Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

L’écriture dans la vie de Lydie Wilson de Ricard

Texte intégral

  • 1 Bonnat in Bossis 1983: 232.

1Nous publions ici la correspondance de Lydie Wilson de Ricard que nous avons retrouvée. Nous avons choisi de considérer ces lettres selon la définition qu’en donne Mireille Bossis, c’est-à-dire comme une « zone frontière entre l’individuel et le socio-historique et non plus comme document intime véridique1 ». Cependant, leur recherche découle de la découverte des œuvres littéraires de Lydie Wilson de Ricard. Leur édition ne peut occulter ces dernières. Nous allons approcher Lydie Wilson, la correspondante, mais également Lydie Wilson de Ricard, l’écrivaine, dans son temps. Nous nous interrogerons sur ce qui aurait dû lui permettre de rester dans le paysage littéraire et ce qui l’en a empêchée, en plaçant notre recherche au croisement du féminisme et de l’occitanisme.

1 Une correspondante actrice de sa vie

  • 2 Dauphin et al. in Bossis 1990 : 169.

2L’enquête postale de 1847 révèle que : « L’épistolier ordinaire [...] ne reçoit guère plus d’une lettre par an et ne parvient pas tout à fait à en écrire une dans l’année2. »

3Trente ans après, en l’absence de scolarisation massive, les choses n’ont pas énormément varié. Lydie n’apparaît donc pas comme une épistolière ordinaire mais entre dans le cadre défini par :

  • 3 Ibid., 172.

La tenue d’une correspondance [qui] peut donc être considérée, à cette époque, comme l’un des critères d’appartenance à une élite cultivée, au même titre que l’abonnement à des journaux, la possession d’une bibliothèque, la fréquentation des spectacles et des cercles, la participation à la vie mondaine et parfois aux travaux des sociétés savantes3.

4Il nous a semblé intéressant d’interroger le point de départ et la date de fin de la correspondance entre Lydie Wilson de Ricard et Auguste Fourès, de rechercher les lieux d’écriture de Lydie-Na Dulciorela et enfin d’étudier la réception des lettres. Les autres corpus constitués de lettres isolées — et souvent même d’extraits de celles-ci — dont nous ne possédons pas les réponses des correspondant(e)s ne se prêtent pas à cette étude.

5Louis Guiraud (1991) a publié des extraits de la lettre du 29 mai 1876 sous le titre « À la Reconquête des Belles Libertés », faisant allusion au retour de la République et au « En Dabant » d’Auguste Fourès écrit en juin 1876 et publié dans « La Lauseta » de 1877. Louis Guiraud indique que c’est « à la demande de son mari » que Lydie écrit. Celui-ci ayant dû repartir pour Paris après la Santo Estello d’Avignon — moment de leur rencontre physique après l’épistolaire entre Louis-Xavier et Fourès —, il l’a chargée de répondre à Fourès tout en faisant suivre son courrier auquel il répond lui-même de la capitale. D’où l’étonnement de la seconde lettre en date du 22 juin — « Louis ne vous a donc pas donné son adresse à Paris ». Il semble donc que la première des deux « réponses » à cette même date soit de la seule initiative de Lydie.

  • 4 D’où la signature des lettres à partir de ce billet et des poèmes dans « La Lauseta ». D’après Rica (...)
  • 5 Deux poésies de Fourès datent ce séjour : « LAlbeto a ma Douncelo Jano W 21 de Novembre de 1876 » (...)

6Il existe une coupure dans la correspondance entre le mois de juin et le début décembre où elle s’adresse à lui sous la forme « Mon parrain ». S’agit-il d’une véritable coupure, avec reprise de la correspondance début décembre, ou de la perte, de la destruction, ou de la non-conservation des lettres ? Il est étonnant, en effet, qu’elle utilise « Mon parrain » pour un billet qu’elle dit « griffonné », alors qu’Auguste Fourès l’a baptisée4 « Na Dulciorella », à l’occasion de la pendaison de crémaillère du Mas de la « Lauseta », lors de son séjour du 23 au 27 novembre 18765. De plus, le ton du billet et sa désinvolture semblent décrire une certaine proximité qu’ils n’auraient pu acquérir, semble-t-il, que par des échanges déjà réguliers.

7Autre hypothèse, Lydie, malgré sa jeunesse ou à cause de celle-ci, fait montre d’une grande hardiesse et de sûreté de soi.

8Pour obscurcir la question, la lettre de Fourès adressée à Lydie de début décembre 1876, parue dans le Montpellier le 27 septembre 1896, débute par « Chère Madame ». C’est pourtant bien elle qui lui écrit, sur un ton également de très grande proximité et de franchise le 18 décembre 1876 que sa lettre de renoncement au voyage à Paris est « non avenue ». Nous formulons donc l’hypothèse que d’autres lettres de Lydie à Fourès ont dû exister après celles de mai et juin 1876.

  • 6 Lydie, sa soeur Jeanne, Fourès et Louis-Xavier de Ricard.

9Après le séjour à Paris — fin décembre 1876-février 1877 —, écourté par Fourès mais qui a rassemblé les quatre protagonistes6, le courrier (conservé) malgré ses lacunes est plus régulier et plus suivi.

10La correspondance avec Fourès s’est interrompue quinze jours environ avant le décès de Jeanne survenu début novembre 1877 à Montpellier. Elle ne reprendra, semble-t-il, pas.

  • 7 In colloqui August Forès 1994.

11J.-M. Petit7 constate, comme nous, cette fin brutale de la correspondance, se référant pour cela à une lettre du 22 janvier 1878 adressée à Louis-Xavier de Ricard dans laquelle le poète écrit : « Je désire vivement que Mme de Ricard soit vite rétablie », la mort de Jeanne aurait donc effacé la filleule. Cependant Paul Tirand, un des participants au même colloque, dans un livre sur Castelnaudary de 1991, cite une phrase de condoléances adressée à Lydie :

  • 8 Tirand 1991 : 37.

C’est une grâce et un charme qui viennent de faire défaut tout à coup à la Renaissance de nos pays8.

  • 9 « La Lauseta » 1878 : p. 46.

12Nous nous sommes posée la question de l’existence d’une dernière lettre de Fourès à Lydie. Cependant, nous avons observé que cette phrase faisait partie de l’hommage de « La Lauseta » à Jeanne, ce qui pourrait signifier que c’est Fourès qui a signé celui-ci9.

  • 10 « La Lauseto a Dono Dulciorelo » (datée du 28 septembre 1876, dans Les Grilhs, pouesios del Lauragu (...)

13Lydie Wilson de Ricard a reçu son nom, « Na Dulciorela », qu’on peut traduire par « Madame toute douceur », et sa « lettre de baptême » de Fourès10, comme un cadeau.

  • 11 Virginia Woolf, A Room of Ones Own, London, 1929. Une chambre à soi, Paris, 1951, première traduct (...)

14Elle le défend bec et ongles contre ses parents et Baudouin (Lettre de Paris, 18 janvier 1877). Elle signe l’essentiel de ses lettres à son « parrain » ainsi. Les postures d’écriture — les lieux, le matériel qu’une femme utilise au XIXe siècle — sont généralement différentes de celles qu’utilise un homme. Dans le cas contraire, Virginia Woolf n’aurait pas eu à écrire en 1929 Une chambre à soi11. Mais revenons au XIXe siècle et aux représentations des femmes qui écrivent :

  • 12 Très en vogue alors, Lydie y fait allusion dans sa lettre du 18 décembre à propos des lettres du No (...)
  • 13 Dauphin et Poublan, in Diaz et Jürgen 2005 : 70.

Dans le petit monde des manuels épistolaires12, la confusion des genres n’est pas de mise. Sur trente-deux scènes d’écriture, cinq femmes seulement sont en position d’écrire. L’épistolière ne dispose pas de lieu réservé fonctionnel. On la trouve dans un salon ou un boudoir, assise avec nonchalance près d’une table légère, dubitative on la trouve au lit dictant la réponse à une lettre d’amour, à une amie, à une confidente13.

15Lydie est-elle à l’image de ces stéréotypes ?

  • 14 1re des deux lettres du 22 juin 1876.

16Dès la deuxième lettre14, elle donne une description du lieu d’écriture de Louis : un bureau vaste et encombré puisqu’elle a pu y chercher un document pendant trois jours. Un bureau, c’est-à-dire un meuble à lui ; elle se demande comment il va réagir au fait qu’elle l’ait entièrement débarrassé et « pétrolé ».

17Le 18 février 1877, au Mas de la « Lauseta », elle écrit dans son « petit salon, en bas ». Lors du départ de Jeanne, à la mi-juin 1877, elle est :

  • 15 Celle de Jeanne.

[...] dans sa chambre15, assise à la place qu’elle occupait avant-hier à cette heure-ci pour vous écrire.
(Lettre s. d. [entre le 10 et le 13 juin 1877] p. 212)

18Ces deux cas pourraient correspondre à la vision des manuels épistolaires ; ils peuvent s’expliquer :

  • le 18 février elle vient de rentrer de Paris d’où, malade, elle a dû interrompre une première lettre qu’elle destinait à Fourès. Elle n’est pas encore en bonne santé et paraît mieux installée dans son « petit salon, en bas » ;

  • en juin, Jeanne vient de partir, elle mesure pour son correspondant et pour elle-même son absence dans la chambre même que celle-ci occupait.

19Il nous faut donc attendre le 16 août pour découvrir un lieu d’écriture, apparemment habituel pour elle. Ses écrits ne se limitent pas aux lettres à Fourès, elle écrit, en effet, pour l’œuvre commune des félibres républicains. Elle pince aussi sa plume pour copier des poèmes qu’elle adresse ici et là et pour créer ses propres œuvres. La visite de sa belle-mère Mme Charpentier, tout en la renvoyant aux tâches « de femme », va nous apprendre qu’il y a chez les Ricard une pièce appelée bureau où elle travaille certainement avec Louis puisqu’elle n’emploie pas un possessif mais un article défini :

  • 16 Souligné par nous.

[...] me voyant prise assidûment au bureau16 Honorine s’était un peu relâchée : il fait si chaud !
(Lettre du 16 août 1877, p. 237)

  • 17 Dauphin et Poublan, in Diaz et Jürgen 2005 : 77.
  • 18 Cartabèu de la Santo Estello de 1876 : 54.

20Lydie fait ainsi partie des nouvelles épistolières qui se découvrent en ce siècle, « elle écrit parce qu’elle devient actrice de sa vie, plus active, plus autonome17 ». Ce qui ne correspond pas à la pratique du Félibrige dont elle est membre18.

21Nous allons envisager la réception des lettres dans le double sens de la réception matérielle et de l’interprétation et du renvoi du texte par Lydie.

22D’un point de vue matériel, au plan des Quatre-Seigneurs, c’est le facteur qui apporte les lettres à domicile. C’est d’ailleurs lui qui les emporte, celles de Lydie se terminant souvent par « Voilà le facteur ». Le courrier de Fourès est reconnaissable à sa « grande enveloppe carrée » (24 ou 25 avril 1877 p. 202) dont l’absence suscite le désappointement. La lettre que Lydie trouve toujours trop courte — le 27 août elle parle de « vos très courtes lettres » — est cependant souvent accompagnée d’un dessin :

Nous vous remercions infiniment du charmant petit dessin joint à votre lettre : c’est un bijou !
(Lettre du 22 juin 1877, p. 169)

23En retour, Lydie place dans les enveloppes des fleurs dont le langage est à découvrir... Toujours sur le plan pratique, l’épistolière semble avoir une certaine habitude de la correspondance cachée, témoin la proposition d’écriture sur du papier pelure d’oignon afin de le glisser dans l’enveloppe pour Jeanne et de le soustraire ainsi à la suspicion de Mme Wilson (mi-juin 1877).

24Lydie n’est pas seule à lire les missives de Fourès, Louis-Xavier les lit aussi, comme elle le rappelle à son correspondant le 28 juin 1877 :

Rappelez-vous bien que Louis lit toutes les lettres que vous m’adressez, j’ai du [sic] gratter quels égoïstes à propos de mes beaux-parents.
(Lettre du 28 juin 1877, p. 221)

25Cette lecture par un mari des lettres de sa femme pouvait sembler naturelle à la majorité de leurs contemporains. En effet :

  • 19 Perrot in Bossis 1990: 184.

[...] la correspondance au XIXe siècle se privatise. Et cette mutation s’accompagne de la revendication d’un droit au secret, considéré comme un véritable droit démocratique. La revendication est, du reste, double. D’une part, il s’agit de protéger la correspondance du regard insidieux de l’État, et par conséquent d’ériger la Poste en un service public régi par des règles strictes, besoin affirmé dès le XVIIIe siècle, notamment par les hommes des Lumières. D’autre part, au sein même de la famille, les individus, surtout les plus soumis — adolescents, femmes —, entendent soustraire leur courrier au contrôle éventuel du père omnipotent.
La multiplication des thèses de droit à cet égard, à la fin du XIXe siècle, signale le caractère inédit et urgent de la question19.

  • 20 Ibid., 186.

26Il ne s’agit pas ici de l’exercice de ce contrôle car Louis-Xavier, tenant de l’amour et du mariage libres donc également du divorce, fait partie de la minorité de la société qui vante « les législations anglaise et américaine qui “reconnaissent l’individualité propre et la responsabilité morale de l’épouse et, par conséquent, lui garantissent la liberté de penser et d’échanger ses sentiments20ˮ ».

  • 21 Ibid., 187.

27La lecture croisée des lettres de Fourès serait plutôt, à l’opposé, le résultat de cette conception du mariage : Louis-Xavier lit les lettres de Fourès pour l’intérêt qu’il lui porte, de la même façon Lydie lit celles qui sont adressées à son mari par Fourès, mais aussi par d’autres. Et dans la même logique, Ricard ne lit pas les lettres qu’envoie Lydie, comme peut le prouver cet extrait : « Louis s’imagine que je vous ai écrit des horreurs » (lettre du 27 août 1877, p. 240). Ce qui lui permet de transgresser le « mur de la vie privée », en écrivant non à sa famille ou à ses amies — correspondantes admises par la société21 — mais à un homme, un ami. Littré écrit à ce propos dans son dictionnaire de 1863-1872 :

  • 22 Cité par Perrot in Bossis 1990 : 184.

La vie privée doit être murée. Il n’est pas permis de chercher et de faire connaître ce qui se passe dans la maison d’un particulier22.

28Les lettres de Lydie ne seraient-elles pas bien froides sans ces transgressions qui concernent tout autant ses disputes avec Louis-Xavier, sa belle-mère, sa mère, des amis les Cladel, Germain... Et c’est la non-transgression de ce mur par Fourès qui lui pose problème, car elle attend de celui-ci une même ouverture et confiance. Elle lui en fait reproche tant sur le mode humoristique, comme en décembre 1876 :

Puisqu’il est fier avec son frère Louis et qu’il refuse des étrennes, se trouvant trop grand garçon sans doute (ce qui est une leçon pour moi qui suis de son âge et forcée ainsi de renoncer aux siennes) ; puis, que son amitié pour nous est bien froide, qu’il ne sache prouver très-éloquemment [sic] à sa chère mère qu’une affaire on ne peut plus pressante l’appelle à Toulouse ou à Bordeaux pour une huitaine.
(Lettre du 18 décembre 1876, p. 172)

29Qu’avec plus d’angoisse et de colère, comme fin août 1877 :

Qu’avez-vous ? Mais qu’avez-vous ? [...] j’espérais vous forcer ainsi à vous ouvrir à moi de tous les tracas qui vous assaillent.
(Lettre du 27 août 1877, p. 239)

30Entre-temps elle est, elle-même, rentrée dans l’intimité du poète en le forçant à déclarer son amour pour Jeanne :

Si encore aujourd’hui j’ai celui de provoquer une explication à laquelle vous n’auriez jamais songé peut-être et qui peut-être [sic] vous est désagréable, accusez-en ma très confiante amitié pour vous autant que ma tendresse pour Jeanne — J’attends de vous autant de franchise et de courage que je vous en montre moi-même ici.
(Lettre s. d. [mars 1877], p. 187)

  • 23 Cf. Lecointre in Bonnat et Bossis 1983 : 198 : « Ce n’est pas à l’énoncé d’une lettre qu’il est rép (...)

31Ceci tout en mesurant l’incompréhension qui peut résulter de la séparation, des envies et désirs des deux protagonistes, de leurs états d’âme23 :

...dorénavant, je tâcherai d’interpréter vos lettres — en ce qu’elles auront de flatteur pour mon amitié — selon la disposition d’esprit et de cœur où vous étiez au reçu de mes bavardages ; De cette façon je ne m’abuserai point. (Idem, p. 186.)

32Mais les lettres, comme le relève Simone Lecointre, sont susceptibles de « multiples relectures » et nous pouvons voir ces relectures à l’œuvre, soumettant la lettre à l’interprétation et à la sur-interprétation :

  • 24 Cf. également la lettre du 6 avril 1877, p. 196.

Je reprends votre lettre, — Que dites-vous ? « Que vous ne viendrez pas avant le mois de mai [sic] ? » C’est impossible !
(Lettre du 29 février 1877, p. 18424)

33Dans la correspondance Ricard-Fourès, cette sur-interprétation pourrait être également fondée sur le fait que ce n’est pas toujours le destinataire qui répond à la lettre qui lui est adressée, comme ici :

Louis devait vous écrire aujourd’hui, mais il a tant travaillé, pioché ces jours-ci, qu’il a les yeux fatigués au point de ne pouvoir lire [...]. Je vais tâcher de répondre aux questions littéraires ou autres de votre lettre.
Pour les adresses que vous lui demandez...
(Lettre du 29 février [1er mars] 1877, p. 180.)

34C’est donc avant la lecture de la lettre de Fourès par son mari et pour ne pas le peiner que Lydie a « gratté quels égoïstes » à propos de ses beaux-parents de la lettre qui lui était adressée. Louis-Xavier de même songera à « gratter », en 1891, la partie de la lettre de Lydie sur la mort d’Auriola où il est question de sa mère.

35On imagine maintenant le couple Ricard dans son bureau travaillant, chacun de son côté ou cherchant ensemble, comme ce fut le cas pour trouver le titre de l’almanach, « La Lauseta ».

2 Critique d’art

  • 25 Cf. p. 104.

36Nous verrons plus loin25 que les lettres de Lydie à Fourès contiennent des critiques littéraires pour les textes tant en français qu’en occitan. Celles adressées à sa sœur, qui veut être peintre, publiées par Louis-Xavier de Ricard dans le Montpellier en 1896, fourmillent de conseils et de critiques artistiques. Le peintre Jean-Baptiste, Camille, Corot est cité par Lydie aux côtés du peintre orientaliste Jules Laurens :

  • 26 Camille Corot (Paris 1796-1875).
  • 27 François-Louis Français (Plombières, 1814-Paris, 1897).

Jules Laurens connaissait très bien l’endroit pour y être venu dans le temps avec Corot26 et Français27.
(Lettre du 28 septembre 1876, p. 257)

  • 28 Roger-Marx 1971 : 236.

37Corot séjourna lors de son voyage à Avignon aux bords du Lez, il est considéré avec Jongkind et Courbet « à l’origine de toutes les émancipations et de toutes les conquêtes du paysage moderne28 ».

38Le Lez, peint par Corot, l’a été aussi par Frédéric Bazille, né à Montpellier en 1841 et mort à la guerre de 1870 dans laquelle il s’était porté volontaire. Le premier a été un précurseur de l’impressionnisme avec notamment ses croquis sur le vif qu’il retravaillait en atelier, le second, trop brutalement disparu, a fait partie de ses fondateurs. C’est de 1875 que date le mot « impressionnistes » qui qualifie les peintres du mouvement qui prend alors son essor. Une source de ses sources en est le Lez.

  • 29 Recensement des tableaux de Jeanne Wilson, p. 302.

39Nous retrouvons « Aux bords du Lez » dans les lettres de Lydie sa sœur Jeanne29 :

[...] Et ta peinture ? Je savais bien qu’on aimerait tes études à la maison : n’avais-je pas désigné les études qui plaisaient à Papa ? Le « Petit bord vert du Lez ».
(Lettre du 26. août 1876, « Ma chère Jeannette », p. 255)

40Eugène Baudouin est l’autre peintre qui apporte son chevalet près du Mas du Diable, il est très présent dans les lettres de 1876 :

Baudouin [...] va faire « l’olivaison » dans nos parages, peut-être même chez nous ; Hier il est arrivé avec plaquette de cuivre et une pointe, est grimpé au haut de la colline voisine (où. [sic] tu as fait ta « Garrigue »), et de la maison du « Brigadier » a pris toute la vue des montagnes et de la vallée. Le mas y est au beau milieu, ce coquinet : c’est charmant.
(26 août 1876, « Ma chère Jeannette », p. 255)

41Nous retrouvons ces deux tableaux au salon de Paris en 1877 et dans Plume et pinceau de Jules Troubat. L’auteur fait le lien entre le sonnet de Louis-Xavier de Ricard, « La garrigue », et le tableau de l’Olivaison ; il replace un autre tableau de Baudouin, celui que Lydie appelle la « maison du brigadier », dans son cadre.

42Mais les avis de Jules Troubat et de Lydie Wilson de Ricard divergent sur le rendu de la lumière dans les tableaux de Baudouin. Là où le critique néo-parisien saisit :

  • 30 Troubat 1878 : 184-186.

Le Mont St Loup, [et] dont le ton franchement cru de bleu de ciel (tel qu’il est dans la nature) fait le plus harmonieux et le plus doux contraste avec les tons verts et blanchâtres du premier plan30...

43Lydie, elle, voit dans ses :

[...] grandes études très réussies comme sites surtout ; [et] bien que l’harmonie en soit bonne, [...] un peu trop gris : il n’ose pas s’attaquer à la pleine lumière.
(28 septembre 1876, « Chère Jeannette », p. 257)

  • 31 Aux bords du Lez. : 88-89.
  • 32 Aux bords du Lez : 112-113.

44Le rendu de la lumière est une préoccupation que nous retrouvons dans ses créations, en particulier la recherche relative à celle du crépuscule, avec en languedocien « Estelament31 ». Cette « Tombada de vespre32 », « Tombée du soir », donne au Lez d’autres couleurs :

  • 33 Traduction : « Muettes, toi, ma chère et moi, parmi les herbes couchées,/ nous verrons s’enchanter, (...)

Mutas, tus’ cara e ièu, emmiech l’erbeta aclinas,
           Veirem s’encantar, — emb lou cel
Que miralah,- lou Lez dintre sas amarinas
           Roussel jout lou vespre roussel
33.

  • 34 2e lettre du 22 juin 1876, p. 170.

45Ne reprochait-elle pas à Jean Aicard d’avoir perdu cette lumière en abandonnant le provençal au profit du français34 ?

3 Une auteure en français et en occitan

46Il y a chez les félibres rouges la volonté de diffusion de leurs œuvres. Lydie n’échappe pas à cette règle. Les revues qu’ils fondent ont cette fonction : la diffusion d’œuvres de républicains, fédéralistes.

47Il fallait trouver un nom à la revue, l’« inventer ».

3.1 L’invention de « La Lauseta »

  • 35 Cf. p. 40.

48Le titre « La Lauseta » a été proposé par Lydie Wilson de Ricard début septembre 187635. Le couple demeure encore au Mas du Diable à Castelnau-le-Lez.

49En 1943 Georges Peyronnet avait émis sur le nom donné à l’almanach une autre hypothèse : celle de l’emblème des Volces Tectosages recrutés dans la Narbonnaise qui constituèrent une légion de Jules César au début de sa campagne des Gaules. Une hypothèse qui prenait en compte les « longues moustaches » à la gauloise de Fourès et attribuait à ce dernier la paternité du titre. L’anti-césarisme de Ricard ajouté au fait que c’est Lydie Wilson de Ricard qui, selon son mari, aurait choisi ce titre et non Fourès, comme l’indique la lettre citée dont le chercheur n’avait pas connaissance, nous laissent penser que notre hypothèse pourrait être la plus plausible.

50Pourquoi ce choix ?

51Les « lausetas », alouettes, sont aussi nombreuses que les « irondas » (hirondelles) dans le ciel qui est en train de devenir le ciel littéraire occitan. Elles ont pris leur envol au XIIe siècle avec Bernat de Ventadorn :

  • 36 Texte de K. Bartsch in www.crdp-montpellier.fr/languesregionales/occitan, avril 2009. Traduction de (...)

Quand vei la lauseta mover
De jòi sas alas contra’l rai
Que s’oblid’e se laissa cazer
Per la dousssor qu’al còr li vai,
Ailas ! quals enveja m’en ve
De cui qu’eu veja jauzion !
Meravilhas ai, quar dessé
Lo còrs de dezirièr no’m fon
36.

  • 37 Consulté sur B.N.F. Gallica.

52Le désir d’apprendre la langue passait pour Lydie comme pour les Languedociens par l’étude des troubadours. Dans une des premières lettres que nous publions, elle espère que Louis-Xavier lui rapportera de Paris le « Raynouard. » Il s’agit de l’œuvre en six volumes de François-Just-Marie Raynouard (1761-1836) dont le titre est « Choix des poésies originales des troubadours ». Publié chez Firmin-Didot à Paris en 1816-1821, le premier volume est constitué par une grammaire romane, ses indications et la publication des œuvres de soixante troubadours (1090-126037) devant, selon son auteur membre de l’Académie française, permettre de « guider les personnes qui étudient la langue ». Pour « La Lauseta », Lydie Wilson de Ricard traduira de l’ancien occitan des textes de Marcabru, Guilhem de Figueira et « La prise de Béziers » de La Chanson de la Croisade de Guilhem de Tudela.

53D’autre part Achille Mir vient de publier la « Cançon de la Lauseto ».

  • 38 Nom du chant de l’alouette.
  • 39 Cf. p. 106.

54Ceci pour le domaine occitan dans lequel les nids vont se multiplier. Si notre hypothèse est bonne, il y aurait quelque tire-lire38 de cet oiseau au début des amours de Lydie et Louis-Xavier en domaine français39.

  • 40 Ellrodt in Shelley 2006: 472-479.

55Enfin cette alouette voyageuse se retrouve également chez Percy Shelley40. De cette communion par-dessus les océans et dans la variété des langues et dialectes naîtront d’autres alouettes, y compris sous la plume de Lydie en français (Aux bords du Lez : « À l’Alouette ») et, toujours dans le recueil posthume, en occitan, « A la Lauzeta », dont les images se rapprochent de celles de Shelley. Le « dialecte montpelliérain » dans lequel elle déclare l’avoir écrit mériterait une étude détaillée.

3.2 Lydie inspiratrice

56Malgré son type plutôt nordique, c’est Lydie Wilson de Ricard qui sera la marraine de « La Lauseta » languedocienne. Elle devient donc l’inspiratrice de poèmes qui lui sont destinés tout autant qu’à « La Lauseta ». Observons au passage que les félibres se dédient mutuellement leurs poèmes, les romantiques aussi, ainsi que les parnassiens.

  • 41 « La Lauseta » 1877 : 33 et 34.
  • 42 Fourès 1888 : 124 à 128.

57Attardons-nous dans le champ des Alouettes avec celle de Fourès qui paraît dans la revue de 187741 ; elle est datée du 28 septembre 1876 et sera reprise dans Les Grilhs42 quand le recueil paraîtra enfin.

  • 43 Cf. p. 171, lettre s. d. du 18 décembre 1876.
  • 44 Cf. p. 100 et p. 101.
  • 45 Cf. p. 109.
  • 46 Alliance latine : 52-53.

58Plus tard, le 23 décembre 1876 — ce qui corroborerait notre datation du 18 décembre pour la lettre de Lydie43 —, Fourès écrira pour elle ce que Louis-Xavier appelle son « extrait de naissance » (28 janvier 1877). Nous en resterons là avec les œuvres de Fourès44. Continuant à chasser la « lauseta », nous trouvons dans la lettre du 1er avril celle écrite par Charles de Tourtoulon45 le 26 mars 1877 qui sera publiée dans l’Anthologie poétique de L’Alliance latine46 en 1878. Dans « La Lauseta » de la même année paraissait « Un nis de lauseta » de Langlade. « La Lauseta » 1879 enrichira la volée d’une « Lauseta » de Djan de la Djanna, « C’én que ma santa l’Aluetta ».

59Dans le même temps les Ricard choisiront « La Lauseta » pour rebaptiser la villa Marguerite, leur nouveau domicile au plan des Quatre Seigneurs à Montpellier.

  • 47 Cf. p. 36.
  • 48 Cf. lettre du 28 juin 1877, p. 223.

60Lydie et Jeanne seront aussi à l’origine de poèmes de Léontine Goirand. Cette dernière était du voyage au Pont du Gard en 187647. Même si Lydie traite Léontine de « cagote48 », sans vraisemblablement que cette dernière le sache, Léontine écrira pour elle avant et après sa mort.

61Avant ce sera :

  • 49 Traduction : Comme un écho de poésie : j’entends une voix qui fredonne/ un chant joyeux et misérico (...)

Coume un ressoun de pouesio,
Ausisse uno voues que bresiho
Un cant galoi o pietadous.
Me pense alor, dono Douceto,
Que dins lou nis de la Lauseto
L’aucèu que tant bèn canto... es vous
49.

  • 50 Goirand 1882 : 102.
  • 51 Cf. p. 108.

62Après la mort de Lydie, elle dédiera à Louis-Xavier le long poème La Fado dau Lez, à la mémoire de la disparue50. Lydie avait écrit pour elle sa « Figuieira » dont il est question ici51.

3.3 « Un fameux poète »

63Les encouragements de Lydie ne se limitent pas aux poèmes d’amour, si l’on se réfère à la lettre du 20 mars :

Je me permets de trouver vos Amouriès superbes !
(Lettre du 20 mars 1877, p. 190)

64Le thème des « Amouriès » est celui des canuts lyonnais :

  • 52 Traduction : « Des milliers de métiers sont muets depuis deux mois/ Oh mon cœur, Et d’où vient que (...)

De milantis mestiés soun muds dempuèi dous meses
O malcor! E dount ven que’s oubriès liouneses
Lutoun contro l’malur, le caitivié, la fam
52?

65En juin, soit quelques jours après la Santo Estello d’Avignon, elle ne cache pas son admiration pour le poème écrit alors et dédié à Mistral :

  • 53 « Les valents timouniers » al cap-mèstre Frederic Mistral Avignoun 22 de mai de 1877 (Les cants del (...)

Je ne vous ai pas encore dit tout ce que je pense de vos Timounièrs. Cela me semble une des plus belles choses que vous ayez faites ; c’est enlevé ! C’est splendide de mouvement et de couleur. Vous êtes un fameux poëte, parrain53.
(Lettre s. d. [juin 1877], p. 219.)

3.4 De « Migrana » en « Milgrana »

  • 54 Cf. p. 42.

66Dans un autre registre, l’œuvre qui intéressera et étonnera le plus les chercheurs est celle de « l’aujol » (l’aïeul). Le pasteur historien de la croisade des Albigeois, Napoléon Peyrat, publie dans « La Lauseta » de 1878 : « A Dona Graciorella Milgrana Felibressa de “La Lauseta54. »

67Qui était la dame à laquelle le poème était dédié, s’interrogeait Robert Lafont, pensant à juste titre que :

  • 55 Lafont in Lengas n° 19, 1986 : 153 à 159.

Le dépouillement des documents qui nous restent de Fourès, de Ricard, de Peyrat, éclaircira le problème55.

68Parmi les lettres de Lydie, celle du 18 janvier 1877 en particulier paraît assez lumineuse pour faire pencher la balance vers celle-ci. Lydie y rapporte la dispute qu’elle vient d’avoir avec le peintre Eugène Baudouin :

Je lui ai dit [...], que j’avais reçu de vous et de Peyrat, deux baptêmes assez glorieux, pour que je considère mon nom de Dulciorelle, parfaitement digne et sacré désormais...
(Lettre du 18 janvier 1877, p. 174)

  • 56 Georges Passerat 1998 donne le texte daté dans sa graphie d’origine : note 27, p. 216.

69Un autre élément renforce ce choix, la date d’écriture du poème, le 9 janvier 187756. En janvier 1877, c’est au moins la deuxième rencontre de Louis-Xavier de Ricard et Napoléon Peyrat ; ils s’étaient déjà rencontrés en juin 1876. L’information était, alors, pour Lydie d’une importance telle qu’elle commençait sa deuxième lettre à Fourès, la première de son propre chef, ainsi :

Je crois vous faire plaisir en vous communiquant cette page de mon mari : il m’y raconte sa visite à Napoléon Peyrat...
(1re lettre du 22 juin 1876, p. 167)

  • 57 Passerat 1998 : 205-216.
  • 58 « Douce comme le miel » et « mélodieuse » (RBM).

70Les deux auteurs, Lafont et Passerat57, qui ont parlé du poème de Peyrat, ont mis en avant le choc amoureux ressenti à la vue de Lydie et Jeanne. Peyrat en 1879 s’en souviendrait encore quand, à propos de la « Figuieira » de Lydie, il parle d’ : « idylle toute mélouse » et « mélodiouse58 ».

71Pour sa part Robert Lafont, dans le numéro de Lengas, avait tout de même donné des indices assez précis faisant pencher le plateau de la balance vers Lydie plutôt que vers Jeanne.

  • 59 La Lauseta 1877 : 70-73.
  • 60 Sur Sapho au XIXe siècle, voir Myriam Robic, « Verlaine et le Saphisme, autour des Amies », in Euro (...)

72Les lettres de Lydie nous apprennent que chaque poème en languedocien est pour elle aussi un exercice... Tel celui intitulé « Migrana » qui en 1877 paraît dans la première « Lauseta59 ». Passerat et Lafont — ce dernier note : Peyrat écrit « Milgrana » et Lydie « Migrana » — n’ont-ils pas fait un peu vite l’impasse sur l’œuvre de Lydie au profit de la biographie de celle-ci et de Peyrat ? Pour notre part il nous semble manifeste que le choc fut (aussi ?) littéraire. Le poème de Lydie est sensuel et l’érotisme de l’extrait ci-après peut très bien en faire une sœur de Sapho60. Lydie connaissait-elle ces vers de la poétesse et l’origine de (ou) l’homonymie de son prénom, on ne peut que le supposer :

  • 61 Lydie, région située en Asie Mineure à l’extrémité occidentale du plateau anatolien, appartenant au (...)

J’ai une belle enfant, qui ressemble
aux fleurs d’or : ma Cléis chérie, pour qui
je ne prendrais pas la Lydie61 tout entière.

  • 62 Saint-Germain, le 10 avril 1879.

73Il ne nous échappera pas que l’extrait de la lettre de Peyrat62, cité par Robert Lafont et repris par Passerat, se termine ainsi : « La passion seule fait les Sapho. »

  • 63 Traduction : « Et une grenade n’en es-tu pas une, Migrane ? N’es-tu pas dorée et tentante autant qu (...)

Extrait de « Migrana » :
En’una mióugrana, ne siès-tu pas una, Migrana? Sies-tu pas daurada e alecarèla autant coum’éla, à l’ara que s’amadura? e autant coum’èla, alara que se fendascla e s’espeta, es-ti pas toun brave pichot couret granat au couflige de mistas fescuras e de redoulentas doussous, de que ne soui tant coubeitous
63.

  • 64 Nom donné à la personne aimée pour qu’elle soit nommée dans la « canson » sans que son identité ord (...)

74Lydie se parle-t-elle à elle-même comme le suppose Lafont ? Il s’agirait alors d’un jeu de miroir narcissique avec le Lez : parle-t-elle à sa sœur Jeanne comme d’autres ne manqueront pas de l’affirmer, ou à une autre jeune femme croisée le Long du Lez, autre titre du poème ? Cependant celui qui regarde « coubeitous » est au masculin. Lydie a-t-elle choisi pour être « à la hauteur » littéraire et atteindre « l’universel » d’écrire au masculin ? Ou s’agissait-il de brouiller les pistes comme faisaient les troubadours avec leurs « senhals64 » ? Le poème de Peyrat et celui de Lydie gagneraient à se côtoyer.

  • 65 RLR, série 2, vol. 3 : 263-268.

75Dans la RLR, les secrets des eaux de la « Migrana » de Lydie avaient impressionné Alphonse Roque-Ferrier. Celui-ci consacre plus de six pages à la première « Lauseta » sous le titre « Quatre Almanachs en Langue d’Oc, en 187765 ». Il commence par éreinter le côté « albigeois » de ses auteurs, avant de terminer avec une longue citation de « Migrana » précédée de ce commentaire :

  • 66 RLR, n° 30, janvier-avril 1876.

Parmi les pages qu’il renferme, j’aurais mauvaise grâce à ne pas mentionner des fragments d’une pièce écrite avec un charme et une harmonie bien rares. Datée de Castelnau-le-Lez, près Montpellier, elle présente des caractères aujourd’hui peu communs, et qui, par cela même, nécessitent une explication préliminaire.
Au moyen âge [sic], la langue des troubadours et les idiomes populaires du Midi s’accordaient à figurer par « a » la finale du singulier féminin, et par « as » celle des pluriels. Cette règle, assez généralement suivie jusqu’en 1575, époque à laquelle des habitudes contraires s’introduisirent, n’a pas été sans conserver ses fidèles aux trois derniers siècles, même dans les pays où la finale en « o » était et est encore en usage. [Ici Roque-Ferrier place la note suivante : « Entre autres Pey de Garros, Fabre d’Olivet, Castil-Blaze et même, à certains égards, Honnorat. »] Telle est la particularité dont témoigne la pièce intitulée : Migrana ; son langage, qu’il ne m’est pas possible de classer avec précision, doit néanmoins se rattacher à un des dialectes parlés dans le département de l’Aude, région que l’affaiblissement de la finale traditionnelle a presque entièrement acquis à l’« o » : [... après la citation, Roque- Ferrier termine par] Migrana est signé du pseudonyme de Dulciorella [ici il ajoute en note :] Il faut louer, dans les pièces en prose de M. de Ricard, l’application la plus exacte que l’on connaisse jusqu’ici — et ce n’est pas là un petit mérite — de la règle des doubles formes que je signalai au commencement de l’année dernière66.

76Cette présentation fait apparaître les influences des troubadours, celle de Fourès et celle des articles de la Revue des langues romanes. Elle laisse planer un doute sur le titulaire du pseudonyme Dulciorella, Louis-Xavier de Ricard ?

3.5 Influences croisées

  • 67 Aubanel : 1860.
  • 68 Aux bords du Lez 1891 : 122.
  • 69 Traduction : « Après avoir lu son Livre d’Amour. »
  • 70 Traduction : « À une rose fanée » (Aux bords du Lez : 126.)
  • 71 Traduction : « Trouvée dans les reliques laissées par ma sœurette Jeanne et qui venaient d’Avignon  (...)

77Mais prononcer alors Miougrana évoque immédiatement le livre de Théodore Aubanel, La Miougrana entre-duberto67. L’influence de celui-ci serait certainement passionnante à étudier dans les œuvres de Lydie. Il n’est pas lieu ici de le faire, mais notons qu’elle dédie un de ses poèmes, paru seulement à notre connaissance dans Aux bords du Lez68, à Aubanel avec en épigraphe : « Après avudre legit son Libre d’Amour69. » Un second poème « A n’una rosa passida70 » avec pour épigraphe : « Atrouvada dins las reliquas quittadas per ma sorreta Jana et que venién d’en Avignoun71. » Aubanel était bien en Avignon en 1876, comme en 1877 :

  • 72 Traduction : « Ô fleur qu’un matin a pétrie de nuit pudique/ — elle te tenait d’Aubanel, fleur tein (...)

Flou qu’un matí pastèt de vergougnousa nèu
te teniè d’Aubanel, flou tenchada d’«Aubeta» ;
La qu’es pas pus, aï las
72...!

  • 73 Crapoulet in Burns 1994 : 38.

78Est-ce la lecture de Robert Burns, le barde mythique écossais qui écrit « les plus doux moments de ma vie/ je les ai passés près des filles73 », mais qui traite l’amour à la façon rabelaisienne, ou encore de Villon pour lequel une belle-fille est « ramonée » comme « Cheminée et tirage », est-ce sa lecture donc qui permet à Lydie Wilson de Ricard de lire sans être choquée La Vénus d’Arles d’Aubanel qui fit scandale au-delà de la cité papale et qu’elle réclamait à Fourès dans sa lettre du 17 juin 1877 ? Burns dont le bilinguisme et le mélange des dialectes ont pour une part, selon nous, ouvert la porte à l’étude de l’occitan :

  • 74 Ibid., 34 et 35.

La langue que « parle » Burns est l’écossais des Basses Terres, le Braid scots, le lallans, comme il l’appelle lui-même qu’il ne faut pas confondre avec le gaëlique. [...] Mais tantôt il écrit en anglais et la plupart du temps il alterne ou panache les deux74.

  • 75 Aux bords du Lez : 118 à 121.
  • 76 À mon amie Marianne Eastwood de...

79L’influence d’un poète ne se limite pas aux thèmes évoqués, elle peut aussi apparaître dans la forme, y compris dans les rimes. Dans « Aime ma Janeton75 » dédié à une amie de pensionnat « A moun amiga Maríanna Eastwood de76... », elle note « Imité de Robert Burns » « I love mi Ian » ; tandis que dans « Lous bords dau Lez », également imité de Burns, elle note à propos des rimes en « flour » : « Cette monorime existe dans le texte écossais. »

80Le second poète qu’admire Lydie à son retour d’Angleterre, Percy Shelley, dont nous avons signalé L’Alouette, est en quelque sorte si ce n’est un frère, un cousin spirituel de Louis-Xavier de Ricard, par bien des points ; nous nous en tiendrons pour cela à cet extrait de la présentation de l’édition bilingue de ses poèmes par Robert Ellrodt :

  • 77 Contempteur. Celui, celle qui méprise, critique violemment et avec mépris (quelqu’un, quelque chose (...)
  • 78 Ellrodt in Shelley 2006 : 7.

Convaincu que la Révolution française restait « le thème majeur de l’époque », il reprendra à contre-courant les thèses de la philosophie des Lumières ; mais son rationalisme ne freinera pas les élans de son imagination créatrice de mythes dans un univers « réenchanté » par le romantisme. Contempteur77 de la tradition judéo-chrétienne, il retient la plupart de ses valeurs, qu’il laïcise ; il emprunte — et parfois inverse — ses symboles pour exprimer ses propres aspirations et son attente d’un Paradis terrestre à venir. Il tentera de se constituer une science de l’esprit éclectique à partir de Locke et de Hume, de Platon et de Berkeley. Grand lecteur en langues anciennes et modernes, il passe avec aisance des tragiques grecs aux élégiaques, de Pétrarque à Calderon ou à Goethe, et l’influence de Dante deviendra prépondérante dans l’œuvre énigmatique et superbe que sa mort laissa inachevée, Le triomphe de la vie78.

81Ses intérêts portent aussi Lydie Wilson de Ricard vers Sully Prudhomme et Baudelaire : leurs noms apparaissent dans des dédicaces.

3.6 Lydie Wilson de Ricard primée aux Fêtes latines de Montpellier en 1878

  • 79 Traduction : « délicate écrivaine ».

82Son sonnet « A la Mar latina » obtiendra le deuxième prix, le premier étant anonyme, aux Fêtes latines de Montpellier en mai 1878. Ce qui lui vaudra le qualificatif de « delicada escritora79 » de la part de la Gaseta de Barcelona.

« A La Mar Latina »

O bressaira de lum amai d’allegretat!
Tas ersas, couma d’iols linsas e sounjarelas
qu’enfloura toun pantai d’illas lugrejarèlas,
autant qu’un cel preclar alargoun la clartat.

Cada clartat que fai, de cada ime atindat,
Un clar meravilhous miralhaire d’estèlas
e regat per vesiouns, emb’ de majicas vèlas,
Que van questant per tout e Sapiencia e Bèutat,

  • 80 Traduction parue dans Aux bords du Lez : « Ô berceuse de lumière et d’allégresse,/ tes vagues profo (...)

Car, s’emerga de tus l’Afoudita daurada,
A Minerva-Athènè toun siau blous tant agarada
Qu’en subre-amor de tus lou garda en soun esgard:
Antau, couma de Dieus roundant una urna antica,
Veiras tous fils Latins, coupa serana, ô Mar!
T’abrassà d’una volta estrecha e pacefica
80!

83Le palmarès paraît dans la presse montpelliéraine et française, ainsi dans L’Union nationale du 27 mai en page 2 :

Prix de poésie :
Un anonyme a obtenu le premier prix de sonnet, Mme Louis-Xavier de Ricard le second et Marti y Folguera le troisième.

  • 81 De nombreux autres journaux ont rendu compte de ces Fêtes latines : ils ont été collectés par la So (...)

84Il paraît aussi dans la presse étrangère, latine. C’est le cas de la Gaseta de Barcelona81 dont la première édition du matin du mercredi 29 mai 1878 consacre deux pages aux Fêtes latines de Montpellier. On peut y lire :

  • 82 Il y a ici aussi des poètesses, comme chez nous en Espagne, elles y ont obtenu des premiers prix, l (...)

Tanbien hay aqui pœtisas, como en nuestra España, y han obtenido primeros premios la renomada Felibressa Ste-Leontina Goirand, y la delicada escritora Madame Xavier de Ricard, que hasta hoy se habio occultado obstinadamente bajo el soudonimo de Dulciorella82.

85Le Messager du Midi du 13 juin reproduit le discours du rapporteur du concours de poésie. Antonin Gleizes y expose le choix du jury :

L’Académie du sonnet d’Aix a donné une médaille d’or au meilleur sonnet en langue d’Oc, Catalan compris, sur la Méditerranée, considérée comme la mer autour de laquelle sont groupés les peuples de langue romane. Le sonnet de nos jours est en faveur : de tous nos prix, c’est celui qui a été le plus couru. Après un examen approfondi de tous les sonnets envoyés au concours, collection, qui à elle seule formerait au sein de la Méditerranée une île respectable, le jury en a choisi deux entre les- quels il a quelque temps hésité. Le choix de l’expression, l’exemption de toute idée banale, le tour heureux, fin, éloquent de la chute, nous ont paru être les qualités que nous devions chercher dans l’œuvre couronnée. Aucun des sonnets présentés au concours ne réunissait ces conditions au même degré que celui qui a pour auteur la felibresse qui jusqu’à ce jour s’était cachée sous le pseudonyme de Dulciorella. Son œuvre est dans sa recherche un peu tourmentée, un bijou exquis, un joyau précieusement fouillé et ciselé. Plus largement conçu, le sonnet de Mr Marti y Folguera a plus d’élan, mais moins de distinction et de fini. Notre langue du Midi, trop facile, trop abordable, sans études, ne saurait que gagner à passer quelquefois par la bouche délicate d’un poète nourri de poésies classiques de nos aïeux, doué d’une imagination personnelle, impénétrable à la vulgarité et ne redoutant pas la condensation de la pensée, au risque de faire éclater le moule.
À ces titres, il n’en est pas de plus sérieux, le prix revenait sans conteste, à Mme Louis- Xavier de Ricard.

86La presse reprit donc et traduisit cette partie du discours. Une question cependant : comme on l’a vu, Lydie de Ricard signait de son nom d’épouse et de son prénom dans la RLR ; dire qu’elle se cachait jusqu’à présent sous le pseudonyme de Dulciorella, c’est faire complètement abstraction de cette Revue, la première à l’avoir publiée. Son impact dans le public était-il plus faible que celui de « La Lauseta », était-elle réservée aux seuls savants ?

3.7 Des convictions républicaines dans les œuvres

  • 83 Cf. p. 155.

87Les œuvres de Lydie rassemblées dans Aux bords du Lez font très peu référence à ces « communes idées » dont parle Louis-Xavier83. On peut cependant y trouver :

  • l’anticléricalisme dans le texte « Aux Cloches »,

  • la dénonciation de l’injustice dans « Peut-on rire encore ».

  • 84 Aux bords du Lez : 25.

88Y sont présentes également deux allusions à la lutte politique qu’elle partage avec son mari. La première est justement dans la prose poétique écrite pour lui sous le titre « Son front84 » :

Son front est la pierre tombale, et pesamment close, de ce couple hideux, — naguère tout puissant ! — le Despotisme et l’Hypocrisie, rongés par le visqueux grouillement de leurs méfaits et de leurs errements.

  • 85 Cf. p. 89.

89La seconde est dans le tercet final du sonnet couronné aux Fêtes de Montpellier en 1878. L’idée du pacifisme y est évoquée, elle est à la base d’un certain nombre de regroupement internationaux de ce temps85.

  • 86 Cf. Planté, p. 54.
  • 87 Cf. p. 52.

90Cette absence de textes théoriques, en tant que tels, nous renvoie au XIXe siècle86. C’est également dans les œuvres françaises d’Aux bords du Lez que nous trouvons l’expression de ses dernières volontés, qui seront en partie exécutées lors de son décès87.

91En effet, si dans la forme il ne s’agit pas de traité de philosophie, de morale, ou de politique — ce qui rend ces textes souvent plus accessibles —, dans le fond ils traitent de sujets fondamentaux comme la misère, la mort, l’Église.

  • 88 Aux bords du Lez : 39.

92Ainsi dans Vœux posthumes ses intentions sont directement exprimées dès la première phrase : « Je ne veux pas être enterrée quand, hélas ! je serai morte88 ! » Son choix étant celui de la crémation sur

[...] un précieux bûcher de figuier odorant et de cyprès fleuri, et souplement lié d’enlaçantes clématites, ma chair sera tôt consumée.

  • 89 PM 20 septembre 1876.

93Ce vœu ne pourra être réalisé, l’incinération des corps n’étant pas autorisée en France alors qu’elle est possible en Allemagne depuis septembre 187689. Par contre une cérémonie civile est possible, elle la choisit également dans Aux Cloches dont nous retenons la conclusion :

  • 90 Aux bords du Lez : 13.

Ah ! j’en jure, si je suis émue quand s’ébranle votre absorbante musique, c’est d’indignation, de mépris, de haine et de douleur90.

94La traduction du Sirventes de Marcabru, « Rome, sans raison, — vous avez maintes gens tués... », fait foi de cet engagement. Ce qui cependant, dans cette société de la République hésitante où la laïcité peine à s’instaurer, ne va pas de soi.

4 De la modernité de l’écrivaine aux facteurs d’effacement des paysages littéraires occitan et français

  • 91 Cf. p. 20. Rappelons ici les sources des définitions théoriques sur lesquelles nous avons basé nos (...)

95Nous avons déjà indiqué que les écrivains de genre masculin étaient beaucoup plus représentés dans les anthologies occitanes ou françaises que les femmes91. En ce qui concerne la langue occitane, nous nous appuyons sur la définition de la diglossie :

  • 92 Kremnitz, 2002, p. 112.

Les sociolinguistes occitans désignent sous le nom de diglossie la coexistence sociale de deux langues aux fonctions communicatives et sociales différentes, aux statuts différents et forcément au prestige différent92.

96D’où découle celle de :

  • 93 Revue Lengas n° 13, 1983.

Langue minorée [qui] se dit alors de la langue dominée en situation de diglossie, la langue officielle, étant appelée dominante93.

  • 94 Cité par Cosnier 2001.

97Pourquoi si peu de femmes ? Dans le domaine français elles étaient appelées au XIXe siècle « bas bleus » et considérées, à de très rares exceptions près, comme des écrivantes, selon la formule de Roland Barthes94, et non comme des écrivaines.

98Lydie, comme elles, n’était-elle pas à la « hauteur », celle qui lui aurait permis de rester dans le paysage littéraire ?

99La forme des écrits de Lydie Wilson de Ricard, la posture masculine qu’elle adopte et les portraits originaux de femmes qu’elle réalise auraient, à notre avis, dû permettre à son œuvre de traverser le temps.

  • 95 Composition d’Aux bords du Lez, p. 300.

100Dans Aux bords du Lez95, nous trouvons des textes en prose, en vers et de prose poétique. Ce dernier genre apparaît au milieu du XIXe siècle avec Baudelaire et Lautréamont et est considéré comme une rupture moderne.

  • 96 Planté 1998 : XV.

101« A la mar latina », que nous venons de voir, démontre la maîtrise du sonnet par Lydie qui, écrit le rapporteur, risque de « faire éclater le moule », moule alors au service de Sainte-Beuve, Gautier et des poètes du Parnasse contemporain, mais qui est réputé « peu accessible aux femmes, selon une conviction très largement partagée96 ».

  • 97 Expression empruntée à Jacques Roubaud : La Fleur inverse, 2009.
  • 98 Cf. p. 108.

102« La Figueira » prend jusque dans ses peignes de rimes97 le modèle de la chanson troubadouresque, tout en le travaillant : absence du lyrisme, pas de « Ièu » (Je) dans la première strophe, mais utilisation du vocabulaire printanier98.

  • 99 Asselineau in présentation de Louisa Sieffert, cité par Planté 98 : XXXI.

103La posture masculine que Lydie Wilson de Ricard adopte dans nombre de poèmes est aussi, à notre avis, tout à fait dans la modernité de son temps. Ses thèmes ne sont pas ceux prêtés à la majorité des femmes qui écrivent : « On chante la religion, la nature, la famille, la paix du foyer99. »

104Ses portraits de femmes sont dans des activités hors des sentiers battus, le texte en français « La Nageuse » en est un exemple.

105Enfin elle a été reconnue de son temps dans la RLR pour « Migrana » dès 1877, et en 1878 par Mistral pour « La Figueira ».

106Cependant en occitan la modernité de ses thèmes et leur engagement sont contraires à ceux du Félibrige. Ne l’ont-ils pas desservie, tout comme ceux de l’érotisme pour l’Aubanalenca Marcella Drutel ? Hors Sapho, l’érotisme n’est-il pas un domaine exclusivement masculin ?

107Mais si certains textes de cette nature, signés de son nom, ont été publiés en occitan, comme « Migrana », on ne sait pas si les textes en français l’ont été de son vivant. Lydie a-t-elle été victime de l’usage qui faisait et fait encore de la poésie « un art d’homme » ?

108Nous avons enfin essayé de déterminer les marqueurs de l’effacement de la femme Lydie Wilson de Ricard du paysage littéraire.

109Tout d’abord ceux qui prennent racine durant sa vie :

    • 100 Cf. à ce propos Reid 2010.
    • 101 Mme Juliette Bouscaren (1827-1879), épouse de Louis Figuier, qui a aussi publié sous le pseudonyme (...)

    Au XIXe siècle, des femmes100 prennent en français un pseudonyme masculin pour écrire, les félibresses, à de rares exceptions, des pseudonymes. Lydie Wilson de Ricard a signé dans la RLR de son nom d’épouse et de son prénom Lydie. Acceptant la coutume du port du nom de famille de son mari, port qui gomme, soulignons-le, ses origines étrangères, notamment écossaise par son père, elle se fait un prénom. Remarquons que les responsables de la RLR acceptent cette signature. C’est aussi en domaine français une pratique du Parnasse contemporain. Elle a utilisé deux pseudonymes, Na Dulciorela et Lidia Colonia : ce ne sont pas dans son cas des masques derrière lesquels elle se cacherait, mais ces noms participent de son appartenance au Félibrige et de son enracinement dans la littérature troubadouresque. Par contre, dans la Cigale de Paris (1880), elle sera éditée, contre son gré, pour preuve la lettre de janvier 1877, sous le nom de Mme Xavier de Ricard ; dans le même ouvrage nous trouvons la signature de Mme Louis Figuier101 : le discours androcentrique est là à l’œuvre dans toute sa dimension.

  • Autre marqueur d’effacement dans sa vie même, le temps consacré à l’écriture : George Sand écrivait la nuit ; Lazarine de Manosque, la félibresse volaillère du marché des capucins à Marseille qu’a étudiée Claire Frédéric, parlait, elle, « d’écriture non à temps perdu mais à temps voulu ».

110Qu’en est-il du temps de Lydie ?

111Du temps consacré à sa propre création il faut soustraire :

  • Le temps consacré à l’œuvre commune (« Lausetas », Alliance latine) ;

  • Le temps donné aux œuvres de son mari : elle parle de « tyran » dans ses lettres pour des traductions d’anglais. Dans une lettre à Quinet, L.-X. nous apprend que c’est elle qui met au propre les manuscrits de ses œuvres dont Le Fédéralisme ;

  • Le temps du ménage : même aidée par une employée de maison, c’est elle qui en a la charge morale (lettre du 16 août 77, p. 239) ;

  • Enfin, celui de la maladie qui la met souvent sur la touche ;

112• Lydie Wilson de Ricard, comme la plupart des femmes, a intériorisé la domination, son rôle « second ». Elle participe à son futur effacement quand elle répond à Auguste Fourès d’enlever son nom du « Salut à ceux de la Pomme », car « cela ôte tout le sérieux de la chose, d’ailleurs Louis nommé, c’est moi vous pensez bien : je n’ai d’amour propre et d’ambition que pour lui qui en a si peu ! » (lettre du 24 ou 25 avril 1877, p. 204) Louis-Xavier de Ricard ne conçoit-il pas, d’ailleurs, le rôle des femmes comme second, contredisant ainsi son féminisme affiché, lorsqu’en 1891 il parle d’elles comme « d’âmes enfantines », légitimant ainsi la domination. L.-X. de Ricard fera dès cette époque, ou en tout cas en 1891 dans sa préface aux œuvres de Lydie, une différence entre les ouvriers auxquels il propose de rédiger le journal La Commune Libre (1879) et les femmes qui ont une âme plus enfantine encore et méritent un enseignement particulier pour sortir de leur condition d’inférieures et donc accéder au domaine politique.

113D’autres marqueurs d’effacement sont intervenus par la suite :

    • 102 Cf. p. 42.

    Aujourd’hui comme au XXe siècle, un certain nombre de chercheur(e)s ne font-ils pas passer le sexe de l’auteure avant son œuvre ? Du côté des chercheurs, « la femme », comme le XIXe siècle les nomme, est avant tout l’objet du désir des hommes. Même si l’exotisme et la jeunesse de Jeanne et Lydie ont fait tourner les têtes (Faure, Baudouin...), les études de Robert Lafont et Georges Passerat sur la seule œuvre en occitan du père de l’Albigéïsme, Napoléon Peyrat, attestent de leur quasi-ignorance de la « Migrana » de Lydie, pour ne s’attacher qu’aux sentiments qu’elle et sa sœur auraient provoqués chez le pasteur. Peyrat a-t-il écrit le poème — il est daté du 9 janvier 1877 — avant ou après la visite des quatre Languedociens à Saint-Germain102 ? Il serait intéressant de le savoir ; ceci dit, chez les deux auteurs il y a sous-estimation, au nom des sentiments et donc de son sexe, de l’œuvre de Lydie ;

  • Dernier marqueur : le glissement de dédicace de Lydie à Louis-Xavier du sonnet « La Lauzeta » de Charles de Tourtoulon dans les deux éditions du dictionnaire de Fourié et dans celui de Cler. Présent dans ces lettres, il a été publié dans le premier numéro de L’Alliance latine. Nous pouvons voir là l’intérêt d’avoir, comme pour la chambre, un nom à soi.
    On peut imaginer alors que la mise en avant à partir de 1878, après la mort de sa sœur, du pseudonyme Lidia Colonia, avec lequel elle avait déjà signé dès 1876 dans « La Lauseta » de 1877, corresponde à cette quête. Cette signature lui conservait le prénom donné par ses parents ; quant au nom, différent de Ricard, ce qui lui garantissait une indépendance, il faisait néanmoins partie de la famille de son époux et marquait ainsi son attachement à celui-ci.

  • 103 Cf. p. 78.

114Comme correspondante, Lydie Wilson de Ricard transgresse le « mur de la vie privée103 » pour écrire, en plus de sa famille et de ses amies, à un homme, un ami, et ce d’égale à égal. Elle écrit du bureau, pièce partagée avec son mari, ce qui, comme le nombre de lettre envoyées et reçues, la place dans ce que C. Dauphin et D. Poublan appellent « les nouvelles épistolières de l’élite cultivée ».

115Ses lettres nous montrent aussi ses connaissances artistiques, et les conseils qu’elle prodigue à sa sœur Jeanne, en ces débuts de l’impressionnisme, sont de véritables critiques d’art. Comme écrivaine, les formes et les thèmes qu’elle aborde et la reconnaissance qui accompagne de son vivant ses publications auraient pu la préserver de l’oubli. Le choix de l’occitan, langue minorée, pour un certain nombre de ses écrits n’a pas forcément joué en sa faveur, son engagement républicain et la liberté de ses thèmes n’étant pas ceux de la majorité du Félibrige. Enfin en tant que femme dont la vie, qui plus est, a été écourtée par la maladie, elle a subi le poids de la domination patriarcale dont à certains moments elle a, elle-même, intériorisé la légitimité, dans un temps et une société où les femmes demeuraient des mineures.

Notes

1 Bonnat in Bossis 1983: 232.

2 Dauphin et al. in Bossis 1990 : 169.

3 Ibid., 172.

4 D’où la signature des lettres à partir de ce billet et des poèmes dans « La Lauseta ». D’après Ricard dans le Montpellier Républicain de 1896, ce nom venait d’une inscription narbonnaise du VIIe siècle, découverte par Fourès.

5 Deux poésies de Fourès datent ce séjour : « LAlbeto a ma Douncelo Jano W 21 de Novembre de 1876 » et « les Vielhis ouliviès, A moun amic L X. de Ricard 27 Novembre », toutes deux dans « Les Cants del Solelh ».

6 Lydie, sa soeur Jeanne, Fourès et Louis-Xavier de Ricard.

7 In colloqui August Forès 1994.

8 Tirand 1991 : 37.

9 « La Lauseta » 1878 : p. 46.

10 « La Lauseto a Dono Dulciorelo » (datée du 28 septembre 1876, dans Les Grilhs, pouesios del Lauragues (1888)) et « A Dono dulciorelo, extrait de naissance » 23 décembre 1876.

11 Virginia Woolf, A Room of Ones Own, London, 1929. Une chambre à soi, Paris, 1951, première traduction, Denoël, 10-18, La Flèche, 2006.

12 Très en vogue alors, Lydie y fait allusion dans sa lettre du 18 décembre à propos des lettres du Nouvel An.

13 Dauphin et Poublan, in Diaz et Jürgen 2005 : 70.

14 1re des deux lettres du 22 juin 1876.

15 Celle de Jeanne.

16 Souligné par nous.

17 Dauphin et Poublan, in Diaz et Jürgen 2005 : 77.

18 Cartabèu de la Santo Estello de 1876 : 54.

19 Perrot in Bossis 1990: 184.

20 Ibid., 186.

21 Ibid., 187.

22 Cité par Perrot in Bossis 1990 : 184.

23 Cf. Lecointre in Bonnat et Bossis 1983 : 198 : « Ce n’est pas à l’énoncé d’une lettre qu’il est répondu, mais aux intentions que le destinataire prête à son correspondant dans son énonciation. »

24 Cf. également la lettre du 6 avril 1877, p. 196.

25 Cf. p. 104.

26 Camille Corot (Paris 1796-1875).

27 François-Louis Français (Plombières, 1814-Paris, 1897).

28 Roger-Marx 1971 : 236.

29 Recensement des tableaux de Jeanne Wilson, p. 302.

30 Troubat 1878 : 184-186.

31 Aux bords du Lez. : 88-89.

32 Aux bords du Lez : 112-113.

33 Traduction : « Muettes, toi, ma chère et moi, parmi les herbes couchées,/ nous verrons s’enchanter, avec le ciel/ qui se diapre, le Lez parmi ses amarines, roux avec le soir roux. »

34 2e lettre du 22 juin 1876, p. 170.

35 Cf. p. 40.

36 Texte de K. Bartsch in www.crdp-montpellier.fr/languesregionales/occitan, avril 2009. Traduction de Jacques Roubaud 1980 (p. 129) : Quand Je vois l’alouette bouger de joie ses ailes contre un rayon/ s’évanouir se laisser tomber de la douceur qui au cœur lui va/ Ah tant grande envie m’en vient de ceux que je vois joyeux/ que je m’étonne qu’aussitôt le cœur de désir ne me fonde.

37 Consulté sur B.N.F. Gallica.

38 Nom du chant de l’alouette.

39 Cf. p. 106.

40 Ellrodt in Shelley 2006: 472-479.

41 « La Lauseta » 1877 : 33 et 34.

42 Fourès 1888 : 124 à 128.

43 Cf. p. 171, lettre s. d. du 18 décembre 1876.

44 Cf. p. 100 et p. 101.

45 Cf. p. 109.

46 Alliance latine : 52-53.

47 Cf. p. 36.

48 Cf. lettre du 28 juin 1877, p. 223.

49 Traduction : Comme un écho de poésie : j’entends une voix qui fredonne/ un chant joyeux et miséricordieux./ Je pense alors, Madame Doucette/ que dans le nid de l’Alouette/ L’oiseau qui chante si bien... C’est vous. Traduction RBM, in Li Rizents de lAlzon, p. 98.

50 Goirand 1882 : 102.

51 Cf. p. 108.

52 Traduction : « Des milliers de métiers sont muets depuis deux mois/ Oh mon cœur, Et d’où vient que les ouvriers lyonnais,/ luttent contre le malheur, la misère, la faim ? »

53 « Les valents timouniers » al cap-mèstre Frederic Mistral Avignoun 22 de mai de 1877 (Les cants del soulelh, 1891, p. 40-48) auraient inspiré Mistral pour le « Poème du Rhône », c’est la thèse de Raymond Lizop (1879-1969).

54 Cf. p. 42.

55 Lafont in Lengas n° 19, 1986 : 153 à 159.

56 Georges Passerat 1998 donne le texte daté dans sa graphie d’origine : note 27, p. 216.

57 Passerat 1998 : 205-216.

58 « Douce comme le miel » et « mélodieuse » (RBM).

59 La Lauseta 1877 : 70-73.

60 Sur Sapho au XIXe siècle, voir Myriam Robic, « Verlaine et le Saphisme, autour des Amies », in Europe, n° 936, avril 2007.

61 Lydie, région située en Asie Mineure à l’extrémité occidentale du plateau anatolien, appartenant au peuple qui y développa une brillante civilisation dont l’apogée se situe au VIIe-VIe siècle avant Jésus- Christ. TdLF in http://atilf.atilf.fr; consulté en mai 2009.

62 Saint-Germain, le 10 avril 1879.

63 Traduction : « Et une grenade n’en es-tu pas une, Migrane ? N’es-tu pas dorée et tentante autant qu’elle, alors qu’elle mûrit ? et comme elle alors qu’elle se fend et crève, ton brave petit cœur n’est-il pas grené à ras de suaves fraîcheurs et de douceurs embaumées, dont je suis tant convoiteux ? »

64 Nom donné à la personne aimée pour qu’elle soit nommée dans la « canson » sans que son identité ordinaire ne soit révélée.

65 RLR, série 2, vol. 3 : 263-268.

66 RLR, n° 30, janvier-avril 1876.

67 Aubanel : 1860.

68 Aux bords du Lez 1891 : 122.

69 Traduction : « Après avoir lu son Livre d’Amour. »

70 Traduction : « À une rose fanée » (Aux bords du Lez : 126.)

71 Traduction : « Trouvée dans les reliques laissées par ma sœurette Jeanne et qui venaient d’Avignon ».

72 Traduction : « Ô fleur qu’un matin a pétrie de nuit pudique/ — elle te tenait d’Aubanel, fleur teinte dAubette/ Celle qui n’est plus, hélas !... »

73 Crapoulet in Burns 1994 : 38.

74 Ibid., 34 et 35.

75 Aux bords du Lez : 118 à 121.

76 À mon amie Marianne Eastwood de...

77 Contempteur. Celui, celle qui méprise, critique violemment et avec mépris (quelqu’un, quelque chose). TdLF en ligne http://atilf.atilf.fr mai 2009.

78 Ellrodt in Shelley 2006 : 7.

79 Traduction : « délicate écrivaine ».

80 Traduction parue dans Aux bords du Lez : « Ô berceuse de lumière et d’allégresse,/ tes vagues profondes et songeuses comme des yeux,/ — que ton rêve fleurit d’îles étincelantes,/ autant que le ciel splendide répandent la clarté. Candide clarté, qui fait de chaque esprit, rendu translucide,/ — un lac merveilleux où se mirent les étoiles ?/ — un lac sillonné de visions aux voiles magiques,/ — qui vont cherchant partout et Sagesse et Beauté. Car si elle émerge de toi, l’Aphrodite dorée,/ — ton calme plaît tant à Minerve-Athénée/ Que par suprême amour de toi,/ elle le garde dans son regard. Aussi, comme des dieux qui entourent une urne antique,/ — verras-tu tes fils latins, coupe sereine, ô mer !/ — t’embrasser d’une ronde étroite et pacifique. »

81 De nombreux autres journaux ont rendu compte de ces Fêtes latines : ils ont été collectés par la Société pour l’étude des langues romanes, université Paul-Valéry, Montpellier 3. Citons, outre Le Messager du Midi : Le Petit Méridional, La Chronique du Midi, La République du Midi de Montpellier, Le Journal Commercial et Maritime de Cette, Les Échos des Bouches du Rhône, L’Écho de Marseille, Las Provincias, Journal de Valencia, Liberta e Lavoro, journal italien, La Pressa, journal roumain...

82 Il y a ici aussi des poètesses, comme chez nous en Espagne, elles y ont obtenu des premiers prix, la célèbre Felibresse Léontine Goirand, et la délicate écrivaine Madame Xavier de Ricard, qui jusqu’ici s’était obstinément cachée sous le pseudonyme de Dulciorella. (Traduction RBM) « La Gaseta », Mercredi 29 mai 1878, n° 152, An II, 1re édition du matin, p. 2203 et 2204.

83 Cf. p. 155.

84 Aux bords du Lez : 25.

85 Cf. p. 89.

86 Cf. Planté, p. 54.

87 Cf. p. 52.

88 Aux bords du Lez : 39.

89 PM 20 septembre 1876.

90 Aux bords du Lez : 13.

91 Cf. p. 20. Rappelons ici les sources des définitions théoriques sur lesquelles nous avons basé nos recherches : le genre (Françoise Thébaud 1998 : 114) ; la vision androcentrique (Pierre Bourdieu : La domination masculine, Seuil 1998 : 15).

92 Kremnitz, 2002, p. 112.

93 Revue Lengas n° 13, 1983.

94 Cité par Cosnier 2001.

95 Composition d’Aux bords du Lez, p. 300.

96 Planté 1998 : XV.

97 Expression empruntée à Jacques Roubaud : La Fleur inverse, 2009.

98 Cf. p. 108.

99 Asselineau in présentation de Louisa Sieffert, cité par Planté 98 : XXXI.

100 Cf. à ce propos Reid 2010.

101 Mme Juliette Bouscaren (1827-1879), épouse de Louis Figuier, qui a aussi publié sous le pseudonyme de Claire Sénart.

102 Cf. p. 42.

103 Cf. p. 78.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search