Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Topoi et narration

Le topos de l’énigme dans le Violier des histoires romaines

Witold Konstanty Pietrzak

Texte intégral

  • 1 Pour les détails historiques concernant la parution de notre recueil, nous renvoyons à l’Introduct (...)
  • 2 Voir Claude Brémond, Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, L’exemplum, Brepols, 1982, p. 64.
  • 3 Bronislaw Geremek, « Exemplum i przekaz kultury » [L’exemplum et la circulation de la culture], da (...)
  • 4 Historyje rozmaite z rzymskich i z innych dziejów wybrane, z wykladami ich obyczajnemi, ludzi ku r (...)

1Il existe des livres anciens qui, loin de prétendre à une originalité quelconque, s’inscrivent dans le contexte de la culture de masse et risquent de dérouter le lecteur moderne, disons – un lecteur à l’affût de curiosités littéraires. En effet, rien qu’une connaissance rapide que nous en faisons suffit pour remettre en cause nos attentes esthétiques et psychologiques de lecture. C’est le cas du Violier des histoires romaines. Imprimée pour la première fois en 1521, cette vieille traduction des Gesta Romanorum, recueil d’exempla compilé probablement vers 1340, connut à la fin du XVe et dans la première moitié du XVIe siècles un immense succès1 que l’on a pu comparer à celui de La Légende Dorée2. Signalons à ce propos que l’ouvrage en question sous sa forme manuscrite fut bien populaire en Pologne3 et qu’on trouve également une traduction polonaise des Gesta Romanorum, postérieure à la française d’une vingtaine d’années4. Or Le Violier ne fut pas seulement goûté par les contemporains ; il dut aussi, à l’instar de chaque ouvrage qui a trait au folklore, jouer un rôle non négligeable dans la culture littéraire de l’époque. C’est pourquoi l’étude du recueil offre un grand intérêt à qui se penche sur l’histoire des formes narratives brèves. Mais elle promet autant d’émotions à ceux qui recherchent la continuité des thèmes, des procédés et des topoi.

  • 5 Rhétorique, 1356b-1358a, Premiers analytiques, 70a ; voir aussi L’exemplum, op. cit., p. 43-44.
  • 6 Jerzy Ziomek, Retoryka opisowa [La Rhétorique descriptive], Ossolineum, Wroclaw 1990, p. 107-112.

2L’exemplum est un moyen de persuasion que l’Antiquité avait manié avec dextérité. Aristote l’envisage au sein de la triade d’arguments oratoires, à côté de l’indice (semeion) et de l’inférence (enthymème)5. Selon les classiques de la théorie, l’exemplum consiste à rappeler dans un but persuasif un fait mémorable accompli par une personne d’autorité reconnue. La force de cet argument résulte de l’analogie qui existe entre l’objet de la persuasion et celui de l’exemplum. L’analogie à son tour est possible, parce que les objets mis en parallèle sont du même genre, et ce sont le plus souvent des êtres humains6.

  • 7 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Flammarion, 1964, chapitre VI, passim.
  • 8 L’exemplum, op. cit., p. 37-38.
  • 9 Ziomek, op. cit., p. 112.

3La formule antique de l’exemplum trouve dans le Moyen Âge chrétien un terrain d’expansion idéal. L’univers est un grand livre dont il faut savoir lire à la lettre les indices sinon les signes, et qu’il faut, obligatoirement, interpréter selon la symbolique des fins dernières7. Les prédicateurs se chargent de révéler aux fidèles les vérités invisibles, mais combien utiles au bonheur éternel. Ils illustrent leurs sermons trop abstraits d’historiettes propres à éclairer les âmes simples et à leur remonter le moral. Pour éviter de produire sur les auditeurs l’impression d’un jeu verbal futile, ils présentent ces historiettes comme vraies. Ce qui au départ sert d’illustration subit au cours des ans d’importantes modifications structurales et devient, au XIIIe siècle, un genre littéraire autonome : l’exemplum médiéval classique. Les spécialistes de la question le définissent de la manière suivante : c’est « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »8. Ajoutons à cette définition une autre idée qui nous semble inhérente à l’esprit même de l’exemplum des XIVe et XVe siècles, à savoir sa dualité sémantique. L’exemplum doit son existence à la fonction qu’il remplit dans une collectivité hiérarchisée. Son efficacité est à peu près nulle, si le public n’aperçoit que la couche des personnages qui agissent, et des événements qui se déroulent. Dans l’exemplum, la question « qu’est-ce qui s’est passé ? » est indissociable de la question « qu’est-ce que cela signifie ? » C’est pourquoi ce genre développe un discours à deux niveaux dont l’exégèse biblique avait déjà proposé un modèle9 : au sens littéral, « historique » du récit, l’exposition attache un sens spirituel. Celui-ci peut être allégorique lorsqu’il découvre les vérités de la foi ; moral, quand il concerne les principes de comportement ; ou anagogique, du moment où il renvoie à la vie éternelle et aux objets du monde divin. Parfois le sens littéral semble tellement mystérieux qu’on risquerait fort de ne pas le comprendre sans explication figurée. La leçon garantit alors la lisibilité du message et apparaît comme un complément indispensable de la narration. Ainsi la poétique du genre se met-elle en harmonie avec sa finalité.

4Les observations historiques que nous venons de faire conduisent directement au topos narratif qui, sur le plan pragmatique, paraît le plus représentatif de l’exemplum, à savoir le topos de l’énigme. Un personnage se heurte à un mystère qu’il doit élucider : voici une formule aussi succincte que productive. Essayons d’en examiner quelques caractères.

  • 10 C’est d’ailleurs un problème plus vaste qui concerne la poétique de tout genre bref. Voir les chap (...)

5Une énigme narrative de fiction ne convient pas à un discours qui se veut utilitaire et qui prétend au salut du lecteur. Aussi le premier facteur de son efficacité persuasive correspond-il, du moins théoriquement, à l’art de rassurer le destinataire sur l’authenticité des événements racontés10.

6Le « Prologue capital » du Violier nous apporte une première surprise. Le traducteur présente son livre comme « mal digeste, compillé et traduit » ; plus loin, il affirme que le langage en est « creu et agreste sans illumination et beaulté d’orature » (p. XXXIX). En revanche,

[il] contient maintes gestes et propos divers des faictz des Rommains qui moult sont plaisantes et delectables, et encor plus prouffitables à cause des sens moraux spirituelz desquels elles sont fructueusement revestues pour le nouvel parement, edification et interieure beaulté de toutes bonnes meurs et conditions... (p. XL).

  • 11 Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Zweite Auflage, 1954 ; t (...)

7L’insistance sur les faiblesses de la langue rappelle le topos de la modestie par lequel les anciens avaient l’habitude d’entamer leurs discours et que les écrivains du Moyen Âge ont adapté dans les dédicaces de leurs œuvres, en le confondant sans doute au principe d’humilité propagé par le christianisme11. Mais l’auteur compense les imperfections du langage par la beauté des faits, apparemment puisés à l’histoire de la Rome antique, et surtout par leur valeur morale. Du point de vue de la véracité, l’allusion à l’histoire laisse beaucoup à désirer, car les sources ne font pas l’objet d’une mention spéciale. Cette lacune conjuguée au décalage qui se constitue entre la prétendue pauvreté du style et les qualités morales de la narration tendent à détourner notre regard du sens premier au sens second des récits.

  • 12 Par exemple « on lit », « tel écrit », etc.

8L’analyse des histoires sous cet angle confirme les données du « Prologue ». Aucune d’elles ne souligne explicitement sa véracité ; seules quelques-unes signalent les sources en introduisant des formules12 qui renvoient le lecteur à tel ou tel homme digne de confiance. Peut-être qu’avec le Violier nous sommes en présence, pardonnez-moi le mot, d’une version pirate d’un texte dont tout le monde connaissait les règles et auquel, par conséquent, il était inutile d’apporter les garants de véridicité traditionnels.

9Faute d’éléments qui enracinent les histoires dans la vérité, l’énigme semble perdre un peu de sa force persuasive. Mais nous pouvons nous demander si les lecteurs du Violier, vivant dans la crainte de Dieu et avides de salut, étaient réellement sensibles à cette subtilité esthétique et rhétorique de l’exemplum. Cela n’est pas évident.

  • 13 Sic ! Le fait que l’auteur refuse de respecter la tradition du genre qui pense rendre le récit vra (...)
  • 14 C’est-à-dire, selon l’explication figurée, « provoquer l’homme plain d’ire par dures paroles et ex (...)
  • 15 « La voye publique, pour vray, est la voye des pecheurs par la quelle la plus grande portion passe (...)
  • 16 La maison est celle du cœur, l’hirondelle – « peché qui contre sinderese murmure ».

10Avant d’aborder le problème du topos narratif propre, je voudrais encore attirer votre attention sur un cas limite. Le Violier renferme nombre d’histoires peu narrativisées dans lesquelles l’action se réduit à une parole proférée par le protagoniste que le traducteur résume ou rapporte in extenso. Il arrive que cette parole, souvent au service de la loi humaine, prenne la forme d’une sentence ou d’un dicton. Au chapitre XXXIII, « De la grande pondération de vie », Aristote donne des leçons à Alexandre13. Il lui conseille entre autres de ne pas nourrir le feu avec le couteau14, ou de ne pas cheminer par la voie publique15. Puis il ajoute, pour finir : « ne parmets point en ta maison garruler l’arondelle16 » (p. 90). Et le narrateur de conclure que le roi profita beaucoup de ces conseils.

  • 17 C’est une métaphore du Saint Esprit qui vient lutter contre l’armée du diable.

11Ailleurs, au chapitre XXXVII, « De la cautelle d’effacer peché », une colombe descend du ciel dans une cité belligérante ; elle porte au cou la phrase que voici : « La generation canine vient et sera la gent contemptieuse, contre laquelle par toy et par autres deffendz ta loy »17 (p. 96). Et c’est tout.

12Dans ce type d’histoires les paroles citées ne posent pas de difficultés aux personnages de fiction. En revanche, pour en saisir le sens, c’est le lecteur qui a besoin d’explication supplémentaire. Pour cette raison le topos de l’énigme qu’elles illustrent est bien plutôt rhétorique que narratif.

13Le topos narratif de l’énigme lance un défi aux personnages qui sombrent dans la même ignorance que le lecteur. Il ajoute aussi au topos rhétorique respectif dont il conserve le fond, l’aspect dynamique grâce auquel une séquence événementielle acquiert l’intérêt d’un signe idéologique et s’avère susceptible d’interprétation figurée. Au simple acte de parole que nous venons de voir, se substitue un devenir, parler cède la place à agir.

  • 18 Quelquefois, le traducteur utilise des expressions plus prudentes, comme par exemple « nous entend (...)

14Dans la moralisation, le rapport entre le symbolisant et le symbolisé s’instaure souvent à l’aide du verbe être18. Une simple copule ? Aussi, à n’en pas douter. Mais c’est avant tout un verbe qui a la vertu d’ériger un ordre de correspondances nécessaires, et dont la magie, par conséquent, ne laisse pas de s’exercer sur le lecteur : l’exemplum se refuse à la nuance, à l’imprécision, à la réticence. Au demeurant, le Moyen Âge chrétien rapproche sans embarras deux réalités opposées par leur nature ; il ne se soucie guère de déterminer les critères de cette analogie autres que celui, sous-entendu, de la foi.

15Prenons quelques exemples.

16Les histoires de structure narrative la moins compliquée mettent sur scène un personnage qui découvre des inscriptions mystérieuses. Ainsi au chapitre XVI, intitulé « De la vie qui est exemplaire », un empereur décide de faire construire une chapelle. Quand on creuse les fondements, on découvre un cercueil d’or ceint de trois cordes et portant sur son couvercle les phrases suivantes : « J’ay expendu, j’ay donné, j’ay gardé, j’ay eu, j’ay perdu ; je suis pugny. »

17Dès cette introduction on remarque à la fois l’intelligence et la simplicité des moyens mis en œuvre pour créer une structure sémantique polyvalente. Comme dans beaucoup d’autres chapitres, la présence de l’empereur permet de faire remonter l’action jusqu’à l’Antiquité, suffisamment lointaine et inconnue pour pouvoir représenter une source de vérités pratiques. Ensuite l’auteur confie le rôle de protagoniste à ce même empereur qui grâce à sa fonction de chef d’Etat jouit d’une autorité exemplaire. Le premier lecteur des inscriptions, c’est encore notre empereur, le deuxième étant le lecteur du Violier, celui dont on veut édifier l’âme. Or la suite de verbes au passé que nous venons de citer paraît incompréhensible à l’empereur, et non seulement à lui, si bien qu’il demande à ses « satrapes », c’est-à-dire aux sages conseillers du royaume, de chercher leur sens caché. Les satrapes s’adressent donc au héros pour lui expliquer l’énigme :

Devant toy estoit ung autre seigneur en l’empire, qui vouloit aux autres donner exemple, lequel escripvit ce que tu vois par escript : « J’ai expendu ma vie, jugeant droictement, veillant les autres, moymesmes selon rayson me chastiant ; j’ay donné aux chevaliers les choses necessaires, aux povres leur vie, puis à moymesmes, selon les merites ; j’ay gardé en toutes choses justice. [...] Je suis jà pugny en enfer, car à ung Dieu n’ay pas creu ; je suis pugny, helas ! car en enfer n’est aucune redemption. » (pp. 49-50)

18On voit donc que l’empereur reçoit une leçon de sagesse : il ne suffit pas qu’un monarque soit juste ; encore faut-il qu’il fasse preuve de religiosité, car l’absence de foi peut remettre en cause toute une vie faite de bonnes actions. Bien sûr, après cet enseignement, l’empereur devint plus sage et finit ses jours en paix.

19Le récit offre au lecteur lui aussi un modèle de comportement digne d’être imité : agir avec justice et croire en Dieu. Mais l’auteur du Violier ne s’arrête pas à cette signification, morale en soi. L’exposé anagogique établit ses équivalences d’ordre supérieur : l’empereur, c’est chaque bon chrétien ; la chapelle, c’est le cœur qu’il lève à Dieu ; le cercueil d’or, c’est « son âme parée de vertus », à savoir les trois cercles : la foi, la charité et l’espérance. Après cette interprétation allégorique des personnages et des objets, l’auteur s’en prend aux inscriptions par lesquelles le chrétien fait la connaissance de la Bible :

Puis il trouve l’Escripture, qui a dit : « J’ay expendu, et quoy ? au service de Dieu, mon corps et mon âme. » Puis est escript : « J’ay gardé, quoy ? le cueur contrict et humilié pour à Dieu plaire. » [...] « J’ay eu, et quoy ? vie miserable, car en peché conceu et né en peché. J’ay eu, et quoy ? baptesme, pour estre fait de Dieu chevalier, moy qui estoys serf du dyable. » etc. (p. 50).

  • 19 Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe-XVIIIesiècles), Librairi (...)

20Nous retrouvons, ici et dans les autres explications morales, un exposé suivi et détaillé de la doctrine du salut, diffusée dans la prédication médiévale, avec, à l’appui, des citations latines empruntées à la Bible, traduites ou paraphrasées en français : le péché originel, la rédemption de l’homme par le Christ, mépris du monde, la supériorité de la vie éternelle, etc.19 Le topos de l’énigme qui par définition exige un sens second, semble particulièrement bien assorti à la pratique de l'exemplum, qui se caractérise par son ambivalence sémantique.

  • 20 ppp = « pater patrie perditur » ; rrr = « ruet regnum Rome » ; sss = « sapientia secum sustolitur  (...)

21Du point de vue de ses réalisations à l’œuvre, le topos de l’énigme témoigne d’une souplesse remarquable. Les substitutions paradigmatiques permettent en effet de multiplier les histoires sans en altérer le schéma narratif de base. Ainsi au chapitre XLI, « Du deffaut de charité », Valère Maxime, écrivain romain du Ier siècle et auteur d’anecdotes historiques, remplace-t-il l’empereur du récit que nous venons d’analyser ; le cercueil devient ici une colonne sur laquelle on lit, bien sûr, un autre message, cette fois-ci sous forme d’initiales : ppp, rrr, sss et fff20. Et l’auteur d’esquisser un déclin funeste de la civilisation romaine, image allégorique de la chute du premier homme qui a perdu l’amour de Dieu.

  • 21 Par exemple Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, n° 30.

22Le topos de l’énigme s’intègre facilement aux récits dont l’affabulation est plus complexe. Ainsi le chapitre XIII, « De l’amour mal ordonnée », raconte-t-il l’histoire très populaire de la mère incestueuse qui conçoit un enfant de son fils. Après qu’elle a tué le bébé, fruit de sa culpabilité, quatre gouttes de sang tombent sur sa main pour y déposer des marques indélébiles sous forme de cercles entourés d’initiales qui encodent le message latin. Pour celer sa honte, la femme porte des gants, mais les marques disparaîtront aussitôt qu’elle aura confessé son péché. Après coup, elle peut finir sa vie en paix. Il ne faut pas s’étonner que l’auteur de l’exemplum pardonne son péché à l’impératrice de cette histoire que d’autres conteurs sauront exploiter de manière à tirer une leçon psychologique profondément humaine21. Selon l’interprétation allégorique l’héroïne représente en effet la nature humaine du premier homme ; la conception de l’enfant symbolise le plaisir charnel ; le bébé de l’inceste, c’est tout le genre humain marqué du péché originel ; la valeur exemplaire de l’histoire réside, par conséquent, dans l’éloge de la confession et de la prière et dans la possibilité de rachat qu’elles offrent à l’individu.

23Essayons de mettre à l’épreuve notre topos, et imaginons-en d’autres variantes. Supposons que le personnage de notre formule, c’est une jeune fille inexpérimentée (chap. I). Contre la volonté de son père, elle s’enfuit avec un seigneur car, comme dit le traducteur, elle était « infecte d’amour ». Deus ex machina, un chevalier loyal apparaît tout de suite, rattrape les fugitifs et tranche la tête au seigneur. Voici un cas de violence légitime, car, selon la moralisation, le chevalier représente le Christ, alors que le seigneur c’est le diable, le cruel rapteur. À la fille on donne en revanche la possibilité de se repentir. Et quand plus tard tout le monde s’apprête à célébrer son mariage avec un prince digne de son rang, elle reçoit plusieurs cadeaux édifiants : robe, couronne, anneaux, chacun de ces objets étant orné d’inscriptions brodées ou gravées.

24Si nous mettons à la place de la pucelle un « horrible tyrant », et que nous remplaçons les cadeaux par des statues mystérieuses, nous obtenons une autre histoire : le chapitre VIII, « De vaine gloire ». Et l’on pourrait continuer encore.

25Avant de terminer envisageons encore une autre facette du topos de l’énigme qui ne tardera pas à nous surprendre. Contrairement au savoir sur le paradis et l’enfer, la connaissance de l’homme n’est pas le point fort de l’auteur du Violier. L’image de la princesse qui tant « se dolorosa » après l’emprisonnement de son mari qu’elle devint aveugle (chap. XIV), devait être naturel dans une société qui voulait croire encore à la fidélité des femmes. Cette même société lutte toutefois avec vigueur pour imposer à ses membres les règles morales inspirées des commandements. Or le chapitre VIII favorise une justice de fer hostile à la clémence ; l’histoire « De la dispense de l’ame fidelle » (chap. X) propose au mari d’abandonner sa femme et approuve l’adultère ; un autre récit, « Du peché de jactance » (chap. XXXII), encourage le mari à se débarrasser de son épouse. Dans toutes ces narrations la loi humaine entre en conflit avec la loi divine, et le traducteur n’hésite jamais à faire triompher celle-ci au détriment de celle-là. Le souci de l’âme éternelle n’a rien d’extraordinaire chez lui. Mais la liberté avec laquelle il condamne les choses de l’homme, peut contrarier nos habitudes de lecture les plus indulgentes.

26L’exemplum se trouve au carrefour de différentes traditions de l’art narratif, mais il conserve en même temps des liens étroits avec la rhétorique ancienne. L’examen du topos de l’énigme, dans Le Violier des histoires romaines, éclaire bien cet aspect du genre et permet d’en apprécier la dualité sémantique. Dans un sens, l’énigme apparaît comme le principe fondateur de tous les chapitres du recueil : qui envisage les histoires hors de la moralisation encourt inévitablement le risque de fausser le message de l’exemplum et, partant, d’affaiblir son potentiel de persuasion. Car le récit d’événements n’y fait que prétexter la narration allégorique.

27Nous avons vu aussi la facilité avec laquelle le topos de l’énigme, cette fois-ci narratif, s’adapte aux besoins des fictions de structures variables pour servir une fin noblement didactique. Les occurrences de ce topos, repérées dans notre texte, témoignent de son efficacité narrative, donc esthétique, et probablement aussi persuasive. Que parfois, pour nous, les chapitres soient privés de cohérence, peu importe, si la leçon aboutit à corriger les âmes pécheresses dans un monde où tout peut devenir symbole. Sensibles aux charmes délabrés de ces narrations, nous ne pouvons qu’envier aux auteurs d’exempla et à leurs lecteurs cette tranquillité de l’esprit qui échappe à l’emprise du doute et qui sait que le salut justifie les moyens.

Notes

1 Pour les détails historiques concernant la parution de notre recueil, nous renvoyons à l’Introduction par M. G. Brunei au Violier des histoires romaines, Paris, Bibliothèque Elzevirienne, 1858, pp. XXIII-XXIV.

2 Voir Claude Brémond, Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, L’exemplum, Brepols, 1982, p. 64.

3 Bronislaw Geremek, « Exemplum i przekaz kultury » [L’exemplum et la circulation de la culture], dans Kultura elitarna a kultura masowa w Polsce póznego Sredniowiecza [La culture d’élite et la culture de masse dans la Pologne du bas Moyen Âge], Wroclaw-Warszawa-Kraków-Gdansk, 1978, p. 61.

4 Historyje rozmaite z rzymskich i z innych dziejów wybrane, z wykladami ich obyczajnemi, ludzi ku rozmilowaniu madrosci i tez innych cnót przywodzace, [Gestes diverses prises aux histoires romaines et autres, avec leurs moralisations honnêtes, conduisant les hommes à la délectation de la sagesse et d’autres vertus] anonyme, 1543 (editio princeps peut-être 1540). Ce recueil regroupe quarante récits.

5 Rhétorique, 1356b-1358a, Premiers analytiques, 70a ; voir aussi L’exemplum, op. cit., p. 43-44.

6 Jerzy Ziomek, Retoryka opisowa [La Rhétorique descriptive], Ossolineum, Wroclaw 1990, p. 107-112.

7 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Flammarion, 1964, chapitre VI, passim.

8 L’exemplum, op. cit., p. 37-38.

9 Ziomek, op. cit., p. 112.

10 C’est d’ailleurs un problème plus vaste qui concerne la poétique de tout genre bref. Voir les chapitres respectifs dans Roger Dubuis, « Les Cent Nouvelles Nouvelles » et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Âge, Presses Universitaires de Grenoble, 1973 ; et les considérations à ce propos dans Gabriel-Α. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle. Images de la vie du temps, Services de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1978. Indépendamment de ses présupposés idéologiques, l’exemplum respecte donc aussi les règles du genre bref dont il se rapproche.

11 Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Zweite Auflage, 1954 ; traduction polonaise par Andrzej Borowski, Universitas, Kraków, 1997, p. 90.

12 Par exemple « on lit », « tel écrit », etc.

13 Sic ! Le fait que l’auteur refuse de respecter la tradition du genre qui pense rendre le récit vraisemblable en déclarant la vérité de l’histoire, s’accompagne d’une négligence totale des faits historiques. Par ailleurs, le monde présenté dans maints chapitres est celui de la féodalité médiévale et, sauf les noms d’empereurs (parfois inventés), il ne partage rien avec les realia de l’antiquité romaine ; cf. Julian Krzyzanowski, Romans polski wieku XVI [Le roman polonais au XVIe siècle], Panstwowy Instytut Wydawniczy, Warszawa, 1962, [résumé en anglais], p. 107.

14 C’est-à-dire, selon l’explication figurée, « provoquer l’homme plain d’ire par dures paroles et exasperantes ».

15 « La voye publique, pour vray, est la voye des pecheurs par la quelle la plus grande portion passe, car elle est large... »

16 La maison est celle du cœur, l’hirondelle – « peché qui contre sinderese murmure ».

17 C’est une métaphore du Saint Esprit qui vient lutter contre l’armée du diable.

18 Quelquefois, le traducteur utilise des expressions plus prudentes, comme par exemple « nous entendons » (chap. VII), « devons entendre » (chap. X), « peult signifier » (chap. XIII), « peult estre dit » (chap. XVIII), « pouvons entendre » (chap. XXVI), ou d’autres.

19 Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe-XVIIIe siècles), Librairie Arthème Fayard, 1983, chapitre I « De contemptu mundi ».

20 ppp = « pater patrie perditur » ; rrr = « ruet regnum Rome » ; sss = « sapientia secum sustolitur » ; fff = « ferro, flamma, fame » ; Le Violier..., op. cit., p. 101.

21 Par exemple Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, n° 30.

Auteur

Université de Lódz

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search