Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

Autour de Lydie Wilson de Ricard

Texte intégral

1Autour de Lydie Wilson de Ricard, il y a toujours au moins une femme. Sa sœur Jeanne mais aussi au quotidien une femme du peuple, successivement Annette à Castelnau-le-Lez et Honorine au plan des Quatre Seigneurs ; elle les nomme même si c’est pour critiquer leur travail. D’autres apparaissent dans ses textes, comme la « bugadière » de « Grabels », « La nageuse » ou encore « La mignarde » et « La promeneuse ». D’autres encore sont, comme elle, traitées en « dames » par le Félibrige ou la Société pour l’étude des langues romanes. Quelle est leur situation et plus généralement celle des femmes tenues comme mineures depuis l’instauration du Code civil en 1804, puis l’interdiction du divorce, et maintenues sans droits civiques malgré l’instauration du « suffrage universel » en 1848 ?

1 Les femmes dans la région

  • 1 L’état civil du 9 au 11 mars 1876 recense dans le PM : une journalière, une lingère, une domestique (...)

2Plusieurs sources nous ont permis de brosser un tableau du sort des femmes dans la région en cette deuxième moitié du XIXe siècle. Nous parlerons de leur travail, de l’enseignement et de la place des femmes dans la cité et les sociétés savantes. L’état civil de Montpellier, publié dans la presse, nous révèle que les jeunes filles qui se marient ont, très majoritairement, un métier1. Aux emplois de service traditionnels s’ajoutent ceux dépendant d’activités qui ont remplacé les fabriques de tissus d’indiennes à Montpellier, en particulier le verdet, vert-de-gris, fabriqué par les « grisettes ».

  • 2 AMBS, La Grisette à Paris et en Province, Paris, Renault, 1843 : 19, cité par Houbre 1997 : 119 et (...)

3À Montpellier, ce nom désigne aujourd’hui une spécialité à base de réglisse ! Auparavant il était donné au costume folklorique des jeunes filles de la ville, jeunes ouvrières du XIXe siècle. Ce n’est pas pour autant une spécificité locale : Gabrielle Houbre dans La discipline de l’amour, indique « La grisette désigne avant tout l’ouvrière à aiguille. Mais son acception commune est plus large ». Son nom viendrait de la robe grise de serge, « la seule que pût se permettre autrefois la fille de la classe ouvrière2 ».

  • 3 Le peintre Édouard Marsal (1845-1929) était félibre. Dans Lo cartabèu de 1876 p. 52, on le trouve d (...)
  • 4 Groupe folklorique montpelliérain toujours en activité aujourd’hui.

4À Montpellier, la grisette de 1896 a changé d’habit, regrette le peintre Marsal3 dans le portrait qu’il en fait. Son croquis montre la grisette d’antan dont le costume est celui que revêtiront les danseuses de « La Garriga Lengadouciana4 ». À la fin du siècle, les grisettes préféraient la mode de Paris au costume traditionnel qui n’avait pourtant rien de l’austère robe de serge et ressemblait plus à celui de l’Arlésienne. Ceci n’empêcha pas Marsal de les chanter :

  • 5 Nous avons gardé la graine des grisettes/ et elle ne germe guère qu’à Montpellier/ Pour en trouver (...)

Avén garda la grana das grisetas
E grelhon pas gaira qu
’à Mount-Peliè :
Per n
en trouvà dautant acassadetas
Cauri
è belèu courri lou mounde entié
Manida ! nou, perira pas ta ra
ça,
I a trop d
amour dins tous iols de velous5.

  • 6 Une des plus anciennes grandes places de Montpellier d’où l’on dominait toute la ville.
  • 7 Congrès socialiste de Marseille 1879, sur Gallica, consulté en 2007.

5Même si elles font le tour du Peyrou6 au bras de leur promis ou échangent des baisers derrière les buissons fleuris au bord du Lez, la vie des « filles d’usine », comme elles seront appelées au XXe siècle, n’est pas drôle tous les jours. En témoigne l’intervention de Loudon, délégué de Montpellier au Congrès ouvrier de Marseille7 en 1879, celui même qui vit intervenir Hubertine Auclert. Il nous apprend par exemple que la ville possède une fabrique de bougies et savons qui emploie 500 personnes, hommes ou femmes, payées pour une journée de 11 heures, de 2 F 50 à 3 F pour les hommes et 1 F à 1 F 50 pour les femmes. Mais d’autres payées à la tâche gagnent encore moins, soit de 50 à 75 cts par jour pour les hommes et de 40 à 50 cts pour les femmes. À cela il faut ajouter les travaux effectués par des femmes dans la prison, travail payé bien au-dessous du tarif des ateliers de la ville.

  • 8 PM 8 août 1877, chronique locale.
  • 9 Entre guillemets des extraits du compte rendu du congrès ouvrier de Marseille, consulté sur Gallica (...)

6Certaines comme les « plieuses » du journal La République travaillent de nuit dans un secteur où les salariés hommes et les syndicats font tout pour les exclure du travail8. Au congrès ouvrier de Marseille, d’autres femmes comme « la citoyenne Graves9 » de Marseille revendiquaient pour leur sexe « les droits civils et politiques », autrement dit l’égalité en droit ; elles s’y sont vues opposer par la majorité des représentants ouvriers « leur nature ». Ainsi on peut apprécier la conclusion de l’un d’eux :

  • 10 Congrès ouvrier français, 1879, Marseille.

[...] nous voterons le principe de l’égalité absolue, avec la réserve, toutefois, qu’auparavant on réformera la situation matérielle et morale de la femme ; en un mot, qu’elles deviennent des êtres réellement humains, ayant la raison de comprendre et qu’elles cessent d’être les joujoux des classes riches, les agents du cléricalisme dans les classes pauvres10.

  • 11 Ballainvilliers 1788 : p. 32-33, 36, 43, 49, 72, etc.

7Les femmes travaillent toujours avec des salaires que l’intendant de Ballainvilliers avait relevés avant la Révolution comme étant « la moitié » de celui des hommes11, et ce tant dans les filatures que dans l’agriculture. Le Tour de France de Flora Tristan, nous démontrera que la Révolution française n’a rien changé en ce domaine.

8Elle jugeait ainsi Montpellier en 1843 :

  • 12 Tristan 1980 : 147.

Cette ville est la ville des millionnaires : on compte ici 15 ou 20 millionnaires — et indépendamment de cela, des fortunes de 600, 800 mille francs. — Tout est dans les mains d’une centaine d’individus et le reste n’a rien. — Aussi les riches sont-ils détestés plus que partout. — Inutile de dire qu’ils ont tous les vices et particulièrement l’avarice — le plus grand vice social ! — Dans tout le Midi c’est de même12.

  • 13 Souligné par nous.
  • 14 Présidente : Baronne de Roquevaire ; vice-présidente : A. de Fesquet ; trésorière : Ach Kühnholtz-L (...)
  • 15 Annuaire de L’Hérault 1875, archives de l’Hérault en ligne, avril 2009.

9À côté des femmes du peuple qui parlent languedocien, les femmes de ces millionnaires existent toujours dans les années 1870, on les retrouve dans les associations de charité comme la Société de charité maternelle dont le but est de : « secourir les pauvres femmes en couches, de pourvoir à leurs besoin et de les obliger à allaiter elles-mêmes leurs enfants13. La société de Montpellier est composée de dames du monde14 qui élisent entre elles un conseil d’administration15. » Elles sont appelées par le prénom de leur mari, et n’ont, bien entendu, pas le droit de vote au sens citoyen du terme.

10Arrivant de nuit à Montpellier, Flora Tristan s’était vue refuser une chambre à l’hôtel :

  • 16 Tristan 1980 : 138.

J’ai trouvé dans cette ville ce que je n’ai encore trouvé nulle part. L’Hôtel du Cheval Blanc qui ne veut pas recevoir de femme16.

11Était-ce une exception, les mœurs avaient-elles évolué depuis 1843 ?

12Les femmes ne sont-elles toujours acceptées ou invitées dans certains cercles que l’on pourrait pourtant considérer comme « avancés » que si elles sont accompagnées par un homme ?

13L’annonce dans le Petit Méridional d’une conférence des « Amis des Arts » tend à nous confirmer cette discrimination. Elle est ainsi libellée :

  • 17 PM 29 mars 1876.

Les dames sont invitées [... et] Messieurs les membres de la société qui n’auraient pas retiré les cartes de dames pourront le faire le jeudi 30, de 9 h à 10 h du soir17.

  • 18 Une jeune fille de Bédarieux est arrêtée à Portel dans l’Aude après avoir subitement accouché au bo (...)

14Ce n’est, bien sûr, pas le seul acte de discrimination envers les femmes et les jeunes filles. Celles-ci, au-delà de l’image de la grisette, font bien souvent les frais des mœurs de ce temps ; abusées par des hommes sans scrupules et ne pouvant se défendre en faisant une recherche en paternité, on les retrouve dans les faits divers des journaux18.

  • 19 PM 6 mars 1877.

15Ces années n’en constituent pas moins un tournant dans l’éducation des filles, laissées jusque-là uniquement aux mains des religieuses ou sous la responsabilité des familles. Mais en lieu et place d’égalité, c’est toujours l’infériorité des femmes qui est mise en avant par des lois de « protection », qui leur font un sort à part. Cette protection n’est pas sans arrière pensée, ni en contradiction avec l’idée que les filles doivent être éduquées pour être au service des hommes (ce qui est valable pour toute la société française), ainsi les occupe-t-on aux métiers du linge, comme le fait la maréchale Mac-Mahon qui institue des ouvroirs pour les « fillettes de 12 à 15 ans sans ouvrage19 ».

  • 20 Ibid., 22 juin 1876.

16Même sage-femme, la femme reste mineure. Elle a donc besoin pour passer le concours des bourses et entrer à l’École de sages-femmes de la Maternité de fournir : « l’autorisation du père, du tuteur ou mari plus un certificat de bonnes mœurs20 ».

17Cependant en 1877, l’enseignement des filles se met en place et la discrimination leur ouvre contradictoirement d’autres métiers :

  • 21 Ibid., 21 mars 1877.

Sur les 96 jeunes filles qui se sont présentées aux examens qui ont eu lieu hier à la préfecture pour l’obtention du diplôme d’institutrice, 43 ont été admises pour l’épreuve écrite21.

  • 22 Ibid., 27 mars 1876.
  • 23 Véran : 1994.

18Une autre « brève » du journal nous rappelle que les filles et les garçons ne recevront pas la même éducation. Dans le chapitre « Instruction publique » du 27 mars, le Petit Méridional informe ses lecteurs de « La répartition des crédits destinés aux maîtresses des travaux à l’aiguille22. » Information confirmée par Castelnaule-Lez où en 1881 l’institutrice enseigne les travaux d’aiguille (obligatoires) ; de même elle effectue en 1903 une garderie d’enfants pendant les vendanges23. L’École normale et le lycée de filles sont parmi les premiers de France à être prêts. L’enseignement sera prodigué aux filles comme il l’est aux garçons, dans la langue de la République : le français.

  • 24 Ibid., 22 juin 1876.

19Au niveau national, la question du divorce est en débat et même les journaux républicains comme le Petit Méridional ne font pas campagne pour son retour : « ... on vient de distribuer le projet de loi de Mr Naquet, relatif au divorce, ce projet est rempli de choses curieuses. Il est dit entre autres choses étranges que les époux pourront se remarier ensemble et qu’à l’avenir aucune séparation de corps ne pourra être pronnoncée [sic] : les époux ne pourront plus être désunis que par le divorce24. »

2 La langue parlée et la langue écrite…

  • 25 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : intro. V.

20Lydie apprend le dialecte de Montpellier, témoigne Louis-Xavier de Ricard dans sa préface d’Aux bords du Lez, « assidûment, non seulement par le parler qu’elle entendait autour d’elle25... ».

  • 26 Ainsi dans celui consacré par ce quotidien au « Plus jeune sauveteur de France », Jules Bénézet, ne (...)

21Les journaux qui paraissent à Montpellier sont en français, avec, en ce qui concerne les sondages faits dans le Petit Méridional, très peu de langue d’oc. Cependant, quand il est question de faire parler le peuple, quelques phrases de sa langue sont glissées dans l’article, le parler devient écrit26.

  • 27 Andréani 1989 : 676. Nous nous étions interrogée sur l’éventualité d’un nom d’emprunt de Louis-Xavi (...)

22À côté des annonces et comptes rendus concernant les initiatives des différentes sociétés touchant à la langue d’oc, en particulier des Fêtes latines, les « Chroniques » de Jean Raisin dans le Petit Méridional sont intéressantes du point de vue de la langue d’oc et de la civilisation. Jean Raisin est un nom de plume d’Auguste Cabrol (1834-1893), le rédacteur en chef du Petit Méridional27.

3 Quatre sociétés pour la langue d’oc

  • 28 Cf. Lettre de Lydie Wilson de Ricard à Mistral, p. 248.

23Montpellier, dans les années 1870-1880, est le cadre d’une importante émulation en ce qui concerne la langue et la culture du Midi. Avec « La Lauseta », elles seront trois sociétés à vouloir favoriser le développement de la recherche et de la création littéraire en occitan. La quatrième, la Cigale, sera créée à Paris en 1876 par Louis- Xavier et Lydie de Ricard, Baudouin et Faure. Le couple vit à Montpellier, le peintre en est originaire, c’est en cela qu’elle a, à ses débuts, des liens étroits avec la ville28.

  • 29 Cf. Martel 1986 b : 16.

24Les deux premières visaient un même public. Pour le Félibrige qui s’organise à partir des statuts de 1876 et la Société pour l’étude des langues romanes, la plus vieille des sociétés, autorisée depuis 1869, il s’agissait d’un public de propriétaires érudits, catholiques et plutôt royalistes ou républicains modérés. Leurs moyens étaient de deux sortes : implantation dans la ville pour la seconde au moyen de conférences régulières et de relations avec l’université ; cérémonies festives pour la première. Seule la Société des langues romanes éditait une revue, la Revue des langues romanes, qui permettait la publication des créations contemporaines et des recherches philologiques et historiques. Charles de Tourtoulon, vice-président de la société en 1877, est en même temps syndic de la Maintenance félibréenne du Languedoc. Il publie dans la RLR des articles sur le dialecte de Montpellier. Les sociétés fonctionnent de façon synchrone : ainsi pour les Rameaux de 1877, une séance extraordinaire de la Société pour l’étude des langues romanes le samedi sera suivie le dimanche d’une réunion du Félibrige. Ces sociétés n’avaient pas une attitude différente de la société française d’alors en ce qui concerne la situation des femmes. Les félibres ont, pour leur part, une attitude qui confine les femmes dans un rôle de maintien des traditions. Parmi les personnes citées par Roque-Ferrier dans son compte-rendu de la création de la Maintenance du Languedoc dans la RLR, il y a peu de félibres du « Clapas » (nom occitan de Montpellier). Il n’y a aucune femme, elles peuvent pourtant comme Lydie et Léontine Goirand être membres du Félibrige. Elles sont cependant l’exception29.

25Rappelons ici le discours de Mistral, discours de « Sant-Roumieu i felibres catalans » (9 septembre 1868) :

  • 30 Nous voulons que nos garçons, au lieu d’être élevés dans le mépris de notre langue (ce qui, plus ta (...)

Voulèn que nòsti drole, au-liò d’èstre eleva dins lou mesprés de nosto lengo (ço que fai que, plus tard, mespresaran la terro, la vièio terro maire ounte Diéu lis a fa naisse), voulèn que nòsti drole countùnion de parla la lengo de la terro, la lengo ounte soun mèstre, la lengo ounte soun fièr, ounte soun fort, ounte soun libre. Voulèn que nòsti chato, auliò d’èstre elevado dins lou desden de nòsti causo de Prouvènço, au-liò d’ambiciouna li fanfarlucho de Paris o de Madrid, countùnion de parla la lengo de soun brès, la douço lengo de si maire, e que demoron, simplo, dins lou mas ounte nasquèron, e que porton longo-mai lou riban arlaten coume un diadèmo de rèino30.

  • 31 Martel 2001 a : 168.

26Rappelons aussi le scandale de la pièce d’Aubanel « Le pan dóu pecat », qui divisa le Félibrige lors des Fêtes latines de Montpellier. Le soutien ou l’opposition au « Pan dóu pecat » sont des prises de position plus complexes qu’un rapport républicains/ légitimistes, la place de « la femme » étant au cœur de la pièce. « Lou pan dóu pecat » est d’ailleurs publié à Montpellier car Aubanel « sait que son public ordinaire, et catholique, ne l’appréciera pas31 ».

27En même temps, comme le remarque Catherine Parayre, dans le Félibrige :

  • 32 Parayre 2004 : 10.

Le discours hostile aux femmes ou, du moins, indifférent à certains de leurs droits, se double d’un deuxième discours, celui-là passionné et admiratif, de telle sorte que, si les conditions socio-économiques des Provençales sont ignorées, l’idéalisation de ces dernières devient rapidement un motif primordial, ce qui, par ailleurs, constitue une stratégie supplémentaire dans le but d’amadouer et de contrôler plus efficacement les personnes dont il est coutume de réduire le rôle dans l’espace public32.

28Les félibres républicains de « La Lauseta », quant à eux, tout en participant aux initiatives des deux sociétés, à condition pour le Félibrige qu’elles n’aient pas de caractère religieux, visent un public de républicains lettrés et plus populaire. Leur plan d’actions allait de la confection de l’almanach à la création des sociétés qui embrassent, outre les Languedociens et les Méridionaux, les écrivains des peuples latins. Ils n’ont, semble-t-il, pas de politique éditoriale arrêtée quant à la signature, tant des femmes que des hommes : celle-ci peut être leur nom ou un pseudonyme. Cependant le nombre de femmes qui écrivent dans les trois numéros de « La Lauseta » est peu ou prou équivalent à celui des femmes présentes en 1866 dans Le Parnasse contemporain, dont Louis-Xavier de Ricard est un des co-fondateurs avec Catulle Mendès, c’est-à-dire minime.

4 Quilles, tambourin, joutes : traditions et jeux de garçons

  • 33 Lettre de 17 juin 1876 in Le Petit Méridional de 1896 page 253.

29Nous le verrons dans une lettre de Lydie à Louis-Xavier de Ricard33, le jeu de quilles est prisé des villageois. Il l’est aussi des Montpelliérains et, comme on peut le lire dans cette annonce du 19 mai 1878, l’enjeu est de valeur : un superbe mouton.

  • 34 Cf. Max Rouquette, Le jeu de Balle au tambourin, IEO Toulouse, 1948.
  • 35 Cf. Lacave 1987.

30Autre jeu, réservé comme le premier aux hommes, le jeu de ballon, devenu jeu de balle au tambourin34. Il se jouait à Montpellier à partir du milieu du XIXe siècle dans une ancienne portion des fossés de la ville, terrain à l’extrémité de l’Esplanade jouxtant la Comédie35.

31Dernier tournoi prisé : celui des joutes. Elles sont de retour sur le canal de Palavas pour les fêtes de 1876 :

  • 36 PM : 12 août 1876.

[...] les jeunes gens du Grau sont disposés à donner à celles de dimanche prochain un éclat inaccoutumé36.

  • 37 Jeu dans lequel deux protagonistes cherchent à se frapper derrière l’oreille avec un mouchoir torti (...)
  • 38 Abandonné aujourd’hui à Sète (Hérault) pour les fêtes de la Saint-Louis, en août, ce jeu prenait pl (...)

32L’annonce, la veille, des réjouissances nous donne le nom de deux autres jeux, celui de l’Anguille prévu pour midi37 et celui de la bigue, en fait « Lo capelet », prévu à une heure et qui est bien connu des fêtes d’étang38 et de bord de mer. Une « innovation » en cette année 1876, directement en relation avec ces années de colonisation, elle est annoncée dans le Petit Méridional en ces termes : « exhibition et incendie de la barque des nègres [sic] pendant les joutes. »

33On peut s’interroger sur l’existence de jeux de filles et trouver une réponse dans les Mémoires d’une enfant d’Athénaïs Mialaret, Mme Jules Michelet (1826-1899), élevée dans la bourgeoisie de Montauban :

  • 39 Mialaret 1866, 26-27.

À l’âge de cinq ou six ans [...] assise sur ma petite chaise, j’avais déjà ma tâche. Le travail fut à peu près tout le jeu de mon enfance ; j’appris à coudre, à tricoter ; de bonne heure j’ourlais mes chemises [...]. Les points de mes ourlets ne venaient pas se placer tout uniment à la suite ; il me fallait souvent défaire. Toute ma récréation y passait39...

  • 40 PM, 15 août 1876.

34L’année 1876 est l’année de la reconnaissance des vertus de l’eau ferrugineuse de Palavas et l’ancien village de pêcheurs est devenu avec son casino et sa desserte par le train une station en vue, comme le prouvent le compte rendu de ces fêtes40 de même que la nécessité pour la mère de Louis-Xavier de Ricard de se rendre l’année suivante lors de sa visite fin août dans ce lieu à la mode.

5 Les gens de lettres

  • 41 Gerbod 2003, 15.
  • 42 Martin et Chartier 1985, 128.

35Lydie Wilson de Ricard fait partie des gens de lettres ; la France en 1876 en compterait « 70041 ». Le recensement des « Savants, hommes de lettres et publicistes » donne pour 1876 : 4 173 ; ils seront 6 376 dix ans plus tard42. Le nombre des écrivains pour ces mêmes années étant évalué à 540. Les femmes y sont-elles recensées ?

  • 43 Martel 2001 a, 154.

36Selon ces auteurs, la production française se distribue entre 1876 et 1885 de la manière suivante : 621 romans, 139 livres de poésie et 196 de théâtre. 1876 est une de deux années avec 1857 qui voit « le nombre absolu de titres occitans le plus élevé43 ».

37Quels genres sont présents en occitan dans la deuxième partie du XIXe siècle ? Au premier rang et sans conteste la poésie :

  • 44 Ibid., 156.

Le nombre de titres suivis de la précision « vers patois », « vers provençaux » ou languedociens, « poésies patoises ». Les premières histoires de la littérature d’oc signalaient déjà cette hégémonie du vers et la rareté de la prose, en un temps où, en français, le roman prédomine44.

38À Montpellier les éditeurs sont assez nombreux et généralement spécialisés, médecine et agronomie pour Coulet, protestantisme pour Poujol, l’édition languedocienne pour Hamelin...

  • 45 Cette mention apparaît en fin de volume après la « Chronique ».
  • 46 Martel 2001 a : 159.

39Ce dernier est dès les premiers numéros le gérant de la Revue des langues romanes45. Sur le plan de l’imprimerie, il entre en scène en 1875, donc grosso modo au moment de l’arrivée des Ricard à Montpellier ; avec son « Imprimerie centrale du Midi [...] il deviendra l’éditeur attitré du Félibrige languedocien46 ».

  • 47 Ibid.

40L’apogée de l’édition montpelliéraine en matière occitane correspond à la décennie 1870-1880, « avant une baisse spectaculaire correspondant à celle de l’activité félibréenne dans la ville47 ».

41Peut-on en déduire que nos félibres rouges représentaient un aiguillon en ce domaine et que l’évolution du Félibrige, sans ceux-ci, vers le Félibrige des ducs, n’a pas encouragé la littérature ?

6 L’almanach républicain

42Avec cet almanach, les félibres rouges sont dans la réalisation de ce qui se multiplie fin des années 1870 :

  • 48 Ibid. : 155.

L’existence de nombreuses revues en langue d’oc, un peu partout, permet à des auteurs de publier sans avoir à assumer les frais d’une édition48.

43Lydie, dont on a vu le sens pratique, prend part à la réalisation des trois numéros. « La Lauseta » pour 1877 a été faite en urgence en 1876. Le 18 juillet 1877, Lydie s’interroge sur la qualité de la traduction des proverbes italiens et espagnols : « Pourquoi une traduction si peu littérale ? » Elle aurait également pu s’interroger sur la présence de proverbes languedociens au « bon sens populaire » misogyne... Le 11 septembre, elle fait pour Fourès le point sur le travail pour l’almanach républicain :

[Louis] vous enverra de nouvelles épreuves demain probablement. Il est surpris que vous ne lui disiez pas un mot de l’Almanach, n’en êtes-vous pas content ?
(Lettre du 11 septembre 1877, p. 244)

7 Le réseau d’inter-connaissances

44Les Ricard sont en relation au moins épistolaire avec un grand nombre d’écrivains, d’artistes, de penseurs et d’acteurs politiques de leur temps. Les noms relevés dans les lettres de Lydie Wilson de Ricard constituent, selon nous, une ébauche de leur réseau d’inter-connaissances pour les années 1870-1880. Une étude plus approfondie pourrait prendre en compte les auteurs de l’ensemble des journaux et revues initiés par Ricard, et en particulier pour la période qui nous intéresse les « Lauseta », L’Alliance latine et La Commune Libre. En partant diachroniquement de la Revue du progrès, celle-ci permettrait une vision plus précise des réseaux montpelliérains, occitans et européens des Ricard.

45La correspondance révèle cependant l’existence dans ce réseau d’individus et de groupes.

  • 49 Les relations avec les premiers se sont établies à partir de l’amitié Mistral/Balaguer : cf. Amade (...)

46Tout d’abord les correspondants espagnols, catalans et italiens de « La Lauseta » et de L’Alliance latine dont les noms ne sont pratiquement pas cités (lettres du 29 février, 4 juin, 18 juillet et 11 septembre 1877). Le Félibrige « officiel » a ses correspondants tant catalans qu’italiens49. Une partie de ces correspondants déjà engagés dans la Renaissance latine s’est retrouvée chez les patriotes républicains.

  • 50 Charles-Louis Chassin, La Démocratie, Paris, hebdomadaire qui a paru chaque samedi du 8 novembre 18 (...)

47L’origine d’une autre partie des correspondants « lausetiers » nous semble différente, elle pourrait se situer dans les relations antérieures de Ricard et les débats des théories fédéralistes. Le journal La Démocratie, journal à fonder par association de Charles-Louis Chassin50 constitue une piste à approfondir qui pourrait attester à la fois de la continuité de la réflexion et de l’action de Louis-Xavier de Ricard et de la priorité donnée aux contacts humains.

  • 51 « La Lauseta » 1878 : 286-291.
  • 52 Maurro Macchi est au sommaire de « La Lauseta » 1878, une lettre du même « représentant au Parlemen (...)
  • 53 Robert Luzarche était le directeur de la Gazette Rimée dans laquelle ont écrit, outre Louis- Xavier (...)

48Parmi les périodiques recommandés par « La Lauseta » de 1878, on notera La Semaine républicaine de Chassin51. Maurro-Macchi de Rome et Émilio Castelar étaient, aux côtés de Ricard, des correspondants permanents de La Démocratie. En 1878 tout deux font toujours partie des correspondants de L.-X. de Ricard et donc des félibres rouges52. Du côté des Français, La Démocratie possédait également les signatures d’Alfred Naquet, Alphonse Esquirros, Gustave Flourens, Robert Luzarche53. Naquet est l’auteur de propositions de loi en faveur de l’amnistie et du divorce. Il était né à Carpentras et avait fait ses études de médecine à Montpellier. Il avait été professeur à la faculté de Médecine de Palerme. Son féminisme le fit plaider à l’Assemblée en vain « la recherche de paternité ».

49Les membres des familles des deux correspondants, les Wilson et les Fourès, constituent les autres groupes du réseau apparaissant dans les lettres de Lydie. Les « parents » Ricard, eux, se présentent davantage comme individus que comme groupe, sauf sur l’extrait d’acte de mariage de Lydie et Louis-Xavier. Nous ne nous attarderons pas sur ces groupes si ce n’est pour en souligner la diversité tant d’origines que de conditions sociales et d’idées.

50Côté individus, nous avons compté soixante-neuf personnes citées dans les lettres de Lydie à Fourès et les lettres publiées dans le Montpellier Républicain de 1896.

51Parmi elles des noms de deuxième rang : les voisins, amis, docteurs et prétendants de la région parisienne et les deux employées de maison des Ricard dans le Midi.

52Il s’agit très majoritairement d’hommes, on compte onze femmes sur soixante (soit plus de 18 %).

  • 54 On trouvera en bas de page des lettres des notes biographiques des personnes citées. Leurs origines (...)

53Vingt-huit de ces personnes vivent à Paris ou en région parisienne (46,6 %), mais seulement trois ou quatre y sont nées54.

54Les autres vivent à Montpellier (9) ; dans le Gard (9) ; dans l’Aude (5) ; à Clermont-Ferrand (1) ; dans les Bouches-du-Rhône (2) ; dans le Vaucluse (2) ; au Puy-en-Velay (1) ; dans la Drôme (1). Soulignons que la lettre de Lydie à sa mère sur la félibréjade de Nîmes a une influence sur le nombre de Gardois. Ils vivent en général soit dans leur ville d’origine soit à proximité.

55Enfin il y a les étrangers qui vivent soit entre Paris et leur ville d’origine, soit dans cette dernière.

56Les engagements politiques et (ou) associatifs de ces personnes permettent de déterminer deux groupes :

  • Ils sont félibres ou membres de la Cigale : ce sont des « hommes de lettres » ; des femmes qui « écrivent » ; des imprimeurs ; des notaires et huissiers ; un militaire ; des employés du chemin de fer PLM ; des peintres ; un industriel et banquier ; un relieur-journaliste-bibliothécaire ; des hommes politiques ; un directeur de manufacture ; des ingénieurs ; des responsables de la Société pour l’étude des langues romanes ; un littérateur-rentier et un historien et philosophe ;

  • Ils ne sont ni félibres, ni membres de la Cigale : ce sont des éditeurs ; un huissier ; un médecin ; des femmes dont la profession n’est pas indiquée ; des politiques ; des « hommes [ou femmes] de lettres » ou des publicistes ; des peintres ; un libraire-éditeur et des rentières.

57Les professions exercées par les connaissances des Ricard tant à Paris qu’à Montpellier et dans le Midi sont en accord avec la composition sociale du Félibrige, ou encore celle de la Cigale de Paris :

  • 55 Traduction : « Rien que du beau monde » (Martel 1986 b).

Es ren que de polit monde55.

58Mais si l’on y regarde attentivement, ce « polit monde » n’a pas toujours été très recommandable. Nous trouvons au plus près de Louis-Xavier et du couple :

  • des « Parisiens » : les plus anciennes relations se situent parmi les lettrés et certaines datent d’avant le Parnasse contemporain. Une deuxième série de littérateurs a fait ses classes, comme Louis-Xavier de Ricard, à Sainte-Pélagie ou dans d’autres prisons ;

  • un nouvel arrivant, venu du Nord (plutôt du Centre-Ouest), celui que Carbasse appelle « le quatrième félibre rouge », qui n’a pas grand-chose à voir avec le Félibrige mais beaucoup avec le fédéralisme : Thiaudière a écrit, en ces années 1870, deux pamphlets contre l’ordre moral et un texte théorique sur le fédéralisme. Il n’était ni félibre, ni membre de la Cigale de Paris.
    Avec Thiaudière nous pouvons souligner une forte influence anti-cléricale, à celle-ci s’ajoute une influence protestante ou issue du protestantisme. Selon les théories mêmes de Ricard dans Le Fédéralisme, toutes les nuances républicaines sont ici acceptées ;

  • les relations méridionales des Ricard sont le plus souvent des félibres et, en général, des républicains. Les Méridionaux opposés au coup d’État de Napoléon III, puis à l’Empire, ceux qui se sont engagés dans les Communes recoupent l’ensemble parisien formé à l’école de Sainte-Pélagie. Parmi les méridionaux également les responsables de la Société pour l’étude des langues romanes ;

  • trois libraires-éditeurs sont cités, ils auraient pu être plus nombreux, tant à Paris que dans le Midi. Le choix d’un libraire-éditeur se fondant sur le devis, la couverture de diffusion enfin la spécialisation de ceux-ci dans un domaine qui permet aux amateurs de cibler les éditions et à la presse de couvrir les parutions.

8 De la « Lauseta » à l’Alouette et la Commune

59Évoquée dans la correspondance qui s’achève, pour celle que nous publions hors celle à Mistral, à la fin 1877, la création d’un supplément à la « Lauseta », qui s’appellera L’Alliance latine va confirmer et étendre la formation de ce réseau avec le premier « Banquet de l’Alouette » le 26 mai 1878 au faubourg Figuerolles.

60L’année suivante, c’est la création de La Commune Libre qui agrandira encore ce réseau côté socialistes fédéralistes, avec notamment Ernest Ferroul, Antide Boyer et Ernest Jourdan.

Notes

1 L’état civil du 9 au 11 mars 1876 recense dans le PM : une journalière, une lingère, une domestique, une épicière, deux cuisinières, une tailleuse, une giletière et une couturière. Seulement deux d’entre elles sont sans profession, une épouse un militaire, l’autre un employé de commerce. Elles sont aussi : employée de commerce, bouchère, écuyère, lisseuse (TdLF, en ligne, http://atilf.atilf.fr; consulté le 10 avril 2009, Lisseur, -euse adj. et subst. d’après ce dictionnaire la lisseuse comme machine à lisser existait depuis 1874, la machine peut avoir donné le nom à l’ouvrière dès cette époque, ce sens n’est avéré en français qu’en 1955, or dans le TdF, Mistral traduit alisaire par « Lisseuse de linge ») de linge, faiseuse de bonnets, repasseuse, femme de peine, modiste, blanchisseuse, tailleuse de robes...

2 AMBS, La Grisette à Paris et en Province, Paris, Renault, 1843 : 19, cité par Houbre 1997 : 119 et 360-365.

3 Le peintre Édouard Marsal (1845-1929) était félibre. Dans Lo cartabèu de 1876 p. 52, on le trouve dans la liste des mainteneurs du Languedoc comme « proufessour de dessin, à Mount-pellié ». Avec Gleize, Baudouin et Laurens, il fait partie des peintres en vue à Montpellier dans ces années 1870 ; il a fait ses débuts au salon de 1875 à Paris. Majoral du Félibrige en 1892, après la démission de Roque- Ferrier, « Cigalo Latino » (Fabre 2006). Voir également son tableau au musée de Sète, « Le brouillon de ses baisers sur les femmes nues du Musée », qui inspira Brassens et neuf portraits signés de lui sont à la faculté de médecine de Montpellier (www.culture.gouv.fr). Il tint une rubrique dans « La Campana de Maguelouna » qui a été reprise en volume.

4 Groupe folklorique montpelliérain toujours en activité aujourd’hui.

5 Nous avons gardé la graine des grisettes/ et elle ne germe guère qu’à Montpellier/ Pour en trouver d’aussi bien parées/il faudrait peut-être courir le monde entier/ Fillette, non, elle ne périra pas ta race,/ Il y a trop d’amour dans tes yeux de velours... Dans sa traduction, Marsal accorde « germe » avec graine, alors que dans l’original son sujet est grisettes, le verbe étant au pluriel (Marsal, réédition 1999 : 105-107).

6 Une des plus anciennes grandes places de Montpellier d’où l’on dominait toute la ville.

7 Congrès socialiste de Marseille 1879, sur Gallica, consulté en 2007.

8 PM 8 août 1877, chronique locale.

9 Entre guillemets des extraits du compte rendu du congrès ouvrier de Marseille, consulté sur Gallica.fr

10 Congrès ouvrier français, 1879, Marseille.

11 Ballainvilliers 1788 : p. 32-33, 36, 43, 49, 72, etc.

12 Tristan 1980 : 147.

13 Souligné par nous.

14 Présidente : Baronne de Roquevaire ; vice-présidente : A. de Fesquet ; trésorière : Ach Kühnholtz-Lordat. — Dames de sixain : Ed. Batigne et Ed. Caizergues.

15 Annuaire de L’Hérault 1875, archives de l’Hérault en ligne, avril 2009.

16 Tristan 1980 : 138.

17 PM 29 mars 1876.

18 Une jeune fille de Bédarieux est arrêtée à Portel dans l’Aude après avoir subitement accouché au bord de la rivière et jeté l’enfant, né viable, à la rivière, elle a été arrêtée (PM 30 mars 1876). En chronique de Montpellier : « Hier soir un fœtus a été trouvé, sous un tas de pierres, rue Villefranche, cité Lunaret. Le docteur Vigouroux, appelé à faire l’autopsie de ce fœtus, a déclaré qu’il était né non viable. » (PM 12 mars 1877).

19 PM 6 mars 1877.

20 Ibid., 22 juin 1876.

21 Ibid., 21 mars 1877.

22 Ibid., 27 mars 1876.

23 Véran : 1994.

24 Ibid., 22 juin 1876.

25 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : intro. V.

26 Ainsi dans celui consacré par ce quotidien au « Plus jeune sauveteur de France », Jules Bénézet, neuf ans, de Palavas, qui sauva de la noyade un camarade de 12 ans, Denis Mole. Le dialogue est reproduit en deux endroits : « À moi ! criait-il, je me noie ! Agués pas poou ! répondit le brave petit » et plus loin : « néga-te sé bos », disait le brave enfant..., « bolé pas mé néga embé tus. » Traduction : « N’ai pas peur/ Noie-toi si tu veux, je ne veux pas me noyer avec toi. »

27 Andréani 1989 : 676. Nous nous étions interrogée sur l’éventualité d’un nom d’emprunt de Louis-Xavier de Ricard à partir du contenu des chroniques, des dates de celles-ci. Auguste Fourès semble avoir eu la même idée puisque Louis-Xavier de Ricard lui écrit fin mars ou début avril 1876 : « Je m’empresse de vous écrire pour vous prévenir que je ne suis pour rien dans le Journal à un sou qui vient de paraître à Montpellier, à mon étonnement ainsi qu’à mon scandale... »

28 Cf. Lettre de Lydie Wilson de Ricard à Mistral, p. 248.

29 Cf. Martel 1986 b : 16.

30 Nous voulons que nos garçons, au lieu d’être élevés dans le mépris de notre langue (ce qui, plus tard, aboutira à ce qu’ils méprisent la terre, la vieille terre mère où Dieu les a fait naître), nous voulons que nos garçons continuent à parler la langue de la terre, la langue où ils sont maîtres, la langue où ils sont fiers, où ils sont forts, où ils sont libres. Nous voulons que nos filles, au lieu d’être élevées dans le dédain de notre cause provençale, au lieu de se tourner vers les fanfreluches de Paris ou de Madrid, continuent de parler la langue de leur berceau, la douce langue de leurs mères, et qu’elles demeurent simples, dans le mas où elles sont nées, et qu’elles portent pour longtemps le ruban arlésien comme un diadème de reine. (F. Mistral : Écrits politiques)

31 Martel 2001 a : 168.

32 Parayre 2004 : 10.

33 Lettre de 17 juin 1876 in Le Petit Méridional de 1896 page 253.

34 Cf. Max Rouquette, Le jeu de Balle au tambourin, IEO Toulouse, 1948.

35 Cf. Lacave 1987.

36 PM : 12 août 1876.

37 Jeu dans lequel deux protagonistes cherchent à se frapper derrière l’oreille avec un mouchoir tortillé (d’après TdF).

38 Abandonné aujourd’hui à Sète (Hérault) pour les fêtes de la Saint-Louis, en août, ce jeu prenait place dans le cadre des joutes ; il s’agissait d’aller chercher en haut d’une bigue glissante un chapeau sans tomber au canal. À notre connaissance cette tradition se poursuit dans la cité voisine de Marseillan.

39 Mialaret 1866, 26-27.

40 PM, 15 août 1876.

41 Gerbod 2003, 15.

42 Martin et Chartier 1985, 128.

43 Martel 2001 a, 154.

44 Ibid., 156.

45 Cette mention apparaît en fin de volume après la « Chronique ».

46 Martel 2001 a : 159.

47 Ibid.

48 Ibid. : 155.

49 Les relations avec les premiers se sont établies à partir de l’amitié Mistral/Balaguer : cf. Amade 1924 ; Jouveau 1971 ; Lafont 1974 ; Balanza & Perez 1982 ; Martel 1984... et les relations autour de la « la Coupo Santo, offerte en 1867 aux félibres provençaux par leurs “frères” catalans, suite à l’accueil de Balaguer dans son exil politique ». Pour les seconds, les contacts se sont noués grâce aux fêtes de Pétrarque en 1874 à la Fontaine du Vaucluse.

50 Charles-Louis Chassin, La Démocratie, Paris, hebdomadaire qui a paru chaque samedi du 8 novembre 1868 au 5 août 1870 (Lermina 1884 : 286-291).

51 « La Lauseta » 1878 : 286-291.

52 Maurro Macchi est au sommaire de « La Lauseta » 1878, une lettre du même « représentant au Parlement italien » est lue au banquet inaugural de la « Lauseta » le 26 mai à Montpellier. Émilio Castelar était le premier des quatre députés des Cortès nommés pour le toast lu ensuite en espagnol au banquet de Montpellier. Ces deux personnalités étaient annoncées pour le numéro 3 de L’Alliance latine qui n’a pas paru.

53 Robert Luzarche était le directeur de la Gazette Rimée dans laquelle ont écrit, outre Louis- Xavier de Ricard, Paul Verlaine, qui sous le nom de Pablo avait déjà participé à la Revue du Progrès, Emmanuel des Essarts que l’on va constamment trouver dans cette période dans les revues dans lesquelles Louis-Xavier de Ricard est présent. Gustave Flourens, c’est la Commune et le Collège de France, son père, natif de Maureillan (Hérault), était avant lui professeur au Collège de France comme l’oncle Pauthier de Louis-Xavier de Ricard.

54 On trouvera en bas de page des lettres des notes biographiques des personnes citées. Leurs origines se situent à Montpellier, Sète, Toulon, Saillans (Drôme), Cahors, Alès, Montauban, Poitiers, Gençay (Vienne), Besançon, Wurtemberg (Allemagne), le Jura, Valenciennes (Nord), Médéa (Algérie).

55 Traduction : « Rien que du beau monde » (Martel 1986 b).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search