Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Deuxième partie. Édition de lettres

Lettres de Lydie Wilson de Ricard

Texte intégral

1 Les corpus

1La correspondance de Lydie Wilson de Ricard que nous publions est constituée de trois corpus :

  • le premier rassemble les textes des manuscrits adressés à Auguste Fourès et conservés au Collège d’Occitanie à Toulouse dans les épistolaires CQ 204 et CQ 217 10 ;

  • une seule lettre est présente dans le second, celle adressée à Mistral, répertoriée par le musée de Maillane et publiée en 1974 par Jean-Marie Carbasse. Nous reprenons cette publication ;

  • le troisième a été formé par Louis-Xavier de Ricard en 1896 pour le Montpellier Républicain, il s’agit d’extraits de lettres adressées par Lydie Wilson de Ricard à sa sœur Jeanne, à sa mère et à Louis-Xavier de Ricard entre 1875 et 1879, d’après la présentation du journal.

1. 1 Les lettres à Fourès

2Nous voilà donc au Collège d’Occitanie à Toulouse devant ce que Jean-Marie Petit, un des chercheurs pour qui Lydie est une « maîtresse femme » appelle « un des trésors du Collège d’Occitanie », trente-cinq lettres de sa main. Elles sont en majorité inédites, de rares extraits ont été publiés par Louis-Xavier de Ricard en 1891 et Guiraud en 1991. Elles ont été adressées en 1876 et 1877 au poète Auguste Fourès et sont signées, dès la fin de la première année, Na Dulciorella, le nom de félibresse donné par ce dernier devenu, à partir de ce moment, son « parrain ».

3La rareté de ce genre de documents ne nous a pas échappée, elle nous les rend déjà exceptionnels. Nous étions en présence « d’Elle », comme l’écrit Ariette Farge (1997) et « Elle » s’exprimait directement et non par une parole rapportée par quelque scribe. Ses lettres attendaient avec leurs fleurs séchées et leur dessin de grillon signé l’Albeta, Jeanne Wilson. Nous devons certainement le soin apporté à leur conservation... à l’amour ! Plus exactement à l’intérêt porté au poète Auguste Fourès, son correspondant, et aux sentiments qu’éprouvaient l’un pour l’autre sa sœur Jeanne et celui-ci : l’histoire de leur amour figure dans ces feuillets.

4Pour la constitution de ce premier corpus, nous aurions pu nous arrêter au manuscrits du lot CQ 217 10, recopiés à la main à la demande de Joseph Salvat, le créateur de la bibliothèque du Collège de Toulouse, sur un épistolaire CQ 304 qui comprend, entre les numéros 71 et 119, les lettres de Lydie Wilson de Ricard à Fourès du 29 mai 1876 à octobre 1877. Cependant l’exploration du recueil de lettres réalisé par Fourès de son vivant, répertorié CQ 204, nous a permis d’ajouter au dossier une lettre et un billet de décembre 1876.

  • 1 Datée par nous entre le 10 et le 13 juin.

5Nous avons ensuite établi les textes à partir des manuscrits. Nous avons reconstitué une lettre en complétant celle datée du 28 juin, qui se terminait par « beaux-parents » et n’était pas signée, par un extrait sans date ni autre signe qui débutait par « généralement gracieux n’est-ce pas ». Contrairement aux indications de Salvat qui faisait de la deuxième partie, par l’adjonction sur celle-ci au crayon de la mention « juin 2 », la suite d’une lettre sans date (S.D.) sur le manuscrit1, elle-même notée « juin 1 ». Cela nous semble plus logique dans le développement des idées ; de plus la lettre appelée « juin 1 » est terminée : elle est signée et dotée d’un post-scriptum.

6Les lettres du 31 juillet et du 12 septembre n’ont pas de fin et nous ne leur en avons pas trouvée. Nous avons souligné par une police différente et des crochets soit les passages déjà publiés, soit les parties exclues de la publication (lettres du 29 mai 1876 et du 12 septembre 1877).

  • 2 Cinq lettres sans date (s. d.) sont concernées.

7Dater les lettres qui ne l’étaient pas ou corriger une date erronée a ensuite constitué notre travail : 1877 n’étant pas une année bissextile, le 29 février devient le 1er mars. Pour la datation, nous nous sommes servie, pour les lettres qui étaient collées dans l’épistolaire de Fourès, des dates des lettres qui les précédaient et les suivaient, ainsi que de la date d’un poème de Lydie parue dans « La Lauseta » 1877, ce qui nous a permis l’hypothèse du 18 décembre. Nous nous sommes aussi servie des événements qui y étaient commentés, des réponses éventuelles de Fourès, des lettres de Louis-Xavier de Ricard. Dans chaque cas nous avons donné dans une note de bas de page les éléments appuyant notre hypothèse2. Nous avons bien noté que les mois de « 7 bre et 8 bre » étaient ceux de septembre et octobre.

8Nous avons établi des gloses pour l’ensemble des lettres. Elles concernent :

  • des signes graphiques non reproductibles tels quels dans cette édition ;

  • des indications techniques sur l’édition elle-même ;

  • soixante noms propres ; ces personnalités sont à la base de l’étude sur le réseau d’inter-connaissances des Ricard ;

  • seize noms communs obsolètes ou étrangers (endêver, brimborion, expectons...) ;

  • vingt-deux œuvres littéraires et artistiques ;

  • trois mots occitans avec leur traduction (nous consacrons un important chapitre de la première partie à l’étude de la place de l’occitan dans les lettres) ;

  • neuf événements à caractère historique ;

    • 3 Ceci concerne les lettres : 22 juin 1876 1re lettre, 1er mars 1877, s.d. mars 1877, 6 avril 1877 et (...)

    enfin des hypothèses ou des explications sur un passage obscur de la lettre3

9Dans la lettre de Castelnau du 22 juin 1876, nous trouvons à propos des femmes une citation : « Ces femmes aux yeux ronds qui haïssent l’Aurore » ; nous n’avons pu avec exactitude en déterminer la provenance, nous formulons donc l’hypothèse d’une allusion au poème « Les yeux » de Sully-Prudhomme. Mais l’on remarquera que ce thème est très prisé en cette période. Autre hypothèse concernant un poème dans la lettre sans date de mars 1877 : il nous a semblé que le poème de déclaration d’amour de Louis-Xavier à Lydie, que celle-ci appelle « Etoile du matin », pourrait être le poème de Verlaine « Avant que tu t’en ailles. » Louis-Xavier ne lui faisait-il pas la cour avec des traductions de Dante ? Mais cela n’est qu’une hypothèse, les poèmes de Louis-Xavier, mis à part ceux des recueils du Parnasse contemporain, sont presque aussi rares que les lettres de Lydie. C’est l’échange de cahiers de traduction de Dante avec Auguste Fourès qui étaye, de façon cette fois-ci beaucoup plus crédible, notre explication du qualificatif de « L’Africain » (lettre du 6 avril) dont Lydie gratifie Fourès. Enfin dans la dernière lettre, nous supposons que le manuscrit de Louis-Xavier dont parle Lydie, et que son mari s’est décidé à coucher sur le papier pour l’éditeur montpelliérain Poujol, pourrait être « Les Bralhasses » annoncés dans le n° 1 de L'Alliance latine.

1.2 La lettre à Mistral

10Nous avons ensuite reproduit la lettre à Mistral, confirmant la datation de Carbasse.

11Cette lettre en effet n’a pas d’autre but que de rétablir la vérité sur la création de l’association la Cigale à Paris. Écrite vraisemblablement en mai 1880, elle intervient à un moment où le Maître de Maillane a une oreille plus attentive au couple, après le soutien qu’il a reçu de Louis-Xavier dans l’affaire de séparatisme dont il était accusé. Lydie est malade, elle est lucide et ne veut pas laisser ce qu’elle considère comme une injustice sans réparation de la part de celui qui fait autorité chez les Félibres : Mistral. Elle y parle donc de Faure en des termes peu glorieux pour lui. Au fil des lettres que nous publions, après une époque idyllique où Baudouin peignait près du Mas du Diable et où Faure traduisait en occitan « La garrigue » de Louis-Xavier de Ricard, apparaissent dès janvier 1877 les malentendus entre les deux « Parisiens » et le couple. Incontestablement à l’origine, avec Lydie et les « deux secrétaires », de la Cigale, Louis-Xavier de Ricard subit là les conséquences de son absence de Paris. En même temps, la correspondante de Mistral ne peut oublier qu’une autre association a tourné au bénéfice quasi exclusif du second fondateur, c’est le Parnasse contemporain avec Catulle Mendès. En effet, écrit Pakenham, Catulle Mendès :

[...] dans ses articles de la République des lettres (1875-1876) ; traduits en anglais en 1879, [...] se donna le beau rôle, et affirma que le Parnasse devait ses origines immédiates à sa propre Revue fantaisiste de 1861. Mendès éprouvait le besoin d’établir sa primauté car, si Ricard seul avait dirigé la revue L'Art (1865-1866), qui précéda le Parnasse contemporain de 1866, Mendès et lui s’occupèrent ensemble de cette dernière anthologie (du moins au début). D’où plus tard, leur querelle à propos de la question litigieuse : qui était le véritable fondateur du Parnasse ?

12Cette querelle prit de fortes proportions en 1875 et dut indisposer au plus haut point Lydie qui retrouva les mêmes ingrédients dans les agissements de Faure et Baudouin.

1.3 Les lettres du Montpellier de 1896

13Enfin nous donnons les extraits de lettres parues dans le Montpellier en 1896. Nous avons été mise sur la piste de cette parution, mentionnée comme un projet qui lui tient à cœur par Louis-Xavier de Ricard dans l’introduction d'Aux bords du Lez, par un dossier de travail confectionné par Salvat au Collège d’Occitanie à Toulouse (CQ 217 11) ; il contient :

    • 4 Louis-Xavier de Ricard, Les Conditions de Claire : dans lautre monde, 1897, Paris, Chamuel, 1 vol. (...)

    l’article du 25 juillet 1897, précédé d’un chapeau signé A. B. — ces initiales sont celles d’Auguste Baluffe —, reproduisant, dans son entier, la chronique d’Edmond Lepelletier dans L’Echo de Paris lors de la parution du roman de Louis-Xavier de Ricard, Les conditions de Claire4 ;

    • 5 Deux lettres de Mme Lydie de Ricard à son mari (17 juin 1876 ; 5 novembre 1877) ; quatre à sa sœur (...)

    la copie des lettres de Lydie Wilson de Ricard et de Fourès5 ;

    • 6 Ajout à l’encre : « À la dernière minute Mr Hamelin qui imprima le Montpellier il y a 50 ans me dit (...)

    un échange de lettres entre la Bibliothèque municipale de Montpellier et l’abbé Salvat au sujet de cette collection d’articles : est-elle complète ? La réponse de la Bibliothèque municipale, avec un ajout écrit à la plume, donnant la réponse de l’imprimeur Hamelin6.

14La bibliothécaire se livre à une analyse très sérieuse de ce que possède la Bibliothèque municipale, la complétant par des recherches qui en 1946 n’ont, semble-t-il, pas abouti :

  • 7 Matte : chocolatier montpelliérain qui, après le pharmacien Gély, finança la parution du Montpellie (...)
  • 8 En capitales sur le texte dactylographié.
  • 9 Ernest Hamelin était félibre, propriétaire avec son frère de l’Imprimerie centrale du Midi, gérant (...)
  • 10 Auguste Baluffe, né à Abelhan (Hérault) en 1843, est l’auteur de Les Cigarettes, sonnets en lair, (...)

Les Archives ne possèdent que quelques numéros du Montpellier-Républicain et nous les possédons également. Dans les collections privées où j’ai pu faire faire des recherches, ces recherches ont été vaines. Je place mon dernier espoir dans la famille Matte7 qui a peut-être conservé la collection complète du MONTPELLIER- REPUBLICAIN8. Je ne serai fixée que dans quelques jours et ne manquerai pas de vous en informer si je retrouve la suite des lettres de Fourès, Monsieur Hamelin9 croit que les originaux appartenaient à ce Baluffe10 dont on a depuis longtemps perdu les traces.

  • 11 Cote patrimoine 1134.
  • 12 Numéro 8, 1re année.

15Nous sommes allée consulter cette collection conservée aujourd’hui11 à la Médiathèque centrale d’agglomération Émile-Zola à Montpellier. Nous publions ici, selon le choix fait pour notre recherche, uniquement les lettres de Lydie Wilson de Ricard. A noter qu’entre l’annonce et la publication des lettres de Lydie et Fourès, Le Montpellier avait le 30 août 189612, sous la rubrique « Les Poètes », rappelé l’œuvre de L.-X. de Ricard, Ciel, rue et foyer et Le Parnasse contemporain et publié trois sonnets de celui-ci : « La garrigue », « Le Lez » et « La mer Latine ». Cet article n’avait pas échappé à vigilance de Joseph Salvat qui n’en cite cependant que le début dans son récapitulatif adressé à la bibliothèque de Montpellier. Dans ce même journal, d’après Forestier (1967), une autre série de lettres aurait été publiée le 10 janvier 1897. La bibliothèque Émile-Zola de l’agglomération de Montpellier n’a pas de parution entre le dimanche 11 octobre 1896 et le 18 juillet 1897. D’après nos investigations, il n’y aurait plus de parution de lettres après celle du 11 octobre 1896 : Fourès à L.-X. du 23 janvier 1877 et lettre de Fourès à Lydie de décembre 76, lettre où Fourès recopie pour Louis-Xavier de Ricard la chanson « La Foire aux parjures ».

16Le dossier de Salvat comporte un certain nombre d’erreurs de copie, de majuscules placées intempestivement, il s’agissait certainement d’un dossier de travail.

17Les publications du Montpellier n’en sont pas exemptes, la plus importante étant dans l’article de Louis-Xavier de Ricard en date du 13 septembre et précédant les lettres, « Faure » pour « Fourès »...

18Il ne s’agit pas ici de manuscrits, il n’est donc pas certain que les lettres, qui paraissent être complètes, le soient. Dans l’article de présentation du 23 août, le rédacteur indique d’ailleurs que « Cette correspondance va de 1875 à 1879 : notre ami n’en a élagué que les parties intimes. »

19Ce choix a été fait pour une publication, ce qui n’est pas la destination habituelle des lettres. Il s’agit pour Louis-Xavier de Ricard de rappeler le souvenir de Lydie et de son œuvre avant qu’il ne s’estompe dans les mémoires.

  • 13 Castelnau 17 juin 1876, Paris le 27 septembre 1877, Paris le 5 novembre 1877.
  • 14 Dont une sans date, toutes écrites vraisemblablement de Castelnau-le-Lez.

20Les écrits de Lydie parus en 96 ne sont qu’au nombre de neuf : trois sont adressés à Louis-Xavier13, quatre à sa sœur Jeanne14, une à sa mère. On remarquera que notre choix n’a rien de chronologique, en effet nous avons placé en premier dans notre édition le corpus le plus important et comportant des lettres soit complètes, soit reconstituées, soit ayant une longueur conséquente. La lettre à Mistral étant elle aussi complète, nous l’avons placée avant le troisième corpus, constitué, lui, de l’édition de lettres dont nous n’avons pas les manuscrits.

Dans les textes même, l’inclusion de « [sic] » marque soit une orthographe différente de celle d’aujourd’hui, soit une ponctuation remarquable.

21Les notes de bas de page ont pour but de faciliter la lecture en éclairant un personnage ou en donnant la signification d’un mot aujourd’hui obsolète ou inutilisé.

  • 15 Lermina, Vaporeteau, Fourié 1994 et 2009, Maitron, Cler, Maurières et Passerat 1992, Cazals et Fabr (...)
  • 16 La Grande Histoire de la Commune de Georges Soria 1971, l’Histoire du Félibrige de Jouveau 1971, Hi (...)
  • 17 Barsotti, Les amis de Mesclum, La Marseillaise.
  • 18 Montbrun 1878, Delille 1881, Rigal et dAvray 1908, Walch 1924.

22Les notes biographiques ont été réalisées à partir de dictionnaires15 ; d’études16 ; d’articles17 ; de notes parues dans des anthologies18 ; du site Internet de l’Académie française ; des bases Arcade et Joconde sur Internet.

23Les noms d’œuvres et de poèmes, trop nombreux, ne sont pas, par contre, annotés ici pour ne pas alourdir la lecture. Nous avons placé entre crochets [ ] la datation à laquelle nous sommes arrivée pour les lettres sans date ou pour corriger une erreur de date ; le numéro de la page du manuscrit — en particulier pour les lettres que nous appelons entrelacées — lettres écrites dans les deux sens sur une même page ; les extraits de lettres déjà publiés ou exclus de la publication.

2 Lettres à Auguste Fourès conservées à Toulouse au Collège d’Occitanie

24Lettres du 29 mai 1876

  • 19 Dans les lettres les majuscules sont de Lydie Wilson de Ricard. Nous avons placé entre crochets [ ] (...)

25Castelnau le 29 mai 187619

26Monsieur Fourès,
Devinez où est Louis ? A Paris ! en rentrant au mas mercredi soir, nous trouvâmes un télégramme qui nous annonçait que la mort subite d’un de nos cousins rendait la présence de mon mari indispensable là-bas. Peut-être y a-t-il quelque petit héritage là dessous ? c’est ce qui console Louis, sinon de la perte qu’il vient de faire, du moins de ce surcroît de fatigue et d’une si malencontreuse interruption dans ses travaux ? d’ailleurs ne sachant combien de temps il sera retenu dans sa chère capitale (où il avait juré de ne plus retourner que pour la pétroler) : il a emporté de quoi satisfaire au plus pressé : son article sur la fête d’Avignon.

27Ne vous étonnez [sic] de ma lettre, pensant bien que vous nous écririez aussitôt votre arrivée, il m’a priée lui-même de vous avertir par courrier de son absence afin que vous ne soyiez [sic] pas surpris du laps de temps qu’il mettra forcément à vous répondre.

28Je ne puis tarder davantage [sic] à vous dire combien je suis touché [sic], pour ma part de la façon délicate et flatteuse dont vous croyez devoir reconnaître notre si incomplète hospitalité : le dernier vers m’a fait venir les larmes aux yeux ; mais comment nous remercieriez-vous donc si nous avions fait pour vous le dixième de ce que vous faîtes pour nous ? [Je suis bien heureuse que Louis ait enfin trouvé un ami, un véritable ami : il a été si peu gâté du côté de l’amitié ! Il est difficile de l’être moins, je crois. Cet isolement dans ses idées l’avait même bien découragé, avant notre mariage ; depuis, le goût et l’intérêt que j’ai pris à ses études, sans les partager autant que je le voudrais, l’a bien réveillé et stimulé ; mais que vous pouvez davantage ! Il est peu pratique, pas assez persévérant dans l’action ; cela vient, sans doute, des obstacles incessants et souvent ridicules où son énergie s’est heurtée depuis 15 ans déjà. A ma connaissance, il possède en portefeuille la valeur de six à huit volumes d’œuvre diverses ; si vous aviez pu rester davantage, je vous aurais montré tout cela.

  • 20 Joseph Roumanille (1818-1891), un des fondateurs du Félibrige, représentant du Félibrige blanc.

29Je m’arrête, car une fois sur ce terrain, je ne sais quand je cesserais ; que je vous communique seulement une idée qui m’est venue cette nuit ; ne pensez vous pas que l’Histoire du Languedoc traduite en Languedocien, et simultanément publiée aurait un grand succès ? Je sais bien que les frais seraient doublés, mais si nous héritons !...Je vais en écrire à Louis tout à l’heure ; peut-être objectera-t-il que la publication en français n’aurait guère de chance d’être achetée ; pourtant le nombre des félibres n’est pas encore si grand que cela, malheureusement ; cela serait vraiment populaire et d’une propagande inouïe pour les bons principes fédéralistes et anti-catholiques dont il va nous farcir gentiment ses cinq petits volumes : quelle régalade pour l’espèce Roumanille20 [sic]

  • 21 Félix Gras (Mallemort 1844-Avignon 1901), félibre républicain, dont la sœur a épousé Roumanille.

30Louis est allé voir Gras21 ; je lui laisse le plaisir de vous parler de leur entrevue ; pendant sa visite nous nous sommes toutes deux promenées dans l’île de la Bartelasse : c’est divin ! Du côté droit le « Palais des Papes », le fameux Pont d’Avignon et au-dessus, clair comme au temps des neiges : le Ventoux ! De l’autre côté de l’île, à gauche, Villeneuve et sa tour si bien c…… contrairement au roi Dagobert. Nous n’avons pu résister à la croquer ; Jeanne garde mon dessin et nous vous envoyons le sien comme étant le meilleur ; comme cela vous n’avez pas été tout à fait absent de notre excursion.

  • 22 Léon Cladel (Montauban 1835-Sèvres 1892) : Fils d’un bourrelier, il commença ses études au petit sé (...)

31Je vous envoie l’adresse de Cladel22 une lettre de lui est arrivée juste quelques minutes après le départ de Louis ; je l’ai ouverte, usant de la permission qui m’est donné [sic] ; il entre à St-Pélagie [sic] aujourd’hui ; il a perdu sa place à l’Hôtel de Ville et demande un petit coup d’épaule pour sa publication des « Va-nu-pieds » ; je regrette que Louis ne puisse le faire en ce moment ; c’est avec vous le meilleur ami que Louis puisse avoir. Il demeure : rue Bochard de Sarron, n° 4.

32Je vous enverrai demain 50 prospectus, s’il en faut davantage [sic], je récidiverai. N’avez-vous pas été trop grondé ?... Nous vous renverrons un chapeau à la prochaine occasion.

33[S’il y avait quelque démarche à faire à Montpellier pour vous-même ou pour la société « Fourès Ricard », usez de moi comme d’un Camarade ; c’est le plus grand honneur et, le plus grand plaisir qu’on puisse me faire ; je m’imagine que je peux être utile à quelquechose [sic].]

34Je vous tends cordialement la main, Monsieur, et vous prie d’accepter de nouveau tous mes remerciements pour tout ce que vous faites de beau et de bon pour nous.

35Lydie de Ricard

  • 23 Achille Mir, « La Cançon de la Lauseta », 1876. Né à Escales, fils d’ouvriers agricoles, Achille Mi (...)

36P.-S. : Ma sœur Jeanne vous salue et vous envoie ses compliments. Je vous serai infiniment obligé [sic] de m’indiquer quel ouvrage Languedocien pourrait m’aider à étudier votre belle langue ; car décidément je la préfère au Provençal ; celui-ci est trop facile : j’ai lu la Farandoulo d’un bout à l’autre, sans hésitation sauf quelques termes pittoresques qu’on ne peut deviner, nous allons être assaillis de Felibresses provençales d’ici peu de temps à cause de cela ; je préfère plus d’obstacles et moins de concurrence. Quand donc votre « Lauragais » va-t-il paraître ? Je ne serai plus embarrassée. Le livre de Mir23 est un peu familier ; j’aime mieux une langue plus lyrique et plus passionnée.

2.1 Lettres du 22 juin 1876 [Ire]

37Castelnau le 22 juin 1876 [1re lettre]

38Monsieur Fourès,

  • 24 Napoléon Peyrat (1809-1881), pasteur, historien du Catharisme.

39Je crois vous faire plaisir en vous communiquant cette page de mon mari : il m’y raconte sa visite à Napoléon Peyrat24 ; il est aussi question de vous, de la renaissance méridionale, de politique, d’une tournée dans le Midi ; enfin des choses qui nous concernent et vous intéressent autant que moi. Je suis sûre que vous approuverez fort l’idée de Conférences sur l’Histoire du Midi ; il y a longtemps que je pousse Louis à en faire ici, mais il est trop timide et trop emporté ; il pourrait au moins essayer de faire des lectures, n'est-ce pas ? des chapitres résumés de son Fédéralisme ou de son Histoire du Languedoc ? Pour vous je vous crois mieux doué que lui en cela. Quel rêve pour moi que de vous suivre tous trois et de vous entendre prêcher le Salut [sic] du peuple ! Ne croyez-vous pas que c’est la plus sûre propagande ? Il me semble qu’une chose entendue fait bien plus d’impression qu’une chose lue, surtout chez les illettrés. On pourrait renouveler cette mission tous les ans à la même époque. Quel bonheur !

Fig. I. — Lettre de Lydie à Auguste Fourès à la fleur séchée (reproduction RBM)

  • 25 Mme Napoléon Peyrat, née Eugénie Poiré (1833- 1891) : Après 1870 Mme Peyrat s’est convertie au cath (...)
  • 26 Allusion au poème de Sully Prud’hommes, paru en 1875, Les Yeux ? « Le Lengodoucian », fondé à Toulo (...)
  • 27 Mme Carpeaux, née de Montfort, épouse du très prolixe et très en cours sculpteur Jean-Baptiste Carp (...)

40Pour le premier petit service que vous m’avez demandé, je n’ai vraiment pas de chance ! J’ai cherché ce plan de l’Almanach pendant trois jours ; j’ai trouvé moyen de mettre encore plus de désordre dans le désordre du bureau : en fin de compte, je l’ai complètement débarrassé : tout croûlait [sic] ! Je ne sais pas ce que Louis va dire de ce déménagement ! Je lui dirai que c’était pour nettoyer son bureau qui en avait besoin ; et c’est vrai ! je l’ai pétrolé, il est remis à neuf ! — Quand au plan, j’ai dû prier Louis de vous en envoyer la copie lui-même, et il m’a écrit l’avoir fait. Ce long séjour à Paris l’exténue, comme il a dû vous le dire, il ne fait rien car il a besoin du plus grand calme d’esprit pour travailler : c’est ce qui lui plait tant au Mas... quand je ne crie pas. Oh ! Non ! ne croyez pas que je veuille ressembler à cette exécrable Madame Peyrat25 ! Ne trouvez vous pas ces femmes là plus coupables, plus criminelles que n’importe quelles créatures au monde. Je ne pourrai jamais estimer ces femmes « Aux yeux ronds, qui haïssent l’Aurore26 » Ce triste pendant de Madame Carpeaux27 ne me réconcilie pas avec le sexe dont j’ai l’honneur d’être. Louis m’a grondée de cet aveu fait devant vous à table, il a trouvé ça inconvenant ; c’était franc voilà tout. J’en veux aux femmes de tout le mal quelles font aux artistes, et par conséquent à l’Art, quand elles pourraient tant les aider et les soutenir ! Suis-je excusée ?

  • 28 Raynouard, François-Just-Marie (1761-1836), homme politique, avocat, poète, auteur dramatique il s’ (...)

41Je vois que vous travaillez toujours, j’attends avec impatience votre article, sur le Canal de Languedoc ; peut-être trouveront-ils à Paris, que ça ne les intéresse pas les nigauds ! — Moi je ne fais rien, je continue à ne rien faire ; c’est désolant ! je ne sais pas étudier ; j’espère que Louis s’occupera un peu de moi à son retour ; il a acheté différents ouvrages excellents, dit-il, je ne sais s’il aura pensé au recueil des « Troubadours » de Raynouard28.

42Nous vous remercions infiniment du charmant petit dessin joint à votre lettre : c’est un bijou ! mais vous devriez nous envoyer de temps en temps un croquis de chez vous, afin que nous soyons un peu familiarisé [sic] avec votre nature quand nous irons la voir et qu’elle nous cause en amie.

43Jeanne, ma sœur, n’a pas été assez bien portante depuis le départ de Louis, pour que nous ayons pu profiter utilement de nos vacances : huit jours de grand vent ne guérissent pas les bronchites, n’importe elle a trouvé le moyen de faire cinq ou six croquis et d’empâter autant de toiles, moi je la regarde...

44Il faut que je réponde à mon mari, et je n’en ai que le temps. En vous souhaitant bonne santé, bon travail et succès je vous tends cordialement la main,

45Lydie de Ricard

46P.-S. : Ma sœur vous fait ses compliments. Nous sommes le 22 juin il me semble que j’ai largement gagné mon pari à propos de la parution du 1er n° de l’H du L, qui devait être le 15. Vous êtes témoin.

Lettres du 22 juin 1876 [2e]

47Castelnau le 22 juin 1876 [2e lettre]

  • 29 Jean Aicard (Toulon 1848-1921) : son père était un « homme de lettre » et son acte de naissance por (...)

48Monsieur Fourès,
Louis ne vous a donc pas donné son adresse à Paris ? ou le croyiez vous de retour, que vous lui avez encore adressé votre lettre au Mas ? Je me suis permis d’en prendre connaissance avant de la lui envoyer, afin de voir si je pouvais vous servir en quel- quechose [sic] ; je vous permets de penser qu’il y avait aussi un peu de curiosité : vos enveloppes cachent toujours de si jolies surprises ! Cette fois encore j’ai eu bon flair : quelle cavalcade échevelée j’ai faite au dos de votre « poulino ! » — Bien que je ne sache pas monter à cheval — et après quelle délicieuse sieste à l’ombre des peupliers ; parmi vos « pâquerettes », la tête plongée dans l’herbe menue et les yeux perdus dans ce firmament « d’éblouissants petits astres » ! — Ce sont des poèmes en prose de ce genre-là que je voudrais savoir faire en Languedocien [sic] ! J’en meurs d’impatience ! En français ça ne va pas ? mais il me semble que le pittoresque des mots Languedociens [sic] m’aiderait beaucoup n’est-ce pas ? Où avons-nous des mots comme « cabeladuro », « escarabilhado », « pimparelos » ? Le français est trop terne, pour notre vie lumineuse, je vais relire « Les poèmes de Provence » de Jean Aicard29 ; ça manque complètement de couleur locale dans la forme ; ça semble l’œuvre d’un sourd muet qui a vu des choses sans les entendre nommer ; tout son patriotisme, toute la vigueur de ses souvenirs n’ont point résisté au Nettoyage [sic] parisien ; il est bien lavé, rincé et déteint à tout jamais ; et il nous peint très sérieusement un pays de soleil avec des rayons de lune. C’est bien fait ! Il ne devait pas renier sa langue.

  • 30 Jean Richepin (1849-1926) : La chanson des gueux, qui vient de sortir en cette année 1876, fait sca (...)
  • 31 Moins connu que Jean de La Fontaine (1621-1695) ou que François Rabelais (1483-1553), Pierre de Bou (...)

49Je vous envoie « La chanson des gueux » de Richepin30. Louis vous en a parlé ? C’est très juste d’impression surtout pour les parisiens, mais il est vraiment trop grossier parfois, c’est une brutalité de parti pris qui n’a pas la finesse de Lafontaine [sic], ni la poésie et la gaîté de Rabelais, ni l’exquise élégance de Bramtôme31, a [sic] mon avis et par suite, nulle raison d’être, et nulle excuse. Si j’avais les livraisons de « Va-nu- pieds », je vous les enverrais. Voulez-vous le volume ? — Le « Midi Littéraire » n’a pas encore paru. On attend probablement le retour de mon mari pour ça. Que de travail il va avoir à faire en rentrant !

50Ne m’en veuillez pas d’être si bavarde ; voilà un mois que Louis est parti ! Lui et vous êtes les seules personnes avec lesquelles je puisse et ose causer librement de ce qui m’intéresse de ce qui fait ma vie : tout le reste me devient tellement étranger et indifférent qu’il y a six mois que je n’ai pu me décider à écrire à personne qu’à ma propre famille : une lettre par semaine. Vous voyez que je vous traite en vieil ami, bien que vous soyez jeune, et qu’il n’y a pas un an que nous vous connaissons ; c’est que j’ai senti en vous le frère de mon mari, tel que je lui en avais souhaité un toute sa vie...

Il se pourrait que Louis ne pût pas répondre immédiatement à votre lettre que je lui envoie aujourd’hui : il ne la recevra que samedi soir et il sera, je l’espère à la veille de son départ. Vous pourrez néanmoins envoyer les livres que vous avez l’obligeance de prêter dans le courrant [sic] de la semaine. Ne craignez pas, en revanche, de nous emprunter, tous ceux que vous désirez avoir et que nous possédons ou que nous pourrions nous procurer, n’est-ce pas.

51Ne vous gênez pas non plus pour me répondre si vous n’en avez pas le temps. Vous écrirez à Louis quand il sera de retour.

52Agréez l’expression de ma cordiale sympathie,

53Lydie de Ricard

2.3 Lettre du début décembre 1876

54Sans date [début décembre 1876]

  • 32 Lettre placée dans l’épistolaire de Fourès avant une lettre d’Arnavielle du 13 déc. 1876.

55Mon parrain32,

56Vous êtes sans doute pressé d’avoir la traduction de ce sonnet Anglais [sic], je viens de la faire tant bien que mal, aussi littérale que possible, vous la repolirez à votre goût. —

  • 33 Marchessou M.-P., Typographe et Lithographe, 23 Boulevard St-Laurent au Puy-en-Velay : imprimeur de (...)

57Voilà le facteur... Louis vous écrira demain. Marchessou33 nous fait damner avec sa lenteur ; Je n’ai pas le temps de recopier le sonnet-pardon-mille amitiés de nous deux et de vos nouvelles s’il vous plait êtes-vous vraiment malade ?

58Votre dévouée filleule

  • 34 Nom donné par Fourès à Lydie, dont elle signera un grand nombre des lettres et une partie de ses po (...)

59Dulciorella34

60P.-S. : Jeanne vous remercie bien de votre sonnet ; elle vous envoie un bon souvenir.

2.4 Lettre s. d. [18 décembre 1876]

61Sans date, [18 décembre 1876]

  • 35 Dans La Lauseta de 1879, la poésie Le Lez est datée du 15 décembre 76, cette lettre est donc postér (...)

62Mon parrain35,

  • 36 Avenue pour advenue ce mot était orthographié ainsi dans le dictionnaire de l’Académie française en (...)
  • 37 Landwer : réserviste de l’armée prussienne (Larousse, 1918).

63La lettre de Fourès est non avenue36 [sic], elle est détestable et nous regrettons de l’avoir lue ; elle voudrait nous faire croire une foule de vilaines choses de lui : d’abord qu’il est vaniteux et qu’il ne prétend aller à Paris que pour boulevarder tout le jour et écraser en fashion tous les pantalons-d’éléphants et les capotes landwer37 de la capitale, (ce que je ne puis croire) ; puisqu’il est fier avec son frère Louis et qu’il refuse des étrennes, se trouvant trop grand garçon sans doute (ce qui est une leçon pour moi qui suis de son âge et forcée ainsi de renoncer aux siennes) ; puis, que son amitié pour nous est bien froide, qu’il ne sache prouver très-éloquemment [sic] à sa chère mère qu’une affaire on ne peut plus pressante l’appelle à Toulouse ou à Bordeaux pour une huitaine : quelques poignées de clous violemment lancées dans les jambes de Messieurs les clients l’assureraient d’une relâche complète pendant votre absence. Quand aux lettres de l’oncle (lettres de nouvel an sans doute) ne pouvez-vous lui faire une copie qui lui serve pour toutes comme c’est l’usage ?

64Je vous en prie, parrain, rompez ces ficelles que vous qualifiez de chaînes imbrisables [sic], ne rongez pas ces doigts qui écrivent de belles et bonnes choses et venez ! Venez à Paris, il le faut : j’ai la certitude que votre avenir dépend de ce voyage : songez-donc la naissance de l’almanach républicain ! Quel meilleur moment aurez-vous jamais de faire rouler comme un rappel votre belle langue Lauragaise ! et puis, vous comprenez que la Cigalade de Janvier va être un véritable festival : on va convoquer le ban et l’arrière-ban pour discuter la formation du Cercle : venez ranimer au flambeau de votre Espasa tout [sic] ces patriotismes ramollis et mornes, et que tous ceux qui résistent à l’attaque dans un tel enthousiasme soient punis par là où ils auront pêché et gelés sur place ! D’autre part nous réunirons chez mes parents la quintes- cence [sic] des Cigaliers, c’est-à-dire : les républicains il faut qu’ils vous connaissent afin de vous faire des amis pour quand paraîtront les « Grills. » Vous paraîssiez [sic] disposé à nous accompagner à Paris au printemps : qu’est-ce que ça vous fait d’avancer ce voyage de trois mois ; pour nous il est très peu probable que nous y retournions de l’année et à moins que vous n’y alliez sans nous, nous voilà retardés terriblement dans nos projets. Je vous jure que ce n’est pas le seul attrait de vous avoir avec nous, qui nous fait vous presser si fort, c’est que Louis (qui n’en a que trop fait l’expérience !) sait ce qu’une occasion qu’on laisse échapper peut emmener de chance avec elle : votre avenir vaut bien que vous fassiez quelque sacrifice : fusse celui de la satisfaction maternelle pour quelques jours : j’en ai fait bien d’autres !

65Ce ne peut-être non plus affaire d’argent : les frais là-bas sont neutres pour vous, puisque nous y avons tous deux nos parents : vous irez avec Louis chez sa mère et moi chez la mienne. Pour l’habillement. La toilette plutôt (puisque Monsieur veut faire toilette) je ferai double malle : Louis a deux ou trois redingotes et autant de pantalons, vous partagerez.

  • 38 Eugène Baudouin (Montpellier 1842-Paris 1893) peintre élève de François Gérome, Gleize, A. Didier p (...)

66Je vous en supplie, nous vous en supplions venez. Si vous ne pouvez partir brusquement rejoignez-nous à Paris la semaine prochaine : Louis part demain à 10 heures, mais moi et Baudouin38 ne partons que samedi à 5 heures 50 ; tachez d’être à la gare ; si par hasard vous arriviez le vendredi, venez tout droit chez Baudouin, car pour ne pas manquer le train, j’y couche vendredi.

67Pourquoi donc croyez-vous que nous regrettions de vous avoir connu ? En voilà une idée ! Vous voyez bien que vous n’aviez pas les idées très nettes quand vous nous avez écrit. Donc pour finir comme en commençant la lettre de Fourès est non-avenue. Nous vous serrons cordialement les mains en vous attendant.

68Votre suppliante filleule

69Dulciorella

70P.-S. : Pardon pour le griffonnage l’idée d’aller à la maison me donne une telle fièvre que voilà trois nuits que je n’ai dormi.

  • 39 Lydie Wilson de Ricard ouvre ici une parenthèse, non refermée sur le manuscrit.

71A propos j’ai fait des vers sur le Lez39 (je suis contente au-delà de toute expression car Louis lui-même m’a engagée à continuer ; je n’avais pu en aligner plus de quatre depuis trois ou quatre ans et ma petite pièce en aura 64 faits en trois jours ; c’est beau ! Ce seront les étrennes de maman, ça va lui faire un plaisir !

2.5 Lettre du 18 janvier 1877

72Paris le 18 janvier 1877

73Mon cher parrain
Peut-être y a-t-il eu une lettre de vous, hier soir, Boulevard Clichy ? Je l’ignore car j’ai défendu à Louis de venir me voir avant d’avoir complètement terminé son article pour le Courrier Littéraire qu’il s’est décidé à faire ces jours-ci. Si nous n’avons pas de vos nouvelles, nous allons être inquiets, je vous préviens, car vous aviez vraiment l’air exténué le jour de votre départ (à ce propos mes compliments pour votre courage que vous avez montré en vous arrachant aux charmes de Calypso et de ses Nymphes).

  • 40 Mère du poète, veuve depuis environ 18 ans (Salvat 1927).

74Je m’imagine que votre retour au foyer aura dû être assez tempétueux pour fournir une page des plus émouvantes à vos futures mémoires, qu’est-ce que Maman Fourès40 a du dire, Bon Dieu ! Quelle bourrasque !!!!!!!

  • 41 La librairie Fischbacher, spécialisée en art, est toujours de nos jours installée dans le quartier (...)
  • 42 Rapin, n.m. : jeune élève en peinture, en terme d’atelier, par extension peintre peu habile (Larous (...)
  • 43 Noms d’inconnues, vraisemblablement inventés.
  • 44 Maroquin, n.m. : on dit proverbialement, en menaçant quelqu’un qu’on lui donnera sur son maroquin, (...)

75Pour ma part, je viens de me disputer avec acharnement — hier et aujourd’hui — j’en suis si énervée que j’ai grand peine à vous écrire ; mais comme c’est le meilleur moyen de me calmer, je persiste, ne vous déplaise — ; hier, après-midi, avec Baudouin, et ce matin avec papa et maman, rien que ça, et à quel propos, devinez un peu ? — toujours à cause de mon nom de Dulciorelle ! Vous pensiez comme moi, qu’après la dernière discussion, la question était vidée et bien vidée, n’est-ce pas ? Et bien pas du tout, le sieur Baudouin me trouvant seule à répliquer, l’a attaqué [sic] de nouveau, hier, après-midi avec plus d’entêtement que jamais ! nous nous sommes querellés très vivement et il m’a quittée en me disant que si je ne renonçais pas à ce pseudonyme ridicule ma pièce ne serait pas imprimée. Je lui demandai d’où lui venaient des conditions si arbitraires, — « de la commission » me répond-il. — Qu'est-ce que c’est que cette commission ? Où se tient-elle ? — « Et ben, ici et là, partout » (textuel). Devant une si sotte défaite, je lui dis que cette décision ne venait absolument que de lui et quelle datait du jour où il était arrivé au Mas, au moment où vous-même veniez de me baptiser ; il a vivement protesté sans me convaincre du contraire. Je lui ai réclamé ma pièce, qu’il n’a pas voulu me rendre, mais que j’irai plutôt demander à Fischbacher41 que de me soumettre à un tel caprice de rapin42. Je lui ai dit entre autres mille choses très raides, que j’avais reçu de vous et de Pey- rat, deux baptêmes assez glorieux, pour que je considère mon nom de Dulciorelle, parfaitement digne et sacré désormais, et que je me moquais du reste ; que je n’étais pas si folle que ça de publication et de réclame et que je ne tenais pas tant à figurer dans La Cigale qu’a conserver mon libre arbitre. Je brûle d’envie de lui écrire pour lui demander de quel droit, lui, peintre, se mêle de morigéner les littérateurs (car c’est autant vous que Louis qu’il prétend mener que moi) et le charger de faire de ma part mille compliments aux Cigaliers de leur exquise courtoisie et du charmant accueil qu’ils font à celle sans qui ils n’auraient pas le plaisir de faire chaque fois l’hommage de leur digestion poétique à la mode espagnole ; d’ailleurs n’ayant pas vu Louis, je ne sais pas ce qu’il va dire ; il est capable de leur céder ! mais je ne veux pas, moi. Je ferai les cinq cent mille Diables s’il me joue un tour pareil. Vous comprenez que tout ce que Baudouin demande c’est mon nom et pas autre chose ; « il lui faut », comme il dit des noms posés, le livre étant très sérieux ! Il est probable que si je m’appelai Mademoiselle Robichon, Chicot43 ou autre chose d’analogue, il ne se soucierait pas du tout de m’avoir : ce monsieur veut une signature, voilà le fin-mot, il ne l’aura pas, je veux être traitée en artiste et non en maroquin44... J’oublie que vous devez être de mon avis et que c’est à lui que je devrais écrire cela ; mais ce serait peut-être le brouiller avec Louis et ce n’est pas le moment : le Fédéralisme parait aujourd’hui ! Fischbacher a voulu attendre que les livres du Nouvel An fussent un peu épuisés pour le lancer. La bataille va commencer. Si Louis n’a pas toujours le temps de vous tenir au courant de ce qui se passe et que vous vous arrangiez de mon griffonnage, je ferai de mon mieux pour le remplacer un peu, voulez-vous ?

76Vous savez que nous ramenons Jeanne, elle en a manifesté si vivement le désir que [sic] on n’a pas osé le lui refuser : songez si nous sommes contents ! Nous en avons eu la malice d’en avertir Baudouin pour voir son nez. Il a dit qu’au printemps, il comprendrait ça, mais que maintenant c’était bien triste, (ce boulevardier !), sachant qu’à cause des interminables pluies de l’année dernière, Jeanne s’était un peu ennuyée au commencement de son séjour au Mas du Diable ; mais Jeanne ne s’y fit pas laisser prendre une minute ; elle pense sans doute que rien ne peut être aussi triste que la maison en ce moment : elle a soif de lumière et de soleil, pour ses yeux et pour sa joie sans doute : je veux faire qu’elle se plaise tant là-bas quelle ne veuille plus revenir à Paris. Sitôt rentrés nous allons songer au prochain n° = [sic] de la Lauseto. Afin de n’avoir pas de retard de votre côté, vous seriez bien aimable de mettre dès à présent à part tout ce que vous jugerez bon d’y insérer soit de vous, soit d’autres. Louis va écrire aux Catalans à ce sujet et voir à organiser les souscriptions : pensez-vous que 10 f [sic] par an soit trop ? D’un plus beau papier ? Il nous semble que non. Parions que nous paraîtrons encore avant La Cigale et que notre petite revue sera aussi intéressante que ce merveilleux Livre d’Or qu’on ne peut arriver à mettre sur (ses) pieds ?

  • 45 Maurice, Louis, dit Maurice-Faure (Saillans 1850-1919) : homme politique, fondateur (voir cidessus) (...)

77Louis espère obtenir de Fischbacher, la traduction des Troubadours ; pour moi j’en serais enchantée à moins que d’ici là nous ne tenions notre fameuse librairie et que nous ne les éditions nous même [sic] ; ce qui vaudrait encore mieux ; ne perdez pas cette idée de vue, s’il vous plait, puisqu’elle vous agrée comme à nous et que nous ne pourrions rien sans votre concours. C’est alors que nous ferons exécuter une danse à tous les Jésuites de Provence et de Paris et que les Baudouin et les Faure45 pourront railler nos utopies, comme il a encore qualifié hier nos convictions et nos espérances à propos du Fédéralisme. « Ne dirait-on pas que vous allez soulever le monde ! » s’est-il écrié avec un gros rire niais. Non, lui ai-je répliqué mais nous remuerons le Midi, ce qui nous suffit, Monsieur. Ils ne se doutent pas de ce que nous leur préparons à ces méridionaux de Vaugirard. Tant mieux, leur surprise n’en sera que plus drôle.

78Vraiment, parrain, j’ai eu tort de croire que Louis pouvait avoir un autre ami que vous ; et bien que dans mon estime il ne soit jamais venu qu’en second, je m’en accuse devant vous avant [sic] grand regret ; Dorénavant je ne m’y laisserai plus prendre ; ou s’il lui vient des amis (avec le succès, ça se pourrait), il n’aura jamais qu’un cher, loyal frère : notre bon Fourès, comme nous vous appelons entre nous, et comme Peyrat vous surnomme spontanément dans la première lettre où il nous parle de vous.

79Il est près de Midi, et Louis ne vient pas, de sorte qu’il me faut vous quitter sans savoir s’il n’a rien de pressant à vous transmettre.

80En vous souhaitant de tout mon cœur que vous ne vous soyiez pas trop ennuyé à Paris, et que ce voyage, fait sur nos instances, ne vous ait pas causé trop de fatigue et de tracas. Je vous serre la main en vous assurant à nouveau de la sincère amitié de votre dévouée filleule.

81Dulciorelle

82P.-S. : Jeanne vous envoie un bon souvenir : elle finit ses écrans à côté de moi : ils sont jolis. Veuillez présenter mes compliments à Madame Fourès et à Mme votre sœur et un gros baiser sur chaque joue à votre adorable bambin de neveu.

2.6 Lettre du 7 février 1877

83Paris le 7 février 1877

84Mon cher parrain

85Louis est en courses, Maman et Jeanne aussi. Et je suis toute seule, retenue à la maison par une affreuse grippe attrapée je ne sais où, ni quand, de plus une agaçante névralgie me fait grincer des yeux et des dents : je viens cancaner un brin avec vous pour m’en distraire ! Dieu que ce merveilleux Paris est donc amusant !

86— Mes garrigues ! vite mes garrigues, ou je meurs !

87Ô vos deux Nisoulos ! Quelle surprise ! Que deviennent à côté d’un tel hommage, les génuflexions arrondies et les fadaises zézéyantes des automates de salons ! Non point que nous soyons flattées outre mesure du compliment si galamment tourné dans le dernier vers ; mais bien parce que vous vous êtes distrait de vos grands travaux et de mille préoccupations pour songer à nous et nous ciseler précieusement un souvenir dans ces quatorze vers : ce que ni Jeanne ni moi n’avons pu obtenir de ce vilain Louis !... Merci donc pour nous deux, parrain, merci !

  • 46 Nocher ou naucher, n.m. : vieux mot qui signifiait autrefois pilote, patron de navire. Il se dit au (...)
  • 47 « Mirgaillée » : de l’occitan « mirgalhar » : peindre de différentes couleurs.

88À propos de vos deux Nisoulos, quelque nocher46 (de votre connaissance), a voulu jouer au Robinson avec l’une d’elles ; — la vraie, celle dont je ne suis que le reflet dans l’eau — ; la voyant toute blanchie de colombes et Mirgaillée47 de virginales corolles, il s’est dit que pour un souverain en disponibilité, ce frais petit royaume d’oiseaux et de fleurs ne serait pas trop fatigant à gouverner, et surtout de prompte et facile conquête : le téméraire ! à peine débarqué il s’est vu assailli de mille et mille petits oiseaux accourus de partout : refus, dédains et ironies, becs et ongles...

2.7 Lettre du 18 février 1877

89Mas de la Lauseto 18 février 1877

90Mon cher parrain,

91Mon malaise croissant, ne m’a pas laissé achevée [sic], ma petite Baudouinade : c’est dommage, j’en avais à vous conter ! Nous avons eu une seconde petite réunion à la maison quelques jours après sa demande, il a été hargneux et hérissé comme un vieux chien loup : nous l’avons toutes les deux agacé et harcelé à qui mieux mieux, ses yeux ressemblaient à des lanternes d’omnibus, tant la rage les fesait [sic] luisants et ronds ; je l’ai achevé en lui mettant négligemment sous ses lunettes vos « Nisoulas » il ne voulait pas les lire ! Mais Faure qui était présent l’y a obligé (bon camarade !) et en a fait grand éloge ; je leur ai ensuite fait connaître mon extrait de naissance, Faure a trouvé la chose si poétique qu’il s’est écrié qu’il « voulait m’en faire un sonnet ! » Je ne sais s’il n’en aura pas été détourné par le jaloux ! Il serait trop long de vous narrer toutes les attaques et les ripostes soutenues et engagées en votre nom, parrain, sachez quelles ont été nombreuses et que sans trop me flatter, vous n’avez pas à vous plaindre de votre champion en cotillon.

  • 48 Personne au service des Ricard.
  • 49 Pierre Goudoulin (Toulouse 1580-1649) auteur du Ramelet moundin.

92J’ai été bien malade pendant quelques jours : ce que je prenais pour une grippe était une névrose produite par l’anémie ; ces brouillards empestés et cette demi-vie dans un demi-jour ne me réussissent guère : je ne suis décidément pas parisienne : quel bonheur ! Mais ce qui m’est un vrai chagrin c’est d’avoir fait avorter nos beaux projets de voyage à Castelnaudarry [sic] et d’avoir été la cause de tant de dérangements inutiles pour Madame Fourès ; J’ai eu beau me soigner et avaler autant de pilules qu’on a voulu me dire bien forte et guérie, ni Louis ni le médecin ne se sont laissés toucher, les cruels ! Ce que je ne comprends pas c’est que vous ayez été avertis si tard du changement de notre itinéraire : il y a là quelque nouvelle négligence d’Annette48 sans doute, ainsi que pour votre Goudelin49. Madame Fourès nous pardonnera-t- elle jamais ? Tant de peine, de soins et de fatigue pour rien ! elle nous détesterait comme le diable quelle aurait, ma foi, bien raison ; seulement, ceci est un avertissement pour nous ; puisque vous nous recevez en visiteurs parisiens, que vous vous mettez en frais de toutes sortes pour nous qui vous traitons en ami en parent, nous ne vous préviendrons pas de notre arrivée et nous irons à l’hôtel, je ne veux plus m’exposer à de pareils remords ni vous, ni votre bonne mère à de pareils soucis, voilà ! de plus quand vous viendrez au lieu d’une chambre d’auberge et d’un souper d’anachorète à la cuisine, je vous ferai garnir ma plus belle pièce par des tapissiers je louerai un Chef [sic] et de la vaisselle plate et déguisée en négrillon pour vous servir, je vous appellerai « Altesse ». ce [sic] n’est pas gentil vrai, de me faire rougir de l’hospitalité que je vous ai offerte : prenez garde votre filleule est très fière quelquefois, parrain, et de plus elle a très mauvais caractère, sans compter ses autres défauts….

93…..quelqu’un que vous êtes en train de gâter et dont je ne pourrai plus rien tirer si vous continuez, c’est votre ami Xavier, il abuse de votre indulgence, je vous préviens, devinez comment se sont manifestés ses regrets en apprenant votre anxiété à nous attendre et votre déception ? « Oooh des gâteaux ! Il y avait des gâteaux ! ! et des mil- has au cédrat ! ! Cette bonne Madame Fourès est-elle aimable ! Quel guignon !!!! »

94Voilà ses exclamations ! Il a du [sic] se reprocher intérieurement sa sollicitude pour ma santé et se promettre d’en avoir moins une autre fois : ça coûte trop cher à sa gourmandise.

95Je ne me suis pas encore mise à travailler. Je me repose de mes vacances à Paris. Je fais connaître les environs à Jeanne : elle est ravie ! elle crayonne toute la journée. Hier nous avons été voir nos oliviers et nous les avons salués de votre part, comme en liberté nous nous souvenons de notre jeune temps et qu’alors nous ne respectons plus rien, nous n’avons pas craint de profaner ces vénérables en grimpant dedans : nous y avons découvert de véritables réduits de verdure où nous serons très bien pour goûter... quand il y aura des cerises et des amandes... Si vous êtes là alors et si vous ne prêtez pas main forte à Louis pour nous dénicher, on vous donnera aussi une place ; mais pardon, j’oublie que ceci est trop rustique pour votre seigneurie !...

96C’est vous qui travaillez ! Comment, avec votre commerce, pouvez vous abattre tant de besogne ! C’est prodigieux ! J’ai hâte de lire votre Sirventes, je suis sûre que c’est superbe. Et votre « Chant da Latin » ? Ne craignez vous pas beaucoup de malveillance à la lecture ? surtout s’ils reconnaissent votre écriture, (puisqu’on ne signe pas). Si vous la fesiez [sic] copier votre pièce par quelqu’un pour les dérouter ? Et votre sonnet pour la petite Cladel ? À propos, Louis vous a-t-il annoncé la naissance d’un fils à Cladel ?

L’accident très-prématuré est survenu alors que nous dînions chez eux : c’est l’émotion que j’ai éprouvée qui m’a rendue malade, car, malheureusement, je suis très novice en cette matière... Cette pauvre Madame Cladel a failli mourir : son mari était fou, paraît-il ; quant à sa mère le peu de raison qui lui restait n’a pu résister à ces transes : on va la mettre dans une maison de santé, d’après l’avis du médecin qui l’estime dangereuse pour les enfants : c’est navrant pour cette brave femme, naguère si saine et heureuse dans sa ferme du Quercy. Cladel quitte Paris aussi, il cherche aux environs une maisonnette avec jardin (pour ses mioches) et pain et repos pour son travail et son esprit. Je vous parle de lui, parce que [sic] je pense que vous avez pour lui autant de sympathie qu’il en a pour vous, n’est-ce pas ?

  • 50 Alban Germain (1848-1880), clerc d’avoué à Carcassonne, réfugié en Suisse après 1870-1871, républic (...)

97Je ne sais si Louis a songé à vous demander ce qu’il vous reste d’almanachs à vous et à Mr Germain50 : croyez-vous la seconde édition nécessaire ? Maintenant qu’elle est annoncée cela ferait peut-être mauvais effet de ne pas la tirer ? Cependant ce sont encore des frais assez grands pour qu’on y réfléchisse. Louis ne parait pas poursuivre l’idée de la « Lauseto, revue trimestrielle » ? Ne l’approuviez-vous point ? Vous savez qu’il a toujours besoin d’être stimulé et tenu en haleine : ne craignez pas de revenir souvent sur la même question quand vous la croyez importante.

  • 51 Louis-Alphonse Roque-Ferrier (Montpellier 1844-1907), Littérateur, rentier, membre de la société de (...)
  • 52 Premier numéro de 1877, dans lequel Fourès signe « l’Albeto » et « Le Garrabié, Al tustadou de l’am (...)
  • 53 Léontine Goirand (Nîmes 1853-Alès 1923), née à Nîmes et non à Alès comme l’indique Fourié dans ses (...)
  • 54 Louis Roumieux (Nîmes 1829-Marseille 1894), Capoulier, Cigalo de Nimes, membre du premier consistoi (...)

98L’Almanach a du succès certes. Roque-Ferrier51 qu’il a été voir ce matin le lui a dit aussi. Mais il me semble qu’il aurait pu être mieux lancé : il a paru trop tard quoi- qu’on en dise. —Nous avons reçu hier la Revue des Langues romanes52 votre sonnet est vraiment très beau, permettez-moi de vous dire, il annihile tout ce qui précède et tout ce qui suit ; je trouve la Nemausa de Mlle Goirand53, bien creuse, le sujet est au-dessus de ses forces : il y a une surcharge de mots ronflants « majesté souveraine divin reine déesse » qui ne font que se culbuter les uns les autres pour arriver à une étrange confusion de Mythologie et de christianisme. D’une « déesse créée par Dieu ». Je ne dis cela qu’à vous car on pourrait imputer à l’envie ou la jalousie, cette simple petite critique littéraire. Quand au Pantai amoureux de Roumieux54, c’est tout bonnement grotesque : ce grand-père qui il y a deux mois entretenait le public de ses joies et de ses gloires de grand-papa et qui vient nous parler aujourd’hui de baisers de flamme et d’une Esterelle qui l’appelle « Mon beau » est plus que toqué : c’est honteux !

99Viendrez-vous en mars pour la félibrejade de la Maintenance du Languedoc ? Oui ! Oui ! N’est-ce pas ? Ne nous punissez pas par où nous avons péché ; d’ailleurs il ne s’agit pas de nous, cette fois, mais bien de nous liguer, les bons languedociens et de vous [nous ?] compter afin d’empêcher l’envahissement du provençal : à ce propos on pourrait chercher chicane à plus d’un comme à Roumieux, à Faure (qui viendra probablement) à Mlle Goirand et même à Félix Gras, qui tous écrivent en provençal ce qui est une trahison.

  • 55 Expectons, de expectance : attente d’une chose possible (Larousse de poche 1918).

Quand vous aurez le temps de nous copier votre pièce « Al campanal de Sant Miquel » vous nous ferez grand plaisir. Vous dites que vous êtes éreinté. Ne tombez pas malade encore : cela nous rend trop inquiets : vous êtes pour nous comme un frère en voyage : il nous semble toujours que vous êtes en mer pour revenir et nous tremblons de toutes les craintes de l’éloignement et nous vous expectons55 toujours, vous pourriez arriver à n’importe quel moment sans nous surprendre ; vous êtes chez vous ici de part [sic] notre amitié et vous ne rentrez pas au pays lorsque vous vous en allez... Quand venez-vous habiter Montpellier ?...

100Tout en vous plaignant de vos fatigues, je bavarde, je bavarde à vous rompre la tête, pardon, parrain, je ne recommencerai plus. Veuillez présenter mes plus humbles et sincères excuses à Madame Fourès en attendant que je les lui fasse moi-même, s’il vous plait. Pour vous nos compliments affectueux auxquels se joint un bon souvenir de Jeanne, le tout confirmé par la plus cordiale poignée de main de votre filleule

101Dulciorella

102P.-S. : Je vais vous chercher les Poèmes de Provence et vous les envoyer demain. J’enferme ici une fleur d’amandier tombée sur la fenêtre pendant que j’écrivais ; dans mon petit salon ; en bas ; c’est le jardin qui veut que vous pensiez à lui.

2.8 Lettre du 29 février 1877 [1er mars]

  • 56 1877 n’est pas une année bissextile, il s’agit du jeudi 1er mars.

103Mas de la Lauseto 29 février 1877 [1ermars56]

104Mon cher parrain,

105Que vous ayez des ennuis, je n’en doute pas. Je sens trop ce qu’une telle vie, pour un tel homme, doit avoir d’intolérable ; mais quant à croire qu’il est en mon pouvoir de vous rendre la joie perdue, c’est une présomption que je ne puis admettre : que mes caquetages ne soient jamais importuns, ça suffit. Et je ne fais pas, ici, de fausse modestie, parrain : que sais-je de vos tristesses et de vos préoccupations pour les alléger ? et quels rapports peuvent exister entre mes petits cancans et vos graves affaires ? Quand vous me jugerez digne de « me conter cela », comme vous dites, je serai on ne [sic] plus heureuse de cette marque de confiance et d’amitié, j’ai peur de paraître curieuse en vous pressant davantage [sic], mais si « la crainte de m’attrister de vos petites misères » est le seul motif que vous ayez de me les céler alors, vite, vite, parrain, confessez-vous : cela vous soulagera bien sur [sic], par l’assurance que vous aurez que nous partageons vos peines ; — du moins je l’espère.

106[2epage] Louis devait vous écrire aujourd’hui, mais il a tant travaillé, pioché ces jours-ci, qu’il a les yeux fatigués au point de ne pouvoir lire : il va sortir pour se remettre de ce malaise ; hier je l’avais averti : voilà ce que c’est que de ne pas écouter sa petite femme ! Je vais tâcher de répondre aux questions littéraires ou autres de votre lettre.

  • 57 Antoine Camille Ferdinand Coulet (St-Maurice-de-Navacelles 1838-Montpellier 1908) libraire éditeur (...)
  • 58 J.-B. Enseñat, Joan Baptista Ensenyat i Morell (1854-1922), historien et dramaturge, écrivain major (...)
  • 59 Italiens : Ils étaient au nombre de 20 d’après les auteurs de la Lauseta de 1879.
  • 60 Le mot seconde est avant édition mais un trait replace les mots dans l’ordre ci-dessus sur le manus (...)
  • 61 Emmanuel des Essarts (Paris 1839-1909) : Le « cher ami de jeunesse de Mallarmé », fils d’Alfred des (...)
  • 62 Marius Bourrelly (Aix-en-Provence 1820-Marseille 1896) D’abord commis en nouveautés à Marseille, il (...)
  • 63 D’après « La Lauseta » de 1879 pour la Catalogne et l’Espagne, ils sont plus de 20 à envoyer des œu (...)

107Pour les adresses que vous lui demandez, il va voir aujourd’hui-même chez Coulet57 s’il n’existe pas de « Catalogue de la Librairie » afin de vous en envoyer davantage [sic] : il n’en possède que quatre ! — Il a écrit une lettre au bel Enseñat58 le jour même que je recevais la votre, je crois... Il enverra le n° = [sic] du Courrier Litt’re [sic] à nos Italiens59, dès qu’il aura paru. — On ne tirera pas de seconde édition60 de la Lauseto puisque vous la jugez inutile, quant à présent. — Louis attend les devis de Marchessou pour la Revue, je l’y pousse tant que je peux : ce serait le seul moyen de relever notre pauvre almanach ! Nous pouvons compter sur la collaboration de Cladel, d’Aicard, de Troubat, de des Eissarts61, et d’autres que j’oublie, sans compter votre ami Germain, Bourrelly62 que vous nous annoncez (son sonnet L’Abbé de Cîteaux est très beau n’est-ce pas ?) et les Espagnols63 : avec autant de belles pièces que vous voudrez en fournir et quelques pages de votre véhément frère Xavier il y aura là, il me semble, de quoi faire une
[3e page] fameuse brochure. Votre idée de réclame par circulaires pour la Lauseto- almanach nous paraît excellente : elle est bien de vous de votre zèle ingénieux et infatigable. — Je ne sais comment vous remercier de votre travail sur le Fédéralisme : je suis bien inquiète du silence et du calme plat de la presse à cet égard : Louis prétend qu’il est matériellement impossible qu’on ait encore pu en parler, à cause qu’il ne peut être ni lu ni critiqué comme un roman, ni un livre de vers, mais longuement et laborieusement examiné : cela se peut, je veux le croire !... les lettres ne manquent pas, mais les articles...

  • 64 La Légende des siècles de Victor Hugo tome II parut chez Calman Lévy en 1877. Victor Hugo (1802-188 (...)
  • 65 Du nom du gibet de Paris.
  • 66 In t. 2 de La légende des siècles.

108La parution de la Légende des siècles64 va nous faire bien du tort. À ce propos, avez-vous acheté le n° = 2 [sic] de La Politique (nouveau journal) qui en donne une superbe pièce « Monfaucon65 » ? Sinon faites-le : vous en aurez pour vos 10 cent. L’Événement d’avant-hier ou du jour précédent cite aussi un chef d’œuvre égal à tout ce que le Maître a fait de plus beau : « La colère du bronze66 » : nous en avons pleuré d’enthousiasme !

109Comment ! Votre « Chant du Latin » est parti tout droit chez Roque-Ferrier sans se détourner d’une lieue pour ses amis de la Lauseto ? l’ingrat ! lui qu’on aimait même avant sa naissance.

  • 67 Souligné trois fois : allusion au manifeste de Fourès paru dans la Lauseta de 1877, et intitulée As (...)

110[4e page] Quelle exquise chose que votre « Brèspe de Janbié » vous parlez de tristesse et vous marchez entouré d’oiseaux et de fleurs plein les bras ! Que je voudrai être triste à ce prix là, moi ! Vous êtes en plein épanouissement poétique, cher troubadour (pardon, troubaïre67) si c’est la conséquence de vos tracas, je vais devenir impitoyable et nous souhaiter que vous en ayez le plus et le plus longtemps possible... Chut ! Ecoutons la « Cigaleto » !

  • 68 Souligné 2 fois.
  • 69 En fait le sonnet « A la drouleto dEn Leon Cladel ».

111Vous avez aussi triomphalement achevé votre « Campanal de St Miquel » Je crois qu’il aura grand succès dans la Revue si vous l’y publiez : Pour votre sonnet « Las armas de Castel-nòu d’Ari » il est fameux68 ! Je me suis permis d’en tirer copie pour Cladel ; ai-je mal fait ? Louis la [sic] joint au délicieux portrait de Judith-Jeanne69 : qu’ils vont être contents de ce souvenir de vous ! je vous avoue que j’ai été un peu désappointée de n’y pas voir la pamparrugueto attendue !

  • 70 Dominique : journal publié à Montpellier et Nîmes par Louis Roumieux, et dans lequel écrit Léontine (...)

112Vend-on le Dominique70 à Castelnòu ? Si oui, et que vous soyez morose, achetez le denier numéro ; il faudra que vous languissiez d’une dose de spleen peu commune si vous ne vous déridez pas à le lire. Dites moi de qui vous pensez que sont les vers anonymes et à qui ils s’adressent ; Je n’ose pas vous communiquer mes soupçons, ce serait trop monstrueux !

  • 71 Offenbach Jacques (Cologne 1819-Paris 1880) le musicien compositeur de 87 pièces avait la réputatio (...)
  • 72 « Nemausa » : œuvre de Léontine Goirand.

113[5e page] Il parait pourtant que l’Offenbach71 est coutumier du fait ; mais halte-là ! cela s’appelle de la médisance ce que je fais là ! Vous y verrez encore la « Nemausa72 » destinée à la Cigale, volume, et qui n’en est pas moins reproduite pour la seconde fois : ce n’est pas très juste ça ! Mr Baudouin, m’a spécifié à moi, que j’eusse à présenter une chose inédite et je m’y suis conformée ; je m’attends d’ailleurs à de petites taquineries de sa part, s’il a le temps de se souvenir de notre querelle. — Vous verrez encore dans ce merveilleux Dominique une triomphante chanson la « Cigalo » de Paris dont voici le refrain :

  • 73 Traduction : Les Cigaliers sont des chanteurs/ Peintre, poète, député/ homme de lettre/ Musicien/ I (...)

114Li Cigalie son de Cantaïre
Pintre, pouèto
deputa (!!!!)
Ome de letro, musicaïre
Canton l’amour e la bèuta
73

  • 74 Péristeus ( ?).

115Voyez-vous d’ici Mrs les deputa couronnés de myrte et la lyre d’ivoire en mains chantant « l’amour et la beauté ? » Péristens74 où es-tu ?

  • 75 Louis Gleize, (Alès 1830-Paris 1886) : Chansonnier, collaborateur de divers titres.
  • 76 « Dicho à la Cigalo de Paris » lo 1e de Febrièr 1877, (1er février 1877)
  • 77 Paul Gaussen (1845-1893) est né et mort à Alès, relieur, puis journaliste et bibliothécaire de la v (...)
  • 78 Toast aux nouveaux mariés magnifiques/ À l’amour toujours nouveau.

116Ce sont ces mêmes imaginations poëtiques inspirées par la délirante Cigalo du Célèbre Gleize75 a inséré dans le Dominique du 25 février 1877, une chanson76 qui auront suscité chez M. Gaussen77, le désir de nous mettre au courant des amours juvéniles de son oncle Rabanit et de sa tante Jousefino Bessac : Ce Dominique est vraiment touchant avec son amour pour la famille, voilà le second couple d’amants septuagénaires qui vient y danser le menuet depuis quelques mois :
Brinde i nove subre-bèu (ohhhh !)
A l’amour sempre nouvèu78 !

117Allons, les vieux ! À qui le tour ! Pas de fausse honte ! ce qu’il y a de mieux à notre avis c’est la lettre marseillaise : nous ne savons de qui elle est.

  • 79 Cham : est le titre que l’on donne aux souverains de Tartarie. Prononcer Kam [...] ce mot en langue (...)
  • 80 Konch : Konquer ? nom donné au chef de chaque nation chez les Hottentots. Cette charge est hérédita (...)
  • 81 Hottentote : féminin d’Hottentot, peuple de race nègre, [sic] qui vit dans la colonie du Cap et le (...)
  • 82 Ce [sic] là est de Lydie Wilson de Ricard.

118Je trouve une fois de plus qu’il n’y a rien de tel que les ignorants pour se moquer des autres : ce qui me rassure un peu, c’est que je crois que vous avez, parrain, une amitié assez courageuse pour m’empêcher de commettre des sottises, en supposant que l’affection de Louis fut trop complaisante pour moi ? — Ces jours derniers, j’ai traduit un peu d’anglais pour mon tyran, sur la construction des « Topes » ou Tumulus dans l’Inde et leur analogie avec nos Dolmens. Il court toujours après sa « race » : il fait de merveilleuses découvertes : l’autre jour nous avons exploré les bords du Mée- Kong et n’y avons nous pas rencontré grand’papa « Cham79 » et son enfantounet Konch80. C’est aux aînés qu’appartient le droit de succession, et pour leur conférer l’autorité et le repos, ils sont les seuls héritiers de leur père. Les cadets n’ayant d’autre héritage que l’obligation de servir leurs ainés ? Admirez un peu ! Un grand-papa en Indo-Chine ! Cela vaut bien plusieurs oncles en Amérique, je suppose ? Une chose qui va vous défriser, c’est de savoir que vos « femmes brunes » ne sont pas les vraies : c’est bien fait ! Quand vous rencontrerez une femme petite à cheveux roux et à peau jaune (oui jaune !) et ayant quelque ressemblance avec une Hottentote81, vous vous écrirez : — « la voilà, je tiens mon autochtone ! [sic82] » (au diable ces affreux mots !) Elle est jolie la race ! Telle que je suis, j’aime encore mieux ne pas en être !

119Quant à ce qui est de la religion ; s’il me faut copier le premier livre de l’Hist(re) de Lang [sic], je vous prie de croire, parrain, que je n’irai pas m’en vanter ! D’ailleurs Louis a fait des découvertes géniales, sérieusement.

120[7e page] Comme j’ai encore le temps de bavarder un brin, je rajoute une feuille car en travers vous ne comprendriez pas mes pattes de mouche, de moustique plutôt.

  • 83 Shelley Percy Bysshe (1792- 1822) : poète anglais. La femme de Shelley, Mary, était la fille de Mar (...)

121Anglais pour Anglais, afin de me remettre un peu de tant de science (je n’ai jamais lu tant de géographie !) J’ai tenté de traduire « L’Alouette » de mon ami Shelley83 : il y a de charmantes choses, quelques vers un peu vagues et deux défectueux : c’est d’un rhythme [sic] si léger et d’une forme si subtile, que la pièce perd extrêmement en français ; si vous la désirez connaître, je vous l’enverrai, cette mélodieuse petite cousine de votre Lauseto, belugueto... Ma traduction est de simple prose, vous savez. Je reprends votre lettre, — Que dites-vous ? « Que vous ne viendrez pas avant le mois de Mai ? » C’est impossible ! Et la Maintenance du Languedoc, et la Félibre-jade ? et la Ligue républicaine et la bataille à coups de sonnets ? Et la victoire du B ? Qu'est-ce que vous en faites ? Déserteriez-vous par hasard ? J’y suis, il n’y aura pas assez de « nobles dames » pour vous : vous vous réservez pour Avignon, gourmand ! Eh bien, vous irez tout seul, afin que vous soyez plus à votre aise ? J’en sais long sur votre compte, allez ! Je vous le dirai quand je vous verrai.

122Louis a reçu votre prospectus de la Fédération radicale en même temps que moi votre lettre.

123Il l’a lu tout entier sans avoir regardé la date de sorte

124[8e page] qu’il n’y comprenais [sic] pas grand chose ; il s’en est aperçu après.

  • 84 Le plan des Quatre Seigneurs est situé au Nord de Montpellier, sur une hauteur d’où on peut voir la (...)

125Je regrette que vous n’ayez pas encore fait mes excuses à Mme Fourès : que va-t-elle penser de nous ! Elle boude depuis huit jours dites-vous ? Elle vous en veut du dérangement que lui ont inutilement causé vos amis, c’est clair ! que je regrette d’avoir été malade ! Odieux, Paris, va ! Tous vos ennuis viennent peut-être de là ? Que je m’en voudrais ! Vous me demandez comment Jeanne trouve la « Lauseto » ! Avez-vous si peu remarqué ses goûts pour ne pas penser quelle l’adore ? — Elle a la petite chambre à droite de l’escalier : elle y est bien : le soleil y entre dès l’aurore, vous savez ; l’amandier lui offre un gros bouquet blanc à hauteur de balcon, elle passe ses journées assise près de la fenêtre à travailler et à regarder la mer84 Si vous la voyiez maintenant que vous retrouveriez sa claire figure de petite aube ! Vous ne l’avez pas reconnue à Paris, n’est-il pas vrai ?

126— du moins il m’a semblé et à elle aussi du reste : elle vous a trouvé bien moins aimable que l’année dernière. Tant s’en faut. Sans votre sonnet des « Nisoulas » (où encore vous m’avez mise de moitié) elle aurait pu croire que vous ignoriez quelle existât et quelle fût ma sœur.

  • 85 À partir de là, écriture « entrelacée » sur la page 7.

127C’est ici, au pays de lumière, quelle est belle, et qu’elle doit vivre, ma chère Jeanne ! Ses yeux palissent sous un jour terne et froid ; et ses regards sont de petites alouettes, ils ont besoin d’espace et meurent d’être murés —...et ces affreux brouillards qui lui voilent son rire et rouillent sa jolie gaîté ! Oh, quel chagrin quand elle s’en retournera85... !

128Il faut vraiment que je vous laisse, cela devient abusif. Je vous prie de vous acquitter de ma commission auprès de Madame Fourès le plus tôt possible, à moins quelle ne veuille plus entendre prononcer notre nom. J’attends vos confidences, vous ne doutez pas de notre amitié n’est-ce pas ? Donc n’hésitez jamais à y avoir recours ? Car il ne peut, pour nous y avoir de plus grand bonheur que d’obliger un homme tel que vous, nous ferons l’impossible pour vous tirer de peine.

129Au revoir, cher parrain, bonne humeur et bonne santé surtout. Un bon souvenir de Jeanne, un pied de nez de votre frère Louis-Xavier et la plus cordiale poignée de main
De votre bien dévouée filleule,

130Dulciorella

131P.-S. : Louis vous communique cette lettre de Mistral en vous priant de la lui renvoyer.

2.9 Lettre s. d. [mars 1877]

132Sans date [mars 1877]

  • 86 Lettre contenant une fleur séchée, dans les copies, Salvat l’a faite placer après la lettre de Four (...)

133Mon cher parrain86

134Si ma lettre vous a peiné, que dirai-je de la vôtre ? Comme vous vous défendez de m’avoir dit involontairement une chose aimable : dorénavant, je tâcherai d’interpréter vos lettres — en ce quelles auront de flatteur pour mon amitié — selon la disposition d’esprit et de cœur où vous étiez au reçu de mes bavardages ; de cette façon je ne m’abuserai point.

  • 87 Nous n’avons pas trouvé de poème de Louis-Xavier de Ricard portant ce titre. Existe-t-il ou s’agit- (...)

J’ai dû vous froisser un peu pour tenter de vous arracher un mot sur une affaire qui me préoccupe depuis un an : vous y consacrez dix lignes, à la première feuille, c’est beau ça ! Je suis navrée, un an de soins et de lutte pour vous amener à cet aveu : « que vous voulez vous taire ! » Il fallait commencer par là et non pas finir. Pourquoi m’avoir laissé envoyer ce sonnet à Jeanne, si ce n’était qu’une fantaisie ! Jusque là je n’avais qu’un vague désir que votre « Albeto » a changé en l’aurore de mon second avenir : celui de ma Jeanne, de même que « l’Étoile du matin87 » avait marqué l’aube du mien. Je vous voyais si bien frère de Louis que par vous Jeanne eût été doublement ma sœur : c’est notre terreur à toutes deux que son mariage ne nous sépare ; néanmoins, respectant chez elle la liberté de sentiment que j’ai voulue pour moi-même, je ne lui eusse jamais parlé de vous, si je n’avais bien auguré de l’accueil quelle vous a fait l’année dernière et du bon souvenir quelle avait gardé de vous. Dès lors, je n’eus plus qu’une pensée : guider vos deux cœurs l’un vers l’autre, inquiète de savoir lequel ferait le plus de chemin pour la rencontre : l’« Albeto » a été une fameuse étape pour le vôtre, mais il s’est arrêté là... Elle ne vous en a pas remercié, dites-vous ? (Ah, parrain, vous êtes plus fier qu’épris, voilà la vérité.) Comment l’eût- elle fait, d’ailleurs, froid comme vous l’avez abordée ? Si elle avait été touchée de ce souvenir, comment vous en remercier d’une façon banale ? et vous-même, timide comme vous paraissez l’être, quelle réplique eût été la vôtre, une fois sur ce terrain de galanterie ? Si encore, il n’eut pas été question d’elle dans ces vers, elle aurait pu vous dire le plaisir qu’ils lui avait [sic] fait ? mais vous n’ignorez pas dans quelle pratique de tyranniques convenances nous sommes élevées dans le Nord : une bien élevée doit savoir cacher ses sentiments et de modeste devenir hypocrite : tout comme les pieds des chinoises qui de mignons deviennent difformes. Et puis, ne vous ai-je pas transcrit ce qui vous concernait dans la lettre quelle m’écrivit quelques jours après votre départ de la Lauseto ? Je l’ai là, voici ce qu’elle dit : « que je te remercie d’avoir songé à nous envoyer le charmant sonnet de Monsieur Fourès ; j’en ai été bien étonnée et je crois qu’il l’a fait pour te faire plaisir ; je ne me crois pas capable d’inspirer la moindre pensée poétique ; j’envoie tous mes remerciements à Monsieur Fourès, cela m’a fait grand plaisir » et ce qui suit : « Maman a vu que je n’y étais pas indifférente et moi un peu pour m’amuser je lui ai laissé croire tout ce quelle a voulu ». Plus loin elle y revient disant que « pour cela maman ne la laissera pas aller là-bas cette année ». Car vous savez que maman prétend garder toujours sa fille auprès d’elle ? C’est à cette affection ombrageuse et quelque peu égoïste que vous devez attribuer la réserve avec laquelle elle vous a accueilli : tout artiste, tout poète et tout méridional est pour elle un épouvantail : un enchanteur qui tourne la tête aux jeunes-filles et les arrache au giron maternel, comme c’est arrivé pour sa fille Lydie ; mais votre indifférence évidente l’a bien vite rassurée, et toute crainte disparue, elle n’avait que des éloges à me faire de vous : songez si elle s’adressait à qui pouvait lui répondre !

135Quand je questionnais Louis, à Paris, sur ce qu’il savait de vos sentiments et de vos intentions, il me disait que certainement, vous lui parliez quelque fois de Jeanne, mais que vous ne lui aviez jamais rien dit d’assez positif pour savoir le fond de votre pensée à cet égard. Que n’avons-nous pas fait pour vous faire comprendre ce qui nous tenait tant à cœur : est-ce pour rien que je vous ai confié les démarches de Baudouin, le jour que nous allâmes à St-Germain, et que, moi présente, Louis vous avoua qu’il vous préférerait de beaucoup pour beau-frère ? Et que toute la journée nous ne parlâmes que de vous et de Jeanne, et de votre avenir à tous deux, aussi triste pour l’un que pour l’autre ? et de nos projets si vous veniez habiter Montp [sic] ? et que vous voulussiez monter la librairie avec Louis ? Tout cela ne vous a donc rien dit non plus ? Si nos tentatives avaient été aussi complaisamment interprétées par vous que vos vers le furent par nous, vous y auriez vu clairement un encouragement aussi actif et aussi éloquent que vous nous le permettiez.

Si j’ai eu tort d’attacher trop d’importance à un simple caprice poëtique [sic] et si encore aujourd’hui j’ai celui de provoquer une explication à laquelle vous n’auriez jamais songé peut-être et qui peutêtre [sic] vous est désagréable, accusez-en ma très confiante amitié pour vous autant que ma tendresse pour Jeanne — J’attends de vous autant de franchise et de courage que je vous en montre moi-même ici. Quel- quesoit [sic] votre réponse ne craignez pas quelle altère en rien l’incorruptible sympathie que nous avons pour vous ; quoiqu’il arrive vous serez toujours le frère de Louis, le plus dévoué et le plus intelligent des amis, ainsi que le cher parrain de votre affectionnée

136Dulciorella

  • 88 Autran Joseph, Marseille (1813-1877) : révélé par une ode à Lamartine en 1831, il a reçu le Prix Mo (...)

137P.-S. : Si Louis ne peut répondre ces jours-ci à votre lettre, je me permettrai de le faire afin que vous n’attendiez pas. Je vous envoie le Catalogue de la Librairie, que Coulet lui a prêté pour une huitaine : il y a du choix. Nous avons reçu ce matin les deux journaux annoncés en même temps que votre carte postale : nous vous remercions infiniment des deux belles réclames insérées par vous ; quant à moi, vous me gâtez, je ne suis pas contente, na ! Le Courrier littér e [sic] pour être transformé n’en est pas plus aimable : ni l’article sur les Italiens, ni annonce de la Lauseto, ni critique du Fédéralisme : rien ! rien ! rien, en revanche d’exécrables vers d’Autran88 à la Cigale, ses derniers : quelle perte !!!

2.10 Lettre s. d. [mars 1877 2°]

138Sans date [mars 1877]

  • 89 Placée après le 6 avril dans le dossier de Salvat, cette lettre semble précéder la suivante du 20 m (...)

139Cher parrain89,

140Oh ! quelle joie ! quelle joie ! vous aimez Jeanne c’est donc vrai je suis presque aussi troublée de cette nouvelle que lors du premier aveu de Louis. Ma chère, chère Jeanne, je l’aime tant ! — je suis comme une praiprie [sic] traversée d’un ruisseau : toute sa vie passe par mon cœur ; elle est si bonne, si sincère si laborieuse, si dévouée ! quand vous la connaîtrez mieux vous l’aimerez tant, que votre affection d’à présent, vous semblera tiède en comparaison.

  • 90 Albeta pour Lydie mais « Albeto », nom d’un poème dédié à Jeanne, daté dans les Cants del Solelh pa (...)

Mais que d’obstacles, cher parrain ! que de luttes : Jeanne n’est pas plus riche que vous « ni plus intéressée » : la « petite île » attend son oiseau bleu, voilà tout ! Soyez-le si vous le voulez. J’ai bien travaillé pour vous depuis l’« Albeta90 », allez ! D’abord j’ai écorché vifs une demi-douzaine de souppirants [sic] parisiens ou autres, qui encombraient le chemin : il n’en est rien resté ! Quand j’irai à Paris, si maman n’a pas détruit cette lettre, je la lui soustrairai pour que vous voyiez de quelle façon je sais faire le chien de garde autour de ma petite sœur, quand la mine des visiteurs ne me revient pas. Vous avez vu que Baudouin, n’a fait qu’une bouchée ? Tant qu’il s’est contenté de notre ami [sic], bien. Mais dès qu’il s’est déguisé en amoureux, halte- là ! C’est que ma Jeanne peut-être choisie autrement que pour boucher un trou dans l’existence d’un bohème qui a besoin de quelqu’un qui remue dans la maison quand il lui plait de rentrer chez lui. Si d’ailleurs il avait pris la peine de connaître ses rivaux, il aurait tout de suite vu tout le ridicule de ses prétentions : ils sont tous jeunes, intelligents et amoureux, mais ils ne plaisent pas, voilà ! Ils ont tous eu le grand tort de faire la cour aux parents avant de songer à la fille ? et la fille toute dévouée quelle soit à ses parents, veut qu’on l’obtienne un tant soit peu d’elle-même. Ce n’est pas moi qui l’en blâme !

C’est pourquoi, cher parrain, vous ne devez pas craindre de la gâter : aimez-là, aimez- là de tout votre cœur, et dites-le lui ; je vous donne carte blanche pour gagner son cher cœur... qui ne doit pas demander mieux, sans doute ; car à l’âge quelle a, je ne lui ai pas connu la moindre inclinaison, la moindre faiblesse pour personne : elle est d’une sérénité désespérante... pour ses poursuivants ; mais moi qui la sens vivre, je sais bien que ce n’est qu’apparent et que ce n’est pas sans motif quelle s’est alanguie ainsi depuis quelque temps. Je ne veux pas vous faire entendre par là quelle soit folle de vous, parrain : je crois seulement quelle est d’une nature trop aimante pour ne pas souffrir, à la longue du vide de son cœur, et de l’oisiveté de sa tendresse et de son dévoûment [sic] : Heureux qui les occupera ! Si Louis a pu s’accommoder d’une mauvaise tête comme la mienne, quelles délices seront celles du mari de ma chère Jeanne !

Il se fait en moi un tel brouhaha de pensées et de sentiments [sic] que je n’ai aucune conscience de cequeje [sic] vous griffonne, le mieux serait d’attendre de vous voir pour causer de tout cela, mais je n’en aurais pas la patience, ni vous non plus, peut-être ?

C’est le 26 de ce mois-ci sa fête, si votre « amandier » est terminé, envoyez le lui ; a [sic] moins que vous ne l’apportiez vous-même, ce qui vaudrait mieux. Louis doit vous écrire à ce sujet du reste. Je suis bien embarrassée à savoir comment lui transmettre votre déclaration. Louis dit que je dois le faire tout de suite ; moi, je redoute pour cela le trouble que cela lui causera inévitablement ; — les grands vents que nous avons eus depuis une quinzaine lui ont fait assez de mal pour que je ne néglige aucune précaution ; nous l’entretenons assez de vous pour quelle soupçonne au moins quelquechose [sic]. Je ne lui ai pas montré vos deux dernières lettres, car je crois qu’il vaut mieux quelle ignore que c’est à ma sollicitation qu’elle doit l’aveu de votre affection ; parlerez-vous vous même ? Ce serait préférable ? — Si vous ne vous en sentez pas le courage, dites-le moi et je tenterai une déclaration en votre nom ; mais cela aura bien moins de charme et de valeur, Soyez-en sûr, que vous pourriez vous l’y préparer par quelques vers ?

141Je ne veux pas vous attrister aujourd’hui par l’énumération des difficultés formidables que nous aurons à surmonter, sachez seulement que lorsque nous nous sommes aimés, Louis et moi, nous avions contre nous : 1re la pauvreté, 2 eMaman (qui redoutait pour moi le tempérament jaloux et emporté de Louis), 3 epapa qui ne partageait précisément pas ses opinions politiques, 4ema santé qui exigeait une vie facile et aisée, 5e des ennemis de tous genres connus et inconnus, qui ne reculèrent devant rien pour nous séparer, sans compter autre chose qu’il est inutile de vous dire. Nous avons trimé 18 mois ! et nous avons triomphé ! Certes nous avons eu de très rudes moments à passer depuis, mais notre bonheur présent est fait pour inviter à suivre notre exemple, tous ceux qui ne considèrent pas le mariage comme un marché, mais comme la libre et sincère union de deux cœurs honnêtes.

Les obstacles sont pour vous à peu près les mêmes, ou équivalentes [sic] aux nôtres ? mais ce qui nous a manqué et ce qui ne vous fera jamais défaut, c’est l’actif dévoûment [sic] de votre frère Louis et l’infatigable et profonde amitié de votre filleule et sœur

142Dulciorella

143P.-S. : Je me permets de trouver vos Amouriès superbes mais, je crois qu’ils ont peu de chance d’être récités à aucun concert à Montpellier, pour cette raison qu’il n’en est plus guère question qu’on y en donne un : c’est encore quelque esbrouffe [sic] des deux inséparables, ce me semble : je ne sais si ils seront ici pour la Felibrejade, mais ça n’aurait rien d'étonnant, Faure devait venir et qui dit l’un dit l’autre quand il s’agit de parader.

144Je mets ici quelques violettes que Jeanne m’a apportées ce matin, pour agrémenter mon travail.

2.11 Lettre du 20 mars 1877

14520 mars 1877

146Cher parrain

147Pendant que Louis s’apprête pour aller à Montp [sic], je vous griffonne deux mots.

148Vous savez à l’heure qu’il est ce que votre filleule pense de votre dernière lettre ? La vôtre de ce matin me prouve que vous n’avez guère besoin d’encouragements. Sapristi (pardon) comme vous y allez ! Vous êtes stupéfiant ! La pauvre Jeanne en a piqué un soleil ! — (comme dit son taquin de beau-frère.) Elle ne savait ce que cela voulait dire ! « Cela lui prends comme ça, tout à coup ? » a-t-elle bégayé ; et d’autres petites exclamations que je n’ai pas le temps de vous raconter. Elle trouve vos vers « bien, bien, jolis »... et elle serait bien difficile de penser autrement ; mais elle dit que ce n’est pas elle qui vous a envoyé des fleurs ; et je lui ai laissé croire que c’était une petite ruse de votre part, elle ne vous en veut pas beaucoup d’ailleurs...

  • 91 Albert Arnavielle (Alès 1844-Montpellier 1927), d’une famille catholique et monarchiste, amené à la (...)
  • 92 Mireille Roumieux est une des filles de Louis et Delphine Roumieux, filleule de Mistral.
  • 93 Francimandes : françaises du nord (de la Loire).

149Vous prétendez ne nous rester que deux jours ? C’est généreux, ma foi ! Autant vaudrait presque ne pas venir ; il est vrai que ce n’est pas pour nous, et que vous nous devez une seconde visite pour notre compte particulier. Tout cela ne s’emmanche guère, il me semble. Mlle Goirand qui m’a répondu ce matin, me dit quelle ne peut venir que samedi soir, et quelle ne restera pas ; elle vient avec son père, Arnavielle91 Roumieux et sa fille92, et descendent tous dans le même hôtel à Montp ier [sic], donc vous pourrez demeurer ici. Si vous pouviez venir vendredi, comme ce serait gentil ! Quitte à vous en aller plus tôt, car je crois que les voyageurs ci-dessus indiqués passeront la journée de lundi ici avec nous peut-être, et nous ne serons pas à vous, « nous serons trop » a dit Jeanne ; si vous arriviez un ou deux jours plus tôt nous pourrions au moins faire une petite promenade ensemble : nous avons tant à causer ! c’est à peine si nous aurons le temps de vous voir, car il n’est pas du tout question que nous allions à la felibrejade : pas l’ombre d’une invitation, pourtant ces demoiselles ne viennent pas pour rien ; à moins qu’on rejette les francimandes93 ?

Votre mère n’est pas sérieusement indisposée, j’espère. Est-ce à cause de votre brouille ? Comme je serai désolée que nous y fussions pour quelquechose [sic] !

150Au revoir, parrain, Louis marche impatiemment de long en large depuis 5 minutes et il m’attend.

151Au plus tôt n’est-ce pas ? Jeanne vous remerciera comme elle l’entendra de votre galante missive de ce matin ; les amitiés de Louis et avec les miennes une bonne poignée de main.

152Votre affectionnée filleule

153Dulciorella

2.12 Lettre s. d. [dimanche 1er avril 1877]

  • 94 Dans la liasse de manuscrits cette lettre a été (dé-) placée avant le 20 mars, or Lydie y copie le (...)

154Sans date [dimanche 1 avril 187794]

155... noms de toutes les couleurs, n’est que la floraison de trois ou quatre printemps ; et depuis ? outre le « bel arbre » et la petite du « Garrabie », combien en devons nous compter ?... Sérieusement cela donne à réfléchir, savez-vous ? Je crains bien que vous ne vous lassiez vite à rimer en anne. Songez-y je vous tûrais [sic] ! souvenez-vous de mes ongles. — Ce qui me console un peu, c’est que la note blonde et azur domine dans ce polisson de recueil, et que j’y retrouve des airs de famille avec l’Albeta dans justement les types les plus sympathiques de la galerie comme dans ce sonnet qui commence ainsi :

156« Ton corps a des parfums d’exquise chasteté
Marguerite la blanche, o ma suave amante ! »

157Jeanne aussi s’appelle Marguerite !
Vous m’avez demandé mon avis, le voilà ! —

  • 95 Fontfroide : Mas situé entre le plan des Quatre Seigneurs à Montpellier et la Lironde, cours d’eau (...)

158Je n’ai pas grand chose à vous dire de plus d’ailleurs nous sommes un peu pressés. Je me suis levée de bonne heure pour terminer cette lettre car nous allons à Fontfroide95 : nous y passerons toute la journée, ça vous taquine, ça ? C’est bienfait ! Si nous trouvons les sources, nous y boirons une main à votre félicité : qu’est-ce que vous ferez-vous pendant que nous nous délecterons sous les pins étendues parmi les genièvres et les romarins ?

159Pauvre amoureux !

  • 96 Charles, Jean-Marie, de Tourtoulon — et non Tourtelon — (1836-1913) : baron, historien et philosoph (...)

160Votre article du Patriote Albigeois est superbe ; Louis vous écrira pour vous en remercier ; il a reçu en même temps une charmante lettre de Mr Germain. Voulez- vous le sonnet de Mr de Tourtelon96 [sic] le voici :

  • 97 Ce sonnet paraîtra dans l’Anthologie poétique de LAlliance latine en 1878, p. 52 et 53, dont nous (...)

161La Lauseta97

162À Madame Louis-Savié de Ricard au Mas ount’ es espelit l’armanà de la Lauseta.

163Aucèu de libertat, o lauseta galoia ;
Nòstre terra - i’a temps - à toun bresilhadis
Se sentissié revieure, e, dins ta libre voia,
T’aimavoun lous pacans pèr la Gaula espandis.

164Aucèu d’espèr, s’au vespre amagats jout la fioia,
Lou lauraire vesié tous pichots expelis,
Desvirava l’araire, e, lou cor plen de joia,
« Moun Camp es benesit, disié, car i’a soun nis. »

165J’a longtemps que l’avèn perduda la cresença
De nostra vielha terra. Es pas pus enclausit
Lo Galès per toun cant, toun vol ou ta presença ;

166Pasmens, n’i a qu’an picat de mans qu’an t’an ausit,
E naustres hou vesèn, aucèu de la jouvença,

167Lou Mas ount’as nisat es un lioc benesit.

16826 de mars de 1877

169Qu'est-ce que ce sera quand au lieu d’un nid il y en aura deux ! C’est alors qu’on en entendra des bresilhadis du matin au soir, hiver comme été, quel espoir de Paradis ! Quelle douce, douce vie nous aurons tous les quatre ! J’ai peur d’y croire tant c’est beau !

  • 98 Il s’agit du portrait des deux sœurs, voir lettre suivante.

170Au revoir, cher parrain, écrivez-nous le plus souvent possible, s’il vous plait. Si je suis contente de votre prochaine lettre, je vous ferai un petit cadeau98 qui, j’espère vous fera plaisir et encore, je ne sais : car si vous l’aviez désiré, vous pouviez le demander : enfin si vous n’en voulez pas, vous le renverrez.

Je vous mets encore une giroflée : cette fois-ci, c’est bien Jeanne qui vous l’envoie ; mais l’autre, c’était moi. Chère Jeanne, elle est d’une franchise de cœur qui m’abasourdit, moi qui la connais, elle vient de prendre cette fleur dans son petit bouquet, elle y a fait claquer un gros baiser, et elle m’a dit : « Tiens, donnes lui ça ! » Tout naturellement, sans affectation et sans timidité, et ne vous a-t-elle pas embrassé à pleine [sic] lèvres quand Louis vous a rapprochés au départ ? Tout autre que vous aurait pu mal interpréter ce mouvement de naïveté, mais pas vous, n’est-ce pas ? C’est le premier baiser d’amour qu’elle ait donné de sa vie : elle y a mis tout son cœur et ne s’en est pas cachée ; ne préjugez pas mal de sa réserve habituelle parce quelle est simple et pure comme une enfant bien qu’elle ne soit plus une fillette : je n’ose pas lui faire la leçon, elle doit être si heureuse ! J’ai foi en vous, voilà tout. Pourtant votre prédilection pour les papillons ne laisse pas que de m’inquiéter : vous aimez trop les papillons...

171Mille amitiés de la part de Louis et de la mienne aussi, si vous le voulez bien. Alors, parrain, elle est tout à fait dans le troisième dessous, depuis qu’elle a une sœur, votre filleule

172Dulciorella

173P.-S. : ça ne fait rien, elle vous aime bien tout de Même [sic],

2.13 Lettre du 6 avril 1877

174Mas de la Lauseta, 6 avril 1877

  • 99 Cette lettre est classée dans les archives après la lettre du 20 mars, or Fourès répond à Lydie le (...)

175Cher parrain99,

176Voici le cadeau ! vous plait-il ! L’aviez-vous deviné que vous nous promettez de nous en faire un semblable ! — Il faut vraiment que nous vous plaignions bien pour oser aller vous faire visite toutes deux, incognito, c’est une escapade qui vaut les vôtres, allez ! Au moins soyez discret ? Cachez-nous bien dans les coulisses de vôtre portefeuille : (nous nous sommes faites petites pour ça) arrangez nous une chambrette bien douillettement tapissée d’amitié et meublée de vos projets et de vos souvenirs, de sonnets et de chansons. S’il y fait un peu obscur, vous nous éclairerez de temps en temps d’un petit bonjour. Et nous ne serons pas à plaindre.

  • 100 Allusion au chant XXIX du Purgatoire de Dante où il est question des muses vers 115 à 117 : « Non s (...)

177Il me semble que vous ne prêtez guère d’attention à mes recommandations, Monsieur l’Africain100 je vous dis de modérer votre ardeur et vous venez nous dire que vous brûlez, que vous « avez la fièvre », que vous n’allez pas vous « tenir tranquille » etc., etc. Vous êtes effrayant ! J’en ai fait du beau à vous tant encourager ! Fiez-vous à ces timides qui n’osent vous tendre la main comme salut, d’abord et qui, pour un peu, vous croqueraient toute vive ; mais je suis là, moi, parrain et je serais raisonnable pour trois s’il le faut.

178Jeanne va très bien elle tousse peu et dort beaucoup mieux ; elle s’est empressée de suivre vos conseils en accrochant dans sa chambre des bouquets de pin fleuri et en s’allongeant au soleil toute la matinée. Quant à ses petits tableaux, elle n’en a pas encore envoyé aucun à Montpellier, pour la bonne raison que nous ignorons l’époque fixée pour les envois ; peut-être est-il trop tard : Louis va trois fois par semaine à la ville et s’arrange de manière à ne jamais rien savoir. Elle a fait une copie de son petit intérieur, elle est plus dorée et plus lumineuse que la première étude, mais elle me paraît avoir moins de charme et de poësie [sic], je ne sais à quoi cela tient ; en revanche, elle est mieux peinte, mieux couchée. Il fait encore trop frais pour aller faire les oliviers, mais dès que les crépuscules seront plus tièdes elle ira ; nous irons, car j’ai réempoigné [sic] ma palette, parrain ; cela vous fait rire, vous ne vous gênez pas beaucoup pour vous moquer de ce que je fais : c’est pas brave ça et c’est pour faire valoir les travaux de votre Albeta, car je ne dessine pas si mal que vous, je ne voudrai jamais lui avoir fait l’affreuse frimousse que vous avez esquissé sur le petit album. Oh, non ! Si vous la voyez ainsi vous avez de singulières prunelles.

  • 101 Auriola est le nom de la guenon du couple, ce prénom pourrait être celui d’une parfaite cathare in (...)

179Comme je vous l’avais annoncé, nous sommes allés à Fontfroide dimanche. Je ne vous cacherez pas que, de même qu’en toutes les belles promenades que nous fesons [sic], vous nous avez manqué. — nous sommes partis vers M lier [sic] par une chaleur de 49 degrés ! — jusqu’à la Lironde par tous ces chemins pierreux. Je vous promets que !... (ici je fais claquer mes doigts). Louis était selon ses habitudes très grognon et très inquiet de la route que nous lui fesions [sic] suivre ; bien qu’il ait très chaud il se livrait à toute minute à des gesticulations désespérées et à des bégaiements qui ne nous convainquaient nullement et ne fesaient [sic] peur qu’à Miss Auriola101 (qui entre parenthèse était aussi ennuyante que lui, car par crainte du soleil, elle voulait absolument se nicher dans ma capeline, c’est-à-dire mon bonnet phrygien.) Jeanne était très brave comme toujours, bien qu’un peu pressée de gagner l’ombre aussi — nous sommes allés à la recherche de cette fameuse source, elle est à droite de la propriété qu’on traverse et qui est d’une fraîcheur et d’un plantureux ! — Vous verrez quel délicieux endroit : la source est insignifiante, murée comme une vieille citerne d’Arabie, pleine de vase et de grouillements inquiétants ; et nous avions soif ! Contournant la propriété nous sommes revenus à cette étrange fontaine blanche qui se perd dans cette écume crayeuse qui nous a tant étonnés : j’en ai ramassé. C’est une sorte de mousse calcaire, un lichen pétrifié et si friable que j’ai eu de la peine à en rapporter plein ma main à Jeanne : c’est très curieux. Là, nous avons bien bu. Une pelure d’orange coupée à la moitié nous a donné un charmant gobelet parfumé : c’était bon ! — quant il s’est agi de s’installer au travail, l’embarras du choix était si grand qu’il était 3 heures et 1/2 quand nous fîmes notre palette, à cette heure Louis aurait voulu rentrer : « il fallait songer au souper » et puis il ne savait que faire n’ayant pas apporté de livres, ne trouvant où s’asseoir à cause des piquants et des insectes, et redoutant de n’avoir pour sa faim prochaine que nos deux croûtes à confitures multicolores, en [sic] fin de compte il s’est résolu à explorer la pinède : il est revenu au bout d’une heure gesticulant plus que jamais, prétendant qu’il s’était perdu, qu’il avait appelé et que nous lui avions pas [sic] répondu exprès ; il avait rencontré plusieurs gros serpents se cuisant au soleil : brrrrrrrrr !!!! après deux heures d’un barbouillage consciencieux, nous nous sommes décidées à nous lever... Oooueh, les jambes ! Oooueh les pieds ! Que de fourmis ! Que d’aiguilles ! n’importe, en marche ! Ce n’est jamais gai le retour, surtout quand on revient par le même chemin ; j’aime encore mieux faire une heure de plus et aller à l’aventure. Comme avec vous ! — Où irons nous quand vous viendrez ? Je vais chercher.

180Je bavarde beaucoup, mais comme ma lettre arrivera dimanche, vous aurez le temps de la lire et de penser à nous, j’espère ? —

  • 102 M. Fabre : il s’agit certainement de M. Émile Fabre, ingénieur, domicilié à Paris et qui fut le tém (...)
  • 103 Mme Charpentier est la mère de Louis-Xavier de Ricard, qui, veuve du Général, avait épousé un ingén (...)

181Figurez-vous que je n’ai pas encore écrit à Maman ! Je ne sais quoi lui dire ! J’ai le cœur si plein de nos espérances et de nos projets que je crains d’en laisser rien voir ; et puis je lui en veux un peu de ceux quelle forme pour Jeanne sans l’avis de Jeanne. Elle traite cette grave question du mariage avec une légèreté qui touche à de l’enfantillage ; dans sa dernière lettre elle nous décrit la noce du frère de M. Fabre102 : toutes ces dames rivalisaient de grâce de fraîcheur et surtout de toilettes. Mme Charpentier103 avait une robe bronze vert de 450 f. ! et une coiffure ravissante ! elle raconte aussi que ma tante et elle sont allées commander le trousseau d’une jeune fille d’Alexandrie des robes de deux mètres de traîne ( !) quatre pour 2000 £ c’est très bon marché parait-il. Elle termine par cette exclamation que ma tante partage : « Ah, comme Jeanne serait jolie avec ça ! Si elle pouvait voir ces robes et les essayer cela lui donnerait peut-être l’envie d’être aussi une belle mariée ! » C’est exorbitant ! Faut-il que ce soit Maman qui méconnaisse Jeanne à ce point ! Comment serait-elle la charmante et simple fille que tout le monde estime, si pour l’acte le plus grave de la vie elle égalait en vanité la première sotte venue ? Pour sûr Maman ne connaît pas Jeanne ou elle ne la comprend pas.

182Un passage de la lettre de ma belle-mère m’inquiète un peu après la narration à batons [sic] rompus de ces fêtes dîners, bal jusqu’au matin etc... elle ajoute : « je ne doute pas que les vôtres n’aient été beaucoup plus intéressantes, je me prends à regretter parfois de n’être pas au milieu des gens qui pensent et agissent ». Je ne sais ce quelle entend par agir, mais comme mouvement il est difficile de s’en donner plus que l’auguste compagnie dont elle s’entoure. Qu'en dites-vous ? — Cela veut dire pour moi, quelle croit que je suis un peu fêtée, que j’essaye de me faire un cercle d’amis intelligents, et que la chose faite, elle en voudra sa part : elle éprouve le besoin de recommencer un album de madrigaux en Provençal. Pourvu quelle n’arrive pas pour le 21 mai ! Nous n’irions pas du coup à Avignon, Jeanne, ni moi, car une attention d’un de ces messieurs à l’une de nous suffirait pour nous brouiller à nouveau. Je suis un peu aigre et grognon aujourd’hui, n’estcepas [sic] ! Dame, il va faire de l’orage et j’ai été vivement contrariée ce matin et si je vous écrit souvent, il faudra bien que vous vous ressentiez de toutes mes humeurs bonnes ou mauvaises.

  • 104 Agnès, héroïne de l’École des femmes de Molière.

183Je reprends votre lettre afin d’y répondre le mieux possible. — Ne dites-vous pas que vous direz à l’Albeta tout ce que vous avez pour elle dans le cœur ? Permettez que je vous prévienne : elle en est à l’ABC de l’amour : faites le lui épeler : soit, Mais [sic] doucement, délicatement, sans impatience et sans brutalité : quelle arrive au bout de l’alphabet sans trouble et sans surprise. La candeur froissée ne pardonne jamais. Certes c’est une véritable besogne que vous aurez-là : elle ne sera pas facile à déniaisée [sic], allez ! je vous citerez [sic] si j’osais certaines naïvetés de sa part auprès desquelles celles d’Agnès104 sont des roueries. Ainsi, cher parrain, de la modération et de la circonspection dans vos élans, pour commencer, vous avez un an pour faire son éducation ! Ne vous pressez pas !

  • 105 Effendi, nom donné à un bouc égyptien (voir plus bas), c’est le nom de l’ambassadeur du grand Turc, (...)

184Jeanne rentre, elle était allée faire un tour en Garrigue avec Effendi105 elle rapporte plein ses bras de genets d’or et de fleurs roses comme je crois en avoir cueillies une au Pont du Gard : n’était-ce pas une asphodèle ? Elle vous en met une pour le savoir : je vous vois trop occupé à la considérer pour vous retenir davantage [sic]. Ainsi bonjour, cher parrain, bon courage et bon espoir. — écrivez-nous chaque fois que vous aurez une minute à nous donner, ne serait-ce que deux mots. Nous pensons bien à vous à toute heure du jour, puisque vous êtes désormais de moitié dans tous nos desseins, nos espoirs et nos craintes.

185Nous vous embrassons tous les trois affectueusement, Louis, l’Albeta et votre dévouée filleule.

186Dulciorella

187P.-S. : Si vous montrez les portraits à votre sœur, dites-nous ce qu’elle pense de Jeanne.

2.14 Lettre du 10 avril 1877

188Mas de la Lauseta 10 avril 1877

189Cher parrain,

  • 106 Poème A Dono dulciorelo per le journ de la sieuno festo 7 dabrilh 1877 (À Mme Dulciorelo pour le j (...)

190Je ne sais vraiment pas comment vous remercier ; les jolis, jolis vers106 ! — Je vais me chercher toutes sortes d’anniversaires et vous les indiquer, si vous me les fêtez de cette façon-là. — Louis dit que je suis une petite vaniteuse ; et certes, je le suis bien si la vanité consiste à se réjouir d’être louée et complimentée : car je ne puis m’empêcher d’être très heureuse qu’ils me trouvent aimable, ceux dont je désire et apprécie vivement l’estime et l’amitié ; mais ceux-là sont si rares, cher parrain que vous seul pouvez presque être accusé de m’encourager dans cette voie répréhensive [sic]. J’ai envoyé la copie de votre « Grillon » à Papa ne tremblez pas je n’ai pas mis la 4e strophe, c’en eût fait un branle-bas. ! — À ce propos, on peut dire que vous ne laissez échapper aucune occasion ; M. Germain ne pourrait pas vous accuser de manquer de pratique, — comme lorsque vous avez fait une lieue à côté de Jeanne sans songer à lui offrir le bras.

191Permettez-moi de vous avouer aussi que je n’ai que faire de votre recommandation d’aimer votre frère et ma sœur et de vous : c’était pour amener conquistat, — n’est-ce pas ? car vous devez savoir qu’il m’est impossible d’avoir plus d’attachement pour Louis, de tendresse pour Jeanne et d’amitié pour vous ; j’en souffre même souvent, car moi qui tient tant à ma liberté, je ne m’appartiens plus du tout ; et c’est cela encore qui rend nécessaire l’union absolue de nos destinées ; car autrement je mourrais écartelée par ces trois chères tyranniques affections ; il est vrai que je ne pourrai plus vivre sans elles : ne suis-je pas bien à plaindre ?

192Et le lendemain, une autre surprise : « Voici une grande lettre ! » dit le facteur : vite, vite avant que Louis descende, on coupe les ficelles, on déchire le papier : « Ah, c’est lui ! » on a du procédé [sic] à un déblayage assez difficile pour vous voir bien en face, étourdit [sic] de parrain ; et le verre ? avez-vous pensé qu’il arriverait intact ? il était en miettes ! c’est un monde que vous n’ayez pas été blessé et que vous n’ayez pas eu les yeux crevés ! Quelques éraflures aux vêtements, tout au plus, mais quelle témérité d’amoureux !

  • 107 Entre parenthèse phrase écrite en marge, verticalement, le long de la lettre.

193Il est inutile de vous dire notre joie : il est ressemblant quant aux traits ; mais pour la physionomie, point ! — Je ne vous ai vu ce méchant regard et cette moue que sur le bateau en allant à Sèvres. Jeanne s’est écriée : « est-ce que ce sera la figure qu’il aura quand il sera marié ? » — Vous lui répondrez à votre prochaine visite. Je n’y ai pas vu de date ? Quand l’avez-vous fait faire ? pour l’âge, ce [sic] parait assez récent. — Nous l’accrocherons dans le petit salon — la pièce où nous tenons [sic] le plus souvent — mais nous n’avons pas encore trouvé d’emplacement satisfesant [sic] ; — pour le moment il complote sur le piano. J’y songe ! une cagette suspendue au contrevent afin que M. des Grills nous enchante toute la journée, n’est-ce pas ? X107 : (Jeanne dit que ça vous mettrait sûrement de bonne humeur)

194Il pleut ! Il pleut ! depuis deux jours ! nous tenons une saison, parait-il. Est-ce dommage que les champs aient besoin de pluie ; comme on la détesterait tout à son aise ! Juste au moment où les lilas allaient fleurir ! — si ça ne fesait [sic] que les retarder, tant mieux, car vous les auriez encore à votre prochain voyage, mais s’ils coulent, les petits boutons !...

195Vous avez hâte que je vous parle de l’Albeta, hein, méchant parrain ? — Elle continue d’aller bien, quoique toussotant toujours : ah ! la cruelle toux ! quand cessera- t-elle ? Quand reverrai-je ma chère Jeanne saine et vigoureuse comme autrefois ? Si vous l’aviez vue bondir comme un cabri ! C’était une joie de la voir si fraîche et follement gaie, à la campagne, une vraie chèvre échappée, un jeune poulain au vert. Je ne puis me figurer quelle est malade, très malade peut-être ? — Quand l’inquiétude me prend, j’ai des vertiges ; je voudrais la saisir dans mes bras et m’enfuir avec elle ; je ne sais où, quelque part où elle ne tousserait plus, où elle chanterait à pleine voix, rirait à plein gosier. Oh ma chère, chère Jeanne ! que faire pour la guérir !... N’êtes vous pas inquiet, vous ?...

196Je m’arrête, ce n’est pas pour vous attrister que je voulais vous parler d’elle ; mais ce vilain temps m’épouvante toujours — dès que je ne la vois plus au soleil, j’ai peur... Elle travaille trop aussi ; elle a fini son petit tableau et en a recommencé deux autres : je crains que ce mouvement incessant et élevé du bras droit (le côté malade) ne la fatigue beaucoup ; mais elle ne veut rien entendre ; au contraire, depuis ces derniers événements, elle est reprise d’un courage et d’un goût passionné pour sa peinture : elle espère arriver un jour à gagner de l’argent ! la chérie ; comme si on lui demandait autre chose que d’être bien portante, d’abord, dévouée, économe et simple, ensuite.

197Je voudrais vous parler d’elle plus longuement, mais il me reste encore à vous envoyer la copie des vers que Louis m’a faits pour ma fête : vous avez bien lu : Louis m’a fait des vers : il s’est piqué d’honneur, cette fois-ci ; je lui en suis d’autant plus gré, qu’il souffrait d’une affreuse migraine, les deux jours qu’il y a travaillé : C’est pourquoi il y a deux ou trois mots défectueux qu’il remplacera tantôt. C’est ce même pauvre sonnet, commencé avec la Garrigue et qui était resté là : j’avais gardé ce malheureux abandonné dans un coin de mon pupitre et son père, touché de ma fidélité, a bien voulu le reconnaître et le rhabiller décemment.

  • 108 Dante, Alighieri : 1265-1321, auteur de La Divine Comédie.

198Au revoir donc, cher parrain, ne songez pas autant à nous que nous songeons à vous, vous seriez trop malheureux ; et vous ne pourriez plus travailler et nous faire de jolies surprises ! Jeanne me demande à temps si je vous ai remercié de sa part des deux petits bijous [sic] de dessins, joints à votre dernière lettre et des deux myosotis apposés avec des baisers au bas de ma pièce : j’ai su lui faire plaisir en les lui découpant : mon feuillet est un peu vilainement raccourci, mais vous ne m’en voudrez pas j’espère. Il est probable que les petites étoiles bleues auront plus d’une fois à souffrir de furtifs remerciements pour leur tendre message et quelles seront un peu pâlies quand on vous les montrera, — je n’en sais rien, au fait c’est une supposition, mais on se souvient encore de son jeune temps, voyez-vous ; bien que ces galanteries ne soient pas du genre de celles de Louis : il m’apportait un ou plusieurs chants traduits de Dante108 lui. Oui, parrain les Cahiers que vous avez, je crois, sont les dons amoureux de mon cher mari lorsqu’il fesait [sic] la cours : ce n’est pas banal au moins, mais une fleurette entre les feuillets ne m’eût pas déplu [sic]. Quand j’y songe, elles furent bien étranges nos amours ; je voudrais avoir le courage de les écrire pour vous.

199Voilà le facteur, — lilas de Jeanne, bons baisers de tous trois

200Dulciorella

2.15 Lettre du 15 avril 1877

201Mas de la Lauseta 15 avril 1877

202Bien cher parrain,

203Je n’ai que deux minutes, mais je comprends ou plutôt je sens votre impatience de recevoir de nos nouvelles. Ce n’est pourtant pas pour vous parler de Jeanne que je vous écris. Je n’ai pas le temps aujourd’hui. Sachez deux nouvelles bonnes pour nous, et par conséquent pour vous : 1re le petit enfant de la bonne héritière est mort, ce qui simplifie beaucoup nos affaires de succession et les abrège — 2e papa arrive mercredi ou jeudi : il ne va pas bien, dit-il, et il espère qu’un congé dans le midi lui rendra la santé ; nous allons bien le soigner, le dorloter toutes les deux afin de hâter sa guérison comme vous pensez. Quant à nos projets, j’augure très bien de ce petit séjour de papa parmi nous : lorsqu’il aura goûté de notre vie ; il n’en rêvera plus d’autre pour sa Jeannette ; et puis vienne la conclusion de nos affres d’argent, nous pourrons disposer d’une certaine somme pour la librairie : ayant un premier fonds, les actionnaires ne seront pas difficiles à trouver ; vous, à la tête de la maison, pourrez prétendre à Jeanne, à autant et plus de titres même qu’aucun de ses poursuivants de Paris. Si vous venez dans quelque temps et que nous ayons pu y préparer papa, je vous engagerai peut-être à lui faire votre demande. D’ailleurs nous y reviendrons. Le petit revers de la médaille c’est que vous ne jouiriez pas aussi bien de la présence de Jeanne, devant papa, mais si ce séjour qu’il fera chez nous doit nous le gagner à nos projets, vous serez assez raisonnable pour ne pas trop gémir de ce petit sacrifice ? quelques jours de patience abrégeront peut-être votre attente de plusieurs mois, songez-donc ! — Enfin, cher parrain, sans la santé de papa, dont j’ignore l’état, tout est au beau ! Courage ! Courage ! et travaillez — Louis n’est pas du tout content de vous — et son Fédéralisme ? — Toute agitée que je sois de la campagne entreprise pour vous et Jeanne, j’ai commencé un résumé de ce beau livre de mon cher Louis ! J’en suis à la moitié, j’en extrait [sic] le plus succintement [sic] possible, les parties purement politiques et historiques : je ne sais si j’y arriverai, mais j’essaye au moins : cela ne vous fait-ilpas honte ? alors pourquoi ce sempiternel « faibles femmes ? » Je ne vous conseille pas de venir avant d’avoir publié votre étude : vous seriez bien reçu ! Et cela retombe sur nous. Louis nous accuse de vous accaparer ; nous serions-nous douté de cela, la première fois que vous êtes venu au Mas du diable ? certes oui, mille fois oui ; c’est moi qui vous le dit [sic] : à votre première lettre à Louis, où vous l’assuriez de la parfaite conformité d’idées et de principes qu’il y avait entre lui et vous, je m’écriais : « il faut qu’il épouse Jeanne ! » — Puis quand je vous vis si renfermé et mélancolique, je craignais quelque chagrin, quelque affection secrète et je doutais qu’une nature blonde et sereine vienne à bout d’un tel méridional. Je sais bien que les contraires s’attirent, et que l’harmonie par contraste étant plus violente que l’harmonie par analogie, cela doit être plutôt le fait d’« hommes passionnés » comme vous, qu’un simple rapprochement de ressemblances. Louis et moi en sommes une preuve entre mille. À ce propos et nos femmes brunes, qu’est-ce quelles deviennent dans tout ça ? Et les parisiens ? Il est assez curieux que deux enragés comme vous et Louis contre le Nord, Paris, le pâle, et enfin tout ce qui n’est pas vous, vous soyiez épris de deux Ecossaises comme nous ? Dites-vous logiques après cela.

Fig. 2. — Lettre de Lydie Wilson de Ricard écrite en faisant tourner la feuille de 90°

204Je me hâte tant que cette lettre doit être un vrai charabia : vous voudrez bien m’es- cuser [sic] et rectifier les sottises, si vous en avez le temps. Louis vous a-t-il écrit que Fischbacher vous servira ainsi qu’à M. Germain le Courrier Littéraire ? — Il a eu un excellent article sur le Fédéralisme dans le Républicain du Vaucluse : que les amis se cachent, c’est d’un inconnu.

205Jeanne ne va pas mal : je vous dirai comment papa l’a trouvée : elle aura deux choses à l’Exposition : son portrait ovale... vous envoie de la maison [sic] et qui est charmant de ton, sinon de ressemblance, — et son petit intérieur d’ici qui est délicieux : il est éblouissant de lumière : le premier est pour vous, mais d’où tenez-vous qu’on ne nous permet de dire « je veux » maintenant qu’à condition que vous ne le direz plus après ? On n’est pas deux fois tyrans, monsieur ; va pour l’amoureux, mais pour le mari — bernique. Voilà deux mots qui ressemblent à ceux qui forgent les allemands, les... pages.

206Au revoir, parrain, à bientôt j’espère, courage ! courage ! Nous n’aimons pas les mous ni les mélancolliques [sic] : tenez le vous pour dit. Un jour de retard à vous répondre pour chaque gémissement que vous pousserez : êtes-vous donc si malheureux d’être aimé par une (tout ce que vous voudrez) jeune-fille comme ma Jeanne ? Qu’avez- vous donc gagné depuis six mois si vous geignez si fort ; je regrette presque ma confiance et ma confidence : elle vous coûte le repos et le travail.

  • 109 Véronique : fidélité.

207Louis est très furieux pour vous rien dire d’aimable ; l’Albeto vous envoie deux véroniques (langage figuré109) en en attendant deux de vous : comme votre lettre lui a fait plaisir ! C’est sa vie maintenant, je le pensais bien que son cœur se mourrait la chérie. Il y aurait un joli sonnet à faire sur son petit tableau : je vous le dirai, moi je ne le saurais pas.

208Je vous tend [sic] la joue

209Votre très affectueuse filleule

210Dulciorella

211Jeanne est allée vous cueillir de l’aubépine : il parait que vous n’en avez pas encore en...( ?)... Je vous enverrai le sonnet de Louis la prochaine fois.

2.16 Lettre s. d. [24. ou 25 avril 1877]

212Mas de la Lauseta [24 ou 25 avril 1877]

  • 110 Au Collège d’Occitanie, cette lettre est placée dans les copies avant celle du 10 avril, il nous se (...)
  • 111 « Habilement » est placé dans le manuscrit avant le mot « intervertir » mais un trait les replace d (...)

213Vraiment, cher parrain110, voilà ce qui s’appelle intervertir habilement111 les rôles : qui vous eût dit si rusé ! On vous oublie ? « Vous n’êtes pas satisfait ? » « Vous bouderez et grimacerez si on ne vous écrit tout de suite ? » Voyez-vous ça !... C’est justement ce que j’allais vous dire : Vous nous avez prévenus, mais je vous renvoie le volant. — Pensez-vous donc que je compte pour une lettre ces quatre lignes d’il y a... je ne sais combien de temps ? Que, d’ailleurs je n’ai pas communiquées à Jeanne à cause de l’inquiétude dont elles témoignaient ? —

214Dois-je compter comme réponse à mes deux longues bavettes votre « Planh » à l’Albeta ? — Ou bien votre lettre à Louis ? (qui ne fait pas du tout vos commissions, je vous préviens, attendu qu’il n’embrasse sa petite belle-sœur qu’au Jour de l’an !) Vous semblez si bien vous passer de mon intermédiaire que je ne dois probablement la votre d’aujourd’hui qu’au peu de confiance que vous inspire le zèle de Louis-l’étourneau à vous parler de ce qui vous tient à cœur, n’est-ce pas ? Vous mériteriez bien que je ne vous en dise pas un mot —

  • 112 Endéver : être fort fâché de quelque action. Ce mot est du bas peuple (Furetière).

215D’abord on ne vous oublie pas là-bas : le désappointement qu’on éprouve à chaque courrier sans la grande enveloppe carrée, l’atteste suffisamment... et la rougeur de plaisir montée à certain visage ce matin en en voyant une, bien plus encore : si papa avait été présent il eut tout deviné d’un coup d’œil ; il faudra que je prenne mes précautions. Au fur et à mesure que vous vous enhardissez, elle semble devenir plus timide : elle est un peu moins expansive et se trouble plus facilement : elle doit craindre de vous revoir, tout en le désirant ; car elle dit toujours quelle « ne veut pas que vous perdiez votre temps à cause d’elle » qu’« il faut que vous travailliez et que vous contentiez votre mère » ; elle est d’humeur si pacifique, ma Jeannette ! Ce n’est pas une querelleuse, tracassière comme votre filleule : c’est elle qui ne vous griffera pas !... à moins que vous la fassiez bien, bien endéver112.

216Vous pensez bien le plaisir que vos vers lui ont fait ! Elle vous en remerciera mieux que moi ; je me borne à vous remercier pour ma part de celui que j’ai eu par ricochet ; (vous savez que c’est moi qui lui est fait cadeau de vos sabots du Velay ?)

217Votre amiguette continue d’aller mieux : elle a très peu toussé ces derniers temps ; un peu plus depuis avant-hier, parceque [sic] malgré mes supplications, elle a trop travaillé ; elle a besoin d’exercice et d’air chaud, et une longue journée d’application et d’immobilité ne lui va pas du tout, surtout dans la maison. — Elle fait de très réels progrès : elle a enlevé hier un bouquet de fleurettes — dans mon petit vase bleu turquoise —, avec un charme et une maestria étonnants, je vous avoue ; je regrette bien qu’il soit trop tard pour l’exposition : c’est vraiment joli et ce qu’elle a fait de mieux. Il est surprenant d’ailleurs de voir le changement qui s’opère en elle, moralement et physiquement : c’est une délicieuse étude pour moi de la voir s’épanouir, enfin, ma chère Jeanne. Dans sa marche, dans son allure, comme dans sa touche de pinceau, elle possède une assurance une quiétude toutes nouvelles : elle n’agit plus vaguement : elle a un but ; son cœur et son esprit veulent et courent à leur rêve vaillamment et sereinement. Ne serait-ce pas bien charmant, que son talent s’éveillât avec son amour ? Vous avez ouvert la fenêtre de son âme ; et désormais sa pensée y travaille en pleine clarté d’amour : voilà son petit tableau, n’est-ce pas ? Le jour quelle [sic] l’ébaucha, je vous envoyai la fleur d’amandier qui vous fit tant de plaisir et que je vous jetai en défi, au cœur, pour le forcer à parler, le beau ténébreux ; regretterai-je cette hardiesse ? — Tout ce que j’ai fait est bien en dehors de ce qu’on appelle les convenances et je crois bien que j’en serai très sérieusement réprimandée par bien des gens... si je leur demandais leur avis... Pour le moment je m’occupe du bonheur à venir et présent de ma Jeanne et du votre (puisque vous l’avez permis) nous nous occuperons du monde après, s’il en est besoin. Mais si nous menons pas l’avanture [sic] à bonne fin, que deviendrons-nous ? que deviendrais-je de l’avoir suscitée ? — Tout le monde me maudira !... même mon parrain !... si nous ne poussions pas les choses plus avant, qu’en dites-vous ? (— je ne profite pas de cette méchanceté puisque je ne vois pas si vous faîtes la grimace !)

218Nous avons lu l’article de la Vie Littéraire ; mais est-ce vous qui l’avez ainsi écourté ? Louis ne comprend pas beaucoup pourquoi : cela ne pouvait que lui faire du bien de savoir que Mistral et les autres étaient venus à la maison : il ne néglige rien qui confirme ses bons rapports avec les Méridionaux, félibres ou non ; quant à moi je regrette que vous ayez laissé échapper l’occasion de donner une bonne leçon de courtoisie aux Cigaliers en passant sous silence la présence des dames (sans les nommer) à la Félibréjade de Montpr [sic]. Vous allez devenir plus modeste que nous mêmes pour nous mêmes, parrain. Je suis enchantée de vous trouver si sensible aux vilenies des « deux secrétaires ». vous m’aviez priée de ne plus vous en parler et je me suis tue, mais j’ai été positivement malade de l’impudence de Faure !

219Louis est vraiment trop philosophe, cela touche à de la nonchalance de cœur, à la fin ; et ce n’est mon orgueil [sic] qui souffre de le voir supplanté dans son propre milieu par ces deux intrigants ; c’est l’esprit de justice et de vérité qui se cabre en moi et je suis obligée de me taire si je ne veux pas avoir de querelle avec Louis ; mais cela ne m’en est que plus pénible, vous pensez bien. D’ailleurs cette brochure de Faure n’est qu’un ballon d’essai : il a voulu voir si Louis la réfuterait, ou si en se taisant il encouragerait leurs manœuvres. Louis prétend que commencer une polémique avec eux leur ferait trop d’honneur et de succès, il a peut-être raison, mais si La cigale donne un concert à Montpellier, je suis d’avis que Louis fasse insérer un petit article qui établisse clairement sa participation à l’œuvre et prévienne une seconde traîtrise du futur député de la Drome [sic], laquelle serait d’une grande conséquence cette fois-ci car Montpellier n’est pas Valence et nous ne sommes pas chargés de raccoler [sic] des sympathies à M. Baudouin, [sic] que ses concitoyens ont détesté jusqu’à présent. C’est encore Faure par son amoureuse élégiaque cousine qui aura baptisé le Dominique, j’ai reconnu la devise de Mistral qu’il voulait donner à la société et au volume, il vous y combattra ferme, allez : je suis sûre qu’il viendra à Avignon !

  • 113 Soulignés de deux traits.
  • 114 La Pomme : nous trouvons l’explication dans la lettre de Fourès du 22 avril : « Vous ne devez pas i (...)

220Nous approuvons grandement votre idée d’alliance avec la Pomme, mais il est probable que ces gens là font du Fédéralisme sans le savoir ; et qu’ils ne se doutent pas faire acte de politique en se réunissant : vous aurez quelque peine à le leur faire accepter sans qu’ils se rebiffent tout d’abord ; beaucoup d’entre eux doivent être réactionnaires en Diable et si vous les traitez de fédéralistes c’est-à-dire (pour eux), séparatistes révolutionnaires113 ils en feront une indigestion ! Mais vous saurez bien tourner la difficulté et faire ce mirobolant pied de nez aux frères siamois. Je vous prie seulement de ne point mettre mon nom dans le « salut » que vous adresserez à la Pomme114 ; cela ôte tout le sérieux de la chose, d’ailleurs Louis nommé, c’est moi vous pensez bien : je n’ai d’amour propre et d’ambition que pour lui qui en a si peu ! C’est donc votre première strophe à recommencer et à retoucher, mais [sic] vous trouverez vite une autre rime à Fourès et vous me pardonnerez cette petite exigence. — Louis pense qu’il serait bon que vous insistassiez surtout sur l’esprit local, l’amour du clocher. Et que vous citiez la Lauseta aussi : nous avons les Chants Armoricains : j’ai envie de vous les envoyer peut-être vous serviront-ils.

221Enfin, le voilà donc ce fameux article sur le Fédéralisme ! Mais au moins nous n’avons pas perdu pour attendre. Louis vous écrira, il vous remercie bien chaudement ; et moi de même malgré que je ne l’ai pas encore lu ; m’étant mise tout de suite à vous répondre. Je voulais vous copier le sonnet de Louis, mais voilà quelqu’un.

222Au revoir, cher parrain.

223L’albeta vous tire sa révérence en remerciement des grimaces que vous lui promettez. Elle ne vous embrasse pas du tout : à moins quelle ait confié quelque chose au coquelicot quelle vous envoie. Bonne poignée de main de Louis et mes deux joues si vous en voulez.

224Votre très affectueuse filleule

225Dulciorella

226P.S. : Pas très bonnes nouvelles de papa, il ne viendra pas avant une huitaine ; je crains quelque accident qu’on nous cache.

2.17 Lettre du 3 mai 1877

227Mas de la Lauseta 3 mai 1877

228Pauvre cher parrain,

229Il n’y a pas que vous de triste, cette séparation a paru coûter beaucoup plus à Jeanne que la première : elle ne parle pas et reste toute absorbée, et moi, si tôt que vous êtes parti, je me fais intérieurement des reproches de n’avoir peut-être pas laissé assez de liberté à « l’oiseau bleu » et de garder trop bien la « petite île ». Ce n’est pas méfiance de ma part, soyez sûr, mais je me figure que plus vous vous serez familiarisés l’un avec l’autre et cajolés, plus douloureuse sera la séparation...

230Ah, si je pouvais l’empêcher !...

231Nous avons été bien peinés de votre lettre parce que vous avez payé si cher les quelques heures que vous nous avez accordées lundi. Maman Fourès est décidément bien sévère ! Mais je ne peux croire que votre sœur cherche à vous nuire : n’a-t-elle pas d’affection pour vous ? A la maison nous nous sommes toujours soutenus l’un l’autre quitte à nous faire entre-nous des remontrances et des observations. Peut-être votre sœur vous en veut-elle de votre silence et vous eût mieux servi, sachant ce qui se passe : ne serait-elle pas touchée d’être votre confidente ? en abuserait-elle ? Et votre mère, comment pourrait-elle être si impitoyable pour votre affection, puisque monsieur Fourès l’a épousée par amour ? Ne s’en souvient-elle plus ! Peut-être craint-elle que vous aimiez quelque écervelée coquette comme les parisiennes ont la réputation de l’être ? Pensez-vous que si vous lui fesiez [sic] en languedocien compréhensible pour elle une petite pièce où vous lui rappelleriez l’amour de votre père et leur mariage ? et que vous lui lisiez ça à l’improviste, elle ne serait pas très touchée, très émue ? Je ne puis croire que non.

  • 115 Sa belle-mère.
  • 116 Aujourd’hui comme hier « Thoiry » et non « Toiry » dans le canton de Montfort l’Amaury possède un c (...)

232Ingéniez-vous à l’apaiser, parrain, sans honteuse concession, tachez d’assouplir un peu votre humeur et la sienne, sinon pour vous, pour votre Jeanne : elle a paru très troublée de ces nouvelles ; elle sait ce que j’ai eu à souffrir de la malveillance de Mme C.115 et elle redoute peut-être les mêmes chagrins, la chère fille n’a été entourée que d’affection et de caresses jusqu’à présent, cela la surprend bien d’être détestée ! Si maman Fourès prévoyait de quels soins et de quel dévoûment [sic] charmant Jeanne sait combler ceux qui l’approchent, elle la voudrait demain pour belle-fille : à Toiry- village116 [sic] où elle va quelquefois près de Versailles, elle a amadoué et apprivoisé un vieux garde-chasse — hargneux comme un chien-loup, craint et haï de tout le monde, — si bien qu’il lui a donné la clef du parc avec permission de faire comme chez elle ; et elle se baignait dans le grand bassin, la maligne ! Votre mère ne peut être moins sensible qu’un vieux garde-chasse !

233Tachez de faire parler votre beau-frère pendant l’absence de sa femme puisque vous êtes d’accord ; il doit savoir quelque chose. Et dites-nous toujours ce qu’il vous arrive surtout. Louis est allé hier chez M. de Tourtoulon : il était absent ! sa fille fait aujourd’hui sa première communion.

  • 117 Lydie peut faire allusion à son Apologie du sire de Faucancourt dont un fragment, écrit au Mas du D (...)

234En même temps que la votre [sic], j’ai reçu hier une lettre de maman bien triste aussi, et pour des chagrins bien plus certains ! — Je n’avais que trop deviné ce que l’on ne nous disait pas, j’avais bien lu entre les lignes : papa a été très malade : il a eu une nouvelle congestion et son état est encore trop inquiétant pour qu’on lui laisse faire le voyage à Montpr [sic] ; je suis navrée d’être si loin ! J’ai grand’peur [sic] que cette maladie ne dure ou ne finisse mal : la tête me tourne d’y penser. Et Jeanne ne sait rien, Maman me prie de lui laisser ignorer nos angoisses et de dissuader papa de venir ici ; c’est bien difficile, car n’étant pas avertie, Jeanne contredira tout ce que j’imaginerai pour cela. Ne me parlez pas de cela quand vous m’écrirez, s’il vous plait, je vous donnerai des nouvelles de papa quand j’en aurai. Depuis dix ans, chaque année m’apporte un chagrin ; mais surtout depuis trois étés, le premier c’était Jeanne ; l’année dernière Maman, et celle-ci mon cher père et je suis pourtant bien heureuse en comparaison de tant d’autres ; Mais je suis intimement persuadée que je jouis de la belle période de ma vie et quelle va bientôt finir : vous verrez si je me trompe : j’entrevois des peines et des ennuis terribles de toutes sortes ; il me semble que nous marchons vers la nuit... enfin !... Louis m’entretient un peu trop de massacres et de représailles : au moindre combat engagé avec le clergé par le moindre journal, je vois la guerre civile et toutes les horreurs des luttes religieuses recommencer pour nous ; je ne suis pas poltronne, mais il n’y a que les enfants trouvés qui puissent penser aux tueries sans frémir. Presque chaque matin à mon réveil, Louis me lit un millier de vers tragiques117 que Coulet lui a donné dernièrement.

235Voilà le facteur.

236Au revoir, cher parrain. Jeanne est allée cueillir du lilas ; elle n’ose pas vous dire quelle vous embrasse mais je sais quelle le pense, cela a l’avantage de ne pas de ne pas, [sic] limiter le nombre de baisers.

237Les amitiés sincères de Louis et de votre bien dévouée filleule

238Dulciorella

2.18 Lettre du 8 mai 1877

239Mas de la Lauseta 8 mai 1877

240Cher parrain,

  • 118 Le magnifique dessin de grillon réalisé par Jeanne et qui se trouve dans cette lettre dans les manu (...)

241Je suis en retard, mais le petit grillon118 de l’Albeta a du [sic] vous faire prendre patience ! cela vaut bien deux lettres, ou cent lettres, de moi, n’est-ce pas ? puisque vous apprenez d’elle-même qu’elle pense à vous ? — Pour sa santé elle est telle que quand vous l’avez vue : elle serait excellente si elle ne toussait plus ! C’est surtout la nuit quelle a des quintes ; je commence à croire que c’est nerveux, car autrement il me semble que sa figure ne pourrait pas ne pas s’altérer ni son appétit et ses forces ne pas diminuer ?... Ce qui m’inquiète pourtant, par moment, c’est cette oppression et cet enrouement qui persistent elle ne peut pas du tout s’appuyer sur le dos, même à son siège, ni jamais reposer sur le côté droit sans être aussitôt suffoquée et sans tousser : savez-vous d’où cela peut provenir ? — ce qu’il y a de rassurant c’est quelle va mieux que l’année dernière, sous tous les rapports, surtout sous celui de l’humeur ; et à cet âge là c’est beaucoup, comme vous avez du l’éprouver.

242Que je vous remercie de votre bonne lettre ! Elle est arrivée à point : la paix profonde était passablement troublée au Mas !... mais chut ! il ne faut pas effrayer les amoureux des petites brouilles du ménage : quand on s’aime bien, tout finit bien. Mais tenez vous pour dit que Jeanne a déclaré qu’elle ne serait pas si patiente que moi. Ainsi, domptez votre violence, vous en avez le temps et vous serez encore plus heureux que nous. — Que pensez-vous d’une filleule qui fait la leçon à son parrain ? Mais c’est la petite maman de Jeanne qui parle en ce moment ; une vieille mariée qui a de l’expérience, et qui voudrait que sa chère fille en profitât. — L’affection pure ne suffit pas à maintenir l’union et je ne m’étonne pas que tant de mariages d’amour soient sitôt rompus, car la susceptibilité est bien plus grande vis-à-vis de quelqu’un que nous aimons que vis-à-vis d’un indifférent, n’est-ce pas ? La moindre contradiction, un mot vif prennent les proportions d’une offense, d’une injure impardonnable ; et comme on souffre ! à mourir ! on croit que tout est fini ? que jamais, jamais on ne sera plus heureux ; on songe à se séparer ! et après quelques heures de bouderie, il semble qu’il y a un an qu’on ne s’est vu ni parlé. Louis prétend que ces petits orages — (qui me bouleversent moi, comme des grandes tempêtes) rompent la monotonie de l’existence ; en ce cas la guerre vaudrait mieux que la paix ? ce n’est pas mon avis : il n’y a pas de combat sans blessés ; et la petite garnison du cœur n’est pas plus invulnérable qu’une autre ; et malgré toute sa valeur et sa science, elle serait tôt délogée, si d’autres sympathies, des sympathies morales, n’accouraient à la rescousse : que de fois l’arrivée d’un livre nouveau nous a réconciliés par l’égal désir que nous avions de le lire ! ou quelque lettre d’ami que l’un de nous ne pouvait se décider à ignorer quand l’autre l’avait lue ! — Tout cela pour vous dire, cher parrain, que votre grande affection réciproque ne serait pas pour moi, un garant de bonheur à venir, si vous ne partagiez pas les mêmes goûts ; vous le sentez probablement aussi puisque vous vous efforcez de vous intéresser aux petits travaux de Jeanne et qu’elle-même s’applique à lire comme jamais elle ne l’a fait : elle attaque Victor Hugo ces jours- ci, bravement, et elle copie du languedocien tant et plus pour s’initier à la langue où vous lui dites de si jolies choses. Si vous nous écriviez quelquefois en languedocien ? — Cela nous ferait grand bien à toutes deux ; si vous n’y employez pas de mots trop rares, je comprends assez pour traduire vos lettres à Jeanne en les lui analysant. Et quand vous vous marirez [sic] l’Albeta serait une bonne languedocienne ? et les bébés diraient aussi « bapla ! » comme leur petit cousin ? — Vous savez que Jeanne adore les enfants : quand elle était petite elle avait toujours une bonne douzaine de poupées auxquelles elle fesait [sic] la classe et quelles mettaient [sic] maternellement coucher [sic] tous les soirs dans trois ou quatre petits lits blancs de toutes grandeurs. Elle disait à Maman avec des élans de tendresse indicible : « Quand je serai grande j’aurai cent 1 enfants ! » — plus tard connaissant mieux la valeur des nombres elle voulait en avoir vingt ; dix pour Maman ! (le beau cadeau ! ) et dix pour elle ; à douze ans, elle retournait un marmot, l’habillait, le portait comme une petite femme. Moi, à l’âge que j’ai je ne sais pas tenir un moutard au Maillot [sic] : j’ai peur de le briser, et je le confie immédiatement à des mains plus adroites, à celles de Jeanne, quand elle est là.

243Ces trois pages sont bien d’une femme, hein ? Mais vous accueillerez tout de même, parrain ? En vous gardant bien d’y répondre toutefois : cela ferait du grabuge ! Louis croirait que je me plains de lui et ce n’est pas mon intention ; je vous raconte, en sœur, tout ce qui me passe par la tête et par le cœur, voilà ! — Jeanne a gardé votre lettre de sorte que ne la sachant pas absolument de mémoire il ne m’est guère possible d’y répondre exactement.

  • 119 Il s’agit de la sœur d’Auguste Fourès, celui-ci précise dans la seule lettre en occitan qu’il ait a (...)

244Nous avons reçu le portrait de Madame Louise119 (je ne sais pas son autre nom). La figure a beaucoup de caractère ; les yeux paraissent superbes mais j’attends l’autre pour juger mieux du reste, car la photographie a cela de désagréable quelle passe très vite.

245Cher parrain je ne vous ai pas dit la moitié de ce que j’aurais voulu, et voilà le facteur ! N’importe j’aime mieux que vous receviez ma lettre demain, telle quelle que de vous faire attendre un jour de plus, je vous réécrirai ces jours-ci. Louis se plaint de votre silence. Nous continuons à vous accaparer ? Il vous embrasse tout de même, et aussi votre Jeanne qui pense bien à vous, et aussi votre très affectueuse filleule.

246Dulciorela

247P.-S. : Papa va mieux, il est à la campagne, il ne vient pas. Nos sympathies à Madame votre sœur, s’il vous plait.

2.19 Lettre du 17 mai 1877

248Mas de la Lauseta le 17 mai 1877

249Cher parrain,

250Je suis en faute à mon tour, ne pas répondre à une si belle lettre ! C’est impardonnable n’est-ce pas ? Mais j’ai eu tant, tant à travailler ! Et puis Louis vous a écrit ; vous n’êtes pas resté sans nouvelles de Jeanne depuis ma lettre. D’ailleurs puisque vous allez venir, je n’ai pas grand chose à vous, écrire ; nous aurons le temps de bavarder pendant 8 jours ! — Jeanne assure que vous lui avez dit que vous resteriez huit jours avec nous, cette fois-ci. Pourvu qu’il fasse beau pour notre voyage à Avignon ! le temps est très — variable et orageux depuis 15 jours : s’il allait pleuvoir ! moi j’aimerai mieux ne pas y aller. Car je me promets autant de plaisir des petites excursions que nous tenterons ensemble que de la félibréjade elle-même ; si ce n’est pas trop cher nous irons à la fontaine de Vaucluse : cela fera un joli souvenir aux amoureux. Dans mon temps c’était une de mes grandes préoccupations que de me faire des souvenirs ; et maintenant je songe à vous, mes enfants. Je puis vous assurer par expérience que quelque heureux que vous soyiez plus tard en ménage, vous ne le serez jamais plus que dans ces quelques heures que vous passez si sagement et si délicieusement ensemble. Vous n’avez d’autre préoccupation que celle de vous contempler, de vous plaire et de vous aimer ! L’espoir et le désir d’une plus grande familiarité ont une volupté subtile qu’aucune autre n’égale... Mais, je parle en femme et il se peut que vous ne soyez pas du tout de mon avis.

251Après tout, si vous aimez assez Jeanne pour lui conserver votre affection délicate et respectueuse en la doublant d’amitié, vous serez, tous les deux, même elle, aussi, et plus heureux après le mariage qu’avant, peut-être. Je suis bien exigente [sic] je le sais ; je vous voudrais parfait et l’avenir de ma Jeanne m’inquiète tant, que je ne m’aperçois pas que je vous obsède, sans doute ? Mais puisqu’il s’agit de votre Miguette, vous devez bien me pardonner ?

  • 120 Vraisemblablement manuscrit de Louis-Xavier sur la période de la Révolution française appelée ainsi (...)

252Ce n’est pas du tout pour cela que j’avais pincé mon porte plume et plié cette demi- feuille ; et, à vrai dire, je ne me rappelle plus pourquoi... — Ah, Louis me demande de vous prier de rapporter sa « Brissotine120 » — Il a un projet à cet égard et cela épargne un bon port (de chemin de fer ou de poste ? j’ignore !) — N’oubliez pas le manuscrit, surtout !

  • 121 Un prix.
  • 122 Albert de Quintana i Combis (1834-1907) (Torroella de Montgrì, Baix Empordà 1834-Girona 1907) poète (...)

253— Vous allez encore nous apporter des merveilles, heureux trouveur ! Il faut que vous enleviez encore la « Joie121 » à Avignon ; nous le voulons : enfoncés les Provençaux ! — Quintana122 qui ne vient pas !!!!!!!...

254Maman nous gâte ; elle nous a envoyé tout plein de jolies choses : Jeanne va être belle comme une petite fée : trop belle même, je crains, mais elle prétend que cela vous fera plaisir ?...

255Le facteur. A bientôt, parrain. Nous vous embrassons tous trois, en vous attendant, avec la plus grande impatience,

256Dulciorele

2.20 Lettre du 4 juin 1877

257Mas de la Lauseta le 4 juin 1877

258Cher parrain,

259Ne craignez plus que Jeanne soit troublée ou affligée à cause de moi, parrain ; je suis guérie à peu près et je peux reprendre mes fonctions de correspondante ; je sais bien que vous vous passeriez volontiers de mon intermédiaire, et je m’attends d’un moment à l’autre à recevoir ma démission ; ne vous gênez pas. Je voudrai pourtant bien savoir ce qui me vaut cette disgrace [sic]. Je croyais avoir fait mon possible pour vous rendre agréables à tous deux les quelques jours que vous êtes restés avec nous ; je me suis trompée, sans doute, car vous avez été vraiment peu aimable pour moi les deux derniers : un peu plus vous vous en alliez sans seulement me tendre la main, et me quittant malade vous avez oublié de me demander de mes nouvelles ; si c’est mon titre de filleule qui me vaut cette insouciance, j’y renonce ; peut-être aussi est-ce pour flatter Jeanne ; mais je crois que vous vous trompez, car elle n’a pas été jalouse de l’amitié que vous paraissiez me témoigner ; nous pouvons avoir chacune notre part il me semble ; à moins que vous ayez un si pauvre cœur que votre amour pour [sic] ne s’accroisse [sic] qu’aux dépens de vos autres sympathies. Louis était seul à se plaindre de votre refroidissement, nous voilà deux.

260Voilà le moment où j’aurai bien besoin d’être consolée par une langue d’Oc ou autre : deux lettres de Maman m’annoncent le très prochain passage à Montpr [sic] de l’oncle d’Egypte ; dans une longue réponse ce matin, je la supplie de me laisser encore ma chère Jeanne, mais j’espère peu : elle flaire quelquechose [sic], elle « aime à croire que messieurs les félibres ne sont que galants et pas plus » etc... Je crois que vous pouvez préparer votre adieu pour le départ de Jeanne ; elle l’attend ainsi que la copie de votre brinde au bord du Lez. et celle des « Timonniès ». Nous sommes convenues, pour lui faire parvenir de vos nouvelles, du moyen arrêté entre nous trois au bord de la Lironde ; prévenue par elle des voyages de Maman à Paris, j’en profiterai pour mettre double lettre dans l’enveloppe, car la discrétion de papa à cet égard est certaine. Pour vous, je continuerai de vous transmettre les commissions de Jeanne comme maintenant, à moins que vous ne trouviez un autre moyen pour communiquer avec elle sans danger pour elle toutefois.

261Le mauvais résultat qu’a eu le voyage de Madame votre sœur, chez votre oncle ne m’étonne pas : les vieillards sans enfants n’aiment pas ceux des autres : ils ne leur rappellent rien et leurs gentillesses ne sont pour eux que bruit, désordre et embarras : ils n’ont pas fait école de patience, étant plus jeunes, et maintenant leur caractère aigri par l’âge et égoïste à force de bien-être, ignorant l’indulgence et « l’Art d’être grands parents ». Louis et moi nous serons sans doute comme cela plus tard ; à moins que nous ayons des petits neveux et nièces avant des cheveux gris.

  • 123 Louis Adolphe Thiers, (Marseille 1797- St-Germain-en-Laye 1877) : homme politique, journaliste et h (...)
  • 124 Jeu de bagues : Jeu d’adresse qui consistait à enlever à l’aide d’une lance, sur un cheval au galop (...)

262Comme vous le pensez bien, nous sommes navrés des affaires politiques ; j’avais dit à Louis que nous aurions Thiers123 à la Présidence et il trouvait que c’était tant mieux ; aujourd’hui que les journaux font pressentir cet événement, il trouve comme moi, que c’est désastreux : heureusement que Thiers est vieux, il n’y restera pas longtemps : mais j’ai une telle indicible haine pour ce sanglant petit homme que pour moi cela vaut un triomphe de la réaction ; il est vrai de dire pourtant qu’il n’est pas clérical, mais il a tant d’autres défauts ! Ne dirait-on pas que ces messieurs jouent aux chevaux de bois124 ! sans jamais attraper la bague heureusement !

263Une nouvelle liste de collaborateurs espagnols envoyée par Enseñat a un peu retardé la sortie des prospectus ; d’ailleurs la Revue pourra-t-elle paraitre tant que les affaires politiques ne seront pas éclaircies ? et ce ne peut être avant la fin d’Août [sic]. Que cette incertitude est torturante ! Quelle vie nous allons avoir cet été ! Quelle longue, longue année pour vous et pour nous ! — vous voyez bien que nous avançons dans le noir... Jeanne partie, je ne sais pas ce que je vais devenir ; la solitude est intolérable quand on est inquiet ; pour moi qui ne sait de nouvelles que celles que Louis me rapporte (et elles sont toujours désespérantes) ces trois mois vont être un véritable martyre ; j’ai toujours peur pour Louis, qu’on ne dénonce son livre ou l’almanach ou ses anciens articles, (vous savez ce que je veux dire !) J’étais plus brave que cela l’année dernière ; le bonheur, ou même la perspective du bonheur rend lâche, n’est- ce pas ? Il n’est pas gai non plus de voir tous ses rêves d’avenir menacés et presque ruinés, à tous moments ; c’est pourtant ces angoisses qui devraient nous activer à la lutte, dans l’espoir de les épargner aux autres, à ceux qui nous suivront. Vive la République !

264J’oublie vraiment que je suis fâchée ; je ne voulais vous écrire que quelques mots et voilà mes quatre feuilles remplies ! prenez que tout ceci n’est pas pour vous mais un simple besoin d’expansion, satisfait à l’aide d’un peu d’encre et de papier.

  • 125 Clair Gleizes d’Azilhanet Hérault, auteur d’« Autour de La grangièro (parla narbounés) publicat i (...)

265Jeanne veut que je vous envoie le compliment que Clair Gleizes125 a écrit au dos de la photographie de Mirèio ; il se peut quelle lui joigne un baiser mais elle ne me l’a pas dit : vos confidences ont du [sic] aller assez loin cette fois-ci pour que vous sachiez si c’est par oubli ou par timidité à mon égard. Louis est à Montpr [sic] il vous écrira probablement ces jours-ci ; s’il y a du nouveau d’ici peu je vous préviendrai. Pour ma part je ne sais quel salut vous faire ; je n’aime pas beaucoup en être pour mes frais d’amitié. N’empêche que je vous souhaite bon courage et confiance en demeurant

266Votre dévouée

267Lydie de Ricard

2.21 Lettre s. d. [entre le 10 et le 13 juin 1877]

268Sans date [entre le 10 et le 13 juin 1877]

269Ah, pauvre parrain, elle est partie ! partie. Quelle longue journée hier ! et ce matin, quel triste réveil !

  • 126 L’employée de maison.

270Plus de bruit dans sa petite chambre ; plus d’allées et venues d’Honorine126 lui montant son déjeuner, plus de fenêtre ouverte à la fraîcheur qui dit qu’elle est levée ; j’y suis, dans sa chambre, assise à la place qu’elle occupait avant-hier à cette heure-ci pour vous écrire ; hélas, je ne crains pas qu’elle vienne me déranger Avez-vous reçue sa lettre ? Vous a-t-elle fait plaisir ? — Comme elle était heureuse de pouvoir vous donner cette preuve de sa confiance ! elle n’osait pas me le demander, mais je l’ai deviné ; et elle ne se l’est pas fait dire deux fois ! Je ne sais ce quelle vous dit (car j’ai refusé de lire sa lettre) mais vous devez voir dans cette action un très courageux témoignage de son affection et de son estime et un nouvel engagement de son cœur.

  • 127 Barré.

271Elle est partie, très résolue, bien que navrée ; quel chagrin en quittant la maison : elle disait adieu à tout ; elle caressait toutes les bêtes, elle examinait tout longuement, gravement ; jusqu’au dernier moment nous ne pouvions y croire, ni l’une ni l’autre : son départ s’était décidé si rapidement que nous n’avions pas eu le temps de nous habituer à l’idée de cette séparation, pour comble, de tristesse je fus subitement très indisposée le matin même, et dans l’impossibilité de la conduire au chemin de fer ; je ne pouvais me tenir debout. Les derniers moments au Mas ont été employés à me soigner, et elle ne voulait pas partir ; mais je la rassurai, et elle attendit la voiture. Oh quel moment ! Elle suffoquait, elle était pâle de chagrin ; et malgré que je connaisse bien son amitié pour moi je compris bien que tous ses sanglots étaient aussi pour vous : je lui dis tout ce que je pouvais trouver de plus tendre, de plus consolant, et elle se décida à me quitter : pauvre chère Jeanne ! Quel triste départ ! mais parrain quelle arrivée ! si vous saviez ! Quelle douleur l’attend à la maison ! notre cher père est très très malade : peu d’espoir qu’il recouvre jamais sa santé, physique et morale ! que sont les autres malheurs à côté de celui-là : une lettre de Maman et une autre de mon frère (que je vous envoie) m’annoncent ce malheur. Je n’ose y penser ! Je perds la tête ; hier j’étais comme folle et je n’échappe aux terribles appréhensions qui m’écrasent qu’en lisant, lisant ! perpétuellement. Je n’ai fait que cela depuis hier. Et Jeanne qui ne se doute de rien ! Elle était partie quand le facteur est venu ; elle croit qu’on lui dit que papa est malade pour la forcer à revenir là-bas. Pauvre petite ! Je lui ai écrit une longue lettre ce matin en la suppliant d’être courageuse et de me rien cacher ; selon sa réponse j’irai à Paris ou j’attendrai. Je redoute on ne peut plus pour papa, l’émotion que lui fera éprouver le retour de Jeanne. Je ne vis plus. Ah ! parrain ! quelle horrible chose que l’éloignement ! que mon mariage me coûte cher ! et qu’il peut me coûter encore davantage [sic] ! Et pour si peu ! Puissiez-vous m’aider à réparer le mal que j’ai fait en croyant faire mon devoir. Mon seul espoir maintenant, mon seul but est d’amener papa et maman à venir habiter le midi auprès de leurs quatre enfants, pourvu qu’il ne soit pas trop tard ! Ah ! parrain... (si un tel mal127)

272Je tâcherai de vous écrire un peu mieux ces jours-ci si j’ai une lettre de Jeanne. Elle s’attendait à un mot d’adieu de vous, et pour la consoler, je lui avais fait espérer qu’il y en aurait un ce matin, probablement, et que je le joindrais à ma lettre. Si vous n’avez pas eu assez de calme et d’esprit pour lui faire des vers, quelques lignes de prose lui eussent fait le même plaisir : quand vous lui parlez ne s’intéresse-t-elle pas à ce que vous lui dites, parce que ça ne rime pas ? J’aime mieux croire qu’autre chose vous a empêché de lui envoyer un baiser avant son départ.

  • 128 Après la retraire de Russie, la défaite de Napoléon, les mœurs russes ont fait l’objet de nombreux (...)
  • 129 Denis Diderot (Langres 1713-Paris 1784) écrivain et philosophe français.

273C’est demain le grand jour, que va-t-il arriver ? — Quelle effroyable semaine : je n’en ai pas eu de pareille dans ma vie. Toutes les anxiétés réunies ; et d’autres chagrins, que je ne dis pas. Ah, parrain ; si vous voulez être heureux en ménage respectez votre femme, les parisiennes ne sont pas des Russes128 et elles tiennent autant aux égards qu’aux caresses ; elles veulent être estimées pour estimer, et n’aiment pas longtemps quand elles n’estiment plus. Je ne parle pas de moi, quant à présent. Mais, à moins d’un grand changement, cela pourrait être. Si comme je le souhaite, je ne suis pas appelée à Paris, et que les évènements ne nous chassent pas d’ici, je vais travailler sérieusement ; je ne sais pas encore à quoi, mais je cherche. Je relis Diderot129 je vais faire. — Je suis allée dîner et je ne me rappelle plus ce que je voulais vous dire. Aussi bien vous avez autre chose en tête que d’écouter mes divagations ; comme ennuis ; nous n’avons rien à nous envier ; pourtant vous êtes encore privilégié : vous êtes un homme c’est-à-dire libre ; ou si vous ne l’êtes pas c’est de votre plein gré. Moi je suis traitée en Maîtresse, en caprice, en petite chose amusante quelquefois et liée comme épouse ! C’est délicieux ! — mais je ne me sens pas assez de vertu pour vivre ainsi peut-être vingt ans encore. Si Louis ne change pas, Je [sic] m’en irai à l’étranger, en Amérique. Je me placerai comme institutrice. Dans quelque famille ; on trouve toujours à enseigner le verbe « avoir » et le verbe « être » à quelque Miss ou à des marmots, et pour ce qui est de la patience à y apporter, j’ai fait mon apprentissage en Angleterre. Je ne vous dis pas tout cela pour me poser en victime, mais parce que je vous considère déjà comme de la famille. Comme mon frère aîné et que si malheureusement cela arrive un jour vous n’en soyez pas trop étonné. Personne au monde excepté peut-être Jeanne, ne soupçonne un moment que nous ne soyons pas toujours d’accord. Ma gaîté naturelle, mon amour-propre surtout, et aussi les cajoleries de Louis nous ont posés en ménage modèle, en vrais tourtereaux : ce qui a été, ce qui est encore quelquefois, mais ce qui ne parait plus devoir l’être longtemps. Et cependant, notre vie sera brisée à tous deux ; la mienne au moins. Hier à dîner, il a cassé son verre parce que j’avais donné un coup de serviette à son bijou d’Auriola qui cassait une assiette.

274Jeanne a laissé pour son troubaire deux petites toiles mais je ne sais comment les lui envoyer : qu’il m’indique un moyen : peut-être entre deux planchettes ? Je verrai. Ne m’oubliez pas trop, ayez confiance en moi, j’en ai besoin ; je suis trop souvent blessée ou taquinée pour ne pas être susceptible et me chagriner facilement ; souvenez-vous en et pardonnez-moi. Je suis d’une amitié très absorbante, bien des chagrins me viennent de là. Quand j’ai aimé Louis, j’aurais voulu le posséder dans toute sa vie ; dans son passé, dans son présent, dans son avenir : cela s’est réduit à trois ans et encore ! Ce qui me désolerait le plus, ce serait de donner raison à maman qui m’avait prévenue de la violence de ce caractère.

275Louis vous a-t-il annoncé le prochain jugement de notre procès ? Si la fille n’en rappelle pas, cela peut se terminer tout de suite, mais !...

276J’espère que la santé est meilleure chez vous que chez nous « là-bas », portez-vous bien, car sinon Jeanne serait trop inquiète. Quand vous voudrez que j’essaye de lui envoyer quelquechose [sic] de vous, vous l’écrirez sur du papier très fin, du papier anglais pelure d’oignon, afin que l’épaisseur de l’enveloppe ne surprenne pas maman qui ne verra que ma lettre ; vous comprenez ? En ne signant pas et en ne mettant pas de dédicace, nous avons pensé que le « Prouvençau » pourrait servir de Messager [sic] : elle va s’y abonner. Vous serez plus heureux du côté des nouvelles, car elle a promis d’écrire souvent, et je vous enverrai ses lettres chaque fois que je le pourrai. Au revoir, parrain, paix et confiance et courage ? Gardez-moi votre bonne amitié et ne me faîtes plus de peine comme l’autre fois. Me croyez-vous vraiment capable de la lâcheté dont vous m’avez accusée dans votre dernière lettre à propos de mon nom ? Ce n’est pas possible, je ne vous le pardonnerais pas. Tant que vous resterez de cœur mon bon parrain, je serai toujours, moi, votre affectueuse et dévouée filleule

277Dulciorela

278P.-S. : Nous avons ramassé ce matin un pauvre petit oiseau mort près de la maison : je n’ai jamais rien vu de si mignon ; si je ne craignais qu’il ne fut écrasé, je le mettrais dans ma lettre, qu’est-ce que ça peut-être ? Il est gris comme un moineau, ou plutôt fauve, un peu verdâtre sous le ventre, un tout petit bec et la plus délicate petite tête qu’on puisse imaginer. Si je pouvais le conserver ! — Que c’est triste !... Nous avons perdu aussi hier deux petits poulets, nous ne savons ce qu’ils sont devenus ; ils ont peut-être suivi Jeanne ? Je vous serre cordialement la main.

2.22 Lettre du 17 juin 1877

279Mas de la Lauseta 17 juin 1877

280Mon cher parrain,

  • 130 Ou Huot ?

281J’ai reçu hier une lettre de Jeanne, elle n’avait pas encore vu papa et ne me parle que de son voyage. Mais je pense que les quelques détails quelle m’en donne vous intéresseront autant que moi. J’allais vous les transcrire — à cause de la grande hâte avec laquelle elle m’a écrit — mais je vous ai habitué aux griffonnages et vous serez aussi indulgent pour elle que pour moi, j’espère ? Quelques explications sur ce qui pourrait n’être pas trop clair à votre cœur inquiet d’amoureux. 1er Mr Marette qui doit la conduire à Thoiry est notre cousin de Lille ; le père des enfants qui ont passé un mois à la maison cet hiver. 2e le jeune Hust130 est le graveur architecte qui la recherche depuis 5 ans et quelle n’avait pas revu depuis 3. qu’il a du souffrir de cet accueil ! bien qu’il me déplaise et que je l’ai toujours combattu, je le plains. 5 années de constance pour en arriver là !... il est probable qu’il se le tiendra pour dit : à qui le tour maintenant ?... cela vous faire rire [sic] je suis sure [sic].

  • 131 Son frère Georges a 5 ans de moins qu’elle, il est né en janvier 1855.

282Ne vous étonnez pas quelle ne me charge d’aucune douceur pour son troubaire ; elle n’ose pas encore ; d’ailleurs elle vous a écrit elle même et elle attend une réponse quelconque : je ne sais trop comment je la lui ferai parvenir ; nous avons manqué une bonne occasion, peut-être serai-je obligé de mettre Georges131 dans la confidence ; je ne crains qu’une chose, qu’il ait assez de scrupule pour se croire forcé de tout révéler à maman ; j’essaierai de prévenir cet incident en lui fesant [sic] comprendre que Jeanne ne doit plus à maman et à papa que la soumission de l’affection et que ma tutelle de sœur aînée et mariée doit être une garantie suffisante pour lui. D’ailleurs il aime beaucoup Jeanne, et quand il saura que son bonheur et peut-être sa santé en dépendent, il sera discret ; par ce moyen, nos lettres confidentielles parviendraient sûrement et facilement à leur adresse ; dites moi ce que vous en pensez, parrain ? J’attends sa seconde lettre avec plus d’impatience encore que celle-ci : comment a-t- elle trouvé papa ? Comment papa l’a-t-il trouvée ? Je redoute cette triste rencontre autant pour l’un que pour l’autre : elle a dû être terrible. Jeanne à qui j’avais caché l’état de papa tout le temps quelle a été ici a dû être effrayée de le voir ; Maman me dit qu’il ne marche plus que courbé et que sa physionomie est toute changée. Ah ! parrain, quand je suis arrivée à Paris cet hiver et que j’ai revu papa, j’ai tout de suite pensé à Mr Baudouin le père, j’ai vu sur sa chère figure l’ébauche de l’autre, et j’ai frissonné des pieds à la tête. Que n’ai-je pu le ramener avec moi : pauvre père, il nous aime tant ! il meurt d’inquiétude pour nous depuis qu’il se fait vieux, ou plutôt qu’il se l’imagine car il n’a pas 60 ans. Il est persuadé que Louis ne gagnera jamais un sou (et jusqu’à présent il n’a pas tord !) et il croit que le peu que nous avons passera rapidement en publication de journaux et de revues comme ça. C’est [sic] toujours fait ; rien de ce que je lui dis ne le rassure ; il nous a élevées si doucement si tendrement qu’il craint un peu trop pour nous la vie d’artistes, la vie au jour le jour. J’en veux un peu à Louis de n’avoir jamais même tenté de calmer ces inquiétudes : une collaboration régulière, et si peu payé quelle fût, eût suffit pour leur prouver que ce n’est pas parti pris.

  • 132 « La loi votée le 27 juillet 1872 divisait chaque tranche d’âge en deux catégories tirées au sort. (...)
  • 133 Lors du mariage de Lydie, son père Edouard Wilson était âgé de 52 ans, il est alors Commis en march (...)

283L’avenir de Jeanne l’inquiète encore davantage [sic] ; car lui doit la connaître assez pour penser quelle ne se décidera jamais à faire un mariage d’argent ; et, à vrai dire il ne l’obsède pas souvent de cette idée : il souffre seulement extrêmement de ne pouvoir rien faire pour son installation ; cette longue maladie qui ne lui permettra pas de travailler de sitôt (jamais peut-être) lui ôte tout espoir maintenant de boucher les trous ou mieux de remplir le vide que mon mariage, le volontariat132 de Georges et la maladie de maman ont fait dans ses finances. Ah ! parrain ! je ne suis pas sans remord vis-à-vis de papa ; mon éloignement n’est pas le seul chagrin que je lui ai causé moi qui rêvait [sic] tant de le rendre heureux sur ses vieux jours ! Notre situation pécuniaire a été une perpétuelle anxiété pour lui. — C’est pourquoi je suis si pressée de monter la librairie : il est impossible que dirigée intelligemment elle ne réussissent [sic] pas : en n’y engageant peu de nos fonds personnels et en complétant par des souscriptions ou des actions, nous ne courrons pas de grands risques, vous me paraissez bien actif, bien entendu, plus raisonnable que Louis ; et si dans six mois, d’ici l’année prochaine la maison était en train, tout marcherait tout seul ; le mariage de Jeanne et la santé de papa décideraient sans doute maman à venir habiter le Midi ; la rente que mon frère133 en reprenant la maison de papa s’engage à lui payer, lui suffirait bien pour vivre à la campagne ; et nous pourrions encore être heureux ! j’ai besoin d’y croire !

  • 134 Le 4 mai Gambetta a fait un discours contre le cléricalisme. Le 16 mai Mac-Mahon — élu depuis le 24 (...)

284J’ai fait la paix avec Louis ; mais bien que cela m’ai [sic] un peu calmé l’esprit, je suis toujours bien troublée, vous pensez. Heureusement que les nouvelles politiques ne sont pas plus alarmantes, si elles ne sont pas meilleures. Louis ira ce soir à Montpellier savoir le résultat de la séance au Sénat, si Paris était lui-même, il irait le balayer comme l’a déjà fait ; mais il attend toujours un ordre de Gambetta134 sans doute et l’ordre ne vient jamais. On attend... quoi ?...

  • 135 Mari de sa belle-mère.

285Pas de nouvelles de notre procès, Mr Charpentier135 estime vraiment ses autographes ; tout cela se tripote sans que nous n’en sachions rien : quand à [sic] Madame elle a l’habitude d’écrire pour ne rien dire, cela ne fatigue pas l’esprit au moins, et on n’a pas craindre d’être indiscrète. Elle a bien autre chose à faire que d’écrire à son fils, vous comprenez. J’ai insinué à Louis de lui dire de venir pendant mon absence, mais ça ne prend pas : elle ne m’aurait pas pour se faire la langue.

286Nous avons reçu une très aimable lettre de qui ?... de Quintana, il n’a pas reçu celle de Louis. Je m’en doutais ! Il sera à Paris cet hiver.

  • 136 C’est pourtant sous ce second titre que la revue paraîtra en 1878, avec seulement deux numéros.

287Louis vous envoie 50 prosp [sic] de la « Patrie latine » malgré les réticences des espagnols il conserve ce... titre. l’« Alliance latine136 » est lourd et rococo, il vous prie de ne distribuer ce premier paquet qu’entre les félibres ou amis de votre entourage ; il attend [sic] d’autres rectifiés pour l’Espagne, l’Italie et les autres félibres ; il vous donnera la liste de ceux à qui il en aura adressé afin de ne pas faire coup double. Le 1er n° ne paraîtra décidément d’après l’avis des gens sérieux qu’au 1er octobre, l’été est une trop mauvaise saison pour lancer une chose de cette importance. On va dès à présent s’occuper de l’Almanach qui devra paraître en septembre : ce sera une bonne réclame pour la Revue.

288Avez-vous lu le Dominique ? Comprenez-vous quelque chose à ces querelles ? On dit que le Félibrige est flambé, roustit : le mauvais brulera [sic], l’or restera et nous le trierons : bonne affaire ! Pour la Cigalade d’Arles, ou tout l’un ou tout l’autre ; ou il faut y aller en masse et étouffer les parisâtres ou les laisser faire guignol tout seuls. Une bonne félibrejade à Toulouse serait le meilleur anti-Faureum : songez donc que Peyrat y viendra ! Il lance ses Albigeois : 10 000 exemplaires ! Les Langues Romanes en prennent 500 pour les glisser dans leur prochain n° =. Roque-Ferrier se distingue.

289Si vous avez la tête un peu plus libre, c’est-à-dire quand tous ces ennuis seront un peu passés, je sais que Louis vous serait reconnaissant de vous souvenir de son Fédéralisme : il ne paraît plus d’article nulle part et cela ferait du bien au volume. Pour moi, je crois bien que vous ferez ce que vous pourrez. Je ne trouve pas autre chose à vous dire. Je vous écrirai sitôt que j’aurai des nouvelles de la maison ou du procès. Tachez de vous posséder un peu. La confiance que vous devez avoir dans la tendresse de votre Albeto ne vous donne-t-elle pas courage ? Cela ne vous semble-t-il pas bon d’être tant aimé d’un si charmant petit cœur ? N’est-ce pas qu’il n’y en a pas de pareil ? C’est une petite sainte païenne que notre Jeanne. — Je vous embrasse pour son compte et vous serre affectueusement la main pour le mien et celui de Louis.

290Votre très dévouée filleule et sœur

291Lydie-Dulciorelia

  • 137 Maurice Rollinat (1846-1903) : né à Châteauroux, fils d’un ancien député de l’Indre, filleul de Geo (...)

292P.-S. : Maintenant que les innocentes petites oreilles ne peuvent plus entendre (hélas !) vous pouvez envoyer la Vénus d'Arles à Louis, il me la laissera lire s’il veut, mais vous savez bien qu’il m’a fait une éducation solide et que je connais la Chanson des gueux. Rollinat137 nous a offert son volume Dans les Brandes je vous le prêterai si vous voulez...

  • 138 Timothée Colani (1824-1888) est le directeur du Courrier littéraire (Paraissant le 10 et le 25 de c (...)

293Ce n’est pas fameux ; Colani138 n’est pas difficile de voir là une révélation et des chefs d’œuvre. Ce n’est qu’un philosophe ce Colani !

294Nous avons eu un très gros orage hier ; il a tonné ! !

295Il m’a semblé comprendre que vous vous tracassiez au sujet de nos ressources présentes, Louis s’est décidé à réclamer à Coulet, ce qu’il lui devait depuis 18 mois ; nous avons de quoi attendre. Soyez tranquille, occupez-vous de vous-même, parrain.

2.23 Lettre s. d. juin 1877

296Mas de la Lauseta juin 1877

297Cher parrain,

J’ai reçu une bonne lettre de Jeanne avant-hier, vous allez me dire que je suis moins pressée d’alléger vos inquiétudes que de les augmenter ? je ne vous ai pas écrit hier, parceque [sic] je suis allée porter au chemin de fer, pour elle, un panier de superbes cerises qu’on m’avait cueillies toutes fraîches ; pour le plaisir que votre Albeta aura à manger des fruits de son Languedoc ; vous me pardonnerez ce retard, n’est-ce pas ?

298Papa va mieux ! Il était sur la route du bois avec maman pour venir au devant de Jeanne ; elle m’écrit : « Il a eu certainement une grande émotion en me voyant, mais cela n’a pas duré ; je me suis efforcée d’être très-gaie et de ne pas m’apercevoir que je le trouvais un peu changé. Il marche lentement et il a la parole un peu embarrassée, mais il n’a pas mauvaise mine ; je crois que la satisfaction de me revoir lui fera du bien : Georges et Maman m’ont dit qu’il me demandait depuis longtemps pour que nous puissions faire ensemble de jolies promenades. Je le trouve déjà mieux depuis hier. Maman va très bien elle a une mine superbe : on dirait vraiment que de n’avoir pas eu le temps de penser à elle lui a réussi. Je veux oublier tout mon chagrin de vous avoir quittés pour me féliciter d’être revenue, à cause de Maman et de Papa qui, il parait s’ennuyait à ne pas tenir tous ces derniers jours. Papa est je crois dans une bonne voie de guérison ; ce sera très long mais nous aurons de la patience. Je ferai tout ce que je pourrai pour aller avec lui à Montpellier cet automne ; j’ai bien des détails à te donner mais je n’ai pas le temps aujourd’hui. — J’ai compris la phrase « pas de nouvelle des amis » ; j’espère que tu en as maintenant de bonnes. Je ne m’attendais pas à rien recevoir ; je pensais bien qu’il serait trop ému ; écris-lui, je t’en prie ; tu sais tout ce que tu peux lui dire pour moi. Tu sais que c’est à toi que je dois de me sentir vivre depuis quelques mois ! »

299Dites, parrain, ces seuls mots ne vous donneraient-ils pas du courage, pour dix ans, pour mille. Elle se sent vivre, la chérie, donc j’avais bien deviné quand je la voyais languir d’ennui et d’oisiveté, de cœur. Et vous, comme vous devez être fier et heureux d’être le médecin d’une si douce et si terrible maladie ; Ah, nous n’avons pas à regretter ce que nous avons fait ! — êtes-vous encore souffrant ?

300Je vais lui écrire tantôt, je ne sais pas si seulement je tenterai de glisser votre billet dans ma lettre ; il nous faut être très prudents pour éviter à notre Jeanne toute contrariété inutile ; vous voyez quelle est raisonnable et que vous ne devez pas craindre quelle vous accuse de tiédeur ; puisqu’elle vous excuse de ne lui avoir pas envoyé d’adieu. Elle m’avertira sans doute du jour que Maman ira à Paris et il lui sera plus facile de prendre elle-même les lettres au facteur. Une fleurette de vous arriverait sûrement et régulièrement ; je suis convenu avec elle que celles qui viendront de vous seront dans l’enveloppe, hors de ma lettre et les miennes au contraire dans celles-ci ; ainsi, vous pouvez en faire provision de petits bouquets mignons et me les confier ; dépêchez-vous avant que l’été ait tout brûlé.

  • 139 Spéc., Poste et télécom. Lettre chargée, paquet chargé. Affranchi de manière à l’assurer contre les (...)

301Louis a reçu votre lettre chargée139 ; encore une fois, parrain, ne vous tourmentez pas pour nous ; je ne vais pas à Paris maintenant et je vous répète que nous avons de quoi attendre la solution de notre procès ; nous regrettons assez de ne pouvoir vous aider dans l’embarras où vous êtes vous même. Comment cela marche-t-il avec Mme Fourès ? Boude-t-elle toujours ? Va-t-elle bien ? Et votre pauvre petite nièce est-elle mieux ? Qu’a-t-elle ? — pas la même maladie que sa sœur aînée, j’espère ? — Je croyais bien votre Midi à l’abri des terribles ravages qu’elle cause dans le Nord ; votre sœur doit-être bien désolée, n’oubliez pas de lui offrir mes compliments et d’embrasser votre petite nièce et le bébé pour moi.

302Dites-moi comment va l’amie de Mr Germain : elle se meurt, dites-vous ? De chagrin peut-être ? Oh, les Damnés parents !

303Je ne vous ai pas encore dit tout ce que je pense de vos « Timounièrs » Cela me semble une des plus belles choses que vous ayez faites ; c’est enlevé ! C’est splendide de mouvement et de couleur. Vous êtes un fameux poëte, parrain ! Louis m’attend pour déjeuner, je vous quitte ; au revoir parrain, toujours bon espoir, confiance et courage : avec cela nous parviendrons au but, à notre bonheur à tous. Je vous embrasse affectueusement pour votre Albeta, ma Jeanne et vous serre cordialement les mains pour Louis et pour moi,

304Votre toute dévouée filleule et sœur

305Lydie-Dulciorèla

2.24 Lettre du z8 juin 1877

306Mas de la Lauseta le 28 juin 1877

  • 140 Dans les lettres conservées à Toulouse, il y en a une sans date ni destinataire qui débute ainsi : (...)

307Mon cher parrain140

308Ce m’est un réel bonheur de pouvoir vous annoncer que les nouvelles de la maison continuent d’être bonnes ; une longue lettre de Jeanne me donne grand espoir d’arriver à la réalisation de nos projets : bien quelle n’ait pas encore entamé la question capitale, elle a si bravement engagé la lutte que nous avons grand chance d’en sortir vainqueurs. Je vous transcris la lettre et commence par le commencement ; elle se plaint d’abord de ne plus être au courant de la politique ! — « Ici on ne fait attention à rien ; tout se passe le mieux du monde. » Les gens de Thoiry sont complètement indifférents ; on m’a taquinée aussi sur mes opinions avancées ; Mr Marette m’a rapporté une fois un paquet de journaux de ma couleur et l’amusant c’est que tout le monde les a lus. J’ai aussi un peu étonné notre cercle avec mon enthousiasme pour le midi : Georges trouve ridicule d’aimer tant que cela un pays qui n’est pas le nôtre ; qu’étant d’origine écossaise et du nord, il ne comprenait pas cette préférence ; je lui ai répondu que ses idées étaient bien changées depuis l’année dernière, car il s’ennuyait si peu là-bas qu’il désirait y rester. Il a été un peu interloqué. Maman m’a demandé ce qui pouvait m’avoir fait prendre tant à cœur le parti du midi : je lui ai dit que tous les gens que j’y avais vus m’avaient parus plus intelligents que ceux que je connaissais ici (la petite insolente !) et que le pays était assez beau pour qu’on voulu y demeurer ! Elle m’a dit : « alors Paris ne te plait plus ? Tu ne voudrais plus y rester ? Ce n’est plus ta maison ici ? Il n’y a plus que celle de Lydie ? » Je lui ai répondu qu’« en effet je sentais que je ne pourrai plus vivre ici. »

309— Qu'en dites-vous ? Mérite-telle d’être aimée d’un languedocien, votre petite écossaise ?...

  • 141 En surcharge sur elles.
  • 142 En surcharge sur Ils.

C’est de Paris quelle m’écrit, elles avaient dû y accompagner Papa que ses affaires réclamaient et voir le docteur pour lui et pour Jeanne que son voyage a fatiguée ; le docteur a trouvé Papa mieux et a ordonné à votre Miguette de reprendre des pilules de foie de morue et du fer. Ils141 doivent être tous retournés à Thoiry depuis mardi jusqu’au 10 ou 12 juillet quelles142 retourneront à Croissy chez ma tante où Jeanne restera peut-être avec papa, pendant que maman effectuera le déménagement à Paris. — « Le nouveau logement ne m’a pas enchantée autant que maman s’y attendait — (dit-elle plus loin) je le trouve plus mal distribué ; du reste je ne sais pas ce qu’il me faudrait maintenant pour que je me plaise ici, surtout depuis que j’ai entrevue la possibilité de rester tous à Montp(r) [sic] — Car tu sais que nous y arrivons petit à petit : le docteur Conan a répété encore aujourd’hui qu’il faudrait me renvoyer là-bas, puisqu’il voyait que je m’y portais mieux ; et que puisque papa s’ennuyait sans moi il pourrait partir aussi à l’automne.

Maman fait quelques difficultés ; elle a d’abord dit quelle ne viendrait que si elle était indispensable à papa ; puis elle a fini par dire qu’elle viendrait pour un mois, par- ceque [sic] Georges ne pourrait pas rester seul plus longtemps. A présent, je suis plus contente, je crois du reste que maman ne peut pas me contrarier : elle m’a dit sérieusement que je ferai ce que je voudrai : que j’irai et viendrai de Montp(r) [sic] à Paris selon la saison ; j’espère ne pas rencontrer autant d’obstacles que je craignais pour mon établissement là bas [sic]. Papa ne dira rien ! Et j’espère que maman cédera. »

310Attention !!!

311« Dimanche dernier Mr Marette était avec nous à Thoiry ; nous étions assez gais ; et naturellement — on a parlé mariage ; Mr Marette plaisante toujours, et il m’a demandé quand il irait à la noce ? Maman m’a questionnée sur tous les félibres (« il parait qu’il n’y a plus qu’eux qui comptent ») J’ai appuyé un peu sur Gras, toujours en riant, pour amener la chose tout en les tenant dans l’incertitude ; Maman m’a demandé aussi des nouvelles de Fourès et m’a dit que « elle n’était pas inquiète de ce côté là ». Je ne sais pas ce qui a pu la rassurer tant que cela ? »

312Moi je le sais, parrain : c’est votre glaciale réserve vis-à-vis de Jeanne à Paris, cette froideur qui m’avait désespérée moi-même et dont cette chère Jeanne qui en avait été si touchée, ne veut plus se souvenir à l’heure qu’il est. Continuons :

  • 143 Un « n » barré sur ms.

« — à propos j’ai retrouvé mon sonnet ! dans mon coffre ! j’aurai du [sic] regarder avec plus de soin, je m’en veux ! — Après le déjeuner, toujours dimanche, je leur ai fait voir tous mes souvenirs d’Avignon ; je leur ai lu (elle ne doute de rien) les Vaillants Timonniers143 ; ils ont trouvé cela superbe ! Maman (puis-je tout transcrire parrain ?) a dit même que c’était étonnant pour un garçon qui a si peu de dehors (pardon !) j’ai répondu qu’il valait mieux Moins de dehors et plus de dedans ; je leur ai lu aussi les Vieux Oliviers, le sonnet de Louis, le Lez et je crois que c’est à peu près tout. »

  • 144 Barré sur ms.

313J’espère, parrain, que cette opinion peu flatteuse de maman sur votre personne et que partage votre sœur Louise, parait-il, vous touchera moins que la très — raisonnable et charmante réponse de votre Albeta ; son appréciation doit prévaloir sur toute autre pour vous, n’est-ce pas, et vous savez que votre filleule la partage ? Ce qui fait deux contre deux et nous savons si les parents futurs ou présents, sont généralement gracieux144

Rappelez-vous bien que Louis lit toutes les lettres que vous m’adressez, j’ai du [sic] gratter quels égoïstes à propos de mes beaux parents.

[juin 2]

  • 145 Ici commence la partie de lettre sans date et sans début dont nous parlons plus haut.

314généralement145 gracieux n’est-ce pas ?

315Attention derechef... !!!

  • 146 Notons que Jeanne a, en 77 : 25 ans et Fourès 29 !

316« Maman m’a parlé du jeune de Villiers, je sais maintenant que c’est le plus jeune ; je n’en suis pas fâchée ; il sera plus facile à évincer ; son âge est un prétexte tout trouvé ; j’ai dis à maman que je le trouvais trop jeune ; que ce n’était pas maintenant que j’allais épouser un mari qui était encore d’âge à jouer (il doit avoir à peine 24 ans146) on ne m’en a plus reparlé : j’ai su depuis par Georges qui m’a fait l’article pour lui, que papa avait été mécontent de ma réponse quand maman nous en a parlé dans sa lettre. — Georges m’a dit aussi que j’avais tort de tant faire la difficile, que c’est comme cela qu’on arrive à rester Vieille-fille ; ces messieurs de Villiers ont un château et un canot ! Voilà la sympathie de Georges expliquée !! »

317Et de deux ! Elle y va rondement, au moins ; elle aura abattue sa besogne avant vous et moi. On ne doit pas la reconnaître, elle qui ignorait ce que c’était que dire le contraire des autres auparavant. On va dire que je l’ai joliment dressée (ou plutôt déformée) en quelques mois. Je peux m’apprêter a entendre de belles !

318Plus loin elle ajoute :

319« Tu penses que je suis bien privée de n’avoir pas de nouvelles de Fourès ; j’ai rêvé qu’il était malade ! peut-être quand nous serons à Croissy pourras-tu m’en donner. »

320Pauvre petite Jeanne ! Sa lettre, son écriture démontrent une très grande agitation ; elle doit avoir la fièvre et c’est ce que je redoute ; comment la calmer ! N’avez-vous pas reçu ma seconde lettre dans laquelle je vous priais de me confier pour elle une fleurette ou un petit bouquet ? — Je vous ai écrit coup sur coup, et vous ne m’en dites rien : la seconde adresse était de moi, ne vous l’aurait-on pas remise ?

  • 147 Journal littéraire bimestriel d’Aix-en-Provence 1877-1879.

321Elle finit en vous envoyant un bon souvenir ; elle n’ose dire plus ; mais elle sera moins timide avec le premier message quelconque quelle recevra de vous. Louis va écrire ces jours-ci pour l’abonner au Prouvençau147 ; ne me donnerez-vous pas communication de la pièce avant tirage ? J’espère, parrain que cette lettre va finir de vous ravi- gorer [sic] ? Tout marche vraiment mieux que je ne l’avais espéré ? et il ne serait pas raisonnable de se laisser aller au découragement, quand la petite sentinelle avancée, là-bas, fait crânement son devoir. — Notre procès n’a du [sic] être jugé que ces jours- ci ; il paraît que l’avocat est sûr du succès, je ne veux pas trop y compter, peur d’un déboire ; mais quel bonheur s’il se terminait tout de suite ! — et à notre avantage !

  • 148 Les Eaux Bonnes sont une station thermale des Pyrénées : Édouard Cazenave de la Roche, Les Eaux-Bon (...)
  • 149 Jean-Pierre Gaidan, de Nîmes (1809-1883) industriel et banquier, membre de l’Académie de Nîmes, un (...)
  • 150 Petit perdreau.

322Cher parrain ; je vous rassure le plus que je peux, mais vous avez des ennuis auxquels je ne peux malheureusement rien : l’inquiétude que vous donne la santé de votre nièce (pauvre petite !) cet âge est terrible pour les jeunes-filles mais quand on a des parents affectueux et intelligents, on s’en tire promptement ; je sais que les Eaux Bonnes148 sont souveraines pour la poitrine et les bronches ; Monsieur Gaidan149 qui a du [sic] y renvoyer une de ses nièces qui était dans le même cas que Jeanne, me conseillait d’y mener une saison, notre chérie ; si elle ne va pas mieux à l’automne nous aviserons à cela : quel âge a votre nièce ? 15 ans ? Depuis quand est-elle malade ? Donnez-moi de ses nouvelles chaque fois que vous m’écrirez, s’il vous plait. — Je suis jalouse pour Jeanne de votre perdigalet150 de petit neveu : l’aimeriez vous plus que vos bébés à vous ? alors je vous les volerai bien-sûr, car je les adore déjà à l’aveuglette :

— Comme ça serait délicieux dans le jardin, des bébés ! — S’il y en avait, maman ne se ferait pas tant prier pour venir ! Quand je le demande à Louis pourquoi nous n’en avons pas, il me répond que c’est le fait des hommes qui pensent beaucoup ; ne pensez pas trop parrain, que j’ai [sic] des petits-neveux !

323Dites-moi l'etat de santé de l’amie de Mr Germain, est-il tout à fait désespéré ? Peut- il la voir ? A-t-il pu prendre sur lui de faire la paix avec les parents ? Sinon il est coupable à mon avis ; le sacrifice de la dignité est grand, mais la véritable tendresse ne s’y arrête pas. Ne pouvez-vous rien lui conseiller ? rien faire pour lui ?

  • 151 Journal de Nîmes.
  • 152 Gèli Borel (Avignon 1827-Aix-en-Provence 1911) : Né dans une famille modeste, il a fait une carrièr (...)

Vous ne recevez plus la Cigale d’Or151 ? Et la subvention à quoi sert-elle ? D’ailleurs. Vous n’y perdez pas beaucoup ; il y avait dans le dernier n° une « lettre Alesenco » de Melle Goirand qui ne vous aurait pas édifié plus que moi sur la conscience de son auteur ; elle y racontait d’abord la vente des cocons, puis les processions auxquelles elles se garderaient [sic] bien de ne pas assister ; suit une véritable description admirative d’une vraie cagote ; cela rogne véritablement l’amitié que j avais pour elle : protestante — fille de protestants, d’un libre penseur comme Mr Goirand, c’est incompréhensible ! un de ces jours elle va se convertir à la religion de son vieux galant, c’est à croire. Je lui dois un remerciement pour ses vers qui sont très gracieux, j’y travaille, mais je ne pousserai pas plus loin nos rapports d’amitié ; ce que je crains c’est qu’on ne m’accuse d’en être jalouse. Avez-vous lu « Lou desira » Noël de Borel152, paroles de Roumieux ? Vous l’a-t-il donné ? Je suis furieuse qu’il me l’ait offert avec dédicace ; c’est le Roy, le Désiré, « lou pichot » qui doit venir !.........

L’impudence de Faure dépasse toutes les bornes ; je ne puis secouer Louis ; je voudrais qu’il s’assurât de ses véritables amis, et qu’il pût recevoir comme il le mérite l’honnête cousin de la consciencieuse cousine. — Il faudrait savoir si Mistral, Auba- nel et Gras se préparent à assister à cette parade de Baudouin ! et de Faure ! S’ils y vont nous devons y aller avec le plus d’amis possibles et en les prévenant, afin qu’ils ne se laissent pas enjôler, qu’ils ne vous lâchent pas, mais au contraire prouvent aux deux paillasses que vous êtes ici chez vous et qu’ils ne vous en délogeront pas comme c’est évidemment leur intention. Mistral est très partisan d’une félibrejade en Languedoc du côté de Toulouse, si vous avez le temps vous devriez lui écrire de tout cela et le dâter [sic]. Que les Cigaliers vous détruisent vous et Louis, à Paris, passe encore ; mais ici ; non ! Mille fois non ! Tâchons de combiner quelquechose [sic] ; mais ne comptons pas sur Louis.

324J’ai lu la « Venus Arlatenco », c’est superbe, surtout la fin ; je dois vous avouer que je n’y ai rien vu de choquant et Louis trouve comme vous que c’est raide : d’où cela vient-il ? serai-je pervertie ?

Nous n’avons pas encore terminé le plan de la Lauseta ; je vais y travailler cet après- midi (Louis va à Montp(r) [sic] pour les prospectus) et je vous l’enverrai le plus tôt possible. Nous comptons bien faire paraître en 7 bre. Ne viendrez vous pas du tout avant ? Pourrez-vous bien rester 3 mois sans revoir la Lauseta ?...

325Nous allons à St-Gilles (berceau de nos ancêtres) et à Aigues-Mortes demain, je vous dirai si c’est beau. En tous cas il fera chaud ! Louis prétend que c’est absolument nécessaire pour son roman.

  • 153 Auguste de Polignac, duc puis prince, (1780-1847), émigré dès 1789 en Russie puis en Angleterre. Il (...)

Gras a envoyé à Louis une vieille chanson en provençale [sic] qui semble faite d’hier tant elle est pleine d’actualité ; la réélection des 221 et le ministère Polignac153 ; il vous la communiquera prochainement ; peut-être la République du Midi consentirait- elle à la reproduire.

326Roumanille qui s’est abonné à la Patrie Latine ! Fait-il l’aimable ?

327Je vous quitte, parrain, car je voudrais écrire un mot à Jeanne et il est tard ; si le facteur apportait une lettre de vous et un tout petit bouquet, comme je le glisserait promptement dans la mienne !

Si vous m’encouragiez un brin, j’oserai vous montrer ce que j’ai commencé pour Mlle Goirand, mais vous ne vous souciez plus de moi, ni de ce que je fais ou que je ne fais pas ; j’ai perdu mon parrain ! Faut-il que j’en cherche un autre ?... Ah que je suis malheureuse de ne pouvoir exprimer mes sensations et mes impressions ! Tout reste à l’état d’ébauche dans ma pauvre caboche ; personne n’eût jamais plus grand amour de l’art que moi et personne ne fût [sic] aussi nul [sic] ; peut-être devrai-je me contenter de contempler sans vouloir exprimer, mais c’est plus qu’un violent désir, chez moi c’est un besoin de transcrire mes imaginations ; que faire ! — Je n’aime plus le français et ce languedocien est horriblement difficile à apprendre toute seule sans grammaire comme je le fais ? ; je ne sais pas même mes conjugaisons ! J’ai hâte que vous soyez ici, vous nous donnerez des leçons, à Jeanne et à moi, dites ? vous nous ferez lire à haute voix, vous nous ferez des dictées, ce sera amusant ! Nous apprendrons aussi à noter la musique afin de ne pas perdre tous les jolis motifs qui s’envolent à peine éclos au bout de vos doigts (j’espère que je vous dis de belles choses !)

328Vous serez bien gentil pour moi quand vous serez mon beau-frère ? Souvenez-vous du portrait que vous avez là sur votre cœur ; nous sommes enlacées, embrassées, Jeanne et moi, notre vie s’est passée ainsi jusqu’à présent ; si ce n’est que nous avons changé de rôle depuis trois mois, et que c’est Jeanne qui s’appuie sur mon épaule et qui y rêve confiamment [sic] ; telles nous devions toujours rester, jusqu’à ce que nous ayons cheveux blancs et têtes branlantes, souvenez-vous en, parrain ! ?

329Cette fois c’est sérieux. Au revoir, travaillez bien ! et espérez : songez à Notre Albeta qu’autant qu’il faut pour vous éclairer l’âme et pas assez pour lui donner la berlue. Plus vous aurez de courage, plus elle vous estimera : nous aimons les hommes courageux, nous !

330Louis vous envoie ses plus chaudes amitiés et moi je vous serre affectueusement la main ; depuis que vous avez failli partir sans m’embrasser, je n’ose plus le faire, je crains que ce soit une leçon de convenance que vous ayez voulu me donner et je m’y soumets, car vous devez connaître les usages d’ici mieux que moi ; d’ailleurs c’était le seul moyen de vous permettre d’embrasser votre Miguette, je ne m’étais pas émancipée à ce point auparavant, vous devez vous rappeler. Au revoir

331Votre bavarde et dévouée filleule et sœur

332Lydie-Dulciorela

2.25 Lettre du 8 juillet 1877

333Mas de la Lauseta le 8 juillet 1877

334Cher parrain,

335Je vous ai fait un peu languir ? Mais voilà qui vous consolera, j’espère. Ce petit bouquet de votre « Miguettte » est-il gracieux ? Savez-vous le nom de ces fleurettes ? elles poussent en frêles petites grappes violettes et rosées dans les herbes fines des talus le long des routes, j’en ai cueillies souvent, souvent, étant petite !... J’en ai pas [sic] encore vues ici, il y fait trop sec ; mais peut-être en avez-vous là-bas où le pays est plus frais ?... Le vôtre aussi est bien joli, comme il va lui faire plaisir ! C’est le premier souvenir de vous quelle aura reçu depuis son départ !

336Je pense qu’avant tout autre chose vous désirez que je vous parle d’elle, n’est-ce pas ? Elle m’a encore écrit cette semaine de Thoiry où ils ont été contents de retrouver le calme et un peu de fraîcheur, « c’est-à-dire que nous nous déplaisons moins dit-elle, il est vrai que nous avons la chance que les Taupin (ces insupportables voisins indiscrets et bavards) sont en voyage, et Mr Issartier (le vieux docteur qui l’emmenait en tournée) ne vient qu’une fois par jour faire sa petite parlote ; j’ai pris le parti de ne pas me gêner ; quand j’en ai assez, je me promène dans les jardins et je n’écoute plus. Je n’ai été que deux fois dire bonjour à Mme Issartier (très impotente et très imposante, pauvre dame) je prétexte que papa ne veut pas que je le quitte, et c’est un peu vrai : il faut toujours qu’il nous sache à côté de lui, il ne peut pas se passer de maman seulement une heure. Il continue d’aller bien, nous avons fait ces jours-ci quelques petites promenades dans les champs et dans les bois à nous deux. Les bois sont très beaux en ce moment, ils sont pleins de fraises et embaument la fougère et le troëne [sic]. Je ne peux pas m’empêcher de comparer ces promenades à celles que nous fesions [sic] ensemble il y a quatre ans dans les mêmes bois et qui étaient si gaies ! Les bruyères commencent à fleurir et les églantiers aussi mais quelle différence avec mes églantiers de ta haie ! celles-ci sont toutes petites, et elles ont l’air malades... Les champs aussi sont dans leur beau, on fane seulement ! les avoines ont à peine le grain formé et les blés sont encore complètement verts ! ce n’est pas cet éblouissement des champs dorés que j’ai vu en partant entre Montp(ier) [sic] et Nîmes : je n’ai jamais vu un tel éclat, aussi brillant que des pierres précieuses. Tu penses que j’ai ressenti encore bien plus cette année la différence de lumière ; il fait un temps superbe, tout le monde se plaint de la chaleur le soleil est sans doute très fort pour eux, et bien pour moi je vois une vapeur qui enveloppe tout, même en plein jour ; je suis toujours à la recherche d’un horizon que je ne vois pas, le ciel paraît plus près de nous que là-bas ; je ne sais ce qui peut produire cet effet. »

337Après m’avoir parlé du prochain déménagement (où il [ ?] ne sera pour rien heureusement) elle m’annonce triomphalement qu’« elle a bu déjà trois fois du lait ! » pas beaucoup d’un coup, mais c’est égal, c’est une fameuse violence ! « Papa m’a dit que cela lui fesait [sic] plaisir et c’est pour cela que je le fais car je ne sais pas si cela me fera du bien. » Elle me dit aussi qu’une vieille voisine qui l’a mise en adoration depuis notre premier séjour à Thoiry l’a trouvée encore plus belle (voyez-vous ça !), et répète à maman toute la journée quelle est bien heureuse d’avoir des filles comme nous. (Je doute que maman en soit bien persuadée car elle nous trouve ingrates.) « Elle doit aujourd’hui nous faire une tarte aux cerises et nous l’apporter ce soir : c’est bien fâcheux que Louis ne soit pas ici ! » et le parrain donc ! elle n’a pas osé le dire mais elle devait le penser.

338Voilà qui est plus sérieux : ouvrez vos deux oreilles et votre cœur, amoureux de ma Jeannette — « Maman ne cherche pas du tout à savoir rien de moi, quoiqu’elle se doute bien de quelque chose : en cueillant des pois ces jours-ci, je luis disais que tu m’attendais à l’automne ; elle m’a demandé alors : « Et n’y a-t-il pas quelqu’un d’autre aussi qui t’attende ? » C’est bien possible, ai-je répondu ; elle a fait : « Ah, je m’en étais toujours doutée, et rien de plus, ni depuis non plus, si elle me questionnait je lui dirai ce qu’il en est mais comme cela je ne puis. » » Je vais mettre pour lui, (elle n’ose pas vous nommer) dans ma lettre un petit bouquet des bois de notre dernière promenade, tu le lui enverra quand tu auras le temps !

339Voilà tout : si vous n’êtes pas content avec ça je ne sais pas ce qu’il vous faudra, vu les difficultés inévitables du moins, je le répète elle va plus vite que nous en besogne et elle aura fini sa tâche avent [sic] que nous ayons pu commencer la nôtre. Ah, s’il ne s’agissait que de vouloir ; mais pauvre parrain, voyez un peu si nous ne jouons pas de malheur : l’avocat qui doit plaider notre cause vient de tomber subitement malade !

340— il n’y a qu’à nous que de tels contretemps [sic] arrivent ! — c’est à croire qu’au moment où nous toucherons notre héritage, (si nous le touchons) l’or se changera en plomb et le papier en fumée.

341Ma belle-mère n’est pas contente non plus de ses affaires ; son mari monte une fabrique de produits chimiques ! ils vont se couler ! mais ce n’est pas cela qui la préoccupe momentanément ; c’est que les paysans qui lui ont acheté la maison de son père ne la paient pas : elle attend après cet argent pour venir, ce ne sera donc pas de sitôt.

342Pauvre Fourès ! les regrets que vous éprouvez encore de la perte de votre admirable père, nous les ressentons tous les jours pour le Général ; il eût été si heureux avec nous, ici ; elle [sic] m’eût aimée, lui m’aimait petite fille, il me pinçait si paternellement les joues en me regardant longuement, fixement. J’ai rêvé plusieurs fois qu’il m’accueillait dans ses bras et qu’il était plein de tendresse pour moi ; voilà d’irréparables pertes ! Oh que je garde longtemps, longtemps encore papa ; je croirai être cause de sa mort !... Je suis épouvantée d’avoir écrit ce mot.

343Louis a reçu une lettre de Mr Germain : il est toujours aussi désespéré, je ne sais s’il croit que nous sommes au courant de ses chagrins, mais il nous les laisse entrevoir ! il parle d’orgueil blessé ! d’orgueil blessé ! et il croit savoir aimer ! lui-même oui, mais son amie, point. Le véritable amour, l’amour jeune et généreux n’a pas d’orgueil quand il s’agit nonseulement [sic] de son bonheur à soi, mais du bonheur, de la vie d’une autre et que cette autre est votre « fiancée de cœur » ; je voudrais le lui dire ; mais l’amour-propre arrivé à ce degré est une folie, lui seule [sic] peut se guérir.

344« L’amour est plus fort que la mort » m’a écrit Louis dans un terrible moment où certes tout mon orgueil était plus que meurtri et j’ai trépigné dessus ; notre bonheur en dépendait ! et plus d’une fois depuis... Mr Germain nous annonce probablement sa visite pour la fin de cette semaine ; peut-être ne vous parlera-t-il de rien et vous savez par expérience si Louis sait provoquer de pareilles confidences ! — En somme ; c’est la jeune-fille qui est la plus à plaindre : faut-il quelle l’aime bien fort son Germain, pour ne pas lui en vouloir de ne rien faire qui les rapproche : si elle avait de l’orgueil, pourtant ? Elle le mésestimerait.

  • 154 Adèle Souchier (Romans (Drôme) ?-Valence 30 décembre 1913) En 1874 elle venait de sortir un recueil (...)

345Avez-vous reçu les vers français d’Adèle Souchier154 ? Je ne sais pas du tout qui sait [sic] mais il ne me semble pas que c’était une jeunesse, peut-être me trompé-je ? [sic] — Roumieux et Marius Bourrelly sont mieux renseignés que moi sans doute : le premier dans les lettres en vers dans Dominique l’appelle Nouvelle reine des cours d’amour et le second lui dit les plus galantes choses du monde en l’appelant Mademoiselle ; nous verrons certainement la nouvelle félibresse à la prochaine fête.

  • 155 Ce numéro de la RLR publiait trois poèmes de Fourès : « lAlbeto, Le Garrabié, Al Tustadou de lAmi (...)

346Vous avez du [sic] recevoir à l’heure qu’il est la Revue des Langues Romanes155 Avez- vous vu le bel article sur la Lauseta ? Vous n’y êtes pas ménagé, Cathare que vous êtes ! Mais Louis trouve que ça ne fait pas mal au contraire ; pour ce qui me concerne je flaire que Mr de Tourtelon [sic] a passé par là ; j’en suis un peu honteuse car la langue en est si abracadabrante qu’on ne peut la classer. Je m’applique au Montpelliérain pur mais il n’est pas créé pour ainsi dire et je vais à tatons [sic] ; je n’ai pas encore fini mon figuier !

  • 156 Antoine Fabre d’Olivet, né à Ganges (Hérault) le 8 décembre 1767 et mort à Paris le 27 mars 1825, e (...)
  • 157 L’abbé Pierre Augustin Boissier de Sauvages avait en 1756 publié son Diccionari lengadocian- francé(...)

347Votre « Ronde des grâces » est magique ; quel rêve ! Que votre Albeta va être heureuse : trop, pour le cacher, peut-être. Comme langue, cette pièce semble différer des précédentes ; c’est plus moelleux, très approprié au sujet, mais peut-être moins original, moins vous : je ne suis pas seule de cet avis. Louis le partage ; sans cela je ne permettrai pas de juger les œuvres de mon parrain et maître ! J’ai retrouvé le vocabulaire de Fabre d’Olivet156 qui l’avait sans doute emprunté à Sauvage157 : il y a beau jour que je connais votre joli enramelat ; il m’a saisie aux liens et aux lèvres à première vue. L’ombre qui emmaillote les troncs c’est délicieux ; luscre pour crépuscule est très beau ; je l’ignorais.

348Le facteur ! Adieu, parrain ; à bientôt ; je vous chercherai l’almanach cet après-midi, vous l’aurez ces jours-ci avec des prospectus. Nos plus chaudes et sincères amitiés dans une poignée de main

349Votre toute dévouée et affectueuse filleule

350Lydie-Dulciorela

2.26 Lettre du 18 juillet 1877

351Mas de la Lauseta 18 juillet 1877

352Cher parrain,

353Il était grandement temps que votre lettre m’arrivât, je commençais a être vraiment inquiète de votre silence : pourquoi tant tarder à me répondre ? Vous devez savoir que ma situation d’esprit n’est guère plus calme que la vôtre, et que la moindre chose me trouble et me tracasse ; au moindre soupçon de refroidissement de votre part, je perds la tête, sans l’assurance constamment renouvelée que vous aimez Jeanne et que vous pensez à elle, je suis prise de craintes indicibles et de terreurs ; je me demande si je ne vous ai pas poussé à une résolution à laquelle vous ne désiriez pas venir, et si je n’ai pas été égoïste, par amitié pour vous et tendresse pour Jeanne, en disposant, pour ainsi dire, de votre avenir comme je l’ai fait. Ah ! parrain, si vous souffrez, croyez bien que je ne suis pas sur des roses ! Jeanne vous aime tant que j’ai toujours peur que vous ne l’aimiez pas assez ; je redoute tout l’éloignement, le temps, votre âge, votre tempérament, les circonstances nôtre male chance [sic], que sais-je ? Si votre Albeta partageait la moitié de mes transes elle en mourrait, mais vous comprenez que je les garde pour moi. Je vous disais en fermant ma dernière lettre que j’en recevais une d’elle : vous étiez peu curieux de savoir ce quelle renfermait, il parait. Ingrat ! Elle est pleine de vous ; mais je ne sais pas si je dois tant vous en dire que d’habitude, car on dirait que plus vous êtes sûr de son attachement, plus vous tiédissez : seriez-vous batailleurs amoureux qui n’aiment que pour le plaisir de pourfendre les obstacles et joncher la place de difficultés abattues ? Ah ! parrain ne tardez plus tant à me répondre ; voyez à quelle folle méfiance j’en arrive !

  • 158 Le 18 novembre 1876 un condominium franco-anglais sur l’Égypte a été institué.

354Je voudrais vous parler très sérieusement aujourd’hui ; mais je ne sais si je le pourrai. Les affaires se corsent à Paris (j’entends vos affaires) Jeanne a peut-être tout dit à l’heure qu’il est : elle brûle le passé, votre timide, votre douce Albeta ! Bien que je la susse dévouée à la mort je ne l’imaginais pas si courageuse : cela lui vient de sa candeur probablement, elle s’étonne du silence de Maman : elle cache si peu ses sentiments qu’elle s’impatiente presque de ne les voir pas devinés ; c’est touchant ; j’apprends encore à l’aimer davantage [sic] sous ce nouvel aspect de son délicieux caractère : c’est l’âme la plus délicatement virginale que j’ai vue de ma vie ; en même temps si pure et si raisonnable, si naïve et si sensée, si forte et si bonne ; je vous l’ai dit, parrain, son physique est la moindre de ses qualités, et plus vous la connaîtrez, plus vous l’aimerez, si vous ne la prenez pas que pour son joli petit museau (comme vous dites ici). Maintenant, je prends ses lettres, car je n’en finirai pas sans cela. Ils ont quitté Thoiry et sont chez ma tante à Croissy depuis mardi, papa continue d’aller mieux et Jeanne tousse moins ; Maman est occupée à faire le déménagement à Paris. Jeanne me dit que ma tante est très aimable avec elle : « on m’a meublé une petite chambre au second, près de la salle de billard, écrit-elle, j’y suis bien seule ; j’ai de l’air et une vue de la côte de Bougival qui me rappelle (avec un peu de bonne volonté) ma garrigue de droite, Maman a eu soin de prévenir que j’aimais la tranquillité et ma liberté, de sorte que je crois ne pas être trop ennuyée » ; Ma tante est tout-à fait consolée, elle ne souhaite qu’une chose c’est que nous allions tous bien pour qu’on puisse s’amuser ; Mon oncle ne revient toujours pas ; il est en train de vendre des terrains et attend qu’on le paie, ma tante me dit que l’Angleterre est en marché avec le Sultan pour acheter l’Égypte158... J’ai causé un peu avec Ma [sic] tante hier : elle a l’air de comprendre le sentiment mieux que Maman, nous avons parlé de mes futurs (toujours !) elle m’a naturellement dit qu’on avait été enchanté à la maison de la demande du jeune de Villiers, j’ai fait comprendre à ma tante que ce n’était pas dans mes idées ; qu’il était trop tard ; qu’il aurait du [sic] se présenter il y a deux ans ; elle a compris que j’en aimais un autre, car elle m’a dit quelle trouvait tout naturel que je choisisse qui me plaisait, que le bonheur n’était pas dans la fortune et quelle me souhaitait un mari comme Louis. Le matin, elle est montée dans ma chambre et je lui ai fait voir mes petits souvenirs d’Avignon et aussi le sonnet l’Albeta elle a eu les larmes aux yeux et m’a dit que c’était si joli qu’on sentait que c’était vrai. Elle a ajouté : « Et Mr Fourès en voudrais-tu ? » Je lui ai répondu : « Oui, c’est le plus charmant de tous les jeunes gens que je connais ; » elle a été de mon avis et n’a pas tari d’éloges sur lui. Je suis contente qu’il lui plaise, c’est déjà une sympathie dans la famille ; il est probable quelle en causera avec maman et papa : ça m’est égal, je leur répondrai la même chose. Si je suis seule avec papa et ma tante la semaine prochaine, tu pourras m’écrire comme c’était convenu, un petit mot à part dans une lettre pour me donner quelques détails sur Fourès. Je ne puis m’imaginer qu’il n’y a qu’un mois que je suis partie de Montpellier... Mille baisers pour toi, dont un pour Fourès !

355Vous devinez bien, parrain, que cet un là vaut à lui seul tous les autres ! J’ai profité de l’avis qu’elle me donnait, de l’absence de maman pour lui parler longuement de son « troubaire » dans une lettre particulière dans laquelle j’ai mis votre petit billet et votre bouquet. Pourvu qu’il n’en advienne rien de fâcheux pour elle ! J’attends sa réponse avec une impatience !... Quand au « Prouvençau » je n’ose pas le lui envoyer : y a t-il eu mal entendu entre nous ou oubli de votre part, que vous avez signé de votre nom ! Je croyais que vous prendriez un pseudonyme ? Maman a l’œil trop ouvert sur nous maintenant pour que le sujet de vôtre pièce, la dédicace « à ma Miguette » et vôtre signature à la fin de tout ça ne l’éclairassent plus qu’il ne faut sur vos sentiments...

356C’est partie remise pour cette fois.

357Je me souviens que je vous ai dit en commençant que je voulais causer sérieusement avec vous. Je voulais vous demander si vous avez toujours l’intention de voir vôtre oncle en 7 bre ? Dans le cas (très possible) où Jeanne s’ouvrirait à nos parents de son affection pour vous et de ses projets d’avenir, que comptez-vous faire ? il faut y penser, nous ne pouvons toujours la laisser agir seule, jusqu’à présent nous n’avons qu’à attendre, mais une fois mes parents instruits, nôtre rôle change, surtout le vôtre. Tachez de m’écrire avec un peu de calme. La certitude que vous avez maintenant d’être profondément et résolument aimé de Jeanne doit vous apaiser un peu : cette absence n’est pas la première ni la plus longue que vous ayez supportée : celle de l’année dernière a duré 7 mois et il se peut que celle-ci soit plus courte même que ce que nous l’avions présumé. Pour ma part vous concevez que je hâterai le retour de Jeanne de tout mon pouvoir, dans ma lettre d’avant hier je parle de 7 bre ; j’ai écrit la semaine dernière à maman à propos de ce voyage et d’une installation plus définitive dans le midi de façon à avoir d’elle une réponse cathégorique [sic] : ce quelle a évité de faire jusqu’à présent.

358Je sais que vous avez de grands ennuis, pauvre parrain, et que le surcroît de tristesse que vous apporte la maladie de votre chère petite nièce doit vous ôter tout calme d’esprit ; je dois quelquefois vous ennuyer : n’avez-vous jamais regretté de nous avoir connu ? N’avons-nous pas troublé votre vie, dites ? Vos lettres sont si fiévreuses, souvent si tristes ! Votre brouillerie avec votre mère doit vous faire extrêmement souffrir et elle aussi ! Que faire ! Que peut-elle avoir contre Jeanne, sans la connaître ? Sait- elle donc quelle n’a pas de dot ? — Qui le lui a dit ? S’obstine-t-elle à croire que vous pouvez passer votre vie dans ses jupes ? — Je vous avoue que je ne comprends pas encore ce qui la chagrine à ce point. Je désire et en même temps je crains de la voir ! Croyez-vous qu’elle puisse ne pas aimer Jeanne ? Elle fait ordinairement la coqueluche des mamans plus que celle des fils encore ; il n’y a pas une des Dames que nous connaissons qui ne la voulût pour bru ! paysannes ou femmes du Monde [sic] ; à la ville comme à la campagne.

359Louis a oublié de me rendre votre lettre et il est à Montp [sic] de sorte qu’il m’est difficile de répondre à tout ce que vous m’y dites au sujet de l’almanach ou de la Revue ; pour ce qui est de l’insertion de votre sonnet et de celui de Mr Gaidan, c’est par oubli s’ils ne sont pas sur la liste des pièces composant la Lauseta de 78 ; cela vient de ce que Louis m’ayant demandé de lui remettre tout ce que j’avais de vers, les deux pièces ne s’y trouvaient pas : je crois avoir donné la votre à Jeanne (à moins quelle ne soit en bas dans mon pupitre) et que Louis a l’autre. Vous comprenez que nous tenons que [sic] vous qu’elles paraissent dans l’Almanach. Pourquoi ne pas nous communiquer la lettre de ce bon Mr Gaidan ? elle est trop élogieuse, dites-vous ? Craignez-vous que nous soyons jaloux ou faîtes-vous de la modestie avec vos vieux amis qui ne trouvent jamais qu’on dise assez de bien de leur Fourès ?

360Le titre de la Lauseta sera imprimé en trois langues : en haut-lang [sic] ; en bas-lang [sic] et en Catalan ; selon les circonscriptions où ils seront destinés à être vendus, vous comprenez ?

  • 159 Edmond Thiaudière (Gencey 1837-1930) : directeur du mensuel La Revue des Idées Nouvelles, bulletin (...)

361Ce n’est pas l’Alliance mais la Fédération latine que Thiaudière159 avait proposé pour titre. La Patrie latine (que nous préférions comme vous), était trop étroit pour les fédéralistes espagnols : il faut savoir faire quelques concessions. —

  • 160 Jean-Marie Destrem (Poitiers 1843- ? 1929) : « petit fils du conventionnel toulousain, secrétaire g (...)

362Louis vous répondra mieux que moi au sujet de la notice de Destrem160 sur le « Calendrier Républicain » : ce Calendrier a un défaut capital pour notre midi : c’est que les mois y sont en général en retard de 30 jours il a été fait pour le climat du nord, et nous moissonner [sic] quand le blé est moulu, et quand on songe à visiter les tonneaux : qu’en dites-vous ?

  • 161 Gustave Herloz figurait parmi les auteurs du nord de la première « Lauseta ».

363Est-il permis de dire que la pièce de votre ami Herloz161 nous semble moins bonne que la petite de l’année dernière ? Aimez-vous ça vous ? C’est du faible Musset, entre nous. N’allez pas vous fâcher de cette innocente remarque au moins ? Savez-vous, parrain, que vous êtes si susceptible en matière littéraire que je n’ose pas vous parler franchement la plupart du temps : c’est bien gênant ; ne dites pas que ce n’est pas vrai ! — D’ailleurs l’étant moi-même extrêmement en amitié, je vous pardonne facilement. Seulement dites-moi franchement, brutalement si vous voulez, une bonne fois pour toutes, si vous préférez que je vous dise toujours ma façon de penser ou si vous préférez que je vous la taise quand elle n’est pas conforme à la votre ; et pas de politesse, en cette occasion, je vous prie. Nous devons dès à présent pétrir et modeler nos caractères pour éviter l’ombre d’un dissentiment plus tard ; étudions réciproquement nos endroits sensibles afin de ne jamais nous blesser quand nous aurons le bonheur de vivre plus rapprochés : n’est-ce pas raisonnablement parler ?

364Monsieur Germain a revu son amie ? Quel bonheur ! La paix est-elle faite avec les parents ? Si vous le voyez Dimanche, faîtes-lui nos plus sincères et cordiaux compliments. Pourquoi n’est-il pas venu comme il nous l’avait annoncé ?

  • 162 Troubat Jules (Montpellier 1836-Paris 1914) : Jules Troubat fut le dernier secrétaire de Sainte- Be (...)

365Une lettre de Troubat162 ce matin, nous fait espérer, la très prochaine visite de mon cher ami Baudouin ; le cœur me toque d’y penser ! Je ne sais pas comment je pourrai le recevoir.

366Louis a envoyé la lettre de Cladel à C. Gleizes : elle est signée de St-Pélagie [sic] et a 4 pages, elle lui fera plaisir ?

367Et le Fédéralisme ?????

368Puisque vous me parlez de votre Eglantier (que Jeanne n’a pas lu, que je sache) je vous avouerez que je n’ai pas compris pourquoi vous réclamiez de Jeanne un bouquet de ces fleurs auxquelles un autre amoureux souvenir est attaché : c’est une double trahison. Je ne sais si Jeanne se souvient que vous nous l’avez lu au Mas du Diable le soir de votre arrivée : je ne lui ai jamais parlé de cela : j’ai trop souffert moi-même de ces confrontations avec un passé rempli par d’autres et je donnerai tout au monde pour que Jeanne gardât toujours la sérénité de son cœur. Après ça, peut-être n’est elle pas jalouse, elle, puisqu’il parait [sic] que c’est un défaut. — Vous pourrez donc mettre en vers tout ce que vous voudrez églantines et églantiers autant que vous voudrez, c’est votre affaire.

369À propos des Proverbes, pourquoi la traduction de ceux qui sont en Italien et en espagnol est-elle si peu littérale ? Si nous voulons familiariser le populaire avec ces deux langues sœurs, ne vaut-il pas mieux juxtaposer autant que possible le mot étranger et le mot français ? Quittes à être moins littéraires ?

  • 163 ...du Mistral qui souffle ici...

370Vous allez dire que je suis bien raisonneuse aujourd’hui (comme souvent) parrain ? C’est la faute du Magistrau qui bouffe163 ici depuis hier à nous faire croire que nous sommes en mars : cela taquine et rend grincheux.

371J’ai fini « ma figuièira » mais il m’est impossible d’en juger, c’est on ne peut plus fantaisiste : quel mal je me suis donné ! Je crois qu’il ne m’en coûterait pas plus d’apprendre le sanscrit... et cela me servirait peut-être davantage [sic] ! Je vous l’enverrai (peut-être !) dans ma prochaine lettre si elle est moins longue. Avec les vers de Mlle Adèle Souchier, ça se vaut ! Ce qui me gêne naturellement c’est de ne pas toujours savoir la véritable acception des mots : c’est un peu, un jeu de hasard pour moi, où l’oreille joue le rôle de la vue. Pouvez-vous me dire s’il y a un mot pour désigner le cœur, le centre d’une fleur, d’une rose ? Mitan, miech, tout cela me déplait !

372Je vous quitte, parrain, je commence à avoir la fièvre de fatigue : avouez que j’ai la plume bien pendue ! Mais si ça vous ennuie de tout lire en une fois, vous le lirez en deux, et voilà !

373Vous me direz si la surprise vous a fait plaisir, non, je suis sure [sic] !

  • 164 Poujol, l’éditeur Montpelliérain spécialiste du Protestantisme, est l’un des libraires-éditeurs de (...)

374N’ai-je pas mérité qu’on m’embrasse aujourd’hui ? Ne suis-je plus la petite sœur blonde qu’on avait quelquefois appelé [sic] ? Vous êtes bien capricieux ; ça n’est pas beau, allez ! Tout le monde ne se ferait pas prier comme vous... avez-vous quelque dent cachée contre moi ? Je le crois. Quelquefois, sans m’expliquer comment. Au revoir, vilain parrain, amusez-vous bien dimanche, et moi aussi, je crois que nous irons faire une petite excursion sentimentale, Louis et moi : la paix continue de régner au logis ! Il y a longtemps que mon cher mari n’a pas été aussi tendre et gentil avec sa Titi : je crois qu’il avait un amas de fureurs vengeresses sur le cœur. Il est en train de se purger en assommant les « missionnaires bottés » à coup de Camisards éventrés et étêtés, c’est effroyable !!!! Ses sourcils ne se défroncent pas même en dormant ! même en mangeant des abricots ! C’est égal, son humeur est très radoucie conjugalement parlant, et j’envoie un baiser de remerciement au vieil Arboras, de ce qu’il s’est décidé à se coucher sur le papier de Mr Poujol164 au lieu de lanciner si cruellement le pauvre cœur de Louis : c’est un brave camisard : je suis sûre que vous l’aimerez aussi.

375Au revoir pour de bon, parrain ; au baiser de votre Albeta je joins les mains tendues de Louis et... mes joues ?

376Votre toquée de sœur et respectueuse filleule

377Lydie-Dulciorela

378P.-S. : surtout n’omettez pas de me donner des nouvelles de votre chère petite nièce et du « perdigalet ». Mes compliments sympathiques à votre sœur.

  • 165 Brimborion, n.m. : chose de peu de valeur (Larousse de Poche 1918).

P.-S. : J’ai retrouvé mes médailles ! vous ne voulez pas venir les voir ? Je vous en donnerai ! Ma paûme [sic] chauffe comme une plaque de four, (sans exagération) si vous répondez par un brimborion165 de lettre je croirai que c’est pour me donner une leçon de tempérance épistolaire, entendez-vous !

2.27 Lettre du 25 juillet 1977

379Mas de la Lauseta 25 juillet 1877

380Cher parrain,

381Les deux bonnes petites lettres : voilà comme je les aime et je ne veux pas attendre celle que vous me promettez encore pour vous remercier de celles-là. J’ai eu des nouvelles de Jeanne récemment, mais je ne veux pas vous en parler aujourd’hui parce que j’en aurai pour trop longtemps et il est tard ; sachez seulement quelle va bien et quelle a mis ma tante dans le secret de son affection pour vous. Je ne sais pas encore comment lui est parvenue ma lettre particulière ainsi que le petit morceau de votre cœur que j’y ait joint : j’attends une réponse ces jours-ci.

  • 166 Dans cette lettre les mots occitan apparaissent dans les phrases françaises sans guillemets. Nous n (...)

382Je me décide à vous envoyer cette pauvre Figuièira166 qui m’a donné tant de mal et que maintenant je n’ose pas offrir à Mlle Goirand. J’ai tâché de l’écrire en Montpel- liérain ; c’est loin de vous ! Mais loin aussi du provençal ce qui me console un peu. Mr de Tourtoulon qui a bien voulu me le corriger, m’encourage autant qu’il peut, mais il m’a fait des biffures qui m’ont bien ennuyée à remplacer : j’étais si contente d’avoir fini que tout en prévoyant naturellement un grand nombre de fautes chaque petite croix à la rime surtout m’a fait l’effet d’une roue de supplice (souvenir du vieil Arboras !) si donc vous rectifier [sic] par-ci par-là, veuillez boucher le trou, s’il vous plait, parrain, ces amputations me font trop gémir quand je les doit [sic] exécuter moi-même.

383Voici ce que j’ai du corriger, si vous me trouvez mieux à y substituer, j’en serai bien aise car il y a là plusieurs nouveaux venus qui ne me reviennent pas : 8e vers 2e st [sic].

384— il y avait :

385Dirias pas qu’au cap das ramels
Soun joucats d’issam jougarels etc.
ramels se dit ramèus à Montp(r) [sic] pourquoi ?

386J’ai peine à me soumettre à ces caprices tout à fait illogiques. 3e vers, 2e- st, il y avait :

387Quau vestit trena a la Figuièira
Quau clar e satinos tresum etc.

388Quau est érroné c’est quante — j’aimerai mieux les deux exclamations.

1 vers 4e st [sic] -il y avait : dementre que d’aici-d’ai

1 vers 6e st [sic]-il y avait : Ara es julhet lou mes tant bèl : bel se dit bèu ici- 4evers même st [sic] - il y avait :

389e qu’embauma l’aubre de mèl
que j’ai du supprimer pour la même raison. Mèu, il faut, ce qui m’a forcée à retaper les deux vers et comment !...…

390el et abel plus bas, sont permis, mais tant pis : on en fait bien d’autres en français. 5e

391vers 7e st [sic]-il y avait :

392soun rire mouisse e pourpoural.

J’ai trouvé mouisse dans le dict aire [sic] que fait Louis mais je ne sais pas d’où il vient, traduisez humide, je n’ai que bagnat qui est dur et ne me plait point ; mouissous qui est le vrai mot est employé plus haut.

393Plus bas couquilhada n’est absolument là que pour la rime, ça se voit d’ailleurs, j'ignore tout à fait si la couquilhada mange les figues et je voudrais un nom d’insecte : je compte sur vous pour ça, parrain.

394C’est tout ou à peu près les autres corrections sont insignifiantes.

Ne m’en veuillez pas de la petite flatterie de l’Envoi. La poésie est connue pour une grande menteuse en matière de politesse ou d’amitié. Vous me le faites croire tout le premier et l’exemple vient de vous ; dans votre chant de Grillon pour ma fête, vous nichez un rossignolet de gaité [sic] sous mon front et dans votre dernière lettre vous pariez que tous les oiseaux sont partis avec Jeanne ; dites tout de suite que je les ai fait fuir, que je suis une duègne, un épouvantail : il ne manque plus que vous m’accrochiez au verger au temps des cerises, pour sauvegarder la récolte. Souvenez- vous cependant que nous nous touchons de près comme âge, vieux barbon !...

  • 167 Senet : Mistral dans le TdF donne trois sens à ce s.m. : 1) cerveau étroit, intelligence enfantine  (...)

Je vous remercie bien des mots que vous (m’envoyez) senet167 est adorable ; mais je ne crois pas que je puisse faire cette petite pièce : je manque d’expressions délicates : le dictionnaire étant fait à l’usage des pilleries, carnages tortures et dislocations que pour la portraiture d’une rose thé en séance en séance [sic] félibresque.

395Au revoir, cher parrain, soyez toujours aimable et confiant et je vous gâterai de petites surprises comme ces dernières.

396Louis vous serre les mains et je vous tend la joue

397Votre bien affectueuse filleule

398Dulciorela,

399P.-S. : Il paraît que vous nous mimez très bien, moi surtout, il faudra nous donner une représentation quand vous viendrez. — Baudouin est ici : il est arrivé nous surprendre agréablement avant-hier : je l’ai reçu ! Il n’a été du reste question de rien que de ses tableaux et de Faure, qu’il arrange, le bon ami !

2.28 Lettre du 31 juillet 1877

400Mas de la Lauseta 31 juillet 1877

401Cher parrain,

402Si vous êtes gâteau ! C’est pour toutes les jolies choses que vous dites de mon étude. C’est trop pour la vérité, mais non pour me donner courage. Car vous ne pouvez soupçonner le mal que j’ai à enfiler ces mots en vers sans en avoir plus de dix dans la tête ; je ne sais même pas mes conjugaisons ! Voilà trois semaines que je cherche la première strophe ou seulement le premier quatrain de ma « rose » ! vainement !...

403— le petit thème me plaisait pourtant beaucoup ! ce sera pour plus tard...

404Je vous remercie infiniment de vos corrections je regrette qu’ayant été obligée de soumettre ma pièce à Mr de Tourtelon pour la pureté du dialecte il ne me soit pas possible de les admettre toutes : commençons par le commencement : — nos ch ici ne sont pas aussi déplaisants que chez vous, à cause que nous les prononçons tch comme le c italien et non che ainsi que vous ; d’ailleurs cimels aurait-il la même signification ? Je ne sais pas. Je ne peux pas laisser d’aici-d’ailà, ce serait dire à M. de Tourtelon que je ne me soucie pas de ses corrections ; mais je le regrette beaucoup le vers remplaçant ne vaut rien. — J’ai mis avec plaisir s’acosta d’el au lieu de s’aproucha ; je vous remercie ainsi que de la correction suivante : « Zou ! mousca, abelha afironlada » que j’ai choisie ; je suis bien ennuyée de ne pouvoir remplacer mon « acul- hiras » par votre délicieux « graciousaras » mais Jà n’est pas compris ici (d’après Mr de Tourtelon [sic]) et je ne peux faire le vers autrement, voyez ! J’aurai préféré aussi vespa à foussoulou, à cause qu’il est féminin, mais le vers n’y serait pas non plus et vespeta ne me sourit guère comme consonnance [sic]. Quant aux terminaisons en èu pour el je les trouve absurdes et je compte bien demander une dispense à cet égard : ce sont des caprices inadmissibles ; ou tout l’un ou tout l’autre ; pourquoi ces exceptions que rien ne nécessite ?

405À votre tour, cher parrain, quel est ce délicieux bouquet scandaleux que vous m’envoyez pour votre miguette ? Ce n’est pas pour maintenant, je suppose ? Est-ce ainsi que vous comptez lui apprendre la botanique ? Les jeunes-filles savent-elles s’il existe des sexes dans les fleurs ? Je ne vous laisserai plus faire des bouquets avec Jeanne ; vous lui en raconteriez de belles ! Les remontrances de la duègne épouvantail du-verger terminées, laissez votre filleule se délecter devant ces amoureuses petites corolles (qu’elle ne connaît pas du reste :) quand le verrai-je ce merveilleux canal qu’« emmena poutous dins sas aigas claras ! » Voilà des pèlerinages comme je les comprendrais ! cela viendra peut-être ! et vous aurez créé celui de St-Roc aux fleurs câlines. Je voudrai bien en fonder un aussi, mais il n’est permis qu’aux vieilles femmes de mettre l’amour en vers, a [sic] moins qu’il ne soit pas question de leur mari ; nous attendrons —

406Vous attendez avec impatience que je vous parle de votre Albeta ? C’est naturel, mais j’en ai tant à vous dire et je suis si fatiguée que je ne sais par où commencer ; d’abord j’ai eu deux lettres d’elle depuis que je ne vous ai écrit cette petite et cette longue dernière que je trouve plus simple de vous communiquer en vous l’envoyant qu’en l’analysant : vous vivrez au moins quelques minutes avec elle-même ; ce qui serait des puérilités pour d’autres vous intéresseront tout de même, n’est-ce pas ? puisque c’est elle qui les raconte.

  • 168 Un des soupirants de Jeanne en région parisienne.

407Dans le petit mot, il n’y a rien à noter qu’une chose qui va vous faire rire dans vos grandes diablesses de moustaches à savoir l’exécution du n° = 3 [sic] ! Elle dit que Madame Vallancienne parle toujours de Mr Schmidt à Maman168 : il est capitaine et a demandé d’aller à Nîmes (c’est tout près de Montp r [sic] ) ; il parait qu’il ne se mariera que lorsque je serai mariée moi-même. « Qu’espère-t-il ce grand gendarme ? »

408Pour plus de clarté, dans la lettre que je joins à celle-ci, Flore est notre cousine de Lille, la femme de ce Mr Marette qui était à Paris lors du retour de Jeanne : je vous préviens aussi de ne pas vous alarmer du peu d’empressement que « Notre Mie » dit avoir à se marier. J’étais aussi comme cela ; tout en adorant Louis ; j’étais si heureuse de l’aimer et d’être aimée que je ne rêvais pas autre-chose que de le voir, causer avec lui en toute franchise de cœur et - de l’embrasser quelquefois.

409N’est-ce pas que ces petits desseins [sic] sont gentils ? J’avais bien envie de les garder ! D’autant plus que j’en avais le droit : c’est le pays non pas qui m’a donné le jour, mais où j’ai connu la vie ; la petite marre sous les hêtres nous a vus maintes fois, Louis et moi ; moi souriant et lui soupirant. Ne les perdez pas au moins ces petits desseins [sic] ; collez-les sur un papier assez fort pour qu’ils ne se déchirent pas au milieu ? il y aura déjà 4 ans le X6 de ce mois que nous sommes mariés. Vous boirez à notre beau accord, n’est-ce pas parrain ? et nous boirons à votre bonheur prochain. Si vous pouviez venir ? F. Gras est à Lamalou — il doit passer par ici : vous le verriez...

410J’ai bien deviné, ou plutôt reconnu le portrait de Maman Fourès car vous lui ressemblez beaucoup comme traits ; mais la physionomie est toute différente de la vôtre ; elle est bonne mais entêtée, tenace ; je comprends parfaitement en la voyant l’obstacle inébranlable où vous échouez : je connais ça ! La lettre de Jeanne vous renseignera là-dessus.

411Je suis bien contente de savoir que votre nièce va mieux, qu’elle soit vite guérie la chère enfant ; autant pour ses parents et amis que pour elle ; car l’inquiétude est vraiment aussi pénible à supporter que la maladie ; j’aimerais mieux quelque infirmité que de craindre perpétuellement comme je le fais pour Jeanne et papa ! et si loin ! —

412Louis n’a pas reçu de lettres de vous mais deux « countaralhas » ! Avez-vous oublié d’y joindre la lettre annoncée ?

413Au revoir, parrain, je n’ai rien d’autre à vous dire aujourd’hui ; risquerai-je, un de ces jours de vous soumettre mon autre pièce, la première ? la fin est complètement râtée [sic] : j’étais exténuée : je voudrais la refaire mais cela me paraît impossible : ce n’est pas dans mes cordes ; je ne me frotterai plus au sentiment !

  • 169 Guilhem de Tudèle : un des deux auteurs de la Chanson de la croisade contre les Albigeois XIIIe siè (...)
  • 170 D’Antoine de la Sale (1385 ?-1461 ?), une édition était parue en 1830 chez Firmin Didot à partir du (...)

414Louis veut incérer [sic] mon aubade à Jeanne dans l’Almanach ; il prétend qu’en la terminant à la strophe « Et vous m’abelirez tant mieu », elle peut aller, moi je n’y tiens pas du tout ; c’est trop fantaisiste pour un almanach surtout qui est ce qui comprendra des mots de toutes les époques ? C’est un vrai métis comme langage : dites-moi ce que vous en pensez : j’ai une peur affreuse de passer pour pédante et prétentieuse et vous savez si je le suis !... J’ai traduit « le siège de Béziers » dans la « Chanson de la Croisade » de Guillem de Tudël169 Mais c’est trop peu de chose pour le signer bien qu’elle soit toute différente des autres traductions de ce moment-ci pour apprendre mes conjugaisons. Je translate quelques pages du « petit Jehan de Saintré170» dont je raffolle [sic], le connaissez-vous ? C’est un excellent exercice pour moi à cause de la grande simplicité du style où les mêmes mots reviennent incessamment : ce qui me gène c’est les locutions archaïques dont cela fourmille et dont j’ignore les équivalents en Languedocien.

415Cette fois-ci, au revoir, cher parrain, ne vous fatiguez pas tant, vous ne me paraissez pas très gaillard depuis quelque temps. D’où vient cela ? Avez-vous toujours autant d’ennuis ? les affaires ne vont-elles pas mieux ? encore quelques mois de patience pauvre parrain... La République nous rendra la vie bientôt ! Pas de nouvelle de notre procès : Louis a écrit une lettre serrée au notaire, nous attendons sa réponse.

  • 171 Cette lettre n’a pas de fin.

416Mad [sic] Charpentier est malade : son médecin a écrit à Louis quelle est atteinte, elle aussi, d’une névrose qui l’inquiète assez pour qu’il croie devoir nous en prévenir : elle doit avoir de terribles ennuis. J’ai fait l’effort de lui écrire de hâter son voyage, car de l’avis du Docteur, le calme seul peut la remettre, que vont devenir nos deux névrosés l’un vis-à-vis de l’autre171 !

2.29 Lettre du 16 août 1877

417Mas de la Lauseta 16 août 1877

  • 172 Lettre des 16 et 18 août.

418Cher parrain172,

  • 173 Ponson du Terrail (1821-1871), l’un des maîtres du roman feuilleton, commença à écrire Rocambole en (...)

419Si j'écoutais ma mauvaise humeur, je continuerais de garder le silence ; comment ! Je passe des journées à vous écrire, j’en attrape la fièvre et vous me répondez en quelques lignes (dont la moitié de citations philologiques) pour gémir plus que jamais et nous dire votre découragement ! Et vous dire notre découragement ! Quand je m’ingénie à vous consoler et à vous remonter le moral tout ce que je peux ! Vous n’avez pas besoin de me recommander le secret sur vos ennuis vis-à-vis de Jeanne : si je voulais vous faire du tort dans son esprit ce serait le moyen : elle penserait que vraiment vous mettez de la mollesse à la mériter quand elle, là-bas, fait preuve de si belle énergie pour se rapprocher de son pleurnicheur de Fourès. Vous êtes malheureux, qui est-ce qui ne l’est pas ? Aimeriez-vous être à la place de votre ami Germain ? Peut- être, qui sait ? Si vous renonciez à la lutte, dites ? nous nous reposerons aussi ; si plus nous entrevoyons de chances de succès, plus vous faiblissez, où en serons nous au bout de l’année, bon dieu ! Je sais que vous avez d’autres ennuis que l’absence éloignée de Jeanne, mais si les preuves d’affection qu’elle vous donne ne réussissent pas à les amoindrir au moins un peu, vous n’aimez pas Jeanne sérieusement : c’est moi qui vous le dis ; quand le cœur est bien plein, il ne se préoccupe pas tant des autres misères, je pense bien que votre vie ne doit pas être facile avec votre mère ; je ne vous ai pas caché mon appréciation là-dessus, mais que sert de vous énerver ainsi en vous désespérant, si vous ne pouvez la quitter maintenant ? Tâchez plutôt de retrouver assez de calme d’esprit pour ruminer vos projets d’avenir ; vous parlez de six mois avant de venir vous organiser ici ! cela nous mène à la fin février ? Comptez-vous vous marier avant de mettre la librairie en train ou d’avoir quelque position stable ? Vous ne parlez jamais de rien de tout cela, parions que vous n’y songez pas, écoutez parrain, vous savez que je méprise l’argent, mais laissez-moi vous dire que je ne vous serais pas si favorable si je devais redouter pour Jeanne, maladive, les tristes moments par où j’ai passé : il va sans dire que cela n’arrivait que si nous ne pouvions l’empêcher ; mais nous ne savons pas si nous sommes à jamais délivrés de ces inquiétudes-là : l’état d’écrivain est ruineux, quand on n’écrit pas Rocambole173 ; (et je n’inviterai jamais Louis à aligner pour des gros sous !)

420Pressez le plus tôt possible votre visite chez votre oncle : que craignez-vous ? Un refus de lui ne peut rien changer de vos résolutions ni aux nôtres, je suppose ? Il s’agit seulement de savoir à quoi s’en tenir, et là-dessus, quelques jours plus tôt ou plus tard n’y feront pas grand chose. Vous n’avez aucun obstacle sérieux à redouter de mes parents : j’ai tâté le terrain, on est disposé à faire l’impossible pour plaire à Jeanne ; même à lui laisser épouser un poète ! Le seul empêchement est pour le moment votre situation matérielle. Notre procès est en jugement : sitôt le résultat connu, Louis fournira le premier noyau pour fonder la Librairie : il en parlera à Mr de Tourtoulon, vous pouvez en parler à Mr Gaidan s’il passe par chez vous, et si la Maison était agencée pour la parution de la « Revue latine » ce serait magnifique ! Je pousse à la roue tant que je peux, mais vous ne m’aidez pas beaucoup.

421Vous ne méritez guère que je vous parle de Jeanne ; d’ailleurs vous n’y pensez pas outre mesure puisque pouvant lui faire plaisir à l’aide de quelques fleurettes de temps en temps, vous négligez de le faire après en avoir été prié : chaque lettre de vous que je décachette est une déception tant pour ce quelle contient que pour ce quelle ne contient pas, Jeanne ne doit savoir que croire : ses lettres sont toutes tristes d’être sans nouvelle de vous : les petites fleurs diraient au moins qu’on ne l’oublie pas : vous êtes bien étrange de vous faire prier pour si peu.

  • 174 Reprise de la lettre le 18 août.

42218 A174 — Voilà deux jours que cette lettre devrait être partie ; j’ai du l’interrompre pour écrire à Jeanne qui m’en priait ; ce matin même, et hier, j’ai été occupée toute la journée dans la maison : ma belle-mère arrive demain et je mets mon amour propre à ce que mon petit ménage laisse un peu moins à désirer ; me voyant prise assidûment au bureau Honorine s’était un peu relâchée : il fait si chaud ! Jeanne me dit que le jour où Mme Charpentier est allé [sic] passer à Croissy, il a été question de Monsieur Fourès au déjeuner ; ce serait trop long de tout vous raconter, mais il paraît que papa trouve que vous êtes un charmant garçon pour lequel il a de la sympathie ; du reste, je vous l’avais déjà assuré, si bourgeois qu’il soit il a pourtant su apprécier votre talent dont je l’ai entendu faire grand éloge, devant Baudoin. Il est entendu que Jeanne va bientôt revenir, peut-être avec papa et maman qui loueraient quelque maisonnette aux environs ou un appartement à Montpellier ; s’ils ne peuvent venir tout de suite ils enverront Jeanne en avant.

423Les soupçons de maman se sont fixés sur Gras ; « elle n’entend jamais prononcer son nom sans émotion ». Elle ne vous redoute pas parce que ma belle-mère lui a dit que « vous ne vous marieriez jamais à cause d’un souvenir ». Quelle blessure pour cette pauvre petite Jeanne ! je ne sais quoi lui répondre ; heureusement que je n’ai pas eu l’occasion de lui écrire particulièrement, je n’aurai pu faire autrement.

424Le facteur. J’ai encore maintes choses à vous dire ce sera pour plus tard.

425Une fleurette de Jeanne (laquelle vous ne méritez vraiment pas) et deux bonnes poignées de main de Louis et de votre très très fâchée filleule

426Madame de Ricard

2.30 Lettre du 27 août 1877

427Mas de la Lauseta 27 août 1877

428Mon bien cher parrain, Qu’avez-vous ? Mais qu’avez-vous ? Qu est-ce qui peut vous mettre dans un tel état de tristesse et de découragement ? Quels sont ces ennuis anciens qui se liguent avec les nouveaux pour vous troubler et vous abattre à ce point ? — Vous me reprochez de n’avoir pas trouvé un mot amical à vous dire, ce n’est pas juste, depuis votre départ je n’ai cessé de vous écrire le plus affectueusement que j’ai pu et à m’ingénier à vous faire prendre votre mal en patience : envoi de fleurettes, de petits dessins, douceurs et baisers de votre Albeta, vous les ai-je jamais marchandés ? — Plus tard vous verrez que je vous ai toujours réservé le meilleur et que je garde le reste pour moi...

429C’est tout-à fait désappointée de voir mon peu de succès que je vous ai fustigé comme vous dites ; j’espérais vous forcer ainsi à vous ouvrir à moi de tous les tracas qui vous assaillent — Ah bien oui ! Pour changer c’est toujours la même chose ; vous êtes méchant, parrain ; vous avez feint de prendre au sérieux ma fichue signature pour m’appeler Madame, vous êtes un méchant, méchant, méchant ! si vous n’étiez pas si loin, j’irai vous griffer, vous mordre, vous mettre en pièces ! — Vous m’avez fait gronder : Louis s’imagine que je vous ai écrit des horreurs ; vous mériteriez que je le dise à Jeanne.

430Mais de grâce, cher parrain, qu’avez-vous ? Dites, dites-le nous ! Ne sommes-nous votre frère et votre sœur ? Ne suis-je plus votre filleule ? Je n’ai jamais vu d’être aussi mystérieux que vous et notre ami Germain ! Vous nous en dites assez pour nous attrister, nous inquiéter, sans que nous en sachions suffisamment pour tenter de vous consoler ou de partager votre chagrin en connaissance de cause. Regrettez vous de vous être engagé vis-à-vis de Jeanne et de nous ? — Malgré le grand souci et les regrets que ce regret nous causerait, nous aurions assez d’amitié et d’estime pour vous le pardonner ; la santé de Jeanne serait une bonne raison pour retarder indéfiniment le mariage et peut-être réparer peu à peu le mal que nous avons fait : cela vaudrait encore mieux qu’une union contre votre gré. Je vous supplie au nom de notre franche amitié et de notre bonheur à tous d’être franc avec moi ; je suis assez forte pour tout entendre, je vous le jure.

  • 175 « Je pars » pour « je parles. »

431Est-ce parce que vous êtes gêné ? Vous avez donc de bien grosses dettes ? Sont elles aussi fortes que vous ne puissiez espérer de les solder ? Doutez-vous un instant du plaisir que Louis aura à vous y aider dès qu’il le pourra ? Est-ce l’appréhension du refus de votre oncle ? — Quand cela serait ? On se retournerait d’un autre côté ? Voilà tout ? — Redoutez-vous des explications définitives avec votre mère ? Craignez-vous de trop souffrir en la quittant, ou ne pourrez-vous vous décider à vous expatrier de Castelnau ? — Peut-être veut-on vous marier là-bas et votre engagement avec Jeanne vous gêne-t-il ? Ne prenez pas cela pour une méchanceté, cher parrain je pars175 [sic] sérieusement et en toute amitié, je vous l’ai dit, c’est autant par sympathie pour vous que par tendresse pour Jeanne que j’ai souhaité vous voir mariés ensemble ; mais jamais je ne voudrai sacrifier votre tranquillité, votre avenir à un cher rêve de mon cœur, pas plus que le bonheur et l’avenir de Jeanne et malgré mon chagrin, je ne vous en voudrais pas. Si je pouvais, si une jeune femme n’était la plus saute [sic] chose et la plus empêtrée de la terre, je prendrais le train tantôt pour votre Castelnau et je vous obligerai bien à vous confeser [sic] coûte que coûte — D’ailleurs je vous en préviens, si vous m’écrivez encore d’une manière aussi vague et aussi inquiétante, je préfère que vous vous absteniez de me répondre. J’ai votre confiance ou je ne l’ai pas. Vous ai-je jamais caché mes ennuis, moi ? Ne vous ai-je pas fait part de mes petites brouilles avec Louis, de mes découragements et de mes faiblesses ? — Pourquoi mettez-vous tant de fierté ; à me celer les vôtres ? Vous avez moins d’amitié pour nous que nous n’en avons pour vous, voilà la vérité tant pis, si elle vous choque, parrain.

  • 176 Palavas, ville d’eau possède alors déjà un Casino, de belles villas et l’eau ferrugineuse agréée pa (...)
  • 177 Loquet, n.m. : laine peu estimée (Dictionnaire de 1918).

432Ma belle-mère est ici depuis jeudi ; jusqu’à présent cela marche on ne peut mieux : nous en sommes tous aussi étonnés que contents. Mais les corvées vont commencer ; nous allons tantôt à Palavas176 et au Restaurant quelle nous paie pour la fête de Louis : cela ne serait que peu de chose s’il ne fesait [sic] une chaleur africaine et s’il ne fallait s’attifer comme les poupées ! Adieu mon petit loquet177 à cerises ! Si léger et si commode ! — elle m’a apporté un chapeau ! mais un chapeau ! Jaune avec des plates bandes de fleurs multicolores et une plume d’autruche ! — Quel supplice ! Avoir cela sur la tête toute la journée ! Et puis ce monument me fait une figure de poupard, à me suspendre un biberon au cou ; et des gants ! et des bottines neuves ! et des manchettes ! Ah, parrain, si je vous ai chagriné vous serez vengé ce soir, par cette journée de parade et de gêne.

433Selon que vous m’écrirez amicalement ou non, je vous répondrai longuement (quoique vos très courtes lettres ne m’y incitent guère) et je vous parlerai de Jeanne et de nos projets ; j’ai une fleur pour vous, mais j’attends pour vous la remettre que vous ayez vous même répondu plus exactement et plus minutieusement à certaines questions que je vous adressai naguère au sujet d’un souvenir : peut-être est-ce une de ces douleurs anciennes dont vous souffrez ? Dites, je serai discrète, moi.

434Comment va votre petite nièce ? Son voyage lui a-t-il fait du bien ? Êtes-vous encore inquiet à son sujet ? J’espère que non !... Jeanne ne viendra que dans trois semaines. Mais chut !... Je ne voulais pas vous en parler.

  • 178 « A Una rosa incarnada » (À une rose incarnat), Montpellier, août 1877, a été adressée à Fourès, el (...)

435Il y a quinze jours que j’ai terminé une petite pièce, mais décidément j’avais raison de dire que vous ne vous intéressiez pas à ce que je fais ; vous ne m’avez pas répondu au sujet de ce que je vous disais de mon lot pour l’almanach, donc je ne vous envoie pas ma petite « rose178 ». Et je ne vous dirai rien de votre pièce à Mulhouse Na ! Bonne nouvelle ! Les correspondants de Suisse sont trouvés ! Louis vous en parlera. Cher parrain, au revoir : puisse ce griffonnage être bien accueilli de vous et vous convaincre à tout jamais de notre inébranlable amitié pour vous. Cherchez bien et vous verrez que c’est vous qui avez manqué de confiance en votre frère Louis et en votre bien sincèrement dévouée sœur et filleule qui tous deux vous embrassent affectueusement

436Lydie-Dulciorela

437P.-S. : ma belle-mère vous envoie ses sincères amitiés.

2.31 Lettre du 10 septembre 1877

43810 7 bre 1877

  • 179 Avec fleur séchée.

439Cher parrain179,

440Deux mots à la hâte ; très pressée, Monsieur Fabre est ici, il vient chercher ma belle- mère ; allons passer la journée à Montpellier ; repartent tous deux ce soir : pourrai vous écrire longuement demain.

441Lettre de Maman seulement hier : on m’attend Jeanne peut venir dans une quinzaine : très mauvais temps à Paris, du feu dans la chambre de Jeanne !...

442Il faut que j’aille m’habiller je suis en retard ! ! —

443Reçu votre lettre hier, merci.

444Bon courage et réussite si partez avant ma lettre.

445Nous vous embrassons Louis et moi

446Votre dévouée filleule

447Dulciorela

448R-S. : Les Catalans ont envoyé pour la « Lauseta » Splendide !

449Amitiés de ma belle-mère et de Mr Fabre.

2.32 Lettre du 11 septembre 1877

450Mas de la Lauseta 11 7 bre 1877

451Cher parrain,

452Avez-vous reçu mon billet en petit nègre ? J’en doute car votre lettre d’hier nous prévient que vous garderez le silence jusqu’à ce que nous ayons écrit ; D’où je conclus que ou vous êtes affreusement grincheux ou vous ignorez ce qui a empêché Louis de vous donner de ses nouvelles. Mais nous voilà tranquilles ! enfin ! Quel tohu-bohu que cette visite de ma belle-mère ! — Ne s’amusant pas du tout au Mas, c’était elle qui avait proposé de faire un petit voyage ; votre filleule qui n’est pas toujours bête a lancé le mot de Castelnaudary, et ma belle-mère qui se souvient facilement des beaux voyageurs s’y est cramponnée avec ravissement ; si cette excursion lui a plu, vous le savez autant que moi ; mais une fois que le galant troubadour de votre connaissance nous eût quittés, il fallait rentrer tout droit à Montpellier, plus de Carcassonne, plus de Cité, plus rien ! Nous avons eu toutes les peines du monde à obtenir la journée du lendemain : elle voulait repartir toute seule à 3 hs : elle a trouvé Germain très bien-élevé mais pas si aimable que vous (mettez deux faux-cols par dessus le votre [sic], parrain).

453Il est inutile que j’essaie de vous parler de Carcassonne : Monsieur Germain vous aura dit, sans doute, notre émerveillement pour moi, je n’ai jamais reçu pareille impression de puissance, de force farouche, de... de je ne sais quoi. C’est une magie ! un prodige comme je n’en ai pas rêvé ? — je voudrais être née à Carcassonne ! — J’ai hâte d’y retourner par une claire journée, sous un beau couchant ; il fesait [sic] si sombre que nous n’avons pas pu jouir de la vue, là-haut. Quel malheur que voilà l’hiver : nous y serions allés avec Jeanne, ce sera pour le printemps.

454Je ne puis vous dire combien Madame Germain a été aimable ! elle nous a reçus comme de vieux amis ; absolument ; du reste vous devez la connaître. Je vais lui écrire ces jours-ci pour la remercier, de son charmant accueil. J’en profiterai pour lui demander des nouvelles de mon ombrelle que j’ai perdue en route et que je crois avoir laissée chez elle : son fils ne vous l’a pas dit ?

  • 180 La cité de Carcassonne venait d’être rénovée par Viollet Le Duc en 1874.

455Comme vous, nous l’avons trouvé bien, bien changé le pauvre garçon ! Et ce jour là il avait ses raisons pour être encore plus triste et attristant que d’autres : sa Jeanne se mariait ! Il a rencontré l’oncle et le cousin qui étaient venus pour la noce, sur le boulevard, et il les a salués du geste et de la voix, le malheureux ! Et vous dites qu’il se marie ? Je ne sais qu’en penser ! En buvant de la Blanquette de Limoux à la Cité180 ; comme songeant à vous, il disait ; il manque deux personnes ici (car il ne vous sépare plus de Jeanne dans son idée probablement) trois, lui répondis-je. « Comment trois ? » — « Oui trois Fourès, Jeanne et une petite Madame Germain » ! — il ne dit mot, mais secoua brusquement la tête avec amertume et révolte et on parla d’autre chose. À table je fis mon possible pour obtenir qu’il mangeât, étant à côté de lui, et j’y réussis. Il y avait là un Maître Ponset (avoué qui lui aussi a fait l’acte en question comme il a du [sic] vous le dire) qui à brûle pourpoint, en plein déjeuner s’écria : « Êtes-vous marié, Mons [sic] Germain ? — « Non » — Eh bien, il faut vous marier, ça fait bien, ça pose mon cher ami, un avoué doit être marié ! d’ailleurs je parlerai de cela à Madame votre mère, laissez-moi m’occuper de cela ! » — On rit et on ne pensa plus à rien. — Ne serait-ce pas pourtant ce Maître Ponset qui aurait trouvé une femme à notre ami ? — J’ai peine à croire que choisie de cette main-là, elle puisse faire l’affaire de ce pauvre cœur navré. Sa lettre que vous nous annoncez éclairera peut-être ce mystère.

456Figurez-vous, que nulle lettre de la maison ne m’attendait ici ! et je n’en ai reçu une de Maman que dimanche ! J’étais inquiète ! — On me dit qu’on sera bien heureux de me voir et que Jeanne pourra venir à la fin du mois : Maman a hâte maintenant que Jeanne soit avec moi, que je la voie et que je la ramène à Montp-r [sic]. Il fait pire temps que jamais à Paris : Maman a du [sic] faire du feu dans la chambre de Jeanne et Monsieur Fabre nous a affirmé que tout le monde reprenait ses vêtements d’hiver ; que lui-même n’avait pu quitter son gros pardessus qu’en arrivant à Lyon : il était stupéfait de la chaleur que nous avions ici. Malheureusement le temps fraîchit aujourd’hui, le ciel est tout gris : vous verrez que ces maudites pluies qui nous manquent depuis trois mois vont survenir à mon retour avec Jeanne. Ce voyage à Paris va être bien, bien triste pour votre filleule, parrain ; d’ailleurs je n’en ai pas fait encore un seul d’agréable depuis quatre ans que je suis ici ; ils ont toujours eu de pénibles motifs ! — Comment trouverai-je Jeanne ? Comme [sic] trouverai-je papa ? — les bavardages inconséquents de Ma [sic] belle-mère m’ont emplie d’anxiété ! sa légèreté ne mâche guère ses paroles, et elle m’a profondément alarmée plusieurs fois. Allez, parrain, il n’y a pas que vous qui broyez du noir ! —

457Je n’ose pas vous demander des nouvelles de votre petite nièce. Est-elle à la campagne ? S’en trouve-t-elle mieux ? — quel martyre pour votre sœur ! Que je la plains, et que je lui souhaite de tout cœur de le voir finir bientôt ! N’oubliez pas de lui présenter mes bien sincères sympathies, et mes vœux, n’est-ce pas ?

458Il y a longtemps que je n’ai eu de lettre de ma Jeannette ! peut-être m’attend-elle ? — Peut-être en aurai-je une tout à l’heure ? — Quelle douleur égale celle d’être éloigné d’un cher sien qui souffre ? en connaissez-vous une ? pas moi, non ! Je ne vis que dans la perpétuelle attente de la revoir, ma Jeanne et de la revoir guérie, fraîche et gaie comme autrefois. — Je ne vous dis pas toutes mes angoisses ! Mes terreurs, quand je sais quelle ne va pas bien ! — Il y a des moments où ma gorge se serre de peur et où ma tête me tourne comme un moulin.

  • 181 La Cigale dOr, le nouveau nom du Dominique de Roumieux qui est devenue hebdomadaire à partir du 1e (...)

459Si vous aviez quelque chose à me remettre pour votre Albeta envoyez-le moi : votre petit mot lui a fait tant de plaisir ! Je le lui porterai avec vos dessins et le lierre du canal. Je ne crois pas partir avant le courant de la semaine prochaine, afin de ne pas laisser Louis trop longtemps seul. Il a tant à faire. Le moment est mal choisi pour m’en aller, quand ce ne serait que pour tout le temps qu’il va passer à m’écrire, ayant déjà des occupations par dessus les oreilles. Il vous enverra de nouvelles épreuves demain probablement. Il est surpris que vous ne lui disiez pas un mot de l’Almanach, n’en êtes-vous pas content ? Je vous prie aussi de ne pas faire trop attendre votre chronique de Languedoc, et de ne pas oublier non plus que vous avez promis d’annoncer la traduction du Fédéralisme. — Décidément les Espagnols sont plus courtois et plus sérieux fédéralistes que les Italiens. Je triomphe ! Car sans plus les connaître que ces derniers, j’étais sûre qu’on s’entendrait avec eux (et Louis était de l’avis contraire ; il préférait de beaucoup les Italiens.) Ils ont tous envoyé ! de plus, un nouveau : le plus grand poète castillan, Falguera : vont-ils rager les Provençaux ! — À propos ils font feu des quatre fers pour maintenir l’équilibre : voyant que nous les envahissons, que nous occupons leur pauvre almanach, ils tentent de se faufiler chez nous ; mais... bernique ; croiriez-vous que ce polichinelle de Roumieux écrit à Louis sans rime ni raison, bien que félibre, — une lettre qui veut être spirituelle et où il l’appelle Mon cher ami ! Oui, Mon cher ami, et pourquoi faire ? Pour offrir à la Lauseta de 78 une primeure [sic] de sa divine plume de perroquet, une improvisation sur l’air de Santa Luccia (ou ? des félibres) chantée à la félibrejade d’Areno dernièrement ? Cela, bien entendu ne vaut pas un grognement d’Auriola, et à peu près [sic] 200 vers, au moins ! Louis va lui renvoyer son cadeau en lui disant que c’est trop tard. Voyez-vs [sic] cela, un Roumieux dans la Lauseta ! Ce doit être encore un tour de Mistral. De plus la Cigalo d’Or va paraître en revue hebdomadaire181 mensuelle, nous sommes roulés du coup ! Que va devenir la Revue latine devant un semblable concurrent !!!!...

  • 182 On peut voir ici l’influence des idées de Rousseau sur l’éducation des femmes.

460Le facteur vient de venir : pas de lettre de la Maison !... Une de Germain on ne peut plus cordiale, où il nous dit qu’il a passé quelques heures avec vous dimanche, pendant lesquelles vous avez parlé de nous ; il nous annonce son mariage d’un ton très résolu : il parait moins accablé, beaucoup moins ; il épouse une jeune fille qu’il avait connue dans le temps à Montpellier, le coquin ! Oh ! Ces hommes ! Ces hommes ! Et on prétend que les femmes sont perfides ! Plaisanterie à part, je crois que c’est ce qu’il a de mieux à faire, puisque tout autre espoir est anéanti : il ne peut aimer une femme mariée ni passer sa vie à déplorer sa perte. C’est une fille du peuple, dit-il, qu’il prend pour compagne ; il a plus de chance d’être heureux avec elle qu’avec une élevée de rang plus élevé182 : s’il en a la patience, et si elle est intelligente, il la pétrira à son goût et nous ferons une trinité d’amies avec elle, entre Jeanne et moi, comme lui Germain avec vous et Louis : ce sera-t-il gentil ! Comme la jeune Gabrielle est d’ici ; nous et vous (quand vous y serez) aurons grande facilité de voir souvent notre trio au complet. Dites-lui cela, à notre ami quand vous le verrez, car Louis en a toujours à dire pour sa part sans se charger de mes petites réflexions. Bonne promenade au Dolmen, heureux jeunes gens !

461Jo-iola est malade, elle est nichée dans mon estomac pendant que je vous écrit [sic], ce n’est pas très-commode et me tient un peu chaud : enfin ! C’est la destinée des mères de se sacrifier pour leurs enfants, comme dit ma belle-mère qui l’a lu quelque part : sans doute car elle ne l’a pas encore expérimenté jusqu’à présent, (je crois que cela s’arrangera pour cette fois-ci, mais cette alerte n’est pas la dernière malheureusement !) — Une mort pendant notre absence ! deux ! un petit poulet manquait à l’appel le soir de notre retour et un pigeonnet s’était pendu la veille à l’amandier avec un fouillis de fil noir oublié sur la table de Madme [sic] Charpentier ; pauvre petit. Au revoir, parrain, prenez un quart d’heure sur votre sommeil pour m’écrire un peu plus longuement ; vraiment, vos lettres ressemblent à des dépêches ; on dirait que vous ne m’écrivez que par acquis de conscience et pour avoir des nouvelles de Paris dans mes réponses ; je veux bien qu’il n’y ait de cela, mais pas que cela ; je veux compter pour quelque chose dans vos pensées ; votre amitié est bien refroidie depuis quelques mois, je ne sais pas pourquoi ; il me semble pourtant que je ne vous ai pas donné de raison de me moins bien traiter qu’auparavant et que je fais ce que je peux pour vous faire plaisir. Vous m’avez réellement blessée à Toulouse et si vous n’étiez pas l’ami de Jeanne !...

462Nous vous embrassons tous deux cordialement

463Votre dévouée filleule et sœur

464Lydie-Dulciorela

2.33 Lettre du 12 septembre 1877

465Mas de la Lauseta 12 7 bre 1877

466Cher parrain,

467Je ne sais pas trop ce que je vais vous écrire, mais il faut que je vous écrive pour échapper un moment à mon chagrin : notre pauvre Auriola est morte, morte ce matin après deux jours et trois nuits d’horribles souffrances ! — J’en suis toute ahurie : quel suplice [sic] parrain ! Non jamais je n’ai été encore été mise à telle épreuve de courage ; aussi je suis absolument rompue, de la tête aux pieds ; et Louis, le pauvre ami ! Il en est malade ! Et je suis bien contente qu’il ai été obligé d’aller chez l’imprimeur, cela le distraira !... mais moi !... J’ai reculé le plus que j’ai pu pour pas vous écrire aujourd’hui, je me suis brûlé les yeux à lire pour ne pas penser, mais maintenant j’en ai assez, et je ne veux de nouveau me laisser aller à ma désolation.

  • 183 Entre crochets les passages de la lettre que Louis-Xavier de Ricard n’a pas publiés en 1891, dans A (...)

468À tout autre j’aurai honte de me montrer si affectée d’un accident qui paraîtrait futil [sic] à tant de gens, mais il ne se peut pas que vous, vous m’en railliez : ce n’est pas un singe, un simple animal que j’ai perdu : c’est une affection, une chère petite tendresse ! Muette que j’entendais si bien ! C’était presque un enfant !... il ne voulait pas me quitter depuis quelque temps ; et quand je m’éloignais, il avait de tels regards suppliants et anxieux que j aurais dû deviner qu’il était malade ; en temps ordinaires je les aurais bien compris ces pauvres petits yeux, mais pendant que ma belle-mère, était ici je l’ai un peu négligé mon pauvre Auriol ! Volontairement même afin qu’il fut plus caressant avec elle, qu’il griffait et à qui il fesait [sic] la grimace dès qu’il était dans mes bras ; c’était un poupon pour elle, une marionnette vivante ; on lui fourrait des sucreries toute la journée, le soir on le laissait à l’air froid pour s’en amuser plus longtemps. Vous savez que nous le quittâmes malade au Mas quand nous allâmes vous voir ; si j’avais libre [sic] d’agir à ma guise sans passer pour une grincheuse, j’aurais retardé mon voyage de deux ou trois jours183 [mais Mad [sic] Charpentier s’ennuyait ici] il a fallu partir... et la pauvre petite bête se consumait sans sa petite Maman, sans caresses [sic], sans soins [sic] pendant ce temps là !... le vétérinaire a dit quelle devait être malade depuis une dizaine de jours déjà !...

469[de retour au Mas comme au départ nous n’avions pas une minute à nous : Elle nous saoulait (passez-moi le mot), de la lecture de ses lettres, de ses commentaires, de ses suppositions ; Mr Fabre vint : une journée ici, une journée passer [sic] à Montpellier etc... quand nous sommes rentrés en possession de nous-même [sic] et de nos paisibles habitudes, il était déjà trop tard pour sauver Auriola, Ah, parrain, j’ai pardonné par amour pour Louis, mais cette femme est une calamité ! Chaque fois quelle est venue traîner sa queue dans notre pigeonnier, elle y a laissé quelque chagrin ; quelque empoisonnement comme le putois !]

470Dimanche matin

  • 184 Cette lettre écrite en deux temps n’est pas signée, elle commence au verso de la dernière feuille, (...)

471Cher parrain, je pourrai recommencer une autre lettre, plus sensée et plus propre, mais comme il me serait impossible de ne pas vous parler de ma peine d’avoir perdue ma petite io-iola, et que j’ai a [sic] vous parler d’autrechose [sic], c’est du temps gagné que de vous envoyer mon griffonnage d’hier. J’ai passé une bien triste nuit, mi-endormie, mi-éveillée dans un lourd assoupissement où j’avais assez de liberté d’esprit pour remuer les plus pénibles pensées ; quoique j’ai eu bien du chagrin déjà, j’ai eu ce bonheur inouï d’arriver à 27 ans sans avoir vu la mort en face jamais ! La mort humaine j entends ! — Je l’ai entrevue hier ! Et mon grand trouble me vient de là—j ai pensé aux petits enfants qui meurent en appelant leur mère des yeux et je ne veuxplus d’enfant ; oh non ! Je ne pourrai pas supporter un telle perte !... [etj’aisongé à vous parrain, qui pleurez encore votre père et cette adorable enfant dont j’ai toujours la délicieuse et douloureuse figure devant moi ; et j ’ai songé au martyre de votre sœur ! où puise-t-elle la force nécessaire à une si épouvantable tâche !] J’ai lutté 40 heures à peine contre la mort qui mordait cette petite bête, et j’étais affolée ! Qu est-ce que ce doit être que de veiller des semaines, des mois, minute à minute pour conserver la vie à son propre enfant !... C’est effroyable d’y penser ! [— Comme je ne pouvais guère être plus affectée que je ne l’étais, Louis a profité de l’occasion pour me dire que mon petit bouc égyptien était mort aussi il y a trois semaines, le premier dimanche après l’arrivée de sa mère ; plus, un nouveau pigeon qui a disparu. Total des chances de morts que cette exécrable visiteuse m’a amenés : Auriola, Effenbi et trois pigeons de morts (sans compter un couple de poulets !)c’est-à-dire les petits êtres que je chérissais le plus184 !]...

2.34 Lettre du 16 octobre 1877

47216 8 bre 1877

473Cher parrain,

474Votre petit mot a apporté une minute de joie et de sourire, mais c’est peu pour d’aussi longues journées ! Votre départ a jeté Jeanne dans un abattement dont je ne sais comment la tirer : si je ne parviens à secouer cette langueur, je n’ose penser où cela la conduira la chère petite ! Elle a perdu tout ressort, toute vie ; je suis aux abois ; elle suit son traitement le mieux possible, mais elle ne mange pas davantage [sic], elle ne le peut pas, dit-elle, et ses forces diminuent... que faire !

  • 185 Le docteur.

475Vigouroux185 doit venir tout à l’heure, il faut qu’il trouve moyen de lui faire prendre un reconstituant quelconque... Quand aux nuits, les deux premières depuis votre départ avaient été mauvaises, sans sommeil et fiévreuses, mais le temps — très marin, venteux et pluvieux, y était pour beaucoup ; celle-ci a été bonne, elle a peu toussé et assez bien dormi.

476C’est le moral qui ne va pas ! Elle semble absente d’elle-même, ne parle pas, ne marche pas et a toujours l’air d’avoir froid ; pourtant il fait grand soleil aujourd’hui ! — Elle a laissé échappé [sic] quelquechose qui semble la préoccuper, pendant que je la coiffais hier : « Dis donc Il compte des mois comme rien, a-t-elle murmuré, il m’a dit qu’il viendrait à Montpellier dans 4 à 5 mois et que ses affaires seraient terminées dans un an ! » Moi je lui ai expliqué que vous aviez voulu dire que dans un an la librairie serait tout à fait en train, et que d’ici là Elle [sic] serait complètement rétablie — « Oh, je ne serai pas un an à me guérir ! » s’est-elle récriée —

477Quand vous écrirez, revenez sur la question le plus adroitement possible, faites-lui entrevoir un rapprochement très-prochain ; mentez, si malheureusement vous ne pouvez lui dire la vérité ; car pour moi je compte autant sur votre affection, (sur celle que Jeanne vous porte si profondément surtout) autant, plus même que sur tous les médicaments du monde ; comme notre ami Germain, je tremble de penser que votre absence ou votre retour sont une question de vie pour elle ! Je compte les jours jusqu’à ce que vous reveniez lui rendre la sérénité et le contentement. Ah ! parrain ! je ne saurai trop vous supplier au nom de ce que vous avez de plus cher, d’abréger cette cruelle, cette mortelle séparation autant qu’il sera en votre pouvoir de le faire ; je n’ignore pas les obstacles qu’il vous faut détruire, mais pensez-vous que Jeanne et son cher cœur ne valent pas ce sacrifice ?

478Monsieur de Tourtoulon n’est pas encore de retour de Valergues ; dès qu’il sera ici, Louis lui parlera de vous : il vous trouvera un emploi quelconque en attendant la librairie, l’accepteriez-vous ?... Que je vous [sic] voudrai [sic] être sûre que oui ! Que je voudrais [sic] n’avoir aucune arrière-pensée, aucun, aucun doute sur votre courage moral et votre dévouement ! Vous m’avez défendu de douter de vous, mais je suis un peu incrédule aux paroles et vous attends aux actes — Je me ferais chiffonnière, pire que cela pour ma Jeanne, et je ne suis que sa sœur — On n’aime pas quand on n’aime pas plus que soi-même, plus que ses habitudes, plus que son pays, plus que sa mère ! plus que sa Dignité, que son orgueil même : c’était votre avis pour Germain, d’où vient que vous avez tant de peine à pratiquer ce principe ? — Ne dites pas que ma méfiance n’est pas un peu fondée ; fouillez bien au fond de vous- même et vous la comprendrez — Et bien j’aime mieux vous le dire tout de suite, qu’à propos d’un emploi dans les Ch. de fer pour votre ami Escalas, vous avez dit que vous n’en voudriez pas pour vous, est-ce vrai ?

479— Il n’est pas plus question de cette place-là que d’une autre, il n’y a donc pas à vous en tourmenter mais je vois bien que vous n’êtes pas décidé à tout comme vous l’assuriez naguère ; je vous prie donc de nous indiquer dans quelle série d’occupation vous désirez qu’on vous cherche un emploi ; on fera l’impossible, bien qu’il n’y ait pas le choix —

480Jeanne sommeille ou rêvasse plutôt au salon elle a froid aujourd’hui ; Elle m’a bien recommandé de vous envoyer ses meilleures tendresses et de vous embrasser ; je veux dire qu’elle vous embrasse, car j’ai beau faire je ne puis pas me persuader que je suis aussi près de votre amitié qu’avant et que ce n’est pas vous qui vous éloignez de moi ; il y a quelque chose entre nous que je ne puis m’expliquer, mais je le sens très-bien, peut-être est-ce mon grand chagrin ! —

481Nous vous serrons la main Louis et moi

482Votre dévouée sœur

483Lydie

3 Lettre à Frédéric Mistral

484s. d.

  • 186 Lettre publiée par J.-M. Carbasse 1977, avec 27 lettres de L.-X. de Ricard à Mistral ; Source : XXV (...)

485Cher et honnoré Maître186

  • 187 Note de Carbasse : Les événements présentés ici par Lydie de Ricard comme antérieurs de trois ans s (...)

486Pardonnez187 d’abord à la première lettre que j’ose vous écrire de n’être pas exclusivement due à ma si profonde et enthousiaste admiration pour vous, mais au contraire à une préoccupation tout égoïste et intéressée, puisqu’il s’agit... de mon mari. Que mes sentiments de justice blessés et cet élan de confiance dans les vôtres soient mon excuse, si j’ai tort de prendre ici notre Capoulié pour arbitre !

  • 188 Cf. p. 254.
  • 189 Ferdinand Fabre (Bédarieux 1827-Paris 1895) : une sculpture représentant cet auteur de romans de mœ (...)
  • 190 Paul Arène (Sisteron 1843-Antibes 1896) : licencié es lettres, journaliste, romancier membre de la (...)
  • 191 Antony Valabrègue (1844-1900) : auteur français de « La Lauseta », publié dans le Parnasse contempo (...)
  • 192 Alphonse Daudet (Nîmes 1840-Paris 1897) : auteur français entre autres du Petit Chose, des Lettres (...)

487Vous vous souvenez — ou vous ne vous souvenez peut-être pas, cher Maître — du petit incident Cigale qui eut lieu lors du dîner d’Avignon en 77 ? — Dans un remerciement que vous envoyâtes à cette Société, au nom du Félibrige et où, incomplètement renseigné sans doute, vous en attribuâtes l’initiative et l’organisation à M. Maurice Faure, c’est, avec la plus courtoise bonté que vous accueillâtes l’expression de mon étonnement à voir ce nom substitué à celui de mon mari, et avec encore plus d’empressement que vous réparâtes illico l’erreur où vous aviez été induit sur le rôle qui revient à chacun de ces deux messieurs. J’en fus alors bien contente, pensant que cette déclaration du Capoulié aurait assez de valeur pour sauvegarder Louis d’être désormais frustré de son droit le plus légitime ; et que la remuante humeur de M. Faure se contenterait de la seconde place dans la fondation de la Cigale, et du rôle et du titre de secrétaire, choisis par lui d’ailleurs. Je me trompais bien ! Mille petites vilaines manigances me l’avaient souvent prouvé depuis. Mais je n’aurais jamais prévu l’impudence qu’il vient de hasarder à l’ouverture de l’École félibresque de Paris. Vous avez lu la relation de son discours dans le Prouvençau ? La menterie y est vraiment trop flagrante !... et j’en suis si émue, si révoltée, que je ne peux pas ne pas la dénoncer à qui de droit... Louis, tout à son but et à son travail, n’a, d’ordinaire, qu’insouciance et dédain pour ces sortes d’ingratitudes et de trahisons, mais moi (Madame Mistral le comprendra), aimant et estimant en lui l’homme autant que l’artiste, ce sont là de mes vrais soucis, de mes gros chagrins... Permettez-moi donc, cher Maître pour la première fois et la dernière j’espère, de me soulager en esquissant promptement et véridiquement l’histoire sommaire de la fondation de la Cigale. Pendant l’hiver de 76 que nous passâmes à Paris — tandis que nous épelions Mireille et les Papillot — regrettant déjà (mais, nous, sincèrement) notre beau pays d’adoption, nous songeâmes, une veillée, mon mari et moi, que, parmi les noms de nos amis ou connaissances artistiques de toutes sortes, il y en avait beaucoup de méridionaux ; et que le sentiment national étant bien connu et avéré de tous les enfants de la terre d’oc, il y avait là les éléments d’une association, d’un cercle des plus intéressants et qui pourrait être des plus profitables au Midi et à sa glorification. Nous entendant chercher des noms, maman nous interpela [sic] celui d’un peintre : Baudouin, frère d’atelier d’un ami de la maison ; et Rapin188 — chez lequel, étant allés voir des tableaux, au commencement de janvier, nous rencontrâmes justement ledit [sic] M. Baudouin. En causant, nous lui parlons de notre idée et de nos projets : il flaire vite la chose, donne son adhésion et promet tout son dévouement à l’entreprise (ce qui surprit beaucoup ma mère, à qui il avait dit naguère « qu’il ne comprenait pas comment on pouvait quitter Paris pour aller vivre dans le Midi, pays de pierres et de poussière... » ). Sur ces entrefaites, mon mari ayant écrit à M. Arnavielhe [sic] (le premier félibre avec lequel nous soyons entrés en relations) de nous donner les adresses qu’il pourrait avoir de compatriotes habitant la capitale, il nous envoya, entr'autres, celle de M. Faure, lequel, ayant été prévenu simultanément que vous [sic], par Arnavielhe, vint nous trouver un soir à la maison pour savoir ce dont il s’agissait. On parla du Midi, de sa belle renaissance littéraire, puis du projet, de sa réalisation et de ses conséquences, et Louis cita à l’appui les noms les plus saillants des adhérents qu’il comptait amener ; enfin, comme mon mari avait promis d’aller visiter l’attelier [sic] de M. Baudouin, il y donna rendez-vous à M. Faure pour faire plus ample connaissance et reparler de la Société. Ces deux messieurs se trouvèrent être tout voisins ; l’isolement complet où vivait alors M. Faure aidant, ils se lièrent aussitôt, ne se quittèrent presque plus, et durent préméditer dès ce moment d’éloigner mon mari d’une affaire qui promettait beaucoup... En effet, une difficulté étant survenue qui empêchait que la première réunion des Méridionaux eût lieu chez mes parents, ces messieurs insistèrent tant que Louis accepta quelle fût convoquée chez M. Baudouin, bien qu’il demeurât dans un quartier très écarté (Brd Montparnasse !). C’est de cette simple concession (de cette imprudence, à mon sens) que les deux autres tirèrent leur force et profitèrent, en datant les lettres d’invitation de chez eux et en s’y faisant adresser les réponses et autres communications - besogne qui les obligea bientôt à se nommer secrétaires tous les deux. Pendant ce temps, mon mari courait de tous les côtés, écrivait lettre sur lettre et obtenait les adhésions de MM. Cladel, F. Fabre189 N. Peyrat, P. Arène190, J. Aicard, J. Troubat, Ant. Vala- brègue191, et Daudet192 (indirectement, étant en froid en ce moment avec lui), pour ne citer que les plus connus. Le soir de la première réunion venu, sur quatorze membres présents, 8 étaient des amis de Louis ! Et ces huit formaient un noyau d’assez de valeur pour attirer, plus tard, la majeure partie des sociétaires actuels de la Cigale. Il est bien évident pour tous que si cette société n’avait débuté qu’avec des noms obscurs, sans autorité aucune, elle aurait végété ou avorté, comme tant d’autres, et puis, mon mari avait fait appel à ceux chez qui il savait le sentiment national être le plus ardent et le plus actif. On pouvait, en prenant la peine, créer peu à peu une puissante et vaste alliance des génies méridionaux, une véritable franc-maçonnerie, militante et féconde, établissant des rapports permanents avec les frères du Midi ; aidant aux productions de tous genres ; ayant des publications régulières d’œuvres artistiques sous toutes les formes (devenues le fameux vol. de la Cigale) et formant, par la suite, un vrai cercle avec concerts, expositions, conférences, fêtes provençales populaires (où, je ne vous le cache pas, vous, à la tête des félibres, resplendissiez d’avance, mais sans que nous songeassions, nous, à autre chose qu’à voir proclamer et glorifier, dans notre Capoulié et ses soldats, l’art, la Renaissance provinciale triomphant en pleine capitale !) — Malheureusement, aucun de ces deux Messieurs n’était à la hauteur de cette idée : M. Baudouin n’y voyait qu’une répétition de l’« Arche de Noé » (société de rapins) ; de bruyantes et tapageuses agapes où le compatriotisme [sic] ne devait servir qu’à s’assurer des relations utiles ! à se faire une position ! Monsieur Faure, lui, n’avait pas d’idée, lui du tout ; mais, pressentant un moyen de sortir de sa complète obscurité, il était surtout pressé que la chose fût, et toujours de l’avis du partenaire présent : très habile, très enjôleur, il flatta si bien les vues de Louis que celui-ci pensa qu’ils seraient tous les deux assez forts pour combattre l’influence de Baudouin (tout à fait anti-félibre) et dont on ne pouvait plus se séparer. Forcés que nous fûmes de rentrer immédiatement à Montpellier, mon mari ne tarda pas à voir combien il avait été dupe de cette langue dorée de Faure ! Ayant leurs coudées franches, ces amis accaparèrent complètement l’entreprise ; se nommèrent secrétaires ; envoyèrent des invitations à n’importe qui, se préoccupant bien plus de la quantité que de la qualité, de l’influence des adhérents que de leur valeur personnelle ; battirent la grosse caisse à tour de bras en criant leurs deux noms unis dans le même porte-voix ; se souvinrent assez des projets de mon mari pour frapper à toutes les portes en son nom, et surtout pour parodier son programme autant que possible leur était ; mais pas assez de lui- même pour lui en laisser sa part d’initiative : poussant même l’oubli au point de ne pas lui donner la place qui lui était due dans le « comité littéraire » formé pour la publication du volume ; de n’avoir jamais salué son souvenir d’un mot à aucun banquet, ni annoncé aucun de ses ouvrages ; de n’avoir rappelé que très incidemment son nom, dans cette conférence de M. de Bornier, après laquelle ils poussèrent le ridicule jusqu’à se faire décorer comme d’illustres citoyens ! enfin, de ne même plus daigner l’informer des décisions et des manifestations de la Société, en quoi que ce fût, et de lui dénier toute participation à une œuvre conçue, entreprise et créée par lui et qui n’existerait pas sans lui.

488Qu'étaient ces deux Messieurs Faure et Baudouin avant la Cigale ? Qui les connaissait, avant le mois de février 77 ?... De quelle manière avaient-ils jamais exprimé cette « nostalgie du cher pays natal », avant que mon mari les y fit penser ? Les brasseries du Quartier latin pourraient seules nous le dire, probablement. Et qui les retient à Paris à cette heure ? Qui les empêche donc de (...) courir sous leur ciel bleu, s’il est vrai qu’ils détestent Paris et pleurent les bords du Rhône et de la Méditerranée ? Le besoin d’une médaille d’exposition pour l’un, d’une préfecture ou d’un siège à la chambre (département de la Drôme !) pour l’autre, et des boulevards pour tous les deux... Maître, vous me blâmez, sans doute ; vous me trouvez médisante, vindicative, immodérée, que sais-je ; pardonnez- moi. Voilà trois ans que je couve mon indignation. Je suis excessive en tout ; réservée cependant d’habitude ; mais aujourd’hui j’éprouve irrésistiblement le besoin de me plaindre, et je ne daignerais le faire à personne qu’à vous ; sachant bien que vous n’attribuerez cette incartade épistolaire qu’à ma grande affection pour mon mari, à la conscience que j’ai de l’injustice qui lui est faite, par deux personnages qui lui doivent et devront le peu de renommée dont ils étaient affamés, et aussi à l’assurance où je suis que, connaissant bien maintenant la vérité sur la Cigale, vous saurez mieux que quiconque la faire connaître aux autres, quand et de la façon que vous le jugerez le plus convenable. Ce jour-là sera pour moi plus qu’un soulagement, je vous le jure... Il y a plus de quinze jours que j’avais commencé ma lettre quand je l’ai reprise tout à l’heure, ayant été indisposée par la chaleur. Hier Louis m’a appris qu’on espérait avoir l’honneur de votre visite au congrès de Montpellier. Je pars pour la réunion des Langues Romanes à l’hôtel de Ville. Peut-être allez-vous arriver, cher Maître, avec Madame Mistral, avec qui je tâcherai de refaire connaissance, car elle paraissait bien m’avoir oubliée l’année dernière, moi qui avais gardé un si affectueux souvenir d’elle, pour tant de douces et tristes raisons !

489Elle m’a fait du chagrin ; et si je la vois, il faudra bien quelle me dise la cause de sa froideur avec moi, sa très sincère et affectionnée collègue et votre très respectueuse admiratrice et élève

490Lydie de Ricard

4 Lettres publiées dans le Montpellier Républicain

491Lettres adressées par Lydie Wilson de Ricard à Louis-Xavier, à sa sœur Jeanne, à sa mère

492Lettres de Lydie Wilson de Ricard à Louis-Xavier de Ricard, à sa sœur Jeanne et à sa mère, publiées dans le journal Montpellier et Montpellier Républicain, directeur Baluffe, en 1896, consultées à la Médiathèque Émile-Zola de Montpellier (cote 1134 Patrimoine).

4.1 Lettres parues le dimanche 13 septembre 1896

493Castelnau le 17 juin 1876

494À Louis-Xavier

  • 193 Fauternes, òc Fóuterno, s.f. : aristoloche clématite (Mistral TdF) ; donné comme Fáouterna, « nom p (...)

495Quel ennui que tu ne reviennes pas ! Nous aurions encore joui d’un semblant de printemps. Dans huit jours, il n’y aura plus rien. Mai tond ras les herbes comme une chèvre échappée ; le grain des avoines s’est envolé ; plus d’églantines ! les coquelicots sont éteints et les fauternes193 [sic] partent en pèlerinage, gourdes pleines en dévotes prudentes. On ne trouve déjà plus de fraises.

496Et la vigne ? La vigne ! Les sarments ploient et commencent à ramper l’un vers l’autre pour comparer leurs espoirs ; les pauvres déshérités s’isolent fièrement par exemple, têtehaute et mains vides. Il y a huit jours quelle est en fleurs, la vigne : Ah ! quels parfums !... Quels regrets, j’en pleurerais. Quelles savoureuses petites promenades nous aurions faites au « Sega-sega » de la Cigale, et, les soirs, au chant fluté des crapauds. Aurais-tu craint cette bonne fraîcheur qui nous lave corps et cœur, — frileux ! Moi, j’aime ce frisson de froid pour la même cause qui me fait aimer la morsure du soleil, la griffe de mes chatons, l’épine des mûres qu’on cueille, et les coups de bec innocents de nos poussins. Je vis, je sens mieux que je vis.

497Nous ferons notre tour à la lune mourante, voilà tout : mais la vigne ne sera plus en fleurs. Quel dommage ! Si je pouvais seulement t’enfermer ici une bouffée de ces frêles grappes poudrées pâlement [sic] de cette divine odeur de miel, de chèvrefeuille et de pêche. Comme on y sent bien lame ardente et fraîche du vin, le palais se parfume et le gosier baille à la flairer.

498Et c’est le dimanche de la St Jean ! La fête sera belle ; paraît-il ; nous ne là [sic] verrons pas si tu n’es pas de retour : nous aurions pu ajouter un ou deux lots à ceux que la jeunesse tire aux quilles sur la Place. Puisque nous sommes destinés à vivre parmi les paysans, il nous faut essayer de prendre part à leurs plaisirs comme à leurs tracas, ne penses-tu pas ? Moi, je veux bien être paysanne, j’aime à marcher de pair avec la société où je me trouve. C’est le seul moyen de se faire une vie logique et agréable. Autrement, on est constamment dans une fausse position. Parisienne à Paris, et paysanne au village, voilà mon vœu : mais tant que je ne cahoterais pas au dos d’un bourriquet, ça ne sera pas ça ! Qui nous empêche d’en acheter un ?

499À propos, tu sais ou plutôt tu ne sais pas que je veux changer ma chèvre ? Elle est trop méchante pour Effendi : l’un de ces jours nous le trouverons éventré. Si j’en pouvais trouver une blanchette, petitoune, ça ferait un beau petit ménage avec ce jeune blondin, si entreprenant. Nous verrons ça à ton retour.

  • 194 Malgré la minuscule sur le journal, nom donné à un poussin ?

500Je te laisse la surprise des poussins ! Le petit pingoui194 est tout à fait redressé : il ne lui reste qu’une démarche déhanchée, canardante, mais enfin les sept autres mioches sont merveilleux !

501Dolorès, qui ne savait pas les conduire les premiers jours, est devenue la plus vigilante, la plus tendre, la plus intelligente, la plus délicieuse des petites mères. Elle leur parle d’une façon si claire, que je comprends tout ce quelle dit. La grosse Reine repond depuis quatre jours ; elle a abandonné sa marmaille et semble même renier toute parenté avec ces jeunes évaporés voraces piaillards, dont les maîtresses s’occupent toute la journée et quelles gâtent comme s’ils avaient fait quelque chose pour naître !

502Pas de petits canards ! Mon cher ! Impossible de trouver des œufs à Castelnau. Ce sera pour l’année prochaine : la basse-cour d’ailleurs me semble assez nombreuse pour le moment. Les petits lapineaux [sic] n’ont pas eu tant de chance : de quatorze petits qu’il y avait à ton départ, sept à huit sont morts : un écrasé sous une planche ; cinq mangés horriblement par ou les rats ou les mâles plutôt... les oreilles coupée ras et les quatre pattes rongées jusqu’au coude, ainsi que les lèvres. C’était affreux ! J’en ai soigné un qui n’avait que deux doigts de mangés ; il est mort le soir à 7 h 30 après toute une journée de dorloteries et de compresses.

503Il y a une huitaine, une nichée de six a fait irruption parmi les grosses têtes affamées et affairées au déjeuner : Des merveilles ! Trois sont morts écrasés par les grosses pattes lourdaudes des parents, car ils avaient tous le ventre saignant ou aplati. J’en ai soigné un tout un jour, sans succès.

504Lydie de Ricard

*

505[S.D.]

506Ma jolie mignonette de Jeannette

  • 195 Si l’on se reporte aux dates données par le Montpellier pour cette correspondance, 1875-1879, cette (...)

Toute saison est belle195 toute à son charme bien distinct et bien entier. Je fais maintenant l’expérience d’une saison dont je n’avais pas l’idée et qui est merveilleuse : ce n’est ni l’hiver, ni le printemps, ni l’automne : un peu de tout ça mais moins d’hiver que des deux autres ; les arbres en grand nombre ont gardé leurs feuillages roux et d’or, d’une teinte indescriptible comme richesse : les herbes repoussent de tous côtés vertes et tendres, pleines de pâquerettes et d’autres « superfluités » ; les figuiers sentent bon à cause des nouveaux bourgeons et les églantiers fleurissent au bord du Lez, Deux boutons de coquelicots vus dans la vigne et les pois des jardins sont haut comme ma main : Tout cela n’a rien de maussade : c’est bien moins une mort qu’une toilette générale et les arbres dépouillés ne me semblent s’être mis tous nus que pour le soleil les réchauffent que jusqu’à la moelle [sic].

507Nous vivons toujours en plein air, fenêtres ouvertes depuis l’aube jusqu’à la nuit et nous ne faisons flamber les sarments et les bûches que pour la veillée, qui n’est pas longue, je te prie de croire !

  • 196 Rapin (Noroy-le-Bourg 1839-Paris 1889) a participé à des expositions au Palais de Fontainebleau, or (...)
  • 197 Anatole Henri de Beaulieu (Paris 1819-1884).
  • 198 Eugène Delacroix (1798-1863).

Quant à la peinture, je trouve très heureux que tu n’aies pas le temps d’étudier avec Rapin196 ; ce n’est pas un maître, et pour des leçons comme cela, il vaut mieux, mille fois mieux t’en passer : De même pour M. A. de Baulieu197, je trouve que tu ne perdras pas énormément ; non pas qu’il n’ait du talent, mais il n’est pas assez « solide » pour te donner des principes sévères, il n’est lui-même qu’un imitateur de Delacroix198. Tu deviendrais, toi, l’imitatrice d’un imitateur ; tu peux aspirer à mieux que cela bien sincèrement : reste toi, ma Jeannette : cherche seule, c’est le plus sûr moyen d’être originale, et d’un talent libre et vivant : à ta place j’irais aussi souvent que possible étudier les Maîtres, de l’œil, simplement ; les lire, les épeler, beauté par beauté, en extraire d’abord le génie particulier, voir comment il la [sic] « formulé », les apprendre « tous » indifféremment, impartialement, et enfin choisir celui qui t’est le plus sympathique et que tu sens le plus vivement ; alors l’étudier isolément, passionnément dans son tempérament, dans sa pensée, et te l’assimiler sans faire aucune abnégation de toi-même, s’entend. Je m’arrête, car tu sais tout cela aussi bien que moi ; et c’est par paresse ou par manque de temps que tu ne le fais pas.

508Lydie de Ricard

*

509Castelnau, 26 août 1876

510Ma chère Jeannette,

511Je n’ai pu répondre plus tôt à vos deux belles lettres : un peu de travail et des visites. M. Troubat d’abord et Baudouin ensuite ; il vient pour deux mois lui. M. Troubat est déjà reparti.

  • 199 Villis : emprunté au latin Villosus « velu, couvert de poils » dérivé de villus : poil. Il existait (...)

512Baudouin est on ne peut plus gentil : il regrette bien que tu sois partie ; il va faire « l’olivaison » dans nos parages, peut-être même chez nous ; Hier il est arrivé avec plaquette de cuivre et une pointe, est grimpé au haut de la colline voisine (où tu as fait ta « Garrigue »), et de la maison du « Brigadier » a pris toute la vue des montagnes et de la vallée Le mas y est au beau milieu, ce coquinet : c’est charmant. — ... Et ta peinture ? Je savais bien qu’on aimerait tes études à la maison : n’avais-je pas désigné les études qui plaisaient à Papa ? Le « Petit bord vert du Lez » et que Janny ferait rire maman avec ses dents bleues et ses yeux qui lancent des pétards et des fusées de joie ? Il parait que tu retouches ton portrait ? Il me plaisait bien à moi : parions que tu brûles de te peindre avec ton teint de Méridionale ? Je vais avoir l’air d’une vapeur d’une Villis199 écossaise au milieu de toutes ces belles chairs de fruits que tu vas donner â [sic] tous tes portraits maintenant. Promets-moi de me refaire bien mûre à la prochaine occasion. — Te réhabitues-tu (turlututu !) ; un peu à votre quinquet de soleil ? On croyait que je plaisantais ou que j’extravaguais quand je demandais si c’est ça un ciel bleu, ça du soleil, ça un beau temps — tu te souviens ? — Surtout n’oublie de me bien raconter les appréciations de Messieurs les « peinnntrrres » sur tes études ? — Et qu’a-t-on dit de tes croquis de St-Guilhem- du- Désert ? Il parait que Baudouin a fait le « Bout du monde ». C’est ici chez son Père : je te dirai ce que j’en pense.

  • 200 Le PM du 22 août décrit « un violent orage sur Montpellier et Cette ».

513Fait-il toujours aussi chaud à Paris ? Les journaux ont du vous apprendre que nous avions eu une caravane d’orages200 assez respectables, pas si formidables que le grand de l’année dernière, mais de la même catégorie tout de même. Nous commencions à en avoir plein les oreilles, quand ce bon chéri de gros mistral s’est mis de la partie : en deux jours le ciel a été récuré, et il refait beau, mais plus que frais.

514Deux mots de tes nombreux neveux et nièces : tout le monde va bien : tes petits « catouns » sont de plus en plus merveilleux ; Gris-Gris est d’une câlinerie attendrissante il se laisse chercher les puces par ma guenon Miss Auriol : Blanchette, elle, reste toujours un peu sauvage et maigriote : et volontaire : quant elle se met à crier, elle file ça indéfiniment on dirait le gaz d’un ballon percé ; « Velvet » a toujours cet air bébête — qui tient à la longueur de son nez ; type grec S.V.P1. ! : La merveille c’est « Suavi » ! il trottine devant nous dans l’Allée, sa petite queue en crosse et ses pattes écartées, le plus cocassement du monde : je regrette bien que tu ne l’aies pas emporté : ça aurait été un, véritable ami pour toi — et ils sont rares (dirais-je, si philosophe).

515Pendant ces grandes pluies nous avions du opérer le sauvetage du poulailler : les lapins, meilleurs qu’on ne pense, lui ont généreusement offert l’hospitalité à la fortune du pot : du reste, il est juste de dire qu’on ne leur a pas demandé si ça leur ferait plaisir... Mais je crois bien que la gent « Lapette » et la gent « Galline » n’ont pas la même opinion politique et religieuse : nous avons entendu de fréquentes et assez violentes prises de becs et de museaux : il faudra que je voie si « Scalpia », « Stropius » et autres garnements n’auraient pas trop goûté aux oreilles de leurs infortunés hôtes — Ce matin chacun est rentré chez soi à la satisfaction générale. J’oubliais de dire que les deux petites « merettes » Minette et Dora, vont bien et t’embrassent de cœur : Effendi et Jeannette aussi et toute la marmaille aussi, lapi- neaux poulaille, catouns, Auriol, et canardets, (3 en tout !) Si tu as toujours bon appétit, tu ne t’étonneras pas, ma Jeanne que j’aie faim, m’étant levée tôt et l’Angé- lus étant sonné ! Et tu sais qu’avec ce diable d’air ici, la faim n’est pas petite, quant elle vous agrippe au creux de l’estomac. C’est pourquoi je te demande la permission d’aller déjeuner.

*

516Castelnau le 28 septembre 1876

517Ma chère Jeannette,

518J’ai mis le temps à te répondre, hein ? mais je vous avais assez prévenus que j’allais avoir beaucoup à faire aussi. Pourtant je t’assure que j’aurais bien trouvé le temps de lire une de vos lettres, si vous ne vous étiez crues autorisées à paresser par mon silence.

  • 201 Henri Grousset-Bellor : Cigalier, collabore à la « Lauseta » 1877 avec des textes en français. Memb (...)

519Nous avons eu des visites. Lundi, Beaudouin, nous est arrivé avec M. Grousset- Bellor201, Cigalier, que nous connaissions déjà. J’avais justement à déjeuner Madame X, de retour à Montpellier, et sa jeune bavarde et turbulente sœur. Nous sommes allés tous ensemble faire un grand tour au bord du Lez, Nous sommes rentrés par Naviteau et, traversant l’écluse qui ne coulait pas, nous avons escaladé et parcouru toute la corniche de rochers, que tu ne connais pas, jusqu’à la Valette.

520M. Grousset-Bellor était abasourdi d’admiration et d’enthousiasme : il dit que c’est véritablement le plus beau pays qui soit : tout y semble arrangé pour le plaisir des yeux : il dit que la Suisse, la Bretagne, l’Auvergne, sont enfoncées quand on arrive au Lez, à cause de cette variété unique de nature et de caractère. Il est venu passer toute la journée entière du lendemain. Nous avons été aux Quatre Seigneurs et sommes revenus par La Valette, j’ai enfin traversé l’eau sur cette fameuse planche qui nous tentait si fort, tu sais !

  • 202 Jules Laurens (Carpentras 1825-1901) : peintre, graveur, dessinateur, d’abord à l’école des Beaux- (...)
  • 203 Camille Corot (Paris 1796-1875) : peintre et dessinateur français que sa renommée n’a pas empêché d (...)
  • 204 François-Louis Français (Plombières 1814- Paris 1897) peintre français.

521Avant-hier Baudouin nous a amené le peintre Jules Laurens202 C’est un homme très simple qui tient de B. et de M. D... Comme homme, c’est te dire qu’il n’est pas très bel homme, mais il a la distinction du second avec l’esprit du premier, sans la méchanceté ; nous sommes allés voir la garrigue à Kermès, d’en face : c’est ça que Baudouin a faît cette année, avec ses oliviers et la mer dans le fond, Jules Laurens connaissait très bien l’endroit pour y être venu dans le temps avec Corot203 et Français204 ; ça ne l’a pas empêché de s’extasier encore devant ces montagnes d’un couchant « divin ». Baudouin a fait plusieurs grandes études très réussies comme sites surtout ; bien que l’harmonie en soit bonne, je lui reprocherai pourtant de faire un peu trop gris : il n’ose pas s’attaquer à la pleine lumière : tes études vont l’épater avec leurs ciels bleus et leur soleil.

522... Avez-vous meilleur temps ? Pensez-vous aller à la campagne ? Nous avons eu huit jours délicieux. Depuis hier le ciel est brumeux. Dame ! voilà octobre qui approche... et après octobre, novembre et avec novembre, ma belle petite Jeannette, et maman, j’espère.

4.2 Paru le dimanche 20 septembre 1896

523À sa Sœur Jeanne

524... Et, vous, comment allez-vous ? Avez-vous enfin un peu de soleil ? Un peu de ciel clair ? Il y a eu ici beaucoup d’orages dans le Midi mais pas à Montpellier : à peine un d’une heure il y a une huitaine ; les olives et les poires tombent de sécheresse ; et là-bas, vous êtes noyés : c’est ce qui vous prouve clairement l’existence de la Providence, mes enfants : Rendons grâce à Dieu dans tous les temps et dans tous les siècles. Amen ! Lydie

525À sa Mère

  • 205 Il s’agit de la Félibrejade de Nîmes du 5 novembre 1876 (voir La Lauseta de 1877 : p. 192).
  • 206 Mme Jules Salles, née Adélaïde Wagner (Dresde 1825-Paris 1890). Elle a été l’élève avec Noélie Jacq (...)
  • 207 Jules Salles (1814-1898) : Né à Nîmes, élève de Delaroche, Jules Salles a réalisé La femme dAndréa (...)

Vous avez reçu l’article sur la Félibrejade205 de Nîmes ? C’était charmant ! Faure est venu pour l’enterrement de sa grand’mère et, comme Baudouin, Louis et plusieurs cigaliers étaient ici, on a organisé cette petite fête : je vous raconterai ça quand vous voudrez... Il y avait aussi au dîner Madame Jules Salles206 qui a un très grand talent de peintre : nous étions allé l’inviter, elle et son mari207 dans la journée même et nous avons vu aussi son atelier ; elle travaille à son exposition : deux petites sœurs africaines grandeur naturelle ; c’était très beau, d’une virilité de peinture surprenante chez une femme, tandis que son mari peint des bergères Trianon toutes crème et rose, crespelées [sic], poudrées et satinées, délicieuses d’ailleurs, mais aussi féminines de conception que les œuvres de sa femme sont mâles et sévères.

  • 208 Madeleine Delsarte : il peut s’agir d’une allusion au peintre Del Sarto (Andréa Florence 1486- 1551 (...)

526Il y avait aussi Mireille Roumieux la filleule de Mistral, je ne connais pas, et n’ai jamais connu une plus belle, plus merveilleuse et plus adorable enfant qu’elle ; un mélange de Carlotta S., et de Madeleine Delsarte208 elle a quinze ans : et petite encore pour son âge mais bien faite et jeune ! Elle a le profil le plus purement grec que l’on puisse imaginer : une Psyché avec le rire des dents et la caresse bleue de la prunelle en plus : et douce et naïve ; C’est le bonheur et l’adoration de tous les félibres qui la connaissent depuis sa naissance ; ils lui chantonnent tous à l’envi sa chanson de baptême composée par Mistral Son père m’a promis de me la donner quand Jeanne sera là ; il était a côté de moi, et il m’a fait bien rire, il a beaucoup de M. R„... comme allure et comme esprit. De l’autre côté j’avais Aubanel qui est moins causeur mais bien galant, tout laid qu’il soit ; il a dit des vers splendides que son titre d’imprimeur du pape empêche de publier. C’est bien dommage !...

527Lydie de Ricard

*

528Paris le 27 septembre 1877

529Mon Cher Louis,

530Nous voici revenu au Croissy, Papa, Jeanne et moi, Il est inutile de te dire la joie qu’ils ont eue tous de me revoir : on aurait cru qu’il y avait dix ans que nous nous étions quittés. J’ai su être maîtresse de mon chagrin et mettre sur le compte de mon grand bonheur les pleurs que je n’ai pu retenir en les voyant en un si triste état. Ah ! Notre pauvre Jeanne, si tu la voyais ! Je n’ai pas le courage de te la dépeindre ; si nous ne la guérissons à ce dernier voyage quelle entreprend encore !... Je ne puis te dire nos terreurs ; jamais elle n’a eu si mauvaise mine, la chère chérie ! Oh ! Quel malheur !... Quelles angoisses et je suis la seule ici qui n’ait pas le droit de pleurer, car j’ai autant à faire à rassurer, à réconforter maman qu’à veiller Jeanne ; l’état moral de papa est aussi on ne peut plus dangereux pour Jeanne ; sans déraisonner complètement, il n’a plus assez de conscience d’esprit pour se rendre compte de la gravité de sa maladie et il ne la ménage pas du tout. C’est comme un enfant gâté qui tout en souriant tyrannise tout le monde autour de lui.

Si Jeanne est remise demain de sa fatigue, nous irons chez le docteur. Elle est si faible quelle a du [sic] se coucher en arrivant, figure-toi. Ah ! ma chère ma chère Jeanne ! La voir dans cet état, est-ce possible ?... Ne me gronde pas ; ne me dis pas que je suis lâche j’ai fais tant d’efforts pour paraître gaie depuis hier que j’en ai la poitrine brisée ; j’ai des sanglots qui m’étouffent, et Je garde tout ça pour moi ! - Qu'est ce que nous ferons pour la guérir ?

531As-tu des nouvelles de Fourès ? Je ne sais comment lui écrire je crains de le navrer en lui disant que Jeanne ne va pas bien, et je ne peux pourtant pas le lui cacher, car s’il vient au mariage de Germain il la verra (si elle peut y aller !) et il serait effrayé du changement qui s’est opéré en elle depuis le mois de juin ; — n’oublie surtout pas la petite lettre (pour Fourès) cette pauvre Jeanne ne vit plus que pour cela.

532Lydie

*

533Paris, 5 novembre 1877

534Mon télégramme de ce matin a dû te rassurer sur notre voyage et sur notre arrivée à la maison. Maman était à la gare toute seule et relativement calme. Me voir lui a fait beaucoup de bien et tout ce que je lui ai raconté de ce quelle désirait tant savoir, encore davantage ! J’ai regretté d’avoir tant tardé à apporter ce soulagement à ses angoisses ; elle ignorait que j’eusse quitté la maison ces deux cruelles journées et elle se désolait pour moi à l’idée de ce que je devais souffrir : elle n’a reçu qu’à onze heures du soir la dépêche lui annonçant mon arrivée à Paris.

Papa a supporté assez bien l’effroyable nouvelle : il ne l’a sue qu’hier : il a beaucoup pleuré, mais heureusement ou malheureusement son désespoir n’a pas duré en me voyant il a eu un nouvel accès de douleur navrante, mais une minute après, il songeait a [sic] mettre du bois dans le feu ; bien qu’il se dise inconsolable j’espère que son chagrin s’atténuera ou n’altérera pas davantage son état déjà si inquiétant, : physiquement il se porte très bien. Ses membres ont repris leur presque complète souplesse et ses traits se sont ranimés d’intelligence il raisonne sur tout, mais passe rapidement d’une idée à une autre ; c’est ce qui nous inquiète le plus...

Quant à moi je me porte bien, malgré mes souffrances, car j’en ai plus d’une ! La moindre n’est pas celle de me contraindre, de continuer à me tenir debout quand il ne serait si bon de m’affaisser un peu dans ma douleur. Hélas ! J’acquiers la triste et délicieuse certitude que nul n’aima et n’aime mon adorée pauvre Jeanne comme moi. « Moi seule » je l’ai tout entière dans mon cœur ; les autres n’y gardent que des fantômes C’est une amère et profonde liberté qui suffira a remplir ma vie, oui, elle m’aimait plus que tout et que « tous », elle me l’a dit la veille au soir et je la sens toute à moi, en moi. Je me sens double et meilleure de tout ce que son cœur adorable avait de bon : je la cherche en moi, ses regards dans mes yeux, sa voix dans la mienne, et peu à peu je la retrouverai, j’espère du moins... Où peut-elle être mieux qu’en moi sa sœurette, sa petite maman, sa Lydie... Enfin je pleure ! Que cela me fait de bien ! Mes larmes sont froides comme de l’eau ; je dois avoir le cœur glacé... Ne t’alarme pas de ces lignes un peu troublées : c’est la première minute de soulagement que j’aie eu [sic], tu sais depuis combien de temps... J’ai cru pouvoir me le permettre : je suis seule.

535Lydie de Ricard

Notes

1 Datée par nous entre le 10 et le 13 juin.

2 Cinq lettres sans date (s. d.) sont concernées.

3 Ceci concerne les lettres : 22 juin 1876 1re lettre, 1er mars 1877, s.d. mars 1877, 6 avril 1877 et 18 juillet 1877.

4 Louis-Xavier de Ricard, Les Conditions de Claire : dans lautre monde, 1897, Paris, Chamuel, 1 vol. in 18, 395 p.

5 Deux lettres de Mme Lydie de Ricard à son mari (17 juin 1876 ; 5 novembre 1877) ; quatre à sa sœur Jeanne (s.d. ; le 26 août 76 ; 28 septembre 76 ; s.d.) ; une à sa mère (s.d.). Lettres d’Auguste Fourès à Madame de Ricard (de décembre 1876 : bizarrement Salvat y place une en-tête de Paris, ce qui n’est bien entendu pas le cas) et à Louis-Xavier de Ricard (18 et 23 janvier 1877).

6 Ajout à l’encre : « À la dernière minute Mr Hamelin qui imprima le Montpellier il y a 50 ans me dit que notre collection est complète. Le Montpellier très bien rédigé ne put se maintenir faute d’argent. »

7 Matte : chocolatier montpelliérain qui, après le pharmacien Gély, finança la parution du Montpellier et Montpellier-Républicain dont Baluffe était le directeur.

8 En capitales sur le texte dactylographié.

9 Ernest Hamelin était félibre, propriétaire avec son frère de l’Imprimerie centrale du Midi, gérant de la RLR. Roque-Ferrier lui a consacré en 1899 des Notes biographiques sur Ernest Hamelin, suivies de quelques pages inédites.

10 Auguste Baluffe, né à Abelhan (Hérault) en 1843, est l’auteur de Les Cigarettes, sonnets en lair, 2 vol. édités en 1874 chez Roumanille à Avignon (B.N.F. Gallica), membre de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, spécialiste de Molière, il s’intéressait à l’histoire locale. Il est présent dans A. De Gubernatis, Dictionnaire international des écrivains du jour, t. 1, A-Com, Florence L. Nicolai, 1888-1891 : 139. Il est le directeur de LHérault, hebdomadaire paraissant à Béziers, le vendredi, en 1879.

11 Cote patrimoine 1134.

12 Numéro 8, 1re année.

13 Castelnau 17 juin 1876, Paris le 27 septembre 1877, Paris le 5 novembre 1877.

14 Dont une sans date, toutes écrites vraisemblablement de Castelnau-le-Lez.

15 Lermina, Vaporeteau, Fourié 1994 et 2009, Maitron, Cler, Maurières et Passerat 1992, Cazals et Fabre 1990.

16 La Grande Histoire de la Commune de Georges Soria 1971, l’Histoire du Félibrige de Jouveau 1971, Histoire de la France Contemporaine, Elleinstein 1979, lHistoire de La poésie française de Sabatier 1977.

17 Barsotti, Les amis de Mesclum, La Marseillaise.

18 Montbrun 1878, Delille 1881, Rigal et dAvray 1908, Walch 1924.

19 Dans les lettres les majuscules sont de Lydie Wilson de Ricard. Nous avons placé entre crochets [ ] les parties de la lettre reproduite par Louis Guiraud, 1991, p. 53 et 54.

20 Joseph Roumanille (1818-1891), un des fondateurs du Félibrige, représentant du Félibrige blanc.

21 Félix Gras (Mallemort 1844-Avignon 1901), félibre républicain, dont la sœur a épousé Roumanille.

22 Léon Cladel (Montauban 1835-Sèvres 1892) : Fils d’un bourrelier, il commença ses études au petit séminaire de sa ville natale puis à Moissac. C’est à Toulouse qu’il obtint son diplôme de docteur en droit. D’abord clerc d’avoué à Montauban puis à Paris, puis employé à la Préfecture de la Seine, il entra en relation avec des écrivains Parnassiens dont L.-X. de Ricard, avant d’écrire de nombreux romans dont une nouvelle réaliste La Maudite lui a valu un mois de prison. Romantique et républicain, admirateur de Hugo, il écrivit aussi de nombreux romans paysans inspirés par son Quercy natal. En 1876 il vient de sortir Les Va-nu-pieds et effectue sa peine à la prison de Sainte-Pélagie à Paris. Il était membre de la Cigale de Paris 1877 et a participé à « La Lauseta » 78 et 79, à LAlliance latine. Il était déjà dans Le Parnasse contemporain 1866-1870. (D’après Maurières et Passerat 1992 : 80).

23 Achille Mir, « La Cançon de la Lauseta », 1876. Né à Escales, fils d’ouvriers agricoles, Achille Mir (1822-1901) est d’abord instituteur, puis quitte l’enseignement en 1869 pour assurer la charge de directeur de la manufacture de draps de La Trivalle (Aude). Il participe dès le premier numéro à la Revue des langues romanes. Il rencontre les poètes provençaux en 1874. Il devient l’ami de Mistral, il est l’ auteur de la « Cançon de la Lauseto » (1876), du « Lutrin de Ladern » en 1877 qui fut réédité cinq fois du vivant de son auteur. Cette même année, lors de la réorganisation du Félibrige, A. Mir devint un des cinquante premiers majoraux. Sources : Cazals et Fabre 1990.

24 Napoléon Peyrat (1809-1881), pasteur, historien du Catharisme.

25 Mme Napoléon Peyrat, née Eugénie Poiré (1833- 1891) : Après 1870 Mme Peyrat s’est convertie au catholicisme, cf. l’article du Pasteur Michel Jas, Le Rêve de l’Église Johannite chez le pasteur Peyrat in www.evangile — et — www.liberte.net.

26 Allusion au poème de Sully Prud’hommes, paru en 1875, Les Yeux ? « Le Lengodoucian », fondé à Toulouse par Estieu, (en 1891) publiera la traduction en occitan par Ricard, des Yeux de Sully-Prudhomme (Salvat 1943.)

27 Mme Carpeaux, née de Montfort, épouse du très prolixe et très en cours sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), était le modèle de son mari buste de Mme Carpeaux, au musée Fabre à Montpellier.

28 Raynouard, François-Just-Marie (1761-1836), homme politique, avocat, poète, auteur dramatique il s’occupa de philologie et étudia les langues romanes, élu à l’Académie française en 1807. Il s’agit certainement ici du Choix des poésies originales des troubadours, par M. Raynouard Firmin-Didot éd., Paris, 1816-1821.

29 Jean Aicard (Toulon 1848-1921) : son père était un « homme de lettre » et son acte de naissance porte pour sa mère « inconnue. » Il débuta dans la littérature encore enfant, connut Lamartine. Arthur Rimbaud écrivit pour lui « Les effarés. » Il fut élu à l’Académie française en 1908. Auteur en 1875 de « La Chanson de l’enfant », maintes fois rééditée dans ses Poèmes de Provence, il publiera en 1908 Maurin des Maures. Il est présent dans les deux derniers numéros du Parnasse contemporain (1869-1871 et 1876). Il est membre de la Cigale de Paris en 1877. Présence dans la Cigale de 1880 avec huit poèmes ; dans « La Lauseta » de 1877 et 1879.

30 Jean Richepin (1849-1926) : La chanson des gueux, qui vient de sortir en cette année 1876, fait scandale. Il sera élu à l’Académie française en 1908.

31 Moins connu que Jean de La Fontaine (1621-1695) ou que François Rabelais (1483-1553), Pierre de Bourdeille (1538-1614) — dit Brantôme — est un personnage à plusieurs facettes. En effet, abbé laïque (ou séculier) de Brantôme il s’illustre aussi bien par les armes que par la plume de l’écrivain. Même s’il n’est pas considéré comme un historien, il sera un chroniqueur du XVIe siècle. Auteur notamment des Vies des dames illustres françoises et étrangères.

32 Lettre placée dans l’épistolaire de Fourès avant une lettre d’Arnavielle du 13 déc. 1876.

33 Marchessou M.-P., Typographe et Lithographe, 23 Boulevard St-Laurent au Puy-en-Velay : imprimeur de La Lauseta de 1877.

34 Nom donné par Fourès à Lydie, dont elle signera un grand nombre des lettres et une partie de ses poèmes et traductions dans La Lauseta et la Cigale. D’après une note de L.-X. de Ricard lors de la publication de lettres dans Le Montpellier, Fourès l’avait trouvé dans une inscription Narbonnaise du VIIe siècle.

35 Dans La Lauseta de 1879, la poésie Le Lez est datée du 15 décembre 76, cette lettre est donc postérieure au 15 décembre qui est un vendredi, le voyage ne peut être que pour le samedi d’après, 23 décembre : Louis-Xavier « part demain », il s’arrête à Alès en route et envoie une lettre non datée sur papier de l’Hôtel « Luxembourg et Louvre A. Louvier, Alais » à Fourès pour lui dire qu’il a chargé Lydie de lui écrire, et qu’il lui envoie quelque chose pour l’aider au voyage, il lui indique qu’ils partiront du Puy, dimanche. Au Puy, il sera chez Marchessou, même si le courrier est rapide, on peut penser que la lettre est du début de semaine entre le dimanche et le mercredi, sinon Fourès ne pourrait pas venir avec eux. Nous la situons donc entre le 17 et le 20 décembre. Lydie écrit : Louis part demain, et Louis écrit à Fourès je partirai le mardi de la semaine prochaine, cette lettre est donc du Lundi 18. De plus dans l’épistolaire réalisé par Fourès elle est collée avant une carte de Destremx du 26 décembre 1876.

36 Avenue pour advenue ce mot était orthographié ainsi dans le dictionnaire de l’Académie française en 1835, il sera orthographié advenu à partir de 1878 (Nina Catach 2001)

37 Landwer : réserviste de l’armée prussienne (Larousse, 1918).

38 Eugène Baudouin (Montpellier 1842-Paris 1893) peintre élève de François Gérome, Gleize, A. Didier puis Flammeng. Il crée avec Louis-Xavier de Ricard, Lydie, et Maurice Faure l’association La Cigale de Paris qui rassemble les écrivains et artistes méridionaux, il en sera un des « deux secrétaires », l’autre étant Maurice Faure. L’association la Cigale publiera en 1880 un recueil collectif éponyme, chez Sandoz et Fischbacher. Baudouin est l’auteur de l’eau-forte illustrant le premier numéro de La Lauseta.

39 Lydie Wilson de Ricard ouvre ici une parenthèse, non refermée sur le manuscrit.

40 Mère du poète, veuve depuis environ 18 ans (Salvat 1927).

41 La librairie Fischbacher, spécialisée en art, est toujours de nos jours installée dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, et ce, depuis 1872. Elle a édité Le Fédéralisme de L.-X. de Ricard, puis le recueil de La Cigale 1880.

42 Rapin, n.m. : jeune élève en peinture, en terme d’atelier, par extension peintre peu habile (Larousse de poche, 1918).

43 Noms d’inconnues, vraisemblablement inventés.

44 Maroquin, n.m. : on dit proverbialement, en menaçant quelqu’un qu’on lui donnera sur son maroquin, pour dire sur sa peau. On dit aussi ironiquement vous êtes un plaisant maroquin, un plaisant bouffon. In Les mots obsolètes Furetière 1998, 400 pages, éditions Zulma, Mayenne.

45 Maurice, Louis, dit Maurice-Faure (Saillans 1850-1919) : homme politique, fondateur (voir cidessus) de la Cigale de Paris, son père avait été proscrit lors du coup d’état de Napoléon III. Il est le neveu de l’homme politique et historien gardois Jean-Pierre Goirand chez qui il passa une partie de son enfance et le cousin de Léontine Lauriol-Goirand épouse Mathieu. Partisan de Gambetta, il sera en 1885 député de la Drôme. Il est également fondateur de la Société des félibres de Paris.

46 Nocher ou naucher, n.m. : vieux mot qui signifiait autrefois pilote, patron de navire. Il se dit aussi de tous les matelots qui sont employés à la conduite du vaisseau. Il n’est demeuré en usage qu’en poésie (Larousse 1918).

47 « Mirgaillée » : de l’occitan « mirgalhar » : peindre de différentes couleurs.

48 Personne au service des Ricard.

49 Pierre Goudoulin (Toulouse 1580-1649) auteur du Ramelet moundin.

50 Alban Germain (1848-1880), clerc d’avoué à Carcassonne, réfugié en Suisse après 1870-1871, républicain, il collabora dès son retour au journal Le Bon Sens de Valentin Tournier qu’il dirigea dans les premiers mois de 1878, signa avec L.-X. de Ricard de « vifs éditoriaux politiques ». Ami de Fourès avec lequel il fondera le journal La Cité hebdomadaire culturel, il avait commencé dans le Bon Sens une chronique de critique littéraire. À partir de 1879 et de l’édition de ses premiers « Hommes du Carcassez » sa carrière avait pris un tour nouveau, mais une longue maladie devait l’interrompre. Après son dépit amoureux, il épousera en 1877 Mlle Gabrielle Liron de Montpellier.

51 Louis-Alphonse Roque-Ferrier (Montpellier 1844-1907), Littérateur, rentier, membre de la société des Langues Romanes et de sa revue, président de la commission de géographie dialectale, des félibres montpelliérains. Membre de la Cigale de Paris 1877. Roque-Ferrier sera Majoral du Félibrige en 1881. Ses œuvres des années 1870 : « De la double forme et des articles et des pronoms en langued’Oc » (Paris, Maisonneuve, 1876) ; « Notice sur l’Abbé Vinas » (1876) ; « Notice sur Octavien Bringuier » (1876) ; « Énigmes populaires en Languedoc », Montpellier (1.7.) ; « Le féibrige àAix et Montpellier » (1.7.) ; Los atges de lumanitat, poème épique (Montpellier, Hamelin, 1877) ; De lidée latine dans quelques poésies en langue dOc, espagnol et catalan (Paris, Maisonneuve 1877) ; Quatre contes languedociens à Gignac, Hérault (Paris, Maisonneuve, 1878), Énigmes populaires en langue dOc (1878) ; Fragment dun poème en langue de Bessan, Hérault (1878) ; Vestige dun article archaïque roman (Montpellier, Hamelin, 1879) ; « Catabèu de la Santo Estello » (Montpellier, 1880)... Membre de la Cigale de Paris 1877. La Cigale (1880) : un texte « Adessias ». Il est absent des Lausetas et de lAlliance latine. Pseudonyme : A. de Clarens (Fourié 2009). Sources : Clerc 2001, Fourié 2009.

52 Premier numéro de 1877, dans lequel Fourès signe « l’Albeto » et « Le Garrabié, Al tustadou de l’amic German » ; Roumieux : « Un Pantai » ; L. Goirand : « Nemausa et Bello Proumièro ».

53 Léontine Goirand (Nîmes 1853-Alès 1923), née à Nîmes et non à Alès comme l’indique Fourié dans ses dictionnaires de 1994 et 2009, Léontine Lauriol, du nom de sa mère, est légitimée par J.-P. Goirand député d’Alès, historien et oncle de Maurice Faure, lors de son mariage avec celle-ci en 1863. Léontine sera la Félibresse d’Arène chantée par les félibres. Très prolixe, elle est présente dans la RLR ; les Almanachs ; la Lauseta ; elle participera avec Roumieux au Dominique. En 1882 elle se marie avec Paul, Émile Antoine Matthieu, receveur municipal à Sète, ils auront deux enfants. Léontine n’est pas membre de la Cigale de Paris 1877, la liste ne comporte aucune femme.

54 Louis Roumieux (Nîmes 1829-Marseille 1894), Capoulier, Cigalo de Nimes, membre du premier consistoire du Félibrige (1876), ami de Léontine Goirand, il a été successivement commerçant en bois à Beaucaire, puis à l’étranger, vice-consul d’Espagne, journaliste à l’Éclair (royaliste) de Montpellier, directeur du journal Le Dominique (1876-1877), puis de la Cigale dOr (1877). Pseudonymes : Lou felibre dis Ourtigo, Louis d’Arène (d’après Fourié). Membre de la Cigale de Paris 1877, dans La Cigale (1880) : deux poèmes en oc. Absent des Lauseta, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé.

55 Expectons, de expectance : attente d’une chose possible (Larousse de poche 1918).

56 1877 n’est pas une année bissextile, il s’agit du jeudi 1er mars.

57 Antoine Camille Ferdinand Coulet (St-Maurice-de-Navacelles 1838-Montpellier 1908) libraire éditeur montpelliérain au n° 5 de la Grand’Rue. Membre de la Société languedocienne de Géographie dès 1878. Libraire-éditeur de la Société des Bibliophiles languedociens. Il avait acheté en 1862 la librairie Pitrat. Éditeur dans le domaine scientifique agricole de J.-E. Planchon, Louis Viala, Henri Marès, mais aussi Duponchel A. Il publiera « Un paou de Tout » de Denis Robert (1879) et Sous la direction de M. de la Pijardière, pour la Société des Bibliophiles languedociens la nouvelle édition 1875-1892 de LHistoire de la ville de Montpellier de Charles d’Aigrefeuille en 4 volumes... Coulet apparait comme libraire-éditeur de la Lauseta 1877 et 1878.

58 J.-B. Enseñat, Joan Baptista Ensenyat i Morell (1854-1922), historien et dramaturge, écrivain majorquin (Balanza y Perez 1982).

59 Italiens : Ils étaient au nombre de 20 d’après les auteurs de la Lauseta de 1879.

60 Le mot seconde est avant édition mais un trait replace les mots dans l’ordre ci-dessus sur le manuscrit.

61 Emmanuel des Essarts (Paris 1839-1909) : Le « cher ami de jeunesse de Mallarmé », fils d’Alfred des Essarts et de Marie-Anne des Essarts, morte jeune mais déjà connue comme une femme d’un grand esprit et d’une distinction rare. Professeur sorti de l’École Normale Supérieure à 22 ans, il fit connaissance avec les plus illustres représentants du Félibrige, Mistral, Roumanille, Aubanel à Avignon où le menait deux ans après son second poste. C’est ainsi qu’il fût le témoin de Mistral lors de son mariage à Dijon (Jouveau, 1971, t. 1, 37.) Il entra dans l’enseignement supérieur en 1872, il professa bientôt à Clermont-Ferrand. Présent dès le premier recueil du Parnasse contemporain (1866), il l’est également dans le second (1869-1871) et dans le troisième (1876), dans la Gazette rimée 20 mai 1867. Il est présent dans La Lauseta, éditions de 1878 et de 1879 comme auteur de la France du Nord, dans LAnthologie Poétique de LAlliance latine. Il n’est pas dans la liste des membres de la Cigale de Paris de 1877.

62 Marius Bourrelly (Aix-en-Provence 1820-Marseille 1896) D’abord commis en nouveautés à Marseille, il devient régisseur de l’Alcazar et du Gymnase, puis rédacteur-gérant de la revue Troum-Al-Ca-Zar, administrateur du Casino municipal et entre finalement dans les chemins de fer où il est successivement employé à Toulon, Nîmes et Marseille. Collaborateur du « Boui-Abaisso » dans les années 41-42 ; il y publie un poème qui connut une certaine célébrité, « La vida duna gorrina » (La vie d’une prostituée). Il collabora également à « LArmana prouvençau », au recueil « Li Prouvençalo » (1852.) Il était majoral du Félibrige en 1876, « Cigalo dou Mount Venturi » (cigale du Mont Venturi), un des 50 premiers majoraux nommés par Mistral pour la « Santo Estello » d’Avignon. En 1878, devenu vice-syndic de la Maintenance de Provence, le républicain, franc-maçon Marius Bourrelly avait déjà publié alors en provençal la traduction des Fables de La Fontaine, dans le doux parler des félibres. Il est membre de nombreuses sociétés littéraires et scientifiques. Il n’est pas cité dans les membres de la Cigale de Paris 1877 ; ne figure pas dans les auteurs du recueil 1880. Il figure dans « La Lauseta » de 1878 avec « LAbat de Citeaux », dans l’Alliance latine n° 1, anthologie poétique avec « Lou lien de Belfort ».

63 D’après « La Lauseta » de 1879 pour la Catalogne et l’Espagne, ils sont plus de 20 à envoyer des œuvres à « La Lauseta ».

64 La Légende des siècles de Victor Hugo tome II parut chez Calman Lévy en 1877. Victor Hugo (1802-1885) : L’écrivain français, fils d’un général de Napoléon comme Louis-Xavier de Ricard, exilé après le coup d’État de Napoléon III, écrit entre 1859 et 1883 sa Légende de siècles. Si le poète observa avec intérêt de l’étranger la Commune, il défendit les Communards en réclamant l’amnistie et en écrivant LAnnée terrible. Proche d’un certain nombre d’acteurs de la Commune, il semble aussi assez proche de Louis-Xavier de Ricard pour que celui-ci en 1878 lui demande d’être le Président d’honneur du Banquet de la Lauseta, présidence que le grand Hugo accepta même s’il ne vint pas à Montpellier.

65 Du nom du gibet de Paris.

66 In t. 2 de La légende des siècles.

67 Souligné trois fois : allusion au manifeste de Fourès paru dans la Lauseta de 1877, et intitulée As Troubaires.

68 Souligné 2 fois.

69 En fait le sonnet « A la drouleto dEn Leon Cladel ».

70 Dominique : journal publié à Montpellier et Nîmes par Louis Roumieux, et dans lequel écrit Léontine Goirand.

71 Offenbach Jacques (Cologne 1819-Paris 1880) le musicien compositeur de 87 pièces avait la réputation de jettatore (jeteur de sort) qui tenait en partie à la maigreur squelettique et au feu de ses prunelles derrière le lorgon d’or... (Noblet 2003 p. 339).

72 « Nemausa » : œuvre de Léontine Goirand.

73 Traduction : Les Cigaliers sont des chanteurs/ Peintre, poète, député/ homme de lettre/ Musicien/ Ils chantent l’amour et la beauté.

74 Péristeus ( ?).

75 Louis Gleize, (Alès 1830-Paris 1886) : Chansonnier, collaborateur de divers titres.

76 « Dicho à la Cigalo de Paris » lo 1e de Febrièr 1877, (1er février 1877)

77 Paul Gaussen (1845-1893) est né et mort à Alès, relieur, puis journaliste et bibliothécaire de la ville d’Alès, majoral du Félibrige en 1881. Pseudonymes (Fourié 1994) Lou félibre dis Estello, L’an Pessuga. Absent de La Lauseta, présent dans l’anthologie poétique de LAlliance latine n° 1, avec « Planh ».

78 Toast aux nouveaux mariés magnifiques/ À l’amour toujours nouveau.

79 Cham : est le titre que l’on donne aux souverains de Tartarie. Prononcer Kam [...] ce mot en langue slavone signifie empereur (Trevisse 1771, p 403) ; Peuple descendant de Cham, second ou dernier fils de Noë et qui eût l’Afrique pour partage (La Châtre : 1865).

80 Konch : Konquer ? nom donné au chef de chaque nation chez les Hottentots. Cette charge est héréditaire et passe des pères aux enfants.

81 Hottentote : féminin d’Hottentot, peuple de race nègre, [sic] qui vit dans la colonie du Cap et le sud-ouest Africain allemand (Larousse 1918).

82 Ce [sic] là est de Lydie Wilson de Ricard.

83 Shelley Percy Bysshe (1792- 1822) : poète anglais. La femme de Shelley, Mary, était la fille de Mary Wollstonecraft auteure de La défense des droits de la femme (1792) qui « anticipait les principaux arguments des féministes » Mary Shelley créa à l’âge de 20 ans « un des plus grands mythes du monde moderne, Frankenstein » (cf. Laure Adler et Stéfan Bollmann, Les femmes qui écrivent vivent dangereusement, Flammarion 2006 : 51).

84 Le plan des Quatre Seigneurs est situé au Nord de Montpellier, sur une hauteur d’où on peut voir la mer, pourtant distante d’une quinzaine de Km à vol d’oiseau.

85 À partir de là, écriture « entrelacée » sur la page 7.

86 Lettre contenant une fleur séchée, dans les copies, Salvat l’a faite placer après la lettre de Fourès du 10 mars. Elle ne peut dater que d’après l’annonce de la mort d’Autran survenue le 6 mars dont Lydie parle en fin de lettre.

87 Nous n’avons pas trouvé de poème de Louis-Xavier de Ricard portant ce titre. Existe-t-il ou s’agit-il du poème de Verlaine de 1866, intitulé Avant que tu ten ailles : Avant que tu ne t’en ailles,/ Pâle étoile du matin,/ — Mille cailles /Chantent, chantent dans le thym./ — Tourne devers le poète,/ Dont les yeux sont pleins d’amour ;/ — L’alouette /Monte au ciel avec le jour ?

88 Autran Joseph, Marseille (1813-1877) : révélé par une ode à Lamartine en 1831, il a reçu le Prix Monthyon de l’Académie française en 1848, il fut élu dans cette académie en 1868. Il ne figure pas parmi les membres de la Cigale de Paris 1877, mais est présent dans le recueil de 1880. Il figure dans le Parnasse contemporain de 1876. Il ne figure ni dans la Lauseta, ni dans LAlliance latine. Il vient de mourir le 6 mars 1877.

89 Placée après le 6 avril dans le dossier de Salvat, cette lettre semble précéder la suivante du 20 mars et être la réponse à la lettre déclaration de Fourès, que nous ne possédons pas. En effet dans celle-ci Lydie s’interroge « Je suis bien embarrassée à savoir comment lui transmettre votre déclaration » ; dans la suivante elle lui écrit : « Vous savez à l’heure qu’il est ce que votre filleule pense de votre dernière lettre ? La vôtre de ce matin me prouve que vous n’avez guère besoin d’encouragements [...]. »

90 Albeta pour Lydie mais « Albeto », nom d’un poème dédié à Jeanne, daté dans les Cants del Solelh par Fourès du 21 novembre 1876, Jeanne sera tour à tour l’Albeto et la Migueto.

91 Albert Arnavielle (Alès 1844-Montpellier 1927), d’une famille catholique et monarchiste, amené à la poésie d’oc par Mathieu Lacroix — grand lecteur de La Fare-Alais — il devient après 1862 un des disciples direct de Mistral. Employé au P.L.M., fondateur de la maintenance félibréenne du Languedoc (1877) ; de l’Escolo de la tabo (1877) ; directeur de lArmanac cevenou (1874-1875) qui deviendra l’Armana de Lengadoc (1876), correspondant du journal royaliste L’Éclair de Montpellier ; rédacteur en chef de La Cigalo dor, de nombreux périodiques d’Oc. Majoral du Félibrige en 1876. Membre de la Cigale de Paris 1877 ; il n’est pas dans le recueil de 1880. Présence dans la Lauseta de 78. Pseudonymes : L’arabi et Lou Felibre de l’Auba.

92 Mireille Roumieux est une des filles de Louis et Delphine Roumieux, filleule de Mistral.

93 Francimandes : françaises du nord (de la Loire).

94 Dans la liasse de manuscrits cette lettre a été (dé-) placée avant le 20 mars, or Lydie y copie le sonnet de Mr de Tourtoulon du 26 mars, elle est donc datée d’après ce jour. Selon une note de Salvat dans les copies elle serait du 2 ou 3 avril après la lettre de Fourès du 30 mars. Dans la lettre suivante elle écrit : « Nous sommes allés à Font-froide Dimanche. » Cette lettre est donc du dimanche 1er avril, précédant le vendredi 6.

95 Fontfroide : Mas situé entre le plan des Quatre Seigneurs à Montpellier et la Lironde, cours d’eau en provenance de St-Gely-du-Fesc, au nord de Montpellier.

96 Charles, Jean-Marie, de Tourtoulon — et non Tourtelon — (1836-1913) : baron, historien et philosophe né à Montpellier en 1836, mort à Aix-en-Provence en 1913, Charles de Tourtoulon était membre de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, de la Société des langues romanes, Majoral du Félibrige en 1876 (démissionnaire en 1892), un des fondateurs et premier président des félibres de Paris (1879-1882). Il fut chargé avec Octavien Bringuier par le ministère de l’instruction publique de fixer la limite linguistique entre Oïl et Oc. Dans les années 1870 il est le premier président de la Société pour l’étude des langues romanes et encourage Lydie à publier dans la revue du même nom. Pseudonyme : Charles Rochenat (d’après Clerc vers 2001). À noter que dans le dictionnaire de Clerc comme dans celui de Fourié 2009 le sonnet La Lauseta (1877), que nous avons vu dédié à Lydie dans les lettres, est donné comme dédié à Louis-Xavier. Présent dans l’Anthologie de LAlliance latine n° 1, avec La Lauzeta, dédiée à Lydie.

97 Ce sonnet paraîtra dans l’Anthologie poétique de LAlliance latine en 1878, p. 52 et 53, dont nous tirons la traduction suivante : L’alouette À Madame Louis-Xavier de Ricard, au Mas où est éclos l’armana [sic] de La Lauseta Oiseau de liberté, Alouette joyeuse, — notre patrie jadis à ton gazouillement — se sentait revivre, et, dans ton libre élan, — ils t’aimaient, les paysans répandus dans la gaule. Oiseau d’espoir, si le soir tapis sous la feuille, — le laboureur voyait tes petits nouvellement éclos, — il détournait la charrue, et le cœur plein de joie : — « Mon champ est béni, dit-il, puisqu’elle y a fait son nid. » Notre siècle a perdu jusqu’au souvenir — du vieux temps et pour toi il n’a plus d’amitié. — À ton chant, le gaulois n’est plus ravi. Pourtant, il y en a qui ont battu des mains lorsqu’ils t’ont entendue, — et nous, nous le voyons, oiseau de bonheur, — le mas où tu as niché est un lieu béni. 26 mars 1877 C. de Tourtoulon.

98 Il s’agit du portrait des deux sœurs, voir lettre suivante.

99 Cette lettre est classée dans les archives après la lettre du 20 mars, or Fourès répond à Lydie le 8 avril, il a reçu le cadeau, et envoie son portrait qui date de mars 1874.

100 Allusion au chant XXIX du Purgatoire de Dante où il est question des muses vers 115 à 117 : « Non seulement Rome ne réjouit jamais/ d’un si beau char Auguste ou l’Africain,/ mais celui du Soleil, auprès, paraîtrait pauvre... » ?

101 Auriola est le nom de la guenon du couple, ce prénom pourrait être celui d’une parfaite cathare in http://jean.duvernoy.free.fr/text/pdf/bdecaux.pdf le 15 novembre 2007-11-15.

102 M. Fabre : il s’agit certainement de M. Émile Fabre, ingénieur, domicilié à Paris et qui fut le témoin du mariage de Lydie et Louis-Xavier, il avait alors 32 ans, il figure parmi les membres de la Cigale de Paris.

103 Mme Charpentier est la mère de Louis-Xavier de Ricard, qui, veuve du Général, avait épousé un ingénieur Paul Charpentier qui avait l’âge de son fils.

104 Agnès, héroïne de l’École des femmes de Molière.

105 Effendi, nom donné à un bouc égyptien (voir plus bas), c’est le nom de l’ambassadeur du grand Turc, Mehemet, qui passa par Montpellier pour s’embarquer à Sète en 1721. Le fils de celui-ci Saïd Mehemet repassa par le Languedoc 10 ans plus tard.

106 Poème A Dono dulciorelo per le journ de la sieuno festo 7 dabrilh 1877 (À Mme Dulciorelo pour le jour de sa Fête 7 avril 1877) in Les cants del solelh/Les Chants du Soleil. La lettre de Fourès a donc mis au maximum trois jours pour arriver, une fois le poème écrit !

107 Entre parenthèse phrase écrite en marge, verticalement, le long de la lettre.

108 Dante, Alighieri : 1265-1321, auteur de La Divine Comédie.

109 Véronique : fidélité.

110 Au Collège d’Occitanie, cette lettre est placée dans les copies avant celle du 10 avril, il nous semble qu’elle a été écrite après la réception de la lettre de Fourès du 22 avril, où il écrit : « Je reçois la lettre de Louis pas un mot de vous ! Pas une fleurette de mon Albeto ! On est en train de m’oublier, alors ! — Voilà qui est loin de me satisfaire ! ».

111 « Habilement » est placé dans le manuscrit avant le mot « intervertir » mais un trait les replace dans cet ordre.

112 Endéver : être fort fâché de quelque action. Ce mot est du bas peuple (Furetière).

113 Soulignés de deux traits.

114 La Pomme : nous trouvons l’explication dans la lettre de Fourès du 22 avril : « Vous ne devez pas ignorer que les Normands et les Bretons afrérés [sic] viennent de fonder, à Paris, le dîner de la Pomme qui a eu lieu le 16 avril rue Taranne chez Lafitte. On y a chanté des chansons des pays armoricains et normand. Voilà qui est excellent ! Les Picards, les Champenois, les Poitevins suivront le mouvement donné par la Cigale, c’est-à-dire par Louis ; L’idée fédéraliste s’affirmant, malgré tout, en plein Paris (...) nous devrions adresser un salut aux hommes de la Pomme, — ne serait-ce pas d’un bon effet ? »

115 Sa belle-mère.

116 Aujourd’hui comme hier « Thoiry » et non « Toiry » dans le canton de Montfort l’Amaury possède un château, celui de Tronchay. Ce petit village est à 2 km de celui d’Autouillet où a eu lieu le mariage de Lydie et Louis-Xavier, les Wilson y possédant une résidence.

117 Lydie peut faire allusion à son Apologie du sire de Faucancourt dont un fragment, écrit au Mas du Diable en 1875, « L’épisode des guerres protestantes en Languedoc » est annoncé en préparation sous le titre « Les Bralhasses » dans le 1er numéro de LAlliance latine en 1878.

118 Le magnifique dessin de grillon réalisé par Jeanne et qui se trouve dans cette lettre dans les manuscrits conservés au Collège d’Occitanie n’a donc pas été envoyé dans celle-ci, mais auparavant dans une lettre de l’Albeta à Fourès, lettre malheureusement absente.

119 Il s’agit de la sœur d’Auguste Fourès, celui-ci précise dans la seule lettre en occitan qu’il ait adressée — le 21 Flouréal an 85, 10 mai 1877 — le nom de sa sœur : Louise Hermet.

120 Vraisemblablement manuscrit de Louis-Xavier sur la période de la Révolution française appelée ainsi du nom de Brissot de Warville (1754-1793), membre influent du club jacobin aux côtés de Robespierre.

121 Un prix.

122 Albert de Quintana i Combis (1834-1907) (Torroella de Montgrì, Baix Empordà 1834-Girona 1907) poète et homme politique catalan d’au-delà des Pyrénées, membre du 1er consistoire du Félibrige, a joué un rôle important entre Mistral et les Catalans, il appartient à la génération qui réinventa les jeux floraux. Il a été délégué de l’Espagne à l’exposition internationale de Vienne en 1873, et de Paris en 1878 (Balanza y Perez 1982). Il est à l’origine du prix du chant du latin pour les Fêtes latines de Montpellier en 1878.

123 Louis Adolphe Thiers, (Marseille 1797- St-Germain-en-Laye 1877) : homme politique, journaliste et historien français, il était fils d’un ouvrier du port de Marseille. Boursier il fut reçu avocat à Aix en 1819. En 1821 il partit pour Paris et commença son Histoire de la Révolution en 10 volumes qu’il finit en 1827. Il contribua à la Révolution de juillet et fut un des principaux partisans de la montée de Louis-Philippe sur le trône. Il fut nommé Conseiller d’état et rattaché au département des finances. Il conseilla la mise en état de siège de Paris lors de l’insurrection de juin 1832. En 1834 il réprima avec férocité les insurrections de Lyon et Paris. Thiers dut céder la place à Guizot en 1840. Passé à l’opposition centre gauche, il se mit à écrire LHistoire du consulat et de lEmpire. Le 23 février 1848, Louis-Philippe l’appela pour former un cabinet, il était trop tard. Thiers représente le parti de l’Ordre et est élu dans quatre départements à la Constituante. Il soutint d’abord Louis-Napoléon puis s’opposa à l’Empire. Arrêté le 2 décembre, exilé en Suisse, il rentra en 1852 mais ne revint à la politique qu’en 1863 comme député de l’opposition libérale. Il réclama les « libertés nécessaires » en 1864 et incita à ne pas voter les crédits militaires en juillet 1870. Après la chute de l’Empire il négocia avec Bismarck. Élu à l’Assemblée nationale, il fut élu chef du pouvoir exécutif en février 1871. Il signa les préliminaires de paix, puis les pactes de Bordeaux et Francfort. La répression sanglante de la Commune le fit surnommer « Le boucher de la Commune ». Il resta président de la République jusqu’à la libération du territoire par les Allemands. Partisan d’une république conservatrice, il fut renversé le 24 mai 1873 par les monarchistes et remplacé par Mac-Mahon. Élu député, il joua un rôle important dans l’opposition républicaine. Son enterrement peu avant les élections d’octobre 1877 fut suivi par une foule immense. Sources : Lermina 1884 : 1335-1336 ; Elleinstein 1979 tome III : 387-388.

124 Jeu de bagues : Jeu d’adresse qui consistait à enlever à l’aide d’une lance, sur un cheval au galop, un ou plusieurs anneaux suspendus à un poteau ; p. ext. les anneaux que les cavaliers devaient enlever (Le Trésor de la Langue française, juin 2009, http://atilf.atilf.fr).

125 Clair Gleizes d’Azilhanet Hérault, auteur d’« Autour de La grangièro (parla narbounés) publicat in LArmanac Provençau » de 1876, cette même année, dans le « Cartabèu de la Santo Estello », il est marqué comme « Ussié en Arle » ; huissier en Arles.

126 L’employée de maison.

127 Barré.

128 Après la retraire de Russie, la défaite de Napoléon, les mœurs russes ont fait l’objet de nombreux livres dans lesquels les auteurs décrivaient le traitement des femmes à coups de bâton, pour les faire obéir.

129 Denis Diderot (Langres 1713-Paris 1784) écrivain et philosophe français.

130 Ou Huot ?

131 Son frère Georges a 5 ans de moins qu’elle, il est né en janvier 1855.

132 « La loi votée le 27 juillet 1872 divisait chaque tranche d’âge en deux catégories tirées au sort. La moitié des conscrits devaient accomplir un service militaire de cinq ans, et l’autre moitié de six mois seulement. Les soutiens de famille, les membres de l’enseignement public et du clergé en étaient dispensés. Les jeunes gens de moins de vingt ans, dans la proportion d’un cinquième, et pour le surplus moyennant le paiement de 1 500 F, pouvaient être volontaires et ne faire qu’un an de service, à condition de passer un examen. Cette dernière disposition permettait aux enfants de la bourgeoisie de ne faire pratiquement qu’un an de service militaire » (Elleinstein coord., Histoire de la France contemporaine, t. IV, p. 19).

133 Lors du mariage de Lydie, son père Edouard Wilson était âgé de 52 ans, il est alors Commis en marchandises, c’est cette affaire que son frère va reprendre.

134 Le 4 mai Gambetta a fait un discours contre le cléricalisme. Le 16 mai Mac-Mahon — élu depuis le 24 mai 73 à la présidence de la République, suite à la démission de Thiers la veille — a obligé Jules Simon à donner sa démission, le 17 mai il a appelé de Broglie à former un 3 e ministère d’hommes de droite, le 17 juin il demande au Sénat de dissoudre la Chambre des députés. Le 19 juin la Chambre refuse sa confiance au ministère de Broglie que Mac Mahon maintient au pouvoir. Le 22 juin le Sénat vote la dissolution de la chambre des députés.

135 Mari de sa belle-mère.

136 C’est pourtant sous ce second titre que la revue paraîtra en 1878, avec seulement deux numéros.

137 Maurice Rollinat (1846-1903) : né à Châteauroux, fils d’un ancien député de l’Indre, filleul de George Sand. Il quitte sa ville natale pour Orléans, puis Paris, dès 1877 il publie Dans les Brandes, dont il est question dans les lettres. Lermina (1884) estime qu’il est « passé inaperçu ». Fréquentant la bohème nouvelle autour du « Chat Noir », il sera rendu éphémèrement célèbre, grâce à un article du Figaro faisant la critique des Névroses en 1884. Présent dans le 3e Parnasse contemporain de 1876, celui dont Ricard n’a plus la maîtrise.

138 Timothée Colani (1824-1888) est le directeur du Courrier littéraire (Paraissant le 10 et le 25 de chaque mois chez Sandoz et Fischbacher, 33 rue de Seine Paris. Chaque numéro comprend 48 pages.) ; Louis Xavier de Ricard fait partie comme Alphonse Daudet, Paul Arène, Louisa Siefert, Jean Aicard, Sully-Prudhomme des collaborateurs de la revue. Colani signe également des articles historiques dans La Nouvelle Revue. Timothée Colani, né en Wurtemberg, fait ses études de théologie à la Faculté de Strasbourg et devient pasteur. Il occupe la chaire d’éloquence sacrée à la Faculté. Par ses contacts avec Scherer et l’influence de Reuss (Reuss, Rodolphe ?) il renouvelle la pensée théologique francophone et fonde en 1850 la Revue de théologie et de philosophie chrétienne ou Revue de Strasbourg qui devient vite le porte-parole du libéralisme radical. [...] Ces positions ont été à l’origine de violentes polémiques [...]. Après 1871, Colani abandonne tout à fait ses fonctions pastorale et professorale ; sous-bibliothécaire à la Sorbonne en 1877, il s’intéresse davantage aux questions littéraires et politiques, et collabore à différents journaux (Le Temps, la République française de Gambetta). Au synode général de l’Église réformée en 1872, ses interventions sont remarquées (www.museeprotestant.org ; juillet 2009). Colani fut un des principaux collaborateurs de Gambetta lorsque celui-ci fonda La République française le 5 novembre 1871 (Reinach T. Colani : Directeur du Courier Littéraire, Paris, 1918 : 30).

139 Spéc., Poste et télécom. Lettre chargée, paquet chargé. Affranchi de manière à l’assurer contre les risques de perte, de détérioration ou de spoliation. TdLF 2009.

140 Dans les lettres conservées à Toulouse, il y en a une sans date ni destinataire qui débute ainsi : « Généralement gracieux n’est-ce pas.... » et se termine par « Votre bavarde et dévouée filleule et sœur Lydie Dulciorela ». Elle porte au crayon en haut à droite « juin 2 », (« juin 1 » étant celle qui débute par « elle est partie, parrain, elle est partie »). De notre point de vue, « juin 2 » est très logiquement la suite de celle datée du 28 juin. Nous n’en avons donc fait qu’une seule.

141 En surcharge sur elles.

142 En surcharge sur Ils.

143 Un « n » barré sur ms.

144 Barré sur ms.

145 Ici commence la partie de lettre sans date et sans début dont nous parlons plus haut.

146 Notons que Jeanne a, en 77 : 25 ans et Fourès 29 !

147 Journal littéraire bimestriel d’Aix-en-Provence 1877-1879.

148 Les Eaux Bonnes sont une station thermale des Pyrénées : Édouard Cazenave de la Roche, Les Eaux-Bonnes dans la phtisie pulmonaire, Quimper, de Kerangal, 1878, 31 p.

149 Jean-Pierre Gaidan, de Nîmes (1809-1883) industriel et banquier, membre de l’Académie de Nîmes, un des cinquante premiers majoraux du Félibrige de 1876. Collaborateur de « lArmana Prouvençau », « la Cigalo dOr », la RLR, « LIòu de Pasco ». Pseudonyme : Jan de la Tour Magno (d’après la RLR 1870 chronique page 288.) Membre de la Cigale de Paris 1877, présent en occitan dans « La Lauseta » 1878 sous son pseudonyme avec « Larmanac de la lauseto », en français dans « La Lauseta » 1879 et dans LAlliance latine, anthologie, avec La tour de Constance.

150 Petit perdreau.

151 Journal de Nîmes.

152 Gèli Borel (Avignon 1827-Aix-en-Provence 1911) : Né dans une famille modeste, il a fait une carrière militaire, gravi les échelons et a fini chef de la musique du 99e de Ligne. Il a notamment composé les musiques de La bèn-vengudo : mistèri en tres ate en vers prouvençau pèr/J.-B. Gaut, 1887 ; Li Noço de Guingoi chansonnette avec L. Roumieux 1886 ; Chansons provençales de Théodore Aubanel. Sources Barsotti.

153 Auguste de Polignac, duc puis prince, (1780-1847), émigré dès 1789 en Russie puis en Angleterre. Il participa à des conspirations, fut emprisonné puis s’évada et revint en France avec les Bourbons... Il fut choisi par Charles X comme ministre des Affaires étrangères en août 1829, la préparation du coup d’état Ultra échoua en juillet 1830, provocant la Révolution. La dissolution de la chambre le 16 mai après un vote de défiance à l’égard du trône de celle-ci par 221 voix contre 181. Après dissolution les opposants passeront de 221 à 274.

154 Adèle Souchier (Romans (Drôme) ?-Valence 30 décembre 1913) En 1874 elle venait de sortir un recueil de poésie à Paris Les Branches de lilas offertes à mon pays, Jouaust. Mistral la félicite. Elle publiera ensuite deux romans. La Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, en l’admettant parmi ses membres, lui fit un honneur qui n’avait pas encore été décerné à une femme, depuis Mme Desbordes-Valmore. Elle fait également partie de l’Athénée de Forcalquier. Elle est l’auteure de Aux félibres pour la fête de Sainte Estelle, (Valence 1877) ; Frédéric Mistral lui a dédié la traduction d’un sonnet de Pétrarque daté de 1874 et paru dans Li Isclo dOR. Sources : Montbrun 1877-1878 ; Bulletin de la Société dArchéologie et de statistique de la Drôme sur B.N.F. Gallica ; Li Isclo dor Mistral sur Ciel d’Oc.

155 Ce numéro de la RLR publiait trois poèmes de Fourès : « lAlbeto, Le Garrabié, Al Tustadou de lAmic Alban German ». Il contenait la critique par Alphonse Roque-Ferrier de l’Almanach La Lauseto, en faisant une large part dans celle-ci aux textes de Fourès, comme le note Lydie.

156 Antoine Fabre d’Olivet, né à Ganges (Hérault) le 8 décembre 1767 et mort à Paris le 27 mars 1825, est un écrivain, philologue. Lydie a traduit pour la Lauseta de 1878 de cet auteur d’avant le Félibrige « Son automnal » traduction signée « Na Dulciorela », p. 161.

157 L’abbé Pierre Augustin Boissier de Sauvages avait en 1756 publié son Diccionari lengadocian- francés.

158 Le 18 novembre 1876 un condominium franco-anglais sur l’Égypte a été institué.

159 Edmond Thiaudière (Gencey 1837-1930) : directeur du mensuel La Revue des Idées Nouvelles, bulletin du progrès dans la Philosophie, les sciences, les lettres, les arts, l’industrie, le commerce et l’agriculture (« La Lauseta » 79 p 285). Co-fondateur avec Ricard de la société L’Alouette à Montpellier en 1878, Il est l’auteur de pamphlets contre Napoléon III et de livres sur le Fédéralisme. Très original, il écrit sous les pseudonymes de THy, Lord Humour et Frédéric Stampf. Il est le représentant de la France du centre pour lAlliance latine. Vingt ans après il œuvrait toujours pour la paix au sein de L’Alouette de Paris qu’il avait créée.

160 Jean-Marie Destrem (Poitiers 1843- ? 1929) : « petit fils du conventionnel toulousain, secrétaire général de rédaction au Rappel » (notes au bas de la Lettre de Fourès du 23 janvier 1877, parue dans Montpellier en 1896). Destrem est noté dans la Lauseta de 79 comme collaborateur de la France du Nord. Il est entré en 1869 au journal La Marseillaise. Il tentera de faire évader son directeur Rochefort de St-Martin-de-Ré où il était emprisonné pour participation à la Commune. Il était gérant du Rappel et a publié dans la Revue Historique d’importants travaux sur les déportations pendant le Consulat et l’Empire (Lermina 1884.) Auteur de la notice sur le calendrier républicain dans La Lauseta de 1878.

161 Gustave Herloz figurait parmi les auteurs du nord de la première « Lauseta ».

162 Troubat Jules (Montpellier 1836-Paris 1914) : Jules Troubat fut le dernier secrétaire de Sainte- Beuve ; traducteur de Jean lan près de l’abbé Fabre en français, auteur entre autres de Plume et Pinceau (1878) Le blason de la révolution (1883), et des Lettres inédites à son père et à son frère de Montpellier, publiées par l’Entente Bibliophile, Montpellier en 1991. Il y raconte les événements de 1851 à Montpellier. Son départ fut motivé par la présence à Montpellier d’un groupe d’étudiants de la capitale venus étudier la flore ; avec eux Champfleury, Gustave Courbet... Il a été initié à la loge Rose du Parfait silence de la Franc-maçonnerie en 1876 (Troubat 1991 : 214 note 1). Son frère a fait partie du Félibrige. En 1876 et 77, Jules Troubat est un des deux correspondants parisiens du Petit Méridional, en 78 de La République du Midi. Il fait partie de la Cigale de Paris en 1877, il n’est pas dans le recueil de 1880. Ses œuvres : La Lauseta : 77 « Voltaire à Montpellier » ; 78 : « Un médecin des pauvres ».

163 ...du Mistral qui souffle ici...

164 Poujol, l’éditeur Montpelliérain spécialiste du Protestantisme, est l’un des libraires-éditeurs de la Lauseta, l’œuvre dont il pourrait être question ici est celle annoncée en préparation dans le n° 1 de lAlliance latine, parmi les « œuvres des collaborateurs de la Revue » : Les bralhasses, épisode des guerres protestantes en Languedoc.

165 Brimborion, n.m. : chose de peu de valeur (Larousse de Poche 1918).

166 Dans cette lettre les mots occitan apparaissent dans les phrases françaises sans guillemets. Nous ne donnons pas ici les traduction des vers et corrections, nous étudions celles-ci dans le chapitre sur la place de l’occitan dans les lettres (voir p. 104).

167 Senet : Mistral dans le TdF donne trois sens à ce s.m. : 1) cerveau étroit, intelligence enfantine ; 2) petit sein ; 3) réunion de femmes, assemblée médisante.

168 Un des soupirants de Jeanne en région parisienne.

169 Guilhem de Tudèle : un des deux auteurs de la Chanson de la croisade contre les Albigeois XIIIe siècle, l’autre est anonyme.

170 D’Antoine de la Sale (1385 ?-1461 ?), une édition était parue en 1830 chez Firmin Didot à partir du ms. de la Bibliothèque royale.

171 Cette lettre n’a pas de fin.

172 Lettre des 16 et 18 août.

173 Ponson du Terrail (1821-1871), l’un des maîtres du roman feuilleton, commença à écrire Rocambole en 1859, et s’arrêta en 1870, obligé de s’enfuir à Bordeaux où il mourut en 1871.

174 Reprise de la lettre le 18 août.

175 « Je pars » pour « je parles. »

176 Palavas, ville d’eau possède alors déjà un Casino, de belles villas et l’eau ferrugineuse agréée par le ministère et l’Académie de médecine (voir la chronique de Jean Raisin dans le PM du 9 avril 1876).

177 Loquet, n.m. : laine peu estimée (Dictionnaire de 1918).

178 « A Una rosa incarnada » (À une rose incarnat), Montpellier, août 1877, a été adressée à Fourès, elle se trouve dans les manuscrits de Toulouse.

179 Avec fleur séchée.

180 La cité de Carcassonne venait d’être rénovée par Viollet Le Duc en 1874.

181 La Cigale dOr, le nouveau nom du Dominique de Roumieux qui est devenue hebdomadaire à partir du 1er mai 1877, elle avait déjà publié des textes d’Aubanel, Mistral, Gaidan, Roumieux.

182 On peut voir ici l’influence des idées de Rousseau sur l’éducation des femmes.

183 Entre crochets les passages de la lettre que Louis-Xavier de Ricard n’a pas publiés en 1891, dans Aux bords du Lez.

184 Cette lettre écrite en deux temps n’est pas signée, elle commence au verso de la dernière feuille, se poursuit sur le recto de la première et au verso, la lettre du dimanche étant sur le verso de la seconde.

185 Le docteur.

186 Lettre publiée par J.-M. Carbasse 1977, avec 27 lettres de L.-X. de Ricard à Mistral ; Source : XXVIII s. d. 1880 ; dossier n° 182 ; pièce n° 25 ; Cote : Correspondance de F. Mistral ; Musée de Maillane.

187 Note de Carbasse : Les événements présentés ici par Lydie de Ricard comme antérieurs de trois ans se sont déroulés en 1876-1877 : cette lettre est donc de 1879 ou 1880. Plus bas, l’allusion à la chaleur nous conduit à situer au printemps ou à l’été l’époque de sa rédaction ; nous pencherions pour le printemps (mai ?) étant donné l’allusion subséquente à l’imminence d’un congrès. La mention du « fameux vol. de la Cigale », qui parut au début de 1880, nous détermine à dater cette lettre du printemps 1880. À cette époque, Lydie était déjà atteinte par le mal qui devait l’emporter le 17 septembre de la même année [...], ce qui expliquerait qu’elle ait été indisposée par la chaleur. Quant à l’expression douces et tristes raisons, elle s’applique sans doute à la mort de Jeanne Wilson, sœur de Lydie, survenue en novembre 1877 (Salvat 1927 : 144).

188 Cf. p. 254.

189 Ferdinand Fabre (Bédarieux 1827-Paris 1895) : une sculpture représentant cet auteur de romans de mœurs, datée de 1880 et réalisée par L.-H. Marqueste a été érigée dans les Jardins du Luxembourg à Paris. Il écrivait en français mêlé d’occitan, était membre de la Cigale de Paris.

190 Paul Arène (Sisteron 1843-Antibes 1896) : licencié es lettres, journaliste, romancier membre de la Cigalo de Paris (1876), de la société des félibres de Paris (1879) dont il fut le président (1883-1885), il a collaboré à « lArmana prouvençau », La Revue Félibréenne, au « Viro-Soulèu » et a été Majoral du Félibrige en 1885. Il fut le secrétaire d’Alphonse Daudet.

191 Antony Valabrègue (1844-1900) : auteur français de « La Lauseta », publié dans le Parnasse contemporain, auteur des Petits poèmes parisiens (1880, Lemerre), et de critiques artistiques à la Librairie de l’Art.

192 Alphonse Daudet (Nîmes 1840-Paris 1897) : auteur français entre autres du Petit Chose, des Lettres de mon moulin, de LArlésienne et Tartarin de Tarascon, était membre de la Cigale de Paris (« La Lauseta » 77). Le félibre Paul Arène était son secrétaire.

193 Fauternes, òc Fóuterno, s.f. : aristoloche clématite (Mistral TdF) ; donné comme Fáouterna, « nom patois » de l’aristolochia : H. Loret et A. Barandon in t. 2 Flore de Montpellier, 1876.

194 Malgré la minuscule sur le journal, nom donné à un poussin ?

195 Si l’on se reporte aux dates données par le Montpellier pour cette correspondance, 1875-1879, cette lettre où Lydie semble découvrir « une nouvelle saison », ce que l’on appelle l’été de la Saint- Martin, pourrait être soit de novembre 1876 soit de novembre 1875. Or début novembre 1876 le couple déménage de Castelnau pour Le Plan des Quatre Seigneurs à Montpellier, ce qui fait pencher pour 1875.

196 Rapin (Noroy-le-Bourg 1839-Paris 1889) a participé à des expositions au Palais de Fontainebleau, organisées par la Société des Amis des Arts de Seine-et-Marne, en 1888 et 1889 (année de sa mort).

197 Anatole Henri de Beaulieu (Paris 1819-1884).

198 Eugène Delacroix (1798-1863).

199 Villis : emprunté au latin Villosus « velu, couvert de poils » dérivé de villus : poil. Il existait un adjectif Villeux villeuse (le Trésor de la Langue Française t. 16, 1994).

200 Le PM du 22 août décrit « un violent orage sur Montpellier et Cette ».

201 Henri Grousset-Bellor : Cigalier, collabore à la « Lauseta » 1877 avec des textes en français. Membre de la Cigale de Paris en 1877. Cigale de Paris (1880) : un poème en français. Un de ses discours est repris dans la Cigale dor n° 3 1899 (Ciel d’Oc).

202 Jules Laurens (Carpentras 1825-1901) : peintre, graveur, dessinateur, d’abord à l’école des Beaux- Arts de Montpellier, puis Paris, orientaliste, il a participé à la mission du géographe Xavier Hommaire de Hell durant 3 ans en Turquie et en Perse (S. Prat les peintres de Carpentras in www.cg06.fr/culture/ pdf/rr144-peintre.pdf ; février 2008.) Dans les deux numéros de LAlliance latine, Jules Laurens publiera des chroniques en provençal sous le titre de notes provençales. dont l’une parle du travail des femmes.

203 Camille Corot (Paris 1796-1875) : peintre et dessinateur français que sa renommée n’a pas empêché de soutenir la Commune de Paris.

204 François-Louis Français (Plombières 1814- Paris 1897) peintre français.

205 Il s’agit de la Félibrejade de Nîmes du 5 novembre 1876 (voir La Lauseta de 1877 : p. 192).

206 Mme Jules Salles, née Adélaïde Wagner (Dresde 1825-Paris 1890). Elle a été l’élève avec Noélie Jacquemart et Laure de Châtillon de l’atelier de Léon Cogniet à Paris et privilégiait les sujets mythologiques ou religieux, œuvres dans les musées de Lyon, Castres et Nîmes. (Sources : Base Joconde www.culture.gouv.fr et Noël 2004 in Clio numéro 19-2004, Femmes et images, [En ligne], mis en ligne le 27 novembre 2006. http://clio.revues.org/index646.html. Consulté le 13 septembre 2009.)

207 Jules Salles (1814-1898) : Né à Nîmes, élève de Delaroche, Jules Salles a réalisé La femme dAndréa Del Sarto d’après Andréa Del Sarto, dessin relevé de pastel, exposé au salon de 1876 à Paris (« Lauseta » 1877). À noter Jules Salles, Les fêtes de Florence à loccasion du IVe centenaire de Michel-Ange, Nîmes Clavel-Ballivet, 1876, 44 pages ; Mémoires dun vieil artiste, Nîmes, Lavagne-Peyrot, 1896. Gabrielle Houbre (Houbre 1997 : 211) cite ce protestant à propos de la condamnation de la danse et des divertissements du monde qui ne sont pas le seul fait de l’Église catholique. Jules Salles était membre de la Cigale de Paris en 1877. (Sources : Houbre 1997 ; CCF B.N.F. ; « La Lauseta » 1877).

208 Madeleine Delsarte : il peut s’agir d’une allusion au peintre Del Sarto (Andréa Florence 1486- 1551). Celui-ci en effet prenait son épouse Lucrézia comme modèle des nombreux tableaux de vierges qu’il peignait. Il est venu en France avec François Ier. Il existe au Louvre une Marie-Madeleine copie de la Madone Gambassi, de Andrea del Sarto, vendue par l’entremise de Filippo Strozzi, sur rapport de François-Xavier Fabre, au Musée Napoléon en 1806 ; marque du Louvre (L. 1886) d’après Andréa Del Sarto, dessin relevé de pastel, exposé au salon de 1876 à Paris (« Lauseta » 1877)

Table des illustrations

Légende Fig. I. — Lettre de Lydie à Auguste Fourès à la fleur séchée (reproduction RBM)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1291/img-1.png
Fichier image/png, 518k
Légende Fig. 2. — Lettre de Lydie Wilson de Ricard écrite en faisant tourner la feuille de 90°
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1291/img-2.png
Fichier image/png, 979k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search