Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Troisième partie. Annexes

Lettres d’Auguste Fourès et de Louis-Xavier de Ricard

Texte intégral

1Les réponses d’Auguste Fourès à Lydie Wilson de Ricard (collège d’Occitanie Toulouse CQ 217 10) permettent d’éclairer le lecteur dans la compréhension de ces courriers, soit par la présence de l’occitan ; soit par l’intérêt pour l’entreprise Felibres rouges ; soit sur l’amour entre Auguste et Jeanne.

2Les quelques lettres et extraits de lettres de Louis-Xavier de Ricard à Auguste Fourès nous feront suivre l’évolution rapide de leurs relations ; le travail effectué pour les Félibres rouges ; leur situation financière ; les relations avec les Cigaliers et les Félibres et l’avancée de la maladie de Jeanne et de Lydie.

3Trois lettres d’A. Fourès à L.-X. de Ricard, autour la mort de Jeanne, nous feront partager ses affres.

4Dans l’édition suivante, les majuscules ou leur absence intempestive ainsi que la ponctuation sont des auteurs.

1 Lettres d’Auguste Fourès à Lydie Wilson de Ricard

5Castelnaudary le 10 mars 77

6Ma chère filleule,

7Vous dirais-je que plusieurs passages de votre dernière lettre m’ont peiné ? je vous demande pardon d’abord d’avoir écrit le mot énorme : joie, que vous avez souligné en l’employant, je voulais exprimer tout simplement combien votre bon souvenir m’avait touché. Quand j’ai reçu des nouvelles de la Lauzeto [sic], j’avais tant besoin de paroles amicales, j’étais si triste, — un tas de petits créanciers aboyaient après mes chausses, ma mère gardait un profond silence : elle le garde encore, — je ne le romprai point, puisqu’elle y met de l’entêtement.

8Hé, quoi ! j’aurai presque ignoré pendant mon séjour à Paris l’existence de Mlle Jeanne ? — Non, mille fois non ! Quels coups de couteau dans la mamelle gauche, quand certain polichinelle de quarante ans regardait seulement une Albeto que vous connaissez ! — Louis sait très bien que Mlle Jeanne ne m’est pas indifférente. Mes pauvres vermiculets n’ont-ils donc rien dit ? — Peut-être bien, — mon premier sonnet n’a pas obtenu un petit : merci ! Ah, ma chère filleule ! Le troubaire du Lauragais est bien malheureux ; il est encore plus qu’impuissant, — qu’il se taise ! Je n’ai pas le courage de vous conter toutes mes misères,

9Je possède la lettre recommandée de Louis. Merci de tout mon cœur !

10J’attends encore les adresses des principaux libraires du Midi pour ma circulaire. Pourquoi Louis répond-t-il évasivement ou pas du tout à certaines de mes questions ? À cause de cela, je n’ose trop, fort souvent, lui faire part de mes idées touchant nos publications. Je sais qu’il est très-occupé et qu’il oublie, malgré lui, de donner une réponse catégorique à mes lettres.

11Voici ce que j’ai à lui proposer : — Je me chargerais de faire imprimer, à Carcassonne, notre revue, — car il faut que la revue paraisse ! — je l’administrerais et je serais le secrétaire de la rédaction, — elle paraîtrait sous la direction de Louis :

12La Lauseto

  • 1 La Lauseto (Alouette), revue moitié en français, moitié en langue d’oc, parait le 1er mai, le 1er a (...)

13Revisto mitat en francés1

14Mitat en lenga d’oc

15Que pares le primier de mai, lo primièr d’agoust,

16Le primièr novembre et le primier de Febriè

17Directou :

18L.-X. de Ricard

19Administratou e secretari de la redaccion :

20A Fourès

21Principalis co-lauraires :

22Dulciorella, J Aicard. L Cladel. J Troubat, E des Essarts, G-H Patuzzi, J-B Ensenat.

23M Bourreli. Jan de la Tourmagne. G Herlaz. H Grousset-Bellor, etc, etc. ;

24Qu’en pense-t-il ?

25Je crois Louis peu pratique. Peut-il me permettre d’être son administrateur pour l’almanach de la Lauseto de 1877, celui qui est en vente ? — qu’il me dise à combien d’exemplaires notre almanach a été tiré, le nombre d’exemplaires adressé à M Sandoz et Fischbacher, à Mme Brun, à Germain, etc, etc. Il faudrait savoir, avant de lancer la Revue, ce qu’il reste d’exemplaires chez les libraires. Je veux que Louis rentre dans ses fonds dans peu de temps. Je ne compte plus sur les libraires. Il faut mettre soi-même la main à l’œuvre. Germain a vendu, lui-même à Carcassonne, près de 100 exemplaires. Sabathier, libraire, n’a vendu que 10 Lausetos, j’espère bien, avant deux mois, en caser plus de 200 à Castelnaudary et au dehors.

26J’aurais moins de travail d’ici à un mois et il me sera permis alors de m’occuper plus activement de nos publications. Si j’avais pu retarder mon voyage à Paris d’une quinzaine de jours, j’aurai déjà placé les 200 exemplaires de la Lauzeto que Germain m’a fait parvenir un peu tard.

27Notre Revue sera d’un grand secours au Fédéralisme, j’ai retardé un peu l’envoie de mon premier article, tous les journaux sont à la Légende des siècles ! Je n’oublie pas néanmoins le livre de Louis, — je le fais annoncer dans Le Progrès du Tarn et le Moniteur de la Lozère.

28Cladel ne me donne pas signe de vie.

29Mr Fischbacher vient de m’écrire, il m’a envoyé un exemplaire du Cabinet du Gesù en me priant d’en rendre compte dans q.q [sic] journaux du Midi, — ce que je ferai prochainement. Je vais lui écrire. Je remercie Louis de m’avoir mis en relation avec ce précieux éditeur.

30Je voudrai bien lire le Dominique dont vous me parlez ; ayez donc la bonté de me le faire venir, — je vous le rendrai, bien entendu. Je veux aussi votre traduction de l’Alouette de Schelley qui sera dans le 1er numéro de la Revue. Je vais préparer pour ce 1er numéro une longue chronique dans laquelle je raconterai la naissance de notre Alouette et son essor en plein Paris, — elle contiendra la narration de notre visite aux journaux et aux journalistes, — et que sais-je encore ?

31Avez-vous lu mon Chant du Latin ? Dites-moi ce que vous en pensez. Louis trouve que ce n’est pas assez fougueux, — je suis de son avis. Cette petite pièce a été bâclée un peu à la hâte.

32Je suis enchanté de savoir que Mlle Jeanne se plait beaucoup à la Lauseto. Qu’il me tarde de revoir votre Mas ! — Mlle Jeanne me permet de chanter son bel amandier fleuri ? Je vous envoie sous ce pli ma Roujo Pamparugueto, à peine ébauchée et mon sonnet à la Drollo den Léon Cladel.

33Je relis mes lignes et je m’aperçois qu’elles sont criblées d’énormités ; j’ai grand’envie de dresser ici-même un errata. Je parie que vous ne me pardonnerez jamais le je veux de la 3e page, ligne 4e. Mille excuses !

34Mes amitiés à Mlle Jeanne

35J’embrasse Louis

36Je vous serre la Main

37A Fourès

38P.-S. : Des nouvelles du vénérable Peyrat svp ?

39Et le Courrier Littéraire ?

40J’ai fabriqué un sonnet à Aubanel, — le désirez-vous ?

*

41Castelnaudary le 21 mars 77, [mercredi]

42Ma chère filleule,

43Deux mots pour vous dire que je possède vos deux lettres. Et que je suis devenu inabordable et insupportable ! Qu’il me tarde de revoir le Mas de la Lauseto ! Et pourtant Jai peur ! Depuis ma déclaration, mon cœur bat à me briser la poitrine. Ma mère pressent un événement. Nous nous livrons des luttes sourdes, toujours muets. C’est terrible ! — il me faut ménager ma mère ; elle a eu, il y a deux ou trois ans, une fausse attaque d’apoplexie. Ma nouvelle escapade va lui être plus que désagréable, elle n’a pu oublier mon voyage précipité sur Paris.

44Qu’il me tarde de partir pour Montpellier ! Il m’est impossible de quitter le logis avant samedi. [...] Je n’ai pu encore terminer mon sonnet ; le lilas pour Mlle Jeanne.

45C’est désolant !

46Je relis de temps à autre vos deux dernières lettres qui me font grand bien.

47Je viens d’adresser à Louis un exemplaire de Diritto de Rome. Nous devons une bonne missive à Patuzzi qui fait, en Italie, de la propagande pour notre Lauseto.

48J’attends le Patriote Albigeois. Vous trouverez sous ce pli quelques lettres de mon ami Carcenac !

49J’ai écrit à Germain, je ne sais s’il pourra m’accompagner à Montpellier.

50Blémont s’est décidé à rendre compte en cinq lignes du Fédéralisme. C’est le Rappel d’aujourd’hui qui contient l’article bibliographique de Blémont, — je l’enverrai demain à Louis.

  • 2 Gustave ?

51Sans la présence de Puissant2 à CastNau, j’aurai fait parvenir à Germain mon article sur le Fédéralisme. Ah ! Que tous ces retards imprévus m’ennuient ! — Louis doit être furieux contre moi !

52Tout à Mlle Jeanne, j’embrasse Louis, et vous serre la menotte

53A Fourès

54Destrem vous a-t-il envoyé le journal La librairie ?

55Quel griffonnage ! Mille pardons, je vous prie

*

56Ah que je m’embête ici.

5730 mars 77 [vendredi]

58Ma chère filleule,

59Je suis arrivé à Castelnaudary vers les onze heures du soir, ma mère était couchée, mais non endormie, elle s’est abandonnée à mille récriminations contre moi. La brave femme a fait des variations sur un thème, Hélas ! trop connu de son fils — qui sans dire un mot, s’est tout tranquillement mis au lit. Je dois éviter une brusque rupture avec ma mère. Mon oncle que je viens de voir m’a demandé fort amicalement des nouvelles de ma santé. Je ne suis pas allé faire visite à ma sœur la paix règne au logis, — tant mieux, je vais établir, sans bruit, mes batteries et le moment venu...

60J’ai toujours Mlle Jeanne devant les yeux ; que son beau sourire me fait du bien, il me semble qu’elle est là à deux pas de moi, — j’ai peur de m’apercevoir demain peut-être qu’elle est là-bas, tout là-bas. ! Laissez-moi croire encore que je ne l’ai point quittée. Je ne veux pas qu’elle m’oublie, je veux qu’elle m’envoie de temps à autre, quand le ciel est très-bleu, et qu’un zéphir [sic] fait frémir à peine les feuilles du bel amandier, — je veux qu’elle fasse partir de sa bouche un sonore baiser que je sentirai gazouiller sur ma joue. Ô mademoiselle Jeanne ! Ne me faites pas attendre longtemps de ses nouvelles et des vôtres.

  • 3 Grand merci de la verte et distinguée couronne que vous avez mis sur mon front ; cet hommage d’un p (...)

61J’ai trouvé sur mon bureau deux exemplaires du Patriote Albigeois, — j’en adresse un à Louis, une lettre et un sonnet d’Aubanel. Voici ce que me dit le maître-felibre de la grenade entrouverte :” grandmerce de la verdo e requisto courono qu’avès mes a moun front : aquel oumage d’un pœto coumo vous m’es un grand ounour. Es a ièu d’admirar vosto inspiracion, toujour auto, voste vers esbléugissent de coulou e de flamo, voste vers que fai sèmpre pantaia d’aprendis coma vous, basto n’i aguesse fosso, per la glòri de nosto lengo roumano que touti lous aman tant arderousament....Adessias, car félibre, e a reveire, parai, pèr Santo Estello, lo 21 de Mai3 ? » Le sonnet d’Aubanel, à moi dédié, a pour titre : La Sereno. Je vais demander à Aubanel la permission d’insérer ce nouveau bijou de sa grenade dans notre Lauseto.

62Vous recevrez en même temps que mes lignes, mon premier volume de vers Oiselets et fleurettes, n’oubliez pas de me dire après l’avoir lu tout le mal que vous en aurez pensé.

63A bientôt, une lettre de vous, n’est-ce pas qu’il me tarde, qu’il me tarde de vous lire, ô ma chère sœurette !

64J’embrasse de tout mon cœur plein de bouillant amour celle que je ne puis oublier une seconde. Une fraternelle accolade à Louis.

65Croyez toujours à ma sincère affection, votre dévoué parrain

66A Fourès

*

67Castelnaudary le 8 avril 1877, [dimanche]

  • 4 Lettre à la photo des deux sœurs.

68Ma bien chère filleule4,

69Éblouissante surprise ! Ô ma belle Albeto ! Oh ma chère filleule ! je ne puis me lasser d’admirer ma Miguette. J’ai caché mon petit trésor dans mon gros portefeuille ; plus de vingt fois par jour, j’entre-baille ma cachette et je regarde mes Félibresses jusqu’à ce que mes yeux soient bien remplis de vos charmantes figures.

70Je ne m’attendais guère, je vous l’affirme, à un si bel envoi. Vous devez avoir reçu à l’heure qu’il est mon sombre visage. Le portrait dont je vous fait cadeau dâte du mois de mars 1874, ais-je vieilli, depuis cette époque ?

71Maman de mon Albeto, je serai sage, vous n’aurez plus à me gronder. Hum ! je sais pas si je pourrai rester longtemps en place. Et vous me dites que j’ai un an à attendre ! Rien que cela ! Ne poussez point de cri d’effroi ! je me dompterai, — je calmerai peu à peu mon impatience fougeuse. Si un moment de brusquerie ou de violence allait me faire perdre pour toujours ma chère et adorable Albeto ! Aïe ! Aïe ! Je serai sage.

72Ça ne fait rien je brûle !

73Mon porte-plume est chaud comme une lame qui sort de la forge.

74J’envoie à Louis les 6 exemplaires de la Lauseto qu’il me demande.

75J’ai reçu, hier, une dépêche de Germain « Je tiens beaucoup à ce que tu viennes passer à Carcassonne la journée de demain, Dimanche. » Le pauvre ami vit bien isolé et n’est point précisément heureux ; il aime une jeune-fille victime de l’égoïsme maternel, — il ne la possèdera peut-être jamais. Pauvre Germain ! les parents, les parents, quels odieux tyrans !

76Inutile de vous dire qu’il m’a été impossible d’aller passer une journée auprès de l’ami Alban. Je suis cloué, ici, pour quelque temps : — je suis pauvre comme un rat et occupé plus que jamais. Quelle désolation !

77J’écrirai dans qq [sic] jours à mon frère Louis

78J’ai reçu, ce matin, le dernier numéro du Dominique. Je viens d’écrire à M Roumieux, pour le prier de m’envoyer le Dominique du 1er Avril.

79Je vous retourne les lettres d’Ensenat et du vénérable aïeul. J’écrirai à Deville au sujet de la correspondance de Barcelone. Louis voudra bien transmettre toutes mes amitiés au patriarche Peyrat qui peut disposer entièrement de moi.

80J’embrasse bien fort ma belle Albeto. Une fraternelle accolade à Louis.

81À vous deux bons baisers

82A Fourès

83[...]

84PS : et mes vermisseaux,

85Et mes deux véroniques bleues ?

86Je supprime la missive d’Enseñat ; Louis la trouvera dans ma prochaine lettre.

*

87Castelnaudary le 22 avril 1877, [dimanche]

88Ma chère filleule,

89Je reçois la lettre de Louis pas un mot de vous ! Pas une fleurette de mon Albeto ! On est en train de m’oublier, alors ! — Voilà qui est loin de me satisfaire !

90Louis me donne à peine des nouvelles de ma belle mie, — bonnes nouvelles dans tous les cas ! Je suis heureux de savoir que ma miguette tousse moins. Que fait-elle de beau en ce moment ? Comment a-t-elle trouvé mes derniers vers ? — Louis ne me parle pas du tout de mon planh, — ne l’aurait-il point reçu ? — ne l’aurait-il pas remis à mon Albeto ?

91De grâce, quelques lignes, le plus tôt possible !

92Louis bâcle ses lettres à la hâte, — ne répond guère aux miennes, — puis il me fait des surprises, il m’annonce une nouvelle lettre d’Ensenat, laquelle n’est point sous le pli. C’est très — amusant !

93Je reçois une missive de Rémy Marcellin, — je vous l’envoie, — vous aurez la bonté de me la retourner. J’écris de nouveau à Marcellin pour lui demander la Réponse à la Maîtresse de Tavan.

94La Vie Littéraire a publié dans son numéro du 19 avril mon analyse sur l’article du Prouvençau sur la félibrejade de Montpellier. J’ai annoncé le journal de M Collignon dans Le Progrés du Tarn ; il ne faut pas laisser les saltimbanques de la Cigale s’installer dans la feuille de la rue Richer, — ils nous trouveront partout où ils tenteront de mettre leurs sales pattes. Je vais adresser quelques pièces de vers à la Cigalo dor et un nouveau sonnet au Prouvençau.

  • 5 Marionnettes.

95Vous ne devez pas ignorer que les Normands et les Bretons afrérés viennent de fonder, à Paris, le dîner de la Pomme qui a eu lieu le 16 avril rue Taranne, chez Lafitte. On y a chanté des chansons des pays armoricain et normand. Voilà qui est excellent ! Les Picards, les Champenois, les Poitevins suivront le mouvement donné par La Cigale, et, pour mieux dire par Louis. L’idée fédéraliste s’affirmant, malgré tout, en plein Paris sur le terrain des arts et des lettres ! C’est superbe ! Que Louis ne laisse pas bénéficier deux fantoccini5 sans talent de ce qu’il a conçu et de ce qui a pu être mis en œuvre grâce à son excellent renom et à son beau talent ! Nous devrions adresser un salut aux hommes de la Pomme, — ne serait-ce pas d’un bon effet ? — À nous les premiers anneaux de la grande farandole, de tendre la main à ceux qui se lèvent pour la danse !

96En avant, les braves provinciaux ! Et vive la Fédérale ! — J’ai déjà ébauché notre salut, dont voici la première strophe :

  • 6 « Pour le Midi ardent, la liberté et l’art/ Mme Dulciorella, M. Xavier de Ricard/ Qui ont fondé à P (...)

97« Per lou Miechjoun afric, la libertat e l’art6,
Dono Dulciorelo, en Xabié de Ricard,
Qu’an foundat dins Paris, la balento Cigalo,
El troubaire des gills, en Augusto Fourès,
Cap naut e cor batant, bous portoun, toutis tres
L’adessiats plè de fòc e d’armo fratrialo ! »

98X [en travers sur la feuille] : le Dominique du 1 avril, j’y compte

  • 7 Il s’agit d’Eugène Baudouin et de Maurice Faure.

99Voyez si je dois terminer notre salut as Bretouns e as nourmands de la Poumo ; il pourra être adressé à M Henry, rédacteur en chef du Journal de Caen. Dites-moi bien vite votre avis là-dessus. Voilà un salut qui n’amuserait pas les secrétaires de la Cigale ! J’ai juré de faire crever (pardon) de dépit le myrifique rapinas Ugène [sic], et le prodigieux biographié du journal Le Dauphiné7.

100Mon premier article sur le Fédéralisme a enfin paru dans la Fraternité d’hier, — Germain a du envoyer un exemplaire de ce journal à Louis. Le Progrès du Tarn insèrera ma petite note, demain ou après demain. Je vais relancer Bram de la Dépêche.

101J’apprends avec un vif plaisir que Charles Renouvier va consacrer un article au livre de Louis dans sa Critique philosophique. Gellion-Danglar est réellement un charmant homme !

102J’aurai encore bien des choses intéressantes à vous communiquer, mais...

103Daignerez-vous me donner de vos nouvelles ? Si vous me les faites attendre trop longtemps, je ne vous écrirai plus... rien d’aimable et je ferai des grimaces à mon Albeto, quand je reviendrai au Mas. Me laisser six grands jours sans une fleurette ! Ah ! ma miguette, ma miguette, c’est très — mal ! Elle ouït bien n’est-ce pas ?

104Comment se porte Mr Wilson ?

105J’embrasse fortement ma miguette. À vous deux bons poutous. Accolade à mon frère. Votre

106A Fourès

107PS Que vos lettres soient bien closes au moins ! Ma mère fait des tirades terribles contre Paris, c’est désopilant !

*

108Castenaudary le 1 mai 77, [mardi]

109Ma chère filleule,

110Oh ! Quel arrachement ! J’ai laissé mon cœur là-bas. Qu’est-ce que je vais devenir ? Ma mère m’a accablé de reproches. Germain était à Castelnaudary, dimanche, — je luis écris une lettre pleine d’excuses ; il est arrivé sans dire gare !

111Ma sœur part, dans une dizaine de jours, pour Villemur où habite mon richissime oncle ; il y a quelque affaire là-dessous.

112Écrivez-moi, bientôt. Ô ma Jeanne, ma Jeanne ! Je l’embrasse bien fort ô ma miguette, ma miguette !

113À vous deux baisers. Accolade à Louis.

114Je ne sais plus où j’ai la tête

115Oh, ma chère filleule, écrivez-moi bientôt

116A Fourès

*

117Castelnaudary le 4 mai 77, [vendredi]

118Ma bien chère filleule,

119Je reçois votre lettre qui me fait plaisir et peine à la fois, — plaisir parce que vous me donnez des nouvelles de ma belle amiguette, et peine parce que vous êtes triste.

120Quand donc nous sera-t-il donné de vivre bien en paix ? Hélas ! que de luttes et de souffrances avant de voir notre rêve épanoui en plein soleil. Luttons et souffrons ! Viendra l’heure du bonheur, malgré tous les obstacles ! Oui, oui, la tristesse, les angoisses, les nuits sombres de l’âme se dissiperont ! Oui, oui le clair soleil se lèvera pour nous !

121J’ai tout dit à ma sœur Louise ; elle sait que j’aime à perdre la tête Mlle Jeanne et que mon Albeto ne me déteste point. Je lui ai même mis sous les yeux votre portraitcarte ; elle trouve Mlle Jeanne ravissante et s’étonne qu’une si belle personne [sic] n’ait pas repoussé les avances d’un Sauvage qui fait des vers et de terribles tirades contre les bourgeois dun grands dadais mal étrillé [sic]. « Comment ! Cette jolie demoiselle te veut » s’est exclamée ma nièce. J’ai dit à Louise que vous étiez ma seconde sœur, — il lui tarde de vous connaître ! elle va passer quelques jours auprès de mon oncle le richard, — je crois qu’elle se décidera à lui parler de mon mariage : — elle voudrait que l’oncle Ferdinand mît pour moi les deux mains dans son coffrefort. Mais Louise m’a conseillé de ne point parler encore de Mlle Jeanne à ma mère qui est jalouse, têtue et que sais-je encore !

122Je dompterai Mme Fourès, le moment venu. Elle est énormément inquiète la pauvre femme ! Elle sent que je suis amoureux, — elle a dit à Louise dernièrement : « Pourvu qu’il ne se soit pas mis dans la tête d’aimer quelque parisienne ! » Ma mère très-timorée, ignorante, ridicule, n’est pourtant pas méchante ; elle fera tout ce qu’elle pourra pour m’empêcher d’épouser Mlle Jeanne, mais, le jour où ma miguette sera ma femme, elle ne gardera point rancune, — elle aimera de tout son cœur ma belle et bonne Jeanne. Cette pauvre mère qui est une victime des prêtres, est ainsi faite. Ah ! si mon père vivait ! Il me semble l’entendre me dire : « Tu l’aimes, elle t’aime, allez mes enfants, aimez-vous bien ! »

123J’ai grand espoir pour l’avenir. Nous serons heureux, tous les quatre, un beau jour.

  • 8 « Et l’aube te salue/ Petit paradis tout plein de paix profonde. »

124« e l’albo le saludo
Pichounet paradis coumoul de pax founsudo8 »

125Vous avez oublié le sonnet que j’adressais au Mas du Diable. Oui, oui, cette paix profonde, nous l’aurons, entendez-vous bien !

126Louis a grand tort de vous trop entretenir de massacres. Attendons sans nous rien exagérer !

127J’ai reçu une magnifique lettre de Rémi Marcellin ainsi que sa réponse à Ma Mestresso de Tavan, — vous aurez missive et pièce dans ma prochaine lettre. Je viens d’écrire de notre part à l’auteur de la Bresco, A-B Crouzillat, un des fondateurs du Félibrige, — il est libre penseur et est détesté de Roumanille, ce qui n’aurait pas besoin d’être ajouté ; j’ai écrit aussi à Alphonse Michel, l’auteur du Flasquet, juge de paix du 4 septembre, républicain. Nous tenons tous les provençaux démocrates et anti-catholiques. Marcellin et Clair Gleizes nous ont donné un bon coup de main pour dénicher des félibres qui ne sont point avec le libraire papalin de la rue St Agricol. Marcellin appelle le livret de Roumanille Armana di capelan.

128Je crois que Louis ferait bien de lancer, avant la fin du mois, les lettres circulaires de la Patrie Latine ; il faudrait pouvoir en distribuer à Avignon, le 21 Mai.

  • 9 « Dulciorella a une plume fée, c’est une très bonne sculptrice et j’aime bien ses promenades. Je su (...)

129Gleizes d’Arles à qui j’ai écrit à mon retour de la Lauseto une lettre pleine du croquis du campestre montpelliérain que vous savez si délicatement peindre, — Gleizes me répond : « Dulciorello9 a’no plumo fado, es uno escalprairo (sculpteur) de la bouno e aimi pla sas passejados. Soui de vosto avis : Mount-pelié es un sejour mannat. Escusats se aquel mot ne dits pas tant coumo bostris poulits cops de pincèl en dex lignos. »

130Vous trouverez sous ce plis des mots recueillis dans un dictionnaire que je viens d’acheter ; ils peuvent très bien figurer dans le sous-dialecte de Montpellier.

131M Fischbacher m’a fait adresser deux livres de Castelas et un livre de M CH Guyon, — j’en parlerai dans le Moniteur de la Lozère.

132Je suis très fatigué. Embrassez bien fort pour moi, ma belle, belle amiguette.

133Accolade à Louis

134À vous deux bons baisers

135A Fourès

136Ps le lilas embaume,

137Je l’ai criblé de poutous !

*

  • 10 Jeudi 10 mai 1877, ascension vérifié sur La Lauseto de 1877 dans le calendrier républicain, Mes de (...)

138Castèl-nau-dàri, lo 21 de Floureal an 8510

  • 11 Cf. traduction à la suite.

139Caro Filhouleto11,

140Ero tems ! Se nabiò pas recepiùt abèi bostro fino pergamelo, anabi crida : A l’òli ! A l’òli ! Non debrembetz, siu plet, que soun pla soulet e mut e qu’è mai que besounh de vostros regos amistousos, coumoulos de la mieuno Janourelo. Ô la migueto de moun cor !

141La siuno grilho es pincelado pla besiadoment grand merces ! Mes, es uno grilho ! e me cal un negre masclas per le miu libre crémant !

142Quand tournaré a la Lauseto ne desentutaré un perque moun Albeto m’en fasque un retrat semblant. Aici la descripciu des grills mascles qu’es un tros de ma prefacio : « Les Grills ! S’anats a passes de mandro le long des blats é dins las pradelos, les podets bese sus l’andelhèro del trauquet, — la cabaroto neneto ount s’amagoun per iberna, — an le cap boumbut, negre e lusent coumo l’jaiet, encournat de dos sedos, pla dentat, le cos en faiçou dos loulibo raiadet e dambe dous fialsses per cugo, las quèissos de darré proubé ramplegos e, subretot sautairos, las patos espinousos, dos aletos arrapados sus coustats, dejoubs un estuch que se durbis pel mièi en dos tampos que sembloun èsse d’escato de tourtugo, caprisiousoment flapados de negraud e de roussèl : — las bestiotos las tenoun gairebe dreitos, — como se s’alataboun, e frètoun bitoment les sugrosses qu’i soun pausats, les unis dreits, les autris en escaire, e aco’s atal que ne tiroun le gric-gric, gric-gric de lhour cant estibal ! »

143Las noubelos que me balhats de la Santat de ma poulido mainado me tiroun de dessus un brabe boussi d’ergno e de taino. Quand me mete à [sic] sousca que ma Jounarelo es malautoto me perdi vertadièroment l’eimo. Mès, è un grand esper, — nostro solelh la garira ! Ô Soulelhet, soulelhet, que mous bourdouns afougats cantan e cantaran encaro ! Ô Soulelhet tiro lo mal a la sor de toun Albo, à ma dibesso subrebèlo e tan balendo e brabo ! Ô soulelhet !

144E la frescouleto flou de garrabiè que me mando sa maneto poutounièro, — me bal le prets le mai trelusent des Jocs Flourals ; sabets que la roso salvajo es uno de las flous d’ounor del Gay Saber.

145M’atrio de tournar al Mas. Digats-me s’aniren sigurament a Abignoun ; recebi aro la letro-circulario del Cancelhè ; atendi bostro respounso per fa tene ma counsentido à Mr A Matiu.

146[2e page recto] Fau pas grand’causo ! É la lassiero del languiment. Me bau brandi un pauc ; é mai d’uno obreto a fini, me cal embouia moun segound article subre lFederalisme a la Fraternitat. Paure Loubis ! que le fau atendre !

147Me disets pas brico de ço que pensats de la letro d’en Remi Marcellin. En A. B. Crouzillat e’n A. Miquel, le felibre del Flasquet, m’an respoundut. Miquel me dits, dins tres regos, que pouden coumta sus el. Troubarets joubs aceiste plee, la letro d’en Crouzilhat que me tournarets ambe aquelo d’en A. Mir. Pari que moun fraire Loubis a perdut la letro d’aquel darniè !

148En Gabriel Deville m’escriu : « je n’ai pas oublié, loin de la, Mr de Ricard ; C’est Henry Céard qui fait la critique des livres au Radical et je ne puis empiéter sur son terrain, c’est à lui que j’ai remis le Fédéralisme, je lui en ai parlé souvent et il m’a dit qu’il ne l’oubliait pas, peut-être même que le compte-rendu est prêt ; mais il y a tellement de matière dans le journal que ces choses là s’en trouvent retardées et depuis longtemps il n’a rien paru sous le titre : Bibliographie. Quant à votre ami de Barcelone, je crains bien, vu l’abondance des matières, que l’on n’insère point les correspondances. On a publié une fois une lettre d’Espagne, elle était de Digeon. Malheureusement, Sigismond Lacroix n’étant plus rédacteur en chef, je ne puis guère fructueusement recommander quelqu’un ou quelque chose ; cependant j’essaierai toujours. Spoll vous prie d’attendre un peu, il vous avertira. Cladel va bien, il est remis de ses émotions, sa femme est à peu près rétablie ; ils sont en ce moment à la campagne ; il m’a chargé de ses amitiés pour vous. Ne m’oubliez pas auprès de M. de Ricard. »

149Quin doumatge que le brabe Delilo sio pas demourat mièjournal ! Aquel Paris l’a agantat e aco’s finit ! E le sabi malaut !

150Esperi de noubelos d’en German

151Bostre paire ba milhou ! Gar’aqui que me fa plasé. Que siague lèu garit !

152A la lux siots toutjourn, filhouleto ! Filhouleto, sios toutjorn al gauch !

153Poutouni que poutounaras ma Janourelo.

154A Bous un poutounet, jusqu’un !

155Abrasso al Loubiset !

156Ma sor Loubiso bous fa sas amistanços.

157De tout cor,

158A Fourès

159P S : Louise Hermet, lou noum en francimand de ma sor. Moun bel-fraire es de Santo-Africo en Rouergue.-Bouldriò pla uno copio de la peceto que balharetz a ma migueto, dabant ieu ! Aici un mout bearnès que bous calho : Escade, v a (casus) rencontrer

160Traduction :

  • 12 Jour de l’ascension vérifié sur le calendrier républicain de la Lauseta de 1877, Mes de las flous : (...)

161Castelnaudary le 10 mai 77 [jeudi12]

162Chère filleule,

163Il était temps ! Si je n’avais pas reçu aujourd’hui votre fin parchemin, j’allais crier : au feu ! au feu ! N’oubliez pas, s’il vous plait, que je suis bien seul et muet, et que j’ai, plus que besoin de vos lignes amicales, pleines de ma Jeannette. Ah la petite amie de mon cœur !

164Son grillon femelle est peint avec beaucoup de goût — Merci beaucoup ! Mais c’est une femelle, et il me faut un beau mâle noir pour mon livre de feu !

165Quand je reviendrai à la Lauseta, j’en dénicherai un, pour que mon Albeto m’en fasse un portrait ressemblant. Voici la description des grillons mâles, c’est un extrait de ma préface : « Les grillons ! Si vous allez à pas de loup le long des blés et des prairies, vous pouvez les voir sur le seuil du petit trou — le tout petit abri où ils se cachent pour hiverner — ils ont la tête bombée, noire et luisante comme le Geai, aux deux cornes de soie, bien denté, le corps en forme de noyau d’olive, rayonnant avec deux gros fils en guise de queue, les cuisses très bien remplies à l’arrière et surtout adaptées au saut, les pattes épineuses, deux petites ailes attachées sur les côtés, au dessous d’un étui pour qu’elles s’ouvrent par le milieu en deux rideaux qui ressemblent à des écailles de tortues, les bestioles les ont à peu près droites, comme si elles se déployaient, et frottent rapidement les saillis qui y sont dressés, les uns droits, les autres perpendiculaires. et c’est ainsi qu’ils en tirent le cri-cri, cri-cri de leur chant estival. »

166Les nouvelles que vous me donnez de la santé de ma jolie petite m’enlèvent un bon peu d’inquiétude et d’impatience. Quand je me mets à penser que ma Jeannette est malade, j’en perds véritablement l’âme. Mais, et c’est un grand espoir, notre soleil la guérira. Oh, petit soleil ; petit soleil que mes bourdons ardents chantent et chanteront encore ! Oh, petit soleil, retire le mal de la sœur de ton Aube, à ma divine bellissime et si courageuse et gentille ! Oh petit soleil ! Et la fraîche fleur d’églantier que m’envoie sa main qui attire les baisers, vaut pour moi, le prix le plus éblouissant des Jeux Floraux, vous savez que la rose sauvage est une des fleurs d’honneur du Gai Saber.

167Il me tarde de revenir au Mas. Dites-moi si nous irons à Avignon ; je reçois à l’instant la lettre-circulaire du Chancelier, j’attends votre réponse avant de donner mon consentement à A. Mathieu.

168[2e page recto] Je ne fais pas grand’chose. J’ai de la lassitude et je languis. Je vais me secouer un peu, j’ai plus d’une petite œuvre à finir, il me faut envoyer mon second article sur le Fédéralisme à la Fraternité. Pauvre Louis ! Que je le fais attendre !

169Vous ne me dites rien de ce que vous pensez de la lettre de M Rémy Marcellin, M A-B Crouzillat et M A Miquel le Félibre du Flasquet, m’ont répondu. Miquel me dit en trois lignes qu’on peut compter sur lui. Vous trouverez sous ce pli la lettre de M Crouzillat, que vous me retournerez avec celle de M A Mir. Je pari, que mon frère Louis a perdu la lettre de ce dernier !

170M Gabriel Deville m’écrit : « je n’ai pas oublié, loin de la, M de Ricard ; C’est Henry Céard qui fait la critique des livres au Radical et je ne puis empiéter sur son terrain, c’est à lui que j’ai remis le Fédéralisme, je lui en ai parlé souvent et il m’a dit qu’il ne l’oubliait pas, peut-être même que le compte-rendu est prêt ; mais il y a tellement de matière dans le journal que ces choses là s’en trouvent retardées et depuis longtemps il n’a rien paru sous le titre : Bibliographie. Quant à votre ami de Barcelone, je crains bien, vu l’abondance des matières, que l’on n’insère point les correspondances. On a publié une fois une lettre d’Espagne, elle était de Digeon. Malheureusement, Sigismond Lacroix n’étant plus rédacteur en chef, je ne puis guère fructueusement recommander quelqu’un ou quelque chose ; cependant j’essaierai toujours. Spoll vous prie d’attendre un peu, il vous avertira. Cladel va bien, il est remis de ses émotions, sa femme est à peu près rétablie ; ils sont en ce moment à la campagne ; il m’a chargé de ses amitiés pour vous. Ne m’oubliez pas auprès de M de Ricard. »

171Quel dommage que l’aimable Delille ne soit pas resté méridional. Paris l’a attrapé, et c’est fini. Et je le sais malade.

172J’attends des nouvelles de M Germain.

173Votre père va mieux. Voilà qui me fait plaisir. Qu’il guérisse vite !

174Je suis toujours dans la lumière, ma filleule, ma filleule, je suis toujours dans la joie !

175Je n’en finis pas d’embrasser ma Jeannette !

176Pour vous un petit baiser, un seul !

177J’embrasse mon Louis !

178Ma sœur Louise vous fait ses amitiés

179De tout cœur,

180A Fourès

181PS : Louise Hermet est le nom français de ma sœur. Mon beau-frère est de Saint-Afrique en Rouergue. Je voudrais bien une copie de la petite pièce que vous enverrez, à ma Miguette, avant moi. Ici un mot béarnais qu’il vous fallait : Escade, v a (casus) rencontrer

*

182Castelnaudary le 17 juin 1877, [dimanche]

183Ma bien chère filleule,

  • 13 Cécité plus ou moins complète (Larousse, 1918).

184Avant-hier, j’ai reçu une lettre de faire-part m’annonçant la mort d’un poète qui était un ami dévoué : Camille Macaigne, — il laisse une jeune femme et une fillette, — hier une courte missive signée Théodore Leclerc, poète, qui me dit... « je suis dans la dernière misère et toujours malade, de plus affligé d’une amaurose13 qui me fait perdre la vue... ma femme est au lit avec les jambes enflées, » — etc., quelques lignes peu gaies de Germain ; je reçois, ce matin, votre lettre qui redouble la tristesse affreuse de tout mon être. Quelle misère !

185La semaine qui vient de s’écouler a été pour moi un enfer. Ma miguette s’en est allée ! Ma pauvre petite nièce a été fort souffrante !

186Je ne sais plus où j’ai la tête, depuis une dizaine de jours. Au moment où je vous écris, le ciel est d’un gris sale, il pleut à verse, il tonne sourdement ; je relis votre lettre et je sens de grosses larmes brûlantes me tomber, une à une, dans le cœur. Pauvre chère filleule ! J’oublie tous mes ennuis pour ne penser qu’à votre profonde douleur. Que pourrais-je faire pour vous consoler un peu ? — Vous le voyez, je n’ai que d’affreuses choses à vous transmettre.

187Quelle horrible existence ! Que nous sommes malheureux ! Mais, que de gens plus affligés que nous ! — Aïe ! Ne rien pouvoir contre tant d’affliction et de misère ! Ne vous désespérez pas. Il nous faut avoir du courage, beaucoup de courage. Allons fièrement à travers les tourmentes. Abandonner la lutte serait compromettre notre avenir, — et l’avenir sera beau pour nous ! Allons ! Après la nuit morne, le soleil clair ! Je prendrais les toiles de ma Miguette, en septembre.

188J’ai reçu un volume de vers de Maurice Rollinat : Dans les Brandes, — c’est un recueil de pièces rustiques fort originales. J’ai fait un tout petit compte-rendu de ce livre dans le Bon Sens. Voulez-vous que je vous envoie Dans les brandes ?

189Je joins à ces lignes un bout de lettre pour mon Albeto. Je ferai passer mon pigeonnier dans le Provençau.

190Mes amitiés à M George [sic], mes respects à votre père, à votre mère et à votre tante.

191A Fr

*

192R Castelnaudary le 16 juillet 77 [lundi]

193Ma bien chère filleule,

194Le délicieux petit bouquet ! Il ma ravi. La chère Miguette ! Comme je voudrais lui faire sonner deux baisers sur les joues pour la remercier d’un si délicat souvenir ! Il me tarde qu’elle revienne en Languedoc. J’ai besoin de la revoir, de l’admirer, de la sentir un moment près de moi. Le languir me prend plus d’une fois et je me traînaille comme un chien égaré. Comme je rôde sans but, quand je me mets à penser à son absence ! Je me dis souvent : Comme elle est loin ! Et je scrute l’horizon, pensif !

195Vous l’avouerai-je ? Je n’ose aller vous voir, avant son retour ; il me semble, que, sans elle, la Lauseto est en deuil. Vos fleurs doivent être bien tristes, depuis qu’elle n’est plus là. Je parie qu’elle a amené avec elle tous les oiseaux gazouilleurs des garrigues. Non, je n’aurais pas le courage d’aller me promener de nouveau le long de la Lironde, sans ma chère petite âme.

196Ah ! L’abominable tristesse qui m’amaladit [sic] ! Voilà bientôt huit jours qu’elle est mon inséparable compagne ! Elle ne me laisse plus de répit.

197Ma miguette, délivre-moi de mes tourments, ma miguette !

198Elle regrette les églantiers de votre haie, nous cueillîmes ensemble leurs églantines. Je les chanterais, si je n’avais peur de lui rappeler le Garrabié, qu’elle doit avoir lu chez vous.

199Elle a été éblouie par notre Soleil. Je ne suis pas étonné que les plus lumineux paysages des environs de Paris lui paraissent ternes.

200Est-elle à vénérer la pauvre vieille femme qui la trouve plus belle que jamais ? — N’est-ce pas qu’elle est bien belle, ma miguette ? C’est une splendide petite déesse !

201Elle a la beauté éternelle.

202La réponse : Cest bien possible à Mme Wilson est fort courageuse. Voilà qui est admirablement répondu ! Mon cœur lui en sait gré. La brave miguette !

203Ah ! Qu’il me tarde, qu’il me tarde d’être en octobre !

204Germain, notre malheureux Germain, est moins triste depuis quelques jour ; il m’écrit : « J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer. Hier, on m’a confirmé ce que j’avais constaté de visu, un mieux très sensible. Le médecin qui la soignait faisait absolument fausse route, on a en [sic] vu un autre qui, plus clairvoyant, a changé la médicamentation [sic] et qui a réussi par un moyen bien simple. Voilà donc l’espoir revenu quant au physique. C’est un point capital, et je devrais bien m’en contenter, si je n’étais pas si égoïste. Mais sur ce chapitre, tu sais ce que parler veut dire. » la bonne nouvelle ! Que je suis heureux de l’avoir encouragé à aller de l’avant ! Il aura sa Jeanne, le vaillant ami ! Comme ils vont être heureux ! — j’oubliais de vous dire qu’il vient de passer son dernier examen de droit, et qu’il a, aujourd’hui, son diplôme ; il va pouvoir succéder à son patron, l’avoué, — dont l’étude rapporte bien une dizaine de mille francs pas an.

205Je n’ai pas lu les vers de Mlle Adèle Souchier. D’où vient cette muse-là ?

  • 14 Dictiounairi moundi en la oun soun enginats principalomen les mouts les pus escarriés, an lexplica (...)
  • 15 Avec des rameaux.
  • 16 « Le sommet plein de rameaux de ma forêt. »
  • 17 « S’est orné de rameaux d’aubépine. »
  • 18 Crépuscule.

206Avez-vous reçu mes deux exemplaires du Provençau contenant ma Rondo de las Gracios ? — a propos de cette pièce, vous me dites que vous avez retrouvé le vocabulaire de Fabre d’Olivet et de Sauvage, — je le crois volontiers ! Fabre d’Olivet et Sauvage ont consulté le dictionnaire du Toulousain Doujat14, celui des œuvres de mon Pierre Godolin. Ma langue, est la langue Moundino, celle du Ramelet, je suis un gascon de Toulouse, avec une légère pointe de béarnais.— Enramelat15 est bien un mot de mon pays. « Le cap enramellat de ma-de-selbo16 ! — Ses enramelado dAlbrespi17. » Luscre18 appartient à Issel, à la Labécéde, aux derniers contreforts de la Montagne-Noire. Je reste dans mon Haut-Languedoc. Voici des mots que vient de me donner le vieux Vidal, ancien potier, bouquiniste, qui connaît fort bien la langue populaire : — Bissauta omettre ; descir, dire, chose dite ; Engrigno, acrimonie ; Festilh petit festin ; Fumatiero chambre où il fume d’habitude ; Gaineto hypocrite ; Gaiant réjouissant ; Licsouna faire la leçon ; Magristol assez maigre ; Merilhou petite merveille ; oumec, demi-homme ; Pèlata, frapper du pied, etc etc. je vais me faire, avec tous les mots, que je recueille, tous les jours, un petit dictionnaire magnifique.

207J’ai la lettre de Louis. Louis dit que ma lettre à Roque-Ferrier est insuffisante. Je n’ai pas eu la prétention de répondre cathégoriquement [sic] à la critique du secrétaire de la Revue Romane. M Roque-Ferrier m’a accusé de manquer à la vérité historique, je lui ai adressé une simple riposte, m’appuyant des preuves que j’avais sous la main. Voilà tout ! Du reste, le passage de la lettre d’Innocent III, souligné est une preuve qui suffit à réduire à néant l’accusation principale que contient l’article de M Roque-Ferrier. Je suis très prompt à la riposte. J’ai voulu faire sentir à notre critique acerbe que j’avais toujours du sang de rebelle dans les veines. Je ne tiens [sic] à répondre à R-F dans la Lauseto. Une réponse directe ou indirecte, dans notre almanach appartient à Louis plus autorisé et plus compétant en matière historique. Louis a oublié, dans le sommaire de la prochaine Lauseto, le sonnet de M Gaidan : Larmana de la Lauseto qui répond à mon sonnet : Vespre de janviè, je tiendrais, si c’est possible, à voir figurer ces deux sonnets dans la Lauseto.

208Le titre : La Lauseto est-il maintenu ? Auriez-vous l’intension de le remplacer par la Lauseta ? — Je ne suis pas partisan de la Lauseta, trop local.

209Je vous envoie La notice sur le calandrier républicain de Destrem, une pièce de vers de Gustave Herloz, uno countaralho de Vidal, et des proverbes italiens, espagnols et languedociens. Dans ma prochaine lettre vous trouverez deux countaralhos de moi : un couleric e las mouninos qui n’appartient pas au genre bas que M R Ferrier abomine. Puis-je joindre à ces countaralhos une pièce française (vers) de moi : Debout ? Je viens d’écrire très vivement à Mr Patuzzi de Vérone et Salmini de Venise. J’aurai très-probablement, de leurs nouvelles, avant la fin de la semaine.

210Je ne vous envoie pas la lettre de M Gaidan, trop élogieuse pour moi. « Rappellezmoi à l’occasion, me dit-il, au Souvenir des anges de la Lauseto. »

211J’ai une lettre de Gras. Gras me demande qq [sic] détails historiques sur la Cité. Il doit venir me voir.

212J’irai passer la journée de Dimanche prochain à Carcassonne.

213Au moment de terminer cette lettre je reçois les nouveaux prospectus de lAlliance Latine. LAlliance ! Je croyais que Louis avait rejeté ce titre proposé par M Thiaudière. Donnez-moi le plus tôt possible des nouvelles de ma Miguette. Embrassez Louis pour moi. À vous de tout mon cœur

214A Fourès

*

215Castelnaudary le 2 octobre [mardi]

216Ma chère filleule,

217Je ne m’attendais pas à recevoir quelques lignes de vous, — Germain m’ayant affirmé, dans sa dernière lettre, que vous aviez pris le parti de ne plus m’écrire.

218Vos deux mots m’ont tout remué. Ma chère Miguette est revenue ! Quelle joie ! — Il était temps ! Je viens de passer huit jours pleins d’horrible tristesse. Ah ! ma chère Albeto ! Combien il me tarde de la revoir ! Je ne sais plus trop ce que j’écris, — je viens de m’arracher au gouffre noir, et je tremble, tout étonné et tout ébloui. J’ai beaucoup souffert depuis le départ de mon âme ! Donnez-moi le plus vite possible de ses nouvelles, et dites moi s’il me sera permis de l’embrasser bientôt.

219Pardonnez-moi ! J’ai cru, un moment, avoir perdu votre amitié et celle de Louis, et j’en ai été très peiné, croyez-le bien !

220Je partirai, à coup sûr, pour Longuenauso, vendredi 5 Octobre. Dimanche prochain, je serai rentré à Castelnaudary...... ou, si toutefois vous ne vous y opposez point, je viendrai frapper à la porte de la Lauseto.

221Mes amitiés à Louis. J’embrasse bien fort mon Albeto. Je n’ose pas vous embrasser, mais, je vous serre la main vivement.

222Votre dévoué parrain,

223A Fourès

*

224Castelnaudary le 14 Octobre 1877

225Ma bien chère filleule,

226Comment va ma chère âme ? Adressez-moi quelques lignes pour me donner de ses nouvelles. Qu’elle suive bien le traitement du Dct Vigouroux ! Dites lui bien que je me fâcherai bien fort contre elle, si elle ne mange pas. Il faut qu’elle lutte courageusement.

227Je vous écris ce bout de lettre, à la hâte, au moment d’aller au vote. Nous avons à combattre des réactionnaires de la pire espèce. Ça va être très chaud. Je suis de garde à la salle de vote du canton sud.

228Ma nièce ne va pas plus mal. J’ai oublié de lui acheter des dattes à Montpellier, elle n’est pas très contente de moi, dans ma prochaine lettre je vous enverrai de l’argent : vous prierez Louis de m’acheter une boite de dattes et de me l’adresser par la poste. De vos nouvelles le plus tôt possible !

229Il fait, ici, un vent terrible. Il doit faire encore très beau au Mas de la Lauseto. Que le beau soleil ranime ma belle Miguette. J’embrasse bien fort ma Jeanne, ma gloire, mon tout. Je vous embrasse aussi ma chère sœur !

230De tout mon cœur à Louis,

231Votre parrain, votre ami et votre frère,

232A Fourès

*

233Castelnaudary le 17 octobre 1877, [mercredi]

234Ma chère filleule,

235Je reçois votre lettre. J’allais vous écrire.

236Quelle tristesse ! Pauvre Miguette ! Elle a eu deux mauvaises nuits, je l’ai senti. Ah, que je regrette de n’avoir pu rester plus longtemps auprès d’elle ! Je suis désolé de ne pouvoir partir tout de suite pour la Lauseto, — quelles transes ! Oh ! mon cher cœur, mon cher cœur, je ne veux pas que vous vous laissiez abattre, je veux que vous ayez du courage ! Je vous reviendrai dans une quinzaine de jours, avec mon amour constant. Oh, mangez, mangez, je vous en supplie, — je veux que vous soyez rétablie le plus vite possible. Je me laisserai mourir de faim, si j’apprends encore que vous ne mangez pas. Ne soyez plus triste, — ne suis-je donc plus avec vous ? Oh, ma chère âme, que je ne sente plus que vous vous laissez aller à la tristesse ! — Vous savez qu’un sourire de vous me fait oublier tous mes ennuis. Ô mon Albeto, que deviendrai-je si je ne vois plus votre beau visage radieux ? — Aimez-moi toujours bien. Revenez à la joie. Votre guérison serait mon plus grand bonheur, le salut de ma vie !

237Oh ! Ma chère filleule, quelle souffrance !

238Je ne puis quitter brusquement Castelnaudary ; il faut que je mette ordre [sic] à mes affaires, avant de m’installer à Montpellier. Je suis on ne peut plus gêné à l’heure qu’il est Germain me prête les 400 francs empruntés à ma vieille cousine de Bordeaux, — ce qui me laisse respirer un peu, mais j’ai de petites dettes criardes ! Je ne trouve pas à qui emprunter pour les payer, ce n’est que petit à petit qu’il me sera possible de les amortir. Les plus petites dépenses me mettent fort en arrière. Ma mère ne peut rien faire pour moi, — elle est très gênée ; je vais m’occuper de la rentrée des sommes qui lui sont dues par quelques-uns de ses clients, — son coffre est presque vide. Mes petites dettes payées, il me faudra songer à ramasser quelque argent pour faire mon voyage à Montpellier : — il faut que mes livres me suivent ! C’est un petit déménagement à faire ! — Je ne pense pas pouvoir être libre avant le commencement de Janvier. Je ne comprends pas que vous m’accusiez de mettre du retard à nos projets, volontairement. J’ai été jusqu’à aujourd’hui très empêché. Il m’a fallu user d’expédients pour aller à la Lauseto, — expédient est trop peu dire. Que dirait mon ami Martin — qui m’a prêté dernièrement 200 francs — s’il apprenait que j’ai déjà entamé largement le billet de cent francs destiné à payer les ouvriers ? — Je ne puis vous dire tout. Où donc est ma dignité et mon orgueil ? Ah, si je n’avais pas l’amour de Jeanne !

239Je vous donne là des détails bien cruels sur mon existence. M’excuserez-vous ? — J’ai peur que ma Jeanne en soit affligée, mais je lui ai déjà parlé de ma situation.

240Jaccepterai la place que Louis et M de Tourtoulon trouveront pour moi à Montpellier, — mais pas avant le mois de Janvier. J’ai besoin de deux bons mois pour débrouiller mes affaires.

241Dites bien à ma Miguette qu’elle n’aura pas à attendre 4 mois pour m’avoir très près d’elle. Je l’embrasserai au commencement du mois prochain, je ferai des escapades toutes les fois que j’aurai fait des économies, — j’espère bien pouvoir la serrer dans mes bras au moins quatre fois avant le mois de janvier. Je lui envoie mes plus chauds baisers. Qu’elle soit courageuse ! Je pense à elle constamment, son cœur, je l’entends battre nuit et jour — qu’il soit joyeux, si elle ne veut pas que je me désespère !

242Et vous, ma chère filleule, croyez-moi toujours votre frère, votre ami, — n’allez pas vous imaginer que je ne suis plus le même pour vous ? Puis-je séparer votre amitié de l’amour de ma Jeanne ? Non, mille fois non !

243Je vous écrirai de nouveau, samedi.

244Germain et sa femme sont venus me voir, Dimanche 14 octobre. Les bons amis, ils nous languissent. Mme Germain m’a dit que le brave Alban rêvait de moi. Notre brave Germain a besoin de chaude amitié pour fermer la blessure de son cœur que sa femme ne doit pas voir. Ils m’ont fait promettre d’aller les voir Dimanche. Si j’ai les cinq francs, ce jour-là, je partirai pour Carcassonne à 7 heures du matin, pour rentrer le soir à 8 heures 30 minutes. S’il ne fallait que 5 francs pour aller à Montpellier !

245Les élections n’ont pas été mauvaises pour nous. 314 députés républicains ! Nous aurons plus de 400 des nôtres à la chambre, les élections réactionnaires invalidées. Le député de ma circonscription, Mir, a échoué. Quelle pression inouïe ! Nous aurons à voter de nouveau, ici. Enfin, vive la République ! — La France est bien vivante, quoiqu’on en dise ! Le pays des grandes luttes pour la liberté se réveille ! En avant !

246J’attends des épreuves de l’almanach. Que fait mon cher Louis ? A-t-il reçu de bonnes nouvelles de Paris ?

247M et Mme Wilson comment vont-ils ? — Votre père ne va-t-il pas mieux ? votre mère est-elle bien rétablie ?

248Ma nièce est toujours dans le même état, ma sœur vous fait ses compliments.

249Je vous envoie La strada de Betteloni et l’Invite de Patuzzi.

250Louis a-t-il remis à Roque-Ferrier mon Vincentou à la batesta de pouls et mon sonnet : « un parelh pèr vendemios. »

251Si j’ai un moment de répit, avant dimanche, je terminerai le pijounié pour ma Miguette.

252Embrassez bien fort, pour moi, ma Jeannette, mon cœur et mon âme, mon tout.

253Permettez-moi de vous embrasser ainsi que Louis.

254À vous du profond du cœur, ma chère sœurette,

255A Fourès

*

256Castelnaudary le 20 Octobre 1877

257Ma chère filleule,

258Que fait ma chère Miguette ? — Sa grande fièvre s’est-elle un peu calmée ? — Mange-t-elle ? — Comment passe-t-elle ses nuits ? — Il me tarde beaucoup d’avoir de ses nouvelles. Votre dernière lettre m’a troublé. Que je suis malheureux de la savoir souffrante ! Si elle pouvait manger un peu et dormir ! — Sa toux est-elle moins forte ? — Que je voudrais être à la Lauseto pour vous aider à la soigner nuit et jour ! Si j’étais seul, je vendrais tout ce qui m’appartient et j’arriverai vite auprès d’elle. Mais, que d’empêchements matériels ! Je ne me livre plus à la mélancolie depuis que je la sais loin de Paris ; je suis moins inquiet sur son état, à l’heure qu’il est, — j’ai plus de courage contre la misère ! — Dans une quinzaine de jours, j’aurai le bonheur de l’embrasser.

259J’ai reçu ce matin, une lettre de Germain, Je vais à Carcassonne, demain, il me remettra la somme promise, le brave ami.

260Louis a-t-il eu de nouvelles épreuves ?

261J’ai depuis hier la Miougrana entre-duberto dAubanel, je vais en parler dans le Bon Sens. Je tiens un bon rhume. Il ne m’a pas été possible de terminer le Pijounié pour ma Miguette. Je ne fais qu’éternuer et me moucher. Un poète enrhumé est un bien piètre personnage. Il vous envoie un terrible sonnet sur la Seine, fait à Paris et parachevé ici.

262Je vous écrirai plus longuement, mardi ou mercredi au plus tard.

263Avez-vous des nouvelles des vôtres ? — Une petite nièce ne va pas mieux, ma sœur est bien triste.

264Embrassez pour moi, ma chère âme, mon cher tout. Permettez-moi de vous embrasser,

265ainsi que Louis

266Votre dévoué parrain et ami

267A Fourès

2 Choix de lettres de Louis-Xavier de Ricard à Auguste Fourès

268Jeudi 20 Janvier 1876, [Paris]

269Monsieur et cher confrère,

  • 19 Proscrits.
  • 20 « Au nom de la Vérité, de la Justice et de la Liberté qui feront que tous les hommes seront frères (...)

270Votre envoi est venu me trouver à Paris où je suis encore pour quelque temps. Je ne saurais vous dire le plaisir que j’ai de trouver en vous un coreligionnaire si viril et si convaincu et d’un talent qui m’est si sympathique. Étiez-vous à la réunion des félibres au mois de novembre dernier ? Si Oui ! Combien je regrette de ne pas vous avoir connu alors, de ne pas vous avoir serré la main. Nous voulons tous deux les mêmes choses et j’en suis sûr par les mêmes moyens ; le relèvement de la Patrie Romane — défigurée et calomniée — par la liberté et dans la liberté. Il y a en vous l’héroïque verdeur de l’hérésie albigeoise, je vous l’envie. Vous descendez certainement des Parfaits et des faidits19 qui ont défendu notre nationalité contre le catholicisme, et, j’ose l’espérer, vous regrettez comme moi qu’un malentendu historique ait poussé certains félibres à chercher le relèvement du midi, dans les idées, qui sont la négation du génie méridional, et avec des hommes qui représentent la force exécrable par laquelle ont été déracinées toutes nos libertés. — Ce me serait un grand bonheur de m’entendre sur tout cela avec vous ; car mon œuvre et ma vie, je veux tout dévouer — pas de choix sans doute, mais je ne puis donner plus à la renaissance de notre Patrie : — nous la referons libre et heureuse dans la liberté de la France : — « al20 nom de la Beritat, de la Justicio e de la Libertat que faran que toutes les homes saran fraires e que nous pararan de fola de malhurs. Qu’aco sia lèu aval ! »

271Faisons ensemble cette frérie [sic] — la seule qui nous convienne !

272Je suis d’autant plus heureux d’avoir reçu vos brochures qu’il me sera permis de parler un peu de vous dans mon dernier article sur le félibrige (Dans la République de Montpellier). Mais, croyez-le bien, je reviendrai sur vous avec insistance en une autre occasion qui ne saurait tarder. Je grouperai quelques volumes à vos brochures dans un compte-rendu prochain. Je vous dirai alors publiquement tout le bien que je pense de vos vers languedociens et français et de votre nouvelle si méridionale. J’ai été heureux de voir que vous appliquez à la langue française un système dont je suis fort partisan et que j’ai employé aussi dans un fragment de poème (sur les guerres protestantes dans le midi) qui va paraître pour le Parnasse contemporain (à la fin de ce mois) — a propos n’avez-vous rien envoyé ? — Il y eût fallu quelques vers accentués comme les vôtres. —

273J’espère, Monsieur, que nos relations ne se borneront pas à cette lettre, et qu’elle commence entre nous une sympathie qui je le souhaite de tout cœur deviendra une amitié. Travaillons à nos idées, faites abonder pour le felibrige des amis qui vous ressemblent. J’ai fait la connaissance, ici, d’un jeune-homme qui est des nôtres et avec lequel je tâche d’organiser une Société Méridionale, ici, à Paris. Il s’appelle Maurice Faure : vous avez sans doute lu son sonnet publié dans la Revue des Langues Romanes et dans lArmanac de languedô.

274Je compte rentrer à Castelnau, vers la fin de ce mois, ou les premiers jours de février. Je suis retenu ici, par la nécessité de faire annoncer dans les journaux un grand travail que je vais entreprendre et que je vous recommanderai c’est une Histoire populaire de Languedoc, publiée par livraison chez Marchessou au Puy en Velay. Les prospectus vont être lancés dans quelque temps. Je vous demanderai à ce moment si vous ne pouvez pas me faire annoncer dans quelques journaux de vos pays. Je crois que cette histoire, si je la réussis comme je la rêve, pourra rendre quelques services.

275Je vous adresse un journal où il y a un premier article sur Mistral, et en même temps je vous demanderai si vous n’avez pas quelques vers Courts (le format du journal étant un peu resserré) que l’on puisse publier.

276En espérant, encore une fois que nous n’en resterons pas là, je vous serre, Monsieur et cher confrère, très cordialement la main

277L.-Xavier de Ricard

*

278Sans date [fin mars ou début avril 1876] [extrait, Paris]

279Cher frère et ami,

280Je ne suis pas encore parti, à cause d’une indisposition assez grâve [sic] de ma belle-sœur, nous attendons sa convalescence. Mais je m’empresse de vous écrire pour vous prévenir que je ne suis pour rien pour le journal à un sou qui vient de paraître à Montpellier, — à mon étonnement, ainsi qu’à mon scandale. Car l’année dernière à pareille époque à peu près, je disais mon projet à un banquier de Montpellier et même je lui racontais mon titre Le Petit Méridional. C’est ce projet avec le même titre qu’on exécute aujourd’hui sans même m’avoir prévenu. Il est sûr qu’à la fin de la semaine prochaine je serai à Montpellier. Je vous en avertirai aussitôt est-ce que vous pourrez venir à Montpellier ?

281Pardonnez-moi de solliciter de vous ce dérangement, s’il vous est possible. Mais je crois urgent que nous nous voyions, que nous nous concertions afin d’arriver à quelque chose. Je crois qu’il reste difficile...

*

282Le 23 Avril 1876

283Cher frère et ami,

284Votre dernière lettre nous inquiète beaucoup ici ; vous paraissez avoir beaucoup d’ennuis. J’espère bien, que du moins, vous n’êtes pas souffrant. Permettez-moi de parler un peu de vous, avec vous, cette fois.

285Je ne suis pas non plus des plus fortunés, tant s’en faut, je connais d’expérience toutes les espèces de tiraillements qui peuvent exister et plusieurs autres encore. Cependant, (et prenez mes paroles comme celles d’un ami), je verrais avec beaucoup de regrets pour la cause félibresque et pour vous-même que vous ne vinssiez [sic] pas à la grande [Illisible] du 21 Mai. De plus, pour notre avenir, à nous deux, je crois utile de nous voir, de nous causer, de nous communiquer nos projets, et de nous arrêter pour le moment à celui qui sera le plus promptement réalisable. Si c’est comme je crois l’esprit de votre lettre, une question pratique qui vous arrête, voulez-vous m’obliger, me donner une vraie preuve de réelle fraternité, de réelle amitié ? Acceptez d’être mon débiteur, pour une centaine de francs. Ne vous offusquez pas, je vous prie, de cette offre. N’ayez pas peur de vous endetter. Vous rendrez cela quand et comment vous pourrez. Ne faîtes pas de difficulté, je vous prie, à me rendre ce service d’accepter cela de mon amitié. C’est entendu, n’est-ce pas ? Et nous irons ensemble vers les félibres « cagots ». Mais j’espère bien que nous serons soutenus par d’autres. Gras, vous le savez, est tout à fait dans nos idées. M Camille Cavalié, à qui je vous remercie d’avoir parlé de mon Histoire du Languedoc est-il aussi des nôtres ?

286J’ai commencé à rédiger pour la République, l’article sur vous et sur M r Mir, je suis heureux d’avoir attendu car je pourrai parler aussi de votre avocat muet. La description de tous vos « juges » et « magistrats » est faite avec verbe et précision. Les types sont parfaitement réels, et vous avez rendu la réalité en artiste. C’est quelque chose de touchant, que le pauvre « parleur » condamné au silence. — Je voudrais bien que mes avocat fussent comme lui. — Il y en aurait moins à la Chambre.

287Je vous adresse, sous ce pli, une lettre de Napoléon Peyrat, que je vous prirai [sic] de me retourner. Elle vous rassurera, je crois, de la part d’un homme, que je considère, quant à moi, comme un de nos chefs dans la voie que nous voulons suivre. Je voudrai n’avoir pas besoin de son Histoire des Albigeois pour vous la prêter — si vous ne la connaissez pas.

288Je vous engage fortement à lui adresser celles de vos œuvres qui vous paraîtront de nature à l’intéresser le plus. Parmi celles-là votre Croix de lInnondation. Il est bon que de tels hommes — qui malheureusement loin du pays, ne connaissent guère comme vous le voyez, ce qui s’y fait, se retrempent un peu dans les passions de la jeunesse que nous sommes. N Peyrat n’est point encore d’un âge si avancé qu’il ne puisse rendre de grands services à la cause. allons un peu vers lui : son œuvre si grandiose pourtant, est resté un peu isolé, fort peu comprise. Il doit avoir en nous la génération qu’il attend.

289Je n’ai abandonné aucun de mes projets ; les circonstances m’ont forcé à en modifier quelques-uns. C’est un grand malheur que vous n’habitiez pas Montpellier. Nous nous entendrions si bien ! Et c’est bien le Diable si, à nous deux, nous ne faisions pas quelque chose . — Il nous faudrait un journal politique, il est impossible qu’on ne trouve pas, dans notre vision, des bailles [sic] de fond de [sic] suffisants, des gens qui qui [sic] soient disposés à faire quelque chose pour l’émancipation du pays. Ce sont des oiseaux rares qu’il faut découvrir. Le plus pratique serait peut-être de commencer par nôtre almanach moitié français, moitié languedocien. Il attirerait vers nous les forces vives de notre parti, nous permettrait de nous grouper, de nous connaître et plus tard de nous associer pour quelqu’œuvre plus vaste. Les frais d’un almanach ne sont pas grands ; il ne faut pas force souscripteurs pour le couvrir. Pensons-y et parlons en un peu — entre-nous [sic].

290Vous n’avez pas répondu à une de mes idées que je vous communiquai dans une de mes dernières lettres, faire jouer quelque chose à Toulouse. J’ai un drame dans lequel nous pourrions tailler quelque chose de jouable, je crois, et si cela réussissait un peu, en avant le drame national. C’est une puissance énorme que le théâtre pour empoigner le peuple. Et les sujets émouvants ne manquent pas dans nôtre histoire. Le malheur c’est que je ne connais personne à Toulouse. Ce n’est point du tout moi qui vous donne le Parnasse. C’est moi qui vous l’ait envoyé, c’est tout.

  • 21 Loré ou Groé ?

291Je ne sais comment vous remercier de tout le zèle pour mon Hist de Languedoc [sic]. J’ai écrit à Marchessou au sujet de M Loré21 ! : il va sans dire qu’une remise sera faite à M Loré. J’ai prié Marchessou de me la fixer. J’envoie à M Loré des prospectus, ainsi qu’à M Cavalié. M Mir a dû en recevoir. Je vais vous en envoyer. j’accepte en vous remerciant une annonce dans le Scapin ; mais je voudrais, s’il était possible, qu’il y fût dit qu’on peut souscrire à Paris, chez Sandoz-Fischbacher — et Leroux. Merci pour la réponse de Toulouse. J’ai adressé des prospectus, à Carcassonne, à MM Lagoing et Salles ; y-a-t-il dans cette ville de meilleure librairie ? — Je dis à Marchessou de faire une circulaire aux libraires, dans laquelle il leur dira les conditions de la remise. Je la ferai envoyer en même temps que les prospectus — J’en ai fait envoyer un à Longuelame à Narbonne et à M Export à Lézignan, aussi à M Bouy à Limoux. Tout cela est-il bon ?

  • 22 Numéros ?

292Vous avez vu comme la Vie Littéraire, dans un de ces derniers numéros, a abimé [sic] quelques noms, entr’autres celui d’Arnavieille [sic]. J’ai à ce sujet écrit à Collignon.Je ne doute pas qu’il y ait quelque chose de vous dans le prochain numéro. Je regrette de n’avoir pas des Nos22 [sic] de cet article. J’en enverrai un exemplaire à M Mir, en tout cas, quand vous aurez l’occasion de lui écrire, apprenez lui l’existence de ces quelques lignes.

  • 23 Mot illisible, mais selon le contexte ci-dessous cela pourrait-être La Rue.

293Est-ce que la réapparition de la ?23serait prochaine ? Sera-ce un journal purement littéraire — ou politique.

294En attendant impatiemment de vos nouvelles, cher frère et ami, je vous serre très cordialement la main.

295Votre

296L.X.d. Ricard

*

2979 mai 1876

298Cher frère et ami,

299J’attendais la lettre qui m’annonçât votre retour de Bordeaux. Je l’ai reçue ce matin et je vous écris de suite. — Je ne demande pas mieux de nous mettre à des œuvres patriotiques. Le théâtre est pour l’extension de nos idées, le moyen le meilleur. Notre histoire abonde de sujets de toute sorte, propres à passionner notre public pour sa nationalité. Nous recauserons de tout cela, il nous faudra nous mettre à l’œuvre.

300Je ne suis pas partisan de votre titre « Livre des Félibres républicains », cela n’irait pas, je le crains, [ ?]-ment au peuple auquel il faut s’adresser : mais on peut le combiner avec le titre que j’avais proposé : almanach du patriote Languedocien publié par les félibres républicains. Cela fera une contrepartie [sic] complète à Larmana prouvençau.

301Je regrettais fort que votre programme ne fut pas terminé pour le 21. — Inutile de vous dire que j’attends impatiemment la Revue des Langues Romanes du mois de juin, pour y lire votre « Cansons des poutouns ». C’est, je crois, la première fois que la Revue publie de vos vers. Espérons qu’elle en prendra l’habitude.

302Je suis fort mécontent de la Vie Littéraire : des longueurs qu’elle met à vous publier et à publier aussi un fragment des Charbonniers, qu’elle m’avait fait demander à Félix Gras. Cela me met dans une position fort ennuyeuse.

303Oui, pour la Rue, je pourrai — si on le veut donner quelques croquis de paysages ou autre fantaisies. Merci, et encore merci pour tout votre zèle.

304Je suis complètement de votre avis pour la marche à suivre dans nos affaires et nos projets. Publions d’abord lalmanac, et ensuite tachons d’avoir une revue bi mensuelle. Les petits poissons deviennent grands — quelquefois.

305Donc à jeudi de la semaine prochaine. Il va sans dire que nous partagerons nos repas rustiques, si je n’avais pas eu ma belle-sœur, je vous aurais offert une chambre au mas. Aimez-vous mieux que je vous en retienne une à Montpellier ou à Castelnau même. Ce ne sera pas luxueux dans ce village, mais nous serons plus voisins.
À bientôt donc, et une bonne poignée, toute cordiale et fraternelle

306L.X.d.Ricard

307Vous avez écrit à Peyrat en lui envoyant vos brochures ? — Il faut donner à cet homme si méconnu, inconnu des méridionaux, maltraité par les francimands, la joie de lui prouver qu’il a une postérité ! Lisez-vous vite ? — Je vous prêterai quand vous serez ici son Hist des Albigeois ? — A propos je vous rappellerai que vous m’avez promis deux livres La statist des Départements Pyrénnéens et Bernard Délicios « Linquisition Albigeoise »

*

308Le 14 Septembre 1876

309Mon cher ami,

310Vous paraissez avoir beaucoup d’ennuis et j’en suis fort inquiété. Permettez à un ami d’être indiscret. sont-ce des ennuis d’argent pour lesquels je puis vous être utile ? Si vous aviez des inquiétudes de cette espèce : je vous prie de penser à moi. Je crains que vous ne vous soyiez [sic] gêné pour moi dernièrement. Je pourrai dans le courrant [sic] du mois prochain, j’espère, vous prêter une certaine somme : ce mois-ci malheureusement étant le mois du terme, et de plus, de notre aménagement ailleurs (ce qui nous fait un double terme, car nous perdons six mois de loyer dans l’impossibilité de rester l’hiver au Mas du Diable) et étant encore encombré d’un déménagement. Mais s’il était nécessaire de répondre pour vous, parlez-moi, je vous prie en ami. Dites même, s’il en est besoin, que je vous dois de l’argent et que je ne pense vous rembourser que fin novembre. Enfin faites de votre mieux pour utiliser mon amitié.

311Donc nous changeons de domicile : nous allons de l’autre côté du Lez — et dans une autre région de Montpellier, qui s’appelle les Quatre Seigneurs. Nous avons loué une maison plus confortable au point de vue de l’habitation et de l’hygiène que ne l’est notre pittoresque Mas du Diable. Il nous est donc impossible d’aller à Castelnaudary cette année. Mais, si vous veniez, vous, passer quelques jours, quand nous serons installés. Nous profiterons alors de votre présence pour baptiser notre nouveau mas, dont le nom actuel ne nous plait [sic] guère « villa Marguerite » Nous voulons, nous, l’appeler Le Mas de la Lauseto.

312Je suis un peu contrarié de la longueur que met Mme Brun à me répondre : car nous n’attendons plus que cette réponse pour marcher. J’aurais aimé d’ailleurs, si je m’entends avec elle pour l’Hist de Langoc [sic] de lui donner aux mêmes conditions de partage avec Fischbacher, le Fédéralisme et l’Almanac [sic].

313J’envoi [sic] auj [sic] tout l’almanac [sic] sauf mes articles en languedocien que je vous copie pour vous les envoyer. Dites-moi franchement votre avis et sévèrement même.

314J’ai eu des nouvelles du Jeune [sic] Arnavielle qui est une espèce de vilain petit Tartuffe. Il a su par Mr Mir que nous faisions notre almanach, vous a-t-il écrit au sujet d’un sonnet que M. Tavan a fait sur le Pont du Gard et qu’il a dédié à nous tous ses compagnons de voiture ? Il devait m’écrire aussi à moi et ne l’a pas fait : de sorte que je passe pour un malpoli auprès de M. Tavan. Vous devez être dans la même situation.

315C’est à Arnavielle que nous le devons.

316Je joins aux envois de manuscrit [sic] que je vais vous faire une petite poésie languedocienne de ma femme. Votre avis là-dessus sans galanterie.

  • 24 La fin du nom est biffée.

317Pour envoyer les livres que vous voulez bien me prêter et qui me vont être si utile, attendez, je vous prie, que nous soyions emménagés au Mas de lAlouette, je me trompe au Mas de la Lauseto (car nous ne franciserons pas son nom.) J’ai reçu en effet un volume de M. Battoni24 (Vérone) e Volo dIcaro de M. Pattuzi ; mais je ne sais pourquoi ils m’ont envoyé un double exemplaire =pour la Vie littéraire. Les deux exemplaires sont-ils pour vous, ou faut-il les envoyer à Colignon ?

318Je vais faire l’article pour le Courrier Littéraire.

  • 25 En Catalogne.

319M Enseñat, à qui j’ai écrit pour Figueras25, n’a pas daigné me répondre ; Je ne sais où m’adresser maintenant, M Quintana ne m’ayant plus donné signe de vie. Vos amis italiens vous donneront-ils quelque chose pour l’almanac [sic]. Cela aurait été excellent.

320A Bientôt [sic], mon cher ami, ne vous fatiguez pas trop, et tachez que je vous doive de vous pouvoir tirer un peu de vos ennuis.

321Je vous embrasse bien cordialement et fraternellement

322L.X.d. Ricard

*

323Sans date [jeudi [14] décembre 1876]

  • 26 Pour la datation de cette lettre, voir la note de celle de Lydie du 18 Décembre 1876, qui commence (...)

324Cher frère et cher Ami26,

325J’ai reçu de Mme Brun une réponse favorable : elle accepte l’almanac [sic], sa lettre même est fort aimable, mais elle tiendrait à ce que l’Almanac fût annoncé dans la Dépêche et le Progrès libéral.

326Marchessou a fini mon Fédéralisme. Je lui ai lancé un tas d’injures pour la lenteur qu’il met à imprimer l’Almanach, en lui recommandant bien de vous adresser les épreuves. S’il ne l’a fait c’est peut-être un peu de ma faute : j’ai eu le tort de lui dire que vous étiez chez moi et il a pensé, fort bêtement, qu’il ne fallait plus envoyer que chez moi : aussi pour que la chose ne tarde plus longtemps, je pars au Puy mardi prochain. Je l’ai averti qu’il tint tout prêt afin que notre almanac [sic] ne passe pas inaperçu parmi les étrennes, je viens de m’aviser de faire comme en 93 : je mettrai sur la couverture en grosses lettres : Étrennes Patriotiques ; avec cela son volume, (car ce sera un volume) a une eau-forte, il pourra figurer pour l’étalage des livres d’étrennes. Et du Puy, nous allons à Paris, pour quinze jours au plus. On y estime ma présence utile pour le Fédéralisme, et elle ne sera pas inutile pour l’Almanac. Et si Fourès, était sage, était un bon ami, il viendrait avec nous, cela serait excellent pour lui, son ami Ricard pense que ce serait un coup de maître qu’il assistât au prochain dîner de la Cigale, se fît connaître là : et il n’y aurait pas de meilleure préparation pour son volume. Il pourrait s’entendre de vive voix avec Fischbacher, montrer aux méridionaux un peu effacés de la Cigale, ce qu’est un vrai méridional, voir non inutilement quelques amis qu’il a dans le journalisme et la littérature à Paris, faire de nouvelles connaissances, se montrer enfin et embrasser le vieux Pyrénnéen qui pleurera d’attendrissement en le voyant s’il venait à Paris, et il pourrait en dire du mal en connaissance de cause. De plus il aiderait aussi son ami Ricard à finir cet almanac promptement au Puy et à le bien organiser à Paris.

327Je vous en prie, mon cher, tâchez de faire cela, et faites- moi ce plaisir d’accepter de moi ce voyage comme étrennes amicales. Baudouin, est des nôtres, nous nous arrêterons à Alais, puis au Puy, tous pays à voir : n’ayez pas peur d’être indiscret : nous voyageons en troisième par goût pittoresque, et pour vous prouver que c’est un cadeau de peu de chose je vous offre là, je vous dirai que le voyage ne coûtera même pas 60 fr par personne. Une fois à Paris, vous n’avez à vous occuper de rien, et je vous ferai connaître la Capital [sic].

328Enfin, il est bon que l’on vous voit à la Cigale, que vous y récitiez quelque chose, surtout au moment de votre volume et de celui de la Cigale. Puis la Cigale va se transformer en cercle : il est bon que nous nous mêlions un peu de cette transformation. Montrer que nous existons.

329Madame votre mère ne peut vous refuser un congé de 10 ou 12 jours. Voulez-vous que je lui écrive pour le lui demander à votre place ? — puisqu’elle ne se méfie point de moi comme félibre. Un mot de suite, et venez, si non je me fâche, plutôt nous nous fâchons.

330Nous attendrons votre réponse pour fixer notre départ. Ne nous faites pas sérieusement la peine de nous refuser. Je vous engagerais peu à demeurer à Paris, autant je vois ce voyage utile pour vous dans les circonstances présentes.

331Nous attendons vivement, non pas votre réponse mais votre arrivée, c’est la meilleure réponse que vous puissiez nous donner.

332Je vous serre cordialement la main et vous embrasse fraternellement

333X.d.Ricard

334Jeudi

*

335[28 janvier (Paris)]

336Mon cher Ami,

337Je crois bien que vous n’avez pas reçu vos journaux ! Mlle Annette avait oublié de les mettre à la poste ; et je les ai retrouvés dans mes paperasses. Je vous envoie en plus Le Petit Parisien qui a enfin parlé ! Si la République des lettres me parvient pendant que je vous écris (et qu’elle contient quelque chose) je l’y joindrai. La revue de Thiaudières [sic] hier a du parler de nous ; mais je ne pourrai l’avoir que demain lundi. Decaux m’a promis une belle annonce dans l’Éclipse.

338Je reçois une lettre d’Enseñat qui se plaint de Mad Brun : elle a envoyé 10 exemplaires à Verdaguer, sans dire seulement le prix du livret. Si elle a mis en vente partout comme cela !...

339Ici les affaires vont bien, vous voyez que Fischbacher redemande des Lauseto : avezvous pu lui envoyer les 130 que je vous ai demandé par télégramme ? Il ne les avait pas encore reçus hier au soir.

340Le Fédéralisme parait demain enfin ! Vous avez le 2eexemplaire : j’en envoie un à M A Germain ;

*

341Samedi 10 Février 77 [Paris]

342Mon cher Ami,

  • 27 Mot barré.

343Une indisposition de lydie — qui n’offre rien d’immédiatement grave mais qui pourrait le devenir — a retardé notre voyage jusquà ce jour, et nous empêchera de faire le voyage27 petit tour du midi que nous avions arrangé. Tous les projets les mieux combinés sont ainsi : je n’en sache pas qui réussissent que ceux qui sont aussitôt exécutés que formés. Jeanne vient avec nous : nous remettons donc au mois d’avril notre tournée pour le Lauragais et à Toulouse. Nous partons lundi, si la santé de Lydie nous le permet. Sitôt que nous serons rentrés, je vous écrirai une longue lettre.

344Vous avez dû recevoir votre Goudeli. [sic] enfin !

345Je vous donne un renseignement qui pourra hâter le projet de journal de Digeon, Le Midi de Nîmes cesse de paraître le 15 de ce mois. Il y a un héritage à recueillir là.

346La République du Midi s’est décidée à parler du Fédéralisme. Ici je trouve une hostilité plus grande encore que je ne croyais et peu d’énergie ou de bonne volonté parmi ceux qui m’ont fait le plus de protestations. je m’y attendais un peu d’ailleurs.

347La lettre d’Arnavielle est stupide et je l’ai mouché joliment à mon tour ne sachant point d’ailleurs d’où il prend cette autorité pour le Félibrige. Je lui déclare net que je le prends guère au sérieux et que si par hasard, le félibrige pense comme lui, personnellement j’enverrai coucher le félibrige et Arnavieille avec lui.

348Je vous envoie le Dominique où il est question de la Lauseto. Vous y remarquerez qu’ils affectent de m’ignorer.

349Le Sémaphore de Marseille a fait un excellent article sur le Fédéralisme : il va en publier un aussi sur la Lauseto. Le Peuple et L’égalité de Marseille suivront. Nous aurons des articles aussi dans le Progrès du Var. Le Républicain du Vaucluse a annoncé un article. Il a été question de la Lauseto dans Le Télégraphe et dans LEcho. Je ne sais point les numéros. Personne n’a encore rien fait dans le Rappel. Vous avez vu pourtant que Blémont a fait un article où il nous oublie avec une charmante confraternité : que nous ayons donc un journal pour leur rendre la pareille !

350Cladel a un troisième enfant, un fils.

351J’ai reçu une lettre [illisible] de L Pichat pour le Fédéralisme.

352Les Droits de lHomme reparaissent sous le titre du Radical. Deville a du vous écrire : Talonnez-le.

353Tout le monde chez ma mère et chez mes beaux-parents vous font des amitiés. Votre sonnet a fait florès, et il a fait rire jaune le brave Baudouin, qui est décidément retoqué [sic].

354A Bientôt ! mon cher ami, je vous embrasse bien fraternellement

355L.-X.d.Ricard

356Jeudi

357Lydie et Jeanne vous font leurs amitiés.

*

35814 Février 77

359Mon cher Ami,

360Je suis bien étonné et un peu inquiet de ne point trouver de vos nouvelles en arrivant au mas. Êtes-vous malade ? Ou êtes-vous toujours occupé plus qu’homme ne peut l’être ? Nous sommes ici depuis avant-hier au soir. Nos deux malades vont un peu mieux, et je ne doute pas que le climat et notre vie calme et toute champêtre ne les rétablissent bientôt. Mais au vudela [sic] fatigue que leur a causées [sic] ce petit voyage, je vois qu’il était vraiment impossible d’en faire un plus long. Mais savez-vous ce que nous espérons ? Vous voir le mois prochain quand les Félibres du Languedoc vont se réunir à Montpellier. Cette séance, de quelque façon qu’elle tourne sera importante pour nous. Il faudra poser les questions de façon à ne pas être embêtés par les scrupules d’Arnavielle et les interprétations des statuts.

361Avez-vous reçu votre Goudeli ?

362Je vais encore abuser de vous en vous demandant un service : je ne suis pas à même ici, n’allant que tous les deux jours à Montpellier, de lire tous les journaux de Paris ou des départements. Ne pourriez- vous le faire, ou charger un de vos amis de le faire, pour me tenir au courant des articles qui pourraient paraître sur la Lauseto ou le Fédéralisme. J’ai tout à faire en ce moment, car il faut songer à LHistoire du Languedoc, il m’est impossible d’aller tous les jours à Montpellier. Je ne sais quelle mouche a piqué La République, après avoir fait un bout d’article ces jours-ci elle annonce ce matin encore le volume de la Lauseto.

363Si vous publiez (et prenez votre temps pour cela, je vous prie, que mon amitié ne vous soit pas une charge) un article un peu suivi sur le Fédéralisme, Je peux vous en fournir quelques exemplaires à part. Informez donc aussi du journal où vous comptez le publier et si cela coûterait.

364Voulez-vous faire demander à Mme Brun si elle a envoyé les almanachs à M Bertrand libraire à Béziers, Flourens le libraire est un ami de Cladel, on peut se recommander auprès de lui ?

365Je comptais vous envoyer le Courrier Littéraire qui devait publier la fin de mon article dans le numéro 9. Le numéro m’arrive, point d’article. Ce sera pour le prochain numéro. Je vous ai consacré un petit souvenir.

366J’ai reçu une lettre de des Essarts qui veut être des nôtres pour la prochaine Alouette. « Je veux ma place entre toi et Fourès m’écrit-il. »

367Comment va M Germain ?, il est donc fâché contre moi qu’il ne m’écrit plus. J’ai été tout occupé qu’il me pardonne si j’ai été en retard avec lui. Mais il a été parmi les premiers à qui j’ai adressé Le Fédéralisme, l’a-t-il reçu ? A ce propos le volume est-il en vente à Carcassonne et à Castelnaudary ? Et la Lauseto ?

368Lydie et Jeanne vous font bien leurs amitiés : on réclame à cors et à cris une lettre de lAmic Fourès. Et si l’amic Fourès tarde à le faire il va se faire un mauvais parti.

369A bientôt donc, mon bien cher ami, je vous embrasse cordialement et bien fraternellement.

370L.-X. de Ricard

371Jeudi 14

372Pas de nouvelles d’Enseñat ? En avez-vous, vous ? Je lui ai envoyé mon volume ainsi qu’aux Italiens auxquels j’ai écrit une lettre [ ?]

*

373Sans date [mai 77]

374Mon cher Ami,

375Un mot seulement. — Jeanne va bien, mais Lydie a été couchée trois jours. Le docteur est venu trois fois. J’étais bien en colère contre vous pour me l’avoir fatiguée à lui faire faire des courses insensées, après Avignon, qui suffisait bien. Enfin elle va mieux, quoique toute souffrante.

376Avez-vous reçu la République ? J’ai pu corriger — quoique rapidement les épreuves de sorte qu’il n’y a pas excessivement de fautes. Je l’ai envoyé à Germain, il serait bon de tâcher de faire un peu de bruit autour de nos toasts, aux Races Latines et à l’Italie : cela prépare tout naturellement la Revue. J’ai commencé aussi à envoyer des prospectus : j’aurai les autres lundi au plus tard.

377Le Courrier Littéraire n’a d’article ni sur les Italiens, ni sur le Fédéralisme... ça commence à me dégoûter.

378On vous enverra demain ce que vous demandez dans votre lettre... A bientôt, je vous écrirai une plus longue Tout le monde vous fait ses amitiés Je vous embrasse

379L.X.d.Ricard

380Jeudi

381Pensez à l’affaire en question, il y a urgence.

382[le long de la lettre] Pardon de ce torchon de papier, je n’en ai plus à la maison.

3 Lettres de Fourès à Louis-Xavier de Ricard

383Castelnaudary le 18 Janvier 1877

384Mon cher Frère et Ami,

385Il fait un clair soleil de mai : le ciel est d’un bleu caressant : l’air frais ragaillardit, — on le respire à pleins poumons. Le beau temps ! comme on est heureux de vivre ! comme on chante ! Non, je ne regrette point Paris, ce Paris qui sans trêve halète dans la boue gluante et la fumée lourde, ce terrible Paris qu’il me semble entendre gronder derrière moi, ainsi qu’une immense usine.

386Que de fois, moi aussi, — en battant les trottoirs glissants de la grande ville, — j’ai fermé les yeux pour revoir, en dedans de moi, mon Lauragais ensoleillé, empli de chants sonores et de senteurs vivifiantes !... Quitterez-vous bientôt Paris ? Je vous attends !

387Je vous embrasse.

*

388A Fourès

389Castelnaudary, le 23 janvier 1877

  • 28 Les notes incluses dans cette lettre sont de L.-X. de Ricard, il les a produites lors de sa parutio (...)

390Mon cher Frère et cher Ami28

  • 29 « La lauseta, armanac del patrioto legodoucian mitat francès, mitat lengodoc per lan 1877 » : (ave (...)

391Je suis on ne peut plus occupé, depuis mon retour au logis. J’ai un tas d’affaires à débrouiller. A peine si j’ai pu encore faire de la propagande pour notre almanach29

  • 30 Alban Germain de Carcassonne.

392Germain30 qui est bien l’auteur de l’article du Bon Sens, vient de m’en adresser plusieurs exemplaires, — il en a placé une centaine pour son compte. Je vais houspiller Mme B... qui adresse les Lausetos aux libraires sans lettre d’avis

  • 31 Joliment fait et écrit.

393J’ai prié Destrem, de me faire passer les numéros des Journaux de Paris qui ont annoncé, depuis le 15 janvier, cette vaillante Lauseto qui est un livre « poulidomen fach e escrich31 ». Ces mots soulignés sont du brave Arnavielle, à qui je viens d’adresser quelques bonnes lignes.

394La lettre de ma filleule m’a fait un très grand plaisir.

395Je lui envoie son extraît de naissance, tout en regrettant de tout mon cœur de n’avoir pas le temps de lui écrire longuement. Ah. mon ami ! que de chiffres j’ai encore à aligner et que de missives commerciantes à griffonnailler [sic] !

  • 32 Les « Grilhs », p. 88.

396Ci-inclus mes Lapins32 — vous pouvez y joindre mon sonnet Soulelh coulc que vous trouverez sur votre table de travail, avec vos paperasses.

397Ayez l’extrême bonté de n’envoyer, dès ma lettre vue, le Goudelin que je vous ai laissé.

  • 33 Les « Grilhs » n’ont paru qu’en 1887, imprimés chez Hamelin Frères à Montpellier.

398J’en ai grand besoin pour mes Grilhs33. Il sera de nouveau à votre disposition dans un mois au plus.

399Je voudrais avoir le Républicain du Midi du 12 janvier (pour votre article)

  • 34 Parution de 1878.

400Je vais préparer de la matière pour lAlouette de 187734

401Je suis heureux d’apprendre que votre article sur les poètes Patuzzi et Betteloni passera dans le prochain numéro du Courrier Littéraire. Deux numéros de cet exemplaire, s.v.p. ! Je les adresserai à nos amis de Vérone — je vous attends et vous embrasse

402PS je n’ai point oublié M Thiaudière. Je vais traduire un article Bibliographique sur la Revue des Idées Nouvelles — lequel paraîtra dans la Fraternité et sera reproduit très probablement par le Bon sens, le Républicain de Narbonne et le Progrès du Tarn.

403Je ne sais si la Dépêche de Toulouse a annoncé la Lauseto j’ai prié mon oncle d’aller voir M. Braud, le rédacteur en chef de ce journal quotidien.

404Puis-je adresser une Lauseto à un de nos amis professeur au collège de Pézenas qui se chargera d’ailleurs très volontiers de recommander notre almanach aux lecteurs des journaux républicains, où il a accès.

  • 35 Ci-dessous les poésies languedociennes sont celles envoyées au comité de la « Cigale » pour le volu (...)

405M Digeon est ici : il n’est pas encore venu me voir, j’ai ouï dire qu’il avait l’intention de fonder un journal « Fédéralist » à Toulouse où [sic] à Montpellier35.

406A.F.

407Dernière heure — Observations A propos de nos poésies languedociennes, Dites bien à MM les provençalisants de Paris que je maintiens le b, Je n’admets point leur orthographe. S’ils ont la velléité de corriger nos pièces, veuillez les retirer brusquement Aurais-je des épreuves de mes Lapins et de mon Soulelh coulc. Je me décide à mettre sous pli ma Cigaleto et mon sonnet à Napol-le-Pirenean

*

408Samedi 16 juin 1877

409Mon cher ami,

410Vos dernières nouvelles m’atterrent. Et dire que je ne puis apporter immédiatement quelque soulagement à vos maux ! Il m’a été impossible de faire encore la moindre économie. Il me répugne d’aller demander de nouveaux services à quelques amis qui sont mes créanciers. Je regrette tout cela pour vous.

411Vers la fin du mois je pourrai vous envoyer une somme ronde. Je vais tout mettre sans dessus dessous.

412J’ai reçu hier, la missive, de ma Miguette, — elle m’a troublé beaucoup. Pauvre chère Miguette ! Combien elle est affectueuse ! Que je m’en veux d’être impuissant ! — J’ai essayé de terminer une petite pièce pour elle, — j’ai essayé à divers [sic] reprises, sans rien pouvoir terminer, — j’étais si triste ! — Je relis incessamment les lignes de ma belle petite mie, — elles sont si franches et si bonnes ! Elles me donnent du courage. Je vous enverrai une lettre pour elle, dès que je serai plus calme.

413Je ne sais trop ce que je vous écris, à l’heure qu’il est.

414Embrassez pour moi Mme de Ricard, — dites-lui bien que je prends part à sa peine de tout mon cœur ; elle voudra bien ne point oublier d’embrasser pour moi ma Chère mie.

415Je vous envoie 2 n° du Bon Sens que je viens d’acheter. Je ne connais pas les simples entrefilets des journaux parisiens touchant à la félibrejade du 21 mai ?

416Je vous embrasse.

417A. Fourès

*

418Grizolles, le 5 octobre 1877

419Mon cher ami,

420Je suis parti de Castelnaudary, navré. Pas de nouvelle de la Lauseto ! J’ai payé bien cher un moment de mauvaise humeur, — voilà plus de huit jours que je ne vis plus ! J’ai failli perdre la tête. J’ai eu un terrible redoublement de tristesse.

421Je vous prie de me pardonner le mal que je vous ai fait.

422Depuis le départ de mon Albeto, je ne suis plus qu’un automate désespéré. Elle est revenue ! Quelle joie profonde ! son retour me rend la vie.

423Ma filleule doit avoir reçu mes lignes en réponse à son bout de lettre. J’attendais de vos nouvelles, ce matin, à 7 heures. J’ai quitté le logis affreusement accablé.

424Je serai à Montpellier, Dimanche, à 9 heures du soir. Vous verrez Germain, avant moi. Me sera-t-il permis d’aller à la Lauseto, Lundi, à 8 heures du matin ?

425J’arriverai à Villemur, ce soir à 6 heures. Je parlerai de mon affaire, de notre affaire, à mon oncle,

426Je griffonne ces lignes, à la hâte, sur une table de café.

427Ne me gardez pas rancune, mon cher ami. Mes grands ennuis sont seuls responsables de mes cartes postales sèches, pour ne pas dire plus.

428Il me tarde de revoir ma Miguette. Je ne sais trop que vous envoyer pour elle. Je serre les mains à ma filleule.

429Je vous embrasse bien fort

430A. Fourès

431PS [le long de la lettre à gauche] : Notre brave Germain est venu me donner du courage, hier. Il vous dira mon état.

Notes

1 La Lauseto (Alouette), revue moitié en français, moitié en langue d’oc, parait le 1er mai, le 1er août, le 1er novembre et le 1er février. Directeur : L.-X. de Ricard, administrateur et secrétaire de rédaction : A. Fourès ; principaux auteurs : Dulciorella...

2 Gustave ?

3 Grand merci de la verte et distinguée couronne que vous avez mis sur mon front ; cet hommage d’un poète tel que vous, m’est un grand honneur. C’est à moi d’admirer votre inspiration, toujours élevée, vos vers éblouissants de couleurs et de flamme, vos vers qui font toujours rêver qu’il y ait de nombreux apprentis comme vous, pour la gloire de notre langue romane que nous aimons tous si ardamment.... Au revoir, cher félibre, et à vous revoir, sûrement pour la Ste Estelle, le 21 Mai ? (RBM)

4 Lettre à la photo des deux sœurs.

5 Marionnettes.

6 « Pour le Midi ardent, la liberté et l’art/ Mme Dulciorella, M. Xavier de Ricard/ Qui ont fondé à Paris, la vaillante Cigale/ Le troubaire des Grillons, M. Auguste Fourès/ tête haute et cœur battant, vous portent, tous trois/ le salut plein de feu et d’âme fraternelle. »

7 Il s’agit d’Eugène Baudouin et de Maurice Faure.

8 « Et l’aube te salue/ Petit paradis tout plein de paix profonde. »

9 « Dulciorella a une plume fée, c’est une très bonne sculptrice et j’aime bien ses promenades. Je suis de votre avis : Montpellier est un séjour délicieux. Excusez si ce mot n’en dit pas autant que vos jolis coups de pinceau en dix lignes. »

10 Jeudi 10 mai 1877, ascension vérifié sur La Lauseto de 1877 dans le calendrier républicain, Mes de las flous : mai.

11 Cf. traduction à la suite.

12 Jour de l’ascension vérifié sur le calendrier républicain de la Lauseta de 1877, Mes de las flous : mai.

13 Cécité plus ou moins complète (Larousse, 1918).

14 Dictiounairi moundi en la oun soun enginats principalomen les mouts les pus escarriés, an lexplicaciu francezo. Dictionnaire de la langue toulousaine, contenant principalement les mots les plus éloignés du français, avec leur explication, augmenté du virement des mots anciens aux typiques dires daujourdhui (1638), dernière réédition, Lacour, Nîmes, 2004.

15 Avec des rameaux.

16 « Le sommet plein de rameaux de ma forêt. »

17 « S’est orné de rameaux d’aubépine. »

18 Crépuscule.

19 Proscrits.

20 « Au nom de la Vérité, de la Justice et de la Liberté qui feront que tous les hommes seront frères et ainsi nous protégeront d’une foule de malheurs. Que cela soit vite, ici bas. »

21 Loré ou Groé ?

22 Numéros ?

23 Mot illisible, mais selon le contexte ci-dessous cela pourrait-être La Rue.

24 La fin du nom est biffée.

25 En Catalogne.

26 Pour la datation de cette lettre, voir la note de celle de Lydie du 18 Décembre 1876, qui commence ainsi : La lettre de Fourès est non avenue.

27 Mot barré.

28 Les notes incluses dans cette lettre sont de L.-X. de Ricard, il les a produites lors de sa parution, dans l’Hebdomadaire Le Montpellier, le 11 octobre 1896 (médiathèque E.-Zola de Montpellier, cote 1134).

29 « La lauseta, armanac del patrioto legodoucian mitat francès, mitat lengodoc per lan 1877 » : (avec une eau-forte de Baudouin).

30 Alban Germain de Carcassonne.

31 Joliment fait et écrit.

32 Les « Grilhs », p. 88.

33 Les « Grilhs » n’ont paru qu’en 1887, imprimés chez Hamelin Frères à Montpellier.

34 Parution de 1878.

35 Ci-dessous les poésies languedociennes sont celles envoyées au comité de la « Cigale » pour le volume que cette société préparait et qui parut chez Fischbacher en 1880. La « Cigaleto » paraîtra dans les « Grilhs », p. 54, le sonnet sur Napoléon, Peyrat, p. 168.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search