Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Des topoi et des femmes (XVIe- XVIIe siècles)

Héroïsme et personnages féminins dans la fiction idéaliste de la deuxième moitié du XVIIe siècle

Denise Godwin

Texte intégral

1Il est de mon propos de faire une prospection (loin d’être exhaustive), de l’héroïsme du personnage féminin dans des ouvrages de 1656 à 1699 qui ont été appelés par leurs auteurs, ou qui sont susceptibles de l’être en tout cas à cause de leur longueur, des nouvelles. Je me limiterai à celles qu’on peut qualifier d’‘idéalistes’, dont les personnages sont aristocratiques, superlativement polis et dont l’éthique est morale et élevée. Il faudra tôt ou tard les comparer, par rapport à la présence ou l’absence des topoi, des actions et traits de caractère chez les héroïnes, avec les nouvelles du courant comico-burlesque, et avec celles d’autres auteurs de la première moitié du siècle comme Sorel, dont les nouvelles sont à mon avis ‘intermédiaires’ plutôt que comiques ou burlesques, menant directement aux épigones que sont Subligny, Boursault et Mme de Villedieu pendant la deuxième moitié du grand siècle. Il faudra encore faire la comparaison, point par point, avec le contenu des recueils de nouvelles d’avant 1600.

  • 1 Selon le Robert il consiste en « le courage, la force d’âme [...] la fermeté exceptionnelle devant (...)
  • 2 Jacques Yver, Le Printemps, Genève, Slatkine, 1970 (p. 547).
  • 3 Édition établie par J.-C. Arnould et R. A. Carr, Genève, Droz, 1989.

2L’on trouve quatre manifestations de l’héroïsme1 parmi les personnages féminins qui nous intéressent ici : – la force physique, la constance amoureuse inébranlable, la fermeté dans la vertu, et l’altruisme. Toutes se trouvent déjà dans la littérature depuis les Ethiopiques d’Héliodore et le coup d’œil le plus sommaire jeté sur les recueils du XVIe siècle découvre des exemples. Perside dans la « première journée2 de 1572 préfère la mort à l’inconstance, et quand un sultan qui l’aime, et qui a trahi et tué son mari, arrive avec une armée pour s’emparer d’elle, elle met l’armure verte de son mari et défie cette armée. Elle est tuée, et son action sert d’inspiration à ses hommes qui « se délibèrent d’imiter cette notable vertu, pour ne sembler en rien moindre que femmes ». Rosalinde de la première histoire des Nouvelles histoires tant tragiques que comiques de Vérité Habanc3 (1585) est une amoureuse trop fidèle pour accepter les avances d’un ‘Sophir’ dont elle est la prisonnière, et elle aussi aurait préféré la mort à la séduction menacée par ce tyran. Elle a encore le courage de se dire la sœur de son amant et de vivre cette dissimulation.

  • 4 Bénigne Poissenot, L’Esté, Genève. Droz, 1987, Dédicace, pp. 44-45.

3Il y a toutefois deux différences importantes distinguant les nouvelles d’avant 1600 de celles publiées après 1656. La première réside dans l’inclusion, dans presque tous les recueils, d’histoires à contenu sexuel explicite. Les histoires de Rosalinde ou de Perside qu’on vient de voir sont exemplaires par la vertu des protagonistes principaux, et ne contiennent rien qui aurait « [fait] rougir les dames », comme le disait l’auteur de la Préface d’Ibrahim ou l’Illustre Bassa. Mais d’autres nouvelles dans les mêmes recueils, pour être tout aussi tragiques et didactiques, ont une franchise qui paraît licencieuse à des lecteurs d’autres époques. Florence, le protagoniste principal de la cinquième histoire du même Habanc nous sert d’illustration. Elle est obsédée par un beau jeune joueur de violon, et « la volonté et plaisir duquel elle estoit remplie surmont[èr]ent tous ses autres sens » (p. 214). Elle perd « la gratieuse couronne de virginité », brûle sans cesse de désir sexuel et assassine deux hommes. Ayant ainsi perdu honneur et réputation, elle parcourt le monde et finit auprès d’un ermite de mauvaise réputation. Poissenot, dans L’Esté (1583), prétend que son intention « n’a esté et ne fut donc autre, ny icy ny ailleurs, que de louer la vertu et de blasmer le vice », mais répète plusieurs fois qu’il présente des « gayetez »4. La deuxième histoire de la deuxième journée de son Esté est celle de Seleucus qui épousa la très belle Stratonice et dut la donner en deuxièmes noces à son propre fils quand celui-ci faillit mourir de désir pour elle. Ce fils, Antiochus, devenu roi à son tour, envoie un courtisan Combabe pour protéger la reine pendant un voyage. Voulant « s’armer contre lui-même », non sans raison, puisque d’une part la beauté de la reine est exceptionnelle et que d’autre part elle tente en effet de le séduire, Combabe fait une action héroïque extraordinaire (et assez choquante à lire) – il ampute son membre viril. Ces histoires rappellent plutôt par leur ton les Comptes amoureux de Jean Flore (1574), dont les protagonistes prônent l’obéissance à la déesse d’amour... et dont l’auteur ne cherchait pas à instruire, mais seulement à divertir.

  • 5 Segrais, Les Nouvelles Françaises ou les Divertissements de la Princesse Aurélie, Paris, Société d (...)

4Ce genre d’histoire ne pouvait recevoir les suffrages de l’‘honnête’ société vers 1657, quand les personnages du récit-cadre des Nouvelles Françaises de Segrais jugent comme peu sage même l’action d’une jeune fille qui écrit à son amant à l’insu de ses parents5. Tout au début du recueil, Segrais nous prépare à une éthique aussi stricte, car Aurélie (la Princesse de Montpensier) parle de l’Heptaméron, et dit qu’elle aurait voulu que « le stile de Guebron ou de Symontaut (fût) en quelques endroits un peu plus modeste » (I, p. 22).

5Si la sexualité explicite forme une première différence distinguant les nouvelles d’avant et d’après 1657, la deuxième différence semble être l’abandon de l’exemple négatif en faveur de l’exemple positif. Beaucoup des protagonistes principaux des nouvelles d’avant 1600 sont exemplaires parce que leurs faiblesses leur attirent des malheurs. A partir de 1656 les personnages principaux sont admirables, ce sont des exemples à imiter, ce sont des héros dans le bon sens du terme. Il est vrai que vers 1670, l’amour cesse d’être envisagé comme le ressort de grandes actions pour être vu comme la source des désordres, mais le changement substitue le dénouement tragique au happy end, il ne se met pas à doter les héros de mauvais caractères. Les lâches et les méchants sont normalement des hommes ; on trouve seulement pendant l’époque en question quelques rivales capables de machinations malhonnêtes comme Padille dans Mathilde (d’Aguilar) de Mlle de Scudéry et Léonor dans Inès de Cordoue de Catherine Bernard, et des marâtres dans « Adelayde » de Segrais et dans La Duchesse d’Estramène de Du Plaisir. Et comme dans le cas des méchants hommes, elles sont normalement des personnages secondaires. Et même là, les jeunes filles et les femmes qui s’adonnent à une conduite sexuelle immorale sont rarissimes ; Honorine, personnage éponyme de Segrais est la seule qui me vient à l’esprit, et cette nouvelle est burlesque, se départissant ainsi de la catégorie de nouvelles qui nous préoccupe ici.

6Au XVIIe siècle, les protagonistes principaux féminins tendent donc à être admirables, et, très souvent, réellement héroïques. Ces dernières étalent des forces physiques ou une volonté d’indépendance (ou du moins la capacité de prendre en main leur propre destin), plutôt masculines, encore une fermeté dans la vertu qui dépasse la norme et une constance en amour impressionnante.

  • 6 Le juge de sa propre cause », Roman comique, II ; Ch. XIV, édition d’E. Magne, Paris, Garnier, 197 (...)
  • 7 Eustache Lenoble, Ildegerte Reyne de Norvège ou l’amour magnanime, Genève, Slatkine, 1980. Elle «  (...)

7Les prouesses militaires ont une place. Deux héroïnes au moins sont formées à cela pendant leur jeunesse, Sophie de Scarron, qui apprit ensemble avec son frère « tout ce qu’on enseigne aux enfants de bonne maison de l’un et de l’autre sexe » et qui devint « pas moins adroit que lui dans tous les exercices violents d’un cavalier6 », et Ildegerte, personnage d’Eustache Lenoble (1694) apprit ses exercices en compagnie d’une reine qui se plaisait à ce genre d’activités7. Ces deux personnages ont l’occasion de se battre réellement, Sophie quand son peuple adoptif est envahi, et Ildegerte deux fois au service de sa patrie. D’autres héroïnes encore se trouvent dans la nécessité de participer à des batailles sans y avoir été formées : Adelayde, personnage éponyme de la deuxième des Nouvelles françaises de Segrais de 1657, se trouve travestie à la tête d’un groupe de corsaires et se signale par sa valeur.

  • 8 La première fut plutôt admirée pour être sortie de son rôle de Princesse choyée, car elle subit qu (...)

8Or, vers 1657, la Fronde et un grand nombre d’exploits féminins (qu’on songe à la Princesse de Montpensier, ou à Mme de la Guette8) étaient encore proches dans le souvenir. Il est plutôt surprenant de retrouver dans une œuvre publiée en 1694 des aspects que l’opinion commune critiquait déjà en 1683 comme peu désirables, comme l’atteste Du Plaisir dans ses Sentiments sur l’Histoire :

  • 9 Du Plaisir, Sentiments sur les lettres et sur l’histoire avec des scrupules sur le style, édition (...)

Je voudrais que les héroïnes ne fussent point extraordinairement saines, je veux dire, n’eussent point ces forces robustes qui affrontent les plus rudes fatigues. Les Femmes de ce caractère ne sont point nées pour soufrir des peines, ou si elles en soufrent, ce n’est que par un accident. Le calme, le sommeil, la timidité, quelques précautions, un peu de langueur, & la foiblesse mesme, les rendent plus aimables. Enfin quand un teint toujours reposé, ou la délicatesse d’appréhender le soleil seroient indignes d’un Héros, je craindrois que la sueur & la poussière ne fussent de mauvais goust dans une Héroïne9.

  • 10 Mme de la Roche-Guilhem, Le Grand Scanderberg, Genève, Slatkine, 1980 (p. 154).
  • 11 Pierre de Caseneuve, La Caritée ou la Cyprienne amoureuse, Université de Toulouse-Le Mirail, 1980. (...)
  • 12 Genève, Slatkine, 1980.

9Les auteurs le plus souvent semblent ‘s’étonner’ d’une force corporelle de la part d’une femme, car ils ne la laissent pas passer incaperçue : « Toute la délicatesse d’Arianisse ne l’empêcha pas de faire bien du chemin en peu de momens ; & ce fut avec peine qu’on l’obligea la nuit à prendre un peu de repos » nous assure l’auteur du Grand Scanderberg10 en 1688. Le personnage féminin typique révèle sa fragilité physique en devenant facilement malade, et sa faiblesse donne souvent l’occasion aux hommes de la sauver, en 1621 encore contre des animaux sauvages11, plus tard pendant un accident de carosse. Blanche, dans L’Illustre Parisienne de Préchac (1679)12 est tout à fait exceptionnelle à cet égard, et il ne faut pas oublier que si elle épouse un prince à la fin (en mariage morganatique), elle est bourgeoise et non pas noble. La nouvelle n’est donc pas typique de la littérature idéaliste. Blanche est de celles, rares, qui, déjà malades, guérissent quand elles apprennent que leur amant est infidèle : « Cette lettre contribua plus au rétablissement de sa santé que tous les remedes des Medecins » (p. 137), nous assure l’auteur. La norme est bien plutôt illustrée par Mathilde dans Eléonor d’Yvrée, qui meurt de la fièvre provoquée par un chagrin d’amour... Cependant, en 1694 l’on voit une Ildegerte chef de l’armée qui, loin de faire la guerre par quelque accident, s’y connaît en stratégie, et les quatre-vingts premières pages du livre nous expliquent soigneusement ses mouvements et ses idées (« elle sçavoit [...] que le gain de la Bataille dépendoit de rompre ce gros de Cavalerie [...] » p. 81). Elle sauve un roi menacé de mort : « se frayant un passage à coups d’épée, [elle] perça le gros Suédois qui ferroit Théodoric, & le joignant elle abatit d’un coup de Sabre le bras d’un soldat dans le moment qu’il l’avoit levé sur le Roi pour luy fendre la tête d’un coup de Hache-d’arme » (pp. 78-9). Enfin, Théodoric entre dans sa tente quand « elle n’eût point encore essuyé la sueur de son visage, la poudre & le sang des Suédois dont elle étoit couverte luy donnoient un air si charmant, si redoutable & si victorieux, que le Roi [...] ne put tenir contre tant de charmes » (p. 87, je souligne). L’on donnerait beaucoup pour savoir ce qu’en pensait le Sieur de Du Plaisir.

  • 13 Catherine Bédacier née Durand, La Comtesse de Mortane, Paris, Barbin, 1699 (p. 134).

10Ce genre de femme presque ‘amazone’ est rare après 1660. L’héroïsme de la femme prend la plupart du temps la forme d’une constance amoureuse absolue. Ce genre d’héroïne peut se trouver dans une situation de combat physique à cause de sa loyauté : Perside veut venger son feu mari, et Sophie espère retrouver celui qu’elle aime. Leur participation à une bataille est circonstantielle, elles ne se battent pas pour l’amant. Dans d’autres cas, cette constance est déployée pour un amant infidèle ou que l’héroïne pense être tel. Adelayde part pour faire des reproches à Carloman et se trouve dans le rôle de corsaire. La magnanimité entre en question quand l’héroïne agit généreusement envers un amant ainsi déloyal et ce genre de magnanimité est une fois reliée aux prouesses guerrières dans le cas d’Ildegerte baptisée « Reyne magnanime » par Lenoble dans son sous-titre. C’est un topos inédit à ma connaissance. Elle va à la guerre une deuxième fois pour sauver le trône d’un époux qui l’avait répudiée – et ce non pas pour le ramener à elle, puisqu’elle refuse de reprendre mari et couronne après la victoire. Adelayde dans les Nouvelles de Segrais est aussi magnanime, et a vécu comme pirate, mais sa générosité s’accomplit sans combat guerrier. Elle retrouve son Carloman, qui ne la reconnaît pas travestie en pirate. Il lui fait part du fait qu’il est à la recherche de sa maîtresse et Adelayde, ne pouvant savoir que c’est d’elle-même qu’il parle, entreprend de l’aider à rejoindre celle qu’il aime. Un autre type de magnanimité est révélé par la Comtesse de Mortane de Catherine Bédacier Durand (1699) qui en dépit du fait qu’elle n’aime pas son mari, et en dépit du danger de défigurement et de mort, refuse de le laisser soigner par autrui quand il est atteint de la petite vérole13.

  • 14 Catherine Bernard, Inès de Cordoue, édition établie par F. Piva, Tome I, Schéna-Nizet, 1993.

11La constance envers des amants qui le méritent peut être la cause d’actions autrement intrépides, qui impliquent une indépendance plutôt mâle, le courage de hasarder sa réputation et parfois, encore des risques corporels. Ces héroïnes sont en contraste avec d’autres dont la vertu est héroïque mais qui n’ont pas le courage d’entreprendre pour leur amant le moindre geste qui puisse enfreindre la bienséance. La Duchesse d’Estramène, par exemple, entichée de réputation, hésite tellement à prendre la moindre initiative pour son mariage éventuel qu’elle finit par détruire son bonheur et cause la mort de son amant. Inès de Cordoue14, beaucoup plus courageuse et aux yeux d’un lecteur du XXe non moins vertueuse, n’est pas soumise à des épreuves corporelles mais elle fait preuve d’autres sortes de courage et de force. Tout le contraire de la Duchesse d’Estramène, elle a ses propres idées pour distinguer les formes vides des bienséances et la vraie vertu, et elle n’hésite pas à dire à son amant qu’elle l’aime, et s’obstine à l’entretenir, en personne, pour lui donner une explication quand les circonstances l’obligent à en épouser un autre. Elle trouve pour cela ‘des raisons de vertu’ (elle redemandera ses lettres). Elle a le courage de défier son père et se réfugie dans un couvent pour éviter un mariage projeté par celui-ci, et, enfin, elle accepte un mariage projeté par lui quand c’est la seule façon de sauver la vie de son amant.

12Inès n’est pas un cas isolé. Doralice dans la troisième partie « Euphrosyne » de La Caritée de Caseneuve et Mathilde, personnage éponyme de Segrais, acceptent de partir avec leur amant quand des obstacles menacent de les séparer, et celles qui faisaient une telle chose couraient les risques d’une perte de réputation, du viol, des dangers du voyage (qui deviennent une réalité dans les deux cas...). Cette même Mathilde entreprend un mariage qu’elle ne voudrait pas faire pour sauver son amant et le père de celui-ci. Pamphylie, autre héroïne de Caseneuve, est obligée de projeter en secret un voyage, qu’elle mène à bien, pour s’installer là où son fiancé, décédé, l’a appelée dans un rêve. Blanche, l’illustre Parisienne, a le courage d’aller vivre seule éloignée d’un père, d’organiser des voyages. Mathilde (d’Aguilar) de Madeleine de Scudéry refuse la main d’un roi et reste fidèle à celui qu’elle aime. La Comtesse d’Almont, dans « Eugénie » de Segrais, trouve elle aussi le courage et une raison pour projeter un dernier rendez-vous avec l’homme qu’elle a dû délaisser. Chacune de ces actions exige du courage en un siècle où la jeune fille et l’épouse toutes les deux étaient absolument soumises aux volontés de l’homme qui avait la tutelle sur elles.

13Le suicide est une autre action dont l’idée sert à démontrer l’intensité d’une émotion. C’est une question qui a besoin d’étude, pour voir si ses manifestations sont limitées dans le temps, et quelle est l’opinion des auteurs et des lecteurs à ce sujet. Je n’ai pas trouvé, jusqu’ici, de suicide associé aux émotions autres que le remords, ou le désespoir provoqué par l’amour contrarié. Et je n’ai pas trouvé de protagoniste principal qui se donne la mort ; des personnages secondaires peuvent se suicider en effet, mais dans le cas des héros ou héroïnes, l’action reste au niveau d’un projet qui est toujours déjoué ou bien ils se mettent dans une situation où l’ennemi les achève. Pour les hommes, qu’on se souvienne de Guise dans La Princesse de Clèves ou Florençal dans « Eugénie » de Segrais, qui s’en vont à la guerre espérant mourir sur le champ de bataille. Perside, qu’on a déjà vue, affronte une armée et trouve la mort. Mathilde, héroïne de la quatrième nouvelle de Segrais, cache un poignard sous ses robes comptant se tuer une fois le mariage qu’elle a généreusement accepté de faire pour sauver son fiancé aura été célébré. Mais le mariage n’a pas lieu – et le suicide non plus.

14Les personnages qui se suicident effectivement sont des personnages secondaires, et embrassent la plupart du temps une foi autre que chrétienne, ou sont des personnes lâches, ou accablées de remords à cause de quelque mauvaise action. Ainsi dans la première histoire de Vérité Habanc dont nous avons parlé ci-dessus y a-t-il deux suicides, de la part d’un personnage perse, d’un autre qui est turc, et qui sont musulmans. L’héroïne Rosalinde espère que le Sophi la tuera, mais ne projette même pas de se soustraire au tyran en se donnant la mort. Sur deux jeunes filles qui se tuent en effet que j’ai trouvées, la première, Sélimane, dans Le Grand Scanderberg est présentée dès le début comme peu admirable. Amoureuse de Scanderberg qui aime Arianisse, elle manque de courage, de magnanimité, et de retenue. Quand le sérail où elle se trouve brûle, le narrateur nous dit qu’elle « paraissoit pâle & tremblante ; mais Arianisse [protagoniste principal de l’histoire en question] avoit un air majestueuse & tranquile, & regardoit cette mort sans émotion » (p. 83). Scanderberg décrit ainsi l’épisode du suicide : Sélimane « nous dit tout ce qu’un emportement aveugle est capable d’inspirer. Elle détesta l’Empereur, m’accabla d’injures, fit des vœux contre mon repos, vous [Arianisse] nomma plusieurs fois, se donna deux grands coups, & tomba morte à mes pieds » (p. 171). Dans le cas de la deuxième jeune fille, Sérène, la voix auctoriale de Caseneuve intervient pour juger l’action de se tuer, qu’il appelle « un dessin [...] cruel &[...] desnaturé » (« Thalie », p. 386). Elle semble aussi confondre le courage masculin des hauts faits guerriers avec le genre de courage dont elle aura besoin pour mener à bien son projet de suicide : quand elle découvre que Parthenian ne l’aime pas et que son amour change en haine, elle s’ordonne de « change[r] la molle timidité de [s]on sexe en asseurance d’un masle courage, afin de chercher aux douleurs de la mort ce que [s]on malheur ne [lui] permet point de trouver aux douceurs de l’amour » (p. 385).

  • 15 La Princesse de Clèves « passait une partie de l’année dans cette maison religieuse et l’autre che (...)

15Le plus souvent, les héroïnes réellement amoureuses qui sont contrariées dans leurs amours ont tendance à passer à l’action comme Isabelle dans le théâtre de Corneille, cette héroïne de l’Illusion comique qui libère Clindor de sa prison, mais non sans avoir d’abord songé à le rejoindre dans la mort. Un tel souhait est la preuve de la force de l’émotion, mais les héroïnes comme Adelayde et des Mathilde des nouvelles qu’on vient de voir, passent en effet à l’action. Elles acceptent « l’enlèvement volontaire » (comme la SATOR a choisi de désigner la fugue amoureuse), ou partent à la recherche de leur amant. Une part de l’intérêt psychologique d’Eléonor d’Yvrée de Catherine Bernard vient, pour moi, de la régularité avec laquelle Eléonor cherche (elle revient de façon obsessionnelle sur le problème dans son esprit) une solution à la situation qui l’empêche de songer à épouser Misnie. Elle n’en trouvera pas. Et comme les autres héroïnes de Catherine Bernard, comme la Princesse de Clèves, et encore Pamphylie de Caseneuve qui finit sa vie dans un couvent au lieu où son fiancé est enterré, celles qui ne peuvent ni changer leur sort, ni passer à l’action ne se suicident pas, elles acceptent avec un certain stoïcisme de vivre malheureuses mais vertueuses15.

  • 16 Madeleine de Scudéry, La Promenade de Versailles, Genève, Slatkine, 1979 (p. 390).
  • 17 « La syndérèse : quatre avatars d’un topos », FrenchStudies in Southern Africa, 1992, n° 21, pp. 2 (...)
  • 18 Mercure Galant, 1682, p. 215.

16L’on peut parler d’une constance héroïque dans le cas de la Princesse de Clèves même si ses sentiments envers son mari n’étaient pas ceux de l’amour-passion. L’austérité et la rigueur de sa vertu sont indéniablement héroïques. La démonstration d’une vertu semblable dans les histoires publiées à partir de 1670 semble se prêter autant aux discussions qu’aux éloges. Furetière, dans son Dictionnaire, nous assure qu’« une femme n’a rien de plus cher que sa réputation » et de nombreuses héroïnes donnent la priorité à leur honneur sur leur propre bonheur mais aussi sur l’idée d’une conscience nette, à juger de l’attitude de Célanire dans La Promenade de Versailles de Scudéry (1669), qui dit « Ce n’est pas assez pour une personne de mon humeur, que les desseins que je fais soient innocens, il faut encore qu’ils ne puissent estre condamnez » (je souligne)16. Il est parfois difficile de séparer, dans leur comportement, la part qu’il faut donner au concept de la vertu tout court, laquelle il faut accorder à l’aspect de la réputation, et encore de se décider sur la raison d’une telle rigueur. J’ai parlé ailleurs17 du manque de bien-fondé apparent dans la rigueur de la Duchesse d’Estramène, dont la vertu a été baptisée par un contemporain, Pavillon, un « trop de vertu » et qui se dit « en colère contre » elle18, tout comme le font, par ailleurs au cours de l’histoire, son frère et la reine même. Encore un exemple semblable est fourni par l’héroïne éponyme de La Comtesse de Mortane, publiée en 1699. Cette dernière aime Rucille, en est aimée, est veuve, l’année de deuil a passé, et elle refuse de l’épouser. Il lui dit « un scrupule frivole, une obéissance outrée retardent, que sais-je détruisent peut-êstre ma fortune » (I, p. 306), et plus tard il parle de « cette vertu que vous poussez jusqu’à la chimère » (II, p. 69). Une de ses amies la gronde, et insiste « Mais avouez [...] que vous n’aimez qu’une illusion que vous vous êtes formée sur la réputation, et que Rucille, l’amoureux Rucille, n’a tout au plus que la seconde place dans votre cœur » (I, p. 324).

  • 19 Edme Boursault, Le Prince de Condé, Genève, Slatkine, 1979, p. 192 (Je souligne).

17La perte de la réputation provoque des souffrances à la fois sociales (et donc concrètes), et psychiques, puisque les deux conséquences immédiates d’une réputation ternie étaient la moquerie et l’exclusion de la société. L’on sait à quel point la Grande Mademoiselle dans la vie réelle a souffert d’être « dans le désert » à Saint-Fargeau, loin de la Cour ; l’exclusion de la société signalait la mort sociale de la personne en France à l’époque classique, car elle vous coupait de tout ce qui vous intéressait, et doit être comparée à l’exclusion de la polis dans la Grèce classique. Le Prince de Condé démontre à quel point la société était friande des racontars scandaleux, quand Boursault écrit que la Maréchale de Saint-André est une personne dont on ne parlait « que fort avantageusement, & qui jusques-là s’estoit mesme conservée contre les attaques de la médisance, ce qui la rendoit l’une des plus rares personnes de son siècle19 ». Quand un autre personnage, pensant attraper une certaine dame in flagrante avec le roi, invite un grand nombre de personnes à être de la partie, il y découvre sa propre fille. Et Boursault nous dit que ceux qui avaient assisté à la scène n’avaient qu’un seul regret : « ils estoient obligés d’attendre que le jour fût venu pour aller publier ce qu’ils sçavoient » (p. 60).

18L’on comprend donc l’attitude de la Comtesse de Mortane dans l’épisode suivant : Rucille se travestit en Gascogne (voilée à cause des cicatrices laissées par la petite vérole) pour entrer chez elle. D’autres visiteurs semblent pénétrer le déguisement. L’héroïne, aigrie, dit à son amie :

Je ne survivrai point à mes malheurs ; on va parler de moy comme des autres femmes ; je vais être le sujet des chansons, des satires, des mocqueries ; elles me seront bien deuës ! Grand Dieu, attentive à ma conduite depuis que je suis au monde, je tombe dans le ridicule d’avouer toute ma foiblesse... il n’y a que la mort qui puisse me tirer de cette horrible avanture (II, 29-31).

19Et l’on comprend aussi les craintes d’une Duchesse d’Estramène, d’autant plus quand l’on se souvient que comme la Princesse de Clèves, elle a été privée de conseillère par la mort prématurée de sa mère. Et son héroïsme, la sincérité de son attitude personnelle devant la notion de réputation sont menés à terme. Sa mère tutélaire réussit à marier son fils et la Duchesse, contre leur gré. Après, quand elle voit le profond malheur des deux personnages, elle ressent du regret, mais « néanmoins, l’intérest de sa réputation luy donnoit encore une sorte d’affliction plus pesante » (II, p. 39). Et en dépit de toute l’amertume que pourrait ressentir la jeune Duchesse, celle-ci veut bien concerter avec sa belle-mère pour cacher leur malheur au monde, pour conserver la réputation de l’une comme des deux autres. Pendant toutes les complications qui s’ensuivent – rencontre avec le premier amant, mort de celui-ci, départ du Duc d’Estramène, Mme d’Hilmorre –, le mari et l’épouse continuent à laisser voir au monde seulement ce qui pourrait sauvegarder leur réputation, et donc à empêcher que le rôle de la belle-mère, la faiblesse du Duc d’Estramène et le fait que la jeune fille en avait aimé un autre, soient connus. A la fin, grâce à tous ces efforts, Mme d’Hilmorre, mère et belle-mère et certainement la plus dure et donc la plus coupable des trois, « joûit toujours de cette estime admirable qu’elle avait tant appréhendé de perdre » (p. 212). C’est dit par un auteur qui semble croire que parmi les fils de l’histoire qu’il est en train de nouer, cela est tout aussi important que le bonheur basé sur l’estime réciproque qui naît auprès du couple.

20Plus on voyage parmi les topoi, plus on trouve de la difficulté à tirer des conclusions. La diversité était en effet ‘la devise’ du XVIIe siècle, ou du moins la capacité de se distinguer tout en restant ostensiblement dans les chemins battus, en principe les seuls admis. Les auteurs surprennent et espèrent plaire justement en allant récupérer des topoi oubliés, comme Lenoble avec son héroïne guerrière. Ils imbriquent des topoi les uns dans les autres au point de rendre difficile leur classement. Dans l’espace de quelques lignes dans La Comtesse de Mortane, Catherine Bedacier Durand nous montre Mme de Marigues écrivant une lettre à l’homme qu’elle aime, lettre qu’elle n’a aucune intention d’envoyer, parce qu’il « est des moments où il faut exhaler ce qu’on sent ». La lettre tombe de sa poche, est récupérée par une rivale qui la montre à Monsieur de Marigues. Celui-ci la traite comme la plus criminelle des épouses, elle a une conscience qui ne lui reproche rien mais elle décide de s’« arracher le pauvre Chevalier du cœur ». Cela lui coûtait, dit-elle, « mais il faut tout sacrifier à sa réputation » (pp. 194-199). Cet épisode serait à ranger parmi les topoi de la lettre lue par quelqu’un à qui elle n’était pas destinée, de la réputation, des indices de l’émotion. La réputation toute seule aurait eu moins d’intérêt romanesque ; la ‘complexification’ de la psychologie bien connue auprès de Mme de Clèves qui mélange le désir du repos, la syndérèse, la méfiance de Nemours, trouve sa contrepartie dans la Comtesse de Mortane qui elle aussi est entichée de réputation, a une mère à caractère fort et ambitieux, et se fait des scrupules un peu exagérés. Elle a encore une contrepartie dans la Duchesse d’Estramène, qui combine plus ou moins les mêmes topoi sauf que la mère, en l’occurrence, est une mère tutélaire.

  • 20 De la Connoissance des bons livres ou examen de plusieurs auteurs, Genève, Slatkine, 1981.

21Il paraît aussi logique de consulter les avis des contemporains, mais on ne peut pas toujours trouver la preuve de ce qu’ils avancent. Du Plaisir, dont Les Sentiments... de 1683 sont moitié descriptifs, moitié prescriptifs, n’approuve pas que l’héroïne soit trop forte physiquement, mais les auteurs des deux décennies qui suivront font ce que bon leur semble. Sorel juge que les romans vers 1671 s’étaient mis à commencer par le mariage au lieu d’y aboutir20. La Promenade de Versailles, Mathilde (d’Aguilar) et L’Illustre Parisienne parmi les intrigues simples, et quelques-unes des nouvelles idéalistes dans le recueil ‘intermédiaire’ de Subligny, présentent une intrigue dont le mariage constitue encore le dénouement souhaité et attendu. Le mariage signale la fin du bonheur et de l’espoir aussi bien que de clore le texte dans Le Comte d’Amboise et dans Eléonor d’Yvrée. Si le mariage n’est pas le début de l’histoire de La Princesse de Clèves et de celle d’Ildegerte Reyne de Norvège, il est vrai que le nœud de l’intrigue des deux textes dépend du mariage qui se fait vers le début du livre. L’intrigue d’Inès de Cordoue et celle de La Duchesse d’Estramène se développent longuement après le mariage de l’héroïne, mais ce qui précède a tout autant d’importance et s’avère être tout aussi riche d’événements. Il n’y a que le recours au thésaurus TOPOSATOR, et la mise en commun des connaissances que cela implique, qui aidera, à la longue, à confirmer le jugement de Sorel.

22Quant à l’hypothèse posée implicitement dans la présente étude, à savoir si l’héroïsme est une caractéristique plus répandue chez la jeune fille ou chez l’épouse, tous les protagonistes principaux féminins, mariées ou non, illustrent (et s’illustrent par) une ou plusieurs formes de l’héroïsme pris en compte ici. Il est manifeste que le véritable héroïsme est une caractéristique nécessaire selon l’horizon d’attente de l’honnête lecteur de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Le lecteur est amené à admirer l’héroïne et sa conduite, prouvant que la promesse des auteurs d’enseigner en divertissant n’était pas une formule vide. L’évolution du genre romanesque pendant cette période restera, en fait, incomplète jusqu’à ce que les personnages principaux cessent d’être trop exemplaires dans l’un ou l’autre sens (c’est-à-dire ni n’attirent par leur vertu, ni n’effraient par leur manque de vertu et les conséquences qui en découlent), pour ressembler effectivement aux simples particuliers comme le suggèrent Segrais et Scarron entre autres. Sorel, Mme de Villedieu, Subligny par moments, ont su en inventer... et au siècle suivant, Challe, Marivaux, Prévost sauront en tirer profit.

Notes

1 Selon le Robert il consiste en « le courage, la force d’âme [...] la fermeté exceptionnelle devant le danger, la douleur (physique ou morale) ».

2 Jacques Yver, Le Printemps, Genève, Slatkine, 1970 (p. 547).

3 Édition établie par J.-C. Arnould et R. A. Carr, Genève, Droz, 1989.

4 Bénigne Poissenot, L’Esté, Genève. Droz, 1987, Dédicace, pp. 44-45.

5 Segrais, Les Nouvelles Françaises ou les Divertissements de la Princesse Aurélie, Paris, Société des Textes Français Modernes, édition établie par R. Guichemerre, deux tomes, 1990 et 1992 (« Adelayde », T. I).

6 Le juge de sa propre cause », Roman comique, II ; Ch. XIV, édition d’E. Magne, Paris, Garnier, 1973 (p. 226). Pour accepter l’inclusion de cet exemple, il faudrait accorder que les nouvelles intercalées, même celle-ci qui est un peu satirique, sont aristocratiques et idéalistes comparées avec le reste du roman.

7 Eustache Lenoble, Ildegerte Reyne de Norvège ou l’amour magnanime, Genève, Slatkine, 1980. Elle « avoit sensiblement inspiré à toutes les Dames de sa Cour une puissante inclination non-seulement pour cet éxercice (la chasse), mais pour la Guerre dont ce plaisir est l’image » (p. 5).

8 La première fut plutôt admirée pour être sortie de son rôle de Princesse choyée, car elle subit quelque déconfort de logement, grimpe à une échelle, et tire du canon sous les yeux protecteurs des soldats. La deuxième se travestit, fait des kilomètres très durs à cheval...

9 Du Plaisir, Sentiments sur les lettres et sur l’histoire avec des scrupules sur le style, édition de P. Hourcade, Genève, Droz, 1975.

10 Mme de la Roche-Guilhem, Le Grand Scanderberg, Genève, Slatkine, 1980 (p. 154).

11 Pierre de Caseneuve, La Caritée ou la Cyprienne amoureuse, Université de Toulouse-Le Mirail, 1980. Caritée court le danger des taureaux effrayés et Liriandre la sauve.

12 Genève, Slatkine, 1980.

13 Catherine Bédacier née Durand, La Comtesse de Mortane, Paris, Barbin, 1699 (p. 134).

14 Catherine Bernard, Inès de Cordoue, édition établie par F. Piva, Tome I, Schéna-Nizet, 1993.

15 La Princesse de Clèves « passait une partie de l’année dans cette maison religieuse et l’autre chez elle ; mais dans une retraite et dans des occupations plus saintes que celles des couvents les plus austères ; et sa vie, qui fut assez courte, laissa des exemples de vertu inimitables » (édition Magne, p. 210). Mme d’Amboise « retourna à la campagne où elle passa le reste de ses jours, remplie de ses diverses afflictions et sans oser les démêler, de peur de reconnaître la plus forte » (édition Piva, cit. p. 321). Inès de Cordoue dit à sa suivante « Partons [...] je n’ai plus rien à faire dans le monde, profitons au moins de nos malheurs. Elle retourna dans le même couvent qu’elle avait déjà une fois choisi pour asile contre le mariage où son père voulait la contraindre [...] » (Ibid. p. 402). Eléonor d’Yvrée « fût toujours malheureuse par la passion qu’elle avait dans le cœur » (Ibid. p. 217).

16 Madeleine de Scudéry, La Promenade de Versailles, Genève, Slatkine, 1979 (p. 390).

17 « La syndérèse : quatre avatars d’un topos », FrenchStudies in Southern Africa, 1992, n° 21, pp. 20-32.

18 Mercure Galant, 1682, p. 215.

19 Edme Boursault, Le Prince de Condé, Genève, Slatkine, 1979, p. 192 (Je souligne).

20 De la Connoissance des bons livres ou examen de plusieurs auteurs, Genève, Slatkine, 1981.

Auteur

Rand Afrikaans University, Johannesburg

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search