Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Synthèse par Henri COULET

Ébauche de conclusion

Henri Coulet

Texte intégral

1S’il est difficile de tirer la leçon d’un colloque quand il vient à peine de s’achever, et si plusieurs des exposés présentés, ceux notamment qui portent sur la sémantique, sur la rhétorique, sur la théorie de la littérature, devront, en raison de leur spécificité, être lus attentivement dans nos Actes, une impression très nette se dégage dès à présent de cette rencontre : nos travaux ont été précis et sérieux ; ils ont porté sur les questions fondamentales de notre entreprise, que ces questions aient été envisagées dans leur aspect général ou qu’elles aient été posées à partir d’œuvres particulières. Nous n’avons plus à nous interroger sur le bien-fondé de nos recherches, nous ne devons plus nous laisser arrêter par les difficultés, réelles, que nous éprouvons à définir certaines notions et à faire la théorie de l’enquête topologique. Ces difficultés sont le fait de toutes les sciences humaines et nous devons rejeter l’ambition, qui serait mortelle, de conformer nos concepts et nos raisonnements à ceux de la logique formelle ou de l’algèbre. L’intuition, le goût, la mémoire, l’art de l’interprétation sont nos moyens d’investigation, et l’ordinateur est là pour engranger et pour ranger nos trouvailles, et nous aider à en tirer parti.

2Nous sommes au cœur de l’activité imaginative qui produit le roman. L’imagination du romancier ne travaille pas à vide ; la notion de source, qui est utile et qu’il faut réhabiliter, et la notion d’intertextualité, qui est très féconde, sont englobées dans une notion plus vaste, difficile à définir, celle de l’invention narrative. Recenser les topoi, ce n’est donc ni rechercher des sources, ni faire paraître des intertextualités, c’est se placer à la rencontre du textuel et du virtuel, c’est chercher dans le texte le mouvement par lequel il est devenu texte, en remontant du texte réalisé à la potentialité impliquée dans les autres textes. Comme Pindare cité par Paul Valéry, nous explorons le champ du possible, et voudrions par là faire ressortir mieux ce qu’a de nouveau dans ses mots, ses formes, ses images, sa structure chaque œuvre originale. Il ne s’agit évidemment pas de faire de la psychologie, de reconstituer la vie intérieure du romancier en train d’écrire un roman. Les associations d’idées qui, dans le flux de conscience, peuvent amener l’invention littéraire, sont imprévisibles et, au fond, dépourvues de signification, sauf pour un détective ou un amateur de déductions comme, dans Edgar Poe, le Dupin des Histoires extraordinaires. A l’interprétation de la littérature, elles ne servent de rien. Nous ne nous intéressons qu’à des textes.

3Mais le topos lui-même n’est pas textuel, car un texte ne peut pas être une pure virtualité ; il est non pas infiniment, mais indéfiniment utilisable, et reste le même sous toutes ses métamorphoses et dans toutes ses associations. Il n’est pas la plus petite unité narrative possible, car il n’est pas unicellulaire ; il est le schéma abstrait d’une séquence narrative qu’on retrouve dans différents contextes et sous différentes expressions. On ne doit y voir ni un archétype de la faculté imaginante, ni une donnée anthropologique, ni une essence métaphysique. Il a une existence historique, sa formation, sa durée, sa disparition, sa résurgence sont déterminées par l’évolution de la littérature et de la société. Il y a des topoi uniquement romanesques, il y en a encore plus qui sont communs à plusieurs genres, au roman, à l’opéra, à la peinture, au cinéma, et même aux Mémoires et à la narration historique. Nous nous limitons à ceux du genre romanesque en France des origines à la Révolution, par une mesure de prudence déjà peut-être, méthodologiquement, assez imprudente.

4Peut-on concevoir un roman entièrement dépourvu de topoi ? La question a été posée par une de nos collègues. Oui, peut-être, si le romancier ignorait tout de la littérature française ou européenne, ce qui est impossible chez quelqu’un qui écrirait en français, ou si le roman était traduit d’un original paru dans une civilisation sans aucun contact spatial ou temporel avec la nôtre. Dans tous les autres cas, même le refus de ce qui a été écrit antérieurement est une façon de le prendre en compte. Nous n’avons pas examiné la possibilité de l’emploi non topique du topos : ce ne serait pas une parodie, car la parodie respecte le topos dont elle est une occurrence, ce serait, par fragmentation, dissociation, inversion, substitution, une dénaturation systématique du topos, et peut-être une des voies de l’invention romanesque, différente dans son résultat mais non dans son point de départ d’une autre voie, qui est celle de l’exploitation du topos en tant que tel. Mais retrouver le topos à partir de ses ruines serait aussi hasardeux que de vouloir pénétrer dans la conscience du romancier. Un roman ne se réduit pas à l’utilisation de topoi préexistants. Disons simplement que la présence et le traitement des topoi contribuent à assurer le caractère littéraire (en l’occurrence, le caractère romanesque) d’un texte et à déterminer son originalité ou sa banalité. Il n’y a pas de mauvais topoi, cela a été très finement noté dans une des communications, il n’y a qu’un mauvais emploi des topoi, et ce mauvais emploi peut faire d’une aventure vécue, riche en intérêt humain, une plate invention romanesque, comme c’est un peu le cas pour La Provençale de Regnard (si ce roman est vraiment de lui).

5Distinguons donc avec soin, comme l’a fait notre Présidente, la banalité littéraire de la banalité quotidienne. La première est imitation sans renouvellement de ce qui a déjà été écrit ; l’autre est une matière éminemment romanesque et comporte ses propres topoi. Existe-t-il des topoi surprenants, a-t-on demandé ? L’expression est oxymorique, puisque le propre du topos est d’être, ou de pouvoir être reconnu par le lecteur.

6Ce qui peut surprendre, disons même : ce qui doit surprendre, c’est l’usage du topos, sa mise en œuvre. En somme, un topos bien employé est celui que le lecteur reconnaît et qu’il est heureusement surpris de reconnaître. Aussi a-t-il pu être parlé, dans une des communications présentées, de la « charge critique » du topos : charge doublement critique, puisque l’utilisation du topos par le romancier implique une lecture critique d’œuvres antérieures, et sa reconnaissance par le lecteur une lecture critique de l’œuvre même.

7Nous avons été amenés, déjà dans nos colloques précédents, et de façon plus théorique dans celui-ci, à distinguer des topoi narratifs et des topoi métanarratifs. J’avoue ne pas être encore entièrement persuadé que ces derniers ne relèvent pas plutôt de la rhétorique, sauf lorsque l’intervention de l’auteur prend la forme d’un récit. Mais le mouvement se prouve en marchant, et l’inventaire des topoi méta-narratifs est en bonne voie. Le contenu d’un topos n’est d’ailleurs pas exclusivement une action ou un événement, ce peut-être, il n’est pas besoin de le dire, la description d’un site, d’un intérieur, d’un personnage ou d’un état moral, comme celui dans lequel passe ses derniers jours l’héroïne de La Princesse de Clèves (cette forme de dénouement est devenue un topos dans les romans des dernières décennies du XVIIe siècle). Plusieurs distinctions encore me paraissent pouvoir être proposées, à partir des communications que nous avons entendues. Si les chercheurs de la SATOR ne les adoptent pas, elles pourront du moins contribuer à des discussions ultérieures.

8Un topos n’est ni un trope, ni un thème, ni un type. Qu’il ne soit pas un trope, on en conviendra facilement, même si son emploi peut être ironique ou allégorique. Quant au thème, il est bien plus général que le topos : la lecture, l’utopie, qui ont occupé deux de nos précédents colloques, la fuite qui fera l’objet du colloque de Kairouan, sont des thèmes, au sens le plus large du mot, de même que le spleen, ou l’aveu, ou le déguisement qui ont été évoqués dans ce colloque même ; l’avarice, le libertinage peuvent être des thèmes, mais l’avare, le libertin sont des types, comme l’aventurière ou le parvenu. Entre le thème et le type d’une part, le topos d’autre part, il faut, je crois, dégager ce que j’ai appelé dans un de nos colloques le générateur de topoi : le locus amoenus de Curtius et même le puer senex sont plutôt des générateurs de topoi que des topoi. J’ai douté quelque temps qu’un topos relevé par Michèle Weil, la fuite d’un personnage qui laisse un soulier derrière lui, fût réellement un topos, jusqu’au jour où j’ai découvert, par un couplet de chanson et par un article du Dictionnaire comique de Leroux, que l’expression « un pied chaussé, l’autre nu » était proverbiale. C’est elle le générateur du topos. Le topos ne se caractérise pas par sa généralité, mais par sa récurrence et par sa complexité : il doit comporter un certain nombre d’éléments articulés les uns avec les autres, et le topos le plus intéressant est le plus complexe et le plus étroitement articulé. Par exemple, si la retraite est un thème, la retraite par désespoir amoureux serait un générateur de topoi et l’entrée en religion par désespoir amoureux un topos. Je propose de considérer comme des générateurs de topoi la femme déguisée en homme, la femme sauvée d’une bête sauvage, tandis que seraient des topoi la femme déguisée en homme surprise dans l’intimité d’une autre femme par le mari de celle-ci, la femme sauvée d’une bête féroce par un jeune homme qui devient amoureux d’elle ou peut faire reconnaître son amour ; comme ce dernier topos est parallèle d’autres topoi, où la femme est sauvée non pas de l’attaque d’une bête sauvage, mais de l’agression d’un assassin ou d’un violeur, d’un incendie, d’une noyade, d’un accident de voiture, nous pouvons considérer la formule : femme sauvée d’un danger par un jeune homme, naissance ou aveu de l’amour, soit comme un générateur de topoi, soit même comme un topos : l’essentiel est de prendre acte de la parenté entre ces différentes catégories d’occurrences, de rendre possibles les rapprochements. Car le repérage des topoi, déjà très instructif par lui-même, le sera encore plus si nous prenons soin de signaler les topoi parallèles, d’une part, les topoi associés, d’autre part. Il y a des familles de topoi, soit par fraternité, à partir d’un même générateur ou d’un même thème, soit par alliance, en syntagmes avec d’autres topoi. Certains topoi sont unis préférablement à tels topoi plutôt qu’à tels autres, pour des raisons sociales (une communication l’a montré à propos des romans de chevalerie) ou pour des raisons esthétiques (appartenance à un genre, pastorale, roman noir, etc.). Dans cette recherche des parallélismes et des associations, nous avons encore beaucoup à faire.

9On a appelé toposèmes (le mot satisfait peut-être notre aspiration à la scientificité) les éléments concaténés dans un topos. Ces éléments n’ont de sens que par leur relation les uns avec les autres dans le topos et tous les mots du dictionnaire, tous les objets réels ou imaginaires, abstraits ou concrets, peuvent être éléments d’un topos. Nous avons tendance à rédiger nos formules de topoi en termes très généraux, verbes au présent, articles indéfinis, ce qui traduit bien le caractère récurrent du topos. Mais certains de ces éléments peuvent être très particuliers : les retrouvailles de deux personnes qui ont été longtemps séparées sont un thème romanesque, apparenté au thème (qui est peut-être un topos) de la reconnaissance dans la tragédie. Ces retrouvailles peuvent se faire dans différentes occasions, dans une rue, dans une auberge, dans un salon, ou sur le quai d’un port lorsque les badauds examinent les passagers qui débarquent. Cette dernière occurrence est assez fréquente et assez circonstanciée pour constituer un topos, qui pourtant génère lui-même un topos encore mieux circonstancié, celui où le port des retrouvailles est Amsterdam ; une telle particularité récurrente (elle figure — la liste est à allonger — dans un roman de Gellert, La Comtesse suédoise, traduit dès 1754, et dans un roman de Charlotte de La Guesnerie, paru en 1768, Iphis et Aglaé) ne doit pas être occultée : il y a là un problème de classification. De même le Palais-Royal, le Pont-Neuf, les Tuileries sont des lieux uniques qui figurent fort bien comme éléments de topoi dans les romans du XVIIIe siècle.

10Que dire en conclusion de ces remarques ? Confiance et patience. Confiance, car les prétextes de scepticisme sont spécieux. « La notion de topos est insaisissable », pensera-t-on : mais « quelle nécessité y a-t-il d’expliquer ce qu’on entend par le mot homme ? » demandait déjà Pascal dans son fragment De l’esprit géométrique ; si une définition permet l’analyse et le classement, qu’importe qu’elle ne soit pas géométrique. On pensera encore : « la notion de topos ne sert à rien » ; nous sommes à même de prouver le contraire, et de ranger la recherche topologique à côté de l’histoire littéraire, de l’analyse structurale, de l’herméneutique et de la lecture interprétative. Ou encore : « l’inventaire des topoi est un tonneau des Danaïdes, il ne sera jamais achevé » ; je crois, et je l’ai déjà dit dans un colloque de la SATOR, que, pour une époque donnée et dans un genre donné, le nombre des topoi n’est pas infini ; et l’on sait bien, sans qu’il y ait là une contradiction, que l’impossibilité de l’achèvement est la condition de toute science.

11Patience, car le relevé des topoi est difficile : nous ne lisons pas nos auteurs pour recenser des topoi, mais pour étudier, pour comprendre, et souvent nous n’avons pas le temps de rédiger une fiche ou même l’idée de le faire, quand notre attention est absorbée par un autre dessein ; de plus, si nous notons une occurrence, nous le faisons à la hâte, incomplètement, comme l’a remarqué E.O. Lochard, et les responsables de TOPOSATOR doivent recommencer le travail ou renoncer à enregistrer l’occurrence ; enfin, il est des topoi si classiques, si évidents, que nous oublions de les voir ou croyons qu’ils sont enregistrés depuis longtemps : qui croirait utile de faire une fiche pour noter que Télémaque descend aux Enfers ou que la Julie de Rousseau meurt en édifiant tout son entourage ?

12Patience, donc. Notre corpus s’étoffe un peu plus chaque jour, et notre réflexion progresse et se structure. N’essayons pas d’aller trop vite ; écoutons ce que nous dit la phrase de notre carré magique : Sator Arepo tenet opera rotas, le semeur Arepo (personne ne sait qui est Arepo, sans doute l’analogue de la ville de Jerimadeth pour Hugo ; faisons-en le Satorien-type, qui ensemence TOPOSATOR) met tout son soin à freiner les roues du véhicule. Bientôt, nous moissonnerons, les épis commencent à grossir.

Auteur

Université d’Aix-en-Provence

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search