Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Toposator mis au service de l’étude des réceptions. Topoi masculins vs. topoi féminins

Suzan Van Dijk

Texte intégral

  • 1 Dans quelle mesure l’exemple des romanciers féminins est-il valable pour d’autres catégories d’aut (...)
  • 2 Susan S. Lanser, Fictions of Authority. Women writers and narrative voice, Ithaca/Londres, Cornell (...)

1Un emploi particulier, et encore peu mis à profit, de la méthode satorienne sera proposé ici : une analyse comparative de topoi qui vise à saisir de très près certains faits de réception. Pour illustrer ceci, je ferai appel aux cas de quelques romanciers femmes1. Leurs œuvres ont été sujettes à une réception qui paraît paradoxale, mais qu’il est sans doute possible aussi de voir comme une réaction logique à ce qui est visible dans leurs pratiques textuelles : le fait que « la voix féminine [...] est un lieu de tension idéologique ». C’est Susan Lanser qui a étudié cette tension dans des écrits narratifs provenant de plumes féminines2.

2Les romancières du XVIIIe siècle ont été, pendant longtemps, groupées toutes ensemble à partir de critères biologiques et sociaux assez peu appropriés aux classements littéraires. Cependant, si on y ajoute comme critère l’intention auctoriale particulière qu’elles ont pu avoir en tant qu’êtres féminins, des classements plus justes deviennent possibles, qui pourront rendre compte aussi des différences considérables entre ces écrivains. En effet, il semble bien que certaines au moins de ces femmes – pas toutes, probablement – entendaient prendre une part active, bien que discrète, au débat qui sévissait à l’époque sur leur propre position dans la société. Elles y participaient en utilisant la narration plutôt que l’argumentation. Du fait des tendances féminocentriques et hyménocentriques du roman, elles avaient là une possibilité de discuter leur propre situation par le biais de la fiction.

  • 3 Dans «(Why) are there no great women critics? And what difference does it make?», dans Julia A. Sh (...)
  • 4 Parfois avancés même comme argument pour prouver l’importance d’un roman ; par Janet Altman par ex (...)
  • 5 Voir mon chapitre « La critique et les romancières, 1757-1771 », dans Traces de femmes. Présence f (...)

3Le « discours à double voix » dénommé ainsi par Susan Lanser et Evelyn Beck3, cette ambiguïté caractérisant leur écriture, est sans doute une conséquence inévitable de cette façon de « cacher » le message dans le narratif. Cette même ambiguïté paraît responsable des paradoxes que l’on discerne en étudiant la réception de ces romans – paradoxes visibles notamment lorsqu’on considère globalement toute l’histoire de la réception d’un texte, sur l’ensemble de la période écoulée depuis le XVIIIe siècle. Car les approbations et même les éloges qui furent le lot d’un certain nombre d’entre eux, de la part de contemporains immédiats4, ne se sont pas maintenus. Et il semble bien que cette déchéance aboutissant à un oubli parfois complet n’est pas vraiment identique avec ce qui a pu arriver à des écrits de romanciers hommes, tombés eux aussi, au XIXe siècle, dans l’oubli. Les louanges distribuées aux romancières ne furent-elles pas un prolongement de l’attitude de galanterie quasiment obligatoire dans l’espace public, dont la presse était, elle aussi, un prolongement5 ? L’importance qu’il convient d’attacher à ces déclarations et, par conséquent, l’appréciation véritable de ces œuvres peuvent être évaluées par une étude détaillée de la façon dont les journalistes ont rendu les textes commentés – que ce soit sous la forme de résumés ou de choix de citations. Car si les romancières cachaient leur message dans le narratif, la réaction authentique des journalistes se trouve souvent aussi dans les sélections auxquelles ils procédaient, dans leurs narrations – brèves – et dans leurs interprétations de celles-ci.

  • 6 Claude Labrosse en agit de même, à l’égard des critiques concernant La Nouvelle Héloïse. Sans util (...)

4C’est ici qu’intervient la SATOR, car pour ce genre de comparaisons il est utile de se concentrer sur quelques éléments narratifs bien précis, comme le sont les topoi6. Tout en étant purement narratifs, ces topoi peuvent être porteurs d’une charge idéologique, dont – me semble-t-il – ces femmes ont dû les investir à dessein. Cette charge, reconnaissable comme tel – peut-être plus aisément à celles qui appartiennent au même « bord » – grâce au ton utilisé, n’a pas forcément été reconnue par les commentateurs contemporains, ou alors reconnue mais sciemment ignorée.

  • 7 Que j’ai étudiée dans « Représentations romanesques de la femme écrivain. A propos de Madame Dunoy (...)
  • 8 Parfois proposées aussi dans des comptes rendus de périodiques ; voir à ce sujet mon article « L’a (...)

5En effet, certains topoi ne peuvent avoir eu qu’une signification particulière pour la romancière, aussi bien que pour la communauté des lectrices. Il peut s’agir d’une mise en scène plus ou moins utopique de son propre cas (le topos correspondant peut se formuler « FEMME RECONNUE COMME AUTEUR »7), d’objectifs extra-fictionnels qu’elle a pu avoir (« FEMME DÉNONCE HOMMES »), ou d’éléments importants appartenant à la diégèse. Les topoi classiques du dénouement, par exemple, tels « DÉNOUEMENT PAR LE MARIAGE » et « MORT DE L’HÉROÏNE », peuvent être supposés avoir un autre sens pour une lectrice que pour un lecteur. Et on a déjà remarqué que certains topoi ne semblent guère être utilisés que par des auteurs-femmes. « REFUS DE MARIAGE » en est un. Il nous fait remonter évidemment à La Princesse de Clèves et concerne aussi les Lettres d’une Péruvienne de Françoise de Graffigny. Comme on sait, les dénouements de ces deux romans avaient donné lieu à de nombreux commentaires et à des « suites », publiées séparément8, proposant en général Tune des deux fins coutumières : le mariage ou la mort. Graffigny avait réagi, cinq ans après la première publication, par une deuxième version confirmant son propre dénouement et renforçant son message.

  • 9 Selon la formule utilisée par Michèle Weil dans son article « Robert Challe et le Journal Littérai (...)
  • 10 Cf. « l’interprétation que les périodiques donnent du roman tend à conserver l’ordre des valeurs é (...)
  • 11 Dans mon article « L’(in)vraisemblance d’un refus féminin. Sur les objectifs de quelques romancièr (...)

6L’intérêt particulier qu’il y a à étudier les réactions des critiques littéraires et autres journalistes réside dans leur position cruciale de « maîtres du sens du texte9 et dans leur comportement, analysé par Claude Labrosse comme étant celui de garants de la doxa en vigueur10. Position et attitude qui contrastent radicalement avec la situation plutôt marginale d’où écrivent la plupart des romancières, et qui explique souvent leurs prises de position. Après avoir fait une première tentative de cette analyse comparative appliquée à la réception de romans féminins où figure le topos « REFUS DE MARIAGE »11, j’analyserai ici un certain nombre de comptes rendus concernant Marie-Jeanne Riccoboni.

  • 12 Tout en étant consciente de ce qu’ils ne sont pas absents chez des auteurs masculins.

7Cet écrivain à succès appartient bien à la catégorie étudiée. Ses romans peuvent être lus sinon comme des manifestes féministes, tout au moins comme des déclarations s’insérant dans le débat qui se prolongeait depuis la « Querelle des femmes ». Aussi peut-on y rencontrer bon nombre de ces topoi que j’appellerai, pour simplifier, « féminins »12. Parmi ceux-là je m’intéresserai ici à ceux qui contiennent le toposème « FEMME-TROMPÉE ».

  • 13 Les analyses de Lanser démontrant le rôle crucial du narrateur quand il s’agit de faire passer une (...)
  • 14 En considérant, donc, que « a female author could say something important in feminine terms that m (...)

8C’est sur ce point précis que je vais donc juxtaposer quelques romans riccoboniens et leurs réécritures journalistiques, toutes provenant de plumes masculines. J’opposerai les narrations romanesques aux résumés que contiennent les comptes rendus et qui amènent les jugements esthétiques et moraux prononcés par cette même instance de « résumeur-narrateur »13. On verra donc ce qui arrive lorsqu’une diégèse identique – en principe, du moins – passe des mains d’une femme à celles d’un homme14.

  • 15 Voir les paroles par lesquelles Henri Coulet a conclu le colloque.

9Il paraît clair que l’infidélité en amour – hétérosexuel-, même à l’intérieur de la fiction romanesque, risque d’être perçue et jugée différemment selon l’appartenance sexuelle du percepteur ou de la perceptrice. L’infidélité d’un homme par rapport à une femme – épouse ou amante – nous offre donc un bon point de départ pour une comparaison entre un texte féminin et des réécritures masculines, d’autant plus que le toposème « FEMME-TROMPÉE » est certainement de la catégorie qu’Henri Coulet dénomme « générateur de topoi »15.

Riccoboni et les femmes trompées

  • 16 Pierre Fauchery, La destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle 1713-1807. Ess (...)
  • 17 Contrairement à Fauchery, je ne fais pas de distinction entre les « jeunes filles » et les « femme (...)

10Pierre Fauchery déclare, dans son inventaire des possibilités romanesques offertes par la vie des femmes, que le fait – plutôt commun – d’être trompée par son mari ne donne lieu grosso modo qu’à une seule réponse féminine : « [l]a conduite habituelle des épouses délaissées est élégiaque et passive »16. Il me semble que le choix est en réalité plus large. En tout cas, cette résignation paraît s’opposer aux objectifs que nous attribuions à Riccoboni. Dans ses récits, cette romancière fait en effet figurer des femmes qui, trompées par leur mari ou par celui qu’elles aiment17, décident de réagir. Elles le font sous plusieurs formes : en se vengeant (« FEMME-TROMPÉE VENGEANCE »), en s’éloignant pour montrer leur indépendance sentimentale (« FEMME-TROMPÉE INDÉPENDANCE ») ou en adoptant l’attitude magnanime du pardon (« FEMME-TROMPÉE PARDON »). Cette série (qui n’est pas complète) présente dans leur ordre chronologique d’apparition différentes configurations de personnages telles que choisies par Riccoboni. En les passant en revue chronologiquement, on obtient une impression de la façon dont Riccoboni a pu être amenée à adapter ses stratégies narratives.

  • 18 Contrairement à ce que suggérait Santé A. Viselli ; au sujet de Catesby celui-ci s’exprimait par c (...)

11Cependant, avant d’aborder celles qui réagissent, il faut constater que Riccoboni n’a pu se passer des femmes victimes. On retrouve en effet celles qui, passives, se présentent comme telles (« FEMME-TROMPÉE VICTIME »). Adélaïde, qui se croit aimée du Marquis de Cressy, est quittée par lui pour celle qui deviendra sa femme (Histoire du Marquis de Cressy, 1758) ; Jenny Montfort, qui étant enceinte de Milord d’Ossery, a consenti à un mariage sans amour, le verra retourner à celle qu’il avait toujours dit aimer : Juliette (Lettres de Juliette Catesby, 1759) ; et Madame de Montalais, mère d’une famille nombreuse, ne sera qu’un obstacle passif pour son mari lorsqu’il tombe amoureux de Madame de Sancerre (Lettres de Madame de Sancerre, 1767). Dans tous ces cas, il s’agit de personnages secondaires18, qui non seulement sont passives, mais disparaîtront au cours de l’intrigue : les deux dernières meurent, la première se retire dans un couvent. Il est vrai que Madame de Sancerre elle-même, héroïne éponyme, a été trompée par son premier mari, qui en outre la brutalisait sans qu’elle veuille en faire paraître quelque chose. Il s’agit là cependant d’un développement secondaire, qui concerne la jeunesse de ce personnage principal. Depuis, elle a bien changé. Bref, cette attitude de résignation passive, peut-être en effet fréquente ou même banale, sert plutôt de repoussoir à Riccoboni afin de mieux faire ressortir le comportement de celles – trompées toutes les trois elles aussi – qui se trouvent en face : la Marquise de Cressy, Juliette Catesby et Madame de Sancerre veuve.

  • 19 En discutant la « fable de la jeune fille », qu’elle soit vierge ou qu’elle ait « passé par la cui (...)

12Mais les trois romans nommés jusqu’ici ne furent pas les premiers à être publiés par Riccoboni. Avant que ces trois héroïnes fortes ne fassent leur apparition dans l’œuvre riccobonienne, les réactions de celles que l’on trompa étaient autrement nettes et violentes, à commencer par la « VENGEANCE ». Fauchery avait (quand même19 dit à ce propos :

la meilleure des défensives consiste à s’engager soi-même dans les pratiques de la guerre des sexes, en opposant aux perfidies de l’aimé des contre-perfidies qu’elles ont rendues légitimes, (p. 303)

13Il donne tout de suite – avec une certaine approbation – l’exemple de La Vie de Marianne, où « ce genre d’artifice n’était qu’effleuré », pour pouvoir ajouter que

dans la ‘Suite’ qu’elle écrit à cet ouvrage, Mme Riccoboni y jette à corps perdu l’héroïne : on ne pourrait dire que celle-ci y gagne en noblesse, (p. 303)

14Il y a lieu de préciser – et Fauchery ne le fait pas – que Marianne elle-même se serait presque déclarée d’accord sur ce point :

  • 20 Madame Riccoboni, « Suite de Marianne qui commence où celle de M. de Marivaux est restée », dans M (...)

j’avais agi contre moi-même [...] en maltraitant l’infidèle, je m’étais fait plus de mal qu’à lui. [...] J’avais satisfait ma vanité aux dépens de mon cœur [...] que se proposait ma vengeance ? d’être regrettée, voilà tout20.

15Aussi finira-t-elle par abandonner l’idée de vengeance, et à la réception d’une lettre de Valville, elle se demandera : « [p]ardonnerais-je à l’infidèle ? ». Se rappelant le don précieux qu’elle reçut de la nature, son orgueil, elle se décide : « [j]e résolus de ne point voir Valville » (p. 620). Elle en appelle à sa propre fierté, quitte à revenir peut-être sur sa propre décision (la « Suite » non plus n’étant pas achevée), comme il est suggéré dans les dernières phrases : « où me conduirait la démarche hardie de le renvoyer ? » (p. 626).

  • 21 Précisons que l’analyse de l’œuvre complète sur ce point n’a pu être comprise dans ce cadre restre (...)
  • 22 Voir la « Correspondance entre Madame Riccoboni et M. de Laclos. Avril 1782 », dans Choderlos de L (...)

16La vengeance par la contre-perfidie – correspondant sans doute à certains clichés concernant le féminin – semble inhabituelle chez Riccoboni, du moins comme initiative féminine21 ; cela pour la même raison sans doute que celle qui l’opposait à Laclos au sujet de Madame de Merteuil22.

  • 23 Voir mon article « Madame Riccoboni : romancière ou journaliste ? », dans Actes du 8e Congrès Inte (...)

17Fanni Butlerd, elle, passera à un autre type de « VENGEANCE » sur ce Milord Alfred qui lui avait fait des promesses non tenues. Elle le fera d’une façon digne de l’écrivain qu’est en train de devenir Madame Riccoboni. Celle-ci utilise alors la presse périodique, moyen nouveau qui l’a beaucoup tentée23, pour dénoncer les comportements masculins. Dans la dernière lettre, publiée séparément dans le Mercure de France avant la parution du roman, Fanni constate qu’en effet il n’y a pas qu’Alfred qui trompe une femme. L’infidélité ne relèverait que du banal, du moins selon la perspective masculine que l’ironie riccobonienne lui fait adopter :

  • 24 Madame Riccoboni, Lettres de Mistriss Fanni Butlerd, à Milord Charles Alfred, comte d’Erford (1757 (...)

Mais quoi, tromper une femme, est-ce donc enfreindre les lois de la probité ? [...] C’est un procédé reçu ; tant d’autres l’ont fait ; il en est tant qui le font24.

18Fanni rend compte ainsi de l’existence nombreuse de ces femmes assez passives pour accepter et devenir « VICTIMES », dont elle avait fait partie elle-même auparavant, quand elle était encore

dans [un tel] désordre humiliant, que je crus pouvoir vous pardonner [...] Mais chaque jour, chaque instant m’apprit que s’il est possible de pardonner, il ne l’est pas d’oublier [...]

19S’adressant toujours à Alfred, elle décrit le mépris qu’elle commença à avoir d’elle-même, « en songeant que je vous aimais » (p. 269). Ce mépris d’elle-même avait contribué au changement qui la fit devenir celle qui d’un tout autre ton s’adressait à lui comme représentant du sexe masculin :

Eh, qui êtes-vous, hommes ? d’où tirez-vous le droit de manquer avec une femme aux égards que vous vous imposez entre vous ? [...] Ne nous élevez-vous dans la mollesse, ne nous rendez-vous faibles et timides, que pour vous réserver le plaisir cruel que goûte cette espèce de chasseur, qui, tranquillement assis, voit tomber dans ses pièges l’innocente proie qu’il a conduite par la ruse à s’envelopper dans ses rets ? (p. 268)

  • 25 Voir « Madame Riccoboni : romancière ou journaliste ? » (art. cit.). Contrairement à la plupart de (...)
  • 26 Madame Riccoboni, « Lettres de Madame de Sancerre », dans Le Monde, 1761, t. III, n° 2, p. 141.

20La même agressivité, mais sans les hésitations préalables et le mépris de soi, se retrouve dans un autre texte narratif, publié également, et même uniquement, dans un périodique. Il s’agit de la première version des Lettres de Madame de Sancerre, publiée en 1761 dans l’Abeille, journal spectatorial rédigé par Riccoboni et inséré dans un autre journal du même type, Le Monde de Jean-François de Bastide. Ce court récit épistolaire, apparemment rédigé plus tôt25, contient un personnage féminin qui ne prend même pas la peine de se venger. Après un début de liaison amoureuse, elle plante là l’homme supposé infidèle, et choisit l’« INDÉPENDANCE ». Nous retrouvons à nouveau une généralisation, maintenant à partir du cas de M. de Montalais, qu’elle avait commencé à aimer mais qui s’est montré indigne qu’on lui sacrifie « [s]on heureuse liberté »26. Envers lui le pardon serait inimaginable :

ah, ah ? M. de Montalais est capable de quitter une amie avec cette brusquerie, pour la moindre chose, il devient froid, maussade et s’en va... savez-vous bien que votre sexe n’a pas le sens commun, qu’il est formé pour tourmenter le nôtre, que je le déteste : je ne veux plus d’amis, pas même de vous, allez vous promener aussi ; je fermerai ma porte, je n’écrirai plus, je ne penserai plus, j’oublierai le monde entier, laissez-moi tous ; on ne peut vivre en repos avec des créatures de votre espèce. (n° 4, pp. 68-69)

21C’est cela qu’elle écrit à son vieil ami le Comte de Nancé, inclus lui aussi dans cette attaque générale qui frôle d’ailleurs la caricature – d’autant plus que l’incident à l’origine avait été mineur. J’aurais tendance néanmoins à penser qu’ici on se trouve au plus près de la pensée de Riccoboni, davantage enveloppée dans les romans proprement dits qui ont suivi.

22C’est là, dans Cressy et Catesby, que nous trouvons le troisième type de réaction, celui où la femme a la générosité de « PARDONNER ». Ce pardon, que l’on a vu discuter également dans tous les textes précédents, et dont on appréciera pleinement l’importance cruciale à la lecture des comptes rendus, n’est pas un événement en soi. Dans chacun de ces deux romans il est accompagné d’un des deux dénouements courants, à savoir la « MORT DE L’HÉROÏNE » (Cressy) et le « DÉNOUEMENT PAR LE MARIAGE » (Catesby). Concessions aux lois du genre, pourrait-on penser, et sans doute avec raison. Mais il faut ajouter, d’une part, que la mort de Madame de Cressy s’éloigne pourtant de ces mêmes lois, puisqu’il s’agit d’un suicide ; d’autre part, qu’après le mariage final de Juliette Catesby avec Milord d’Ossery, il y a une lettre supplémentaire contenant un espoir de retour à un « ESPACE-FÉMININ ». Il y a ici une combinaison de situations topiques, dont certaines caractérisent le genre, d’autres l’œuvre de Riccoboni, et qui « se contredisent ». La mort d’une héroïne devrait ne pas dépendre d’elle-même ; le mariage devrait avoir annulé le besoin de la mariée de se retrouver dans un espace féminin.

  • 27 Les refus du mariage ont été, dans cette version, déplacés vers un autre personnage, Madame de Mar (...)
  • 28 Madame Riccoboni, Lettres d’Adélaïde Dammartin, Comtesse de Sancerre, à Monsieur le Comte de Nancé (...)

23On retrouvera cette même contradiction, présentée de façon assez subtile, dans la deuxième version de Sancerre. Certes, Madame de Sancerre se mariera cette fois-ci avec Monsieur de Montalais (qui, dans cette nouvelle version, ne la trompe jamais, et à qui elle n’aura pas besoin de pardonner)27, mais comme dans Catesby, il y a un rajout final et significatif : à la fin du roman épistolaire, une brève note auctoriale nous apprend que ce second mari est rendu heureux dans ce mariage. Elle laisse planer le doute sur le bonheur de l’épouse28. De telles « lacunes » et choix narratifs résultent évidemment d’une décision faite par la romancière à la suite d’autres solutions, jugées moins satisfaisantes. Pour comprendre ses objectifs, les distinctions rappelées par Gabrielle Verdier entre le dénouement de l’intrigue et la fin du texte sont très éclairantes :

  • 29 Gabrielle Verdier, « Variétés et ambiguïtés du dénouement dans les contes de fées littéraires », d (...)

Lieu stratégique du texte, la fin d’un roman est une opération à multiples niveaux, qui ne coïncide pas nécessairement avec le dénouement de l’histoire mais comprend la fin de la narration. [...] la fin [du texte] peut réaffirmer le dénouement ou lui donner un autre éclairage et même le remettre en cause29.

24C’est cela que fait Riccoboni, nous incitant, par la même occasion, à une grande méfiance par rapport au « PARDON » distribué par les deux héroïnes précédentes. Ne serait-il pas, lui aussi, remis en cause, par la narratrice (de Cressy) et par celle, virtuelle, qui a arrangé la suite des lettres formant Catesby ?

  • 30 Madame Riccoboni, L’Histoire du Marquis de Cressy, éd. Alix S. Deguise, Paris, des femmes, 1987, p (...)
  • 31 Jusqu’à la parodie, presque.

25En effet, à côté des dénouements « conformes », qui sont contredits par d’autres éléments, qu’en est-il du pardon final ? Dans les récits précédant Cressy et Catesby, il avait été absent de l’intrigue, mais présent dans le discours des personnages, et là jugé inimaginable. Dans ces deux romans, le pardon paraît extrêmement suspect, étant donné ce qui avait pu être formulé auparavant. Il est certain que Madame de Cressy, ayant bu son poison, « fort affaiblie [et] touchée de ce que le Marquis venait de dire »30, lui pardonna ; et même qu’elle alla encore plus loin31 en lui disant :

Je meurs contente [...] puisque je meurs dans vos bras, honorée de vos regrets, et baignée de vos larmes [...]. (p. 129)

26Mais ceci n’enlève pas son impact à ce qui avait motivé son suicide, et qui avait été formulé par la narratrice :

La Marquise croyait avoir senti toutes les peines qu’un amour sincère et mal reconnu peut causer ; elle pensait que cesser d’être aimée, s’assurer qu’on avait toujours été trompée, étaient des maux qui ne pouvaient souffrir d’accroissement [...]. Quelqu’un a dit : On pardonne tant que l’on aime, mais peut-on aimer encore, quand on a besoin de pardonner ? (p. 120, mes italiques)

27On remarque le passage à la généralisation présent également dans Catesby, où la possibilité de pardonner avait été niée avec encore plus d’insistance. Ne citons que ce seul exemple :

  • 32 Madame Riccoboni, Lettres de Milady Juliette Catesby à Milady Henriette Campley son amie (1759), é (...)

Pourquoi pardonnerais-je, moi que l’on a insultée avec réflexion, de dessein prémédité, sous le voile de l’amitié, de l’amour, de tous les sentiments qui peuvent toucher un cœur tendre et reconnaissant ? Et quel droit un sexe a-t-il de se jouer de la douceur et de la bonté de l’autre ? [...] Quel orgueil vous persuade que vous pouvez punir quand vous croyez que je dois pardonner32 ?

28Il me semble voir ressortir, dans cette suite de textes narratifs où le discursif occupe une place si large et complexe, une pensée tout à fait cohérente, qui cherche à s’exprimer de plus en plus subtilement. La dénonciation des abus de confiance dont ces femmes ont été l’objet est générale. Celles qui refusent d’être de simples victimes reçoivent la parole et le don de la parole pour s’exprimer, malgré les contraintes du genre romanesque ; sinon – c’est le cas de la Marquise de Cressy – elles sont accompagnées d’une narratrice porte-parole. Celles qui, n’ayant pas le droit à la parole, sont obligées de rester passives, se trouvent être non seulement des cas communs ou même banals, elles sont aussi dans une situation narrative peu importante. Mais les « actives », au lieu de les considérer comme les rivales qu’elles sont, strictement parlant, se solidarisent avec elles. Les divers cas se recoupent et se tiennent entre eux. En les isolant de leurs contextes (ce qui correspond, certes, à une injustice) on est davantage en mesure d’y reconnaître une attaque en règle à laquelle les journalistes n’ont pu – semble-t-il – éviter de réagir.

Les journalistes : avocats des maris infidèles ?

29Les journalistes ont en effet réagi, quoique parfois inconsciemment sans doute. En étudiant leurs réactions, je me concentre sur la façon dont ils ont rendu sous forme narrative, puis commenté, les mêmes éléments topiques que ceux isolés – un peu artificiellement peut-être – tout à l’heure. On se souvient de l’appréciation assez généralement positive de l’œuvre riccobonienne dans la presse. Il ne s’agit pas de douter ici de la sincérité des louanges, bien que celles-ci aient pu être motivées en partie par le succès qu’obtenaient ces romans. Dans ces comptes rendus, hors des passages d’évaluation, le roman est généralement présenté en raccourci. Les impératifs pratiques ont obligé le journaliste à faire des adaptations qui paraissent souvent révélatrices.

  • 33 On n’a pas visé ici l’exhaustivité, difficile à atteindre pour des raisons d’ordre pratique. Il me (...)

30Dans les différents périodiques étudiés33, je relève deux types de ces adaptations, que je tenterai de traiter séparément mais qui ne sont pas toujours faciles à distinguer entre eux : les adaptations aux normes du genre romanesque, et celles qui concernent les rapports entre hommes et femmes, que ce soit à l’intérieur de la fiction ou à l’extérieur. Dans ce dernier cas, la référence est le réel que l’on tient apparemment à retrouver dans la fiction et – qui plus est – tel qu’on a l’habitude de le vivre. Pour deux raisons, on se trouve alors à l’opposé de la romancière, qui non seulement vit et présente l’infidélité masculine telle que vécue par des femmes, mais qui, au lieu de faire retrouver le réel, a pour but de le changer.

31Le respect des normes du genre romanesque semble être en cause, par exemple, lorsque la fin de Sancerre (2e version), où le mari était apparemment le seul heureux du couple, est rendue ainsi : « [l]e dénouement est extrêmement heureux » (JD janvier 1767 : p. 40). C’est une façon de qualifier la phase finale de l’intrigue, dont ne pourra être tenu responsable que ce lecteur/journaliste. Un autre journaliste intervient plus explicitement, en changeant ainsi le commentaire final : « [e]nfin, les deux amants sont heureux » (JE septembre 1767 : p. 68, mes italiques). On pourrait dire, avec un semblant de raison, que le journaliste tient compte d’une contrainte simplement formelle et quasiment banale qui veut un happy end ; ce serait manquer de voir que Riccoboni y paye déjà son tribut, et nier la prise de position que représente son choix pour un « demi-bonheur ».

32Plus explicites sont les réactions concernant la mort, a-typique puisque décidée par elle-même, de Madame de Cressy. Le Journal Encyclopédique rend parfaitement la situation où s’était trouvé le personnage :

L’amour outragé d’une manière si cruelle et si sensible dans le cœur de la Marquise, versa sur sa vie des chagrins, dont elle chercha la fin dans la mort même qu’elle se procura par le poison. (JE juin 1758 : p. 100)

33Mais le journaliste donne la citation pour y faire une opposition en règle : « elle ne devait point naturellement attenter sur sa vie », et prescrire un scénario dans lequel « [u]ne lente douleur, et non le poison, devait éteindre le flambeau de ses jours » (p. 101, mes italiques). Ceci à cause du caractère de la protagoniste à laquelle on prête (veut pouvoir prêter ?) des « passions [plus] douces » (id.) que celles démontrées pat ses actes. L’Année Littéraire est d’accord sur ce point :

On est fâché de voir mourir d’une mort aussi tragique la Marquise de Cressy. On lui trouve l’âme trop vertueuse et les passions trop douces pour la faire finir par ce genre de mort. (AL 1758 t. IV : p. 128)

34En étant plus passive, elle aurait en effet rejoint la catégorie reconnue par Fauchery (correspondant mieux aux stéréotypes en cours) des simples victimes.

35Il faut reconnaître que c’est à de telles victimes que va la préférence des journalistes. Elles leur donnent la possibilité de s’attendrir et d’admirer gratuitement. Parfois, ils forcent même un peu l’intrigue et mettent en avant un personnage secondaire comme Jenny (épousée par d’Ossery, l’amant de Juliette Catesby) :

Qu’il est beau le caractère de cette Miss Jenny ! [...] Elle dévore ses chagrins en silence, elle n’ose se plaindre, elle craint de lui causer la moindre inquiétude (AL 1758 t. IV : p. 299, mes italiques)

36La même admiration bizarrement motivée (du moins selon une perspective de femme) échoit à « l’âme honnête et l’héroïsme de Mad. de Sancerre » lors des conflits avec son premier mari (JE septembre 1767 : p. 64), où « elle a [eu] la sagesse de taire les outrages qu’on lui fai[sai]t » (MT juin 1767 : pp. 557-558, mes italiques).

37La tendance à préférer les faibles et les soumises mène à la victimisation d’un personnage plutôt fort comme l’est Fanni Butlerd, qui s’était elle-même « dévictimisée ». L’agressivité de ton que nous avions remarquée dans la fameuse lettre finale rendue publique séparément, n’y a apparemment rien changé. Le Mercure lui-même, pourtant responsable de cette publication, décrit ainsi, quelques mois plus tard, l’effet exercé sur le lecteur :

On s’intéresse au sort d’une victime qu’on a vu livrée, dès le premier moment, à toute la séduction de l’estime ; on la plaint d’autant plus d’avoir été trahie, qu’on a été trompée comme elle. (MF août 1757 : pp. 105-106, mes italiques)

38Tout en contestant l’interprétation de Fanni comme une simple victime, on peut remarquer que ce journal (à narrataire féminin, puisque chaque livraison apostrophe « Madame ») propose l’identification avec cette protagoniste, ce qui n’est pas le cas dans le Journal Encyclopédique où les distances sont maintenues par rapport à toutes ces émotions de femme :

la tendresse de Fanni ; sa sincérité, sa candeur, ses désirs, ses plaintes, ses remords, sa vertu au milieu des faiblesses de l’amour, ses malheurs enfin peuvent intéresser un homme qui ne rougit pas d’être sensible, d’être homme. (JE juin 1757 : p. 99, mes italiques)

39L’insistance sur les (prétendues) victimes se double d’une indignation envers les bourreaux correspondants. Le premier mari de madame de Sancerre est présenté avec horreur comme un traître indigne, abusant « de la vertu et de la bonté de sa Femme » (MT septembre 1767 : p. 557), et l’éprouvant par « les perfidies les plus atroces » (JE septembre 1767 : p. 64). Le Journal Encyclopédique s’attaque de la même façon à un personnage principal, le Marquis de Cressy, contre lequel le journaliste ressent « une espèce de haine ». Il renchérit même, car cette haine

n’est pas aussi forte qu’elle devrait l’être par le regret qu’on lui suppose de [l’]avoir trompé[e]. On est fâché de ne pas le haïr autant qu’on voudrait. (JE juin 1758 : p. 101)

40Tout en reconnaissant la nécessité de la vengeance (et en allant au-delà) le journaliste refuse donc de suivre Riccoboni, et d’établir un lien entre le comportement du Marquis et celui des hommes en général. Par ce refus, le journaliste montre qu’il n’accepte pas l’emploi particulier que fait Riccoboni du roman et la fonction de manifeste qu’elle semble lui attribuer parfois. C’est en ce sens qu’il protège le genre. Mais sa protection concerne aussi la gent masculine qu’il sauve des reproches qui lui sont adressés.

41La même tendance à une partialité opposée à celle contenue dans le roman motive d’autres changements révélant des vues sur tel personnage masculin. L’Année Littéraire par exemple va prodiguer sa pitié ailleurs que là où la narration romanesque l’avait placée. Alors que la narratrice riccobonienne s’était écriée :

Quel moment pour madame de Cressy ! trahie par l’objet de son amour, par celui de sa plus tendre amitié (p. 119),

  • 34 Ce qui nous mène à un tout autre topos.

42Fréron, dans l’Année Littéraire où il s’adresse à un narrataire présenté comme masculin, écrit à propos du Marquis apprenant que sa femme avait pris du poison : « Figurez-vous, Monsieur, la douleur et l’embarras du Marquis » (AL 1758 t. IV : p. 127, mes italiques). Que la partialité ait changé de bord, se manifeste notamment par des excuses qui vont être fournies aux infidèles. Milord d’Ossery aurait été « la victime des lois que lui impos[ait] l’honneur » (JE mai 1759 : p. 117). Par conséquent sa trahison est bagatellisée, et devient « la petite aventure de l’après-souper » (OL 1759 t. I : p. 332) ; du coup Juliette pourra être accusée d’avoir exagéré : selon le Mercure elle n’est pas trahie, mais « se croit trahie » (MF juin 1759 : p. 74, mes italiques)34.

43On comprend dès lors l’intérêt qu’inspirent les personnages féminins qui pardonnent, et que les journalistes ont dû se hâter pour prendre littéralement ce pardon. Les éléments qui le rendaient peu vraisemblable sont éliminés soit en le refusant explicitement (pour le suicide), soit en l’oubliant (pour le retour à l’espace féminin). Ni les négations de la possibilité de pardonner, ni les dénonciations du mariage ne sont relevées ou prises ou sérieux, et le dénouement « heureux » est accepté tel quel. Il y a même une insistance sur la vraisemblance du dénouement de Catesby, qui dans la qualification est ramené à un niveau de banal, en complète opposition au vécu du personnage féminin et au texte du roman. En effet, la vraisemblance n’est totale que du point de vue de celui qui trompe, point de vue rendu par l’Année Littéraire :

[C’est] un sujet [extrêmement] simple. C’est une femme quittée par un homme qui a fait un enfant à une autre, et qui revient à sa maîtresse après la mort de celle qu’il avait épousée par un sentiment généreux [...]. (AL 1758 t. VIII : p. 300)

44Évidemment, l’hésitation devant le pardon n’est pas remarquée, comme on le constate dans ce résumé parodique dû encore une fois à l’Année Littéraire :

[...] on reçoit une lettre, elle est du Comte. Il se justifie, on s’adoucit, on lui pardonne, on le voit, on l’épouse et les vœux de l’un et de l’autre se trouvent comblés. (AL 1758 t. VIII : p. 297)

45C’est que, d’après le Mercure,

[...] trop heureu[se] de le trouver bien moins coupable qu’il n’y paraissait, elle ne put lui refuser son pardon. (MF juin 1759, p. 84)

46Ce qui finit même par l’élimination totale du topos :

Milady Catesby [...] pardonne enfin un tort qui n’était pas même une infidélité. (JE mai 1759, p. 123, mes italiques)

47La mise en valeur du pardon est une façon de ne pas reconnaître l’agressivité que contiennent ces textes. On aurait aimé, dès lors, connaître les réactions suscitées par la première version des Lettres de Sancerre, dans laquelle on a pu constater même une certaine brutalité. Je n’ai pas encore trouvé de commentaires sur ces Lettres, dont la parution dans un périodique a pu passer inaperçue. Il y a des chances pour que les juges aient été sévères, car dans la version proprement romanesque de 1767, le texte a été notamment remanié sur ce point précis : l’infidélité qui avait déclenché les émotions de Madame de Sancerre, n’y est qu’apparente, basée sur une erreur de sa part à elle, ce qui rend moins choquant le mariage final. Riccoboni arrivait, néanmoins, à maintenir son « message » non seulement en laissant planer le doute sur le bonheur conjugal de la nouvelle Madame de Montalais, mais aussi en confiant la dénonciation du mariage à une amie de Madame de Sancerre. Cette dénonciation arrive ensuite à être interprétée, par les critiques, comme une peur devant un second mariage (A L novembre 1766 : p. 203 ; JD janvier 1767 : p. 33).

48Dans tous ces cas, on constate donc intervention de la part des journalistes, qui en partie profitent d’ouvertures fournies par l’ambiguïté du texte, en partie le forcent pour arriver à leur propre vision.

Différences d’un journaliste à l’autre

  • 35 Comme je l’ai indiqué dans « Le Journal des Dames, 1759-1778. Les journalistes-dames et les autres (...)

49Jusqu’ici, aucune distinction n’a été faite entre les divers périodiques et leurs rédacteurs. Il convient néanmoins d’admettre que tous les journalistes ne manifestent pas une attitude identique. Notamment, tous ne se sentent pas de la même façon « garants de la doxa » : le clivage entre les journaux de Fréron et ceux des « philosophes » est trop connu pour le passer ici sous silence. Il semble pourtant, d’après les exemples donnés ici, que sur le point précis de l’attitude adoptée envers les écrivains femmes, l’écart entre l’Année Littéraire et le Journal Encyclopédique ne soit pas immense. Les différentes voix se complètent davantage qu’elles ne se contredisent ; cela s’applique même aux comptes rendus provenant du Journal des Dames, dirigé pour les numéros concernés ici par des rédacteurs hommes35.

  • 36 Comme l’a constaté aussi Birgitta Berglund-Nillson, la CL « parle plus souvent d’ouvrages écrits p (...)

50Un des seuls périodiques qu’il faudrait considérer à part, et qui pour cette raison-là n’a pas été cité jusqu’ici, est la Correspondance Littéraire. Le traitement séparé s’imposerait déjà par la simple raison de la forme manuscrite et du public restreint, mais particulièrement ici par le fait de la collaboration régulière de Louise d’Epinay et de la certitude d’une présence de femme au sein de la rédaction36.

  • 37 Les citations sont d’après l’édition Tourneux, Paris, 1877-1882, 16 vol.
  • 38 Lanser, Fictions of Authority, op. cit., p. 28 sqq.

51Certes, la Correspondance Littéraire donnait rarement des résumés, et jamais des résumés aussi développés que l’Année Littéraire. Nous sommes donc réduits aux commentaires, dont l’incisivité de ton peut faire penser que le contact direct entre rédacteur et lecteur a été davantage visé que la prononciation d’un jugement équitable sur une œuvre nouvellement parue. Certaines remarques cependant sont intéressantes dans la mesure où elles indiquent que l’ambiguïté, qui avait été « résolue » en quelque sorte par les confrères, est ici davantage ressentie et respectée, même si elle semble avoir gêné. Les critiques sont parfois très expéditives et vagues : on « n’aime pas trop » Cressy (CL. t. VI, p. 20)37. Mais parfois aussi elles concernent exactement les problèmes traités ici. Ce que Lanser appelait, dans Catesby, l’« intrusion de la voix masculine »38, dont les autres journalistes avaient profité pour faire taire tout à fait la voix de la femme, est reconnu dans la Correspondance Littéraire comme un artifice réussi :

Il y a beaucoup d’art dans la lettre par laquelle milord d’Ossery rend compte de sa conduite à Milady Catesby, et lui explique comment, passionnément épris d’elle, il a pu tout à coup prendre le parti d’en épouser une autre, et après avoir perdu sa femme, revenir à sa première maîtresse avec autant de passion que s’il n’avait jamais changé. Cette aventure [...] était bien difficile à conter [...] (CL. t. IV, pp. 98-99, mes italiques)

52Avec plus de distance on considère donc le niveau technique du roman – ce qui n’exclut pas les réactions purement subjectives, comme celle-ci concernant la fin de Catesby, combinant les topoi contradictoires du « DÉNOUEMENT PAR LE MARIAGE » et du retour à l’« ESPACE-FÉMININ », où en effet Riccoboni avait renforcé la contradiction par l’emploi d’un ton à moitié ironique :

je n’aime pas [...] la façon dont milord d’Ossery annonce à milady Henriette son mariage avec milady Catesby à la fin du roman : elle est commune et trop légère pour un homme qui a essuyé tant de contrariétés. Il faut qu’il soit plus sensible et plus touché de son bonheur [...] (CL. t. IV, p. 99)

53Un jugement non moins perspicace concerne l’emploi, que plus haut nous avions jugé paradoxal chez Riccoboni mais nécessaire, du topos le plus banal : celui de la « FEMME-TROMPÉE VICTIME » :

la femme de l’homme qu’elle aime sans espérance est contrefaite, et [...] on lui promet que cette femme mourra en couches : ce qui ne manque pas d’arriver ; [...] tout cela est bien peu heureux, quoiqu’il en résulte le mariage de Mme de Sancerre [...]. (CL. t. VII, p. 165, mes italiques)

54La « modernité » de ces jugements ne doit pas nous faire oublier pourtant que leur influence a été réduite, du moins jusqu’au moment où parut l’édition de Tourneux. Et même à la fin du siècle dernier on ne se tourna pas immédiatement vers la Correspondance Littéraire pour apporter des rectifications aux images qui existaient des romancières du XVIIIe siècle et qui se basaient en grande partie sur les travaux des journalistes, en passant par l’Histoire littéraire des femmes françaises (1769), compilation due à l’abbé de La Porte.

55Dans les autres journaux, sur des points très précis, il est vrai, mais sûrement des points cardinaux, on voit les journalistes procéder à un réajustement (peut-être involontaire) qui se manifeste assez nettement dans le traitement subi par ces images topiques, nœuds de la narration, ainsi que dans les évaluations morales dont elles font l’objet.

Masculin vs. féminin

  • 39 Stéphanie de Genlis par exemple n’approuvera pas non plus le suicide de la Marquise de Cressy.

56Dans cette comparaison (en exceptant donc la Correspondance Littéraire), on a l’impression de voir se délimiter – de l’extérieur – le terrain du roman féminin, si tant est que l’on puisse estimer Riccoboni représentative des femmes. Certes, elle s’est constituée porte-parole à l’occasion de son conflit avec Laclos, mais les autres femmes l’ont-elles acceptée comme telle ? Des femmes aussi ont pu avoir des raisons pour ne pas contester la doxa en vigueur39, défendue par les journalistes contre les attaques riccoboniennes. Que ces attaques aient correspondu ou non à un quelconque besoin ressenti par d’autres femmes, on constate que des journalistes s’opposent explicitement ou implicitement à ces tentatives d’optique féminine.

  • 40 Comme le formulait Nancy K. Miller à propos de La Princesse de Clèves dans son important article « (...)

57L’acceptation d’une telle optique aurait pu impliquer la reconnaissance d’une doxa contraire à la leur. Les fondements en auraient été les maximes et généralisations concluantes dont fourmille l’œuvre de Riccoboni, proférées par des voix féminines. Dans le discours du compte rendu, ces maximes ne sont guère reprises ; éventuellement elles peuvent être dites excellentes, ou bien caractéristiques pour les personnages féminins. Le plus souvent, les journalistes éliminent ces maximes, et « démaximisent » – pour utiliser la terminologie de Nancy Miller – les héroïnes. C’est une façon de les livrer à un sort affreux, car « [a] heroine without a maxim, like a rebel without a cause, is destined to be misunderstood »40. Parmi ces héroïnes démaximisées figurent notamment les « FEMMES-TROMPÉES » autres que « VICTIMES ». Si Fauchery ne les énumère pas dans son inventaire de figures féminines, c’est sans doute que, par le traitement subi, elles ont fini par devenir incompréhensibles. Plus grave encore : dans ce discours secondaire dont elle est « recouverte », Riccoboni nous apparaît comme un auteur de banalités, jugées telles à cause de la perspective masculine adoptée. Nous sommes ainsi éloigné(e)s de ses intentions, qu’il est permis d’autant plus d’appeler « féministes » que la réduction à la banalité apparaît comme une rectification du texte et une remise à sa place de l’auteur.

Notes

1 Dans quelle mesure l’exemple des romanciers féminins est-il valable pour d’autres catégories d’auteurs ? Cette question, pourtant importante, ne pourra pas être discutée ici.

2 Susan S. Lanser, Fictions of Authority. Women writers and narrative voice, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 1992, p. 6.

3 Dans «(Why) are there no great women critics? And what difference does it make?», dans Julia A. Sherman et Evelyn T. Beck, The prism of sex: Essays in the Sociology of knowledge, Madison, University of Wisconsin Press, 1977, p. 86.

4 Parfois avancés même comme argument pour prouver l’importance d’un roman ; par Janet Altman par exemple à propos des Lettres d’une Péruvienne dans son article « A Woman’s Place in the Enlightenment Sun : The Case of F. de Graffigny », dans Romance Quarterly 38 (1991), pp. 266-269.

5 Voir mon chapitre « La critique et les romancières, 1757-1771 », dans Traces de femmes. Présence féminine dans le journalisme français du XVIIIe siècle, Amsterdam/Maarssen, Holland University Press, 1988, notamment les pp. 242-248.

6 Claude Labrosse en agit de même, à l’égard des critiques concernant La Nouvelle Héloïse. Sans utiliser les topoi, il est amené à « morceler » aussi le roman, en suivant davantage les choix faits par les journalistes (voir Claude Labrosse, Lire au XVIIIe siècle. La Nouvelle Héloïse et ses lecteurs, Lyon, P.U.L., 1985, pp. 131-155).

7 Que j’ai étudiée dans « Représentations romanesques de la femme écrivain. A propos de Madame Dunoyer et de Madame de Staël », (paru dans Denise Godwin, Thérèse Lassalle et Michèle Weil (éds), Actes du dixième Colloque international Sator, 10-13 septembre 1996 à Johannesburg, Montpellier, Presses de l’Université Paul-Valéry, 1999, pp. 119-133. NB : les mots imprimés ainsi en capitales désigneront les toposèmes et les topoi qui ont servi de point de départ à cette étude.

8 Parfois proposées aussi dans des comptes rendus de périodiques ; voir à ce sujet mon article « L’abbé de La Porte et la canonisation des romancières du XVIIIe siècle. Le cas de Françoise de Graffîgny », dans Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes 21 (1997) pp. 43-54.

9 Selon la formule utilisée par Michèle Weil dans son article « Robert Challe et le Journal Littéraire », dans Cahiers de l’Association Internationale des Etudes de Français, n° 48, 1996, p. 49.

10 Cf. « l’interprétation que les périodiques donnent du roman tend à conserver l’ordre des valeurs établies » (Claude Labrosse, « Fonctions du périodique littéraire », dans Cl. Labrosse et P. Rétat, L’instrument périodique. La fonction de la presse au XVIIIe siècle, Lyon, P.U.L., 1985, p. 122).

11 Dans mon article « L’(in)vraisemblance d’un refus féminin. Sur les objectifs de quelques romancières, reconnus ou non », j’ai étudié la façon dont on a réagi à cette attitude féminine du refus, et montré que des journalistes à leur tour y opposaient leur refus à eux (paru dans Olga B. Cragg et Rosena Davison (éds.), Sexualité, Mariage et Famille au XVIIIe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 1998, pp. 291-306).

12 Tout en étant consciente de ce qu’ils ne sont pas absents chez des auteurs masculins.

13 Les analyses de Lanser démontrant le rôle crucial du narrateur quand il s’agit de faire passer une idéologie s’appliquent aussi, me semble-t-il, à ces narrateurs-résumeurs (voir Susan S. Lanser, The narrative act. Point of view in prose fiction, Princeton, Princeton University Press, 1981, notamment pp. 214-219).

14 En considérant, donc, que « a female author could say something important in feminine terms that masculine writers could not accomplish », selon la formule de Nancy Armstrong, dans « The Rise of feminine authority in the novel », dans Novel 15 (1982) p. 129 (cité d’après Lanser, Fictions of Authority, p. 38).

15 Voir les paroles par lesquelles Henri Coulet a conclu le colloque.

16 Pierre Fauchery, La destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle 1713-1807. Essai de gynécomythie romanesque, Paris, Armand Colin, 1972, p. 381. Il fait remarquer d’ailleurs que cette attitude peut être le masque d’une politique adroite, mais cela semble être une exception : « l’attitude cardinale de l’épouse brimée est une résignation soumise, qui souvent confine à l’abjection » (p. 392). Deux pages plus loin, il va même jusqu’à dire que « la plupart des épouses mal-aimées [...] sont, à terme, condamnées à mort ». Il cite l’exemple de la Marquise de Cressy, que pour ma part je rangerais dans une autre catégorie, puisqu’il s’agit d’un suicide (p. 394).

17 Contrairement à Fauchery, je ne fais pas de distinction entre les « jeunes filles » et les « femmes » (voir note 19). Il s’agira ici du sentiment de déception qu’elles éprouvent et qui sera plus ou moins profond selon la nature du lien qui les avait unies à un homme. Cette déception pourra être ressentie aussi par des veuves, comme le montre Riccoboni ; Fauchery n’a pas tenu compte de cette éventualité et décrit les veuves comme des « figures de la liberté » et des « figures de l’amour » : « [d]u coin de pénombre où son esseulement la relègue, la veuve peut à son aise considérer ces nouvelles et fraîches images de l’homme que le monde lui prodigue » (p. 422).

18 Contrairement à ce que suggérait Santé A. Viselli ; au sujet de Catesby celui-ci s’exprimait par cette formule heureuse, mais qui me semble fausser la situation : « [l]a mort d’une héroïne permet à une autre d’atteindre le bonheur » (« La topique du dénouement dans le roman du XVIIIe siècle : la mort de l’héroïne », dans Colette Piau-Gillot (éd.), Topiques du dénouement romanesque du XIIe au XVIIIe siècle. Actes du VIIe Colloque International SATOR, Paris, Apte, 1995, p. 211).

19 En discutant la « fable de la jeune fille », qu’elle soit vierge ou qu’elle ait « passé par la cuisson de l’amour sexuel » (p. 302).

20 Madame Riccoboni, « Suite de Marianne qui commence où celle de M. de Marivaux est restée », dans Marivaux, La Vie de Marianne ou les aventures de Madame la Comtesse de ***, éd. Frédéric Deloffre, Paris, Garnier, 1957, pp. 613-614.

21 Précisons que l’analyse de l’œuvre complète sur ce point n’a pu être comprise dans ce cadre restreint. Il faudrait, par exemple, étudier de plus près L’Histoire de Miss Jenny (1764) : « FEMME-TROMPÉE » (Jenny par Sir James/Lord Danby) y est combiné avec « HOMME-TROMPÉ » (Arundel par Jenny, puisqu’elle aime Clare). Cependant c’est un amour auquel aucune suite ne sera donnée.

22 Voir la « Correspondance entre Madame Riccoboni et M. de Laclos. Avril 1782 », dans Choderlos de Laclos, Œuvres complètes, éd. Laurent Versini, Paris, Gallimard (Pléiade), 1979. Dn 757-768

23 Voir mon article « Madame Riccoboni : romancière ou journaliste ? », dans Actes du 8e Congrès International des Lumières. Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, Voltaire Foundation, 304 (1993) pp. 772-775.

24 Madame Riccoboni, Lettres de Mistriss Fanni Butlerd, à Milord Charles Alfred, comte d’Erford (1757), dans Raymond Trousson (éd.), Romans de femmes du XVIIIe siècle, Paris, Laffont (Bouquins), 1996, p. 268.

25 Voir « Madame Riccoboni : romancière ou journaliste ? » (art. cit.). Contrairement à la plupart des textes de l’Abeille, celui-ci n’a pas été repris par Riccoboni dans son Recueil de Pièces détachées de 1765. Elle a préféré retravailler le texte.

26 Madame Riccoboni, « Lettres de Madame de Sancerre », dans Le Monde, 1761, t. III, n° 2, p. 141.

27 Les refus du mariage ont été, dans cette version, déplacés vers un autre personnage, Madame de Martigues ; voir « L’(in)vraisemblance d’un refus féminin » (art. cit.).

28 Madame Riccoboni, Lettres d’Adélaïde Dammartin, Comtesse de Sancerre, à Monsieur le Comte de Nancé, son ami (1767), éd. utilisée dans Œuvres de Madame Riccoboni, Paris, 1865, p. 225.

29 Gabrielle Verdier, « Variétés et ambiguïtés du dénouement dans les contes de fées littéraires », dans Colette Piau-Gillot, op. cit., pp. 116-117, mes italiques.

30 Madame Riccoboni, L’Histoire du Marquis de Cressy, éd. Alix S. Deguise, Paris, des femmes, 1987, p. 128.

31 Jusqu’à la parodie, presque.

32 Madame Riccoboni, Lettres de Milady Juliette Catesby à Milady Henriette Campley son amie (1759), éd. Sylvain Menant, Paris, Desjonquères, 1983, p. 45.

33 On n’a pas visé ici l’exhaustivité, difficile à atteindre pour des raisons d’ordre pratique. Il me semble que ce choix de périodiques, différents entre eux et d’impact inégal, est assez représentatif pour servir à la démonstration que je voudrais faire : Année Littéraire (abrégé dans la suite : AL), Correspondance Littéraire (CL), Journal des Dames (JD), Journal Encyclopédique (JE), Mémoires de Trévoux (MT), Mercure de France (MF), Observateur Littéraire (OL).

34 Ce qui nous mène à un tout autre topos.

35 Comme je l’ai indiqué dans « Le Journal des Dames, 1759-1778. Les journalistes-dames et les autres », dans Traces de femmes (op. cit.), p. 144.

36 Comme l’a constaté aussi Birgitta Berglund-Nillson, la CL « parle plus souvent d’ouvrages écrits par des femmes que ne le fait celle de Mettra ». Elle se demande si cela est dû au fait que Mme d’Epinay avait collaboré (« Madame de Genlis et les correspondances littéraires », dans Cahiers de l’Association Internationale des Etudes de Français n° 48, 1996, p. 58). Son influence serait alors indirecte : Ruth Plaut Weinreb qui a fait l’inventaire de ses contributions n’en a pas trouvées qui concernent des romancières (« Madame d’Epinay’s Contributions to the Correspondance Littéraire », dans Studies in Eighteenth-Century Culture 18 (1988) pp. 389-403).

37 Les citations sont d’après l’édition Tourneux, Paris, 1877-1882, 16 vol.

38 Lanser, Fictions of Authority, op. cit., p. 28 sqq.

39 Stéphanie de Genlis par exemple n’approuvera pas non plus le suicide de la Marquise de Cressy.

40 Comme le formulait Nancy K. Miller à propos de La Princesse de Clèves dans son important article « Emphasis added. Plots and plausibilities in women’s fiction », dans Elaine Showalter (ed.). The new feminist criticism. Essays on women, literature, theory, New York, Pantheon, 1985, p. 340.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search