Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Images topiques du « mariage clandestin » et du « mariage secret » dans quelques romans du XVIIIe siècle

Colette Piau-Gillot

Texte intégral

  • 1 Je pensais que la consultation des fiches m’apporterait une réponse : il n’en fut rien. Au contrai (...)

1Tout au long du XVIIIe siècle, sans doute bien avant1, le toposème du « mariage illégitime » fonde des situations romanesques et dramatiques. Souvent les auteurs utilisent indifféremment deux termes pour le désigner : « mariage clandestin » ou « mariage secret ». La confusion, en général purement linguistique, correspond dans la vie réelle à une ignorance du droit Canon. En effet, jusqu’en 1792, année où les Constituants créent le service public d’État Civil, les registres concernant les naissances, les mariages, les décès des individus sont tenus par les ministres de l’Église catholique. Le mariage est considéré, avant toute chose, comme un sacrement. Les canonistes appellent empêchements dirimants les obstacles qui rendent le mariage absolument nul : ce sont la clandestinité et la bigamie. Ils nomment empêchements relativement prohibitifs le défaut de consentement des parents et le défaut de publication de bans : c’est le mariage secret. De cette application contingente de la loi canonique naît donc l’illégitimité, la nullité absolue ou relative de certaines unions.

  • 2 Il s’agit ici du « féminisme des Lumières ». Je refuse tout anachronisme. Si dans la seconde moiti (...)

2Intéressons-nous, d’abord, à quelques romans où le « mariage clandestin » joue un rôle fondamental tant au niveau structurel que psychologique ou sociologique. Ainsi, dans Histoire de Miss Jenni, ouvrage paru en 1764, Marie-Jeanne Riccoboni, en relatant le « mariage clandestin » de l’héroïne se souvient douloureusement de celui de sa mère, Marguerite Dujac avec Christophe de Laboras, déjà marié à Troyes, excommunié six ans après la naissance de Marie-Jeanne. Miss Jenni, l’héroïne, représente la jeune fille trompée par un homme irresponsable, bafouant la parole donnée, la fidélité, la religion, sans aucun respect de l’Autre. Orpheline née d’une union illicite, Jenni n’a pas été reconnue par son grand-père maternel. Pour acquérir un statut social respectable l’héroïne accepte, sans grande attirance, d’épouser Lord James Huntley qui la désire. La romancière écrit : « [Lord James] me dit avec timidité qu’il était facile de concilier ses intérêts avec sa satisfaction, si je consentais à éviter l’éclat d’une cérémonie publique » (Histoire de Miss Jenni, Paris, 1764, p. 70). La topique peut s’énoncer : « un homme organise une fausse cérémonie de mariage pour suborner une jeune fille ». La cérémonie clandestine se déroule « dans une maison de peu d’apparence [...] le Ministre, son Clerc, Lidy, le valet de chambre du Baronnet, la femme qui nous avait introduites et ce jeune Cavalier furent les seuls témoins de nos mutuels engagements » (Hist. de Miss Jenni, p. 74). Jenni ne connaissait pas la loi canonique car depuis le fameux concile de Trente (1545 à 1563), où les évêques ont redéfini les sacrements, le mariage doit être célébré suivant les lois et cérémonies de l’Église : les prêtres sont les ministres du sacrement et n’en sont pas simplement les témoins nécessaires et principaux. La présence du propre curé des conjoints est exigée. Si « un prêtre est seulement témoin de l’engagement des époux : le mariage est illicite, clandestin ». Après le simulacre de cérémonie, James installe Jenni dans « une maison isolée » où elle doit vivre pendant « un an sans porter [son] nom, sans prendre le titre de [sa] femme ». Il lui rendra visite par « un escalier dérobé ». L’époux révèle alors un lourd secret à la nouvelle épousée : il est déjà marié. La topique devient « un homme déjà marié simule une cérémonie nuptiale pour suborner une jeune fille ». En fonction des idées « féministes2 ou patriarcales de l’utilisateur de l’image topique, la situation évolue vers le rejet du bigame ou vers la soumission de la jeune femme à sa condition de concubine. Riccoboni choisit la première solution. Jenni décide de rencontrer la légitime Mistress Huntley, lui certifie qu’« on ne l’a point séduite, [qu’on] l’a trompée, indignement trompée ! [que] c’est par une cérémonie feinte, [par] des serments sacrés qu’un inhumain s’est joué de l’honneur, de la vérité, du Ciel même ! » (Hist. de Miss Jenni, p. 156) et rejette les propositions de mariage légitime faites par Lord Huntley, après la mort de sa femme.

3Au contraire, Rétif de la Bretonne dans La Vie de mon père (1778) raconte qu’après la mort de l’épouse légitime du premier mari de sa mère, celle-ci épouse une seconde fois, mais officiellement, M. Boujat qui l’adore toujours. En effet, dans cet ouvrage proche de l’autobiographie, Rétif emploie aussi le toposème de la « bigamie » pour relater la vie de sa mère. Barbe Ferlet, dite Bibi, dans sa quinzième année, quitte Accolay, petit village bourguignon, pour Auxerre puis Paris. Dans la capitale, elle rencontre « un homme d’environ quarante-cinq ans, d’une belle figure, d’une fortune honnête, d’un caractère aimable, d’une famille connue ». Il lui demande sa main, le mariage est conclu en huit jours. « Immédiatement, après la célébration, les deux époux [vont] demeurer [...] dans le village de Saci [...] écarté de toutes les routes et cependant à portée [des affaires du mari] » (La Vie, Paris, Garnier, 1970, pp. 110-113). Mme Boujat a un fils, mis en nourrice « à dix lieues de la résidence, quoiqu’il y eût des nourrices dans le pays » (La Vie, p. 111). Rétif ne donne aucun détail sur les circonstances de la cérémonie mais insiste sur la rapidité du mariage et sur la distance mise entre les époux et les familiers de M. Boujat. Pour pouvoir épouser Bibi, M. Boujat « a pris le nom d’un de ses frères mort, depuis longtemps, dans le Nouveau Monde ». L’image topique s’écrit : « un homme déjà marié épouse clandestinement une femme qui l’aime ». Peu de temps après, pendant une absence de son mari, Bibi a la visite d’une dame d’environ cinquante ans : c’est la première Mme Boujat. L’épouse légitime reconnaît l’innocence de Bibi et décide de ne pas poursuivre l’infidèle. A la mort de M. Boujat, des parents avides et malfaisants souhaitent spolier le fils de Bibi, « représentée comme une concubine volontaire ». Enfin tout s’arrange et, plus tard, Edmée Rétif se marie avec Bibi qui lui donne un fils : Nicolas Rétif de la Bretonne.

  • 3 « Dès l’âge de six ans (1719), la perte d’un procès [pour bigamie] enleva [à Marie-Jeanne] [son] p (...)
  • 4 Le romancier élaborant son texte à partir de la mémoire des autres rejette cet épisode de la vie d (...)

4La situation de James Huntley et celle de M. Boujat sont semblables vis-à-vis de la loi : la bigamie est un empêchement dirimant qui entraîne la nullité absolue du mariage, même célébré régulièrement. Les deux héros sont également coupables, pourtant les discours des écrivains sont bien différents. Marie-Jeanne Riccoboni, inspirée par ses malheureuses expériences3 met les jeunes filles en garde contre les hommes, « guidés ordinairement par leurs passions, accoutumés à se préférer eux-mêmes à tout ; leurs désirs, leur intérêt form[ant] l’unique point de vue sous lequel ils envisagent les objets » (Miss Jenni, p. 47) affirme-t-elle catégoriquement. Au contraire, Rétif, second fils de Bibi, refuse de parler « de toutes les horreurs » qu’a entendues sa mère, horreurs qui se rapprochent, sans doute de celles assénées à Jenni, qu’il « décrirai[t] s’[il] étai[t] le fils d’une autre femme » mais qu’il veut ignorer car « ce titre sacré [de mère] [lui] impose [le plus grand] respect »4. Ces deux exemples prouvent que le « mariage illicite du bigame » exprime le mal-être des hommes et des femmes du XVIIIe siècle face à l’indissolubilité du mariage mais aussi la faiblesse morale et la dissimulation masculines. Dans la mesure où, comme Bibi, la jeune fille est consentante l’image topique va engendrer un roman optimiste, le « mariage clandestin » est proche du « mariage secret ». Au contraire, lorsque la jeune fille est dupée, le topos « bigamie » se confond avec celui de « mariage clandestin ».

5Dans La Paysanne Pervertie, en 1784, Rétif utilise l’image topique du « mariage clandestin ». L’auteur construit les quatre premières parties du roman autour du topos déjà choisi par Molière, dans Dont Juan, en particulier, dans les scènes II, III, IV de l’acte II, où le « grand seigneur méchant homme » se moque des paysannes naïves et crédules. Rétif y narre les aventures d’Ursule, jeune paysanne ambitieuse mais naïve, qui part à la conquête de Paris, à la fin de l’année 1749. Dès son arrivée, « la grâce [de son] visage et [de son] corps, la douceur, la naïveté, la candeur [de son] caractère, la bonté [de son] cœur, la générosité [de son] âme » (La Paysanne Pervertie, Paris, Garnier-Flammarion, 1972, p. 45) conduisent plusieurs hommes à la poursuivre de leurs assiduités. Le Marquis de ***, en particulier, lui fait continuellement la cour et, remarque-t-elle, « pour un homme de sa sorte (sous-entendu, un libertin), il se comporte envers [elle] d’une manière bien respectueuse » (P.P., p. 155). Comme Ursule ne répond pas assez vite à ses avances, le marquis lui propose « un mariage secret ». Sans discerner la différence entre « mariage clandestin » et « mariage secret », la jeune étourdie, fière « d’illustrer le nom de [son] père et de [sa] famille [...] prête l’oreille » aux propos de l’habile séducteur et accepte de le rencontrer à l’église, au moment des dévotions (P.P., p. 167). Impatient de satisfaire son désir, le marquis ne se contente pas de ces rendez-vous fortuits, il enlève la jeune fille, la séquestre dans « une maison isolée », la violente pendant un évanouissement et, ensuite l’innocente séduite par le libertin dit que « ce malheureux [appelant] ses attentats des hommages », « fouill[e] toutes les parties de [son] corps par ses criminels hommages » (P.P., p. 184). Il lui jure, alors, « sur [son] honneur qu’[elle] ne sorti[ra] [de cette maison] que [sa] femme » (P.P., p. 183). Ursule tombe malade, le marquis lui fait « donner une potion calmante » et soporifique. Pendant son sommeil, il lui rend encore hommage et l’héroïne confesse : « je m’éveillai dans ses bras, et s’il faut l’avouer, [...] mes sens d’accord avec lui » (P.P., p. 184). Le suborneur exige le silence sur ces agissements et l’engagement par Ursule de ne jamais porter plainte contre lui. Le machiavélique Gaudet, agent corrupteur de la jeune paysanne, négocie avec les parents du marquis et fait signer à Ursule, presque illettrée, un compromis qui la dédommagera pécuniairement de « l’injure involontaire que [le marquis lui a faite] ». Ignorante et naïve, l’héroïne est doublement trompée. L’aristocrate, qu’aucun scrupule n’arrête, lui « déclara qu’il n’attendait que [sa] convalescence pour [lui] tenir sa parole au sujet du « mariage secret » qu’il [lui] avait proposé » (P.P., p. 194), puis il organise une fausse cérémonie de mariage. « On condui[t] Ursule dans une chapelle, où le prêtre [leur] donn[e] la bénédiction des mariés » (P.P., p. 194) devant quatre témoins : le prêtre était un domestique du marquis, les témoins, des complices du parjure. Le mariage n’est pas « secret » mais « clandestin », donc, illicite comme l’apprend plus tard la jeune mariée. La topique peut s’énoncer ainsi : « un jeune aristocrate trompe une jeune fille de condition modeste en lui faisant prendre un mariage clandestin pour un mariage secret ». Par le truchement de Gaudet, le romancier insiste sur la différence entre les deux types de mariage mais l’ignorante et vaniteuse Paysanne ne prête pas attention aux propos du fourbe qui, après lui avoir « demandé si le mariage secret était fait » lui affirme que « c’est un faux mariage, qui d’ailleurs ne vaudrait absolument rien quand ç’aurait été un véritable prêtre » (P.P., p. 195). Peu de temps après, Ursule découvre qu’elle est enceinte. Si l’enfant est un garçon, elle peut espérer « des bans à l’église et un contrat chez le notaire ». Joie ! « C’est un fils ! « (P.P., p. 245). Néanmoins le mariage légitime ne se fera pas : « pour la famille du marquis, le mariage n’est pas dans la convenance ; au contraire ! Si on venait à le contracter, ce ne serait qu’à raison de la convenance de l’enfant » (P.P., p. 266). Trois semaines après avoir confié le nouveau-né à une nourrice, on annonce sa mort à Ursule et le tour est joué : elle perd « l’espérance d’un mariage qui aurait porté la joie dans sa famille [paysanne] ». Le fils du Marquis de *** a été ravi à sa mère et, son père épouse en justes noces « une jeune personne de la première qualité, belle, riche » (P.P., p. 277). Ensuite, Ursule se prostituera, sombrera dans la débauche, enfin, dénouement inattendu, elle épousera légitimement le marquis, devenu veuf, qui lui fera payer par son dédain méprisant le titre de marquise qu’elle accepte, par fatuité sans doute, mais aussi pour sauver l’honneur de son fils. L’héroïne victime de son ignorance et de sa crédulité meurt, poignardée par son frère. La Paysanne a été pervertie par un mariage clandestin. Cette image topique constitue le noyau narratif du roman pessimiste de Rétif. En peignant les déboires de la jeune paysanne, trompée, trahie par des hommes appartenant à une classe bien supérieure à la sienne, le dessein de Rétif est double. Par le biais de la fiction, il incrimine la ville qui corrompt les êtres innocents venus de la campagne, vulnérables par leur ignorance de la duplicité de certains citadins mais également, comme Molière l’avait déjà fait, il vilipende les aristocrates libertins qui n’ont aucun respect pour les individus qu’ils estiment leurs inférieurs. Le discours, au-delà de sa valeur historique et esthétique, a une dimension philosophique, voire politique.

  • 5 A la Bibliothèque de l’Arsenal existe un exemplaire d’un tirage de 1759 des Lettres de Fanni Butle (...)

6Reste le cas du « mariage secret », souvent confondu avec le mariage clandestin, en toute bonne foi, par beaucoup de non-initiés. C’est le cas, en 1766, de David Garrick qui envoie à Marie-Jeanne Riccoboni une comédie en cinq actes, The clandestine Marriage5, qu’elle adapte en français sous le titre exact de Le Mariage caché, comédie qui n’a aucun succès. Lorsque M. Gourmez traduit la pièce, en 1768, il garde le titre anglais et fausse ainsi le signifié du terme. En effet, l’intrigue est fondée sur un mariage secret : Fanny, mariée sans le consentement de ses parents, est enceinte. Empêtrés dans une suite de situations étranges aux rebondissements inattendus, les époux « secrets » vont tenter de faire légitimer leur union. Au dénouement, le père pardonne. La cérémonie officielle va avoir lieu mais dans la dernière réplique la parole est donnée à la morale sociale : « Il ne faut pas encourager d’insolentes filles à disposer d’elles-mêmes sans l’aveu de leurs parents », conclut le père qui a su néanmoins se montrer indulgent. En 1835, un historien du théâtre, Amédée Pichot, à propos de la comédie de Desfaucherets, Le Mariage Secret, représentée en 1786, confond encore les signifiés « secret » et « clandestin » dans sa comparaison avec la comédie de Garrick.

7Pourtant, au-delà de la différence juridique, existe une différence morale fondamentale entre les deux types d’union : à l’opposé du mariage clandestin, dans le mariage secret les conjoints se sont choisis librement, la jeune fille n’a pas été trompée mais le mariage célébré régulièrement à l’église, l’a été sans publication de bans et surtout sans l’accord parental. La phrase topique s’énonce : « des jeunes gens qui s’aiment s’épousent secrètement » car les parents s’opposent à leur union légitime. L’image topique puise son authenticité dans la réalité canonique puisque seul le consentement des contractants fait la base et l’essence du mariage chrétien. La théorie augustinienne, reprise par Thomas d’Aquin, le définit comme une nécessité. Pour que l’union soit valide, il faut un consentement libre des conjoints. De cette liberté dépend l’acceptation de l’indissolubilité du mariage, considéré avant toute chose comme un des sacrements de l’Eglise catholique, apostolique et romaine. Mais, peu à peu, sous la pression du pouvoir royal les positions ecclésiastiques s’alignent sur la législation civile, en particulier, celles relatives aux dispenses accordées par l’Eglise en cas de mariage secret. Choisir librement son conjoint devient alors un des combats menés par les romanciers et romancières des Lumières, surtout dans la seconde moitié du siècle, et le topos du « mariage secret » l’emporte, me semble-t-il, sur celui du « mariage clandestin ».

8Dès 1735, sous une forme parodique, Marivaux bâtit Le Paysan Parvenu sur le topos du « mariage secret ». Pendant quatre-vingts pages il narre les difficultés que rencontrent Jacob, âgé de vingt ans, et Mlle Habert, âgée d’au moins quarante-cinq ans, pour convoler en justes noces. Ils sont mariés par un véritable prêtre, mais « deux heures après minuit », en présence de témoins « pas si glorieux » que ceux de mariés légitimes mais « en dépit de [la] sœur aînée et du directeur [de conscience] son adhérent » (Le Paysan Parvenu, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, p. 153). L’obstacle au mariage est double : la différence de condition sociale et d’âge. La sœur aînée considère sa cadette comme une « pauvre égarée », elle lui reproche « la bassesse de son choix », celui d’un domestique et rappelle qu’elle « a cinquante ans moins deux mois, [...] qu’à cet âge-là on peut passer pour vieille ». De plus, Mlle Habert va échapper au pouvoir des dévotes (Paysan Parvenu, pp. 124-125). La phrase topique s’écrit : « une demoiselle âgée et un jeune homme s’épousent secrètement en dépit de la société ». Marivaux inverse le rapport traditionnel réel qui engendre une banalité : « un homme de cinquante ans épouse légitimement une jeune fille de vingt ». Le Paysan [est] parvenu par un « mariage secret », alors que La Paysanne [a été] pervertie par un « mariage clandestin ».

9Nombre de romanciers emploient le topos du « mariage secret » pour dénoncer la tyrannie parentale. Je pense, en particulier, à Mme de Saint-Aubin dans Le Danger des Liaisons (1763). Adélaïde, héroïne de la Troisième Partie du roman, est engagée par son père au fils d’un de ses amis. Les futurs conjoints ignorent ces tractations. Lorsqu’Adélaïde apprend le projet paternel, elle refuse le mariage et veut prononcer ses vœux. Un peu plus tard, déjà novice, elle tombe amoureuse du frère de la narratrice, le comte d’Oville, lui-même promis à une riche héritière. L’héroïne est enlevée du couvent par le Comte « dont l’amour le plus ardent était l’excuse, et dont le mariage le plus avantageux serait la réparation » (Dang. des Liais., T.III, p. 11). Adélaïde et le Comte d’Oville s’épousent secrètement. Dès le début de la Première Partie, l’auteur exprime son opinion sur ce que certains appellent la « faute » des héroïnes. « La honte, dit-elle, n’est point à la suite du véritable amour ; elle n’est faite que pour ces goûts avilissants qui osent si souvent en usurper le nom ». Pour signifier sa révolte face à l’état de dépendance que subissent encore les jeunes gens de son temps, la romancière choisit un dénouement « optimiste » pour cet épisode du récit : Adélaïde ayant retrouvé son père et sa mère, le mariage secret peut être validé officiellement. Les jeunes gens ne se sont pas soumis à la tyrannie parentale et cependant le Ciel les a bénis. « L’amour du Comte s’est toujours soutenu pour [Adélaïde] avec une égale vivacité » et « au bout de quelques années deux enfants charmants » les ont comblés de bonheur. L’image topique s’écrit : « deux jeunes gens qui s’aiment s’épousent secrètement ». Je citerai également Constance ou Le Triomphe de l’infortune, roman publié trois fois à Paris en 1789 et que j’attribue à Fanny de Beauharnais. Le mariage secret, fondé sur l’amour réciproque et la fidélité, abolit définitivement les barrières culturelles et sociales : la petite bourguignonne illettrée devient une duchesse cultivée grâce à l’amour et à la pédagogie de son amant. Le Duc n’est pas un libertin, Constance peut lui faire confiance mais comme les parents s’unissent pour séparer les «amants-époux » la romancière rappelle que le « mariage secret » est dangereux car il se casse sans difficulté alors que « les épouses se croient en sécurité sur cet article » (ibidem, p. 50). Heureusement un héritage inattendu sauve les amants. Le mariage devient légitime : la constance, la générosité, l’équité, le courage ont triomphé. De même, dans son superbe roman, Aline et Valcour, Sade utilise ce topos qui bouleverse l’ordre moral établi. L’extraordinaire mariage secret de Léonore et de Sainville résiste aux épreuves monstrueuses subies par les époux dont la fidélité et la force morale soutiennent l’espérance. Léonore « n’accept[e] point [le comte de Folange] : un couvent pay[e] ses refus » (O.C. Sade, Paris, La Pléiade, p. 526). Sainville ayant « refusé avec une [...] grande dureté [...] une des plus riches héritières de [Bretagne] » aurait dû rejoindre son corps et « ne le quitter de deux ans ». Les deux héros se sont juré de s’aimer. Sade peint sans ménagement la tyrannique autorité paternelle. Sainville enlève du couvent Léonore, consentante. Avant la consécration de leur union, Sainville respecte « la vertu de celle dont [il voulait] faire [sa] femme ». Comme les ecclésiastiques refusent de les bénir, les amoureux se résolvent à « ne prendre que Dieu pour témoin de [leurs] serments » à la « cathédrale [...] pendant le sacrifice de la messe » (O.C., p. 534). Après leurs nombreuses tribulations, le mariage secret est validé par la mère de Léonore, puis consacré à l’église aristocratique de Saint-Roch. L’ordre succède au désordre. Léonore et Sainville forment un couple dont l’équilibre est fondé sur la sincérité, la complicité et la complémentarité.

  • 6 Stéphanie Félicité de Genlis, fille de la Marquise de Saint-Aubin, à partir de 1770 devient gouver (...)

10Au contraire, à partir de la même image topique, Stéphanie de Genlis écrit une nouvelle pessimiste, « Olympe et Théophile », dans Les Veillées du Château (Paris, 1786, T.II). Les deux héros amoureux contre la volonté de leurs parents, s’enfuient vers l’Angleterre où un Prêtre catholique les marie. « Au fond de l’Ecosse [...] ils pass[ent] les plus belles années de leur jeunesse dans l’obscurité, les regrets et l’infortune » (Les Veillées, p. 368). Peu à peu la passion de Théophile s’éteint, la santé d’Olympe s’affaiblit. Enfin l’épouse secrète meurt courageusement après s’être accusée de tous les malheurs du couple et avoir disculpé le tyrannique père de Théophile qui « tenait de la nature une autorité sans bornes [dont] il pouvait user sans crime ». La formule topique s’exprime ainsi : « des jeunes gens mariés secrètement sont un jour punis par Dieu ». S’agit-il d’une figure narrative récurrente ou ce dénouement correspond-il à la conception personnelle de Mme de Genlis, « Gouverneur6 au service de la famille royale qui doit donc faire respecter la loi ? Toutefois il faut admettre avec l’auteur des Lettres sur l’Education, ouvrage pédagogique paru la même année, que dans un mariage secret la jeune femme risque toujours de perdre sa réputation qui, en définitive ne repose que sur la constance du mari civilement illégitime. En associant trois images topiques : « mariage secret », « infidélité masculine » et « illégitimité des enfants », d’autres romancières, comme Marie Robert de Roumier ou Madeleine de Puisieux, avant Stéphanie de Genlis et pour d’autres raisons, renvoient les lectrices à la réflexion sur le « mariage clandestin ». Toutes ne voient qu’une solution à cette situation précaire : l’acquisition du savoir par les filles qui, de ce fait, sont plus réalistes face aux serments des séducteurs, même honnêtes.

11Le « mariage illégitime » se révèle donc un ressort romanesque et dramatique fort employé au XVIIIe siècle. Le « mariage clandestin », connoté péjorativement, implique surtout dans la première moitié du siècle la duplicité masculine. Le « mariage secret », au contraire, certifie le refus de l’autorité parentale. En utilisant cette image topique les auteurs, masculins et féminins, révèlent/dénoncent un fait de société. Le dénouement qui officialise l’union exprime le triomphe des rebelles mais aussi le retour à l’ordre. De toute façon, la clandestinité et le secret ne font qu’exacerber les problèmes moraux soulevés par le mariage légitime : respect de l’Autre, respect de la parole donnée, responsabilité des géniteurs, courage et solidarité des conjoints face à l’adversité.

12A l’issue de cet exposé mon problème reste entier, la résolution n’en peut venir que des collègues s’intéressant aux siècles précédents : les images topiques du « mariage clandestin » et du « mariage secret » étaient-elles utilisées par les romanciers et romancières du XVIe et XVIIe siècles et quel était l’objectif des auteurs, structurel et idéologique ?

Notes

1 Je pensais que la consultation des fiches m’apporterait une réponse : il n’en fut rien. Au contraire la discussion avec des collègues seizièmistes et dix-septièmistes fut fructueuse et me laisse espérer une mise en perspective historique de cette topique que personne n’avait étudiée jusqu’alors.

2 Il s’agit ici du « féminisme des Lumières ». Je refuse tout anachronisme. Si dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le concept encore flou existe dans la pensée de personnes éclairées, éprises de justice, pensée reprise par Fourier et Leroux au début du XIXe siècle, le mot n’apparaît qu’en 1837 et est seulement employé au moment de la création de « l’Association pour le droit des Femmes » par Louis Richier, en 1869. Avant 1789, les honnêtes femmes qui revendiquent l’égalité entre les sexes la fondent sur la reconnaissance de leur intelligence mais surtout sur celle de leur vertu et de leur courage moral. C’est le cas de Marie-Jeanne Riccoboni. N’acceptant pas la « naturelle » infériorité féminine, elle écrit dans les Lettres d’Elisabeth-Sophie de Vallière (1772) : « Le Ciel a placé [les hommes et les femmes] sur la même ligne ; je puis marcher votre égale et je n’admets point de distinctions entre des créatures qui sentent, pensent et agissent de même » néanmoins, déjà en 1759, dans l’Histoire du Marquis de Cressy, elle juge de façon conformiste la conduite des femmes « émancipées », jugement qu’elle reprend en 1782 à propos de l’attitude de la Merteuil dans Les Liaisons Dangereuses : « Ces femmes adoptent follement les travers [du sexe] qu’elles prétendent imiter [...]. Loin de chercher à en acquérir la force et la solidité, [elles] en prennent seulement l’audace et la licence et [...] livrées au dérèglement de leur imagination [elles] s’honorent du nom d’homme, parce qu’indignes de femmes estimables, elles ont osé renoncer à la pudeur, à la modestie et à la délicatesse de sentiment qui est la marque distinctive de leur être » (O.C., Mme Riccoboni, Paris, Brissot, 1826, pp. 198-199).

3 « Dès l’âge de six ans (1719), la perte d’un procès [pour bigamie] enleva [à Marie-Jeanne] [son] père et [sa] fortune. On [l’]éleva comme une fille dont le cloître était l’unique ressource. On ne [lui] enseigna rien, on fit d’[elle] une bonne petite dévote, propre seulement à prier Dieu, puisque Satan la forçait à renoncer à ses pompes » (Lettre à David Garrick du 2 Janvier 1772). A vingt ans, « pour quitter sa mère », elle épouse Francesco Riccoboni, fils du célèbre Lélio, directeur de la Comédie italienne. Très vite, le mari se désintéresse de son épouse et part pour l’Italie. Toutefois, jusqu’à sa mort survenue en 1772, il fut, comme l’affirme Voisenon, « à la charge de sa femme, qui le port[a] sur ses épaules : c’[était] la voiture de bien des maris » (Anecdotes Littéraires, historiques et critiques de l’abbé Voisenon, écrites en 1764, publiées en 1781 à Paris). En 1740, elle fait sans doute connaissance de Marie-Yves des Marest Comte de Maillebois. Leur liaison qui sert de limon aux Lettres de Fanni Butlerd, dure cinq années et se termine par le mariage de l’infidèle avec Marie-Magdeleine-Catherine de Voyer de Paulmy d’Argenson, fille du Ministre du Roi, en 1745.

4 Le romancier élaborant son texte à partir de la mémoire des autres rejette cet épisode de la vie de Bibi (La Vie de mon Père, p. 115, 108).

5 A la Bibliothèque de l’Arsenal existe un exemplaire d’un tirage de 1759 des Lettres de Fanni Butlerd, comportant un « Avertissement du Traducteur » de douze pages qui traite du « mariage clandestin » en Angleterre. Il semble n’avoir aucun rapport avec Fanni Butlerd mais pourrait cependant correspondre aux préoccupations de la romancière, à cette époque. On y lit : « Je n’examine point si cette Histoire est véritable : l’Auteur l’assure, et dans les mœurs ainsi que les usages d’Angleterre la chose n’a rien d’impossible ni de contraire à la vraisemblance. Avant l’acte du Parlement de 1753 contre les Mariages clandestins rien n’était plus facile ni plus ordinaire ». En note le présumé traducteur ajoute : « 1753, Marriage Act, any of the acts of Parliament regulating marriages ». La législation anglaise assimile-telle « mariage secret » et « mariage clandestin » ? Ceci reste à démontrer.

6 Stéphanie Félicité de Genlis, fille de la Marquise de Saint-Aubin, à partir de 1770 devient gouvernante des petites princesses d’Orléans. En 1782, le Duc de Chartres l’institue « Gouverneur » des princes, ses enfants. Les précepteurs, humiliés de se trouver sous la domination d’une femme donnent leur démission. L’aîné des trois jeunes princes, Le Duc de Valois, qui devint Louis-Philippe d’Orléans, roi des Français en 1830, avait alors huit ans. Ses deux frères étaient le Duc de Montpensier et le Comte de Beaujolais.

Auteur

Université Paris XI, Orsay

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search