Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

Lydie Wilson de Ricard : Na Dulciorella et Lidia Colonia

Texte intégral

1On l’appelait alors Mme Louis-Xavier de Ricard, des nom et prénom de son mari. Comme le laisse supposer la particule, il est de vieille noblesse, provençale et languedocienne. Le jeune marquis de Ricard a entraîné sa femme dans le Midi où était né son père, général de Napoléon, d’où son grand-père, Commissaire de la marine à Cette, avait fui la Révolution... Il a déjà une histoire littéraire et politique derrière lui, co-fondateur du mouvement poétique le Parnasse contemporain, il a dû s’exiler deux fois en Suisse, la dernière après son engagement dans la Commune de Paris.

1 Lydie Wilson enfance et formation

  • 1 Comme la plus grande partie de l’état civil parisien d’avant 1870, les actes ayant brûlé pendant la (...)
  • 2 Préface de Aux bords du Lez, 1891 : II.

2Wilson Lydie, Marie, Fanny est née à Paris le 10 avril 1850 d’Édouard Wilson et d’Élise Margée son épouse. Son acte de naissance reconstitué1 indique l’adresse de ses parents : rue du Chevallier du Guêt Ier, sur le quatrième arrondissement. Bien que d’origines écossaise et protestante par son père et flamande par sa mère2, elle a été baptisée catholique le 9 mai suivant dans l’église Saint-Germain-l’Auxerrois située dans le même quartier, un des plus vieux de Paris, à côté du Louvre. Cela peut paraître en contradiction avec ce qu’écrit son mari dans la présentation des lettres du journal Montpellier en 1896.

  • 3 Ibid.
  • 4 George à l’état civil, Lydie écrit Georges, Fourès: George.

3Sur le registre des baptêmes de la paroisse ne figurent pas les noms des parrain et marraine de Lydie. Celle-ci parle peu dans sa correspondance, comme dans les œuvres dont nous disposons d’elle, de son enfance et de sa jeunesse. Le père de Lydie « était dans le commerce3 » ; sur la demande de reconstitution de l’acte de naissance de Jeanne, en date du 20 janvier 1873, il est déclaré « employé ». Ils demeuraient alors « 111 boulevard Magenta ». Le contrat de mariage entre Lydie et Louis-Xavier mentionne la même adresse et comme profession du père « commissionnaire en marchandise ». La mère Élise, Joséphine Margé est, elle, sans profession. La famille, qui, après Lydie et Jeanne en 1852, a vu naître un fils, George4, en 1855, était donc passée de l’une des plus vieilles rues de Paris, près de la Seine, quartier Sainte-Opportune, disparue aujourd’hui, à un logement dans un boulevard haussmannien du 10e arrondissement. Elle possédait également une résidence de campagne à Autouillet, à l’ouest de Paris. Le fait que la marraine de Jeanne soit une « femme Wilson » pourrait accréditer l’idée qu’une partie au moins de la famille paternelle de Lydie était installée en France. Ses lettres du 4 juin et du 18 juillet 1877 peuvent nous laisser penser qu’une autre branche demeure en Grande-Bretagne ou dans son empire. Lydie paraît avoir reçu l’éducation donnée aux filles de son milieu social : auprès de sa mère et avec des précepteurs. Cependant cette éducation lui a permis d’acquérir une culture très poussée qui transparaît dans sa correspondance. Seul fait marquant : un séjour en Angleterre que Louis-Xavier évoquera dans la préface d’Aux bord du Lez et que Lydie confirme dans la lettre à Fourès de mi-juin 1877.

4Elle a été en pension à Kenilworth, au centre de ce pays, dans le comté de Warwick. Une ville qui regorge de bâtiments historiques et dont un château très célèbre a été la demeure de quelques-uns des rois et reines les plus influents du pays. Quelle a été la durée de ce séjour ? « Quelque temps », écrira Louis-Xavier en 1891.

5Autre élément de formation, aussi important que le séjour en Angleterre, la fréquentation de la famille Ricard. Lydie aurait assisté chez les parents de Louis- Xavier :

  • 5 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : préface II et III.

à l’éclosion et à tout le développement du Parnasse contemporain, auditrice très attentive de nos théories et de nos vers, ses préférences allaient directement à nos maîtres, surtout à Leconte de Lisle ; leurs livres que je lui prêtais, ainsi que ceux de mes amis, décidèrent de ses tendances artistiques, en même temps que, passionnée de justice et de liberté, elle s’enquêtait en toute conscience des problèmes et de leurs solutions. Car ces deux préoccupations égales — l’art et l’équité — furent toujours son inséparable culte5.

6Quel était le but du séjour en pension ? L’apprentissage de l’anglais ou l’éloignement d’une influence que les parents Wilson pouvaient trouver néfaste, même si pour Louis-Xavier, qui avait dix ans de plus que Lydie, il ne s’agissait que d’une influence amicale ? On peut aussi penser au désir de faire bénéficier Lydie d’une éducation « protestante ». En effet :

  • 6 Perrot 2008 : 122.

La Réforme protestante est une rupture. En faisant de la lecture de la Bible un acte et une obligation de chaque individu, homme ou femme, elle contribua à développer l’instruction des filles6.

7Lors de ce séjour en Angleterre, Lydie a bénéficié de l’ambiance créée par cette instruction :

  • 7 Ibid., 114.

Les femmes protestantes étaient cependant plus émancipées que les catholiques. Plus présentes dans l’espace public. À la faveur des « réveils » (Revivals) elles étaient de plus en plus nombreuses à prendre la parole, notamment en Grande-Bretagne et en Nouvelle-Angleterre. Dans les pays protestants, elles développèrent autour de collèges ou d’universités féminines, une sociabilité originale, fondement d’une expression littéraire vigoureuse et d’un féminisme précoce7.

  • 8 Houbre 1997 : 255 à 280.

8En même temps cette éducation accordait plus de liberté en matière de relations filles/garçons8 et d’autonomie aux jeunes filles.

  • 9 Ricard 1863 : 127-131.
  • 10 Curieusement, alors qu’il est rappelé en note sa parution d’avril 1863, il est alors daté d’octobre (...)

9Une liberté qui semble régner dans l’entourage de la jeune Lydie. Elle a tout juste 13 ans, quand, dans la Revue du Progrès d’avril 1863, Louis-Xavier publie sous la rubrique « Morale Panthéiste » un poème dédié « À Mademoiselle L. W.9 ». Ce poème paraîtra à nouveau dans Ciel, rue et foyer (1866) sous le titre « Fantaisie Panthéiste10 » avec une dédicace plus explicite : « À Mademoiselle Lydie Wilson. ». Il tient à la fois de l’art poétique et du livre d’éducation. Sa dernière strophe semble avoir été rajoutée pour plaire à la mère de Lydie ; on peut y lire :

Vous trouvez près de vous, les conseils d’une mère,
Écoutez-la. Sa voix que la muse applaudit
Veille bien mieux que tous sur l’enfant qui grandit.

  • 11 Mortelette 2005 : 44.

10Elle tente ainsi d’atténuer la portée des précédentes. Celles-ci jouent en effet sur plusieurs registres, poétique, éducatif mais aussi amoureux par l’évocation de la rose, objet des désirs... Rien ne permet d’affirmer, malgré la présence de l’expression « Jeune fille, au revoir », qu’il s’agirait d’un texte écrit à l’occasion du départ de Lydie pour l’Angleterre. Au contraire, la référence aux réunions des Parnassiens dans le salon de la générale de Ricard boulevard des Batignolles, entre mars 1864 et la mort du général en 186711, renverrait le départ de Lydie après cette date, c’est-à-dire à l’âge de 17 ou 18 ans.

  • 12 Traduction : « L’âge d’or d’auteurs de lettres » (Rogers in Bonnat, Bossis 1983 : 182).

11Séparés, les deux « amis d’enfance » se sont-ils écrit ? Si l’on en croit les pratiques en cours à l’époque cela semble peu probable, bien que la précocité et le caractère de Lydie nous fasse pencher pour cette hypothèse. Éloignée de sa famille, elle a dû acquérir la maîtrise de la correspondance, y compris secrète, qu’elle montrera par la suite. D’autant qu’« en Angleterre le XVIIIe siècle a été appelé The Golden Age of Letter-Writers12 ».

2 Le mariage à Autouillet sous contrat d’autonomie

  • 13 Louis-Xavier de Ricard a d’abord été condamné à l’emprisonnement à Sainte-Pélagie pour « outrage à (...)

12Entre 1867 et août 1873 des évènements majeurs, qui ont marqué Lydie, ont secoué la France : défaite de Sedan contre la Prusse, perte de l’Alsace-Lorraine, proclamation de la Commune de Paris, répression de celle-ci... Louis-Xavier était au premier rang et c’est au retour d’un deuxième exil13 en Suisse, dix-huit mois avant la cérémonie, que la bataille pour le mariage a commencé, consécutive aux liens, cette fois sans ambiguïté, amoureux des deux jeunes gens. Nous sommes alors au début de l’année 1872, Lydie expliquera plus tard à Fourès les obstacles qu’il leur a fallu franchir. Parmi ceux-ci la situation de Louis-Xavier et sa propre santé qui donne des inquiétudes.

  • 14 Archives nationales (ET/CXVI : 919).

13Un contrat de mariage va être établi entre les deux futurs époux chez Maître Gustave Pérard, notaire à Paris, enregistré le 29 juillet 187314. Il s’agit d’un contrat de séparation de biens, ce qui n’est pas très répandu à l’époque, et dont l’article 6 renforce la capacité juridique de l’épouse.

  • 15 Aujourd’hui dans les Yvelines.

14Le mariage a été célébré le 16 août 1873 à Autouillet, village au sud de Thoiry15 et de son château sur les terres de... Simon de Montfort. Cette union à la campagne, où M. et Mme Wilson avaient un domicile, a été célébrée par le maire de la commune à 10 heures du matin dans la salle de la Mairie.

  • 16 Nous nous sommes adressée à la paroisse d’Autouillet, commune où avait été célébrée l’union, puis à (...)

15Il n’y a pas eu de cérémonie religieuse16.

16Les parents des futurs époux, Mme Eugénie, Françoise, Éléonore Pauthier, mère du futur, et M. et Mme Wilson, parents de la future, ont donné leur consentement oral. Les témoins étaient les suivants :

  • M. Paul Charpentier, âgé de trente ans, domicilié à Paris, beau-père de l’époux ;

  • M. Émile Fabre, ingénieur, âgé de trente-deux ans, domicilié à Paris, ami de l’époux, témoin de l’épouse ;

  • M. Jules Marettes, négociant, âgé de trente-huit ans, domicilié à Lille (Nord), cousin germain de l’épouse ;

  • M. Henri Dulac, négociant, âgé de quarante ans, domicilié à Bruxelles (Belgique) ami de l’épouse, témoin de l’épouse.

17Excepté le dernier, ils seront présents à un moment ou à un autre dans les lettres de Lydie.

3 Le départ pour le Midi

18Quelques mois après, le couple s’installe dans le Midi.

19À partir de ce moment, les échos des activités de Lydie résonnent dans ses lettres et dans ses œuvres. Lydie, alors, selon les mots de son mari :

  • 17 Ricard, Aux bords du Lez, préface : III et IV.

[...] parle admirablement l’anglais [et si] elle s’était d’abord intéressée à la peinture, qu’elle étudia avec sa sœur chez M. Dupuis, un peintre, tué depuis si malheureusement en duel, et qui, s’étant compromis dans la Commune, rentrait alors d’un exil récent en Angleterre, [elle] s’inclina de plus en plus vers la poésie, qui, avec la musique, était seule capable de l’exprimer17.

  • 18 Dans l’article de présentation des lettres pour le Montpellier Républicain en 1896 (13 septembre).
  • 19 Andréani 1989 : 645 ; mais aussi Jean-Marie Carbasse, Stéphane Moulain et nos propres recherches à (...)

20Les Ricard sont arrivés dans la région montpelliéraine vraisemblablement au début de l’année 1874. Cette date nous semble devoir être celle retenue : Louis- Xavier écrira18 que cet « apatriment » s’est fait « quelques mois à peine après notre mariage », célébré, nous venons de le voir, le 16 août 1873. Or dans la lettre à Fourès de septembre 1876, annonçant leur déménagement au plan des Quatre Seigneurs, Louis-Xavier de Ricard parle d’un seul hiver passé au Mas du Diable à Castelnau-le- Lez, et Lydie écrit à Mistral : « Pendant l’hiver 1876 que nous passâmes à Paris » à propos de la création de la Cigale. En janvier 1877, il est question dans ses lettres de fêter le premier anniversaire de cette société. Enfin selon Andréani19, Louis-Xavier est l’auteur dans le quotidien La République, journal de Montpellier, « de nombreux articles littéraires de 74 à 76 ». L’hiver passé au Mas du Diable serait donc celui de 1874-1875.

21Pourquoi « s’apatrier » et pourquoi dans le Midi ?

  • 20 In Verlaine, Les vaincus, deux versions ; une du Parnasse contemporain, l’autre datée d’après la Co (...)

22Nous trouvons les réponses à ces questions non dans la vie de Lydie, mais dans celle de son mari qui est revenu en France après un deuxième exil en Suisse dans une période chaotique politiquement et dangereuse pour celles et ceux qui ont participé à la Commune. Son ami Verlaine, qu’il fréquente dès 1862 — le poète publie alors ses premiers textes dans La Revue du Progrès sous le nom de Pablo —, a, par cet engagement, perdu son emploi à la Mairie de Paris. Pour le poète, le marquis communard « vaincu » a un « besoin pressant d’opportuns lendemains20 ». Louis- Xavier de Ricard choisit le Midi dont la famille de son père, le général né à Cette en 1787, est originaire. Si la politique avait été l’unique raison de son éloignement de Paris, il aurait pu choisir la région de Besançon dont sa mère et son grand-oncle, l’orientaliste Pauthier, étaient originaires.

  • 21 Paul Verlaine (1902-1904) : 416-417.
  • 22 Jusqu’ici les chercheurs attestaient de cet amour avec un texte de l’introduction à Autour des Bona (...)
  • 23 Ricard 1862 : 407-408.
  • 24 Seul des auteurs que nous avons lus, Georges Peyronnet y fait allusion indirectement en citant un a (...)

23À ces raisons s’ajoutait son amour pour la langue et la culture du Midi, amour transmis par son père mais également peut-être par un autre Méridional, originaire de Béziers, Alexandre Massol, le Grand Maître de la Loge des Émules d’Hiram dans laquelle Louis-Xavier de Ricard avait été reçu sous l’Empire. Verlaine, cependant, plus de vingt ans après, dans Les hommes d’aujourd’hui21, écrira qu’il l’a « connu assez réfractaire à la littérature du Midi ». Louis-Xavier de Ricard avait rendu public cet amour pour la langue et la littérature du Midi dès son premier livre, Les Chants de l’Aube, paru chez Poulet-Malassis en 186222. Ce recueil dédié aux « Jeunes filles » comporte une note23 sur « Mirèio » de Mistral, « le plus beau poème champêtre qu’on ait fait depuis les anciens24 ».

  • 25 Ricard 1862 : 407-408.

24Admirateur de Mistral, Louis-Xavier est aussi défenseur de sa langue dès cette époque et « loue M. Mistral, au contraire, ainsi que tous ses collègues en poésie méridionale, d’avoir le courage de parler comme on parle chez eux25 ».

25Dans ce même recueil, deux épigraphes nous apprennent que, comme il a écrit « Mireïo » (pour lui en provençal ?) et non Mireille en français, c’est bien dans la langue du Midi qu’il lit ses auteurs :

    • 26 Ibid., 226 en épigraphe du poème « Les deux prières ».

    la première est une citation du Chant X de « Mirèio26 ». Cette strophe est la strophe 63 qui en compte 67 : son choix ne peut-être dû au hasard ;

    • 27 Idid., 287.

    la seconde est un extrait de Jasmin, le poète Jacques Boé, avant le poème « Regardez cette fleur27 », il s’agit de la partie 4 de « Segoundo pauso, La Serèno al co de glas ».

  • 28 Idid., 282.
  • 29 Pièce de poésie lyrique faisant dialoguer, en strophes alternées, deux ou plusieurs interlocuteurs (...)

26Les Chants de l’aube comportent également un poème appelé « Les deux troubadours28 » dont la forme, imitation d’une « tenson29 », souligne l’intérêt de l’auteur pour le « trobar » et les troubadours.

27Ajoutons celui pour Dante, signalé à Fourès par Lydie à propos du temps où Louis-Xavier lui faisait la cour :

On se souvient encore de son jeune temps, voyez-vous ; bien que ces galanteries ne soient pas du genre de celles de Louis : il m’apportait un ou plusieurs chants traduits de Dante.
(lettre du 10 avril 1877)

28Dante dont la Divine Comédie fait vivre les troubadours Arnaud Daniel, Bertrand de Born et Folquet de Marseille, évêque de Toulouse...

29Enfin « L’Albigéisme » de Louis-Xavier de Ricard est présent dans ce premier recueil, en particulier dans l’« Avertissement » qui précède la publication de deux fragments du poème sur Simon de Montfort et la Croisade dont on goûtera l’humour :

  • 30 Ricard 1862 : 371-381.

J’avais commencé un poème dont le sujet était le « Saint Massacre » des Albigeois. J’y démontrais en action la piété vraiment évangélique et la charité non pareille du légat, des moines de Cîteaux, enfin des Croisés. Rien, plus que ce travail, ne m’a convaincu avec quelle injustice vraiment damnable, des écrivains philosophiques, — mais qu’attendre de ces scélérats ? — ont reproché à la sainte Église d’avoir été persécutrice autrefois. Elle s’est tout à fait lavée de ce reproche et il est bien prouvé aujourd’hui que ce sont les Albigeois qui se sont massacrés eux-mêmes pour fournir à la postérité un prétexte de calomnie contre les prêtres. Voyez un peu la malice de ces Hérétiques30 !...

  • 31 Selon une note de L.-X. de Ricard au bas de l’article de présentation du Montpellier du 13 septembr (...)

30Cependant la dimension politique de la venue à Montpellier du couple existe bien. Un de ses premiers logeurs, le propriétaire du Mas du Diable, est « un excellent homme, proscrit du 2 décembre, M. Maurin31 ».

  • 32 C’est le métier qu’inscrit Louis-Xavier de Ricard sur tous les documents officiels que nous avons p (...)
  • 33 Jules Troubat, Montpelliérain de naissance et dernier secrétaire de Sainte-Beuve à Paris, est deven (...)
  • 34 Cf. Jeanne Gaillard, 1971.

31Ceci nous indiquerait que l’« homme de lettres32 » aurait déjà eu des contacts avec les milieux républicains montpelliérains. Peut-être par l’intermédiaire de l’écrivain Jules Troubat33 que nous retrouvons dans les lettres de Lydie en visite à Castelnau en août 1876. D’autre part, Louis-Xavier de Ricard peut-il ignorer que la majorité des expériences communalistes, hors Paris, en 1871 a été le fait de villes du Midi34 ?

32C’est donc à la recherche de ses racines, mais aussi d’une ambiance propice à la poursuite de ses activités politiques fédéralistes, que Louis-Xavier de Ricard aurait entraîné Lydie dans la région montpelliéraine dont il connaissait aussi au travers des écrits, par exemple d’Auguste Comte, la renommée intellectuelle.

4 1874-1875 : L’installation dans le Midi

  • 35 Cf. « La Lauseta », 1877 : « Desnombrament dal pople dal Lengodoc ».

33Montpellier est la préfecture du 2e département « languedocien » le plus peuplé35. Elle se classe 3e en terme de population avec 57 737 habitants, derrière Toulouse 124 950 et Nîmes 62 394. Si l’on compare la population totale du département à celle de la ville, on s’aperçoit que celui-ci reste profondément rural. Ce qui est à l’image de la France.

  • 36 Se reporter sur le sujet aux nombreux ouvrages : Gérard Cholvy (1984 et 2001) ; Mireille Lacave (19 (...)

34Ne prétendant pas retracer ici l’histoire de la ville36, ni celle de la région, nous nous contenterons d’apporter quelques éléments sur l’architecture, l’économie et le social, nous verrons par ailleurs la ville du côté des femmes et de l’occitan.

35La physionomie de Montpellier se transforme grâce à la richesse produite par la viticulture menacée cependant par le phylloxéra. Elle se transforme aussi pour permettre le développement des chemins de fer et l’implantation des gares desservant les lignes Montpellier-Cette en 1839 ; en 1844 pour ce qui deviendra en 1857 la ligne Paris-Lyon-Méditerranée, et la ligne de Palavas en 1872. C’est l’occasion de l’organisation de fêtes comme celle du 13 juillet 1877 pour les débuts du trajet en chemin de fer de Montpellier à Mèze.

36Les rues du centre-ville s’élargissent, un certain nombre de bâtiments publics sortent de terre, en particulier avec l’avènement de la République en matière d’enseignement public.

  • 37 Annuaire de l’années 1875, AD Hérault en ligne, consulté en avril 2009.

37Sur le plan intellectuel et artistique, les infrastructures sont en place : bibliothèque ; musée Fabre ; Archives départementales accueillent leur public. Côté hôpitaux : Saint-Éloi est toujours au centre ville, rue de la Blanquerie et rue de l’École Mage avec 700 lits, alors que l’Hôpital général peut recevoir jusqu’à 1 100 patients37. Signalons deux événements marquants de ces années :

  • Les inondations : l’Hérault recevra en 1876 la somme la plus importante après la Haute-Garonne et l’Ariège à titre de secours de l’État, pour celles de 1875 ;

  • En février 1877, un coup de grisou à la mine de Graissessac fait 45 morts.

38Ces deux faits divers et les inondations dans le nord l’année suivante ont donné lieu à de grandes collectes et initiatives de solidarité. En 1876, la publication sur feuille volante de :

  • 38 Charles GROS, LInoundatioun de lHéraou en 1875, Firmin et Cabirou, 1875, écrite en languedocien ; (...)

La chanson du populaire Charles Gros38 [...] sur les inondations de l’Hérault [...] atteint également 5 000 exemplaires.
(Martel 2001 a : 163)

  • 39 Le débat dans la campagne se situe en effet à l’ouest de la ville ; les amis se sont d’abord donné (...)

39Le couple demeure-t-il d’abord dans un quartier à l’ouest de Montpellier, du côté du faubourg Figuerolles ? C’est peut-être à partir de là que Louis-Xavier de Ricard tracera le cadre géographique de ce qui deviendra Le Fédéralisme39. Ce n’est qu’en octobre 1874 que les Ricard s’installent à Castelnau-le-Lez.

  • 40 Cf. la collection de dessins sur Castelnau-le-Lez du même auteur à la médiathèque Émile-Zola de l’a (...)

40En 1823, Jean-Marie Amelin avait réalisé une série de dessins dans le département et plus particulièrement dans la région de Castelnau-le-Lez. L’un d’eux est intitulé « Mas du Diable près de Substantion40 ». La maison, simple, paraît totalement isolée au sommet d’une colline. Ce devait être le cas, lorsque Lydie et Louis-Xavier sont venus y habiter. Louis-Xavier de Ricard décrit ainsi le lieu dans une lettre à Edgar Quinet le 4 novembre :

  • 41 Lettre à Édgar Quinet du 4 novembre 1874, ms. in B.N.F. NAF 15510. XII Raffalovicj- Ziemecki. F 41.

Notre mas qui n’est éloigné de la ville que d’une demi-heure, est entouré de vignes, parsemés [sic] d’oliviers, de 2 hectares à peu près qui nous appartiennent. Nous louons le tout 600 F par an. Le Mas n’est pas un château : c’est une vraie maison rustique bonne pour nous et nos hôtes : mais assez vaste41...

  • 42 Arnal, Majurel et Prades : 1964.

41La colline qui surplombe le Lez est alors à l’extérieur du village au-dessus de la route de Clapiers tracée une vingtaine d’années auparavant en 1852, qui suit le fleuve. Cette colline avec sa voisine « La Gardie constitue l’antique cité de Sextantio, ancêtre de Castelnau-le-Lez42 ».

42Il s’agit d’un oppidum pré-romain qui révéla par la suite aux archéologues de nombreux vestiges et notamment des tessons de poteries.

  • 43 Ibid.
  • 44 Selon celle-ci, le Lez s’ouvrirait la nuit de la Saint-Jean, laissant accéder à l’intérieur du roch (...)

43« Le nom romain de Sextantio est devenu au Moyen Âge Substantion, mais ne désigne plus que quelques parcelles du plan cadastral où gît l’oppidum abandonné43. » Ce rocher de Substantion est à l’origine d’une légende, revisitée par l’abbé Jean-Baptiste Castor Fabre au XVIIIe siècle44.

  • 45 Section D de Castelnau-le-Lez, plan 3 p. 3485, archives de l’Hérault en ligne, avril 2009.

44On retrouve le Mas du Diable sur les plans napoléoniens conservés aux archives départementales de l’Hérault45. Il se situait alors à l’écart du chemin qui allait de Castelnau à Naviteau, moulin où demeuraient ses plus proches voisins, avec, vers le village, le Mas Franc. Et là :

  • 46 Ricard, Aux bords du Lez : Intro. IV.

Le Midi fut pour elle une révélation ; [...] On verra aujourd’hui par ses poésies, plus tard par ses admirables lettres, l’extraordinnaire [sic] impression qu’elle reçut de la nature de là-bas, et surtout de cette lumière méridionale qui donne à la fois tant de précision et tant de prestige aux moindres choses46.

45Passent-ils cet hiver 1874-1875 au Mas ? Nous ne pouvons l’affirmer.

46En mars, ils sont de nouveau à Paris où ils espèrent voir les Quinet. Mais le « Maître » de Louis-Xavier de Ricard meurt à Versailles le jour-même où les jeunes gens croyaient pouvoir lui rendre visite à Paris.

47Ramènent-ils Jeanne, la sœur de Lydie, avec eux en rentrant au Mas, comme ils le feront en 1876 et 1877 ? Aucun élément ne nous permet de répondre à cette question. Lydie passe probablement ces mois entre la copie des manuscrits de son mari, la réception de leurs amis en visite dans le Midi, tel Eugène Garcin. De son côté, Louis- Xavier de Ricard, en écrivant des articles pour La République du Midi, fréquente les républicains montpelliérains tout en s’interrogeant sur le Félibrige, y compris dans le quotidien. Il y rend également hommage à Massol qui disparaît lui aussi en mars 1875, à Béziers.

  • 47 Cf. p. 302.

48La création du Parage, école félibresque de Montpellier, le 4 novembre sera l’occasion de la première rencontre avec le Félibrige. Auguste Fourès y a accompagné Achille Mir, mais les deux futurs félibres rouges ne se connaissent pas. Lydie semble être restée au Mas, les femmes n’étant, selon toute vraisemblance, pas invitées. Le 22 novembre, La République du Midi publie le premier article de Louis- Xavier de Ricard de la série « Félibres et Parnassiens », sous le titre « I Le mouvement littéraire47 ». C’est également en cette fin d’année que le poète commence une correspondance avec le pasteur albigéiste Napoléon Peyrat.

5 La rencontre avec le Félibrige

49À partir de là tout va s’accélérer, le couple passe l’hiver 1876 à Paris, ils y sont en janvier comme Lydie l’explique dans sa lettre à Mistral.

  • 48 Qu’ils pensent alors républicain...

50Ils font alors la connaissance de Baudouin, « frère d’atelier d’un ami de la maison ». D’Alès « Arnavielhe48 [sic] (le premier félibre avec lequel nous soyons entrés en relations) » leur donne les coordonnées de Faure. Ils fondent avec lui et le peintre d’origine montpelliéraine l’association la Cigale de Paris dans le but de rassembler les Méridionaux de la capitale. La lettre de Lydie Wilson de Ricard à Mistral en 1880, dont nous reprenons la publication, éclaire ce moment important pour le Félibrige.

51Au même moment Louis-Xavier de Ricard a reçu la première lettre d’Auguste Fourès qui accompagne son livret « La croux del grand aigat », marquant le choix de l’occitan par le poète audois. Il lui a aussitôt répondu :

Nous voulons tous deux les mêmes choses et j’en suis sûr par les mêmes moyens ; le relèvement de la Patrie Romane — défigurée et calomniée — par la liberté et dans la liberté. Il y a en vous l’héroïque verdeur de l’hérésie albigeoise, je vous l’envie. Vous descendez certainement des Parfaits et des faidits qui ont défendu notre nationalité contre le catholicisme, et, j’ose l’espérer, vous regrettez comme moi qu’un malentendu historique ait poussé certains félibres à chercher le relèvement du midi, dans les idées, qui sont la négation du génie méridional, et avec des hommes qui représentent la force exécrable par laquelle ont été déracinées toutes nos libertés.
(Paris le 20 janvier 1876)

52Sa série d’article dans La République du Midi se termine le 7 février, il est alors à Paris. Il écrit le 27 février sa première lettre à Mistral.

53Le retour au Mas est contrarié par « une indisposition assez grave » de sa belle-sœur Jeanne, ils n’y reviendront qu’à la mi février. Lydie est alors également malade.

54En mai les nouveaux statuts du Félibrige doivent être votés à la Santo Estello d’Avignon ; persuadés que les buts du Félibrige seront définis sans ambiguïté, les républicains décident de participer au rassemblement.

55L’article 1er des statuts leur donnera raison, les buts du Félibrige y sont définis comme suit :

Grouper et encourager tous ceux qui par leurs œuvres, sauvent la langue des pays d’oc, ainsi que les savants et les artistes qui étudient et travaillent dans l’intérêt de ces pays.

56Le 19 mai Fourès s’est arrêté au Mas du Diable sur le chemin d’Avignon...

  • 49 Victor Hugo et Sully-Prudhomme (Salvat 1927 : 7, et épistolaire de Fourès CQ 204 à Toulouse).
  • 50 Journaliste politique.

57Aîné de deux ans de Lydie Wilson de Ricard, Auguste Fourès est né à Castelnaudary en 1848, il y mourra en 1891. Au début de leur correspondance, le poète est encore le quincaillier de ce coin du Lauragais. De retour de Toulouse, il a une œuvre française derrière lui pour laquelle il a reçu les encouragements des plus grands49. Entre la vente de clous et de traitements pour l’agriculture, il est à l’écoute de la langue du peuple, de ses r roulés et de ses b sonores. Il écrit aussi dans des journaux et se dit « publiciste50.

Fig. 1. — Louis-Xavier de Ricard par Marsal. Portrait paru en 1932, à l’occasion de l’inauguration de son cénotaphe dans En mémoria de Louis Savié de Ricard (1843-1911)

  • 51 Citons parmi les auteurs : Paul Mariéton, Perbosc (1891), Louis-Xavier de Ricard (1888), Gaston Jou (...)

58Républicain comme son père, mort lorsqu’il avait quinze ans, il s’est intéressé à la Commune de Narbonne et sera en relation avec Émile Digeon qui fut à sa tête. De nombreuses études ont été consacrées en particulier à sa poésie, mais aussi à ses relations avec Jeanne Wilson51.

6 « LAlbeto se lèvo »

  • 52 Lesaffre, 1961.
  • 53 Traduction : La petite Aube (Jeanne) qui se lève (le « Mas du Diable », poème).

59Auguste Fourès, sur lequel pesait la personnalité de sa mère, veuve, fille d’un important négociant toulousain et qui ne comprenait ni son fils ni bien sûr ses idées, avait-il eu une déception sentimentale, celle dont fait état Lydie dans une de ses lettres (16 et 18 août 1877 p. 239), rapportée par Mme Charpentier ? Jean Lesaffre le suppose à partir des poèmes « Le Bèl arbre » et « Le Garrabié52 ». Ce dernier poème est d’avril 1876 ; un mois après, le 19 mai, il verra au Mas du Diable « lAlbeto que se lèvo53 ». Promesse pour lui et ses amis d’un :

  • 54 Un petit Paradis rempli de paix profonde / et de bonheur fleurit qui fait chanter le cœur.

Pichounet paradis coumoul de pax founsudo
E de bounur flourit que fa canta le cor54.

60Première rencontre, premiers poèmes, voyage à Avignon, excursion au Pont du Gard dont Alphonse Tavan, dans une dédicace de la première édition d’« Amour e Plours » à ses compagnons de voyage, nous livre les participants :

  • 55 M. Achille Mir et sa fille ; Mlle Mélanie, M. Goirand d’Alès et sa fille, Mlle Léontine, M. et Mme (...)

M. Achile Mir e sa filho ; Mlo Melanio, M. Goirand d’Alès e filho ; Mlo Leontino, M. et Mmo Xavié de Ricard, Mlo Jano Wilçon, sorre de Mmo de Ricard e M. Aguste Fourès de Castelnaudary55.

61La correspondance de Lydie Wilson de Ricard et Auguste Fourès débutera au retour de ce voyage. Soulignons que Lydie sera du petit nombre de femmes inscrites sur le « cartabèu » du Félibrige.

Fig. 2. — Portrait d’Auguste Fourès par Jeanne Wilson (J.-M. Petit, tous droits réservés)

7 Lettres et projets

  • 56 Salvat 1974 : 58.

62Les échanges entre Fourès et Lydie commencent donc en mai. Louis-Xavier de Ricard a dû partir pour Paris à la suite d’un deuil et pour en régler la succession. Lydie voit dans celle-ci la possibilité de réaliser un de leurs projets d’Avignon : ouvrir une librairie. Ce qui leur permettrait également d’éditer un certain nombre de textes et de revues dont celle des félibres républicains déjà en gestation dans la pensée de Louis-Xavier de Ricard dès la première lettre à Fourès en janvier, lettre dont « on peut dater, en effet, la naissance du mouvement politique et littéraire, connu sous le nom de Félibrige rouge56 ». Et c’est Mistral, vénéré comme « un des créateurs de cette patrie romane, qui doit être et qui sera », que Louis-Xavier de Ricard avertit du projet dès le 27 février. Avant de terminer sa lettre ainsi, il a pris soin d’approfondir les divergences qui le séparent du Maître de Maillane, concluant : « En toute sincérité, le “malentendu” historique qui vous éloigne de la République et de la démocratie est pour moi une grande douleur. » Ce qui les rapproche, c’est l’amour de cette patrie méridionale pour laquelle il est déjà au travail :

  • 57 Carbasse 1977 : 127-132.

La situation politique va, je n’en doute pas, nous permettre, à nous autres fédéralistes, une campagne utile en faveur de nos idées. Nous allons nous y mettre dès que je serai rentré à Montpellier. J’ai un bon ami à Castelnaudary ([en interligne] Fourès), qui est tout ardemment dans mes idées pour la restauration de la patrie romane, et je ne doute pas que nous fassions quelque chose d’utile ensemble. [...] Et que vous le vouliez ou non vous serez notre chef57.

63Après la première rencontre de mai au Mas du Diable, à Castelnau-le-Lez, Fourès reviendra chez ses amis chaque fois que son travail et ses finances le lui permettront.

64Ces trois-là partagent, en plus de l’amour de la langue et de la culture du pays, des valeurs républicaines, ce dont Lydie se réjouit dès sa première lettre à Fourès (29 mai 1876) :

  • 58 Sauf mention contraire, les éléments soulignés le sont sur les manuscrits.

Je suis bien heureuse que Louis ait enfin trouvé un ami, un véritable ami58 : il a été si peu gâté du côté de l’amitié !

8 Lydie et la nature

65Parallèlement la lettre à son mari, parue dans le Montpellier, témoigne de sa découverte de la nature méridionale au plus près de celle-ci et de son écoute de la langue du peuple — les cigales chantent-elles déjà leur « sega-sega » ? Elle lui parle de la fête de la Saint-Jean et des jeux de la jeunesse, elle écrit vouloir être « Parisienne à Paris, et paysanne au village » tout en installant dans ce but des animaux de bassecour mais aussi en en prenant en pension d’autres plus exotiques et qui devaient être alors à la mode dans la bourgeoisie, tels la guenon Auriola ou le bouc égyptien Effendi. Elle partagera cette passion pour les chats, poussins, lapins et canards avec sa sœur qu’elle entretiendra, dans ses lettres, de leur santé.

66L’été 1876 est-il celui où elle écrira « La sieste », rien n’est moins sûr... Il est en tout cas celui où elle ressentira l’impression la plus aiguë de la découverte des paysages. L’isolement et la beauté du site, entre le Pic Saint-Loup et la mer avec à ses pieds le Lez, intensifient les effets dus au changement de climat.

67Les murs de pierres sèches, les variétés de végétation assurent un dépaysement total sans rapport avec la nature qu’elle connaissait jusque-là que ce soit en Seine et- Oise ou en Angleterre. De plus les noms languedociens, donné à la flore et à la faune, jouent un rôle dans sa créativité poétique, même si ce jeu demande, après l’éblouissement, un temps de mûrissement. Sa culture acquise en majorité à Paris dans les salons et par la lecture des poètes, en particulier du Parnasse contemporain mais aussi Burns et Shelley, va faciliter cette préparation. Il s’agit pour elle, tout à la fois, de découvrir les paysages et la nature comme peintre, d’en prendre connaissance scientifiquement comme parnassienne et enfin de les transposer dans ses œuvres littéraires.

68Avec sa sœur elle a couru la garrigue, les bords du Lez, mais aussi des sites plus remarquables comme le « Bout du Monde » à Saint-Guilhem-le-désert, lieux que sa cadette, peintre, a saisis sur le vif.

69Louis-Xavier de Ricard utilise à propos de la découverte du Midi, dans la préface d’Aux bords du Lez, le terme « révélation ». Ce mot a, de toute évidence, ici son sens religieux. Mais d’une religion panthéiste qui nous ramène à la première poésie publiée pour Lydie par celui-ci dans Les Chants de lAube, reprise dans Ciel, rue et foyer sous le titre « Fantaisie Panthéiste » ; elle contient cet appel :

Songez donc, jeune fille, aimez bien la nature,
Et voyez une sœur dans chaque créature.

70Lydie, installée dans le Midi, met en œuvre cette philosophie.

9 Le nid de la « Lauseta »

71À l’automne 1876 — octobre ou novembre — Lydie et son mari passent de l’autre côté du Lez, toujours dans les bois au nord de Montpellier ; ils emménagent Villa Marguerite au plan des Quatre Seigneurs. Le 14 septembre Louis-Xavier de Ricard écrit à Fourès : « Nous avons loué une maison plus confortable au point de vue de l’habitation et de l’hygiène que ne l’est notre pittoresque Mas du Diable. »

72Il lui annonce également qu’ils vont donner à la villa le nom choisi pour l’almanach des félibres républicains « La Lauseta ». Nom proposé par Lydie comme l’annonçait le 8 septembre 1876 Louis-Xavier à son interlocuteur :

  • 59 Lettre de Ricard à Fourès, 8 septembre 1876.

Je cherchais un titre comme la Cigale, tout aussi innocent pour nous réunir, nous autres, mais sévèrement cependant et sans promission [sic] politique et religieuse : ma femme, je pense l’a trouvé. elle [sic] nous propose, à titre de marraine : = L’Alouette — Il me semble que cela serait bien languedocien, d’apparence bien innofensive [sic] et même en même temps assez joli59.

73La réalisation de cet almanach sera avant tout une affaire de correspondances. Et on le retrouve dès la deuxième lettre de Lydie au poète audois, la première des deux lettres du 22 juin 1876 :

J’ai cherché ce plan de l’Almanach pendant trois jours [...] j’ai dû prier Louis de vous en envoyer la copie lui-même, et il m’a écrit l’avoir fait.
(1re lettre du 22 juin 1876, p. 168)

  • 60 Revue éphémère complément à la « Lauseta » 1878.

74En été, Lydie Wilson de Ricard a reçu au Mas du Diable des visiteurs, Jules Troubat et Baudouin., Le premier est déjà reparti quand elle écrit fin août à sa sœur, le second vient d’arriver pour deux mois et elle lui détaille ses projets de tableaux. Tous deux participeront au premier almanach, « La Lauseta » 1877, le peintre avec une eau-forte, l’écrivain avec « Voltaire à Montpellier ». En septembre le Cigalier Grousset-Bellor, le peintre Jules Laurens monteront au Mas et parcourront avec Lydie les bois au nord de Montpellier. Nous les retrouvons aussi dans « La Lauseta » pour le premier et dans LAlliance latine60 pour le second.

  • 61 Fourès, Les Grilhs, pouesios del Lauragues, 1888.

75Marraine de la future « Lauseta » dont elle a proposé le nom, Lydie a été baptisée « Na Dulciorelo » par Auguste Fourès avec la dédicace du poème « La Lauseto a Dono Dulciorelo » datée du 28 septembre 187661. D’après une note de Ricard dans le Montpellier de 1896, ce nom viendrait d’une inscription narbonnaise du VIIe siècle découverte par Fourès. Ce dernier lui écrira ensuite ce que Louis-Xavier appelle un « extrait de baptême » le 23 décembre 1876, jour du départ pour Paris, intitulé « A Dono Dulciorelo ». Le 18 janvier elle écrit de Paris à Fourès :

[...] j’avais reçu de vous et de Peyrat, deux baptêmes assez glorieux, pour que je considère mon nom de Dulciorelle, parfaitement digne et sacré désormais, et que je me moquais du reste.
(Lettre du 18 janvier 1877, p. 174)

76Le second acte de baptême pourrait bien être la « Milgrana » de Peyrat. Le déménagement empêche le couple de se rendre à Castelnaudary à l’invitation de Fourès, c’est donc celui-ci qui séjournera à Montpellier à l’occasion de la crémaillère du Mas de la « Lauseta » fin novembre.

77Lydie effectue des traductions de l’anglais mais semble avoir des difficultés à écrire pour elle-même, à créer, si on en croit sa lettre du 18 décembre à Fourès :

  • 62 Dans « La Lauseta » de 1879, cette poésie est datée du 15 décembre 1876.
  • 63 Parenthèse ouverte et non refermée sur le manuscrit.

À propos j’ai fait des vers sur le Lez62 (63je suis contente au-delà de toute expression car Louis lui-même m’a engagée à continuer ; je n’avais pu en aligner plus de quatre depuis trois ou quatre ans et ma petite pièce en aura 64 faits en trois jours ; c’est beau ! Ce seront les étrennes de maman, ça va lui faire un plaisir !
(Lettre du 18 décembre 1876, p. 173)

78Début novembre, le 5, une « félibréjada » impromptue est organisée à Nîmes, Lydie détaille dans une lettre à sa mère les convives en majorité gardois et nous retiendrons la justesse de son jugement sur Aubanel. Elle pose en deux lignes le dilemme du poète sensuel, imprimeur du pape :

De l’autre côté j’avais Aubanel qui est moins causeur mais bien galant, tout laid qu’il soit ; il a dit des vers splendides que son titre d’imprimeur du pape empêche de publier. c’est bien dommage !
(Montpellier Républicain du 20 septembre 1896, p. 258)

79Fin décembre 1876, paraissent les almanachs. Dans l’Armana de Langadò d’Alès pour 1877 d’Arnavielle : « Las acourdalhas de Viviana e de Merlin » signées Na Dulciorella, et dans « La Lauseta » notamment : « Loung dau Lez : Migrana » daté de Castelnau-le-Lez (octobre 1876). Ces deux œuvres sont en occitan, dans des dialectes, nous le verrons, différents alors que les autres œuvres de Lydie Wilson de Ricard dans « La Lauseta » sont en français, principalement des traductions du Moyen-Âge.

  • 64 L’origine de ce nom, Colonia, pourrait être la généalogie de la famille Ricard. Nous trouvons dans (...)

80Dans « La Lauseta », à côté de Na Dulciorela, Lydie signe un texte d’un autre pseudonyme : Lidia Colonia64.

10 La rencontre avec Napoléon Peyrat

  • 65 L’aïeul.

81Le voyage à Paris de fin décembre 1876 a pour les Ricard un triple but : la présentation de « La Lauseta » 1877, la sortie du Fédéralisme et la réunion des Cigaliers pour le premier anniversaire de l’association des Méridionaux de Paris. La lettre du 18 décembre nous éclaire largement sur les buts des quatre amis, puisque Lydie et Louis-Xavier de Ricard ont réussi à convaincre Fourès (en l’aidant financièrement) d’y être présent comme vrai Méridional pour : « Pour montrer l’authentique visage et la création du Midi. » Ils y ajouteront vite une visite à « l’aujol65 », le pasteur Napoléon Peyrat à Saint-Germain-en-Laye.

82Fourès ne supportera pas Paris et dès le lendemain de la rencontre avec Peyrat repartira à Castelnaudary. Il nous reste de cette visite le seul poème en occitan du « père de l’albigéisme » dans « La Lauseta » de 1878 : « A Dona Graciorella Milgrana Felibressa de “La Lauseta”. » À Paris, ils fréquenteront les Cladel, Lydie assistera même, une fois Fourès parti, au malaise précédant l’accouchement très prématuré de Mme Cladel. Le voyage retour qui devait passer par le Lauragais devra être écourté : Lydie est malade, sa sœur aussi. Le mal qu’elle n’appellera jamais phtisie réapparaîtra dans les lettres, surtout concernant Jeanne. L’épistolière nous livrant une observation quasi clinique :

Elle ne peut pas du tout s’appuyer sur le dos, même à son siège, ni jamais reposer sur le côté droit sans être aussitôt suffoquée et sans tousser.
(Lettre du 8 mai 1877, p. 206)

83Observation qu’elle accompagnera de la description des différents soins alors ordonnés quelques années avant la découverte du bacille de Koch (1882).

  • 66 Consulté dans les archives de la Société des langues romanes.

84Pendant ce séjour elle est publiée à Paris : « Aux bords du Lez, promeneuse » paraît le 3 février 1877 dans La Vie littéraire de Collignon66.

  • 67 Cf. RLR n° 32 p. 135 (t. 12 sur http://gallica.bnf.fr). Une plaquette de ce poème paraîtra la même (...)

85De retour à Montpellier avec Jeanne, la vie va continuer entre réceptions de visiteurs, voyages avec son mari, travail au bureau, courses dans la nature... Et visites de Fourès. À Montpellier, Lydie participe aux séances ordinaires de la Société des langues romanes à la mairie, elle y est en contact avec les érudits de cette société savante qui s’adresse au même public que le Félibrige dont elle est une des rares femmes : il n’en compte que 2 % parmi ses membres. La société publie depuis 1871 La Revue des langues romanes dans laquelle Lydie, sous son nom d’épouse mais avec son propre prénom, publiera en octobre 1877 « La Figueira67 ».

  • 68 Rose Anaïs Gras.
  • 69 Bureau de 1877 : M.-B. Cantagrel, président, M. de Tourtoulon, vice-président ; M. Alph. Roque-Ferr (...)

86Elle sera ainsi avec Léontine Goirand et Mme Roumanille68 une des trois femmes de la première décennie de la revue de la société dont Charles de Tourtoulon est, en cette année 1877, le vice-président69.

87Fin mars, Lydie est présente à l’assemblée de la Maintenance du Languedoc du Félibrige puis à la séance extraordinaire de la Société des langues romanes. Le compte rendu est publié sous le titre « Les réunions du Félibrige à Aix et Montpellier » dans la RLR du mois de mai, sous la signature d’Alphonse Roque-Ferrier.

88Et, si l’on en croit la lettre du 1er mars de Lydie, la Ligue républicaine se réunit dans le même élan.

  • 70 « Si j’ai les cinq francs, ce jour-là, je partirai pour Carcassonne à 7 heures du matin, pour rentr (...)

89L’on peut tout à fait comprendre que — avec le nouveau moyen de locomotion que constitue le train, dont les tarifs sont élevés, comme le souligne Fourès70 dans une de ses lettres — les déplacements soient rentabilisés au maximum.

90Dans l’article sur la séance de la Société des langues romanes, Roque-Ferrier souligne la présence des « dames » :

  • 71 Cf. RLR, 1877, n° 32, octobre ; série 2, t. 3-t. 11 : 157.

Plusieurs dames, parmi lesquelles Mme de Ricard et sa sœur Mlle Wilson, Mlle Léontine Goirand et Mlle Mireille Roumieux, la gracieuse filleule de Mistral, assistaient à cette séance71.

91Elles suivront le lendemain celle de la Maintenance du Languedoc, ce qui n’était pas gagné d’avance, toujours selon Lydie :

Vous prétendez ne nous rester que deux jours ? [...] c’est à peine si nous aurons le temps de vous voir, car il n’est pas du tout question que nous allions à la felibrejade : pas l’ombre d’une invitation, pourtant ces demoiselles ne viennent pas pour rien : à moins qu’on rejette les francimandes ?
(Lettre du 20 mars, p. 191)

92La confirmation de la possibilité d’inviter les « dames » nous a été apportée par la chronique nécrologique parue dans la RLR (voir plus bas). Le fait qu’elles soient acceptées est pour Lydie Wilson de Ricard un événement que Fourès dans son compte rendu de la Vie littéraire a passé sous silence, comme il a passé sous silence l’autre événement important, au vu de ceux de l’année suivante au moment des Fêtes latines de Montpellier, la visite de Mistral au Mas (lettre du 24 ou 25 avril 1877, p. 203).

  • 72 Lettre sans date de L.-X. de Ricard à Fourès.

93En mai tous seront en Avignon pour la Santo Estello, Fourès restera ensuite au Mas : L.-X. de Ricard l’accuse d’avoir fait faire des courses insensées à Lydie (et à Jeanne), ce qui a rendu la première malade72. Ils seront ensemble du 20 au 28 mai semble-t-il : le 21 mai étant le jour de la Santo Estello d’Avignon, le 26 mai celui de la course dans les « erbatges de la Lironde ».

11 1877 : l’amour de Fourès et Jeanne

94L’année 1877 sera l’année de l’amour de Fourès et Jeanne. Une bien courte année. Jeanne revient à Montpellier avec sa sœur et son beau-frère mi-février. Fourès pense avoir déclaré sa flamme avec son sonnet du 21 novembre 1876 qui paraîtra dans les Cants del solelh. « LAlbeto » se termine ainsi :

  • 73 Quand je vous vis, rose et blonde à défaillir / et de la tête aux pieds me sentant transporté / Je (...)

Quand vos vegèri, rôsa e blonda a’stabosir
E, del cap als artelhs me sentient trefosir
Cantèri : « O mon côr ! L’albeto que se lèvo73 ! »

95Les jeunes gens, il a 28 ans, elle 24, se verront à l’occasion des rencontres félibréennes : en mars et du 28 au 30 avril au Mas de la « Lauseta ». Auguste Fourès écrit pour sa « Janourello » « Le Roussignol ».

96Le 3 mai Jeanne lui dessine un grillon qui s’avère être une femelle. Le 8, Lydie lui demande une lettre en languedocien pour toutes deux, il s’exécute le 10 mai.

97En mars, Lydie avait obtenu de Fourès qu’il s’ouvre de ses sentiments envers Jeanne. En juin, Jeanne devra repartir à Paris où son père est gravement malade. Elle ne connaît pas la gravité exacte du mal que Lydie devine et qu’elle décrira à son mari lorsqu’en septembre elle ira chercher Jeanne, après la mort de sa guenon Auriola dont elle entretient Fourès sur deux pages, brouillon d’une œuvre qui paraîtra dans Aux bords du Lez :

L’état moral de papa est aussi on ne peut plus dangereux pour Jeanne ; sans déraisonner complètement, il n’a plus assez de conscience d’esprit pour se rendre compte de la gravité de sa maladie et il ne la ménage pas du tout.

98Dans les herbages de la Lironde, ils avaient convenu d’un stratagème pour faire directement parvenir des nouvelles de Fourès à Jeanne. Le journal « Lou Prouvençau » auquel Lydie avait abonné Jeanne devait servir d’intermédiaire, les poèmes de Fourès devant y paraître anonymement. Avait-il mal compris, est-ce une erreur du journal ? Le 8 juillet celui-ci publie « La Roundo de las gracios » dédiée à sa « Miguette » et signée Auguste Fourès. Il ne récidivera pas.

12 Lydie apprend la langue du Midi

99En juin, au moment du départ de Jeanne, Lydie s’inquiète des affaires politiques. Elle s’interroge sur l’attitude des républicains et de Paris face à Mac-Mahon et au ministère de Broglie.

100L’été, la correspondance est d’une part moins abondante, d’autre part double :les lettres de Jeanne adressées à Lydie sont soit enchâssées, soit commentées dans celles de Lydie. Lydie profite de sa solitude pour apprendre la langue du Midi dont elle avait déjà commencé l’initiation au travers de traductions de troubadours à partir de recueils de Raynouard (Lettre du 22 juin 1876, p. 169). Elle a, en 1877, pour correcteurs Fourès et M. de Tourtoulon, ce dernier l’aide à écrire en dialecte de Montpellier.

101Fin août, la visite de sa belle-mère, qui du temps où elle était la Générale de Ricard a tenu un salon littéraire, bouleverse les habitudes y compris vestimentaires de la maisonnée. Tout le monde se rend en visite à Castelnaudary le 6 septembre, puis à Carcassonne dont la Cité a été récemment rénovée par Viollet-Le-Duc.

13 La mort de Jeanne

102La correspondance se réduit en août et septembre entre Fourès et Lydie, cette dernière ira chercher sa sœur à Paris et le 27 septembre s’ouvrira de ses angoisses à son mari :

As-tu des nouvelles de Fourès ? Je ne sais comment lui écrire je crains de le navrer en lui disant que Jeanne ne va pas bien, et je ne peux pourtant pas le lui cacher, [...] n’oublie surtout pas la petite lettre (pour Fourès) cette pauvre Jeanne ne vit plus que pour cela.
(Lettre de Lydie à Louis-Xavier de Paris du 27 septembre 1877, p. 259)

  • 74 « Les Pigeons ».
  • 75 Traduction RBM : « Monte et s’étend l’aile de la mort. » 3. Dernière lettre de Lydie le 18, dernièr (...)

103Nous voyons également dans ces lignes l’attention qu’elle porte à Fourès. L’angoisse des deux correspondants, leur tendresse réciproque, va les empêcher de s’écrire ce qu’ils pensent et ressentent. Fourès avait commencé à écrire en mai pour Jeanne un poème, « Les pijouns74 », qui ne sera achevé qu’en novembre quand :« Mounto e sespandis lalo de la mort75 ». Et c’est au travers des lettres de et pour Louis-Xavier que passent alors leurs sentiments.

  • 76 Lettre à L.-X. Ricard du 5 novembre 1877 publiée en 1896 dans Le Montpellier, p. 259.
  • 77 « La Lauseta »1878 : 278.

104Début novembre, l’Albeto mourra. La dernière visite de Fourès est du 8 octobre. La correspondance Lydie-Fourès semble s’être arrêtée, elle, mi octobre76. Face à l’irréparable, nous comprenons que Louis-Xavier a éloigné, durant les deux jours d’agonie de Jeanne, Lydie de son chevet77.

105Jeanne sera enterrée à Montpellier. Ses parents n’assistaient pas à son inhumation, Lydie est donc allée à Paris les consoler. Plus tard dans la lettre du 5 novembre, elle laissera échapper sa douleur :

Enfin je pleure ! Que cela me fait de bien ! Mes larmes sont froides comme de l’eau ; je dois avoir le cœur glacé... Ne t’alarme pas de ces lignes un peu troublées : c’est la première minute de soulagement que j’aie eu, tu sais depuis combien de temps... J’ai cru pouvoir me le permettre : je suis seule...
(Lettre du 5 novembre 1877 à Louis-Xavier de Ricard, p. 260)

106L’analyse des lettres de Jeanne incluses dans celles de Lydie, à défaut de disposer de celles de Jeanne à Fourès, pourrait contribuer à mieux connaître cette jeune femme très tôt disparue : par exemple son goût pour la lecture des journaux de « sa couleur » que sa famille consent à lui acheter et finit par lire...

107Ces mêmes journaux accorderont une ligne au décès de Jeanne. Pas un mot ne paraîtra dans La Revue des langues romanes, premier numéro pour 1878, ni dans LArmana Prouvençau de Mistral pour 1878. Le grand homme mort en 1877, pour l’almanach du Félibrige, est Thiers !

108Seule « La Lauseta » de 1878 rend hommage à Jeanne :

  • 78 Regrets que partage Claude Goyard, dans sa préface du livre de J.-M. Carbasse (1977).

Ce livre, avant de se fermer, doit au moins un adieu et un souvenir à Jeanne- Marguerite Wilson, morte à Montpellier, en pleine fleur de ses 25 ans. Des regrets de sa famille et de tous ceux qui l’ont connue, c’est-à-dire aimée, ce serait une banalité d’en parler ici, et ils ne sauraient s’exprimer dans les quelques lignes d’une chronique. Jeanne Wilson n’est pas seulement un deuil pour sa famille, c’est une grâce et un charme qui viennent de faire défaut tout à coup à la Renaissance de nos pays ; car, bien qu’elle fût d’origine étrangère au Languedoc, elle s’y était passionnément apatriée, et s’était dévouée de tout son cœur et de toutes ses espérances à la cause qui est celle de ce livre. Se sentant elle aussi des ailes et la joie du soleil et des campagnes, elle aimait LAlouette. La mort a brisé ce noble essor qui palpitait déjà pour de nobles entreprises. Jeanne Wilson était peintre ; et peut-être les amateurs de Montpellier se souviennent-ils d’avoir vu à l’exposition de peinture de notre ville, cette année, un portrait de Jeune femme, portant le numéro 568, et une Jeune femme écrivant, devant une fenêtre ouverte, en pleine gaîté printanière, devant un mûrier tout épanoui. Si elle eût vécu, Jeanne Wilson éprise de lumière, eût donné à notre pays un peintre qui n’eût pas eu peur de le comprendre, et qui, l’aimant ardemment, eût su aussi le faire aimer sur ses toiles vivantes et sincères78.

Fig. 3. — Le grillon, en fait une femelle, dessiné par l’Albeto pour Fourès (Collège d’Occitanie à Toulouse)

109Plus tard encore, en 1896, Louis-Xavier de Ricard écrira dans le Montpellier Républicain du 13 septembre :

Jeanne étudiait la peinture, et déjà en ses ébauches grouillantes de vie et de lumière pleine de fougue et d’audace, une vraie personnalité d’artiste s’annonçait ; passionnée comme Lydie, pour l’Atmosphère méridionale, à travers laquelle les paysages vibrent d’une vie si intense, elle aussi, elle rêvait de devenir languedocienne à côté de sa sœur : elle mourut avant son rêve réalisé et Fourès resta douloureux tout le reste de sa vie de cette vision disparue

110Alors que Jeanne vient de mourir, le Félibrige organise à Maguelone une félibrée. Ni Lydie, ni Louis-Xavier n’y participeront, la première est à Paris, le second n’y a certainement pas apprécié la présence de l’évêque de Montpellier.

14 Sans Jeanne : de « La Lauseta » au Mas d’Encombe et des Fêtes latines à l’Alouette

111Le couple déménage alors ; tout en restant dans le même quartier de Montpellier, le plan des Quatre Seigneurs, il ira vivre au Mas d’Encombe.

112Jeanne était-elle trop présente à la « Lauseta » ? Lydie continuera à écrire Grabels, Sans Jeanne, « A La mar Latina »... et à participer aux initiatives du Félibrige (Cours d’amour) et de la Société pour l’étude des langues romanes, tout en travaillant toujours à l’œuvre commune. Dans « La Lauseta » de 1878, elle signe : « A unrosa incarnada ; Aubade ; La Figueira » ; la traduction — une des premières — d’un extrait de la Chanson de la Croisade de Guilhem de Tudela : « La Prise de Béziers » à partir du livre de Paul Meyer paru en 1875 (signée Na D) ; celle de « Son autounal » de Fabre d’Olivet. Dans ce laps de temps très court, que lui laissent la maladie et les malheurs qui touchent sa famille, Lydie Wilson de Ricard continue à écrire et à publier.

  • 79 Cf. RLR n° 35 p. 84, t. 13 sur Gallica.fr.

113Si l’on n’a pas le commentaire de Mistral79 sur la poésie de Lydie, la lettre de Louis- Xavier de Ricard adressée au Maître, en date du 24 janvier 1878, nous éclaire sur son caractère élogieux, à propos vraisemblablement de l’édition en plaquette de « La Figueira » :

Ma femme a été toute émue de l’aimable indulgence que votre lettre lui témoigne :elle est fière de cet encouragement, venant d’un des poëtes que nous admirons le plus et du grand restaurateur de la langue d’Oc.

  • 80 Extraits des Cenci de Shelley, traduction de l’anglais, juin puis octobre-novembre 1878.

114Au printemps 1878, la RLR publiera sous le nom de Lydie de Ricard « Lous bords dau lez80 ».

115L’année 1878 sera marquée par les Fêtes latines de Montpellier et le banquet républicain de « La Lauseta ». Lydie participe au concours de sonnets organisé par la Société pour l’étude des langues romanes et obtient un deuxième prix, auquel s’ajoute par l’Académie du Sonnet d’Aix une médaille d’or pour son poème « A la Mar Latina ».

  • 81 Martel 2010 : 603-605.

116Mai 1878 est aussi le mois de fondation des associations « La Lauseta » (l’Alouette) et de la création de la revue LAlliance latine. Dans celle-ci Lydie apparaît sous le pseudonyme de Lidia Colonia comme traductrice81.

117La création de cette revue (complément financier à « La Lauseta ») et son titre sont débattus dans les divers courriers que s’échange le réseau d’inter-connaissances des Ricard.

  • 82 Le Petit Méridional s’étonnera, dans son édition du 29 mai, que le préfet de la République et repré (...)
  • 83 Carbasse 1977 : 146.
  • 84 Le banquet de lAlouette, Paris, 1878.

118Nous ne nous étendrons pas ici sur les Fêtes latines de Montpellier du point de vue du Félibrige ou de la société pour l’étude des langues romanes82. Rappelons que ces fêtes de l’idée latine précédaient le centenaire de Voltaire que les républicains s’apprêtaient à célébrer en organisant des banquets. L’attitude de Roumanille — et son brinde à la Rome catholique83 —, celle du Félibrige, de Mistral, ajoutées au refus que soit jouée « La Marseillaise » — vont aboutir dans les journaux républicains à ce que la célébration de Voltaire efface le compte rendu de ces fêtes. Nous remarquerons que les félibres rouges ont choisi ce moment pour lancer leur seconde revue avec l’organisation d’un banquet des républicains le 26 mai, et ceci en dehors des dates de ceux des deux autres sociétés. Une invitation avait été adressée à Mistral le 18 mai84, soit quelque peu tardivement.

  • 85 Ibid.

119Le banquet de lAlouette85 a rassemblé les discours et les événements qui se sont déroulés au faubourg Figuerolles, sous la présidence d’honneur de Victor Hugo.

120Des éléments nous permettent de penser que Lydie Wilson de Ricard a malgré sa maladie participé à l’organisation du banquet. Dans la salle de la Paix, deux flammes :« Vive l’Union des Peuples latins et Vive la République française » ; deux statues :« la Vénus de Milo et le buste de la République. » Des drapeaux des peuples latins d’Europe et d’Amérique et « même celui du peuple anglais ».

121La décoration y a été soignée :

  • 86 Ibid.

[...] de grandes branches de pins étaient plantées le long du mur, entre lesquelles courraient de vertes guirlandes odorantes de genévriers, de romarin, de buis et de thym, de distance en distance d’une touffe d’olivier jaillissait un drapeau latin86.

122Nous ne pouvons que rapprocher cette ambiance de garrigue de l’envoi que Lydie fera la même année aux parisiens de l’Alouette.

  • 87 Cf. Auguste Fourès, « Les Cants del solelh » : 112-118.

123Lors de ce premier banquet Auguste Fourès a lu sa « Mariano Latino87 ».

124Toujours selon Le banquet de lAlouette :

Le second banquet eût lieu le 3 juillet 1878, sous la présidence de M. Viollet-Leduc. Le compte rendu du banquet et les discours de MM. Viollet-Leduc et L.-X. de Ricard ont été publiés dans le deuxième numéro de LAlliance latine [p. 325]. On trouvera dans cet Almanach quelques-uns des autres discours ou toasts qui y ont été prononcés.

125Lydie y était-elle présente, on peut le penser.

  • 88 « La Lauseta » 1879 : 115-117.

126La troisième réunion a eu lieu à Paris, le 16 novembre : ce banquet a été en même temps le premier banquet régulier de « L’Alouette parisienne [...] qui désormais se réunira tous les mois88 ».

127Ni Louis-Xavier de Ricard, ni Lydie n’y assistaient. Celle-ci cependant a adressé de Montpellier : « Une corbeille d’appétissantes grenades et un énorme bouquet de rameaux d’olivier en fruit. »

128Un toast fut porté à Mme de Ricard, sur proposition de M. Thiaudière, et plus tard dans la soirée, on a lu le sonnet « finement ciselé, A la Mar Latina ».

  • 89 Cf. RLR 38 p. 279 ; t. 13 sur Gallica.fr.

129Ce sonnet paraît justement dans la RLR de novembre-décembre 187889.

  • 90 « La Lauseta » 1879 : 121.

130L’association est lancée à Paris alors qu’à Montpellier elle « va se former », comme en témoigne l’appel du Groupe montpelliérain de « La Lauseta » qui paraît dans « La Lauseta » de 187990.

131Quels en étaient les buts ? Les sociétés « l’Alouette, pour la littérature, les sciences et les arts » n’étaient-elles pas une mise en pratique des théories fédéralistes ?

  • 91 Moulain 1990-1991 : 19.

132Celles-ci n’étaient pas partagées par tous les félibres républicains, nous en concluons avec Moulain que « Le Félibrige rouge apparaît donc comme un rassemblement hétérogène de félibres républicains91. »

15 1879 : La Commune Libre

  • 92 Un autre paraîtra en 1885, réalisé par Fourès à la demande de Ricard.

133« La Lauseta » qui paraît en 1879 est le dernier numéro de la série92. Il est caractérisé par une francisation importante de ses textes : environ 46 % d’entre eux sont en cette langue. Lydie n’y signe plus que sous le nom de Lidia Colonia. S’agissait-il de rompre définitivement avec le temps de « Na Dulciorela » ou avec Auguste Fourès ?

134Si l’on examine les trois numéros de l’almanach, les femmes n’y sont pas plus présentes que dans la RLR ou dans le premier numéro du Parnasse contemporain. Dans la RLR, Lydie signe Lydie de Ricard et Rose Anaïs Gras, Mme Roumanille. Dans « La Lauseta », c’est Na Dulciorela ou Lidia Colonia ; la seule autre femme présente est Léontine Goirand qui signe sous le pseudonyme de « Felibresso dAreno » ou « Felibresso de lAlzoun ».

  • 93 Lettre de L.-X. de Ricard à Mistral du 16 mars 1879 (Carbasse 1977 : 148).

135Toujours sur le plan des publications, les noms de Louis-Xavier de Ricard et de Lydie sont cités par Mistral dans Le Trésor du Félibrige93. Plus aucune parution de Lydie dans la RLR. L.-X. de Ricard publie à Paris La Conversion dune bourgeoise et les traductions de C. Cantu et de Pi. i Margall.

  • 94 La Commune Libre, Montpellier, Grand’rue 46, la rédaction : L.-Xavier de Ricard, Ernest Ferroul, ex (...)
  • 95 Les 6 numéros de ce journal, conservés à la B.M. de Montpellier, ont disparu dans les années 1914-1 (...)
  • 96 Andréani 1989 : 704 et 723.

136Le 13 février paraît à Montpellier le premier numéro de La Commune Libre. Ce journal annoncé dans « La Lauseta » de 1879 comme « socialiste fédéraliste, organe des travailleurs94 », devait paraître le jeudi et le dimanche de chaque semaine à Montpellier95. Andréani évoque le bihebdomadaire uniquement pour sa parution et la participation de Ferroul et Jourdan96. Nous avons pu consulter les numéros présents dans la collection des archives de la Société pour l’étude des langues romanes à l’université Paul-Valéry, Montpellier 3. Seule l’existence de six numéros était jusqu’à présent connue.

  • 97 Carbasse 1977 : 152.
  • 98 Ibid., 150.

137Les Ricard ne pourront se rendre à la Santo Estello d’Avignon en mai97, Lydie est, semble-t-il, malade. À la fin du mois, Mistral rendant visite inopinément au couple trouvera porte close. Louis-Xavier le remercie de sa démarche dans une lettre datée du 20 mai 187998 et regrette d’avoir été absent, il continue ainsi :

Par un hasard singulier, ma femme qui n’aime guère quitter sa maison, son jardin, était allée à la ville avec sa mère.

138Ce qui signifie que le père de Lydie était certainement déjà mort. Ce que nous laisse supposer la fin de la préface de Aux bords du Lez :

Une année après, j’eus à lutter pour elle contre le même ennemi ; comme elle l’avait fait pour sa sœur avec des chances diverses et alternées. Malheureusement, un nouveau chagrin vint lui ravir les forces dont elle avait tant besoin pour se sauver elle-même. Son père mourut ; dès lors elle fut perdue...

139Le 3 septembre, Lydie participe à la Cour d’amour de Fontfroide ; c’est sa dernière apparition publique :

  • 99 Hommage de la RLR, 1880, t. 4, 3e série, p. 258.

Déjà gravement atteinte, elle vint à la première Cour d’amour de la Maintenance du Languedoc, sous les beaux arbres et la fraîche vallée de Font-froide, où M. Roumieux lut à sa place une de ses plus gracieuses productions. C’était pour la dernière fois99.

140Le 24 décembre, son mari écrit à Mistral du Mas d’Encombe :

[...] la tristesse et le découragement profond que me cause la maladie de ma pauvre femme, atteinte du même mal que sa sœur [...].

16 Morte à Paris et enterrée civilement à Montpellier

  • 100 Cf. lettre du 18 janvier 1877.

141L’année 1880 est marquée à Paris par la parution en janvier chez Fischbacher du volume de la Cigale : Lydie, comme les autres auteures, y est présente sous le nom et le prénom de son mari, contrairement à la volonté qu’elle affichait trois ans auparavant100. Elle y signe deux textes en occitan : « A la mar latina » et « Lous bords dau Lez ». Dans ce livre d’or figure également son « Lez » écrit en français en décembre 1876 pour les étrennes de sa mère.

142Au printemps, Lydie Wilson de Ricard écrit à Mistral à propos des deux secrétaires de la Cigale de Paris. Son mal empire.

  • 101 Comme en atteste l’acte de décès n° 4 157, dressé le 18 septembre ; les témoins de l’acte sont un a (...)

143En été, le vote de l’amnistie des communards va la trouver à Paris chez sa mère, Madame Wilson, où elle passera ses deux derniers mois avant de mourir le 17 septembre à 10 heures du soir, 92 rue Hauteville, 10e arrondissement101. Sa mère avait donc changé d’appartement, peut-être était-elle dans celui où ils devaient emménager en été 1877 et dont parlait Jeanne à sa sœur.

16.1 Enterrement civil à Montpellier

144Morte à Paris, Lydie Wilson de Ricard fut cependant, selon sa volonté, enterrée à Montpellier. À l’époque les corps étaient transférés par train. L’annonce en est faite par Le Petit Méridional, dès le surlendemain de sa mort :

Les obsèques de Mme de Ricard auront lieu demain lundi, à Montpellier, où la dépouille mortelle doit être ramenée ; elles seront simplement civiles selon la volonté expresse de la regrettée défunte. Tous nos amis, nous en sommes certains, voudront aller rendre les derniers devoirs à cette vaillante femme dont la fermeté des convictions ne s’est pas un instant démentie.
On se réunira, lundi 20 septembre, à deux heures de l’après-midi, à la gare du PLM.

145L’enterrement civil n’eut lieu que le mardi 21 et, le 22, le Petit Méridional en publiait le compte rendu en Chronique locale, Hérault :

  • 102 Ernest Jourdan (1843-1898) participa à la rédaction du Petit Méridional à ses débuts, le quitta ass (...)
  • 103 Il s’agit vraisemblablement d’Antoine, Jean-Baptiste Boyer dit Antide (Aubagne 1850-Marseille 1918) (...)

MONTPELLIER — Hier, à deux heures et demi, ont eu lieu les obsèques civiles de Mme Xavier de Ricard au milieu d’une affluence considérable d’amis et de coreligionnaires politiques désireux de témoigner toute leur sympathie à notre excellent confrère M. de Ricard.
Les cordons des deux poëles placés devant le cercueil étaient tenus par les délégués de la presse républicaine de Montpellier. Le cercueil était littéralement recouvert par les couronnes et par les bouquets.
On remarquait dans le cortège la présence de plusieurs délégués de Cette, de Béziers, de Lunel, de Frontignan, de Marseille.
Au cimetière, M. Jourdan102 a lu une courte allocution dans laquelle il a rendu hommage aux qualités de la regrettée défunte.
M. Boyer103, délégué par les socialistes de Marseille, a prononcé ensuite quelques paroles d’adieu.
La foule s’est retirée vivement impressionnée par cette douloureuse cérémonie.
L’Union nationale ne pouvait laisser passer l’occasion de dire quelques bêtises

Il est inexact de dire que l’ont ait promené à travers les rues de la ville des draps d’honneur coupés par une croix blanche, puisque les draps ont été tout simplement retournés ;

La superbe couronne placée sur le devant du cercueil a été offerte par les socialistes de Marseille ;

Il est faux, complètement faux, que « deux prêtres qui croisaient le convoi ont été hués et injuriés ».

Le polisson qui a écrit cette calomnie sait bien qu’il ment effrontément. La vérité est qu’à la descente de l’Esplanade deux prêtres qui croisaient le convoi n’ont même pas daigné saluer le cercueil ; personne n’a songé à injurier ces deux grossiers personnages, personne n’a hué ces deux malotrus. On les a laissé continuer leur chemin et tout le monde a haussé les épaules devant une de ces impertinences auxquelles les cléricaux nous ont depuis longtemps habitués.

146On peut juger du ton des journaux légitimistes et cléricaux, à cet entrefilet du Messager du Midi du 22 septembre 1880 :

  • 104 Émile Anterrieu, conseiller général du canton de Mauguio (Annuaire de LHérault 1880, AD Hérault).

Nous avons eu cette après-midi à Montpellier, le spectacle heureusement fort rare d’un enterrement civil.
Quelques centaines de radicaux, parmi lesquels M. Anterrieu104, conseiller général ; M. Vigouroux, médecin du dispensaire, etc. se sont rendus à la gare des marchandises pour escorter le cercueil de Mme Louis de Ricard, femme de l’ancien rédacteur de la Commune Libre.
Les curieux qui stationnaient sur le parcours ne cachaient pas l’écœurement que leur causait ce triste spectacle.

  • 105 Carbasse 1977 : note 18, p. 122.

147Les volontés de Lydie, si elles avaient été exprimées à ses proches, l’avaient été également dans des textes que Louis-Xavier publiera en 1891. Non pas dans un texte, mais dans plusieurs. Jean-Marie Carbasse105 remarquait pourtant : « Mais si Lydie de Ricard et surtout Fourès ont laissé une œuvre poétique, ils n’ont laissé aucun écrit doctrinal. »

148Ce constat est d’après Christine Planté une des raisons qui ont contribué :

  • 106 Planté 1989 : 329.

[...] à laisser échapper des œuvres de femmes ; c’est que celles-ci ont souvent omis de fournir de façon aussi impérative leur mode d’emploi, se contentant de faire ce qu’elles faisaient, sans dire qu’elles le faisaient. [...] Particulièrement [au] XIXe siècle, où la grande majorité des femmes s’abstenait de toute déclaration de nature théorique106.

  • 107 Cf. p. 92.

149Nous trouverons les volontés de Lydie Wilson de Ricard non dans des textes « doctrinaux » mais dans des textes poétiques107.

  • 108 Martel 2001 a : 162.

150L’enterrement civil est dans ces années une revendication, une manifestation républicaine. Le Petit Méridional en rend compte en bonne place dans ses colonnes. De son côté Lespèce Roumanille, comme l’appelle Lydie, a en 1872 publié un dialogue contre les enterrements civils, « Lis entarro-chin », tiré à 5 000 exemplaires108. La bataille fait rage autour des tombes et dans les colonnes des journaux. Le PM de ces années rend compte des obsèques civiles et des difficultés auxquelles elles donnent lieu pour les familles, mais également du caractère de manifestation républicaine d’un certain nombre d’autres.

151Dans le quotidien du 9 septembre 1876, les obsèques civiles du musicien Félicien David (par ailleurs membre de la Cigale de Paris d’après « La Lauseta » de 1877) en sont une illustration : Segundo, « le meurtrier du directeur du séminaire de Prades » est mis en parallèle avec le musicien et « a toutes les sympathies catholiques » de l’auteur de l’article parce qu’il « a été confessé avant d’être amené à l’échafaud ». Du fait de ces funérailles civiles, les honneurs n’ayant pas été rendus à l’artiste, un député en fait une question à la Chambre, ce qui appelle une réponse du... ministre de la Guerre.

152L’arrêté d’un préfet de Lyon, en juin 1873, imposait « la déclaration d’obsèques avec ou non participation des ministres de l’un des cultes reconnus par l’État ».

153Dans le cas d’obsèques civiles, l’enterrement était autorisé « à six heures du matin, du 1er avril au 30 septembre, à sept heures du matin, du 1er octobre au 31 mars. Les convois funèbres devront suivre les voies de moindre parcours ».

154Les obsèques civiles sont donc bel et bien une question politique. Paris et Lyon, les grandes villes ne sont pas les seuls endroits où la question des obsèques autres que catholiques se pose. Le village de Loupian, près de Mèze, en est le cadre en mars 1877 à l’occasion du décès d’un bébé de deux mois dont les parents, « élevés dans la religion protestante », voulaient faire inhumer leur enfant dans le cimetière communal et en avaient fait la demande au maire, ce dernier en référa au curé qui :

  • 109 PM 21 mars 1877, chronique locale.

[...] jugea qu’introduire un cadavre protestant par l’entrée habituelle dans un cimetière catholique serait une abominable profanation, et une ancienne porte, depuis longtemps condamnée, fut réouverte pour y faire passer l’enfant, elle fut ensuite murée de nouveau109 [...].

155À Marseillan, en mai de la même année, les obsèques civiles du « citoyen André Miramond » rassemblent 800 personnes ; en tête du cortège « Le cercle de la Nouvelle Alliance dont il était membre ».

  • 110 Ibid., 29 décembre.

156En décembre 1877110, en chronique de Saint-Thibéry, on pouvait lire un autre compte rendu d’obsèques civiles, celles d’une victime du coup d’État de Napoléon III, Cavaillé Joachim.

  • 111 PM 3 mai 1880.
  • 112 Édmond Lepelletier est une des plus anciennes relations de Louis-Xavier de Ricard, il était présent (...)

157En mai 1880, soit quelques mois avant le décès de Lydie, un appel à constituer une Société de la Libre Pensée est lancé111. Les membres de ces sociétés expriment par écrit leur volonté d’« être enterrés civilement », les autres membres étant chargés de faire respecter cette volonté. Un appel semblable a été lancé par « La Lauseta » 1879 (p. 122). Au travers de la Société pour la propagation de la foi civile, Victor Meunier, rédacteur au Rappel, et Édmond Lepelletier112, rédacteur à La Marseillaise, ont pris une initiative « que nous ne saurions trop louer », commentent les rédacteurs de « La Lauseta ». Il s’agit de :

[...] grouper tous les libres-penseurs dans une association qui lui permît, à eux et aux leurs, de vivre la vie moderne, telle qu’ils l’entendent, sans immixtion des cérémonies que leur foi repousse, et de combattre avec ensemble, sur le terrain de la pratique, l’ennemi universel : le cléricalisme. Il s’agit de protéger les cadavres des libres-penseurs contre la convoitise des enterreurs sacrés et la faiblesse ou la lâcheté des familles...

  • 113 La colonne est ornée d’une jeune vigne grimpante. En 1998, les restes des deux sœurs ont été transf (...)

158Lydie fut enterrée au cimetière Saint-Lazare de Montpellier à quelques centaines de mètres du Lez qu’elle a chanté et dans la tombe même de sa sœur, tant aimée. Sur celle-ci, la colonne brisée de la franc-maçonnerie « enramelée dune vigne juviale113 ».

16.2 « La quaimo morta couma viva »

  • 114 « LAlmanach Provençal » pour le bel an de Dieu... Almanach du Félibrige officiel, réalisé principa (...)

159Outre les discours prononcés sur sa tombe, Lydie Wilson de Ricard reçut après sa mort et avant que son souvenir ne s’efface un certain nombre d’hommages. Dans « LArmanac Prouvençau, per lou bèl an de Dièu114 » de 1881, on peut lire page 110 le Mortuorum :

  • 115 « Madame de Ricard, la félibresse montpelliéraine, est morte à Paris le 17 septembre 1880, à l’âge (...)

S’es envoulado dins un rai de Santo Estello Madamo de Ricard, la felibresso mountpelierenco, es morto à Paris lou 17 de setèmbre 1880, à l’age de 30 an. Nascudo en Franço lou 9 d’abriéu 1850, d’una familho escousseso, avié per nom d’oustau Lidia Wilson ; e maridado lo 16 d’avoust 1873, à Mr Savié de Ricard, de Mount-Pellié, se i’éro amourousido tant passiounadamen de nosto lengo que n’avié fa la siéuno, e dins aquelo lengo degrunavo de vers suau qu’es pas de dire. Se signavo dóu nom de Na Dulciorella, o bèn de Lidia Colonia, e escrivié dins La lauseto, publicacioun que soun marit fasié parèisse. Pecaire ! s’es envoulado dins un rai de Santo Estello115.

160Dans l’avant-dernier numéro de la RLR de 1880, un hommage anonyme, simple mais très émouvant, lui est rendu. Il est placé en tête de la chronique :

  • 116 Cf. RLR 1880, t. 4, 3e série : 258.

Mme Lydie de Ricard, née Wilson, est morte dans le courant du mois de septembre, quelques jours avant la félibrée du château de la Lauze. C’est un deuil pour les amis de la langue et de la culture méridionales. Toujours prête à payer de sa plume et de sa personne, quand il s’agissait des études romanes, non seulement Mme de Ricard composait de charmantes pièces de prose ou de vers dans le dialecte languedocien, devenu pour elle une seconde langue maternelle, mais encore elle ne manquait aucune des réunions auxquelles savants ou félibres conviaient les dames. Déjà gravement atteinte, elle vint à la première Cour d’amour de la Maintenance du Languedoc, sous les beaux arbres et la fraîche vallée de Font-froide, où Mr Roumieux lut à sa place une de ses plus gracieuses productions. C’était pour la dernière fois. La deuxième réunion s’est tenue sans elle, et plus d’un parmi nos amis du dehors, qui avaient assisté à la félibrée de Font-froide, s’étonnaient de ne pas la voir à celle de la Lauze, et apprenaient avec une surprise douloureuse sa fin prématurée116.

161Retenons encore dans le Petit Méridional du 19 septembre 1880, lendemain de sa mort à Paris :

  • 117 PM 19 septembre 1880, chronique locale, Hérault, sous-titre Montpellier, sans signature.

Nous avons appris hier, par dépêche, avec le plus vif regret, que Mme de Ricard venait de mourir à Paris après une longue et douloureuse maladie. C’était une jeune femme d’un esprit très distingué et très libéral, aimant passionnément les arts et la littérature et dont la place était marquée, au premier rang, dans toutes nos fêtes de la poésie. Ses œuvres d’un charme tout à fait intime, étaient très appréciées parmi les lettrés de cette région du Midi qu’elle connaissait si bien et qu’elle aimait tant117.

  • 118 Paru dans La Poésie Moderne de Castelnaudary, Directeur Fourès (1882 ?), et dans Les Fleurs félibre (...)

162Lydie Wilson de Ricard et sa sœur Jeanne ont été des inspiratrices pour les félibres, avant et après sa mort en ce qui concerne Lydie. Citons ici Maurice Faure, Fourès bien sûr, Charles de Tourtoulon, Léontine Goirand et Louis-Xavier de Ricard qui en 1882 s’adressait, toujours inconsolable, « A N-Una bruneta118 » :

... Quittas dins sa nioch plourarela
Moun cadabre descounsoulat :

  • 119 Laissez donc à sa nuit de larmes,/ Ce corps que la vie a quitté./ Cadavre froid, quoiqu’il arrive, (...)

Pus ges de flamb lou recaliva ;
Pus res de ièu que siegue mièu ;
La qu’aimo morta couma viva
tout m’a fach eternamen sièu119...

Notes

1 Comme la plus grande partie de l’état civil parisien d’avant 1870, les actes ayant brûlé pendant la Commune.

2 Préface de Aux bords du Lez, 1891 : II.

3 Ibid.

4 George à l’état civil, Lydie écrit Georges, Fourès: George.

5 Ricard, Aux bords du Lez, 1891 : préface II et III.

6 Perrot 2008 : 122.

7 Ibid., 114.

8 Houbre 1997 : 255 à 280.

9 Ricard 1863 : 127-131.

10 Curieusement, alors qu’il est rappelé en note sa parution d’avril 1863, il est alors daté d’octobre 1863.

11 Mortelette 2005 : 44.

12 Traduction : « L’âge d’or d’auteurs de lettres » (Rogers in Bonnat, Bossis 1983 : 182).

13 Louis-Xavier de Ricard a d’abord été condamné à l’emprisonnement à Sainte-Pélagie pour « outrage à la morale religieuse et avoir traité sans autorisation d’économie politique et sociale » dans la Revue du Progrès 1864 sous l’Empire ; en 1870 il se réfugie en Suisse devant la menace de saisie du journal qu’il avait fondé, Le Patriote Français, le dernier exil est consécutif à sa participation à la Commune de Paris.

14 Archives nationales (ET/CXVI : 919).

15 Aujourd’hui dans les Yvelines.

16 Nous nous sommes adressée à la paroisse d’Autouillet, commune où avait été célébrée l’union, puis à l’évêché de Versailles : aucune trace d’une telle cérémonie, ce qui correspond à l’athéisme de Louis-Xavier de Ricard et de Lydie ; de plus, le fait que les parents Wilson aient pu « changer de religion » pour le baptême de leurs enfants démontre qu’ils n’y attachaient visiblement pas une grande importance.

17 Ricard, Aux bords du Lez, préface : III et IV.

18 Dans l’article de présentation des lettres pour le Montpellier Républicain en 1896 (13 septembre).

19 Andréani 1989 : 645 ; mais aussi Jean-Marie Carbasse, Stéphane Moulain et nos propres recherches à la Bibliothèque Émile-Zola de Montpellier.

20 In Verlaine, Les vaincus, deux versions ; une du Parnasse contemporain, l’autre datée d’après la Commune dans laquelle, comme son ami, il s’était engagé.

21 Paul Verlaine (1902-1904) : 416-417.

22 Jusqu’ici les chercheurs attestaient de cet amour avec un texte de l’introduction à Autour des Bonaparte, Paris, Savine.

23 Ricard 1862 : 407-408.

24 Seul des auteurs que nous avons lus, Georges Peyronnet y fait allusion indirectement en citant un article de Willy Garcias, « Souvenirs de l’école parnassienne, Les loups », 1924 (Peyronnet 1943-1997 : 35 et 46).

25 Ricard 1862 : 407-408.

26 Ibid., 226 en épigraphe du poème « Les deux prières ».

27 Idid., 287.

28 Idid., 282.

29 Pièce de poésie lyrique faisant dialoguer, en strophes alternées, deux ou plusieurs interlocuteurs qui défendent leurs opinions en échangeant des arguments contradictoires ou expriment leurs sentiments sur un thème donné (amour, morale, querelle personnelle, etc.).

30 Ricard 1862 : 371-381.

31 Selon une note de L.-X. de Ricard au bas de l’article de présentation du Montpellier du 13 septembre 1896. Il s’agit certainement de Prosper Esprit Ignace Maurin, né à Montpellier, négociant, célibataire demeurant à Montpellier, position aisée en 1852, qui fut condamné à la transportation en « Algérie (moins) » pour les motifs de la décision et faits saillants suivants : « Arrêté à la réunion du 3 décembre, propagandiste ardent ayant perverti la commune de Castelnau ». Il bénéficia d’une remise de peine le 15 janvier 1853, et une pension fut attribuée à son fils Joseph Marie Maximilien — Saint-Chinian-233F — sous le (n° 1212) en 1883 (liste alphabétique des pensionnés de l’Hérault comme victimes du coup d’État du 2 décembre 1851, indemnisés en 1883). « Algérie moins » signifiait « sans emprisonnement »

32 C’est le métier qu’inscrit Louis-Xavier de Ricard sur tous les documents officiels que nous avons pu consulter : acte de décès de son père le 12 avril 1867, acte et contrat de mariage 1873, acte de décès de Jeanne Wilson 1877, acte de naissance de son fils Xavier-Marcel à Montpellier en 1896.

33 Jules Troubat, Montpelliérain de naissance et dernier secrétaire de Sainte-Beuve à Paris, est devenu, avec la création à Montpellier du Petit Méridional en mars 1876, le correspondant dans la capitale du quotidien. Son père fut emprisonné en 1851 avec quelques 300 autres Montpelliérains qui s’élevaient contre le coup d’État de Napoléon III, épisode relaté dans : Jules Troubat, Lettres inédites à son père et à son frère de Montpellier (Entente bibliophile, Montpellier 1991).

34 Cf. Jeanne Gaillard, 1971.

35 Cf. « La Lauseta », 1877 : « Desnombrament dal pople dal Lengodoc ».

36 Se reporter sur le sujet aux nombreux ouvrages : Gérard Cholvy (1984 et 2001) ; Mireille Lacave (1981 et 1987) ; Max Allier (1999), etc.

37 Annuaire de l’années 1875, AD Hérault en ligne, consulté en avril 2009.

38 Charles GROS, LInoundatioun de lHéraou en 1875, Firmin et Cabirou, 1875, écrite en languedocien ; il a, d’après Fourié 2009, la même année publié un poème sur l’inondation de Toulouse.

39 Le débat dans la campagne se situe en effet à l’ouest de la ville ; les amis se sont d’abord donné rendez-vous au faubourg Figuerolles (Le Fédéralisme Livre Ier), où l’un d’eux a une maison « sise un peu en dehors de la ville » puis, ayant pris au sortir du faubourg le « premier chemin coupé », ils admirent bientôt d’une hauteur Montpellier avec face à eux, au loin, le Peyrou, les arceaux et la cathédrale...

40 Cf. la collection de dessins sur Castelnau-le-Lez du même auteur à la médiathèque Émile-Zola de l’agglomération de Montpelllier, en ligne sur http://bm-montpellier-1.picturelan.com; également Lacave (1987) ; et pour Castelnau à cette époque, voir les œuvres du peintre Frédéric Bazille (1841- 1870).

41 Lettre à Édgar Quinet du 4 novembre 1874, ms. in B.N.F. NAF 15510. XII Raffalovicj- Ziemecki. F 41.

42 Arnal, Majurel et Prades : 1964.

43 Ibid.

44 Selon celle-ci, le Lez s’ouvrirait la nuit de la Saint-Jean, laissant accéder à l’intérieur du rocher dans le lit du fleuve à des trésors... Mais le rocher se refermerait très vite... (Cf. Lacroix 1978 ; Fabre Jean-Batiste Castor (1727-1784), Marsal 1878). L’approche du centenaire de la mort de cet auteur impulse la réédition de ses œuvres. Jules Troubat est à l’origine en 1877 de la seule édition parisienne de Joan lan près à la librairie Dentu où il était commis libraire. L’année suivante, Édouard Marsal publiera à Montpellier les Obras lengadoucianas de J.-B. Favre curat de Cèlanova qu’il a traduites et illustrées. Ce livre contient notamment « Le trésor de substantion ».

45 Section D de Castelnau-le-Lez, plan 3 p. 3485, archives de l’Hérault en ligne, avril 2009.

46 Ricard, Aux bords du Lez : Intro. IV.

47 Cf. p. 302.

48 Qu’ils pensent alors républicain...

49 Victor Hugo et Sully-Prudhomme (Salvat 1927 : 7, et épistolaire de Fourès CQ 204 à Toulouse).

50 Journaliste politique.

51 Citons parmi les auteurs : Paul Mariéton, Perbosc (1891), Louis-Xavier de Ricard (1888), Gaston Jourdanne, Joseph Salvat (1927,1974), Jean Lesaffre (1961), Joan-Marie Petit (1975), Paul Tirand (1991). En 1991 un colloque réunissait sur son nom à Avignonet les interventions d’Alem Surre-Garcia, Jean-Marie Petit, Philippe Martel, Jacme Taupiac, Jean Fourié, Paul Tirand, Marie-Claire Viguier, Jordi Blanc et Christian Laus.

52 Lesaffre, 1961.

53 Traduction : La petite Aube (Jeanne) qui se lève (le « Mas du Diable », poème).

54 Un petit Paradis rempli de paix profonde / et de bonheur fleurit qui fait chanter le cœur.

55 M. Achille Mir et sa fille ; Mlle Mélanie, M. Goirand d’Alès et sa fille, Mlle Léontine, M. et Mme Xavier de Ricard, Mlle Jeanne Wilson, sœur de Mme de Ricard, et Auguste Fourès de Castelnaudary...

56 Salvat 1974 : 58.

57 Carbasse 1977 : 127-132.

58 Sauf mention contraire, les éléments soulignés le sont sur les manuscrits.

59 Lettre de Ricard à Fourès, 8 septembre 1876.

60 Revue éphémère complément à la « Lauseta » 1878.

61 Fourès, Les Grilhs, pouesios del Lauragues, 1888.

62 Dans « La Lauseta » de 1879, cette poésie est datée du 15 décembre 1876.

63 Parenthèse ouverte et non refermée sur le manuscrit.

64 L’origine de ce nom, Colonia, pourrait être la généalogie de la famille Ricard. Nous trouvons dans sa lettre du 28 juin l’intérêt de Louis-Xavier pour son lignage, intérêt que l’on retrouve dans l’introduction d’Autour des Bonaparte. Une source généalogique (http://gillesdubois.blogspot.com/2006/07/la-famille-de-ricard.html consultée en 2008) établit la filiation de cette « famille ancienne de Provence » jusqu’au grand-père et au père de Louis-Xavier, données vérifiables par l’acte de naissance à Cette (Hérault) et de décès à Paris de son père et les éléments des mémoires Autour des Bonaparte. Dans ce document, quatre générations avant son père, un « Jean-Baptiste de Ricard, écuyer, épousa par contrat du 11 février 1633, damoiselle Éléonore de Colonia... » Louis-Xavier en avait-il connaissance et Lydie aurait-elle emprunté son nom à cette ancêtre provençale pour écrire en occitan ?

65 L’aïeul.

66 Consulté dans les archives de la Société des langues romanes.

67 Cf. RLR n° 32 p. 135 (t. 12 sur http://gallica.bnf.fr). Une plaquette de ce poème paraîtra la même année chez Coulet, Montpellier. La RLR et La Lauseta orthographient « Figueira », Lydie dans ses lettres : « Figuieira ».

68 Rose Anaïs Gras.

69 Bureau de 1877 : M.-B. Cantagrel, président, M. de Tourtoulon, vice-président ; M. Alph. Roque-Ferrier, secrétaire ; M.-L. Lambert, trésorier ; MM. J.-P. Itier et H. Vigouroux, vice-secrétaires ; M. Ernest Hamelin, directeur des publications.

70 « Si j’ai les cinq francs, ce jour-là, je partirai pour Carcassonne à 7 heures du matin, pour rentrer le soir à 8 heures 30 minutes. S’il ne fallait que 5 francs pour aller à Montpellier ! » (17 octobre 1877).

71 Cf. RLR, 1877, n° 32, octobre ; série 2, t. 3-t. 11 : 157.

72 Lettre sans date de L.-X. de Ricard à Fourès.

73 Quand je vous vis, rose et blonde à défaillir / et de la tête aux pieds me sentant transporté / Je chantais : « Oh mon cœur ! L’Aubette qui se lève ! »

74 « Les Pigeons ».

75 Traduction RBM : « Monte et s’étend l’aile de la mort. » 3. Dernière lettre de Lydie le 18, dernière lettre de Fourès le 20.

76 Lettre à L.-X. Ricard du 5 novembre 1877 publiée en 1896 dans Le Montpellier, p. 259.

77 « La Lauseta »1878 : 278.

78 Regrets que partage Claude Goyard, dans sa préface du livre de J.-M. Carbasse (1977).

79 Cf. RLR n° 35 p. 84, t. 13 sur Gallica.fr.

80 Extraits des Cenci de Shelley, traduction de l’anglais, juin puis octobre-novembre 1878.

81 Martel 2010 : 603-605.

82 Le Petit Méridional s’étonnera, dans son édition du 29 mai, que le préfet de la République et représentant du ministre en présence duquel ce toast a été fait par « le libraire Roumanille » n’ait pas encore été désavoué : « des fonctionnaires investis de la confiance du gouvernement ne peuvent s’associer même indirectement à des manifestations anti-françaises ».

83 Carbasse 1977 : 146.

84 Le banquet de lAlouette, Paris, 1878.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Cf. Auguste Fourès, « Les Cants del solelh » : 112-118.

88 « La Lauseta » 1879 : 115-117.

89 Cf. RLR 38 p. 279 ; t. 13 sur Gallica.fr.

90 « La Lauseta » 1879 : 121.

91 Moulain 1990-1991 : 19.

92 Un autre paraîtra en 1885, réalisé par Fourès à la demande de Ricard.

93 Lettre de L.-X. de Ricard à Mistral du 16 mars 1879 (Carbasse 1977 : 148).

94 La Commune Libre, Montpellier, Grand’rue 46, la rédaction : L.-Xavier de Ricard, Ernest Ferroul, ex-délégué ouvrier, Ernest Jourdan.

95 Les 6 numéros de ce journal, conservés à la B.M. de Montpellier, ont disparu dans les années 1914-1920. La B.N.F., pour sa part, ne possède pas La Commune Libre, d’après Pakenham qui situait sa parution en 1876 (Pakenham 1967 : 206).

96 Andréani 1989 : 704 et 723.

97 Carbasse 1977 : 152.

98 Ibid., 150.

99 Hommage de la RLR, 1880, t. 4, 3e série, p. 258.

100 Cf. lettre du 18 janvier 1877.

101 Comme en atteste l’acte de décès n° 4 157, dressé le 18 septembre ; les témoins de l’acte sont un artiste-peintre de 25 ans, Isidore Simonetti, demeurant dans le même immeuble, et un marchand faïencier de 43 ans, Jean Simon, demeurant rue d’Allemagne. Ils ont signé avec le Maire officier d’État Civil.

102 Ernest Jourdan (1843-1898) participa à la rédaction du Petit Méridional à ses débuts, le quitta assez vite en 1877 ou 1879, participa à la création du Petit Républicain du Midi, puis en 1879 avec Ferroul et de Ricard à la Commune Libre (Andréani, 1989).

103 Il s’agit vraisemblablement d’Antoine, Jean-Baptiste Boyer dit Antide (Aubagne 1850-Marseille 1918). Socialiste, il fut à l’époque qui nous intéresse un des 24 délégués des groupes ouvriers de Marseille au congrès qui se tint dans cette ville en octobre 1879 ; il devint par la suite député, puis sénateur. Il était aussi homme de lettres défendant la langue provençale authentique contre celle des félibres qui lui paraissait artificielle et aristocratique. Il fonda « Lou troun de l’èr » dans lequel il signait Toni Trouin (Maitron, 1871-1914 : t. 11, de Bou à Del, p. 3463). Dans sa lettre du 18 mai 1878 à Mistral, L.-X. de Ricard présente Boyer comme le correspondant à Marseille de la Commune Libre qui écrit dans le « Troun de l’èr ».

104 Émile Anterrieu, conseiller général du canton de Mauguio (Annuaire de LHérault 1880, AD Hérault).

105 Carbasse 1977 : note 18, p. 122.

106 Planté 1989 : 329.

107 Cf. p. 92.

108 Martel 2001 a : 162.

109 PM 21 mars 1877, chronique locale.

110 Ibid., 29 décembre.

111 PM 3 mai 1880.

112 Édmond Lepelletier est une des plus anciennes relations de Louis-Xavier de Ricard, il était présent dans la revue LArt, qui a précédé le Parnasse contemporain.

113 La colonne est ornée d’une jeune vigne grimpante. En 1998, les restes des deux sœurs ont été transférés dans le cénotaphe érigé en 1932, dans ce même cimetière En memòria de Louis-Saviè de Ricard.

114 « LAlmanach Provençal » pour le bel an de Dieu... Almanach du Félibrige officiel, réalisé principalement par Frédéric Mistral.

115 « Madame de Ricard, la félibresse montpelliéraine, est morte à Paris le 17 septembre 1880, à l’âge de 30 ans. Née en France le 9 avril 1850, dans une famille écossaise, son nom de jeune fille était Lydie Wilson ; mariée le 16 août 1873, à Mr Xavier de Ricard, de Montpellier, elle était tombée amoureuse avec tant de passion de notre langue qu’elle l’avait faite sienne, et dans cette langue elle égrainait des vers parfaits à nous laisser sans voix. Elle signait Na Dulciorella ou Lydie Colonia et écrivait dans la Lauseta, publication de son mari. La pauvre ! Elle s’est envolée dans un rayon de Sainte Estelle. » Traduction RBM.

116 Cf. RLR 1880, t. 4, 3e série : 258.

117 PM 19 septembre 1880, chronique locale, Hérault, sous-titre Montpellier, sans signature.

118 Paru dans La Poésie Moderne de Castelnaudary, Directeur Fourès (1882 ?), et dans Les Fleurs félibresques, poésies provençales et languedociennes modernes, mises en vers français par Constant Hennion, avec les textes en regard, des notices et des notes, 1883.

119 Laissez donc à sa nuit de larmes,/ Ce corps que la vie a quitté./ Cadavre froid, quoiqu’il arrive, il n’a rien de moi qui soit mien ;/ Celle que, morte comme vive/ j’aime à jamais m’a fait tout sien...

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Louis-Xavier de Ricard par Marsal. Portrait paru en 1932, à l’occasion de l’inauguration de son cénotaphe dans En mémoria de Louis Savié de Ricard (1843-1911)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1284/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Fig. 2. — Portrait d’Auguste Fourès par Jeanne Wilson (J.-M. Petit, tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1284/img-2.png
Fichier image/png, 938k
Légende Fig. 3. — Le grillon, en fait une femelle, dessiné par l’Albeto pour Fourès (Collège d’Occitanie à Toulouse)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1284/img-3.png
Fichier image/png, 753k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search