Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

Mariage d’amour, mariage...

Texte intégral

  • 1 Cf. p. 26.

1Lydie Wilson et Louis-Xavier de Ricard se sont mariés par amour1. La question du mariage, en cette période du siècle où le divorce n’est toujours pas rétabli, et celle de la condition des femmes et de leurs droits sont au cœur des débats. Nous les retrouvons dans les lettres échangées.

1 Baiser d’amour et nouvelle définition du mariage

2Nous avons évoqué avec l’année 1877 l’amour de Jeanne et de Fourès. L’amour occupe une place importante dans les lettres de Lydie à Fourès.

3Nous y avons relevé 49 occurrences du mot amour et de ses dérivés. Il s’agit avant tout de sentiment, en effet la sensualité n’y est pas exprimée, sauf dans les cas qui se rapportent aux relations de sa sœur Jeanne et de son correspondant. Son expression est cependant empreinte de beaucoup de retenue, comme le montrent les extraits suivants :

[...] ne vous a-t-elle pas embrassé à pleines lèvres quand Louis vous a rapprochés au départ ? Tout autre que vous aurait pu mal interpréter ce mouvement de naïveté, mais pas vous, n’est-ce pas ? C’est le premier baiser d’amour qu’elle ait donné de sa vie.
(Lettre du 1er avril 1877, p. 193)

M. Germain ne pourrait pas vous accuser de manquer de pratique, — comme lorsque vous avez fait une lieue à côté de Jeanne sans songer à lui offrir le bras.
(Lettre du 10 juin 1877, p. 197)

4Nous trouvons dans ces deux exemples la transgression des rôles assignés à chaque sexe : la jeune fille en sortant de la réserve que sa « nature » et son éducation lui imposent ; le jeune-homme en ne faisant pas le premier pas lors des « retrouvailles mondaines ». Les « félibrejades » semblent en effet jouer ce rôle :

  • 2 Houbre 1997: 89.

Il s’agit alors d’affronter les exigences des règles de la civilité, qui mécanisent les conduites des filles et des garçons, et qui embarrassent d’autant plus les garçons que l’initiative de la relation leur revient. Malaise et déception s’installent alors2.

5Lydie, dans sa relation des faits, non seulement accepte la norme qui sied aux dames de son siècle mais s’empresse de replacer l’écart de sa sœur dans le droit chemin, celui de la naïveté obligatoire de la jeune fille. Même si ses propres lectures vont plus loin dans ce domaine, comme le prouvent celle de la « Venus Arlatenca » d’Aubanel qui a fait scandale en Avignon, mais également celle de textes de Brantôme (28 juin 1877).

6D’après Michelle Perrot, il n’y a rien là d’original :

  • 3 Perrot 2008: 86.

Le libertinage du XVIIIe siècle est surtout masculin, comme l’érotisme du XIXe siècle [...] Parler du sexe est alors l’objet d’un profond refoulement3.

7Nous rencontrons également soixante-quatre occurrences des mots mari ou mariage dans cette trentaine de lettres. Le mariage y est une des questions les plus réfléchies : au cours de l’année 1877 se développe un projet qui lui tient particulièrement à cœur, celui de l’union de sa sœur Jeanne et du poète, son correspondant.

8Dans une lettre de mi-mars contenant une fleur séchée, elle lui écrit, donnant par là même une définition du mariage :

Je vous voyais si bien frère de Louis que par vous Jeanne eût été doublement ma sœur : c’est notre terreur à toutes deux que son mariage ne nous sépare ; néanmoins, respectant chez elle la liberté de sentiment que j’ai voulue pour moi-même, je ne lui eusse jamais parlé de vous, si je n’avais bien auguré de l’accueil qu’elle vous a fait l’année dernière et du bon souvenir qu’elle avait gardé de vous.
(Lettre mi-mars, p. 186)

9Cette intervention dans les projets de mariage de sa cadette n’est pas originale en soi, en effet :

  • 4 Houbre 1997: 229-230.

À côté des parents, les grands-parents, les oncles et les tantes jouent un rôle non négligeable dans le processus matrimonial, en particulier dans la collecte d’informations concernant les prétendants possibles. Quant aux frères et aux sœurs, surtout quand ils entretiennent entre eux des liens privilégiés, il est étonnant de constater combien ils souhaitent intervenir de façon volontariste dans le mariage de l’autre, et combien ils peuvent se sentir blessés quand ils en sont manifestement éloignés4.

Fig. 1. — La Roundo de las Gracios, publié par Fourès pour sa Miguette dans Lou Prouvençau de juillet 1877 (collection Cirdoc)

  • 5 Cf. lettre du 6 avril 1877 sur L’ABC de l’amour, p. 193.

10Lydie se situe dans l’idéologie dominante, celle qui rend le mariage inéluctable pour une fille et celle du fossé de connaissance sur le mariage sexuel entre une jeune femme mariée — « C’est la petite maman de Jeanne qui parle en ce moment ; une vieille mariée qui a de l’expérience » (lettre du 8 mai 1877) — et une jeune fille à marier5. Mais c’est pour intervenir en faveur d’un modèle de mariage contraire à cette même idéologie. Dans le même courrier de mars, elle en énonce sa conception, après avoir exposé les obstacles rencontrés lors de son union avec Louis-Xavier : la pauvreté, les opinions politiques de Louis, sa propre santé :

Notre bonheur présent est fait pour inviter à suivre notre exemple, tous ceux qui ne considèrent pas le mariage comme un marché, mais comme la libre et sincère union de deux cœurs honnêtes.
(Lettre sans date mars 1877, p. 189)

11Nous avons ici acceptation du mariage comme lien entre un homme et une femme, mais refus des bases sur lequel il est établi, « le marché » — la dot ou son absence — et l’établissement de nouvelles bases, « l’union sincère de deux cœurs ».

1.1 Une conception non partagée

12Il s’agit d’un contre-projet partagé seulement par une minorité de la société, celui d’

  • 6 Breton cité par Perrot in Bossis, 1990 : 187.

[...] une représentation plus égalitaire du couple et du mariage [qui] sous-tend ces conceptions, soutenues en France par les milieux républicains et protestants et par une minorité de juristes. Car la majorité se déclare favorable au maintien du Code civil tel qu’il est6.

13La permanence du Code civil (1804) perpétue le statut juridique de mineures pour les femmes, dans une époque qui, pourtant, sous une apparence chaotique, aboutit à l’affirmation de la République : le droit au divorce par faute a été aboli en 1816 et ne sera rétabli qu’en 1884, le « suffrage universel » enfanté par la révolution de 1848 est strictement masculin.

14Cette conception égalitaire du mariage n’est pas forcément celle de la famille Wilson, selon Lydie, et en particulier de sa mère :

Figurez vous que je n’ai pas encore écrit à Maman ! Je ne sais quoi lui dire ! [...] ; et puis je lui en veux un peu de ceux [des projets] qu’elle forme pour Jeanne sans l’avis de Jeanne.
(Lettre du 6 avril 1877, p. 195)

15Cependant, nous notons que Mme Wilson est la seule personne qui a accompagné les deux futurs époux Ricard chez le notaire Pérard à Paris lors de la signature du contrat de mariage entre Louis-Xavier et Lydie, tous deux majeurs, contrat à l’anglosaxonne, protégeant la mariée.

  • 7 Tirand 1991 : 31.

16Pour sa part la mère de Fourès, qui se montre possessive, est également opposée à cette conception du mariage. Question de génération, de milieu et d’origine géographique : Mme Fourès, Amélie Maury, était la fille d’un riche négociant en grain de Toulouse7, quand elle épousa son père. Elle devait donc rester attachée aux coutumes en matière de transmission des propriétés ; de plus sa situation financière propre, dont dépend Auguste Fourès, et le métier de son gendre, notaire, ne pouvaient qu’attirer son attention sur « la dot ». Lydie s’en inquiète dans la lettre du 18 juillet : « Sait-elle qu’elle n’a pas de dot ? »

  • 8 Fine et Leduc 2003 : Clio, 7, 1998.

Sous l’Ancien Régime, c’est la communauté des biens entre époux qui est le régime matrimonial dominant dans la France du Nord coutumière, alors que dans la France du Sud, soumise au droit romain, c’est le régime dotal. La communauté des biens entre époux est érigée en régime commun par la législation révolutionnaire et le Code civil, mais la liberté est laissée aux époux de choisir d’autres régimes matrimoniaux. C’est ainsi que la France du Sud choisit majoritairement le régime dotal jusqu’au milieu du XIXe siècle. Puis, en raison des inconvénients économiques liés à l’inaliénabilité de la dot, le régime de la communauté réduite aux acquêts se substitue peu à peu au régime dotal. Mais il est utilisé dans le même esprit : préserver la séparation des biens entre époux8.

17Le père du poète ayant été un républicain de 1848 et ayant épousé Mme Fourès par amour, Lydie, le 3 mai 1877, reprend son modèle de mariage pour demander à Fourès d’écrire à cette dernière une pièce « en languedocien compréhensible pour elle », lui rappelant ces moments afin d’entamer son hostilité. Lydie Wilson de Ricard croit son propre père plus sensible au bonheur de sa fille :

L’avenir de Jeanne l’inquiète encore d’avantage [sic] ; car lui doit la connaître assez pour penser qu’elle ne se décidera jamais à faire un mariage d’argent.
(Lettre du 17 juin 1877, p. 215)

18M. Wilson est, rappelons-le, d’origine écossaise et Lydie a fait un séjour en pension en Angleterre ; là-bas la conception des rencontres des deux sexes n’est pas la même qu’en France :

  • 9 Houbre 1997 : 255.

La liberté octroyée aux jeunes filles en Allemagne, en Angleterre, en Amérique, en Hollande ou en Suisse laisse en effet les voyageurs français aussi interloqués que leurs homologues étrangers le sont en France lorsqu’ils constatent l’assujettissement des demoiselles9.

2 Un mariage sous contrat d’autonomie

19Le contrat de mariage passé chez Maître Pérard à Paris le 29 juillet 1873 montre que les deux jeunes gens mettent leur pratique en concordance avec leurs théories. C’est un contrat de séparation de biens amélioré en faveur de la protection de l’épouse :

Il y aura séparation de biens entre les deux époux conformément aux dispositions des articles 1536 et suivants du Code civil à cet égard, sauf cependant les modifications qui résulteront de l’article quatrième du présent contrat.
Chacun d’eux conservera la propriété des biens meubles et immeubles qui lui appartiennent, et de ceux qui pourront lui advenir par succession, donation, legs ou autrement.
Les futurs époux ne seront pas tenus des dettes l’un de l’autre créées avant ou pendant le mariage ; ces dettes seront acquittées par celui des époux qui les aura contractées, ou du chef duquel elles proviendront, sans que l’autre époux puisse en être chargé.
La future épouse aura la jouissance libre de ses revenus et l’entière administration de ses biens meubles et immeubles.
(Article 1)

20L’article cinq renforce encore cette autonomie financière :

Les futurs époux contribueront aux charges du mariage dans la proportion de leurs revenus respectifs sans être assujettis à aucun compte entre eux, ni a retirer aucune quittance l’un de l’autre.

21Le sixième constitue une mesure de protection qui représente une nouveauté à l’époque en renforçant la capacité juridique de l’épouse :

La future épouse ou ses héritiers seront garantis et indemnisés par le futur époux ou ses représentants de toutes les dettes qu’elle aura pu contracter pour lui pendant le mariage.

22Les deux futurs époux sont majeurs, ils signent le contrat en leur nom propre avec le notaire et la mère de Lydie, Mme Wilson, très impliquée, semble-t-il, dans la rédaction de celui-ci.

23Deux autres éléments sont à souligner dans ce contrat :

  • Tout d’abord dans l’apport du futur époux (article deuxième), le legs de sa tante Mlle Drouhard est nue-propriété de Louis-Xavier de Ricard, mais sa mère Mme Charpentier en a l’usufruit. Si celle-ci venait à décéder, son fils ne pourrait disposer de la propriété « qu’après avoir atteint l’âge de quarante ans ». Ces volontés résultent d’un legs par testament olographe de 1866 et d’un codicille au dit testament de 1870. Entre-temps le général de Ricard est mort en 1867 et son fils, qui avait déjà fait de la prison, avait déjà dû s’exiler une première fois ;

    • 10 Acte 198, archives de Paris 12/03/1873 V4E 465.

    Deuxièmement l’origine des biens qu’apporte Lydie Wilson : ils proviennent d’« une rente viagère au profit et sur la tête de Mr Jean-Pierre Pauthier », suivant des actes passés le 25 mars 1873. Or Mr Jean-Pierre Pauthier, orientaliste, professeur au Collège de France, grand-oncle célibataire de Louis-Xavier (oncle de sa mère), est décédé le 12 mars 1873 à son domicile à Paris, 80 rue des Sablons10, domicile qui est, lors de l’établissement de l’acte de mariage, celui de Louis-Xavier. Était-ce un moyen utilisé pour laisser sa fortune à Lydie, donc à Louis-Xavier ?

24On pourrait donc conclure à propos de ce contrat, comme Agnès Fine et Claudine Leduc, que :

  • 11 Agnès Fine et Claudine Leduc, « La dot, anthropologie et histoire. Cité des Athéniens, VIe-IVe sièc (...)

L’institution d’une transaction matrimoniale n’avait rien d’intangible, qu’il fallait la mettre en rapport avec la structure de la parenté et l’organisation économique et sociale du groupe considéré et qu’elle pouvait entrer, selon les lieux et les objectifs poursuivis, dans des combinaisons diverses11.

Fig. 2. — Page du contrat de mariage Wilson-Ricard (Archives nationales : ET/CXVI : 919)

3 Une femme, un homme

25Remarquons, et cette remarque est d’importance, que Lydie Wilson de Ricard et Auguste Fourès ne se départiront jamais du vouvoiement. De plus, même si Lydie s’adresse à Auguste Fourès avec un « Cher parrain », elle ne le nomme jamais par son prénom, à la rigueur seulement par son nom de famille.

  • 12 Petit in Escola occitana de Quillan, 1994 : 28.

26Rien à voir avec l’intimité des lettres à son mari, ni surtout de celles de Jeanne à Fourès dont J.-M. Petit cite deux phrases et le tutoiement12.

27Lydie Wilson de Ricard et Auguste Fourès se considèrent comme pairs, égaux, malgré les rangs de « parrain et filleule » qui renvoient à une hiérarchie, fût-elle amicale. Leur âge égal, le statut social à l’intérieur du groupe de « La Lauseta », la liberté que s’accorde Lydie, le leur permettent. Le thème du mariage, celui de « deux cœurs », est un de ceux qui, dans la correspondance, va mettre en lumière la différence de sexe, plus exactement de genre, comme le définit Françoise Thébaud :

  • 13 Thébaud 1998 : 114.

Le genre est en quelque sorte le « sexe social » ou la différence des sexes construite socialement, ensemble dynamique de pratiques et de représentations, avec des activités et des rôles assignés, des attributs psychologiques, un système de croyances.
Le sexe est ainsi perçu comme un invariant, tandis que le genre est variable dans le temps et l’espace, la masculinité ou la féminité — être homme ou femme ou considéré comme tel(le) — n’ayant pas la même signification à toutes les époques et dans toutes les cultures13.

28En effet :

  • 14 Flahaut, cité par Diaz et Siess, 2005 : 16.

Lorsque deux correspondants sont de sexe différent, le rapport de place se complique. À la question des rangs s’ajoute celle des relations homme/femme avec leur panoplie d’images culturelles de l’un et l’autre sexe. Dès lors qu’un homme et une femme s’écrivent, la correspondance à enjeu relationnel est sous-tendue par la différence des sexes14.

  • 15 Michel Foucault cité par Diaz 2005 : 9.

29En même temps, Lydie est bien dans la situation où : « Dans le climat de confiance du duo, ou du réseau, la lettre se signale aux femmes comme une modalité privilégiée d’accès à soi, propice à engager une véritable “culture de soi15”. »

30Elle va donc, pour elle-même d’abord et pour son correspondant, qu’elle convoque par une interjection interrogative « n’est-ce pas ? », approfondir, en mai, sa conception de l’amour et du mariage dans une sorte d’essai psychologique sur l’union :

L’affection pure ne suffit pas à maintenir l’union et je ne m’étonne pas que tant de mariages d’amour soient sitôt rompus, car la susceptibilité est bien plus grande vis-à-vis de quelqu’un que nous aimons que vis-à-vis d’un indifférent, n’est-ce pas ? [...] Tout cela pour vous dire, cher parrain, que votre grande affection réciproque ne serait pas pour moi, un garant de bonheur à venir, si vous ne partagiez pas les mêmes goûts ;
(Lettre du 8 mai 1877, p. 207)

31Peu de temps après (réflexion faite ?), elle complètera sur un mode sexué :

L’espoir et le désir d’une plus grande familiarité ont une volupté subtile qu’aucune autre n’égale... Mais, je parle en femme et il se peut que vous ne soyez pas du tout de mon avis.
(Lettre du 17 mai 1877, p. 208)

32Dire qu’elle est femme, écrire le mot « femme », est pour Lydie Wilson de Ricard une façon de se confronter à la société de son temps et à ce dont celle-ci fait une question ou un problème : être femme. Ce mot va apparaître une vingtaine de fois, avec des interrogations, pourquoi « faible femme », ou des certitudes qui la maintiennent hors du groupe des femmes :

J’en veux aux femmes de tout le mal qu’elles font aux artistes, et par conséquent à l’Art, quant elles pourraient tant les aider.
(Lettre du 22 juin 1876, p. 169)

  • 16 Traduction : « lavandières ».

33À l’opposé, ses créations sont souvent d’une grande empathie envers les femmes, ses sœurs, avec bien sûr la première d’entre elles, sa petite sœur Jeanne, mais aussi les « Bugadières16 », « La Nageuse », la jeune mère dans « A una rosa incarnada » pour Mme Cladel...

3.1 Pour quel amour ?

34Quand il se penche sur les relations du trio, Lydie, Fourès et Jeanne, le nœud de cette correspondance — elle s’achève à la disparition du trio —, Jean-Marie Petit définit la première des deux femmes comme :

  • 17 Maîtresse femme : Femme d’un caractère énergique, d’une volonté ferme, voire autoritaire, qui sait (...)
  • 18 Petit in « Escola occitana de Quillan » 1994 : 29.

Maîtresse-femme17, en vérité, follement amoureuse de sa sœur, qui pousse à la rencontre Fourès-Jeanne et vit l’aventure par procuration au point de devenir jalouse du couple qu’elle a réuni18.

35Il cite pour appuyer ses derniers propos la lettre du 4 juin où elle écrit au poète audois :

Nous pouvons avoir chacune notre part — il me semble — à moins que votre amour pour elle ne s’accroisse qu’aux dépens de votre autre sympathie.
(Lettre du 4 juin 1877, p. 210)

36Quelle est la validité de cette interprétation ? Lydie, cela ne peut faire de doute, apparaît comme une femme forte ; les lettres qu’elle a écrites à son mari, de Paris, après la mort de Jeanne, mais surtout en septembre quand elle va la chercher, expriment une très grande maturité, une capacité de réflexion et d’analyse. Maîtresse femme peut-être, mais il y a dans ce mot une connotation d’autoritarisme qui, dans son cas, nous semble exagérée. Car celui-ci, s’il existe, serait davantage, selon nous, le reflet de la difficulté de Fourès, qui apparaît dans les lettres, à prendre des décisions, en tout cas celles qu’elle est en mesure d’attendre après la déclaration du poète :

Depuis ma déclaration, mon cœur bat à me briser la poitrine. Ma mère pressent un événement. Nous nous livrons des luttes sourdes, toujours muets. C’est terrible !
(Lettre de Fourès à Lydie, 21 mars 1877, p. 265)

3.2 Un espace d’amitié

37L’espace de la lettre, qu’elle a choisi d’investir en direction de Fourès, est un espace d’amitié et de camaraderie, y compris au sens universel du terme pour l’époque, c’est-à-dire masculin. L’extrait de lettre du 29 mai 1876, une des deux premières adressées à Fourès, est sans ambiguïté :

S’il y avait quelque démarche à faire à Montpellier [...] usez de moi comme d’un Camarade ;
(Lettre du 29 mai 1876, p. 167)

  • 19 Cf. lettre de juin 1876 à Louis-Xavier, p. 252.

38Cet espace est aussi un moyen pour elle de rompre une certaine solitude, son mari fait des va-et-vient entre Montpellier et Paris, elle ne l’accompagne pas toujours19 ; quand il est là, il va en ville pour porter ses articles, discuter politique, faire des projets. Elle est loin de sa famille, maladive, dans une maison isolée, dans une campagne qu’elle apprécie, mais dont il est parfois difficile de faire parler les arbres, surtout quand, au début, elle ne comprend pas très bien, excusez le terme, le « patois ». La lettre lui ouvre un autre monde, un monde dont elle est maîtresse. Le rapprochement de Fourès et de Jeanne, avec le côté roman d’amour induit, qu’elle a non seulement favorisé mais appelé de ses vœux, doit pour elle se concrétiser par un plus — deux nids là où il y en avait un — et non par une perte, celle de l’espace épistolaire. Or Lydie trouve les lettres de Fourès déjà (trop) courtes.

39Comment répondre à un correspondant qui n’écrirait pas, c’est à notre point de vue ce qu’elle redoute en voyant s’enflammer les deux amoureux.

40Nous ne pouvons oublier que l’écriture, la création littéraire, est la vie même tant pour Fourès que pour Lydie. Création qui par moment prend les pages blanches des envois comme brouillons et ce consciemment ou inconsciemment. Cette liberté prise avec le rôle assigné à son sexe par la société n’empêche cependant pas Lydie d’en ressentir l’oppression. « Pourtant », écrit-elle à Fourès en proie à de très graves problèmes financiers et filiaux :

Vous êtes encore privilégié : vous êtes un homme c’est-à-dire libre ? ou si vous ne l’êtes pas c’est de votre plein gré. Moi je suis traitée en Maîtresse, en caprice, en petite chose amusante quelquefois et liée comme épouse ! C’est délicieux ! mais je ne me sens pas assez de vertu pour vivre ainsi peut-être vingt ans encore.
(Lettre s.d. entre le 10 et le 13 juin 1877, p. 213)

41Envisageant, même, si « Louis ne change pas », de se faire institutrice. Car si elle ne gagne pas sa vie, dans le sens où ce gain lui assurerait son indépendance, ses échanges avec Auguste Fourès montrent le travail qu’elle effectue pour leur œuvre commune, l’édition de l’almanach des Félibres rouges, « La Lauseta » (lettre du 28 juin 1877, p. 219), ou encore la rédaction d’articles pour présenter les écrits théoriques. Ainsi le 15 avril :

J’ai commencé un résumé de ce beau livre de mon cher Louis ! J’en suis à la moitié, j’en extrait [sic] le plus succintement [sic] possible, les parties purement politiques et historiques : je ne sais si j’y arriverai, mais j’essaye au moins : cela ne vous fait-il pas honte ? alors pourquoi ce sempiternel « faibles femmes » ?
(Lettre du 15 avril 1877, p. 199)

42Dans cet extrait, elle montre combien son engagement dans le travail et la réflexion politique communs semble pour elle aller de soi et combien lui pèse cette hiérarchisation des sexes qui fait d’elle une « faible ».

3.3 Lydie et les contradictions

43Cette vision de femme qui gagne sa vie au travail, si elle est envisageable pour elle-même, elle ne la conçoit pas pour sa sœur Jeanne, passionnée de peinture, qui, il est vrai, est atteinte de tuberculose. Le 10 avril elle remarque :

Elle est reprise d’un courage et d’un goût passionné pour sa peinture : elle espère arriver un jour à gagner de largent ! la chérie ! ? comme si on lui demandait autre chose que d’être bien portante, d’abord, dévouée, économe et simple, ensuite.
(Lettre du 10 avril 1877, p. 198)

44Un ami, Alban Germain, se voit refuser par ses parents la main de la jeune fille qu’il voulait épouser, et Lydie conclut :

En somme ; c’est la jeune-fille qui est la plus à plaindre : faut-il qu’elle l’aime bien fort son Germain, pour ne pas lui en vouloir de ne rien faire qui les rapproche : si elle avait de l’orgueil, pourtant ? Elle le mésestimerait.
(Lettre du 8 juillet 1877, p. 227)

45Puis le même se résout à l’accommodement de l’époque :

Il ne peut aimer une femme mariée ni passer sa vie à déplorer sa perte. C’est une fille du peuple, dit-il, qu’il prend pour compagne.
(Lettre du 11 septembre 1877, p. 244)

46Et Lydie accepte le mariage de convenance.

4 Maternité et trop grands penseurs

47Morte jeune, Lydie n’a pas eu d’enfant. La question de la maternité et de son absence la préoccupe en fonction de sa propre famille et de sa mère.

  • 20 Moreau 1982 : 89.

48Sur ce thème, elle reprend les idées alors en cours sur l’infertilité des trop grands penseurs20.

Comme ça serait délicieux dans le jardin, des bébés ! S’il y en avait, maman ne se ferait pas tant prier pour venir ! Quand je le demande à Louis pourquoi nous n’en avons pas, il me répond que c’est le fait des hommes qui pensent beaucoup ; ne pensez pas trop parrain, que j’ai [sic] des petits-neveux !
(Lettre du 28 juin 1877, p. 222)

49Elle reporte son désir d’enfant sur le couple Auguste-Jeanne :

Vous savez que Jeanne adore les enfants : [...] à douze ans, elle retournait un marmot, l’habillait, le portait comme une petite femme. Moi, à l’âge que j’ai je ne sais pas tenir un moutard au Maillot [sic]...
(Lettre du 8 mai 1877, p. 207)

  • 21 Perrot 2008 : 95.

50En février elle faisait part à son correspondant d’un accouchement difficile, très répandu en ce siècle, où il « était la principale cause de mortalité des femmes et le facteur premier de leur faible espérance de vie21 », et de son inexpérience :

Louis vous a-t-il annoncé la naissance d’un fils à Cladel ? L’accident très-prématuré est survenu alors que nous dînions chez eux : c’est l’émotion que j’ai éprouvée qui m’a rendue malade, car, malheureusement, je suis très novice en cette matière... Cette pauvre Madame Cladel a failli mourir : son mari était fou, paraît-il.
(Lettre du 18 février 1877, p. 178)

  • 22 Lettre du 10 février 1877, p. 290.

51Nous possédons, la même annonce faîte par Louis-Xavier à Fourès, elle se résume en une ligne : « Cladel a un troisième enfant, un fils22 ».

52Il partageait pourtant avec Lydie cette même conception du mariage, mais n’avait pas la même sensibilité aux dangers que représente pour les femmes, alors, la maternité.

5 Petit point sur le mariage, le divorce et le féminisme

53La question du mariage se pose pour les individus, et pour la société. En ces années 1870-1880, c’est une question épineuse qui traverse tous les courants de pensée.

  • 23 D’abord trouvé sur le site Internet http://pages.textesrares.com/ en 2007, il est maintenant (juin (...)
  • 24 Georges Vicaire, bibliophile, d’après la notice sur le catalogue B.N.F. http://catalogue.bnf.fr/ark (...)

54Qu’en est-il de la pensée du théoricien du groupe de « La Lauseta » ? Pour l’illustrer, nous avons choisi un extrait du Catéchisme Populaire Républicain de 1870. Il s’agit d’un genre en cours depuis la Révolution française pour les catéchismes républicains, le catéchisme étant bien entendu un ouvrage dont le but est « l’instruction sur les principes de la foi ». Notons ici l’adjectif populaire, glissé entre les deux termes et qui peut être interprété comme « à l’usage du peuple », mais ils le sont tous, ou comme « le peuple en étant acteur », ce qui ressort pour nous de sa lecture. Ce texte rare23 est publié chez Lemerre, l’éditeur du Parnasse contemporain, et il était sur l’édition anonyme : Vicaire24 attribue le livret à Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894), avec pour co-auteurs : Ernest Courbet (1837-1916) et Louis- Xavier de Ricard. Toujours d’après le bibliophile, la partie concernant l’organisation communale a été rédigée d’après des notes d’Ernest Courbet et la partie relative à l’organisation départementale d’après des notes de Louis-Xavier de Ricard. Il y eut de nombreuses rééditions. Certaines couvertures imprimées mentionnent « une 27e édition ».

55Nous y retrouvons le couple et le mariage dans la partie traitant du « Corps Social » :

Le corps social est une association formée par tous les individus dans un intérêt commun de vie et de conservation, et pour la garantie réciproque des droits. Comment le corps social se forme-t-il ?
Le corps social se forme, selon la nature propre de l’homme, et successivement, par le couple, par la famille, par la race, par la nationalité.
Qu’est-ce que le couple ?
C’est l’union de l’homme et de la femme, ou le mariage, quelles que soient d’ailleurs les formalités particulières, mais librement consenties, qui la constituent.

56Dès 1863, les prises de position d’un des auteurs de La Revue du Progrès attirent l’attention de Louis-Xavier de Ricard sur la nature du mariage ; il explique, a posteriori, dans Autour des Bonaparte ses propres positions :

  • 25 Ricard 1891, Autour des Bonapartes : 24-25.

Sélles stationnait dans des théories sociales qui nous intéressaient davantage. Par exemple, il supprimait le mariage, et là, nous ne nous révoltions pas trop, mais il le remplaçait par une polygamie quelque peu mormonesque, très agréable... pour les hommes. Pour le coup, nous n’étions plus d’accord. [...] surtout [...] moi, qui précisément, en ce moment, avais chargé l’héroïne d’un roman, qui évoluait au Quartier latin, de démontrer pratiquement les avantages et la moralité de l’amour libre, le mariage de l’avenir, comme je le crois encore, et déjà pas mal du présent, d’ailleurs25.

57Plus loin à propos de la Loge « La renaissance par les émules d’Hiram », dont Massol était le Vénérable, il note la présence :

[d’]Hector Pessard, qui s’annonçait alors en apôtre déterminé de l’émancipation féminine, qu’il poussait avec une logique — dont personnellement je lui savais gré — jusqu’aux extrêmes conséquences.

58La Revue du progrès, dédiée, dès le premier numéro, « Aux femmes » et dirigée par Racot — Louis-Xavier étant mineur et donc dans l’impossibilité d’en assurer la charge —, publie en chapitres le premier roman de Ricard, La femme Libre. On y trouvait aussi sur le même thème et sous sa signature une « Épitre à une dame » et « À une femme. »

59Déjà son premier recueil Les chants de LAube, composé entre 16 et 18 ans et publié en 1864 chez Poulet-Malassis, était dédié Aux Jeunes filles. On peut y lire sur un ton quelque peu prophétique :

  • 26 Ricard 1862 : 13.

L’avenir de la terre est dans l’amour, c’est-à-dire dans la femme, car la femme c’est le verbe de l’amour. Telle est la foi nouvelle26.

60C’est, pour Stéphane Moulain, au nom de l’individualisme défini comme « républicain soucieux de l’équité sociale et de la démocratie » que Louis-Xavier de Ricard s’est intéressé à l’émancipation de « la femme ».

61Il cite La Revue du Progrès où Ricard affirmait :

  • 27 Alexandre Massol, « Recherche des bases de l’égalité », in La Revue du Progrès, n° 4, juin 1863, p. (...)

Établir les bases de la morale dans la personne humaine elle-même, c’est affranchir la femme car nul ne peut lui refuser d’être comme nous une conscience, donc une personnalité. De cette reconnaissance, son égalité s’ensuit nécessairement27.

  • 28 Louis-Xavier de Ricard : Brune, Blonde, Rousse, 1900 ; Thédaire Pradon, conversion dune bourgeoise(...)

62C’est à notre avis à l’aune de cet éclairage moral qu’il serait bon d’étudier la série de romans portant un nom de femme ou y faisant allusion que Louis-Xavier de Ricard publia ensuite, et non comme de simples œuvres alimentaires28.

63Quant au mariage dès ces années-là, celles de la jeunesse et des années de La Revue du Progrès, il en respecte l’institution à condition que l’union soit libre, et donc le divorce rétabli. La nouvelle conception de l’amour qu’il prône rejoint tout à fait celle qu’énonce Lydie dans ses lettres :

Les droits de la femme et de la Maîtresse [sic] sont tout juste les mêmes que ceux de l’amant et de l’époux.

  • 29 Mortelette 2005 : 36 ; cf. p. 63.

64Mortelette parle à juste titre de « féminisme militant » dès la Revue du Progrès29.

65Il nous semble donc que le féminisme de Louis-Xavier de Ricard ne soit pas un élément secondaire de sa pensée, mais un des fils conducteurs théoriques de sa vie, qu’il partageait avec Lydie.

  • 30 Très certainement : Céleste Hardouin, institutrice, condamnée comme communarde, auteure de « La dét (...)

66Avec La Commune Libre en 1879, ce féminisme apparaît à la « Une » et dans le journal dans toute sa complexité d’alors. Deux articles étayent cette thèse : le premier est constitué d’extraits de la conférence de la citoyenne Hardouin30 à Béziers, reflétant nous semble-t-il le Congrès des droits des femmes qui s’est tenu en 1878.

67Celui-ci :

[...] concentre ses efforts sur l’amélioration de leur quotidien : le droit au travail, le développement de la formation professionnelle, l’accès à tous les métiers, l’égalité des salaires, la reconnaissance du travail ménager sont considérés comme des réformes nécessaires et immédiates. Et sans doute sous l’influence des militantes américaines, l’abolition de la prostitution est réclamée.

  • 31 Riot-Sarcey 2002 : 60.

68Un oubli de taille cependant : les droits politiques sont évincés du programme. Hubertine Auclert s’en offusque et publie un pamphlet sous la forme de « Question qui n’est pas traitée au Congrès international des femmes31 ».

69Pour la citoyenne Hardouin : « C’est à la femme de prouver qu’elle n’est pas un être inférieur ; que son avenir se base sur ce qu’on lui enseigne. »

70Le second article signé E. Ferroul est titré en « Une » le 29 mai « Émancipez-la ! » et sous-titré « Le Droit de la Femme », il fait une analyse plus poussée de la domination des femmes dans la société, notamment sur la question du travail, droit remis en cause par le Mouvement ouvrier.

  • 32 Dix ans après, en 1888, il sera député. Guesdiste, il se ralliera en suivant Jaurès à l’Internation (...)

71L’analyse de Ferroul concernant le travail nous semble extrêmement intéressante et originale32. Est-il un lecteur de Julie Daubié et de son manifeste « L’émancipation des femmes », écrit après le vote du congrès de l’Internationale ouvrière de Genève en 1866, dont la majorité des délégués s’était prononcée contre le travail des femmes, à la demande de trois délégués français sur cinq. « La question féminine » dans La Commune Libre a une place valorisée et c’est déjà une marque du féminisme de sa rédaction.

72La question féminine et ses corollaires quasi obligatoires au XIXe siècle, le mariage et la maternité, sont traités par Lydie dans ses lettres à Fourès d’un point de vue pratique. Il s’agit pour elle d’envisager le mariage de sa sœur avec Fourès, de tirer le meilleur parti de celui-ci pour sauvegarder leur liberté commune. Elle met en œuvre son projet en utilisant les moyens au service du mariage tels que les conçoit majoritairement la société, intervention de la famille dans celui-ci, ne remettant pas en cause sa quasi-obligation. Cependant le mariage qu’elle prône, comme celui qu’elle a conclu avec Louis-Xavier, est un mariage d’amour dont la correspondance lui permet un approfondissement psychologique. Elle rejoint par ses écrits ceux de son mari qui, dès ses premières publications, a fait de la « Question féminine » une des questions de la liberté individuelle qu’il continuera à défendre dans ses écrits théoriques et romanesques jusqu’à la fin de sa vie.

Notes

1 Cf. p. 26.

2 Houbre 1997: 89.

3 Perrot 2008: 86.

4 Houbre 1997: 229-230.

5 Cf. lettre du 6 avril 1877 sur L’ABC de l’amour, p. 193.

6 Breton cité par Perrot in Bossis, 1990 : 187.

7 Tirand 1991 : 31.

8 Fine et Leduc 2003 : Clio, 7, 1998.

9 Houbre 1997 : 255.

10 Acte 198, archives de Paris 12/03/1873 V4E 465.

11 Agnès Fine et Claudine Leduc, « La dot, anthropologie et histoire. Cité des Athéniens, VIe-IVe siècle/Pays de Sault (Pyrénées audoises), fin XVIIIe siècle-1940 », Clio, n° 7, 1998, Femmes, dots et patrimoines, mis en ligne le 03 juin 2005. http://clio.revues.org/index343.html. Consulté en 2008.

12 Petit in Escola occitana de Quillan, 1994 : 28.

13 Thébaud 1998 : 114.

14 Flahaut, cité par Diaz et Siess, 2005 : 16.

15 Michel Foucault cité par Diaz 2005 : 9.

16 Traduction : « lavandières ».

17 Maîtresse femme : Femme d’un caractère énergique, d’une volonté ferme, voire autoritaire, qui sait s’imposer et se faire obéir sur le TdLF, http://atilf.atilf.fr, septembre 2009.

18 Petit in « Escola occitana de Quillan » 1994 : 29.

19 Cf. lettre de juin 1876 à Louis-Xavier, p. 252.

20 Moreau 1982 : 89.

21 Perrot 2008 : 95.

22 Lettre du 10 février 1877, p. 290.

23 D’abord trouvé sur le site Internet http://pages.textesrares.com/ en 2007, il est maintenant (juin 2009) catalogué sur C.C.F. de la B.N.F., au nom d’auteur de Louis-Xavier de Ricard.

24 Georges Vicaire, bibliophile, d’après la notice sur le catalogue B.N.F. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb354452428.

25 Ricard 1891, Autour des Bonapartes : 24-25.

26 Ricard 1862 : 13.

27 Alexandre Massol, « Recherche des bases de l’égalité », in La Revue du Progrès, n° 4, juin 1863, p. 367, cité par Moulain 1990-1991 : 215.

28 Louis-Xavier de Ricard : Brune, Blonde, Rousse, 1900 ; Thédaire Pradon, conversion dune bourgeoise, 1879 ; Carnets dune Demoiselle de Saint-Denis, 1904 ; Dun monde à lautre, idylle dune révoltée 1905, etc.

29 Mortelette 2005 : 36 ; cf. p. 63.

30 Très certainement : Céleste Hardouin, institutrice, condamnée comme communarde, auteure de « La détenue de Versailles », 1878. (http://lacomune.club.fr/pages/parent.html, juin 2009).

31 Riot-Sarcey 2002 : 60.

32 Dix ans après, en 1888, il sera député. Guesdiste, il se ralliera en suivant Jaurès à l’Internationale et aura une analyse tout aussi originale en 1907, lors de la crise viticole. Cf. Lafont 1974 : cc 93.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — La Roundo de las Gracios, publié par Fourès pour sa Miguette dans Lou Prouvençau de juillet 1877 (collection Cirdoc)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1288/img-1.png
Fichier image/png, 818k
Légende Fig. 2. — Page du contrat de mariage Wilson-Ricard (Archives nationales : ET/CXVI : 919)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1288/img-2.png
Fichier image/png, 1002k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search