Version classiqueVersion mobile

Le sang dans le roman anglais du XVIIIe siècle

 | 
Hélène Dachez

Le sang et le corps du personnage dans le roman anglais du XVIIIe siècle

Le sang, le contexte médical et les personnages romanesques

Texte intégral

1 La tradition humorale, ses rémanences au XVIIIe siècle et la science des Lumières

  • 1 Jacqueline Labrude-Estenne, Médecins et médecine dans l’œuvre romanesque de Tobias Smollett et de (...)
  • 2 Tobias Smollett, The Expedition of Humphry Clinker, ed. Lewis M. Knapp (1771 ; Oxford : Oxford UP, (...)

1Plus de vingt-deux siècles séparent la période où Hippocrate (460 ?-377 ? av. J.-C.) énonce ses préceptes médicaux et le XVIIIe siècle. Malgré cette distance temporelle, la tradition humorale, mise en avant par le médecin de l’île de Cos, et schématisée par Galien (131 ?-201), est loin d’avoir totalement disparu à l’époque des Lumières en Angleterre. Les médecins du siècle précédent, tel Thomas Sydenham (1624-1698), prônent un retour aux méthodes hippocratiques, privilégiant par exemple une observation minutieuse des symptômes du malade et des soins fondés sur des remèdes simples. Jacqueline Labrude-Estenne remarque avec justesse que l’« empreinte [d’Hippocrate] est encore si profonde au XVIIIe siècle que, devant la résurgence spectaculaire de certaines de ses conceptions, l’on se sent fondé de parler de néo-hippocratisme1 ». Dans Humphry Clinker (1771), Galien est cité comme une autorité médicale digne de confiance dans la lettre que John Dustwich adresse au libraire Henry Davis, à qui il propose l’ouvrage2.

  • 3 Hippocrate, « De la nature de l’homme », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle (...)
  • 4 Robert Burton, The Anatomy of Melancholy, intr. Holbrook Jackson (1621 ; London : Dent, 1948) 2 vo (...)

2C’est dans le texte intitulé « De la nature de l’homme » qu’Hippocrate, en reprenant la physique d’Empédocle, qui utilise les quatre éléments (la terre, l’eau, l’air et le feu), et les relie aux quatre qualités primordiales (le chaud, le froid, le sec et l’humide), expose la théorie des quatre humeurs du corps, issue de la théorie pythagoricienne, dont les rémanences sont indéniables dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. Selon Hippocrate, « le corps de l’homme a en lui sang, pituite, bile jaune et noire ; c’est là ce qui en constitue la nature et ce qui y crée la maladie ou la santé3 ». Ces humeurs, considérées dans le sens de fluides organiques, ont chacune « une vertu et une nature particulière », car « ni la pituite ne ressemble au sang, ni le sang à la bile, ni la bile à la pituite », soutient Hippocrate, qui ajoute à propos de ces principes, « l’homme les a évidemment en lui sans interruption tant qu’il vit ; puis il est né d’un être humain les ayant tous, et il a été nourri dans un être humain les ayant tous aussi » (« De la nature de l’homme » 147). Cette conception, toujours de mise au XVIIIe siècle, oriente dès 1621 l’étude que Robert Burton propose de la mélancolie, causée par un excès de bile noire4.

  • 5 Thomas Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud (Cambridge, Mass. : Harvard (...)

3L’un des prolongements de la théorie des humeurs est qu’il existe un rapport étroit entre les êtres et le monde qui les entoure. Selon un principe complexe de correspondances, qui perd certes de son importance au cours du XVIIIe siècle, mais ne cesse cependant pas d’être influent, microcosme et macrocosme se reflètent. Comme le note Robert Burton : « [man is] a little world, a model of the world » (1.130). L’extérieur et l’intérieur se répondent. Thomas Laqueur écrit qu’à la fin du XVIIe siècle, « [there were] unspecific and vague boundaries between the corruption within the body and the decay of the entire cosmos5 ». Il existe un réseau de correspondances entre l’homme et les planètes, que résume Georges Vigarello :

  • 6 Georges Vigarello, Le Sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge (Paris : Seuil, (...)

les planètes concourent [...] à cette résonance de qualités, en prescrivant leur influence propre, selon les signes imposés à la naissance, ou selon les moments de l’année : Saturne, par exemple, froide et humide, fait les sujets sombres et mélancoliques, soucieux et lents ; Jupiter, au contraire, chaude et humide planète radieuse comme le printemps, fait les sujets joyeux et sanguins6.

  • 7 Samuel Richardson, Clarissa ; Or, the History of a Young Lady, ed. Angus Ross (1747-1748 ; Harmond (...)
  • 8 Roy Porter et Georges Vigarello, « Corps, santé et maladies », Histoire du corps de la Renaissance (...)
  • 9 Nicholas Culpeper, The English Physician, Enlarged with 369 Medicines Made from English Herbs, Tha (...)

4L’on comprend alors pourquoi Lovelace, dont le sang bout à la perspective de séduire Clarissa, se réjouit à l’idée de commettre « a rape worthy of a Jupiter7 ». La portée de la lune est en outre capitale, puisqu’elle « influence les saignées, la guérison des blessures, le poids des humeurs [et] [...] régule les menstruations des femmes, le moment de la naissance, sinon de la mort8 ». Pour Nicholas Culpeper, la médecine ne saurait se passer de l’astrologie, puisque « Physick without Astrology [is] [...] like a Lamp without Oil9 ». André Rauch rappelle à juste titre le modèle de l’homme-zodiaque, présent dans

  • 10 André Rauch, Histoire de la santé (Paris : PUF, 1995) 36-37. Selon Nadeije Laneyrie-Dagen, ce modè (...)

les almanachs [...] populaires [qui] donnent des listes d’équivalence entre partie du corps, astre, pierre, plante, animal, couleur, odeur même. Existe un schéma de correspondances entre les différentes parties du corps humain et la voûte céleste : le Bélier gouverne la tête de l’homme ; le Taureau, le cou ; les Gémeaux, les bras et les mains ; le Cancer, la poitrine ; le Lion, l’estomac et le cœur ; la Vierge, le ventre ; la Balance, les aines et le nombril ; le Scorpion, les « génitoires », la vessie et le « fondement » ; le Sagittaire, les cuisses ; le Capricorne, les genoux ; le Verseau, les jambes ; les Poissons, les pieds10.

  • 11 Laurence Sterne, The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman, ed. Ian Campbell Ross (1760- (...)

5Sterne énonce à ce propos combien le moment de la procréation d’un être commande à toute sa vie, car « not only the production of a rational being was concern’d in it, but that possibly the happy formation and temperature of his body, perhaps his genius and the very cast of mind ; – and, for aught they know to the contrary, even the fortunes of his whole house might take their turns from the humours and dispositions which were then uppermost11 ». Selon le principe de l’analogie, toujours vivace au XVIIIe siècle en Angleterre, la couleur des plantes indique leurs fonctions médicinales. La jaunisse se soigne par le bouton d’or, et les maladies de sang sont guéries grâce au géranium et à l’huile de millepertuis, de couleur rouge (Porter et Vigarello 341).

  • 12 Voir plus précisément le livre XIV de la troisième partie de De l’Esprit des lois (1748) de Montes (...)

6Tout comme Montesquieu en France à la même époque, les Anglais considèrent aussi que le climat et les saisons ont des conséquences indéniables sur les corps et sur les humeurs12. Déjà Hippocrate soutenait que,

la pituite augmente chez l’homme pendant l’hiver ; car, étant la plus froide de toutes les humeurs du corps, c’est elle qui est la plus conforme à cette saison [...]. Au printemps, la pituite conserve encore de la puissance et le sang s’accroît ; le froid se relâche, les pluies arrivent, et le sang prévaut sous l’influence de l’eau qui tombe et des journées qui s’échauffent ; ce sont les conditions de l’année qui sont les plus conformes à sa nature, car le printemps est humide et chaud [...]. En été, le sang a encore de la force, mais la bile se met en mouvement dans le corps et elle se fait sentir jusqu’à l’automne. La pituite est au minimum dans l’été, saison qui, étant sèche et chaude, lui est naturellement contraire. Le sang est au minimum en automne, saison sèche et qui déjà commence à refroidir le corps humain ; mais c’est alors que la bile noire surabonde et prédomine. Quand l’hiver revient, d’une part la bile refroidie décroît, d’autre part la pituite augmente derechef par l’abondance des pluies et la longueur des nuits. (« De la nature de l’homme » 148-49)

  • 13 John Arbuthnot, An Essay upon the Effects of Air on Human Bodies (London, 1733) 154.
  • 14 George Cheyne, The English Malady, ed. Roy Porter (1733 ; London : Routledge, 1991) i (Preface).

7Les maladies sont traditionnellement plus nombreuses au printemps et à l’automne. En plus des saisons, le climat exerce une influence capitale. Robert Burton soutient que « the clime changes not so much customs, manners, wits [...] as constitutions of bodies, and temperature itself [...]. As the air is, so are the inhabitants, dull, heavy, witty, subtle, neat, cleanly, clownish, sick and sound » (2.61). De même, pour John Arbuthnot, « the Constitutions of Mankind differ according to the Qualities of the Air in which they live [...]. The Inhabitants of moist Countries were bloated, leucophlegmatic, and dull, from the Relaxation of their Fibres, and the Moisture imbib’d with the Air [...]. The Blood, too, in hot Countries, is thicker and blacker by the Dissipation of the serous Part, by sensible Perspiration13 ». Enfin, c’est à la qualité de l’air anglais que George Cheyne impute la présence remarquable de l’affection qu’il appelle de manière révélatrice « the English Malady » : « The Moisture of our Air, the Variableness of our Weather, (from our Situation amidst the Ocean) the Rankness and Fertility of our Soil [...] the Inactivity and Sedentary Occupations of the better sort [...] and the Humour of living in great, populous and consequently unhealthy Towns14. »

  • 15 Ce tableau se trouve dans François Lebrun, Se soigner autrefois : médecins, saints et sorciers aux (...)

8Les romans se font l’écho de cette conception. Ainsi, Sterne propose à son lecteur de le conduire en Angleterre pour lui montrer combien « the spring tide of our blood and humours runs high, where we have more ambition, and pride, and envy, and lechery, and other whoreson passions upon our hands to govern and subject to reason » (TS 156). Le tableau 1 page suivante permet de synthétiser le système de correspondances et d’analogies15.

Tableau 1. – Système de correspondances et d’analogies

Tableau 1. – Système de correspondances et d’analogies

9Ces influences multiples se font sentir dans les romans anglais du XVIIIe siècle, où le personnage est souvent défini par la prépondérance de l’une des humeurs.

2 Les humeurs et la définition des personnages

  • 16 Ben Jonson, Everyman in His Humour (London, 1598) et Everyman out of His Humour (London, 1599).

10En dépit de liens très serrés entre « tempérament » et « complexion », une distinction préliminaire de ces termes s’impose. Le « tempérament » correspond à un état constitutif intérieur, alors que la « complexion » correspond à une manifestation physique extérieure. Comme le suggère le tableau 1, il existe traditionnellement, selon la prépondérance de telle ou telle humeur dans le corps, quatre tempéraments principaux : sanguin, mélancolique ou atrabiliaire, flegmatique et bilieux. Jacqueline Labrude-Estenne souligne que « le tempérament est une donnée variable qui se modifie avec la nature et la qualité des humeurs, elles-mêmes fonction de l’âge. La notion de tempérament explique la prédisposition de certains sujets à certaines maladies. Ainsi les mélancoliques sont-ils plus enclins à l’hypocondrie, les sanguins à l’apoplexie » (29). Ces tempéraments commandent au corps et à l’esprit, comme l’illustrent les pièces de Ben Jonson16.

11Qui est doté d’un tempérament flegmatique est censé, d’après cette tradition, avoir une complexion pâle ; une complexion rouge dénote un sang abondant et vigoureux, qui rend la personne robuste et énergique ; une bile prépondérante rend le sujet colérique et renfermé ; enfin, un surplus de bile noire le rend sombre et triste.

  • 17 Shakespeare y fait souvent référence, notamment dans Julius Caesar, où César, qui se méfie de l’ap (...)
  • 18 Jean-Jacques Courtine, « Le Miroir de l’âme », Histoire du corps de la Renaissance aux Lumières, é (...)
  • 19 Ann Radcliffe, The Mysteries of Udolpho, ed. Bonamy Dobrée (1794 ; Oxford : Oxford UP, 1980) 339. (...)

12Le déterminisme physique s’apparente à la physiognomonie, concept en vogue depuis l’Antiquité, selon lequel l’intérieur et l’extérieur du corps se reflètent17. Ce lien s’établit entre « un homme extérieur et un être intérieur, entre ce qui, du sujet, est perçu comme superficiel et profond, montré et caché, visible et invisible, manifeste et latent. Bref, entre le royaume de l’âme – caractères, passions, penchants, sentiments, émotions [...] – et le domaine du corps – signes, traces, marques, indices, des traits physiques18 ». Clarissa y fait implicitement écho lorsqu’elle écrit à sa confidente : « my countenance [...] is indeed an honest picture of my heart » (Richardson, Clarissa 1127). Dans The Mysteries of Udolpho (1794), Emily conçoit les pires inquiétudes à la vue de Barnardine car il a le visage d’un assassin19.

  • 20 Frances Sheridan, Memoirs of Miss Sidney Bidulph, eds. Patricia Köster and Jean Coates Cleary (176 (...)

13La prépondérance de telle ou telle humeur est soit constitutionnelle, soit conditionnelle. Robert Burton fait ainsi une distinction entre deux types de mélancolie : « in disposition » et « in habit » (1.143). Dans Memoirs of Miss Sidney Bidulph (1761), l’héroïne précise que la mélancolie dont souffre son amie Mrs. Vere n’est pas innée, mais due à des circonstances bien précises et à la sévérité de sa mère Lady Grimston20. De même, alors que Lovelace est de type sanguin, la mort de Clarissa change l’humeur prédominante de son corps. À cause d’un excès de bile, il devient colérique et se départit de la bonne humeur qui le caractérisait jusqu’alors (Richardson, Clarissa 1385).

  • 21 Stanley W. Jackson, « Melancholia and the Waning of the Humoral Theory », Journal of the History o (...)
  • 22 Il constate ensuite quels sont les symptômes chez les sujets qui souffrent d’un excès de bile noir (...)

14Le type du mélancolique (ou atrabiliaire) est très répandu au XVIIIe siècle. Stanley W. Jackson donne deux raisons physiques liées à la rate, l’organe qui est censé produire et filtrer cette humeur, pour rendre compte de son surplus : « the spleen failed to absorb the superfluous black bile from the blood and this excess caused [...] melancholia », et « the black bile the spleen had absorbed became disordered in some manner and gave off vapours which led to the various symptoms of hypocondriacal melancholy21 ». Robert Burton, quant à lui, explique quelle est son intention, en écrivant The Anatomy of Melancholy : « my purpose and endeavour is [...] to anatomize this humour of melancholy, through all his parts and species [...] [and] philosophically, medicinally, to show the causes, symptoms, and several cures of it, that it may be better avoided » (1.120)22.

  • 23 Le narrateur dit : « Crabtree saw and considered everything through the perspective of spleen, tha (...)

15Parmi les romanciers du XVIIIe siècle, ce sont sans doute Sterne et Smollett qui exploitent le plus la tradition humorale. Le premier précise que chaque lecteur réagira différemment selon son tempérament : « the reader [...] if he is the least of a choleric temper, will immediately throw the book by ; if mercurial, he will laugh most heartily at it ; – and if he is of a grave and saturnine cast, he will, at first sight absolutely condemn as fanciful and extravagant » (TS 43). Chez le second, Matthew Bramble est influencé par son tempérament atrabiliaire. Il écrit au docteur Lewis : « I have some right to discharge the overflowings of my spleen upon you, whose province it is to remove those disorders that occasioned it » (Smollett, HC 33). Crabtree, dans Peregrine Pickle (1751) est atteint du même trouble23.

16La surabondance de flegme rend le personnage terne, à l’instar du père de Peregrine Pickle, que Smollett élimine très rapidement de son texte : « Nature [...] had mixed little or nothing inflammable in his composition [...] [and] he was scarce ever disturbed with violent emotions of any kind » (PP 1.2). Le type flegmatique est si souvent associé aux Anglais que Peregrine Pickle, même s’il se définit comme sanguin, plein de vie et d’entrain, est jugé tel lors de son séjour à Paris (Smollett, PP 1.193-94).

  • 24 Robert Burton écrit à ce propos : « anger is temporary madness. [...] There is no difference betwe (...)
  • 25 Matthew Gregor Lewis, The Monk, ed. Emma McEvoy (1796 ; Oxford : Oxford UP, 1995) 26.
  • 26 Ann Radcliffe, The Italian ; Or, the Confessional of the Black Penitents, ed. Frederick Garber (17 (...)

17Les romanciers exploitent bien davantage les tempéraments bilieux, régulièrement atteints de crises de colère qui donnent vie et dynamisme au texte, et font, pour un temps, franchir au personnage les limites entre la raison et la folie24. Dans The Monk (1796), Lorenzo est victime d’une telle crise envers Don Christoval, quand ce dernier suggère que c’est pour des raisons financières que son ami a laissé enfermer Agnes au couvent : « God grant », s’écrie-t-il, « that Antonia may soften that fiery temper, or we shall cut each other’s throat before the Month is over25 ! ». Jugé par le tribunal de l’Inquisition, Schedoni, qui veut jeter le doute sur les accusations de Nicola di Zampari de manière à se disculper, allègue un tropplein de bile, sans pour autant parvenir à convaincre les juges de son innocence26.

  • 27 Oliver Goldsmith, The Vicar of Wakefield, ed. Stephen Coote (1766 ; Harmondsworth : Penguin, 1982) (...)
  • 28 Lovelace voit véritablement sur le corps de Clarissa les flux sanguins que Greville imagine : « th (...)

18L’humeur qu’est le sang revêt une importance toute particulière dans le roman anglais du XVIIIe siècle. Tout d’abord, à la différence des trois autres humeurs, il est possible, à travers la peau, de voir le corps s’irriguer. Chez les Européens, d’ailleurs, la peau blanche est signe de haute naissance (de noble sang). Dans The Vicar of Wakefield (1766), les filles de Primrose, qui tiennent à se faire accepter par la haute société malgré leur plus humble naissance, redoublent de soin pour que leur épiderme reste (ou devienne) le plus transparent possible : « our windows again [...] were filled with washes for the neck and face. The sun was dreaded as an enemy to the skin without doors, and the fire as a spoiler to the complexion within. My wife observed, that [...] working after dinner would redden their noses, and she convinced me that hands never looked so white as when they did nothing », dit le protagoniste27. À la vue de la peau diaphane de Harriet Byron, Greville s’exclame, « her complexion is admirably fair [...] I have sat admiring her complexion, till I have imagined I have seen the life-blood flowing with equal course through her translucent veins »28 (Richardson, SCG 1.11-12).

  • 29 Il faut relever ici la polysémie de l’adjectif anglais « sanguine », que le SOED définit comme sui (...)

19En outre, nombreux sont les personnages qui appartiennent au type sanguin29. Selon Ambroise Paré, « les signes de l’homme sanguin » sont les suivants :

  • 30 Ambroise Paré, « Introduction ou entrée pour parvenir à la vraye cognoissance de la chirurgie », Œ (...)

puisque du sang s’engendre la chair, il est manifeste que l’homme bien charnu et musculeux, et qui a pris une habitude de corps ferme, avec une exhalation de tout le corps vaporeuse et benigne, est sanguin. La personne sanguine a pareillement la couleur belle, vermeille, et meslée de blanc et de rouge : de blanc à cause du cuir, partie spermatique et blanche : de rouge, à raison du sang qui est au dessous [...]. Ses mœurs sont paisibles, ioyeuses et facétieuses [...]. L’homme sanguin, en outre, boit et mange beaucoup, à cause qu’il a grande chaleur naturelle30.

  • 31 Tobias Smollett, The Adventures of Ferdinand Count Fathom, ed. Paul-Gabriel Boucé (1753 ; Harmonds (...)
  • 32 Henry Fielding, The History of Tom Jones, a Foundling, ed. R. P. C. Mutter (1749 ; Harmondsworth : (...)
  • 33 Henry Fielding, Amelia, ed. David Blewett (1751 ; Harmondsworth : Penguin, 1987) 158.
  • 34 Henry Fielding, The History of the Adventures of Joseph Andrews and of His Friend Mr. Abraham Adam (...)
  • 35 Jean-Paul Roux, Le Sang : mythes, symboles et réalité (Paris : Fayard, 1988) 29.

20La dédicace de Ferdinand Count Fathom (1753) annonce au lecteur qu’il va lire les aventures d’un héros soumis aux excès d’une telle disposition31. Henry Fielding choisit aussi de doter Tom Jones d’un tempérament sanguin (et optimiste32). Le sang commande aux agissements et aux réactions des personnages, comme l’annonce le titre du chapitre 43 de Ferdinand Count Fathom : « What’s bred in the bone will never come out of the flesh » (Smollett 263), chapitre où le romancier indique que, malgré ses efforts pour se maîtriser, le personnage ne peut résister à la tentation de séduire la fiancée de Renaldo : « there was an intemperance in his blood, which often interfered with his caution » (264). De manière semblable, c’est le tempérament sanguin de Booth qui explique qu’il trompe Amelia, son épouse aussi parfaite que patiente, avec Miss Mathews, quand les deux personnages se trouvent en prison33. Les femmes aussi sont parfois victimes de la chaleur de leur sang, telles Lady Booby (qui chasse Joseph de chez elle parce qu’elle le trouve trop peu réceptif à ses avances et parce qu’elle a peur qu’il raconte comment elle s’est, en vain, offerte à lui), et Slipslop, dont la chaleur du sang apparaît dans un visage rougeaud et couvert de boutons34. Il arrive aussi que les personnages soient eux-mêmes surpris par leurs réactions, impulsions générées par les flux incontrôlables de leur sang. Ils illustrent ainsi les propos de Jean-Paul Roux, selon qui « [le sang] porte en lui une force émotionnelle en quelque sorte spontanée, purement instinctive, souvent indépendante de toute association constante, à laquelle nul sans doute n’échappe, et qui peut s’exprimer sournoisement35 ». Lovelace est ainsi incapable d’expliquer pourquoi, malgré ses intentions de ne pas épouser Clarissa, il lui renouvelle sa demande en mariage (Richardson, Clarissa 492). Ambrosio, en dépit de ses efforts, souffre du même manque de maîtrise, qui le conduit à violer Antonia : « for a time spare diet, frequent watching, and severe penance cooled and represt the natural warmth of his constitution : But no sooner did opportunity present itself [...] than Religion’s barriers were too feeble to resist the over-whelming torrent of his desires. All impediment yielded before the force of his temperament, warm, sanguine, and voluptuous in the excess » (Lewis 238-39).

  • 36 L’on sait que, chez l’homme, le fluide emplit les corps caverneux de la verge pour créer l’érectio (...)
  • 37 John Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure [Fanny Hill], ed. Peter Sabor (1749 ; Oxford : Oxford (...)
  • 38 Marie-France Rouart, Le Crime rituel, ou le sang de l’autre (Paris : Berg International, 1997) 297
  • 39 Dans The Romance of the Forest (1791), Adeline se sent pareillement coupable des blessures que The (...)

21Il semble que l’une des fonctions du sang soit de stimuler le désir36. Chez Cleland, le sang chaud de Fanny Hill s’échauffe encore plus quand elle explore pour la première fois l’intimité de Phœbe37. Plus tard, son sang se met de nouveau à bouillir lorsqu’elle est témoin de l’échange érotique entre Louisa et son partenaire, et qu’elle suit les flux du sang visibles sur le corps de la jeune fille : « her countenance, and whole frame, grew more animated ; the faint blush of her cheeks gaining ground on the white, deepen’d into a florid vivid vermilion glow : her naturally brilliant eyes now sparkled with tenfold lustre : her langor was vanish’d, and she appeared quick-spirited, and alive all over » (Cleland 116). De même, les mouvements du sang s’accélèrent chez Ambrosio quand Matilda découvre son sein et menace de se poignarder s’il ne l’autorise pas à rester au monastère : « his eyes dwelt with insatiable avidity upon the beauteous Orb. A sensation till then unknown filled his heart [...]. A raging fire shot through every limb ; the blood boiled in his veins, and a thousand wild wishes bewildered his imagination » (Lewis 65). Le sang, ainsi, dont « la jouissance [...] [est] à la fois offerte et interdite », est doté d’une fonction de révélation38. C’est précisément pour voir quels sont les sentiments de Clarissa à son égard que Lovelace prend de l’ipécacuana, vomitif particulièrement puissant. L’héroïne ne peut faire taire ni son inquiétude ni son attirance pour le libertin. « Mr Lovelace [...] has been very ill [...] with a vomiting of blood in great quantities. Some vessel broken [...]. I was the more affected with it, as I am afraid it was occasioned by the violent contentions between us » (Richardson, Clarissa 678), dit-elle39.

22Si les personnages des romans du XVIIIe siècle sont soumis à leurs humeurs, il n’en reste pas moins que la tradition humorale s’affaiblit au cours de la période. Sans doute faut-il voir dans le fait que le chirurgien qui ne jure que par Hippocrate et par Galien dans Joseph Andrews est tourné en ridicule par Adams et se révèle incapable de soigner Joseph (Fielding 54), le signe que la tradition humorale est désormais loin de faire l’unanimité et que les hommes qui faisaient autorité jusqu’ici sont désormais contestés.

3 Le sang et la science des Lumières

23Mus par une curiosité sous-tendue par les découvertes scientifiques effectuées grâce à l’invention d’appareils et au perfectionnement d’autres, les hommes des Lumières comprennent et corrigent peu à peu les erreurs commises par les Anciens. Roy Porter résume les raisons et les conséquences de ces innovations depuis le XVIIe siècle :

  • 40 Roy Porter, Enlightenment : Britain and the Creation of the Modern World (Harmondsworth : Penguin, (...)

science’s growing prestige broadened horizons and bred hope : all was open to inquiry, measurement and analysis. Apparatus would do its bit : telescopes, microscopes, barometers, thermometers, hydrometers, theodolites, pumps and prisms – such technical devices were the auxiliaries of a new science which was not about vain and vaporous lucubrations but the busy hands-on probing of nature40.

  • 41 Voir sur ce point David Hartley, Opinions on Man, His Frame, His Duty, and His Expectations, 2 vol (...)
  • 42 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique (Paris, 1697), et Jonathan Swift, Predictions fo (...)
  • 43 Defoe adopte une position ambiguë. Dans A Relation of the Apparition of Mrs. Veal (London, 1706), (...)
  • 44 Peter Gay, The Enlightenment : An Interpretation, Vol. 3 : The Science of Freedom (New York : Nort (...)
  • 45 La Royal Society est formée à partir de l’« Invisible College », fondé en 1645. La Royal Society o (...)
  • 46 Roy Porter, « The Early Royal Society and the Spread of Medical Knowledge », The Medical Revolutio (...)

24Ce dynamisme et cet optimisme s’accompagnent d’une foi en la perfectibilité de l’espèce humaine. L’homme n’est plus considéré comme marqué de manière indélébile par la Chute ; il lui est possible, selon les philosophes tels David Hartley ou Erasmus Darwin, de se perfectionner à l’infini41. Parallèlement à cette nouvelle foi en l’homme, certaines croyances populaires sont dénoncées, telle celle en l’astrologie, que Pierre Bayle tourne en ridicule dans l’article la concernant de son Dictionnaire historique et critique (1697), comme le fait aussi Jonathan Swift, sous le pseudonyme d’Isaac Bickerstaff, dans Predictions for the Year 1708, écrit contre les prédictions de John Partridge42. De même, à partir de 1650, les lettrés anglais mettent en doute l’existence des sorcières et les pouvoirs de la sorcellerie (Porter, Enlightenment 219-2043). Alors que, par le passé, l’on avait peur du changement, parmi l’élite, on se met, dans les dernières années du XVIIe siècle, à craindre la stagnation. D’après Peter Gay, « educated Europeans awoke to a new sense of life [...]. The word innovation, traditionally an effective term of abuse, became a word of praise [...]. There seemed to be little doubt that in the struggle of man against nature, the balance of power was shifting in favour of man44 ». L’historien définit le XVIIIe siècle anglais comme « a century of decline in mysticism, of growing hope for life and trust in effort, of increasing secularism, and a growing willingness to take risks » (6). Ces changements sont en partie dus à la présence et à l’action de la Royal Society, dont les travaux dans le domaine médical sont fondamentaux45. Roy Porter en explique la portée : « in research fields such as anatomy, respiration, generation, blood muscle physiology, organic chemistry, animal experimentation [...] the early years of the Royal Society show an impressive collocation of activity, involving links with the best investigators in Europe, as well as in Britain46. »

  • 47 Roy Porter relève que « Newton’s principate proved momentous for enlightened thinking. It bolstere (...)
  • 48 Rafaël Mandressi, Le Regard de l’anatomiste : dissections et invention du corps en Occident (Paris (...)
  • 49 William Harvey, De Motu Cordis : Anatomical Exercises Concerning the Motion of the Heart and Blood (...)
  • 50 Harvey écrit : « the motion and circulation of the blood is confirm’d by those things which appear (...)

25En matière de méthodes et de pratiques, les scientifiques privilégient l’observation et l’expérience, sous l’influence de Francis Bacon (1561-1626), de John Locke (1632-1704) et d’Isaac Newton (1642-1727)47. Rafaël Mandressi signale à juste titre « la valorisation de l’expérience comme principe d’accès à la réalité du monde48 ». William Harvey explique dans son traité consacré au cœur et à la circulation sanguine qu’il procède par observations et par expériences, moyens qui lui permettent de confirmer ses hypothèses : « The first supposition concerning the quantitie of blood which passes through from the veins into the arteries, and that there is a circulation of the blood is vindicated from objections, and further confirm’d by experiments49. » La preuve de la circulation sanguine, affirme-t-il, lui a été fournie par ses travaux de dissection50. Smollett fait écho, de manière comique, à l’importance grandissante de cette pratique, et présente à son lecteur un personnage de docteur pédant, prêt à toutes les expériences : « he had, for the experiment’s sake, eaten a steak cut from the buttock of a person who had been hanged » (PP 1.243).

  • 51 Michel Lemire, « Fortunes et infortunes de l’anatomie et des préparations anatomiques, naturelles (...)
  • 52 André Vésale, De Humani Corporis Fabrica (Bâle, 1543). Ce frontispice fait penser à la quatrième p (...)
  • 53 Pierre Dionis, Cours d’opérations de chirurgie, démontrées au Jardin Royal (5e éd ; Paris, 1765) v (...)
  • 54 À l’instar de Gulliver, anatomistes et explorateurs sont mus par une curiosité insatiable. Jonatha (...)
  • 55 David Le Breton, La Chair à vif : usages médicaux et mondains du corps humain (Paris : Métailié, 1 (...)
  • 56 Denis Diderot, Éléments de physiologie, éd. Paolo Quintili (1778 ; Paris : Champion, 2004) 355.
  • 57 « Jamais », dit Rodin, « l’anatomie ne sera à son dernier degré de perfection, que l’examen des va (...)
  • 58 « Her heart », dit le libertin, « which I prize above my own, I will have. I will keep it in spiri (...)
  • 59 Le verbe anglais « to fathom » signifie : sonder (au sens propre), ainsi que pénétrer, explorer et (...)
  • 60 Peter Linebaugh, « The Tyburn Riot against the Surgeons », Albion’s Fatal Tree : Crime and Society (...)

26Malgré les protestations, surtout émises par les classes sociales inférieures, pour qui les dissections sont des actes de cruauté gratuite, inutile et sacrilège, le XVIIIe siècle mérite d’être appelé celui « de l’anatomie triomphante51 ». L’on sent toute l’influence de Vésale (1514-1564) et des trois cents illustrations d’écorchés présentes dans son ouvrage De Humani Corporis Fabrica (1543), dont le frontispice, sans doute exécuté par Jan Stefan Van Calcar, montre une leçon d’anatomie52. La figure de l’écorché est tellement répandue qu’elle s’applique aux vivants. Jery Melford dit que son oncle Matthew Bramble est « as tender as a man without a skin » (Smollett, HC 49), et Henry Fielding décrit Fanny en faisant référence, à rebours, à ce modèle : « she was tall and delicately shaped ; but not one of those slender young women, who seem rather intended to hang up in the Hall of an Anatomist, than for any other Purpose » (JA 132). L’anatomie participe des progrès des Lumières dans la mesure où elle révèle ce qui était jusqu’alors caché. Pierre Dionis, éminent chirurgien français, en observe les avantages : « la phisique ne pourroit pas développer les ressorts qui font agir tous les corps que nous voyons sans le recours à l’Anatomie ; c’est par ce moyen que disséquant & séparant jusqu’aux moindres particules qui composent un tout, elle découvre tous les secrets de la Nature53. » De même, William Harvey explique : « I do not profess to learn or teach that from the axioms of philosophers, but from Dissections, and from the Fabrick of Nature » (xiii). Tout comme le monde renferme des terres inconnues que les explorateurs tentent de découvrir, le corps humain est un espace qu’il est souhaitable, et même nécessaire, d’explorer54. Pour David Le Breton, « l’exploration du corps se poursuit à la manière d’une terra incognita à arpenter et à jalonner de repères [...]. Le corps est perçu à l’image d’un continent dont la découverte progresse au rythme de son démantèlement et de l’obstination d’anatomistes que ne rebutent ni la chair ni le sang55 ». L’autopsie est marquée par « trois actes fondamentaux : couper, observer, toucher. Couper les corps morts, pour voir de ses propres yeux au-delà de la frontière de la peau, et toucher : toucher le sang, les tissus, palper la mollesse ou la dureté, sentir les formes et les textures » (Mandressi 15). En Angleterre, William Hunter, nommé professeur d’anatomie à la Royal Academy of Arts à partir de 1768, et son frère John, adoptent la méthode française de dissection qui met les étudiants en contact direct avec le cadavre, ses organes et son sang, au lieu de les cantonner à n’être que de simples témoins de la dissection opérée par le professeur. Diderot, pour sa part, soutient que « l’ouverture des cadavres serait très avantageuse aux progrès de la médecine », et il ajoute que « la conservation des hommes et les progrès de l’art de les guérir, sont des objets si importants, que dans une société bien policée les prêtres ne devraient recevoir les cadavres que des mains de l’anatomiste, et qu’il devrait y avoir une loi qui défendît l’inhumation d’un corps avant son ouverture56 ». Dans Justine (1791), le chirurgien Rodin envisage de disséquer Rosalie, sa propre fille, avec l’aide de son collègue Rombeau, en justifiant le caractère inhumain d’un tel acte par la nécessité scientifique57. Il n’est pas indifférent que l’un des souhaits principaux de Lovelace soit d’explorer la nature (féminine) dans ses recoins les plus secrets (Richardson, Clarissa 843), et qu’il veuille, après avoir obtenu le cœur de Clarissa, que celle-ci soit embaumée58. « Fathom », le nom du héros de Smollett, symbolise à lui seul la soif de connaissance qui caractérise et anime les hommes des Lumières en Angleterre59. Peter Linebaugh note que « by the middle of the 1740s empirical experience in the dissection of corpses had become conventional practice in surgical training60 ».

  • 61 Le manque de cadavres s’explique par le fait que les patentes royales autorisaient seulement la di (...)
  • 62 Tobias Smollett, The Adventures of Roderick Random, ed. Paul-Gabriel Boucé (1748 ; Oxford : Oxford (...)

27Ainsi s’expliquent, au cours de la période, les batailles entre les chirurgiens, qui veulent obtenir le cadavre des pendus, comme à Tyburn, où les émeutes sont fréquentes non seulement entre les chirurgiens, qui ont besoin de corps pour leurs autopsies, mais aussi entre ces derniers et la foule, farouchement opposée à cette pratique. Pour pouvoir accomplir des dissections, nombreux étaient les chirurgiens qui demandaient l’aide de voleurs (« body snatchers ») et certains allaient parfois déterrer eux-même les corps61. L’on sait que le cadavre de Sterne, inhumé en 1768 dans le cimetière de Bayswater Road, fut exhumé et transporté à Cambridge pour être disséqué, et que le chirurgien Charles Collignon le reconnut, le laissa indemne et ordonna qu’on l’enterre à nouveau. Même si aucun des romans anglais de l’époque considérés ici ne met en scène des voleurs de corps, Lewis évoque cette pratique et décrit Ambrosio armé d’une pioche et d’un levier pour pénétrer dans le caveau où il retient Antonia prisonnière, alors que le sang de cette dernière se remet à circuler dans ses veines (378). Les personnages s’inquiètent souvent de ce que deviendront leur corps et leur sang après leur mort. Trunnion, qui craint les voleurs de cadavres, dit à Peregrine Pickle, « [you] must keep a good lookout, that none of your pilfering rascallions may come and heave me up again, for the lucre of what they can get, until the carcass is belayed by a tombstone » (Smollett, PP 1.360). Roderick Random, pris à tort pour Patrick Gaghagan, échappe de justesse à la pendaison et à la confiscation de son corps par un chirurgien : « the surgeons », lui annonce le juge avant que l’erreur d’identité ne soit découverte, « will fetch you from your next transportation at their expence62 ».

  • 63 L’on pense aussi à Julien Offray de La Mettrie (L’Homme-Machine, L’Homme-Machine suivi de L’Art de (...)
  • 64 Jean d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et (...)

28À la faveur des dissections et des découvertes scientifiques du siècle précédent, de nouvelles théories émergent. Depuis le XVIIe siècle, les iatro-physiciens, parmi lesquels Robert Boyle (1627-1691), Otto von Guericke (1602-1686), Giorgio Baglavi (1668-1707) et Giovanni Borelli (1608-1679), s’opposent aux iatro-chimistes (dont Jean-Baptiste Van Helmont [1577-1644] et Thomas Willis [1621-1675]). Les premiers considèrent le corps comme une machine et expliquent son fonctionnement et ses maladies en termes mécaniques63. Pour les seconds, l’organisme fonctionne grâce à des processus et à des réactions chimiques. Des éléments nouveaux prennent en outre une importance capitale au XVIIIe siècle. Les fibres et les nerfs, par exemple, détrônent peu à peu les humeurs, parmi lesquelles seul le sang garde néanmoins une place prépondérante. Georges Vigarello relève que la fibre, « construction filamenteuse, long linéament suggéré par l’œil des premier microscopes [...] devient au XVIIIe siècle l’unité anatomique minimale, le premier fragment dont se composent les parties du corps » (Le Sain 150). Dans l’article « fibre » de l’Encyclopédie, d’Alembert et Diderot constatent que ces éléments deviennent, plus que les humeurs, le principe premier du corps humain, et que les qualités de l’organisme dépendent de leur ton, de leur force et de leur élasticité64. Pour George Cheyne, les nerfs sont des fibres caractérisées par une extrême sensibilité (English Malady 65). Herman Boerhaave (1668-1738) et William Cullen (1710-1790) leur accordent une importance toute particulière dans leurs recherches. C’est par leurs mouvements désordonnés que s’expliquent les convulsions, dont sont souvent affectés les personnages romanesques. Radcliffe décrit ainsi le trouble d’Emily, incapable de supporter les révélations que lui fait son père, sur le point de mourir (MU 76).

  • 65 Charles F. Mullet, ed., Letters of George Cheyne to Samuel Richardson (Columbia : The U of Missour (...)

29S’ils disqualifient la théorie des quatre humeurs, les scientifiques et les médecins qui défendent les théories fibrillaires et nerveuses continuent à considérer le sang comme le fluide essentiel du corps. Ils soulignent en effet les liens entre sang, fibres et nerfs. Ces derniers exercent une influence sur la circulation sanguine qui, selon George Cheyne, est empêchée par « a too great Laxity or want of due Tone, Elasticity and Force in the Fibres in general, or the Nerves in particular » (English Malady 7). Toujours pour George Cheyne, le sang est responsable de toutes les maladies nerveuses65. De plus, Albrecht Von Haller (1708-1777) avance « une explication physique – qui avait manqué à Harvey – des pulsations cardiaques : le cœur est l’organe le plus “irritable” du corps. Composé de couches de fibres musculaires, il est stimulé par le sang qui arrive et y répond par les contractions systoliques » (Porter et Vigarello 357).

  • 66 Tim Hitchcock, English Sexualities 1700-1800 (London : Macmillan, 1997) 5.
  • 67 Erwin H. Ackerknecht, Therapeutics from the Primitives to the Twentieth Century (London : Macmilla (...)
  • 68 Roy Porter, Flesh in the Age of Reason (London : Allan Lane, 2003) 54.

30Il semble donc que le XVIIIe siècle, en Angleterre et sur le continent, soit une époque où le système des quatre humeurs s’efface peu à peu, et où les théories séculaires et incontestées jusque-là sont mises en question, même si elles continuent d’imprégner les mentalités et de trouver leur écho dans les romans. Tim Hitchcock souligne que ce déclin s’étend des années 1670 à 182066. Les élites les contestent plus que le peuple, pour qui elles restent longtemps la référence. Erwin H. Ackerknecht, rend parfaitement compte de la diversité des doctrines médicales, particulièrement éclectiques à cette époque, et mentionne « a chaotic mixture of chemiatric and Galenistic practices which are interpreted partly on the basis of humoral pathology, partly on the basis of the pathology of solids67 (fiber or nervous pathology) ». Roy Porter utilise une image de transfusion révélatrice pour traduire le flou et la diversité des théories à la fin du XVIIe et pendant le XVIIIe siècle : « beliefs about the body were in flux, but one thing was clear : all the new models joined in denouncing Aristotelianism and Galenism as empty and barren – if only in reality recycling their ideas under a different guise, pouring old wine into new bottles68. »

31S’il est indéniable que les autres humeurs perdent de l’importance, le sang, parce qu’il est lié aux théories et aux éléments nouveaux (les fibres et les nerfs), garde une place capitale, notamment grâce à son rôle et à ses flux dans le corps humain, explicités par William Harvey. Stanley W. Jackson constate que « [because of] the new status of blood following Harvey’s work, blood became the humor, and it was joined by the “Nervous Liquor”, the “Chyme or nourishing Juice” [...] Yellow bile, black bile, and phlegm were relegated to the status of waste products to be separated from the blood by the liver, the spleen, and the solid parts respectively » (375). Devenu le fluide prépondérant et noble de l’organisme, le sang exerce son influence sur le corps des personnages du roman anglais du XVIIIe siècle.

Notes

1 Jacqueline Labrude-Estenne, Médecins et médecine dans l’œuvre romanesque de Tobias Smollett et de Laurence Sterne 1748-1771 (Paris : P. de la Sorbonne Nouvelle, 1995) 27-28.

2 Tobias Smollett, The Expedition of Humphry Clinker, ed. Lewis M. Knapp (1771 ; Oxford : Oxford UP, 1998) 2.

3 Hippocrate, « De la nature de l’homme », De l’art médical, éd. Danielle Gourevitch, intr. Danielle Gourevitch et Mirko Grmek (Paris : Livre de Poche, 1994) 146.

4 Robert Burton, The Anatomy of Melancholy, intr. Holbrook Jackson (1621 ; London : Dent, 1948) 2 vols. L’auteur définit une humeur comme « a liquid or fluent part of the body, comprehended in it, for the preservation of it ; and is [...] innate or born with us » (1.147).

5 Thomas Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud (Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1990) 11.

6 Georges Vigarello, Le Sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge (Paris : Seuil, 1993) 42.

7 Samuel Richardson, Clarissa ; Or, the History of a Young Lady, ed. Angus Ross (1747-1748 ; Harmondsworth : Penguin, 1985) 165. Une correspondance s’établit ici entre la planète, le personnage mythologique et le héros.

8 Roy Porter et Georges Vigarello, « Corps, santé et maladies », Histoire du corps de la Renaissance aux Lumières, éd. Georges Vigarello (Paris : Seuil, 2005) 340.

9 Nicholas Culpeper, The English Physician, Enlarged with 369 Medicines Made from English Herbs, That Were not in any Impression Until This. Being an Astrologo-Physical Discourse of the Vulgar Herbs of This Nation ; Containing a Complete Method of Physick, Whereby a Man may Preserve His Body in Health or Cure Himself, Being Sick, for Three-Pence Charge, with such Things only as Grow in England, They Being Most Fit for English Bodies (London, 1733) 386.

10 André Rauch, Histoire de la santé (Paris : PUF, 1995) 36-37. Selon Nadeije Laneyrie-Dagen, ce modèle d’« homme zodiacal, ou homme-zodiaque », qui définit « un corps masculin en relation avec les astres », prévaut entre le XIVe et le XIXe siècle (Nadeije Laneyrie-Dagen, L’Invention du corps : la représentation de l’homme du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle [Paris : Flammarion, 1997] 221).

11 Laurence Sterne, The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman, ed. Ian Campbell Ross (1760-1767 ; Oxford : Oxford UP, 1983) 5.

12 Voir plus précisément le livre XIV de la troisième partie de De l’Esprit des lois (1748) de Montesquieu : « Des lois dans le rapport qu’elles ont avec la nature du climat » (Montesquieu [Charles de Secondat, Baron de la Brède et de], De l’Esprit des Lois, Œuvres complètes, éd. Roger Caillois [1748 ; Paris : Gallimard, 1958] 2 vols, 2.225-995). Le livre XIV de la troisième partie se trouve aux pages 474-89.

13 John Arbuthnot, An Essay upon the Effects of Air on Human Bodies (London, 1733) 154.

14 George Cheyne, The English Malady, ed. Roy Porter (1733 ; London : Routledge, 1991) i (Preface).

15 Ce tableau se trouve dans François Lebrun, Se soigner autrefois : médecins, saints et sorciers aux xviie et XVIIIe siècles (Paris : Messidor, 1983) 194.

16 Ben Jonson, Everyman in His Humour (London, 1598) et Everyman out of His Humour (London, 1599).

17 Shakespeare y fait souvent référence, notamment dans Julius Caesar, où César, qui se méfie de l’apparence de Cassius, dit : « Let me have men about me that are fat,/[...]/Yon Cassius has a lean and hungry look./He thinks too much. Such men are dangerous » (William Shakespeare, The Tragedy of Julius Caesar, The Complete Works, eds. Stanley Wells and Gary Taylor [1599 ; Oxford : Clarendon, 1995] 1.2.193, 195-96).

18 Jean-Jacques Courtine, « Le Miroir de l’âme », Histoire du corps de la Renaissance aux Lumières, éd. Georges Vigarello (Paris : Seuil, 2005) 304.

19 Ann Radcliffe, The Mysteries of Udolpho, ed. Bonamy Dobrée (1794 ; Oxford : Oxford UP, 1980) 339. Certains personnages se rendent compte un peu tard de ce que ce système de correspondances n’est pas infaillible. Harriet Byron comprend qu’elle a eu tort de faire confiance au visage amène de son domestique, alors que ce dernier participe à son enlèvement après le bal masqué. « I must pretend to some skill in physiognomy ! », s’écrie-t-elle, « Never more will I, for this fellow’s sake, presume to depend on my judgement of people’s hearts framed from their countenances » (Samuel Richardson, The History of Sir Charles Grandison, ed. Jocelyn Harris [1754 ; Oxford : Oxford UP, 1986] 1.150).

20 Frances Sheridan, Memoirs of Miss Sidney Bidulph, eds. Patricia Köster and Jean Coates Cleary (1761 ; Oxford : Oxford UP, 1995) 77.

21 Stanley W. Jackson, « Melancholia and the Waning of the Humoral Theory », Journal of the History of Medicine 33 (1978) 375-76.

22 Il constate ensuite quels sont les symptômes chez les sujets qui souffrent d’un excès de bile noire : « frequent wakings and terrible dreams, intempestive laughing, weeping, swooning. [...] All their senses are troubled, they think they see, hear, smell, and touch that which they do not » (Burton 1.384).

23 Le narrateur dit : « Crabtree saw and considered everything through the perspective of spleen, that always reflected the worst side of human nature » (Tobias Smollett, The Adventures of Peregrine Pickle, intr. Walter Allen [1751 ; London : Dent, 1930] 2 vols, 2.214).

24 Robert Burton écrit à ce propos : « anger is temporary madness. [...] There is no difference between a madman and an angry man in the time of his fit » (1.269).

25 Matthew Gregor Lewis, The Monk, ed. Emma McEvoy (1796 ; Oxford : Oxford UP, 1995) 26.

26 Ann Radcliffe, The Italian ; Or, the Confessional of the Black Penitents, ed. Frederick Garber (1797 ; Oxford : Oxford UP, 1991) 348.

27 Oliver Goldsmith, The Vicar of Wakefield, ed. Stephen Coote (1766 ; Harmondsworth : Penguin, 1982) 72.

28 Lovelace voit véritablement sur le corps de Clarissa les flux sanguins que Greville imagine : « this lady is all alive, all glowing, all charming flesh and blood, yet so clear, that every meandering vein is to be seen in all the lovely parts of her which custom permits to be visible » (Richardson, Clarissa 399).

29 Il faut relever ici la polysémie de l’adjectif anglais « sanguine », que le SOED définit comme suit : « Blood-red », « Of the complexion : florid, ruddy », « Of or pertaining to blood ; consisting of or containing blood », « Causing or delighting in bloodshed ; bloody, sanguinary », « Having the constitution characterized by the predominance of blood over the other three bodily humours », et enfin « confident, optimistic » (The Shorter Oxford English Dictionary [Oxford : Clarendon, 1993] article « sanguine »). L’adjectif français « sanguin » exprime indirectement ce dernier sens, puisque l’individu sanguin est « d’ordinaire d’une humeur gaie », et jouit d’« une imagination riante [...] [et d’un] esprit léger » (Dictionnaire Littré [Hachette, 1872-1877] article « sanguin »).

30 Ambroise Paré, « Introduction ou entrée pour parvenir à la vraye cognoissance de la chirurgie », Œuvres complètes, intr. J.-F. Malgaigne [N. d. ; Genève : Slatkine Reprints, 1970] 3 vols, 1.46.

31 Tobias Smollett, The Adventures of Ferdinand Count Fathom, ed. Paul-Gabriel Boucé (1753 ; Harmondsworth : Penguin, 1990) 42.

32 Henry Fielding, The History of Tom Jones, a Foundling, ed. R. P. C. Mutter (1749 ; Harmondsworth : Penguin, 1985) 626.

33 Henry Fielding, Amelia, ed. David Blewett (1751 ; Harmondsworth : Penguin, 1987) 158.

34 Henry Fielding, The History of the Adventures of Joseph Andrews and of His Friend Mr. Abraham Adams. The History of the Adventures of Joseph Andrews and of His Friend Mr. Abraham Adams and An Apology for the Life of Mrs. Shamela Andrews, ed. Douglas Brooks-Davies (1742 ; Oxford : Oxford UP, 1999) 25, 27.

35 Jean-Paul Roux, Le Sang : mythes, symboles et réalité (Paris : Fayard, 1988) 29.

36 L’on sait que, chez l’homme, le fluide emplit les corps caverneux de la verge pour créer l’érection.

37 John Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure [Fanny Hill], ed. Peter Sabor (1749 ; Oxford : Oxford UP, 1985) 12-13.

38 Marie-France Rouart, Le Crime rituel, ou le sang de l’autre (Paris : Berg International, 1997) 297.

39 Dans The Romance of the Forest (1791), Adeline se sent pareillement coupable des blessures que Theodore reçoit à cause d’elle. C’est aussi à ce moment, et grâce au sang qui coule, qu’elle prend conscience de la force de ses sentiments : « the veil was removed from her heart, and she saw, for the first time, its genuine emotions » (Ann Radcliffe, The Romance of the Forest, ed. Chloe Chard [1791 ; Oxford : Oxford UP, 1986] 176, 178).

40 Roy Porter, Enlightenment : Britain and the Creation of the Modern World (Harmondsworth : Penguin, 2000) 149.

41 Voir sur ce point David Hartley, Opinions on Man, His Frame, His Duty, and His Expectations, 2 vols (London, 1749) et, plus tard, la remarque d’Erasmus Darwin : « all nature exists in a state of perpetual improvement » (Erasmus Darwin, Zoomania ; Or, the Laws of Organic Life [1794-1796 ; London, 1801] 2.318).

42 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique (Paris, 1697), et Jonathan Swift, Predictions for the Year 1708 (London, 1707).

43 Defoe adopte une position ambiguë. Dans A Relation of the Apparition of Mrs. Veal (London, 1706), il soutient que Mrs. Veal, morte le 7 septembre 1705, est venue rendre visite le lendemain à son ancienne amie Mrs. Bargrave ; dans The Political History of the Devil (London, 1727), il ridiculise les croyances populaires en Satan ; et dans An Essay on the History and Reality of Apparitions (London, 1726), il se moque de la crédulité des gens qui croient aux fantômes, tout en disant que les anges peuvent communiquer avec les hommes à travers les rêves.

44 Peter Gay, The Enlightenment : An Interpretation, Vol. 3 : The Science of Freedom (New York : Norton, 1969) 3. L’auteur précise combien ces changements concernent bien plus l’élite que les masses : « the new style of thought was in the main reserved to the well-born, the articulate, and the lucky : the rural masses had little share in the new dispensation » (4).

45 La Royal Society est formée à partir de l’« Invisible College », fondé en 1645. La Royal Society obtient une charte de Charles II en 1663 et commence à publier les Philosophical Transactions en 1665. Son but est de favoriser « the improvement of natural knowledge » (Guthrie 191). Voir sur ce point le chapitre X : « William Harvey and His Time, 17th-Century Medicine » (Douglas Guthrie, A History of Medicine [London : Nelson, 1958] 176-95).

46 Roy Porter, « The Early Royal Society and the Spread of Medical Knowledge », The Medical Revolution of the Seventeenth Century, eds. Roger French and Andrew Wear (Cambridge : Cambridge UP, 1989) 273.

47 Roy Porter relève que « Newton’s principate proved momentous for enlightened thinking. It bolstered confidence that Nature had finally been fathomed and created a model of a material reality, amenable to observation and experiment, which squared perfectly with Locke’s empiricism » (Enlightenment 142). Sur Locke et l’empirisme, voir aussi Porter, Enlightenment 63, 68.

48 Rafaël Mandressi, Le Regard de l’anatomiste : dissections et invention du corps en Occident (Paris : Seuil, 2003) 76.

49 William Harvey, De Motu Cordis : Anatomical Exercises Concerning the Motion of the Heart and Blood in Living Creatures, ed. Geoffrey Keynes (1628 ; London : Nonesuch, 1928) 68-71. Rafaël Mandressi précise que c’est au XIIIe siècle que sont créées les universités de Bologne, de Montpellier et de Paris, et il ajoute : « c’est au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle que des autopsies comportant l’ouverture de cadavres furent pratiquées pour la première fois, à Bologne en particulier » (41) ; l’enseignement de l’anatomie est autorisé par le Pape Clément VII, pape de 1523 à 1534 (41).

50 Harvey écrit : « the motion and circulation of the blood is confirm’d by those things which appear in the heart and from those which appear in Anatomical dissection » (103).

51 Michel Lemire, « Fortunes et infortunes de l’anatomie et des préparations anatomiques, naturelles et artificielles », L’Âme au corps : arts et sciences 1793-1993, éd. Jean Clair (Paris : Gallimard, 1993) 76. Le critique écrit : « le XVIIIe siècle, siècle des Lumières, du mouvement encyclopédique, de la mode des cabinets d’histoire naturelle et des salons où l’on discutait philosophie, où l’on pratiquait des expérimentations mondaines, fut le siècle de l’anatomie triomphante, [et] de la mode anatomique » (76-77).

52 André Vésale, De Humani Corporis Fabrica (Bâle, 1543). Ce frontispice fait penser à la quatrième planche de The Four Stages of Cruelty (London, 1751) de William Hogarth, où un maître à perruque montre de sa baguette les organes mis à nus du pendu Tom Nero, dont la bouche ouverte semble laisser échapper un cri de douleur, pendant qu’un chien famélique se nourrit de viscères. Pour Daniel Arasse, cet épisode « déplace l’exercice de la “cruauté” : ce n’est plus celle du criminel mais celle de ses bourreaux post-mortem, ce qui assimile la leçon d’anatomie à une scène de boucherie humaine » (Daniel Arasse, « La Chair, la grâce, le sublime », Histoire du corps de la Renaissance aux Lumières, éd. Georges Vigarello [Paris : Seuil, 2005] 444).

53 Pierre Dionis, Cours d’opérations de chirurgie, démontrées au Jardin Royal (5e éd ; Paris, 1765) vii.

54 À l’instar de Gulliver, anatomistes et explorateurs sont mus par une curiosité insatiable. Jonathan Swift, Gulliver’s Travels, ed. Paul Turner (1726 ; Oxford : Oxford UP, 1998) 68.

55 David Le Breton, La Chair à vif : usages médicaux et mondains du corps humain (Paris : Métailié, 1993) 92.

56 Denis Diderot, Éléments de physiologie, éd. Paolo Quintili (1778 ; Paris : Champion, 2004) 355.

57 « Jamais », dit Rodin, « l’anatomie ne sera à son dernier degré de perfection, que l’examen des vaisseaux ne soit fait sur un enfant de quatorze ans, expiré d’une mort cruelle ; ce n’est que par contraction que nous pouvons obtenir une analyse complète d’une partie aussi intéressante. [...] Il est odieux que de futiles considérations arrêtent ainsi les progrès de la science » (D. A. F. de Sade, Justine ou les malheurs de la vertu, éd. Béatrice Didier [1791 ; Paris : Livre de Poche, 1973] 143-44).

58 « Her heart », dit le libertin, « which I prize above my own, I will have. I will keep it in spirits. It shall never be out of my sight » (1384). Il accepte en outre de laisser la famille de Clarissa récupérer ses intestins (1384). Clarissa, quant à elle, demande dans son testament que son corps reste intact (Richardson, Clarissa 1413).

59 Le verbe anglais « to fathom » signifie : sonder (au sens propre), ainsi que pénétrer, explorer et comprendre (au sens figuré).

60 Peter Linebaugh, « The Tyburn Riot against the Surgeons », Albion’s Fatal Tree : Crime and Society in Eighteenth-Century England, ed. Douglas Hay (1975 ; Harmondsworth : Penguin, 1977) 70.

61 Le manque de cadavres s’explique par le fait que les patentes royales autorisaient seulement la dissection de six corps de condamnés par an à Londres, dans le Middlesex et dans le Surrey ; les barbiers-chirurgiens pouvaient pour leur part en disséquer quatre (Linebaugh 70-71). Le corps est envisagé comme une simple marchandise qui circule (voir à ce sujet le chapitre « The Corpse as a Commodity » dans Ruth Richardson, Death, Dissection and the Destitute [1987 ; Harmondsworth : Penguin, 1988] 52-72). Les chirurgiens parisiens manquent également de cadavres, comme Winslow, qui en 1747, se voit contraint d’annuler la dernière session de son cours annuel pour cette raison (Lebrun 36). En Angleterre, la situation ne s’améliore qu’en 1832, grâce à l’Anatomy Act, qui permet d’utiliser le corps des pauvres qui n’a pas été réclamé.

62 Tobias Smollett, The Adventures of Roderick Random, ed. Paul-Gabriel Boucé (1748 ; Oxford : Oxford UP, 1981) 91.

63 L’on pense aussi à Julien Offray de La Mettrie (L’Homme-Machine, L’Homme-Machine suivi de L’Art de jouir [1748 ; Paris : Bossard, 1921] 1-147).

64 Jean d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (Paris, 1757) article « fibre » 6.662-75.

65 Charles F. Mullet, ed., Letters of George Cheyne to Samuel Richardson (Columbia : The U of Missouri Studies, 1943) Vol. 18, 1-137, 90. Voir aussi Cheyne, English Malady (121).

66 Tim Hitchcock, English Sexualities 1700-1800 (London : Macmillan, 1997) 5.

67 Erwin H. Ackerknecht, Therapeutics from the Primitives to the Twentieth Century (London : Macmillan, 1973) 78. Voir en priorité le chapitre IX : « Therapeutics in the Eighteenth Century » (77-92).

68 Roy Porter, Flesh in the Age of Reason (London : Allan Lane, 2003) 54.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Système de correspondances et d’analogies
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search