Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Topoi et narration

Les dialogues de Crébillon fils, genèse et bonne fortune d’un topos romanesque1

Thierry Viart

Texte intégral

  • 1 Cette communication résume l’essentiel d’une étude parue à la Voltaire Fondation : La convention d (...)

1Je présenterai ici quelques traits d’une configuration thématique originale que j’ai cru pouvoir identifier dans les deux dialogues de Crébillon fils, La Nuit et le moment et Le Hasard du coin du feu, configuration dont la récurrence, c’est-à-dire ici la topique, m’a semblé manifeste dans une certaine veine de la littérature romanesque postérieure à 1740.

  • 2 Crébillon fils, La Nuit et le moment suivi de Le Hasard du coin du feu, édition établie par J. Dag (...)

2J’aurai donc à rendre compte à la fois du mécanisme d’émergence de cette figure littéraire, par l’analyse ponctuelle de telle ou telle séquence du dialogue, de la situation de cette figure dans le triptyque que constitue selon moi la suite chronologique : Les Égarements du cœur et de l’esprit, La Nuit et le moment, Le Hasard du coin du feu, et enfin de son influence, parfaitement remarquable dans quelques ouvrages jusqu’à la publication des Liaisons dangereuses, en 1782. Je commencerai par rappeler rapidement l’intrigue de La Nuit et le moment ou les matines de Cythère2.

3Cidalise, l’héroïne, s’est retirée dans sa maison de campagne où elle a convié pour quelques jours ses amis les plus proches, soit une demi-douzaine de personnes, parmi lesquelles Clitandre, qui vient chaque soir dans sa chambre échanger amicalement quelques propos avant de rejoindre ses appartements, situés, ce n’est bien sûr pas un hasard, à proximité de ceux de Cidalise. Mais le soir du jour où débute le dialogue, Cidalise, par malice, a invité en supplément pour le souper quatre des anciennes maîtresses de Clitandre, et elle se réjouit d’avance de l’embarras dans lequel elle pense avoir jeté son ami. Malheureusement pour elle, les choses ne se passent pas exactement comme prévu. Clitandre est parfaitement à l’aise au milieu de ses anciennes conquêtes, et ce sont elles qui en viennent au contraire à se disputer de nouveau ses faveurs, alors que Cidalise doit subir tout au long du repas les déclarations très ennuyeuses de son ancien amant Éraste, puisqu’elle a décidé depuis peu de s’en débarrasser. La soirée s’achève, chacun regagne sa chambre et Clitandre vient comme d’habitude bavarder quelques instants avec Cidalise qui l’accueille assez froidement. Débute alors un dialogue qui va se prolonger jusqu’au petit matin et que l’on peut diviser en trois grandes parties.

4Jusqu’au milieu de la nuit, leurs échanges vont se dégrader assez rapidement. Clitandre s’explique d’abord sur ses dernières conquêtes galantes, puis tente de convaincre Cidalise de la vérité du sentiment qu’il éprouve pour elle. Cidalise n’en croit pas un mot, d’autant plus que Clitandre s’est glissé d’autorité dans son lit, et que pour la circonstance il s’est mis entièrement nu :

CLITANDRE. Ah ! que craignez-vous de moi ? Ce n’est pas avec les sentiments que vous m’inspirez, que l’on ose le plus.
CIDALISE. d’un air moqueur. – Vos sentiments !...
CLITANDRE. C’est-à-dire que vous ne croyez pas que je vous aime ?
CIDALISE. avec humeur. – Non, assurément, je ne le crois pas : mais demain je pourrai peut-être vous dire mieux que ce soir, ce que je pense de votre cœur. Vous me ferez, je vous le répète, le plus grand plaisir du monde de sortir de mon lit ; et je voudrais bien n’être plus forcée de vous le redire, (p. 72)

5Toute la partie centrale du dialogue va porter principalement sur la justification du sentiment de Clitandre. Et à mesure que nous avançons dans ces échanges, le lecteur est bien forcé de s’interroger, comme Cidalise, sur la contradiction évidente qui transparaît dans l’histoire de ses relations amoureuses. En effet, chacun sait dans le monde que Clitandre a sincèrement aimé Aspasie jusqu’au jour de sa mort, puis Célimène (bien qu’ils soient à présent séparés) et que dans le même temps il ne pouvait résister à la moindre sollicitation galante. Une longue série d’indices très concrets tend alors à prouver que les deux personnages ressentent depuis longtemps un sentiment réciproque, et Clitandre révèle à Cidalise que son inconstance naturelle ne parvient pas à combler la frustration sentimentale de ses engagements avec Aspasie ou Célimène. Bien que redondantes, ces confidences ne retiennent jamais l’attention des commentateurs, qui ne veulent voir de Clitandre que son aspect de séducteur impertinent, sans principe ni doctrine. Or, il y a bien pour ce personnage une « doctrine », un code de régulation idéal du rapport amoureux, mais pour l’avoir déjà expérimenté avec Aspasie et Célimène, il ne l’aura véritablement saisi comme tel qu’au moment des aventures galantes qu’il a vécues, aimant Aspasie, avec Julie et surtout avec Luscinde, aventures dont il va maintenant faire le récit à Cidalise, entre-temps convaincue que Clitandre ne la confondait pas avec une femme facile, qu’il éprouvait pour elle un sentiment sincère, et que par conséquent elle pouvait se donner à lui sans réserve, ce qu’elle fait.

6Nous entrons alors dans la troisième et dernière partie du dialogue, principalement énoncée sur le mode du récit, ce qui importe beaucoup, nous le verrons, dans l’analyse des variations structurelles des échanges. Car l’objectif majeur de Clitandre, la finalité de sa relation avec Cidalise, ce n’est pas seulement de faire l’amour avec elle, ce qui suffirait à épuiser le thème du libertin toujours triomphant, mais c’est plutôt de faire entendre les expériences fondatrices de sa philosophie, avec Julie, d’abord, puis avec Luscinde, et cela dans le temps même où il ne cesse de prouver sa tendresse à Cidalise qui s’en trouve « délicieusement étonnée ». Voici la trame des expériences de Clitandre.

7Par une chaude après-midi d’été, Julie s’est étendue, à peu près nue, sur un sopha, un livre de physique entre les mains, lorsque Clitandre pénètre importunément dans sa chambre. Malgré « l’amour extrême » qu’il éprouvait alors pour Aspasie, Clitandre est depuis longtemps sous le charme des beautés de Julie, et comme ils sont seuls et qu’il fait très chaud, Clitandre perd d’autant moins de temps que Julie ne s’oppose pas à ses avances et qu’elle lui lance même un défi sur la « physique » des corps en prétendant que les amants sont toujours « anéantis » les jours de grande chaleur. Clitandre montre à sa maîtresse à quel point il n’en est rien, mais il en vient à éprouver beaucoup plus que de la complicité sensuelle pour Julie. Elle est non seulement jolie, mais encore intelligente, assez savante même, souriante, gracieuse, etc... et Clitandre aimerait bien l’engager plus souvent. Mais la réponse de Julie est sans équivoque. Elle aime Cléon et pour cela refuse « le commerce savant » proposé par Clitandre. L’aventure s’arrête donc là et les amants se sépareront « les meilleurs amis du monde ». La frustration de Clitandre dure d’ailleurs assez peu puisque le soir même il entreprend de conquérir Luscinde, mais pour une tout autre raison que celle de jouir de ses charmes.

  • 3 Il faut entendre ici bien sûr la « mécanique » du désir.

8Oronte, l’amant de Luscinde, a en effet tenté de séduire Aspasie et Clitandre entend bien faire payer à son rival le prix de sa trahison. Il profite d’une querelle entre Luscinde et Oronte pour reconduire Luscinde chez elle mais, chemin faisant, il se venge magistralement, disserte ensuite sur les malheurs de l’infidélité, se moque à mots couverts de l’hypocrisie de Luscinde, profite de nouveau de ses charmes et décide, pour finir, de tenter une expérience : « il me prit envie de voir s’il est vrai que la machine3 l’emporte sur le sentiment, autant que bien des gens le prétendent ». Pour ce faire, il renouvelle ses transports avec Luscinde, qui est bien loin de s’y opposer, et au plus fort de leurs plaisirs il lui demande d’abandonner son sentiment pour Oronte et de le lui accorder. La réponse de Luscinde, qui se réhabilite soudainement aux yeux de Clitandre de toutes ses faussetés, est du même ordre que celle de Julie : « Non, Clitandre, me répondit-elle courageusement, vous ne vous abusez pas, je l’adore » (p. 124). Clitandre est comme stupéfié par cette réplique de Luscinde qui lui découvre tout à coup la totale pertinence de sa propre philosophie. Au contraire de la tradition classique, qui différenciait en les opposant les sens et les sentiments, la philosophie du libertin de Crébillon énonce que précisément parce que les plaisirs et l’amour ne relèvent pas du même ordre, « ils peuvent tenir ensemble sans gêner les amants ». La « machine » du désir, donc, ne l’emporte pas sur les sentiments, « les plaisirs les plus vifs » ne peuvent rien ôter aux délicatesses du cœur et c’est ainsi que grâce à Luscinde, qui se donne à lui sans l’aimer pour autant, il vérifie le bien-fondé de ses passades avec la longue liste de ses maîtresses, alors même « qu’avec la plus violente passion » il aimait Aspasie. Clitandre plaide très haut pour une morale de l’amour dont il a toujours fait usage, mais sans en avoir percé jusque là la secrète cohérence : « Ah ! c’est une chose bien vraie que celle-là ! Mais, pour en être convaincu, j’avais réellement besoin d’une expérience comme celle que j’ai faite » (p. 125). La convention défendue par Clitandre revendique ainsi simultanément une fidélité absolue du sentiment et une totale liberté dans les plaisirs. C’est dans les derniers échanges entre les amants du dialogue que cette convention sera comme paraphée par Clitandre et Cidalise. Le jour vient de se lever et, pour des raisons de bienséance, Cidalise invite son amant à regagner sa chambre. Clitandre se retire avec discrétion et c’est ainsi que s’achèvent ces « matines de Cythère », ou célébration nocturne d’un nouvel ordre amoureux idéal : « Adieu, puissiez-vous, s’il se peut, m’aimer autant que vous êtes aimée vous-même ! Elle ne lui répond qu’en lui prouvant qu’elle l’aime. Ils se séparent ».

9Un des intérêts majeurs de la pièce relève des variations structurelles dans les rapports d’échange entre les deux personnages. Mais pour saisir toute la portée du mécanisme de structuration de cette convention de l’amour-goût, il faut la replacer dans sa continuité chronologique, c’est-à-dire à l’instant où Crébillon achève la rédaction des Égarements du cœur et de l’esprit. La Nuit et le moment lui succède immédiatement, on le sait, mais surtout ce dialogue intervient comme le complément logique du roman. Ce lien de complémentarité est perceptible jusque dans la structure interne des deux ouvrages. Le principe directeur de la composition des Égarements renvoie à une structure symétrique du rapport des doubles qui est celle qui caractérise toutes les aventures amoureuses du jeune Meilcour. Ce roman de la démystification de l’orgueil romanesque s’achève dans l’indétermination totale des désirs du héros, mais avec le sourire narquois du mémorialiste qui sait à présent la « commode métaphysique » nécessaire à la maîtrise des relations amoureuses. Rien n’est dit pourtant dans le roman de cette « commode métaphysique », selon moi parce qu’elle romprait l’équilibre de sa composition et l’unité de sa vision esthétique. Écrire le roman des égarements du désir impliquait pour Crébillon de ne pas franchir le cercle de ces égarements, et donc de ne pas accéder à la phase de l’initiation proprement dite, qui relève d’une structure hiérarchisée, asymétrique, dans les usages et les codes de l’amour mondain. Mais on comprend aussi pourquoi cette « commode métaphysique », c’est-à-dire cette clé qui devrait permettre à Meilcour d’accéder à la maîtrise du libertin Versac, ne peut être disposée comme telle dès l’ouverture du dialogue. Il faut que, d’une manière ou d’une autre, cette philosophie libertine de l’amour-goût succède à une structure de l’indifférencié dans les rapports de désir pour montrer qu’elle seule peut en permettre le dépassement. Et c’est là précisément l’objet premier de la discussion entre Clitandre et Cidalise. Dans la première partie du dialogue, on est surtout frappé par l’identité structurelle entre le désir de Clitandre et celui de Cidalise, identité perceptible à la fois dans la parité des termes de leurs propos :

CIDALISE. Quoi ! réellement, Clitandre, vous n’avez de rendez-vous avec personne ?
CLITANDRE. Quoi ! dans le vrai, je ne vous empêche pas de voir Éraste ?

10mais identité sensible tout autant dans la jalousie dont ils font preuve tous les deux après le souper si fertile en galanteries. Plus précisément encore, c’est cette situation d’égalité et d’opposition qui définit un type d’échange symétrique entre les partenaires, symétrie que l’on peut nommer, comme je l’ai fait, structure de l’indifférencié, ou, plus simplement, opposition réciproque aux prérogatives du partenaire, animosité mutuelle, etc..., et dont la forme dialoguée est comme l’expression la plus appropriée. On l’a vu, leur opposition se dissipe progressivement pour finir dans une étreinte passionnée. Cette consécration dans les plaisirs réorganise la nature des échanges entre les amants. Les récits de Clitandre succèdent aux dialogues de la première partie et cet enchaînement traduit le passage de la confusion symétrique du rapport des doubles à l’ordre différencié de la philosophie de Clitandre. C’est là ce qui permet de comprendre le mécanisme qui structure la genèse de cette convention modélisée par la fiction du dialogue. L’opposition symétrique des rapports de désir et leur résolution contractuelle ne peuvent être pensées que dans une dépendance réciproque dont le point crucial est l’instant ponctuel de l’effacement des oppositions dans le partage des plaisirs. Dans La Nuit et le moment, ce sont bien les deux récits racontés par Clitandre à Cidalise : ses aventures avec Julie et Luscinde, qui définissent et hiérarchisent les termes majeurs de son esthétique et surtout de sa morale, puisque l’histoire de Luscinde permet à Clitandre de dégager le principe fondamental de sa doctrine et de sceller sur ses bases une alliance amoureuse avec sa partenaire. La convention nouée par les amants dans le cours de la nuit a donc bien aussi la forme d’une réponse aux maladresses permanentes de Meilcour dans Les Égarements du cœur et de l’esprit, à ses étourdissements ou autres « tremblements universels ». La Nuit et le moment se moule dans la continuité de ses égarements et organise les conditions de leur mise en ordre dans une nouvelle philosophie des plaisirs que j’ai pensé nommer « convention de l’amour-goût » ou « convention du tiers-inclus ».

11Je brosserai maintenant à grands traits la topique de cette convention. Dès après La Nuit et le moment, Crébillon rédige Le Hasard du coin du feu. Voici l’intrigue de ce second dialogue. La marquise et Célie sont réunies chez Célie et elles se confient leur philosophie de l’amour. La marquise lui décrit les termes de son alliance avec le duc de Clerval, dont elle se sait aimée et qu’elle laisse libre de se divertir avec toutes les coquettes qu’il croise dans le monde. Le duc arrive à cet instant de Versailles, se joint à leur conversation, mais presque aussitôt un valet vient avertir la marquise que sa mère est tombée malade et qu’elle réclame sa présence. Le duc et Célie se retrouvent donc seuls et dès lors Célie va tout mettre en œuvre pour séduire le duc, en lui faisant clairement comprendre qu’elle se donnera à lui en échange d’une déclaration d’amour. Le duc ne cède pas, finit par posséder Célie et lui déclare sans précaution qu’il n’éprouve rien d’autre pour elle que du désir, car celle qu’il aime, c’est la marquise, et cette fidélité sentimentale ne saurait être mise en doute par qui que ce soit. Célie s’incline, et la fin du dialogue consacre l’harmonie de ce ménage triangulaire, puisque le duc retourne voir la seule femme qu’il aime, la marquise, qui l’attend sans lui tenir rigueur de ses frivolités.

12L’analogie entre la convention qui lie le duc et la marquise et celle qui unit Clitandre et Cidalise s’impose comme une évidence. Comme Julie, comme Luscinde, comme Clitandre, le duc refuse de trahir le sentiment qu’il voue à la femme aimée, mais ne refuse aucune des occasions galantes qui se présentent à lui. Toutes les modalités de la liaison entre Clitandre et Cidalise dans La Nuit sont ainsi vérifiées par la liaison entre la marquise et Clerval dans Le Hasard. On voit mieux alors la cohérence d’ensemble de l’esthétique de Crébillon pendant cette période. Les trois phases nécessaires à l’élaboration des amours idéales se succèdent dans l’ordre d’un triptyque remarquable par sa cohérence interne. Après avoir dépeint les égarements du jeune Meilcour, toujours frustré par la désillusion de ses désirs, Crébillon s’engage dans la genèse d’une convention modèle qui est comme la solution à toutes ces désillusions ; convention qu’il met ensuite à l’épreuve et vérifie dans son dernier dialogue. Cette longue entreprise de démystification, de structuration et d’expérimentation qui caractérise Les Égarements, La Nuit et le moment et Le Hasard du coin du feu, aboutit ainsi à l’arrangement harmonieux du ménage à trois que proposent les libertins des dialogues. Il faut toutefois se garder de donner des leçons de lucidité aux personnages de Crébillon. Personne avant lui n’a tenté l’expérience esthétique de ce thème littéraire et les critiques modernes ont beau jeu de le trouver fallacieux. Disons provisoirement, avec R. Mauzi, que dans cette première partie du siècle, Crébillon rejoint le camp de ceux qui refusent de choisir entre nature et vertu, pour tenter, contre l’évidence même, de concilier les contraires.

  • 4 C’est H. Coulet qui a le premier souligné l’importance de ce témoignage de Grimm en 1755 : « M. de (...)

13Pour conclure, j’envisagerai rapidement le traitement de ce topos dans les années qui suivront la rédaction des dialogues. Il faut noter d’abord le témoignage de Grimm qui prend acte du succès considérable de La Nuit et le moment quand Crébillon en donne des lectures sur manuscrit dans les cercles mondains en 1737, et aussi le témoignage de Crébillon lui-même sur ce dialogue quand il assure que Les matines de Cythère sont ce qu’il a fait « de mieux dans sa vie »4.

  • 5 Challe, Robert, Les Illustres Françaises, éd. F. Deloffre et J. Cormier, Genève, Droz, 1991, pp. 5 (...)

14Nous pourrions dire plutôt de plus nouveau dans l’histoire littéraire, puisque cette convention n’apparaît pas dans le roman français avant les premières œuvres de Crébillon. Dans Les Illustres Françaises5, la liaison de Dupuis avec la veuve anonyme présente quelques analogies avec le thème de l’amour-goût, puisque les deux personnages s’aiment et que la veuve refuse de se remarier avec son amant pour ne pas retomber dans les chaînes du devoir et de la jalousie :

Non, dit-elle en m’embrassant. Je vous connais, vous me connaissez, nous ne sommes point scrupuleux ; restons sur le pied de bons amis et d’amants comme nous sommes ; nous nous en aimerons mieux et plus longtemps. Je serai toujours votre maîtresse fidèle et sincère, et je compte que vous serez toujours le même pour moi (p. 532).

15Mais ce n’est là qu’une ébauche, car, la distinction est capitale, il n’est aucune infidélité commise par les amants pendant les cinq années de leur liaison. La qualité de leur sentiment mutuel est telle qu’il n’est pas question pour eux de passades ou de liaisons parallèles, et ils se quitteront d’ailleurs dans une estime parfaitement réciproque.

  • 6 Duclos, Charles Pinot, Les Confessions du comte de ***, éd. L. Versini, Paris, Didier, 1969.

16L’influence de La Nuit et le moment apparaît distinctement dès 1741 dans les fameuses Confessions du comte de*** de Duclos6, qui raconte la conversion définitive d’un libertin à l’amour tendre de sa maîtresse, après le récit des aventures galantes mouvementées de sa première jeunesse. Si le comte se lasse bientôt de sa propre inconstance, c’est parce que sa maîtresse a choisi, comme la marquise de Crébillon, de le laisser libre de ses plaisirs. On peut citer le passage où est énoncé ce topos du tiers-inclus. Mme de Selve parle ici à son amant :

Votre cœur est bon et fidèle ; mais votre esprit est léger, et la dissipation fait le fond de votre caractère. Suivez vos goûts, ayez des maîtresses ; je serai trop flattée de rester votre amie. Il est si rare que l’amitié survive ou succède à l’amour ! Que d’autres partagent vos plaisirs ; je jouirai de toute votre confiance. Je n’aurai point de rivale dans mes sentiments, et j’ai trop de délicatesse et de fierté pour vous partager avec qui que ce soit (p. 162).

  • 7 La Morlière, Angola, histoire indienne, éd. R. Trousson, dans : Romans Libertins du XVIIIesiècle, (...)

17On doit rappeler ici que Duclos connaissait Crébillon depuis 1733, puisqu’ils étaient membres tous les deux de la « Société des dîners du caveau » et que très certainement il a compté parmi les auditeurs des lectures de La Nuit et le moment données par Crébillon dans plusieurs cercles en 1737. Autre influence manifeste que celle qui apparaît dans Angola, histoire indienne de La Morlière7, en 1746. Le héros doit subir une longue initiation à la cour de la fée Lumineuse avant de pouvoir goûter aux plaisirs de l’amour. Ce sont les propos d’Almaïr, initiateur modèle et confident d’Angola, qui doivent retenir notre attention. Voici un extrait de ses réflexions sur sa façon de concevoir une relation amoureuse.

– Aménis, dit Almaïr d’un air dégagé, est une femme qui mérite des égards, et pour qui je ne saurais me refuser d’en avoir ; d’ailleurs c’est une passion tranquille qui ne me ferme point les yeux sur le mérite des autres femmes.
– C’est précisément ces sortes de passion que je veux dorénavant adopter, dit le Prince ; je les trouve moins respectables, mais bien plus commodes, sans doute, que les attachements véritables.
– Je suis fort de votre avis, dit Almaïr, et je me réjouis sincèrement de voir que votre façon de penser se forme avec tant de promptitude (p. 424).

  • 8 Boyer d’Argens, Thérèse philosophe, éd. R. Trousson, dans : Romans Libertins du XVIIIesiècle, Pari (...)
  • 9 Godard d’Aucour, Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse, éd. R. Trousson, dans : Roman (...)

18Ce sont là deux occurrences où cette convention est particulièrement évidente, mais elle apparaîtra également très clairement dans Thérèse philo sophe8 attribué au marquis d’Argens, en 1748 et, de façon plus diffuse dans d’autres romans comme Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse9 de Godard d’Aucour, en 1745.

  • 10 Dans La correspondance de Sade, éditée récemment par M. Lever, on trouve une information qui pourr (...)

19Mais lorsque Crébillon reprend la plume, vers 1753-1754, il ne croit plus lui-même beaucoup à ces amours contractuels et, à ce moment-là seulement, on perçoit une nette évolution de son esthétique romanesque vers le scepticisme. On dit souvent que dès la fin des années 1750, Crébillon n’est plus à la mode dans les salons parisiens. Nous dirions plutôt que c’est ce topos de l’amour-goût qui n’est plus au goût du jour10. D’autre part, on perçoit nettement durant cette période que Crébillon semble perdre le principe directeur de son esthétique et il a été dit justement combien la dispersion, le manque d’ordonnance et d’achèvement caractérisent la structure d’ensemble de ces quatre derniers ouvrages. Si Crébillon évolue ainsi vers le scepticisme, c’est sans doute parce qu’il a perçu les limites de cette convention dans les productions de ses contemporains. Son traitement par d’autres romanciers lui confère dès le milieu des années 1740 le statut d’une simple rêverie romanesque, chez Duclos, ou ailleurs d’une commodité domestique tout au plus originale et divertissante.

20On trouve beaucoup d’exemples de la dégradation de cette convention dans les ouvrages rédigés par Crébillon lui-même après 1750, mais dans le dernier d’entre eux, Les Lettres Athéniennes en 1771, ce topos de l’amour-goût n’est plus qu’une sorte d’arrangement très vague ou plus aucun sentiment n’est revendiqué par les amants. Le rêve de l’amour vrai libéré des brûlures de la jalousie par l’effet d’une tendre tolérance n’est alors plus dans l’air du temps. Crébillon meurt en 1777 et il ne verra donc pas l’écroulement spectaculaire des dernières illusions des Matines de Cythère. En 1782, Laclos, grand lecteur de Crébillon, et des autres, publie Les Liaisons dangereuses. Dès la lettre II sont posés tous les termes de cet amour-goût. La marquise de Merteuil sollicite le vicomte de Valmont, son ancien amant, pour se venger de l’infidèle Gercourt. Au nom de leur amour passé, de leur complicité éprouvée, c’est-à-dire précisément au nom de cette convention dont ils furent les serviteurs, elle lui propose de séduire la jeune Cécile Volange que Gercourt doit épouser bientôt. Mais toutes les autres lettres du roman n’ont d’autre objet que celui de dénoncer le mensonge de cette union libre, de ces liaisons dangereuses, qui entraîneront les protagonistes dans la violence d’une opposition culminant au dénouement du récit dans la déchéance définitive de la marquise, et la mort de Valmont.

Notes

1 Cette communication résume l’essentiel d’une étude parue à la Voltaire Fondation : La convention de l’amour-goût chez Claude Crébillon. Genèse et perspectives, SVEC 377 (1999).

2 Crébillon fils, La Nuit et le moment suivi de Le Hasard du coin du feu, édition établie par J. Dagen, Paris, GF-Flammarion, 1993.

3 Il faut entendre ici bien sûr la « mécanique » du désir.

4 C’est H. Coulet qui a le premier souligné l’importance de ce témoignage de Grimm en 1755 : « M. de Crébillon prétend que Les Matinées de Cythère [sic] sont ce qu’il a fait de mieux dans sa vie », La Nuit et le Moment suivi de Le Hasard du coin du feu, Paris, Desjonquères, 1983, p. XIII.

5 Challe, Robert, Les Illustres Françaises, éd. F. Deloffre et J. Cormier, Genève, Droz, 1991, pp. 509-535.

6 Duclos, Charles Pinot, Les Confessions du comte de ***, éd. L. Versini, Paris, Didier, 1969.

7 La Morlière, Angola, histoire indienne, éd. R. Trousson, dans : Romans Libertins du XVIIIe siècle, Paris, R. Laffont, 1993, p. 355.

8 Boyer d’Argens, Thérèse philosophe, éd. R. Trousson, dans : Romans Libertins du XVIIIe siècle, Paris, R. Laffont, 1993, p. 557.

9 Godard d’Aucour, Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse, éd. R. Trousson, dans : Romans Libertins du XVIIIe siècle, Paris, R. Laffont, 1993, p. 265.

10 Dans La correspondance de Sade, éditée récemment par M. Lever, on trouve une information qui pourrait étayer cette hypothèse. Composé en 1737, La Nuit et le moment ne sera donc publié qu’en 1755 et à cette date Sade commente ainsi la parution du dialogue : « Le public est désormais las de ce genre d’ouvrages : les imitateurs de Crébillon en ont dégoûté » (témoignage cité par J. Dagen dans : Introduction à la sophistique amoureuse dans « Les Égarements du cœur et de l’esprit » de Crébillon fils, Paris, Champion, 1995, p. 116).

Auteur

Université Montpellier I

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search