Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Topoi pastoraux, héroïques et chevaleresques

Les topoi dans le roman de chevalerie de la Renaissance : l’exemple du premier livre des Amadis

Michel Bideaux

Texte intégral

1Médiéval ou renaissant, le roman de chevalerie est un des genres qui paraissent devoir le mieux répondre à la demande d’un lectorat fidélisé, tant par son adhésion idéologique que par ses habitudes de réception. Sa captatio benevolentiae s’exerce par l’affichage de codes aisés à reconnaître ; il développe volontiers une bourre narrative au croisement de lieux rhétoriques (rappels de l’idéal chevaleresque) et de formes de civilité platement développées et réitérées.

2Deux exemples suffiraient à illustrer cette rencontre de la pratique d’un groupe social et de la docilité du lecteur : l’offre de service amoureux et l’enchaînement nécessaire des phases du combat singulier, deux pratiques conformes à la syntaxe élémentaire du comportement chevaleresque.

  • 1 Mais il serait spécieux d’opposer « armes » et « amours » dans les Amadis. Les prouesses y sont ac (...)

3« D’armes et d’amours » : tel est en effet le sous-titre du premier livre des Amadis de Gaule, dans la version d’Herberay des Essarts (1540). S’il existe une modernité des Amadis, elle réside dans ces nouvelles lois d’amour proposées par Montalvo et Herberay, et qui très vite déplaisent sensiblement à l’orthodoxie religieuse et morale. Plus conventionnelle, la prouesse guerrière devrait, a priori, constituer une plus riche carrière topique : c’est donc elle qui fera l’objet des analyses qui suivent.1

L’affrontement à la lance (à cheval) et à l’épée (à pied)

  • 2 J. Lods, Le Roman de Perceforest, Droz, Lille-Genève, 1951, pp. 282-283. Le combat entre Galaor et (...)
  • 3 J. Lods, ibid., p. 286.

4Il demeure, dans le roman, conforme aux habitudes guerrières médiévales. Dans une étude sur le Perceforest, roman écrit au XIVe siècle, et dont les six volumes constituent le massif chevaleresque le plus dense de la première Renaissance, Jeanne Lods peut écrire : « L’affrontement chevaleresque devait avoir lieu entre des partenaires montés sur des destriers (les chevaux de guerre) et armés de toutes leurs armes, c’est-à-dire des pièces défensives – le heaume, le haubert, l’écu – et des pièces offensives – la lance et l’épée. Cet affrontement pouvait se réduire à la joute, l’assaut à la lance et à cheval ; il était dit une bataille quand la joute était suivie de l’escremie, de la lutte à l’épée, à cheval, ou plus souvent à pied »2. A pied, « parce que les chevaux ont été renversés simultanément, et que les chevaliers se sont redressés aussitôt, ou bien encore parce que le chevalier désarçonné s’est relevé, l’épée en main, et que son partenaire a mis pied à terre, pour protéger son cheval ou continuer le combat à égalité3 (ibid., p. 286).

  • 4 Certes, dans l’art militaire contemporain, les batailles sont loin de présenter cette clarté d’épu (...)

5Combat à la lance suivi du combat à l’épée : le nombre d’occurrences dans le premier livre des Amadis découragerait le relevé comptable4. Tant par la richesse des informations qui le constituent que par la densité de sa présence dans le roman de chevalerie en général, ce topos est de nature à provoquer la saturation, du lecteur comme du chercheur. Peut-il stimuler encore l’appétit des topophages que nous sommes, et nous apprendre quoi que ce soit sur l’acte narratif ? L’interrogation pourrait valoir pour d’autres corpus : qui aurait envie de coder, dans un western ordinaire, les vidages simultanés ou alternatifs de barillets ?

6Nous considérerons le topos, selon une pratique établie à la SATOR, comme une configuration narrative récurrente d’éléments pertinents, thématiques ou formels.

7Les dictionnaires (ici le Petit Robert) proposent, pour pertinent, des définitions qui ne vont guère au-delà du service minimum exigible en pareil cas (« 1. Qui a rapport à la question, qui se rapporte au fond même de la cause. 2. Qui convient exactement à l’objet dont il s’agit »). Mais le même dictionnaire ajoute aussitôt : « 3. (Ling.) Se dit d’un fait linguistique qui est doué d’une fonction dans l’élaboration d’un message, qui fait l’objet d’un choix. »

8Or on voit bien que, par son refus de choisir et son insistance à nous présenter en toute circonstance la séquence « joute à la lance suivie combat à pied à l’épée », le roman de chevalerie condamne ce topos à l’insignifiance, que la richesse des occurrences, loin de faire sens, banalise au contraire l’enchaînement des phases du combat. Existe-t-il un optimum, en deçà duquel il n’y aurait pas de topoi (par disette des occurrences) et au-delà duquel s’installerait la saturation ? Grave débat esthétique, que nos incertitudes présentes dans la gestion des topoi ne nous permettent sans doute pas de trancher tout de suite.

9Mais nous observons que lorsqu’il nous présente, « à l’occasion », des actions qui ne reproduisent pas fidèlement la pratique sociale dominante, le roman crée des situations remarquables, que deux ou trois occurrences ultérieures feront accéder au statut de topos et dont on voit bien qu’elles assument une fonction significative (ou signifiante, si l’on veut) dans la narration. Il n’est sans doute pas fréquent qu’un roi s’égare à la chasse, tant il est protégé et entouré de fidèles serviteurs : mais qu’il le fasse, et il s’expose à l’aventure, à la rencontre insolite avec des représentants d’autres milieux sociaux, etc. Dans un univers viril où la violence guerrière est institutionnalisée, tout chevalier accepte spontanément, et avec joie, le combat qui lui est proposé. Mais s’il le refuse (par exemple pour ne pas se laisser distraire de la quête qu’il a entreprise), son comportement paraît suspect, répréhensible, et la fiction prend un autre tour. Il en va de même lorsqu’au terme d’un combat féroce contre un adversaire détesté, le héros ne le met pas à mort, comme on s’y attendrait, mais lui fait grâce, le réservant ainsi pour une autre fin : conversion de Fierabras, dans le roman éponyme, acte désespéré de Dardan vaincu par Amadis, et humilié par la femme pour qui il combattait.

10On en vient ainsi à se demander si les topoi les plus féconds ne sont pas ceux qui contrarient la pratique sociale majoritaire. A la différence des actions canoniques assurant le fonctionnement de l’institution, le topos narratif enregistre un geste extérieur ou contraire à ses commandements et l’on peut risquer l’hypothèse que la topique ne se réalise pleinement que dans l’écart (mais non toutefois dans l’exception, puisqu’elle requiert la récurrence). Ce paradoxe d’une topique fuyant le lieu commun se laisse néanmoins bien cerner dès lors que l’on admet que la fiction ne convoque le référent que pour le réorganiser selon ses propres nécessités : l’une d’entre elles, et non la moindre, est l’exigence de produire du narrable, une histoire qui ne se réduise pas à la reproduction du quotidien, ni même à celle de l’Histoire.

11Mais deux traits spécifiques du roman de chevalerie viennent tempérer cette autonomie de la fiction par rapport au réel.

12Le premier tient à ce penchant irrépressible du genre à conter par le menu ces combats où se forge l’identité héroïque. Jeanne Lods émet une opinion autorisée quand elle émane de quelqu’un qui a triomphé des volumes compacts du Perceforest :

  • 5 Op. cit., p. 128.

Le lecteur moderne se fatigue de tant de coups de lance, de heaumes volant ‘emmy le pré’, de chevaux effondrés avec leurs cavaliers, mais s’il cède à la tentation de tourner les pages sans lire, quand s’annonce le vingtième ou le trentième tournoi, il risque de laisser de côté les parties de l’œuvre auxquelles l’écrivain a apporté le plus de soin et auxquelles, sans doute, il attachait le plus d’importance.5

  • 6 Voir notamment J. M. Cacho Blecua, « El entrelazamiento en el Amadis y en las Sergas de Esplandian (...)

13Si l’on excepte les chroniqueurs sportifs, plus ou moins contraints de relater dans l’ordre les étapes d’une course ou l’évolution d’un tableau de marque, il est peu de narrateurs qui ne recourent à cette commodité fondamentale du récit : l’infraction à la chronologie. Or si le roman de chevalerie est un genre passablement indifférent aux coordonnées spatio-temporelles, il est, en revanche, inflexible dans son attachement à l’ordre syntagmatique. Il y est en partie contraint par son habitude de flanquer le héros de compagnons eux aussi tentés par la dimension héroïque, qu’il faut suivre, puis quitter : de là une technique de l’entrelacement des actions, bien éclairée par les études sur le roman de chevalerie espagnol6 et qui exige, pour la lisibilité de l’ensemble, que chaque prouesse soit contée dans l’ordre même où elle a été accomplie. Il répond en cela à l’attente d’un lecteur pour qui ce type de fiction procure d’abord un délassement. Mais il en attend aussi davantage et nous tenons là le second trait spécifique qui enchaîne le genre à la représentation du réel.

  • 7 Le Déclin du Moyen Age, trad. fr. Paris, Payot, 1932.

14Il s’agit de la tendance de ce lectorat, bien étudiée par J. Huizinga pour le moyen âge finissant7 – mais elle peut être étendue aisément en amont comme en aval –, de se nourrir d’images qui flattent ses aspirations idéales ou ses nostalgies. Ce lecteur se meut dans un univers imaginaire où gestes symboliques et représentations codées composent des attitudes qui reproduisent dans le monde réel les pratiques chevaleresques et l’éthique qui les inspire. Et là encore, le roman de chevalerie ignore l’ellipse : on le voit, par exemple, dans les démarches d’Amadis pour être armé chevalier par le roi Périon (dont il ignore qu’il est le fils), dans celles de Galaor pour l’être par Amadis (dont il ignore qu’il est son frère aîné). Beaucoup d’incognitos dans ces romans : c’est même là un des topoi les plus récurrents, et les plus signifiants, nous le verrons.

15Sommes-nous encore, cette fois – car il s’agit bien d’une pratique sociale – dans l’ordre du rituel ? Non, mais dans celui de la littérature, puisqu’il s’inscrit dans des textes, afin de produire une récurrence « pertinente » dès lors qu’elle est produite, non par la répétition de gestes socialisés, mais par des performances consignées dans un corpus bien identifié et circonscrit.

16Il semble que l’on pourrait reconnaître trois grandes familles topiques dans l’écriture du roman de chevalerie renaissant :

171. Des topoi strictement liés à des pratiques féodales

  • l’enchaînement lance-épée, qu’il se présente sous l’espèce hautement ritualisée du tournoi (avec une variété dans laquelle l’affrontement se limite à la joute, plus ludique) ou sous la forme du combat guerrier, dans lequel le duel tourne à la mêlée collective.
  • l’affrontement avec le gardien d’un passage (pont, pont-levis, voire route) : il est moins fréquent, semble-t-il, dans notre corpus que dans les romans arthuriens, où il revêt une fonction symbolique : initiation, entrée dans l’autre monde.
  • l’obligation faite aux vaincus d’avouer leur défaite et d’en porter les insignes. Reconnaissance publique de la valeur du héros et de sa reconnaissance, elle est plutôt, ici, l’expression d’une humiliation souvent injuste et déshonnête8 Quand il se trouve éloigné de la cour, Amadis recourt à d’autres moyens pour garder le contact avec elle (et avec Oriane) et lui rappeler sa dimension héroïque.

18D’autres modes pourraient être relevés, mais sans modifier l’écrasant déséquilibre des occurrences relatives au premier (lance + épée). On pourrait peut-être y voir un défaut d’invention narrative, mais il paraît plus légitime de le rapporter au désir de l’auteur de rencontrer l’horizon d’attente de son lecteur. Héritage d’une société médiévale qui se repaît, à l’évidence, de ces combats ; et quand l’humeur belliqueuse des féodaux, petits et grands, ne les lui fournit pas, elle se hâte d’en produire une version plus civilisée, plus ludique aussi : le tournoi.

  • 9 Amadis, 1. I, ch. 2, p. 19 : ce destin rappelle, bien sûr, celui de Moïse.

192. Des topoi manifestant que le roman de chevalerie n’est qu’une forme narrative parmi d’autres, et qui relèvent du système des actions, des recettes éprouvées pour soutenir l’intérêt du lecteur, ou encore de situations archétypales liées aux origines du récit comme au symbolisme le plus profond : l’enfant abandonné sur l’eau9, le fils (la fille) regardant intensément son père (sa mère) qu’elle ne connaît pas (Amadis, 1. I, p. 49, p. 92), le héros qui affronte son frère / son père qu’il ne connaît pas (Amadis contre Galaor, pp. 275-278), Galaor contre Florestan (p. 458), ou encore Amadis contre Esplandian (1. V, ch. 15), le roi qui se perd à la chasse (p. 2).

20Divers, nombreux, souvent de faible récurrence, ils font du roman de chevalerie un des participants obligés de la grande bourse aux topoi que nous avons mise sur pied, sous ses deux espèces, colloquiale ou électronique. Peu caractéristiques de l’écriture chevaleresque, ils sont toutefois « pertinents » dans la perspective qui nous réunit : ils manifestent la profonde unité du mode narratif et pourraient, à l’occasion, soutenir la thèse que tous les récits que nous lisons, chacun pour notre propre compte, ne sont que des avatars d’un Texte narratif généralisé dont il ne resterait plus qu’à découvrir les règles de fonctionnement.

213. Des topoi spécifiques, même s’ils n’ont rien d’exclusif. Ils sont l’expression figurative de contenus thématiques fondamentaux. Nous en examinerons trois :

  1. – l’alliance (proclamée et problématique) de la thématique féodale et de la thématique chrétienne
  2. – l’exaltation de l’identité héroïque, à inventer ou à maintenir
  3. – le don de soi, qui conduit à l’acte de foi, à l’exposition courageuse ou aveugle, au service de la veuve et de l’orphelin, mais surtout de la dame. Ici encore, cette alliance proclamée du service amoureux et du service féodal est problématique, comme le savent bien certains ermites charitablement dissuasifs rencontrés par les héros.

A – Foi et féodalité : l’ermite et le chevalier

  1. -(a) Le sainct hermite, qui sçavoit certainement qu’aussi tost qu’il serait chevalier, il se mettrait au hazard de combatre le geant Alban, emplit ses yeux de larmes et luy respondit : « Mon filz, il serait meilleur que vous prinsiez chemin plus seur pour vostre ame, que de vous mettre en l’ordre de chevalerie, laquelle est de grand travail à maintenir. Monseigneur, dit Galaor, mal ayséement pourroie suyvre l’estat que je prendrais contre ma volunté : mais cestuy que mon cueur me choisit (si Dieu me donne bonne adventure) je passeray en son service, car hors d’icelluy je ne vouldrois que la vie me demourast ». (p. 68)
  2. -(b) Ilz s’inviterent en la maisonnette d’ung hermite, auquel des le soir Galaor se confessa. Mais quand il luy declaira qu’il alloit pour ce combat, le bon hermite fort espoventé luy feit plusieurs remonstrances, disant : « Mon filz, qui vous a mis en ceste temerité, veu qu’il n’y a en toute ceste contrée dix telz chevaliers que vous estes qui l’osassent assaillir, tant est ce diable grand et espoventable. Et vous qui estes si jeune, vous mettant en danger, voulez perdre le corps et l’ame, pource que ceulx qui sciemment se presentent à leur mort, sont d’eulx mesmes homicides ? Pere, respondit Galaor, Dieu fera de moy sa volunté : car en nulle maniere, je ne laisseray ceste entreprise. » (p. 129)
  3. -(c) Amadis, désespéré par la lettre d’Oriane, rencontre un ermite, se confesse à lui et déclare vouloir embrasser son état. L’ermite : « Ce serait dommage de vous perdre ainsi, et ne puis presumer qui peult estre celle, qui vous a reduit en telle anxieté : attendu qu’encores qu’une femme eust en elle seule les perfections, qu’ont toutes les aultres ensemble, si ne devrait pour elle perdre un tel homme que vous estes. » (exemple emprunté au livre II, édition 1541, p. 18b)

22Certes, on observe entre ces trois exemples une certaine diversité figurative :

  1. l’homme de Dieu déconseille au héros de se faire chevalier
  2. il veut lui éviter un combat imprudent
  3. il le dissuade de se faire ermite.

23Mais la thématique morale, homogène, illustre le même conflit entre deux ordres de valeurs, l’un mondain, l’autre spirituel.

24A ces exemples, on trouverait, bien sûr, à opposer cent occurrences exprimant la convergence entre la foi chrétienne et l’exercice des vertus chevaleresques. Mais si banales (comme l’enchaînement lance-épée) qu’elles ne rendent pas compte de ce qui constitue l’essence de la prouesse chevaleresque : l’exacerbation de la vaillance individuelle, au détriment de la loi morale chrétienne comme de la sagesse politique. L’ermite (a) a bien perçu que l’impatience de Galaor à entrer en chevalerie pour affronter le terrible Alban est génératrice d’autres imprudences, comme celle qu’il s’apprête à commettre en (b). Péché d’hybris, d’orgueil. A l’ermite (c), il n’échappe pas que seule une déconvenue mondaine pousse Amadis à la retraite, qu’il n’en a aucunement la vocation, et que sa voie est d’un autre ordre, incompatible avec le premier. La chevalerie ne doit d’exister qu’à un compromis entre l’éthique chrétienne et l’éthique féodale, et qui devient vite compromission dans la pratique amoureuse des héros lorsque le romancier assure qu’elle est sanctifiée par Dieu. Les moralistes tridentins ne s’y sont pas trompés.

B – Identité héroïque à inventer, à maintenir

25Le héros est un enfant trouvé, dont on découvre plus tard qu’il est fils de roi : topos simple ou topos double ?

  • 10 Cf. J. Lods, op. cit., p. 214 : « C’est pour le romancier un élément de mystère, qui permet d’enri (...)

26La figure de l’enfant trouvé est un gage d’aventures de type picaresque, par la traversée des milieux sociaux ; elle est aussi porteuse de revendications critiques (les prouesses des gueux pour survivre) aussi bien que de discours exaltant l’action d’une providence, étatique ou céleste. Mais dans le roman de chevalerie, si l’identité cachée est (comme ailleurs) un artifice pour susciter des péripéties et entretenir l’intérêt et la surprise10, elle revêt aussi une fonction plus fondamentale. Elle signifie que le héros n’est pas né avec une cuiller d’argent dans la bouche, qu’il est fils de ses œuvres, sans rien retrancher cependant de la vertu du lignage. Bon sang ne saurait mentir, mais le héros ne se prévaut pas d’une noble naissance pour jouir de quelque avantage que ce soit en face d’adversaires qui ne lui contestent sa prééminence que pour la rendre plus éclatante. Sa naissance (fruit, en général, d’amours encore tenues pour illégitimes) ne fait, par les dangers auxquels elle l’expose, que lui fournir l’occasion de sa première prouesse. Son existence ultérieure ne sera, de chapitre en chapitre, et par des enchaînements souvent lâches, que l’inlassable manifestation de sa nature héroïque.

27Chevaliers plus expérimentés, géants, monstres : les adversaires qu’il aura à affronter ne lui promettent que des combats inégaux. Mais l’expression la plus pure de ce déséquilibre se réalise lorsque l’individu singulier doit affronter, non pas un autre, en quête peut-être, comme lui-même, de reconnaissance, mais bien plusieurs adversaires, et les affronter ensemble (et non successivement, comme dans les épreuves ritualisées).

28On ne rencontre pas moins de dix occurrences de ce « deux contre un » dans le premier livre des Amadis. En chaque circonstance s’exprime l’infraction à l’égard du code chevaleresque – sauf une (p. 220, où l’on voit Amadis se mesurer à Angriote et son frère, deux loyaux chevaliers, qu’il rencontrera successivement. Partout ailleurs, déloyauté et traquenards : la vigueur et la vaillance du héros serviront ainsi, outre son accomplissement personnel, l’éthos et le pathos, le rétablissement du droit s’accompagnant d’une petite note d’émotion).

  • 11 Bien illustré par la succession des premiers chapitres de la biographie héroïque de Bayard, telle (...)

29En même temps, cette situation représente la prouesse héroïque telle qu’elle se manifeste sur le champ de bataille, quand au combat institutionnalisé se substituent la mêlée guerrière et le besoin impérieux de vaincre ou de survivre. Mais joutes et duels n’étant que des substituts de l’exercice militaire, ce dernier est indispensable, avec la violence qui s’exprime quand les lois civiles sont suspendues, pour que l’épanouissement héroïque soit complet11.

C – Le don contraignant12

  • 12 Sur le sujet, se reporter à l’étude fondamentale de J. Frappier (« Le don contraignant dans la lit (...)

30Dans La Mort le Roi Artu, la damoiselle d’Escalot révèle à Lancelot le contenu du don qu’il lui a fait sans le savoir : « vous m’avez accordé de porter au tournoi ma manche droite sur votre heaume et de jouter pour l’amour de moi ». Embarras du héros, qui entend rester fidèle à Guenièvre, mais « ne li ose contredire, puis qu’il l’avoit creanté » (éd. Frappier, 6, 14). J. Frappier voit dans le don contraignant une « coutume étrange », une « déconcertante contrainte psychologique et, dans certains cas, une forme presque aberrante de la générosité » ; il lui attribue une origine celtique proche de la forme du potlatch.

31Le don contraignant constitue, dans les Amadis, un topos fortement récurrent : dix-sept occurrences dans le seul premier livre. Malgré la filiation manifeste entre le roman de chevalerie renaissant et les romans de la Table ronde, rien n’obligeait à une telle densité topique.

  • 13 Dictionnaire. Une héroïne de son Roman bourgeois « joua tant de discrétions qu’elle finit par y pe (...)

32On pourrait sans doute rapprocher le don contraignant de notre moderne chèque en blanc, ou encore de la « discrétion » telle que la définit Furetière : « Au jeu, on appelle discrétion, ce qu’on laisse à la volonté du perdant. C’est un moyen de faire un présent déguisé à une femme, de jouer contre elle une discrétion. »13. Mais le rapprochement (effectué par M. Roques, et dénoncé par J. Frappier) ne va pas très loin : la discrétion est peut-être un chèque en blanc, mais tiré par le signataire sur son propre chéquier, ce qui limite le risque.

33Quoi qu’il en soit, rien, dans l’acceptation de l’héritage médiéval n’obligeait donc l’auteur du roman de chevalerie du XVIe siècle d’user si... indiscrètement du don contraignant. Mais s’intègre-t-il sans heurt dans une idéologie chevaleresque toujours vivante ?

34On observe d’abord que ce don ne va pas de soi : son auteur marchande, dépose des clauses de réserve : « s’il est raisonnable », « si je puis », s’il ne va pas contre l’honneur, ce qui est souvent le cas. Dans l’accord amoureux (supposé) d’Amadis et de Briolania, l’abus est tellement éclatant qu’il est récusé avec indignation par le narrateur qui, de lui-même, insère la variante infâme (pp. 445-446). Mais la dénonciation s’effectue également dans la diégèse, soit par le héros (pp. 259-261 : il s’exposera ainsi à des représailles car il n’a pas tenu parole), soit par un arbitre (p. 277), soit par des témoins ou des victimes potentielles : tout Londres critique les promesses faites légèrement, au nom de la courtoisie, par le roi Lisuart (pp. 333-334 et 381).

  • 14 A l’exception, toutefois, du don accordé par Lisuart à son épouse (pp. 362-363) : mais la demande (...)

35On assortit encore le don contraignant d’un contrat injonctif : il devient alors ressource de maître chanteur (p. 217). Inversement, il peut représenter une sorte de lettre de cadrage préludant à une négociation de contrat (p. 270). Mais toujours il expose à la déloyauté de la demande, à sa nature exorbitante, rarement accordée à l’esprit de la courtoisie14. Il arrive même que le demandeur, découvrant soudain l’énormité de sa requête, préfère renoncer de lui-même à l’avantage obtenu/extorqué : une péripétie qui, lors d’un dialogue entre le Nain et Amadis, connaît une ample expansion topique, à laquelle s’amuse visiblement le narrateur pour en tirer double profit : comique d’inversion et critique de l’abus (pp. 215, 218, 223-224 et 242).

36C’est donc bien un discours critique que tient généralement sur le don contraignant le premier livre des Amadis. Le romancier n’a si fréquemment recouru à ce topos que pour représenter les aspects déraisonnables d’une pratique qui offense autant la rationalité économique que les règles du comportement chevaleresque. Pourquoi donc avoir joué de cette récurrence exceptionnellement riche ?

  • 15 Vérité Habanc en use encore en 1585 : un gentilhomme français devenu ami de l’empereur de Perse lu (...)

37J. Frappier estime justement qu’« il favorise les rebondissements et les imbrications des péripéties » (art. cit., p. 41). Il est un générateur économique d’aventures, de complexités psychologiques à bon marché15. Mais il manifeste également la nature aberrante d’une pratique (réelle ou littéraire) qui n’est en rien nécessaire à l’accomplissement héroïque (la demande peut être minime) et, en tous les cas, arme inconsidérément les puissances du mal ou les désirs dangereux.

38Pour conclure cette brève revue topique consacrée au premier livre d’Amadis de Gaule, deux propositions de méthode :

  • les topoi les plus « littéraires » ne sont-ils pas ceux qui contrarient le plus la pratique sociale majoritaire ?
  • ce n’est pas non seulement dans les œuvres épigonales ou parodiques qu’il convient d’examiner la charge critique disposée dans la manifestation discursive du topos (texte, cotexte et contexte), mais aussi dans les textes contemporains de la plus belle floraison du genre : même lorsque ceux-ci paraissent voués au ressassement de quelques valeurs fondamentales, un regard plus attentif peut révéler en eux une richesse dialectique insoupçonnée.

Notes

1 Mais il serait spécieux d’opposer « armes » et « amours » dans les Amadis. Les prouesses y sont accomplies pour la conquête de la dame et dans cet univers chevaleresque, les conflits planétaires eux-mêmes n’y sont que l’expression d’enjeux amoureux : voir l’embrasement de l’œcumène amadiséen à la fin du livre IV, quand Amadis et ses compagnons affrontent la coalition réunie autour du roi Lisuart qui veut marier à l’empereur de Rome sa fille Oriane, depuis longtemps amante du héros.

2 J. Lods, Le Roman de Perceforest, Droz, Lille-Genève, 1951, pp. 282-283. Le combat entre Galaor et Angriote se poursuit en effet à cheval et avec l’épée (Amadis, 1. I, p. 455). Nos références au premier livre des Amadis dans l’édition Y. Giraud (Paris, Société des textes français modernes, 1986, 2 vol.).

3 J. Lods, ibid., p. 286.

4 Certes, dans l’art militaire contemporain, les batailles sont loin de présenter cette clarté d’épure ; mais le premier livre des Amadis ne présente pas ces affrontements parfois confus, que l’on rencontre, en revanche, dans les livres suivants.

5 Op. cit., p. 128.

6 Voir notamment J. M. Cacho Blecua, « El entrelazamiento en el Amadis y en las Sergas de Esplandian », Studi in honorem Martin de Riquer, Barcelone, I9S6, I, pp. 235-271. Sur l’entrelacement dans le roman, voir également Ph. Ménard, « Chapitres et entrelacements dans le Tristan en prose », Mélanges Jean Dufournet, Genève, Slatkine, 1993, pp. 955-962 et Anna-Maria Finoli, « L’eredità medievale : al di là delle storie ‘che le carte empion di sogni’ » in Il romanzo della Francia del Rinascimento : dall’eredità medievale all’Astrea, Schena Editore, 1996, notamment pp. 104-106.

7 Le Déclin du Moyen Age, trad. fr. Paris, Payot, 1932.

8 Ainsi de l’épisode de Galpan (Amadis de Gaule, 1. I, ch. 7).

9 Amadis, 1. I, ch. 2, p. 19 : ce destin rappelle, bien sûr, celui de Moïse.

10 Cf. J. Lods, op. cit., p. 214 : « C’est pour le romancier un élément de mystère, qui permet d’enrichir le roman d’aventures variées, mais c’est aussi un usage qui correspond à l’idée qu’il se fait de l’honneur chevaleresque. Le chevalier doit ‘celer son nom’ pour aborder la vie sans qu’aucun préjugé s’attache à sa personne ;(...) la valeur propre du chevalier lui donne seule son prix. »

11 Bien illustré par la succession des premiers chapitres de la biographie héroïque de Bayard, telle que l’écrit Symphorien Champier (Les gestes ensemble et la vie du preulx Chevalier Bayard, 1525). Chapitre II : combat de Bayard contre Alonce ; ch. III : combat treize contre treize ; ch. IV : « Comment le noble chevalier Bayard deffendit un pont contre deux cens Espaignols ». L’attitude héroïque n’exclut pas la ruse : dans ce dernier épisode, Bayard, finalement prisonnier, ne dit pas son nom, et attend l’arrivée des Français qui le délivreront...

12 Sur le sujet, se reporter à l’étude fondamentale de J. Frappier (« Le don contraignant dans la littérature médiévale », Travaux de littérature et de linguistique de l’Institut des langues romanes de l’Université de Strasbourg, VII, 2, 1969, pp. 7-46).

13 Dictionnaire. Une héroïne de son Roman bourgeois « joua tant de discrétions qu’elle finit par y perdre la sienne ». Le XVIe siècle connaît le jeu (témoignage d’H. Estienne).

14 A l’exception, toutefois, du don accordé par Lisuart à son épouse (pp. 362-363) : mais la demande de celle-ci intervient à l’occasion d’un rassemblement ordonné par le roi « pour au plus hault exalter et entretenir chevalerie » (1. I, ch. XXXIII).

15 Vérité Habanc en use encore en 1585 : un gentilhomme français devenu ami de l’empereur de Perse lui demande un don contraignant que « le Sophyr » lui accorde « s’il n’excedoit les deux tiers de son Royaume »... (Nouvelles Histoires tant tragiques que comiques, éd. J.-Cl. Arnould et Richard A. Carr (Genève, Droz, 1989, p. 79).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search