Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Topos, configuration textuelle, motif et thème. L’abandon des héros par la mort des parents dans les Mémoires de LCDR et dans les Lettres d’E. Sophie de Vallière

Annie Rivara

Texte intégral

  • 1 Tout en ayant conscience des risques que nous prenons, nous admettrons que « thème » et « motif » (...)

1Notre étude repose sur une triple préoccupation. L’énoncé topique n’est pas nécessairement un énoncé unique ; il entre au contraire souvent dans une configuration textuelle complexe : il y est dit plusieurs fois sous une forme strictement répétitive ou variée ; il est d’autre part accompagné d’éléments qui lui sont liés et le complètent pour constituer un ensemble significatif où se lit l’unité irréductible de l’œuvre particulière cadrée dans cette topique. Ceci conduit nécessairement à réfléchir à ce qui peut relier le « topos » au « motif » et au « thème »1. La répétition enfin est liée à la dimension poétique, voire mythique que confère la réitération. Elle crée un rythme qui en appelle, dans la structure globale de l’œuvre, à une ou à des formes de la narration qui peuvent modeler l’ensemble des aventures des héros. Elle est en ce sens créatrice d’une des dimensions profondes du romanesque, dans le texte et dans le rapport du lecteur au texte.

  • 2 Courtilz de Sandrars, Mémoires de LCDR, La Haye, Van Bulderen, 1691 (1re éd. 1687) ; Mme Riccoboni (...)
  • 3 C’est-à-dire dans tout ce qui précède le départ du héros ou de l’héroïne qui quitte le milieu où i (...)

2La mort des parents du héros ou de l’héroïne, « fiat », fort usuel des parcours romanesques, nous a paru avoir le degré de généralité nécessaire à une étude probante. Mais pour que celle-ci fût centrée, nous avons choisi deux œuvres apparentées et opposées. Leurs dates, 1687 pour le roman de Courtilz de Sandrars, 1772 pour celui de Mme Riccoboni, les éloignent de près d’un siècle2. Le premier appartient à cette zone, étudiée par R. Démoris, où se développe la première personne rétrospective dans le roman-mémoires. Il offre en outre ce rapport ambigu et acide avec la trame historique propre à Courtilz, puisque, après une ouverture centrée sur l’individualité du héros, celui-ci est aussitôt mêlé de façon inextricable à l’Histoire publique et secrète. Le second appartient à la dernière étape du développement du roman épistolaire qui trouve sa forme la plus élaborée avec Les Liaisons dangereuses. Reposant sur le roman de l’orpheline, c’est une correspondance monodique dans la tonalité passionnée et tragique dont est capable Mme Riccoboni, et il appartient bien à ce roman d’après 1760 qu’on nomme très sommairement « sensible ». Nous travaillerons sur la mort des parents dans l’ouverture des deux textes3. Nous y montrerons d’abord des « topoi » et leur reprise en variation transformatrice, puis des énoncés qui leur sont correlés, pour enfin étudier comment ces configurations dynamisent le sens des aventures, le sens de la narration et la construction de la lecture, c’est-à-dire définissent le romanesque de chaque œuvre.

3On peut formuler les « topoi » de l’abandon des héros privés de parents, de la façon suivante :

– dans les Mémoires de L.C.D.R.
Topos 1 : Une mère mourante met au monde un enfant mourant.
Topos 2 : Le remariage du père livre l’enfant à la haine de sa belle-mère.
– dans les Lettres d’E. Sophie de Vallière :
Topos : la mort des parents naturels (A) ou substitutifs (B) livre l’enfant à l’abandon social et moral.

4Ces énoncés ne figurent, à l’évidence, dans les textes pas littéralement, mais dans un jeu de variation sur ces structures abstraites. Nous étudions d’abord les Mémoires :

Topos 1 (Tl)
[1] Ma mère étant grosse de quatre mois et demi (p. 1). Ma mère, qui s’était blessée, étant accouchée de moi... ne vécut que deux jours...comme on ne s’attendait pas que je dusse vivre l’on songea d’abord à me faire baptiser (p. 2).

5Le topos est repris et exprimé selon des variations parfois fort importantes – et que nous légitimerons comme telles – mais qui en font un « motif » de l’ouverture :

[2] « Comme il n’avait que moi d’enfants et qu’on ne croyait pas, comme je viens de dire, que je dusse survivre... » (p. 2).
[3] « J’étais bien oublié... et si l’on parlait quelquefois de moi ce n’était que pour demander si je n’étais pas encore mort » (p. 4).
[4] « Ce mariage [du père avec une seconde épouse] m’allait ruiner » (p. 7).
[5] « Elle me chassa [de la maison] avec ma nourrice » (p. 7).
[6] « Je fus reporté à Olinville afin, comme je le crois, que comme ce lieu m’avait été funeste dès le premier jour de ma naissance, il m’arrivât la même chose qu’à ma pauvre mère » (pp. 11-12).
[7] « On fut encore un an sans s’informer si j’était mort ou non » (p. 12).
[8] [La naissance d’enfants du remariage] « fut cause que mon père avait encore moins de peine à m’oublier » (p. 12).
[9] « J’étais le fils de M.L.C.D.R., mais pour mon malheur je ne l’avais point vu depuis que je me connaissais » (p. 13).
[10] « Je me tins à un coin comme si je n’eusse pas été l’enfant du logis pendant qu’on caressait celui du second lit qui était galeux comme un braque » (p. 13).
[11] « Il me fallut pourtant passer un an et demi... beuvant et mangeant avec les valets » (p. 13).
[12] « Car on ne parlait point dans le logis de me donner un maître » (p. 13).
[13] « Mon père me maltraita... et mon désespoir fut si violent que je résolus de m’empoisonner » (p. 14).
[14] « Je résolus de m’en aller à la prochaine occasion que je pourrais trouver » (p. 14).
[15] « Mon père feignant de ne pas croire [le curé qui lui annonce le départ de l’enfant] lui dit qu’il n’avait qu’à me laisser aller » (p. 15).

6D’une part la variation sur le topos 1 rencontre très vite le topos 2 auquel il se joint ([3] [4] [5] [6] [7]). D’autre part l’enfant mourant fait peu à peu place à l’enfant qui survit mais qui est mort à la vie familiale dans tous ses droits, asile, subsistance, argent, soin et affection, éducation. La suggestion d’un assassinat [6] a pour complément cette décision d’un enfant de sept ans et demi de « s’empoisonner », ratifiant le désir familial de le voir disparaître [13], Cependant cet enfant mourant puis négligé est alors « sauvé » par une erreur – il n’a pas su trouver de la cigüe – ou par un « miracle ». Le suicide manqué fait place à la décision de s’exiler, forme affaiblie de la disparition souhaitée [15], mais forme renforcée de l’exclusion du cadre familial aristocratique et de ses valeurs : n’ayant pas voulu attendre « l’âge de porter les armes », il s’enfuit avec des Bohémiens, devient voleur de poules et brigand de bas étage.

Topos 2 (T2)
[1] « Soit que [...] ou que [la] destinée [de mon père] le réservât à... et moi pareillement à avoir la plus méchante belle-mère qu’on ait jamais eue » (pp. 2-3).
[2] « Mais mon malheur voulant, comme je l’ai déjà dit, que j’eusse une belle-mère et même la plus méchante que je pusse avoir... » (p. 11).
[3] [Ma belle-mère] « ne fut pas plutôt dans la maison qu’elle me chassa... » (p. 11) (voir Tl) [5])
[4] « Il n’y avait point de jour cependant que ma belle-mère ne me désolât et non contente de me faire tout le mal qu’elle pouvait, elle excitait encore mon père à me maltraiter par cent faux rapports qu’elle lui faisait pour le mettre en colère » (p. 14).
[5] « La cruauté de ma belle-mère allant toujours en augmentant... je résolus de m’en aller »... (p. 14) (voir Tl [14]).

7La haine de la belle-mère reçoit un développement hyperbolique et en crescendo : « La plus méchante » [1] et [2], « la cruauté allant toujours augmentant » [5]. Les deux topoi sont bien liés et associés parfois dans le même ensemble phrastique complexe, en [4] et en [5] :

[4] « Elle excitait encore mon père... mon père qui ne m’aimait pas et qui la croyait me maltraita... et mon désespoir fut si violent que je résolus de m’empoisonner » (p. 14) (Voir T1 [13]).
[5] « La cruauté de ma belle-mère allant toujours augmentant... et mon père n’ayant pas de meilleure nature pour moi, je résolus de m’en aller... » (p. 14) (Voir T1 [14]).

8Les deux énoncés soulignent le caractère généralement très lié de ces déterminations concourantes (« mon malheur voulant que », « soit que... ou que », « pas plutôt... qu’« allant toujours augmentant »), ce qui était déjà vrai de la succession des énoncés du topos 1 (« comme »... « car »...). Enfin ils contiennent les deux décisions aptes à faire sortir le héros du monde de l’origine, celle qui ramène à la mort, son premier avenir, celle qui l’emporte dans le vaste monde, mais hors la loi. On aurait pu enfin évoquer un topos 3, variante du topos 2 en [4] et [5].

9La haine de la belle-mère transforme l’indifférence paternelle en haine. Ce sont de tels recoupements qui font de cette ouverture une configuration textuelle si dense et si serrée.

10Dans les Lettres nous étudierons les énoncés du topos générateur, dans l’ordre chronologique des événements – qui n’est pas l’ordre du texte –, (A) mort des parents puis (B) mort de la bienfaitrice Mme d’Auterive et du parrain ainsi que leurs conséquences. Nous justifierons cet ordre plus loin. La mort des parents est racontée dans le cahier, et dans le procès-verbal qui accompagnent la lettre II, documents gardés par Mme d’Auterive, puis dans les « articles » extraits de sa correspondance par Pauline, la servante.

Topos A Cahier [1] « Un homme... pâle, sanglant, les yeux fermés ; il ne respirait plus » (p. 8).
[2] « Cette intéressante créature (la jeune femme inconnue) tomba sans mouvement sur le sein déjà froid de celui dont la mort excitait ses regrets » (p. 8).
[3] « Elle revint à elle... se jeta dans mes bras en s’écriant : il est mort, il est mort !... elle ferma les yeux pour toujours » (p. 9).
[4] « Un enfant condamné en apparence à ne jamais voir la lumière allait périr dans le sein de sa mère infortunée » [d’où la césarienne] (p. 9).
[5] « Hélas, lui dis-je, elle est morte, elle vient d’expirer entre mes bras » (p. 10).
[6] [Mme d’Auterive élève vers Dieu] « cette innocente créature préservée d’une mort prématurée, privée de ses protecteurs naturels, abandonnée même avant de naître au soin paternel de sa vigilante Providence » (p. 11).
[7] « On interrogeait les témoins de la mort de ces deux personnes » (p. 11).
[8] « Un garçon servant dans l’auberge... a rapporté son mari percé d’un coup d’épée qui vraisemblablement traversait son cœur car il était déjà sans respiration et sans chaleur » (p. 15).
[9] « Ce garçon... le vit tomber » (p. 16).
[10] « Un enfant inconnu est toujours un enfant triste : le moindre propos le blesse, l’humilie... on a la cruauté de le faire apercevoir qu’il lui manque une protection » (p. 20).
[11] « [On a retrouvé] le portrait du malheureux jeune homme dont la mort causa celle de la mère de Sophie » (p. 20).
Lettre II [12] « Ah ! Dieu, arrachée de ce sein déchiré ; née au milieu des cris de désespoir ou plutôt de l’effrayant silence de la mort ! quel présage pour ces jours préservés ! que ne l’ai-je suivie dans sa tombe, cette mère malheureuse ! » (p. 20).
Articles [13] « Je me suis vue prête à perdre Sophie de la petite vérole (article IX, p. 30).
[14] « Hélas ! une si charmante créature n’est... rien aux yeux d’un monde rempli de vains, d’absurdes préjugés... elle est sans parents, elle est inconnue » (article X, p. 31).
[15] « Hélas ! combien elle gémirait sur son propre sort, si elle savait qu’isolée dans la nature, entourée d’ennemis secrets, elle ne tient à personne, n’est aimée que de moi » (article XIV, p. 37).
[16] [A propos d’un testament qui assurerait « le sort » de Sophie] « Songez donc qu’elle est étrangère, inconnue » (article XV, p. 38).
[17] « Proposer une fille inconnue à Madame la Comtesse de Germeuil ! » [comme épouse pour son fils] (article XVII, p. 39).

  • 4 « pâle », « sanglant », « le sein déjà froid », « traversait le coeur », « arrachée de ce sein déc (...)

11Ces multiples énoncés contiennent les deux faces du topos : le développement dramatique du tableau sanglant de la mort des parents et de la naissance de l’enfant, le développement analytique du sort de cet enfant. Dans le tableau, ici reproduit très partiellement, le vocabulaire est expressif jusqu’à l’hyperbole et répétitif4.

  • 5 « condamnée », « préservée », « privée », « abandonnée », « arrachée », « née », « jours préservés (...)

12La seconde orientation développe l’état d’abandon de l’enfant sous trois modalités textuelles, une série de participes ou adjectifs à valeur résultative, une variation sur l’isotopie de la privation, une réflexion générale à propos de l’adjectif majeur « inconnu » définissant l’enfant, dans son rapport au monde et envisageant son avenir5. Cette enfant est à la fois « isolée » et « préservée » : situation paradoxale entre ce qui l’écrase, « les préjugés » de la société et ce qui la soutient, « la Providence » comme les vœux de Mme d’Auterive. Sophie est classée dans un type social et romanesque établi, « un enfant inconnu » qui deviendra « une fille inconnue », « motif » de la marginale en quête à la fois d’une position stable et des valeurs qui légitiment son existence et sa conduite. On comprend donc bien ces exclamations qui ouvrent ou plutôt ferment les possibles romanesques [12] [17], Le vœu de mort de l’épistolière [12] entre enfin en vibration avec sa naissance tragique comme avec la dangereuse petite vérole dont elle s’est remise [13]. Le cours de cette vie passée et présente est tout de menaces et de résistance, consentement tantôt à la mort, tantôt à la vie. L’épistolière elle-même, comme juge, confirme les multiples paroles qui le disent, la bienfaitrice, les témoins.

13Cette configuration est toutefois précédée dans l’œuvre par la série textuelle du topos (B), la mort de l’instance maternelle de substitution, Mme d’Auterive et ses conséquences. Le « fiat » de l’écriture épistolaire est en réalité ce choc qui renvoie Sophie à un état de néant initial inconnu d’elle, dont sa bienfaitrice l’avait préservée de fait, et apparemment de droit, en la substituant à sa petite nièce, nouvelle-née morte quatre jours après sa propre naissance.

Topos (B) Lettre I [1] « Votre amie n’est plus... la nièce d’une femme respectable, l’héroïne désignée d’une grande fortune ; elle ne tient à personne : sans parents, sans appui, elle n’est rien, ne possède rien, n’espère rien » (p. 1).

14La mort de Mme d’Auterive est tue encore deux pages, tandis que le topos de l’abandon se développe.

[2] « Je n’ai plus d’asile, de retraite assurée ! Inconnue à tous, étrangère partout, pauvre, abandonnée, j’ai déjà senti l’extrême humiliation attachée à la misère » (p. 2).
[3] « Livrée à moi-même, obligée de pourvoir à ma subsistance, j’hésite sur les moyens de me procurer les besoins de la vie » (p. 2).
[4] « Seule intéressée à la conservation de mon être isolé, je frémis des dangers » (p. 2).
[5] « Je vois que vous ignorez ma perte et mon malheur »... (p. 3).
[6] « Mme d’Auterive qui éleva mon enfance avec tant de soin, de douceur, de bonté... elle n’est plus » (p. 3).
[7] « Lundi quinze du mois elle me fut enlevée » (p. 3).
[8] « Ne mettez plus de nom de Saint Aulay sur vos lettres mais celui de Vallière » (p. 4).
Lettre II [9] « Ne rassemblez plus sous vos yeux, sous les miens, les dangers où mon indépendance et ma pauvreté m’exposent » (p. 4).
[10] [L’explication de ces mots « étrangère » « inconnue » ?] : « Il m’est trop facile de vous la donner. Je ne suis point fille de cette nièce de Mme d’Auterive qui mourut en Hollande » (p. 4).
[11] « Ce cahier vous instruira du sort bizarre et malheureux de votre amie » (p. 5).
Lettre III [12] « Vous pleurerez avec moi ma mère, mon amie, ma bienfaitrice » (p. 22).
[13] « Je me croirais une ingrate si l’état où sa perte me réduit effaçait un instant de mon cœur le souvenir de ses bontés » (p. 22).
[14] « Dans l’abaissement, dans la plus extrême indigence, je ne m’écarterai pas » [des principes par elle donnés] (p. 23).
Article V [15] « Elle n’est point l’objet de ma charité... elle est l’objet de mes soins, de mon affection, de ma vive tendresse » (p. 26-27).
Article VI [16] « Si le sort de la pauvre petite se découvrait, que de mortifications l’intérêt et l’orgueil lui feraient éprouver » (p. 27).
Lettre de Pauline [17] « Ma respectacle maîtresse mourut douze jours après la réception de ce paquet (lettres renvoyées par M. Smitz) » (p. 43).

15Le développement de ce « topos » est plus abondant encore que celui du premier, mais il repose sur la même structure, différemment orchestrée, la nouvelle de la mort de Mme d’Auterive, les conséquences de l’événement sur le sort de Sophie. La mort de Mme d’Auterive est dite six fois : [5], [6], [7], [12], [13], [17] sans aucun effet descriptif, car elle meurt en pleine force de l’âge : c’est le coup de foudre dans un ciel radieux, du moins pour Sophie qui ignore son sort et les inquiétudes de sa mère adoptive que ronge l’avidité de ses neveux par le sang [16]. Il faut y joindre la mort de M. Smitz, parrain de Sophie, qui constitue avec cette dernière une sorte de couple.

« Vous avez raison, cet enfant est à nous ; mais un nouveau lien nous est-il nécessaire pour conserver des sentiments que le temps ni l’éloignement n’ont pu détruire » (p. 24).

16écrit-elle en refusant de se remarier avec lui. Cette mort rompt toute une correspondance préoccupée de l’avenir de l’héroïne.

[18] « Malade depuis longtemps [M. Smitz] était mort quand » [cette lettre où Mme d’Auterive demande conseil sur l’établissement de Sophie] « arriva en Hollande » (p. 42).

17L’ouverture est ainsi cadrée entre l’événement de la mort de la mère substitutive répété et celui de la mort du parrain, sorte de père adoptif, quoique lointain.

  • 6 Voici les quatre premières modalités :
    • La privation est absolue : « ne tient à personne », « sans (...)

18Plus développé est le tableau du sort de Sophie, dépouillée brusquement des avantages matériels, sociaux et moraux les plus brillants [1], Les trois premières lettres sont l’exploration par l’épistolière de ce choc premier qui la force à découvrir qu’elle est en somme deux fois orpheline, deux fois « inconnue ». Tel est le sens de cette structure textuelle, d’abord retrospection à partir du présent tragique (les lettres) puis exploration du passé dans le fil repris de l’histoire dramatique et mystérieuse de ses parents puis de son éducation (le cahier, le procès verbal, l’extrait de la correspondance de sa mère adoptive avec M. Smitz). La quête du sens de sa destinée après le choc se fait pour Sophie sous cinq modalités presque successives et très structurées qui reproduisent, préfigurent, prolongent, comme on voudra, les conséquences de la mort de ses parents naturels déjà étudiées, et qui en sont de fait dans le texte un écho comme affaibli. C’est que la vraie perte, c’est celle de la mère adoptive, qui a pris l’enfant en charge et lui a donné son éducation, comme c’est le vrai moteur de l’écriture. Les cinq modalités sont une isotopie de la privation absolue, des participes à valeur résultative et des adjectifs, des substantifs abstraits définissant un état, des substantifs verbaux exprimant une agression et enfin un terme de définition problématique de l’héroïne6. La correspondance passée restitue le choix moral de Mme d’Auterive : Sophie n’était pas « l’objet de [sa] charité » mais celui d’une maternité tendre et intense [16], Cette formule qui répond à M. Smitz cache cependant la vérité sociale : quel qu’ait pu être le choix de la bienfaitrice morte, Sophie est bien « l’objet de [la] charité », « obligée de pourvoir à [sa] subsistance [3], ce qui l’expose à « l’humiliation » et aux « mortifications ». Ce développement textuel des énoncés topiques constitue ici une thématique d’ensemble, celle justement de l’abandon premier, concept abstrait qui englobe cette série de réalisations concrètes.

19Les configurations textuelles s’enrichissent en outre d’un réseau d’énoncés corrélés avec la variation topique par des effets divers de correspondance.

20Dans les Mémoires ce réseau prend notamment quatre formes qu’on pourrait appeler « motifs », un effet de retour cyclique, l’emploi répété des mots « destinée » et « malheur » appliqués également au père du héros, le rôle en contrepoint des personnages qui se substituent partiellement aux parents, la suite des termes qui expriment la conscience en évolution de l’enfant.

21L’effet cyclique est construit sur Olinville, le lieu de la mort de la mère et de la naissance du héros et où la nourrice a été choisie. L’enfant ramené ensuite chez son père y est « reporté », sans complément d’agent : c’est l’effet de la présence de la belle-mère et c’est une tentative pour se débarrasser de lui. Inversement, et c’est aussi un vœu inexprimé de l’enfant : l’accueil paternel le renvoie nostalgiquement à la tendresse de sa nourrice.

[5] Je fus reporté à Olinville afin qu’il... m’arrivât la même chose qu’à ma pauvre mère (pp. 11-12) (Voir T1 [6]).
[5’] Si j’eusse osé je lui en eus demandé la raison (de sa haine) et en même temps à m’en retourner chez ma nourrice de qui j’avais reçu un tout autre traitement (p. 13).

  • 7 La mère du héros se blesse à l’entrée du château, qui appartient à M. de Marillac au moment de la (...)

22Cette circularité fait d’Olinville, lieu excentré par rapport à la demeure familiale, le point d’ancrage du héros : lieu de mort, il est devenu lieu de vie et de tendresse, et crée un réseau social et géographique non fondé familialement mais fondateur. LCDR surgit de l’extériorité et s’est « nourri » d’elle7.

23Les mots de « destinée » et de « malheur » ou « funeste » qualifient l’influence de la belle-mère du héros ([1] [2]) mais aussi l’obstination de son père à se remarier et sa malchance. Il refuse les premiers partis :

« Soit qu’effectivement on ne lui fît rien voir de beau, ou que sa destinée le réservât à l’accident que je vais rapporter et moi pareillement à... » (p. 2) (voir T2 [1].

24Trois rencontres, une fille qui se révèle, après le mariage, marquée au fer rouge ; une fille qui a un enfant, et se rend régulièrement dans un lieu de débauche et qu’il fuit ; et enfin cette « fille de qualité » qu’il épouse et qui le domine. Les premières lui coûtent un procès, la troisième est définitivement hostile à l’enfant du premier lit. Toute la « gens » est perturbée et inefficace. Les substituts naturels de la mère et qui sont de même rang, sont niés par l’éloignement. La figure paternelle est affectée d’une faiblesse que les interventions de sa parentèle ne parviennent pas à protéger contre elle-même (p. 7).

25Ce sont donc des substituts subalternes qui donnent à l’enfant subsistance, asile, tendresse, éducation. Les énoncés suivants font, parfois dans un même énoncé complexe, contrepoint avec la topique de l’enfant abandonné et de la mauvaise belle-mère poussant le père à la haine :

[1] « On prit une nourrice du lieu même » (p. 2)
[2] « Rien n’obligea les pauvres gens de me garder [sans salaire] que quelque gentillesse qu’ils trouvaient en moi ; ou plutôt le défaut qu’ils avaient d’enfants et qui était cause qu’ils me regardaient presque comme si j’étais à eux » (p. 12).
[3] « Il me fallut...passer un an et demi... beuvant et mangeant avec les valets, et n’ayant d’autre consolation que celle que me donnait notre curé qui était un bon homme. Je le priai de vouloir m’apprendre à lire, car on ne parlait point de me donner un maître et ravi que cela vînt de moi, il s’y donna tant de peine, qu’en trois ou quatre mois je lus couramment dans toutes sortes de livres » (p. 13) (Voir Tl [11]).
[4] [Après sa tentative de suicide] : « Je le dis au curé à qui je commençais d’aller à confesse et il me gronda fort et m’obligea... à ne rien faire dorénavant dont je ne lui demandasse la permission » (p. 14) (Voir T1 [13]).
[5] « Ayant dit au curé [mon désir de partir], il voulut m’en dissuader, me remontrant que n’ayant pas encore huit ans, j’étais incapable de toute chose » (p. 14) (Voir T1 [14]).
[6] « Il en avertit mon père, qui feignant de ne le pas croire, lui dit qu’il n’avait qu’à me laisser aller. Le curé le voyant si dur, ne put s’empêcher de pleurer en m’embrassant et m’exhortant encore une fois à prendre patience. Comme il vit qu’il était impossible de m’y résoudre, il tira deux écus de sa poche et me les mit dans la main » (p. 15 (Voit T1 [15]).

26Le « traitement » de la nourrice et la « consolation » apportée par le curé s’opposent à la « cruauté » de la belle-mère et à la « dureté » du père. Sont attribués au curé les verbes attachés à la fonction paternelle, « soins », autorité et affection : « se donner de la peine », « gronder », « obliger... à demander la permission », « dissuader », « remontrer », « exhorter » mais aussi « embrasser ». Celui-ci est même le héros de cette scène topique du roman du jeune homme pauvre : l’adieu au père, les pleurs et le don d’un petit viatique qui a valeur et morale et financière. Une troisième rencontre, le cousin de grande noblesse, M. de Marillac joue trois fonctions : il symbolise et fait être l’aristocratie de l’enfant exprimée dans sa réponse qui prouve qu’il ne « manqu[e] pas de cœur » (p. 13) ; il l’habille comme « un enfant de sa condition » et lui rend son rang en le faisant ramener chez son père avec une lettre demandant qu’on ait « plus de soin de lui » (p. 13). L’enfant a proclamé sa race et son « malheur », car il a peu à peu pris « connaissance » de lui-même. Cet enfant « assez éveillé et... assez gentil » (p. 13) subit l’école du silence, « n’osant ouvrir la bouche » (p. 13), du « dépit », et du « désespoir » :

Comme j’avais bientôt six ans, et que la connaissance commençait à me venir, je pensai crever de dépit (p. 13).
Mon désespoir fut si violent que je résolus de m’empoisonner (p. 14) (Voir T2 [4]).

  • 8 La littérature du siècle montre plus souvent des financiers que des banquiers, n’étant guère consc (...)
  • 9 On pourrait leur associer celui du contraste entre l’ensemble des neveux et nièces de Mme d’Auteri (...)

27Il y a donc dans les Mémoires corrélation par variation et association dans cette ouverture fondée sur le terroir géographique et social d’une aristocratie française de province. Le domaine est plus large dans les Lettres : quatre pays, le Paris élégant d’une famille située à l’articulation de la banque et de la noblesse8, l’Amsterdam du négoce et des auberges, l’Angleterre, patrie supposée des parents de Sophie et une lointaine destination exotique qu’ils n’ont pu atteindre. Le réseau d’énoncés corrélés au Topos A et Β paraît construit notamment sur trois « thèmes » apparentés, la désolation par la mort de la famille d’Auterive, qui donne sa tonalité à la naissance de Sophie, la souffrance d’Hortense, orpheline elle aussi, qui donne sa tonalité à l’amitié de l’épistolière et de sa destinataire, l’abandon d’une pensionnaire anonyme qui révèle la personnalité morale de Sophie9. Nous en traiterons deux. Des morts en série jalonnent cette ouverture.

lettre I [1] « Je ne suis point fille de cette nièce de Mme d’Auterive qui est morte en Hollande » (p. 4) (Voir Τ B[10]
cahier [2] « Après la mort de M. d’Auterive en l’année 17... je quittai le commerce et la banque... »
[3] [A propos de la nièce mariée à un protestant, M. de Saint Aulay, et peut-être convertie à la R.P.R.] : « déshéritée, abandonnée de tous ses parents, pour comble de disgrâce, elle perdit ce mari, dont la tendresse et les égards la consolaient de tant de sacrifices faits à l’amour » (p. 6).
[4] « M. de Saint Aulay mourut la seconde année de son mariage, laissant ma nièce prête à devenir mère » (p. 6) (Voir T. A [4]).
[5] [« Décidée à lui pardonner une faute dont je la croyais trop punie »... « et à la retirer chez moi »... « j’appris avec une surprise bien douloureuse qu’elle venait d’expirer en donnant le jour à une fille délicate, faible, tourmentée de violentes convulsions, qui semblait à chaque instant prête à suivre sa malheureuse mère » (p. 7) (Voir TA [4]).
[6] « La mort de Mme de Saint Aulay, cette cruelle aventure [la mort des deux inconnus et la naissance de Sophie] me causèrent tant de tristesse que... » (p. 17) (Voir TA et TB).
[7] « La quatrième nuit après la naissance de Sophie une convulsion violente emporta ma petite nièce » (p. 18).
[8] « Sa mort m’inspira le désir d’élever sous son nom l’orpheline qu’au fond de mon cœur j’adoptai pour ma fille » (p. 18).
[9] « Monsieur de Saint Aulay, déshérité comme sa femme et pour la même cause, ne laissait à sa fille aucune fortune à réclamer » (p. 19).
lettre III [10] « La mort de votre père... votre fortune incertaine... m’apprirent à connaître le sentiment douloureux, dont vos expressions me rappellent toute l’amertume » (p. 21) [Sophie à Hortense].
article X [11] « Comme cette jeune demoiselle (Hortense) n’a plus de mère, et loge à ma porte, son père la laisse tout le jour chez moi » (p. 31).
article XV [12] [Sophie emploie l’argent donné par Mme d’Auterive] « à composer une jolie corbeille pour une jeune pensionnaire : ses parents la négligent, veulent la dégoûter du monde... Sophie la trouve bien malheureuse de n’être pas aimée de sa famille. Hélas, combien elle gémirait sur son propre sort... » (p. 37) (Voir TA [15]).

28Les points d’articulation de ces énoncés avec la ligne topique dominante sont inscrits notamment dans des éléments lexicaux et syntaxiques. Ils sont échos ou contraste avec le topos générateur A ou Β avec lequel ils peuvent être associés en un même énoncé : celui qui lie la mort des deux mères et les deux naissances [6] et [10], ou en deux énoncés successifs [12], Le rythme s’est seulement accéléré, sans doute ; moins de deux ans d’amour, pour les Saint Aulay, combien pour les voyageurs inconnus ? Il y a écho tragique entre ces deux jeunes femmes enceintes qui viennent de perdre leur mari, la nièce « déshéritée », « abandonnée » et la mère de Sophie, « inconnue », « étrangère ». Il y a écho entre la mort de M. de Saint Aulay, lui aussi « déshérité » et celle du « malheureux jeune homme », voyageur inconnu. Au contraire M. d’Auterive est mort opulent. Il y a contraste entre l’enfant légitime des Saint Aulay « délicate, faible, tourmentée de violentes convulsions » [5] et l’enfant substituée qui sourit à sa mère adoptive et survit avec vigueur. Ici reparaît d’ailleurs un des « topoi » de LCDR : une mère mourante met au monde un enfant mourant, mais l’enfant meurt effectivement, car ce n’est pas l’héroïne [7]. La substitution de Sophie est sans dommage juridique et suggérée par un amour d’élection [8][9]. Ces correspondances montrent bien comment l’héroïne se construit parmi les morts et contre la mort.

29En outre cette corrélation touche non seulement l’« histoire » de Sophie, mais aussi celle de l’amie destinataire des lettres, leur relation et l’interaction de la correspondance. Comme dans le cas de Sophie, nous apprenons, dans l’ordre chronologique inverse, d’abord la mort du père d’Hortense [10] survenue assez récemment, semble-t-il, puis celle de sa mère [11] qui a permis entre les deux petites filles une cohabitation favorisée par Mme d’Auterive. Sophie a donc appris d’abord à accueillir une compagne privée de mère, puis à sympathiser avec une souffrance qu’elle ignore, le statut d’orpheline pauvre : c’était pour elle une première éducation à la douleur, une première éducation à la générosité aussi puisque, se croyant Mlle de Saint Aulay, elle envisageait de faire vivre Hortense avec elle. Les « expressions » d’une « amertume » commune donnent désormais le ton de cette amitié faite de sympathie « douloureuse ». Ce réseau lexical rappelle donc celui qui caractérise Sophie elle-même après sa double perte.

30Ainsi cette étude – qui pourrait s’enrichir – d’énoncés corrélés avec la ligne des énoncés topiques et de leurs transformations relie « topoi » « motifs » ou « thèmes » : la récurrence et la variation règnent dans ces domaines qui sont intrinsèquement liés. L’énoncé répété crée un « motif », les résonances entre les énoncés fondent des « thèmes ». Les deux ouvertures sont des structures complexes, dont l’ossature principale réside dans la thématique à variation créée par les « topoi » mais qui se vivifie de « motifs » structurels (circularité, réitération verbale, figures antithétiques) ou s’enrichit de « thèmes » complémentaires.

  • 10 Sur l’ouverture des Lettres, voir notre « Dramatisation virtuose d’une ouverture, Les Lettres d’E. (...)

31Une telle structure dynamise l’œuvre en orientant ou même en préformant le sens des aventures du héros ou de l’héroïne, en posant une forme première de la narration éventuellement à corriger et enfin en indiquant – avec l’aide de la préface dans les Mémoires – les premières données de construction de la lecture. Nous ne traiterons que des Mémoires10.

  • 11 Voir sa résistance à la guerre comme aide de camp de Turenne même dans un âge avancé : « Je fatigu (...)

32Les aventures de LCDR se construisent sur un ensemble de tensions où se retrouvent la vigueur de cet homme dont la vie paraissait condamnée au premier jour11 et la faillite du rôle naturel des garants de l’autorité (Père, Ministres et Princes) qui le maintiennent dans une instabilité constitutive. Il est envoyé secret, espion déguisé en mendiant ou en capucin, homme de confiance, mais n’obtient pas une place fixe. On lui donne une pension, des grâces, des gratifications, mais ses espoirs d’établissement sont aussi vains que ses efforts pour être pleinement accepté par sa famille, en assurant le sort de ses demi frères et sœurs. Ceci est clair très tôt, dès son entrée à la Cour ; puis à la mort du Cardinal :

« Ce que je venais de voir chez mon père m’était une image de ce que je verrais à la Cour » (p. 25).
« Je regrettais souvent d’avoir quitté [l’armée] pour m’en venir à la Cour. Je me disais qu’il y aurait longtemps que je serais capitaine, au lieu que je ne savais encore ce que j’étais ; M. le cardinal [de Richelieu] n’ayant rien fait pour moi » (p. 58).
« Il n’y eut que moi qui n’eut rien. Ce fut alors que je reconnus le peu de fonds qu’il y a à faire sur la parole des grands » (p. 117).

  • 12 Il n’a pas oublié la leçon du curé : « J’étais né gentilhomme c’est-à-dire que j’étais obligé de m (...)

33Or, LCDR a cependant retrouvé le sens des valeurs de sa race, l’armée, le service et la fidélité12.

  • 13 « Les plaintes de ma belle-mère » (p. 63), « les murmures de ma belle-mère » (p. 65), « le ressent (...)
  • 14 « La belle-mère refuse foin et avoine à sa monture » (p. 62). Il se retrouve avec les valets et so (...)
  • 15 A la Bastille (p. 110) au Châtelet (p. 152)... Il est souvent mal traité, mal compris dans sa fidé (...)
  • 16 « Etant assez malheureux pour n’être qu’un pauvre serviteur inutile » (p. 83). « Ma destinée m’ava (...)

34La structure narrative est elle aussi en tension par rapport à l’ouverture : fondée sur l’accumulation et le successif, elle contraste avec le tissage serré que nous avons montré, mais on y retrouve, selon un rythme non prévisible, des « motifs » que nous avons étudiés. La « cruauté » ou la « haine » de la belle-mère poursuit un héros pourtant généreux avec ses enfants13. Une circularité le ramène plusieurs fois dans la misère chez ses parents qui l’accueillent toujours mal, au point que « son désespoir » le mène une fois encore au bord du suicide14. Cette circularité est aussi celle d’aventures humiliantes ou dangereuses qui le reconduisent à la misère ou dans une prison, car son maître du moment, Richelieu, Mazarin, ignore ou condamne son sort15. C’est encore l’effet de cette extériorité fondamentale qui le caractérise. Cette écriture du ressassement est le dévidement amer et caustique d’un « destin » en forme de mythe16. Ce mythe d’ailleurs a quelque chose de familial, car LCDR est proche de se mettre, à la fin de sa vie, comme son père, dans le mauvais cas d’un mariage extravagant :

  • 17 Il a été plus prudent dans une première situation du même type : « l’exemple de mon père me fit ré (...)

« Je pensai faire une folie dont je ne m’étais jamais cru capable » (p. 406)17.
« Ma raison venant au secours de ma jalousie (l’épousée est très jeune) qui peut-être aurait été trop faible contre mon amour, j’envisageai toutes les suites qu’aurait eu ce mariage » (p. 410).

35De même qu’on ne sait si c’est son erreur ou la Providence qui le sauve de sa première tentative de suicide, de même des « miracles » le sortent de prison, le tirant d’embarras sans qu’il en tire jamais la vraie leçon sur l’instabilité des choses humaines, en sorte que sa retraite finale « dans une maison religieuse » où il n’attend « plus que la dernière heure, dans laquelle il plaira à Dieu de [l]’appeler » termine l’œuvre avec la même brutalité surprenante que l’ouverture a introduite dans le récit de sa naissance. Le jeu des « énoncés topiques » et de leurs corollaires n’a nullement ouvert le cheminement d’un apprentissage.

36La réflexion du lecteur qui entre dans l’ouvrage est orientée par la préface : il lira des traits « fort curieux » et « fort divertissants » ainsi que du « surprenant » auquel il faudra ajouter foi. Est louée la franchise, la « bonne foi » de LCDR, « de vouloir ainsi rapporter des choses de sa famille que beaucoup d’autres à sa place auraient voulu taire » (préface). Il n’y a pas non plus « d’inconvénient » à accorder foi à ce qui concerne Richelieu ; car « tous les ministres sont mystérieux ». Enfin le lecteur est invité à s’interroger sur les « leçons » à tirer du discours du narrateur qui veut « rendre les autres sages par son expérience » (ibid.) et faire réfléchir sur « le méchant usage [qu’il a fait] des grâces qu’il a reçues de M. le cardinal de Richelieu » (ibid.).

  • 18 « Je faisais une dépense enragée... je voyais bien que je faisais mal, mais je ne m’en pouvais emp (...)

37Mais cette topique préfacielle, le divertissant, la vérité et l’utile, est immédiatement affrontée au tissu de l’ouverture qui dit bien autre chose : il y a certes là l’occasion d’une réflexion problématique et critique sur le sens des modèles aristocratiques de vivre, de servir et de conter. La « famille », le « ministre », et peut-être même les « mémoires » entrent dans cette donnée critique d’un individu dans son rapport avec son histoire et avec « l’Histoire ». La « folie » de LCDR, généreux et dépensier, audacieux et imprudent18, prend l’allure d’une inadaptation que symbolise la structure d’ensemble de l’œuvre dans son rapport avec les « topoi », les « thèmes » et les « motifs » de l’ouverture. Le mythe de l’abandon dit un décalage avec l’Histoire.

38La recherche des « topoi » ouvre sur les ressorts majeurs de la lisibilité des romans : ces énoncés abstraits sont une doxa partagée de la littérature narrative même à travers les siècles. Cependant les œuvres sont mouvement et les « topoi » entrent dans ce mouvement. Leurs énoncés – le plus souvent sous forme variée – se répètent et se transforment en thématiques plus ou moins complexes. Dans les Mémoires, des « topoi » de l’enfant mourant né d’une mère mourante et de la haine poursuivie d’une belle-mère naît un mythe de l’abandon reposant contradictoirement sur la résistance à la mort et sur une marginalité insurmontable. La répétition variée des énoncés crée aussi des « motifs », unités formelles récurrentes, le motif de « l’inconnue » dans les Lettres, du « malheur » et du « destin dans les Mémoires. « Topoi », « thèmes », « motifs » entrent aussi en correspondance avec d’autres énoncés qui les insèrent dans des ensembles plus complexes et propres à chaque œuvre. La difficulté est alors de définir une hiérarchie de ces éléments dans les œuvres. Les cas que nous avons choisis sont clairs parce qu’il s’agit de « topoi » générateurs. La tâche serait plus délicate sur des énoncés topiques rattachés à un scénario local, vol d’une lettre, rencontre de hasard, ou même chute de l’héroïne. Seule l’étude du tissage de l’œuvre leur donnerait leur place.

Notes

1 Tout en ayant conscience des risques que nous prenons, nous admettrons que « thème » et « motif » ont en commun de désigner un sujet qui reçoit un développement dans une œuvre. « Motif » est un terme pictural ou musical, désignant une phrase mélodique récurrente. « Thème » est un terme rhétorique désignant le sujet dont on peut varier les expressions. Aucun ne désigne « l’argument » c’est-à-dire la description éventuellement chronologique de ce sujet (Elisabeth Sophie naît par césarienne d’une mère tuée par l’annonce de la mort du père de son enfant et elle est recueillie pas Mme d’Auterive qui l’élève). « Thème » touche la sémantique de l’œuvre ; il désigne une abstraction qui surplombe le concret, c’est-à-dire un ensemble d’énoncés regroupés sous ce même concept. La conquête des valeurs par l’orpheline est un « thème ». Le mot « motif » est moins tourné vers la sémantique que vers le structural. La récurrence de l’adjectif « inconnue » est un motif de l’ouverture des Lettres d’E. Sophie.

2 Courtilz de Sandrars, Mémoires de LCDR, La Haye, Van Bulderen, 1691 (1re éd. 1687) ; Mme Riccoboni, Lettres d’Elisabeth Sophie de Vallière à Louise Hortense de Canteleu, son amie, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1772. Nous désignerons le premier par les Mémoires, le second par les Lettres.

3 C’est-à-dire dans tout ce qui précède le départ du héros ou de l’héroïne qui quitte le milieu où il a été élevé, sa famille (LCDR), sa famille adoptive (E.S. de Vallière).

4 « pâle », « sanglant », « le sein déjà froid », « traversait le coeur », « arrachée de ce sein déchiré », « les cris de désespoir », « l’effrayant silence de la mort ».
• « les yeux fermés », « elle ferma les yeux » ; « il est mort, il est mort », « elle est morte » ; « ne respirait plus », « sans respiration ».

5 « condamnée », « préservée », « privée », « abandonnée », « arrachée », « née », « jours préservés », « isolée », « entourée d’ennemis secrets » et « inconnue » (4 fois) ; « innocente », « étrangère » : cet ensemble est en tension entre une prédominance forte des termes tragiques et la suggestion d’un sort privilégié, « préservé » grâce au « soin paternel de [la] vigilante Providence » divine.
• « inconnue » (4 fois), « innocente » (préfixe) ; « sans parents » (préposition) ; « privée », « manque », « silence » (matériau lexical) ; « n’est rien », « ne tient à personne » (négation et quantificateur) : le privatif est très divers.

6 Voici les quatre premières modalités :
• La privation est absolue : « ne tient à personne », « sans parents, sans appui », « n’est rien », « ne possède rien, n’espère rien » [1] ; « Inconnue à tous, étrangère partout » [2] ; « seule intéressée à... » [4], La négation est répétitive du bonheur ravi et du malheur présent : « n’est plus » [1], « n’ai plus d’asile, de retraite assurée » [2], « ne mettez plus le nom de Saint Aulay sur vos lettres » [8], « ne rassemblez plus... les dangers » [9], Elle est également sans appel : « Je ne suis point fille de cette nièce » [10], Le mot « perte » est répété en correspondance avec « enlevée » [5] [7].
• Les participes et adjectifs à valeur résultative ouvrent le système syntaxique et lexical présent dans le récit de la mort des parents naturels : « abandonnée », « livrée », « obligée », « isolée » [3] [4] et culminent déjà sur le mot « inconnue » [2] [10], Ce mot est complété par « étrangère ». Employé en citation, il est souligné par là même comme le plus propre et le plus explicite. « Etrangère » est en outre littéralement juste, puisque les parents de Sophie sont sans doute anglais.
• Les substantifs abstraits, « misère » [2], « malheur » [5], « indépendance », « pauvreté » [9], « sort bizarre et malheureux » [11], « l’état où sa perte me réduit » [13], « abaissement », « extrême indigence » [14], « le sort » [16], comportent une tension. Le mot «indépendance » désigne à la fois un malheur car une fille convenable doit dépendre de quelqu’un, mais aussi le germe de sa force personnelle et de sa combativité.
• Les substantifs verbaux indiquent les agressions qui l’atteignent « déjà » et que Mme d’Auterive avaient imaginées de son vivant : le singulier « humiliation » se démultiplie et s’intensifie en « mortifications » que « l’intérêt et l’orgueil » feront éprouver à l’orpheline [16]. Dignité et orgueil y sont blessés.

7 La mère du héros se blesse à l’entrée du château, qui appartient à M. de Marillac au moment de la rédaction. Nous verrons le rôle de ce personnage.

8 La littérature du siècle montre plus souvent des financiers que des banquiers, n’étant guère consciente de cette montée de la grande banque européenne protestante. Mme Riccoboni l’est.

9 On pourrait leur associer celui du contraste entre l’ensemble des neveux et nièces de Mme d’Auterive et le jeune Germeuil (voir articles IV, Χ, XI, XII, XIV, XV, XVI, XVII, XVIII de l’extrait), celui de l’échec des recherches menées pour trouver l’origine de Sophie ou celui du développement de l’enfant en harmonie et en contraste complexe avec le portrait de ses parents par le sang.

10 Sur l’ouverture des Lettres, voir notre « Dramatisation virtuose d’une ouverture, Les Lettres d’E. Sophie de Vallière », colloque Mme Riccoboni organisé par S. Menant, U. Paris IV, 1er mars 1997 (à paraître).

11 Voir sa résistance à la guerre comme aide de camp de Turenne même dans un âge avancé : « Je fatiguais encore aussi bien que si je n’avais eu que vingt cinq ans » (p. 249), « J’étais fort vigoureux » (p. 290). Voir aussi pp. 276-277-287-309-310.

12 Il n’a pas oublié la leçon du curé : « J’étais né gentilhomme c’est-à-dire que j’étais obligé de mourir plutôt mille fois que de faire une action indigne de ma naissance » (p. 15). Il se lasse d’être un voleur de poules : « je me faisais à moi-même une secrète confusion, me ressouvenant de ce que j’étais né, et de ce que ma naissance demandait » (p. 16). « Enfin je me représentai ce que notre curé m’avait dit en partant et me demandai si c’était là la vie d’un gentilhomme » (p. 17).

13 « Les plaintes de ma belle-mère » (p. 63), « les murmures de ma belle-mère » (p. 65), « le ressentiment de ma belle-mère » (p. 72). La structure peut être phrastique : Ma belle-mère « se déchaîna plus que jamais contre moi » (p. 62). Elle « se plaignit », « recommença ses invectives » (p. 63). Elle « se plaignit extrêmement » (p. 132) ou encore en groupe nominal : « ma belle-mère ayant toujours pris à tâche de me chagriner » (p. 236), « qui n’avait pas envie de me ménager » (p. 240). S’il case ses frères et sœurs (pp. 63-68-69-77-83) c’est, dit-il, « pour l’amour de moi » autrement dit par dignité.

14 « La belle-mère refuse foin et avoine à sa monture » (p. 62). Il se retrouve avec les valets et songe à se « poignarder » (p. 122).

15 A la Bastille (p. 110) au Châtelet (p. 152)... Il est souvent mal traité, mal compris dans sa fidélité et sa discrétion (pp. 118-121-151-165-166-169...)

16 « Etant assez malheureux pour n’être qu’un pauvre serviteur inutile » (p. 83). « Ma destinée m’avait fait achever dans son parti » (p. 145). « Ma destinée m’appelait... » (p. 147). « Je fus contraint de suivre ma destinée » (p. 125). « Ma cruelle destinée qui m’attirait tant d’affaires sans qu’il y eût, ce me semble, de ma faute » (p. 204). « J’étais bien malheureux » (p. 288). « Ma destinée voulant que je ne fusse jamais qu’un gueux » (p. 295).

17 Il a été plus prudent dans une première situation du même type : « l’exemple de mon père me fit résoudre de marcher bride en main » (p. 50)... la fille se révèle enceinte !

18 « Je faisais une dépense enragée... je voyais bien que je faisais mal, mais je ne m’en pouvais empêcher » (p. 61).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search