Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Les mystères de la ruelle : la topique du lieu dans le roman précieux

Daniel Maher

Texte intégral

1L’espace privilégié de la ruelle, dès le sous-titre du roman de Michel de Pure, La Pretieuse ou les mystères de la ruelle (1656-1658), acquiert une importance primordiale dans la macrostructure du roman. Un locus amoenus isolé du monde extérieur, cet espace intime féminin devient rapidement une métonymie de la préciosité. La grosse majorité du roman se déroule dans une ruelle et rares sont les discussions des précieuses qui n’en font pas mention. L’accès à la ruelle ou la connaissance des activités de ses habitantes sont des enjeux importants dans la dynamique du texte. Par contre, tout espace en dehors de la ruelle tombe sous l’hégémonie masculine et représente le danger, le désarroi ou la disgrâce pour les précieuses.

  • 1 Quant aux niveaux du récit (diégétique, métadiégétique, méta-métadiégétique, etc.), je me sers des (...)

2Toutefois, avant de pouvoir entamer le lien entre la préciosité et la ruelle, quelques remarques préliminaires s’imposent sur la nature de ce texte complexe et sur la représentation de la préciosité qui en ressort. Cette œuvre extrêmement riche publiée en quatre tomes entre 1656 et 1658, (plus de 2000 pages dans l’édition originale) se compose d’une suite de conversations galantes dans des ruelles. De nombreux récits secondaires (presque 80 récits étalés sur cinq niveaux) sont intercalés au récit principal1. La quatrième et dernière partie du texte, un roman encadré intitulé « le Roman de la Pretieuse », reprend de nombreux éléments du roman encadrant – le titre, la dédicace, la structure complexe et même plusieurs personnages. Les récits métadiégétiques les plus longs (dont évidemment « Le Roman de la Pretieuse ») recréent, avec une disposition semblable du temps et de l’espace, les ruelles du récit diégétique.

  • 2 De nombreux critiques se sont intéressés à la définition des précieuses. Linda Timmermans dresse u (...)
  • 3 Dans l’édition moderne du roman présentée par Emile Magne (Paris, Droz, 1938-1939), environ 572 pa (...)

3Même s’il est question de précieuses dès les premières pages du roman, ce type féminin se dérobe dans une large mesure au lecteur. Malgré l’article défini singulier du titre, il n’y a pas de personnage éponyme et rares sont celles dans les premiers deux tiers du roman qui se désignent comme précieuses. Cependant, un ensemble d’éléments, vu d’aspect positif ou négatif selon la source du jugement (personnages féminins ou masculins), revient à plusieurs reprises dans La Pretieuse (ainsi que dans d’autres textes du XVIIe siècle) et constitue le noyau de la définition. Ce noyau comprend une volonté de distinction, une attention au beau langage en général et à la littérature en particulier, et une conception épurée de l’amour2. En outre, une association étroite s’établit entre la personne, ses consœurs, leur activité principale, la conversation, et le lieu de cette activité. Dans le roman, les conversations se déroulent d’une façon hautement ritualisée – entretien l’après-midi dans la ruelle d’une dame. Cet endroit fournit le cadre de la narration à plus de 80 % du texte3.

  • 4 Dorothy Backer note aussi que cet espace restreint limite l’accès à un petit nombre de personnes. (...)

4Bien que l’espace intérieur de la ruelle constitue un lieu valorisé, sa nature précise reste difficile à épingler. Sur onze ruelles représentées au niveau diégétique, quatre sont mises en scène sans en identifier l’hôtesse. Dans les récits intercalés, une des conversations met en scène quatre niveaux diégétiques, chacun dans une ruelle différente (P3L2C1). Cependant, malgré cette prolifération de ruelles, le roman ne contient aucune description du décor intérieur (par exemple, la disposition des meubles, la place du lit, la position ou les vêtements des gens, etc.). A cause des contraintes physiques de l’espace, il est néanmoins évident que la ruelle représente un espace beaucoup plus intime et exclusif que le salon4.

5Lorsqu’on en parle, c’est en termes relativement abstraits et poétiques. Pour un des personnages, la ruelle est : « le Temple où ordinairement cette sorte de Diuinité [la précieuse] habite » (I, 10). Un autre personnage retracera l’origine du type féminin dans les termes suivants :

On dit qu’elles [les précieuses] ne se formoient que d’vne vapeur spirituelle, qui s’excitant par les douces agitations qui se font dans vne docte Ruelle, se forment enfin en corps et composent la PRETIEVSE. (I, 62)

6Un peu plus loin, le même observera :

comme la perle vient de l’Orient, et se forme dans des coquilles par le ménage que l’huitre fait de la rosée du Ciel ; ainsi la Pretieuse se forme dans la Ruelle par la culture des dons suprémes que le Ciel a versé[s] dans leur ame. (I, 63)

  • 5 Gename : « Ce corps est vn amas de belles personnes ; c’est vn composé du triage des Ruelles, et d (...)

7L’observation d’Odette de Mourgues à propos des Précieuses ridicules me semble valable dans le cas du roman : « sans l’existence du groupe, la préciosité s’effondre » (1981, p. 404). Pour bon nombre d’observateurs dans le roman, la précieuse ne semble exister que dans l’espace pluriel de la ruelle5. Parthenoïde présente sa rencontre avec des précieuses comme ce qui lui est arrivé dans une ruelle (I, p. 72) et Gename prend le contenant pour les contenues lorsqu’il demande des « nouuelles de la Ruelle » (I, p. 164).

8L’emploi de l’article défini singulier dans ce dernier exemple rejoint ce que note Philippe Hourcade dans le cas du terme « précieuse » :

Le singulier utilisé dans le titre de l’ouvrage, de préférence au pluriel, les métaphores et les ingénieuses définitions de Gename (I, p. 62 sq.) promettent d’abord un traitement très abstrait. (1989, p. 177)

  • 6 Il faut noter que trois éditeurs participent aux impressions du roman. Pierre Lamy utilise le myst (...)

9Si le texte flotte souvent par la suite entre les articles définis singulier et pluriel pour la précieuse, tous les deux renvoient à mon avis à un singulier collectif au sens abstrait ou général. Cette observation vaut aussi pour la ruelle, en particulier dans les titres intra et paratextuels. Le singulier « la ruelle » l’emporte sur le pluriel pour trois des quatre tomes de l’édition originale et pour la réimpression du Tome I6. Quant au roman encadré, les deux mentions explicites du sous-titre utilisent le singulier (le Mystère de la Ruelle, I, 64 ; les Mystères de la Ruelle, I, 390). Un texte fictif sur la précieuse vacille entre le pluriel dans le titre, Dictionnaire des Ruelles, et le singulier dans le sous-titre, Œuure tres utile pour ceux qui veulent conuerser et fréquenter le beau monde et faire progrés dans les mysteres de la Ruelle (II, p. 162). La ruelle se conçoit moins dans ce texte comme un lieu concret réel ayant des traits spécifiques que comme un lieu spirituel qui se crée dès que le groupe se rassemble. L’emploi massif de la majuscule, surtout dans les définitions explicites et implicites de la précieuse, souligne cette abstraction. Au fur et à mesure que le texte avance, le narrateur extradiégétique précise de moins en moins le lieu de l’assemblée, dispositif qui, s’il confirme l’indifférenciation entre les lieux représentés, a des conséquences pour l’agencement du roman.

10Le fait de tenir ruelle chez soi confère certains pouvoirs à l’hôtesse. Cette femme a le droit de diriger la conversation, notamment en fixant la question dont on discutera. C’est à elle aussi de lever la séance, le plus souvent en s’accordant le mot de la fin. Ces pouvoirs se manifestent de façon très évidente dans le P2L1 où s’étale une série de six Conversations relativement courtes. La position privilégiée de l’hôtesse qui se déduit des quatre premières conversations est codifiée de façon plus explicite par l’hôtesse de la cinquième :

  • 7 Néossie, au début de la conversation suivante (I, p. 310), évoque aussi son droit de proposer la q (...)

Quand Melanire m’a adverty de l’honneur que vous me vouliez faire, de venir ceans passer vn apres midy dans la liberté d’vne conuersation, elle ne m’a engagé qu’à vous tenir preste vne question qui concerna l’estat de la femme, c’est-à-dire de la femme mariée. I’ay satisfait à tous ses ordres, i’ay preparé ma question [...]. I’entens que je seray la derniere decidente, et que vous autres, Mesdames, parlerez les premieres, et direz vos sentiments. (I, pp. 288-289)7

  • 8 Des autres hôtesses, Sophronisbe, Aracie et Néossie ont deux séances chacune, Agathonte, Mélanire (...)
  • 9 Dans l’ensemble du roman, elle raconte un total de 6 récits avec un temps du récit de 29 pages, do (...)
  • 10 Même Eudoxe, un personnage épisodique présent pendant seulement la conversation chez elle, prend l (...)

11En plus de ce pouvoir de commencer et de terminer la discussion, l’hôtesse semble prendre un rôle plus actif dans l’ensemble de la séance chez elle. L’importance d’Eulalie, un des membres du cercle principal, est renforcée par le fait qu’un total de trois séances (sur onze) se déroule dans sa ruelle8. Du point de vue du temps du récit, elle est à son plus bavard chez elle – les deux tiers de ses récits viennent des séances chez elle9. D’une façon encore plus frappante, 88 % du temps du récit total d’Aracie vient des deux séances chez elle. Ces deux femmes participent tout de même à la quasi-totalité des séances10.

  • 11 Toutefois, même dans ce cas-ci (P2L1C3, 233-261), le contexte permet de déduire que la réunion se (...)
  • 12 Pour une discussion plus détaillée de la question de l’importance des personnages masculins dans c (...)

12Lorsque vers la fin du roman l’identité de l’hôtesse n’est pas précisée, les femmes semblent céder le contrôle de la conversation aux hommes. Au premier tome, une seule ruelle n’est pas précisée de façon explicite11. Par contre, au deuxième tome, les quatre dernières ruelles mises en scène au niveau diégétique, (P3L2C1-2 et P4L1-2) restent imprécises. C’est justement dans cette dernière partie du texte que les personnages masculins dominent la narration, comme on peut le constater à partir de l’importance croissante du nombre et de la longueur de leurs récits métadiégétiques. Le bel esprit Gélasire contrôle l’avant-dernière conversation de la P3 avec le récit d’une « pretieuse raieunie » et le même dominera l’ensemble de la quatrième partie avec une lecture à haute voix des extraits du roman encadré12. Les récits masculins mettent en scène des personnages féminins précieux ridicules. La neutralisation dans le récit du pôle de l’hôtesse semble affaiblir la position des personnages féminins qui sont de moins en moins en mesure de défendre leur cause face aux personnages masculins.

13Le lieu clos de la ruelle isole les femmes des Provinciaux et des Pédants qui les importunent et, en principe du moins, des yeux de ceux qui veulent pénétrer leurs mystères. Une fois menacé de ridicule par « le Roman de la Pretieuse », le cercle féminin principal répond en fermant ses portes aux gens de l’extérieur. Un deuxième cercle essaie d’avoir connaissance de ce qui se passe dans une ruelle pour imiter ses membres et pour s’en moquer. Un des paradoxes de la préciosité tourne autour de ce double désir de se montrer et de se cacher. La valeur vient de la restriction – le cercle exclusif, fermé aux curieuses indignes, se constitue seulement des plus belles personnes. Or, pour être reconnu comme ayant de la valeur, il faut que quelqu’un de l’extérieur, de préférence un homme, soit au courant des activités du groupe.

  • 13 Le roman commence avec le jeune poète Philonime qui essaie de faire approuver son poème (qui a des (...)

14Bien que l’accès à la ruelle soit strictement limité (le jeune poète Philonime a besoin d’une répondante pour être admis dans la ruelle d’Aracie), une présence masculine assez forte y est indispensable. Si les femmes restent majoritaires et contrôlent l’accès, aucune séance ne se déroule sans la présence des hommes. Les deux sujets de prédilection des précieuses, l’amour et la littérature, ont besoin de matière à réflexion. Les femmes se posent surtout en juges et non pas en productrices de textes. Les beaux esprits masculins apportent des textes pour l’approbation des dames, racontent des histoires et, en général, font valoir la beauté et l’esprit des précieuses13. Par contre, les précieuses paraissent mal à l’aise à l’extérieur de leur enclos et se trouvent exclues du lieu masculin représenté – le cabinet.

  • 14 «There was a fundamental asymmetry in this gendered construction of social life. Male academicians (...)
  • 15 Aracie énoncera cette préférence de façon très claire : « dans la Ruelle ie veux quelque chose de (...)

15Il serait tentant de voir dans le Cabinet un homologue masculin à la ruelle mais la comparaison reste assez approximative. Les deux « cabinets » représentés dans le roman (I, pp. 59-88 et pp. 164-175) se distinguent de la ruelle par l’exclusion de facto des femmes tandis que les hommes sont admis dans la ruelle et y semblent même nécessaires. Erica Harth, dans son texte Cartesian Women relève ce qu’elle appelle « l’asymétrie fondamentale » de cette disposition de la vie sociale au XVIIe siècle14. La première mention du cabinet dans le roman établit l’importance des questions qu’on y traite : « Leur conuersation avoit esté serieuse et vtile, [...] » (I, p. 59), ce qui contraste avec la légèreté et la gaieté recherchées dans les ruelles15. Non seulement le cabinet est-il plus « sérieux », il se caractérise également par un plus grand – franc parler et un cynisme à l’égard des femmes voire une misogynie plus ou moins ouverte – on y propose des opinions qu’on n’avancerait jamais en société mixte. Si on refuse comme trop extrême l’avis du pédant Horacien que le seul fait d’être femme est un « defaut insurmontable » (I, p. 166), toujours est-il que l’attitude reste condescendante. Pourtant, comme le montre un troisième entretien masculin qui a lieu pendant une promenade (II, pp. 63-82), le fait de se trouver à l’extérieur n’a pas de conséquences directes sur le contenu des interventions masculines. On y voit les mêmes préoccupations à tendance misogyne, par exemple la polygamie masculine est proposée comme « remède aux dégouts du mariage » (I, p. 70, pp. 75-77).

  • 16 Notamment au début des P2 et P4.

16Par contre, cet espace extérieur représente un danger potentiel du côté féminin. Représenté brièvement à des moments de transition16, l’extérieur paraît comme lieu d’action masculine : tournoi, guerre, etc. La réalité spatiotemporelle extérieure, dérangeante pour le calme que recherchent ces femmes, est systématiquement écartée et n’intervient que très peu dans le texte. Eulalie assiste à un tournoi mais se retire ensuite dans la ruelle d’une amie (I, pp. 183-208) après avoir été déroutée par une dame inconnue. Deux autres précieuses se rencontrent à l’extérieur mais effrayées à la vue des troupes qui circulent, se réfugient à l’intérieur pour parler. La nature désavantagée d’un deuxième cercle de précieuses est accentuée par le rapport qu’elles entretiennent avec l’espace. Elles sont doublement à l’extérieur – elles n’ont pas accès à la ruelle et se trouvent elles-mêmes au Jardin de Luxembourg – lieu d’extérieur où peuvent les épier les regards indiscrets, tout comme les trois précieuses qu’écoute et que regarde Gélaste et dont il fait le récit désobligeant devant ce même groupe (I, pp. 379-390). Vers la fin du roman, les disgrâces de deux précieuses ont lieu en dehors de la ruelle – au théâtre des Italiens pour l’une (Aurélie, II, pp. 172-173), aux jardins de l’Arsenal pour l’autre (Didascalie, II, p. 325).

  • 17 La guerre contre le Provincial fait partie des lieux communs de la préciosité au point que cette g (...)
  • 18 Les précieuses seraient-elles arrivées à la même conclusion que Pascal : « [...] tout le malheur d (...)

17L’exclusion et la dévalorisation du monde « réel » extérieur comportent certaines conséquences pour la dynamique du texte. On a une forte impression d’immobilité, à la fois géographique et physique. Le lieu environnant implicite et explicite reste Paris tout au long du texte17. Le voyage, ne servant à rien dans l’esthétique précieuse, ne figure pas dans le texte – tout ce dont elles peuvent avoir envie étant déjà à leur portée. Toutefois, l’on sait que le XVIIe siècle est beaucoup moins porté vers les voyages que ne le sera le XVIIIe siècle. Or, si on n’entreprend jamais de voyage, une absence plus étrange est celle presque totale de tout mouvement physique quelconque – le seul mouvement décrit dans la ruelle est celui de s’asseoir18. Dans cet endroit abstrait, le corps n’est guère nécessaire.

18Sont aussi rigoureusement exclus de l’espace de la ruelle les autres gens de la maison de l’hôtesse (mari, enfants, domestiques). Le mariage est considéré un tyran, en partie à cause des grossesses successives qu’endurait la femme (I, p. 285). Eulalie observe à propos de la précieuse :

Elle est mariée comme si elle ne l’estoit pas. Le mariage ny le ménage qui en est vne des plus importantes suites n’en trouble point, ny la quietude de l’ame ny les doux emplois de l’esprit. (II, p. 54)

  • 19 Voir à titre d’exemple le récit autodiégétique d’Eulalie (I, pp. 276-281), dont le mariage répond (...)

19Les maris, qui ne sont jamais en présence de leurs femmes au niveau diégétique, sont représentés de façon peu flatteuse lorsqu’ils paraissent dans les récits métadiégétiques19.

  • 20 Sur la théorie récente de l’Utopie, voir Racault (1991 et 1995) ainsi que le recueil d’articles Ut (...)

20Arrivé presqu’au terme de cet article, il me semble que la ruelle dans toute sa complexité se présente comme une utopie dans les deux sens du mot, tel qu’a bien expliqué ce concept J.-M. Racault20. Dans un premier sens, c’est un monde idéal à l’épreuve des tracas du monde normal (eu-topos, Racault, 1995, p. 26). Tout ce qui touche à la vie quotidienne en est systématiquement écarté. Pour une femme dans le roman, décrite simplement comme « la précieuse rajeunie », ce lieu se revêt de pouvoirs magiques – elle paraît avoir une trentaine d’années alors qu’elle en a plus de cinquante. Elle attribue son apparence au climat de la ruelle et souligne l’aspect utopique de l’endroit :

  • 21 « Il y avn Genie à la porte de ces lieux sacrez à l’entretien, qui fouille et qui desarme, pour ai (...)

C’est vn endroit priuilegié, dont l’air est si vif et si pur, le Ciel si serain et si beau, qu’on n’y voit que des fleurs mesme dans la plus rigoureuse saison. [...] Le tumulte des soins, le desordre des passions et l’inquietude de la fortune n’y abordent iamais21. (II, p. 142)

21Quelques pages plus loin, elle fait un rapprochement entre la ruelle et la Fontaine de Jouvence (II, p. 145). C’est aussi une utopie au sens étymologique fort de non lieu (ou-topos). C’est un monde abstrait où la conversation constitue l’unique activité. L’immobilité que j’ai relevée dans la ruelle convient à ce que dit Racault (1995, p. 13) : « [...] chacun sait qu’en utopie, il ne se passe rien, un ordre donné pour parfait étant condamné, sous peine de cesser d’être, à la totale immobilité ». Or, à l’encontre de la majorité des autres textes utopiques – l’Utopia de Thomas More ou L’Autre monde de Cyrano de Bergerac par exemple, où on se déplace pour arriver en utopie, on accède à la ruelle par une espèce de voyage intérieur.

22Entendue dans ce sens, la ruelle est beaucoup plus une sorte de retraite intramondaine que l’on peut donc se créer dans n’importe quel espace intérieur restreint où on s’isole du monde dans la compagnie des gens possédant la qualité, la perspective et le comportement nécessaires à la constitution du lieu. Le lieu est mobile et se dissout à la fin de chaque séance pour se créer de nouveau la prochaine fois que le groupe se réunit. Il s’agit plutôt à mon avis d’un lieu abstrait unique à l’image de son habitante tout aussi mystérieuse et insaisissable – la précieuse.

Bibliographie

ŒUVRES CITÉES

Backer, Dorothy A. L., Precious Women, New York, Basic Books, 1974.

Bareau, M. et Viselli, S. (éds.), Utopies et fictions narratives. Parabasis 7, Actes du 6e colloque de la SATOR, Edmonton, Alta Press, 1995.

Duchêne, Roger, « A la recherche d’une espèce rare et mêlée : les Précieuses avant Molière », PFSCL 22.43, (1995), pp. 331-358.

Genette, Gérard, Figures III, Paris, Seuil, 1972.

Harth, Erica, Cartesian Women: Versions and Subversions of Rational Discourse in the Old Regime, New York, Cornell University Press, 1992.

Hourcade, Philippe, « Dans le miroir de La Pretieuse », in La Littérature et le réel, Georges Forestier (éd.), Paris, Aux Amateurs de Livres, 1989, pp. 171-179.

—, « La Représentation de la femme dans la Précieuse », RHLF 77 (1977), pp. 470-477.

Maclean, Ian, « La voix des précieuses et les detours de l’expression », in Présences féminines, Littérature et société au XVIIe siècle français, I. M. Richmond et C. Venesoen (éds.), Actes de London (1985), Paris-Seattle-Tubingen, PFSCL/Biblio 17, 36 (1987), pp. 47-71.

Maher, Daniel, « Lecture et écriture au XVIIe siècle, le cas de la Pretieuse », in L’Epreuve du lecteur : livres et lectures dans le roman d’ancien régime, Jan Herman et Paul Pelckmans (éds.), Actes du colloque de la SATOR à Louvain, Louvain – Paris, Peeters, 1995, pp. 81-88.

Mourgues, Odette de, « Molière et le comique de la préciosité », in Mélanges offerts à Georges Couton, J. Jehasse, C. Martin, et al. (éds.), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1981, pp. 403-412.

Pelous, Jean-Michel, Amour précieux, Amour galant (1654-1675). Essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaines, Paris, Klincksieck, 1980.

Pure, Michel de, La Pretieuse ou le mystère des ruelles, Édition d’E. Magne, Paris, Droz, 1938-1939.

Racault, Jean-Michel, L’Utopie narrative en France et en Angleterre : 1675-1761, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, numéro 280, Oxford, The Voltaire Foundation, 1991.

—, « Topique des séquences d’entrée et de sortie dans l’utopie narrative classique », in Utopies et fictions narratives, M. Bareau et S. Viselli (éds.), Parabasis 7, actes du 6e colloque de la SATOR, Edmonton, Alta Press, (1995), pp. 11-28.

Richmond, Ian, Héroïsme et galanterie : l’abbé de Pure, témoin d’une crise (1653-1665), Sherbrooke, Editions Naaman, 1977.

—, « Préciosité et valeurs », in Présences féminines, Littérature et société au XVIIe siècle français, I. M. Richmond et C. Venesoen (éds.), Actes de London (1985), Paris-Seattle-Tübingen, PFSCL/ Biblio 17 36, (1987), 79-93.

Sellier, Philippe, « La Névrose précieuse : une nouvelle pléiade ? », in Présences féminines, Littérature et société au XVIIe siècle français, I. M. Richmond et C. Venesoen (éds.), Actes de London (1985), Paris-Seattle-Tubingen, PFSCL/Biblio 17 36, (1987), pp. 95-125.

Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture (1598-1715) : Un débat d’idées de Saint François de Sales à la Marquise de Lambert, Paris, Champion, 1993.

Notes

1 Quant aux niveaux du récit (diégétique, métadiégétique, méta-métadiégétique, etc.), je me sers des distinctions de G. Genette telles qu’exposées dans Figures III (1972, p. 238 et pp. 252-53). Les chiffres du nombre de récits proviennent de ma propre analyse du roman.

2 De nombreux critiques se sont intéressés à la définition des précieuses. Linda Timmermans dresse une liste utile des principaux (Lathuillère, Richmond, Pelous, Hourcade, Sellier) à la p. 104 de son texte L’Accès des femmes à la culture (1993). Plus récemment, il faut aussi mentionner l’article de Roger Duchêne (1995).

3 Dans l’édition moderne du roman présentée par Emile Magne (Paris, Droz, 1938-1939), environ 572 pages sur les 697 ou 82 % se situent dans une ruelle. Pour simplifier les renvois aux divisions différentes du texte, je me servirai désormais des sigles suivants – Ρ pour la partie, L pour le livre, et C pour la conversation. Donc P2L2C4 renverra à la quatrième conversation du second livre de la deuxième partie.

4 Dorothy Backer note aussi que cet espace restreint limite l’accès à un petit nombre de personnes. Elle insiste sur l’importance du lit comme symbole à la fois de la sexualité de la femme et du refus de cette sexualité par la précieuse (1974, pp. 168-170). Pour une discussion dans un contexte historique de la notion d’espace, voir le chapitre d’Erica Harth « Gender and Discursive Spaces in the Seventeenth Century » (1992, pp. 15-63).

5 Gename : « Ce corps est vn amas de belles personnes ; c’est vn composé du triage des Ruelles, et de tout ce qu’il y a de beau qui les fréquente. » (je souligne, I, p. 67). Les commentaires de Philaciane au sujet de la précieuse rajeunie, qui ne sont peut-être pas exempts d’ironie, relèvent sensiblement le même point (II, p. 134).

6 Il faut noter que trois éditeurs participent aux impressions du roman. Pierre Lamy utilise le mystère des Ruelles pour l’édition originale du premier tome tandis que Guillaume de Luyne se sert de la variante le mystère de la ruelle lors de la réimpression de ce tome en 1660. Les mystères de la Ruelle est utilisé par Charles de Sercy pour le tome II ainsi que par Guillaume de Luyne pour les tomes III et IV. Notons aussi en passant la reprise du terme mystère dans ces titres et son emploi dominant au pluriel – il n’y a qu’une ruelle mais qui cache plusieurs mystères. La part de Michel de Pure à ce flottement est à peu près impossible à établir, cf. Magne I, lxxxii-lxxxiv.

7 Néossie, au début de la conversation suivante (I, p. 310), évoque aussi son droit de proposer la question. Dans une conversation ultérieure, également chez elle, elle coupera la parole à Gélasire pour terminer la séance : « Non, non, ne passez pas outre, interrompit Neossie, nous sommes satisfaites de l’aduis de Tanatime et de vostre aduertissement. Il est temps de se separer, et il faut reserver quelque chose pour demain [...] » (II, 62).

8 Des autres hôtesses, Sophronisbe, Aracie et Néossie ont deux séances chacune, Agathonte, Mélanire et Eudoxe une chacune.

9 Dans l’ensemble du roman, elle raconte un total de 6 récits avec un temps du récit de 29 pages, dont 19 pages (65 %) chez elle.

10 Même Eudoxe, un personnage épisodique présent pendant seulement la conversation chez elle, prend la parole à la fin de la séance et s’enhardit jusqu’à évoquer les récits qu’elle entend faire une autre fois (mais qui ne se réalisent pas à cause de son absence de la suite du roman, I, pp. 305-307). Mélanire, qui raconte 7 récits, n’a pas de séance chez elle et ses récits sont beaucoup plus courts que ceux d’Aracie et d’Eulalie.

11 Toutefois, même dans ce cas-ci (P2L1C3, 233-261), le contexte permet de déduire que la réunion se tient chez Eulalie.

12 Pour une discussion plus détaillée de la question de l’importance des personnages masculins dans ce texte, je me permets de renvoyer à mon propre article (1995).

13 Le roman commence avec le jeune poète Philonime qui essaie de faire approuver son poème (qui a des rapports sensibles avec le sonnet d’Oronte dans Le Misanthrope) par Agathonte.

14 «There was a fundamental asymmetry in this gendered construction of social life. Male academicians were frequent habitués of the salons but there were no return invitations for their female hosts» (1992, p. 20).

15 Aracie énoncera cette préférence de façon très claire : « dans la Ruelle ie veux quelque chose de plus libre ; plus de naturel que d’esprit, plus d’agréement que de fonds, et plustost la diuersité que la suite » (I, pp. 204-205).

16 Notamment au début des P2 et P4.

17 La guerre contre le Provincial fait partie des lieux communs de la préciosité au point que cette guerre est inscrite dans les lois que cite Gename (I, p. 72). Les seuls Provinciaux mentionnés dans le texte sont des importuns (I, pp. 225-226 et pp. 226-231). « Hors de Paris, il n’y a point de salut pour les honnêtes gens » dira le Mascarille de Molière (Les Précieuses ridicules, scène ix).

18 Les précieuses seraient-elles arrivées à la même conclusion que Pascal : « [...] tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre » (Lafuma, 269, Brunschvicg 139) ? Ceci à la différence quand même importante que Pascal préconisait la solitude dans cette chambre.

19 Voir à titre d’exemple le récit autodiégétique d’Eulalie (I, pp. 276-281), dont le mariage répond aux intérêts de sa maison, ainsi que celui d’Aracie (I, pp. 312-324), qui épouse un homme qu’elle aime pour se voir délaissée par la suite. Dans un récit méta-métadiégétique, une précieuse anonyme plaint la fin de la séance avec ses amies : « faut-il se separer, faut-il se separer, faut-il reioindre la carcasse d’un mary qui sera endormy et pesant, et qui ne s’eueillera possible que pour gronder » (I, p. 308). Les domestiques ne paraissent même pas pour annoncer les nouveaux arrivés dans la ruelle.

20 Sur la théorie récente de l’Utopie, voir Racault (1991 et 1995) ainsi que le recueil d’articles Utopies et fictions narratives (1995).

21 « Il y avn Genie à la porte de ces lieux sacrez à l’entretien, qui fouille et qui desarme, pour ainsi dire, les esprits chagrins, et les ames inquietes, et ny laisse entrer que les belles humeurs et les esprits libres. »

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search