Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Première partie. Approches théoriques du topos

Du topos selon E. R. Curtius aux recherches de la SATOR : éléments pour une définition du topos narratif

Nathalie Ferrand

Texte intégral

  • 1 Ernst-Robert Curtius, Littérature européenne et moyen âge latin (1948, trad. fr. 1954), Paris, Pres (...)

Et si la rhétorique fait à l’homme moderne l’effet d’un fantôme grimaçant, comment prétendre l’intéresser à la topique, dont le nom est à peine connu, même du spécialiste de la littérature qui évite délibérément les souterrains – hélas aussi les fondations ! – de la littérature européenne1

1A plus d’un demi-siècle du moment où Curtius écrit cette phrase, la situation a bien changé. La « topique » est un nom désormais bien connu, faute d’être bien défini, et appartient au vocabulaire et à l’outillage littéraires. Les recherches que la Société d’Analyse de la TOpique Romanesque a engagées depuis dix ans, non pas dans les souterrains de la littérature européenne tout entière mais dans ceux de la déjà très vaste littérature romanesque française avant 1800, en sont un témoignage. Mais dans quelle mesure précisément l’entreprise lancée par Curtius dans l’immédiate après-guerre – Littérature européenne et moyen âge latin est publié à Berne en 1948, et traduit en français en 1954 – trouve-t-elle une forme de postérité dans le projet d’un thésaurus des topoi romanesques ?

2En faisant entrer la réflexion de Curtius dans le débat terminologique et théorique de ce volume, on cherchera à apprécier l’influence qu’a pu exercer, pour la formulation récente de la notion de « topos narratif », celui qui a réintroduit le terme de topos dans le vocabulaire critique et dans le champ conceptuel des études littéraires, au point de susciter en Allemagne un domaine de recherche spécifique, particulièrement productif dans les années 1950 à 1970 : la Toposforschung.

3Il est néanmoins nécessaire de replacer d’abord l’entreprise de Curtius dans son ou plutôt ses contextes d’origine pour comprendre certaines de ses limites. Il convient de préciser premièrement que ce projet constitue à l’époque une prise de position face à l’histoire des idées, qui selon Curtius domine le monde littéraire, et face à laquelle il entend « faire passer résolument au premier plan l’élément formel de la littérature » (Épilogue, vol. II, p. 137) – position qui ne sera pas sans souplesse puisque l’interprétation des topoi fera, lorsqu’elle en a besoin, appel à l’histoire des idées et des mentalités. Second élément de contexte, l’ouvrage se situe dans une situation idéologique particulière et qui lui imprime fortement sa marque, celle de l’après-guerre, vue par un Allemand pro-européen. Dans la préface à la seconde édition (Bonn, 1953), Curtius avertit son lecteur : « Ce livre ne vise pas que des buts scientifiques, il témoigne aussi d’un souci de maintenir la civilisation occidentale. Il essaye d’éclairer, au moyen de méthodes nouvelles, l’unité de cette tradition dans le temps et dans l’espace. Dans le chaos intellectuel de l’époque présente, il est devenu nécessaire, et possible, de démontrer cette unité » (vol. I, p. 19). L’urgence de cette démonstration explique, sans la justifier, l’absence d’un véritable souci théorique de la part de Curtius, mais un effort d’inventorier « copieusement » ces formes qui construisent l’unité culturelle de l’Europe, qui en font « un bloc cohérent » (vol. II, p. 127). Non seulement son unité culturelle d’ailleurs, mais aussi son unité psychologique, car Curtius, influencé par Jung, considère l’étude d’invariants culturels comme le moyen d’avoir « une plus claire intelligence de l’histoire de l’âme européenne ». Il estime que les topoi sont des expressions, voire des preuves, de l’existence d’un inconscient collectif européen.

4Dernier point, cette recherche des constantes et des récurrences – dont le topos ne sera finalement qu’une forme, à côté des métaphores, sentences, exempla, symboles répertoriés et étudiés dans Littérature européenne et... – à travers la littérature européenne considérée comme un tout, est celle d’un philologue de formation, soucieux d’étudier les « traditions » historiques, les filiations entre les textes.

Topique historique et « biologie littéraire »

5« Mais tandis que la topique antique est l’élément d’une doctrine, et que par conséquent elle a un caractère systématique et normatif, nous essaierons quant à nous de jeter les bases d’une topique historique », écrit Curtius au chapitre V de son livre (vol. II, p. 154).

6Laissons de côté pour l’instant ce brusque affranchissement envers la topique antique, « systématique et normative », pour souligner un premier élément novateur de la démarche de Curtius et qui se prolonge dans le travail de la SATOR : la « topique historique », c’est-à-dire l’étude de l’évolution d’un topos dans la longue durée et de sa circulation attestée dans les textes et les œuvres. Curtius définit une unité de temps, qui va d’Homère à Goethe, une unité de lieu, l’Europe, et une unité d’action, les métamorphoses de constantes littéraires dans la littérature. Au sein de cette entité temporelle et géographique, il entreprend de chercher ce qu’il appelle le « système des formes », ou encore, utilisant un terme appelé à un brillant avenir, un « réseau » – au sens minéralogique toutefois, Curtius parlant du réseau d’un cristal. C’est ce réseau de formes littéraires qui permet selon lui aux idées de se manifester et de devenir saisissables en se cristallisant.

7Par un glissement métaphorique, Curtius passe ensuite de l’image minéralogique à celle de la biologie pour définir son projet : parce que la topique historique permet d’étudier « la naissance des topoi nouveaux et d’étendre notre connaissance "génétique" des éléments et des formes littéraires » (vol. II, p. 153), Curtius la compare à une « biologie littéraire ». On peut noter en passant que ces métaphores expriment toutes deux l’idée que la littérature est animée par des forces naturelles qu’il s’agit d’observer et de décrire et que le critique est un naturaliste qui observe ces phénomènes vitaux. Le topos y joue le rôle d’un ferment, principe de génération voire d’auto-génération des textes. C’est pourquoi, malgré son caractère infiniment reproductible, le topos est considéré par Curtius comme un facteur de création littéraire, et nullement comme un facteur d’appauvrissement et de figement. Chacune de ses manifestations dans un texte est une naissance et le topos participe pleinement à la célébration de l’imagination créatrice qui ouvre et clôt l’ouvrage de Curtius.

  • 2 « La concordance de témoignages d’origines si diverses montre bien qu’il s’agit là d’un archétype, (...)

8Mais cette topique historique porte en elle des contradictions qui ont été reprochées assez tôt à Curtius : si la circulation du topos est historique, connaissant des évolutions diverses, le topos lui demeure immuable. « Le style de leur présentation est nettement marqué par l’histoire », dit Curtius... mais pas leur contenu. Il y a bel et bien une limite dans l’analyse historique du phénomène : les altérations des manifestations du topos dans l’histoire ne modifient pas son essence. Le topos apparaît comme intemporel, renvoyant aux « archétypes » jungiens, comme Curtius le répète au sujet du topos du « puer-senex »2 et de « la vieille femme et de la jeune fille ».

  • 3 Ernst Ulrich Grosse, « Curtius et les topoi », in Ernst Robert Curtius et l’idée d’Europe, Paris, C (...)

9C’est pourquoi les travaux qui ont suivi Littérature européenne et moyen âge latin ont remis en cause la position de Curtius. Ernst Ulrich Grosse nous en donne un exemple récent3 Il a montré que si pour l’étude d’un topos comme « l’invocation de la nature », on élargit le corpus par rapport aux premières intuitions de Curtius (qui, il faut néanmoins le rappeler, a travaillé dans des conditions très difficiles, sans accès aux bibliothèques au moment où il rédigeait son ouvrage), on obtient des résultats très différents. Au lieu d’un seul topos, on en trouve trois (l’invocation « homérique » des témoins à un serment solennel, l’invocation de la nature à la louange de Dieu et l’invocation de la nature par l’amant). Ensuite, on constate que les topoi subissent des infléchissements tels qu’il n’est plus possible d’affirmer que le topos reste stable dans l’histoire. E.U. Grosse considère que les évolutions du topos témoignent de « changements plus profonds qui concernent la conception du monde chez différents auteurs » et même de « bouleversements historiques ». Dès lors, il pose une condition à la « topique historique » : elle doit proposer une analyse véritablement historique qui tienne compte du rapport dialectique entre le topos et ses manifestations, entre le topos et ce que Grosse appelle ses « façonnements ».

Recherche d’une définition : les topoi selon Curtius

  • 4 Francis Goyet, Le sublime du « lieu commun ». L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renai (...)

10La déception attend qui s’imagine trouver chez Curtius une définition rigoureuse du topos. Le topos n’est finalement qu’une « constante littéraire ». Comme le dit Francis Goyet, « le topos existe puisqu’ils [Curtius et ses disciples] en ont rencontré des avatars »4.

11Pourtant tout commence en terrain plutôt connu et sur un sol assez ferme, celui de la rhétorique. Curtius donne en effet des éléments de définition dans son chapitre IV consacré à la rhétorique : « En somme, le but essentiel pour tous les genres de discours, même le panégyrique, est de rendre acceptable une phrase ou une cause. Pour cela, il faut employer des arguments qui s’adressent à l’intelligence ou au cœur des auditeurs. Il existe toute une série d’arguments de cette espèce, utilisables dans les cas les plus divers. Ce sont des thèmes appropriés à toute sorte de développements. [...] Pour expliquer notre pensée, voici un topos de l’espèce la plus générale : souligner l’incapacité dans laquelle on est de dominer son sujet. [...] A l’origine, les topoi sont donc des expédients destinés à l’élaboration des discours. Selon Quintilien, ce sont des trésors d’arguments (argumentorum sedes) et par conséquent ils sont destinés à des buts pratiques. » (vol. I, pp. 133-134).

12Or dans l’usage qu’il en fait ensuite, le topos selon Curtius n’est guère conforme au topos selon Quintilien, qui est un ensemble de principes assez abstraits servant à l’élaboration de discours. Ces principes ont été systématisés au XIIe siècle dans un ensemble de questions fixes : quis ? quid ? ubi ? quibus auxilius ? cur ? quomodo ? Les formules plus concrètes répertoriées par Curtius n’ont rien à voir avec ces principes abstraits. Sans le dire, Curtius s’affranchit de la définition rhétorique du topos, mais sans en proposer une autre. On ne trouvera dans son livre ni définition, ni théorie du topos, mais une pratique.

13Le topos curtiusien est d’autant plus difficile à définir formellement qu’il regroupe un ensemble hétérogène. En effet, quel rapport établir entre, d’une part, des topoi de l’exorde comme « je rapporte des choses inédites » ou, dans certaines conclusions, « il faut cesser car le soir vient » qui ne présentent aucun niveau d’abstraction, puisqu’ils reproduisent la version textualisée ; un topos comme celui du « puer-senex » qui constitue une antithèse, comme le topos de la vieille femme et la jeune fille ; le topos du « monde renversé » qui renvoie à l’adynaton et relèverait d’un genre ; celui du « locus amoenus », élément de la description, etc... Néanmoins, faute de définition, j’essayerai pour finir d’énumérer quelques traits du topos selon Curtius :

  • un degré de récurrence : le topos se définit par une récurrence forte. Il ne suffit pas qu’il existe chez un auteur. Ce qui identifie le topos est une tradition, au sens philologique. Ce n’est pas par hasard si dans son épilogue, Curtius revient sur un principe de la philologie : « observer » et par l’observation et les lectures, repérer des « faits significatifs » (vol. II, pp. 128-129). « On tombe par exemple sur un phénomène qui paraît ne rien signifier, ou du moins pas grand-chose, mais s’il revient constamment, c’est qu’il joue à coup sûr un rôle précis ». Cela se fonde sur une méthode inductive, qui parie sur la signification de l’itération.

  • un contenu : le topos est plutôt un contenu qu’une forme, comme le montre la très grande hétérogénéité formelle qu’on a soulignée plus haut. On a beaucoup reproché à Curtius de n’avoir eu aucun souci de description formelle du topos.

  • un élément de genre et de discours : le topos identifie un genre (le « locus amoenus » appartient originellement à la poésie), un type de discours, ou même un lieu du discours, comme l’exorde ou la conclusion. Mais il est mobile et peut passer d’un genre à l’autre, comme par exemple le topos de « l’invocation de la nature » qui passe, à un moment de son histoire, dans le roman grec.

  • collectif et littéraire : le topos n’appartient pas à un auteur mais à cette entité qu’est la littérature européenne, d’Homère à Goethe. Il est un indicateur de « littérarité » pour Curtius, même si le critique allemand n’emploie évidemment pas cette notion plus récente.

  • signé : le topos n’est pas anonyme, comme le cliché, il ne vient pas de je ne sais où, suspect vagabond dans la littérature. Il a des auteurs multiples. Il est signé par des auteurs, mais pour exister, il doit avoir été reconnu par des lecteurs.

  • un rapport : le topos est un rapport entre les textes et les auteurs. Il définit des généalogies sur la très longue durée et établit une « chaîne » (terme cher à Goethe et repris par Curtius) entre les œuvres. Mais dans un texte, il est et demeure un élément exogène, en tant qu’il est porteur d’une pluralité de relations intertextuelles.

Notes

1 Ernst-Robert Curtius, Littérature européenne et moyen âge latin (1948, trad. fr. 1954), Paris, Presses Universitaires de France, 1986, collection Agora, deux volumes, Ve partie, p. 49.

2 « La concordance de témoignages d’origines si diverses montre bien qu’il s’agit là d’un archétype, d’une représentation du subconscient collectif, au sens où l’entendait C. G. Jung », Curtius, op. cit., vol. I, p. 180 et p. 185.

3 Ernst Ulrich Grosse, « Curtius et les topoi », in Ernst Robert Curtius et l’idée d’Europe, Paris, Champion, 1995, pp. 92-106.

4 Francis Goyet, Le sublime du « lieu commun ». L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Champion, 1996, p. 24.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search