Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire l’autre dans l’Europe des Lumières

Introduction (en français)

Texte intégral

1Au Siècle des lumières, la lecture peut être envisagée comme une révolution des médias en ce sens qu'elle transforme de façon importante, sinon radicale, les modalités du savoir ainsi que le marché du livre, ses représentants, ses motivations et ses aspects.

  • 1 Voir Bremer (2006), et les sources correspondantes.
  • 2 Raven 1996 :175 ; pour une étude de la situation européenne, voir Dann 1981.
  • 3 Censer 1994 : 7, 215 ff. ; voir aussi Bots 1988 et Sgard 1991.

2L'aspect quantitatif n'en est que la face visible. Comme nous l'avons déjà souligné dans l'introduction au premier volume des actes du colloque du CIRBEL à Wittenberg sur « La lecture en Europe au Siècle des lumières », on remarque à cette époque, dans toute l'Europe, un accroissement du nombre d'imprimeurs, de libraires et d'éditeurs, ainsi que de nouvelles catégories de lecteurs. Ce « nouveau lectorat » inclut des personnes qui, jusqu'alors, étaient tenues éloignées de toute vie intellectuelle, comme, par exemple, les domestiques. Dans la même période, les grands libraires européens (34 au total au milieu du XVIIIe siècle selon le recensement de Giles Barber) travaillaient de plus en plus au niveau international. La Société Typographique de Neuchâtel, par exemple, produisit 500 éditions sur ses quatre presses en 20 ans et détient encore aujourd'hui une correspondance d'environ 250 000 lettres en bon état (Darnton 1979). Une bibliothèque de prêt privée, telle que la « British Library » de Johan Bell, déclarait posséder 10000 volumes en 1771, 31 000 en 1776, 50000 en 1778 et 150000 en 17931 (Raven 1996, p. 181) ; de plus, au cours de la « révolution des bibliothèques dans l'Angleterre du XVIIIe siècle » (Raven), des vingt bibliothèques de prêt limitées à Londres en 1760, on passe en 1800 à plus de deux cents dans tout le pays2. On sait que le nombre de revues, tant pour leur nombre que pour le nombre de leurs exemplaires, était en progression constante. Jack Censer a montré à quelle vitesse s'est effectuée cette évolution dans le marché du livre français : le nombre de périodiques accessibles au lectorat français, publiés pendant au moins trois ans, passe de 15 en 1745 à 37 en 1765 et à 82 en 17853. Quant au marché du livre allemand, les chiffres indiqués par les dernières recherches indiquent une évolution semblable : 1144 nouveaux livres furent publiés en 1740 contre 2 569 en 1800, 38,54 % de ceux-ci en latin en 1740, contre seulement 397 % soixante ans plus tard. En 1740, 38,54 % des nouvelles publications dans les pays germanophones traitent de sujets théologiques, contre un tiers seulement de ce nombre, à savoir 13,55 %, en 18oo. Durant la même période, la proportion des belles lettres passe de 5,83 % à 21,45 % (Mix 2005).

3Il est cependant un aspect que la recherche récente sur les modes de lecture dans l'Europe du XVIIIe siècle a moins exploré, c'est l'interculturalité. Et c'est justement la nature et l'ampleur de cet aspect que les articles de ce volume 8 ont analysées. « Lire l'autre » souligne l'interculturalité du savoir qui trouve son expression dans la traduction, l'impression et la lecture de textes appartenant à une culture étrangère. Les études menées dans ces articles sont variées : pour ne citer que quelques exemples, on y trouve celles de l'histoire de l'impression des oeuvres germanophones éditées à Londres (Jefcoate), de la diffusion et de la réception des ouvrages philosophiques français en Italie (Schwarze) ou du roman français dans les pays germanophones (Ferrand), des traductions portugaises d'oeuvres européennes au XVIIIe siècle (Maffre) ou encore une étude des notes marginales de Voltaire dans des livres qui lui permettent de mieux connaître la culture ibérique (Bremer). La République des Lettres devient de plus en plus supranationale, le nombre croissant de revues et d'encyclopédies signifiant seulement une plus grande diffusion de la critique du savoir et des débats étrangers. « L'européanisation » de la communication trouve sa plus vive expression dans les réimpressions, les contrefaçons, les traductions et les adaptations de textes spectaculaires provenant d'une culture étrangère. Le rôle d'une Histoire sociologique du savoir ne consiste pas seulement à enseigner, à définir, à classer ou à contrôler les connaissances, ni bien sûr à les vendre, comme le rappelle Peter Burke, mais aussi à les localiser et à les importer (Burke 2000 : 53 ff., 61 ff.). N'oublions pas que « Lire l'autre » peut aussi vouloir dire lire pour se comprendre soi-même (Ingram, Sim), ou pour parvenir à une vision critique de son propre milieu social (Bender) ou encore pour créer une revue éclairée loin des centres des Lumières (Sommerlat).

  • 4 Chartier 2000, ch. 2 et 3, où il analyse clairement la thèse de la « sphère publique » de Jürgen H (...)

4Au niveau national, on peut interpréter cette évolution, et Roger Chartier défend cette thèse4, comme l'un des facteurs de la naissance d'un nouveau genre de public civil et de sphère publique, selon les termes de la célèbre théorie d'Habermas, ainsi que comme le résultat d'une restructuration radicale du domaine intellectuel depuis environ 1750 dans presque toutes les cultures nationales européennes. Henri-Jean Martin ramène ce phénomène à une accélération de la vie intellectuelle autour de 1770 : « On a le sentiment qu'aux environs des années 1770 la circulation des livres s'accélère à travers l'Europe » (Martin 1987, p. 125). Sur le plan extra-national, on peut voir dans cette évolution les prémisses d'une constitution pour ce nouvel espace de communication pan-européen. Voltaire qui fait des lectures sur le Portugal et le Paraguay, est réimprimé en Suisse et dans les Pays-Bas, lui-même lu en Espagne et traduit en Italie et en Allemagne, et sa bibliothèque est vendue à la tsarine de Russie. Malgré son coût très élevé, on trouve l'Encyclopédie dans les bibliothèques de la plupart des villes royales européennes, y compris en Scandinavie, en Hongrie et dans les Balkans, et ceci est le paradigme du succès commercial des Lumières (Darnton 1979). En outre la contrebande des livres (de philosophie autant que de pornographie) est aussi un facteur économique en faveur de plusieurs régions frontalières européennes. Dans ce contexte de l'évolution des média dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, la progression de la « circulation des idées » (pas forcément issues des livres) signifie aussi la possibilité d'une décentralisation intellectuelle et d'une plus grande indépendance par rapport aux lieux qui dans un passé récent détenaient et véhiculaient le savoir grâce à leurs ports et à leur « géographie de bibliothèques » (Burke 2000 : 67). La situation précédente est peu à peu remplacée, du moins en partie, par un réseau d'échanges intellectuels qui, dans cet espace pan-européen de communication, tentent de passer outre la censure politique et religieuse.

5Ces questions ouvriront peut-être la voie à d'autres réflexions, telles que celles qui firent l'objet du colloque du CIRBEL à Wittenberg, et que nous avons le plaisir de présenter dans les volumes 7 et 8 du Spectateur européen. Les organisateurs réitèrent leurs vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué au succès du colloque et à la publication de ses Actes.

Notes

1 Voir Bremer (2006), et les sources correspondantes.

2 Raven 1996 :175 ; pour une étude de la situation européenne, voir Dann 1981.

3 Censer 1994 : 7, 215 ff. ; voir aussi Bots 1988 et Sgard 1991.

4 Chartier 2000, ch. 2 et 3, où il analyse clairement la thèse de la « sphère publique » de Jürgen Habermas (Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540