Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Romancière à succès, succès de romancière. Mme de Villedieu et les topoi

Donna Kuizenga

Texte intégral

1Polygraphe qui cherche à plaire aux goûts de son temps, Mme de Villedieu sut mettre à profit la doxa romanesque de son époque. Elle a beaucoup écrit en peu d’années et la critique traditionnelle accorde peu d’originalité à ses ouvrages. Les écrits de Mme de Villedieu sont donc un terrain d’élection pour qui se lance à la recherche des topoi du roman de la dernière partie du dix-septième siècle. Et la question qui se pose dans toute recherche topique – la question de ce qui est propre à l’auteur dans l’emploi de ces lieux communs – se pose avec autant plus d’acuité que l’importance et la place de Villedieu dans l’histoire de la littérature française sont encore contestées. Mme de Villedieu n’est-elle qu’une romancière à succès méritant l’oubli où elle est restée ensevelie jusqu’à récemment ? Ou a-t-elle réussi à dépasser le recyclage des topoi pour remporter quelques succès de romancière ?

  • 1 Sur le déguisement au théâtre, voir par exemple Forestier et Lyons. Les topoi associés au thème du (...)

2Pour tâcher de répondre à cette question, je vais étudier l’un des réseaux de topoi des plus fréquents à cette époque – et au roman et au théâtre – le déguisement, le travestissement et l’identité cachée1.

  • 2 Les références dans le texte pour Carmante sont aux Œuvres complètes de Slatkine, et à l’édition C (...)

3Le déguisement et l’identité cachée jouent un rôle dans la grande majorité des ouvrages de Villedieu, mais dans les limites de cet article je vais étudier le travestissement dans deux textes assez dissemblables, son roman pastoral Carmante qui date de 1668, et son roman semi-autobiographique, les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière de 1672-16742. La dissemblance entre ces deux romans permet de mettre en relief les divers rôles que jouent les topoi du déguisement.

  • 3 Des fonctions identifiées par Laurence Gregorio, pp. 9-10, on trouve la psychologique dans Carmant (...)

4Quand on passe en revue les quelque trente occurrences des topoi qui se rattachent au déguisement dans ces deux textes, on constate que l’emploi qu’en fait Villedieu est double. D’une part, il y a des occurrences qu’on pourrait appeler dynamiques. Elles font avancer l’intrigue, aident un personnage à obtenir ce ou celle qu’il désire. D’autre part, un certain nombre de ces occurrences ont une fonction supplémentaire, thématique ou ludique et métatextuelle3.

5Les occurrences dynamiques rendent possibles des enlèvements, des évasions et des passages à travers le camp ennemi. Par exemple dans Carmante, quand Hermocrate, l’un des prétendants à la main d’Ardélie veut l’enlever, il fait entrer des hommes déguisés dans la maison de Diane où elle séjourne (1,355/368-69). Dans les Mémoires une jeune femme qui voyage pendant un moment avec Sylvie, cache son identité pour rejoindre son amant (189).

6Dans ces occurrences, le potentiel du déguisement comme mise en question soit sérieuse soit enjouée de l’identité et de la vérité n’est pas exploité. On prend l’habit d’un autre ou cache son identité mais dès le but atteint, on laisse tomber le masque.

7Il n’en va pas de même pour le déguisement le plus notable et qui dure le plus longtemps dans Carmante, celui du protagoniste Evandre. À la nouvelle du mariage de sa bien-aimée Carmante à Palans, Evandre fait semer la nouvelle de sa propre mort, se déguise en berger et se fait appeler Cléophile. Son déguisement n’est censé que garantir sa non-existence en tant qu’Evandre, personnage qui ne peut être autre que l’amant de Carmante. Ce déguisement est donc une preuve que son amour constitue la base même de son identité. C’est l’Evandre travesti qui est accusé d’avoir tué Palans, acte indigne du véritable Evandre, amant soumis au point de se supprimer, d’abord symboliquement à travers son déguisement, et ensuite réellement, en obéissant aux impératifs de Carmante. Comme on le sait, Evandre traverse cette épreuve avec succès, et, innocenté au dénouement, il redevient pour ainsi dire lui-même en épousant Carmante.

8C’est à travers des apparences trompeuses que la vérité de l’amour et de l’innocence d’Evandre se révèle. Pour que le dénouement soit heureux, cependant, il faut qu’apparences et vérité coïncident. Carmante croit Evandre innocent du meurtre, mais refuse de le libérer parce qu’il paraît coupable, et parce que son déguisement paraît motivé par un consentement de sa part. Ces deux apparences sont fausses, mais tant que le soupçon demeure, Carmante préfère laisser mourir son amant pour garder sa réputation intacte. Et le prix de cette réputation est la parfaite coïncidence des apparences et de la vérité.

9L’importance d’une identité stable et de sa coïncidence avec la réputation s’illustre aussi dans l’histoire intercalée la plus développée de Carmante, celle d’Ardélie. Ardélie est un personnage qui ignore sa propre identité, et qui vit ses aventures dans cette ignorance où elle est maintenue par une combinaison d’actes intentionnels et d’effets du hasard. Il s’agit donc d’un déguisement involontaire, déguisement qui met le personnage dans une série de situations périlleuses.

10Esclave aux origines augustes mais inconnues, Ardélie est achetée par la mère de Théocrite, puis affranchie. Théocrite tombe amoureux d’elle, et à travers cet amour découvre la faiblesse de sa philosophie, quitte à retrouver à la fin du roman une sagesse plus authentique. Ardélie tombe amoureuse de Timoléon, et leur passion connaît de nombreuses péripéties à cause de la légèreté de Timoléon, tandis qu’Ardélie fait preuve d’une fidélité inébranlable. Hermocrate et Tessandre, roi d’Argos, essaient aussi de la séduire, comme le fait Anténor. Déguisée à elle-même, Ardélie souhaite ardemment savoir qui elle est, et aussi longtemps que durera cette ignorance elle refusera de se marier à quiconque (1,345/327). Pour Ardélie, comme pour Cannante, il ne peut y avoir de dissonance entre les exigences de la société et celles de l’amour. Si l’identité inconnue d’Ardélie sert d’obstacle à tout mariage, cette identité devient une arme pour ceux qui la savent et qui veulent déguiser à Ardélie ses origines pour profiter d’elle, ou financièrement ou érotiquement. Comme on ne l’apprendra qu’à la fin, Ardélie est Persélide, fille du roi de Carthage. Quelques mois après sa naissance un monstre ayant exigé un sacrifice royal, pour protéger leur fille unique, ses parents ont déguisé une enfant orpheline qui est sacrifiée, tandis que leur fille est embarquée pour un port sûr. Mais en route, le bateau est pris par des pirates et l’enfant est le partage d’Anténor qui apprend son identité mais la cache dans l’espoir de pouvoir mettre la jeune Persélide à la rançon (1,364/401). Quand, quinze ans plus tard et après bien des périples, Anténor retrouve celle qui s’appelle maintenant Ardélie, il tombe amoureux d’elle et continue à lui cacher son identité (1,364/404). Plus tard, quand le roi d’Argos est sur le point de violer Ardélie, Anténor lui révèle son identité. Anténor réussit à protéger Ardélie, mais aussi à la garder encore dans l’ignorance, puisqu’il espère toujours l’obtenir pour lui-même. Ce n’est que sur son lit de mort qu’Anténor dit la vérité et qu’Ardélie apprend que ses sentiments nobles coïncident avec une naissance illustre. Le déguisement de l’identité n’est donc pas toujours volontaire, et celle qui ne sait pas qui elle est court plusieurs dangers. Si Ardélie les contourne tous, c’est parce qu’elle est dotée d’un courage et d’une confiance inébranlables, doublés d’une morale qui exige l’harmonie de l’amour et du devoir social.

11Dans Carmante, l’amour est une passion irrationnelle. Il est comme prédestiné et naît sans explication aucune, et comme le montre les souffrances de Théocrite, même la sagesse de la philosophie ne peut pas prémunir contre ses effets. Or la leçon de ce roman d’inspiration scudérienne est claire. Le bonheur est accordé à ceux et à celles qui savent canaliser leur passion dans les normes de la société, du devoir et de l’honneur. Comme il se doit, Carmante se termine par des mariages. L’union de Carmante et d’Evandre est rendue possible et par la dette que Carmante a payée au devoir et à l’honneur, et par la parfaite fidélité et la soumission d’Evandre, ressuscité de sa mort sous l’habit du berger Cléophile, et dépouillé du masque défigurant d’assassin de Palans. L’union d’Ardélie et de Timoléon est rendue possible par la coïncidence entre le caractère d’Ardélie et sa naissance d’une part, et par la solidification et purification de l’amour de Timoléon de l’autre. Dans ces deux histoires, c’est à travers les déguisements et l’identité cachée que les exigences de l’amour et de la société se réconcilient. Dans Carmante, la conception de l’identité est indissociable du personnage public et donc de la réputation. Les topoi du déguisement ont une valeur thématique dans Carmante, et nous ne devons donc pas nous étonner que dans ce roman, le potentiel ludique du déguisement ne soit jamais exploité. Dans cette Arcadie, on ne badine ni avec l’amour, ni avec l’identité.

  • 4 Par exemple, Sylvie doit dissimuler son amour pour Englesac, au lieu de feindre l’amour comme elle (...)
  • 5 Mariée à Englesac, mari devenu infidèle, Sylvie prend l’apparence de l’une de ses maîtresses et a (...)

12Le déguisement joue aussi un rôle clef, étroitement lié à la thématique dans les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière. Mais à la différence de son déploiement dans Carmante, ici le déguisement a une fonction métatextuelle, ludique. Si dans Carmante on trouve le portrait du fidèle amant parfaitement soumis, et une morale fondée sur la parfaite coïncidence des apparences et de la vérité comme garant de la réputation et du bonheur, le monde des Mémoires est un monde de compromis, où l’écart croissant entre apparences et vérité exige une autre approche que l’inflexible rigidité du code d’honneur qui régit le comportement dans Carmante. Les Mémoires, composées de versions mi-fictives mi-véridiques des événements de la vie de l’auteur, abordent aussi la question de réputation par le biais du déguisement. À toutes les pages des aventures de Sylvie on rencontre des sentiments dissimulés, des identités occultées, des personnages travestis4. Les déguisements dans les Mémoires sont pour la plupart revêtus à des fins dynamiques, mais souvent ils se muent en costumes, au sens théâtral. Le déguisement séduit celui ou celle qui le porte, et comme toute séduction, le déguisement apporte un mélange de plaisir et de danger.5

  • 6 Le nom Sylvie est employé pour désigner le personnage de la diégèse, et la narratrice pour parler (...)

13Jeune fille orpheline, Sylvie est un personnage qui n’a pas de place stable dans la société6 Le déguisement et l’identité cachée permettent à Sylvie de se défendre contre ceux qui voudraient l’exploiter, mais ils donnent aussi à la jeune femme la possibilité de se libérer des contraintes qui pèsent sur elle, et de s’amuser par l’exercice du pouvoir qui est celui de l’écrivain ou du metteur en scène. Mais dans une société où tout le monde peut se déguiser, le déguisement pose aussi un danger.

14Dans deux épisodes assez développés, Sylvie se travestit en homme. Le premier épisode commence à la suite du mariage de Sylvie à un vieil Espagnol riche et jaloux. Pour échapper à ce mari qui est sur le point de l’enfermer, Sylvie, avec sa suivante, se travestit. Ainsi déguisée, Sylvie prend bientôt l’identité du Prince de Salmes, personnage dont elle fera plus tard la connaissance. À la fin du roman, Sylvie se travestit encore une fois pour s’évader du château où un autre amoureux la garde prisonnière, prenant cette fois-ci l’habit du jeune frère de son amie Angélique.

  • 7 Dans les Mémoires, Villedieu brouille les bons et les mauvais déguisements – les bons destinés à p (...)

15Quand Sylvie est en travesti, elle a l’occasion de faire l’expérience des privilèges masculins. Pour se protéger, Sylvie doit cacher son identité, et cette nouvelle identité constitue pour elle un « azile » (91). Mais elle compte aussi s’amuser dans ce travestissement et adopte un point de vue ludique : « J’étois chatouillée de l’esperance de m’en cacher mieux... & ce qui étoit plus pressant encore, de celle de me bien divertir par ce moyen » (92)7.

  • 8 L’attraction sur les femmes qu’exerce Sylvie en travesti ressemble à celle de multiples femmes tra (...)

16La source principale de son divertissement est l’amour que lui vouent les femmes. L’éclat de la beauté de Sylvie n’est nullement tamisé par ses habits masculins, et elle se révèle séduisante. La séduction qu’exerce Sylvie en travesti satirise la beauté stéréotypée de l’héroïne du roman, puisque la beauté de Sylvie ne lui apporte que des malheurs. Mais il y a aussi un indéniable érotisme qui colore les aventures amoureuses de Sylvie en travesti8, et son amie l’Abbesse figure parmi ses conquêtes. C’est l’Abbesse qui fait les premiers pas, et leur idylle dure jusqu’au moment où Sylvie décide de mettre la vertu de l’Abbesse à l’épreuve :

Car moi-même en aïant voulu inferer assez legerement, que je n’aurois qu’à la presser un peu pour éprouver en elle beaucoup d’autres foiblesses, je trouvai au contraire, qu’il n’y avoit rien de plus solidement vertueux. Elle se donnoit bien cette belle liberté de dire & d’aimer tout ce qui lui plaisoit, qui est comme permise aux Dames quand elles ont trop d’esprit ; mais elle estoit l’ennemie mortelle des effets dangereux ; & pour avoir fait feinte une fois de vouloir me servir malgré elle des occasions qu’il me sembloit qu’elle me faisoit naître à dessein, je pensai en perdre tout son estime. Il fallut que je me prisse à rire comme une fole, & qui je lui fisse connoître que je n’étois qu’une femme pour obtenir le pardon de cette insolence, (pp. 89-90)

  • 9 La liberté compte pour beaucoup aux yeux de Sylvie, comme le montre sa remarque en quittant Paris (...)

17La réconciliation s’effectue à travers le rire. Le rire de Sylvie provient non seulement de la contradiction entre les paroles de l’Abbesse et son comportement, mais aussi du fait qu’en dépit de ce que croyait l’Abbesse, c’était Sylvie qui menait le jeu9. Grâce à son travestissement Sylvie a la double optique de l’acteur et de l’auteur ou du metteur en scène. Son rire provient donc aussi du plaisir que procure le pouvoir, puisque c’est Sylvie seule qui sait que l’Abbesse ne court aucun danger réel.

18En l’absence d’une relative égalité de pouvoir entre les partenaires cependant, le jeu risque de devenir plus sombre. Sous l’habit du jeune frère d’Angélique, Sylvie exerce une attraction non seulement sur la Baronne qui l’héberge, mais aussi sur une jeune fille de sa maison. Si le plaisir et le divertissement que ses rapports avec l’Abbesse lui procuraient provenaient du désir de voir jusqu’où l’amour mènerait cette religieuse, les rapports entre Sylvie et cette jeune fille sont d’une autre nature. Ici on trouve un mélange du plaisir de l’exercice de son pouvoir de séduction, de l’érotisme, et de la tendresse, sans doute en partie parce que Sylvie voit dans cette demoiselle un reflet d’elle-même pendant les commencements de son amour pour Englesac :

nous allions quelquefois nous promener ensemble cette jeune fille & moi, & je prenois plaisir à voir comme son jeune cœur s’échauffoit petit à petit, & se seroit laissé mener bien loin, si j’avois été propre à lui faire faire ce chemin-là. Il me sembloit que j’étois encore chez Madame d’Englesac ma belle-mere, & que je voïois naître cet amour entre son fils & moi, qui m’a causé tant de traverses. Ces imaginations me tiraient quelquefois les larmes des yeux, & vous auriez été touchée de trop de pitié, Madame, si vous aviez vû comment cette pauvre enfant prenoit part à mes petites tristesses, & tâchoit à les faire cesser, (p. 372)

  • 10 Comme le fait remarquer Bullough, p. 84, le travestissement qui a quand même un dénouement hétéros (...)

19Face à cette image d’elle-même, Sylvie montre une certaine circonspection, et au lieu de mimer les avances masculines comme elle l’avait fait avec l’Abbesse, elle décrit la jeune fille avec une tendre ironie. Ici aussi, il y a un érotisme enjoué qui teinte toute la scène, mais les rapports entre la jeune fille et Sylvie sont très différents du duel spirituel entre Sylvie et l’Abbesse10.

20Un troisième épisode montre encore une face du jeu de l’amour et du pouvoir. Une marquise tombe amoureuse de Sylvie et vis-à-vis de cette dame influente, Sylvie risque de perdre l’asile de son déguisement. C’est la rencontre fortuite du comte d’Englesac qui apporte une solution au problème posé par l’insistante demande de la marquise d’un rendez-vous nocturne. Englesac dit qu’il se substituerait à Sylvie, s’il n’avait pas peur de lui être infidèle. La réaction de Sylvie est encore une fois le rire (p. 105). Elle rit et parce qu’elle trouve une façon de continuer le jeu au moment où tout semblait impossible, et parce que ce stratagème lui permet de garder son déguisement.

21Ce stratagème se révèle très efficace dans ses commencements. Mais un jour la Marquise exige la présence du prince de Salmes à un moment où Englesac est absent. Sylvie n’a pas d’alternative, et se rend au rendez-vous. Après quelques instants le Marquis fait irruption dans la chambre et s’attaque à celui qu’il prend pour l’amant de sa femme. Sylvie se défend aussi longtemps qu’elle le peut, mais est enfin prise par les hommes du Marquis qui ordonne qu’on déshabille le prisonnier : « Un Mari qui ne tuë point d’abord, se vange quelquefois d’une étrange sorte ». Or le Marquis est étonné de se trouver devant une femme :

Le Marquis ne pouvait jamais avoir été plus confus qu’il le sembloit estre en ce moment & passant aussi-tost de sa colere à une douleur profonde, d’avoir tant mal-traitté, comme il disoit, une si belle chose ; Ah ! me cria-t-il, Madame, à quel dessein, pourquoi m’avoir forcé à me rendre si criminel ? Il me demanda pardon à genoux, il renvoya tous ses valets, me vint serrer les mains, en me priant d’oublier ce qu’il venoit de faire, me les baisa mille fois... en un mot il se radoucit tellement, qu’en quelque danger de ma vie où j’eusse crû me trouver un moment plûtost, (il faut que je dise encore cette folie à Vôtre Altesse) le plus grand danger que je courus ce jour-là, ne fut pas celui d’être tuée. (pp. 109-110)

22Privée de l’asile de son travestissement, et de la possibilité de jouer, et dans le sens de jouer son rôle et dans le sens de se divertir, Sylvie redevient femme, et femme en proie aux avances masculines. Dès que son identité se révèle, elle est faite prisonnière et renvoyée à son mari à Bruxelles (p. 113). Dans le passage que je viens de citer, l’aparté – « il faut que je dise encore cette folie à Vôtre Altesse » – suggère cependant un autre jeu. Cette remarque permet à la narratrice de transformer le dénouement malheureux de son travestissement en un jeu textuel qui sert à divertir ses lecteurs.

23La lecture des textes joue un rôle capital dans les Mémoires, et ces lectures ont une valeur ludique, métatextuelle. Le déguisement ne consiste pas seulement à prendre l’habit d’un autre ou à travestir son sexe. Dans une société où la question de réputation est centrale, identité et déguisement se rattachent à ce qu’on publie, à l’écrit et à l’oral, et des rapports étroits relient les racontars, la chronique scandaleuse et les fictions qui se nourrissent des allusions à l’actualité. Comme dans les relations amoureuses de Sylvie en travesti, les rapports de pouvoir sont aussi en jeu dans les textes oraux et écrits qui constituent la réputation. Le jeu de la réputation procure le même plaisir et fait courir les mêmes dangers que le déguisement.

24Une amante que Sylvie/le prince de Salmes a rejetée se venge en se moquant du prince par des contre-veritez :

La Dame pour se venger de cette lâcheté par une veritable mocquerie, s’avisa dès le jour suivant, de faire chanter de moi les plus folles contre-veritez du monde, qu’on ne prit neanmoins pas pour telles ; on m’y faisoit surpasser le plus redoutable galant de la Cour... Enfin je passai en peu de jours pour un Cavalier si dangereux & si expert sur la fleurette ; (disons cependant, Madame, que si tous ceux qui ont la même reputation, ne le sont pas à plus juste titre, c’est grand’pitié) & on eut si bonne opinion de moi, qu’outre le bruit qui s’en répandit jusque chez les parens du vrai Prince, j’eus à répondre encore à cent Belles curieuses, dont mon ingratitude necessaire me fit autant d’ennemies tres-embarrassantes. (pp. 98-99)

  • 11 Sur la séduction du lecteur, voir Nicole Boursier.
  • 12 La tendance à voir à travers les yeux du désir se trouve confirmée quand Sylvie réussit à convainc (...)

25Cet épisode est caractéristique des dangers que court la réputation de Sylvie d’un bout des Mémoires à l’autre. Le but que se propose la narratrice des Mémoires est à la fois de divertir sa destinataire – d’où le ton ludique11 – et de donner sa propre version de l’histoire de sa vie. Dans le passage ci-dessus, Sylvie déjoue les mécanismes de la réputation. On se venge très souvent en s’attaquant à la réputation, et les histoires qu’on raconte devraient être examinées dans cette optique. Malheureusement le public croit ce qu’il veut, sans s’interroger sur les mobiles de celui qui raconte ou écrit ces histoires – comme ici on prend au pied de la lettre les moqueries ironiques de l’ennemie du faux prince de Salmes12. Et puisque l’on agit et réagit selon ce qu’on croit être vrai, l’histoire fausse devient de plus en plus vraisemblable, tout en manquant de noyau véridique. Le bien-fondé de la réputation de ceux qui sont pris pour des galants est mis en question, et cette mise en question s’étend aux histoires racontées sur la vie amoureuse de Sylvie ailleurs dans les Mémoires. Ces histoires-ci peuvent être aussi peu véridiques que ce qui se dit du prince de Salmes, histoire doublement fausse puisque on a mal compris les contre-veritez et parce que le prince de Salmes n’est pas ce qu’il paraît.

26Et les histoires que tisse la rumeur publique sont à leur tour sujettes à de diverses lectures. Quand Sylvie cherche à gagner l’approbation et l’appui des dames de Bruxelles (pp. 120-121), elle donne un nouveau sens à son travestissement. Dans cette version, le plaisir du jeu est écarté en faveur de l’histoire d’une victime qui échappe aux mains de son bourreau.

  • 13 À plusieurs reprises, Sylvie, son identité inconnue, s’entend raconter une version fausse de sa vi (...)

27Cette nouvelle version du travestissement de Sylvie n’est cependant pas définitive, et le caractère malléable de la fiction est mis en relief par les deux épisodes qui forment le dénouement des aventures de Sylvie sous l’habit du prince de Salmes. Un an, à peu près, après la fin du travestissement, les actions du vrai prince de Salmes illustrent la justesse du jugement que Sylvie avait porté sur la fausseté de la plupart des histoires d’amour. Dans le but de se donner une belle réputation d’homme galant, Salmes commence à se vanter de la conquête de Sylvie (pp. 137-138). Sans l’avoir jamais rencontrée, Salmes se vante de sa conquête à cause de la chronique scandaleuse à son sujet. Ce n’est que beaucoup plus tard, que Sylvie, qui lui est toujours inconnue, rencontre le prince de Salmes par hasard. Elle réussit à lui faire raconter l’histoire de leurs prétendues amours13, quitte à lui répéter cette même histoire le lendemain devant Englesac, qui apprend au prince l’identité de Sylvie (pp. 200-201). La victoire de Sylvie est double. Elle a usurpé l’identité du prince, et en même temps a réussi à lui faire admettre que ce qu’il avait dit sur elle était faux. Mais le jeu de Sylvie a des suites néfastes. Pour se venger de cette humiliation, le prince se met à faire des protestations ouvertes de sa passion pour Sylvie, et ces protestations tendent à fonder la fausse histoire de sa séduction – comme le font les histoires de toutes les « conquêtes » que Sylvie avait faites sous l’habit du prince de Salmes après la circulation des contre-veritez.

  • 14 Salmes est sûr qu’il a couché avec Sylvie, puisque, par subterfuge on a réussi à faire porter à Sy (...)

28Le prince est à son tour joué par une femme qui lui extorque une somme considérable par la promesse de lui procurer une assignation avec Sylvie. À la faveur de l’obscurité, on substitue une autre femme à l’absente Sylvie, et le prince croit avoir maintenant vraiment couché avec elle14. Incapable de comprendre la froideur avec laquelle Sylvie accueille ses familiarités, Salmes riposte en racontant à tout un chacun la nuit qu’il croit avoir passée avec elle. Ces racontars poussent Englesac à redoubler ses efforts de rompre son mariage avec Sylvie (pp. 203-207). La victoire de Sylvie sur le prince de Salmes n’était donc que provisoire et est tournée en défaite par d’autres personnages qui utilisent eux aussi le déguisement. Le prince n’a jamais « eu » Sylvie, mais l’histoire qu’il raconte, au cœur de laquelle est un quiproquo nocturne, a autant de pouvoir sur le tour que prennent les événements que s’il l’avait véritablement séduite. Le prix du jeu de travestissement s’avère donc élevé. La nature protéenne de l’identité et de l’attraction érotique est mise en lumière comme l’est la base fictive d’une bonne partie de la rumeur publique. Par conséquent, en dépit de ses réussites en travesti, Sylvie est aussi la victime d’autres personnages malintentionnés qui jouent aux mêmes jeux de déguisement.

29Et c’est pour cette raison que la narratrice se fie à ses Mémoires. En divertissant ses lecteurs et lectrices, en les séduisant, elle suscite leur sympathie. Consciente du rôle du lecteur dans l’interprétation d’un texte, la narratrice s’adresse aux lecteurs de l’avenir :

Non, que j’espere jamais pouvoir arracher des esprits les cruelles impressions que la calomnie a données de ma conduite : Le siecle ne permet pas que je me flatte de cette pensée. Mais... il viendra un temps, où les hommes ne pourront plus juger si criminellement par eux-mêmes de leurs semblables ; parce qu’ils n’auront plus les moeurs si corrompuës ni si criminelles ; & alors on ajoutera peut-estre plus de foy à ce que j’auray écrit de l’innocence de mes actions, qu’à ce qu’en auront pû dire mes ennemis, (p. 5-6)

  • 15 La critique reste très partagée sur la mesure dans laquelle les Mémoires sont autobiographiques. À (...)
  • 16 Le portrait des rapports amoureux que trace Villedieu à travers les travestissements de Sylvie est (...)

30Comme tout le monde le sait, les Mémoires mélangent des événements de la vie de Villedieu avec des aventures fictives. Il ne s’agit donc ni d’une autobiographie, ni d’une œuvre de pure fiction15. Les aventures mêmes de Sylvie, et avant tout les épisodes de travestissement, permettent à Villedieu de mettre à jour les modalités de la fiction, des rôles sociaux et de la réputation. Sous l’habit du prince de Salmes, et plus tard sous celui du frère d’Angélique, Sylvie est l’auteur de fictions où elle jouit des plaisirs que procure le pouvoir16.

  • 17 On peut aussi rattacher cette interprétation à l’éditeur de Villedieu, Claude Barbin, qui avait pu (...)
  • 18 Je suis d’accord avec DeJean, Geographies, pp. 131-132, que Villedieu jouissait d’une grande réput (...)

31Le plaisir évident que prend Sylvie à se travestir, à séduire, à « écrire » une suite d’aventures du prince de Salmes sont autant de reflets du travail de l’écrivain. Quand elle rencontre le vrai prince de Salmes, cependant, Sylvie perd son avantage à cause des machinations de cette dame anonyme qui fait croire à Salmes qu’il a passé la nuit avec Sylvie. Le rôle joué par ce personnage anonyme est semblable à celui joué par les auteurs anonymes de la chronique scandaleuse qui profitent de la crédulité volontaire du public, et la crédulité du prince de Salmes mime celle du public17. Les épisodes de travestissement illustrent non seulement les plaisirs et le pouvoir de la fiction, mais aussi les dangers que l’on court dans une société où identité et réputation demeurent malléables. La femme qui vit de sa plume, et qui écrit sous son nom, est, souvent, comme Sylvie, la cible de la chronique scandaleuse. Comme ce qu’on raconte sur Sylvie est enrichi par ses aventures sous l’habit du prince de Salmes, la chronique scandaleuse qui vise Villedieu prend une plus grande ampleur à cause de ses écrits18. Si dans Carmante, il s’agissait de faire coïncider réputation et vérité, cette possibilité est écartée dans les Mémoires, où est thématisée la réjouissante et périlleuse nature ludique du déguisement.

  • 19 Spécialement Cuénin, « Introduction » (pp. vii-viii).

32Les Mémoires s’ouvrent par un texte liminal, « Fragment d’une lettre », sorte d’anti-préface qui peut se lire comme étant de la plume de Villedieu ou de celle de son personnage Sylvie dans son rôle de narratrice. Le statut intentionnellement ambigu de cette lettre est le reflet de l’ambiguïté qui gouverne les rapports entre la vie de Villedieu et les aventures racontées dans les Mémoires. L’auteur de cette lettre dit ne pas vouloir venir à Paris : « Je ne vais pas ainsi dans une Ville où j’ay eu la folie de consentir qu’on me fit imprimer » (1). Nous ne devons donc pas nous étonner qu’encore au vingtième siècle on continue à lire les Mémoires comme texte de compensation où Villedieu aurait racheté les échecs de sa vie privée19, et Carmante comme un roman pastoral de second ordre. De telles lectures ferment l’œil à la portée thématique des topoi du déguisement dans Carmante, comme elles sont aveugles au caractère ludique des Mémoires, et réduisent à la petite histoire le portrait que Villedieu y trace des plaisirs, des pouvoirs et des périls de la femme qui se veut auteur au dix-septième siècle.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Assaf, Francis, « Madame de Villedieu et le picaresque au féminin : Les Mémoires de la vie d’Henriette-Sylvie de Molière (1671-1674) » in Actes de Wake Forest, Eds. Milorad R. Margitic et Byron R. Wells, Paris, Seattle, Tübingen, PFSCL, 1987, pp. 361-377.

Boursier, Nicole, « Le Corps de Henriette-Sylvie », in Le Corps au XVIIe siècle, Ed. Ronald W. Tobin. Biblio 17, 89, Paris, PFSCL, 1995, pp. 271-280.

Bullough, Vern L. et Bonnie Bullough, Cross Dressing, Sex, and Gender, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993.

Craft-Fairchild, Catherine, Masquerade and Gender. Disguise and Female Identity in Eighteenth-Century Fictions by Women, University Park, PA, Pennsylvania State University Press, 1993.

DeJean, Joan, Tender Geographies. Women and the Origins of the Novel in France, New York, Columbia University Press, 1991.

Démoris, René, Le Roman à la première personne, Paris, A. Colin, 1975.

Forestier, Georges, « Déguisement et vraisemblance », Poétique 18.72 (1987), pp. 443-462.

Goldsmith, Elizabeth C. « Publishing Passion : Madame de Villedieu’s Lettres et billets galants » in Actes de Wake Forest, pp. 439-449.

Gregorio, Laurence A. The Pastoral Masquerade. Disguise and Identity in « L’Astrée », Stanford French and Italian Studies 73, Saratoga, CA, Anma Libri, 1992.

Hipp, Marie-Thérèse, « Fiction et réalité dans les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière de Madame de Villedieu », in Dix-Septième Siècle 94-95 (1971), pp. 93-117.

—, Mythes et réalités, enquete sur le roman et les mémoires, 1660-1700. Paris, Klincksieck, 1976.

Jensen, Katharine Ann, Writing Love. Letters, Women, and the Novel in France, 1605-1776, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1995.

Kuizenga, Donna, « La Lecture d’une si ennuyeuse histoire : Topoi de la lecture et du livre dans les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière. » in L’Epreuve du lecteur. Livres et lectures dans le roman d’Ancien Régime, Eds. Jan Herman et Paul Pelckmans, Louvain-Paris, Editions Peeters, 1995, pp. 120-128.

Kuizenga, Donna, « Seizing the Pen : Narrative Power and Gender in Mme de Villedieu’s Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière and Delarivier Manley’s Adventures of Rivella », in Women Writers in Pre-Revolutionary France : Strategies of Emancipation, Eds. Colette H. Winn and Donna Kuizenga, New York, Garland Publishing, 1997, pp. 383-395.

Laqueur, Thomas, Making Sex. Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, Harvard University Press, 1990.

Lyons, John D., A Theatre of Disguise. Studies in French Baroque Drama (1630-1660), Columbia, SC: French Literature Publications, 1978.

Schwartz, Debora Β, «Writing Her Own Life: Villedieu, Henriette-Sylvie de Molière and Feminine Empowerment» in Women in French Literature, Ed. Michel Guggenheim, Saratoga, CA, Anma Libri, 1988, pp. 77-89.

Villedieu, Madame de (Desjardins, Marie-Catherine), Les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière, Ed. M. Cuénin, Tours, Editions de l’Université François Rabelais, 1977.

—, Œuvres complètes, 12 tomes, Paris, Compagnie des Libraires, 1720-1721, Fac-similé en 3 vols, Genève, Slatkine Reprints, 1971.

Wise, Margaret, «Saint-Balmon, Cross-Dressing, and the Battle of Gender Representation in Seventeenth-Century France», FF 21 (1996), pp. 281-300.

Zuerner, Adrienne, «(Re)constructing Gender: Cross-dressing in Seventeenth-Century French Literature», Diss. Univ. of Michigan, 1993.

Notes

1 Sur le déguisement au théâtre, voir par exemple Forestier et Lyons. Les topoi associés au thème du déguisement sont les suivants : révélation_surprenante, identité_cachée, travestissement_de_condition, travestissement_de_sexe, travestissement_de_nom, déguisement_trompe_amante. En plus de ces topoi qui figurent déjà dans le thésaurus, on retrouvedes déguisements involontaires et les deux topoi suivants : un personnage qui a pendant quelque temps usurpé l’identité d’un autre personnage, rencontre ce personnage ; un personnage incognito se fait raconter sa propre histoire véridique ou inventée.

2 Les références dans le texte pour Carmante sont aux Œuvres complètes de Slatkine, et à l’édition Cuénin des Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière. Les références aux Œuvres complètes prennent la forme suivante : tome, pagination de Slatkine/pagination de l’édition de la Compagnie des Libraires.

3 Des fonctions identifiées par Laurence Gregorio, pp. 9-10, on trouve la psychologique dans Carmante, et la textuelle, la psychologique et la sociale dans les Mémoires. L’absence de travestissements dans Carmante ne doit pas nous étonner puisque c’est l’identité morale des personnages qui est mise en question plutôt que leur identité sexuelle, cf. Gregorio, p. 42.

4 Par exemple, Sylvie doit dissimuler son amour pour Englesac, au lieu de feindre l’amour comme elle a dû le faire avec le Marquis de Birague. Plus tard, enfermée dans un couvent, Sylvie s’en évade, d’abord cachée sous un chapeau et un manteau, ensuite déguisée en femme de marchand, p. 50, et enfin sous l’habit de la suivante de l’amie avec laquelle elle s’est évadée, p. 51. Sylvie n’est pas la seule à se déguiser. Son beau-père se dépouille de son déguisement de père dans l’espoir de devenir l’amant de la jeune fille, comme Birague se déguise en valet pour que Sylvie coopère à son évasion du couvent. A Bourbon, Sylvie rencontre un Suédois qui s’appelle Wakmestre. Son page, comme le découvre Sylvie, est en réalité sa maîtresse en travesti. Une petite comédie amoureuse naît de ce travestissement : une femme tombe amoureuse du page, un comte de Sylvie. Le comte prend Wakmestre pour son rival, et la dame croit Sylvie la sienne, pp. 213-216. Villedieu satirise les travestissements fréquents des romans dans un passage, pp. 82-86, où elle orchestre une rencontre fortuite de trois femmes en travesti, suivie d’un duel.

5 Mariée à Englesac, mari devenu infidèle, Sylvie prend l’apparence de l’une de ses maîtresses et a un rendez-vous avec lui. Englesac ne la reconnaît pas, ce qui montre que nous regardons les autres à travers les yeux de notre désir, et voyons ce que nous voulons voir, p. 196. Plus tard, son identité cachée, Sylvie attend le jugement de l’un de ses procès à Spa. Cette identité cachée donne lieu à une sorte de jeu où tout le monde essaie de deviner son identité, et ce jeu donne lieu à toutes sortes d’histoires qui se racontent à son sujet, pp. 293-296.

6 Le nom Sylvie est employé pour désigner le personnage de la diégèse, et la narratrice pour parler du personnage comme rédactrice des lettres qui composent les Mémoires.

7 Dans les Mémoires, Villedieu brouille les bons et les mauvais déguisements – les bons destinés à protéger, et les mauvais à tromper. Voir Wise, p. 288 et n. 15.

8 L’attraction sur les femmes qu’exerce Sylvie en travesti ressemble à celle de multiples femmes travesties de cette période, et illustre ce que Thomas Laqueur a dit sur l’évolution de notre conception de l’identité sexuelle dans Making Sex : « During much of the seventeenth century, to be a man or a woman was to hold a social rank, to assume a cultural role, and not to be organically one or the other of the two sexes. Sex was still a sociological, not an ontological, category » 142. Cf. Bullough, 74. Sur le travestissement voir aussi l’excellent article de Margaret Wise. Sylvie ne fait qu’un seul commentaire sur son apparence en travesti : « les femmes paraissent si jeunes quand elles sont habillées en homme », p. 362.

9 La liberté compte pour beaucoup aux yeux de Sylvie, comme le montre sa remarque en quittant Paris quand elle dit que ce qui lui manquera le plus est « la liberté de vie qu’on y pratique ; & c’est à mon gré la plus precieuse chose du monde », p. 289.

10 Comme le fait remarquer Bullough, p. 84, le travestissement qui a quand même un dénouement hétérosexuel permet d’évoquer des thèmes homosexuels dans un cadre sûr. Sur la portée érotique des épisodes de travestissement, voir Adrienne Zuerner.

11 Sur la séduction du lecteur, voir Nicole Boursier.

12 La tendance à voir à travers les yeux du désir se trouve confirmée quand Sylvie réussit à convaincre Englesac qu’elle est l’une de ses maîtresses, p. 196.

13 À plusieurs reprises, Sylvie, son identité inconnue, s’entend raconter une version fausse de sa vie. En route à Paris par exemple, un passager dans le coche d’eau lui raconte une version de son histoire, p. 260, et plus tard un amant lui raconte toutes sortes d’histoires sur elle-même, pp. 331-333.

14 Salmes est sûr qu’il a couché avec Sylvie, puisque, par subterfuge on a réussi à faire porter à Sylvie un bracelet que le prince avait offert à la femme avec qui il avait passé la nuit.

15 La critique reste très partagée sur la mesure dans laquelle les Mémoires sont autobiographiques. À mon avis ce texte est fait d’un mélange d’événements fictifs, d’allusions à l’actualité, et d’épisodes de la vie de Villedieu. Cf. Cuénin, « Introduction » ; DeJean, Geographies, p. 253, n.3 ; Démoris, p. 312 ; Hipp « Fiction » pp. 112-114, et Mythes, p. 455 ; Assaf p. 364 ; Schwartz p. 78. Sur la façon dont Villedieu se sert de sa narratrice pour donner un guide de la lecture du texte, voir ma « La Lecture d’une si ennuyeuse histoire ».

16 Le portrait des rapports amoureux que trace Villedieu à travers les travestissements de Sylvie est nuancé, et la portée subversive de ce portrait mérite une étude attentive qui dépasse le cadre de cet article. Sur cette question, voir Craft-Fairchild, pp. 4-5, p. 11, p. 22.

17 On peut aussi rattacher cette interprétation à l’éditeur de Villedieu, Claude Barbin, qui avait publié les lettres d’amour de Villedieu contre sa volonté. Sur ces lettres et leur publication, voir Goldsmith, et Jensen.

18 Je suis d’accord avec DeJean, Geographies, pp. 131-132, que Villedieu jouissait d’une grande réputation à son époque. DeJean minimise cependant l’importance de la chronique scandaleuse dont Villedieu était la cible de son vivant.

19 Spécialement Cuénin, « Introduction » (pp. vii-viii).

Auteur

University of Vermont

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search