Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène de la parole aux XVIe et XVIIe siècles

Présentation

Gilles Siouffi et Bénédicte Louvat-Molozay

Texte intégral

1C’est un fait désormais bien connu : l’une des caractéristiques majeures de la fin du XXe siècle, dans les sociétés occidentales, aura été la médiatisation de la parole — outre celle, évidente, de l’image. Après plusieurs siècles d’un règne écrasant de l’écrit dans la diffusion des idées, des opinions, des prises de décision, nous devons nous habituer, aujourd’hui, à ce que la parole médiatisée (par la télévision, la radio, etc.) soit l’outil privilégié — et parfois unique — d’accès à ces mêmes connaissances pour des millions de personnes. Cette révolution dans les usages pose naturellement un problème, auquel nous ne sommes pas nécessairement préparés. La parole a un pouvoir, un enjeu, différents de ceux de l’écrit. Qu’investissons-nous dans la parole que nous ne puissions pas reconnaître dans l’écrit ? Pourquoi une société donnée, dans un contexte donné, lui donne-t-elle cette place ? Faut-il croire en une efficacité particulière de cette médiatisation ? Quelles attitudes avoir vis-à-vis de la parole détournée, reprise, véhiculée ? Ces questions, nous ne pouvons que nous les poser, aujourd’hui, à chaque fois que nous regardons un journal télévisé, un débat, ou que nous entendons repris, à la radio, les propos tenus par une tierce personne.

2Le présent volume voudrait se donner, en partie au moins, comme une enquête historique sur quelques-uns des antécédents à cette médiatisation aujourd’hui si massive. Il se propose d’aller poser à des époques qui précèdent, précisément, la grande prédominance de l’écrit comme moyen de diffusion, les questions qui nous préoccupent aujourd’hui touchant à la parole. Si la seconde moitié du XXe siècle se distingue, comme on a parfois pu le dire, par l’apparition d’une certaine « lassitude » vis-à-vis de l’écrit (encore le phénomène fait-il l’objet de grands débats, et les problématiques se trouvent-elles par ailleurs renouvelées par l’apparition de l’Internet), le XVIe siècle et une bonne part du XVIIe siècle n’ont pas connu la généralisation de cette « culture de l’écrit » qui envahira l’Europe au cours du XVIIIe siècle. À ces époques modernes de notre histoire (par opposition à l’Antiquité), on vit encore beaucoup dans une culture de l’oral, que celle-ci soit marquée par son enracinement populaire, ou par la permanence des traditions rhétoriques. Ces époques sont encore familières de la manière dont la parole peut être traitée pour que son usage soit véhiculaire, et non pas seulement privé.

3Ainsi, entre l’héritage laissé par l’Antiquité et la fin du XVIIe siècle, siècle de l’éloquence, mais aussi de la popularisation du livre, la parole a fait l’objet de spectaculaires traitements médiés, que ce soit dans le théâtre, l’opéra, l’écriture littéraire, politique ou historique. Mais elle a aussi pour ainsi dire « régné » en société, dans la diversité des usages et des pratiques. Les XVIe et XVIIe siècles auront été, à bien des égards, des siècles extraordinairement bavards, des mondes de la parole. De ces formes si vivantes de la présence, la partie essentielle, l’« ici et maintenant », est à jamais perdue. Ce qui nous reste, d’une certaine façon, ce sont les mises en scène de la parole.

  • 1 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

4Mise en scène : le mot, bien sûr, n’est pas d’époque ; on le date d’aux environs de 1800. Il n’est pas non plus totalement adapté. Pour nous, dans son sens propre, scénographique, le mot renvoie d’abord au dispositif matériel — costumes, décors — qui entoure la préparation d’un spectacle. Immanquablement, il évoque le registre du théâtre. Mais nous l’avons jugé plus large de potentialités que médiatisation. Disons que, sans lui retirer son sens proprement théâtral, nous le ferons s’appliquer aussi à l’ensemble des processus de représentation, d’actualisation, d’institutionnalisation de cette parole-medium que l’on a pu opposer à l’écrit. Nous n’exclurons pas non plus le sens de ritualisation auquel fait appel Erwin Goffman lorsqu’il parle de « mise en scène de la vie quotidienne1 ».

5Les XVIe et XVIIe siècles n’ont pas eu nos médias, mais ils ont eu d’autres manières de mettre la parole à distance, de l’encadrer, de la scénographier. Ils ont connu à leur manière des problématiques qui se posent aujourd’hui dans le cadre de la médiatisation : problématique du discours rapporté, par exemple, du changement énonciatif, problématique de la réglementation des régimes de parole... Ces phénomènes ont clairement joué un rôle dans l’organisation de la société civile. Les époques dont nous parlons n’ont-elles pas préparé les fonctionnements qui vont faire vivre notre « jeu », aujourd’hui ? Si elles ne disposaient pas de médias, elles travaillaient des genres de la parole, par le biais desquels elles ont pu mener une réflexion déjà moderne, distincte du canon de pensée qui avait été hérité de l’Antiquité. Genres où la parole est présente en creux, sous forme d’inscriptions, de traces ; genres où elle est au contraire décrite, soumise à l’analyse ; genres enfin où elle est animée, révélée dans tout son potentiel, projetée sur le devant de la scène. Riches encore d’une tradition rhétorique qui s’est transmise en droite ligne depuis l’Antiquité, ces siècles ont beaucoup à nous apprendre sur ce qui nous semble une spécificité contemporaine.

6De cette tension entre parole et écrit qui paraît si décisive dans les cultures modernes, une partie de l’histoire reste probablement encore à faire. C’est que, dans chaque contexte où elle se manifeste, cette tension présente une éminente signification politique. La création d’un dispositif collectif à partir d’une parole individuelle est un acte politique qui engage non seulement l’individu, mais surtout l’univers de réception qui va donner sens à ce dispositif. Aujourd’hui, nous sommes habitués, dans le cadre de la médiatisation, à ce qu’une parole individuelle sollicitée, en réaction à un événement par exemple, perde sa signification première d’énonciation singulière pour s’inscrire dans une dynamique plus large, dynamique que l’invite à rejoindre, précisément, la médiatisation. Le dispositif donne à la parole une valeur symbolique, emblématique, qui s’exerce à rebours de la singularité. La parole individuelle devient-elle alors interchangeable ? L’effet de sens qui est dégagé n’est pas loin de le laisser supposer, lorsque les injonctions tacites qui sont formulées vis-à-vis de l’individu — injonctions de spontanéité, par exemple — privent celui-ci de tout exercice possible de la rhétorique pour le soumettre entièrement aux pouvoirs du dispositif. Curieuse disqualification de la rhétorique que celle qu’on observe aujourd’hui — disqualification qui fait problème, puisque, d’une part elle fragilise les possibilités de vraie parole politique, et d’autre part elle contraint l’individu à se chercher dans la communication les recettes dont, malgré tout, il a besoin pour se défendre.

  • 2 On pense, bien sûr, à Ce que parler veut dire de P. Bourdieu (Paris, Fayard, 1982) ; et plus récemm (...)

7De ce point de vue, il n’est pas très étonnant que les époques qui ont instauré les dispositifs de mise en scène de la parole soient restées relativement discrètes sur leurs enjeux. Ceux-ci, clairement, font partie des impensés de la culture moderne, impensés qui permettent qu’on continue à considérer la parole comme « libre ». La création d’un sens, par le fait même de la mise en scène de la parole, notamment, est un phénomène rarement décrit avant le XXe siècle, même s’il est dans les faits fréquent. C’est à cette forme d’archéologie particulière que nous voudrions nous atteler ici, stimulés que nous avons pu l’être, depuis quelques décennies, par les écoles linguistiques de la pragmatique, de l’analyse du discours, autant que par certains travaux émanant d’autres champs, comme l’histoire, la sociologie, ou les sciences politiques2.

  • 3 Pascal, De l’esprit géométrique, Paris, GF, 1986, p. 86.
  • 4 Ibid., p. 85. voir E. Danblon, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et d (...)

8L’interrogation sur le pouvoir, qui, on le sait, est constante au XVIIe siècle, est alors susceptible de rejoindre les questions qu’on formule traditionnellement dans le champ de la théorie littéraire — questions de l’artifice dans le genre théâtral, du pouvoir de la scène et du discours rapporté dans le roman, du rapport de l’histoire à la parole. Le XVIIe siècle a déplacé de façon explicite les cadres dans lesquels on se représentait la parole, cessant de la considérer comme un phénomène naturel pour la soumettre à la nécessité d’un art (l’« art de parler ») ou d’un dispositif (l’« âge de l’éloquence » et des « Belles-Lettres »). On peut voir là l’aboutissement logique de phénomènes préparatoires dans les siècles qui ont précédé. Explicitant pour la première fois en termes aussi clairs les enjeux politiques de la rhétorique, Pascal, prolongeant la réflexion de Montaigne, estime qu’il ne peut y avoir mise en œuvre de la parole sans un rapport quelconque avec ces « puissances qui nous portent à consentir3 » vis-à-vis desquelles il éprouve fascination et répulsion. Pour lui, « l’art de persuader a un rapport nécessaire à la manière dont les hommes consentent à ce qu’on leur propose, et aux conditions des choses qu’on veut faire croire4 ».

9La modernité de cette position nous invite à essayer de relire la « parole » de l’âge moderne et pré-moderne, non tant dans son contenu et dans sa posture polémique que dans son mode d’être, dans la manière, surtout, dont, par une mise en scène quelconque, elle a pu essayer de survivre à l’ici-et-maintenant qui, fondamentalement, la fait vivre, pour acquérir un sens second. Sans doute ce travail ne peut-il se mener que par le biais d’une étude très précise de chaque dispositif, de chaque cas, particulier, où la parole est convoquée. C’est pourquoi cet objet d’étude est particulièrement propre à motiver une entreprise collective, nourrie par les regards « de près » que, dans les différents domaines impliqués, chacun peut avoir sur des objets très circonscrits.

  • 5 Les interventions et articles concernant le Moyen Âge, qui devaient initialement prendre place dans (...)

10Les textes qu’on trouvera rassemblés ici sont le fruit d’un séminaire initié en 1999 par la composante « baroque » de l’équipe Marenbar (Moyen Âge, Renaissance, Baroque) de l’Université de Montpellier III puis élargi à l’ensemble de l’équipe et poursuivi jusqu’en 2001 sous la forme de journées d’études5. Nous avons enfin choisi, pour compléter le volume, de solliciter quelques contributions supplémentaires, destinées à étoffer les aspects qui nous semblaient avoir été laissés quelque peu dans l’ombre. Le séminaire du Marenbar était à la fois pluriséculaire et interdisciplinaire ; et si certaines des communications prononcées lors des journées d’études ont trouvé place ailleurs que dans ce volume, ce dernier garde néanmoins trace de ce croisement des siècles, des disciplines et des éclairages. On lira donc ici des contributions majoritairement issues de la littérature, mais également de la linguistique, de la philosophie, de l’histoire et de la musicologie...

  • 6 M. Fumaroli, L’Age de l’éloquence, Genève, Droz, 1980 ; A. Kibedi-Varga, Rhétorique et littérature, (...)
  • 7 On pense à la monumentale Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, éd. M. Fumaroli, Paris, (...)

11À vrai dire, le champ d’étude que nous faisions nôtre en 1999 était loin d’être vierge. Il est difficile de citer ici tous les travaux récents qui ont porté sur l’art de la parole dans les sociétés modernes et pré-modernes, sur l’influence de la rhétorique sur la littérature, ou sur les rapports, de concurrence ou de complémentarité, entre l’oral et l’écrit. La recherche en littérature, après s’être concentrée sur le seul texte et sur sa lecture silencieuse, se tourne délibérément, depuis maintenant une vingtaine d’années, vers cet autre versant du texte qu’est la parole, décisif pour les époques qui nous intéressent. Et le fait le plus remarquable, pour qui se penche sur la bibliographie portant sur la question, est sa diversité : d’un côté, en effet, le continent de la rhétorique, « redécouvert » après les travaux de M. Fumaroli et de A. Kibédi-Varga sur la Renaissance et le XVIIe siècle6, consciencieusement arpenté et cartographié depuis7, et dont la partie la plus récemment mise en valeur concerne l’actio ; de l’autre, des travaux plus divers, éclairant tel ou tel aspect de la parole en la rattachant à l’un de ses corollaires, ou de ses antonymes (ou supposés tels), et dont on peut considérer qu’ils trouvent, au moins en creux, leur unité dans une certaine mise à distance de l’appareil rhétorique et de sa toute-puissance.

12En marge des interrogations sur la rhétorique, on observe qu’il y a eu dans la recherche récente une attention de plus en plus grande accordée à la dimension la plus concrète et la plus physique de la parole et de sa réception, dont témoignent par exemple les travaux de J.-Ph. Salazar sur la voix (Les Théories de la voix au XVIIe siècle, Champion, 1994) ou de S. Chaouche sur l’actio au théâtre (L’art du comédien. Déclamation et jeu scénique en France à l’âge classique (1629-1680), Champion, 2001). À ces titres, il faut ajouter de nombreux ouvrages collectifs ou numéros de revue manifestant l’intérêt qu’ont revêtu, pour la communauté des chercheurs, les questions de la mise en voix (ou en musique) du texte littéraire, du lieu de sa profération ou de son écoute. Sans prétendre à l’exhaustivité, on retiendra notamment les numéros de XVIIe siècle et de Littératures classiques respectivement consacrés à la «Rhétorique du geste et de la voix à la Renaissance » (1986) et à « la voix au XVIIe siècle » (1990), le collectif Par la vue et par l’ouïe. Littérature du Moyen Âge et de la Renaissance (éd. M. Gally et M. Jourde, E.N.S. Éditions, 1999) ainsi que celui intitulé « À haute voix ». Diction et prononciation aux XVIe et XVIIe siècles (éd. O. Rosenthal, Klincksieck, 1998). On choisira d’évoquer encore les travaux se situant à la croisée de la littérature et de la musicologie et qui ont profondément renouvelé l’étude de la poésie de la Renaissance en prenant au sérieux la formulation, maintes fois émise par les poètes eux-mêmes, de la vocation véritablement musicale du discours poétique : après Musique et poésie au XVIe siècle (éd. J. Jacquot, C.N.R.S., 1954), un ouvrage est venu renouveler, presque cinquante ans plus tard, les perspectives dégagées, Poetry and Music in the French Renaissance (éd. J. Brooks, Ph. Ford et G. Jondorf, Cambridge French Colloquia, Cambridge, 2001).

13C’est que, on le voit, la notion de « mises en scène de la parole » (ou son traitement critique) ne se décline pas de la même manière à la Renaissance et au XVIIe siècle et se trouve avoir partie liée — c’est du moins ce qui apparaît de la manière la plus évidente — avec la couleur générique dominante de la période, la poésie pour la Renaissance, le théâtre et l’influence du modèle théâtral ou la « théâtralisation » de la société au XVIIe siècle par exemple. Cette spécificité propre à chaque période n’a cependant pas constitué, à l’origine, le point de départ du séminaire d’où est issu le présent ouvrage.

14Rapidement en effet, nous avons dégagé quelques grandes lignes de réflexion, autour desquelles pouvait s’organiser le travail. Il nous a d’abord paru utile de s’intéresser aux genres, ou formes littéraires qui furent explicitement rattachés à des emplois de la parole : théâtre, dialogue, sermon, harangue, discours d’apparat, oraison, etc. Ces genres ont pour une bonne part disparu aujourd’hui, ou se sont métamorphosés de façon significative, quand ils n’ont pas « migré » dans d’autres genres apparus depuis.

15On a pu aussi essayer d’envisager tous les mécanismes par lesquels il a pu y avoir greffe de la parole dans des textes écrits : discours rapporté dans le roman, fables, chansons de geste, poèmes, recueils d’anecdotes, textes hagiographiques ou biographiques... On sait que, très tôt, l’une des missions de l’écrit a été de garder un souvenir de cette parole à jamais « volante », exposée aux pouvoirs destructeurs du temps. Lorsqu’on s’y intéresse d’un peu plus près, on découvre que très nombreux ont été les textes écrits, du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle, qui se nourrissent d’un dialogue avec la pratique orale et qui, pour tout dire, « mettent en scène » de la parole. En marge de l’intertextualité qui constitue l’une des dimensions constitutives de la production du texte écrit, la tension présente entre la fixation scripturaire et la praxis toujours renouvelée de la parole, déplaçant ses enjeux au fur et à mesure qu’elle s’efface, constitue un axe fécond d’approche de certains textes de l’orée de l’époque moderne. C’est une forme spécifique de textualité qui doit par là être étudiée, en même temps que se trouve fatalement interrogée la relation à une expressivité différente. L’enjeu de l’inscription, en elle-même, peut aussi faire l’objet d’une attention particulière.

16Enfin, a particulièrement retenu notre attention la réflexion que l’époque baroque a menée autour de l’actio, dimension très travaillée par les spécialistes antiques de la rhétorique. L’actio est en elle-même mise en scène de la parole. À ce titre, elle ne peut que nous intéresser : elle est déjà une ébauche de réflexion sur ce qui, dans la parole, peut être mis en scène. Aussi l’époque baroque lui a-t-elle accordé une place privilégiée, en lui assignant des lieux nouveaux, distincts de l’actio politique constitutive de la vie romaine : lieux religieux (au travers de la prédication), lieux de spectacle (théâtre et opéra, où règnent la déclamation, la gestuelle, les décors), lieux de civilité (par le biais d’un encadrement inédit de la pratique de la conversation, par exemple). À cette présence éclatante de l’actio dans la vie civile, on pourrait ajouter l’importance de sa représentation, dans les genres « muets » que sont les Beaux-Arts. Nombreuses sont les situations de parole représentées à l’âge baroque, situations où le spectateur est fait témoin privilégié du moment où un homme — orateur ou pas — a eu une force de persuasion particulièrement significative.

17De manière générale, le problème de la représentation a souvent été, bien entendu, mis en avant pour caractériser l’époque baroque. Un point commun qui relie notre époque à l’époque baroque est à l’évidence l’importance prise par les dispositifs, qui encadrent les manifestations publiques des opinions et des affects. C’est à ce titre que la mise en scène pourra être rapprochée de la médiatisation. Étudier ces dispositifs, concrets, physiques, institutionnels, ou présents tacitement sous la forme de valeurs, c’est peut-être se donner la chance de comprendre un peu mieux pourquoi une idée, une opinion, une sensibilité, ne naît pas toute armée de la pure individualité. La parole, de ce point de vue, est emblématique. À l’origine, elle peut être comprise comme le symbole même de la singularité. Un texte peut n’être signé de personne, ou de plusieurs auteurs : il peut être « désembrayé », comme on dit aujourd’hui, séparé de son énonciateur. La parole, au contraire, est nécessairement personnelle, individuelle, voire subjective. S’intéresser à la parole, c’est fatalement s’intéresser à son énonciateur. Pour autant, la réception publique de la parole ne peut être ainsi sans cesse rapportée à une dimension personnelle, sans quoi rien ne serait politique, mais seulement inter-subjectif. C’est pourquoi toute société doit, à un moment donné de son histoire, rechercher des moyens de mettre en scène la parole, de manière à contourner, précisément, cette dimension individuelle irréductible.

18Si nous devions essayer de définir la spécificité du présent ouvrage, son propos, la place que nous lui imaginons dans le champ, vaste et multiforme, des travaux évoqués précédemment, peut-être faudrait-il la faire tenir dans la relation qui s’est établie pour nous, au fil des séances et des années, entre des objets et des champs de réflexion à première vue disparates, et tout particulièrement entre les usages contemporains de la parole médiatisée et ceux que le passé nous donnait à observer. Il s’est aussi agi de confronter les pratiques de mise en valeur, de ritualisation, de scénographie ou d’instrumentalisation de la parole et la définition de la parole même comme mise en scène (de soi, de sa vision du monde, de sa confession...).

19Les textes qu’on va lire ont été rassemblés par siècle, mais entretiennent de nombreux échos au delà des frontières séculaires. Ainsi trois d’entre eux trouvent leur unité autour du genre théâtral, tragédie humaniste ou classique pour les communications de Michel Bideaux et Bénédicte Louvat-Molozay, tragédie lyrique pour l’étude d’Annick Fiaschi-Dubois. La première et la dernière abordent, par des voies nécessairement différentes, eu égard au nombre et à la précision des témoignages conservés, la question de la mise en scène effective de la parole théâtrale ou lyrique, par exemple en recensant et analysant les didascalies, explicites ou implicites, que recèlent les textes ou les partitions. La communication de B. Louvat-Molozay est consacrée à la représentation (verbale ou picturale) et à l’utilisation dans la tragédie cornélienne d’une parole spécifique, la parole oraculaire, laquelle se fait rarement entendre directement sur la scène théâtrale. De ce point de vue, on pourra mettre en relation ce texte avec celui de P. Demougin qui, même s’il n’est pas exclusivement dévolu à son illustration théâtrale par J. de La Taille, s’attache à un cas particulier de mise en scène d’une parole elle aussi ambiguë, mais dont l’ambiguïté tient essentiellement à une interrogation sur la nature, humaine ou démoniaque, de son énonciateur : la prophétie de Saül, parole biblique qui se laïcise progressivement, par le biais de l’analyse rhétorique et du traitement théâtral.

20À la croisée des deux déclinaisons principales du thème, à savoir la mise en scène comme actualisation, au besoin chantée, de la parole, et l’instrumentalisation, politique ou religieuse de cette parole (et de son actualisation), on trouvera deux textes : celui de Nicolas Lombart, qui s’est penché sur un recueil de cantiques publié par le dominicain Pierre Doré à l’occasion de l’Entrée du roi Henri II et de la reine Catherine à Paris les 16 et 18 juin 1549 et met en lumière l’utilisation qui est faite du lyrisme poétique et musical pour proférer un véritable discours au roi et s’inscrire dans la controverse religieuse. Et celui de Pierre Zoberman consacré à ce qu’il nomme la « parole cérémonielle » ou l’éloquence d’apparat, à savoir ces discours hautement ritualisés qui rythment (et célèbrent) la vie des institutions de l’Ancien Régime, et notamment des académies, texte qui éclaire à la fois le contexte (iconographique notamment) dans lequel sont proférés ces discours et la mise en scène du pouvoir royal dont ils sont toujours porteurs. C’est à une analyse similaire que se livre également Marc Escola, à partir du corpus des fables que La Fontaine choisit d’inscrire, en prose, dans la Vie d’Ésope qui constitue l’un des avant-textes des Fables et qui se retrouvent sous leur forme versifiée dans ces mêmes Fables ; le passage de l’une à l’autre forme donne en effet à penser non seulement la fable comme parole politique (ce qu’elle est ouvertement dans la Vie d’Ésope), mais les conditions d’exercice d’une telle parole politique, que le fabuliste pourra, au choix, faire entendre ou amuïr.

21On isolera enfin, pour la Renaissance et le XVIIe siècle, les communications de François Roudaut et de Véronique Duché-Gavet, consacrées toutes deux à des problématiques spécifiques, et celles de Gilles Siouffi et Delphine Reguig-Naya qui abordent, en des termes souvent très proches, un champ propre à la seconde moitié du XVIIe siècle. F. Roudaut s’attache en effet à la parole poétique ronsardienne telle qu’elle est représentée et surtout médiatisée par la figure, complexe, de Cassandre, figure amoureuse autant qu’incarnation mythique de la parole prophétique. Pour sa part, V. Duché-Gavet travaille sur un corpus méconnu de romans sentimentaux d’origine italienne ou espagnole et analyse les dispositifs narratifs qui permettent d’insérer des échanges verbaux et d’accueillir la parole amoureuse ou l’un de ses équivalents, physiques notamment. G. Siouffi et D. Reguig-Naya, l’un à partir d’un ensemble formé principalement des textes des « moralistes » de l’âge classique, mais accueillant aussi les recueils de conversations et textes sur la conversation de Madeleine de Scudéry ou les traités de savoir-vivre, l’autre exclusivement à partir des écrits de Port-Royal, éclairent, à rebours de la célébration consensuelle de l’» âge de l’éloquence », la dévaluation morale de l’usage de la parole qui a eu lieu dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Celui-ci devient détestable théâtre du moi, de l’homme dans ses excès et ses ridicules. En corollaire, on observe que nombreuses ont été les tentatives pour réglementer cet usage ou lui substituer d’autres modes de communication, au premier rang desquels l’écrit et la parole fragmentaire.

22Les sociétés fabriquent du sens, à travers cette confiscation permanente de la parole qu’elles opèrent vis-à-vis des individus. Mais ce sens, bien souvent, ne leur est pas immédiatement accessible, sauf peut-être quand, dans le cas d’une société totalitaire, il a été repéré, trié, mis en mots, soit pour être nié, soit pour être exalté — opération qui n’interdit d’ailleurs nullement à un autre sens d’apparaître. En formant le projet de cet ouvrage, nous avons imaginé qu’un semblable travail sur les « mises en scène de la parole » pouvait constituer l’ébauche d’une réflexion sur cette fabrique collective.

Notes

1 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

2 On pense, bien sûr, à Ce que parler veut dire de P. Bourdieu (Paris, Fayard, 1982) ; et plus récemment à C. Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Hautes études/Gallimard, Le Seuil, 2003.

3 Pascal, De l’esprit géométrique, Paris, GF, 1986, p. 86.

4 Ibid., p. 85. voir E. Danblon, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2002.

5 Les interventions et articles concernant le Moyen Âge, qui devaient initialement prendre place dans le présent volume, paraîtront ultérieurement dans un volume qui leur sera entièrement consacré.

6 M. Fumaroli, L’Age de l’éloquence, Genève, Droz, 1980 ; A. Kibedi-Varga, Rhétorique et littérature, Paris, Didier, 1970 ; rééd. Paris, Klincksieck, 2002.

7 On pense à la monumentale Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, éd. M. Fumaroli, Paris, PUF, 1999. Citons également les travaux de M. Meyer (par exemple Questions de rhétorique, Hachette, Le Livre de Poche, 1993).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search