Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Première partie. Approches théoriques du topos

Le récit itératif et le topos satorien

Daniel Maher

Texte intégral

1La notion genettienne de récit itératif présente à mon avis des ressemblances révélatrices avec la notion satorienne de topos. Tout comme le récit itératif, le topos constitue une tentative d’isoler dans une séquence narrative ce qui se retrouve dans d’autres séquences. Les deux concepts, en fin de compte, réduisent une série d’événements, vus dans leur analogie, à ce qu’ils ont en commun. L’abstraction pour saisir la répétition se fait à des niveaux différents : pour l’itératif, à l’intérieur d’un seul texte ; pour le topos à travers plusieurs textes, bien que la saisie d’une occurrence de topos se fasse à partir de textes uniques. Au cours de ce bref article, je me servirai d’exemples tirés de romans des XVIe et XVIIe siècles pour préciser dans un premier temps la nature du récit itératif et pour explorer le rapport étroit qu’il entretient avec le topos. Dans un second temps, je regarderai un cas-limite du récit itératif, que j’appelle le récit virtuel, qui me semble particulièrement propice pour éclairer la nature complexe de ce rapport.

  • 1 Figures III, Paris, Seuil, 1972, pp. 146-148.

2Selon Genette, l’itératif raconte une fois dans le récit un événement qui est censé s’être passé plusieurs fois dans l’histoire1. Il cite à ce propos le célèbre incipit de Proust, « Longtemps, je me suis couché de bonne heure ». Regardons à titre d’exemple le début de l’« Histoire de Lucrèce la bourgeoise » dans Le Roman bourgeois de Furetière :

  • 2 Le Roman bourgeois dans Romanciers du XVIIesiècle, édition d’Antoine Adam, collection de la Pléiad (...)

De sorte que tous les aprésdinées, on mettoit sur le tapis deux jeux de cartes et un tricquetrac, et aussi-tost arrivoient force jeunes gens de toutes conditions, qui y estoient plûtost attirez pour voir Lucrèce que pour diuertir l’auocate [la tante de Lucrèce], Quand elle auoit gagné au ieu, elle faisoit l’honorable, et faisoit venir une tourte et un poupelin, auec une tasse de confitures faites à la maison, dont elle donnoit la collation à la compagnie [...]. Elle passoit par ce moyen dans le voisinage pour estre fort splendide ; sa maison étoit appelée une maison de bouteilles et de grande chère [...]2.

3Notons les marques formelles de la répétition, l’emploi de l’imparfait d’habitude ainsi que la présence de l’expression adverbiale fréquentative « tous les après-dîners ». Cet extrait, au début du récit encadré, établit le cadre au récit des amours de Lucrèce et illustre bien l’observation de Genette :

  • 3 Ceci tout au moins à son avis avant Flaubert et Proust (et donc pour le roman d’Ancien Régime que (...)

La fonction classique du récit itératif est donc assez proche de celle de la description, avec laquelle il entretient d’ailleurs des rapports très étroits : le « portrait moral », par exemple, [...] procède le plus souvent par accumulation de traits itératifs3. (148)

4D’ailleurs, la suite du Roman bourgeois confirme la méchanceté et la sottise de divers personnages (Collantine, Belastre et Bedout) non seulement par l’accumulation d’exemples uniques de conduite ridicule mais aussi par la répétition (itération) d’une action particulièrement indicatrice du trait en question. L’itératif à fonction descriptive, si j’ose le dire ainsi, est relativement prévisible et correspond souvent au début d’un récit (ou récit encadré) ou à la présentation d’un nouveau personnage. Pour Genette, l’itératif se rattache généralement à des moments faibles du récit, les moments forts de l’action « proprement dite » étant racontés en récit singulatif – qui raconte une fois ce qui s’est passé une fois.

  • 4 La vie treshorrificque du grand Gargantua, édition de Françoise Joukovsky, Paris, Flammarion, 1993 (...)

5Un autre cas fréquent de l’itératif remplit une fonction de transition au milieu d’un récit et constitue souvent une indication du passage du temps de l’histoire. Un exemple éclatant se trouve dans le Gargantua de Rabelais. La presque totalité du chapitre XXIII, intitulé « Comment Gargantua feut institué par Ponocrates en telle discipline, qu’il ne perdoit heure du jour », raconte la routine quotidienne de Gargantua dans le menu détail (avec huit pages d’imparfaits et de plus-que-parfaits d’habitude), bien entendu en accordant une place de choix au corporel (l’excrément, la nourriture, les exercices corporels, etc.).4 Ce chapitre, le plus long du texte, est suivi d’un autre chapitre itératif, « Comment Gargantua employ oit le temps quand l’air estoit pluvieux », qui complète le cycle de l’éducation de Gargantua et termine la partie sur l’adolescence du héros pour préparer les aventures de sa maturité.

  • 5 Reproduit ici dans l’avant-propos de Michèle Weil.
  • 6 Genette relève en particulier l’emploi du discours direct dans des séquences itératives : « bref, (...)

6À l’exception frappante de Rabelais, l’itératif occupe le plus souvent une place assez limitée dans le temps du récit. Autrement dit, peu d’espace dans le texte écrit, normalement moins d’une page, est consacré à le représenter. La brièveté de l’itératif (certains récits tiennent dans quelques lignes) rappelle d’ailleurs la notion du micro-récit associée au topos dans le programme scientifique de la SATOR.5 Il me semble utile de considérer cette brièveté comme le produit naturel du travail de réduction inhérent à ce genre de récit, qui exclut les circonstances particulières de chaque action pour en tirer l’exemplarité. Dans ce sens, lorsqu’il y a beaucoup de détail chez Proust, Genette parle du pseudo-itératif, qui rend invraisemblable l’itération prétendue du récit.6 Notons aussi que l’itératif déforme le déroulement « normal » du temps, effet de ralentissement dans un cas par la pause descriptive, effet de vitesse dans l’autre par le sommaire de transition. Qui plus est, l’abstraction et la répétition de l’itératif tendent à neutraliser le temps jusqu’à un certain point. Pour Genette : « Penser deux moments à la fois, c’est presque toujours, [pour l’être proustien,] les identifier et les confondre – cette étrange équation est la loi même de l’itératif » (1972, p. 169).

7Cette dynamique temporelle complexe nous ramène vers la considération du topos. L’itératif (récit ou séquence narrative) et le topos (configuration narrative récurrente) sont par définition des formes narratives qui posent comme condition de base le passage du temps. Cependant, l’itératif marque ce passage du temps le plus souvent par l’imparfait tandis que le topos emploie l’infinitif, forme neutralisée, dans la dénomination abrégée et un présent somme toute atemporel dans la phrase topique.

  • 7 Ce terme figure dans un document diffusé à partir de la page d’accueil de la SATOR (consulté le 18 (...)

8Si l’itératif se distingue nettement par des marques formelles, ce n’est pas le cas pour le topos. Rien dans une séquence narrative donnée ne permet d’y identifier de façon définitive un topos. Le topos est question de reconnaissance et reste présumé jusqu’à sa formulation (sujette à modification) et son accréditation suite à d’autres occurrences dans d’autres textes. Il est considéré un toposème ou une image topique ou encore, pour employer la terminologie proposée par Max Vernet une hypothèse topique7. L’article d’Eglal Henein dans ce même volume montre à quel point on peut formuler de diverses façons les topoi relatifs à des questions d’identité et de déguisement.

9Toutefois, la frontière entre l’itératif et le topos s’avère moins étanche dans la pratique que dans la théorie. Si le topos est, en principe, une question de critique littéraire, il arrive que les romanciers qui se servent de l’intertextualité dans leurs œuvres démontrent une conscience sinon du terme « topos » du moins du concept. Le roman non canonique ou roman comique se révèle, comme on s’y attendrait, le plus intéressant à ce propos. Le topos réduit à la banalité (ce qui rejoint un peu les propos de Nicole Boursier) par l’itération excessive fait l’objet de critiques de la part d’auteurs tels que Furetière, Scarron et l’abbé de Pure, qui y décèlent la marque du manque d’imagination de la part des autres auteurs. La surexploitation de topoi (ou si on veut l’itératif intertextuel) est explicitement rejetée par ces auteurs. Furetière pour sa part refuse de décrire l’enlèvement de Javotte par Pancrace :

[...] car vous n’êtes guères versez dans la lecture des romans, ou vous devez sçavoir 20 ou 30 de ces entretiens par cœur, pour peu que vous ayez de mémoire. Ils sont si communs, que j’ay veu des gens qui, pour marquer l’endroit ou ils en estoient d’une histoire, disoient : J’en suis au huitiesme enlevement, au lieu de dire : J’en suis au huitiesme tome. (p. 1017)

  • 8 Voir par exemple Le Roman bourgeois, pp. 936 et 939 ; Roman comique, dans Romanciers I, ix, p. 555 (...)

10Dans d’autres endroits, on trouve des listes de topoi refusés (enlèvements, portraits égarés, victoires militaires spectaculaires du héros), souvent avec des titres de romans qui en contiennent8.

  • 9 Ce concept, avec un type voisin que j’appelle le récit potentiel, a fait l’objet d’une communicati (...)
  • 10 Genette lui-même exprime certaines réserves quant à la nature « intemporelle » du présent (Figures (...)

11Une ressemblance encore plus serrée existe entre le topos et ce que j’appelle le récit virtuel, un cas fort du récit itératif9. C’est un récit générique et abstrait sans repères spatio-temporels. Bien qu’il y ait une intrigue suivie avec une progression dans le temps, ce récit n’est ancré ni dans le temps ni dans l’espace et contient le plus souvent des personnages anonymes mal définis et quasi-abstraits. Même s’il y a récit, il n’y a pas d’histoire à laquelle on peut le relier. Le récit, s’il en est un, existe sans histoire et frôle à plusieurs reprises la simple conversation (sans récit). Le mode employé situe la discussion dans l’irréel lorsqu’on substitue au passé simple soit le conditionnel (présent ou passé) soit le présent de l’indicatif à valeur atemporelle que La Bruyère exploite si bien dans ses Caractères10. Le récit virtuel constitue un cas-limite du récit itératif en ce qu’il pourrait souvent être considéré comme l’essence de plusieurs récits particuliers, dont aucun n’est évoqué explicitement. Pour employer la terminologie de Genette quant aux repères temporels des récits itératifs, il n’y a ni détermination ni spécification (1972, 157-58).

  • 11 À propos des amants de ce type de fille, le personnage observe : « l’en sçay mesme qui portent ius (...)

12La Pretieuse de l’abbé Michel de Pure fournit de nombreux exemples de récits virtuels. Un des personnages, en réponse à la question de ce que doit faire une fille face à un amant refroidi et un nouveau galant (I, pp. 157-58), fait une série d’observations générales mais montre par la suite qu’il se base sur de nombreux exemples11. Il passe du singulier et du présent de l’indicatif du début de sa réflexion au pluriel et au conditionnel présent à la fin – il ne s’agit ici ni d’individus ni de situation uniques, donc de situations narratives récurrentes.

  • 12 Comme exemple du récit à personnages anonymes, on peut penser à de nombreuses nouvelles de l’Hepta (...)

13Ailleurs, un autre personnage ira jusqu’à imaginer en discours direct la conversation hypothétique entre deux époux hypothétiques qui pourraient se quitter « dès le second iour du mariage » (II, pp. 34-35). Ce récit montre clairement que le récit virtuel se distingue nettement des récits à personnages anonymes qui, eux, supposent un référent unique au niveau de l’histoire12. Ce niveau d’abstraction semble particulièrement à sa place dans la conversation précieuse. Face à la « question galante » de la séance dans la ruelle, l’intervenante racontera le plus souvent un récit « normal » particulier (singulatif) en exemplum – (avec une entrée en récit du genre dont on trouve de nombreuses occurrences dans des textes tels que l’Heptaméron ou l’Astrée : « voici l’histoire d’Une telle à qui une chose semblable est arrivée ») mais il est tout à fait logique de raconter un récit virtuel (itératif) plus générique (« voici ce qui peut arriver à quelqu’un dans une pareille situation »). On pourrait facilement imaginer le récit qu’on vient d’évoquer en tant qu’occurrence d’un topos présumé – « désaccord conjugal » (ou de la dénomination : époux_se_séparer).

  • 13 L’Autre monde ou les états et empires de la lune, édition de Maurice Laugaa, Paris, Garnier-Flamma (...)
  • 14 La Princesse de Clèves, dans Romanciers, p. 1135. Voir l’article de Jeanne Goldin, « Maximes et fo (...)

14Cependant, s’il est vrai que La Pretieuse contient plusieurs récits de ce genre, on en trouve aussi dans d’autres romans du XVIIe siècle. L’Autre monde de Cyrano de Bergerac met en scène un jeune lunaire qui raconte à Dyrcona la mort typique des philosophes sur la lune. De nombreux détails sur la décision de se suicider, le banquet avec les amis, la mort donnée par le meilleur ami, parmi d’autres éléments, font ressentir l’aspect rituel (et donc répété ou itératif) de la cérémonie13. Les observations de M. de Nemours à propos des femmes au bal dans La Princesse de Clèves, bien qu’elles visent Mme de Clèves, restent néanmoins dans le domaine du virtuel14. Ailleurs encore, le récit du comportement des bourgeoises à qui on fait la cour dans Le Roman bourgeois (pp. 910-911), tout en étant virtuel, frôle la banalité. La nature abstraite et imprécise de ces récits invite à des rapprochements avec la formule de la phrase topique. L’action représentée, dépourvue de précisions de temps et de lieu, se trouve réduite à un schéma sans embellissements. Les personnages, quant à eux, ne sont en fin de compte que des schémas de personnages sans aucune profondeur psychologique. Les termes employés pour désigner ces personnages (e.g. deux époux, un philosophe et ses amis, une femme et son amant) correspondent à des toposèmes proposés dans les formules.

15En conclusion, ou plutôt en début de discussion, le récit itératif en général et le récit virtuel en particulier constituent à mon avis des précurseurs du topos déjà inscrits dans le roman. Le lecteur a l’impression de voir un récit « normal » qui a subi le premier pas de la reductio de la rhétorique classique vers la topicalisation par l’élimination des détails et des circonstances. Or, ce travail pré-satorien en quelque sorte est opéré par les romanciers plutôt que par les critiques littéraires. L’analyse de l’itératif nous amène à réfléchir sur le topos et à considérer sa narrativité, son abstraction et sa temporalité. À la SATOR de voir ce qu’elle peut en tirer.

Notes

1 Figures III, Paris, Seuil, 1972, pp. 146-148.

2 Le Roman bourgeois dans Romanciers du XVIIe siècle, édition d’Antoine Adam, collection de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1958, p. 918.

3 Ceci tout au moins à son avis avant Flaubert et Proust (et donc pour le roman d’Ancien Régime que la SATOR s’est fixé comme objet d’étude).

4 La vie treshorrificque du grand Gargantua, édition de Françoise Joukovsky, Paris, Flammarion, 1993, pp. 117-124.

5 Reproduit ici dans l’avant-propos de Michèle Weil.

6 Genette relève en particulier l’emploi du discours direct dans des séquences itératives : « bref, le pseudo-itératif constitue typiquement dans le récit classique une figure de rhétorique narrative, qui n’exige pas d’être prise à la lettre, bien au contraire : le récit affirmant littéralement “ceci se passait tous les jours” pour faire entendre figurativement “tous les jours il se passait quelque chose de ce genre, dont ceci est une réalisation parmi d’autres” » (p. 152).

7 Ce terme figure dans un document diffusé à partir de la page d’accueil de la SATOR (consulté le 18 juin 1997), <http://www.chass.utoronto.ca:8080/french/sator/articles.htm>.

8 Voir par exemple Le Roman bourgeois, pp. 936 et 939 ; Roman comique, dans Romanciers I, ix, p. 555 ; et Michel de Pure, La Pretieuse ou le mystere des ruelles, (1656-1658), 2 tomes, édition d’Emile Magne, Paris, STFM, 1938-1939, T. II, pp. 213-215.

9 Ce concept, avec un type voisin que j’appelle le récit potentiel, a fait l’objet d’une communication encore inédite, « Frontières du récit : Ordre dans le roman précieux ? », présentée au colloque de la Société interdisciplinaire d’étude du dix-septième siècle en octobre 1996. Je précise que je n’emploie pas le terme virtuel dans son acception courante en informatique, de ce qui existe déjà dans le cyberespace, mais plutôt dans le sens de ce qui existe en puissance mais n’est pas pleinement réalisé.

10 Genette lui-même exprime certaines réserves quant à la nature « intemporelle » du présent (Figures III, pp. 225, 231 et Nouveau discours du récit, Paris, Seuil, 1983, p. 54) et le voit surtout comme indication de la présence du narrateur dans le récit (avec un renvoi à la distinction de Benveniste entre histoire et discours). Selon Gerald Prince, « Narrative shies away from abstraction and thrives on concreteness. It concentrates on the particular and not the general. [...] Or, to put it differently, narrative prefers tensed statements (or their equivalent) to untensed ones. », Narratology : The Form and Functioning of Narrative, Berlin, Mouton, 1982, p. 149. Dans le sens où je l’entends, le récit virtuel présente ce que Prince appellerait « untensed statements ».

11 À propos des amants de ce type de fille, le personnage observe : « l’en sçay mesme qui portent iusqu’à cet excès la bonne foy de leur ardeur, qu’ils ressentent mesme les peines qui menassent leur Maistresse [...] » (I, p. 158).

12 Comme exemple du récit à personnages anonymes, on peut penser à de nombreuses nouvelles de l’Heptaméron où le devisant, tout en s’inspirant de l’histoire d’un particulier, tait le nom de celui-ci par respect envers sa famille.

13 L’Autre monde ou les états et empires de la lune, édition de Maurice Laugaa, Paris, Garnier-Flammarion, 1970, pp. 106-107.

14 La Princesse de Clèves, dans Romanciers, p. 1135. Voir l’article de Jeanne Goldin, « Maximes et fonctionnement narratif dans La Princesse de Clèves », PFSCL X, 2, 1978-79, 155-176.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search