Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Elle est expliquée. Quoi ? – La narrativité...

Jacques Bres

Texte intégral

1Homo narrativus : je prendrai au pied de la lettre le beau titre du colloque pour montrer, à travers une approche linguistique, que le lien entre l’homme et le récit n’est pas métaphorique mais consubstantiel, que tout autant que des hommes de parole (Hagège 1985) nous sommes tous effectivement des hommes de récit.

2Vous me permettrez d’introduire mon bref propos par un détournement de l’interrogation de Saint Augustin sur le temps : Qu’est-ce donc que la narrativité ? Si personne ne me pose la question, je sais ; si quelqu’un pose la question et que je veuille expliquer, je ne sais plus. Conflit de l’intime conviction et de l’évanescence de l’explication : nous sommes confrontés au mystère de la narrativité. Son évidence résiste à notre quête explicative parce que, tout comme le temps, elle nous structure : narro ergo sum.

3Qu’est-ce que la narrativité ? Qu’est-ce qui fait d’un récit un récit, et pas autre chose : une description par exemple ou une déclaration d’amour... A cette redoutable question, des réponses ont été apportées et non des moindres : je pense notamment à celle de Ricœur (1983), à travers le concept de mise en intrigue. Malgré ce, ces réponses m’insatisfont parce que, travaillant à partir de textes écrits, elles traitent du récit comme d’un produit et non comme d’une production, de la chose racontée et non de l’acte de raconter. Or le récit c’est d’abord et fondamentalement l’acte langagier de narrer, acte bien sûr producteur du texte du récit : le récit des amours de Jacques le Fataliste c’est d’abord la narration qui en est faite. Mais est-il possible de saisir pour la décrire la narration en tant qu’acte ? Nous entrons là dans le domaine ténébreux de la cognition. Ma réponse sera cependant positive. Si, en tant que tel, l’acte langagier de narration est inobservable, on peut l’appréhender :

  • dans les traces qu’il laisse dans le temps du dire, à l’oral (Bres 1991) ;

  • dans les marqueurs à partir desquels il se signifie, à l’oral aussi bien qu’à l’écrit, dans le temps résultatif du dit. C’est ce second niveau que je questionnerai dans le présent travail.

4J’ai avancé naguère (Bres 1994) l’hypothèse suivante : l’acte de narrer ou mise en récit est fondamentalement et à différents niveaux mise en ascendance du temps, qui est la forme par laquelle le sujet se structure temporellement. Je la reprendrai ici pour la faire travailler essentiellement au niveau du temps verbal. Je dois au préalable définir la notion de mise en ascendance, puis pointer ses différents niveaux de pertinence, avant d’aborder la question du temps verbal en récit.

1. PRAXIS, SUJET, TEMPS : ASCENDANCE ET DESCENDANCE

5Si le temps en soi reste une énigme (Ricœur 1983), l’approche phénoménologique qu’en proposent certains philosophes permet d’avancer dans la description de son appréhension par le sujet existentiel. On retiendra l’idée selon laquelle la fluence temporelle – notion qu’illustre parfaitement l’expression selon laquelle le temps passe –, qu’elle s’origine dans la conscience humaine selon certains ou qu’elle puisse être mise en relation avec le temps du monde selon d’autres, peut être subie passivement et/ou agie activement.

6Merleau-Ponty pour ne citer que lui (1945/1985 : 470-471) note que si la métaphore du cours du temps « a pu se conserver depuis Héraclite jusqu’à nos jours, c’est que nous mettons subrepticement dans le ruisseau un témoin de sa course », à savoir donc que « le temps suppose une vue sur le temps ». Vue qui s’avère double selon que l’observateur contemple le cours d’eau du bord de la rive ou qu’il s’embarque sur son flux. Autrement dit, le temps n’est pas « une succession effective que je me bornerais à enregistrer. Il naît de mon rapport avec les choses » (ibid.).

7Ces appréhensions contraires de la fluence temporelle sont dialectiquement liées :

Je ne suis pas l’auteur du temps, pas plus que des battements de mon cœur, ce n’est pas moi qui prends l’initiative de la temporalisation ; je n’ai pas choisi de naître, et, une fois que je suis né, le temps fuse à travers moi, quoique je fasse. Et cependant ce jaillissement du temps n’est pas un simple fait que je subis, je peux trouver en lui un recours contre lui-même (...). Il m’arrache à ce que j’allais être, mais me donne en même temps le moyen de me saisir à distance et de me réaliser comme moi (op. cit. : 488).

8Le linguiste français G. Guillaume (1883-1960) a articulé avec rigueur temps de l’expérience et temps représenté en langage, à l’aide des notions de descendance et d’ascendance. Citons-le avant d’expliciter ces deux concepts :

la personne éprouve le temps de deux manières contrastées, elle en a une double expérience : celle qui fait du temps la puissance qui l’emporte et la détruit, et celle qui fait du temps le champ ouvert devant elle pour qu’elle y inscrive sa puissance propre, ou si l’on veut, un peu plus concrètement, son activité (Guillaume 1971 : 91-92).

9Le temps peut être représenté par une ligne orientée de droite à gauche : le temps, dans sa fluence, est appréhendé par le sujet comme venant vers lui depuis le futur, et glissant continuellement, après avoir traversé le sujet dans ce contact qu’est le présent (nunc), dans le temps qui s’éloigne : le passé. Si le 1er mai est, pour moi qui écris aujourd’hui 12 avril, du futur, ce futur sera ensuite – p. ex. le 12 mai –, du passé ; on n’a jamais vu l’inverse : un événement passé devenir futur, sauf peut-être dans la science-fiction. Et c’est la fluence du temps – ou bien sûr ce que nous appréhendons comme tel – qui, à chacun de ses instants, rapproche de moi un événement situé dans le futur et éloigne un événement situé dans le passé. Soit figurativement :

10Selon cette orientation que Guillaume nomme descendante, le temps « est senti être la puissance qui emporte toute chose, et la personne humaine, à la destruction » (ibid.). On a là une représentation passive.

11Mais le temps peut être appréhendé comme se déroulant en sens inverse, du passé vers le futur, direction que Guillaume appelle ascendante :

12L’orientation ascendante « est une visualisation de caractère subjectif, représentative du temps que la personne humaine imagine s’ouvrir devant elle pour qu’elle y inscrive son activité » (1991 : 326).

13La double visualisation s’origine dans deux attitudes opposées de l’homme face au monde, très précisément face au temps du monde qui est objectivement de cinétisme descendant : soit il s’abandonne à ce mouvement qui fait de lui en tant qu’être-au-monde un être pour la mort, un objet : c’est « l’homme “en passion” sous le temps » (Guillaume 1937/1969 : 62) ; soit il lui oppose subjectivement ce qui fait de lui, en tant qu’être de praxis, un être de projet pour qui le temps est cette chance à lui offerte de le/se réaliser : c’est « l’homme “en action” sur le temps » (ibid.) : temps que l’homme ouvre par son activité, conçue sous sa double forme de travail et de langage. Ces deux praxis, sur temps ascendant, transforment le destin ou l’évolution en histoire, qui se conçoit comme remontée du passé en direction de l’avenir. La représentation ascendante interprète la fluence du temps selon le renversement que lui imprime l’agir. Le temps m’est donné : si je ne l’interprète pas en ascendance par ma praxis, il m’emporte. Si je l’interprète en ascendance par ma praxis, il m’emporte toujours certes, mais en même temps il me donne les moyens de me construire.

14Cette double appréhension informe nombre de faits linguistiques et discursifs, au nombre desquels la production de la narrativité. Le récit est, aux différents niveaux de sa production comme de sa structuration, mise en ascendance du temps : face au destin, de cours descendant, l’Histoire p. ex., en tant que récit, consiste à relater les événements dans l’ordre ascendant dont se construit le sujet tant individuel que social.

15Une fois posé ce lien entre le sujet et le récit via le concept d’ascendance, il me faut, autrement qu’en généralité, articuler récit et mise en ascendance du temps.

2. LE RÉCIT ET LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE SA MISE EN ASCENDANCE DU TEMPS

16La narratologie distingue traditionnellement deux instances temporelles, que je nommerai :

  • temps raconté, qui correspond au temps présupposé pendant lequel se sont passés les événements mis en récit ;

  • temps du raconter, qui correspond à un temps bien réel, mesurable dans le récit oral : il s’agit du temps occupé par l’acte de raconter les événements mis en récit.

17Ces deux instances doivent être complétées par une troisième, pour appréhender le récit en tant qu’acte : le temps racontant, que je définirai comme le temps opératif cognitif au cours duquel s’organise l’activité de mise en ascendance. Ce temps comme cette activité, nous ne pouvons les appréhender directement : le langage est fait pour parler, c’est-à-dire (inter)agir, non pour se regarder parler ; sont conséquemment mises en inconscience pratique (Lafont 1978) les opérations de production du sens. On peut par contre les saisir, bien sûr partiellement et hypothétiquement, à partir des marqueurs qui en sont, au niveau du discours réalisé, comme autant de traces. Je considère comme marques résultatives de l’activité de mise en ascendance du temps racontant, les ascendances macrostructurale, interphrastique, verbo-temporelle.

2.1. Ascendance macrostructurale

  • 1 Soit en français : « Ce n’était pas moi qui disposais les choses dans mon foyer, mais une autre for (...)

18C’est une évidence qui en tant que telle passe le plus souvent inaperçue : le temps raconté d’un récit a toujours structure ascendante, que les événements référentiellement visés se soient réellement passés ou qu’ils soient fictifs. Pierre Prion, Scribe parcourt la période de temps 1687-1759 comme Les Misérables le font pour la période 1815-1833 : en remontant d’un plus de passé vers un moins de passé. Et il en va apparemment ainsi de tous les récits du monde. Certes cet ordre progressif peut être le lieu d’anachronies (proleptiques, mais surtout analeptiques, Genette 1973). Mais ces anachronies ne contestent localement et explicitement (l’analepse est signalée comme telle notamment par des circonstants thématiques : Deux ans plus tôt...) la mise en ascendance que pour mieux souligner sa réalisation globalement et implicitement. Il faut attendre certains romanciers contemporains comme C. Simon (Bres 1997c) ou G. Garcia Marquez (Bres 1994 : 148-160) pour voir remise en cause la mise en ascendance macrostructurale, par là même le récit, et au-delà le sujet : la mise en question du récit passe par la mise en question du principe d’ascendance qui est à la base de sa production, et du sujet à partir duquel il s’organise et qu’il organise. Ce n’est donc pas hasard si dans la plupart des récits de Garcia-Marquez rode la figure du destin ou de la prophétie anonyme, qui dépossède le sujet de son actantialité, comme p. ex. dans La Hojarasca : « No era yo quien disponia las cosas en mi hogar, sino otra fuerza misteriosa, que ordenaba el curso de nuestra existencia y de la cual no éramos otra cosa que un docil e insignificante instrumento. Todo parecia obedecer entonces al natural y eslabonado cumplimiento de una profecia »1.

2.2. L’ascendance interphrastique

19Si le temps raconté dans sa globalité est représenté de façon ascendante, c’est que les unités de la narration, à savoir les propositions narratives, ou plutôt leur enchaînement, sont organisées au niveau microstructural selon la même orientation.

20Labov (1972/1979 : 296) définit le récit oral comme une suite d’au moins deux propositions narratives, à savoir « deux propositions temporellement ordonnées », c’est-à-dire reliées par une jonction temporelle de successivité. Soit :

(1) le bébé a pleuré (a), la maman l’a pris dans ses bras (b).

21L’ordre du texte – la succession des propositions : [a < b] (re)produit l’ordre des événements [El (pleurs du bébé) < E2 (geste maternel)]. On dira que la textualité narrative est une textualité à iconicité par motivation (Haiman 1980). Cet ordre est pertinent pour le sens produit : si j’inverse la succession textuelle [a < b] en [b < a], soit (moyennant ajustement de l’anaphore le bébé – il) :

(2) la maman a pris le bébé dans ses bras (b), il a pleuré (a).

22j’obtiens un autre récit : le geste maternel a été suivi des pleurs de l’enfant. Sans entrer ici dans les détails complexes de l’analyse, on posera, à partir de la définition de Labov, que la mise en ascendance interphrastique est critère de narrativité : ainsi p. ex. « Demain dès l’aube » de Hugo est un récit – le sujet raconte selon plusieurs propositions narratives son pélerinage à venir sur la tombe de sa fille – ; mais pas « Le Dormeur du val » de Rimbaud : contrairement aux apparences, on ne saurait distinguer dans ce poème deux propositions narratives, signes de l’avancée du temps.

3. L’ASCENDANCE VERBO-TEMPORELLE : PASSÉ SIMPLE, IMPARFAIT

23Le verbe est, dans une langue comme le français, la classe grammaticale qui a partie liée spécifiquement avec le temps. Le temps verbal est-il un lieu où puisse se signifier l’opération de mise en ascendance ? Je ne m’intéresserai dans le cadre de cet article qu’aux temps simples de l’époque passée (de l’indicatif) dans le récit écrit.

24Remarquons pour commencer que cette époque dispose de deux temps, le passé simple et l’imparfait, dont le premier est traditionnellement qualifié de narratif, le second de non narratif. Nous partirons de ces formulations pour les affiner, les fonder en légitimité linguistique et développer l’hypothèse que le passé simple met en ascendance le temps impliqué par le verbe alors que l’imparfait le représente selon l’orientation descendante.

25Les qualifications traditionnelles que l’on trouve dans toutes les grammaires selon lesquelles le passé simple serait narratif alors que l’imparfait serait non narratif sont (i) globalement pertinentes, mais cependant (ii) excessives et (iii) approximatives :

26(i) En récit écrit, c’est effectivement sur des passés simples que le temps raconté progresse alors qu’avec l’imparfait il semble piétiner :

(3) La porte se rouvrit, l’homme reparut, il portait dans ses deux mains la poupée fabuleuse dont nous avons parlé (...) et il la posa debout devant Cosette (Hugo, Les Misérables).

27Les verbes au passé simple se rouvrit, reparut et posa introduisent effectivement chacun un nouveau point référentiel, mais pas le verbe à l’imparfait portait : l’acte de porter était vrai avant que n’arrivent au temps les actes d’ouvrir la porte et de reparaître. C’est en vertu de ce fonctionnement, massif, que le passé simple est sommairement appréhendé comme narratif, l’imparfait comme descriptif. Certains même (Kamp & Rohrer 1983) ont tenté de voir là la valeur fondamentale de ces deux temps, qui tiendrait à la relation temporelle qu’ils établissent avec le co-texte antérieur : l’imparfait introduit un nouvel état qui contient l’événement antérieur ; le passé simple introduit un nouvel événement posé comme référentiellement postérieur au précédent. Le passé simple fait progresser le récit en posant une succession, l’imparfait lui fait faire du surplace en posant une simultanéité (globale).

28(ii) Si statistiquement le passé simple porte la progression ascendante du point référentiel mais pas l’imparfait, ce n’est cependant pas toujours le cas. Il arrive que le passé simple ne soit pas associé à l’avancée du temps :

(4) Tout le long du jour, ils vagabondèrent entre les vignes, arrachèrent des coquelicots (...), dormirent sur l’herbe, burent du lait, mangèrent sous les acacias (Flaubert, Bouvard et Pécuchet).

29Les verbes ne sont pas organisés entre eux selon la succession événementielle [vagabondèrent < arrachèrent < dormirent < burent], mais sont dans une relation temporelle indéterminée [vagabondèrent, arrachèrent, dormirent, burent] : l’acte d’arracher des coquelicots p. ex. peut avoir eu lieu aussi bien avant qu’après celui de vagabonder dans les vignes. Le passé simple ne nous en dit rien : il n’est donc pas ici un marqueur de progression du point référentiel.

30Inversément, il arrive que l’imparfait soit associé à l’avancée du temps :

(5) Rosalie approcha son front où Numa posait timidement les lèvres (Daudet, Numa Roumestan).

31Le baiser de Numa ne peut que faire suite au rapprochement du front de Rosalie : l’imparfait serait ici un marqueur de progression du point référentiel.

32Le passé simple serait donc narratif en (3) et non narratif en (4), l’imparfait non narratif en (3) et narratif en (5). Si une même forme peut dire une chose et son contraire, si deux formes différentes peuvent dire la même chose, voilà qui chagrine le linguiste qui croit au signifiant...

33(iii) Même dans les cas où le passé simple est narratif et l’imparfait descriptif comme en (3), sont-ce ces formes qui produisent en propre le sens de [+ / - progression], ou bien accueillent-elles avec plus ou moins de bonheur cet élément produit par d’autres morphèmes ?

34Tentons de poser explicitement, et sur des bases linguistiques qui ne souffrent aucune exception, la question de l’orientation du temps dans la représentation qu’en propose le verbe. Elle nous permettra de résoudre les difficultés rencontrées.

35L’analyse que je propose se développe dans les cadres d’une approche praxématique critique (Bres 1997a) de la théorisation du temps verbal proposée par Guillaume.

  • 2 Dans d’autres langues que le français (notamment africaines et amérindiennes), le nom peut porter d (...)

36En français, tout procès implique du temps2 en langue (Guillaume 1933/1969 : 47), c’est-à-dire renvoie à du temps intérieur à l’événement lui-même, porteur de sa réalisation entre commencement et fin. Précisons tout de suite que certains noms peuvent impliquer référentiellement du temps : course tout autant que courir réfère à un événement temporel. Mais alors que le verbe, par sa variation morphologique, peut représenter ce temps impliqué temporellement – il courut / il courra : l’acte est situé dans le passé, dans le futur – et aspectuellement courant / couru : l’acte est présenté dans son cours, à son terme –, le nom, lui, doit avoir recours à des adjuvants externes : la course d’hier / de demain ; le début / la fin de la course.

37Les temps (tenses) (et les modes) verbaux ont pour fonction d’actualiser en discours ce temps impliqué (time). L’actualisation verbo-temporelle consiste à produire l’image-temps, c’est-à-dire à inscrire temporellement et aspectuellement le temps impliqué par le verbe en langue, sur l’imaginaire ligne du temps que construit le discours, ce qui permet les opérations de référenciation. Je n’aborderai ici que la dimension aspectuelle de cette inscription.

38Le temps impliqué par le verbe peut être représenté en français comme se réalisant (entre autres) :

  • en seule incidence. Le temps impliqué par le procès s’inscrit sur la ligne du temps à partir de son terminus a quo jusqu’à son terminus ad quem comme seul accomplissement ; il n’est à aucun moment donné à voir comme accompli. A cette représentation aspectuelle correspond, entre autres formes, le passé simple. Cette analyse rend compte de ce que ce temps admet parfaitement l’explicitation par un circonstant des points d’incidence initial et terminal du temps impliqué (il pédala de 8h à 9h), mais ne peut se combiner avec un circonstant explicitant la partie accomplie du temps impliqué ( ?il pédala depuis déjà dix minutes).

  • en conversion de l’incidence en décadence : le temps impliqué par le procès s’inscrit sur la ligne du temps comme transformation incessante de l’accomplissement en accompli, sans que soit donné à voir son terminus a quo ni son terminus ad quem. A cette représentation aspectuelle correspond, entre autres temps, l’imparfait. Cette forme admet parfaitement l’explicitation par un circonstant de la partie accomplie du temps impliqué (il pédalait depuis déjà dix minutes) comme celle du terminus a quo qu’elle présuppose (il pédalait depuis 8 heures). Il lui est plus difficile – sans que pour autant cela lui soit impossible – de se combiner (en dehors de l’interprétation itérative) avec l’explicitation du terminus ad quem (il pédalait jusqu’à neuf heures) : c’est que l’imparfait présuppose que ce terme n’est pas atteint.

39Ajoutons que le temps impliqué est représenté non pas statiquement mais dans sa fluence :

  • l’incessante conversion de l’incidence en décadence, en quoi consiste ce que donne à voir l’imparfait, inscrit la représentation du temps impliqué sur orientation descendante (du futur vers le passsé) ; le temps impliqué est vu arriver, passer et s’en aller en franchissement de la ligne d’échéance.

  • l’interdiction de cette conversion, soit le maintien en incidence, en quoi consiste ce que donne à voir le passé simple, inscrit la représentation du temps impliqué sur orientation ascendante (du passé vers le futur) : le temps impliqué est vu arrivant sans cesse sans que cette survenue se réalise en franchissement de la ligne du temps ; empêché de glisser en deçà, le temps arrivant ne peut continuer d’arriver qu’en inversant le cinétisme descendant d’où il procède et qui le porte en cinétisme ascendant. La fluence est représentée se déroulant en remontée de la ligne d’échéance faute de pouvoir la franchir.

40La différence passé simple / imparfait consiste en une différence de représentation du temps impliqué par le verbe : ascendante pour le premier, descendante pour le second. Le temps verbal peut donc bien être un marqueur de mise en ascendance du temps en quoi consiste le récit, et ce qu’il met en ascendance, à travers une forme comme le passé simple, c’est un élément que seul peut saisir dynamiquement le verbe : le temps impliqué par le procès. Voyons très concrètement comment cela fonctionne textuellement, c’est-à-dire comment s’articulent saisie ascendante du temps impliqué par le verbe et saisie ascendante interphrastique de l’ordre des procès. Reprenons l’exemple (3) :

(3) La porte se rouvrit, l’homme reparut, il portait dans ses deux mains la poupée fabuleuse dont nous avons parlé (...) et il la posa debout devant Cosette (Hugo, Les Misérables).

41Distinguons deux éléments que confondait l’appellation de passé simple narratif :

  • l’ascendance externe interphrastique : elle concerne l’articulation des procès entre eux, la relation temporelle de progression qui les unit ;

  • et l’ascendance interne intraphrastique : elle concerne le temps représenté par chacun des procès.

42Le rapport lexico-sémantique des trois verbes au passé simple implique référentiellement la succession : l’acte de reparaître ne peut advenir qu’après celui d’ouvrir la porte, celui de poser la poupée ne peut de même advenir qu’après celui de reparaître : [se rouvrir < reparaître < poser]. Soit donc une articulation externe des procès entre eux selon la représentation ascendante, définitoire de la narrativité. Figurativement (et en aggrandissant l’espace de temps entre les procès) :

43La succession ascendante des événements entre eux sollicite la représentation ascendante du temps impliqué par chaque procès, c’est-à-dire une représentation en seule incidence. Ces trois procès sont au passé simple : le temps impliqué par chacun est représenté selon la visualisation ascendante, en concordance avec l’ascendance externe qui les relie l’un à l’autre. Soit :

44Et c’est ainsi que fonctionne le récit classique : en confirmation de l’articulation ascendante de l’ordre des procès par la représentation du déroulement interne ascendant du temps impliqué par chacun d’eux, c’est-à-dire en confirmation de l’ascendance interphrastique par l’ascendance verbale intraphrastique.

45Revenons au passé simple : ce temps, de par sa structure aspectuelle, est potentiellement apte à introduire un nouveau point référentiel – représentation du terminus a quo, c’est-à-dire du point d’incidence initial du temps impliqué à la ligne du temps-, comme à orienter vers un nouveau point référentiel : le temps impliqué par le procès est représenté jusqu’à son terme (terminus ad quem), et ce sur orientation ascendante. Cette potentialité peut être confirmée par le cotexte comme dans (3) ou non actualisée comme dans (4). La difficulté soulevée par l’analyse du passé simple en termes de progression du point référentiel pointée supra, est levée. Le passé simple représente le temps impliqué en ascendance. Comme tel il est un excellent candidat à porter la progression ascendante du point référentiel exigée par le cotexte narratif, c’est-à-dire par l’articulation externe ascendante comme en (3). Mais ce n’est pas lui qui la produit : il peut donc apparaître en son absence (c’est-à-dire si le cotexte interphrastique ne la réalise pas) comme en (4) : le texte de Flaubert donne à voir le temps impliqué par chaque procès se réalisant en ascendance, sans que pour autant l’ordre de ces procès soit lui-même ascendant.

  • 3 A la différence de Weinrich (1964/1973), je fais des notions de premier plant arrière-plan non des (...)

46Qu’en est-il de l’imparfait ? Revenons à l’exemple (3). A l’intérieur de la succession des trois passés simples s’introduit un imparfait : « il portait dans ses deux mains la poupée fabuleuse ». Le rapport lexico-sémantique de l’acte de porter la poupée avec les actes d’ouvrir la porte et d’apparaître est d’inclusion : Jean Valjean porte la poupée dans ses bras avant d’ouvrir la porte et d’apparaître, comme il continuera de le faire, après avoir ouvert la porte et être apparu : [(s’ouvrir < apparaître) & porter]. Porter la poupée n’introduit donc pas un nouveau point référentiel mais accueille dans son déroulement l’incidence au temps des deux actes d’ouvrir la porte et d’apparaître. Ce rapport d’inclusion sollicite la représentation descendante du temps impliqué par porter la poupée : il n’est demandé d’en montrer ni le terminus a quo ni le terminus ad quem, mais le déroulement, c’est-à-dire la conversion de l’accomplissement en accompli. L’imparfait, de par sa structure aspectuelle, correspond parfaitement à cette sollicitation. Et c’est ainsi que fonctionne le récit classique : en doublant l’ascendance externe et interne des procès au passé simple, de procès à l’imparfait qui donnent à voir le temps impliqué selon l’orientation descendante : qui, leur servant de décors, d’arrière-plan3, leur donnent de la profondeur de champ.

47L’imparfait, de par sa structure aspectuelle, est potentiellement inapte à introduire un nouveau point référentiel – non représentation du terminus a quo, c’est-à-dire du point d’incidence initial du temps impliqué à la ligne du temps –, comme à orienter vers un nouveau point référentiel : le temps impliqué par le procès n’est pas représenté jusqu’au terminus ad quem, il est donné à voir comme conversion de l’accomplissement en accompli, c’est-à-dire sur orientation descendante. Cette potentialité peut être confirmée par le cotexte comme dans (3) ou en partie neutralisée comme dans (5), ce qu’il nous reste à expliquer. En effet si nous avons analysé en quoi l’imparfait était potentiellement inapte à porter la progression du point référentiel, nous n’avons pas expliqué pourquoi, malgré ce, il la porte comme dans (5) ou comme dans le récit suivant, extrait du Journal des Goncourt (6), dans un emploi que les grammaires nomment symptomatiquement imparfait narratif :

                  (6) mercredi 14 juin

Il trouvait une triste immobilité aux dessins de son tapis. Il voulait dessus une coloration, un reflet errant. Il allait au Palais-Royal, où il achetait très cher une tortue. Et il était heureux de la promenade sur son tapis de cette chose vivante et éclairée.
Mais, au bout de quelques jours, il trouvait le lumineux du chélidonien un rien triste. Il portait alors sa tortue chez un doreur et la faisair dorer. Et le bibelot, à la fois marchant et doré, l’égayait beaucoup, jusqu’au moment où tout à coup, il lui venait l’idée de faire sertir la tortue par un bijoutier. Et il faisait incruster la carapace de topazes. Et il était dans la joie de son imagination, quand la tortue mourait de son incrustation.
L’original qui a eu cette idée m’est amené aujourd’hui par Heredia. C’est le jeune (...) (Goncourt, Journal).

48L’imparfait narratif a suscité la sagacité des linguistes, qui y ont consacré beaucoup d’énergie et de pages. Notant que, dans ce type d’occurrence, l’on pouvait remplacer l’imparfait par un passé simple, les plus hardis ont avancé que cet imparfait ne serait pas tout à fait comme les autres, qu’il déformerait sa valeur en discours. Dans cet emploi, il verrait l’une des variables qui le constituent faire l’objet d’une variation quantitative : l’accompli tendrait vers zéro (Guillaume 1929/1970) ; il déformerait sa valeur de base en valeur aoristique (Simonin 1984) ; il remplacerait ses traits définitoires [- globalité][- progression] par les traits inverses [+ globalité] [+ progression] (Tasmowski-De Rick 1985 : 62). Les choses me semblent beaucoup plus simples : je défends l’idée (Bres 1998b, 1999c) que, dans ce type d’occurrence, ce n’est pas l’imparfait qui est narratif mais le cotexte, c’est-à-dire l’ordre des procès, comme je vais l’établir dans l’analyse de (6), ou plutôt du seul énoncé médian : « Mais, au bout de quelques jours, il trouvait le lumineux du chélidonien un rien triste. Il portait alors sa tortue chez un doreur et la faisair dorer ».

49Le rapport lexico-sémantique des trois verbes implique que l’articulation externe des procès entre eux est d’ordre ascendant. Figurativement :

50Cette structure, en cotexte singulatif, demande que le temps impliqué par chaque verbe soit représenté selon la visualisation ascendante. Si ces procès étaient actualisés au passé simple, l’ascendance interne viendrait, comme nous l’avons vu, en confirmation de l’ascendance externe. Soit :

(6’) Mais, au bout de quelques jours, il trouva le lumineux du chélidonien un rien triste. Il porta alors sa tortue chez un doreur et la fit dorer.

51Que se passe-t-il lorsque ces procès sont actualisés à l’imparfait ?

(6) Mais, au bout de quelques jours, il trouvait le lumineux du chélidonien un rien triste. Il portait alors sa tortue chez un doreur et la faisait dorer.

52La demande cotextuelle de représentation du temps impliqué selon l’orientation ascendante, au lieu d’être satisfaite, se voit frustrée, et même contredite. L’imparfait donne à voir le temps impliqué selon l’orientation descendante :

53Pour passer d’un procès à l’autre, doit être surmontée sinon résolue la contradiction entre orientation descendante sous laquelle est actualisé le temps impliqué par le procès à l’imparfait et orientation ascendante de l’ordre des procès. Les effets de sens, nombreux, produits par cette structure sont à mettre au compte de cette contradiction (Bres 1999a). Il n’existe donc pas d’imparfait narratif, mais un effet de sens narratif produit par la contradiction de l’ascendance externe interphrastique et de la descendance interne verbale.

54Le découplage des ascendances interne et externe, verbale et interphrastique, que confond l’appellation de temps narratif, nous a permis de rendre compte des apparentes contradictions desquelles nous sommes parti – le passé simple serait le plus souvent narratif, mais quelquefois non narratif ; l’imparfait serait le plus souvent non narratif, mais quelquefois narratif... – comme de donner un statut linguistique clair au rôle du verbe dans la mise en ascendance narrative. C’est parce que le verbe représente le temps impliqué par le procès, qu’il peut le donner à voir, avec p. ex. le passé simple, sur orientation ascendante. C’est parce que le passé simple représente le temps impliqué sur orientation ascendante qu’il est, dans le récit classique, le temps verbal le plus employé : il vient soutenir d’ascendance interne, l’ascendance externe du niveau interphrastique. Et que l’on se rassure : la disparition, ou plutôt la réduction d’emploi du passé simple, n’affaiblit en rien le récit, ni la mise en ascendance du temps en quoi il consiste. D’autres temps verbaux, tout aussi ascendants, ont pris le relai : le passé composé, le présent, notamment (mais pas seulement) dans le récit oral (Bres 1999a).

Conclusion

55Après avoir repéré comment l’opération de mise en ascendance du temps structurait le récit aux deux niveaux de la macrostructure du temps raconté et de la microstructure de l’enchaînement des propositions narratives, nous avons montré qu’elle s’applique, au niveau verbal, au temps impliqué par le verbe, qu’elle permet de donner à voir selon l’orientation passé > futur, dans des temps verbaux comme le passé simple, le passé composé, le présent, à savoir les formes traditionnellement nommées narratives en ce qu’elles forment l’armature verbo-temporelle du récit.

56Homo narrativus : si nous sommes effectivement des hommes de récit, c’est que :

  • le récit, art du temps, est structuré à ses différents niveaux par la représentation ascendante du temps qui s’origine dans la praxis définitoire de notre espèce : qui fait de l’homme un être qui utilise le temps qui le détruit pour (se) construire. De ce point de vue, la terre a une évolution ; seule l’humanité a une Histoire.

  • le récit permet au sujet de se structurer temporellement. Sujet individuel : son importance pour l’enfant, à travers le genre du discours du conte, ne tient-elle pas à ce qu’en racontant des histoires au petit enfant on l’initie à la structure temporelle de son fonctionnement de sujet ? Sujet groupai : tout groupe, tentant d’accéder à la conscience de lui-même, a besoin d’un « roman des origines ». Au besoin, il le crée de toutes pièces : songeons à l’Enéide, à la Chanson de Rolland. Peut-on imaginer un sujet sans histoire ?

57Je terminerai comme j’ai commencé, par un détournement, de Rimbaud cette fois-ci, le plaisir du jeu de mots tempérant la possible outrecuidance du propos :

Elle est expliquée.
Quoi ? – La narrativité.
C’est la mise en intrigue allée
avec la mise en ascendance.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Bres J., 1991, « Le temps, outil de cohésion : deux ou trois choses que je sais de lui », Langages 104, 92-110.

—, 1994, La narrativité, Louvain-la Neuve, Duculot.

—, 1997a, « Ascendance/descendance ; incidence/décadence : affaires de couples... », Cahiers de praxématique 29, 157-183.

—, 1997b, « Habiter le temps : le couple imparfait/passé simple en français », Langages 127, 77-95.

—, 1997c, « La Route des Flandres : une machine à démonter la mise en ascendance du temps narratif », in R. Ventresque (éd.), Claude Simon. A partir de « La Route des Flandres » ; Tours et détours d’une écriture, Montpellier III, 13-25.

—, 1998a, « Fluence du temps impliqué et orientation : l’imparfait et le passé simple revisités », in Vogeleer S., Borillo Α., Vetters C. et Vuillaume M. (éd.), Temps et discours, Louvain-la-Neuve, Peeters, 157-170.

—, 1998b, « L’imparfait narratif est un imparfait comme les autres », in D. Leeman et A. Boone, Du percevoir au dire, Paris, L’Harmattan, 261-276.

—, 1999a, « Un emploi discursif qui ne manque pas de style : l’imparfait en cotexte narratif », Cahiers Chronos 6, 59-77.

—, 1999b, « Textualité narrative orale, genres du discours et temps verbal », J.-M. Barbéris (éd.), Le français parlé : variétés et discours, Montpellier III, Praxiling, 107-133.

Bres J., 1999c, « L’imparfait dit narratif tel qu’en lui-même (le cotexte ne le change pas) », Cahiers de praxématique 32, 87-117.

Genette G., 1973, Figures III, Paris, Editions du Seuil.

Guillaume G., 1933/1969, « Immanence et transcendance dans la catégorie du verbe », Langage et science du langage, Paris, Nizet et Québec, Presses de l’université Laval, 46-58.

—, 1937/1969, « Thèmes de présent et système des temps français ; genèse corrélative du présent et des temps », Langage et science du langage, Paris, Nizet et Québec, Presses de l’université Laval, 59-72.

—, 1971, Leçons de linguistique 1948-1949, Série A, vol. 1, Québec, Presses de l’université Laval et Paris, Klincksieck.

—, 1991, Leçons de linguistique 1943-1944, série A, vol. 10, Québec, Presses de l’université Laval et Lille, Presses universitaires.

Hagège C., 1985, L’homme de paroles, Paris, Fayard.

Haiman J., 1980, «The iconicity of grammar: isomorphism and motivation», Language, vol. 56, 3, 515-536.

Kamp H. et C. Rohrer, 1983, «Tense in texts», in R. Bauerle, C. Scharze & A. von Stechow (eds.): Meaning, use and interpretation of language, Berlin, De Gruyter, 250-269.

Labov W., 1972/1978, « La transformation du vécu à travers la syntaxe narrative », in Le parler ordinaire 1, Paris, Editions de Minuit, 289-355.

Lafont R., 1978, Le travail et la langue, Paris, Flammarion.

Merleau-Ponty M., 1945/1985, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Ricœur P., 1983, Temps et récit, tome I, Paris, Editions du Seuil.

Simonin J., 1984, « Les repérages énonciatifs dans les textes de presse », in A. Grésillon et J.-L. Lebrave (éds.) La langue au ras du texte, Lille, Presses universitaires, 133-203.

Tasmowski-De Ryck L., 1985, « L’imparfait avec et sans rupture », Langue française 67, Paris : Larousse, 59-77.

Weinrich H.,1964/1973, Le temps, Paris, Le Seuil.

Notes

1 Soit en français : « Ce n’était pas moi qui disposais les choses dans mon foyer, mais une autre force mystérieuse, qui ordonnait le cours de notre existence et dont nous n’étions qu’un docile et insignifiant instrument. Tout paraissait correspondre à l’accomplissement naturel d’une prophétie ».

2 Dans d’autres langues que le français (notamment africaines et amérindiennes), le nom peut porter des marques de temps et d’aspect ; en français même, certains noms peuvent tendanciellement s’actualiser temporellement à l’aide de préfixes : mon ex-femme/ma future femme, et même bien sûr, mon ex-future femme, ma future ex-femme...

3 A la différence de Weinrich (1964/1973), je fais des notions de premier plant arrière-plan non des valeurs directement liées aux temps verbaux, mais des effets de sens résultant de leur représentation du temps impliqué par le verbe.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 5
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 6
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search