Version classiqueVersion mobile

Le sang dans le roman anglais du XVIIIe siècle

 | 
Hélène Dachez

Le sang et le corps du personnage dans le roman anglais du XVIIIe siècle

Le sang et ses fonctions dans le corps des personnages romanesques

Texte intégral

1 Le sang et la circulation sanguine

  • 1 Ce mouvement de flux et de reflux est déjà présent chez Empédocle (André Pichot, « Introduction », (...)
  • 2 Galien, De l’utilité des parties du corps humain, Œuvres médicales choisies, éd. André Pichot, tra (...)

1Jusqu’à ce que William Harvey découvre la circulation du sang en 1616 et publie ses travaux en 1628 dans De Motu Cordis, on croit que le sang irrigue le corps grâce à un mouvement de flux et de reflux1. Les fonctions respectives des veines et des artères ne sont pas établies avec justesse. Selon Galien, dont les conceptions influencent encore considérablement les XVIIe et XVIIIe siècles, on l’a vu, « les veines ont été créés en vue de la génération du sang et pour le transmettre à tout le corps », alors que les artères servent « à entretenir la chaleur naturelle et à alimenter le pneuma psychique2 ». C’est seulement avec ce médecin que l’on découvre que veines et artères contiennent du sang qui irrigue tout l’organisme dans un flux circulaire et que le « pneuma », au sens de force vitale, n’existe pas indépendamment de cette humeur. William Harvey arrive à cette conclusion, iconoclaste au XVIIe siècle, en observant la grande quantité de sang qui transite par le cœur. Puisque la quantité de sang qui passe dans les artères en une demi-heure est plus importante que son volume total dans l’organisme humain, Harvey propose, dans le chapitre 8 de De Motu Cordis, l’explication suivante :

I perceived, that the veins should be quite emptied, and the arteries on the other side be burst with too much intrusion of blood, unless the blood did pass back again by some way out of the veins into the arteries, and return into the right ventricle of the heart [...]. I began to bethink my self if it might not have a circular motion, which afterwards I found true, and that the blood was thrust forth and driven out of the heart by the arteries into the habite of the body and all parts of it, by the beating of the left ventricle of the heart, as it is driven into the Lungs through the vena arteriosa by the beating of the right, and that it does return through the little veins into the vena cava, and to the right ear of the heart, as likewise out of the lungs through the aforesaid arteria venosa to the left ventricle. (58)

  • 3 Marcello Malpighi, De Pulmonis Observationes Anatomicae (Bonaniae, 1661).
  • 4 William Buchan, Domestic Medicine ; Or, a Treatise on the Prevention and Cure of Diseases by Regim (...)

2Bien que le médecin anglais décrive la circulation sanguine avec une précision remarquable, il faut attendre les travaux de Marcello Malpighi (1628-1694) pour que, grâce à un microscope perfectionné pour l’époque, soient découverts en 1660 les capillaires qui relient les veines aux artères3. Il est révélateur que des images de circulation et de circularité soient alors régulièrement choisies pour parler des flux du corps humain. William Buchan définit l’organisme comme « a bundle of soft pipes, replenished with fluids in continual motion » et George Cheyne le compare à « a Machin of an infinite Number and Variety of different Channels and Pipes, filled with various and different Liquors and Fluids, perpetually running, glideing, or creeping forward, or returning backward, in a constant Circle » (English Malady 4)4.

  • 5 Ambroise Paré, « Introduction » 1.40-42.
  • 6 Aristote, au contraire, attribue la fonction sanguinificatrice non au foie mais au cœur, comme le (...)

3Si le sang est animé d’un mouvement circulaire, sa formation, ou sanguinification, dépend d’un processus de coction (un traitement qui cuit et épaissit ses composantes) exposé par Galien, et dont Ambroise Paré reprend les étapes5. Le fluide est fabriqué à partir de la nourriture qui, une fois ingérée par le sujet, est soumise à une transformation progressive où le foie, organe de la coction, joue le rôle principal, puisque le sang y atteint son essence réelle et reçoit le « pneuma6 ». Dans ce processus de sanguinification, le premier organe concerné est l’estomac, que Galien compare à un « grenier général de toutes les parties [...] situé au centre de l’animal » (1.55), qui reçoit les aliments, et « leur fait subir une première élaboration sans laquelle ils seraient inutiles pour l’animal et ne lui procureraient aucun avantage » (1.55). L’estomac élimine les parties les plus grossières des aliments et, par les veines qui relient les deux organes, transmet au foie

une humeur liquide (χυµòς ὑγρός) [...] réclamant une coction plus complète [...]. Le suc versé de l’estomac dans le foie, par suite de la chaleur du viscère, fermente et bouillonne comme le vin doux, et se transforme en vin pur. Dans cette fermentation les éléments terreux et épais du résidu se déposent, tandis que les éléments ténus et légers surnagent comme une écume à la surface du sang. (Galien 1.57-58)

  • 7 Adolf Faller note que « les reins sont, avec les poumons, les organes excréteurs les plus importan (...)
  • 8 Richard Lower, A Treatise on the Heart, on the Movement and Colour of the Blood and on the Passage (...)
  • 9 Le processus de coction dans le sang est évidemment obsolète aujourd’hui. Adolf Faller explique qu (...)
  • 10 « The acidity occasioned by the febrile matter, may stimulate the nerves of the diaphragm, and the (...)

4Les déchets résultant de la coction sont filtrés et éliminés par la rate, la vésicule biliaire, les reins (qui purifient l’urine qui est ensuite évacuée par la vessie et les intestins [Galien 1.58, 1.60, 1.73])7. Dans son roman, Jonathan Swift évoque à rebours la transformation de l’aliment en sang et décrit à son lecteur une expérience effectuée par l’un des savants à qui Gulliver rend visite au cours de son exploration de l’Académie de Lagado : « his Employment from his first coming into the Academy, was an Operation to reduce human Excrement to its original Food, by separating the several Parts, removing the Tincture it receives from the Gall, making the Odour exhale and scumming off the Saliva » (GT 171-72). Richard Lower résume les étapes par lesquelles le chyle (élaboré dans l’estomac à partir des aliments) devient sang : « the vital spirit and other active principles in the blood-fluid act on the constantly-inflowing chyle, and break it up into very fine particles [...]. After the chyle is perfected, it is completely fitted both for the restoration of blood-fluid and for the nutrition of the body as a whole8 ». Le médecin ajoute qu’un chyle défectueux, à cause d’une mauvaise digestion, a des conséquences désastreuses sur l’organisme tout entier, puisque « as it will be suitable neither for the manufacture of good blood, nor for the proper separation of spirits, the animal’s economy suffers in turn from these faults of the stomach, and they redound next on the heart itself. Thus, when the stomach rejects food, or receives it but does not properly digest it, the heart-beat at once departs noticeably from its usual regularity » (95)9. Henry Fielding fait écho à cette conception dans Tom Jones, où le chirurgien qui examine le héros fiévreux lui prédit, s’il se nourrit alors qu’il ne devrait pas le faire, des conséquences néfastes10.

  • 11 Pour une analyse de l’irrigation du corps humain par le sang telle qu’on l’a conçoit aujourd’hui, (...)
  • 12 Galien expose « la nécessité que toutes les parties du corps ne reçussent pas la même nourriture [ (...)

5Au XVIIIe siècle, à la suite des découvertes effectuées par William Harvey, on considère que ce n’est plus à partir du foie, comme chez Galien (Pichot xlvi), que le sang se répartit dans l’organisme, mais à partir du cœur, qui devient l’organe central. « The Heart of creatures », dit très clairement William Harvey dans sa dédicace au roi Charles Ier, « is the foundation of life, the Prince of all, the Sun of their Microcosm, on which all Vegetation does depend, from whence all vigour and strength does flow » (vii). Le sang irrigue l’organisme grâce à un système de réseaux, déjà exposé par Galien, qui évoque des « ramifications » (1.309) et une diversité de « branches artérielles » (1.309)11. « Dans tout le corps », écrit-il, « les artères s’abouchent avec les veines et échangent entre elles l’air et le sang au moyen d’ouvertures invisibles et extrêmement fines » (Galien 1.120). Dans un corps en bonne santé, chaque organe reçoit la part de sang qui lui convient12.

6Le sang, grâce à ses composantes et à ses flux, est ainsi doté d’une fonction nutritive, déjà connue au XVIIIe siècle, et résumée dans toute sa complexité par Georges Marchal et Gérard Duhamel, au XXe siècle :

  • 13 Georges Marchal et Gérard Duhamel, Le Sang (Paris : PUF, 1971) 5.

C’est la circulation du sang qui assure les échanges respiratoires et nutritifs indispensables à la vie ; c’est elle qui règle la constance du « milieu intérieur » [...]. Le sang est [...] un tissu très particulier, en perpétuel transit, et pourvoyeur d’innombrables échanges. En plus de ces constituants primordiaux [plasma, globules rouges, globules blancs et plaquettes], il transporte sous une très faible concentration des substances qui interviennent puissamment dans les métabolismes cellulaires, dans les mécanismes de régulation et de coordination, et dans la défense des tissus contre les agressions étrangères [...]. Les fins réseaux capillaires, interposés entre les artères et les veines, permettent tous les échanges vitaux13.

  • 14 Hippocrate, « De l’officine du médecin », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Daniell (...)
  • 15 Le médecin grec dit ainsi : « Pour la transformation du sang en chair, elle est très facile. En ef (...)
  • 16 La jeune fille raconte : « I was become an absolute skeleton [...] [because of] that hunger, which (...)

7Le sang crée la chair et entretient le corps, en écho au Lévitique, où « l’âme de la chair est dans le sang » (17 : 11). Ainsi, Hippocrate propose, en cas de lésion ou d’atrophie d’un membre, de le bander « afin que, par l’afflux du sang, ces parties amaigries reçoivent plus qu’elles n’ont perdu, et que le changement du bandage des fractures en un bandage contraire y détermine la tendance à l’accroissement, et y procure la reproduction des chairs14 ». D’après Galien, le sang, selon la durée du processus, peu devenir chair ou même os15. Le fluide irrigue les viscères principaux de l’organisme : « le foie tire sa nourriture d’un sang rouge et épais, la rate d’un sang ténu, mais noir ; le poumon d’un sang parfait, élaboré, jaune rougeâtre, ténu, chargé de pneuma et pur » (Galien 1.82). Une mauvaise irrigation a de graves conséquences. Dans les romans anglais du XVIIIe siècle, il n’est pas rare que des personnages dont le sang est altéré ou raréfié soient mis en scène. Dans le cachot où elle est enfermée, Agnes atteint un degré de faiblesse extrême par manque de nourriture, et son corps devient tellement émacié que son frère ne la reconnaît pas (Lewis 370-71)16. De même, Gauntlet a du mal à retrouver les traits de son ami Peregrine Pickle dans ceux du prisonnier à qui il rend visite : « the figure that presented itself to his view was the remains of his once happy friend [...]. The florid, the sprightly, the gay, the elevated youth, was now metamorphosed into a wan, dejected, meagre, squalid spectre ; the hollow-eyed representative of distemper, indigence and despair » (Smollett, PP 337). L’on comprend, à ce propos, que le sang agit directement sur les composantes du corps humain.

2 Le sang et les composantes du corps humain

  • 17 Avant les travaux sur la respiration effectués en 1774 par Joseph Priestley (1733-1804), qui isola (...)

8L’organe principalement concerné par la circulation sanguine est, on l’a signalé, le cœur, depuis que le foie a été délogé de sa position dominante. Les poumons entretiennent également des liens étroits avec l’appareil cardio-vasculaire. Galien explique comment l’air qui pénètre dans les poumons a pour fonction de rafraîchir le cœur (1.100-102) qui, pour sa part, fournit à ces derniers les principes nutritifs qu’il reçoit du foie (1.114). Richard Lower dénonce l’explication galénique et prouve, grâce à une expérience, que la couleur rouge vif du sang vient de son contact à l’air (169), et que ce contact se fait dans les poumons. Il ne propose néanmoins pas d’explication plus poussée17.

  • 18 « Fluids changed in the body, they transformed their materiality, form, color, consistency, and pl (...)

9Le sang entretient en outre des rapports particulièrement étroits avec les autres fluides du corps car, ainsi que le remarque Jean-Paul Roux, « par une démarche qui découle de la surdétermination du sang, on est tenté de considérer toutes les autres humeurs qui émanent du corps comme ses avatars, comme un sang altéré, décoloré » (57). Au début du XVIIIe siècle, le corps est encore considéré comme un espace poreux, où des métamorphoses ont lieu entre les différents fluides18. C’est à partir de sang purifié que sont censés être créés les esprits animaux, les plus subtils éléments corporels, hérités de la tradition galénique. À l’époque, l’on considère que les mouvements du corps sont dus à eux, qui agissent comme intermédiaires entre l’esprit (ou l’âme) et les organes vitaux. Robert Burton retrace leur itinéraire dans le corps : « the animal spirits [are] [...] brought up to the brain, and diffused by the nerves to the subordinate members, and give sense and motion to them all » (1.147). Tristram Shandy signale leurs mouvements, circulaires comme celui du sang dont ils sont issus, insiste sur leur importance, et déplore qu’au moment où son père l’a conçu, ses esprits animaux aient été déviés de leur voie première par la question inopportune de Mrs Shandy : « the animal spirits [...] by treading the same steps over and over again, they presently make a road of it [...]. [My mother asked] a very unseasonable question [...] [which] scattered and dispersed the animal spirits, whose business it was to have escorted and gone hand-in-hand with the HOMUNCULUS, and conducted him safe to the place destined for his reception » (Sterne, TS 5-6).

  • 19 Pour mémoire, les spermatozoïdes ont été observés pour la première fois au microscope par Leeuwenh (...)
  • 20 « Par la stagnation du sang, dans les replis désignés plus haut, il s’accumule du suc spermatique  (...)
  • 21 Jean-Paul Roux rend compte de la nécessité de la flagellation par « le souci de renouveler la forc (...)

10Le héros suggère ici implicitement un lien entre le sang et le sperme, que Jean-Paul Roux appelle de manière révélatrice du « sang blanchi » (58)19. Thomas Laqueur explique comment, pour Galien, la substance est élaborée à partir de la partie la plus pure du sang (38). Selon ce dernier, le sang se transforme peu à peu en sperme par un processus de coction, grâce à un séjour prolongé dans les vaisseaux menant aux testicules20. Dans Fanny Hill, Cleland insiste indirectement sur les liens entre les deux fluides, lors de la scène où l’héroïne doit fouetter Barvile, puis se laisser fouetter par lui, la flagellation étant la condition nécessaire pour que ce dernier parvienne à avoir une érection et à éjaculer. Fanny se dit surprise par ces liens : « it seems, such as are [...] oblig’d to have recourse to this experiment, for quickening the circulation of their sluggish juices, and determining a conflux of the spirits of pleasure towards those flagging, shrivelly parts, that rise to life only by virtue of those titillating ardours created by the discipline of their opposites, with which they have so surprising a consent » (Cleland 143)21. Dans un rapprochement encore plus serré, la jeune prostituée décrit le pénis de Dick, où se mêlent sang et sperme : « it stood [...] stiff and straining, ready to burst with the blood and spirits that swell’d it to a bulk ! No ! I shall never forget it » (Cleland 163).

  • 22 L’on reviendra sur l’importance des menstrues à la fin de cette partie.
  • 23 Hippocrate, « Aphorismes », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch e (...)
  • 24 Pour d’autres exemples de lien entre le sang et le lait chez la femme, voir Patricia Crawford, « A (...)
  • 25 William Hewson, Experimental Inquiries, Part II, A Description of the Lymphatic System in the Huma (...)
  • 26 Le pus se forme à partir des globules blancs, inconnus au XVIIIe siècle. Adolf Faller rend compte (...)
  • 27 C’est au début du XVIIe siècle que le physiologiste italien Sanctorius (1561-1636) mesure (dans to (...)
  • 28 L’on trouve un écho à cette crainte dans Humphry Clinker, où Bramble s’élève contre la pratique qu (...)
  • 29 Smollett écrit : « he was favoured with a breathing sweat, fell fast asleep, and in a few hours wa (...)
  • 30 Le motif est tellement récurrent qu’il devient un lieu commun. Ce sont aussi les pleurs qui, dans (...)
  • 31 James Rodgers, « Sensibility, Sympathy, Benevolence : Physiology and Moral Philosophy in Tristram (...)

11Si, chez l’homme, sang et sperme sont liés, chez la femme, sang et lait le sont aussi22. Plusieurs des « Aphorismes » hippocratiques reprennent cette affinité et les rapports entre l’utérus et les seins : « quand une femme, qui n’est ni enceinte ni dans l’état puerpéral, a du lait, c’est que ses règles sont supprimées », ou encore, « si vous voulez arrêter les règles d’une femme, appliquez sur les mamelles une ventouse aussi grande que possible23 ». Galien relève aussi une fonction nutritive présente dans les deux organes : « la fonction de l’utérus sera de recevoir le sperme et d’amener l’embryon à l’état parfait, tandis que celle des mamelles consiste à nourrir l’animal une fois qu’il a vu le jour » (1.262). Il ajoute que « pendant le temps où le fœtus se développe et se forme dans les matrices, les veines communes aux deux parties versent à ce dernier seul de la nourriture, et qu’au moment où il est venu au monde, toute la nourriture reflue aux mamelles. C’est pourquoi il ne saurait y avoir coïncidence entre le flux menstruel régulier et la sécrétion lactée » (Galien 1.277). Thomas Laqueur explique que « a woman vomiting blood would stop if she started to menstruate [...]. What matters is losing blood in relation to the fluid balance of the body, not the sex of the subject or the orifice from which it is lost » (37)24. C’est par le lien entre le sang et le lait que peut se justifier l’affection qu’Amelia éprouve pour Atkinson, son frère de lait (Fielding, Amelia 100-101). Les auteurs de l’époque insistent peu sur les liens entre le sang et la lymphe, silence paradoxal, si l’on pense que le XVIIIe siècle est celui où William Hewson (1739-1774) étudie le système lymphatique25. Les romanciers sont également discrets sur les rapports entre le sang et l’urine. Jonathan Swift l’établit de manière implicite lorsque son héros risque d’avoir les yeux crevés ou d’être tué par des flèches empoisonnées pour avoir éteint en urinant sur le palais impérial l’incendie qui menaçait de le réduire en cendres (GT 43). Le sang risque d’être versé ou vicié en punition de l’urine écoulée. Le fluide sert aussi à la formation du pus26. Hippocrate établit la relation entre ces deux éléments dans ses « Aphorismes » : « du sang épanché dans le ventre, se transforme nécessairement en pus » (464), et « après crachement de sang, crachement de pus » (467). Le chirurgien venu examiner Tom Jones qui a reçu une bouteille lancée par Northerton évoque le cas d’un malade blessé au tibia, qu’il soigne en appliquant un cataplasme si bien qu’après trois ou quatre jours, du pus se forme. Le chirurgien, persuadé que son auditoire ne le comprend pas, ne finit pas son histoire, et ni Tom Jones ni le lecteur ne savent si l’issue du mal est heureuse ou fatale (Fielding, TJ 347). La sudation, en revanche, annonce plus souvent le rétablissement27. Alors qu’au siècle précédent, l’on craint que des agents pathogènes ne s’infiltrent dans le corps par les pores ouverts, au XVIIIe siècle, la transpiration constitue souvent la première étape de la guérison28. Fathom est sauvé de cette façon29. Le sang, enfin, est uni aux larmes, qui coulent abondamment dans le roman sentimental de la fin du siècle. Les deux fluides sont en effet régulièrement mis en parallèle. Jean-Paul Roux rappelle que St Augustin nomme les pleurs « le sang de l’âme » (58). Lorsqu’Adeline apprend que Theodore, retenu prisonnier dans les geôles françaises à cause du marquis de Montalt, est condamné à mourir, elle répond à la menace de cet épanchement de sang par un flot de larmes (Radcliffe, RF 304). Dans Sir Charles Grandison, de même, la saignée à laquelle Clementina se soumet pour faire plaisir à sa famille fait pleurer toute l’assemblée (Richardson 3.190). « Do you wish to see me wounded ? – To see my heart bleedind at my arm [...]. As I cannot give you tears for tears, from my eyes, Shall not my arm weep ! » (Richardson, SCG 3.193), s’écrie-t-elle. Le narrateur d’Amelia rend compte du rôle salutaire des larmes, versées par Miss Mathews, conduite en prison pour avoir tué l’homme qui l’avait déshonorée. « These [tears] », dit le narrateur en insistant sur la communication entre les différents fluides de l’organisme, « [...] do more effectually relieve the mind than the remedies with which the whole materia medica of philosophy can supply it » (Fielding, Amelia 34)30. Tout comme le sang doit circuler dans le corps pour que la vie se prolonge, il est bon, en effet, que les larmes coulent car, « the lacrymal glands in producing tears act quite like a safety valve, protecting the body and soul from the pathological consequences of grief [...]. The excression of tears provides a necessary physical outlet for fluids and emotions that could be harmful if kept within31 ». La correspondance entre les divers fluides de l’organisme attire l’attention sur les rapports qu’entretiennent le sang et la sympathie.

3 Le sang et la sympathie

  • 32 André Pichot indique en effet que « les stoïciens appelaient sympathie un principe unifiant et coo (...)
  • 33 Roy and Dorothy Porter, In Sickness and in Health : The British Experience 1650-1850 (London : Fou (...)
  • 34 Fanny attire l’attention sur le principe de vicariance : « nature [...] had done so much to him in (...)
  • 35 Daniel Defoe, The Life and Adventures of Robinson Crusoe, ed. Michael Shinagel (1719 ; New York : (...)
  • 36 Robinson fait état du lien entre son esprit et son corps : « this has agitated my Thoughts for two (...)
  • 37 Daniel Defoe, The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders, ed. Edward H. Kelly (1722  (...)
  • 38 Hippocrate, « Des vents », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch et (...)

12La notion de sympathie, capitale chez les stoïciens, s’exprime d’abord entre les divers organes et les diverses fonctions du corps humain32. Galien note, pour sa part, que « toutes les parties du corps sont en sympathie, c’est-à-dire que toutes coopèrent à l’accomplissement d’une opération » (1.14). Roy et Dorothy Porter signalent combien elle reste importante au XVIIIe siècle, époque où « the body was regarded as a single integrated system, in which pain and dysfunction in one area or organ had ramifications for the entire organism33 ». De plus, lorsqu’une partie est lésée et ne peut plus accomplir la fonction qui lui est propre, les autres, selon le principe de vicariance, suppléent à ce défaut (Galien 1.192-93). Si la bêtise de Dick, dans Fanny Hill, paraît irrémédiable, le benêt a été fort bien doté du point de vue physique, sans doute pour compenser, comme le suggère Fanny, sa déficience intellectuelle : « poor of understanding ! He was however [...] abundantly rich in personal treasures, such as flesh, firm, plump, and replete with the sweet juices of youth » (Cleland 162)34. Au XVIIIe siècle, l’on pense que les liens sont dus aux esprits animaux, censés parcourir tout le corps, faire office de souffle de vie, et unir dans un vaste réseau de correspondances et de communications les organes vitaux que sont le cœur, les poumons, le cerveau et le foie. C’est sur le mode comique que Swift traite des relations entre les diverses parties du corps. Au cours de son troisième voyage, Gulliver rencontre un savant qui a, prétend-il, découvert une méthode révolutionnaire pour faire retenir les formules mathématiques. Comme l’estomac et le cerveau sont étroitement liés, il expose le principe suivant : « the [mathematical] Proposition and Demonstration were fairly written on a thin Wafer with Ink composed of a Cephalick Tincture. This the Student was to swallow upon a fasting Stomach, and for three days following eat nothing but Bread and Water. As the Wafer digested, the Tincture mounted to his brain, bearing the Proposition along with it » (Swift, GT 178). Robinson Crusoe, quant à lui, établit un prolongement entre pensée, émotions, sang et esprits animaux. Fort surpris d’avoir été arraché à la mort lors de la tempête où tous ses compagnons ont péri, le personnage compare son propre cas à celui d’un condamné : « I do not wonder now at that Custom, viz. That when a Malefactor who has the Halter about his Neck, is tyed up, and just going to be turn’d off, and has a Reprieve brought to him [...] that they bring a Surgeon with it, to let him Blood that very Moment they tell him of it, that the Surprise may not drive the Animal Spirits from the Heart, and overwhelm him35. » Plus tard, le protagoniste pense que quitter son île lui permettra peut-être d’échapper aux sauvages et il décrit les flux sanguins désordonnés que cette idée engendre36. De manière semblable, Moll Flanders constate l’effet que le baiser et les paroles séductrices de l’aîné des fils ont sur son sang : « his Words I must confess fir’d my Blood ; all my spirits flew about my Heart, and put me into disorder enough37. » L’on retrouve dans ces exemples un écho aux conceptions d’Hippocrate, qui souligne le rapport bivoque qu’entretiennent le sang et l’esprit : « de tout ce que renferme le corps, rien ne concourt plus à l’intelligence que le sang ; tant qu’il demeure dans sa constitution, l’intelligence aussi demeure intacte ; mais, quand il en sort, elle s’altère semblablement [...]. Si donc le sang tout entier éprouve une perturbation radicale, l’intelligence périt radicalement38. »

  • 39 « The mysterious engine of [the sweet agony] overcomes the titillation it has rais’d in those part (...)
  • 40 Sterne jouant constamment avec son lecteur et avec les conventions littéraires, il est en effet tr (...)
  • 41 « ’Tis sweet to feel by what fine-spun threads our affections are drawn together », remarque-t-il, (...)

13La notion de sympathie, où le sang joue un rôle capital, intervient non seulement entre les diverses parties d’un même organisme, mais aussi entre les êtres. Si l’on sait à cette époque que les corps ne sont pas poreux, comme on le craignait au XVIIe, les images de transfert ou de transfusion n’en sont pas moins légion dans les romans anglais du XVIIIe siècle. Lorsque, le soir de sa nuit de noces, Roderick Random voit Narcissa se retirer en rougissant, il se réjouit à l’avance des délices qui lui sont promises : « when she left the room, her face was overspread with a blush that set all my blood in a state of fermentation, and made every pulse beat with tenfold vigour » (Smollett, RR 430). Dans Fanny Hill, la fougue et l’excitation de la tenancière Mrs Jones, qui fait l’amour avec un grenadier, semblent se communiquer à l’héroïne, en position de voyeuse : « the sound and sight [...] thrill’d to the very soul of me, and made every vein of my body circulate liquid fires ; the emotion grew so violent that it almost intercepted my respiration » (Cleland 25). En reprenant la théorie médicale (qui n’a pas entièrement disparu au début du XVIIIe siècle) selon laquelle la femme, tout comme l’homme, éjacule pendant l’orgasme, Fanny raconte avec délectation combien elle est heureuse d’éprouver le plaisir en même temps que son partenaire Will, dont les fluides se mélangent aux siens39. Lorsqu’à la fin de ses aventures l’héroïne retrouve Charles, elle exprime leur parfaite harmonie physique, de façon révélatrice, par une image de transfusion. Les deux corps ne font littéralement plus qu’un lors de la scène où les amants s’unissent à nouveau : « the stiff insinuation [went] all the way up, till it was at the end if its penetration, sending up, through my eyes, the Sparks of that love-fire that ran all over me, and blaz’d in every vein, and every pore of me [...]. I imagin’d such a transfusion of heart and spirit, as that coaliting, and making one body and soul with him, I was him, and he, me » (Cleland 184). Chez Sterne, la circulation sanguine entre les personnages s’effectue sur le mode sentimental, sur lequel il fonde ses textes, tout en s’en moquant sans doute aussi40. Il est fort à parier qu’il soit ironique quand il parle de la douceur du sang des Bourbons. Il n’en reste pas moins vrai que, quelle que soit la teneur de leur sang, et malgré les dissensions politiques entre Français et Anglais à l’époque, la communication a lieu : « the Bourbon is by no means a cruel race [...] there is a mildness in their blood. As I acknowledged this, I felt a suffusion of a finer kind upon my cheek – more warm and friendly to man, than what Burgundy [...] could have produced » (Sterne, ASJ 4). Pensant par la suite aux actes de générosité auxquels il aura l’occasion de se livrer, il s’exclame : « I felt every vessel in my frame dilate – the arteries beat all chearily together » (Sterne, ASJ 4). C’est en outre souvent sur le principe des sangs qui communiquent que sont fondées les rencontres, parfois éphémères, du voyageur. Yorick sent la force d’un tel lien avec la fille de chambre de Mme R***41. La couleur rouge domine la scène où Yorick se retrouve seul dans une chambre avec la jeune fille, et la circulation s’effectue à plusieurs niveaux. Par un système de correspondances et de contagion, la teinte rouge des rideaux, semblable à celle de la courtepointe, s’associe aux feux du soleil couchant pour empourprer le visage de la servante. Cette action fait rougir Yorick qui, à la pensée qu’ils sont seuls, rougit de plus belle et analyse le processus sous l’angle de la sympathie entre les êtres : « there is a sort of a pleasing half guilty blush, where the blood is more in fault than the man –’tis sent impetuous from the heart, and virtue flies after it – not to call it back, but to make the sensation of it more delicious to the nerves –’tis associated » (Sterne, ASJ 92). Dans un tout autre registre, celui de la tragédie, Richardson relate une scène où Clarissa, un couteau à la main, menace de se tuer si Lovelace ne s’éloigne pas d’elle. Malgré la distance physique qu’elle lui impose, le roué, à la fin de l’épisode, a l’impression d’avoir été transpercé par l’arme, et il se décrit « prostrate on the floor, my heart pierced as with an hundred daggers ! » (Richardson, Clarissa 950).

14Le roman gothique aussi reprend la notion de sympathie, qu’il pousse à un degré supérieur, puisque ce n’est plus dans l’imagination, mais dans la réalité (fictionnelle) que la transfusion a lieu. Ambrosio, venu trouver Antonia dans le caveau où il l’a fait conduire, lui prédit que leurs sangs se mêleront : « “Yes ! Your veins shall glow with fire, which circles in mine, and my transports shall be doubled by your sharing them !” » (Lewis 381). La transfusion envisagée ici ne fait que redoubler la réalité des liens, puisque, bien qu’ils ne le sachent pas à ce moment du texte, les deux personnages sont frère et sœur. C’est parce qu’elle aspire le venin qui coule dans les veines du moine, mordu par un serpent, dans une scène où Lewis s’inspire de la Genèse (3 : 1-7), tout en la parodiant, que Matilda parvient à sauver ce dernier. Elle lui explique pourquoi elle a agi ainsi : « my death preserves a life valuable to the world, and more dear to me than my own. Yes, Father ; I am poisoned ; But know that the poison once circulated in your veins [...]. You slept ; I loosened the bandage from your hand ; I kissed the wound, and drew out the poison with my lips [...]. I feel death at my heart » (Lewis 88). La maladie se développe dans le sang, qu’elle contamine, avant de se propager, par transfusion réelle ou métaphorique, dans celui d’un autre personnage.

15Étant donné la prépondérance du fluide, il n’est pas surprenant que les traitements, au cours du siècle, s’adressent en priorité au sang, qui est à la fois liquide de vie et de mort.

Notes

1 Ce mouvement de flux et de reflux est déjà présent chez Empédocle (André Pichot, « Introduction », Galien, De l’utilité des parties du corps humain, Œuvres médicales choisies, éd. André Pichot, trad. de Charles Daremberg [Paris : Gallimard, 1994] 2 vols, 1. xxi, note 1).

2 Galien, De l’utilité des parties du corps humain, Œuvres médicales choisies, éd. André Pichot, trad. de Charles Daremberg (Paris : Gallimard, 1994) 2 vols, 1.29. Voir André Pichot, 1. xxvii. Pour Vésale, qui décrit pourtant avec justesse les veines et les artères, les premières véhiculent le sang alors que les secondes transportent les esprits animaux, sur lesquels on reviendra.

3 Marcello Malpighi, De Pulmonis Observationes Anatomicae (Bonaniae, 1661).

4 William Buchan, Domestic Medicine ; Or, a Treatise on the Prevention and Cure of Diseases by Regimen and Simple Medicines (1742 ; London, 1774) 12.

5 Ambroise Paré, « Introduction » 1.40-42.

6 Aristote, au contraire, attribue la fonction sanguinificatrice non au foie mais au cœur, comme le feront aussi bon nombre de médecins et de savants du XVIIIe siècle. Galien explique que la chair du foie n’est en fait que « du sang desséché et épaissi par la chaleur » (1.69). Ambroise Paré résume le processus de coction : « le sang est fait de la partie la plus benigne de tout le chylus, contenu és veines, et principalement formé au foye » (« Introduction » 1.42). L’on sait aujourd’hui que c’est seulement « pendant la vie embryonnaire [que] [...] le foie est un organe hématopoïétique important [où sont formés] [...] les globules rouges et les globules blancs » (Adolf Faller, Le Corps humain : introduction à la connaissance de sa structure et de ses fonctions [Paris : Resma-Sedim, 1970] 116).

7 Adolf Faller note que « les reins sont, avec les poumons, les organes excréteurs les plus importants » (189).

8 Richard Lower, A Treatise on the Heart, on the Movement and Colour of the Blood and on the Passage of the Chyle into the Blood, trans. from the Latin by K. J. Franklin, Early Science in Oxford, ed. R. T. Gunther (1669 ; Oxford : Oxford UP, 1932) 218.

9 Le processus de coction dans le sang est évidemment obsolète aujourd’hui. Adolf Faller explique qu’« une partie importante du sang passe par le tube digestif. Il en revient par la veine porte en transportant vers le foie les produits de scission résorbés des glucides et des protéines » (130-32).

10 « The acidity occasioned by the febrile matter, may stimulate the nerves of the diaphragm, and thereby occasion a craving, which will not be easily distinguishable from a natural appetite ; but the aliment will not be concreted, nor assimilated into chyle, and so will corrode the vascular orifices, and thus will aggravate the febrific symptoms » (371-72), soutient-il.

11 Pour une analyse de l’irrigation du corps humain par le sang telle qu’on l’a conçoit aujourd’hui, voir Adolf Faller (129).

12 Galien expose « la nécessité que toutes les parties du corps ne reçussent pas la même nourriture [...] [car] y aurait-il quelque chose de plus déraisonnable et de plus absurde que de s’imaginer que le foie, par exemple, le plus pesant et le plus dense des viscères, ait besoin, pour se nourrir, du même sang que le poumon, organe le plus léger et le plus poreux » (1.144). Pour Richard Lower la répartition du sang se fait selon un principe semblable : « being composed of various principles and constituents, and being of diverse and varied character and properties, [blood] is added in varying ways to the organs according to the very fundamental need of each, and according as it answers and conforms to the different pores and openings. Hence the most volatile and ethereal portion of it is separated off in the brain, and is allotted to the renewal of spirits, while the more viscous portion is set apart for the body’s nutrition, and the sulphurous portion is designed to renew the body’s heat » (218).

13 Georges Marchal et Gérard Duhamel, Le Sang (Paris : PUF, 1971) 5.

14 Hippocrate, « De l’officine du médecin », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch et Mirko Grmek (Paris : Livre de Poche, 1994) 352-53.

15 Le médecin grec dit ainsi : « Pour la transformation du sang en chair, elle est très facile. En effet, si la nature l’épaissit au point qu’il prenne une certaine consistance et qu’il ne soit plus coulant, on a une chair de formation première et récente. Mais pour que le sang devienne un os, il est besoin d’un temps fort long, d’une élaboration et d’une transformation considérables » (Galien, « Des facultés naturelles », Œuvres médicales choisies, éd. André Pichot, trad. de Charles Daremberg [Paris : Gallimard, 1994] 2 vols, 2.17).

16 La jeune fille raconte : « I was become an absolute skeleton [...] [because of] that hunger, which gnawed my heart-strings » (Lewis 416).

17 Avant les travaux sur la respiration effectués en 1774 par Joseph Priestley (1733-1804), qui isola l’oxygène, et ceux d’Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), qui découvrit en 1777 le rôle de ce gaz dans les combustions et dans la respiration animale, on était en effet incapable d’expliquer pourquoi le sang veineux était plus foncé et le sang artériel plus clair. C’est dans son Mémoire sur la respiration (Paris, 1790) que Lavoisier rend compte de ses découvertes. Voir à ce propos Vigarello, Le Sain 192.

18 « Fluids changed in the body, they transformed their materiality, form, color, consistency, and place of exit, and yet apparently they remained essentially alike », dit Barbara Duden (The Woman beneath the Skin : A Doctor’s Patients in Eighteenth-Century Germany, trans. Thomas Dunlop [Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1991] 109).

19 Pour mémoire, les spermatozoïdes ont été observés pour la première fois au microscope par Leeuwenhoek en 1676.

20 « Par la stagnation du sang, dans les replis désignés plus haut, il s’accumule du suc spermatique », écrit-il, pour ajouter, « on voit clairement que l’humeur contenue dans les premières spirales a encore l’apparence de sang, que dans les suivantes elle devient de plus en plus blanche jusqu’à ce qu’elle acquière une entière blancheur dans les dernières de toutes, dans celles qui aboutissent aux testicules » (Galien 1.282). Ambroise Paré défend le même principe : « depuis [que les vaisseaux spermatiques] sortent hors de la grande capacité du Péritoine, ils se reflechissent en plusieurs replis, faits en forme de varice, iusqu’aux Testicules : à fin qu’en si long chemin la matière de la semence, qui n’est encore que sang, soit préparée à concoction et albification, ou plustost cuitte du tout en iceux par l’irradiation des Testicules » (Ambroise Paré, « Traitant de l’anatomie de tout le corps humain », Œuvres complètes, intr. J.-F. Malgaigne [1562 ; Genève : Slatkine Reprints, 1970] 3 vols, 1.154).

21 Jean-Paul Roux rend compte de la nécessité de la flagellation par « le souci de renouveler la force vitale en augmentant soit la vigueur, soit le pouvoir reproducteur. Il est vrai que le fouet stimule la circulation du sang, exalte le système nerveux et incite à la fécondité » (179).

22 L’on reviendra sur l’importance des menstrues à la fin de cette partie.

23 Hippocrate, « Aphorismes », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch et Mirko Grmek (Paris : Livre de Poche, 1994) 459, 460.

24 Pour d’autres exemples de lien entre le sang et le lait chez la femme, voir Patricia Crawford, « Attitudes to Menstruation in Seventeenth-Century England », Past and Present 91 (1981) : 47-73.

25 William Hewson, Experimental Inquiries, Part II, A Description of the Lymphatic System in the Human Subject and Other Animals (London, 1774). Pour une analyse des implications de cette découverte, voir Maxwell M. Wintrobe, Blood, Pure and Eloquent. A Story of Discovery, of People, of Ideas (New York : McGraw Hill, 1980) 420.

26 Le pus se forme à partir des globules blancs, inconnus au XVIIIe siècle. Adolf Faller rend compte du processus : « un foyer infectieux attire les leucocytes. Les vaisseaux y amènent plus de sang. Le foyer infectieux gonfle, devient chaud et douloureux. Sous l’action de ferments protéolytiques des neutrophiles [une catégorie de globules blancs], il y a formation de pus » (162).

27 C’est au début du XVIIe siècle que le physiologiste italien Sanctorius (1561-1636) mesure (dans tous les sens du terme) l’importance de la transpiration.

28 L’on trouve un écho à cette crainte dans Humphry Clinker, où Bramble s’élève contre la pratique qui consiste à faire attendre les patients dans l’humidité ambiante : « even the close chairs contrived for the sick, by standing in the open air, have their frize linings impregnated, like so many spunges, with the moisture of the atmosphere, and those cases of cold vapour must give a charming check to the perspiration of a patient, piping hot from the Bath, with all his pores wide open » (Smollett 35).

29 Smollett écrit : « he was favoured with a breathing sweat, fell fast asleep, and in a few hours waked again altogether cool and undisturbed » (FCF 439). De même, Booth, à Gibraltar, recouvre la santé après avoir abondamment sué (Fielding, Amelia 114).

30 Le motif est tellement récurrent qu’il devient un lieu commun. Ce sont aussi les pleurs qui, dans Peregrine Pickle, sauvent la dame de qualité. En lisant la lettre d’abandon rédigée par son amant volage, elle fait état de ses symptômes : « the light forsook my eyes, a cold sweat bedewed my limbs [...] everybody present believed I would have died under the violent agitation. [...] I must have infallibly perished in the first ecstasy of my grief, had it not made its way in a fit of tears » (Smollett 2.71).

31 James Rodgers, « Sensibility, Sympathy, Benevolence : Physiology and Moral Philosophy in Tristram Shandy », Languages of Nature : Critical Essays on Science and Literature, ed. Ludmilla M. Jordanova (London : Free Association Books, 1986) 149-50.

32 André Pichot indique en effet que « les stoïciens appelaient sympathie un principe unifiant et coordonnant les parties en un tout. Cette sympathie s’appliquait aussi bien à l’être vivant qu’au monde entier, dont elle assurait la cohérence et l’unité » (xxxv).

33 Roy and Dorothy Porter, In Sickness and in Health : The British Experience 1650-1850 (London : Fourth Estate, 1988) 143.

34 Fanny attire l’attention sur le principe de vicariance : « nature [...] had done so much to him in those parts [his sexual organs], that she perhaps held herself acquitted for doing so little for his head » (Cleland 162).

35 Daniel Defoe, The Life and Adventures of Robinson Crusoe, ed. Michael Shinagel (1719 ; New York : Norton, 1994) 35.

36 Robinson fait état du lien entre son esprit et son corps : « this has agitated my Thoughts for two Hours, and more, with such Violence, that it set my very Blood into a Ferment, and my Pulse beat as high as if I had been in a Feaver, meerly with the extraordinary Fervour of my Mind about it » (143).

37 Daniel Defoe, The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders, ed. Edward H. Kelly (1722 ; New York : Norton, 1973) 18.

38 Hippocrate, « Des vents », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch et Mirko Grmek (Paris : Livre de Poche, 1994) 583-84.

39 « The mysterious engine of [the sweet agony] overcomes the titillation it has rais’d in those parts, by plying them with the stream of a warm liquid, that is itself the highest of all titillations [...] chiming then to me, with exquisite consent, as I melted away, his oily balsamic injection mixing deliciously with the sluices in flow from me » (Cleland 83), dit-elle.

40 Sterne jouant constamment avec son lecteur et avec les conventions littéraires, il est en effet très difficile de savoir si et quand il est sérieux ou moqueur.

41 « ’Tis sweet to feel by what fine-spun threads our affections are drawn together », remarque-t-il, puis, la jeune fille lui ayant pris le bras, il ajoute, « I felt the conviction of consanguinity so strongly that I could not help turning round to look in her face, and see if I could not trace out any thing in it of a family likeness – Tut ! Said I, are we not all relations ? » (67).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search