'exposent Kütner et ses amis en publiant la revue.

  • 28 Le journal de Mitau nous apprend que les numéros d'avril, de mai et juin 1785 furent publiés en fé (...)

12Faut-il en déduire que la revue de Kütner était vouée à l'échec ? En tout cas, Kütner implique d'emblée le lecteur dans son entreprise, et s'adressant régulièrement à lui dans sa revue, il fait dépendre de la lecture la poursuite de sa revue. En proie à des difficultés, la revue devient donc en quelque sorte un lieu d'autoréflexion, un miroir présenté au public qui est invité à participer à cette réflexion sur les relations entre auteur et lecteur, entre écriture et lecture. C'est d'une part un exutoire pour un intellectuel pris dans le feu des attaques du public, c'est aussi un moyen de dégager sa responsabilité aux yeux des lecteurs qui attendent une revue qui aura parfois jusqu'à huit mois de retard28. Mais peut-être faut-il également y voir une ruse, car en s'inscrivant dans la tradition de l'écrivain courlandais, « boudé » par le public, le rédacteur masque le véritable aspect novateur de son entreprise : avoir réussi à faire publier une revue qui, par le biais d'un renouveau de l'historiographie du duché, place le paysan et la population lettone au centre des préoccupations. L'annonce d'une revue sur mesure dans la préface du premier numéro s'apparente ainsi à une stratégie rhétorique : l'entreprise régionale, l'ancrage local du fait des goûts différents du public de Vienne à Berlin apparaît à la lecture de certains articles de la revue comme un alibi pour aborder des questions problématiques d'ordre économique et social et comme un moyen de développer l'Aufklärung sur place face à un public très attaché à ses traditions. D'ailleurs, si Kütner annonce un article centré sur la Courlande par numéro, deux tout au plus, en fait on en compte jusqu'à 4 par numéro. Et si l'on s'adresse au public allemand, le personnage omniprésent dans la revue est le paysan letton. Il s'agit moins finalement de rendre compte des préoccupations du lecteur, que de recentrer la lecture sur ce qui apparaît digne d'intérêt dans le duché.

13En tout cas, la revue s'interrompt brusquement après le numéro de juin 1785, publié avec beaucoup de retard à la fin du mois de février 1786, alors que l'on annonce une suite. Peut-être que las de mener un combat dont il ne sentait pas la victoire proche, Kütner préféra abandonner son projet. Mais pour autant, le professeur Kûtner ne semble pas brouillé avec la bonne société courlandaise. En effet, quelques années plus tard, en 1791, c'est grâce à un mécène courlandais, l'épouse du staroste Korff, également grand-mère du poète Elisa von der Recke, qu'il put réunir et publier un florilège de légendes sur la Courlande.

  • 29 « Bloss darf ich mirs zum Verdienste anrechnen, die gelehrtesten und geistreichsten Manner unsers (...)

14Au total, la revue contribue à la diffusion des Lumières dans le duché, aborde publiquement des questions débattues à l'époque et contribue à créer une scène de discussion publique en Courlande, ce dont les témoins de l'époque sont conscients, et que Kütner n'est pas le dernier à souligner : « Seulement c'est un des mérites dont j'ose me vanter, que d'avoir encouragé à écrire une partie des hommes les plus savants et les plus intelligents de notre pays29. » Dès le début, le public est associé au projet, c'est de sa participation que dépend l'avenir de la revue, et les relations entre lecture et écriture sont problématisées au fil des numéros. À l'optimisme qui précède le projet succède la déception du rédacteur, qui dit dans sa revue son insatisfaction et sa frustration de journaliste. La Courlande en tant que territoire périphérique aurait pu servir de laboratoire privilégié, puisque l'on imaginait qu'il pouvait être en quelque sorte défriché et cultivé intellectuellement ; or les rédacteurs de journaux ont vite pris conscience des limites d'une telle entreprise.

Bibliographie

Bibliographie

Allgemeine Deutsche Bibliothek, Bd. 62, St. 2,1785, p. 618-619.

Allgemeine Liter aturzeitung, Intelligenzblatt, Nr. 159 vom 27. November 1790, Sp. 1316-1320.

Böning Holger, Siegert Reinhart, Volksaufklärung. Βiobibliographisches Handbuch zur Popularisierung aufklärerischen Denkens im deutschen Sprachraum von den Anfängen bis 1850. Stuttgart-Bad Cannstatt : Frommann-Holzboog. Bd. 1,1990, Bd. 2, 2001.

Hoheisel Arthur : « Die Bevölkerung Kurlands im Jahre 1797 », in : Zeitschrift für Ost-forschung 31/1-4 (1982), p. 551-558.

Mitauische Monatsschrift. Hrsg. v. Karl August KÜTNER, St. 1-18, Mitau : Steffenhagen, 1784 — 1785.

Mitauische politische Zeitung, Mitau 1777-1783.

Mitauische Zeitung, Mitau 1784-1790.

Recke/Napiersky, Allgemeines Schriftsteller-und Gelehrten-Lexikon der Provinzen Livland, Esthland und Kurland, 4. Bde, Mitau : Steffenhagen, 1827-1832, Nachtrage und Fortsetzungen, bearb. von Th. BEISE, Mitau 1859-1861 (Neudruck Berlin : Haude & Spener, 1966).

Schwarz Johann Ludwig, « Ueber Kurlands Bewohner », Halberstädter Gemeinnützige Blätter 1/1788, Reprint in : Jahrbuch des baltischen Deutschtums, 30/1983, p. 65-79.

Notes

1 Si certaines revues sont publiées à Mitau ou Libau, elles ont été rédigées à l'étranger et leurs auteurs ne résident pas dans le duché.

2 « schreibsüchtigen Tagen », « Leseblätter aller Art », « Modewaaren », « ekelhaften Ueberflusses », in : Mitauische Monatsschrift, Januar 1784, p..

3 Idem.

4 Les témoignages des acteurs culturels et des voyageurs qui traversent la Courlande le signalent souvent, voir [Liebeskind, Johann Heinrich], Rückerinnerungen von einer Reise durch einen Theil von Teutschland, Preuben, Kurland und Liefland, während des Aufenthalts der Franzosen in Mainz und der Unruhen in Polen, Strasburg, 1795,P· 359·

5 Voir la notice bio-bibliographique in : Recke/Napiersky, Allgemeines Schriftsteller — und Gelehrten — Lexikon der Provinzen Livland, Esthland und Kurland, 4. Bde, Mitau : Steffenhagen, 1827-1832, Nachträge und Fortsetzungen, bearb. von Th. Beise, Mitau, 1859-1861.

6 Mitauische Nachrichten, 15. St. vom 20. November 1776, p. 60.

7 Tetsch, Karl Ludwig, Curländischer Kirchen-Geschichte, Erster Theil. Riga und Leipzig, 1767, 284 p. 2ter Theil Königsberg und Leipzig, 1768, 342 p., 3ter Theil, Ibid., 1769, 342 p.

8 « mit einwirken zu wollen », préface de la revue, Mitauische Nachrichten, Januar 1784, p. 5.

9 « Anfragen », in : Mitauische Monatsschrift, April 1784, p. 93.

10 « Etliche Vorschläge zur Verbesserung der Medicinalanstalten auf dem Lande in Kurland [...] » [Quelques propositions pour améliorer les établissements médicaux à la campagne en Courlande], in : Mitauische Monatsschrift, Julius 1784, p. 54-61.

11 « Die Glückseligkeit des thätigen Lebens », Mitauische Monatsschrift, Oktober 1784, p. 71-80.

12 Faits rapportés à la fois par la revue de Mitau et le journal de la ville. Cf. Mitauische Monatsschrift, Januar 1785, p. 5 et Mitauische Zeitung, St. 66 vom 17. August 1784, p. 3.

13 « Ueber die Leibeigenschaft in Kurland » [Sur le servage en Courlande], Mitauische Monatsschrift, Oktober 1784, p. 3.

14 Les documents utilisés sont 1) la liste des intéressés publiée dans la revue en décembre 1784, p. 187-202, et 2) l'étude sur la population du duché réalisée à partir des documents d'archives par Arthur Hoheosel, « Die Bevölkerung Kurlands im Jahre 1797 », in : Zeitschrift für Ost-forschung 31/1-4 (1982), voir en particulier les tableaux I, II et III, et p. 554-555·

15 Lenz, Wilhelm, Der baltische Literatenstand, Marburg/Lahn, 1953, 55 p.

16 Ceci confirme certains témoignages contemporains, en particulier Schwarz qui présente la noblesse du duché comme une population très cultivée « dans l'ensemble. » Voir J. L. Schwarz, « Ueber Kurlands Bewohner », 1788, in : Jahrbuch des baltischen Deutschtums, 30/1983, p. 78.

17 Dans son analyse sur le public qui fréquente la bibliothèque de Wolfenbüttel, Paul Raabe recense des lecteurs dans le milieu qui gravite autour de la cour du prince : titulaires de charge, officiers, pasteurs et médecins. Voir Paul Raabe, « Bücherlust und Lesefreuden in höfischer Welt und bürgerlichem Leben. Leser und Lektüre in Wolfenbüttel im 18. und 19. Jahrhundert », in : G. Göpfert (éd.), Buch und Leser, p. 19-20. Voir également Vierhaus, Rudolph, Deutschland im Zeitalter des Absolutismus (1648-1763), 2. durchgesehene Auflage, Vandenhoeck & Ruprecht : Gôttingen, 1984, p. 79-80.

18 La liberté de pensée, la tolérance des pasteurs de Courlande ne laissent pas de surprendre de la part de voisins de la Pologne et de la Russie, précise Schwarz dans sa relation de voyage en Courlande. Voir J. L. Schwarz, « Ueber Kurlands Bewohner », 1788, in : Jahrbuch des baltischen Deutschtums, 30/1983, p. 78.

19 « An das Publikum », in : Mitauische Monatsschrift, August 1784, p. 191.

20 Elisa fréquente régulièrement le cercle d'amis réunis autour de Sieveking lors de son séjour à Hambourg. Voir Recke, Elisa von der, Tagebücher und Selbstzeugnisse, hrsg. v. Christine Träger, Leipzig : Koehler und Amelang, 1984, p. 206-253.

21 Allgemeine Deutsche Bibliothek, Bd. 62, St. 2, 1785, p. 618-619. « De nos jours, parmi le grand nombre de périodiques que nous avons, la revue actuelle mérite sans doute une place à côté de sa sœur aînée, la Berlinische Monatsschrift, dont elle a peut-être tiré son nom, du fait que le professeur Kütner, qui s'est rendu célèbre en sa qualité d'éditeur, apporte tous ses soins, en variant et choisissant avec intelligence les articles, à distraire toutes sortes de lecteurs d'une façon aussi agréable qu'utile. » [« Unter der itzigen Menge von periodischen Schriften verdient die gegenwärtige wohl immer neben ihrer ältern Schwester, der Berlinischen Monatsschrift, von welcher sie ihren Titel mag entlehnt haben, eine Stelle, indem der Professor Kütner welcher sich als Herausgeber namhaft gemacht hat, alle Sorgfalt anwendet, durch Mannigfaltigkeit und kluge Auswahl der Aufsätze, allerley Leser auf eine eben so angenehme als nützliche Art zu unterhalten. »]

22 « Le public, après l'annonce que j'ai faite officiellement, a soutenu ma bonne volonté par son aide considérable. » [« Das Publikum hat nach der von mir öffentlich bekannt gemachten Ankündigung, meinen guten Willen mit ausnehmendem Eifer begünstiget. »], in : Mitauische Monatsschrift, Januar 1784, p. 9.

23 « An das Publikum », in : Mitauische Monatsschrift, August 1784, p. 191.

24 Aux dires du professeur de philosophie de l'Académie de Mitau, originaire de Souabe, Gottlob David Hartmann : « La ville elle-même est toute construite en bois et les maisons sont de simples cabanes [...] La campagne est riche en céréales, mais dépeuplée et déserte. En un mot, dans ces contrées-ci, l'humanité ne s'est pas encore libérée des chaînes de la barbarie [...] Je vis ici au milieu des Lettons, des Polonais et des Russes, environné par le bruit des traîneaux, qui sifflent à ma fenêtre comme des flèches, seul la plupart du temps. » [« Die Stadt selbst ist ganz von Holz gebaut und die Häuser sind losse Hütten [...]. Das Land ist fruchtbar an Getreide, aber entvölkert und wüst. Kurz, in hiesigen Gegenden hat die Menschheit sich noch nicht von den Ketten der Barbarei freigemacht. [...] Hier lebe ich unter Letten, Polen und Russen, unter dem Geräusch der Schlitten, die mein Fenster wie Pfeile vorbeirennen, meist einsam. »], cité in : Erich Jenisch, « Gottlob David Hartmann und die Mitauer Akademie », in : Baltische Monatsschrift, 1927, H.2., p. 95.

25 « Warum spielt Kurland eine ebenso unbedeutende Rolle in der gelehrten als in der politischen Welt ? », in : Intelligenzblatt der Allgemeinen Literaturzeitung, Nr. 159 vom 27.Nov.1790, Sp. 1316.

26 « Warum erscheinen so wenig und selten Producte der Gelehrsamkeit und des Kunstfleisses bey uns ? », ibid..

27 « der jedes einheimische literarische Untemehmen mit dem hämischsten Tadel verfolgt, der um so heftiger gegen dasselbe und seine Verfasser ausbricht », ibid..

28 Le journal de Mitau nous apprend que les numéros d'avril, de mai et juin 1785 furent publiés en février 1786. Mitauische Zeitung 17. St. vom 28. Februar 1786.

29 « Bloss darf ich mirs zum Verdienste anrechnen, die gelehrtesten und geistreichsten Manner unsers Landes, zum Theil, zum Schreiben ermuntert zu habe », in : « Vorerinnerung », Mitauische Monatsschrift, Januar 1785, p. 4.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Lecteurs de la revue
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 2. — Population allemande
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

Université de Toulouse Le Mirail/Universität Halle-Wittenberg
ATER au département d’allemand de l’université de Amiens. Germaniste de formation, elle a defendu une thèse de doctorat sur le duché de Courlande à l’époque des Lumières (Co-tutelle de thèse entre les universités de Toulouse III et de Halle). Parmi ses articles se trouvent « L’insertion de la Russie dans l’Europe éclairée : le point de vue germano-balte », in Slavica Occitania, 20/2005, p. 229-244, et « Ein Kurlander im Dienste Frankreichs im ausgehenden 18. Jahrhundert : Baron Karl von Nolde », Colloque « Kurzemes und Zemgales hercogiste : sabiedriba, politika, kultura » [Les duchés de Courlande et de Sémigalie : Société, Politique, Culture], Ventspils/Lettonie, 10-11 juin 2004

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540