Version classiqueVersion mobile

Homo narrativus

Première partie. Approches théoriques du topos

Présentation

Max Vernet

Texte intégral

1Cela faisait à Montpellier cette année dix ans, effectivement ; dix ans que nous travaillions à la collection et à la classification de ces topoi que nous appelions narratifs, à partir d’une notion à la fois endoxale, empirique et intuitive, dont nous avions plus ou moins oublié que nous la devions à Curtius. Chaque colloque ramenait le même accord sur les buts et les résultats, et le même désaccord sur les définitions. Topos, thème, motif, lieu (commun) jouaient aux quatre coins des communications, ce qui n’empêchait pas que nous ayons appris à reconnaître le topos.

2Mais ce qui se faisait entre nous dans les transactions quotidiennes ou annuelles, dans le flou que ménageait un accord sous-jacent, ceci ne pouvait plus tenir longtemps au moment où TOPOSATOR était présenté à la haute société savante et où nous allions à la fois élargir le ratissage des textes et systématiser la classification des topoi.

3Avant pourtant d’essayer de réinventer la roue, comme on dit ici, et de poser notre définition, il était prudent de faire un tour d’horizon et de voir ce qu’en disaient ceux qui nous avaient précédés : dans les trois domaines de la folkloristique, de la narratologie-sémiotique et de la peinture, on retrouvait sans peine des travaux d’ampleur et de profondeur considérables qui avoisinaient le nôtre.

4D’où l’idée d’une journée consacrée à la définition, ou plutôt aux définitions de notions voisines que nous pourrions regarder dans les domaines susmentionnés : on pouvait redouter de découvrir que notre topos, sous un autre nom peut-être, avait déjà acquis identité et diffusion. Nous allons voir que les fruits n’ont pas passé la promesse des peurs ; je ne sais s’il faut le déplorer. Pour le meilleur et pour le pire, SATOR est laissée à ses propres moyens, et peut/doit avancer en toute liberté dans la pratique et la théorie du topos dans le domaine narratif, avec le sage caveat que l’on trouvera dans le texte de François Rastier :

[SATOR] se trouve dans l’heureuse nécessité d’innover, car les théories dont elle pourrait s’inspirer ne se fixaient pas les mêmes objectifs et traitaient de corpus différents. Elles n’en restent pas moins une importante source de réflexion.

5Les textes qui suivent sont ceux qui ont été présentés lors de cette journée-définition, celle du 3 juillet 1997. Il ne s’agissait, en chaque fois quinze minutes, que de signaler ce qui pouvait être utile à SATOR dans tel ou tel travail de critique ou de théoricien. L’ambition n’était pas d’arriver à une définition, ni de faire un travail d’avancée théorique. A l’écrit, les auteurs ont pu se libérer des contraintes de temps qui contraignaient la communication : certains textes donnent ce qui avait alors dû être omis, d’autres sont plus développés.

6Nous commençâmes par l’héritage : celui de Curtius, brièvement et précisément inventorié par Nathalie Ferrand. Nous n’y trouverions pas, dit-elle, de définition, mais une pratique qui laisse abstraire un certain nombre de traits caractéristiques du topos, énumérés en conclusion.

7De ceux-ci nous retiendrons pour SATOR que le topos est récurrent, défini par son contenu plutôt que par sa forme, signé (par de multiples auteurs, mais pas anonyme comme le cliché).

8Madeleine Jeay suivit ensuite le développement de la folkloristique issue de la lignée inaugurée par Aarne/Stith-Thompson, pour qui le motif est l’unité, découpée dans le récit, qui permet d’établir la récurrence. Madeleine Jeay montre bien que la modestie de la visée des Index établis par Aarne et Stith Thompson (repérer, cataloguer) explique le peu de rigueur des classifications et « la disparité des classes de motifs ». Une confirmation cependant : comme le topos de Curtius, le motif est ce qui migre d’un texte à l’autre, cette migration/récurrence permettant de le retrouver comme unité narrative (Greimas). Pour ce qui est cependant des tentatives de classification, les héritiers tant folkloristes que sémioticiens post-Propp ne semblent pas avoir eu plus de succès : même si les tentatives se multiplient pour changer et affiner le vocabulaire (fonction, repris à Propp par Segre, type/motif chez Zumthor ; motif/motifème chez Dundes et Courtés), l’essai de détermination syntaxique du motif tourne court et les chercheurs se voient incapables d’assécher le motif de tout contenu sémantique. La notion la plus proche du topos satorien s’avère celle de motif narratif chez Courtés : « [...] une forme sémantico-syntaxique donnée, reconnaissable dans des environnements variables ». Il reste que tous les efforts accomplis ne permettent en rien de guider avec sûreté les premiers pas que fait SATOR en direction d’une classification/hiérarchisation des topoi.

9Daniel Maher vint ensuite montrer ce que nous pouvions déduire de la distinction genettienne entre récit singulatif et récit itératif, ce dernier racontant une fois dans le récit ce qui se passe plusieurs fois dans l’histoire. Le topos satorien cherche bien lui aussi à saisir la récurrence, mais, il le fait à travers plusieurs textes alors que le récit itératif reste à l’intérieur d’un seul. Ce qui rappelle bien que le topos, qui est distinct de l’occurrence, se situe au niveau des histoires qu’il regroupe en un seul énoncé.

10Après avoir ensuite remarqué que le topos est souvent ce qui est donné comme évité par le récit (il cite Le Roman bourgeois, le Roman comique et La Pretieuse), Daniel Maher rapprochait le topos de deux notions qui lui sont en propre : le récit virtuel et le récit potentiel, cas-limites du récit itératif, sans détermination ni spécification : « le lecteur a l’impression de voir un récit « normal » qui a subi le premier pas de la reductio de la rhétorique classique vers la topicalisation par l’élimination des détails et des circonstances. »

11On peut aisément en retirer que dire que le topos est une unité de récit (il s’agit ici de mon commentaire) n’est strictement vrai que si on reste dans le flou que la terminologie genettienne permet précisément d’éviter : en stricts termes genettiens, le topos est une unité d’histoire. Dire qu’il est une « unité narrative » n’est guère plus rigoureux puisqu’à proprement parler l’histoire ne narre rien du tout (elle décrit un récit). Mais l’usage en est si bien établi qu’il ne me semble pas rentable d’essayer de le changer, à condition de savoir in petto que c’est l’occurrence qui est un micro-récit (puisqu’elle conserve au niveau de la manifestation cette unité qui caractérise le topos), et le topos une micro-histoire.

12Eric Méchoulan ensuite part de la rhétorique pour revenir à SATOR à travers une étude de la notion de motif en histoire de l’art. Il note que si pour Aristote le topos consiste bien à « voir le semblable », la simultanéité que cela présuppose apparente sa stratégie d’intelligibilité à celle du visuel.

Le topos sert à rendre visible, dans tel fait qui arrive, dans tel cas qu’il faut déterminer, ce qui le structure comme sens et valeur [...]

13Puis un premier recensement de l’usage du mot motif en histoire de l’art ayant montré que comme le topos satorien, le motif peut prendre des dimensions extrêmement variables, depuis le détail jusqu’au sujet général de tout le tableau, Eric Méchoulan passe à la tentative de Panofsky pour attribuer au motif une fonction plus stricte : celle de corriger notre perception des dispositions de couleurs et de formes, des événements en peinture, par la connaissance d’une « histoire du style », de « themes or concepts transmitted through literary sources », retrouvant en sens inverse la parenté du visuel et du lisible qu’Eric Méchoulan avait détectée chez Aristote.

14Le motif s’installe ainsi résolument dans un lieu intermédiaire, entre le visuel et le lisible, entre le logique et l’empirique, entre le su et le perçu, au point de se rapprocher, dans la définition finale qu’en donne Eric Méchoulan, du topos rhétorique évoqué au début : « un scénario qui autorise l’intelligence de certains phénomènes ou événements plastiques en vertu d’une mémoire partagée. »

15Je ne signale que deux points dans ce que SATOR peut tirer de cette excursion dans la théorie de la peinture.

16Il me semble d’abord que le motif (et ce qu’en a dit sa théorie) est ce qui est le plus proche de nos préoccupations satortopiques. Si nous acceptons ensuite que, comme le motif, notre topos occupe un lieu intermédiaire (v. ci-dessous aussi les propos de F. Rastier), il est « introuvable » : ni dans les textes que nous lisons, puisqu’il n’est pas DANS les occurrences, ni dans le ciel des grandes catégories a priori, puisqu’il est saisie d’une empirie. Comme le motif, il est, en fonction d’une mémoire collective, construit à partir du réel (pour nous ce sont les textes) qu’en retour il informe.

17On lira ensuite attentivement les pages patientes et précises de François Rastier, qui apporte à SATOR l’expérience de la sémantique des textes. Si effectivement les autres contributions marquaient les limites Finalement très tôt atteintes des entreprises précédentes, celle de F. Rastier, après confirmé le peu de rendement pour nous de ces entreprises, nous montrait que, à la terminologie près, on retrouvait, dans l’application aux textes de la sémantique, quelques solutions à quelques questions, et un inventaire impressionnant de problèmes.

  • 1 Par exemple, on pourrait très bien, en suivant F. Rastier, renommer ce que nous appelions naguère (...)

18SATOR a eu (a toujours) quelques difficultés à se constituer son vocabulaire propre – vocabulaire qui par les nécessité de la recherche se trouve à la fois en être la condition et le résultat. Il me semble qu’on peut avec profit adopter tout ce qui est mis en place de ce côté dans la contribution de F. Rastier : ce qui est en C2 (thématique, dialogique1, dialectique, tactique), et le placement du topos dans l’échelle sémantique du texte : le topos satorien est une « fonction narrative canonique [...], unité intermédiaire (mésosémantique) entre le palier lexical (microsémantique) et le palier textuel (macrosémantique). »

19La suite du texte de F. Rastier (la section III) nous donne un programme (un peu épeurant, comme on dit au Québec) de travail, soit l’ensemble des questions qui se posent quotidiennement à l’équipe de Satoronto, qui tiennent presque toutes au rapport type/occurrence (signification/sens) et qui

reflète[nt] sans doute la contradiction entre deux problématiques : la problématique logico-grammaticale qui préside à l’institution du topos en type, et la problématique rhétorique/herméneutique qui préside à l’interprétation des occurrences. (III, 3)

20Ces questions ont déjà affleuré ici et là lors des colloques : notre travail n’a de sens effectivement que dans l’exploitation, en aval, de TOPOSATOR par ceux à qui reviendra de refaire l’exercice herméneutique qui pèse la singularité contre la généralité, la répétition contre la transformation, la signification contre le sens. Et donc dans l’exercice inverse, le nôtre, qui consiste à repérer (instituer ?) des ressemblances entre segments narratifs, il est bon que nous n’oublions pas que ce retour d’unités similaires est porté par une histoire orientée où c’est la transformation qui ramène le même. Cependant, et ici je ne parle qu’en mon nom propre, je crois que cette construction patiente, brique sur brique, de TOPOSATOR, doit se faire dans une rigoureuse ascèse herméneutique : il est certes peu moral de dire qu’on peu se passer d’interpréter pour généraliser. Mais, pour ceux qui comme moi sont rompus à l’art de la réserve mentale, cela semble de bonne méthode.

21Je laisse nos collègues satoriens – présents et futurs – apprécier l’étendue et la difficulté de ces questions (grandes ouvertes, croyez-moi) en souhaitant qu’ils n’en soient en rien rebutés mais au contraire incités à participer au débat et à la constitution de TOPOSATOR avec une vigueur renouvelée.

Notes

1 Par exemple, on pourrait très bien, en suivant F. Rastier, renommer ce que nous appelions naguère « topoi de narration », ou « topoi énonciatifs », en « topoi dialogiques ».

Auteur

Queens University, Kingston

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search