Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Annexe. Fiches topiques

Texte intégral

1Fiches topiques d’Ellen Chapco, en annexe à « La cour et le cabinet : l’espace-femme dans La Princesse de Montpensier, La Princesse de Clèves et La Comtesse de Tende de Madame de La Fayette »

2Édition de référence : Madame de La Fayette, Romans et nouvelles, éd. Alain Niderst. Paris : Bordas, 1990. (PM : La Princesse de Montpensier ; PC : La Princesse de Clèves ; CT : La Comtesse de Tende)

FICHE TOPIQUE 1

3Une femme se retire dans son appartement (cabinet ; chambre) pour faire une réflexion sur son comportement public, qui l’a trahie.

4occurrence

5« Le trouble et l’agitation étaient peints sur le visage de la princesse, la vue de son mari acheva de l’embarrasser, de sorte qu’elle lui en laissa plus entendre que le duc de Guise ne lui en venait de dire. [...] Elle se retira bien triste dans son appartement et bien occupée des aventures qui lui étaient arrivées ce jour-là. » (PM : 16)

6variante a

7Une femme, retirée dans son cabinet (chambre ; appartement), fait une réflexion sur son état affectif, et se reconnaît incapable de se dégager d’une liaison adultère.

8occurrence, variante a

9« La comtesse demeura éperdue du hasard qu’elle avait couru, des réflexions que faisaient faire les paroles de son mari et de la vue des malheurs où sa passion l’exposait, mais elle n’eut pas la force de s’en dégager. » (CT : 427)

10variante b

11Une femme, retirée dans son cabinet (chambre ; appartement), fait une réflexion sur son état affectif, et ne se reconnaît plus.

12occurrence, variante b

13« ... sitôt qu’elle ne fut plus soutenue par cette joie que donne la présence de ce que l’on aime, elle revint comme d’un songe ; elle regarda avec étonnement la prodigieuse différence de l’état où elle était le soir d’avec celui où elle se trouvait alors [...] elle ne se reconnaissait plus elle-même. » (PC : 346)

FICHE TOPIQUE 2

14Une femme se retire dans son cabinet (chambre ; appartement), et fait une réflexion sur son comportement public, qui l’a trahie. Sa résolution de ne pas s’engager dans une liaison adultère sera brisée dès la prochaine rencontre avec son amant.

15occurrence

16« Mais quand elle fut dans son cabinet, quelles réflexions ne fit-elle point sur la honte de s’être laissée fléchir si aisément aux excuses du duc de Guise, sur l’embarras où elle s’allait plonger en s’engageant dans une chose qu’elle avait regardée avec tant d’horreur et sur les effroyables malheurs où la jalousie de son mari la pouvait jeter ! Ces pensées lui firent faire de nouvelles résolutions, mais qui se dissipèrent dès le lendemain par la vue du duc de Guise. » (PM : 18)

FICHE TOPIQUE 3

17Une femme se retire dans son cabinet (chambre ; appartement), joyeuse d’une prochaine rencontre avec son amant. Y ayant fait réflexion, elle s’émeut à l’idée de compromettre sa vertu.

18occurrence

19« Son amour lui présenta d’abord la joie qu’elle aurait de voir un homme qu’elle aimait si tendrement. Mais, quand elle pensa combien cette action était contraire à sa vertu et qu’elle ne pouvait voir son amant qu’en le faisant entrer la nuit chez elle à l’insu de son mari, elle se trouva dans une extrémité épouvantable. » (PM : 27)

FICHE TOPIQUE 4

20Un homme feint d’être malade pour ne pas être obligé d’entrer dans la chambre de sa femme.

21occurrence

22« Le prince feignit d’être malade, afin qu’on ne s’étonnât de ce qu’il n’entrait pas dans la chambre de sa femme. » (PM, 33)

23commentaires

24v. feindre_maladie

25Dans cette occurrence, l’espace de la chambre, symbole de l’honnête mariage, est devenu le contre-espace de la fidélité conjugale, (v. l’Abbé Jacques Du Bosc, L’Honnête Femme, 1632-39, 3 vols., qui soutient que la réputation de la femme est celle du couple.)

FICHE TOPIQUE 5

26Une femme évite d’aller à la cour, et se laisse abandonner dans son cabinet (chambre ; appartement) à des sentiments de remords et/ou de jalousie et/ou d’amour qu’elle éprouve pour son amant.

27occurrence

28« La Comtesse de Tende était prête à expirer de douleur. Le même jour qui fut pris pour le mariage, il y avait une cérémonie publique ; son mari y assista. Elle y envoya toutes ses femmes ; elle fit dire qu’on ne la voyait pas et s’enferma dans son cabinet, couchée sur un lit de repos et abandonnée à tout ce que les remords, l’amour et la jalousie peuvent faire sentir de plus cruel. » (CT : 421-422)

29variante

30Une femme évite d’aller à la cour afin de s’abandonner chez elle à ses pensées adultères.

31occurrence, variante

32« Ainsi elle demeura chez elle, peu occupée du grand changement qui se préparait, et, remplie de ses propres pensées, elle avait toute la liberté de s’y abandonner. » (PC : 375)

FICHE TOPIQUE 6

33Une femme feint d’être malade et demande de s’en aller à la campagne, afin d’éviter d’aller à la cour, où se trouve son amant.

34occurrence

35« Mme de Clèves, qui avait toujours demeuré chez elle, feignant d’être malade, pria son mari de trouver bon qu’elle ne le suivît point à la cour et qu’elle s’en allât à Coulommiers prendre l’air et songer à sa santé. » (PC : 379)

36Commentaires

37v. feindre_maladie

38Dans cette occurrence, le château de Coulommiers est le symbole de la recherche de la solitude et de la fuite à la campagne, refuge contre les obligations qu’entraînent la présence à la cour, où se trouve l’amant.

FICHE TOPIQUE 7

39Un homme se rend compte de la nécessité pour sa femme de quitter la cour et de s’en aller à la campagne afin de garder intacte sa réputation.

40occurrence

41« Il n’eut pas de peine à consentir à une chose qu’il avait déjà résolue ; quelque bonne opinion qu’il eût de la vertu de sa femme, il voyait bien que la prudence ne voulait pas qu’il l’exposât plus longtemps à la vue d’un homme qu’elle aimait. » (PC : 379)

42commentaires

43Contexte : M. de Clèves voit la nécessité pour sa femme d’aller à Coulommiers afin de quitter le lieu où se trouve Nemours, personnage emblématique de la cour. (v. l’Abbé Jacques Du Bosc, L’Honnete Femme, 1632-39, 3 vols., qui soutient que la réputation de la femme est également celle du couple)

FICHE TOPIQUE 8

44Un homme s’introduit dans l’espace privé d’une femme, sans qu’elle le sache.

45occurrence 1

46Nemours se laisse infiltrer dans le pavillon de Coulommiers. Il écoutera la conversation de Mme de Clèves et son mari, à leur insu. (PC : 349ss.)

47occurrence 2

48Nemours se cache dans le jardin de Coulommiers et regarde Mme de Clèves qui est seule dans son cabinet à faire des nœuds à une canne des Indes. Ce sont ses couleurs à lui qu’il avait portées au tournoi. Lui, toujours caché dans le jardin, la regarde en train de regarder un tableau sur lequel il figure (PC : 386ss.)

49commentaires

50A noter dans ces deux occurrences : le renversement du topos de la femme qui aime un autre que son mari et qui se réfugie dans son espace à elle. Cet espace, lieu de la fuite, et surtout lieu de la réflexion, est ici envahi par l’amant, à l’insu de la femme. Dans la deuxième occurrence, Madame de Clèves, qui regarde le tableau sur lequel figure Nemours, est regardée par celui-ci, lui-même regardé par le gentilhomme de M. de Clèves, ce qui constitue un renversement double, car Nemours se croit seul dans ce lieu retiré de la cour, tout comme Madame de Clèves. Quant à la signification de cette scène très célèbre (v. l’article de Michel Butor, Répertoire, 1960), la critique a beaucoup insisté sur son aspect sexuel. Cependant, dans sa réédition récente de La Princesse de Clèves (Flammarion, 1996, p. 47), Jean Mesnard attire l’attention sur l’une des définitions de Furetière (art. Canne : :« ... signifie aussi un baton qu’on porte à la main [...] Il sert ou à se soutenir en marchant et quelquefois pour marquer le commandement. ») Selon Jean Mesnard, la canne est « d’abord un symbole de puissance », ce qui nous porterait à prêter à cette scène une signification autre que celle, purement sexuelle, suggérée par Michel Butor.

51variante

52Une femme soupçonne son amant de s’être introduit dans son espace privé, mais ne peut pas se résoudre à quitter ce lieu.

53occurrence, variante

54(Mme de Clèves est dans une des salles de Coulommiers, avec ses femmes. Elle a envie de rentrer dans son cabinet et d’aller voir dans le jardin si Nemours n’y est pas.) « Elle fut longtemps à se résoudre à sortir d’un lieu dont elle pensait que ce prince était peut-être si proche, et il était quasi-jour quand elle revint au château. » (PC : 387-388)

FICHE TOPIQUE 9

55Une femme, consciente de sa faiblesse adultère, reste dans sa chambre (appartement ; cabinet) afin de garder sa résolution de ne pas s’engager avec son amant.

56occurrence

57« Mme de Clèves, s’étant doutée que M. de Nemours pourrait revenir, était demeurée dans sa chambre, elle avait appréhendé de n’avoir pas toujours la force de le fuir, et elle n’avait pas voulu se mettre au hasard de lui parler d’une manière si peu conforme à la conduite qu’elle avait eue jusqu’alors. » (PC : 390)

FICHE TOPIQUE 10

58Un homme se fait introduire dans le cabinet d’une femme qu’il aime, et lui fait promettre de le revoir encore dans ce lieu.

59occurrence

60« Il (le chevalier de Navarre) pleura, il s’affligea, il lui promit tout ce qu’elle voulut, à condition qu’il la reverrait encore dans ce même lieu. Elle voulut savoir, avant qu’il sortît, comment il y était entré. Il lui dit qu’il s’était fié à un écuyer qui était à elle, et qui avait été à lui, qu’il l’avait fait passer par la cour des écuries où répondait le petit degré qui menait à ce cabinet et qui répondait aussi à la chambre de l’écuyer. » (CT : 423)

61commentaires

62Cette occurrence constitue un développement, et en fait un renversement de l’image topique de la fuite vers l’espace privé par la femme qui ne se reconnaît pas encore vaincue par la passion adultère. Dès qu’elle se reconnaît vaincue dans cet espace à elle, espace qui est également l’espace conjugal, celui du couple, elle accepte que l’amant, personnage emblématique de la cour (espace public qu’elle avait auparavant fui), s’y introduise.

63Variante

64Un homme se fait introduire indirectement dans la chambre (cabinet ; appartement) d’une femme qu’il aime, par une lettre qu’il lui fait parvenir.

65occurrence

66« La Comtesse de Tende passa la nuit, comme on se le peut imaginer, agitée par ses inquiétudes ; elle appela ses femmes sur le matin et, peu de temps après que sa chambre fut ouverte, elle vit son écuyer s’approcher de son lit et mettre une lettre dessus, sans que personne s’en aperçut. La vue de cette lettre la troubla... » (CT : 423)

67Commentaires

68L’envahissement de la chambre de la femme adultère par l’amant est métaphorique, cette métaphore ayant la fonction de renforcer l’image topique de l’envahissement physique de l’espace féminin par un homme. Pour une discussion sur l’intervention épistolaire dans l’espace intime, v. Lafon, Henri, Espaces romanesques du XVIIIe siècle 1670-1820, Paris, Presses Universitaires de France, 1997 ; pp. 13-14.

FICHE TOPIQUE 11

69Intervention du narrateur pour commenter la perte de la vertu par une femme qui laisse entrer son amant dans son cabinet (chambre ; appartement).

70occurrence

71« Un matin, après qu’elle eut appelé ses femmes, son écuyer s’approcha d’elle et lui dit tout bas que le prince de Navarre était dans son cabinet et qu’il la conjurait qu’il lui pût dire une chose qu’il était absolument nécessaire qu’elle sût. L’on cède aisément à ce qui plaît, la comtesse savait que son mari était sorti, elle dit qu’elle voulait dormir et dit à ses femmes de refermer ses portes et de ne point revenir qu’elle ne les appelât. (CT : 424-425)

72commentaires

73Sur les maximes dans La Princesse de Clèves, v. l’article de Jeanne Goldin, « Maximes et fonctionnement narratif dans La Princesse de Clèves, » Papers on French Seventeenth Century Literature Χ (1978-1979) : 89-119.

FICHE TOPIQUE 12

74Un homme entre dans l’appartement (chambre ; cabinet) de sa femme pour y découvrir son amant.

75occurrence

76« Il alla à l’appartement de sa femme ; on lui dit qu’elle n’était pas éveillée. Il était tard, il ne laissa pas d’entrer dans sa chambre et trouva le prince de Navarre à genoux devant son lit [...] Jamais étonnement ne fut pareil à celui du comte de Tende, et jamais trouble n’égala celui de sa femme ; le prince de Navarre conserva seul la présence d’esprit.... » (CT : 425)

77commentaires

78v. l’article de John Lyons, « La présence d’esprit et l’histoire secrète. Une lecture de La Comtesse de Tende » Dix-Septième Siècle 181 (oct.-déc. 1993), pp. 717-732.

FICHE TOPIQUE 13

79Une femme décide de se retirer dans une terre à elle pour éviter de cacher l’affliction que lui cause le départ de son amant.

80occurrence

81« La comtesse de Tende commença à sentir les douleurs (de l’absence de son amant) et la crainte des périls où il serait exposé, elle résolut de se dérober à la contrainte de cacher son affliction et prit le parti d’aller passer la belle saison dans une terre qu’elle avait à trente lieues de Paris. » (CT : 427)

FICHE TOPIQUE 14

82Une femme, retirée dans son appartement (chambre ; cabinet), brise sa résolution de ne pas voir son amant.

83occurrence

84« Elle pensa que, sans le [Chabanes] rappeler, elle n’avait qu’à ne point abaisser le pont. Elle crut qu’elle continuerait dans cette résolution. Quand l’heure de l’assignation approcha, elle ne put résister davantage à l’envie de voir un amant qu’elle croyait digne d’elle, et elle instruisit une de ses femmes de tout ce qu’il fallut faire pour introduire le duc de Guise dans son appartement. » (PM : 28)

85commentaires

86Cette image topique constitue un renversement de celle où la femme qui se croit capable de vaincre sa passion adultère s’enfuit dans son espace à elle pour y faire une réflexion sur son comportement public, qui l’a trahie, et pour prendre la résolution de ne plus laisser paraître les marques de sa passion.

FICHE TOPIQUE 15

87Une femme, se reconnaissant vaincue par une passion adultère, se sert d’un prétexte pour rester dans un lieu retiré, évitant ainsi les lieux où peut se trouver l’amant.

88occurrence

89« Quand elle fut en liberté de rêver, elle connut bien qu’elle s’était trompée lorsqu’elle avait cru n’avoir plus que de l’indifférence pour M. de Nemours [...] Elle ne se flatta plus de l’espérance de ne le pas aimer, elle songea seulement à ne lui en donner jamais aucune marque. [...] Elle savait déjà que le seul moyen d’y réussir était d’éviter la présence de ce prince, et, comme son deuil lui donnait lieu d’être plus retirée que de coutume, elle se servit de ce prétexte pour n’aller plus dans les lieux où il la pouvait voir. » (PC : 309-310)

90commentaires

91Cette image topique représente un développement progressif de celle où la femme, consciente de la trahison par son comportement public, mais se croyant toujours capable de cacher son inclination pour un autre que son mari, s’enfuit dans un lieu privé, où, après réflexion, elle prend la résolution de ne laisser paraître aucune marque de sa passion. Ici, en revanche, elle se reconnaît vaincue par cette passion, et le lieu où elle se réfugie n’est plus celui de la réflexion mais plutôt celui qui lui permet de se cacher du regard de la cour.

92variante

93Une femme se reconnaissant vaincue par une passion adultère et trahie par son comportement public reconnaît la nécessité de fuir la cour.

94occurrence 1, variante

95« ... elle fit réflexion à la violence de l’inclination qui l’entraînait vers M. de Nemours, elle trouva qu’elle n’était plus maîtresse de ses paroles et de son visage [...] qu’il n’y avait de sûreté pour elle qu’en s’éloignant [...] Elle se souvenait de tout ce que Mme de Chartres lui avait dit en mourant et des conseils qu’elle lui avait donnés de prendre toutes sortes de partis, quelques difficiles qu’ils pussent être, plutôt que de s’embarquer dans une galanterie. » (PC : 319)

96occurrence 2, variante

97« Je suis vaincue et surmontée par une inclination qui m’entraîne malgré moi. Toutes mes résolutions sont inutiles ; je pensai hier tout ce que je pense aujourd’hui et je fais aujourd’hui tout le contraire de ce que je résolus hier. Il faut m’arracher de la présence de M. de Nemours, il faut m’en aller à la campagne, quelque bizarre que puisse paraître mon voyage... » (PC : 347)

98commentaires

99La variante de cette image topique constitue un développement de celle où la femme, ayant cherché refuge dans son espace à elle, reste toujours confiante de ne laisser paraître devant les membres de la cour ni devant l’amant, aucune marque de sa passion. Ici, l’espace privé recherché par la femme n’est plus celui des bonnes résolutions mais plutôt celui où elle reconnaît sa défaite.

FICHE TOPIQUE 16

100Une femme, se reconnaissant vaincue par une passion adultère, en fait un aveu a son mari. Elle demande de se retirer de la cour.

101occurrence

102« Il est vrai que j’ai des raisons de m’éloigner de la cour [...] Je n’ai jamais donné nulle marque de faiblesse, et je ne craindrais pas d’en laisser paraître, si vous me laissiez la liberté de me retirer de la cour, ou si j’avais encore Mme de Chartres pour m’aider à me conduire. » (PC : 350-351)

103variante

104Une femme demande a son mari de se retirer de la cour, afin de préserver sa réputation à elle ainsi que celle du couple.

105occurrence, variante

106« Je n’ai jamais donné nulle marque de faiblesse, et je ne craindrais pas d’en laisser paraître, si vous me laissiez la liberté de me retirer de la cour [...] Quelque dangereux que soit le parti que je prends, je le prends avec joie pour me conserver digne d’être à vous. » (PC : 351)

107commentaires

108v. l’Abbé Jacques Du Bosc, L’Honnete Femme, 1632-39, 3 vols., qui soutient que la réputation de la femme mariée est également celle du couple.

FICHE TOPIQUE 17

109Une femme mariée se retire dans sa chambre avec son amant. Ils s’engagent dans un projet qui donne une satisfaction mutuelle.

110occurrence

111Mme de Clèves s’enferme dans sa chambre avec Nemours pour refaire la lettre à envoyer à la reine dauphine : « [...] ils s’enfermèrent pour y travailler, on donna ordre à la porte de ne laisser entrer personne, et on renvoya tous les gens de M. de Nemours. » (PC : 345ss.)

112commentaires

113Cette image topique constitue un renversement ironique de celle où la femme adultère se réfugie dans sa chambre ou son cabinet pour se sauver de son amant et pour faire une réflexion sur son comportement public, qui l’a trahie. Elle permet non seulement à son amant d’entrer dans cet espace normalement réservé à elle seule ; elle prend plaisir d’y être seule avec lui, et avec l’approbation et même l’encouragement de son mari.

FICHE TOPIQUE 18

114Une femme se retire du monde, afin de garder sa résolution de ne pas s’engager avec son amant.

115occurrence

116« Elle jugea que l’absence seule et l’éloignement pouvaient lui donner quelque force, elle trouva qu’elle en avait besoin, non seulement pour soutenir sa résolution de ne pas s’engager, mais même pour se défendre de voir M. de Nemours, et elle résolut de faire un assez long voyage, pour passer tout le temps que la bienséance l’obligeait à vivre dans la retraite. De grandes terres qu’elle avait vers les Pyrénées lui parurent le lieu le plus propre qu’elle pût choisir. » (PC : 413-414)

117commentaires

118Cette image topique renforce non seulement la nécessité de l’absence physique pour garder la résolution de ne s’engager jamais, mais aussi l’importance du voir et du regarder, présents dès la phrase incipit du roman (« La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. »).

FICHE TOPIQUE 19

119Une femme soucieuse de garder sa réputation et consciente du danger de se trouver dans le même lieu que son amant, se rend compte de la nécessité de ne plus fréquenter de tels lieux.

120occurrence

121« ... elle connaissait ce que peuvent les occasions sur les résolutions les plus sages. Elle ne voulut pas s’exposer à détruire les siennes, ni revenir dans les lieux où était ce qu’elle avait aimé. » (PC : 415)

FICHE TOPIQUE 20

122Une femme se retire dans une maison religieuse.

123occurrence

124« Elle se retira, sur le prétexte de changer d’air, dans une maison religieuse, sans faire paraître un dessein arrêté de renoncer à la cour. » (PC : 415)

125commentaires

126Dans cette toute dernière image topique du roman, l’image « fuite frénétique vers un espace féminin privé (cabinet) » a subi une transformation, en « retraite résignée dans un espace féminin privé (maison religieuse) ».

127Fiches topiques d’Eglal Henein, en annexe à « Il faut couper un cheveu en quatre : variations sur les travestissements »

128Autour du topos du travestissement

129Œuvre étudiée : L’Iphigène de Mr de Belley. Rigueur sarmatique, Lyon, A. Chard, 1625, 2 vol. Privilège du 26 mai 1625.

130– Trois œuvres de Camus sont numérisées (ARTFL) : Palombe, un roman de !1625 ; Agathonphile, extraits dus à P. Sage (1970) d’un roman de 1621 ; et les Homélies des États généraux (1615) éditées par J. Descrains (1970).

131– Œuvre d’appoint : Honoré d’Urfé, L’Astrée, Nouvelle édition publiée sous les auspices de « la Diana » par M. Hugues Vaganay. Préface de M. Louis Mercier. Lyon, P. Masson, 1925. Genève, Slatkine Reprints, 1966, 5 vol. Tous les volumes sont numérisés, le cinquième est correctement attribué à Baro seul (ARTFL).

1. Enfant travesti à cause de la cupidité du père.
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625,I, passim
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, 197

     1’. mère_travestir_une enfant_par crainte
     Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, passim

2. fille_ se travestir avec plaisir.
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 54
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, 198

3. femme_ travestie_ apprend_ identité.
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 15

4. femme_travestie_ aime_homme ou femme
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625,
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966,

5. femme_travestie_aimée par_femme ou/et homme
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 15 passim
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, 211

6. homme_se travestir, pour se cacher
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 236

     6’. homme_ se travestir_ pour approcher celle qu’il aime
     D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, 209

7. homme_travesti _aimé par _homme ou/et femme
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 241
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966,

8. homme_travesti _aime _homme ou/et femme
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625,
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, passim

     8’. femme_travestie _aime _homme ou/et femme
     Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625,
     D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, passim

9. homme ou femme_ travesti_ se déguiser
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 313
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, III, 11, 593

10. femme_travestie_attaquée par des hommes qui la désirent
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 510, passim

11. femme ou homme_ travesti et/ou déguisé _ méconnu_par les animaux
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 536

12. homme ou femme _travesti _aimé par homme ou femme_ inquiet de ses sentiments
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 707

13. homme ou femme _travesti_ mis en prison
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 739, passim
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, IV, 11, passim (suite posthume du roman)

14. homme ou femme_ voyager_ travestis
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 15 passim
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, III, 7, 412

15. homme ou femme_reconnaître_ voix
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 220, passim
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 9, 362

16. homme ou femme_se travestir_pour s’amuser
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 487

17. homme ou femme_avoir_ sosie
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 555
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 11, 429

18. femme travestie_ montrer_une partie de son corps
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, I, 585
D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 6, 230

19. mort _revêtu d’un déguisement
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 594

20. femme_ se travestir pour se battre
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 720

     20’. femme travestie_ se battre pour l’homme qu’elle aime
     Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 600
     D’Urfé, L’Astrée, éd. Vaganay. Genève, Slatkine Reprints, 1966, I, 12, 469

21. homme ou femme travesti _révéler son identité pour éviter un mariage
Camus, L’Iphigène, Lyon, A. Chard, 1625, II, 626

132Fiches topiques de Denise Godwin en annexe à « Héroïsme et personnages féminins dans la fiction idéaliste de la deuxième moitié du XVIIe siècle »

1. Héroïsme féminin et actions militaires :

133a. L’héroïne a le courage et la capacité pour mener une armée et elle y a été formée pendant sa jeunesse.

134Ildegerte, Reine de Norvège de Lenoble (1694).

135• « Le juge de sa propre cause », Roman comique de Scarron.

136b. Sans y être formée, une héroïne donne l’exemple à une armée.

137• Perside, héroïne de la « première journée » du Printemps de Jacques Yver (1572) met l’armure verte de son mari pour défier un sultan qui avait trahi et tué son mari. Elle est tuée, et cette action sert d’inspiration à l’armée : ses hommes « se délibèrent d’imiter cette notable vertu, pour ne sembler en rien moindre que femmes » (p. 547).

138• « Adelayde » de Segrais.

2. La Jeune fille : D’autres actions héroïques :

139a. L’héroïne accepte d’épouser un homme qu’elle n’aime pas, pour le bien de celui qu’elle aime réellement.

140• Mathilde de Segrais. Elle est sauvée à la dernière minute.

141• Inès de Cordoue de Catherine Bernard. Le mariage se fait.

142b. L’enlèvement volontaire. L’héroïne accepte de fuir avec celui qu’elle aime quand ses parents vont la forcer à en épouser un autre.

143La Caritée de Pierre de Caseneuve de 1621. Dorasie, destinée par son père à Astagal, s’enfuit avec Timoléon.

144c. Se retirer dans un couvent pour éviter un mariage non souhaité.

145• Inès de Cordoue.

3. L’épouse : actions héroïques non militaires :

146a. Soigner un mari malade d’une maladie contagieuse.

147• La Comtesse de Mortane de Catherine Bédacier refuse de laisser à autrui les soins d’un mari malade de la petite vérole.

4. Magnanimité envers un amant déloyal :

148a. L’aider à trouver celle qu’il aime.

149• Adelayde de Segrais.

5. Combinaison de maganimité et de courage envers un amant ou un mari ingrat ou traître :

150a. Une femme mène une armée pour sauver la couronne d’un mari qui l’a répudiée.

151• Ildegerte Reyne de Norvège.

6. Prendre in flagrante une personne autre que celle qu’on escomptait trouver :

152• Boursault, Le Prince de Condé.

7. Le désir sexuel inassouvi provoque une maladie fatale :

153• Troisième conte de Jeanne Flore.

154• cinquième histoire de Vérité Habanc Histoires tant tragiques que comiques.

8. La nouvelle épouse tue le mari qui ne peut la satisfaire :

155• Troisième conte de Jeanne Flore.

9. Cœur de l’amant ou mari arraché et mangé ou déchiré par les dents :

156• cinquième histoire de Vérité Habanc Histoires tant tragiques que comiques (p. 230).

10. Un père est trop complaisant :

157• « Las ! Si son pere l’eut tenue de court de commencement, elle ne fut tombée en la calamité qui luy estoit desja eminente ; mais il luy concedoit telle liberté qu’il luy plaisoit prendre » (Habanc, cinquième histoire, pp. 222-3).

158• Segrais, Honorine a un père qui « la contraignait si peu en toutes ses actions qu’il ressemblait plutôt à un de ses maris commodes qui ne prennent aucun soin du dedans de leur famille, qu’à un père qui devait songer à l’établissement de sa fille et savoir qu’elle dépendait absolument de la conduite qu’elle aurait » (1, p. 222). »

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search