Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Avant-propos

Marie Blaise

Texte intégral

  • 1 La question n’est pas nouvelle pour notre équipe et les études ici rassemblées sont le résultat de (...)

1Le second numéro de Lieux Littéraires/La Revue propose, pour cahier principal, la question de l’Histoire perçue non seulement comme articulation chronologique mais, en tant que phénomène littéraire, comme « rythme » ou, plutôt, partitions croisées de l’Histoire, de la Littérature et des formes de leur médiation, comprises ici dans l’acte, au sens large, de l’édition1.

2Nous avons vu là non seulement une manière de recomposer l’histoire de la littérature mais aussi d’aborder les phénomènes culturels spécifiques au xixe siècle. Le glissement de l’Histoire sur la scène de la fiction n’est pas simple affaire, conjoncturelle, de propagande ou de thèmes. Premièrement, elle est génératrice de formes. Les anciens maîtres du pouvoir historique deviennent les maîtres de l’énonciation dans les Mémoires (Damien Zanone) et la fascination dégagée par cette prose aristocratique alimentera le genre romanesque sur un terrain d’où le politique n’est jamais absent non seulement parce que la censure est courante mais aussi parce que les nouveaux modes de diffusion de la pensée lui imposent d’autres rythmes de composition (C. Saminadayar-Perrin). Le croisement de ces différents facteurs, chez Stendhal ou Nerval par exemple et très différemment, fait naître des rythmes de composition à la fois tributaires des contingences (F. Brunet) et revendiquant la contingence comme virtualité et volonté de puissance et de jouissance. Pour la première fois au cours de l’Histoire, la diffusion intervient directement dans la pensée de la forme (Joelle Gleize). Deuxièmement, ces rythmes étant eux-mêmes placés sous la nécessité marchande de l’universel et de l’égalité, héritée à la fois de la philosophie des Lumières et des tourmentes révolutionnaires, envahissent le terrain formel mais aussi la réflexion esthétique et éthique sous les figures de l’impersonnalité et de la rupture (F. Vinas-Thérond, S. Triaire, J. Pierre Vidal) que l’on considère habituellement comme les pôles de la modernité. Mais cette recomposition de l’histoire littéraire conduit également à penser différemment les dites ruptures de la modernité, à les analyser plutôt comme une nouvelle distribution du rapport de la tradition à l’invention ; c’est en cela, en particulier, que réside la grande question du rapport de l’auteur à l’autorité (M. Blaise). Elle permet de saisir comment la figure du poète a supplanté celle du roi (P. Laforgue à propos de Hugo) dans un sacre où la problématisation du pouvoir littéraire rencontre l’ambition romantique d’un art qui prenne la place et la fonction du religieux (P. Régnier, J.-F. Durand) pour le destin de l’homme comme pour celui de la cité. La littérature est alors non seulement sujet d’actualité (M. Fizaine) mais elle alimente l’actualité autant que l’actualité alimente la propre production littéraire dans un jeu de miroirs où la fascination le dispute à l’ironie, comme le montre le traitement du fait divers (E. Pillet) ou l’interaction entre le courrier des lecteurs et les romans d’Eugène Sue (J. Lyon-Caen), interaction dont l’informatique croit aujourd’hui détenir le brevet d’invention…

3Ainsi ces « partitions » croisées de l’Histoire et de la littérature relèvent-elles l’acte de naissance d’une culture qui se fonde sur la rupture et se reconnaît dans les figures du discontinu et dans la perte du passé en même temps qu’elles lui reconnaissent une généalogie qu’elle-même, imaginairement, se refuse.

4Le dossier sur la recherche constitue la seconde partie de la revue. Il est consacré aux nouvelles technologies, que M.-È. Thérenty s’est chargé de présenter, et nous avons voulu lui conserver le caractère polémique sans lequel cette rubrique ne saurait véritablement avoir un sens, tout en attendant de ceux qui avaient bien voulu se prêter à ce travail qu’ils rapportent tout autant le résultat d’une expérience que des réflexions ou des lois générales. Sur le plan même de la pratique de ces nouvelles technologies, il semble que soit nécessaire aux chercheurs une réflexion théorique. Mais la question est-elle bien nouvelle ? Cette rencontre, de la technique et de la science, n’a-t-elle pas eu lieu, en réalité, au xixe siècle qui a véritablement connu, lui, la mutation brutale des modalités de l’acquisition des savoirs, et pour qui la notion de création est inséparable de la question de la médiation : celle des conditions d’existence du texte tant matériellement, dans son support et sa diffusion, qu’essentiellement, du point de vue de cela même qui le constitue comme œuvre et lui offre sa place dans la culture ? ces nouvelles technologies ne sont-elles, alors, qu’une nouvelle partition offerte aux rythmes de l’Histoire ?

5Enfin, la troisième partie de la revue, consacrée aux « chantiers en cours », présente les travaux de deux jeunes chercheurs dont la recherche, aux deux pôles du siècle, et dans des éclairages et des approches méthodologiques différentes, s’oriente sur la notion de camaraderie littéraire : d’une part l’amitié de Rostand et de Renard (S. Ozil), d’autre part le petit Cénacle (Glinoer).

6La préparation des manuscrits et les corrections d’épreuve ont été effectuées au sein du C.E.R.D. par Marie Blaise, Gérard Siary, Marie-Ève Thérenty, Sylvie Triaire et Alain Vaillant.

Notes

1 La question n’est pas nouvelle pour notre équipe et les études ici rassemblées sont le résultat de deux réalisations complémentaires : pour une part, elles ont été présentées dans le cadre du séminaire organisé par le C.E.R.D. en 1998-1999, « Création littéraire et rythmes culturels au xixe siècle », pour l’autre lors du colloque « L’écrivain et l’imaginaire du pouvoir » qui s’est tenu à Montpellier les 19 et 21 novembre 1998. La seconde partie des interventions sera publiée dans le troisième numéro de cette revue, au printemps 2001.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter