Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Troisième partie. Annexes

Documents

Texte intégral

Publications de Lydie de Ricard dans « La Lauseta »

1(Voir chapitre 2)

« La Lauseta » 1877

2Créations :

  • En occitan« Loung dau Lez » et « Milgrana » ;
  • En français « Au bord du Lez », « Promeneuse » et « Aux bords du Lez II : promeneuse », 2e parution, p. 182. Annoncé dans la table des matières sous la signature de Dulciorella, mais signé « Lidia Colonia ».

3Traductions :

  • De l’anglais : « Ode aux défenseurs de la liberté » de P. B. Shelley ;
  • De l’occitan ancien : « Un sirventés » de G. de Figueira et « A la fontana del vergièr » de Marcabru ;

« La Lauseta » 1878

4Créations :

  • En occitan « A un’rosa incarnada » ; « La Figueira ».
  • En français « Aubade » ;

5Traductions :

  • Une des premières d’extraits de la Chanson de la Croisade de Guilhem de Tudela : « La Prise de Béziers » à partir du livre de Paul Meyer paru en 1875, signée « Na D » et non signée « Épitaphe de Montfort »
  • « Son autounal » de Fabre d’Olivet.

« La Lauseta ». 1879

6Sous la signature de Lidia Colonia :

  • En occitan « Aime ma Janeton » ; « A la mar latina » ;
  • En français « Le Lez » ;

Récapitulatif de la parution des œuvres de Lydie Wilson de Ricard, de son vivant

7(Voir chapitre 2)

Sous la signature de Mme L.-Xavier de Ricard

  • « Aux bords du Lez promeneuse » paru le 3 février 1877 dans La Vie Littéraire (Paris), directeur Albert Collignon (consulté dans les archives de la Société des langues romanes) ;
  • « A la mar latina » publié en 1880 dans la Cigale, recueil collectif (Fischbacher, Paris 1880) ;
  • « Lous bords dau Lez » publié en 1880 dans la Cigale, recueil collectif (Fischbacher, Paris 1880) ;
  • « Le lez » (F) publié en 1880 dans la Cigale, recueil collectif (Fischbacher, Paris 1880).

Sous la signature de Na Dulciorella

  • « Loung dau Lez : Migrana » publié fin 1876 et daté de Castelnau-le-Lez (octobre 1876) dans « La Lauseta » pour 1877, p. 70 ;
  • « Ode à la Liberté » de Shelley, traduction de l’anglais, édité fin 1876 dans « La Lauseta » pour 1877, p. 87 ;
  • « Sirventés » de Guilhem de Figueiras, traduction de troubadour, édité fin 1876 dans « La Lauseta » pour 1877, p. 101 ;
  • « A la fontana del vergièr » de Marcabrus, traduction de troubadour, éditée fin 1876 dans « La Lauseta » pour 1877, p. 173 ;
  • « Aux bords du Lez II : promeneuse », 2e parution, fin 1876 dans « La Lauseta » pour 1877, p. 182. Annoncé dans la table des matières sous la signature de Dulciorella, mais signé « Lidia Colonia » ;
  • « Las acourdalhas de Viviana e de Merlin » édité fin 1876 dans l’Armana de Langadò pour 1877, Alès ;
  • « Antoulougia I. Epitafi de Montfort », « La Lauseta » de 1878, p. 31 ;
  • « Antoulougia II. La presa de Beziès » (La prise de Béziers.) Extrait de la Chanson de la Croisade, par Guillaume de Tudèle (Vieux roman), traduction de « Na D » publiée fin 1877 dans la « La Lauseta » pour 1878, p. 52 ;
  • « A n’una rosa incarnada » datée d’« aoust 1877 » dédiée à « A n’una musicaira » publiée fin 1877 dans « La Lauseta » pour 1878, p. 80 ;
  • « Aubade » (F) publiée fin 1877 dans « La Lauseta » pour 1878, p. 106.
  • « Son autounal » de Fabre d’Olivet, traduction, publiée fin 1877 dans la « La Lauseta » pour 1878, p. 161 ;
  • « La Figueira » publiée fin 1877 dans la « La Lauseta » pour 1878, p. 235.

Sous la signature de Lydie de Ricard

  • « La Figueira », parution en octobre 1877 dans la RLR n° 32, p. 135 (t. 12 sur Gallica.fr). Parution la même année en plaquette, chez Coulet, Montpellier ;
  • « Lous bords dau lez » paru au printemps 1878 dans la RLR n° 35, p. 84 (t. 13 sur Gallica.fr) ;
  • « La Mar Latina » parution en novembre-décembre 1878 dans la RLR n° 38, p. 279 (t. 13 sur Gallica.fr).

Sous la signature de Lidia Colonia ou Colonnia1

  • « Aux bords du Lez II : promeneuse » paru fin 1876 dans « La Lauseta » pour 1877, p. 182 ;
  • « Aime ma Janetou » paru fin 1878 dans « La Lauseta » pour 1879, p. 43 ;
  • « Le Lez » paru fin 1878 dans « La Lauseta » pour 1879, p. 71 ;
  • « A La mar latina » paru fin 1878 dans « La Lauseta » pour 1879, p. 114 ;
  • « Les Cenci » de Shelley, extraits traduits de l’anglais parus dans les deux livraisons de « L’Alliance latine », juin puis octobre-novembre 1878.

Composition du volume Aux bords du Lez

8Les œuvres sont disposées en quatre parties :

  • Les œuvres françaises : « Aux bords du Lez » ;
  • Œuvres languedociennes, avec traduction française ;
  • « Le livre de Jeanne » ;
  • Quelques traductions de troubadours.

9Soit vingt-neuf textes en français, douze en occitan, huit poèmes en français pour Jeanne et deux traductions de l’occitan ancien : un « Sirventes » de Guilhem Figueira et « A La Fontana del vergièr » de Marcabru.

10Des textes français avaient-ils déjà été publiés ? Nous n’avons pu approfondir la question, mais « Au bord du Lez, promeneuse » figurait dans La Revue Littéraire en février 1877 et La Lauseta de 1877 ; « Aubade » dans « La Lauseta » de 1878 ; « Le Lez » dans la Cigale de 1880.

11Pour sept des douze textes occitans, nous avons retrouvé une ou des éditions du vivant de Lydie.

  • « La Figueira » : RLR 1877 et plaquette de 1877 (Coulet éditeur) ;
  • « A la mar Latina » : RLR 1878, « La Lauseta » 1879 et la Cigale 1880 ;
  • « Lous bords dau Lez » : « La Lauseta » 1877, La RLR 1878 et la Cigale 1880 ;
  • « Migrana » (datée dans l’édition de 1891 d’octobre 1876) : « La Lauseta » 1877 ;
  • « A un’ rosa incarnada » (dans l’édition de 1891, elle est dédiée à Mme Cladel et datée du « Mas de la Lauseta », août 1877) : « La Lauseta » 1878 ;
  • « Aime ma Janeton » : « La Lauseta » 1879 ;
  • « Las acourdalhas de Viviana e de Merlin » (dans l’édition de 1891, ce texte est daté du « Mas de la Lauseta », 15 mai 1877 !), il avait paru dans l’« Almanac dau Lengadò » pour 1877, c’est-à-dire fin 1876.

Les œuvres de Fourès déjà publiées avant la création du Félibrige rouge

12Avant la création du Félibrige rouge, nous pouvons déjà retrouver la signature de Fourès dans les journaux de Toulouse suivants :

  • L’Entracte (1868) ;
  • L’Investigateur (1867) ;
  • Mèphistophèlès (1868) ;
  • Le Midi artiste (1869-70-79) ;
  • Le Scapin ;
  • La Barricade « qui fut supprimée par M de Kératry, Préfet de Haute Garonne » ;
  • Vie Littéraire ;
  • L’Émancipation d’Armand Duportal (d’après Perbosc 1891).

13Ses premières plaquettes ont été publiées :

  • Silves paiënnes (1872) ;
  • Oiselets et fleurettes (1872) ;
  • Antée poème (1873) ;
  • Marsyas, poème (1874) ;
  • La Grande armoire, nouvelle (1875) ;
  • Les Sauveteurs obscurs (1875) ;
  • Le Lion, poème (1875) ;
  • L’Avocat muet (1876).

14(D’après Jourdanne 1896 : III.)

Articles de L.-X. de Ricard sur « Félibres et Parnassiens » parus dans La République du Midi

  • I : Le mouvement littéraire (22 novembre 1875) ;
  • II : Félibres et Parnassiens (24 décembre 1875) ;
  • III : Félibres et Parnassiens : « Lis isclo d’or, par Mistral — L’Armana prouvençau, — l’Armana de lengad’ó » (28 décembre 1875) ;
  • IV : Le Félibrige (11 janvier 1876) ;
  • V : Félibres et Parnassiens (12 janvier1876) ;
  • VI : Le Félibrige (18 janvier 1876) ;
  • VII : Félibres et Parnassiens, le Félibrige (7 février 1876).

Recensement des tableaux de Jeanne Wilson

  • Dans les lettres de Lydie Wilson de Ricard, nous avons trouvé mentionnées les œuvres suivantes : « Garrigue » et le « Petit bord vert du Lez ». Sont aussi évoqué un certain nombre de portraits, dont un auto-portrait. (lettres parues dans le Montpellier Républicain en 1896) ;
  • Les « deux petites toiles » laissées à sa sœur pour les envoyer à son « troubaïre » (lettre entre le 10 et le 13 juin 1877) se trouveraient au Collège d’Occitanie ;
  • Peut-être également un paysage avec oliviers (lettre du 6 avril 1877), le mas de Fontfroide et des dessins de Thoiry et de ses environs (lettre du 25 juillet 1877) ;
  • Dans « La Lauseta » de 1878, exposés à Montpellier en 1878 : « Jeune femme, portant le numéro 568, et une Jeune femme écrivant, devant une fenêtre ouverte, en pleine gaîté [sic] printanière, devant un mûrier tout épanoui. »
  • Le grillon, dessin du 3 mai, est dans les manuscrits au Collège d’Occitanie à Toulouse.
  • Portrait de Lydie et dessins de Fourès par Jeanne2.

Notes

1 L’orthographe de ce pseudonyme varie d’ailleurs de Lidia Colonnia dans la table des matières à Lidia Colonia en signature des textes.

2 Collection Jean-Marie Petit.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search