Version classiqueVersion mobile

La famille Borgia

 | 
Raphaël Carrasco

Chapitre V. Le nouveau pape dans la tourmente. Guerre et politique

Texte intégral

1Lorsque enfin il accéda au trône de saint Pierre, Alexandre VI se trouvait, en tant que souverain temporel, placé devant une situation délicate. De nombreux territoires s'étaient affranchis de la tutelle pontificale et d'autres étaient convoités par les souverains voisins, à l'instar de Venise qui lorgnait la côte adriatique des États de l'Église, ou du royaume de Naples qui se serait bien vu annexer la frange sud de ces mêmes États. Cette fragilité était encore accrue par les rivalités entre les différentes puissances italiennes, principalement par celle opposant Napolitains et Milanais qui avait conduit ces derniers à apporter leur appui à la France dans ses prétentions sur le riche royaume du sud de la péninsule. Cette situation laissait planer la menace d'une invasion française dont Rome pourrait faire les frais. Alexandre VI souhaitait parvenir à un système d'équilibre stable entre les cours italiennes. C'est dans cet esprit qu'il signa le 25 avril 1493 avec Venise et Milan la Ligue de Saint-Marc, du nom de l'église romaine où le pape rendit public l'accord. Le principal effet de cette alliance fut l'aide qu'apporta Milan à Alexandre VI pour récupérer les deux châteaux stratégiques de Cervetri et d'Anguillara, au nord de Rome, que Franceschetto Cibò avait vendus à Virginio Orsini pour 40 000 ducats sans que le pape eût donné son accord. Par cette acquisition, Virginio, qui était le commandant en chef des troupes du royaume de Naples et hostile au Saint-Siège, accroissait considérablement sa puissance et représentait une menace d'encerclement de Rome, ce que le pape ne pouvait laisser faire. Mais en dépit de cette aide ponctuelle, qui permit d'aboutir à un accord entre Virginio Orsini et le pape signé le 16 août 1493 dans la chambre du Perroquet au Vatican, la ligue était fragile, ainsi qu'Alexandre le verrait bientôt, et ne devait pas permettre d'éviter la guerre ni l'intervention française.

1 Charles VIII en Italie

Le double jeu du pape

  • 1 Patrick Gilli, « Alexandre VI et la France d'après les sources contemporaines : physionomie d'une (...)

2Ainsi que l'a fort bien expliqué Patrick Gilli1, le dilemme du pape à la fin de l'année 1493 et au début de 1494 était le suivant : il ne pouvait accepter les conditions des Aragonais, alliés des Orsini, qui l'écraseraient facilement s'il faisait trop visiblement allégeance au roi de France ; mais d'un autre côté, la possibilité d'une alliance franco-impériale faisait planer la menace d'un concile dont l'issue fatale pour le pape simoniaque ne faisait aucun doute.

3Dès son ascension effective sur le trône en 1491, le jeune Charles VIII avait réclamé les droits héréditaires sur la couronne de Naples reçu des Anjou. La mort du roi de Naples Ferdinand d'Aragon le 28 janvier 1494 obligeait son héritier Alphonse de Calabre à demander la confirmation de son titre par le pape puisque Naples était un fief du Saint-Siège. Cette circonstance plaçait Alexandre VI dans une situation intenable car elle allait l'obliger à dévoiler ses véritables intentions alors que jusque là il avait habilement maintenu l'équivoque avec la France, faisant croire à Charles VIII qu'il le soutenait. Il avait dépêché auprès du roi de France un émissaire, le cardinal Savelli, avec des instructions — orales — visant à négocier la venue du roi en Italie. Il est probable qu'en feignant d'appuyer la France, le pape ne visât qu'à faire peur au roi de Naples, pensant que Charles VIII ne se risquerait pas dans le guêpier italien, ce en quoi il se trompait. On ne peut que se rappeler les accusations de fourberie lancées par Guicciardini contre le pape, ou la valorisation exactement inverse que fait Machiavel de cette même attitude, transformant une tare en qualité :

  • 2 N. Machiavel, Le Prince, op. cit., p. 62.

Le pape Alexandre VI se fit toute sa vie, un jeu de tromper, et malgré son infidélité bien reconnue, il réussit dans tous ses artifices. Protestations, serments, rien ne lui coûtait ; jamais prince ne viola aussi souvent sa parole et ne respecta moins ses engagements. Pourtant ses tromperies eurent toujours une heureuse issue ; c'est qu'il connaissait parfaitement cette partie de l'art de gouverner2.

4Si Alexandre VI se ralliait à la cause française, il tournait le dos à la politique napolitaine qu'il avait menée durant la dernière année de vie du roi Ferdinand et s'exposait à une rupture avec les Rois Catholiques d'Espagne, ennemis des Français et soutiens — quoique tièdes — du nouveau roi. Mais d'un autre côté, s'il appuyait ce dernier, il risquait la rupture avec Milan et, pire encore, l'intervention française en Italie, avec en guise de menace supplémentaire, la possibilité que Charles VIII, écoutant les cardinaux ennemis de Borgia — Giuliano Della Rovere en tête — ne se mît en tête de convoquer un concile pour déposer le pape simoniaque.

5Le 28 février 1494, le pape refusa de recevoir la délégation française venue lui demander l'investiture du royaume de Naples pour Charles VIII. Le 28 avril se tint un consistoire houleux au cours duquel Alexandre VI informa de sa décision de choisir le roi Alphonse de Naples. Les envoyés du roi de France brandirent aussitôt la menace du concile. Le pape répliqua en accusant Charles VIII de vouloir secrètement s'emparer de la couronne impériale. Giuliano Della Rovere crut bon de se réfugier promptement dans sa forteresse d'Ostie, mais ne s'y sentant pas en sécurité, il s'enfuit quelques jours plus tard sous un déguisement et sans escorte, gagnant par la mer Savone, puis Marseille et Avignon dont il était l'archevêque. Le roi de France l'invita aussitôt à venir le rejoindre. Le 1er juin il était à Lyon auprès du monarque pour œuvrer à l'anéantissement de son grand ennemi. Pendant ce temps, Alexandre VI envoyait le condottiere Niccolò Orsini, comte de Pitigliano, à Ostie avec ordre de s'en emparer, ce qu'il fit sans difficulté.

6En optant pour déclarer son soutien à l'héritier de Ferdinand de Naples, le pape prenait une décision extrêmement périlleuse, mais sans doute était-elle la plus en accord avec sa volonté de tenir éloignées de l'Italie les puissances étrangères. Sans doute Alexandre VI espérait-il que la ligue suffirait à maintenir Ludovic Sforza éloigné de la France, mais il se trompait ici aussi. L'homme fort de Milan éleva une énergique protestation et Charles VIII, encouragé par ces mêmes Milanais — mais aussi par le cardinal Della Rovere, le futur pape Jules II dont on a tant vanté l'italianisme — prit la décision de conquérir Naples par les armes. Cette initiative catastrophique pour l'Italie n'a pas fini d'être commentée. Qu'elle fût inspirée par l'esprit follement chevaleresque du roi de France, par sa recherche de hauts faits d'armes d'où tirer gloire immortelle et avantage politique, qu'elle résultât de la conviction d'être l'envoyé de Dieu, libérateur des opprimés et destructeur de la puissance ottomane — rappelons que sur ses étendards blancs, à côté de ses armes, Charles VIII avait fait inscrire ces deux devises messianiques fort claires : Voluntas Dei et Missus a Deo —, l'intervention française en Italie ouvrait une longue période d'instabilité dans la péninsule qui, de plus en plus divisée et partiellement occupée, devint le théâtre des affrontements entre la France et l'Espagne. La première conséquence allait en être la disparition du royaume de Naples comme État indépendant.

7L'alliance du pape avec le royaume parthénopéen serait scellée par toutes sortes de gestes réciproques de rapprochement, en particulier par l'union contractée entre le fils d'Alexandre VI, Jofré Borgia avec la fille illégitime d'Alphonse II, Sancha d'Aragon, qui deviendraient alors princes de Squillace, union sur laquelle nous allons revenir. Début mai 1494, le pape dépêchait à Naples une délégation comprenant le cardinal Juan Borgia-Lançol qui devait procéder à l'investiture officielle d'Alphonse II et le jeune Jofré qui allait donc épouser la fort tempéramentale Sancha et prendre possession de sa principauté. Les Borgia tirèrent bien d'autres bénéfices de ce rapprochement avec Naples : Jofré, en plus de la principauté, fut nommé protonotaire du royaume. Joan Borgia, le duc de Gandía, reçut la principauté de Tricaria et César reçut de nombreux bénéfices ecclésiastiques dans le royaume. Mais ce rapprochement spectaculaire ne plaisait guère à Ferdinand le Catholique, le roi d'Espagne, bien que le nouveau roi fût son propre neveu sans doute parce qu'il avait lui aussi des vues sur Naples puisqu'il considérait avoir plus de droits sur ce royaume que son neveu car ce dernier descendait d'un bâtard d'Alphonse le Magnanime alors que lui, il en était l'héritier direct.

8À la mi-juillet, Alexandre VI et Alphonse de Calabre se rencontrèrent près de Tivoli et scellèrent leur accord. Mais le 18 septembre un fâcheux événement mit le Vatican en alerte : Fabrizio Colonna avait réussi à reprendre Ostie par surprise pour le compte des ennemis du pape. Des soldats français débarqués de Marseille s'y installèrent. Le pape, pris de panique, fit mettre Djem sultan au château Saint-Ange et les Savelli furent déclarés hors la loi pendant que les palais de Prospero Savelli et du fils du cardinal d'Estouteville étaient démolis. Le 2 novembre un consistoire fut réuni au cours duquel il fut décidé que le cardinal Ascanio Sforza irait s'entretenir avec le roi de France de la part du souverain pontife. Car le temps pressait.

Charles VIII descend en Italie

9À la tête d'une imposante armée de 90 000 hommes pour certains, moitié moins pour d'autres, dont Pastor, et guère plus de vingt mille selon les hypothèses les plus vraisemblables, Charles VIII passa les Alpes fin août et le 5 septembre 1494 il faisait son entrée à Turin. Les Français suscitèrent de grands espoirs de liberté au sein d'une population asservie à des seigneurs cupides et cruels et furent au début accueillis avec enthousiasme. Au début seulement, car bien vite l'arrogance des occupants et leur propre appât du gain les conduisirent à tenir des conduites désastreuses dont ils auraient bientôt à pâtir, ainsi que le lamente Commynes :

  • 3 Cité par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Les guerres d'Italie. Des batailles pour l'E (...)

Par toute Ytalie, [les peuples] ne désiroient que à se rebeller, si du costé du roy les affaires eussent esté bien conduictz et en ordre et sans pillerie ; mais tout se faisoit au contraire, dont j'ay eu grand dueil pour l'honneur et la bonne renommée que pouvoit acquérir en ce voyage la nation de France3.

10La panique gagne le Vatican. Le pape essaie par tous les moyens de connaître les intentions du Valois à son égard, sans succès. Ascanio Sforza ne parvint pas à obtenir une réponse claire de Charles VIII, pas plus que les deux autres émissaires dépêchés après lui : à tous il répondait que ce qu'il souhaitait c'était l'autorisation de traverser les États de l'Église afin d'aller faire la guerre au Turc. Il se garda bien de révéler ses intentions à l'endroit d'Alexandre VI. Celui-ci refusait obstinément d'autoriser le roi de France à pénétrer dans les États pontificaux. L'armée française, après être passée à Milan, avait entrepris sa descente vers Rome en suivant la côte méditerranéenne. À Pise, Charles VIII bifurqua vers Florence après avoir obtenu du duc Piero de'Medici la cession de Pise, Livourne, Sarzana et d'autres places fortes, attitude considérée comme démissionnaire par le peuple florentin qui se souleva, chassa le duc (9 novembre 1494) et permit l'instauration de la fameuse République de Savonarole, pro-française. Charles VIII fit son entrée solennelle à Florence le 17 novembre. Il en ressortit le 28 en direction de Sienne après que Florence se fut engagée à lui verser 120 000 ducats. Dès le 1er décembre il était à Viterbe, où la population reçut l'armée française avec des acclamations, enthousiasme dont ils allaient promptement déchanter en raison des difficultés survenues à l'heure de loger la nombreuse troupe dans une ville si petite.

11À Rome, où il attendait l'arrivée d'une forte armée commandée par le duc de Calabre, Alexandre VI prenait des dispositions pour organiser la résistance, emmagasinant vivres et trésors au château Saint-Ange, réparant les murailles de la cité, imposant un contrôle strict des allées et venues. Le mécontentement populaire grandissait du fait des restrictions. La campagne environnante fourmillait de soldats en fuite, de pillards, de malfaiteurs. Et les Français approchaient. Le 15 décembre, Charles VIII entrait à Nepi, à quelque 50 kilomètres à peine de Rome et le 18 il allait s'installer dans l'imposant forteresse de Bracciano, propriété des Orsini qui avaient cru sage de négocier avec le monarque pour préserver leurs biens. C'est là que le pape dépêcha auprès du roi une délégation de trois ecclésiastiques francophones — dont son propre confesseur — et que Charles VIII trouvait, semble-t-il, agréables. Le pape proposait, si les Français se retiraient, d'organiser une grande ligue chrétienne pour combattre le Turc et promettait au roi d'obtenir du roi de Naples qu'il lui versât un tribut. Charles VIII ne voulut rien entendre (19 décembre) et commença à procéder à l'encerclement de Rome. Les défections se multipliaient autour du souverain pontife. Le jour de Noël, le duc de Calabre quitta Rome pour Naples avec ses condottieri et le cardinal Ascanio qui était son parent en accord avec la décision prise la veille au cours d'un consistoire secret selon laquelle il fallait que les troupes napolitaines se retirent pour éviter le pire. Le 26 décembre, trois émissaires de Charles VIII vinrent au Vatican s'entretenir avec Alexandre VI et lui expliquèrent que leur souverain n'avait nulle intention de rabaisser l'autorité du pape, qu'il ne souhaitait pas entrer de force dans Rome et qu'il espérait parvenir à une entente avec le maître des lieux. Celui-ci se garda bien se montrer véhément et loin d'excommunier le roi de France, arme souvent brandie par les papes dans le passé, se résigna à négocier puisque c'était le moindre mal à l'évidence dans la mesure où Charles VIII était résolu à entrer dans Rome et protestait qu'il ne ferait nul tort au souverain pontife.

Négociations à Rome

12Le roi de France se présenta devant la Porte del Popolo le 31 décembre, à la tombée de la nuit, avec son armée. Il alla loger au palais Saint-Marc ou Barbo — aujourd'hui Venezia —, le plus spacieux et le mieux fortifié de la ville. Le Français occupèrent la rive gauche du Tibre, à l'opposé du Vatican. Les désordres et les pillages furent nombreux, en dépit de mesures très dures appliquées contre les fauteurs de troubles. Le pape n'était pas rassuré et le 7 janvier, il décida d'aller se retrancher dans le château Saint-Ange avec son fils César et cinq autres cardinaux, protégés par une garnison de quatre cents Espagnols. Les négociateurs allaient et venaient d'un bout à l'autre de Rome, entre le pape et le roi de France, sans trouver d'accord. Ce dernier demandait qu'Alexandre VI abandonne le château Saint-Ange, qu'il lui livre Djem sultan et que César Borgia serve d'otage. Le pape refusa et dépêcha dans l'ombre ses agents auprès des conseillers de Charles VIII. À la fin, le 15 janvier 1495, un accord fut trouvé, dont voici les points les plus importants : les places de Terracina, Civitavecchia et Spoleto seraient remises au roi jusqu'à ce qu'il eût conquis le royaume de Naples ; le pape lui donnerait l'investiture du royaume ; les cardinaux passés du côté des Français ne seraient pas inquiétés ; Djem sultan lui serait livré ; César Borgia l'accompagnerai en qualité de « légat » ; le roi prêterait au pape serment d'obéissance.

13Dans l'entourage de Charles VIII, on trouva ce traité trop favorable au pape alors que celui-ci était à sa merci, on soulignait que le roi n'obtenait que des garanties totalement illusoires. Mais le Valois avait hâte d'arriver à Naples afin de lancer la grande entreprise orientale qu'il avait annoncée dans son Manifeste — Manifesto alla Cristianità, de Florence, le 22 novembre 1494 —, en outre il ne souhaitait sans doute pas jeter ses hommes à l'assaut de l'inexpugnable château Saint-Ange car il n'avait pas l'intention de mettre le pape en accusation et de le déposer, contrairement à ce que le clan Della Rovere le pressait de faire. Mais surtout, et c'est ce que soulignent bien des auteurs qui suivent plusieurs observateurs de l'époque, Charles VIII était alors tout l'opposé d'un politique et n'avait pas conçu de stratégie précise à l'endroit du maître de Rome. C'est ainsi que le lendemain de la signature de l'accord, le 16 janvier, allait avoir lieu la fameuse entrevue entre les deux hommes qui ne s'étaient pas encore rencontrés. Le roi vint prendre son repas au Vatican avec sa suite et le pape s'y fit porter par le corridor reliant le palais pontifical au château Saint-Ange sur une litière, précédé par le porte-croix. C'est dans un petit jardin qu'eut lieu la rencontre. Charles VIII fit deux génuflexions que le pape feignit de ne pas voir afin de n'avoir pas à le prier de n'en rien faire. À la troisième, il le releva et les deux hommes s'embrassèrent de sorte que le roi n'eût pas à baiser le pied puis la main du pape. Charles VIII demanda la pourpre cardinalice pour l'évêque de Saint-Malo, Guillaume Briçonnet, ce qui fut réalisé sur-le-champ, l'évêque étant logé au Vatican. Le bruit courut que le pape avait promis au roi de le nommer empereur d'Orient si jamais il réussissait à libérer Constantinople du joug ottoman.

14L'entente régnait. Charles VIII vint habiter au Vatican où, le 19 janvier, eut lieu la cérémonie d'obédience prévue dans le traité. Avant de s'y plier, le roi de France demanda, entre autres choses, que le pape lui accordât l'investiture du royaume de Naples ce à quoi le souverain pontife répondit qu'il en était d'accord, mais s'arrangea pour ne pas le faire. Alexandre VI s'en tirait à bon compte. C'est ce qu'il dut penser car, tirant fierté de sa capacité manœuvrière durant cet épisode, il demanda à Pinturicchio, qui venait d'achever la décoration des appartements du Vatican, d'exécuter une série de fresques dans le château Saint-Ange qui en illustreraient les grands moments pour sa plus grande gloire. Ces fresques, fort détériorées au début du XVIIe siècle, disparurent lorsque l'édifice où elles étaient peintes fut démoli en 1625.

15Charles VIII quitta Rome le 28 janvier 1495, en emmenant César comme otage, pour la localité de Marino où il retrouva Djem sultan qui l'avait précédé. C'est là qu'il reçut la nouvelle de l'abdication du roi de Naples, Alfonso II, en faveur de son fils Ferdinando ou Ferrante II, dit Ferrandino. Le roi Alfonso, incapable de réagir à l'invasion de son royaume par les Français, tourmenté par d'horribles présages et visions qui l'assaillaient chaque nuit, extrêmement impopulaire, opta pour la fuite en Sicile où il alla se reclure dans un monastère des frères olivétains, ordre dans lequel il espérait entrer, mais la mort l'emporta avant qu'il n'y fût parvenu (28 décembre 1495).

16Dès l'arrivée de Charles VIII à Velletri (à une quarantaine de kilomètres de Rome), César, profitant de l'aide d'un de ses parents qui habitait la ville, réussit à s'enfuir durant la nuit déguisé en valet d'écurie du roi. Il alla se réfugier à Spolète où il arriva le 31 janvier au soir. Selon une anecdote invérifiable, César, pour mieux tromper les Français, avait fait charger de nombreuses mules avec ses effets personnels, laissant ainsi croire qu'il pensait rester longtemps absent et ne s'enfuirait pas en abandonnant ses affaires. Mais après sa fuite on fouilla son équipage et on découvrit que les bêtes étaient chargées avec des pierres. C'est ainsi que Charles VIII aurait compris que la réputation de fourberie de César et de son père n'était pas exagérée. Le pape, pour sa part, fit l'innocent et donna des explications tandis que le roi de France, dans une colère immense, voulait s'en retourner brûler Rome, ce dont on le dissuada fort heureusement.

La Sainte-Ligue. Fiasco napolitain

17D'aucuns prédisaient que sitôt entré dans le royaume de Naples, Charles VIII allait connaître ses premières déconvenues car ses troupes se trouvaient très loin de leur territoire et celles de Ferdinando ou Ferrante II pouvaient compter sur leur meilleure connaissance du terrain. En réalité il n'en fut rien. Les troupes napolitaines accumulèrent les revers, tant et si bien que le 20 février 1495 Charles VIII entrait triomphalement dans Naples par la Porta Capuana. Mais ce grand succès allait être assombri par un événement tragique à la portée considérable.

18Le 13 février, la place de Capoue, porte d'entrée stratégique du royaume de Naples, avait capitulé devant l'armée française grâce à la trahison du condottiere Trivulzio qui passa un accord avec Charles VIII, lequel le prit à son service. Lors de l'entrée triomphale du roi dans la ville, Djem sultan, qui chevauchait à ses côtés, se trouva au plus mal, les douleurs qu'il éprouvait depuis quelques jours à la gorge et à la poitrine devenant insupportables. Le prince tomba dans un état d'épuisement complet et le roi le fit transporter en litière jusqu'à Naples où tous les efforts pour le maintenir en vie furent vains. Le 25 février, Djem sultan passa de vie à trépas et avec lui disparaissait une des pièces maîtresses de la grande stratégie du roi de France. Sans le prince Djem, le projet de croisade du Français devenait impossible, si toutefois un tel projet n'était pas qu'un leurre affiché pour contenter la chrétienté pendant qu'il menait à bien son véritable projet : la conquête de Naples. On soupçonna, bien entendu, Alexandre VI et le fameux poison des Borgia d'avoir été la cause de cette mort qui s'explique autrement ainsi que nous aurons l'occasion de le voir plus loin. En réalité, le pape n'avait aucune raison de souhaiter la disparition de Djem sultan, car il perdait un atout important dans le jeu diplomatique. Le seul qui se réjouit de la mort de ce malheureux prince fut le sultan Bajazet qui ne fit rien pour rapatrier le corps de son frère dans l'immédiat. Celui-ci fut enterré à Gaète, et ne fut transporté à Brousse (Bursa, en Turquie) qu'après 1499, où son tombeau existe toujours.

19Voici donc Charles VIII maître de la ville de Naples, la seule résistance qui demeurait étant concentrée à l'extrême sud du royaume que le roi Ferrante et la noblesse — dont Jofré Borgia, le prince de Squillace — avaient fui pour passer en Sicile (23 février). C'est dans cette île qu'allait justement prendre forme la riposte contre les Français menée par le pape. Celui-ci ne perdit en effet pas de temps et sitôt informé que son fils César était en lieu sûr, il commença les manœuvres d'approche des différentes puissances qui avaient intérêt à faire échouer les plans de Charles VIII. Il s'empressa en particulier d'offrir la rose d'or au doge de Venise Agostino Barbarigo, et pas n'importe quelle rose, mais une splendide œuvre de joaillerie ornée d'un saphir valant 267 florins, sculptée par l'orfèvre Angelino di Domenico. Dès le 3 mars, le cardinal Ascanio Sforza revenait à Rome et reprenait ses appartements au Vatican, signe évident de son retour en grâce.

  • 4 Cité par William Harrison Woodward, Cèsar Borja, traduit de l'anglais, Valence, Edicions 3 i 4, 20 (...)

20Le résultat des diligentes démarches pontificales fut la prompte réunion, à Palerme, des ambassadeurs de l'empereur, des Rois Catholiques d'Espagne, de Milan et de Venise. Le premier était là car il tenait à conserver son pouvoir féodal théorique sur l'Italie ; les seconds, nous le savons, parce qu'ils avaient des vues directes sur le royaume de Naples qu'ils disputaient aux Valois ; Venise, parce qu'elle tenait à préserver ses intérêts dans le cas où l'empereur déciderait d'intervenir. La position du duché de Milan, enfin, était bien plus délicate, puisqu'il était l'allié des Français. La première raison qui pouvait pousser Ludovico Sforza « le More » à entrer dans la ligue était d'éviter de se trouver isolé dans sa francophilie. Mais il est vrai aussi que lorsque Charles VIII était passé par Milan, il avait montré une nette préférence pour Gian Galeazzo Sforza au détriment de Ludovic son oncle, qui entretemps avait pris le pouvoir à Milan puisque Gian Galeazzo était mort en octobre 1494. Le More, désormais légitimement intronisé et désireux de prendre des distances discrètes avec la France, se sentait les coudées franches pour une manœuvre italienne, d'autant plus sûrement que de petits mais prestigieux États proches de Milan comme Mantoue et Ferrare se montraient préoccupés par la démonstration de force de Charles VIII. Il avait lui-même tout à craindre d'un roi de France trop fort en Italie car il n'ignorait pas que le duc d'Orléans souhaitait s'emparer du duché de Milan, surtout au moment où Trivulzio, son pire ennemi, était passé au service du Valois. Du reste, ne déclara-t-il pas un peu plus tard qu'il regrettait d'avoir appelé les Français en Italie : « J'avoue que j'ai fait grand mal à l'Italie, écrirait-il à Foscari en septembre 1496, mais je l'ai fait pour me maintenir là où je suis ; j'ai mal fait en toute connaissance de cause4. »

21La ville de Florence fut invitée à se joindre à la coalition, mais en pleine révolution et sous l'emprise de Savonarole qui voyait en Charles VIII le salut de la chrétienté, c'était peine perdue.

22L'accord fut rapidement signé et rendu public à Venise, dans le palais des Doges, le 31 mars 1495, c'est pourquoi il est connu sous le nom de Sainte-Ligue ou Ligue de Venise. Il était prévu pour durer vingt-cinq ans. Au nombre des accords figurait l'engagement des signataires de fournir 20 000 fantassins et 34 000 cavaliers, plus les fonds nécessaires pour armer une flotte si cette dernière s'avérait nécessaire. Mais il y avait aussi, comme dans tous les traités, des clauses secrètes : Ferdinando devait revenir sur le trône de Naples, l'empereur et les rois d'Espagne s'engageaient à attaquer la France, les Vénitiens devaient avec leur flotte attaquer les côtes napolitaines, Ludovic le More devait chasser le duc d'Orléans d'Asti et empêcher que d'autres troupes françaises pussent déferler sur l'Italie. En outre, Ferdinand le Catholique s'engageait à envoyer Fernandez de Córdoba dans le sud du royaume de Naples avec 5 000 fantassins et 500 cavaliers.

23Charles VIII était à Naples depuis un mois à peine que déjà son horizon s'obscurcissait. La population de la capitale montrait des signes d'exaspération devant l'occupation française qui provoquait des incidents de plus en plus violents et la résistance grandissait dans le sud où les troupes de Gonzalo Fernandez de Córdoba, « le Grand Capitaine » — moins nombreuses que ce qu'avait promis le Roi Catholique : 2 000 fantassins et 300 cavaliers selon les sources —, étaient venues renforcer celles de Ferrante II pour entreprendre la reconquête du royaume. Devant la menace, le roi de France opta pour le repli et le retour en France avant que sa situation ne devînt désespérée. C'en était fini de ses rêves de croisade, de reprise de Constantinople, de son titre d'empereur d'Orient.

  • 5 Il ne faut pas confondre cette première bataille de Seminara avec la seconde qui eut lieu le 21 av (...)

24Cependant la situation du royaume de Naples après le départ de Charles VIII demeurait instable. Des troupes françaises étaient restées sur place — quelque 9 000 hommes, parmi lesquels de nombreux mercenaires suisses, commandées au nord par Gilbert de Montpensier, nommé « vice-roi, régent et gouverneur » du royaume par Charles VIII, au sud par Bérault Stuart d'Aubigny, nommé Grand Connétable de Naples —, troupes supérieures en nombre aux effectifs hispano-napolitains venus de Sicile. La rencontre eut lieu dans le sud à Seminara (28 juin 14955), près de Reggio Calabria et elle se solda par un franc succès français qui contraignit Fernandez de Córdoba à se réfugier à l'abri des murailles de Reggio. Mais cette défaite, la seule que connaîtrait le Grand Capitaine dans le royaume de Naples, ne changea rien dans la situation des garnisons françaises, isolées, puis mal payées, à la fin mutinées et décimées par les fièvres qui allaient coûter la vie au « vice-roi » Montpensier (15 octobre 1496). Acculées dans la ville d'Atella qu'elles avaient auparavant saccagée, les dernières troupes françaises capitulèrent en 1496.

Le repli vers la France

  • 6 Voir le projet Europea Regia où est reconstituée en partie cette bibliothèque extraordinaire : www (...)

25Charles VIII décida de quitter Naples le 20 mai 1495. Le roi et ses hommes ne partaient pas les mains vides, on s'en doute. Entre autres trésors, ils emportaient la bibliothèque royale qui finirait dispersée aux quatre coins de l'Europe. La Bibliothèque nationale de France conserve huit cents ouvrages provenant de cette bibliothèque, entre manuscrits et imprimés6.

26L'armée du roi de France ne comptait, lorsqu'elle abandonna Naples, qu'un peu plus de dix mille hommes dont trois mille Suisses et neuf cents cavaliers, autrement dit, entre les pertes diverses et les troupes restées en garnison, elle avait vu fondre la moitié de ses effectifs, mais elle demeurait imposante. Le 1er juin elle arrivait devant Rome. Le pape avait donné ordre de le recevoir avec toute la considération due à sa personne. Alexandre n'était pas à Rome. Le 27 mai il était arrivé à Orvieto où il entendait rester en attendant de voir la tournure que prendraient les événements et en dépit des appels pressants des conservateurs pour qu'il rentre à Rome, il faisait la sourde oreille. Charles VIII, pour sa part, se fit loger chez le cardinal Domenico Della Rovere près du Vatican où il alla prier sitôt arrivé dans la ville. Les habitants étaient terrorisés à l'idée que les Français pourraient user de représailles, et tout particulièrement les Espagnols qui s'enfuirent à qui mieux mieux. Mais il n'en fut rien car le roi exigea de ses soldats le plus stricte discipline et fut obéi. Pour plaire aux Romains, il demanda à être admis dans une des confréries dont regorgeait la Ville éternelle, celle de Santo Spirito. Entretemps un de ses messagers se rendait à Orvieto solliciter une entrevue avec le Pape. Celui-ci pour toute réponse s'enfuit à Pérouse chez sa créature l'évêque Juan López, disant à qui voulait l'entendre qu'il passerait à Ancône, et de là à Venise si le roi de France pensait lui courir après. Mais tel n'était pas le projet de Charles VIII qui ne songeait qu'à rentrer avant l'hiver et surtout avant que les troupes levées par la Ligue, sous le commandement du marquis de Mantoue, ne lui coupent la route dans la vallée du Pô. Il quitta Rome sans tarder. Le 5 juin il était à Viterbo et trois jours plus tard il prenait la route de l'Apennin.

27Le pape revint à Rome le 27 juin alors que tout danger était passé. Peu après lui parvint la nouvelle de la bataille de Fornoue (Fornovo, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Parme). Le 5 juillet 1495, après une traversée des Apennins par Sarzana et le col de la Cisa très difficile en raison de la lourde artillerie qu'il n'était pas question d'abandonner, l'armée française établit son camp à Fornovo. En face, sur la rive droite de la rivière Taro, se tenait en ordre de bataille l'armée de la Ligue commandée par François II Gonzague qui tentait de couper la retraite des Français vers Asti. Ces derniers étaient inférieurs en nombre : quelque 10 000 hommes face à 26 000 soldats de la coalition — dont 11 000 cavaliers et 6 000 mercenaires. La rencontre eut lieu le lendemain 6 juillet et dura à peine une heure. Les Français combattirent avec une rage et une vaillance rares — la furia francese, expression appelée à durer mais forgée à cette occasion —, le roi à leur tête bravant tous les dangers, alors que les coalisés s'occupèrent de piller plutôt que de combattre, laissant la victoire à Charles VIII, mais une victoire lourde en pertes humaines et matérielles : 2 000 tués pour la Ligue et mille du côté français, plus le pillage des bagages du roi de France. Celui-ci aurait pu exploiter sa victoire et poursuivre jusqu'à Parme le marquis de Mantoue qui était alors très vulnérable. Mais telle n'était pas son intention. Ce qui comptait c'était que le passage vers la France était désormais dégagé. Le 7 novembre, le roi arrivait à Lyon.

28La nouvelle de cette défaite de la Ligue fut paradoxalement reçue à Rome et à Venise avec des explosions de joie car on en retenait avant tout le départ des Français qualifié de fuite et effectivement, en dépit de la défaite, l'Italie était bien débarrassée de l'envahisseur. Pour combien de temps ?

  • 7 Voir le petit livre de Hesnaut (pseudonyme de Louis Thuasne), Le mal français à l'époque de l'expé (...)

29Un effet inattendu de cette première guerre d'Italie fut la propagation d'une nouvelle maladie vénérienne à la virulence prodigieuse qui allait faire des ravages parmi la troupe d'abord et au-delà, dans la mesure où c'étaient les prostituées qui constituèrent les premiers vecteurs de transmission, dans toutes les couches de la population. Il s'agit, on l'a deviné, de la syphilis, qui fit son apparition dans le royaume de Naples alors que s'y côtoyaient des Italiens, des Français, des Espagnols et des mercenaires de diverses nationalités — suisses, albanais hongrois et d'autres encore — et qu'on appela au début « le mal français » (morbo gallico) parce qu'on supposait qu'elle avait été introduite par les soldats de Charles VIII. D'autres voix s'élevaient pour dire qu'elle avait été apportée dans la péninsule par les « marranes » expulsés d'Espagne, d'autres encore soupçonnaient les soldats espagnols — et c'est une de hypothèses les plus sérieuses, la contagion provenant des Amériques — d'où l'appellation « mal espagnol ». Enfin, on l'appela aussi « mal napolitain » ou « italien ». Mais à l'époque de son apparition, dans les premiers traités qui lui furent consacrés, la maladie était réputée provenir d'une conjonction néfaste de planètes, ou être due aux terribles et récurrentes inondations causées par le Tibre, particulièrement en décembre 1495 à Rome7. L'ignorance totale dans laquelle se trouvaient les médecins de l'époque de l'étiologie de la maladie et de son traitement, jointe à la forme virulente qu'elle revêtait alors, expliquent son extraordinaire nocivité. Très vite cataloguée comme maladie vénérienne puisque les premiers symptômes étaient visibles sur les parties génitales, elle servit de nouveau prétexte aux moralisateurs de tout poil et surtout aux adversaires des maisons publiques de tolérance pour mener campagne en faveur de leur disparition. Cibles ancestrales de toutes les persécutions liées aux paniques infectieuses, les sodomites — plus spécialement ceux qu'on appelle aujourd'hui « les homosexuels » — furent, à Venise en particulier, visés par des ordonnances très répressives, leur penchant supposé irrépressible pour la débauche et le caractère réputé contre nature de leurs pratiques en faisant des victimes expiatoires toutes désignées.

2 Stratégies matrimoniales

Les papes comme les autres

30La question du mariage des enfants du pape Borgia ne revêtait aucun caractère particulier par comparaison avec ce qui avait cours dans les grandes familles, à cette nuance près qu'ici on a affaire à une « famille » un peu particulière, inutile d'y revenir. Les alliances matrimoniales entre puissants étaient une des clés des jeux d'influences dont dépendait la stabilité politique de l'Italie, et le rôle que jouaient dans ces logiques compliquées les membres de la haute Église, pour ne pas parler des cardinaux, fondamental, cela aussi est bien connu. Dans le cas du cardinal Rodrigo Borgia, cependant, la tâche ne se présentait pas très aisée car, ainsi que nous l'avons expliqué plus haut, il ne pouvait se prévaloir dans la péninsule italienne d'aucun arrière-plan, d'aucun arrière-pays, si Ton peut dire, ni familial ni territorial, lui permettant de s'insérer d'emblée dans ces subtils jeux d'influences où il était préférable de pouvoir parler d'égal à égal. Si Ton écarte à présent les questions macro-politiques concernant l'unité italienne ou le devenir des États de l'Église, le but du souverain pontife, une fois sa fortune et son crédit politique établis, était clair : fonder une lignée prestigieuse et durable à cheval sur les deux péninsules italienne et ibérique. Pour cela il devait, comme tout un chacun, veiller à bien ajuster les stratégies matrimoniales. Mais parce qu'il n'était pas un père de famille comme les autres et encore moins un homme comme les autres, puisqu'il était devenu le chef de l'Église et le vicaire du Christ, ce qui dans un sens pouvait l'avantager, dans un autre pouvait précipiter sa ruine. Dans cette entreprise risquée, le fameux dérèglement des mœurs de la première Renaissance fut sans doute pour lui l'adjuvant principal.

31Du reste, le bégueule Infessura ne manque pas de placer le souci des pontifes d'établir leur progéniture dans le contexte plus général de l'immoralité ambiante et de la décadence de l'Église :

  • 8 Extrait du Journal romain de Stefano Infessura, dans Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia, (...)

Alexandre a continué et développé la coutume inaugurée par Innocent VIII de marier sa descendance féminine. C'est pourquoi le clergé tout entier s'applique avec ardeur à la procréation. Tous, depuis le plus grand jusqu'au plus petit, ont pour le moins des concubines qu'ils entretiennent publiquement comme des épouses. Si Dieu n'y pourvoit, la corruption gagnera les moines et les religieuses. Déjà d'ailleurs, on s'accorde à dire que les monastères de Rome sont, à peu près tous, des lupanars8.

32Infessura parle des filles et c'est aussi de celles-là que nous allons traiter de préférence, ou plus exactement de la seule et l'unique, la mythique Lucrèce, docile instrument dans les calculs d'un père calculateur et d'un frère insatiable.

33Rodrigo Borgia utilisa ses deux premières filles pour être apparenté à la noblesse romaine, ce qu'il parvint à faire sans difficulté ainsi que nous l'avons signalé plus haut. Mais ses ambitions croissant, son horizon s'élargissant, c'est sa troisième, la chérie, celle à qui il tenait comme à la prunelle de ses yeux, qu'il allait implacablement mettre au service de ses successives stratégies politiques et ce faisant, il allait donner à la chronique matière à alimenter une des sagas matrimoniales les plus échevelées de l'histoire des femmes.

Lucrèce, la carte maîtresse

34Lucrèce n'avait pas encore onze ans qu'elle était déjà fiancée une première fois à Querubí de Centelles, fils du comte d'Oliva, le 26 février 1491. Ce mariage entrait dans la stratégie espagnole du cardinal Rodrigo : le comté en question était limitrophe du duché de Gandía et du reste il finirait bien plus tard par être incorporé à ce dernier à la fin du XVIe siècle au bénéfice d'un autre mariage. Car celui qui nous intéresse à présent n'eut jamais lieu sans qu'on sache pour quelle raison et Lucrèce fut à nouveau promise le 30 avril de l'année suivante à un autre Valencien, don Gaspar de Proxita et de Vives Boil, fils du comte d'Almenara et d'Aversa, très grande famille. Mais ce mariage ne fut pas davantage conclu — Rodrigo est devenu pape entretemps et caresse sans doute de nouvelles ambitions — et c'est en 1493 (le 12 février) alors que Lucrèce va fêter ses treize ans, qu'est signé le contrat de mariage avec Giovanni Sforza — « il Sforzino », comme on l'appelait — âgé de vingt-six ans, veuf d'une Gonzague, héritier du comté de Cotignola et vicaire de l'Église pour la ville de Pesaro. Par cette union, le nouveau pape Borgia changeait radicalement de stratégie, abandonnant les seigneuries espagnoles au profit de la politique italienne. Cette fois le mariage eut bien lieu, le 12 juin pour être précis, dix jours après que le fiancé eut fait son entrée triomphale dans Rome. On imagine la splendeur des épousailles. Johannes Burckard a décrit l'entrée de Giovanni Sforza et le mariage de même que Stefano Infessura. Selon la légende anti-Borgia, la fête se termina par une scandaleuse bacchanale. Voici ce qu'écrit Burckard :

  • 9 Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 83.

La collation achevée, l'épouse avec le duc son frère et les dames, sortirent de la salle par la porte qui se trouvait à gauche du pontife et se rendirent à la maison du cardinal de Sainte-Marie in Portico, où était la demeure de l'épouse. Le soir, dans la salle des Pontifes, le pape offrit à l'époux, à l'épouse et à de nombreuses dames un repas auquel assistèrent quatre des cardinaux9.

35Le cérémoniaire du pape ne va pas au-delà. Infessura, quant à lui, n'hésite pas à décocher quelques traits empoisonnés et avec beaucoup d'esprit, l'air de n'y pas croire, accrédite en réalité la rumeur scandaleuse :

  • 10 Ibid., p. 96-97.

Le soir, quelques cardinaux restèrent au souper et s'assirent à la table des noces. Le pape eut la première place ; puis vinrent les cardinaux, l'époux et quelques convives parmi lesquels se trouvaient des femmes : d'abord, la fille du pape ; puis Giulia Farnese, dite la Belle, sa concubine [...] et chaque cardinal avait près de lui une jeune femme [...] On joua des comédies et des tragédies lascives qui provoquèrent le rire de l'assistance. Le souper fini, le pape accompagna, dit-on, en personne sa fille et son époux jusqu'au palais de Sainte-Marie in Portico, de l'autre côté des escaliers de Saint-Pierre. Là, l'époux s'unit maritalement à son épouse. On dit beaucoup d'autres choses, mais je ne les rapporte pas, parce qu'elles ne sont pas vraies ou qu'elles sont, en tout cas, incroyables10...

36Ce que voulait Alexandre au moment de conclure cette alliance avec les maîtres de Milan, c'est créer les conditions favorables pour une entente avec Ludovic le More contre Naples. À Rome, le cardinal Ascanio Sforza était l'allié du nouveau pape. Il était devenu, on s'en souvient, vice-chancelier de l'Église après l'élection de Rodrigo Borgia en récompense de son action en sa faveur. Mais nous venons de voir que cette alliance dura fort peu, le pape décidant très vite de défendre les Napolitains contre les prétentions du roi de France appuyé par le More.

  • 11 Archivo Histórico Nacional, Nobleza (Tolède), Osuna, C. 4068, D. 5.

37C'est pour cette raison qu'un an à peine après avoir marié sa fille à un Sforza, le pape acceptait le mariage proposé par le roi de Naples de son fils Jofré, le dernier fruit de ses amours avec Vannozza Cattanei, âgé de treize ans, avec Sancha, fille naturelle du roi de Naples Alphonse II et sœur du malheureux second mari de Lucrèce. Les époux devaient recevoir en cadeau le titre de princes de Squillace, ainsi que nous l'avons signalé. La principauté, qui comprenait vingt-quatre lieux de peuplement, rapportait alors 12 000 écus d'or annuels de rente. Mais les époux reçurent aussi le titre de comtes de Cariati — avec sept lieux — et de Taverna — onze lieux11. Il est certain que ce mariage, purement politique ou de convenance, assurait à Jofré Borgia un établissement plus qu'enviable et quand bien même il n'en eût pas été ainsi, il est hors de doute que le tout jeune homme n'eut pas voix au chapitre. Mais il dut cependant en payer le prix, car il fut loin d'être heureux en ménage. La belle donna Sancha, de trois ans son aînée, entreprenante et volontaire, ne se révéla pas être un modèle de vertu, trompant allègrement son mari au vu et au su de tout Naples, si bien que son puissant beau-père fit venir le couple à Rome en mars 1496 afin d'avoir à l'œil sa belle-fille laquelle, d'après la chronique scandaleuse de la Ville éternelle, n'eut cure de cette menaçante proximité. On prétend en effet qu'elle ne tarda pas à devenir la maîtresse de César, son beau-frère alors encore ecclésiastique, et l'amie de Lucrèce, trempant dans toutes sortes d'intrigues galantes fort déshonorantes pour son malheureux époux. Plus tard, durant les années 1502-1503, alors que le pape ayant renversé ses alliances elle était retenue au château Saint-Ange, elle fut la maîtresse du cardinal Hippolyte d'Este, beau-frère de Lucrèce et de son mari. À l'automne 1503, libérée, elle s'en retourna à Naples en compagnie de son nouvel amant, le condottiere Prospero Colonna, passé au service de l'Espagne. Dans le peu qu'il lui restait à vivre, elle eut le temps, semble-t-il, d'ajouter à ses conquêtes un ultime grand guerrier, le Gran Capitán Gonzalo Fernández de Córdoba en personne, celui qui devait arrêter César et le remettre à Ferdinand le Catholique.

38Veuf en 1506, âgé de vingt-quatre ans, Jofré de Borgia, qui avait été légitimé dans ses possessions par Ferdinand le Catholique, nouveau roi de Naples, épousa en secondes noces une parente éloignée, Joana Milà d'Aragon, fille du premier comte d'Albaida, dans le royaume de Valence, seigneurie jouxtant les terres du duché de Gandía. Ils eurent un premier fils qui fut le second prince de Squillace, et puis trois filles qui toutes trois épousèrent des membres prestigieux de la noblesse napolitaine — les Carafa pour la première, appelée Lucrèce comme sa tante, les Todeschini Piccolomini d'Aragona pour la seconde et les Ayerbe d'Aragona pour la troisième. La principauté de Squillace demeura entre les mains des Borgia jusqu'en 1735, date à laquelle, après l'extinction du lignage, le titre retourna à la couronne. En 1602, par le mariage d'Anne Borgia d'Aragona, princesse de Squillace et comtesse de Simari avec François Borgia, petit-fils de l'homonyme saint duc de Gandía, les deux branches de la famille avaient été réunies. C'est ainsi que la principauté napolitaine s'en vint grandir encore le prestigieux duché valencien de Gandía.

3 Alexandre VI et les Rois Catholiques, un mariage de raison ?

Des relations en demi-teintes

  • 12 La couronne d'Aragon, dont le dernier souverain indépendant fut Ferdinand le Catholique, regroupai (...)
  • 13 Luis Suárez Fernández, Los Reyes Católicos. La expansion de la fe, Madrid, Rialp, 1990, p. 138-139

39L'Espagne représenta toujours pour Alexandre VI un domaine privilégié de sa politique internationale. Il est vrai qu'il était lui même né dans la couronne d'Aragon12, mais cette circonstance ne serait sans doute pas suffisante pour expliquer ce lien particulier n'était le moment décisif pour l'Espagne qu'il fut amené à traverser et dans lequel il joua un rôle non négligeable. Cependant les relations entre le pape Borgia et les souverains Catholiques d'Espagne ne furent jamais excellentes, même avant le revirement pro-français du souverain pontife que nous verrons plus loin. Sans doute l'extravagante ambition dont fit preuve le cardinal Rodrigo avant même de se hisser sur le trône de saint Pierre, pour lui et pour les siens, mit-elle en garde Isabelle et Ferdinand, peu enclins à brader les richesses nationales, contre l'avidité du clan Borgia. C'est en tout cas ce que semble révéler l'affrontement à propos de la mitre de Séville, vainement convoitée par Rodrigo, ainsi que le refus du roi de donner à son fils Pedro Luis une grande seigneurie dans le royaume de Grenade fraîchement reconquis ou de permettre le rattachement du marquisat de Denia au duché de Gandía que les Borgia venaient d'acquérir. Il est clair que les rois ne souhaitaient pas que cette famille à la fois valencienne et italienne devînt un des tout premiers lignages du royaume alors qu'ils sortaient d'une guerre civile provoquée par les grands lignages du royaume de Castille et étaient encore loin d'avoir gagné le combat de la soumission de la noblesse. En même temps, la position du cardinal Rodrigo à Rome rendait indispensable une entente avec lui, et cela serait encore plus vrai une fois qu'il serait devenu le chef de l'Église. Cela n'empêcha pas qu'à l'annonce de l'élection d'Alexandre VI, il ne vint d'Espagne aucune réaction officielle enthousiaste alors que le nouveau pape, pour sa part, avait pris soin de communiquer immédiatement la nouvelle aux souverains dans un bref éclatant de satisfaction. Ferdinand le Catholique se contenta de demander à ses représentants à Rome de s'empresser de faire confirmer tous les privilèges dont jouissait la monarchie. Conseiller très proche des souverains Catholiques, le sage Pedro Mártir de Anglería, dont nous avons déjà cité le jugement nuancé qu'il portait sur le nouveau pape, se montre personnellement pour le moins tiède : « Je ne sais toujours pas si je dois ou non m'en réjouir [de l'élection d'Alexandre] pour nous et pour la religion chrétienne », écrit-il. Et il ajoute : « Les Rois ne manifestent pas à ce propos le moindre signe de contentement et l'on voit l'inquiétude reflétée sur leurs visages ; on dirait qu'ils présagent des tempêtes13. » Cependant, en dépit de ces réserves et de bien des haut et des bas, les relations entre les Rois Catholiques et Alexandre VI se soldèrent par un bilan positif des deux côtés et une satisfaction réciproque, fait assez rare dans ce genre de rapports pour qu'on le souligne.

Une conjoncture exceptionnelle

40Entre les années 1480 et les années 1520, l'Espagne traversa une époque fertile entre toutes au cours de laquelle, après sa grande expansion en Méditerranée, le royaume d'Aragon unit son destin à celui de la Castille pour former cette puissante monarchie espagnole qui allait terminer la Reconquête contre les Mores, instaurer une politique d'uniformisation religieuse et culturelle intransigeante placée sous le signe de l'Inquisition et conquérir un immense empire colonial. Dans tous ces événements, ou plutôt ces processus, la papauté allait avoir son mot à dire et notre pape Borgia comptait bien ne pas s'en priver afin de tirer le plus grand profit de la situation. Mais outre cette circonstance hispanique particulière, la situation politique de l'Italie et le rôle qu'entendait y jouer Alexandre VI ajoutaient à l'évidence un niveau supplémentaire de complexité à leurs relations.

  • 14 Cf. Eusebio Rey, « La bula de Alejandro VI otorgando el título de 'católicos' a Fernando e Isabel  (...)

41On ne manque pas d'exemples attestant de l'appui que le pape Borgia donna aux Rois Catholiques dans des affaires parfois délicates et nous allons en citer quelques-uns un peu plus loin. Nous voudrions rappeler d'emblée le titre de « Rois Catholiques » qui leur fut accordé par la bulle Si convenit du 19 décembre 1496 en reconnaissance de leur labeur de propagation de la vraie foi — ce titre fut préféré à ceux de « Protecteurs » ou « Défenseurs » alors que les rois de France, eux avaient le titre de « très chrétiens » en exclusivité depuis le règne de Carles V (1364-1380). Curieusement, cette bulle ne figure pas dans les bullaires imprimés et ne fut publiée qu'en 195214.

42La collaboration fructueuse entre le pape espagnol et les Rois Catholiques d'Espagne débuta par l'ambassade de Diego López de Haro en mai 1493 concernant, entre autres questions souvent très techniques, le patronage royal et la réforme des ordres monastiques. Alexandre émit une série de brefs donnant satisfaction aux rois, particulièrement en matière de réforme, puisqu'il fit plus que l'autoriser, il la plaça sous la totale autorité des rois, procédé très nouveau jusqu'alors. En revanche, la question de l'Inquisition et de l'expulsion des juifs produisit de nombreux tiraillements entre Rome et l'Espagne. Le Saint-Office espagnol, placé sous l'autorité conjointe du roi et du pape, fut une concession de taille accordée par Sixte IV en 1478. Cela ne plaisait guère à Alexandre VI qui évita dans la mesure du possible d'avoir à traiter de cette question avec les chargés d'affaires envoyés par les souverains espagnols, et cela d'autant plus volontiers que les nouveaux convertis de force — les marranes — dépensaient sans compter à Rome pour faire annuler les dispositions vexatoires ou socialement invalidantes dictées à leur encontre par les inquisiteurs. Il s'agit, entre autres, de ce qu'on appelle l'incapacité légale d'exercer des offices publics, royaux ou ecclésiastiques, ainsi que des professions ou des charges honorables, à laquelle étaient soumis les condamnés, leurs enfants et leurs petits-enfants. Déjà López de Haro s'était plaint au nom de ses souverains de l'accueil trop favorable que le pape avait réservé aux juifs chassés d'Espagne l'année antérieure, espérant qu'ils seraient chassés de la Ville éternelle et des États pontificaux. Mais le pape ne fit rien sur ce chapitre pour contenter Isabelle et Ferdinand, ainsi que nous l'avons vu.

43Une question fort débattue par les spécialistes concerne la concession du patronage royal qu'en réalité Alexandre VI n'accorda jamais bien qu'il se montrât très souple vis-à-vis des prétentions ponctuelles relatives à des diocèses ou des individus précis. L'origine de ce patronage se trouve dans la bulle Ortodoxæ fidei (1486) dans laquelle Innocent VIII donnait le droit aux Rois Catholiques de présentation ou de supplication des ecclésiastiques qu'ils souhaitaient voir occuper les différents évêchés espagnols, le pape se réservant la cession des autres bénéfices ainsi que l'administration des rentes et des indulgences. Alexandre VI devait ouvrir la voie à la concession du patronage royal universel dans les Indes—bulle Eximiæ devotionis sinceritas de 1501 — mais ce n'est qu'en 1508 que ce droit fut acquis grâce à une nouvelle bulle de Jules II.

Le partage du monde

44La rivalité entre l'Espagne et le Portugal sur le front de la maîtrise de l'Atlantique et l'exploration des côtes africaines, qui avait traversé tout le XVe siècle, avait abouti à l'inclusion dans le traité d'Alcaçovas (4 septembre 1479) mettant fin à la guerre de succession de Castille, de clauses concernant directement les découvertes. En vertu de cet accord, l'Espagne recevait les îles Canaries alors que le Portugal gardait celles de Madeira, des Açores, du Cap-Vert, ainsi que la Guinée et « tout ce qui a été découvert ou pourrait être découvert et conquis dans ces latitudes », autrement dit au-delà du cap Boujdour — cabo Bojador — situé à 26° 07'N. C'est ce qu'on appela la « ligne des Canaries ». Bien qu'ils dissent le contraire, les souverains espagnols pensèrent que c'était une défaite face à Alphonse V du Portugal, c'est pourquoi dès le retour de Christophe Colomb et son entrevue avec Ferdinand le Catholique à Barcelone (3 avril 1493), les Espagnols tentèrent le plus rapidement possible de se prémunir contre une manœuvre portugaise en demandant au pape de leur garantir les nouvelles découvertes. Alexandre VI expédia aussitôt une bulle confiant aux Rois Catholiques la mission d'évangéliser toutes les nouvelles contrées, découvertes ou à découvrir, qui ne seraient pas placées sous l'administration d'autres souverains — c'est la première bulle Inter cætera, signée en avril probablement. Jean II du Portugal, qui jugeait la concession excessive, protesta énergiquement, demandant que le parallèle des Canaries servît de ligne de partage nord-sud entre les deux couronnes, les territoires situés au sud revenant au Portugal, ce que les Rois Catholiques n'étaient pas près d'accepter. Alexandre VI proposa alors — et imposa — d'organiser autrement le partage en changeant l'orientation de la ligne admise au traité d'Alcaçovas qui cette fois irait du nord au sud et non plus d'est en ouest. Le tout était de fixer la longitude à laquelle devait se trouver cette ligne.

45Les fameuses « Bulles alexandrines » devaient sanctionner, dans un sens favorable à l'Espagne, le droit de conquête et d'exploitation des nouveaux mondes au nom de la nécessaire évangélisation de ces contrées habitées par des gentils. Cependant, si l'historiographie est unanime à reconnaître l'étendue de la concession que le pape faisait aux rois espagnols, elle reste muette lorsqu'il s'agit de saisir l'acte du point de vue d'Alexandre VI qui est celui qui nous intéresse ici. Ainsi nous ne saurons rien de ses véritables intentions au moment d'expédier ces documents ni le rôle personnel précis qu'il joua au moment d'en fixer les termes.

  • 15 Sur ces questions, une bonne mise au point dans Adolfo Carrasco Martínez, « Los descubrimientos, l (...)

46Ces bulles sont au nombre de cinq, toutes émises par Alexandre VI entre le 3 mai et le 26 septembre 1493 quoiqu'à des dates différentes que celles qu'elles portent, mais nous n'allons pas entrer dans ces considérations très techniques. Les plus importantes sont les deux bulles Inter cætera. La première, qui porte la date du 3 mai, est appelée bulle de donation : le pape accorde aux rois de Castille la souveraineté sur tous les territoires découverts ou devant l'être en direction de l'Inde qui n'appartiendraient pas à un autre souverain. La seconde bulle Inter cætera du 4 mai, dite bulle de partage, fixe la fameuse ligne de pôle à pôle — avec quelques zigzags — divisant les conquêtes présentes et futures entre l'Espagne et le Portugal selon un méridien situé à cent lieues à l'ouest des Açores et du Cap-Vert. Cette disposition plaçait le Portugal hors des futures découvertes américaines, ne lui laissant que l'Afrique. Or, tout porte à croire que Jean II connaissait déjà l'existence du futur Brésil de l'autre côté de l'océan — bien qu'on n'en soit pas certain tant les Portugais tenaient secrets les résultats de leurs voyages de découvertes — ou supposait, après l'expédition de Christophe Colomb, qu'il y avait de nombreuses nouvelles terres à découvrir, ce qui l'incita à protester et à mener une action diplomatique à Rome et en Espagne pour changer les termes de la donation. Cela aboutit au traité de Tordesillas signé le 4 juin 1494 entre les Rois Catholiques et Jean II du Portugal et dans lequel le fatidique méridien fut déplacé vers l'ouest jusqu'à 370 lieues du Cap-Vert. Cette ligne coïncide avec le méridien situé à 46° 37'de longitude ouest qui passe à l'est de l'actuelle ville de São Paulo. Cela permettrait au Portugal, après que Pedro Alvares Cabral aurait découvert le Brésil (22 avril 1500) de réclamer — et d'obtenir — la souveraineté sur cet immense pays15. Le traité prévoyait explicitement une prochaine confirmation pontificale qui ne vint pas tout de suite. Ce n'est qu'en 1506 que le successeur d'Alexandre, Jules II, y procéderait par la bulle Ea quæ pro bono pacis.

Notes

1 Patrick Gilli, « Alexandre VI et la France d'après les sources contemporaines : physionomie d'une relation diplomatique inconciliable », dans Roma di fronte all'Europa al tempo di Alessandro VI, op. cit., I, p. 59-76.

2 N. Machiavel, Le Prince, op. cit., p. 62.

3 Cité par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Les guerres d'Italie. Des batailles pour l'Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, 2003, p. 23.

4 Cité par William Harrison Woodward, Cèsar Borja, traduit de l'anglais, Valence, Edicions 3 i 4, 2005, p. 100, traduit par nous.

5 Il ne faut pas confondre cette première bataille de Seminara avec la seconde qui eut lieu le 21 avril 1503 durant la seconde guerre d'Italie et qui se solda par une victoire espagnole.

6 Voir le projet Europea Regia où est reconstituée en partie cette bibliothèque extraordinaire : www.europeanaregia.eu/fr/collections-historiques/bibliotheque-rois-aragonais-naples.

7 Voir le petit livre de Hesnaut (pseudonyme de Louis Thuasne), Le mal français à l'époque de l'expédition de Charles VIII en Italie d'après les documents originaux, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886 qui incrimine fortement les Borgia (en reprenant la lettre à Savelli).

8 Extrait du Journal romain de Stefano Infessura, dans Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 96.

9 Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia, op. cit., p. 83.

10 Ibid., p. 96-97.

11 Archivo Histórico Nacional, Nobleza (Tolède), Osuna, C. 4068, D. 5.

12 La couronne d'Aragon, dont le dernier souverain indépendant fut Ferdinand le Catholique, regroupait la principauté de Catalogne et les royaumes d'Aragon, de Valence, de Majorque, de Sardaigne et de Sicile.

13 Luis Suárez Fernández, Los Reyes Católicos. La expansion de la fe, Madrid, Rialp, 1990, p. 138-139.

14 Cf. Eusebio Rey, « La bula de Alejandro VI otorgando el título de 'católicos' a Fernando e Isabel », Razón y Fe, n° 146 (1952), p. 59-75 et 324-347.

15 Sur ces questions, une bonne mise au point dans Adolfo Carrasco Martínez, « Los descubrimientos, la rivalidad castellano-portuguesa y el tratado de Tordesillas. Una valoración historiográfica », dans El tratado de Tordesillas y su época, op. cit., III, p. 1153-1185.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search