Version classiqueVersion mobile

La famille Borgia

 | 
Raphaël Carrasco

Chapitre VI. Le milieu du règne. Les potentats romains, la mort du fils et la réforme avortée

Texte intégral

1 Dans la Ville éternelle

Gouverner Rome

1Il est difficile de penser qu'Alexandre VI n'avait pas, en devenant pape, de projet de gouvernement concernant aussi bien les réformes institutionnelles et disciplinaires nécessaires que la lutte contre le Turc et la soumission des potentats romains qui menaçaient l'indépendance du Saint-Siège. Mais il ne faut pas croire que son pontificat fût tout entier absorbé par ces grands objectifs politiques et spirituels ou, à l'inverse, par des manœuvres particulières visant à grandir sa famille et placer ses hommes de confiance aux postes clés. Au cours des premières années, en réalité, on observe une volonté claire de s'impliquer dans des réformes internes susceptibles d'améliorer la vie des Romains.

2Très au large dans le périmètre des murailles d'Aurélien, intactes sur de longs tronçons, éboulées ou écrétées ailleurs, la Ville éternelle, qui le disputait désormais à Florence pour le rayonnement artistique et culturel, était une agglomération très étendue mais qui présentait une physionomie unique, à l'image de son histoire, alternant deux sortes d'espaces hétérogènes. Il y avait d'un côté de grandes étendues de ruines laissés à l'abandon et où paissaient des vaches, des troupeaux de chèvres et des chevaux. Parsemées de grottes et de galeries souterraines où se réfugiaient des populations misérables, souvent dangereuses et incontrôlables, ces futures zones archéologiques, comme on dit aujourd'hui, qui avaient fourni les matériaux de construction depuis le retour des papes, avaient commencé à être fouillées depuis quelques décennies déjà mais ponctuellement et sans plan concerté. L'engouement de plus en plus prononcé pour l'Antiquité avait accentué ce mouvement de récupération de la capitale impériale, mais en cette fin du XVe siècle on était encore loin, très loin, d'y parvenir. À côté de ces étendues « vides », la partie habitée de la ville, en dépit de la construction de quelques grands palais à l'allure encore de forteresses, de l'embellissement de plusieurs églises et de l'aménagement de quelques espaces urbains — le Campo de'Fiori, la place Navone —, avait gardé sa physionomie médiévale, avec ses ruelles étroites et obscures, son parcellaire très compact et inextricable. Elle occupait la grande courbe du Tibre, s'étendant du mausolée d'Auguste au nord au théâtre de Marcellus au sud, dans la zone plane du Campo Marzio (Champ de Mars) et s'articulait autour du Capitole, du Campo de'Fiori et de la place Navona, devenue place du marché par décret de Sixte IV — jusqu'en 1477, le marché s'était tenu au pied du Capitole, à côté du palais Barbo. De l'autre côté du fleuve, deux autres zones concentraient également une population nombreuse : les Borghi entre le château Saint-Ange et le Vatican et, au sud, dans l'autre boucle du Tibre, le Trastevere.

3Les grandes familles romaines étaient maîtres de quartiers entiers avec leurs clients et leurs alliés. Aux « gibelins » Colonna appartenait le nord de la ville, aux « guelfes » Orsini la rive gauche du Tibre, du pont Saint-Ange au théâtre de Pompée. Quant aux Savelli, maréchaux de la Sainte Église de Rome, ils occupaient, au sud, une partie de l'Aventin où ils avaient érigé leur palaisforteresse — dans les années 1280, sous Onorio IV Savelli — avant d'aménager un nouveau palais dans le théâtre de Marcellus. Ces grands lignages qui se partageaient ainsi l'espace urbain finançaient aussi leurs propres milices et comme ils étaient en proie à d'incessantes rivalités, ils faisaient régner un climat permanent de violence et d'insécurité. Cela représentait un obstacle considérable pour l'évolution de la ville vers un urbanisme typiquement renaissant supposant la disparition des maisons fortes — les torri — l'ouverture des maisons sur la rue et les jardins, l'alignement des façades et la percée de grandes pénétrantes. C'est sous le pontificat d'Alexandre VI qu'allait commencer à s'opérer cette transformation.

  • 1 Un rubbio de grain valait 640 libbre, soit 217 kg.

4L'impression d'insécurité était encore accentuée par le fait qu'à Rome confluaient tous les ans des flux de pèlerins considérables dont la présence avait provoqué le développement d'une importante industrie touristique, si Ton peut dire, avec toutes le plaies que ce genre d'activité engendre : tavernes, tripots, maisons de tolérance, population flottante interlope, nécessiteux de toutes sortes vivant d'aumônes. L'administration municipale, totalement corrompue, jouissait d'une impunité absolue. La situation n'avait fait qu'empirer durant tout le pontificat d'Innocent VIII et l'insécurité était telle qu'il fallait impérativement intervenir. C'est ce que fit Alexandre VI au lendemain de son élection. Il institua quatre nouveaux juges de paix et nomma des visiteurs des prisons avec charge de recueillir les plaintes des détenus et vérifier la légitimité des arrestations. Il fit élaborer une constitution en trente-cinq articles — intitulée De maleficiis, comme beaucoup d'autres antérieures — qui renforçait les pouvoirs des magistrats contre les fauteurs de désordres publics. Interdiction y est faite de porter des armes empoisonnées. Les conservateurs furent tenus de rendre justice tous les matins au Capitole. Pour sa part, le souverain pontife rendait la justice tous les mardis. Il renforça la garde pontificale et tenta de lancer une campagne d'assainissement des finances publiques. Il ne parvint cependant pas à contenir l'augmentation du prix des denrées de première nécessité. Vers la fin de l'été 1496, en particulier, il se produisit une grande cherté à Rome qui déclencha un grand mécontentement populaire. Les représentant du peuple ne cessaient de se plaindre de la hausse progressive du coût de la vie. Le rubbio1 de blé arriva à se vendre entre 6 et 8 ducats alors qu'au début des années 1490 il valait un peu plus d'un ducat.

La réfection du Château Saint-Ange et la Via Alexandrina

  • 2 Carroll William Westfall, L'invenzione della città. La strategia urbana di Nicoló V e Alberti nell (...)
  • 3 Fabio Benzi, Sisto IV Renovator Urbis : Architettura a Roma, 1417-1484, Rome, Officina, 1990.
  • 4 Gabriela Delfini, « La città umanistica », dans Luciana Cassanelli, Gabriela Delfini et Daniela Fo (...)
  • 5 Ludwig H. Heydenreich et Wolfgang Lotz, Arquitectura en Italia, 1400-1600, Madrid, Cátedra, 1991, (...)
  • 6 D. Fonti, « Una città in forma di fortezza », dans L. Cassanelli, G. Delfini et D. Fonti (dir.), L (...)
  • 7 Ximo Company, Alexandre VI i Roma, op. cit., p. 207.

5Alexandre VI, prolongeant la lignée de papes bâtisseurs qui l'avaient précédé — Nicolas V « governatore, sacerdote, edificatore2 » et surtout Sixte IV le « Renovator Urbis3 » — bien que sur un plan plus modeste, ordonna de nombreuses interventions dans la Ville éternelle dont les plus importantes restent, outre le Château Saint-Ange et la via Alexandrina dont nous allons traiter, l'aménagement de l'appartement du palais du Vatican avec la tour Borgia déjà cités, la Piazza Navona, la via del Pellegrino et les alentours de la Sapienza. Cependant, si Alexandre VI voulut revenir à la conception « structurante » de l'Urbs exprimée par Nicolas V et l'architecte Leon Battista Alberti, ce ne put être que dans un nouvel esprit, celui de la recherche d'une cohabitation harmonieuse entre la cité léonine de Nicolas V, Civitas Dei, Jérusalem Céleste et Paradis4, et « l'hétérodoxe et complexe ville de son temps5 », la Rome-Babylone. Pour reprendre les termes de Daniela Fonti, « Alexandre VI manifeste, outre une dévotion sincère, une percutante politique religieuse : il est le monarque qui christianise le mythe6 », entendez le pape qui « tente d'harmoniser et de faire s'interpénétrer la Babylone et ce que son temps avait de babylonien avec cette autre Civitas Dei plus ordonnée, à laquelle aspire tout être vivant et toute collectivité humaine, y compris la romaine de 15007 ».

6Il ne faut toutefois pas exagérer la portée des projets urbanistiques du pape, probablement moins concertés que n'ont voulu le dire certains historiens, car ses réalisations les plus importantes furent dictées par des considérations strictement utilitaires. Celles-ci étaient de deux ordres, mais obéissaient toutes deux à des impératifs sécuritaires, personnels pour les unes, urbains pour les autres. Alexandre VI était en effet extrêmement préoccupé par sa sécurité et celle des siens car il ne se sentait nullement à l'abri dans le palais du Vatican, pas assez bien défendu dans l'ancienne enceinte léonine qui datait du IXe siècle. Il souhaitait parachever, en l'améliorant, le vaste plan conçu un demi-siècle plus tôt par le pape Nicolas V (1447-1455) visant à faire de l'antique mausolée d'Hadrien, des Borghi et du Vatican une véritable citadelle à la fois siège de la curie et forteresse capable de tenir la ville de Rome. Pour sa défense, mais c'était insuffisant, Alexandre avait posté dans le Borgo une garde personnelle considérable, forte peut-être de trois mille Espagnols qui créaient de fréquents désordres, désordres qui venaient s'ajouter à ceux que provoquaient les nombreux soldats de toutes les nationalités, gascons, bourguignons, allemands, suisses qui, sans emploi, déambulaient dans les rues de la Ville éternelle. Le pape dut, pour calmer la colère des Romains, publier une ordonnance obligeant ces soldats oisifs à quitter la ville dans les deux jours (15 février 1497). Le vendredi saint de la même année, c'était un 24 mars, un gros attroupement hostile aux Espagnols et au pape se fit au Campo de'Fiori qui aurait pu tourner à la révolte si quelques cardinaux n'avaient réussi à calmer les esprits.

7Dès son ascension sur le trône de saint Pierre, Alexandre VI avait songé à procéder au réaménagement de l'imposant mausolée d'Hadrien, appelé le château Saint-Ange, afin de le transformer en une véritable forteresse imprenable reliée par un couloir aérien fortifié au palais — le Passetto ou Corridoio —, élément central du dispositif défensif sur lequel devait reposer la sécurité de sa personne. À cet impératif sécuritaire venait s'en ajouter un second lié aux préparatifs du jubilé qui approchait. Le Vatican n'était accessible que par le Ponte Sisto bâti par Sixte IV entre 1473 et 1479 sur le site d'un pont romain disparu, et bien plus encore par le Ponte Sant'Angelo ou pont d'Hadrien — appelé aussi ponte Elio ou ponte di Castello.

8Dans le projet pontifical d'acheminement des pèlerins, le pont Sant'Angelo, la forteresse et la Porta in Ponte Hadriani — devenue Porte Saint-Pierre —, dernier passage avant d'accéder à la Civitas Dei vaticane, étaient destinés à jouer un rôle central. Qu'on vînt du nord de la ville, où Sixte IV avait fait aménager la Porta del Popolo, l'ancienne Porta Flaminia, et les trois accès à travers les Borghi, la via di Borgo Sant'Angelo dite via Sistina, la via Santa (Borgo Vecchio) et celle du Borgo Santo Spirito — ou du sud, c'est vers ce point que devaient converger les flux de pèlerins, c'est pourquoi le pape fit percer une voie rectiligne reliant la porte Saint-Pierre à la basilique.

9Les travaux du château Saint-Ange, dont le principal architecte fut Antonio Da Sangallo il Vecchio, s'étalèrent de 1493 à 1495 et même au-delà pour des interventions mineures. Avant l'entrée en fonctions de Sangallo, l'ancien mausolée d'Hadrien présentait l'aspect d'un imposant cylindre surmonté d'une tour quadrangulaire et entouré d'une enceinte fortifiée. Trois tours rondes occupaient les angles de cette enceinte — il manquait celle de l'angle sudest — et du côté de la ville, devant le pont Saint-Ange s'élevaient deux grandes tours carrées qui flanquaient la primitive porte in ponte Hadriani.

10Le nouveau dispositif défensif s'enrichissait d'importants fossés enfermés dans un grand pentagone convexe presque régulier aux côtés légèrement concaves. Dans ce périmètre fut érigé un imposant quadrilatère régulier fortifié adossé au côté du pentagone qui longeait le Tibre du côté du pont et qui remplaçait l'ancienne enceinte. À chaque angle, Sangallo fit bâtir un grand bastion octogonal — qu'on appela chacun du nom d'un Évangéliste — et au débouché du pont, un avant-corps ou tour ronde très massive, le torrione, gardait la porte. La partie haute du grand mausolée cylindrique qui occupait le centre du quadrilatère fut également remodelée par l'ajout d'un anneau de renforcement dégageant de part et d'autre du corps de bâtiment central occupant la diagonale dans Taxe du pont, deux cours semi-circulaires, dont le Cortile Borgia ou « del pozzo » — car il est orné d'un magnifique puits de marbre blanc portant les armes et les emblèmes des Borgia — ou encore « du Théâtre ». L'élégante loggia à trois ouvertures placée dans cet axe au-dessus de l'inscription surmontée par le grand écusson aux armes des Borgia est sans doute l'œuvre de Bramante et dut être exécutée au début du pontificat de Jules II.

11À l'intérieur du mausolée fut construite une grande rampe d'accès qui suit la même diagonale dans Taxe du pont Saint-Ange, très en pente et d'une grande virtuosité technique, appelée « rampa Diametrale di Alessandro VI ». Enfin, Alexandre VI se fit aménager un appartement avec une loggia donnant sur un jardin, au premier niveau de l'enceinte fortifiée, contre le torrione du côté du bastion est, où Pinturicchio illustra la visite de Charles VIII au pape ainsi que nous l'avons relaté dans le chapitre précédent, et qui fut détruit par Urbain VIII.

12La via Alexandrina, qu'on appelait aussi Via Recta ou via Borgo Nuovo, fut tracée pour permettre l'acheminement de grandes foules de pèlerins du pont Saint-Ange à la basilique Saint-Pierre. En réalité, cet axe, la première voie rectiligne réalisée dans la Rome moderne, était décalé par rapport à la porte de l'ancienne basilique et était tracé de telle sorte qu'il aboutisse au grand portail du palais du Vatican devant lequel il dégageait une perspective de quelque 800 mètres, ce qui semblerait démontrer, ainsi que n'ont pas manqué de le souligner de nombreux auteurs, que pour Alexandre VI la basilique Saint-Pierre n'était nullement l'élément ordonnateur de la citadelle des papes mais bien plutôt le palais du Vatican, à savoir la Curie et la résidence du souverain pontife, autrement dit, le projet dénote bien la sécularisation du pouvoir pontifical et la transformation du Vatican en une cour princière.

13Achevée en moins d'un an, sa construction nécessita la démolition de très nombreuses maisons et constitua le premier « trou », qui serait suivi de bien d'autres au XVIe siècle, de l'urbanisme romain moderne. Mais il n'y eut pas que des maisons de détruites. Un monument très populaire, la Meta Romuli, une sépulture monumentale de forme pyramidale, fut rasé par ordre du pape. On pensait à l'époque que cette pyramide abritait le sépulcre des Scipion et elle était passablement entamée comme la plupart des restes anciens de la ville. Mais le fait qu'Alexandre VI la fît disparaître sans le moindre état d'âme, surtout à un moment où la restauration de l'Antiquité et par conséquent, la résurrection archéologique de Rome, étaient de plus en plus à l'ordre du jour, ne manque pas de poser des questions, questions qui malheureusement demeureront sans réponse dans la mesure où nous ne disposons d'aucun document contemporain attestant que ce geste fît débat.

2 La lutte contre les barons romains

La stratégie d'Alexandre VI et son premier échec

14À l'instar de la plupart de ses prédécesseurs, Alexandre VI tenait à détruire le pouvoir des grandes familles romaines qui exerçaient de fortes pressions sur le Vatican, tenaient la Ville éternelle à leur merci et occupaient les forteresses des campagnes environnantes. Mais jusqu'à présent, la tactique employée par les papes successifs avait été de grandir une famille pour affaiblir les autres, à l'instar d'Eugène IV (pape de 1431 à 1447) qui avait été le premier à le faire en détruisant les Colonna au profit des Orsini. Or Borgia voulait les écraser toutes car n'ayant pas d'attaches particulières avec aucune d'elles et n'étant même pas italien, il se considérait libre de tout scrupule et de toute composition. De plus, il songeait à constituer une principauté pour son fils Joan, ce qui n'était envisageable qu'en dépouillant les barons romains. Entreprise ardue entre toutes, cette véritable guerre que menèrent les Borgia contre les potentats locaux se solda par une victoire du pape et surtout de son fils César, fait qui de l'avis de Machiavel serait suffisant pour qu'on voue à ce grand soldat une reconnaissance éternelle.

15La situation géopolitique de l'Italie, telle qu'elle avait résulté de la Paix de Lodi (9 avril 1454) était la suivante : les deux grandes puissances ennemies du nord, Milan et Venise, se partageaient l'essentiel de la partie septentrionale de la péninsule tandis que les États de l'Église se trouvaient pris entre le royaume de Naples au sud et la Toscane au nord, ce qui rendait impossible toute expansion. Il ne restait donc que les Marches et la Romagne. Mais s'implanter dans ces zones entraînerait aussitôt une levée de boucliers de la part du duché de Milan et de celui de Ferrare, sans compter Venise, qui ne voudraient à aucun prix consentir à ce qu'une nouvelle puissance émerge à leurs portes. Dans le Latium, dans les Marches, dans les Apennins et en Romagne, la plupart des cités avec leurs forteresses, qui nominalement étaient des fiefs pontificaux, avaient été occupées par de petits seigneurs qui se comportaient en maîtres tyranniques des lieux, ne reconnaissant aucune tutelle : les Malatesta à Rimini, les Bentivoglio à Bologne, les Montefeltro à Urbino, les Sforza à Forli, les Manfredi à Faenza, les Petrucci à Sienne et bien d'autres encore. Détestés par leurs sujets, entretenant de perpétuelles querelles entre eux, ces seigneurs despotiques étaient divisés et donc vulnérables.

16Une des grandes difficultés résidait dans l'impossibilité de trouver des alliés pour mener à bien l'entreprise, car à Rome, ni les Colonna, ni les Savelli ni les Orsini seraient prêts à aider les Borgia et si d'aventure l'un d'entre eux acceptait, aussitôt les autres iraient rejoindre leurs ennemis. Il fallait donc d'abord soumettre ces opposants de l'intérieur et une fois cet obstacle franchi, aller à la conquête de la nouvelle principauté. Alexandre décida d'agir à l'automne 1496, alors que Guidobaldo de Montefeltro, duc d'Urbin, se trouvait à Rome et venait d'entrer au service de l'Église, que Francesco Gonzaga, marquis de Mantoue s'y trouvait aussi et avait reçu des mains du pape la rose d'or, alors que son fils Joan venait de rentrer d'Espagne où il laissait sa jeune épouse dona Maria Enríquez, la cousine du roi Ferdinand le Catholique. C'est pour cet enfant chéri qu'il avait monté toute l'entreprise, son frère César devant faire carrière dans l'Église et Jofré, à Naples.

17Le pape comptait donner à Joan tous les pouvoirs qu'avait cumulés son demi-frère défunt Pedro Luis — il lui avait déjà donné son duché de Gandía et sa fiancée — et, en lui confiant le commandement des armées pontificales, tenait à le présenter comme un exécuteur de sa politique d'indépendance du Saint-Siège alors qu'en réalité il œuvrait à l'établissement de son fils. Vouloir grandir aussi vite et par ce moyen un jeune homme sans la moindre expérience militaire et totalement inconnu en Italie relevait de la pure folie ou d'un sens supérieur de l'intrigue seulement donné à de rares stratèges appelés à changer la face des choses. Il ne semble pas qu'Alexandre VI fût de ceux-là car son aveuglement à l'endroit de ce fils préféré allait devenir manifeste peu de temps après dès que commencerait la guerre contre les Orsini, sans compter qu'un an plus tard, Joan ne serait plus de ce monde.

18Les Orsini et les Colonna, les deux familles féodales les plus puissantes à habiter les terres de l'Église, étaient des ennemis héréditaires. Les premiers, immensément riches, étaient considérés par Alexandre VI comme de dangereux guelfes inféodés au parti français. Le chef de la maison, Virgino Gentile Orsini, était pour lors maintenu en prison dans le château de l'Œuf à Naples aux termes de l'accord passé entre le roi Ferdinando II après la signature de la capitulation d'Atella signée le 20 juillet 1496 entre les Français et le roi de Naples. Les fils de Gentile Orsini, Giangiodano — légitime — et Carlo — bâtard — avaient aussi été capturés. C'était le moment d'agir. Alexandre avait déjà excommunié Gentile et libéré ses vassaux de toute obligation envers lui en juin. Le 26 octobre, il dépouillait en consistoire la famille Orsini de tous ses biens et il nommait son fils Joan gonfalonier de l'Église. Gonzaga était chargé d'exécuter l'expropriation. Une armée commandée par le duc d'Urbin, le marquis de Mantoue et par Joan Borgia quitta Rome ce même jour en direction des possessions des Orsini dans le Patrimoine de Saint-Pierre. En deux mois, presque tous les châteaux, situés entre Rome et Viterbe, furent pris sans que les troupes pontificales rencontrassent beaucoup de résistance, sauf à Trivignano qui donna du fil à retordre aux assiégeants. Restait à conquérir Bracciano, la principale place forte des Orsini et là les choses tournèrent mal pour les troupes pontificales. Les Orsini furent secourus par les Vitelli, seigneurs de Città di Castello et les Suisses du pape furent défaits le 24 janvier 1497. Le duc d'Urbin fut fait prisonnier et Joan Borgia légèrement blessé.

19Le souverain pontife négocia, c'est ce que son entourage, et particulièrement la délégation vénitienne, lui conseillaient : les Orsini récupéraient leurs châteaux contre le versement d'une forte indemnité de 80 000 ou 50 000 ducats selon les auteurs. Ils cédaient néanmoins au pape les châteaux d'Anguillara et Cerveteri. Quant au duc d'Urbin, le pape n'en voulut rien savoir et il dut payer lui-même sa rançon, réellement exorbitante — 70 000 ou 80 000 ducats. Les fils de Virginio Orsini, qui était décédé en prison de mort plus ou moins suspecte — mais il n'est pas prouvé que le pape, ou César Borgia, eussent donné l'ordre de l'empoisonner —, retrouvèrent la liberté et quittèrent Naples en emmenant le corps de leur père qui fut enseveli dans leur ville de Cerveteri avec tous les honneurs. Alexandre VI avait échoué dans son entreprise et se trouvait dans une posture peu enviable, en grande partie à cause de l'incapacité de son fils qui fut loin de se montrer à la hauteur, ce qui n'empêcha pas le pape, nous l'avons vu, de le récompenser avec un don de 40 000 ducats. Lorsque César occuperait le devant de la scène, ce serait différent.

20En attendant, Alexandre VI, à la recherche d'une compensation, œuvrait à la récupération de la ville d'Ostie, à l'embouchure du Tibre, place stratégique pour la défense et l'approvisionnement de la Ville éternelle qui était occupée par les Français depuis que le cardinal Delia Rovere la leur avait cédée au mois d'octobre 1494. La garnison y était placée sous le commandement du sieur Menaut d'Aguerre, vaillant soldat originaire du Pays Basque, qui se livrait à partir de la forteresse à des actes de piraterie contre les embarcations qui allaient ou venaient de Rome. Le pape demanda au Grand Capitaine Fernandez de Córdoba d'intervenir conjointement avec son fils Joan avant que ne prît effet l'accord signé en février 1407 entre les Rois Catholiques d'Espagne et Charles VIII impliquant que les Espagnols n'interviendraient pas dans les actions de la Sainte-Ligue contre les Français. Ostie capitula dès le mois de mars. Pour prix de son aide précieuse, et pour que ce grand militaire ne prît pas ombrage de la préséance accordée à Joan au cours des célébrations de la victoire, le Grand Capitaine reçut à son tour la rose d'or, la plus grande distinction honorifique que l'Église pouvait accorder, en général réservée aux chefs d'État ou aux sanctuaires.

Les Orsini contre les Colonna

21Au lieu de s'entendre contre le pape, les Orsini et les Colonna continuèrent à se détester au point qu'une guerre éclata entre les deux clans au début de Tannée 1498, ce qui arrangeait fort les affaires des Borgia. Le prétexte en fut la possession de la Torre Mattia, ou Torre di Castello, près d'Agnani, que les Français avaient enlevée en 1494 aux Conti, alliés des Orsini, pour la remettre aux Colonna. Girolame de'Conti s'empara de la forteresse fort mal à propos car les Colonna disposaient alors d'une armée bien équipée et pouvaient compter sur le soutien du roi de Naples. Ils réagirent donc sans tarder en s'emparant de Zancato, près de Palestrina, propriété des Conti depuis près d'un siècle, bourg qu'ils mirent à sac, tuant près de deux cents personnes. De là ils allèrent mettre le siège devant la forteresse en question que leur puissante artillerie eut tôt fait de réduire à l'état de ruine, tuant presque toute la garnison. Décidés à en finir avec les Orsini qui sortaient fort mal en point de leur affrontement avec les Borgia, les Colonna se mirent à piller et à détruire les possessions des alliés de leur ennemi, laissant leurs hommes vider les greniers, détruire les moulins et voler toute nourriture. Les Orsini rassemblèrent toutes les forces qu'ils purent à Monticelli, tout près de Rome et s'apprêtèrent à combattre. Prospero et Fabrizzio Colonna, à la tête de troupes bien mieux armées, défirent celles des Orsini le 12 avril 1498 à côté de Tivoli, faisant plus de cent prisonniers, dont Carlo, le fils naturel de Virginio Orsini. Rien ne pouvait plus contenir les Colonna qui prenaient les uns après les autres les châteaux des Orsini et des Conti au sud et à l'est de Rome, sans combattre le plus souvent, les maigres garnisons et les habitants préférant s'enfuir à l'approche des troupes.

  • 8 Nom antique donné aux contrées méridionales de l'Italie, du sud du Latium à la Sicile.

22Le parti guelfe était aux abois et criait haut et fort que cette entreprise ne visait pas seulement les Orsini, mais avait pour but de détruire tout le parti. Et comme c'était le cas à chaque guerre qui éclatait entre ces deux familles, l'union ne tarda pas à se faire contre le vainqueur dont les ennemis vinrent prêter main forte aux Orsini. Les combats, les escarmouches continuèrent encore un an et à la fin, de guerre lasse, les deux partis acceptèrent de négocier. Le pape s'en était mêlé, soucieux de ne pas permettre à l'un d'écraser l'autre et par là même de devenir trop puissant. Néanmoins, aucune des deux factions ne souhaita recourir à sa médiation et c'est par celle d'un représentant d'une des plus anciennes familles « bourgeoises » de Rome, Alessandro Boccabella, que les capitulations entre les Orsini et les Colonna furent signées à Tivoli le 8 juillet 1498, sans que n'y figure la moindre allusion au pape. Pire encore, une clause de cet accord stipule que chacun des deux clans s'engage à intervenir en faveur de l'autre s'il est attaqué par une tierce puissance, claire allusion à la menace que les Borgia faisaient peser sur les deux lignages baronniaux les plus puissants. Une telle entente eût été ce qu'Alexandre VI aurait pu redouter le plus, mais elle ne se fit point. C'est pourtant ce que leur conseillaient deux distiques latins placardés sur la porte de la bibliothèque du Vatican les exhortant à terrasser le taureau qui dévastait l'Ausonie8, mais les deux familles se haïssaient trop depuis trop longtemps pour montrer autant de clairvoyance.

3 L'assassinat de Joan Borgia

Un coup fatal

23L'ascension de Joan Borgia continuait, inexorable. Le 7 juin 1497, le pape érigea la ville et le territoire de Bénévent en duché qu'il donna aussitôt au duc de Gandía. Il ajouta Terracine et Ponte Corvo. Aucun cardinal présent ne protesta. Il faut dire que l'opposition au Sacré Collège brillait par son absence, tous les cardinaux de l'opposition ayant quitté Rome. Le 9 juin, le pape chargea Joan d'une mission très prestigieuse : aller à Naples couronner le roi Federico. Son frère César l'accompagnerait en qualité de légat. En ce début d'été 1497, la fortune souriait aux enfants du vicaire du Christ. Les Colonna et les Savelli s'étaient rapprochés du duc de Gandía, ainsi que le dangereux cardinal Ascanio Sforza. Ce jeune homme, capitaine général des troupes de la Sainte Église, était en passe de devenir un des plus puissants seigneurs d'Italie, tout y concourait, à commencer par la volonté affichée du souverain pontife.

24C'est alors que ce dernier allait recevoir un coup terrible porté avec la claire volonté d'atteindre le clan tout entier au plus profond. Joan Borgia, le chef de la famille, celui que le pape avait désigné comme le successeur de son fils aîné défunt, tomba sous les coups d'un poignard anonyme, faisant voler en éclats toute la stratégie familiale d'Alexandre et provoquant le tournant décisif du pontificat placé désormais sous le signe de l'ascension de César.

  • 9 J. Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 233-237.

25Tous les chroniqueurs et diaristes rapportent les mêmes faits, tirés des mêmes sources, mais c'est encore Burckard qui est le plus précis et que nous allons suivre9. Le 14 juin, Joan, duc de Gandía, s'en fut dîner dans la « vigne » de dame Cattanei, sa mère, à côté de Saint-Pierre-aux Liens en compagnie de son frère César et d'autres convives dont leur parent Juan Borja Llançol de Romani, cardinal lui aussi. À une heure relativement avancée de la nuit, ils décidèrent de renter au Vatican, ce qu'ils firent, suivis des quelques serviteurs qu'ils avaient amenés avec eux. Arrivés à hauteur du palais de la Vieille Chancellerie, l'ancien palais du vice-chancelier Borgia leur père et habité à présent par le cardinal Ascanio Sforza qui lui avait succédé dans cette charge, le duc de Gandía voulut finir sa nuit selon son habitude, en galante compagnie et laissa là son frère César pour retourner dans le centre de Rome. Il n'était accompagné que par un seul serviteur et par un énigmatique personnage masqué qu'on voyait fréquemment en sa compagnie depuis quelques semaines et qui était monté sur la croupe du cheval de Joan Borgia. Parvenus à la Piazza degli Ebrei — aujourd'hui Piazza delle Cinque Scole — au cœur du quartier juif, le duc renvoya son serviteur lui demandant de revenir le chercher là à la vingt-troisième heure et de rentrer s'il ne le trouvait pas. Après quoi il continua sa route portant toujours en croupe son compagnon masqué. Il ne reparut plus vivant et son accompagnateur disparut. Son serviteur fut mortellement blessé et recueilli dans une maison où Ton prit soin de lui. Dans son état, il fut incapable de donner le moindre renseignement sur ce qui s'était passé. Un marchand de bois qui avait passé la nuit dans une barque au bord du Tibre pour surveiller sa marchandise, Giorgio Schiavo, déclara avoir vu de là où il était — près de la fontaine située en face de l'hôpital de Saint-Jérôme-des-Esclavons, sur la voie qui menait du pont Saint-Ange à Sainte-Marie-du-Peuple — un cavalier qui portait un cadavre en travers de sa monture et qui, aidé par quatre comparses, après avoir pris de nombreuses précautions pour ne pas être vus, avaient jeté le corps dans le Tibre, à l'endroit où Ton venait jeter le fumier. Le pape fit faire des recherches dans le secteur et après avoir sondé le fleuve des heures durant, vers le soir du 15 on remonta le corps du duc. Il était entièrement vêtu, sa bourse contenant trente ducats était intacte. Il présentait neuf blessures dont une à la gorge, d'autres à la tête, sur les jambes.

26Un autre récit un peu différent circula alors. Il est intéressant de comparer avec celui de Burckard que nous venons de résumer. En voici la version qu'en donne le Vénitien Marino Sanudo :

  • 10 I diarii di Mario Sanudo, I, Bologne, Forni Editore [1879], 1979, col. 651-652, traduit par nous.

Après avoir dîné, il [le duc de Gandía] voulut vaquer à ses plaisirs ordinaires et s'en alla avec un de ses plus fidèles favoris. Comme il était tard, se voyant sans armes, il envoya celui-ci chercher la brigandine et d'autres armes et demeura seul. Lorsque son favori revint, il ne trouva personne et le chercha toute la nuit dans les lieux où il avait l'habitude d'aller, et ne le trouvant point, il s'en fut auprès des cardinaux que je viens de nommer [César et Juan Borja Llançol de Romani] et leur dit ce qu'il en était, comment il avait laissé le duc tout seul et comment en revenant il ne l'avait plus trouvé. Ceux-ci allèrent trouver le pontife pour le lui dire et une fois publiés les avis de recherche pertinents dans Rome, quelques Romains se présentèrent devant le pape pour lui dire comment ils avaient vu cette nuit, à l'heure où le duc avait disparu, quatre cavaliers travestis sur de bonnes montures qui étaient allés sur le pont du Popolo qui enjambe le Tibre et qu'ils avaient entendu qu'on jetait quelque chose dans l'eau : ce que cela pouvait être, ils l'ignoraient. Alors le pape fit aussitôt faire des recherches à cet endroit du Tibre et Ton trouva, à 21 heures ce jour-là, un sac. Le sac remonté, on découvrit le duc de Gandía frappé de cinq coups d'épée et la gorge tranchée10.

27La recherche du corps dans le Tibre mobilisa un grand nombre de nageurs et de plongeurs — certaines sources parlent de près de trois cents hommes — recrutés parmi les pêcheurs du Tibre. Cette circonstance motiva les railleries des Romains, le pape « pêcheur d'âmes » allant à la pêche de son fils. Le brillant Jacopo Sannazaro, inventeur des « egloghe piscatorie » (Églogues des pêcheurs), y alla de son distique, aussi impitoyable qu'ingénieux :

Piscatorem hominum ne te non, Sexte, putemus
Piscatoris natum retibus ecce tuum.

  • 11 Cité (avec une traduction erronée) par E. Rodocanachi, Histoire de Rome. Une cour princière au Vat (...)

Que tu sois un pêcheur d'hommes, Sixte, nous pouvons bien le croire,
Car voici ton fils dans les filets du pêcheur11.

28Tant d'animosité dans une telle circonstance de la part de l'exquis auteur de l'Arcadia pourra paraître surprenante. Il faut dire que le poète, Napolitain très patriote et lié à la famille royale, vouait à Alexandre VI et à son fils César une haine tenace car il les rendait responsables de la chute de la maison d'Aragon à Naples.

  • 12 Louis Moreri, Grand dictionnaire historique..., Paris, Chez les Libraires Associés, t. II, 1759, p (...)

29La nouvelle de l'assassinat de Joan Borgia se répandit aussitôt à travers la ville et aussitôt chacun y alla de son hypothèse quant à l'auteur de cet abominable forfait. Les coupables les plus plausibles, ceux que désignait le plus couramment l'opinion populaire, étaient les Orsini et le cardinal Ascanio Sforza. Mais d'autres rumeurs, apparues plus tard, désignèrent aussi César Borgia comme étant le commanditaire de ce meurtre atroce en raison de la jalousie qu'il nourrissait à l'endroit son frère riche, beau, à la tête d'une grande maison ducale en Espagne alors que lui-même, quoique cardinal et couvert de bénéfices, se sentait bridé par son état d'ecclésiastique sans pouvoir donner libre cours à ses ambitions dans le siècle. En outre, et c'est ce second facteur qui en réalité servait de fondement au premier, César, amoureux de sa sœur qui suscitait chez lui une jalousie maladive, ne pouvait pas supporter que cette dernière montrât plus d'attachement à Joan qu'à lui-même — pour ne pas parler du père. La question n'est pas de déterminer si ce triple inceste est avéré ou non, ce qui compte ici c'est en premier lieu l'état de l'opinion romaine et ensuite internationale, assez crédule pour ajouter foi à de telles manipulations ou assez blasée pour imaginer que pareille chose fût concevable, et en second lieu, la fortune qu'a connue cette fable invraisemblable. On la retrouve, par exemple, dans le dictionnaire de Moreri qui connut, comme on sait, une extraordinaire diffusion : « On avait des preuves convaincantes que César était l'auteur de ce fratricide ; car outre les intérêts d'ambition, il ne pouvait souffrir que le duc de Gandie eût plus de part que lui aux bonnes grâces de Lucrèce Borgia, leur sœur et maîtresse12. » Une autre version un peu moins sulfureuse, si l'on peut dire, mais donnant dans le même registre, avançait que César aurait commandité le meurtre de son frère car ce dernier serait devenu l'amant de Sancha d'Aragona, la femme de son frère Jofré, alors qu'elle était déjà la maîtresse de César et qu'elle donnait de plus en plus de marques de sa préférence pour le Jeune Joan, ce qui aurait redu César fou de jalousie. Un des arguments brandis par les tenants de la thèse du fratricide est que le pape Alexandre, après avoir lancé les recherches pour découvrir le meurtrier, les abandonna très vite, sans doute de peur d'être contrait d'incriminer César dont il redoutait la réaction. Cette version ne tient pas ainsi que l'a établi von Pastor qui une nouvelle fois a examiné les pièces du dossier avec soin et impartialité. Mais il est vrai qu'on ne trouva pas le meurtrier.

30Le duc de Gandía fut assassiné pour des raisons privées ou par vengeance politique. Dans le premier cas, il aurait fait l'objet d'un règlement de comptes lié à quelque affaire trouble ou aurait été la victime d'un mari déshonoré et vindicatif, et sa vie très mouvementée pourrait accréditer largement cette hypothèse, sauf qu'on n'en possède aucune preuve. Cela est possible mais von Pastor n'y croit guère. Plus plausible est l'hypothèse selon laquelle il serait tombé sous les coups d'assassins à la solde d'une des familles ennemies des Borgia, les Colonna, les Orsini ou les Sforza — le redoutable Ascanio, peut-être, ou Giovanni, la mari de Lucrèce bafoué par César et Joan, auraient pu être les commanditaires de l'assassinat. Le nom des Orsini fut évoqué avec insistance, mais von Pastor, et sa démonstration est convaincante, conclut qu'on ne peut avancer aucune preuve irréfutable. En tout cas, la volonté de frapper le pape au cœur est manifeste : le lieu déshonorant où le corps fut jeté, la manière dont on s'en débarrassa, le fait qu'on ne le volât point pour bien souligner le caractère non crapuleux de l'attaque.

31Le pape fut transpercé de douleur. Son fils et bras armé égorgé comme un porc et jeté dans le Tibre tel un sac de fumier, son autorité bafouée, sa personne défiée, sa famille insultée, tout concourait à donner à ce tragique fait divers une dimension politique importante, bien que les chroniques aient plutôt privilégié le drame personnel vécu par le pontife, tant sa réaction, il est vrai, fut extrême et sa souffrance incontestablement sincère. Alexandre s'enferma durant quatre jours sans manger ni boire ni prendre aucun repos, criant sa douleur et versant d'abondantes larmes. À la fin il céda aux prières de ses plus proches collaborateurs et décida de dompter son chagrin. Un homme nouveau semblait renaître de ses cendres. Il ferait la réforme de l'Église.

32Le 19, au cours de la séance plénière du consistoire où le pape avait convié les ambassadeurs d'Espagne, de Milan, de Naples et de Venise, et où il ne manquait que le vice-chancelier Ascanio Sfroza qui avait cru prudent de s'absenter de Rome le temps que l'émotion ne retombe, Alexandre VI reçut les condoléances de chaque cardinal en particulier et à la fin prit la parole en ces termes :

  • 13 I diarii di Mario Sanudo, op. cit., I, col. 653, traduit par nous.

Le duc de Gandía est mort. Sa mort a été un grand malheur et nous ne saurions éprouver de plus grande douleur car nous l'aimions par-dessus tout. Nous n'estimons plus ni le pontificat ni aucune autre chose et si nous avions sept pontificats, tous nous les donnerions pour récupérer la vie du duc. Cela, Dieu l'a sans doute voulu en raison de nos péchés, non parce que le duc eût mérité une mort si atroce [...] Nous avons donc résolu de ne plus nous occuper de rien, ni des affaires de la papauté ni même de notre vie13.

L'éphémère volonté de réforme

33La profonde crise, personnelle, spirituelle, vitale, que traverse le pape après l'assassinat de son fils, le conduit, par un sursaut d'énergie et une ferme volonté de faire amende honorable et changer de vie, à proposer cette réforme de l'Église dont il était question depuis si longtemps mais dans laquelle aucun de ses prédécesseurs n'avait cru bon de s'exposer à se lancer. Déjà dès avant la mort de Joan Borgia, des collaborateurs du pape réclamaient l'attention du pontife sur la nécessité d'entreprendre une vaste réforme afin de mettre fin aux dérives qui, à tous les niveaux de la hiérarchie, mais principalement à son sommet, étaient en train de conduire la sainte l'institution à sa perte. Après la mort du fils, considérant la vie qu'il avait menée jusque là et rongé par la culpabilité, le pape se décida enfin et nomma à cet effet dès le mois de juin 1497 une commission composée de six cardinaux, un évêque et deux auditeurs de la Rote. Contrairement à ce qu'on a pu écrire pendant longtemps à propos de cet épisode — qu'Alexandre Borgia était incapable de s'intéresser sérieusement à une question qui ne concernât pas sa famille ou ses intérêts — les études les plus récentes montrent que le pape avait bien l'intention, du moins dans sa phase initiale, de mener la réforme, comme le prouve le fait que quatre des six cardinaux chargés de la préparer — Oliveiro Carafa, Jorge Da Costa, Rafael Riario et Francesco Todeschini Piccolomini — appartenaient au parti contraire à Alexandre VI et étaient connus comme tenants d'une authentique rénovation religieuse. La commission élabora un texte, ou plus exactement un brouillon de bulle avec des propositions de réforme visant à réfréner les abus les plus récurrents et les plus scandaleux. Le préambule, dont voici le début, place la réforme sous le signe du redressement des mœurs :

  • 14 L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., V, p. 493.

Par la volonté de Dieu Nous sommes placé sur le Siège apostolique pour extirper le mal et encourager le bien, en exécution de Notre devoir pastoral. C'est pourquoi Nous désirons de toute Notre âme travailler à la réforme des mœurs, dont Nous avons observé la décadence progressive. Les règles salutaires décrétées autrefois par les conciles et par les Papes opposaient une digue au torrent de la sensualité et de la cupidité ; cette digue a été rompue. Une licence intolérable a passé par la brèche : car la nature humaine est portée au mal, et la basse concupiscence n'obéit pas toujours à la raison, mais, suivant les paroles de l'Apôtre, elle tient l'esprit captif sous la loi du péché [...] Au début de Notre Pontificat, Nous voulions donner toute Notre attention à cette question, de préférence à toute autre ; mais, par le fait de la situation extrêmement difficile où Nous a mis la venue de Charles VIII, roi de France, Nous Nous sommes vu contraint de différer jusqu'à ce jour. Nous commençons maintenant la réforme par Notre Cour de Rome, où sont représentées toutes les nations faisant profession de la religion chrétienne14.

34Et le pape semblait bien décidé à commencer par lui-même. Faisant savoir qu'il ne souhaitait plus avoir dans son entourage ni fils ni neveux, il ordonna à Jofré de quitter Rome et d'aller s'installer avec son épouse dans leur principauté de Squillace. C'est ce qu'ils firent au début du mois d'août. Il était même question de renvoyer Lucrèce. De même, il interdit la présence dans l'entourage des hommes d'Église de ces fringants jouvenceaux vêtus à la dernière mode et couverts de bijoux qui ne pouvaient faire songer à rien de bien saint et dont la prolifération faisait dire partout que Rome était devenue le paradis de Sodome. Mais le projet de réforme ne s'en tenait pas qu'à la question du relâchement des mœurs. D'importantes dispositions étaient prises contre la simonie et pour empêcher le pape d'aliéner, sous quelque forme que ce fût, des terres de l'Église. De même, le pape ne pourrait plus faire de promesses aux princes relativement à la collation des évêchés. Une autre série d'articles avaient trait à la réforme du collège cardinalice. Parmi ceux-ci, on retiendra l'interdiction faite aux cardinaux de posséder plus d'un évêché et de cumuler plus de six mille ducats de bénéfices et les nouvelles règles pour empêcher les transactions simoniaques lors des conclaves. Enfin, de nombreuses prescriptions réglaient la vie mondaine des cardinaux, leur train de vie et leur moralité : s'abstenir de fréquenter les tables de jeu, d'aller à la chasse, de faire jouer des pièces profanes, de prendre part au carnaval ou aux tournois et bien d'autres encore. À cet ensemble de dispositions très éclairant quant à l'étendue des abus introduits au fil des ans dans le Sacré Collège, viennent s'ajouter d'autres relatives à la réforme des pratiques des fonctionnaires de la curie : vénalité des charges, corruption généralisée, concubinat figurent à bonne place.

35Ce texte fort complet dénote une connaissance très aiguë du cancer qui rongeait l'Église de Rome et d'avoir été promulgué il eût représenté un grand pas, et fort courageux, sur la voie de sa réforme. Mais il est vrai que le pape manquait certainement de force morale pour faire proclamer la bulle et se donner les moyens de la faire appliquer, c'est pourquoi au bout de quelques mois il reprit sa vie d'avant la crise et la tentative de réforme demeura lettre morte.

4 Lucrèce, l'éternel pion sur l'échiquier des alliances

  • 15 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia, I, op. cit., p. 202.
  • 16 E. Rodocanachi, Histoire de Rome. Une cour princière..., op. cit., p. 166.

36Avec l'échec français à Naples, les Sforza ne représentaient plus rien d'important et Alexandre allait envisager un emploi plus utile pour sa fille. Comme le mariage de cette dernière était stérile, le pape le déclara nul en décembre 1497 au prétexte qu'il n'avait pas été consommé. Pour accréditer ce fait, les inventions les plus scabreuses furent couchées sur le papier : que le mari, Giovanni Sforza, était impuissant — il dut se résoudre à le dire publiquement —, qu'il avait la syphilis et Lucrèce fit savoir qu'elle était prête à déclarer sous serment qu'elle était on ne peut plus vierge, ce qui fit rire l'Italie tout entière, selon les propres mots de Matarazzo de Pérouse15. Le mari éconduit dut rendre les 31 000 ducats de la dot de son ex-épouse. Cette mascarade laisse songeur, surtout si l'on pense que tout porte à croire que dès octobre 1493, Lucrèce était enceinte — c'est ce qu'attestent les termes d'une lettre écrite par la sœur de Giulia Farnèse à son mari en date du 16 octobre16. Si donc Giovanni Sforza confirma la virginité de son épouse, c'est qu'on l'y contraignit ou que la grossesse en question se produisit hors mariage et dans le plus grand secret, ce qui rejoindrait d'autres rumeurs accréditant que la fille du pape avait des amants, outre le malheureux Perotto. En tout état de cause, dans ce cas comme plus tard dans celui de l'Infans Romanus, personne ne vit Lucrèce enceinte ni ne sut qu'elle eût accouché. Il faut donc penser qu'on la fit avorter ou que l'enfant vint au monde dans la clandestinité et fut confié à des serviteurs fidèles qui se chargèrent de le placer là où l'on ne viendrait pas le chercher.

  • 17 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia, I, op. cit., p. 210.
  • 18 Ibid., p. 267-291. La citation qui suit, p. 176-177.

37Toujours est-il que sitôt le mariage annulé, sans perdre un instant, Alexandre, virant du nord au sud, tout entier désormais à sa stratégie napolitaine, maria à nouveau sa fille avec Alphonse d'Aragon, fils naturel du roi de Naples Alphonse II (20 juin 1498). L'époux recevait 40 000 ducats de rente et le titre de duc de Bisceglie. Il avait dix-sept ans et elle dix-huit. Le jeune homme était aimable et d'une grande beauté — le chroniqueur Talini va même jusqu'à dire qu'il était le plus beau garçon qu'on eût jamais vu à Rome17. Ce mariage fut heureux, tout semble le dire, et Lucrèce s'éprit pour de bon de son mari à la grande satisfaction des romancières futures qui dans une belle unanimité ont affirmé qu'Alphonse fut le grand amour de sa vie. Amour tragique, comme il se doit dans cette famille prédestinée aux plus grands malheurs. Le 18 août 1500, cet homme fut assassiné, par son beau-frère sans doute — nous allons y venir — qui était alors l'allié des Français contre la dynastie aragonaise de Naples. Lucrèce et Alphonse eurent un fils, Rodrigue d'Aragon et de Borgia, né le 1er novembre 1499, que nous retrouverons à la fin de ce livre. Voici notre héroïne veuve, déchirée, détruite. Elle cherche refuge dans son fief de Nepi où elle se rend le 30 août avec une escorte de six cents cavaliers. Gregorovius commente longuement cet épisode en se livrant à d'étonnantes considérations psychologiques18 :

Il serait insensé de blâmer la malheureuse parce qu'au moment le plus terrible de sa vie elle ne s'est pas élevée à la hauteur d'une héroïne de tragédie. Nous devons reconnaître pourtant qu'elle se montra alors très faible et très pusillanime. Mais nous n'avons pas le droit d'exiger de Lucrèce Borgia les qualités d'une grande âme, si elle ne les possédait pas [...] Cette jeune princesse, que l'imagination romantique de la postérité s'est dépeinte comme une Médée ou comme une bacchante constamment dévorée d'ardeurs amoureuses, n'éprouva jamais peut-être une passion réelle et profonde.

38Réellement éprise ou non, touchée au plus profond ou produisant simplement une sorte de gestus social de la veuve éplorée, toujours est-il que pour Noël Lucrèce avait déjà rejoint son père à Rome.

39Pendant que Lucrèce pleurait son amour défunt dans sa forteresse de Nepi, le pape relançait des négociations pour marier à nouveau sa fille. Il songea à don Alonso d'Aragon, duc de Villahermosa, à don Dionis de Portugal ainsi qu'à don Juan Hurtado de Mendoza, Ier marquis de Canete, grand diplomate et grand personnage. Mais une fois de plus, c'est du côté de l'Italie que pencherait la balance et ce furent les considérations stratégiques — au bénéfice de César cette fois — qui prévaudraient. Nous y reviendrons.

40Pendant cet intérim, Lucrèce est au Vatican auprès de son père. C'est à cette époque que se situe le fameux épisode de la délégation de pouvoirs consentie par le pape durant son absence en la personne de sa fille — scandale suprême : une jeune femme présidant le consistoire ! — et la piquante anecdote de la penna — la plume — assez en accord avec l'esprit volontiers paillard de bien des hommes d'Église. Bien que très galvaudée, nous reproduisons ici la saillie :

  • 19 Double sens du mot penna, à la fois la plume et le membre viril.
  • 20 J. Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 374.

Je ne sais quelle affaire s'étant présentée, Lucrèce envoya, dit-on, chercher le cardinal de Lisbonne. Elle lui exposa la charge qu'elle avait reçue du pape et le cas qu'elle avait à résoudre. Estimant que l'affaire n'avait aucune espèce d'importance, le cardinal lui dit : « Quand le pape expose une affaire en consistoire, le vice-chancelier ou, à défaut, un autre cardinal consigne par écrit les solutions proposées et les votes des cardinaux. Il faut donc qu'il y ait quelqu'un ici pour prendre note de notre entretien. » Lucrèce répondit qu'elle était bien capable d'écrire. Le cardinal lui demanda : « Où est votre penna19 ? » Lucrèce comprit le jeu de mots et la facétie du cardinal, et elle en sourit. Leur conversation prit fin comme il convient20.

5 La mort de Savonarole

  • 21 Donald Weinstein, Savonarola e Firenze. Profezia e patriottismo nel Rinascimento, trad. de l'angla (...)

41Les opinions sur le prêcheur dominicain de Saint-Marc étaient au moment des faits extrêmement contrastées. Alors que ses ennemis le considéraient tout juste comme un intrigant, au pire comme un rebelle illuminé, ses suiveurs exaltaient la perfection morale de l'ascète et l'inspiration du visionnaire, véritable prophète doublé d'un réformateur patriote qui méritait la gloire éternelle21. Cette ambivalence des valorisations s'est perpétuée dans l'historiographie et a déterminé les jugements contradictoires qu'on a émis sur l'attitude d'Alexandre VI envers Savonarole. Ceux qui voient en ce dernier un rebelle approuvent que le pape ait rétabli son autorité légitime, alors que ceux qui considèrent le dominicain comme un véritable réformateur accusent le pape d'avoir commis avec lui une scandaleuse injustice, sans doute aveuglé par un esprit de vengeance peu chrétien, compte tenu de la virulence des critiques que Savonarole fulminait contre le pape.

42Prieur du couvent dominicain de Saint-Marc à Florence, Savonarole s'était forgé une grande réputation de prêcheur bien avant qu'il ne fît, en septembre 1494, l'éloge de Charles VIII en qui il voyait l'homme envoyé par la Providence pour mener à bien la régénération de Florence, de l'Italie et de l'Église tout entière. Le Vatican ne pouvait pas rester indifférent devant ces prêches aux implications politiques évidentes, surtout lorsque Savonarole durcit encore le ton et se mit à accabler systématiquement la papauté et la Curie romaine. Le 21 juillet 1495, le pape priait Savonarole de se rendre à Rome afin qu'ils pussent se connaître et envisager ensemble ce qu'il convenait le mieux de faire pour le service de Dieu. Le dominicain déclina l'invitation le 31, prétextant des problèmes de santé, mais promettant de faire le voyage dès qu'il irait mieux et en attendant il lui faisait parvenir son dernier traité, le Compendio revelationibus. Le 8 septembre, Alexandre VI signait un bref dans lequel Savonarole, accusé d'être un faux prophète et un hérétique, était suspendu. Ce dernier clama haut et fort son innocence et cria au complot ourdi par les partisans des Medici — les Arrabiati. Le pape annula l'effet de son bref le 16 octobre par un autre où il lui interdisait seulement de prêcher, ordre auquel le dominicain obéit dans un premier temps, mais dès le mois de février suivant, sans doute persuadé qu'il pouvait compter sur le consentement tacite du pape — car la Signoria de Florence avait prié le souverain pontife de lever son interdiction dans la mesure où les prêches de Savonarole étaient une pièce essentielle dans le maintien de la République —, il remonta sur la chaire, franchissant un pas de plus dans la révolte : il déclara d'emblée en effet que nul chrétien n'est tenu d'obéir aux ordres d'un supérieur dès lors que ceux-ci sont manifestement contraires à la volonté divine et au précepte de la charité chrétienne. Le pape se garda de réagir, souhaitant sans doute éviter de faire monter les enchères et de se trouver pris dans une confrontation aux conséquences imprévisibles. Mais en novembre 1496, lorsque le bref pontifical réorganisant la province toscano-romaine de l'ordre de saint Dominique parvint à Florence, Savonarole refusa de le mettre à exécution. Le pape décida alors de sévir et le 13 mai de l'année suivante il fulminait contre lui l'excommunication, sentence que le dominicain refusa, alléguant qu'elle se fondait sur de fausses informations. Ses prêches continuèrent, prenant pour cibles, avec une violence accrue, la curie romaine et la papauté, allant même jusqu'à demander la convocation d'un concile pour déposer ce pape simoniaque et hérétique. Alexandre VI faisait pression sur la Signoria pour que Savonarole fût arrêté et son procès instruit, mais en vain. Cependant, les excès du moine fanatique — en particulier le fameux faló delle vanità (bûcher des vanités) qu'il organisa le 17 février 1497 où tant d'œuvres d'art, de livres et d'objets précieux furent livrés aux flammes —, la menace brandie par le Vatican de prononcer l'interdit sur la ville, la perte d'influence du prédicateur firent qu'à la fin, mis en minorité, il fut arrêté. À l'issue d'un procès où intervinrent deux commissaires apostoliques, Savonarole fut condamné à mort ainsi que deux de ses plus proches collaborateurs. L'exécution eut lieu place de la Signoria le 23 mai 1498.

  • 22 L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., VI, p. 1-50 et aussi, V, p. 179-195.

43Étudiant le cas avec une extrême minutie, von Pastor conclut que Savonarole n'était pas un véritable réformateur et que, en dépit de ses dons et de son indéniable intégrité morale, sa posture était essentiellement antiecclésiastique et que c'est dans les limites de cette attaque contre l'Église qu'il faut apprécier son action. Par son attitude de défi et par ses gestes constants de rébellion, il aurait contraint le pape à sévir alors que le souverain pontife, pour sa part, avait opté pour une position conciliatrice et modérée22. Cette analyse souleva dès la publication du livre de von Pastor de fortes réactions de la part des défenseurs de Savonarole et les réfutations ne tardèrent pas à voir le jour qui prétendaient démontrer le caractère inique des décisions pontificales. Le pape aurait en effet communiqué oralement au cardinal Carafa, protecteur de l'ordre dominicain, son assentiment à ce que Savonarole reprenne son activité de prêcheur et pour ce qui est de l'excommunication, celle-ci serait sans effet dès lors qu'elle aurait bel et bien été fondée sur des présupposés faux. Enfin, il serait impossible de démontrer que le prieur de Saint-Marc se soit rendu coupable d'un acte de rébellion formel contre l'autorité du Saint-Siège.

  • 23 Romeo De Maio, « Savonarola, Alessandro VI e il mito dell'Anticristo », Rivista Storica Italiana, (...)

44La querelle de spécialistes relative à la culpabilité ou à l'innocence de Savonarole, avec ses hauts et ses bas, s'est prolongée jusqu'à aujourd'hui, mais il est clair désormais que la documentation qui est parvenue jusqu'à nous ne permet pas de trancher. Ce qui semble se dégager de tant de pages passionnantes et passionnées, c'est que l'issue tragique du procès ne peut être comprise qu'à la lumière d'un contexte romain dans lequel joua un rôle important l'éloignement du cardinal protecteur Carafa vis-à-vis des positions de Savonarole ainsi que l'aversion qu'éprouvait à l'endroit de ce dernier le général des augustins, Mariano dalla Barba da Gennazzano qui joua un rôle déterminant dans la décision d'excommunier le dominicain23. C'est donc plutôt pour une plus grande responsabilité des milieux romains et une moindre implication d'Alexandre VI que penchent aujourd'hui les spécialistes, la confrontation personnelle entre celui-ci et le moine visionnaire ayant moins d'importance qu'on ne l'a cru jadis. En conséquence, on peut conclure que la manière dont Alexandre VI traita le cas de Savonarole est très éclairante sur l'extrême répugnance que le pape avait à sévir en matière de croyances et d'opinions, ce que nus avons déjà souligné à propos de l'attitude du pape envers les marrani espagnols et que nous pourrions encore mettre de l'avant dans d'autres affaires, telle la réhabilitation en 1493 du célèbre Pic de la Mirandole dont les thèses avaient été condamnées par Innocent VIII en 1489 et que Pinturicchio a représenté dans la salle des Arts Libéraux de l'appartement Borgia du Vatican aux côtés de plusieurs poètes et savants ainsi que de membres éminents de la Curie.

Notes

1 Un rubbio de grain valait 640 libbre, soit 217 kg.

2 Carroll William Westfall, L'invenzione della città. La strategia urbana di Nicoló V e Alberti nella Roma del'400, Rome, La Nuova Italia, 1984, p. 69.

3 Fabio Benzi, Sisto IV Renovator Urbis : Architettura a Roma, 1417-1484, Rome, Officina, 1990.

4 Gabriela Delfini, « La città umanistica », dans Luciana Cassanelli, Gabriela Delfini et Daniela Fonti (dir.), Le mura di Roma. L'architettura militare nella storia urbana, Roma, Bulzoni Editore, (1974) 1989, p. 102.

5 Ludwig H. Heydenreich et Wolfgang Lotz, Arquitectura en Italia, 1400-1600, Madrid, Cátedra, 1991, p. 88.

6 D. Fonti, « Una città in forma di fortezza », dans L. Cassanelli, G. Delfini et D. Fonti (dir.), Le mura di Roma, op. cit., p. 129, traduit par nous.

7 Ximo Company, Alexandre VI i Roma, op. cit., p. 207.

8 Nom antique donné aux contrées méridionales de l'Italie, du sud du Latium à la Sicile.

9 J. Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 233-237.

10 I diarii di Mario Sanudo, I, Bologne, Forni Editore [1879], 1979, col. 651-652, traduit par nous.

11 Cité (avec une traduction erronée) par E. Rodocanachi, Histoire de Rome. Une cour princière au Vatican, op. cit., p. 213.

12 Louis Moreri, Grand dictionnaire historique..., Paris, Chez les Libraires Associés, t. II, 1759, p. 86a.

13 I diarii di Mario Sanudo, op. cit., I, col. 653, traduit par nous.

14 L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., V, p. 493.

15 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia, I, op. cit., p. 202.

16 E. Rodocanachi, Histoire de Rome. Une cour princière..., op. cit., p. 166.

17 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia, I, op. cit., p. 210.

18 Ibid., p. 267-291. La citation qui suit, p. 176-177.

19 Double sens du mot penna, à la fois la plume et le membre viril.

20 J. Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 374.

21 Donald Weinstein, Savonarola e Firenze. Profezia e patriottismo nel Rinascimento, trad. de l'anglais, Bologne, Il Mulino, 1976, p. 249-269.

22 L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., VI, p. 1-50 et aussi, V, p. 179-195.

23 Romeo De Maio, « Savonarola, Alessandro VI e il mito dell'Anticristo », Rivista Storica Italiana, 82 (1970), p. 533-559. Repris dans id., Riforme e miti nella Chiesa del Cinquecento, Naples, Guida, 1973, p. 33-64.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search