Version classiqueVersion mobile

La famille Borgia

 | 
Raphaël Carrasco

Chapitre VII. 1499-1503, la brève apothéose des Borgia

Texte intégral

1 Louis XII entre en scène. Les succès militaires de César

1Joan de Gandía mort, l'heure de César avait sonné. La volonté de ce dernier de prendre la tête d'un État indépendant en Italie allait déterminer, selon le courant historiographique le plus autorisé depuis von Pastor, la politique de son père le pape avec ses revirements et ses incohérences. La nouvelle donne créée par le décès accidentel de Charles VIII à Amboise le 8 avril 1498 allait avoir d'immédiates répercussions sur cette question familiale qui ellemême devait entraîner un spectaculaire renversement d'alliances de la part du souverain pontife.

Des intérêts bien compris

2Charles VIII était marié avec Anne de Bretagne, alliance qui ouvrait la voie à l'incorporation de cet important duché à la couronne de France. Étant mort sans enfant survivant, c'est son cousin Louis, duc d'Orléans qui monte sur le trône de France sous le nom de Louis XII. Sitôt intronisé, le nouveau souverain réclame ses droits sur le royaume de Naples, mais aussi sur le duché de Milan en tant qu'héritier des Visconti. Son père, le poète Charles d'Orléans, était en effet fils de Valentine Visconti, elle-même fille de Jean-Galéas Visconti, premier duc de Milan. Considérant les Sforza comme des usurpateurs, il établit rapidement des contacts avec Venise en vue d'une action contre Milan. Mais avant de s'engager en Italie, il était essentiel de s'assurer que le duché de Bretagne ne bougerait pas. Le meilleur moyen d'y parvenir était qu'il épousât la veuve de son cousin le roi défunt. Malheureusement, Louis XII avait déjà été marié, contraint et forcé, par Louis XI avec sa seconde fille Jeanne de France, aussi parée de vertus que dépourvue des grâces du corps et qui plus est, stérile. C'est ici qu'intervient Alexandre VI, le seul qui pouvait nommer le tribunal en vue d'annuler ce mariage et ensuite signer la dispense permettant le second. Le roi de France n'ignorait rien du désir de César Borgia d'abandonner l'état ecclésiastique pour se faire un nom dans l'aristocratie et fonder un État. Le pape et le roi négocièrent. Louis XII obtiendrait l'annulation de son mariage et la dispense, ainsi que le chapeau cardinalice pour l'archevêque de Rouen Georges d'Amboise, son favori et principal ministre. En échange, le pape bénéficierait d'une alliance avec la France lui garantissant la protection de cet État en cas de menace d'une quelconque puissance et surtout Louis XII érigeait le Valentinois en duché pour le donner à César avec promesse de l'établir royalement. L'accord demeura secret jusqu'à ce que le mariage de Lucrèce avec le napolitain duc de Bisceglie se fût célébré. On voit que la configuration qui se dessinait à l'issue de cet accord mettait fort en danger la stabilité de l'Italie : d'un côté les Milanais se voyaient tout d'un coup sans défense face à une possible tentative française alors que de l'autre le roi de Naples Frédéric Ier ne pouvait que redouter cette alliance avec un puissant monarque qui réclamait son trône et César dans tout cela, ne faisant pas mystère de ses ambitions, ajoutait à la confusion. Mais pour devenir chef de guerre et chef d'État, le fils du pape devait évidemment quitter l'Église. C'est ce qu'il fit. Le 13 août 1498, son père l'autorisait à déposer la dignité de cardinal et à se marier et fonder une famille. Le scandale fut grand, les protestations de l'ambassadeur des Rois Catholiques, véhémentes, mais rien n'y fit. Le 4 octobre, le nouveau César partait rejoindre Louis XII en France.

  • 1 M. Batllori, « Alejandro VI y la casa real de Aragon. 1492-1498 », dans id., La familia de los Bor (...)

3Les auteurs sont à présent divisés sur la question de savoir si la nouvelle politique pro-française d'Alexandre VI et par conséquent l'abandon de Naples et l'éloignement vis-à-vis de l'Espagne furent dictés par la seule volonté de César. Il semble bien que cela n'est vrai que partiellement. Le pape se retourna certes contre Naples mais ne rompit nullement avec l'Espagne. Miquel Batllori a montré, arguments convaincants à l'appui, qu'en dépit des efforts d'Alexandre pour assurer l'ascension de sa famille, il ne perdit jamais de vue une ligne politique cohérente visant à assurer l'indépendance de l'Italie vis-à-vis des puissances étrangères1. Si donc en 1498 il se mettait à appuyer le rapprochement avec la France opéré par son fils, c'était peut-être aussi parce qu'il avait de bonnes raisons politiques, et italiennes, d'agir de la sorte : d'un côté, pour éviter une nouvelle occupation de Rome, il était préférable d'être l'allié des Français plutôt que l'adversaire ; de l'autre, le pape voyait sans doute dans la présence de l'armée espagnole à Naples une menace et souhaitait créer une sorte d'équilibre. C'est aussi dans cet esprit qu'il aurait accepté le traité de Grenade (1501) sanctionnant le partage du royaume de Naples entre la France et l'Espagne que nous évoquerons plus loin.

Le Valentinois à la cour de France

4Le voyage de César jusqu'à Chinon fut long car il fit une halte afin de prendre possession de son duché de Valentinois et tint à passer par le fief pontifical d'Avignon pour rendre visite à Julien de la Rovère qui y séjournait en tant qu'archevêque-légat et avec qui il avait, enfin, rétabli des relations cordiales. Ce farouche adversaire des Borgia montrait alors en effet moins d'agressivité envers cette famille, mais ce ne serait que passager. César arriva à Chinon le 19 décembre. Son entrée dans la ville avec sa suite, fastueuse, éblouit tout le monde. Le fils du pape et le roi de France échangèrent leurs parchemins — le duché pour vous, la dispense pour moi — et sans perdre de temps Louis XII épousa Anne de Bretagne (6 janvier 1499). César fut gratifié de mille privilèges — dont celui d'inclure la fleur de lys royale dans ses armoiries. Mais l'autre affaire qui avait conduit le Valentinois jusqu'à Chinon n'allait pas aboutir. À la cour de France vivait Charlotte d'Aragon, fille légitime de Frédéric Ier roi de Naples et d'Anne de Savoie. Louis XII avait promis à César Borgia de lui faire épouser la princesse, mais cette dernière n'en voulait rien entendre, secondée dans son refus par son propre père. César se sentit humilié par ce refus et accusa les rois d'Espagne d'en être les secrets instigateurs. L'hiver passant sans qu'on aboutît à rien, le roi de France proposa au Valentinois d'épouser une autre grande dame, soit Charlotte d'Albret, sœur du roi de Navarre, soit sa propre nièce Germaine de Foix, de l'importante famille des comtes de Foix. La seconde ayant refusé, il prit la première — Germaine deviendrait la seconde femme de Ferdinand le Catholique puis vice-reine de Valence, poste auquel elle devait s'illustrer par ses mœurs fort légères et surtout par la cruauté avec laquelle elle réprima les révoltés des Germanías.

5Le mariage eut lieu à Blois le 10 mai 1499. Voici enfin celui qui prenait pour devise « César ou rien » — « Aut Cæsar aut nihil » — tout près des sommets, apparenté à une famille royale et puissant seigneur territorial en France. Mais tout cela laissait bien loin la politique italienne et la question des États de l'Église. Or le pape et son fils ne pensaient qu'à cela, c'est pourquoi César avait obtenu de Louis XII l'engagement qu'il l'aiderait à soumettre les seigneurs de la Romagne. Mais auparavant le Valentinois devait participer à la campagne italienne du roi de France qui allait commencer. De son côté, à l'automne 1498, Alexandre VI entamait des pourparlers avec Venise pour que la Sérénissime acceptât la formation d'un État frontalier en séparant des États de l'Église les villes d'Imola, Forli, Faenza et Pesaro... Les grandes manoeuvres italiennes avaient débuté.

Les Français à nouveau en Italie. Les conquêtes de César

6La campagne d'Italie s'ouvrit en août 1499. Les troupes françaises ne rencontrèrent pratiquement pas de résistance sur le terrain et le 6 octobre, Louis XII et César Borgia faisaient leur entrée triomphale à Milan. Le Valentinois se mit aussitôt, en étroite correspondance avec son père, à préparer la campagne de la Romagne destinée à soumettre les seigneurs locaux entrés depuis longtemps en ouverte rébellion contre les États pontificaux dont ils étaient les vassaux. Avec l'appui de la France, c'était enfin devenu possible.

  • 2 I. Cloulas, Les Borgia, op. cit., p. 228.

7Louis XII retourna dans son pays le 7 novembre, la conquête militaire de Naples paraissant inutile dès lors que l'Espagne semblait d'accord pour un partage de ce royaume. Il laissa à la disposition de César des troupes placées sous le commandement d'Antoine de Baissey — 4 000 fantassins suisses et gascons — et d'Yves d'Alègre — 800 cavaliers, y compris les cent lances de César. Au total, quelque 16 000 hommes bien armés et entraînés2. L'armée se mit en marche le 9 novembre 1499. Le 15 elle était à Modène. Le 25, après une escapade incompréhensible de César à Rome, l'ensemble des forces était rassemblé devant Bologne. Commence alors la grande heure militaire du Valentinois qui se révèle être un grand général, redoutable stratège et habile manipulateur des peuples. Entre décembre 1499 et juin 1501, il conquiert Imola, Forli, Faenza, Cesena, Rimini, Pesaro, Pianosa, l'île d'Elbe, Piombino. À Cesène, il met à profit l'aide d'une faction, celle des Tiberti, contre la faction rivale des Martinelli. Un des grands épisodes de cette guerre fut l'affrontement avec « la dame de Forli », Catherine Sforza-Riario. Cette femme d'une trempe extraordinaire avait vu mourir assassinés son père Galeazzo, son frère Gian Galeazzo, victime de son oncle Ludovic le More, son mari Girolamo Riario et son amant Giacomo Feo qu'elle vengea très cruellement. Girolamo Priuli l'appelle la « prima donna » d'Italie ; Alexandre VI, la « fille de l'iniquité ». Elle opposa à César un résistance farouche mais finit par être capturée, remise au Valentinois qui la viola, ce qui déplut énormément aux Français qui mirent le holà et la déclarèrent leur prisonnière. César la ramena à Rome où elle fut enfermée dans le château Saint-Ange. Libérée en 1501 à la demande de Louis XII, elle se réfugia à Florence.

8En janvier 1500, les troupes françaises se retirent. César suspend ses opérations et décide de rentrer à Rome où son père, au milieu des célébrations du jubilé, a pris soin d'organiser pour lui une réception digne d'un empereur.

2 Le jubilé de 1500 et le triomphe de César

L'Année sainte

9Alexandre VI avait compris tout le parti personnel qu'il pouvait tirer du jubilé de 1500, le huitième proclamé par l'Église, aussi le prépara-t-il avec le plus grand soin. Deux bulles relatives à cet événement furent publiées, l'une le 12 avril 1498 — Consueverunt... — et l'autre le 13 janvier 1499 — Pastoris æterni — pour en fixer les modalités. Toutes les autres indulgences et les dispenses furent supprimées afin d'obliger tous ceux qui en sollicitaient à se rendre à Rome. Cette mesure déplut au plus haut point aux Allemands qui protestèrent, ainsi qu'aux Vénitiens, lesquels entreprirent des démarches afin d'en être exemptés, mais sans succès. Un jubilé, cela signifiait rendre la Ville éternelle capable d'accueillir, une année durant, de grandes foules de pèlerins qui devaient y demeurer, au minimum quelques jours, la plupart du temps plusieurs semaines. Cela explique la date précoce à laquelle l'administration s'attela à la tâche — dès le début de l'année 1498. Les ponts sur le Tibre furent inspectés et renforcés là où cela parut nécessaire. Les voies d'accès aux quatre basiliques — Saint-Pierre, Saint-Jean de Latran, Sainte-MarieMajeure et Saint-Paul-Hors-les-Murs — furent nettoyées ainsi que les parvis de ces églises d'où Ton chassa les mendiants et les marchands qui d'habitude les encombraient. Un grand coffre fut commandé pour recueillir les dons des pèlerins ainsi que les sommes dont ils devraient s'acquitter pour être dispensés des obligations qu'ils ne parviendraient pas à remplir — en particulier celle, pour gagner l'indulgence plénière, de visiter trente fois les quatre basiliques si on habitait Rome et quinze fois si Ton était étranger. Une garde nocturne fut instaurée avec mission de veiller à ce qu'aucun acte indécent ou malhonnête ne fût commis dans les basiliques puisque celles-ci demeureraient ouvertes toute la nuit.

  • 3 Apoc. 3, 7, La Bible de Jérusalem, op. cit., III, p. 3870.

10La cérémonie la plus notable du jubilé était celle qui inaugurait Tannée sainte. Elle consistait en l'ouverture de la fameuse porte dorée, murée depuis le dernier jubilé et par laquelle les pèlerins allaient accéder à la basilique. Alexandre VI innova pour son jubilé en instaurant l'ouverture des portes d'or des trois autres basiliques, ce qui fut désormais repris pour les jubilés postérieurs. Cette année-là, ce furent les cardinaux de Lisbonne et Orsini qui procédèrent à ces ouvertures après que le pape eut fini d'ouvrir celle de Saint-Pierre. La cérémonie en question eut lieu la veille de Noël 1499. Le pape, portant les ornements pontificaux, rejoignit les cardinaux en grande tenue et portant un gros cierge à la main, dans la chambre du Perroquet. Là, Alexandre VI, après avoir été coiffé du trirègne, se hissa sur son siège placé sous un dais magnifique et la procession s'ébranla, le souverain pontife donnant des bénédictions de sa main droite tandis que dans la gauche il tenait un cierge doré. Des hymnes et des antiennes de circonstance — Aprite mihi portas justitiæ ou Jubilate Deo... — résonnaient à l'entour. C'est dans cet appareil que le cortège sortit de Saint-Pierre par la fameuse porte de bronze — celle du milieu — pour se diriger vers l'endroit où la porte devait être ouverte — en réalité, comme on avait oublié l'emplacement exact de la porte en question, on en avait pratiqué une autre qui avait été soigneusement murée. Tommaso Matarazzo, maître maçon et surintendant de la basilique, remit au pape un marteau d'argent, symbole de la puissance dont il était le dépositaire car, selon les termes de l'Apocalypse, « s'il ouvre, nul ne fermera, et s'il ferme, nul n'ouvrira3 ». Le marteau à la main, le Saint-Père frappa quelques coups dans le mur ; ensuite il reprit place dans sa chaise. Les maçons procédèrent alors au dégagement de la porte et posèrent le chambranle de marbre. Sur le linteau on pouvait lire cette inscription : « Ici est la maison de Dieu et la porte du Ciel. » Le pape devait être le premier à franchir ce seuil symbolique. Agenouillé devant la porte, il pria un moment puis s'avança à l'intérieur de la basilique suivi par les cardinaux.

11Peu de temps avant de procéder à l'ouverture de la porte dorée, Alexandre VI avait inauguré la via Alexandrina qui venait d'être achevée ainsi que nous l'avons relaté au chapitre précédent. Tout était prêt.

12Les pèlerins vinrent nombreux à Rome, de toutes les contrées d'Europe, riches et pauvres, mais vers la fin de l'hiver ils n'étaient pas assez nombreux aux dires du pape qui se plaignait du manque à gagner. Il faut dire que les routes étaient loin d'être sûres. Les personnages importants ou simplement riches devaient impérativement se protéger au moyen d'une escorte. Le SaintSiège prit des dispositions pour couper court à ces désordres : une bulle en date du 25 février 1500 rendait les seigneurs responsables des attentats qui seraient commis sur leurs terres. Quelques semaines plus tard, une bande de Corses ayant dévalisé le baron d'Agrimont entre Viterbe et Montefiascone, le pape décréta l'expulsion du territoire de Rome de tous les natifs de cette île (24 mai). Les auteurs de ce vol furent attrapés et punis. Le 27 mai, dix-huit malfaiteurs furent pendus sur le pont Saint-Ange : Alexandre tenait à donner l'exemple en frappant un grand coup. Un médecin de l'hôpital du Latran fut pendu aux créneaux du château Saint-Ange pour avoir tué plusieurs de ses patients afin de les voler. Il était renseigné sur les liquidités que transportaient ces malheureux par le confesseur de l'établissement. On voit que la ville n'était pas plus sûre que les chemins qui y menaient, bien au contraire. Les vols, les meurtres et les disparitions se multipliaient. Mais bien plus dommageable pour la réputation du Saint-Siège était le désordre dans lequel le clergé romain vivait au vu et au su de tout le monde, ce qui choqua profondément plus d'un visiteur, à l'instar de ce Rhénan qui s'empressa de fuit la Ville éternelle car, écrivit-il :

  • 4 Cité par Jean Lucas-Dubreton, Les Borgia, Paris, Fayard, 1952, p. 199.

Nous autres Rhénans sommes bons chrétiens, et quand on a vu la vie que mènent à Rome les prélats et grands personnages, on peut redouter non seulement de perdre la foi, mais de devenir épicurien et de douter de l'immortalité de l'âme4.

13Mais ni cet état des choses, ni la peste, endémique dans la région et dans la ville qui ressurgissait ici et là, ne furent des obstacles suffisants pour retenir les pèlerins. Ceux-ci affluèrent très nombreux à partir du printemps. Burckard donne le chiffre astronomique de 200 000, qu'on n'a aucune raison d'accepter ni de rejeter car nous ne disposons d'aucune autre évaluation.

Le triomphe de César

14César Borgia fit son entrée à Rome le 26 février 1500 par la Porte du Peuple où il fut accueilli par le Sacré Collège, les orateurs étrangers et les magistrats de la ville. Les cardinaux Farnèse et Orsini s'étaient avancés jusqu'à Civita Castellana, à cinquante kilomètres de Rome, pour lui souhaiter la bienvenue. C'était la première apparition officielle de l'ancien cardinal devenu prince français et condottiere italien placé sous la protection du puissant roi de France. Il apparut au milieu d'un immense cortège ouvert par son frère Jofré, prince de Squillace et son beau-frère Alphonse d'Aragon duc de Bisceglie, entouré de cent officiers vêtus de velours noir. Il se rendit au Vatican où Alexandre VI le reçut assis sur son trône dans la chambre du Perroquet en présence de plusieurs cardinaux. Les deux hommes s'embrassèrent affectueusement et s'adressèrent la parole en valencien — et non « en espagnol » comme l'écrivent la plupart des auteurs qui semblent ignorer que le castillan n'était pas la langue des Borgia. Le lendemain le pape et son fils présidèrent un défilé grandiose des triomphes de Jules César où le Valentinois aurait figuré l'empereur, ce qui est probablement inexact. Mais il est évident que le lien entre le thème choisi et la glorification personnelle du Valentinois est voulu et fut certainement jugé suffisant pour l'effet de propagande escompté. Il s'agit en effet d'un triomphe à l'antique reprenant sur une série de dix chars magnifiquement ornés autant d'allégories guerrières en rapport avec la vie de César. Sur le onzième et dernier char était représenté le triomphe de l'empereur avec un figurant pour représenter le conquérant des Gaules. César le Valentinois, quant à lui, s'avançait derrière le char couronné lui aussi de lauriers, vêtu de sa cuirasse et de la toge, entouré de soldats et de cavaliers en instaurateur de l'ordo romanus, mise en scène qui ne pouvait que faire songer à la principale devise gravée sur l'épée du Valentinois : Cum Nomine Cæsaris Omen (Dans le nom de César est le destin). Le défilé partit de la place Navone et gagna le Vatican à travers les rues de la ville où se pressait un public enthousiaste. Alexandre VI était aux anges. Il fit repasser par deux fois les chars devant lui tant il les trouvait à son goût. Certains contemporains assurèrent que César tenait à faire défiler dans son triomphe Catherine Sforza couverte de chaînes, mais qu'il y renonça pour ne pas courir le risque de mécontenter encore plus le roi de France.

15Ces événements coïncidaient avec le carnaval romain qui cette année-là n'aurait pas dû avoir lieu, année sainte oblige, mais que le pape autorisa. Non seulement il l'autorisa, mais il en avança même la date et permit l'utilisation de masques, ce qu'il avait interdit l'année précédente sous peine de mort par pendaison. Ce carnaval historique revêtit un éclat tout particulier. Durant quatre jours, les courses de chevaux, d'enfants et de juifs, les mascarades habituelles lors de ces festivités, se succédèrent dans les principales rues de Rome, jusque sous les fenêtres du palais apostolique. César tua plusieurs taureaux à coups de flèches. Alexandre VI, rapporte son entourage, se réjouissait fort de tant d'allégresse. Il jubilait surtout de voir si brillamment, si efficacement associés les réjouissances populaires, le nom des Borgia et la grâce de Dieu en cette année si particulière qui était en train de voir ses plus grandes espérances se concrétiser.

  • 5 Cité par C. Fusero, La vie de César Borgia, op. cit., p. 140-141.

16Sitôt le carnaval achevé, le pape émettait une bulle contresignée par dixsept cardinaux déclarant déchus de leurs droits les héritiers de Girolamo Riario et Catherine Sforza et conférant au duc de Valentinois le « vicariat, gouvernement et administration dans les choses temporelles » de Forli, Imola, San Mauro et les territoires annexes5 (9 mars 1500). Le 19 mars, César fut nommé vicaire de la Romagne et le dimanche 29, il reçut des mains du pape la Rose d'or. Ce même jour, dans la basilique de Saint-Pierre, au cours d'une cérémonie grandiose, la main sur les Évangiles, le Valentinois prêta serment en tant que gonfalonier et capitaine général de la Sainte Église, poste qui était demeuré vacant depuis l'assassinat de son frère trois ans plus tôt.

17Rien ne semblait plus devoir arrêter la progression du brillant condottiere vers les sommets. En ce début d'année 1500, César Borgia était devenu, alors qu'il était âgé de vingt-cinq ans à peine, une grande figure de la Renaissance. Mais pour l'instant, il était encore en train d'agir pour le compte de l'Église, ou du moins tel paraissait être le rôle que le souverain pontife lui avait assigné. Il n'était pas encore devenu un souverain autonome à la tête d'une principauté indépendante. Or, et cela n'était un secret pour personne, c'est bien ce qu'il espérait obtenir, s'inscrivant tout naturellement dans la tradition italienne des condottieri faiseurs d'États à la mesure de leurs ambitions. Mais était-ce aussi le souhait de son père ? Celui-ci ne nourrissait-il pas des projets plus grandioses encore pour son fils et pour l'Italie ? Quoi qu'il en fût, en ce début du printemps de l'Année sainte, César était près du but mais il ne l'avait pas encore atteint. Il manquait encore un effort. Il fallait reprendre la guerre.

3 Le dernier mariage de Lucrèce

18Ainsi que nous l'avons annoncé plus haut, Lucrèce, après deux ans à peine de mariage heureux, ne tarda pas à devenir veuve. Le duc de Bisceglie, son mari, fut attaqué sur la place Saint-Pierre le 15 juillet 1500 aux premières heures de la nuit par des inconnus qui ne furent pas identifiés. Grièvement blessé, il fut conduit au Vatican où Lucrèce le soigna avec tendresse et application. Mais alors qu'il était près de la guérison, il tomba sous les coups de César et de ses hommes de main, le 18 août. Nous reviendrons plus loin sur cette sombre affaire. Ce crime atroce scellait la rupture des Borgia avec le royaume de Naples. La fille préférée du pape allait une fois encore pouvoir servir de monnaie d'échange pour une nouvelle alliance à la convenance du père et du frère, fort peu sensibles, en apparence, à l'immense douleur que lui avait causée la brutale disparition de son époux bien aimé, qui plus est causée par son frère non moins chéri.

19C'est ainsi que le 21 décembre 1501 étaient signées les capitulations matrimoniales entre Lucrèce Borgia et Alphonse d'Este, le futur duc de Ferrare et de Modène, cousin du second mari de la belle veuve. Par cette alliance, Alexandre VI pensait favoriser la politique d'expansion de son fils, maître de la Romagne — mais que Venise pouvait menacer — mais désireux de mettre la main sur Bologne et sur Florence, rien moins que cela. S'assurer la bienveillance des Este, unis par mille liens aux souverains de Mantoue et d'Urbin, pouvait s'avérer précieux. Et le pape de rêver à une grande alliance entre la France, les états de César, Ferrare, Mantoue et Urbin, fondement et garantie de la nouvelle puissance des Borgia en Italie. Ce mariage ne remplissait pas d'enthousiasme Hercule Ier d'Este, le père du fiancé, ni même Louis XII qui ne souhaitait pas voir grandir démesurément l'influence de César Borgia. Mais enfin il finit par se faire, au terme de longs mois de discussions. Écoutons le commentaire de Guicciardini, dur mais clairvoyant comme c'est souvent le cas, où il souligne l'intérêt que pouvait à son tour trouver la famille d'Este à ce mariage sur lequel planait, comme sur toutes les affaires des Borgia désormais, l'ombre menaçante du duc de Valentinois :

  • 6 F. Guicciardini, Histoire des guerres d'Italie, op. cit., I, p. 414.

Dans ce temps-là, le Pape maria Lucrèce sa fille à Alfonse d'Este fils aîné d'Hercule duc de Ferrare et lui donna pour dot cent mille ducats comptant avec plusieurs riches présents [...] Deux motifs portèrent Hercule et Alfonse son fils à consentir à ce mariage indigne de la maison d'Este qui jusque là n'avait fait que d'illustres alliances : ce fut la considération du roi de France qui voulant plaire en tout au Pape, les en sollicita ; et le désir de se garantir des armes et des attentats du duc de Valentinois, si cependant il pouvait y avoir quelque sûreté avec ce monstre de perfidie. Riche en argent comptant, d'ailleurs soutenu de l'autorité du Saint-Siège et de la faveur du Roi, il s'était déjà rendu formidable à une grande partie de l'Italie, où l'on n'ignorait pas que rien n'était capable de remplir son ambition effrénée6.

20Guicciardini, en réalité, ne fait ici que reproduire l'opinion la plus couramment répandue dans les cours italiennes au moment du mariage. L'hostilité de la cour de Ferrare n'était en effet un secret pour personne, ni les motifs de tant de réticences, à savoir l'exécrable réputation de Lucrèce et de César. Le diariste vénitien Girolamo Priuli, contemporain des événements — qu'il ne faut pas confondre avec le doge homonyme, de dix ans son cadet — le rapporte avec ironie et sans la moindre précaution de langage :

  • 7 Reproduit par A. Latour, Les Borgia, op. cit., p. 168.

Cette dame Lucrèce avait été mariée quatre fois ; à tous ses maris le duc de Valentinois avait fait un sort malheureux ; elle était courtisane et le bruit court que le pontife, son père, avait abusé d'elle, chose à ne pas écrire dans nos livres ; quand même, on le disait, et aussi de son frère, et on le divulguait dans toute la ville de Rome [...] Ce seigneur Alphonse, pour ces raisons, était très réticent à conclure un tel mariage ; pourtant le père, duc de Ferrare, astucieux et malin, craignait fort pour son État, voyant le roi de France tout-puissant en Italie, ainsi que le duc de Valentinois, lié avec le roi ; et il avait peur d'être chassé de son état, et sans qu'en Italie quelqu'un puisse le défendre. Alors, pour rester fort dans son État, il se décida à ce mariage, qui mettrait son État et son fils sous le manteau du pape et sous la protection pontificale ; il pensa qu'ainsi il serait protégé contre ses ennemis7.

21Voilà Lucrèce mariée pour la troisième et dernière fois. Elle allait quitter Rome, les fastes de la grande ville cosmopolite, les intrigues et les rumeurs aussi, pour rejoindre une cour où elle n'était pas exactement désirée mais dans laquelle elle saurait se faire un place de choix. À Ferrare, une des cours les plus raffinées d'Italie avec sa voisine Mantoue, la blonde fille d'Alexandre allait commencer une nouvelle vie à peine un peu plus courte que celle qu'elle avait déjà vécue, mais une vie de duchesse en titre, mère d'une nombreuse progéniture, muse et protectrice de quelques-uns des plus grands poètes du moment. C'est la seconde partie de l'existence de Lucrèce, qu'on narrera dans le prochain chapitre.

4 La seconde campagne de César. Le partage du royaume de Naples

22Après avoir recueilli de nouveaux fonds, comptant sur l'appui de Venise, César reprit la conquête de la Romagne. Cette fois c'était au tour de Faenza, de Rimini et de Pesaro. César avait rassemblé quelque 10 000 hommes en comptant les six cents lances et les six cents soldats suisses d'Yves d'Alègre qui était revenu. Les opérations débutèrent le 1er octobre 1500. Rimini et Pesaro tombèrent sans combattre, leur seigneur, Pandolfio Malatesta et Giovanni Sforza — le premier mari de Lucrèce — pensant qu'ils n'étaient pas de taille à résister. Le 25 avril 1501, avec la capitulation de Faenza — où le très jeune Astorre Manfredi avait opposé une héroïque résistance —, César terminait la conquête de la Romagne auréolé d'une immense réputation, militaire bien entendu, mais aussi populaire, tant les petits tyrans qui gouvernaient les villes conquises étaient détestés — en règle générale, mais il y eut des exceptions, à Faenza notamment — et lui-même savait prendre des mesures populaires pour se faire aimer, tactique essentielle préconisée par Machiavel.

23Pendant cette campagne, durant l'hiver 1500-1501, se tenaient en secret des pourparlers franco-espagnols afin de parvenir à un partage du royaume de Naples qui serait officialisé le 11 novembre à Grenade et approuvé par le pape le 25 juin 1501. La déchéance du roi Frédéric de Naples fut prononcée au prétexte, fallacieux, qu'il complotait avec le Turc. Le roi de France devint roi de Naples et obtint le Labour et les Abruzzes alors que Ferdinand le Catholique était nommé duc de Pouille et de Calabre.

24En mai 1501, César fut proclamé duc de Romagne. Le 13 juin il fit une nouvelle entrée triomphale à Rome et se mit à lever les troupes nécessaires pour la campagne de Naples. Pendant ce temps, il s'employait à la ruine des Colonna qui s'étaient alliés au roi de Naples. Dès le 22 juin, le cardinal Francisco Borgia prenait possession au nom du Saint-Siège de la Rocca di Papa et des territoires voisins qui appartenaient aux Colonna. D'Aubigny, en route pour la Campanie, prit Motefortino que Giulio Colonna renonça à défendre. Après la défaite de Fabrizio Colonna à Capoue, qu'on va évoquer, le pape décréta la confiscation de tous les biens appartenant aux Colonna, y compris ceux du cardinal Giovanni, dans une bulle où il jetait l'anathème sur les Colonna et les Savelli (20 août 1501). Le 17 septembre suivant, Alexandre procédait à la répartition des biens saisis auxquels venaient s'ajouter ceux des Gaetani, d'Estouteville et des barons de Poiano et de Magenza. Trentesix villes ou bourgs furent donnés au fils de Lucrèce, Rodrigo, qui reçut aussi la ville de Sermonetta avec sa forteresse alors qu'il avait hérité de son père la ville de Bisceglie, devenant ainsi duc de Bisceglie et de Sermonetta. L'énigmatique Infans romanus reçut quant à lui les villes de Nepi, Palestrina, Paliano et Rignano, devenant duc de Nepi. Enfin, l'abbaye de Subiaco et ses dix-huit châteaux qui avaient été donnés au cardinal Colonna lors des tractations pour l'élection de Rodrigo au pontificat, fut déclarée propriété perpétuelle de la famille Borgia. Mais c'est bien évidemment César, le dernier favori, le fils aimé et redouté à la fois qui se tailla la part du lion. Avec les territoires qu'il possédait déjà dans les États de l'Église, après avoir conquis la Romagne, il devenait le plus puissant seigneur féodal jamais institué aux dépens du patrimoine de Saint-Pierre. Les forteresses du sud de Rome entraient en possession du pape consommant la ruine de la noblesse gibeline du Latium.

  • 8 Cité par J. Catalán Deus, El principe del Renacimiento, op. cit., p. 315.

25Début juillet, l'armée de César avec celle des Français envahit le royaume de Naples. Cette campagne se déroula avec une rapidité foudroyante. Le roi Frédéric et ses alliés les Colonna comptaient sur la résistance de Capoue, ville où se rendirent Fabrizzio Colonna et le comte Rinuccio da Masciano avec 3 000 hommes tandis que Prospero Colonna et le roi demeuraient dans la capitale du royaume. Le 17 juillet, les troupes franco-pontificales, commandées par d'Aubigny, comte de Beaumont-le-Roger et Francesco Sanseverino, comte de Caiazzo, se présentent devant Capoue. Un détachement napolitain sous les ordres de Colonna est promptement mis en déroute. Du 17 au 21, la cité est bombardée sans relâche. La ville tombe le 24 ou le 25 sans qu'on sache exactement si la cause en est l'ouverture des portes par trahison ou la percée d'une brèche dans la muraille. Toujours est-il qu'une fois à l'intérieur, les troupes de César et de son allié rencontrèrent une résistance héroïque. Le massacre fut épouvantable. Nul ne fut épargné par la soldatesque, ni femmes, ni enfants ni vieillards ni ecclésiastiques. Les morts se comptèrent par milliers, quatre sans doute, ou plus. Alors que jusque là, les troupes francopontificales avaient respecté les populations civiles, à Capoue, tout d'un coup, elles commirent un acte de barbarie répugnant et injustifiable. On accusa évidemment César d'en avoir été l'instigateur, mais les chroniqueurs et les diaristes sont plus circonspects et pointent du doigt la responsabilité de Sanseverino et des troupes françaises. Ainsi que le dit Gervaso, « les troupes du Valentinois ne représentaient que le dixième de l'armée, alors comment pourraient-elle êtres les seules reponsables8 ? »

26Conquise et mise à sac, Capoue devint une ville-martyr. Un véritable boulevard s'ouvrait désormais devant les armées de Louis XII et du Valentinois conduisant à Naples qui capitulait peu après. La ville occupée, la famille royale se dispersa et le royaume de Naples cessa d'exister. Après ses sanguinaires exploits, César retourna à Rome en septembre. Cette fois, il n'était pas loin d'atteindre les sommets tant convoités. Mais auparavant il devrait mener à son terme une troisième campagne militaire pour soumettre les derniers barons récalcitrants et aurait aussi à déjouer une conspiration de ses capitaines.

5 La troisième campagne de César

27Au début de l'année 1502, la duc de Valentinois et de Romagne était prêt à marcher contre les derniers seigneurs qui refusaient encore la domination des États de l'Église, mais la situation politique avait évolué depuis la conquête du royaume de Naples et à présent, ces nouveaux préparatifs guerriers inquiétaient fortement au-delà des frontières des États pontificaux car personne ne savait quelles étaient les intentions précises de César Borgia. Florence se sentait particulièrement menacée dans la mesure où sa guerre avec Pise ne trouvait pas de solution et les Pisans avaient à plusieurs reprises invité le Valentinois à venir prendre possession de la cité. En outre, la Signoria redoutait qu'Alexandre VI ne se liguât avec les Médicis pour les ramener au pouvoir en Toscane avec l'aide de son fils.

28Mais César ne songeait pas à cela : il avait décidé de commencer par soumettre la ville de Camerino qui était entre les mains des Varano et se situait dans les Marches, au sud d'Urbin et d'Ancône. L'armée que César avait formée était composée principalement de mercenaires espagnols et italiens, et comptait avec la participation de plusieurs condottieri de renom dont certains avaient déjà participé aux campagnes antérieures et comptaient parmi les fidèles soutiens du fils du pape : Paolo et Francesco Orsini, Vitellozzo Vitelli, Oliverotto Eufreducci, seigneur de Fermo, Gianpaolo Baglione, Hugo de Moncada et Miquel Corella. Le 13 juin 1502, l'armée, forte de 6 000 fantassins et 2 000 cavaliers, quittait Rome. César avait communiqué son itinéraire au duc d'Urbin, Guidobaldo da Montefeltro sous prétexte de lui demander une aide logistique, en réalité pour éprouver sa fidélité car il le soupçonnait — et il ne se trompait pas — de prêter en sous-main de l'aide à ses adversaires. Pour tromper Montefeltro, il divisa son armée et une partie prit la route du nord vers Urbin où il entra par surprise le 21 juin avec 2 000 hommes sans trouver de résistance. Le duc Guidobaldo, qui n'était pas alors dans sa ville, ne put que s'enfuir en toute hâte alors que le Valentinois s'installait dans son magnifique palais et réquisitionnait sa fameuse bibliothèque. Pendant ce temps, le reste de l'armée marcha sur Camerino qui tomba un mois après, le 21 juillet.

29La prise d'Urbin fit retomber dans l'opposition active le cardinal Giuliano Delia Rovere qui jusque là s'était montré plutôt indulgent envers César. Mais à présent ce dernier menaçait directement les intérêts de sa famille puisque l'héritier de Montefeltro, qui n'avait pas d'enfant, n'était autre que le neveu du cardinal, Francesco Maria Delia Rovere, fils d'un frère de Giuliano et d'une sœur du duc d'Urbin. Ce jeune homme, au moment de la réconciliation entre Alexandre VI et son oncle le cardinal, avait été nommé seigneur de Senigallia. De son côté, le marquis de Mantoue faisait savoir tout haut que la présence dans la zone de l'armée pontificale sous le commandement de César mettait en péril la paix de toute l'Italie. César était-il en train de passer la mesure ? Toujours est-il qu'à la mi-juillet, lorsque Louis XII arriva à Milan, il trouva la cour des Sforza remplie d'émissaires de tous les seigneurs dépossédés par le Valentinois auxquels s'étaient joints ceux de Florence et de Venise. Si le roi de France retirait sa faveur au fils du pape, la situation serait renversée à l'avantage des plaignants. C'est alors que César, par un de ses coups de génie d'une audace incroyable, voyant que la situation devenait délicate pour lui, décida d'aller en personne à Milan pour s'entretenir avec son suzerain qu'il n'avait pas vu depuis des années. Il allait de la sorte se jeter dans la gueule du loup, comptant seulement sur son étoile et sur les relations qui l'unissaient personnellement à son seigneur et protecteur — et sans doute aussi du peu d'intérêt qu'avait le roi à se fâcher avec le pape. Début août, il quitta discrètement Urbin pour se rendre à Ferrare où il fut accueilli par sa sœur Lucrèce et son beau-frère Alphonse d'Este qui n'était pas encore duc. De là il dépêcha un émissaire auprès de Louis XII pour arranger son entrevue et cela fait, il partit pour Milan en compagnie de son beau-frère. César avait vu juste, sans doute parce qu'il savait que le roi de France était venu en Italie avec une forte armée, non pour rendre justice à tous ceux qui avaient des griefs à présenter à Rencontre de son duc de Valentinois, mais pour s'emparer du royaume de Naples dont la récente partition, à l'usage, ne contentait personne. Dans cette situation, Louis XII avait tout intérêt à rester l'allié du pape et de son condottiere de fils, sans compter que ce dernier l'avait toujours fidèlement servi jusqu'alors. C'est pourquoi il reçut César avec de grandes marques d'estime, attitude qui déclencha aussitôt la fuite des plaignants qui craignaient dès lors d'être arrêtés. Le marquis de Mantoue, pour s'attirer les bonnes grâces du pape et de son fils, puisqu'ils étaient décidément les plus forts, retira ses plaintes et proposa même une alliance entre les deux familles : Federico Gonzaga, son fils et héritier, pourrait épouser Louise de Valentinois, la fille de César et de Charlotte d'Albret — pour l'heure les deux enfants n'avaient que deux ans, étant nés tous deux en 1500. Cette alliance intéressait le pape au plus haut point car non seulement elle rattachait à sa politique un des États les plus prestigieux du Nord, mais elle renforçait la sécurité du nouveau duché de Romagne. Les négociations en vue de ce mariage furent rapidement engagées, mais ne furent jamais conclues.

30Au début de l'automne, la situation dans le royaume de Naples semblait évoluer à l'avantage des Français. Le Gran Capitán Fernandez de Córdoba s'était réfugié à Barletta dans l'attente de renforts. Louis XII, pensant que ses troupes dominaient la situation, rentra en France début octobre non sans avoir au préalable retiré son appui aux Bentivoglio de Bologne afin que César eût les mains libres pour agir.

6 Trahisons et vengeances

La révolte des condottieri

31Au début du mois de septembre, le pape s'était rendu à Camerino où il avait réorganisé le territoire, l'érigeant en duché qu'il donna à son plus jeune fils, Giovanni qui était déjà duc de Nepi (bulle du 3 septembre 1502). Pour les ennemis des Borgia la chose était claire : le pape entendait démembrer les États pontificaux afin de les transférer à sa famille, créant ainsi un nouveau pouvoir en Italie. Cet argument était dangereux pour César, car ses capitaines se rendaient compte qu'ils étaient en train de lutter pour quelqu'un qui ne leur donnerait aucun territoire en récompense puisque toutes les nouvelles conquêtes étaient destinées aux fils du pape. En outre, un certain nombre de ces condottieri étaient déjà seigneurs de quelque lieu situé dans les territoires de l'Église, ce qui leur faisait craindre qu'un jour ou l'autre César ne les dépose et s'empare de leur bien. C'est ainsi que les Bentivoglio et les Orsini réussirent à séduire ceux dont le Valentinois avait le plus à craindre, ses propres chefs de troupes.

32Durant la seconde moitié du mois de septembre, sous la direction du cardinal Giovanni Battista Orsini, qui s'était aussi rendu à Milan pour y rencontrer Louis XII, des entrevues secrètes furent organisées, à Todi d'abord, puis dans le château des Orsini à Magione, au-dessus du lac Trasimène. Le duc d'Urbin se joignit aux conjurés. Faisaient partie de la conspiration plusieurs des condottieri qui avaient servi aux ordres de César ainsi que des victimes de ses spoliations : Gianpaolo Baglione, seigneur de Perugia, Vitellozzo Vitelli seigneur de Città di Castello, Oliverotto Eufrenucci, Pandolfo Petrucci, seigneur de Sienne et un fils de Giulio Cesare Varano, seigneur de Camerino. La menace était sérieuse pour César, car ces hommes avaient sous leurs ordres une partie importante des troupes pontificales. Mais ils n'avaient pas de stratégie précise en dehors de faire échouer les plans de César.

33Celui-ci rejoignit rapidement Imola et Forli pour réorganiser son armée alors qu'en face, Baglione, Vitelli et Montefeltro marchaient sur Urbin, que Miquel Corella abandonna, se dirigeant vers le nord. Il souffrit une défaite à Calmazzo et Hugo de Moncada fut fait prisonnier. Mais Corella parvint à sauver l'essentiel de ses troupes et rejoignit César. Louis XII décida alors de secourir le Valentinois en lui envoyant ses soldats stationnés dans le duché de Milan. Les Bentivoglio aussitôt prirent peur et cessèrent leur collaboration avec les rebelles. Venise ne montra aucun désir de compromettre son alliance avec Alexandre VI et ne broncha pas. Quant à Florence, qui avait envoyé Machiavel auprès du Valentinois en mission diplomatique, elle attendait de voir la tournure que prendraient les événements, espérant cependant que les Orsini n'en sortiraient pas trop grandis. Enfin, le duc d'Urbin, réinstallé dans ses terres avec l'acclamation de ses vassaux, refusait de s'en éloigner. Ce changement de situation amena le cardinal Orsini à entamer des pourparlers avec le pape. Fin novembre la coalition était en train de se dissoudre et César ne les désignait plus que sous le sobriquet méprisant de « la dieta degli falliti » (« l'assemblée des perdants »). L'accord fut signé par Paolo Orsini : les rebelles déposeraient les armes, rendraient à César les places reprises et resteraient à son service. En échange, ils auraient l'assurance de n'être pas victimes de représailles de la part du Valentinois. Les Bentivoglio parvinrent à un accord séparé qui leur garantissait en principe le maintien à Bologne, mais en réalité ils étaient à présent totalement isolés. Quant à Guidobaldo de Montefeltro, qui n'était pas inclus dans l'accord, il dut à nouveau fuir sa ville d'Urbin pour ne pas tomber entre les mains de César. La situation paraissait totalement normalisée début décembre. Les condottieri croyaient avoir obtenu un bon accord. C'était mal connaître le fils d'Alexandre.

Senigallia

34Entretemps, la situation des armées françaises dans le royaume de Naples s'était détériorée car le Grand Capitaine résistait à Barletta et usait le moral de son adversaire par une tactique de guérilla incessante. César savait que si les renforts espagnols arrivaient promptement, les Français auraient besoin de son aide, aide qu'il ne pourrait pas refuser à Louis XII. C'est pourquoi il devait agir vite afin d'avoir la situation sous contrôle dans les États pontificaux au cas où il devrait conduire son armée à Naples. Il convoqua ses capitaines, les anciens rebelles, pour entreprendre la prise de Senigallia, place forte située sur l'Adriatique, qui était encore gouvernée par le neveu du duc d'Urbin et du cardinal Delia Rovere. C'est là qu'il devait organiser le retentissant traquenard auquel assista, fort impressionné, Nicolas Machiavel qui qualifia le fait de « bellissimo inganno » (« splendide duperie ») et qui acheva d'établir la redoutable réputation de César. La cruelle virtuosité avec laquelle il se débarrassa de ses anciens condottieri rebelles demeurera à jamais comme un des titres de gloire les plus ambigus et terribles qui soient, à l'image de l'homme César.

35Senigallia se rendit sans tarder, les autorités s'étant enfuies dès qu'elles surent que l'armée des condottieri avançait vers la cité. César arriva le 31 décembre, alors que le château, apparemment, résistait encore. Le Valentinois pénétra sous ce prétexte dans la ville avec son armée suivi par les condottieri Paolo et Francesco Orsini, Vitellozzo Vitelli et Oliverotto Eufrenucci qui, n'ayant aucune raison de se méfier, avaient laissé la leur à l'extérieur des murailles. Mais sitôt à l'intérieur, les portes de la cité furent fermées et les quatre hommes isolés de leurs troupes. Ils furent arrêtés le soir même et, leurs troupes rapidement dispersées, les condottieri se trouvèrent à la merci de Borgia. Oliverotto et Michellozzo, accusés de trahison, furent exécutés dès le lendemain tandis que les Orsini demeurèrent prisonniers. De son côté, moins de deux jours après les faits, Alexandre VI, sans doute informé du plan de son fils, convoqua au Vatican le cardinal Orsini qui n'était pas au courant et s'y rendit avec son cousin l'archevêque de Florence. Sitôt arrivés ils furent arrêtés et conduits au château Saint-Ange. Pour lors César avait déjà quitté Senigallia pour fondre sur les possessions de Vitellozzo Vitelli qu'il occupa par surprise, personne ne sachant ce qui venait de se passer. Città di Castello se rendit aussitôt. Suivirent les autres places des Marches demeurées sous le contrôle des exécutés ainsi que Fermo, qui appartenait à Oliverotto Eufrenucci, puis Todi, ville des Orsini qui entretemps avaient été conduits à Castel della Pieve où ils furent étranglés à leur tour. Enfin, le Valentinois se dirigea vers Perugia où se trouvait le dernier des condottieri rebelles, Gianpaolo Baglioni, qui n'avait pas voulu signer l'accord avec César. Dès le début des combats, Baglioni abandonna sa ville qui se rendit sans tarder.

  • 9 N. Machiavel, Le Prince, op. cit., p. 29-30.

36César fit valoir, pour justifier ses actes, que ses capitaines avaient conclu une nouvelle alliance secrète contre lui qui les avait si généreusement pardonnés et repris à son service. Ils auraient compté dans leur trahison sur l'aide de Ramiro de Lorca ou d'Orco, le redoutable condottiere espagnol que César avait placé à la tête du gouvernement de la Romagne et qui s'y distinguait tous les jours par des actes d'une incroyable cruauté. L'homme, arrêté le 22 décembre à Cesena, aurait avoué sous la torture avoir été chargé par Baglioni et par les Orsini d'assassiner César, c'est pourquoi ce dernier le fit condamner à mort à l'issue d'un procès sommaire et exécuter (26 décembre 1502) pour crime de trahison mais aussi de tyrannie et cruauté. Machiavel, qui commente cet acte dans Le Prince, admire l'habileté de César qui sous prétexte de punir les exactions et les tyrannies de Lorca, se mettait à l'abri des critiques et détournait de lui le mécontentement qu'avait suscité son gouverneur trop zélé9.

37La vengeance de Senigallia fit grand bruit et comme un frisson d'épouvante passa sur les cours italiennes. C'est ainsi que les observateurs ébahis constataient dans ce début d'année 1503, fait nouveau dans les annales de l'Église, que la quasi totalité de ses États étaient tombés entre les mains d'une seule famille. Où allait-elle s'arrêter ?

38Le duc de Valentinois et de Romagne pouvait considérer avec satisfaction l'oeuvre accomplie. À vingt-huit ans, il a tout connu, tout vécu, épuisé tous les plaisirs, usé de toutes les armes, y compris les plus indignes d'un homme d'honneur, afin d'éliminer ses adversaires et se faire une place dans ce monde à la hauteur de ses ambitions. Il est au sommet de sa puissance, ignorant qu'il se trouve au bord de l'abîme.

Notes

1 M. Batllori, « Alejandro VI y la casa real de Aragon. 1492-1498 », dans id., La familia de los Borjas, op. cit., p. 187-220. Voir surtout l'analyse de Álvaro Fernández de Córdoba Miralles, « Cèsar Borja en el seu context historic : entre el pontificat i la monarquia hispànica », dans Álvaro Fernández de Córdoba Miralles, Jon Arrizabalaga et María Toldrà (dir.), Cèsar Borja cinc-cents anys després (1507-2007). Tres estudis i una antologia, Valence, 3 i 4, 2009, p. 11-98.

2 I. Cloulas, Les Borgia, op. cit., p. 228.

3 Apoc. 3, 7, La Bible de Jérusalem, op. cit., III, p. 3870.

4 Cité par Jean Lucas-Dubreton, Les Borgia, Paris, Fayard, 1952, p. 199.

5 Cité par C. Fusero, La vie de César Borgia, op. cit., p. 140-141.

6 F. Guicciardini, Histoire des guerres d'Italie, op. cit., I, p. 414.

7 Reproduit par A. Latour, Les Borgia, op. cit., p. 168.

8 Cité par J. Catalán Deus, El principe del Renacimiento, op. cit., p. 315.

9 N. Machiavel, Le Prince, op. cit., p. 29-30.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search