Version classiqueVersion mobile

Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880)

 | 
Rose Blin-Mioch

Première partie. Une femme inconnue

Introduction

Texte intégral

  • 1 In « Coquetterie », Aux bords du Lez, 1891.

1Une jeune femme au teint de neige vient apporter un panier de cerises à la gare de Montpellier. Elle lenvoie, par le train, à sa sœur Jeanne qui a regagné Paris. Nous sommes fin juin 1877, cette « étrangère » aux cheveux blonds comme « l’huile découle blonde de [te]s olives pressées1 » a tout juste vingt-sept ans.

  • 2 Traduction : « Que cette femme est belle, d’où vient-elle ? »

2Lorsquelle a tourné les talons et rejoint la voiture et son cocher, les employés des chemins de fer sifflent admiratifs : « — Qu’es polido aquela femna, d’onte sortís2 ? » Lydie Wilson de Ricard file maintenant vers le plan des quatre Seigneurs et le Mas de la Lauseta, elle a hâte de reprendre son courrier, elle na pas encore choisi son lieu d’écriture. Peut-être rêvera-t-elle encore, comme au lendemain du départ de Jeanne, dans la chambre quoccupait celle-ci, ou bien sinstallera-t-elle confortablement dans le petit salon, en bas, à moins que Louis ne lui demande quelque travail au bureau. Son mari Louis-Xavier de Ricard écrit si mal, quelle recopie entièrement ses manuscrits. Ainsi celui du Fédéralisme qui vient enfin d’être édité en janvier à Paris chez Fischbacher. Sa propre écriture est soignée.

3Une écriture nette, décidée, légèrement penchée, avec les grandes boucles des l ou des f qui s’échappent de la ligne, des majuscules sûrement mais joliment formées. Une écriture régulière tant dans sa présentation que dans sa graphie elle-même, lisible, sans pratiquement d’erreur d’orthographe, sur des supports de quatre feuillets, une double page, avec de temps en temps une fleur séchée...

4Cette jeune femme, dont nous venons d’imaginer un moment de vie à partir d’une de ses lettres de juin 1877, n’est autre que Lydie Wilson. Avec son mari Louis-Xavier de Ricard et le poète audois Auguste Fourès, ils ont au début de la IIIe République regroupé les félibres républicains dans ce que l’on a appelé par la suite le Félibrige rouge. Une félibresse rouge donc. LA félibresse rouge. Pourtant jusqu’ici invisible.

  • 3 Cet édit de François Ier réorganise la Justice dans tout le royaume de France, stipulant que les ac (...)

5Une femme de ce XIXe siècle français qui contraint la moitié de l’humanité à être des mineures comme les enfants et les malades mentaux, tout en (ré)inventant le féminisme. Une femme qui choisit, contre toute logique, d’écrire et de réhabiliter une langue qui lui est étrangère, mais qui est la langue parlée par le peuple de la partie de la France où elle s’est installée avec son mari : le Midi et plus particulièrement le Languedoc autour de Montpellier. Cette langue, appelée patois, bien qu’elle soit héritée des troubadours et des troubairises, est, elle aussi, mineure par rapport à la langue de la République alors renaissante : le français. Celui-ci est la langue de l’administration et du pouvoir depuis l’ordonnance de Villers-Cotterets3. Les « élites » sont donc bilingues et l’enseignement n’ayant encore en cette première partie des années 1870 que très peu touché le peuple — et dans celui-ci encore moins les filles —, celui-ci parle au quotidien ce qu’il ne sait pas être une langue : le patois.

6En ce mois de juin sur les lèvres de Lydie on peut aussi imaginer ce couplet :

  • 4 Le Temps des cerises, paroles de Jean-Baptiste Clément, écrit en 1866, musique d’Antoine Renard. La (...)

Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang...
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant4 !

  • 5 Hymne poétique et amoureux dont de nombreuses versions sont chantées par les populations occitanes, (...)

7Il évoque la Commune de Paris, à laquelle celui qui est devenu son mari a participé. Qu’en a-t-elle connu ? Uniquement ce que lui a raconté son mari ? Il était alors près du peuple de Paris et de sa langue... Ici en Languedoc le peuple parle toujours ce que Louis-Xavier de Ricard appellera bientôt occitan. Il chante le « Se canto5 » et ses fleurs blanches d’amandier.

8Ce n’est pas sans émotion que nous avons découvert, à Toulouse, les angoisses de Lydie face à la répression dans le secret de ses lettres.

9En cette fin juin elle hésite, va-t-elle écrire à Jeanne qui lui manque tant déjà, ou répondre à Fourès, son parrain en Félibrige, amoureux de Jeanne, alors au travail dans la quincaillerie de sa mère à Castelnaudary ? « En gouttes de sang... » Un autre chant révolutionnaire, parti du Midi « La Marseillaise », tente en cette période de reprendre sa place dans la République hésitante. Mais peut-on imaginer que le « sang impur [qui] abreuve nos sillons » soit une même référence pour les communards et leur fusilleur Tiers ?

  • 6 Cf. à ce propos : Martine Reid, Des femmes en littérature, Belin, Saint-Just-la-Pendue, juin 2010.

10Républicains, fédéralistes, communards, féministes, de quel poids le couple Ricard a-t-il pesé dans l’Histoire et l’histoire littéraire pour qu’il puisse nous intéresser ? Et dans ce couple la Femme qui n’a pas créé le Parnasse contemporain, qui n’a pas participé à la Commune, qui est issue d’une bourgeoisie commerçante d’origine flamande et écossaise ? Comment sont-ils reçus à Montpellier par les associations défendant les langues romanes, en particulier par celle éditant la Revue des langues romanes ? Quelle place y fait-on aux femmes ? Quel poids aussi dans le Félibrige, mouvement de renouveau de la langue provençale, marginal dans la société française, malgré le succès de « Mirèio » de Mistral ? Quel poids dans ce mouvement en tant que républicains et communalistes au moment même où la peur de la Commune éloigne Mistral de la République ? Quel poids enfin peut peser dans l’Histoire et l’histoire littéraire une femme atteinte de phtisie, maladie dont elle mourra à l’âge de 30 ans, laissant une œuvre reconnue mais à ses débuts ? Est-elle seulement « la femme de... » ou a-t-elle une liberté, une pensée politique qui lui sont propres ? Autre question incontournable bien que non spécifique au domaine occitan : est-ce bien elle qui a écrit6 ? En 1891 son mari, en regroupant sous le titre Aux bords du Lez ses principales œuvres, avait noté :

Plus tard, avec mes souvenirs et surtout des extraits de lettres, la partie non moins exquise de son œuvre — je raconterai plus à l’aise cette brève vie, si remplie de tant de dévouements à ses affections, — à l’Art et à nos communes idées.

11Louis-Xavier de Ricard n’a, à notre connaissance, pas pu réaliser son vœu, même si en 1896 il a, dans le Montpellier de Baluffe, choisi, préfacé et publié des extraits de lettres de sa femme et de Fourès. Nous reprenons ici celles de Lydie, mais notre principal corpus est constitué par la correspondance de Lydie à Fourès conservée au Collège d’Occitanie à Toulouse, auquel nous ajouterons la lettre à Mistral publiée par Carbasse (1977). Nous en ferons l’édition critique en adoptant dans le domaine occitan une démarche féministe. Louis-Xavier de Ricard ajoutait :

[...] très courageuse devant les difficultés de l’Art et de l’idée ; [sic] et ne trichant jamais avec elles, elle abordait toutes les questions avec la loyauté d’un esprit, décidé au vrai, — d’une résolution sans défaillances en ses convictions une fois faites.

12Avec les Ricard, il est question d’espaces : Paris avec les éditions et la fondation de la Cigale et Montpellier avec le Félibrige, un Félibrige qui en 1876 passe le Rhône pour s’organiser en Languedoc. Il est aussi question de temps : une période très courte, moins de dix ans, son étude demande une minutie particulière. Elle se divise en deux étapes : avant et après la mort de sa sœur Jeanne. Pendant la première période, pareils à la « Lauseta » — les félibres républicains ont donné ce nom qui signifie « alouette » à leur almanach dont le premier numéro a paru également en ce début d’année 1877 —, les quatre jeunes gens vivent « en plein ciel », selon l’expression de Louis-Xavier de Ricard en 1891. La majeure partie de la correspondance que nous publions date de ces années.

13C’est la plupart du temps, même si c’est rarement, avec le qualificatif d’égérie que l’on retrouve Lydie Wilson de Ricard, sous la plume des chercheurs, quand ils la nomment autrement qu’épouse ou « femme de ». Notre hypothèse, à partir de cette correspondance et des œuvres, avant la publication proprement dite, consistera à remettre en cause ce qualificatif, sexuellement et péjorativement marqué, en tenant compte à la fois des idées émancipatrices qu’a énoncées Louis-Xavier de Ricard et de la norme en cours tant dans les lois que dans les mentalités pour les femmes de cette période du XIXe siècle. Notre but est de découvrir, dans l’entrelacement de ses œuvres et de sa correspondance, jusqu’où une femme en avance sur son temps transgresse cette norme. Jusqu’où également son mari et plus largement le couple met sa vie en conformité avec ses convictions.

14De même son étude devrait contribuer à corriger ce que Michelle Perrot en 2002 notait comme critique de la première édition de LHistoire des femmes en Occident, qu’elle a co-dirigée avec Georges Duby : « Nous n’avons pas été assez attentives à la présence des autres cultures au sein du monde occidental... »

  • 7 Si l’on s’en tient aux publications, la correspondance de Frédéric Mistral forme une trentaine de v (...)

15En effet, même si la correspondance est majoritairement en français, comme pour la plupart des félibres et le premier d’entre eux, Mistral, il s’agit bien avec cette jeune femme d’origines flamande et écossaise de langue et culture du Midi de la France. Très peu de femmes sont les auteures des correspondances publiées jusqu’ici en domaine occitan7 ; nous retiendrons Lazarine Nègre et plus récemment une édition de La correspondance [croisée] de Louisa Paulin-Antonin Perbosc (1937-1944) (Laffranque, Sengès 2007) qui pourrait être le support d’une étude similaire.

16La publication de la correspondance de Lydie Wilson de Ricard semble être la troisième d’une femme de ce domaine. Notre sujet est relativement nouveau, tant par sa méthode que par la personnalité concernée. À notre connaissance, seules deux chercheuses ont mis en lumière, avec une démarche analogue à la nôtre, des écrivaines félibresses du XIXe siècle :

  • Claire Frédéric a présenté Lazarine Nègre (1848-1899) sous le titre Une femme émancipée au XIXe siècle : Lazarine de Manosque ;

    • 8 Il s’agit des félibresses Claude Duclos-Riquier (1871-1952), Julienne Fraysse-Séguret (1891-1981), (...)

    Catherine Parayre en 2004 a publié La mort au féminin : Philadelphe de Gerde, Calelhon, Clar de Luna et Farfantello racontent8.

17Tout en analysant méthodiquement les discours des félibres sur les femmes, Catherine Parayre cherche, à partir des textes de ces félibresses sur la mort de la langue, à dessiner « l’armature d’une pensée ». La pensée politique de ces femmes, que l’auteure minimise, se situe à l’extrême-droite donc à l’opposé de celle de Lydie. Une nouvelle recherche sur le site du Catalogue collectif de France de la B.N.F., pendant l’écriture de l’introduction à la thèse dont est issu cet ouvrage, nous a montré qu’en domaine occitan nous n’avons pas beaucoup avancé dans cette démarche. Une incursion dans les domaines breton et catalan confirme la timidité d’intérêt des spécialistes des langues de France pour ce thème.

  • 9 Sa présence dans Les Muses fançaises d’Alphonse Séché permet également de la retrouver aujourd’hui (...)
  • 10 Farge 1997 : 44.

18La vie et l’œuvre de Lydie Wilson de Ricard9 n’ont jamais été le sujet d’une étude, elles ont seulement été abordées dans la préface d’Aux bords du Lez et les articles de présentation qui ont suivi la parution du livre posthume, ainsi que dans un article, toujours de son mari, paru en 1896 et précédant la publication des lettres dans le Montpellier. Pour elle, plus que toute autre, la formule d’Arlette Farge10, consistant à dire que pour trouver les femmes il faut les chercher, est on ne peut plus justifiée. Venue dans le Midi, elle est loin du soleil : elle est loin des centres de décision de Paris.

  • 11 TRISTAN 1980, tome 1 : 189.

19Le Tour de France en 1844 de Flora Tristan, auteure dont le livre ne fut publié qu’un siècle après son écriture, est une source précieuse de renseignements sur les femmes et le Midi, elle nous apprend également comment ce dernier et sa langue sont alors vus de Paris : « — Tous parlent un espèce de patois abominable. — mais c’est l’expression de ces figures ! Jamais je n’en ai vu d’aussi bêtes, d’aussi laides11 ! »

20À l’éloignement de Paris, Lydie ajoute son appartenance au Félibrige, association marginale dans la société française, et dans cette association déjà en marge elle fait partie non du Félibrige officiel, celui des puissants, mais du Félibrige républicain, marginal dans le Félibrige même. À cette accumulation de handicaps, qui touche également son mari, elle ajoute le fait d’être la femme d’un félibre en vue. Une femme, félibresse elle-même. Elles sont très peu alors dans le Félibrige. La société hiérarchisée sur laquelle plane la figure patriarcale de Frédéric Mistral leur assigne le rôle de la transmission de la langue dans la famille et celui de faire joli dans les assemblées, ce qui, on le sait, est le rôle « normal » des femmes.

21Retrouver ses lettres était inespéré.

  • 12 Nous avons relevé dans les recueils collectifs précurseurs du Félibrige : Li Provençali : une femme (...)

22Ajoutons que, comme en français, les anthologies généralistes, réalisées ou non par des hommes, ne comportent que très peu de noms et d’œuvres de femmes12.

  • 13 Nous donnons dans les « Sources biographiques » la liste des actes que nous nous sommes procurés.

23Cette première partie, élément de l’appareil critique de l’édition, la correspondance elle même, a pour but d’éclairer celle-ci par l’étude des thèmes présents dans les lettres, leur confrontation avec les travaux antérieurs que nous avons cités, mais également d’apporter des éléments biographiques fiables pour Lydie Wilson de Ricard. Pour ce faire nous avons choisi de nous appuyer sur les actes officiels13.

  • 14 Aux bords du Lez, reprise de l’édition de 1891, Lacour/Rediviva, Nîmes.

24Nous avons décidé de mettre en valeur et donc de publier les seules lettres de Lydie Wilson de Ricard. Sortir celle-ci du quasi-anonymat dans lequel elle était restée après une réception positive de ses œuvres, il est vrai très peu abondantes pour celles qui ont été publiées, nous semble de première urgence. Ses œuvres sont accessibles aujourd’hui grâce à l’association des amis de Lydie et Louis-Xavier de Ricard qui a permis en 1995 une nouvelle édition d’Aux bords du Lez14. Elle est précédée d’une présentation de Jean-Claude Richard qui se conclut ainsi :

Aux bords du Lez n’est donc pas seulement un recueil de poésies, il est le miroir d’un couple qui, d’un commun accord, s’est très fortement engagé pour l’histoire et l’avenir du Midi, qui, sans eux, n’aurait peut-être pas été aussi riche d’œuvres, de réflexions, de projets et d’avenir.

Fig. 1. — Portrait de Lydie Wilson de Ricard par Jeanne Wilson (Jean-Marie Petit, tous droits réservés)

  • 15 Nous donnons dans notre bibliographie les auteurs et les titres des principales études sur L.-X. de (...)

25La personnalité de son mari, qui avait dix ans de plus qu’elle et mourut en 1911, aurait tendance a envahir l’espace consacré à Lydie Wilson. Nous avons essayé de limiter l’emprise de Louis-Xavier de Ricard15 en nous astreignant à répondre uniquement aux questions non résolues qui intéressent nos domaines, l’occitan, la politique et le féminisme. La poésie et la langue d’Auguste Fourès, son correspondant, ont été au centre d’études et de colloques, nous nous contenterons de l’apport d’un certain nombre de réponses aux courriers de Lydie, que nous donnons dans la partie documents, pour étudier les conséquences des rôles attribués aux hommes comme aux femmes par ce système de domination.

Notes

1 In « Coquetterie », Aux bords du Lez, 1891.

2 Traduction : « Que cette femme est belle, d’où vient-elle ? »

3 Cet édit de François Ier réorganise la Justice dans tout le royaume de France, stipulant que les actes administratifs se feront dorénavant « en nul autre langage que le vulgaire français » ; il signe ainsi la fin programmée de l’écrit occitan.

4 Le Temps des cerises, paroles de Jean-Baptiste Clément, écrit en 1866, musique d’Antoine Renard. La chanson a été dédiée à une infirmière de la Commune, après la Semaine sanglante, par J.-B. Clément, lui-même communard.

5 Hymne poétique et amoureux dont de nombreuses versions sont chantées par les populations occitanes, écrit par Gaston Phébus (1331-1391).

6 Cf. à ce propos : Martine Reid, Des femmes en littérature, Belin, Saint-Just-la-Pendue, juin 2010.

7 Si l’on s’en tient aux publications, la correspondance de Frédéric Mistral forme une trentaine de volumes de lettres échangées avec divers félibres et personnalités (consultation des catalogues Sudoc et C.C.F. B.N.F. le 10 décembre 2008). Il faut y ajouter la thèse de Maria Balanza y Perez (direction Robert Lafont) en 1982. Dans les Documents Stéphane Mallarmé (Nizet 1968-1980 et Nizet 1980) se trouvent des lettres de celui-ci à Mistral, Mariéton et Térèse Boissière. Nous relevons encore des lettres d’Aubanel à Marie Jenna (Aubanel 1987), une correspondance entre Berluc-Pérussis et Mariéton (Orphys, 1957). Enfin une édition sélective et étude interdisciplinaire des correspondances inédites de F. Mistral (Comité national du C.N.R.S., sections 29-30 et 35), Idées et Lettres dans les pays dOc, 1974. Le site Ciel d’Oc de L’université de Provence présente en ligne sur Internet diverses correspondances de Mistral, mais aussi celles de Roumanille et Gaut, de Lazarine de Manosque au Maître de Maillane et à Paul Arène in Li Remembranço (Nègre 1903). Jean-Marie Carbasse (1977) publie vingt-sept lettres entre 1876 et 1911 de Louis-Xavier de Ricard à Mistral. Louis Guiraud (1991) cite des extraits d’une lettre de Lydie à Fourès datée du 29 mai 1876. Josette Anatole (1979), notait la présence « d’une série de lettres inédites de L.-X. de Ricard à Auguste Fourès », au Collège d’Occitanie, à Toulouse. Joseph Salvat in Auguste Fourès (1974) cite des extraits de lettres de Lydie Wilson de Ricard au poète.

8 Il s’agit des félibresses Claude Duclos-Riquier (1871-1952), Julienne Fraysse-Séguret (1891-1981), Jeanne Barthès (1898-1972) et Henriette Dibon (1902-1989).

9 Sa présence dans Les Muses fançaises d’Alphonse Séché permet également de la retrouver aujourd’hui dans Femmes poètes du XIXe siècle de Christine Planté (1998) ; tout comme sur le site de l’université de Toronto consacré au XIXe siècle français (www.chass.utoronto.ca/french/sable.htm, le 7 décembre 2008). Le site Internet réalisé par Joan-Frédéric Brun présente l’œuvre et de la vie de Lydie à partir de l’introduction et des poèmes d’Aux bords du Lez. Toujours sur Internet, Claudi Barsotti lui a réservé un chapitre de sa bibliothèque virtuelle des Amis de Mesclum (La Marseillaise).

10 Farge 1997 : 44.

11 TRISTAN 1980, tome 1 : 189.

12 Nous avons relevé dans les recueils collectifs précurseurs du Félibrige : Li Provençali : une femme ; Lo Roumavagi : deux ; Anthologie du Félibrige provençal de Julian et Fontan : quatre femmes dans le premier tome (1850-1920), dont Mme Roumanille qui est présentée dans le cadre du chapitre consacré à son mari ! (Ce qui signe bien à la fois la mentalité d’une certaine partie du Félibrige et celle de Roumanille en particulier.) Le tome 2 en contient une, Bremonde de Tarascon, dont les auteurs écrivent : « Il était réservé à la seconde génération du Félibrige de fournir à la Renaissance provençale une poétesse digne des grands félibres de la première heure. » Que penser des quatre premières ? Les anthologies plus récentes n’accordent pas plus de place aux femmes : Giovanni (2005) : deux femmes ; Andrée-Paule Lafont (1962) : deux ; Marie Rouanet (1970) : trois...

13 Nous donnons dans les « Sources biographiques » la liste des actes que nous nous sommes procurés.

14 Aux bords du Lez, reprise de l’édition de 1891, Lacour/Rediviva, Nîmes.

15 Nous donnons dans notre bibliographie les auteurs et les titres des principales études sur L.-X. de Ricard comme sur Fourès et le Félibrige rouge.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Portrait de Lydie Wilson de Ricard par Jeanne Wilson (Jean-Marie Petit, tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/1283/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search