Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

L’occitan dans les lettres

Texte intégral

1Une question se posait, Lydie Wilson n’étant pas occitanophone de naissance : était-ce bien elle qui avait écrit. Cette correspondance, en particulier celle échangée avec Fourès, va nous permettre d’y répondre.

1 Le choix du languedocien

  • 1 Cf. en annexe, la liste de ses œuvres.
  • 2 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : 32 à 34.
  • 3 Masse de nuages à Montpellier d’après Alibert 2002.

2Si Louis-Xavier de Ricard était au moins quelque peu familier avec la langue du Midi en arrivant à Montpellier, il n’en est pas de même pour Lydie Wilson de Ricard. Elle va donc la découvrir au Mas du Diable, dans ses promenades. Peu à peu, après avoir écrit des textes totalement en français1, comme « Le joli petit porcher » au Roc de Pézenas en 1875 à Montpellier2, elle va intégrer à ceux-ci des expressions saisies ici et là, comme des petites pierres sur le chemin qui la mènera au dialecte de Montpellier. « Promeneuse », pièce non datée écrite à Castelnau-le-Lez — c’est-à- dire avant novembre 1876 —, contient en italique « à la perdue » et « à la passade ». Un autre texte, non daté et sans référence quant au lieu d’écriture, sera plus tard appelé « La Parade » et traduit par « La montée des nuages marins », terme typiquement montpelliérain3.

3La correspondance avec Auguste Fourès va être déterminante dans cet apprentissage, même si très peu d’œuvres sont arrivées jusqu’à nous :

  • 4 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : VIII.

Ce fut dans le ravissement des sites et des dialectes languedociens que Lydie, très défiante d’elle-même, parce que très exigeante, osa commencer à composer ; et je me rappelle tout ce qu’il nous fallut de persistance, à moi, à Fourès, à quelques amis, parmi lesquels je citerai Mr de Tourtoulon, pour la décider à publier, non pas ses premiers essais, condamnés par elle impitoyablement, mais des poèmes qu’elle tria, d’un choix qu’elle ne trouvait jamais assez sévère, parmi ceux qui la mécontentaient le moins4.

  • 5 Mioch 2006 : 13-17.
  • 6 Ricard, ibid., intro. III.

4Lydie Wilson de Ricard initie là une démarche opposée à celle, par exemple, de Reine Garde, la « couturière d’Aix », à qui Lamartine dédia Geneviève, histoire dune servante (1851) et qui n’écrivit que trois poèmes en provençal, suivant en cela les conseils de Pierre Belot5. Il est vrai que les deux femmes vivent dans des milieux socio-culturels très différents. La première a eu une formation de lettrée et « Passionnée de justice et de liberté, elle s’enquêtait en toute conscience des problèmes et de leurs solutions6. »

  • 7 Expression reprise de Robert Lafont, 1974 : 89, qui l’utilise à propos de la « transformation par l (...)

5La seconde est autodidacte, mais surtout écrit pour être reconnue des puissants et en vivre. Elle ne remet pas en question la société de son temps, elle a déjà un « esprit de clientèle7 ». Cependant, pour Christine Planté, l’origine socio-culturelle des femmes ne détermine pas entièrement leurs écrits :

  • 8 Planté 1989 : 33.

L’auteur de livres est aussi l’auteur de soi-même et de sa propre vie, transformée à la fois subjectivement et socialement par l’écriture ; et c’est précisément ce processus qui paraît inadmissible à ceux qui ne veulent voir dans la femme qu’un être vivant avant tout dans la relation et le dévouement aux autres8.

  • 9 Cf. p. 19.
  • 10 Mioch 2006 : 37-43.
  • 11 Cf. Marie Girard-Gasquet, Une enfance provençale, Flammarion, Paris 1922.

6Deux exemples dans le domaine occitan. Lazarine Nègre qui signe « Lazarine de Manosque9 », volaillère au marché des Capucins à Marseille, a choisi d’écrire en provençal10. Marie Gasquet, fille de Marius Girard, très proche dans son enfance de Mistral, choisira, par contre, elle d’écrire en français11.

  • 12 Comme en 1869 : 27 : A. Daudet à F. Mistral, début 1869 : Moun CapouIié, vène de recaupre larmana. (...)

7Les femmes ne sont pas seules à être confrontées à cette alternative. L’exemple d’Alphonse Daudet, qui écrit quelquefois à Mistral en provençal12 et publie en français, suffirait à lui seul à le prouver. Mais dans les relations mêmes du couple Ricard, nous en trouvons d’autres pour lesquels Lydie se montre impitoyable. Dès le 22 juin 1876, celui qui écrira Maurin des Maures en 1909, Jean Aicard, est vertement éreinté.

8Lydie a fait le choix de la langue du Midi qu’elle nomme dans ses lettres cinquante-six fois « langue », avec les qualificatifs de lauragaise, d’oc, de provençale. Elle écrit aussi « languedocien, Languedoc, montpelliérain et dialecte ». Il lui reste à l’apprendre. Mais à cette époque ce choix a des implications politiques dont elle ne saisit pas forcément les subtilités : écrire en provençal signifie pour elle écrire dans la langue du Félibrige blanc (lettre du 9 février 1877) ! Un provençal républicain devrait choisir le languedocien, comme elle et Louis. Le choix du languedocien est donc un choix doublement politique face au centralisme du français et au catholicisme du provençal !

2 Les œuvres en occitan dans les lettres

9Dans les lettres de Lydie, l’occitan apparaît d’abord sous la signature de Fourès, c’est-à-dire dès le 29 mai 1876, avec un titre, « Farandoulo ». Il faudra attendre fin juillet 1877 pour découvrir le nom de la première œuvre en oc de Lydie, « La Figuèira ». Nous n’aurons dans cette correspondance que deux autres titres d’elle : « Aubade à Jeanne » en français et le projet de « la petite rose ».

  • 13 Van Dijk in Diaz-Jurgën 2005.

10La période de création occitane de Lydie Wilson de Ricard en dialecte de Montpellier se réduit de juillet 1877 à sa mort en septembre 1880, soit trois ans. Temps encore restreint par sa maladie et les morts de sa sœur et de son père. Il s’agit donc avec ces œuvres d’un tout premier bouton de rose, qui ne pourra s’épanouir totalement. Cependant l’écriture comme la lecture « a le pouvoir de consoler13 ».

11Ainsi, lors de la mort de sa guenon Auriola, elle écrit : « Je me suis brûlé les yeux à lire pour ne pas penser, mais maintenant j’en ai assez et je veux me laisser aller de nouveau à ma désolation » (lettre du 12 septembre 1877 p. 245).

12Les poèmes — car il s’agit dans ces lettres pour les deux auteurs d’œuvres de même genre littéraire, la poésie — rempliront après la mort de Jeanne et la rupture épistolaire avec Fourès le rôle que la correspondance avait joué jusque-là.

3 Poèmes cités dans les lettres

13Les tableaux qui suivent présentent ces pièces d’un point de vue chronologique en relevant leur date de citation dans les lettres, leur date de création et celle de leur publication dans les revues — Revue des langues romanes, « Lauseta », Alliance latine — et les recueils, collectifs — la Cigale ou Anthologie de lAlliance latine — et personnels, du vivant du poète, « Les Grilhs »(1888) et « Les Cants del Soleh » (1891), ou posthume, Aux bords du Lez (1891) pour Lydie.

Fig. 1. — Les poèmes de Fourès cités dans la correspondance.
Légende des tableaux : (t) : traduction ; F : français ; Espaso : « A nuno Espaso del segle tretcen » ; A D Dulciorelo : A Dono Dulciorelo, « extrait de naissance » ; Las Nisoulos : « Las dos nisoulos » ; Petite Cladel : « Sonet a la pichota Cladel » ; « Votre Sonnet » : « LAlbeto », publié par la RLR dans le premier numéro de 1877 ; Lo Grilh : « A Dono Dulciorelo per lo journ de la seuno festo » ; La Pamparugueto : « La pamparugueto roge » ; Petite rose : ce projet, ou un semblable, aboutira sous le titre « A una rosa incarnada », daté d’août 1877 et publié dans La Lauseta, 1878. Cependant, on peut aussi penser qu’elle l’a repris, après la mort de sa sœur, dans « A una rosa passida » (Aux bords du Lez, œuvres languedociennes)

Fig. 2. — Suite des poèmes de Fourès et de Lydie Wilson de Ricard cités dans les lettres

4 Des postures inégales

  • 14 Cf. Baggioni 1996 : De Coquebert de Montbret et Raynouard au duo Paris/Meyer, Aux sources de la lin (...)

14Du côté occitan, les deux correspondants ont des postures inégales. Fourès possède la langue qu’il parle tous les jours avec les clients de la quincaillerie et qu’il travaille en lisant les auteurs et en courant les chemins. Lydie au début rêve de l’apprendre, mais ne sait pas comment s’y prendre. Elle a des lectures à sa disposition, en particulier dans la Revue des langues romanes, où elle peut trouver les articles de Chabaneau et Roque-Ferrier sur la grammaire et la langue « Limouzine », du Midi, provençale, sur les patois... Avec surtout deux articles de Charles de Tourtoulon sur le dialecte de Montpellier14. Elle a des choix littéraires et idéologiques, celui de l’étude des troubadours en est un. Elle espère pouvoir les étudier à partir du livre de Raynouard. Mais elle n’a pas de professeur et ne peut pas pratiquer autant qu’elle le voudrait. Côté littérature, elle a des connaissances « parisiennes » que Fourès, consciemment ou non, doit lui envier.

  • 15 Gabriel Clavelier, RLR avril-mai 1905 ; Jules Ronjat, RLR numéro suivant, et Salvat 1927.

15La langue de Fourès a fait l’objet de plusieurs études au début du XXe siècle15.

  • 16 Autre titre du « Grand Aigat ».

16Enfin et plus récemment, lors du colloque d’Avignonet (1994), Christian Laus avec « Lo trobaire, lo publicista e la lenga » et Jacme Taupiac avec « La lenga dAugust Forés » ont repris langue avec Fourès. Il s’agit alors d’études sur l’ensemble des textes auxquels l’un et l’autre ont eu accès. Tous deux préfèrent le qualificatif de lauragaise à la langue telle que la définit Fourès, la langue « Moundino ». Christian Laus confirme que la conversion de Fourès à l’écriture d’oc peut être datée de la composition du poème « La crouès de linoundacion16 », publié en 1875.

17Il poursuit :

  • 17 Traduction : « Fourés connaissait très bien le parler du Lauragais mais il n’avait pas eu la curios (...)

Forés coneissiá fòrt plan lo parlar lauragués mas aviá pas aguda la curiositat d’un Mistral que dins lo cors de sos estudis aviá frequentat sos classics occitans. Ajustèm que los problèmas grafics èran pas resolguts. Mancavan de diccionaris, dapleches linguistics per far de loccitan una vertadièra lenga de cultura, capabla de parlar sus totes los subjectes, çò que deu far un jornalista. Amb lo temps Forés i seriá vengut mas podèm pensar que lo novel felibre èra pas convençut que se podiá far de politica, o de cultura, en lenga d’òc, dins un jornal per totes17.

18De son côté Jacme Taupiac affirme, avant d’apporter des éléments de démonstration, que :

  • 18 Traduction : « La base de la langue littéraire d’Auguste Fourès est le languedocien lauragais de Ca (...)

La basa de la lenga literària del poèta August Forés es lo lengadocian lauragués de Castèlnòudarri : una de las fòrmas localas del lengadocian meridional18.

  • 19 Renseignement fourni par Hervé Lieutard en mai 2009.

19Les deux langues, dont les territoires sont proches, diffèrent peu19. L’intérêt que nous avons porté à ces études sur la langue de Fourès trouve sa justification dans l’influence qu’il a eue sur la langue de Lydie Wilson de Ricard. Fourès a joué auprès d’elle le rôle de mentor pour l’apprentissage du languedocien.

  • 20 Cf. de Vaqueiras et son « Descort ».

20Nous nous poserons la question de l’évolution de la langue de Fourès, de la langue du « Ramelet Moundin » à une langue qui lui est propre, enrichie par les locuteurs lauraguais dont il a noté les mots et expressions — sa lettre du 16 juillet 1877 en est la preuve — et par l’étude des troubadours ; dans « A Dono Dulciorelo » par exemple, il se réfère à Vaqueiras20 pour louer le plurilinguisme de Louis-Xavier de Ricard.

21L’édition de 1879 du « Grand Aigat », se termine par l’annonce des recueils en préparation : « Les grilhs, Les cants del Solelh », dont on découvre les titres des poèmes dans les échanges entre Fourès et Lydie.

22Sous l’influence de Goudouli pour la langue écrite, Fourès est aussi pour le parler et les « countaralhas », contes populaires, sous celle de Vidal, le musicien d’Issel, avec qui il s’était lié d’amitié. Vidal, Bidal, sera un des auteurs de l’Almanach des républicains.

  • 21 Le Collège d’Occitanie possède dans le dossier CQ 217 4 les poèmes autographes suivants de FOURÈS : (...)
  • 22 « A unespaso del sègle tresieme » ; un sirventès que Lydie a hâte de lire (peut-être « As Amouriès (...)
  • 23 « A Dono Dulciorelo, Albeto, Las dos Nisoulos, Cigaleto, La Lauseto, Amandier, A Dono Dulciorelo pe (...)

23C’est d’abord Fourès, qui va se découvrir en adressant à sa correspondante des poèmes21 : ceux qui sont porteurs des idées du groupe de « La Lauseta22 », en particulier des poèmes d’amour-amitié destinés à Jeanne ou aux deux sœurs23. Il complétera avec des poèmes plus anciens ou dédiés au poète italien G. L. Patuzzi et à Mistral.

  • 24 Ainsi, avec entre parenthèses, les date de création et date de réception-lettre de Lydie : « l’extr (...)

24Un certain nombre de poèmes sitôt considérés comme terminés par Fourès, sont envoyés à Lydie24.

25Seuls les poèmes écrits pour Jeanne mettent un certain temps à quitter Castelnaudary ; « lAlbeto », daté du 21 novembre, est commenté une première fois le 18 janvier, « Cigaleto » de juin 1876-fin février 1877 ; cependant les deux derniers « Planh » et « Souvenanço dAbrilh », sont immédiatement expédiés.

  • 25 « Quelle soirée délicieuse pour un pauvre malade d’amour ! » (RBM).

26À ce moment là, Jeanne est doublement absente pour Fourès : elle n’est pas auprès de lui, elle n’est plus dans le Midi, mais à Paris. Cette double distance et la recherche du moyen de faire parvenir à Jeanne ses déclarations accélèrent la transmission. Bien que dédié à Jean Gaidan, « Bespre de Janbié » peut entrer dans la catégorie des poèmes à Jeanne absente : elle est restée à Paris tandis que Fourès est rentré à Castelnaudary, malgré ce « Oun vrèspe deliciou al paure malcourat25 ! » s’adresse bien à Jeanne.

27Nous avons remarqué, aux côtés des poèmes d’amour, des poèmes plus politiques. Lydie parle de « sirventès ». L’ensemble de ces poèmes attendra la fin de la vie de Fourès pour être publiés en recueils, 1888 pour ceux qui prendront place dans les « Grilhs », 1891 pour ceux des « Cants del solelh ».

28Or comme l’a justement relevé Jean-Marie Petit à propos de Fourès, la poésie pour les deux acteurs de « La Lauseta » n’est pas un passe-temps, elle est la vie :

  • 26 Petit, in Escola occitana de Quillan, 1994 : 26.

Avec lui nous sortons du « passe-temps » pour rentrer dans l’aventure poétique qui est l’aventure totale et qu’avec lui le languedocien passe sans intermédiaires au rang des langues poétiques26.

  • 27 Ibid., 32.

29Cette aventure totale poétiquement et politiquement partagée, en marge tant du Félibrige que des républicains, est en elle-même un obstacle à la diffusion de ses écrits. Ce qui est valable pour les journaux l’est pour la poésie. Louis-Xavier a de l’avance et des relations liées avec les éditeurs du temps du Parnasse, ce qui n’est pas le cas de Fourès. De plus, et les lettres le soulignent, il n’a pas un sou devant lui. Alors que « Les Grilhs » sont prêts dès 1877, la souscription lancée en 1878 ne rassemblera que 26 personnes27 !

5 Lydie critique littéraire

30Si au travers des sonnets et autres poèmes passent des messages, il s’agit pour les deux correspondants avant tout de poésie. Le message et la forme, le genre littéraire, ont autant d’importance pour eux. Les troubadours étant à l’origine de celle-ci avec leurs « cansons », la poésie est un des fondements de leur « nationalité » en train de s’édifier. Chaque pièce reçue est commentée par Lydie. Ce commentaire est placé sous les auspices de la liberté de parole, ce qui ne plaît pas toujours à Fourès, empêtré dans les représentations des relations homme/femme :

Savez-vous, parrain, que vous êtes si susceptible en matière littéraire [...]. Seulement dites-moi franchement, brutalement si vous voulez, une bonne fois pour toutes, si vous préférez que je vous dise toujours ma façon de penser ou si vous préférez que je vous la taise quand elle n’est pas conforme à la votre ? et pas de politesse, en cette occasion, je vous prie.
(Lettre du 18 juillet 1877, p. 231)

31Mais c’est, de sa part, l’encouragement qui prédomine :

Quelle exquise chose que votre « Bèspre de Janbié » [...] Vous êtes en plein épanouissement poétique, cher troubadour (pardon, troubaïre).
(Lettre du 29 février [1er mars] 1877, p. 182)

32Chaque mot cache un écho et le « troubaïre » souligné cache l’appel « As Troubaïres » paru dans « La Lauseta » 1877 (74-76), Fourès y écrivait :

  • 28 Traduction : « Ces troubaires, ces poètes que Platon a banni de la République, façonneront des homm (...)

Aquelis troubaires, aquelis pouëtos que Platoun foro-bandissió de la Republico, faiçounaran d’omes enjouvenits28...

33Pour Fourès, « troubaïre » est aussi le nom des poètes-ouvriers marseillais d’avant le Félibrige.

  • 29 Lettre du 18 février 1877, p. 179.

34Les œuvres de Fourès ne sont pas les seules à être critiquées et l’on sent poindre le parti pris politique derrière les écrits qui concernent Roumieux et Léontine Goirand. Cette dernière, bien que fille d’un républicain protestant, est très proche du félibre blanc et est traitée de « cagote » par Lydie29.

35Celle-ci n’hésite pas à écrire ce qu’elle pense de ses propres lectures, comme celle d’Aubanel :

J’ai lu la « Venus Arlatenco », c’est superbe, surtout la fin ; je dois vous avouer que je n’y ai rien vu de choquant et Louis trouve comme vous que c’est raide : d’où cela vient-il ? serai-je pervertie ?
(Lettre du 17 juin 1877, p. 223)

6 Lydie en apprentissage

36Dès sa première lettre du 22 juin 1876, elle exprime ses difficultés pour l’apprentissage de la langue :

Moi je ne fais rien, je continue à ne rien faire ; c’est désolant ! je ne sais pas étudier ; j’espère que Louis s’occupera un peu de moi à son retour ? il a acheté différents ouvrages excellents, dit-il, je ne sais s’il aura pensé au recueil des Troubadours de Raynouard.
(1re lettre du 22 juin 1876, p. 169)

37L’acquisition de la langue se fera par l’étude des troubadours, ce choix-là est idéologique, celui des républicains languedociens, pour tout dire occitans. C’est Louis- Xavier qui relancera dans « La Lauseta » de 1878 le terme de « parlers occitaniens ». En Provence, la langue et la graphie sont celles du « Maître » Mistral. Robert Lafont définit ainsi la démarche :

  • 30 Lafont 1974 : 200-201.

L’œuvre de Mistral est devenue la définition même de la provençalité, — et par là entendons : l’occitanité. Tout ce qui l’a précédée est ignoré ou dévalorisé (les félibres provençaux lisent très peu ou très mal les troubadours) ; tout ce qui dévierait d’elle est illégitime. L’argument est baigné de religiosité sectaire30.

  • 31 Ibid., 199.

38En s’attachant de près aux productions de Lydie, on pourrait trouver les ingrédients graphiques qui feront la réforme de Perbosc et Estiu selon les préceptes d’Honnorat31. Cet apprentissage via les troubadours produit des textes (en français !) qui dérangent, tel « L’aubade à Jeanne », dont Lydie fait elle-même la critique le 31 juillet :

Louis veut insérer mon aubade à Jeanne dans l’Almanach ; il prétend qu’en la terminant à la strophe « Et vous m’abelirez tant mieu », elle peut aller, moi je n’y tiens pas du tout ; [...] dites-moi ce que vous en pensez...
(Lettre du 31 juillet 1877, p. 237)

39On goûtera particulièrement ce quatrain :

Jà, l’Arbalétrier du ciel
Se dresse à la brumeuse arquière
de L’Aube, et va d’un trait cruel
Navrer l’Étoile matinière ;

40Nous en replaçons les acteurs ainsi : L’Arbalétrièr : Fourès et son « Espaso » ; l’Aube : L’Albeto-Jeanne ; l’Étoile matinière : Lydie, allusion au poème qui a marqué la déclaration d’amour de Louis et qui pourrait être « L’étoile du Matin » de Verlaine :

Avant que tu ne t’en ailles,
Pâle étoile du matin,
— Mille cailles
Chantent, chantent dans le thym. —
Tourne devers le poète,
Dont les yeux sont pleins d’amour,
— L’alouette
Monte au ciel avec le jour. —
Tourne ton regard que noie
L’aurore dans son azur ;
— Quelle joie
Parmi les champs de blé mûr ! —
Puis fais luire ma pensée
Là-bas, — bien loin, oh ! bien loin !
— La rosée
Gaîment brille sur le foin.
Dans le doux rêve où s’agite
Ma mie endormie encor...
— Vite, vite,
Car voici le soleil d’or.

41Mais Lydie poursuit l’étude des textes anciens, dans un enseignement « actif » dont le but est la publication, si elle juge la traduction correcte, comme c’est le cas pour Marcabru et Figueira, de même que pour Tudela. Nous verrons plus loin les influences sur ses textes occitans.

6.1 Une lettre de Fourès en occitan

42Les lettres sont écrites en français, c’est le cas de la majorité de celles de Mistral avec ses correspondants, c’est aussi le cas des réponses de Fourès à Lydie, ce qui la pousse à lui demander le 8 mai 1877 :

Si vous nous écriviez quelquefois en languedocien ? — Cela nous ferait grand bien à toutes deux ...
(Lettre du 8 mai 1877, p. 207)

43Il s’exécutera une seule fois le « 21 Floureal de lan 85 », c’est-à-dire le 10 mai 1877. Auparavant l’essentiel des lettres portait sur l’amour naissant entre Jeanne et Fourès, amour vivifié par la visite de Fourès au Mas de « la Lauseta » à l’occasion de la félibréjade de Montpellier. Dailleurs, il lui écrit :

  • 32 « Il me tarde de revenir au mas. Dites-moi si nous irons à Avignon ; je reçois à l’instant la lettr (...)

M’atrio de tournar al Mas. Digats-me s’aniren sigurament a Abignoun ; recebi aro la letro-circulario del Cancelhè ; atandi bostro respounso per fa tene ma counsentido à Mr A Matiu32.
(Lettre 21 de Floureal an 85, p. 272)

44Mais déjà, la réponse précédente contenait une liste de mots :

Vous trouverez sous ce plis des mots recueillis dans un dictionnaire que je viens d’acheter ; ils peuvent très bien figurer dans le sous-dialecte de Montpellier.
(Lettre du 4 mai 1877, p. 272)

45Lydie s’est mise sérieusement à étudier et à écrire en occitan, malgré les lacunes énoncées le 28 juin :

Ah que je suis malheureuse de ne pouvoir exprimer mes sensations et mes impressions ! Tout reste à l’état d’ébauche dans ma pauvre « caboche » ; [...] — Je n’aime plus le français et ce languedocien est horriblement difficile à apprendre toute seule sans grammaire comme je le fais ; je ne sais pas même mes conjugaisons !
(Lettre du 28 juin 1877, p. 224)

46Ce qui, pour nous, pose la question des premières œuvres publiées de Lydie : dans « La Lauseta » de 1877, « Migrana » n’était-elle pas un poème français traduit en languedocien par Fourès et « Las acourdalhas de Viviane e Merlin », qui ont paru dans LAlmanac du Lengado à la même période avec là des « v », une traduction d’Arnavielle ?

47Elle fait allusion dans la lettre que nous venons de citer à la « Figueira » qu’elle a commencée pour Mlle Goirand, mais ce sera fin juillet, les 25 et 31, qu’une très grande partie des lettres sera consacrée à cette œuvre :

Je lui dois un remerciement pour ses vers qui sont très gracieux, j’y travaille, mais je ne pousserai pas plus loin nos rapports d’amitié ; ce que je crains c’est qu’on ne m’accuse d’en être jalouse.
(Lettre du 28 juin 1877, p. 223)

  • 33 Un des pseudonymes de Léontine Goirand.

48La félibresse d’Arène33 lui avait dédié « Abrièu », mais le fait que celle-ci soit très amie avec le félibre blanc Roumieux ne plaisait guère à Lydie.

49Cette troisième œuvre, après « Migrana » et « Las acourdalhas » est la première qu’elle tente en dialecte de Montpellier :

J’ai tâché de l’écrire en Montpelliérain ; c’est loin de vous ! Mais loin aussi du provençal ce qui me console un peu. Mr de Tourtoulon qui a bien voulu me le corriger, m’encourage autant qu’il peut, mais il m’a fait des biffures qui m’ont bien ennuyée à remplacer : [...] si donc vous rectifier [sic] par-ci par-là, veuillez boucher le trou, s’il vous plait, parrain, ces amputations me font trop gémir quand je les doit [sic] exécuter moi-même.
(Lettre du 25 juillet 1877, p. 233)

7 Échanges sous « La Figueira »

  • 34 RLR n° 32.

50« La Figueira » paraît dans l’avant-dernier numéro34 de 1877 de la Revue des langues romanes. Dans ce même numéro : « A LAuro » de Théodore Aubanel, « A una rosa mustiga » de l’Abbé H. Verdaguer, « Un parelh de Vendemios » d’Auguste Fourès, « Li tres flous » de Bonaparte-Wyse. « La Figueira » sera publiée en plaquette, puis dans « La Lauseta » de 1878, et dans Aux bords du Lez.

  • 35 Cf. p. 193.

51Les lettres des 25 et 31 juillet 1877 nous éclairent sur les échanges de travail entre Lydie et Fourès, mais également sur l’influence de Charles de Tourtoulon sur les écrits balbutiants de la poétesse. Charles de Tourtoulon lui a dédié un sonnet, « La Lauzeta », en occitan, copié dans la lettre du 1er avril 187735.

  • 36 Nous n’avons pu comparer avec le texte de la plaquette, que nous n’avions pas à notre portée lors d (...)

52Nous avons d’abord recherché les différences qu’il pouvait y avoir entre les trois publications en notre possession : Revue des langues romanes, « La Lauseta » de 1878 et Aux bords du Lez36.

53Nous ferons état ensuite des remarques de Lydie dans les deux lettres au coeur du sujet.

  • 37 Pour cette analyse, nous nous sommes servie de la « Note sur le sous-dialecte de Montpellier » (RLR(...)

54Nous essayerons de repérer quelles étaient les influences des troubadours, de Charles de Tourtoulon et d’Auguste Fourès sur le choix du vocabulaire. Il y a un paramètre que nous n’avons pas pu mettre en jeu, c’est le parler populaire qu’elle entendait dans son environnement, même si quelques échos résonnent ici ou là dans la correspondance comme le « Bapla » (8 mai 1877) du petit neveu de Fourès37.

55Dans sa forme, « La Figueira » est une « Canson » dans la logique des troubadours. C’est un travail sur la langue, travail de sonorités, de rimes. Le poème est formé de sept strophes et d’un envoi, les vers sont soit des octosyllabes soit des décasyllabes. Le même schéma de rimes revient à chaque strophe (unisonnantes : a bb aa bb aa b), avec une alternance de rimes masculines en a et féminines en b. Dans l’envoi on retrouve rimes masculines a et féminines b sous la forme : a bbaabba. La première strophe suit la règle de la « canson », c’est l’ouverture printanière : fleurs, gazouillis et réveil de la nature. À noter que les couleurs sont en positif et négatif : « or », « vermelh » (vermeil) et « barbasta » (gelée blanche), le « verd » (vert) n’y est présent que par évocation de « lort » (jardin). Si le thème traité peut sembler différent de ceux des troubadours, la chanson du figuier peut cependant, par la sensualité qui suit le développement et la maturité de la figue, au-delà même du vocabulaire qui joue sur deux registres, « figa » (figue), « dardalh » (aiguillon), être considérée comme une chanson d’amour. L’envoi avec sa part de mystère fait écho aux « senhals » des troubadours, brouillant les pistes entre la « Bela Figueira » et le « Foussoulou ». Sa forme, comme celle des « planhs » pour Fourès, est issue de l’étude des troubadours.

  • 38 Cf. la Note de Tourtoulon, RLR 1870.

56Il existe très peu de différences entre les trois parutions que nous avons consultées, elles portent sur cinq mots (« bresilhada, frèulas, emprès, aurin, reina et flours »), l’accentuation de trois de ceux-ci, des majuscules et la chute de la consonne finale d’« aurin » : on peut voir là une marque d’oralité. En effet : « Le n final d’un mot ne se fait pas sentir à Montpellier38. »

7.1 Étude de « La Figueira » version RLR et en amont

57Avant d’examiner les commentaires des lettres, nous donnons ici la traduction du poème dans sa version des Bords du Lez.

58Le dictionnaire de Boissier de Sauvages (1756) est un dictionnaire « Languedocien - françois ». Pour celui-ci, langue d’oc et langue d’oil allaient de pair, le languedocien étant la langue parlée, celle de l’instruction publique des registres, que l’on a cessé d’écrire « il y a deux siècles ». Ce dictionnaire constitue donc une espèce de conservatoire de la langue. Le Trésor du Félibrige de Mistral sera publié à partir de l’époque qui nous intéresse, de 1878 à 1886. Il présente notamment : « 2e Les variétés dialectales et archaïques à côté de chaque mot, avec les similaires des diverses langues romanes ; 3e Les radicaux, les formes bas-latines et les étymologies », dont sous la dénomination « l » les languedociennes, « for » : forme forésienne, « g » : gasconne.

7.2 Analyse du vocabulaire

59Un coup d’oeil sur le tableau page 113 nous donne déjà pour l’ensemble choisi, vingt-trois mots sur trente-six qui sont — eux-même ou leur radical — présents dans le dictionnaire de Sauvages :

  • « Tor » et « foussoulou » ne sont présents que dans celui-ci. Ce qui est un signe des recherches effectuées par Lydie ;

  • le TdF donne pour sa part vingt et une formes dialectales du Languedoc : « Barbasta », « issam », « nioch », « abel », « trucal » n’appartiennent qu’au languedocien ; « nioch » qu’au dialecte de Montpellier ;

  • « Figueira », comme l’écrit Lydie Wilson de Ricard, n’est dans aucun des dictionnaires. Sauvages répertorie « Fighieiro », et le TdF très logiquement « Figuieiro ». Cependant la poétesse qui par ailleurs traduit le troubadour Figueira doit connaître ou avoir entendu les autres mots de la famille qui eux s’écrivent : « Figueira, figueirado, figueirasso, figueiredo, figueirolo », d’où sa « Figueira », dans une autre logique ;

  • le choix fait sous l’égide de Tourtoulon de « chimels » (vers 11), plus « montpelliérain » — Fourès lui proposant « cimels » —, peut nous paraître curieux, à la lecture de la citation dans le TdF, citation d’Achille Mir qui devrait partager la même langue que Fourès ;

  • deux autres mots prêtent également à interrogation dans le TdF, les exemples cités étant uniquement de Fourès et Lydie Wilson de Ricard : « dourneto » (vers 13) et « fresinant » (vers 16). Il peut s’agir d’invention poétique ;

  • dans le même ordre d’idée, nous avons « trenun » (vers 24), terminaison en « un » et non « um ». Le TdF cite ce vers en exemple comme l’ensemble de ce qui est tressé ou natté, un ensemble de feuilles « Fiolhun », devrait se terminer en « um », or si on se réfère à la note de Tourtoulon : « Comme en provençal, le m à la fin d’un mot a le son de n. Le n final de certains mots ne se fait pas sentir à Montpellier. Le r final disparaît aussi le plus souvent, même dans l’orthographe : ounou, pudou au lieu de ounour, pudour » ;

  • c’est cette même logique d’oralité qui fera passer « aurin » (vers 52) à « auri » dans la version de « La Lauseta » ;

  • un certain nombre de mots, « jouina » (vers 3) pour jove ou jobe, « priound » (vers 50) pour « prigound », « laugè » (vers 55) pour « lèugie » et « poumpousa » (vers 26) sont sous l’influence soit du français soit de l’oralité. « Fiolhetas » (vers 17), diminutif de « fiolha », est aussi dans ce cas, mais est donné comme correct par Tourtoulon.

Fig. 3. — Le poème « La Figueira » dédié à Léontine Goirand dans sa version définitive

Fig. 4. — Traduction du poème version Aux bords du Lez

Fig. 5. — Analyse du vocabulaire de « La Figueira » I

Fig. 6. — Analyse du vocabulaire de « La Figueira » (fin)

60L’influence de Fourès se fait sentir au niveau des créations de mots, de diminutifs à partir de radicaux, « dourneto, foussoulou » (vers 13 et 80). À Noter que Lydie Wilson de Ricard donne aux mots fournis par Fourès la terminaison en « a » du dialecte de Montpellier. On retrouve l’influence de Fourès dans des formes gasconnes, alors que la forme languedocienne existe : « capignousas de capigna » (vers 20), « carpigna » étant languedocien.

  • 39 Contrairement à ce qu’affirme Jourdanne, in introduction Fourès, 1896, XXII, Fourès, en tout cas à (...)

61Cependant, alors que son premier texte, « Migrana », était sous l’influence sans partage de Fourès39, on trouve en effet dans « Migrana » une prédominance des b sur les v ; elle écrit « jobenta, besprado, bejaire »... — pour « La Figueira » —, elle suit les règles préconisées par Tourtoulon et les b n’apparaissent pas à la place des v, nous avons par exemple : « enverthoulhoun » (vers 55) pour « enbertoulha ». (l). Toujours à propos du premier texte, « Migrana », nous nous interrogeons à partir de la remarque de Lydie : « Je ne sais pas mes conjugaisons. » En effet elle y écrit : « mabauzissi siaudament » (strophe 10), traduit par « je m’étends tranquillement ». Ce vers, et lui seul, est cité dans le Trésor du Félibrige comme une tournure languedocienne. Or dans le Dictionnaire de Sauvages on trouve « (s) abaouza » ou « samoura » : se coucher sur le ventre et « abaouzous » : face contre terre. Il s’agit d’un verbe du premier groupe, qui ne peut donner « abauzissi », mais « abauzi ». Or il existe un verbe « abausi » qui veut dire foisonner, qui se conjugue, d’après le TdF : « abausisse, abausisses, abausis », etc. Enfin, il semble qu’elle ait, dans un premier temps, compris la règle de vocalisation du l, à la fin d’un mot en el, à l’envers, si on se réfère aux écrits de Tourtoulon, ce qui aurait dû lui laisser « cel » et « mel », et non « cèu » et « mèu » qui sont du provençal, ou du languedocien littoral.

62En ce qui concerne les articles, elle utilisait « loui » au masculin pluriel, elle écoute là aussi Tourtoulon et choisit « la ; las ; lou... ».

63Pour en terminer avec le vocabulaire, « mouisse », trouvé dans le dictionnaire de Louis-Xavier de Ricard, aurait pu être utilisé. « Mouisse, mouis » (l) est donné par le TdF pour « humide de rosée », mais il est absent dans ce sens du Sauvages. Quand à « couquilhado », « cuculhado » (l), alouette huppée, le TdF nous signale un conte populaire de ce nom inséré dans « LArmana prouvençau » de 1875, où Lydie a pu le trouver. Il n’est pas, non plus, dans l’ouvrage de Sauvages. Cet oiseau se nourrit de grains, de feuilles de trèfles pour une part, de petits animaux, vers de terre, araignées d’autre part, mais pas de figues...

Fig. 7. — Lettre de Fourès à Lydie en occitan (reproduction RBM)

7.3 Autres œuvres en occitan dans le texte

64D’autres œuvres en occitan sont présentes dans les lettres, il s’agit la plupart du temps soit des titres de poèmes lus dans la RLR ou de poèmes envoyés pour « La Lauseta » ou LAlliance latine.

65Le 1er mars il est question de l’« Abbé de Citeaux » « (Marsilho le 16 de Febrièr de 1877) » de Bourrelly qui trouvera place dans « La Lauseta » 1878.

  • 40 Pour Lydie Wilson de Ricard et non pour Louis-Xavier comme indiqué par Fourié 2009.

66Le 1er avril, elle recopie pour le poète audois le sonnet de Charles de Tourtoulon écrit pour elle40 le 26 mars. C’est une nouvelle « Lauseta » qui s’achève sur ces vers :

  • 41 « Pourtant, il y en a qui ont battu des mains quand ils t’ont entendu/ et nous, nous le voyons, ois (...)

Pamens n’i’a qu’an picat de mans quant t’an ausit ;
E nautres hou vesen, aucèl de benurança,
Lou mas ount’as nisat es un lioc benesit41.

  • 42 Anthologie Alliance latine : 52 et 53.

67Ce sonnet sera édité dans l’anthologie poétique de LAlliance latine42.

68Signalons à ce propos le travail de copiste que devaient effectuer les poètes avant l’impression, s’ils voulaient demander des avis sur leurs œuvres, ou faire connaître celles qu’on leur dédicaçait. Pour sa part, Lydie envoyait en plus des poèmes avec traduction à ses parents, c’est le cas pour le poème reçu de Fourès pour sa fête :

J’ai envoyé la copie de votre « Grillon » à Papa ne tremblez pas je n’ai pas mis la 4e strophe, c’en eût fait un branle-bas !
(Lettre du 10 avril 1877, p. 197)

69La quatrième strophe en question est la suivante, elle nous renvoie au chapitre de l’amour et du mariage :

  • 43 « Sans relâche, du fond du coeur/ Aime mon frère, aime ta soeur, Ô Félibresse Dulciorelle/ Garde un (...)

Sens relais, del fonze del cor
Aimo moun fraire, aimo ta sor
O Felibresso Dulciorelo
E gardo un boussi d’amistat
Al troubaire qu’es conquistat
per ta mannado Jounarelo43.

70Fourès aussi doit se mettre à la copie, à l’occasion du départ de Jeanne :

Je crois que vous pouvez préparer votre adieu pour le départ de Jeanne ? elle l’attend ainsi que la copie de votre brinde au bord du Lez et celle des « Timonniès ».
(Lettre du 4 juin 1877, p. 210)

8 La langue quasi absente dans les extraits publiés par le Montpellier Républicain

71Ici et là dans les lettres et les extraits du Montpellier Républicain, nous trouvons un mot occitan, comme « enramelat » en juillet 1877, « Magistral bouffa » dans une autre lettre de juillet, « francimandes »...

  • 44 Fauternes : òc Fóuterno : sf, aristoloche clématite (Mistral TdF) ; donné comme Fáouterna, « nom pa (...)

72Les autres lettres, par la nature de leurs correspondants, ne contiennent que très peu d’occitan. Nous relèverons dans la lettre du 17 juin 1876 à Louis-Xavier de Ricard « fauternes » et « sega-sega », ce qui démontre une recherche sur le vocabulaire de la nature dès cette époque44. La Flore de Montpellier de H. Loret et A. Barandon vient juste de paraître, et contient les appellations françaises, scientifiques et « patoises ». Lydie peut se l’être procurée. « Sega-sega » est l’onomatopée du chant de la cigale.

73Dans la lettre à sa mère, elle lui parle de la « Félibrejade de Nîmes ». Ce sont là les seuls mots et expressions parus avec ces lettres du Montpellier Républicain de 1896. Ce qui est logique puisque ses correspondants ne comprennent pas l’occitan. Louis- Xavier est le seul à le comprendre, mais, à part la lettre de juin 1876, les circonstances de l’écriture des autres, le décès de Jeanne, ne portent pas Lydie à employer cette langue.

9 Lydie d’un dialecte languedocien à l’autre

74L’occitan, apparu dans les lettres à propos d’œuvres de Fourès que Lydie critique, est aussi présent par les titres d’autres œuvres de félibres qui prendront place dans les almanachs. À côté du travail de Lydie pour ceux-ci et pour les réunions de félibres, les lettres à Fourès nous éclairent surtout sur l’apprentissage du languedocien et de ses dialectes par la poétesse. Cet apprentissage, choix poétique et politique pensé avec Louis-Xavier de Ricard, a deux maîtres, l’un à Castelnaudary, l’autre à Montpellier.

  • 45 « Ton sein délicat et odorant. »

75Sous le double conseil de Fourès et de Tourtoulon, Lydie Wilson de Ricard est capable d’apprendre et de passer d’un dialecte languedocien à un autre, mais avec un « à peu de choses près » dû aux connaissances de l’époque, ce que souligne la note de Tourtoulon. Cependant la poétesse s’enrichit des deux dialectes, des deux vocabulaires fournis par ses partenaires, puisqu’on retrouvera par exemple « senet » proposé par Fourès dans le 2e vers de la 2e strophe de « A una rosa incarnada » : « Toun senet besiat e flairous45. » Écrit en août 1877, ce poème poursuit le travail en dialecte de Montpellier, tout en étant moins influencé par l’oralité...

  • 46 Expression selon nous, plus juste que « langue maternelle » qui se réfère à la « nature » et non à (...)

76À l’opposé nous trouverons seulement quelques mots ou expressions dans les lettres publiées dans le Montpellier Républicain de 1896, les correspondants, non occitanophones, ou les circonstances douloureuses ne s’y prêtant pas, la langue occitane n’étant pas la langue première de Lydie Wilson de Ricard46.

Notes

1 Cf. en annexe, la liste de ses œuvres.

2 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : 32 à 34.

3 Masse de nuages à Montpellier d’après Alibert 2002.

4 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : VIII.

5 Mioch 2006 : 13-17.

6 Ricard, ibid., intro. III.

7 Expression reprise de Robert Lafont, 1974 : 89, qui l’utilise à propos de la « transformation par l’électoralisme de la protestation populaire en un esprit de clientèle ».

8 Planté 1989 : 33.

9 Cf. p. 19.

10 Mioch 2006 : 37-43.

11 Cf. Marie Girard-Gasquet, Une enfance provençale, Flammarion, Paris 1922.

12 Comme en 1869 : 27 : A. Daudet à F. Mistral, début 1869 : Moun CapouIié, vène de recaupre larmana. voudriéu que fuguèsses eici pèr te faire un poutoun, mai un poutoun gros coume la tourremagno. Quacò s bèu ! bèu ! bèu !... Nen ploure encaro... Ia rèn dins Mirèio, dins Calendau que siegue grand coum acò ! (In Ciel dOc, août 2007, correspondance Daudet-Mistral). Traduction : « Mon capoulier, je viens de recevoir l’Almanach. J’aurais voulu que tu sois ici pour te faire un baiser, mais un baiser, gros comme la Tour Magne. Que c’est beau ! beau ! beau ! J’en pleure encore... Il n’y a rien dans Mireille, dans Calendau qui soit grand comme ça ! » (RBM).

13 Van Dijk in Diaz-Jurgën 2005.

14 Cf. Baggioni 1996 : De Coquebert de Montbret et Raynouard au duo Paris/Meyer, Aux sources de la linguistique et de la dialectologie françaises.

15 Gabriel Clavelier, RLR avril-mai 1905 ; Jules Ronjat, RLR numéro suivant, et Salvat 1927.

16 Autre titre du « Grand Aigat ».

17 Traduction : « Fourés connaissait très bien le parler du Lauragais mais il n’avait pas eu la curiosité d’un Mistral qui au cours de ses études avait fréquenté les classiques occitans. Nous ajouterons que les problèmes graphiques n’étaient pas résolus. Il manquait des dictionnaires, des appuis linguistiques pour faire de l’occitan une véritable langue de culture, capable de parler de tous les sujets, comme doit le faire un journaliste. Avec le temps Fourès aurait pris ce chemin, mais nous pouvons penser que le nouveau félibre n’était pas convaincu qu’on pouvait faire de la politique, ou de la culture, en langue d’oc dans un journal tout public » (RBM).

18 Traduction : « La base de la langue littéraire d’Auguste Fourès est le languedocien lauragais de Castelnaudary : une des formes locales du languedocien méridional. »

19 Renseignement fourni par Hervé Lieutard en mai 2009.

20 Cf. de Vaqueiras et son « Descort ».

21 Le Collège d’Occitanie possède dans le dossier CQ 217 4 les poèmes autographes suivants de FOURÈS : « A la margarido » (16 mai 1876) ; « La cigaleto » (juin 1876) ; « Le bel arbre, à Mon confraire italian Patuzzi » (19 février 1876) ; « A Dono Dulciorelo » (23 décembre 1876) ; « As picaires de molos » (août 1877) ; « As amics de la Lauseto » (10 septembre 1877) ; « Souvenenço dAbrilh per ma migueto » (27 juillet 1877) ; « A Soulelh Coulc » (21 juillet 1876) ; « Al campanal de Sant Miquèl » (septembre 1876) ; « A Napol le pirenean » (27 décembre 1876)...

22 « A unespaso del sègle tresieme » ; un sirventès que Lydie a hâte de lire (peut-être « As Amouriès, per les tisseires de sedo lioneses ? ») ; « Chant del lati » ; « Al campanal de Sant Miquel » ; « Las armas de Castelnóu dari ».

23 « A Dono Dulciorelo, Albeto, Las dos Nisoulos, Cigaleto, La Lauseto, Amandier, A Dono Dulciorelo per lo jorn de la seuno festo, Planh. »

24 Ainsi, avec entre parenthèses, les date de création et date de réception-lettre de Lydie : « l’extrait de naissance » (23/12/1876-18/01/1877) ; « Las dos nisoulos » (janv 1877-7 février) ; « Sonnet à la petite Cladel » (janv. 1877-18/02) ; « Brespe de Janbié » (20 janv. 1877- 29/02) ; « Las armas de Castelnóu » (3/02/1877-29/02) ; « A Dono Dulciorelo per lou journ de la seuno festo » (7/04/1877-10/04/1877) ; « Timouniers » (22/05/1877-4/06/1877).

25 « Quelle soirée délicieuse pour un pauvre malade d’amour ! » (RBM).

26 Petit, in Escola occitana de Quillan, 1994 : 26.

27 Ibid., 32.

28 Traduction : « Ces troubaires, ces poètes que Platon a banni de la République, façonneront des hommes nouveaux... » (RBM).

29 Lettre du 18 février 1877, p. 179.

30 Lafont 1974 : 200-201.

31 Ibid., 199.

32 « Il me tarde de revenir au mas. Dites-moi si nous irons à Avignon ; je reçois à l’instant la lettre circulaire du Chancelier, j’attends votre réponse avant de donner mon consentement à A. Mathieu » (RBM).

33 Un des pseudonymes de Léontine Goirand.

34 RLR n° 32.

35 Cf. p. 193.

36 Nous n’avons pu comparer avec le texte de la plaquette, que nous n’avions pas à notre portée lors de ce travail.

37 Pour cette analyse, nous nous sommes servie de la « Note sur le sous-dialecte de Montpellier » (RLR, 1870, t. 1, série 1) de Charles de Tourtoulon, du Dictionnaire de Boissier de Sauvages, du Trésor du Félibrige de Mistral. Également du Petit dictionnaire d’Émil Levy et du « Lexique » des mots relevés par Salvat pour son édition de 1974.

38 Cf. la Note de Tourtoulon, RLR 1870.

39 Contrairement à ce qu’affirme Jourdanne, in introduction Fourès, 1896, XXII, Fourès, en tout cas à l’époque que nous étudions, prit parti dans la bataille du b et du v pour le b. En témoignent les lettres de Lydie de fin 1876, et surtout celle de Fourès à Louis-Xavier du 23 janvier 1877.

40 Pour Lydie Wilson de Ricard et non pour Louis-Xavier comme indiqué par Fourié 2009.

41 « Pourtant, il y en a qui ont battu des mains quand ils t’ont entendu/ et nous, nous le voyons, oiseau de bonheur, — le “mas” où tu as niché est un lieu bénit. »

42 Anthologie Alliance latine : 52 et 53.

43 « Sans relâche, du fond du coeur/ Aime mon frère, aime ta soeur, Ô Félibresse Dulciorelle/ Garde un peu d’amitié,/ Au trouvaire qui est conquis / Par ta charmante Jeannette. »

44 Fauternes : òc Fóuterno : sf, aristoloche clématite (Mistral TdF) ; donné comme Fáouterna, « nom patois » de l’aristolochia, in tome 2 de H. Loret et A. Barandon, Flore de Montpellier, 1876.

45 « Ton sein délicat et odorant. »

46 Expression selon nous, plus juste que « langue maternelle » qui se réfère à la « nature » et non à la culture, or la langue transmise à un enfant par sa mère et (ou) son père peut être celle de la mère, du père, ou celle du lieu où ils vivent, ce qui semble le cas ici.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Les poèmes de Fourès cités dans la correspondance.Légende des tableaux : (t) : traduction ; F : français ; Espaso : « A nuno Espaso del segle tretcen » ; A D Dulciorelo : A Dono Dulciorelo, « extrait de naissance » ; Las Nisoulos : « Las dos nisoulos » ; Petite Cladel : « Sonet a la pichota Cladel » ; « Votre Sonnet » : « LAlbeto », publié par la RLR dans le premier numéro de 1877 ; Lo Grilh : « A Dono Dulciorelo per lo journ de la seuno festo » ; La Pamparugueto : « La pamparugueto roge » ; Petite rose : ce projet, ou un semblable, aboutira sous le titre « A una rosa incarnada », daté d’août 1877 et publié dans La Lauseta, 1878. Cependant, on peut aussi penser qu’elle l’a repris, après la mort de sa sœur, dans « A una rosa passida » (Aux bords du Lez, œuvres languedociennes)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Légende Fig. 2. — Suite des poèmes de Fourès et de Lydie Wilson de Ricard cités dans les lettres
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Légende Fig. 3. — Le poème « La Figueira » dédié à Léontine Goirand dans sa version définitive
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-3.png
Fichier image/png, 117k
Légende Fig. 4. — Traduction du poème version Aux bords du Lez
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Légende Fig. 5. — Analyse du vocabulaire de « La Figueira » I
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-5.png
Fichier image/png, 68k
Légende Fig. 6. — Analyse du vocabulaire de « La Figueira » (fin)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-6.png
Fichier image/png, 77k
Légende Fig. 7. — Lettre de Fourès à Lydie en occitan (reproduction RBM)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1287/img-7.png
Fichier image/png, 1012k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search