Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Topoi comiques et parodiques

Des topoi picaresques chez Lesage

Glen Campbell

Texte intégral

A – TEXTES À L’ÉTUDE

1Histoire de Gil Blas de Santillane (GB) (1715-1724-1735).

2Histoire d’Estevanille Gonzalez (EG) (1734).

  • 1 Pour Gil Blas, je me sers de l’édition de Roger Laufer, Paris, Garnier-Flammarion, 1977 ; pour Est (...)

3Le Bachelier de Salamanque, ou Mémoires et Aventures de Don Chérubin de la Ronda (DC) (1736)1.

Β – LEXIQUE DE TRAVAIL ÉTABLI PAR LA SATOR2

  • 2 Voir <http://www.chass.utoronto.ca.8080/french/sator/lex.html>.

4La dénomination abrégée consiste en trois mots-clés (maximum quatre) contenant de préférence un verbe actif à l’infinitif et résumant le topos. Exemple : MAL_RECOMPENSER_GENEROSITE.

5Le topos (pluriel : les topoi) est (1) une configuration récurrente d’informations narratives ; ou (2) une virtualité d’occurrences narratives, constituée à partir de leur récurrence.

6Le toposème est un élément de sens. Les toposèmes se groupent en relation syntaxique pour former un topos.

C – LE GENRE PICARESQUE

  • 3 Jean Molino, « Les Six Premiers Livres de l’Histoire de Gil Blas de Santillane. » Annales de la Fa (...)

7Le genre a ses origines en Espagne au XVIe siècle. C’est à Lazarillo de Tormes, publié en 1554 et d’auteur anonyme, que revient l’honneur d’être le premier roman picaresque, quoique le mot « picaro » ne paraisse pas dans le texte. Le personnage du picaro, un gueux, aventurier vagabond, se développera davantage dans d’autres romans publiés postérieurement en Espagne et ailleurs. En France, c’est Alain-René Lesage qui deviendra le grand héritier du « genre » même si « le picaresque comme genre littéraire ne s’introduit dans la conscience des critiques ou des écrivains qu’à la fin du XIXe siècle au plus tôt »3.

  • 4 Blanca Acinas, « Entre l’autobiographie et le picaresque : Maurice Sachs. » Les Lettres romaines, (...)

8A cause du développement particulier du genre à travers plusieurs siècles et dans plusieurs pays, définir le picaresque est souvent problématique. A ce propos, écoutons Blanca Acinas : « Le picaresque en tant que genre littéraire est considéré en premier lieu comme une construction propre à un moment historique concret où se dessinèrent, à partir de certaines récurrences textuelles, la plupart des traits qui lui sont attribués généralement. » Selon Acinas, le roman picaresque peut se concevoir comme un microgenre, tel qu’il paraît en Espagne au XVIe et au XVIIe siècles, avec ses traits bien caractéristiques, ou comme un mésogenre « d’une portée géographique plus vaste... où les critères et la propre nature du genre s’assouplissent sans qu’on puisse aboutir à une définition concrète »4.

D – BUT DE L’ÉTUDE

9Dans le but de montrer les filiations qui existent entre les trois romans de Lesage cités plus haut, et ainsi d’ajouter à la base de données du fichier central du logiciel TOPOSATOR, j’ai sélectionné dix topoi qui sont, à mon avis, les plus représentatifs du genre picaresque tel qu’il se manifeste dans ce corpus. Ils sont constitués d’un mélange de procédés et de thèmes communs aux romans picaresques en général ainsi que ceux qui sont particuliers aux romans de Lesage. En plus d’indiquer la dénomination abrégée, je citerai un passage-clé de chaque œuvre pour illustrer directement le topos à l’étude. De prime abord, on doit signaler l’aspect paradigmatique d’une séquence toposémique, véritable microstructure de l’ensemble romanesque. Bien que le topos reste syntagmatiquement invariable, le toposème est variable. Dans le topos « Le mal se solde par une punition, » par exemple, le toposème « mal » peut être commuté en « fraude » « vol » ou « assassinat ». De la même manière, à « punition » on peut substituer « amende » « emprisonnement », ou « exécution ».

Ε – DIX TOPOI PICARESQUES

Topos 1. Le héros se déplace continuellement (HEROS_SE DEPLACER_CONTINUELLEMENT)

10Le voyage est une constante du récit picaresque. C’est en voyageant qu’un jeune homme fait son apprentissage de la vie : « Pour se perfectionner l’esprit, déclare Lesage, il faut voyager » (GB, V, 1). Gil, Estevanille et don Chérubin, chacun l’homo narrativus de son récit, décrivent les péripéties de leurs odyssées. Narrateurs homodiégétiques tous les trois, ils racontent sur leurs vieux jours et non sans ironie, toutes leurs aventures et mésaventures.

  • 5 Didier Souiller, Le Roman picaresque, Paris, Presses Universitaires de France, 19S9, p. 58.

11Tout en permettant à l’auteur de varier le décor, l’existence errante offre plus de possibilités au protagoniste d’entrer en contact avec l’Autre et de faire le compte rendu des mœurs de toutes les classes sociales. « L’itinéraire géographique, souvent symbolique, observe Didier Souiller, [...] marque les étapes d’un cheminement matériel et spirituel »5. Il est à noter que le héros de Lesage est errant sans être marginal.

12Citations :

  1. « Je formai la résolution de parcourir l’Espagne et de m’arrêter de ville en ville » (GB, IV, 9).
  2. « Je n’avais aucune raison particulière pour aller à Livourne plutôt qu’ailleurs. Je voulais seulement changer de lieu » (EG, XIX).
  3. « Je me rendis effectivement à Madrid par la voie des muletiers, avec un coffre qui contenait tous mes effets, c’est-à-dire un peu de linge, mon habit de bachelier, et quelques pistoles [...] » (DC, I).

Topos 2. Le héros entre au service de nombreux maîtres (HEROS_ENTRER_SERVICE)

  • 6 Gil Blas : 1. Sedillo, 2. Sangrado, 3. don Bernard, 4. don Mathias, 5. Arsénie, 6. don Vincent, 7. (...)

13Le protagoniste abandonne de temps en temps sa pérégrination pour la vie domestique. C’est le plus souvent par nécessité qu’il décide de se mettre au service d’un maître. Les rapports maître-serviteur, éléments structurants importants chez Lesage permettent à l’auteur d’introduire son héros dans des maisons différentes. Avec un serviteur qui s’introduit partout, il est possible de parcourir toute la gamme des conditions sociales et d’en faire la satire. Suivant la tradition espagnole de mozo de muchos amos, Lesage crée de nombreux maîtres (ou maîtresses) pour ses héros6. Mais il ajoute un élément de plus : celui de l’ascension sociale qu’on ne voit pas dans les romans espagnols. Les maîtres successifs de Gil, par exemple, sont à un niveau social de plus en plus élevé. Bien que Lesage situe ses trois romans picaresques dans l’Espagne du XVIIe siècle, il est clair qu’il décrit la France du XVIIIe siècle. Jacques Berchtold commente la différence entre le picaro espagnol et son successeur français :

  • 7 Jacques Berchtold, « De la thésaurisation à la mise en circulation : Les usages du’trésor du briga (...)

Le picaro, dépourvu de toute dimension héroïque, ne connaît jamais de progression décisive, ni donc d’enrichissement. Au terme de son parcours on le retrouve aussi vil et misérable qu’il était au départ. [...] Sur un plan général prévaut dans la tradition picaresque une distance infranchissable entre ces gueux et voleurs et l’accès aux richesses. Au contraire de ce qu’on pourra trouver lorsque, au XVIIIe siècle, le roman d’un humble pourra se faire roman d’ascension sociale, la condition de gueux reste alors irrémédiable et non modifiable7.

14Citations :

  1. « J’ai besoin d’un bon garçon pour me servir, et je songeais que tu serais bien mon fait, si tu savais lire et écrire. – Monsieur, lui répondis-je, sur ce pied-là je suis donc votre affaire » (GB, II, iii).
  2. « [...] en attendant qu’il s’offrît une occasion de servir quelque bon maître. J’avais pris goût à la servitude, parce que je n’en connaissais encore que les agréments » (EG, VI).
  3. « Je prends la liberté de m’offrir à remplir ce poste, si mes services vous sont agréables » (DC, IX).

Topos 3. Le héros laisse parler quelqu’un d’autre (HEROS_LAISSER PARLER_AUTRE)

  • 8 Voir Glen Campbell, « L’Enchâssement dans Gil Blas » in Jacques Wagner (éd.), Lesage, écrivain (16 (...)

15Au cours de ses périples, le héros rencontre d’autres individus qui, après qu’il leur a raconté l’histoire de sa vie, lui retracent la leur. Du point de vue narratif, il y a un changement de focalisation et nous passons à un niveau diégétique inférieur : le « je » autobiographique, et voix d’autorité dans le récit, cède la place provisoirement à un autre narrateur. En général, ces histoires agissent sur l’intrigue principale et influencent d’une manière ou d’une autre la vie du héros. Elles mettent parfois en lumière des événements antérieurs ou préparent le terrain narratif pour des épisodes ultérieurs. Cette structure à tiroirs enrichit le roman et élargit ses perspectives stylistiques et émotionnelles. Lesage se sert souvent de ce procédé. Dans Gil Blas, par exemple, il y a trente récits enchâssés, soit un tiers du roman8.

16Citations :

  1. « Je lui contai mon histoire pour confirmer la bonne opinion qu’elle avait conçue de moi. Par là, je l’engageai à me donner sa confiance et à m’apprendre ses malheurs [...] » (GB, I, x).
  2. « Faites-nous le récit de vos aventures. Vous ne sauriez avoir d’auditeurs qui y prennent plus de part que nous. Je vais donc [...] vous raconter l’histoire de mon esclavage » (EG, XLV).
  3. « Je meurs d’impatience d’apprendre vos aventures, et vous ne devez pas en avoir moins de savoir les miennes » (DC, XV).

Topos 4. Le héros est exploité à cause d’un défaut personnel (HEROS_EXPLOITER_DEFAUT)

17Le roman picaresque chez Lesage est un roman d’apprentissage social. Le protagoniste, adolescent naïf lorsqu’il se met en route, apprend vite l’insuffisance de sa formation livresque. Il lui manque l’expérience de la vie et, à cause de sa crédulité, de son imprudence, ou de sa vanité, il est à la merci des fripons, des voleurs, des trompeurs de toutes sortes. Il est initié aux dures réalités de la vie mais devient au fur et à mesure plus expérimenté et plus débrouillard.

18Citations :

  1. « Pour peu que j’eusse eu d’expérience, je n’aurais pas été la dupe de ses démonstrations ni de ses hyperboles [...] mais ma jeunesse et ma vanité m’en firent juger tout autrement » (GB, I, ii).
  2. « Je rencontrai don Ramirez de Prado [...] qui m’avait déniaisé pour mon argent » (EG, XXVIII).
  3. « Il nous fit bientôt connaître que nous avions introduit le loup dans la bergerie ; et, malheureusement pour moi, ma femme fut la brebis qu’il eut envie de dévorer » (DC, XLIII).

Topos 5. Le héros joue un rôle dans le théâtre du monde (HEROS_JOUER_ROLE)

19Son stade de déniaisement achevé, le protagoniste voit que la vie est un théâtre, et que tout le monde autour de lui joue un rôle. Bientôt, lui aussi fera partie de cette grande illusion. Il se déguisera, se travestira, ou tout simplement se présentera autre qu’il n’est en réalité. L’habillement compte pour beaucoup dans ce monde-là car on juge d’après les apparences. Notre Protée picaresque se métamorphosera selon les circonstances, selon l’occasion. C’est l’opposition entre l’être et le paraître qui surgit et, partout, Lesage manipule habilement la métaphore théâtrale.

20Citations :

  1. « Secondant son artifice, je lui répondis d’un air accommodé à la scène que nous allions jouer tous deux » (GB, VII, vi).
  2. « Je racontai mes exploits, non sans farder quelquefois la vérité [...]. Dans une histoire telle que la mienne, il y a toujours des endroits qui demandent des adoucissements, et où le héros est obligé de mentir pour son honneur » (EG, LIV).
  3. « Nous fîmes faire trois habits de pèlerins, sous lesquels [...] nous nous rendîmes, à l’entrée de la nuit, auprès du château de Villardesaz » (DC, XXXIX).

Topos 6. Le héros est le jouet de la fortune (HEROS _JOUET_FORTUNE)

21Le héros veut prendre en main sa destinée mais découvre que le sort joue contre lui. Incertain du parti qu’il prendra, c’est le hasard qui décide. On constate cependant une transformation de ce topos chez Lesage, car le libre arbitre entre plus en jeu chez ses héros que chez les picaros espagnols.

22Citations :

  1. « 0 fortune !, voilà comme tu dispenses tes faveurs le plus souvent. Le stoïcien Epictète n’a pas tort de te comparer à une fille de condition qui s’abandonne à des valets » (GB, VIII, 13).
  2. « J’étais donc abandonné à toute ma mauvaise fortune » (EG, VIII).
  3. « Mais il était écrit dans la table des destinées, qu’il devait m’arriver des malheurs plus grands que ceux que j’avais déjà éprouvés » (DC, XLI).

Topos 7. Le héros est victime de la justice (HEROS_VICTIME_JUSTICE)

23Les ecclésiastiques et les médecins sont satirisés par Lesage ; le personnel judiciaire n’est pas non plus épargné. Emprisonné injustement, abusé physiquement et mentalement, même menacé de mort par les officiers de la justice ou de la Sainte Inquisition, le protagoniste devient la victime d’agents malhonnêtes. Le vol des biens des prisonniers, coupables ou non, est chose courante à l’époque, paraît-il.

24Citations :

  1. « Quand je songeais que je ne pouvais me tirer des griffes de la justice, bien que je n’eusse pas commis le moindre crime, cette pensée me mettait au désespoir » (GB, I, xii).
  2. « J’étais dans mon cachot étendu sur un grabat, et fort étourdi de mon emprisonnement. J’avais beau en chercher la cause dans ma tête, je ne la trouvais point » (EG, XL).
  3. « Les biens qui m’appartenaient [...] ne me furent délivr[és] qu’après tant de formalités, qu’on peut dire que les officiers de la justice furent mes cohéritiers » (DC, XXXIV).

Topos 8. Le héros s’enrichit progressivement (HEROS_S’ENRICHIR_PROGRESSIVEMENT)

25Si la faim est le motif conducteur du picaro espagnol, l’argent est le grand élément motivationnel du héros lesagien. C’est surtout dans Gil Blas que l’auteur développe pleinement cette force dominante. Par l’entremise d’un protagoniste qui s’élève dans la société en s’enrichissant à chaque niveau, on observe un capitalisme naissant et le rôle ascendant de la bourgeoisie dans la société moderne. On voit comment un petit bourgeois peut avec de l’argent atteindre les hauteurs et goûter les plaisirs qui étaient auparavant réservés à la noblesse. Grâce à la puissance du capital, la mobilité sociale semble possible et le héros apprend que les honneurs et le pouvoir appartiennent à ceux qui le possèdent. L’argent, grand égalisateur, peut faire oublier les origines, même la naissance la plus humble.

26Citations :

  1. « Il me semble que j’entends un lecteur qui me crie en cet endroit : Courage, Monsieur de Santillane ! mettez du foin dans vos bottes. Vous êtes en beau chemin. Poussez votre fortune. Oh ! que je n’y manquerai pas » (GB, VIII, ix).
  2. « Dès que je me vis si bien en fonds, j’éprouvai l’effet ordinaire des richesses... Gonzalez, me dis-je à moi-même, te voilà donc enfin dans l’opulence, et devenu ce qu’on appelle un heureux du siècle ? Tu peux présentement trancher du petit seigneur » (EG, XXX).
  3. « Il est rare qu’un gueux qui s’enrichit ne se laisse point étourdir de la possession de ses richesses » (DC, XIII).

Topos 9. Le mal se solde par une punition (MAL_SE SOLDER_PUNITION)

27Les principes de la moralité chrétienne influencent fortement les romans picaresques de Lesage. Dans cet univers, la justice est immanente, et un coupable ne s’échappe jamais indemne. Tôt ou tard, il sera puni selon les lois de la justice distributive.

28Citations :

  1. « Ma foi, monsieur Gil Blas, si la justice venait à vous saisir au collet présentement, vous mériteriez bien le salaire qui vous en reviendrait ! » (GB, VI, ii).
  2. « La justice divine se sert souvent de la justice humaine pour punir les pécheurs » (EG, VIII).
  3. « A peine ai-je joui de mon crime que le ciel m’en a puni » (DC, LXVI).

Topos 10. Le picaro se transforme en honnête homme (PICARO_SE TRANSFORMER_HONNETE HOMME)

29Un aspect des romans picaresques espagnols qui a été parmi les moins appréciés en France était la foncière immoralité des picaros. En transformant le roman, Lesage a été très soucieux de corriger cette « imperfection. » Avec l’embourgeoisement du picaro français apparaît une nouvelle moralité. Le héros de Lesage commence sa vie « tant soit peu picaro », passe par une série de dures épreuves et finit sa carrière en honnête homme. Le progrès moral vers lequel il tend est un thème unificateur qui traverse ces trois romans et en assure la cohérence. Le picaro espagnol, en revanche, n’évolue guère. A dire vrai, les protagonistes de Lesage ne sont plus des picaros ; ce sont en réalité des hommes des Lumières. Mais le picaresque ne disparaît pas entièrement car l’auteur peuple ses récits de personnages secondaires qui gardent les traits des prédécesseurs espagnols.

30Citations :

  1. « Un fripon peut fort bien devenir un honnête homme » (GB, X, x).
  2. « Je sentis tout à coup naître dans mon âme un repentir sincère de mes fautes » (EG, VIII).
  3. « Je me reprochai mon crime, dont je vis alors toute l’énormité, et je pris la résolution de l’expier, s’il était posssible, en dévouant le reste de mes jours à la plus rude pénitence » (DC, LXVI).

*

  • 9 Michèle Weil, « Un thésaurus informatisé pour la topique romanesque. Le projet de la SATOR. » In N (...)

31Un genre littéraire pose des problèmes pour l’analyse satorienne. La question qui se pose est la suivante : les conventions ou les constantes d’un genre peuvent-elles être considérées comme des topoi ? D’après les définitions du topos acceptées par la SATOR, je dirais que oui. Il me semble que l’argument avancé par Michèle Weil dans Banques de données et hypertextes pour l’étude du roman renforce ce point de vue. A ses dires, la narrativité est proposée « comme l’une des composantes de la définition du topos, sous les formes du « microrécit » et de la séquence narrative ; [dans le micro-récit], le topos est constitué d’éléments concentrés sur une seule page ou un seul paragraphe [ou] les éléments sont repartis au long du récit narratif comme dilués dans le grand récit »9.

  • 10 Nicole Boursier, « Où s’arrête le topos, où commence la banalité ? » Colloque de la SATOR, Montpel (...)
  • 11 Cécile Cavillac, L’Espagne dans la trilogie « picaresque » de Lesage. Talence, Presses Universitai (...)
  • 12 Marie-Hélène Huet, Le Héros et son double. Paris, José Corti, 1975, p. 171.
  • 13 Voir Roger Laufer, Lesage ou le métier de romancier, Paris, Gallimard, 1971, p. 288.

32Dans un genre littéraire comme le picaresque, il est très souvent question de réitération. L’auteur suit tout simplement les formules toutes faites. Il puise dans un stock de constantes, choisit celles dont il a besoin, et les place sur une grille standardisée. C’est pourquoi on ne doit pas l’accuser de banalité. « Le topos, insiste Nicole Boursier, fait appel aux notions d’inconscient et d’imaginaire collectif et ne met pas en cause l’originalité de l’auteur »10. Chez Lesage, cette formulation générique se manifeste, certes, mais on y voit aussi des modifications importantes à la philosophie picaresque. Dans sa « Déclaration de l’auteur, » en tête de Gil Blas, Lesage explique pourquoi : « J’avoue que je n’ai pas toujours exactement suivi les mœurs espagnoles [...] mais j’ai cru devoir les adoucir, pour les conformer à nos manières. » Les topoi picaresques sont donc reformulés pour mieux les accorder aux goûts et aux aspirations des lecteurs français du XVIIIe siècle. Lesage s’éloigne des voies traditionnelles. Il effectue des transformations aux constantes génériques pour plaire davantage à son public. Les toposèmes se métamorphosent : le roman picaresque devient roman de mœurs. Les héros de Lesage, surtout Gil Blas, loin de la naissance infamante et de la crasse de leurs prédécesseurs, ont « la dimension qui manque à [la vie] des gueux espagnols : celle d’un progrès lié à une réussite »11. Le phénomène de l’ascension sociale, comme révèle Marie-Hélène Huet, « tel qu’il est décrit dans la littérature du XVIIIe siècle, relève donc de l’imagination, du désir, plus que de la réalité »12. Si ce phénomène a été largement littéraire, nous pouvons en conclure que Lesage nous transmet ses propres aspirations. En bon philosophe optimiste, il offre à ses lecteurs un plan pour se procurer la prospérité, le bonheur et sinon l’ascension sociale, du moins la dignité humaine. Enfin, étant donné l’aspect autobiographique13 de Gil Blas, Lesage ne décrit-il pas, surtout dans les derniers chapitres, les principes mêmes sur lesquels il a façonné sa propre vie ?

Notes

1 Pour Gil Blas, je me sers de l’édition de Roger Laufer, Paris, Garnier-Flammarion, 1977 ; pour Estevanille Gonzalez et Le Bachelier de Salamanque, de l’édition A. A. Renouard, Paris, 1821.

2 Voir <http://www.chass.utoronto.ca.8080/french/sator/lex.html>.

3 Jean Molino, « Les Six Premiers Livres de l’Histoire de Gil Blas de Santillane. » Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Aix, tome XLIV, 1968, p. 89. Molino ajoute : « Il faudrait suivre le développement du mot picaresque en français, qui apparaît seulement au XIXe siècle. C’est beaucoup plus récemment encore que le mot a désigné un genre littéraire défini : on parle au XVIIe siècle de roman comique ou satirique, pas de roman picaresque. Au XIXe siècle encore, une présentation du roman picaresque espagnol le qualifie de « roman de gueux. »

4 Blanca Acinas, « Entre l’autobiographie et le picaresque : Maurice Sachs. » Les Lettres romaines, tome 51 (1-2), fév.-mai 1997, pp. 96-97.

5 Didier Souiller, Le Roman picaresque, Paris, Presses Universitaires de France, 19S9, p. 58.

6 Gil Blas : 1. Sedillo, 2. Sangrado, 3. don Bernard, 4. don Mathias, 5. Arsénie, 6. don Vincent, 7. don Gonzale, 8. la marquise de Chaves, 9. don Alphonse, 10. l’Archevêque de Grenade, 11. le marquis de Marialva, 12. le comte Galiano, 13. don Diègue, 14. le duc de Lerme, 15. le comte d’Olivarès. Estevanille Gonzalez : 1. don Christoval, 2. le licencié Salablanca, 3. un chapelain royal, 4. don Enrique, 5. le duc d’Ossone, 6. André Potoschi, 7. don Christoval, 8. le duc d’Ossone, 9. don Juan Tellés. Don Chérubin : 1. Montanos, 2. le marquis de Buendia, 3. contador, 4. dona Louise, 5. don Jérôme, 6. la marquise de Torbellino, 7. Cintillo, 8. le duc d’Uzède, 9. le comte de Gelves.

7 Jacques Berchtold, « De la thésaurisation à la mise en circulation : Les usages du’trésor du brigand’dans la littérature narrative des XVIIe et XVIIIe siècles » in J. Berchtold et M. Porret, (éds), Etre riche au siècle de Voltaire, Genève, Librairie Droz, 1997, pp. 312-313.

8 Voir Glen Campbell, « L’Enchâssement dans Gil Blas » in Jacques Wagner (éd.), Lesage, écrivain (1695-1735), Amsterdam / Atlanta, Rodopi, 1997, pp. 219-229.

9 Michèle Weil, « Un thésaurus informatisé pour la topique romanesque. Le projet de la SATOR. » In Nathalie Ferrand (éd.), Banques de données et hypertextes pour l’étude du roman, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 49.

10 Nicole Boursier, « Où s’arrête le topos, où commence la banalité ? » Colloque de la SATOR, Montpellier, juillet 1997.

11 Cécile Cavillac, L’Espagne dans la trilogie « picaresque » de Lesage. Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1984, p. 819.

12 Marie-Hélène Huet, Le Héros et son double. Paris, José Corti, 1975, p. 171.

13 Voir Roger Laufer, Lesage ou le métier de romancier, Paris, Gallimard, 1971, p. 288.

Auteur

Université de Calgary

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search