Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène de la parole aux XVIe et XVIIe siècles

XVIIe siècle

La Parole cérémonielle

Pierre Zoberman

Texte intégral

  • 1 Lorsque Bénédicte Louvat m’a contacté pour participer à cette journée d’étude sur les mises en scè (...)

1Par parole cérémonielle, j’entends éloquence d’apparat, c’est-à-dire le genre de discours que l’on prononce dans des circonstances solennelles, que cette parole contribue encore à solenniser, tout en leur devant son sens et son statut. Je voudrais à la fois caractériser plus précisément cette parole et montrer le type d’information qu’on peut tirer de son analyse. Si la fonction d’apparat est, en effet, indépendante de tout contenu informationnel spécifique, ses manifestations concrètes véhiculent des messages idéologiques, des échelles axiologiques, etc.1.

  • 2 « L’Éloquence d’apparat et le style », Littératures classiques, no 28, 1996, p. 270-271.
  • 3 Sur cette cérémonie, voir Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, P. Zoberman (...)
  • 4 Je reviendrai sur ce périodique ; on peut le considérer, dans le dernier quart du XVIIe siècle, co (...)

2Je concluais, en 1996, une sorte d’adieu à l’éloquence d’apparat (mais fidèle à la tradition des vieux cabots, je suis remonté sur les planches) en expliquant : « l’apparat est, par essence, une concertation de la communication, et non pas la communication elle-même2 ». Ce que j’entendais par « concertation de la communication » se comprendra mieux si je parle de solidarité entre différentes représentations dont l’ensemble constitue l’apparat. La parole cérémonielle suppose un décor, étudié, qui correspond souvent à un programme bien spécifique, une occasion, marquée comme solennelle, soit dans un calendrier régulier, soit, au contraire, dans la singularité d’une date fixée spécialement (comme, pour revenir à mon premier corpus, le 27 janvier 1687, date retenue par l’Académie française pour célébrer la guérison du Roi après l’opération de la fistule en novembre 16863). Le public est nombreux et/ou distingué ; en province, en particulier, le public n’est pas seulement constitué des membres des élites locales, des notables ; il est, plus précisément, la réunion des institutions et corps locaux. Si l’on se pare volontiers (et les parures féminines sont mentionnées régulièrement par Le Mercure4), si donc la richesse du vêtement est un signe et une condition, elle se double, au niveau des institutions, de costumes spécifiquement perçus comme cérémoniels (la robe rouge des parlementaires, la robe mi-partie dans le cas de l’élection du corps de ville de Paris). Je souligne ce point, parce que ce qui doit nous guider, lorsque nous cherchons à comprendre cette parole cérémonielle, c’est son rôle dans la vie des institutions. Le discours est un rituel, mais il est, plus particulièrement, un temps fort de la vie cérémonielle des institutions...

  • 5 Qui jouent fondamentalement le même rôle, qu’il s’agisse de renvoyer à la présence symbolique, ou (...)

3Revenons sur la notion de concertation et sur la mise en scène. Lorsque nous parlons de mise en scène, normalement, nous supposons que, disposant d’une pièce, ou d’un texte qui a été adapté pour la scène, un individu va choisir ou développer une interprétation, un sens, qu’il va représenter en utilisant l’espace scénique, en y faisant circuler les acteurs, en faisant prendre à ces acteurs des attitudes données, des tons de voix particuliers, en leur suggérant des gestes, tous adaptés à leur interprétation. Les tentatives de restitution de la gestuelle et de la prononciation du théâtre baroque et classique que l’on connaît aujourd’hui peuvent nous aider à envisager les limitations qui pesaient sur la liberté de la mise en scène, même au théâtre. Le discours d’apparat révèle un domaine encore plus contraint. Je ne veux pas parler ici seulement des gestes, dont rien n’indique qu’ils aient pu être spécifiques à ces discours (encore le même geste de monstration renvoie-t-il à des objets différents dans des contextes différents, ce qui souligne à la fois l’équivalence structurelle de certains éléments de décor, comme les portraits5, et la spécificité de chaque circonstance — dialectique qui reprend celle de l’apparat comme concept et de ses manifestations datées et circonstancielles). Concertation, donc, pour une parole paradoxale à plus d’un titre.

4Paradoxale, d’abord, parce qu’alors que la solennisation dont je viens d’énumérer quelques composantes est nécessaire à l’éclosion de l’éloquence d’apparat, l’éloquence elle-même n’est pas indispensable à l’apparat. On peut imaginer des cérémonies sans parole, feux de joie, par exemple, ou processions, entre autres... Simplement, lorsque la parole fait partie de la mise en scène, elle révèle la densité du contexte qui renforce la compétence du public. La parole est prise dans un réseau, perceptible par les contemporains qui sont au fait, à la fois, des codes et des événements. Il y a, dans les panégyriques du Roi, par exemple, une très forte complicité entre l’orateur et son public, à qui l’on demande d’ailleurs de suppléer l’éloge impossible du Monarque. L’exemple suivant est tiré d’un texte dont je ne sais s’il a été vraiment prononcé, mais dont les caractéristiques sont celles de la parole cérémonielle. Guyonnet de Vertron y met en œuvre un lieu commun de l’éloge du Roi si puissant que Louis XIV lui-même y a recours dans ses mémoires : il néglige son propre intérêt au profit du bonheur général de l’Europe. Mais, en choisissant cette représentation du Monarque, qu’il inscrit dans une problématique post-stoïcienne du sage que rien ne vient troubler (un sage qui a mûri et dépasse l’insensibilité païenne pour retrouver une paix toute chrétienne), l’Académicien d’Arles qu’est Guyonnet de Vertron chante son académie et sa ville et leur dévotion à la grandeur royale. Le texte fait explicitement allusion à une inscription gravée sur l’obélisque découvert et consacré au Roi, « quieto similis » :

  • 6 « Panégyrique du Roi sur Strasbourg et Cazal », adressé par Guyonnet de Vertron à l’Académie d’Arl (...)

Oüy sans doute, renoncer à ses droits si legitimement deûs, donner sa voix contre soy-mesme, c’est s’enrichir en donnant, c’est estre à juste titre le Pere & l’Amour de ses Peuples ; c’est triompher noblement de la Justice, qui triomphe de tout. Choisir avec jugement parmy ses Sujets, les plus propres à remplir les charges importantes de l’Etat, c’est estre également Puissant & Sage. Faire fleurir les Académies, c’est estre le Protecteur des Sciences, & des beaux Arts. Vaincre en tous temps, en tous lieux ses Ennemis, c’est estre Invincible. Se vaincre soy-mesme, c’est estre LE GRAND par excellence. Estre toûjours tranquille, quoy que dans un mouvement continuel (comme le marque l’une des Devises gravées sur nostre superbe Obélisque *, élevé à la gloire de LOVIS XIV.) c’est estre Incomparable. (note * : Quieto similis)6

5Je ne m’attarderais pas sur un texte, certes intitulé panégyrique et dont le Mercure vante l’écriture, tout comme il vante l’éloquence de son auteur, mais sur le statut duquel on peut avoir des doutes, s’il ne permettait pas de mettre en lumière l’importance de ces réseaux de textes, de topoï, de représentations, dont le plus remarquable à l’époque de Louis XIV est ce que j’appelle le texte royal, que tissent panégyriques, mémoires, devises, médailles, etc. Non seulement le Mercure reproduit l’obélisque arlésien, mais une forme de célébration intertextuelle se dégage, puisque l’inscription quieto similis sert de fondement au sujet proposé par l’Académie française pour l’année 1681 (« On voit le Roy toûjours tranquille, quoy que dans un mouvement continuel »), et que le discours de distribution des prix de Doujat y consacre un long développement qui sert de transition entre le parallèle qu’il a dressé entre Louis le Grand et saint Louis son aïeul, et la présentation des lauréats des prix de l’Académie française :

  • 7 Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, p. 187-188.

Je croy, Messieurs, que le rapport de ces deux Regnes fameux vous paroistra jusqu’icy assez juste. Que sera-ce si nous y ajoustons cette constante Egalité d’esprit, qui estant à l’ame ce que le temperament exquis est au corps, accorder ensemble une continuelle Activité avec une Tranquillité parfaite, que rien ne sçauroit troubler ?...
... Enfin cet esprit ferme & égal ne change jamais de situation, tandis qu’il fait changer de face à tous les Estats qui l’environnent ; comme s’il estoit fixe hors de nostre sphere, & qu’il eust trouvé ce point fatal qu’Archimede demandoit hors du monde, pour en remuër à son gré toute la vaste machine.
Mais où m’emporte l’Ardeur de mon zele ? où m’engage insensiblement le plaisir d’un si agreable entretien ? Il me fait oublier que c’est icy l’heure de la distribution des Prix dont l’academie est chargée7...

  • 8 Pour la définition que Riffaterre donne des systèmes descriptifs, voir M. Riffaterre, Semiotics of (...)
  • 9 Sur ce point, voir P. Zoberman, Les Cérémonies de la parole, Paris, Champion, 1998, p. 422-432.
  • 10 Sur ces fonctions secondaires, voir les quelques directions indiquées à la fin de cette présentati (...)
  • 11 Voir P. Zoberman, « Ethics, Politics, and Metaphysics : Representations of Power in Racine’s Theat (...)

6L’éloge du Roi devient donc une sorte de système descriptif à la Riffaterre8, où se croisent les deux dimensions de la parole cérémonielle du XVIIe siècle : c’est une parole extrêmement contextualisée, qui s’adapte au réseau de circonstances qui la fait naître ; dans la réussite même de cette adaptation, elle manifeste un concept d’apparat atemporel, puisque le principe de cette adaptabilité lui permet de renaître toujours, protée de l’éloquence, même lorsque l’éloquence politique doit s’effacer. La définition parlementaire d’une éloquence française dont les magistrats seraient les initiateurs et les dépositaires9 correspond précisément à l’amuïssement de la grande éloquence politique des périodes antérieures. Il n’est pas surprenant, alors, que cette parole devienne le support de fonctions secondaires (expression des valeurs de l’institution qui met en scène la parole dans telle ou telle cérémonie, propagande, conseil, prière), étrangères au concept lui-même10 — comme j’ai montré ailleurs que la représentation tragique pouvait servir de support à la présentation de visions politiques, alors que le plaisir spécifiquement tragique n’a rien à voir avec cette présentation11.

  • 12 Dans « Appareil et apparat : le discours cérémoniel en son lieu », Actes du 1er Congrès du CIR 17, (...)
  • 13 Paris, G. Martin, 1685.
  • 14 Eloge historique du Parlement de Paris, s. l.
  • 15 Je renvoie à « Appareil et apparat : le discours cérémoniel en son lieu », cité à la note précéden (...)

7Si l’on examine des cérémonies pour lesquelles on a des comptes rendus détaillés, on voit que la parole se soutient de tout l’appareil auquel elle s’intègre. Elle entretient avec les messages parallèles transmis par les autres codes représentatifs (tableaux, devises, inscriptions) un rapport épiphénoménal de redondance, une redondance qu’on attend, qu’elle met en valeur et dont j’ai montré l’importance à propos de l’Éloge du Parlement de Paris composé par le P. de La Baune, par exemple12. Lorsque le Père J. de La Baune prononce son Augustissimo Galliarum Senatui Panegyricus, à l’ouverture des classes du collège Louis-le-Grand en 1684, on voit qu’un même dessein sous-tend le discours et le contexte solennel, repris dans un texte publié la même année que le discours lui-même (1685) et intitulé Explication de l’appareil pour la harangue prononcée en l’honneur du Parlement de Paris13. Le discours est normalement en latin, mais il a eu suffisamment d’impact pour qu’une traduction en soit encore publiée en 175314. Puisque j’ai décrit l’événement ailleurs15, je ne ferai qu’une brève allusion à son haut degré d’élaboration, accentué, en l’occurrence, par la présence des magistrats du Parlement de Paris que l’orateur a invités, et qui peuvent donc voir sur les murs des portraits, non seulement de leurs prédécesseurs, mais d’eux-mêmes, qui peuvent également déchiffrer leurs propres devises, qui observent leurs armes et sont donc pris dans un jeu de miroirs qui produit aussi son effet sur le reste de l’auditoire. Éloquence, grandeur du Parlement dans le soutien de la monarchie, il y a certes un programme ambitieux dans cette mise en scène — le terme est ici vraiment approprié. Mais, concrètement, c’est à la circulation des significations d’un code à l’autre, illustrée ici de manière presque archétypique, que je m’intéresse. Je retiens un exemple qui est alors d’actualité, l’éloge du premier président en place, Potier de Novion. Le texte porte :

  • 16 Augustissimo Galliarum Senatui..., Paris, G. Martin, 1685, p. 34. La traduction, à une époque où l (...)

qui a sapientissimo rerum & hominum aestimatore ludovico magno huic Ordini augustissimo preafectus est, illustrissimus poterius, cujus ad commendationem vel hoc unum quanti est, Magni Principis ad summam dignitatem electio16,

8tandis que l’Explication nous apprend que le portrait de Potier de Novion, dans la salle, s’accompagne de l’inscription : « Principis ad tantam dignitatem electio, summa commendatio est » (p. 50). Certaines inscriptions se retrouvent mot à mot dans le texte du discours. Dans le discours d’apparat, le hasard n’entre pas en ligne de compte...

  • 17 M. Fumaroli, « La Coupole », Les Lieux de mémoire, P. Nora éd., Paris, Gallimard, t. II, 1986, vol (...)

9L’on sait, par ailleurs, que les allusions à des portraits s’accompagnaient, matériellement, de gestes monstratifs. Ainsi, à l’Académie française, la salle des séances s’ornait d’un portrait du Roi. Même si Marc Fumaroli a rappelé, dans « La Coupole17 », que les deux gravures supposées représenter cette salle étaient plus fidèles à la vérité symbolique qu’à la réalité, le Recueil des harangues de 1698 garde, sous forme de notes marginales, la trace d’au moins une main dirigée vers le portrait du Roi — et au moins une autre mention de ce portrait, les deux occurrences permettant de supposer qu’il y a là une pratique normale pour évoquer un protecteur qui fut toujours absent physiquement, mais toujours présent par son image — une image qui le représentait réellement, le rendait présent même en son absence, surtout quand on travaillait à polir la langue qu’il parlait si bien, et à louer ses vertus si singulières, parce que portées à un tel degré d’excellence. Dans son discours de réception, en mars 1688, l’abbé Testu de Mauroy fait allusion au portrait du Roi que les assistants ont devant les yeux, d’une manière qui permet de penser que l’éloge était implicitement lié aux portraits qui décoraient la salle. L’orateur évoque Richelieu et Séguier

  • 18 Recueil des Harangues prononcées par Messieurs de l’Académie françoise (Paris : J.-B. Coignard, 16 (...)

qui ne sçauroient estre mieux loüez aprés leur mort, que par l’honneur que leur a fait le Grand Roy que voila*, de se declarer leur successeur dans la protection de l’Academie (* note marg. : il montre le portrait du Roy18)

10et la présence éminente du Roi, soutenue par son portrait, détermine jusqu’au texte du discours, puisqu’en 1679, lorsque Charpentier signale son zèle par un Panégyrique du Roi sur la paix, le 24 juillet, sa péroraison est une apostrophe au Monarque dont il hallucine en quelque sorte la présence — dans une démarche qui rappelle naturellement la tentation de superposer l’image du Roi et celle de Dieu, et de justifier ainsi, quasi théologiquement son omniprésence, voire son omnipotence, principielles :

  • 19 Les Panégyriques du Roi, op. cit, p. 161. Ce zèle, et ce regret, Charpentier ne les perdra pas. Po (...)

Mais, Messieurs, laissez-moy oublier que je suis en vostre presence. Laissez-moy jouïr de la douce imagination que je parle à ce grand Prince, & accordez à mon emportement un honneur que la fortune a refusé à mon zele. C’est donc à vous, ô grand Roy, que j’adresseray desormais ma parole, & peut-estre que vous l’entendrez du haut de vostre Thrône19.

11La parole cérémonielle est inséparable de son contexte matériel, et celui-ci est, par principe, pris en compte dans la composition même du texte, autant que le décor dépend de la circonstance...

  • 20 Sur le déroulement de ce discours, voir la note suivante.
  • 21 En particulier à la Bibliothèque Méjanes, Ms 686. Voir aussi Bibliothèque municipale de Lyon, ms. (...)

12Parole paradoxale encore, parce que, prise dans une double logique de contrainte, la parole cérémonielle est à la fois la plus routinière et la plus sujette à l’improvisation, par idéal de convenance. Pas plus que les gestes, que j’ai rejetés hors du champ de mon étude, la parole ne peut être mise en scène au hasard, ou en fonction de désirs idiosyncrasiques. Le discours d’apparat doit convenir à l’occasion — ce qui explique d’ailleurs qu’on ne puisse nullement considérer que le genre épidictique de la rhétorique recouvre ce que j’appelle apparat, des discours plutôt délibératifs convenant bien au contexte de certaines cérémonies parlementaires comme les mercuriales ou même les ouvertures — et il est souvent codifié dans ses moindres détails, jusqu’à la langue qu’on doit employer à tel ou tel moment du discours, comme c’est le cas pour l’Oraison doctorale de Lyon20. D’où d’ailleurs l’existence de nombreux cérémonials, véritables recueils de jurisprudence des cérémonies, pour des institutions séparées ou pour les fastes royaux, comme le « Cérémonial public arrêté par les Sieurs prevost des marchands et Échevins de la ville de Lyon », qui date de la fin du XVIIe siècle, et dont plusieurs exemplaires sont conservés21. Mais le même principe de convenance implique, à l’inverse, l’ouverture absolue sur l’actualité, puisque les circonstances sont toujours susceptibles de changer et que le discours doit répondre aux moindres nuances de la situation. Quelques exemples suffiront pour illustrer le paradoxe de cette double contrainte.

13À l’Académie française, on valorise le mérite des lettres, l’éloquence, au sens très large que le terme avait à l’époque. S’agit-il de faire l’éloge d’un confrère disparu ? Un tel éloge a ses lois propres, qui introduisent d’ailleurs comme des sous-catégories dans les discours :

Ce n’est pas icy le lieu où l’on doive faire valoir la noblesse du sang de cet illustre mort, icy le hazard de la naissance ne fait estimer, ni mépriser personne, aussi dans la pompe funèbre des deffunts, on n’y fait point marcher devant les images de leurs ancestres, on n’y expose que leurs talens, on n’y montre que leurs ouvrages. Que partout ailleurs on pare l’éloge du deffunt du nom des anciens Seigneurs de Maline (Recueil des harangues, p. 593),

  • 22 C’est ce qui permet peut-être de distinguer un sermon ordinaire, et le Carême du Louvre, par exemp (...)
  • 23 La pompe funèbre semble avoir partie liée avec la prétérition. Peter Bayley souligne l’emploi que (...)

14dit Pavillon, lorsqu’il succède à Benserade. Le statut de l’orateur — et, ici encore, nous pouvons identifier un des critères de l’éloquence d’apparat, l’orateur étant spécialement choisi, du fait de son talent, de sa renommée, de son rang, etc.22 — le statut de Pavillon, comme nouvel académicien est particulièrement intéressant. Après tout, il doit confirmer le choix qu’on a fait de lui pour succéder à Benserade, confirmer, donc, son aptitude à percevoir les impératifs oratoires, et c’est précisément l’un des lieux de la réponse au récipiendaire. Les applaudissements qui éclatent à la fin de son discours, les murmures d’approbation dont il a été accompagné tout du long sont les marques qu’il a rempli l’attente du public et surtout de ses nouveaux confrères. Pavillon sait donc ce qu’il fait, et ce qu’il doit dire. Tout, jusqu’à la pompe funèbre, dira un texte validé par l’approbation académique (même si la prétérition permet à Pavillon de dire ce qu’il faut académiquement dire sur le défunt, sans rien omettre de ce qu’on doit socialement dire et académiquement refouler23...)

  • 24 L’épisode est consigné dans les registres de l’Académie (Registres de l’Académie française, Paris, (...)

15Mon exemple favori, pour mettre en valeur l’ouverture sur l’actualité, c’est-à-dire la faculté d’improviser dans une pratique pourtant si concertée, se rattache à la mort de Turenne, dont le directeur de l’Académie reçoit la nouvelle alors qu’il se rend à Versailles haranguer le Roi, soucieux qu’il est de ne pas laisser tomber en désuétude ce devoir qui est aussi un droit et qui confère à l’Académie un rang comparable à celui des Compagnies dites souveraines. Il ajoute à son compliment quelques périodes composées sur le champ24. Et c’est en intégrant ce passage improvisé que l’orateur s’assure que son discours répond en fait à l’impératif de convenance qui impose dans d’autres cas une fidélité parfaite à un cadre prédéterminé.

  • 25 Au-delà des conflits de valeurs que la prétérition permet souvent de neutraliser, comme on vient d (...)

16Mais bien des éléments de l’occasion sont susceptibles de produire des dilemmes que l’orateur doit résoudre élégamment25. Je fais ici allusion au type de problème qui se pose au premier consul d’Aurillac, Monsieur de La Carriere, qui prépare une entrée solennelle pour l’arrivée de la duchesse de Noailles, qu’accompagnent son fils, alors évêque de Cahors, et sa fille,

  • 26 Mercure galant, Octobre 1679, 1re partie, p. 34.

quand cette Duchesse qui en eut avis en chemin, envoya prier Mrs de la Ville de ne point penser à un appareil qui s’accomodoit mal avec l’etat de Veuve. Il fallut s’accomoder à sa modestie26.

17Ironiquement, là où le code de l’entrée dicte discours et pompe, donc cette parole cérémonielle que je cerne ici, le code social et religieux du veuvage impose silence et rejet de la pompe. À ce double impératif, le déplacement de l’éloge apporte une réponse ; à ce conflit de valeurs, le compliment par association fournit une solution :

  • 27 Ibid., p. 37-38.

Elle persista à refuser encore l’honneur qu’on luy vouloit rendre par un compliment public, disant qu’une veuve estoit obligée de fuir ces sortes de choses, qui ne pouvoient que flater dangereusement la vanité. Ainsi tout ce que put obtenir ce premier consul, fut la permission de complimenter Mr de Cahors. Il s’en acquitta avec beaucoup de succés27,

  • 28 En tant que notable local, mais surtout en tant que membre de l’élite, l’orateur jouit d’un capita (...)

18un succès que l’on peut comprendre à la fois comme celui d’un orateur qui parle bien, qui compose de bons discours28, et comme la réussite d’une stratégie oratoire qui fait naître la parole en des circonstances où parole et silence sont requis tout ensemble.

19De nombreuses descriptions et des gravures donnent une idée parfois précise de ce à quoi ressemblait le théâtre de l’apparat. Mais la plupart, qui mettent en valeur dais et portraits (et ceux-ci jouent un rôle extrêmement important, par le patronage symbolique qu’ils installent et leur capacité de signifier le personnage absent, véritables prosopopées silencieuses, mais expressives), peuvent laisser supposer que le luxe, corollaire apparent de la pompe, support naturel de l’apparat, est le caractère définitoire par excellence du contexte matériel de l’apparat. Or, la solennisation symbolique est, conceptuellement et pratiquement, apte à actualiser l’apparat. De ce point de vue, d’ailleurs, « appareil », que Furetière donne comme doublet ancien pour « apparat », me paraît plus approprié. Ici encore, j’ai un exemple fétiche, qui présente d’ailleurs, comme c’est souvent le cas, plusieurs traits communs à l’ensemble des discours d’apparat. Il s’agit de la passation de pouvoirs entre maires (sortant et entrant) de Brest :

  • 29 Mercure, décembre 1678, p. 180-182.

Aprés une Messe qu’on celebre solennellement, on s’arreste dans une Place qui est devant le Portail de la principale Eglise. On y trouve une grande Pierre plate & ronde, au milieu de laquelle il y a un trou. Le nouveau Maire y met le talon, & en même temps celuy qui sort d’exercice, luy fait un discours pour luy faire connoistre la conséquence de sa Charge. Pendant qu’il luy parle, l’autre a toûjours le talon dans ce trou, & le bout du pied levé, & il ne l’en retire qu’aprés qu’il a presté le serment de fidelité pour le service du Roy, & pour le maintien des Privileges29.

20Coutume locale qui fait sourire, ce scénario nous présente très précisément une mise en scène qui donne au discours son caractère — et, encore une fois, ce caractère est indépendant du genre du discours prononcé : on pourrait attendre l’éloge d’un maire sortant, il est logique de faire à un maire qui entre en exercice des recommandations sur les devoirs de sa charge.

  • 30 On peut toutefois se demander si, sans que les académiciens changent de salle pour leurs séances p (...)

21Dans le cas de l’Académie française, par exemple, le lieu ne change pas, en tout cas au XVIIe siècle, pour les séances publiques30. Mais la présence du portrait du Roi confère à la salle de réunion des Académiciens ce qu’on pourrait appeler un potentiel d’apparat, potentiel qui se réalise lorsque le public se presse autour des Quarante pour goûter leur éloquence, à laquelle il contribue en retour à conférer son caractère d’apparat...

22Le portrait du Roi, qu’on pourrait appeler un solennisateur universel, permet donc, à l’époque, de faire automatiquement des lieux où on le suspend, comme ses statues des lieux où on les érige, des contextes propres à l’apparat. Parallèlement, le corpus constitué par les textes publiés dans le Mercure suggère que l’éloge du Roi devient un critère de publication, et surtout qu’il prend l’allure d’un marqueur quasi universel de l’apparat — point où le concept d’apparat s’actualise dans le flux de l’histoire et met en valeur une figure dont l’administration monarchique prend bien soin d’orchestrer la célébration, à travers le texte royal, tel que je l’ai défini. Je l’ai souvent affirmé. Pour ubiquitaire qu’il soit, l’éloge royal n’appartient pas à l’essence de l’apparat. Mais il marque la manière dont un concept trans-historique rencontre l’histoire... et la conscience qu’ont les orateurs et leur public de ce qui constitue la convenance qui sous-tend la production de la parole cérémonielle.

23C’est ici qu’on saisit la manière dont les textes que je considère remplissent des fonctions secondaires et les rapports qu’ils entretiennent avec ce que, faute d’un terme plus satisfaisant, j’appellerai encore l’idéologie. Et c’est par quelques remarques sur ces fonctions secondaires que je conclurai.

Représentation et auto-représentation des institutions : le mérite

  • 31 On sait à quel point la montée en puissance des groupes bourgeois s’est heurtée, dans l’histoire d (...)
  • 32 Sur le mérite des lettres et cette revendication des académiciens, voir P. Zoberman, « Le Cardinal (...)

24Parce que l’éloquence d’apparat marque les temps forts de la vie institutionnelle, parce que les orateurs s’adressent à un double public, institutionnel et extra-institutionnel, le discours cérémoniel est particulièrement apte à fournir une (auto-) représentation de l’institution dans le cadre de laquelle il est produit. Académies, Parlements et institutions judiciaires, municipalités et magistratures locales : dans tous les cas, on voit s’exprimer les valeurs de groupes qui justifient leur réussite — à quelque niveau de la hiérarchie qu’ils se placent — non par la naissance, qui définit la qualité, valeur aristocratique traditionnelle, mais par un ensemble de qualités individuelles telles que le travail, l’intelligence, voire la ruse, l’assiduité, le savoir, etc. — des qualités que chacun peut acquérir sans qu’il soit nécessaire qu’elles se transmettent par la naissance, et que l’on peut subsumer sous le concept de mérite : le mérite, valeur d’essence bourgeoise, doit donner aux groupes qui la définissent et la brandissent une forme de justification, une assise pour obtenir finalement la reconnaissance symbolique et politique que leur puissance financière et économique leur donne matériellement31. De ce point de vue, la noblesse dite de robe partage les valeurs bourgeoises du mérite. La création de l’Académie française, en donnant aux lettres une institution, fournit aux gens de lettres un cadre pour revendiquer, eux aussi, une reconnaissance au nom d’un mérite des lettres — et les discours académiques formulent explicitement l’idée que les gens de lettres forment une sorte de quatrième état qui, bien que chronologiquement le dernier, serait aussi axiologiquement le premier32. Les exemples de conflits de valeurs cités plus haut montrent à quel point cette fonction des discours qui manifestent l’apparat est importante, et quel soin les institutions mettent à produire, à travers eux, une image qui les satisfasse. Cette élaboration d’image et cette reformulation de valeurs sont facilitées par le fait qu’elles n’entrent nullement en contradiction avec la fonction d’apparat et que les discours peuvent les intégrer directement, de manière explicite et didactique.

25Ce potentiel didactique et l’adaptation au contexte circonstanciel et historique jouent certainement un grand rôle dans la capacité qu’a la parole cérémonielle, forme hautement ritualisée de la parole publique, de véhiculer des contenus idéologiques. Dans le cadre du règne de Louis XIV, époque à laquelle l’éloge du Roi prend la dimension d’un marqueur universel de l’apparat, nous retrouvons ce que j’ai appelé le texte royal. Ce vaste réseau textuel permet de mieux définir la notion même de propagande.

Éloge du Roi, image et propagande

  • 33 Depuis la journée d’étude sur les mises en scène de la parole qui est à l’origine de ce texte, j’a (...)
  • 34 La notion de culte de la personnalité offre précisément, me semble-t-il, l’avantage de suggérer de (...)

26C’est l’évidence de la place occupée par l’éloge du Roi dans le corpus des discours d’apparat de la fin du XVIIe siècle qui m’a amené, précisément, à l’occasion d’un colloque sur l’éloge du Prince, à remettre en cause ce qui semble considéré comme une évidence33. Les éloges du Roi constituent, purement et simplement, de la propagande. Or, cette évidence me paraît recouvrir une situation plus complexe. Le panégyrique, par exemple, vise à établir, à partir des actions, la grandeur et les vertus d’un personnage. Il s’agit donc plutôt d’élaborer une image (un portrait) — stratégie qui, renforçant la foi dans la grandeur et l’infaillibilité du gouvernant, définit ce que l’on appelle aujourd’hui le culte de la personnalité — que de proposer un discours articulé pour expliquer, présenter, renforcer ou justifier une politique ou une ligne de conduite. Or, c’est à ce dernier type de discours qu’il faut, pour que le concept ait une véritable utilité, réserver le terme de propagande. L’exigence de distinction que je pose ici vise à éviter toute assimilation anachronique et hâtive entre le régime louis-quatorzien et les régimes totalitaires modernes34. Il est en fait remarquable que, dans un régime qui met l’accent sur l’infaillibilité du monarque, on éprouve pourtant le besoin d’expliquer et de justifier ses politiques. Pour simplifier, je dirai que, selon la localisation (Paris ou la province), selon l’institution (une académie ou un corps de ville) ou selon l’époque (l’apogée du règne ou les temps difficiles), on ira plutôt vers les mécanismes simples de l’image ou vers la propagande développée.

  • 35 L’inauguration d’une statue du Roi dans les jardins de l’Hôtel-de-Ville accompagne celle de l’Acad (...)

27En général, les panégyristes se placent dans la perspective de l’élaboration d’une image, d’un portrait du Roi, qui s’inscrit dans un contexte saturé de portraits et de statues le représentant, comme nous l’avons vu avec son portrait à l’Académie française — mais les occurrences sont innombrables. Il suffit de se reporter, pour un exemple très riche, au déroulement de la séance d’inauguration de l’Académie d’Angers, le 1er juillet 1686 (on y voit à la fois la solennité, et un trait extrêmement important de la vie institutionnelle provinciale, l’interpénétration des institutions : c’est le corps de Ville qui organise la cérémonie et qui décide qu’elle se tiendra à l’Hôtel-de-Ville. La cérémonie prend la forme d’une série de manifestations concertées qui organisent la célébration royale — dans un entrelacs d’images et de discours35). Dans son Panégyrique de saint Louis prononcé devant l’Académie française, Riqueti, qui fait de l’éloge qu’il prononce, puis publie, le pendant du service du Roi que ses frères accomplissent dans ses armées, se définit lui-même comme producteur d’image :

  • 36 Riqueti, Panegyrique de S. Louis Roy de France, Paris, 1689, « Épître », n. p.

Comme on ne peut se former une idée parfaite d’un Grand Roy, qu’en empruntant de ces traits qui relevent Vostre Majesté au dessus de tous les autres Princes de la Terre ; je puis vous assurer, Sire, qu’encore que Saint Louis soit le modelle de tous les Rois, vous estes neanmoins l’exemplaire sur lequel j’ay formé son Eloge... tant [de] circonstances qui semblent ramener le siecle où il vescut dans celuy où nous vivons, m’ont obligé de le chercher dans Vous-mesme36.

28C’est que les panégyristes illustrent les vertus de leur héros par ses actions, ou montrent comment ces mêmes actions révèlent les vertus singulières et éminentes de leur monarque incomparable, plutôt que de chanter les actions pour elles-mêmes. Au fond, c’est ce que le Roi est, plutôt que ce qu’il fait, qui est à l’ordre du jour, même si ce qu’il fait n’est pas étranger à ce qu’il est... Comment Tallemant célèbre-t-il la paix en 1679 ?

  • 37 Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, op. cit., p. 173.

Que ne puis-je, Messieurs, vous faire voir une si grande action dans toute son estenduë ! Que de différentes vertus en mesme temps. Les grandes qualitez d’une ame si peu commune, se soûtiennent & se moderent les unes par les autres ; sa valeur soustient sa bonté, sa bonté modere sa valeur ; sa force & son pouvoir maintiennent sa douceur, & sa douceur tempere son pouvoir & sa force ; parce qu’il est le Maistre, il est raisonnable, il est bon, il est juste, & parce qu’il est raisonnable, & qu’il est juste, il oublie en quelque maniere qu’il est le maistre : & c’est de ce mélange admirable de Vertus, & de cette mutuelle déférence qu’elles ont entre elles, que se forme le Héros parfait, tel que celuy, sous le regne duquel le Ciel favorable nous a fait naître37.

  • 38 Sur ce point, voir Les Cérémonies de la parole, Ire partie, ch. II, « Les Académies de province », (...)

29Mais, surtout en province, le portrait s’accompagne souvent de notations narratives qui mettent en lumière le sens de l’action royale. Surtout, les académies provinciales sont, dans leurs discours, beaucoup moins attachées que les Quarante à faire de l’activité linguistique le point focal de leur activité et le noyau essentiel de leur mouvement ; elles s’inscrivent beaucoup plus explicitement dans un mouvement académique vu comme courroie de transmission d’une idéologie royale louis-quatorzienne38.

  • 39 C’est la stratégie d’un certain « Delmas, Avocat du Roy au Presidial, & Senechal de Roüergue », do (...)
  • 40 Voir, par exemple, Les Fastes de Louis le Grand, publiés en 1694, temps d’épreuves. Le lecteur inv (...)

30Les discours prononcés dans le cadre de la vie municipale relèvent souvent plus immédiatement de ce que j’appelle propagande proprement dite. Les notables locaux, amenés à rappeler à leurs concitoyens leurs devoirs en matière de contributions, peuvent fonder leurs justifications sur une présentation, qui est en même temps une explication et une célébration, de la ligne d’action royale. Les orateurs sont souvent amenés à concéder que leurs auditeurs souffrent, mais c’est pour affirmer, ou bien que cette souffrance n’est que passagère et limitée, et qu’elle n’est que la transition vers un avenir de bonheur sans limites, ou bien que cette souffrance est contrebalancée par la prise en compte du bonheur de tous — et le fait d’expliquer, voire de justifier, la douleur en termes de bonheur relève précisément d’un mécanisme de propagande39. Et cette stratégie va de pair avec la prolifération de textes narratifs pseudo-historiques énumérant les actions du Roi. En signalant les actes de bonté paternelle du Roi — qui prend, lors de la famine de 1662, des mesures pour distribuer du grain à ses « peuples » — ses thuriféraires, sous le couvert de l’écriture « objective » de l’histoire, encouragent leurs lecteurs à inférer que le malheur est toujours contrebalancé par la bienfaisance royale40.

31On peut, semble-t-il, percevoir une dialectique ou plutôt un mouvement de balancier : tant que la situation le permet, les mécanismes d’un culte de la personnalité naissant encouragent à n’envisager que les vertus et les qualités du monarque, lesquelles garantissent a priori la justice et l’efficacité de son action. Le caractère insistant de la souffrance peut empêcher ce mécanisme de fonctionner harmonieusement, lorsque les auditeurs ne peuvent ignorer leur situation concrète. C’est alors que la défense d’une politique devient utile et nécessaire. On a, finalement, tendance à revenir à l’image quand les faits sont trop têtus et que les textes ne peuvent faire écran. Les difficultés à produire une histoire satisfaisante, malgré les efforts de Colbert, rappellent d’ailleurs qu’il est difficile de maîtriser l’idéologie, processus sans sujet — mais qu’on ne considère certainement pas comme tel à l’époque.

32Ces dernières réflexions naissent de l’inscription de l’éloquence d’apparat dans l’histoire. C’est le dernier paradoxe de cette parole que sa mise en scène, qui l’ancre dans un réel concret, lui confère un potentiel de propagande tel qu’il devient souhaitable et concrètement fréquent qu’on l’isole et qu’on la fasse circuler, comme c’est le cas dans les pages du Mercure — à la différence des orateurs individuels qui peuvent publier leurs textes pour augmenter leur propre gloire ou par souci de permettre à d’autres de tirer profit de leur propre réussite en leur fournissant des modèles. Mais c’est avant tout dans un événement complexe qui mêle représentations visuelles, parades bruyantes et faste que le parole cérémonielle prend véritablement son sens.

Notes

1 Lorsque Bénédicte Louvat m’a contacté pour participer à cette journée d’étude sur les mises en scène de la parole, il m’a semblé qu’il était presque de mon devoir de participer à une rencontre sur un sujet si proche de ce qu’avaient été mes préoccupations pendant de nombreuses années, de ce que sont encore souvent mes préoccupations aujourd’hui. Je n’envisageais pas de me faire l’inventeur d’un corpus, nouveau trésor de textes jusqu’ici non encore étudiés. Et, d’une certaine manière, je croyais avoir assez mis en lumière le concept d’éloquence d’apparat pour ne pas avoir à rajouter des déterminations... Le texte qui est issu de cette journée, et qui est publié ici, est donc conçu comme une sorte de synthèse rapide sur un domaine fort vaste.

2 « L’Éloquence d’apparat et le style », Littératures classiques, no 28, 1996, p. 270-271.

3 Sur cette cérémonie, voir Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, P. Zoberman éd., Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1991, p. 13 et p. 191 sq.

4 Je reviendrai sur ce périodique ; on peut le considérer, dans le dernier quart du XVIIe siècle, comme l’un des organes majeurs de diffusion de cette parole — parole vive en contexte, dont le statut devient donc problématique dès que l’on la renvoie ainsi en échos détachés de la cérémonie, dont le périodique est malgré tout soigneux, la plupart du temps, de décrire le déroulement.

5 Qui jouent fondamentalement le même rôle, qu’il s’agisse de renvoyer à la présence symbolique, ou plutôt, pour employer un terme aristotélicien, éminente, du Roi à l’Académie française ou à celle du président Chirac, lorsque ses amis célèbrent, tous les ans, l’anniversaire de son accession à la présidence de la République.

6 « Panégyrique du Roi sur Strasbourg et Cazal », adressé par Guyonnet de Vertron à l’Académie d’Arles en 1681, Mercure, décembre 1681, p. 22-24.

7 Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, p. 187-188.

8 Pour la définition que Riffaterre donne des systèmes descriptifs, voir M. Riffaterre, Semiotics of Poetry, Bloomington, Indiana, Indiana University Press, 1978, p. 39 sq. Voir aussi, du même auteur, « L’Illusion référentielle », dans T. Todorov éd., Littérature et réalité, Paris, Le Seuil, 1982.

9 Sur ce point, voir P. Zoberman, Les Cérémonies de la parole, Paris, Champion, 1998, p. 422-432.

10 Sur ces fonctions secondaires, voir les quelques directions indiquées à la fin de cette présentation.

11 Voir P. Zoberman, « Ethics, Politics, and Metaphysics : Representations of Power in Racine’s Theater », Racine et/ou le classicisme, Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », 2000. La question a également été traitée récemment, quoique dans des perspectives différentes, par Gilles Revaz, dans La Representation de la monarchie absolue dans le théâtre racinien : analyses sociodiscursives (Paris, Kime, 1998), et par Volker Schröder, dans La Tragédie du sang d’Auguste. Politique et intertextualité dans « Britannicus » (Tübingen, « Biblio 17 », 1999).

12 Dans « Appareil et apparat : le discours cérémoniel en son lieu », Actes du 1er Congrès du CIR 17, Lieux de mémoire et fabrique de l’œuvre (Kiel, 29 juin-1er juil. 1993) (Tübingen, « Biblio 17 », 1993).

13 Paris, G. Martin, 1685.

14 Eloge historique du Parlement de Paris, s. l.

15 Je renvoie à « Appareil et apparat : le discours cérémoniel en son lieu », cité à la note précédente, en particulier p. 239-243.

16 Augustissimo Galliarum Senatui..., Paris, G. Martin, 1685, p. 34. La traduction, à une époque où l’éloge de Louis-le-Grand n’est plus ubiquitaire, efface les mises en relief typographiques : « La personne que Louis le Grand, si sçavant à apprécier les choses & les hommes, a mis à la tête de cet auguste Corps, l’illustre Potier, dont le choix du plus judicieux des Princes peut seul faire l’éloge... »

17 M. Fumaroli, « La Coupole », Les Lieux de mémoire, P. Nora éd., Paris, Gallimard, t. II, 1986, vol. 3, p. 38.

18 Recueil des Harangues prononcées par Messieurs de l’Académie françoise (Paris : J.-B. Coignard, 1698), p. 516. Charpentier évoque, l’année suivante, le portrait que le Roi a offert à l’Académie, et qui le représente, non en guerrier, mais tenant le sceptre et la main de justice.

19 Les Panégyriques du Roi, op. cit, p. 161. Ce zèle, et ce regret, Charpentier ne les perdra pas. Pour avoir lu en séance publique le 5 mai 1691, en l’absence du directeur de la Compagnie, un compliment sur la conquête de Mons qu’il aurait adressé au Roi s’il eût été directeur et que ce dernier eût reçu des compliments, Charpentier provoque un raidissement des règlements de la compagnie — les orateurs désireux de prononcer des pièces de leur composition (discours, poèmes, etc.) à la fin des séances publiques, normalement consacrée à cette activité, devront désormais s’abstenir d’aborder les sujets qui reviennent aux officiers en place et soumettre leurs textes à des confrères, pour approbation. Sur cette affaire, voir P. Zoberman, Les Cérémonies de la parole, p. 49-51.

20 Sur le déroulement de ce discours, voir la note suivante.

21 En particulier à la Bibliothèque Méjanes, Ms 686. Voir aussi Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 1446 (1069). On y trouve consigné en détail le déroulement de l’oraison doctorale dont il vient d’être question.

22 C’est ce qui permet peut-être de distinguer un sermon ordinaire, et le Carême du Louvre, par exemple...

23 La pompe funèbre semble avoir partie liée avec la prétérition. Peter Bayley souligne l’emploi que Bossuet en fait dans l’exorde de son Oraison funèbre du Père Bourgoing. Il y voit un phénomène lié à la pointe, dont il étudie précisément l’art chez Bossuet (« The Art of the “pointe” in Bossuet », dans The Equilibrium of Wit. Essays for Odette de Mourgues. P. Bayley éd., Lexington, Kentucky, French Forum Monographs, 1982, p. 273). Si le contexte chrétien impose, comme les valeurs académiques, une révision de la hiérarchie axiologique, la hiérarchie sociale de l’Ancien Régime présente incontestablement l’aspect d’une convenance universelle incontournable. Comme le souligne P. Bayley, la prétérition, sous la plume d’un bon orateur, permet de résoudre avec esprit la contradiction. Mais la fréquence de son emploi suggère aussi qu’on a affaire à un procédé quasi cliché. Fléchier, entre autres, y a recours pour ébaucher l’oraison funèbre de Julie d’Angennes, duchesse de Montausier, qu’il n’aura pas besoin de faire, étant donné la qualité de ses auditrices, sœurs de la défunte, toutes deux abbesses : « Si j’avois à parler devant des personnes que l’ambition ou la fausse gloire attachent au monde, je m’accommoderois à leur foiblesse, & à la coutume ; & relevant la naissance de notre illustre Duchesse, j’irois leur chercher dans l’histoire ancienne les sources de la noble famille d’Angennes, dont la gloire, la grandeur, & l’ancienneté sont assez connues. Je descendrois jusqu’aux derniers siècles, où l’on a vu tout à la fois cinq frères de cette illustre maison, trois Chevaliers des Ordres du Roi, un Cardinal, & un Evêque, tous Ambassadeurs en même temps, qui remplissoient de l’éclat de leurs vertus differentes presque toutes les Cours de l’Europe. [...] Mais oserois-je, Mesdames, vous entretenir d’une gloire à laquelle vous avez renoncé ? Ne sçay-je pas qu’ayant abandonné le monde pour mener une vie plus sainte & plus cachée, dans la retraite, vous ne prétendez plus qu’à l’honneur d’être de la famille de Jésus-Christ ? » (Recueil des oraisons funèbres prononcées par Messire Esprit Fléchier, eveque de Nismes (Paris, Desaint et Saillant, 1749, p. 9-10).

24 L’épisode est consigné dans les registres de l’Académie (Registres de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1895, t. I (1672-1715), p. 116). Quinault, directeur, rapporte le fait à ses confrères et le passage qu’il a improvisé figure dans les registres.

25 Au-delà des conflits de valeurs que la prétérition permet souvent de neutraliser, comme on vient de le voir.

26 Mercure galant, Octobre 1679, 1re partie, p. 34.

27 Ibid., p. 37-38.

28 En tant que notable local, mais surtout en tant que membre de l’élite, l’orateur jouit d’un capital de confiance qui fait que des discours apparemment atypiques rencontrent malgré tout le succès, du fait d’une sorte de préjugé de compétence. Sur ce point, voir P. Zoberman, « Éloquence et notabilité : le cas de Barrême de Manville », XVIIe siècle, no 191, avril-juin 1996.

29 Mercure, décembre 1678, p. 180-182.

30 On peut toutefois se demander si, sans que les académiciens changent de salle pour leurs séances publiques, l’insistance sur le portrait, en 1688 et 1689, n’indique pas qu’on a apporté une modification à l’organisation de la décoration.

31 On sait à quel point la montée en puissance des groupes bourgeois s’est heurtée, dans l’histoire de l’Ancien Régime, à des réactions nobiliaires, dont on peut trouver des manifestations symboliques dans les édits sur le luxe, et plus concrètes dans les procès pour usurpation de noblesse.

32 Sur le mérite des lettres et cette revendication des académiciens, voir P. Zoberman, « Le Cardinal de Richelieu, protecteur des lettres dans les discours de l’Académie française », dans L’Âge d’or du mécénat (1598-1661), éds. R. Mousnier et J. Mesnard, Paris, Éditions du C. N. R. S., 1985. Pour une présentation rapide de l’auto-représentation parlementaire, voir P. Zoberman, « Éloquence d’apparat et représentation institutionnelle : pouvoir du magistrat et autorité de l’orateur », The Romanic Review, no 79, 2, March 1988. On trouvera plus d’illustrations, à propos de divers milieux institutionnels, dans Les Cérémonies de la parole, op. cit.

33 Depuis la journée d’étude sur les mises en scène de la parole qui est à l’origine de ce texte, j’ai publié plusieurs articles sur la propagande louis-quatorzienne et la distinction que j’établis ici entre propagande proprement dite et élaboration d’image, dans la perspective d’une meilleure intelligence du développement d’un culte de la personnalité dont l’administration de Louis XIV me paraît représenter une forme primitive — primitive en ce sens qu’elle ne dispose pas des moyens techniques sur lesquels ont pu s’appuyer les régimes totalitaires récents ou contemporains. Pour une présentation plus détaillée et une réflexion plus approfondie sur ce sujet, voir « Eloquence and Ideology : Between Image and Propaganda », Rhetorica, no XVIII, 3, Summer 2000 ; « Public Discourse, Propaganda, and Personality Cult under Louis XIV », The Public, no 8, 2001, 3 ; « L’Éloge royal entre image et propagande », [in] L’Éloge du Prince. De l’Antiquité au temps des Lumières, éd. I. Cogitore et F. Goyet, Grenoble, ELLUG, Université Stendhal de Grenoble, 2003.

34 La notion de culte de la personnalité offre précisément, me semble-t-il, l’avantage de suggérer des points communs sans tomber dans l’anhistoricité impressionniste.

35 L’inauguration d’une statue du Roi dans les jardins de l’Hôtel-de-Ville accompagne celle de l’Académie — la salle réservée à la séance inaugurale de l’Académie est un pavillon situé dans les mêmes jardins et l’on y a également installé un buste du Roi — et l’inauguration de la statue est l’occasion d’illuminations et de décorations. Une sorte de relation métonymique s’établit, le public de l’inauguration académique n’ayant qu’à sortir sur la terrasse pour en profiter. Institution royale, l’Académie n’a obtenu qu’à grand peine ce qu’on pourrait appeler son agrément. Il n’en est que plus nécessaire de sceller son caractère d’Académie royale par la présence d’une représentation de son royal patron. Après la lecture de différents textes relatifs à la création de l’Académie, l’éloquence entre en jeu, avec le discours de l’intendant de Nointel, qui préside la séance, et qui, par sa fonction, représente Sa Majesté, (dont la présence sature ainsi, si l’on songe au buste et à la statue, la cérémonie) et finalement la réponse de Gourreau, conseiller honoraire au présidial, doyen des échevins perpétuels. Après l’inauguration de la statue, qui implique un déplacement vers la terrasse, les célébrations se poursuivent avec un régal à l’Hôtel-de-Ville, durant lequel la cathédrale et l’Hôtel-de-Ville s’illuminent. Un feu d’artifice clôt les célébrations. Voir « Séance d’inauguration (1er juillet 1686) » dans Mémoires de la société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, éd. Uzureau, 1903. Les rampes de l’escalier de l’Hôtel-de-Ville sont illuminées de bas-reliefs « où l’on avait représenté les actions les plus éclatantes de notre monarque et celles entre autres qui font les sujets des deux prix proposés par la ville : Le triomphe de l’hérésie et le nouveau canal de la rivière Eure ».

36 Riqueti, Panegyrique de S. Louis Roy de France, Paris, 1689, « Épître », n. p.

37 Les Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, op. cit., p. 173.

38 Sur ce point, voir Les Cérémonies de la parole, Ire partie, ch. II, « Les Académies de province », en particulier p. 253 sq.

39 C’est la stratégie d’un certain « Delmas, Avocat du Roy au Presidial, & Senechal de Roüergue », dont le Mercure cite un discours : « Les Princes, dans quelque élevation qu’ils soient, ne sont point à couvert de ces atteintes, & quelque tendresse qu’ils ayent pour leurs Sujets, ils ne trouvent souvent dans leur esprit que de la douleur, dans leur cœur que de l’ingratitude, & dans leur bouche que du murmure, dés qu’une conjoncture malheureuse telle qu’est la guerre (effet funeste plus souvent d’une fatalité inévitable, que de leur délibération) les necessite d’exiger d’eux les secours qu’ils leur doivent, & qu’ils ne demandent pour l’ordinaire, que pour la défense & le propre interest de ces ingrats.
Les François seuls ne sont point capables d’un sentiment si injuste & si condamnable. Leur amour pour leur Prince, non seulement les tient dans une obeissance & dans une soumission qui fait leur plaisir & leur joye, mais il enchaisne leurs cœurs d’un lien encore plus fort & plus etroit ; & quoy qu’ils ayent quelquefois apperceu de loin les maux que la guerre cause, ils l’ont toujours trouvée si juste, qu’ils n’en ont pris que plus de cœur & plus d’indignation contre les Ennemis de l’Etat, qu’ils ont regardez comme les seuls auteurs de ce qui pouvoit alterer le repos de leur vie » (Mercure, juin 1692, p. 9-11 ; italiques Pierre Zoberman).
Pour des exemples concrets, je renvoie à « Eloquence and Ideology », article cité supra. Même si le Panégyrique de Tallemant sur la campagne de Flandre en 1677 expliquait le fait que le Roi s’était mis en campagne de manière précoce par le désir du Monarque d’assurer les semailles et, par conséquent, les moissons, il s’agissait moins de défendre une décision, une ligne de conduite que de généraliser, à partir du trait de bonté individuel, et de présenter la bonté toute paternelle du Monarque à l’égard de ses sujets. Ici, au contraire, l’explication apparaît comme un argument pour obtenir l’adhésion concrète à une politique militaire (et la rentrée des impôts), effet éthique bien différent de la croyance en la grandeur du Monarque.

40 Voir, par exemple, Les Fastes de Louis le Grand, publiés en 1694, temps d’épreuves. Le lecteur invité à lire le bonheur du royaume en 1662, peut inférer que les efforts militaires s’accompagnent de la générosité royale :
« Fev. 27. Le Roy fait enregistrer au Parlement la donation que Charles IV. Duc de Lorraine, luy fait de ses Estats.
Mars 24. La France demeure en possession de la préseance qui luy est cedée par Philippe IV.
Avril 27. Ligue défensive avec les Hollandois.
Juin 5. Celebre Carousel.
Août 20 Attentat des Gardes Corses du Pape, sur Mr. de Crequi, Ambassadeur de France à Rome.
Nov. 27. Dunkerque retiré des mains des Anglois, en le racheptant.
Dec. 2. Louis, aprés avoir repris Mardic, visite ensuite Dunkerque.
Soins & précautions du Roy sur la cherté des vivres. » (Du Londel, J.-E., Les Fastes de Louis le Grand, Rouen, J. M. Besonge, 1694, p. 12-13).
On ne s’étonnera pas de constater qu’il s’agit d’un texte publié en province. On pourra comparer avec la péroraison du Sermon du mauvais riche que Bossuet a composé pour le deuxième dimanche du Carême du Louvre (1662), et qui, tout en reconnaissant la générosité de son royal auditeur, et ce qu’il a déjà fait pour ses sujets, l’invite à travailler encore au soulagement de leurs souffrances : « Qui nous donnera que nous entendions le plaisir de donner la vie ? [...] Sire, Votre Majesté aime ce plaisir ; elle en a donné des marques sensibles, qui seront suivies des plus grands effets. C’est aux sujets à attendre, et c’est à vous à agir ; eux-mêmes ne peuvent pas tout ce qu’ils veulent, mais ils rendront compte à Dieu de ce qu’ils peuvent. C’est tout ce que l’on peut dire à Votre Majesté. Il faut dire le reste à Dieu, et le prier humblement de découvrir à un si grand roi les moyens de satisfaire à l’obligation de sa conscience, de mettre le comble à la sa gloire et de poser l’appui le plus nécessaire de son salut éternel. » (Bossuet, Sermons. Le Carême du Louvre. Constance Cagnat-Lebœuf éd., Paris, Gallimard, « Folio classique », 2001, p. 110).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search