Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

Leurs « communes idées »

Texte intégral

1Dès les premières lignes de la préface des œuvres de Lydie, Aux bords du Lez, Louis-Xavier de Ricard parle de leurs « communes idées ».

2La plume de Lydie court dans les lettres à Auguste Fourès de mai 1876 à octobre 1877. Ces mois ont été déterminants pour l’instauration de IIIe République. Pour éclairer cette période, nous allons tout d’abord donner quelques points de repère des événements politiques et suivre ensuite l’évolution de la situation des communards vis-à-vis de la loi d’amnistie dans le Petit Méridional. Nous verrons quels échos ils ont avec l’instauration de la République et le fédéralisme dans sa correspondance, avant d’envisager l’influence de la situation politique sur les projets du couple et du noyau fondateur du Félibrige rouge. Nous avons placé l’étude du féminisme dans le chapitre consacré au mariage.

1 La situation politique

  • 1 « Le Maréchal de Mac-Mahon, légitimiste de cœur, bonapartiste de carrière — il doit son titre de Du (...)
  • 2 Cité par Moulain, 1991 : 175.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.
  • 5 Ce sera le cas pour le journal que créera en 1879 Louis-Xavier de Ricard et qui avait pour titre : (...)
  • 6 Cf. p. 52.

3Lydie et Louis-Xavier de Ricard sont préoccupés par la situation politique et les conséquences de celle-ci sur leur avenir : Mac-Mahon1 a été élu à la présidence de la IIIe République le 24 mai 1873 après la démission de Thiers, il déclare vouloir rétablir « l’ordre moral ». Cette période politique est, comme l’écrit Claude Nicolet, la : « Période de lutte pour l’établissement réel de la République2. » Elle peut être définie comme celle de « l’instauration timide d’une République qui ose à peine dire son nom3 ». Dans ces circonstances « Ricard, tout comme d’ailleurs l’extrême gauche parlementaire, se refuse à se démarquer de l’ensemble des républicains. La menace royaliste est en effet encore réelle4. » Ces enjeux sociétaux sont débattus dans la presse qui, malgré de nombreuses entraves, connaît une nouvelle liberté dont les limites sont souvent ses financements5. Comme pour la question des enterrements civils6, nous nous sommes appuyée pour cette actualité sur Le Petit Méridional, le journal républicain quotidien qui sort son premier numéro le 19 mars 1876.

  • 7 Cf. p. 77.

4Les lettres sont surveillées par la police, ce qui rend Lydie prudente7. En mars 1877, énumérant les obstacles qui se sont dressés face à leur amour, elle écrit :

— 3e papa qui ne partageait précisément pas ses opinions politiques, [...] sans compter autre chose qu’il est inutile de vous dire.
(Lettre s. d. mars 1877, p. 189)

5On peut voir dans cet « autre chose » dont Fourès est parfaitement au courant, puisqu’il est inutile de le lui dire, les conséquences possibles de la participation de Louis-Xavier à la Commune de Paris. Cette participation d’un « homme de lettres », poète et marquis de surcroît, à l’aventure qui portait en elle « les germes de la révolution sociale », comme l’écrit André Léo dans La Sociale de 1871, alors que c’est le « peuple » qui s’y bat, peut étonner. D’autant plus que les gens de lettres qui se sont ralliés à la Commune ne sont pas très nombreux. Il reste à résoudre les conditions dans lesquelles Louis-Xavier de Ricard est rentré de son exil en Suisse, après la Commune, sans être « inquiété ». Ce qui n’empêche pas Lydie d’être anxieuse :

Au moindre combat engagé avec le clergé par le moindre journal, je vois la guerre civile et toutes les horreurs des luttes religieuses recommencer pour nous...
(Lettre de Lydie du 3 mai 1877, p. 206)

  • 8 Cette lecture est confirmée par la demande de sa sœur de pouvoir poursuivre cette activité une fois (...)
  • 9 12 août 1876, Béguin, ouvrier feuillagiste : déportation simple ; 17 décembre 1876, M. Florimond Va (...)

6De plus, la lecture de la presse8 n’a semble-t-il rien pour la rassurer. L’actualité lui apporte très souvent au contraire des raisons supplémentaires d’inquiétude. Après la Semaine sanglante, la répression avec condamnations à mort continue9.

7Ainsi le 21 mai 1876, à côté du compte rendu des 2es obsèques de Jules Michelet au Père Lachaise à Paris, on peut lire sous la plume de C. Hivert les faits et commentaires suivants à propos du vote d’une loi sur l’amnistie :

  • 10 PM 21 mai 1876.

La République ne peut pas se montrer plus intraitable que n’étaient les souverains. Aujourd’hui la discussion continue par les amendements de MM. Margue, Lisbonne, Rouvier, etc., etc. Se terminera-t-elle dans la journée ! Je l’espère. Ce que j’espère aussi c’est que l’Assemblée ne se refusera pas à voter au moins et comme pisaller, l’article additionnel de M. Gatineau portant qu’à l’avenir, il ne sera plus exercé de poursuites pour faits se rattachant aux événements insurrectionnels10...

8L’auteur de l’article voit bien où le gouvernement veut arriver : à une Commission de grâces.

En effet le gouvernement, par l’organe de ses ministres, paraît résolu à repousser toutes les propositions déposées et à remplacer par des grâces individuelles l’amnistie réclamée.

9Sur le plan légal rien n’a bougé et la « justice » poursuit ses œuvres :

  • le 8 septembre 1876, le journal donne le résultat de la Commission des grâces instituée le 28 mai et qui a siégé vingt-deux fois jusqu’au 16 août :1 200 dossiers de détenus en France ont été examinés. Parmi les 4 000 déportés en Nouvelle-Calédonie, il en est pour lesquels les effets de la clémence présidentielle transforment la déportation en détention.
    Mais les déportés ne rentreront pas en France ;

  • le 25 octobre 1876, Auguste Cabrol signe un éditorial dans le Petit Méridional : « La nécessité de l’amnistie » :

L’amnistie, en effet, finira par devenir une occasion de discorde entre les républicains. [...]
Pourquoi ne pas en finir ? Que craignent tous ces députés, qui ont certainement l’amnistie au fond du cœur et qui ne veulent pas que ce mot s’échappe de leurs lèvres ? L’amnistie, disent les uns, c’est la glorification des faits de la Commune...
Mais disent les autres, au milieu des égarés, au milieu des républicains désespérés, des patriotes affolés par la défaite et la ruine de la France, par le siège et la capitulation de Paris... auxquels nous tendrions la main, ne se trouve-t-il pas des misérables, voleurs, assassins, incendiaires — incendiaires surtout — pour leur propre compte ou pour le compte d’autrui ?
C’est probable ou plutôt c’est certain. [...]
Est-ce que quelques centaines de vauriens peuvent faire peur à la société française ?... L’heure de l’amnistie semble donc avoir sonné. Le sentiment public la réclame, et la persistance de ces réclamations prouve qu’elles ne prendront fin que lorsqu’elles n’auront plus d’objet ;

  • le 31 octobre Cabrol signe un article, intitulé « M. Gambetta et l’amnistie » ;

  • le 14 février 1877, sous le titre « La commission consultative des grâces », la liste des noms et fonctions de ses membres est publiée, avant la remarque suivante : « Cette commission semble, [...] avoir mis un acharnement particulier à réduire le nombre déjà si restreint des grâces qu’elle avait fait rendre par le président de la République » ;

  • le 9 avril 1877, « Les déportés » : Le point sur l’étude des dossiers des déportés en Nouvelle-Calédonie par le ministère de la Justice. Trois catégories : grâce complète et retour en France ; retour en France avec peine commuée en détention ; d’autres enfin plus nombreux auront la remise de leur peine avec obligation de résider sur le territoire de la Nouvelle-Calédonie. Le nombre des dossiers étudiés s’élève à quatre cents environ ;

  • le 6 mai une exception : la Commission des grâces a statué à propos de la demande du sénateur Picard afin que le géographe Élisée Reclus puisse passer les quatre dernières années de sa condamnation au bannissement (10 ans) pour participation à la Commune, en Algérie. La Commission des grâces a fait plus que ce qu’il lui était demandé et propose à M. le Président de la République la remise du restant de sa peine.

10Le 6 mai, le ministère de Jules Simon n’en a plus que pour une dizaine de jours. Il est remplacé par de Broglie et c’est dans une période de tous les dangers pour la République que Lydie va être plus explicite. Le 4 juin elle s’exprime, en effet, plus ouvertement :

  • 11 Louis-Xavier de Ricard a sous la rubrique « Variétés » signé un article intitulé « Une révolution p (...)

Comme vous le pensez bien, nous sommes navrés des affaires politiques ; [...] j’ai une telle indicible haine pour ce sanglant petit homme que pour moi cela vaut un triomphe de la réaction [...] j’ai toujours peur pour Louis, qu’on ne dénonce son livre ou l’almanach ou ses anciens articles (vous savez ce que je veux dire11 !).

11En mai, le Prince de Broglie pense être arrivé à ses fins : celles menant au rétablissement de la monarchie. Certains ont-ils vu dans le retour de Thiers, qui fut, outre le « boucher de la Commune », auparavant ministre de Louis-Philippe, une façon de sauver la République ? Ce qu’écrit Lydie le laisse penser. Que Louis-Xavier soit au nombre de ceux qui, sans en être partisan, le conçoivent, s’explique par la déclaration de Thiers de novembre 1872 :

  • 12 Elleinstein 1980, t. IV : 23.

La République existe et elle est le gouvernement légal du pays. Vouloir autre chose serait une nouvelle révolution. [...] La république sera conservatrice, ou elle ne sera pas12.

  • 13 Sur les rapports de Gambetta et Thiers, cf. Elleinstein 1980, t. IV : 40.

12Partageant le premier argumentaire, le second peut paraître secondaire jusqu’à son imminence. Et cette imminence peut lui apparaître dans l’union des républicains même, une union où Gambetta, abandonnant le programme de son discours de Belleville de 1869, promeut une politique qui sera appelée « opportuniste ». C’est le fond de l’article d’Auguste Cabrol dans le Petit Méridional du 31 octobre 1876. Il semble d’ailleurs, par leurs écrits de juin 1877, que les Ricard soient très au fait de ce qui se trame dans les milieux républicains et en particulier du côté de Gambetta13.

13Que dit le Petit Méridional de cette période à Montpellier ? Le 30 mai, J. Bechet, signe un commentaire sous le titre de « L’impuissance », il débute ainsi :

Voilà près de quinze jours que le nouvel ordre moral existe [...] C’est un délicieux programme de politique réactionnaire qui comblera de joie tous les ennemis de la République.

14Enfin en ce qui concerne les conséquences pour les participants à la Commune, cet entrefilet :

M. de Broglie, ministre de la Justice, vient de réorganiser la commission des grâces, dont quelques membres avaient donné leur démission.
L’opinion publique ne serait pas fâchée de connaître le nom des nouveaux membres ; quelle jolie collection de réactionnaires ce doit être !

  • 14 Il faut ici prendre « radical » dans son sens premier et non dans le sens politique qu’il aura ensu (...)
  • 15 Cf. p. 26.

15L’heure est grave pour la République et donc pour ses tenants les plus « radicaux14 » comme Louis-Xavier, déjà deux fois condamné pour ses écrits15 et sur la tête duquel flottent les risques dus aux articles signés dans le J.O. de la Commune, l’année même où vient de sortir son livre : Le Fédéralisme.

16Dans ces circonstances, la lettre de Lydie du 17 juin 1877 appelle une remise en perspective, elle y écrivait :

  • 16 Souligné par nous.

Heureusement que les nouvelles politiques ne sont pas plus alarmantes [...] si Paris était lui-même, il irait le balayer comme il l’a déjà fait ; mais16 il attend toujours un ordre de Gambetta sans doute et lordre ne vient jamais. On attend... quoi ?...
(Lettre du 17 juin 1877, p. 216)

17Nous sommes tout juste un mois après les événements dont nous venons de parler à propos de la Commune ; la veille, le 16 juin, l’union des républicains à la Chambre est enfin devenue réalité. Pourtant Lydie, soit qu’elle ne connaisse pas encore cette donnée, soit que l’union qui se prépare ne soit pas à son goût, est impatiente. Nous remarquons là un témoignage d’une pensée qui lui est propre et peut-être en désaccord avec son mari. Nous allons essayer de repérer pourquoi.

18Dès le mois d’octobre 1876, Auguste Cabrol, dans Le Petit Méridional, voit dans la démarche de Gambetta la volonté de « se rendre possible au pouvoir », volonté « louable » selon le journaliste qui critique le positionnement du député de Paris sur la question de l’amnistie :

Il n’en veut pas de peur qu’on ne confonde le parti républicain tout entier avec les quelques centaines de misérables qui pouvaient combattre dans les rangs de la Commune, c’est là une opinion qu’il faut respecter, comme il faut respecter toutes les opinions, mais on peut ne pas la partager et nos lecteurs savent que nous ne la partageons pas.

19On voit se dessiner la fracture interne au camp républicain que François Furet définit ainsi :

  • 17 Furet 2001 : 10-11.

La vérité est que la révolution française n’a pas seulement créé l’opposition entre droite et gauche. Elle a aussi divisé tout au long du XIXe siècle, pour ne rien dire de la suite, la gauche elle-même17.

20En effet Cabrol conclut son article en ces termes :

À notre sens, M. Gambetta vient de commettre une grave faute politique et nous la regrettons autant pour lui que pour la République, dont nous ne cessons de le considérer comme un des plus fermes soutiens. Mais il l’a dit, parlant de lui et de ses amis : « Nous aussi nous avons nos oppositions. » Il vient de grossir les rangs de celle qu’il trouvera sur son passage.

21Ces journées sont cruciales.

22Nous sommes le 17 juin, la critique de l’inaction de Gambetta par Lydie nous semble en contradiction avec l’affirmation de Robert Lafont :

  • 18 Lafont 1974 : 129.

Louis-Xavier de Ricard, dès le lendemain du 16 mai, s’était abouché avec Gambetta : le parti radical avait inscrit la décentralisation à son programme18.

  • 19 Moulain 1981 : 176.

23Une contradiction qui se situe entre l’opinion de Lydie qui ne semble pas être prête à « s’aboucher avec Gambetta » et l’action de Louis-Xavier en ce temps-là (Lydie en était-elle au courant ?), action qu’il aurait reconnue dans un article du Midi Républicain du 6 octobre 188119. S’agissait-il de conclure une alliance par « identité d’intérêts », comme il l’exposait dans Le Fédéralisme ?

  • 20 Ricard 1877 : 56.

[...] prenant dans sa généralité l’idée [...] d’une alliance entre tous les partis qui sont réellement ou que l’opinion croit de la Révolution, j’ajouterai qu’il y a deux sortes d’alliance : celle qui se fait par identité de principe et celle qui se fait par identité d’intérêts ; notre traité avec les jacobins serait de cette seconde espèce ; il n’entraînerait ni pour l’un ni pour l’autre des partis contractants, le renoncement à son opinion individuelle ; il prévoirait seulement certains cas possibles et probables, où notre action commune serait nécessaire contre un ennemi commun20.

Fig. 1. — Une de La Commune Libre dont quelques numéros ont paru en 1879

Vive la République

24Lydie et Xavier de Ricard ont bien sûr comme « communes idées » la République — Lydie termine le chapitre de sa lettre du 4 juin par « Vive la République ! »

25De quelle République s’agit-il ? Les principaux éléments de réponse semblent se trouver dans le numéro, spécimen de lancement de La Commune Libre, en date du 13 février 1879 dont l’« Avis aux lecteurs » définit la ligne éditoriale comme :

[...] journal des revendications sociales des travailleurs et des libertés locales. [...] Des correspondances de toutes les villes et de l’étranger renseigneront exactement les lecteurs de la Commune Libre sur le mouvement des idées socialistes fédéralistes, et sur la situation des travailleurs chez nous et au-dehors [...].

  • 21 Cf. p. 155.

26Toujours à la une et sur 3 colonnes « Notre Programme21 ». C’est un programme rédigé à partir de ceux des « cercles, chambres syndicales et comités électoraux » et proposé comme celui du « parti socialiste fédéraliste » qui doit à l’échéance de 1881 être « organisé et puissant ».

2 La Commune Libre, journal de l’éducation du peuple

27Louis-Xavier de Ricard et Ernest Ferroul, avec pour secrétaire de rédaction Jourdan, celui-là même qui saluera Lydie lors de son enterrement, entendent être prêts pour les échéances électorales tout en faisant œuvre d’éducation populaire. Ils interpellent directement les citoyens, en les enjoignant de parler. De parler et d’écrire eux-mêmes leur journal !

28C’est cette même idée d’éducation du peuple que l’on retrouve dans le projet prêté par Louis-Xavier de Ricard à Lydie :

  • 22 Ricard, Aux bords du Lez 1891 : IX.

Vers la fin de sa vie, — déjà malade de la maladie qui devait si cruellement l’emporter et si tôt, elle rêvait éprise des légendes et des chansons populaires, d’essayer sous une forme très artiste à la fois, très subtile et très simple, l’éducation des âmes enfantines, — et des féminines presque aussi enfantines sinon plus. C’était selon elle le grand rôle qui appartenait à la femme, de se faire par l’art, « l’éleveuse » de toutes ses âmes, ignorantes ou obscures, et la « consolatrice » des dévoyées. Il ne lui fut pas permis de commencer la réalisation de ce rêve22.

29Ce rêve était-il celui de Lydie ou celui de son mari ? Dans une lettre de juin 1877 si elle envisageait bien d’enseigner les verbes « être et avoir », c’était plus comme pis-aller pour gagner sa vie, il est vrai qu’il ne s’agissait pas alors de l’enseignement du peuple mais de celui des enfants de la bourgeoisie.

  • 23 Cf. à ce propos Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1700-1018, Bassac, 1987, 301 p.

30Ce projet trouvait-il ses racines dans les bibliothèques et les associations des amis de l’instruction pour développer la lecture publique23 ? Ou s’agissait-il davantage d’enseignement au moment où celui des filles est encore « sur les genoux de l’Église ? » Lydie pensait-elle par l’enseignement prendre part à l’action politique qui dans le couple était l’apanage de Louis-Xavier alors que la réflexion était commune ? C’est probablement en cela que certains chercheurs ont pu parler d’égérie... La pratique politique aurait certainement demandé une plus grande remise en cause du mode de vie de Lydie, il est vrai, malade, et du couple Ricard.

  • 24 Guy Barral, in http://pagesperso-orange.fr/tybalt/LesRevues/pagesRevues/Chim.
  • 25 Cf. Maitron en ligne, mai 2006, « Les Femmes ».

31À l’époque cette pratique politique, essentiellement de conférences, était le fait d’un certain nombre de femmes, par exemple Hubertine Auclert au Congrès ouvrier de Marseille. Plus tard Louis-Xavier partagera les colonnes de la revue Chimère24 avec la communarde féministe Paule Minck qui parcourait le Midi à partir de Montpellier pour ses conférences féministes et fabriquait des explosifs dans la garrigue25.

3 Le fédéralisme : « Nous remuerons le Midi »

32Dans la lettre du 18 janvier 1877, Lydie Wilson de Ricard faisait état d’une discussion avec Baudouin qui démontre la communauté de pensées avec son mari et son engagement dans la défense du fédéralisme :

C’est alors [...] que les Baudouin et les Faure pourront railler nos utopies, comme il a encore qualifié hier nos convictions et nos espérances à propos du Fédéralisme. « Ne dirait-on pas que vous allez soulever le monde ! » s’est-il écrié avec un gros rire niais. Non, lui ai-je répliqué mais nous remuerons le Midi, ce qui nous suffit, Monsieur. (Lettre du 18 janvier 1877, p. 175)

  • 26 Lettre de Louis-Xavier de Ricard à Quinet du 24 janvier 1875, B.N.F., ms. NAF 15510.
  • 27 En italique dans le texte.

33Le livre de Louis-Xavier de Ricard, Le Fédéralisme, vient de paraître en janvier 1877. Il était prêt dès 1874 et Lydie en avait alors recopié le manuscrit26. Dès la préface signée, elle, du 9 décembre 1876, il se propose de donner « la position historique, la définition historique27 de l’idée essentielle des temps modernes : l’idée fédérative ».

  • 28 Pour une étude plus approfondie et qui embrasse toute la vie de Louis-Xavier de Ricard, cf. Georges (...)

34Un autre livre qu’il a traduit en français, Les Nationalités (de Francisco Pi y Margall, ex-président de la République espagnole), pourrait également compléter l’étude des idées de L.-X. de Ricard d’un point de vue théorique. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur cette facette politique de l’auteur28.

  • 29 Cf. la note 2 du Chant 1 du poème Calendal de Mistral, publié en 1867.

35Louis-Xavier et les félibres de « La Lauseta » ne sont pas seuls à s’être déclarés fédéralistes. Le Félibrige officiel29 n’est pas réfractaire au fédéralisme dont la référence est alors Proudhon et son Principe Fédératif (1863).

  • 30 Martel 1986 a : 119-123.
  • 31 Cf. Lafont 1974.
  • 32 Victor Balaguer (1824-1901), ex-député des Cortés, éternel proscrit, franc-maçon et libéral comme o (...)
  • 33 Martel 1986 a : 121.
  • 34 « Lis isclo dor », Ciel d’Oc in sites.univ-provence.fr/tresoc/fr.htm.

36Ce fédéralisme-là aurait été découvert par Mistral dans l’incomplète lecture de Proudhon30, après « L’Ode aux Catalans » (1861) et la « Coumtesso » (186631). Ce fédéralisme de Mistral est donc le prélude à une rentrée dans le rang, dès avant la Commune, malgré les projets formés avec Balaguer32. Balaguer qui est, lui, « un professionnel de la politique, et un responsable33 ». L’Aubade à « Dono blanco » de Bourbon (1873) signe ce conservatisme34. Cependant, comme le note d’ailleurs Lafont :

  • 35 Lafont 1974 : 145.

La période où le fédéralisme s’affirme publiquement dans le Félibrige va surtout de 1877 à 1879, trois années où L.-X. de Ricard est à l’apogée de sa réflexion35.

3.1 Au fédéralisme de Louis-Xavier de Ricard

  • 36 Carbasse 1977 : 34 à 50.

37Louis-Xavier de Ricard est à l’opposé. S’il a en commun avec le Mistral de Calendau, la condamnation de la Croisade et le Fédéralisme, il n’a pas le culte du chef, « Césarisme, Catholicisme, Bourgeoisie » constituant pour lui les causes de la ruine du Midi36.

38Son ouvrage Le Fédéralisme, sous son titre un tantinet rébarbatif, est bien en fait, par sa facilité de lecture, l’œuvre de l’« Homme de lettres », titre que revendique Louis-Xavier de Ricard. Sa structure est aussi édifiante.

  • 37 Au Midi.
  • 38 « Comme un témoignage, un vœu, une espérance. »

39Édité à Paris, Le Fédéralisme n’en est pas moins dédié « Al Miechjour37 » dans la langue du Midi de Louis-Xavier de l’époque, c’est-à-dire un mélange de la lauragaise de Fourès (b pour v ; terminaisons en o...), de provençale et de dialecte montpelliérain. Cette dédicace montre l’attachement à la patrie de son père, en souvenir duquel il l’écrit « Coumo un testimoni, un bot e uno esperanço38 ». De plus elle est datée du jour anniversaire de la naissance du marquis à Sète le 17 novembre. Suit une préface en français, relativement modeste si on se réfère à celles que l’auteur écrira pour Autour des Bonaparte et Aux bords du Lez en 1891. Il s’agit de donner aux lecteurs les moyens de confronter « l’idée d’un livre avec l’exécution qui y a été donnée ».

  • 39 Petit clin d’œil à François Rabelais auquel il fait allusion dans le texte (p. 8) ?
  • 40 Ricard 1877 : 17-18.

40Le volume composé de cinq « Livres39 » a une volonté didactique. Les idées y sont débattues par un cénacle exclusivement masculin et représentant toutes les provinces qui composent, pour l’auteur, l’Occitanie ; en sont exclues l’Aquitaine et les vallées d’Italie et d’Espagne40. Celui-ci s’installe dans un lieu choisi pour ses qualités esthétiques dans la garrigue montpelliéraine, à l’issue de ce que l’on peut appeler une randonnée.

41Excepté la noblesse, ou la religion, les protagonistes ne sont pas décrits par leurs origines sociales. Si nous en croyons la réflexion attribuée à l’un d’eux : « Ce sont des bourgeois. »

  • 41 « Race » doit être pris dans son sens du XIXe siècle. Le terme est défini comme suit par le Larouss (...)

42Dès la préface, Louis-Xavier de Ricard pose le principe de « destination » des peuples latins à la fédération. Ce principe est ensuite débattu dans les livres IVe « Le génie des races latines est anti-unitaire », VIe « Excellence de la race latine41 » et enfin le dernier chapitre du Livre Ve « La Patrie Romane ». Nous remarquerons que c’est ce dernier titre que les Ricard voulaient donner à leur nouvelle revue.

43Pour Louis-Xavier de Ricard, l’idée qui créa les empires s’épuise. Dans les dernières pages de l’ouvrage l’auteur s’adresse à la fois aux Français du Nord et du Midi en repoussant l’idée de séparatisme dont il sera accusé par ses détracteurs.

3.2 Les ouvriers absents du concile

44Comme les femmes, le peuple, les ouvriers sont absents du concile de la garrigue montpelliéraine. Pas tout à fait, nous les trouvons en arrière-plan, au travail en ville et dans les vignes. Pour Stéphane Moulain, la « question sociale » n’occuperait chez Louis-Xavier de Ricard « qu’une place subalterne dans la hiérarchie de ses préoccupations ».

45Pour l’époque qui nous occupe, cela ne semble pas être le cas ; il appréhende cette question différemment, c’est-à-dire en participant à ce qu’elle soit prise en compte par les ouvriers eux-mêmes ; c’est ce que l’on retrouve dans la préface du Fédéralisme où l’auteur se réjouit de la tenue du « congrès ouvrier » à Paris en 1876 :

  • 42 Cette réflexion nous renvoie à la loi interdisant toute propagande pour changer de régime (voir plu (...)
  • 43 Ricard 1877 : X.

Il appartient aux ouvriers seuls, plus compétents que quiconque en ce qui regarde leur salaire et leur travail, d’en rechercher les solutions pratiques, avec un esprit libre, dégagé de tout système et instruit par une expérience attentive de tous les jours. Sans la nommer et pour cause — c’est-à-dire sans faire de politique42 — ils ont affirmé, au point de vue social, l’idée de liberté et de fédération43.

  • 44 Lafont 1974 : 78.

46La prise en compte de la « question sociale » par Louis-Xavier de Ricard le met aussi en contradiction avec le Félibrige qui « est né d’une rupture avec les poètes ouvriers44 ».

47L’énoncé des problèmes et de leurs possibles solutions inclut pour Ricard les sciences et l’histoire, mais aussi la poésie, la littérature, l’imagination et le sentiment dans la connaissance de l’humain et de la société, donc dans la transformation de celle-ci par la révolution. On peut trouver dans son traitement de la question sociale une classification, sorte de hiérarchisation, qui se situe pour nous surtout dans le fait que les historiens, les philosophes, les poètes, les scientifiques ont à apprendre au peuple. C’est ce rôle d’enseignant, de pédagogue, de partage des connaissances acquises que Ricard met en avant. Cet enseignement peut-il être réciproque ? Par son texte sur le congrès ouvrier, il semble bien le pressentir.

48Car Ricard est révolutionnaire, un révolutionnaire qui écrivait dans le J.O. de la Commune le 7 avril 1871, en apposant sa signature :

L’histoire est le seul témoin dont les dépositions soient capables de condamner ou de consacrer une révolution. Les grands mouvements d’un peuple ne sont efficaces et durables que, s’ils sont mus et soutenus par la force intime et personnelle qui le pousse à travers tant d’aventures à l’accomplissement de sa destinée. Une révolution légitime et nécessaire n’est qu’un développement ; car il n’y a point, en réalité, de commencement précis, ni de conclusion dans les affaires humaines, qui se mêlent les unes aux autres dans une perpétuelle et confuse génération. Mais une révolution est inopportune ou inutile, qui tentée seulement par quelques-uns ou imposée par surprise, contredit l’idée nationale et interrompt le courant de l’histoire. C’est à l’histoire, qui établit la généalogie des révolutions, qu’il appartient de démontrer si les tendances d’une époque et l’idée qu’elles révèlent continuent la secrète logique des choses, ou ne sont qu’une déviation insensée, qu’une perversité passionnelle d’une génération abêtie ou affolée. Car le progrès ne se poursuit pas en ligne droite ; et l’homme se retarde souvent dans les moments de trouble et d’imbécilité pendant lesquels il perd l’intelligence et jusqu’à l’instinct de sa destinée.
Les moments de décadence ne sont pas irréparables ; ils élaborent pour l’histoire future une race nouvelle dont le type s’est lentement préparé à l’écart. Les mouvements anarchiques de l’époque offrent à cette race ignorée ou soupçonnée l’occasion de se développer et de remplacer dans le monde renouvelé les vieilles races perverties ou disparues.
[...] La France en est à cet instant. Demandez à l’histoire si cette révolution, dont certains se scandalisent, est un effort inutile et insensé, inexcusable, ou l’épanouissement d’une idée, dont les racines, nourries de notre sueur et de notre sang, s’enfoncent aux profondeurs de notre vie nationale. La réponse n’est pas douteuse. Les précurseurs qui, dès le XIe siècle, ont combattu pour l’idée de la Commune, attestent la bonne naissance de la postérité qui continue leur courage et leurs travaux...

4 Lydie et la réception du Fédéralisme

49Évoquer l’œuvre politique de Louis-Xavier de Ricard était indispensable, car tout au long des mois de 1877 où Lydie écrit à Fourès nous retrouverons son souci de la réception par la presse de l’œuvre capitale de son mari.

50Le 1er mars, rien n’a encore paru sur le livre :

Je ne sais comment vous remercier de votre travail sur le Fédéralisme : je suis bien inquiète du silence et du calme plat de la presse à cet égard...
(Lettre du 29 février [1er mars] 1877, p. 182)

  • 45 Fourès, « La Lauseta » 1878 : 210-212.

51L’article de Fourès paraîtra dans « La Lauseta » de 1878 sous la signature d’Olivier le Patarin45, complété par un extrait des Nationalités de Pi y Margall (traduction L.-X. de Ricard) sur la fédération. En mars 1877 toujours rien :

Le Courrier littér.e [sic] pour être transformé n’en est pas plus aimable : ni larticle sur les Italiens, ni annonce de la Lauseta, ni critique du Fédéralisme : rien ! rien !
(Lettre sans date mars 1877, p. 188)

52Le 15 avril elle note :

Il a eu un excellent article sur le Fédéralisme dans le Républicain du Vaucluse : que les amis se cachent, c’est d’un inconnu.
(Lettre du 15 avril 1877, p. 201)

53Le 15 avril toujours, Lydie nous apprend qu’elle s’est attelée à condenser l’œuvre. Fourès a « enfin » envoyé l’article qu’il a écrit, nous sommes fin avril :

Enfin, le voilà donc ce fameux article sur le Fédéralisme ! Mais au moins nous n’avons pas perdu pour attendre.
(Lettre du 24 ou 25 avril, p. 204)

54Enfin le 11 septembre, à propos de « La Lauseta » de 1878 :

Je vous prie aussi [...] de ne pas oublier non plus que vous avez promis dannoncer la traduction du Fédéralisme.
(Lettre du 11 septembre 1877, p. 244)

5 Le fédéralisme intellectuel sans frontière, de l’Alouette à la Pomme

55En 1878, Louis-Xavier de Ricard et ceux de « La Lauseta » organisent les « Banquets des sociétés de l’Alouette ». Il semble bien qu’il s’agisse avec ces associations de mettre en œuvre le fédéralisme dans le monde des lettres. La revue littéraire LAlliance latine paraît en être, dans cet esprit, le support. Le premier banquet a lieu à Montpellier, au moment des Fêtes latines, les autres à Paris et à Toulouse. L’almanach « La Lauseta » avait donné, dès 1877 et surtout en 1878, une large place aux auteurs hors Languedoc, ainsi peut-on penser qu’en plus de la Revue des langues romanes, « La Lauseta », en réunissant les félibres républicains des deux côtés du Rhône et au-delà vers Montauban, a participé à ce que Ph. Martel voit comme une spécificité :

  • 46 Martel 2001 a : 164.

C’est peut-être à Montpellier que semble s’ébaucher une sorte de circulation minimale des auteurs entre les diverses régions du trop vaste espace occitan46.

56Cette alliance des républicains va par exemple de Fourès à Remy Marcellin. L’Audois n’arrive pas alors à réunir suffisamment de souscripteurs pour publier. Le second, provençal, a publié en 1878 à Cavaillon, sous le titre « Lou bon temps », des poèmes contre l’ordre moral, tirés à 3 000 exemplaires. L’alliance tisse une toile qui s’étend à des non-félibres, français du Nord et du Midi, espagnols, italiens, suisses... Elle s’appellera l’Alliance latine et l’écho de la préparation de ces événements se trouve dans les lettres de Lydie.

6 Les Latins de « La Lauseta » et de LAlliance

57Les « peuples » latins avec lesquels les félibres rouges correspondent sont nommés dans les courriers :

[Louis] a écrit une lettre au bel Enseñat le jour même que je recevais la votre [sic], je crois... Il enverra le n° du Courrier Litt’re [sic] à nos Italiens, dès qu’il aura paru.
(Lettre du 29 février [1er mars] 1877, p. 181)

Décidément les Espagnols sont plus courtois et plus sérieux fédéralistes que les Italiens.
Je triomphe ! (Lettre du 11 septembre 1877, p. 244)

58Nous remarquons qu’il n’y a pas d’auteure parmi les Espagnols, Catalans et Italiens, seule pour les autres pays latins, Djan de la Djanna est la Savoyarde Amélie Jex qui prend un pseudonyme d’homme pour écrire.

59Lydie fait également état des discussions ouvertes avec eux au sujet de la revue et de son titre :

Le titre de la Lauseta sera imprimé en trois langues : en haut-lang ; en bas-lang et en Catalan ? selon les circonscriptions où ils seront destinés à être vendus, vous comprenez ?
Ce n’est pas lAlliance mais la Fédération Latine que Thiaudière avait proposé pour titre. La Patrie Latine (que nous préférions comme vous), était trop étroit pour les fédéralistes espagnols : il faut savoir faire quelques concessions.
(Lettre du 18 juillet 1877, p. 230)

60Alliance, fédération, patrie, chaque mot est soupesé selon ses définitions et l’union ou l’unité qu’il peut sous tendre.

61Des concessions mais pas toutes...

6.1 La Pomme

62Ambitionnant de réunir tout ce que le fédéralisme peut revendiquer, Fourès propose d’écrire un salut à ceux de « La Pomme ». Il s’agit de Bretons et Normands « afrérés » qui viennent de fonder :

[...] à Paris, le dîner de la Pomme qui a eu lieu le 16 avril rue Taranne chez Lafitte. [...] L’idée fédéraliste s’affirmant, malgré tout, en plein Paris [...] nous devrions adresser un salut aux hommes de la Pomme, — ne serait-ce pas d’un bon effet ?
(Lettre de Fourès à Lydie du 22 avril, p. 269)

  • 47 Cf. p. 248.

63La réponse de Lydie montre son sens politique et surtout qu’elle ne confond pas réalité et illusion. Ceci sans doute à cause de ce qu’est en train de devenir la Cigale sous l’égide des « deux secrétaires47 ». De plus sa mise en retrait nous renvoie au chapitre précédent ; en effet sa présence dans le salut, la présence d’une femme, ôterait « tout sérieux à la chose » :

Nous approuvons grandement votre idée d’alliance avec la Pomme, mais il est probable que ces gens là font du Fédéralisme sans le savoir ; et qu’ils ne se doutent pas faire acte de politique en se réunissant...
(Lettre du 24 ou 25 avril 1877, p. 204)

6.2 La Fédération latine : une idée de paix et d’Europe

64Lydie terminait son sonnet « A la mar latina » par l’invocation d’une ronde de paix autour de la Méditerranée ; Édmond Thiaudière, lors du banquet de l’« Alliance latine » à Paris le 3 juillet 1878, lançait aux « Nations latines » un toast qui s’achevait ainsi :

Sapons les préjugés épais,
Chers amis, et que sur nos traces,
Le monde entier marche à la Paix.
Buvons à l’union des races.

  • 48 Lafont 1974 : 134.

65Huit ans après Sedan, la guerre est toujours présente dans les esprits et ces regroupements de peuples ont aussi pour but de garantir la paix, toujours menacée. Dans le regroupement fondé par Ricard sur un « latinisme de gauche », Lafont a vu une sorte « d’Europe garibaldienne [...] face à la droite française, aux monarchistes d’Espagne, aux cléricaux d’Italie48 ».

66Cette idée d’Europe, d’après Paul Gerbot :

  • 49 Charles Lemonnier et Élisa Grimalh-Lemonnier ont assisté Flora Tristan dans ses derniers moment à B (...)
  • 50 Gerbaud 2003 : 9.

[...] même affaiblie par la crise de 1870 survit jusqu’à la fin du siècle et on la retrouve aussi bien en Allemagne... qu’en Suisse... en Italie... Il en est de même en France, qu’il s’agisse du géographe Vidal de la Blache, de Charles Lemmonnier49 ; et sa revue Les États-Unis dEurope (1872), d’Ernest Renan et de Romain Rolland50.

67Cependant ce regroupement soulève des craintes. Celles de Charles Lemonnier, par exemple. L’ancien saint-simonien, originaire de Bordeaux, publie à Genève le « Journal de la Ligue internationale de la Paix et de la Liberté » qui a pour titre Les États-Unis dEurope. L.-X. de Ricard, qui l’avait invité au banquet inaugural de la « Lauseta », répond dans le n° 2 de LAlliance latine à ses objections :

  • 51 Alliance latine n° 2 : 153.

La réconciliation d’une grande famille de peuples, loin d’être une menace pour la paix, est une garantie de paix. Il serait singulier que les partisans de cette vaste idée, la Confédération européenne, se refusassent à comprendre que les États-Unis latins sont un des rouages nécessaires des États unis dEurope51...

68De son côté, Auguste Cabrol, dans Le Petit Méridional du 29 novembre 1876, à propos des risques de guerre de l’Angleterre (cette dernière est restée neutre en 1870), écrit notamment :

M. de Bismarck, en effet, a parlé de la neutralité bienveillante « à l’égard de la Russie » qu’il entend garder. Cela veut dire clairement que si l’Autriche montrait la moindre velléité de prendre parti contre cette dernière puissance, elle ne tarderait guère à voir l’Allemagne fondre sur elle avec l’intention bien arrêtée de réaliser jusqu’au bout son programme pan-germaniste.

69Le 1er janvier 1879, la reine d’Angleterre est proclamée impératrice des Indes, le 12 avril son pays tente d’annexer le Transval, et le 25 avril la Russie déclare la guerre à la Turquie.

7 L’influence de la situation politique sur les projets du couple

70À côté des questions de la consolidation de la République et de l’amnistie des communards, il est une autre question, la liberté de la presse et sa législation, qui entrave les projets des Ricard. D’où le projet de librairie, qui leur permettrait d’éditer eux-mêmes brochures et recueils.

71Dès sa première lettre à Fourès, Lydie Wilson de Ricard proposait ses services comme ceux d’un « camarade » : nous la voyons tenir parole. Si Louis-Xavier de Ricard est le théoricien du groupe, Lydie est dotée d’une capacité d’organisation qui convainc le plus réticent à aller à Paris ; sa lettre de fin décembre 1876 est un modèle du genre : argent, toilettes, horaires des trains, distribution des chambres pour le séjour, tout est prévu. De même on la verra aller porter un panier de cerises au train pour Jeanne (juin 1877), alors qu’elle écrit le 27 août 1877 : « si une jeune femme n’était la plus saute [sic] chose et la plus empêtrée de la terre, je prendrais le train tantôt pour votre Castelnau » !

72C’est sur cette organisation pratique que s’appuieront les séjours de Fourès à Montpellier : après le premier, correspondant à la Santo Estello d’Avignon de 1876 ; la crémaillère du mas de la « Lauseta » du 21 au 27 novembre 1876 ; la « félibrejada » de Montpellier en mars et la Santo Estello d’Avignon en mai 1877. Sans oublier la visite du 28 avril au 30 avril 1877 ainsi que le séjour à Paris de fin décembre 1876 au tout début janvier 1877.

73On peut penser que le service (des hommes) fait partie de l’éducation des femmes, mais il nous semble que, dans ce cas, Lydie sort de ce stéréotype, son action s’apparentant plus à la démonstration de l’acquisition de méthodes d’organisation.

  • 52 Cf. Elleinstein 1980 : 16.
  • 53 Ibid., 57.

74Ce rêve de librairie qui devrait en même temps permettre le mariage de Fourès et Jeanne dépend aussi du pouvoir politique. Comme la République, la liberté de la presse et de l’édition est fragile. Il faudra attendre le 29 juillet 1881 pour voir abroger les anciennes lois concernant la presse et en particulier celle de juillet 1871 qui établissait le cautionnement52. L’obligation du cautionnement constituait une très grande entrave qui permettait les poursuites contre les journaux et les journalistes53.

75Poursuites dont Le Petit Méridional se fait largement l’écho dans sa « Une ». En août 1877, on apprend que les procureurs de la République continuent à poursuivre les marchands de journaux qui ont fait une déclaration de « libraires » et que les tribunaux « s’obstinent à les acquitter... » En décembre Le Petit Méridional et La République du Midi passent au tribunal pour « outrage à la gendarmerie... » Dès 1876, l’extrême-gauche par l’intermédiaire de Naquet avait proposé l’abrogation des lois restreignant les libertés de la presse.

76Dans ce secteur, Louis-Xavier a été condamné deux fois et, semble-t-il, non amnistié. C’est seulement après la démission de Mac-Mahon (30 janvier 1879), sous la présidence de Jules Grévy, qu’il fera paraître sa Commune Libre, la correspondance Lydie-Fourès se situe en amont.

77On comprend alors la nécessité des fonds pour ouvrir la librairie et éditer livres et journaux, fonds que le couple Ricard espère tirer d’un héritage dont Lydie parle à Fourès dès ses lettres de juin 1876 :

La mort subite d’un de nos cousins rendait la présence de mon mari indispensable là-bas [à Paris]. Peut-être y a-t-il quelque petit héritage là-dessous ? c’est ce qui console Louis, sinon de la perte qu’il vient de faire, du moins de ce surcroît de fatigue.

78Le 15 avril 1877, elle se réjouira d’ailleurs :

Sachez deux nouvelles bonnes pour nous, et par conséquent pour vous : 1re le petit enfant de la bonne héritière est mort, ce qui simplifie beaucoup nos affaires de succession et les abrège.
(Lettre du 15 avril 1877, p. 199.)

79Nuançons le propos par le fait suivant :

  • 54 Perrot 2008 : 90.

La mort d’un enfant était considérée comme une fatalité. Le bébé n’est pas une personne, ce qui ne veut pas dire qu’une mère ne souffre pas de sa mort. Et ne le « pleure54 ».

  • 55 Cf. à ce propos Gerbod 2003, chapitre III.

80Mais la censure touche aussi les livres55 et les revues ; c’est pourtant vers l’idée d’être libraire-éditeur que les Ricard et Fourès s’orientent :

[...] à moins que d’ici là nous ne tenions notre fameuse librairie et que nous ne les éditions nous même ; ce qui vaudrait encore mieux ; ne perdez pas cette idée de vue, s’il vous plaît, puisqu’elle vous agrée comme à nous et que nous ne pourrions rien sans votre concours.
(Lettre du 18 janvier, p. 175)

81La dernière partie de la phrase pourrait peut-être s’expliquer par le projet de faire de Fourès, qui n’a jamais été condamné, le gérant de la librairie, ce qui ne serait pas possible de Louis-Xavier de Ricard.

82Le 16 août, Lydie récidive à propos tout à la fois du mariage et de l’édition de LAlliance latine :

Vous parlez de six mois avant de venir vous organiser ici ! cela nous mène à la fin février ? Comptez-vous vous marier avant de mettre la librairie en train ou d’avoir quelque position stable ? [...] Notre procès est en jugement : sitôt le résultat connu, Louis fournira le premier noyau pour fonder la Librairie : il en parlera à Mr de Tourtoulon, vous pouvez en parler à Mr Gaidan s’il passe par chez vous, et si la Maison était agencée pour la parution de la Revue latine ce serait magnifique ! Je pousse à la roue tant que je peux, mais vous ne m’aidez pas beaucoup.

8 Des lettres à dimensions politiques

83Dans l’article qu’il écrivit dans le Montpellier Républicain de 1896 pour présenter la publication des lettres, Louis-Xavier de Ricard parle du contenu de celles adressées par Lydie à Fourès ; il s’agissait de « celles échangées entre elle et Fourès pour nos idées, nos travaux et nos projets communs ».

  • 56 Cf. la préface d’Aux bords du Lez.
  • 57 Tout comme des femmes, en particulier des régions occitanes, se sont élevées contre le coup d’État (...)

84Les idées avaient donc pour lui la priorité. Ces idées, il le précise chaque fois qu’il évoque le sujet, leur sont « communes56 ». Trois lettres nous démontrent que c’était bien le cas, celle où Lydie raconte sa discussion avec Baudouin, à propos du fédéralisme, sa répartie à Fourès à propos de la Pomme, mais aussi son « Vive la République » après son commentaire sur Thiers. Il n’y a pas de doute : Lydie, dans le monde qui est le sien, soutient le débat politique. Elle n’est pas une militante (son état de santé, son parcours, ses choix artistiques et sa courte vie ne le lui ont pas permis) comme le sont devenues un certain nombre de saint-simoniennes, que son mari a pu croiser lors de la Commune de Paris57, ou qu’il croise comme socialistes. Elle s’intéresse à la vie politique, même si, comme toutes les femmes, elle n’a aucun droit pour influer sur le cours des événements par le vote. Elle lit les journaux, c’est elle qui en a enseigné la lecture à sa sœur. Dans les publications du groupe elle n’a pas, non plus, de texte théorique ; les seuls textes que l’on peut considérer d’une nature qui s’y apparente ont été publiés après sa mort. Cependant le choix de ses traductions des troubadours est une illustration des opinions anti-césariennes et anti-cléricales...

85Si Lydie Wilson de Ricard tient sa part dans les débats politiques, elle n’en est pas pour autant décisionnaire, mais sa vie en dépend et elle analyse les conséquences des décisions prises. Ses lettres oscillent entre obligation à la prudence dans une France qui poursuit les communards, et envie de dire tout haut, comme elle le fait pour le mariage, ce qu’elle pense. Elle est attentive aux événements qui saperont l’ordre moral et institueront la République et son correspondant ne se prive pas, d’ailleurs, de lui parler des élections. Ses lettres ont donc bien des dimensions politiques.

Notes

1 « Le Maréchal de Mac-Mahon, légitimiste de cœur, bonapartiste de carrière — il doit son titre de Duc de Magenta et ses galons à Napoléon III — et il a été le fusilleur de la Commune » (Elleinstein coord., Histoire de la France contemporaine, t. IV, p. 19), c’est lui qui commandait l’armée versaillaise.

2 Cité par Moulain, 1991 : 175.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ce sera le cas pour le journal que créera en 1879 Louis-Xavier de Ricard et qui avait pour titre : La Commune Libre.

6 Cf. p. 52.

7 Cf. p. 77.

8 Cette lecture est confirmée par la demande de sa sœur de pouvoir poursuivre cette activité une fois rentrée en région parisienne : « on m’a taquinée aussi sur mes opinions avancées ; Mr Marette m’a rapporté une fois un paquet de journaux de ma couleur et l’amusant c’est que tout le monde les a lus » (28 juin 1877).

9 12 août 1876, Béguin, ouvrier feuillagiste : déportation simple ; 17 décembre 1876, M. Florimond Vailland : condamné à mort par le Conseil de guerre de Paris ; 3 mai 1877, Marin : peine de mort...

10 PM 21 mai 1876.

11 Louis-Xavier de Ricard a sous la rubrique « Variétés » signé un article intitulé « Une révolution populaire », dans le Journal Officiel de la Commune le 7 avril 1871 ; un autre article était annoncé sous sa signature mais n’a semble-t-il pas paru.

12 Elleinstein 1980, t. IV : 23.

13 Sur les rapports de Gambetta et Thiers, cf. Elleinstein 1980, t. IV : 40.

14 Il faut ici prendre « radical » dans son sens premier et non dans le sens politique qu’il aura ensuite.

15 Cf. p. 26.

16 Souligné par nous.

17 Furet 2001 : 10-11.

18 Lafont 1974 : 129.

19 Moulain 1981 : 176.

20 Ricard 1877 : 56.

21 Cf. p. 155.

22 Ricard, Aux bords du Lez 1891 : IX.

23 Cf. à ce propos Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1700-1018, Bassac, 1987, 301 p.

24 Guy Barral, in http://pagesperso-orange.fr/tybalt/LesRevues/pagesRevues/Chim.

25 Cf. Maitron en ligne, mai 2006, « Les Femmes ».

26 Lettre de Louis-Xavier de Ricard à Quinet du 24 janvier 1875, B.N.F., ms. NAF 15510.

27 En italique dans le texte.

28 Pour une étude plus approfondie et qui embrasse toute la vie de Louis-Xavier de Ricard, cf. Georges Peyronnet, 1943 et Stéphane Moulain, 1981.

29 Cf. la note 2 du Chant 1 du poème Calendal de Mistral, publié en 1867.

30 Martel 1986 a : 119-123.

31 Cf. Lafont 1974.

32 Victor Balaguer (1824-1901), ex-député des Cortés, éternel proscrit, franc-maçon et libéral comme on l’est en Espagne à cette époque, par force et de façon anodine, et catalaniste convaincu.

33 Martel 1986 a : 121.

34 « Lis isclo dor », Ciel d’Oc in sites.univ-provence.fr/tresoc/fr.htm.

35 Lafont 1974 : 145.

36 Carbasse 1977 : 34 à 50.

37 Au Midi.

38 « Comme un témoignage, un vœu, une espérance. »

39 Petit clin d’œil à François Rabelais auquel il fait allusion dans le texte (p. 8) ?

40 Ricard 1877 : 17-18.

41 « Race » doit être pris dans son sens du XIXe siècle. Le terme est défini comme suit par le Larousse de 1918 : « ensemble des ascendants et des descendants d’une famille d’un peuple... ».

42 Cette réflexion nous renvoie à la loi interdisant toute propagande pour changer de régime (voir plus bas).

43 Ricard 1877 : X.

44 Lafont 1974 : 78.

45 Fourès, « La Lauseta » 1878 : 210-212.

46 Martel 2001 a : 164.

47 Cf. p. 248.

48 Lafont 1974 : 134.

49 Charles Lemonnier et Élisa Grimalh-Lemonnier ont assisté Flora Tristan dans ses derniers moment à Bordeaux où elle est morte. Élisa, saint-simonienne, est à l’initiative à Paris des Écoles Techniques de Filles : cf. Renat e Pèire Ramond, « En cèrca dElisà », IEO 2001 et Elisa une Saint-Simonienne au siècle de Ferlus ; A.-M. Denis, 2008.

50 Gerbaud 2003 : 9.

51 Alliance latine n° 2 : 153.

52 Cf. Elleinstein 1980 : 16.

53 Ibid., 57.

54 Perrot 2008 : 90.

55 Cf. à ce propos Gerbod 2003, chapitre III.

56 Cf. la préface d’Aux bords du Lez.

57 Tout comme des femmes, en particulier des régions occitanes, se sont élevées contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte en 1852 et ont été réprimées.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Une de La Commune Libre dont quelques numéros ont paru en 1879
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1289/img-1.png
Fichier image/png, 521k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search