Version classiqueVersion mobile

La famille Borgia

 | 
Raphaël Carrasco

Chapitre III. Rodrigo Borgia à Rome : action publique et vie privée

Texte intégral

1Durant trente-cinq ans, Rodrigo Borgia parvint à rester vice-chancelier de l'Église, ce qui en soi relève du tour de force et dénote déjà de grandes facultés manœuvrières de la part de cet étranger sans enracinement local particulier. Rien d'étonnant par conséquent à ce qu'il forgeât, probablement très tôt, le dessein de parvenir à se hisser sur le trône de saint Pierre, projet qui sans aucun doute eût paru extravagant à quiconque en eût été informé, mais auquel ce cardinal « catalan », avide de richesses et notoirement concubinaire œuvra avec constance et sagacité. Et la première règle qu'il se fixa fut de ne jamais laisser la place vide auprès des papes successifs qui allaient présider aux destins de l'Église avant que son heure ne fût venue.

1 Dans la politique vaticane

2Sitôt entré en fonctions, Pie II entreprit la « dé-borgisation », si l'on peut dire, de son administration, chassant la plupart des « Catalans » des postes de confiance où les avait placés son prédécesseur pour leur substituer ses propres créatures. Le défunt Pedro Luis fut remplacé par le neveu du nouveau pape lui-même, Antonio Piccolomini, aux postes de gouverneur du château Saint-Ange et de chef des armées pontificales. Quant à la charge de préfet de Rome, que détenait aussi Pedro Luis, elle passa à Antonio Colonna et par la même occasion échappa définitivement aux Orsini. Mais le pape alla plus loin encore. Soucieux de pacifier l'Italie pour pouvoir se consacrer à la croisade contre la Sublime Porte, il n'hésita pas à renverser la politique napolitaine de Calixte III, accordant à Serrante l'investiture du royaume de Naples (10 novembre 1458) contre la reconnaissance par ce dernier de la suzeraineté pontificale.

  • 1 Cité par Francesco Somaini, « Il cardinale Rodrigo Borgia ed il conclave del 1484 », dans Roma di (...)

3Dans cette ambiance peu propice au clan Borgia, Rodrigo sut parfaitement manœuvrer. Nous avons déjà signalé que Pie II, soit par reconnaissance pour le rôle que celui-ci avait joué durant le conclave qui avait procédé à son élection, soit parce qu'il ressentait une sincère sympathie pour ce jeune prélat brillant et bien disposé à son endroit, lui laissa l'importante charge de vice-chancelier de l'Église. En dépit de la conduite privée de Borgia qu'il n'approuvait pas, ainsi que nous avons pu le constater, Pie II, tout en soulignant sa grande jeunesse, ne manquait pas de lui adresser des éloges appuyés, le présentant même en certaine occasion comme un « modèle de gravité et de modestie » — « gravitatis et modestiæ specimen1 ».

4De son côté, Borgia sut demeurer fidèle aux côtés du pape et répondit toujours à ses attentes. Un exemple : lorsque Pie II chargea Bernardo Rossellino de transformer son bourg natal de Corsignano, dans le Val d'Orcia, en la cité idéale de Pienza (1459), il demanda aux différents cardinaux d'y faire bâtir une résidence. Le vice-chancelier répondit aussitôt présent, faisant ériger en face du magnifique palais pontifical, un autre, plus modeste, qu'on peut encore voir aujourd'hui. De même, c'est de bonne grâce qu'il accompagna le pape au congrès de Mantoue, bien que réquisitionné au même titre que les autres cardinaux demeurant alors à Rome, et le soutint fermement dans cette aventure qui fut tout sauf un succès. Mais il convient de préciser, car il faut tout dire, que dans la cité des Gonzague, notre vice-chancelier, entre diplomatie et galanterie, trouva à s'occuper de différentes façons, apprenant beaucoup sans omettre de prendre du bon temps auprès des nombreuses personnes du sexe présentes.

5Afin de raviver chez les princes chrétiens la flamme d'une croisade que l'avancée des Turcs en Serbie rendait chaque jour plus urgente, Pie II eut en effet l'idée de convoquer dans la ville de Mantoue un grand congrès afin de prendre avec leur soutien la tête de la sainte expédition. Il quitta Rome le 22 janvier 1459 et, par petites étapes — Terni, Spolète, Assise, Pérouse, Corsignano, Sienne, Florence, Bologne et Ferrare — marquées par les traditionnelles cérémonies des entrées solennelles et les réjouissances qui les accompagnaient, il atteignit Mantoue le 27 mai. Le 1er juin, le Saint-Père déclarait le congrès ouvert devant une assemblée plus que clairsemée. Les princes, en effet, traînaient les pieds et leurs délégations arrivaient au compte-gouttes, mois après mois. Il était clair que la croisade ne faisait plus recette. Pire encore : cette désaffection des princes pour le rendez-vous pontifical disait clairement la perte d'ascendant de la papauté sur les pouvoirs séculiers et même du respect le plus élémentaire, comme le laissa transparaître l'attitude grossière de Grégoire de Heimburg, le représentant de l'archiduc d'Autriche Sigismond, pourtant ancien ami et secrétaire d'Æneas Sylvius. Les travaux du congrès ne purent débuter que le 26 septembre, et encore manquait-il d'importants délégués, ceux de la France et de l'Allemagne, entre autres, qui n'arriveraient que plus tard. Les Français, furieux que le pape eût préféré Ferrante au prétendant de la maison d'Anjou pour le royaume de Naples, ne voulaient rien entendre. Pendant ce temps, le vice-chancelier organisait des promenades lacustres et des parties fines avec certains de ses collègues comme les cardinaux Colonna et Alain. Le pape, une fois de plus, fulmina contre les contrevenants de sévères mises en garde, en vain.

6À la fin, le 14 janvier 1460, le pape célébra une grand-messe à l'issue de laquelle il fit publier à haute voix une bulle annonçant la guerre contre la puissance ottomane. Des collecteurs de fonds furent désignés. Dans son discours de clôture, Pie II, tout en reconnaissant les maigres résultats du congrès, ne désespérait pas de parvenir à mener à bien cette guerre.

  • 2 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., III, 1892, p. 255.

7Cinq jours plus tard, il quittait Mantoue pour Sienne. Il devait rentrer au plus vite à Rome où l'anarchie s'était installée durant son absence, orchestrée par les Colonna, les Savelli et les Anguillara. Le retour à l'ordre demanda quelque deux ans, perdus pour l'organisation de la croisade. Mais le souverain pontife n'entendait pas renoncer. Il rapporte dans ses Commentaires — la seule autobiographie qu'ait jamais laissée un pape —, l'entretien qu'il eut avec six des cardinaux les plus proches au cours duquel il exposa son plan et sa volonté de prendre la tête de l'expédition, comptant sur l'engagement du duc de Bourgogne de mobiliser dix mille hommes. Il concluait par cet enthousiaste vœu pieux : « Nous espérons que la nouvelle de Notre résolution, éclatant comme la foudre, secouera les peuples, les tirera de leur torpeur et enflammera les cœurs des fidèles d'un saint zèle pour la défense de la religion2. »

8Le 23 septembre 1463, le pape tint un consistoire secret où, les larmes aux yeux, il harangua avec éloquence les cardinaux présents, leur demandant de le suivre à la guerre, à l'exception toutefois des plus âgés. Dans le tableau qu'il dressa des mœurs contestables des membres de la curie, on ne peut s'empêcher de penser à Rodrigo Borgia qui dut certainement se reconnaître, avec ses confrères « mondains », dans ce portrait assez chargé :

  • 3 Ibid., p. 310.

Tous nos actes, le peuple les interprète en mal. À les entendre, nous faisons bonne chère, nous entassons de l'argent, nous vivons dans le faste, nous montons des mules bien nourries er de nobles coursiers, nous traînons derrière nous les franges de nos manteaux, nous promenons par la ville nos joues rebondies, le chapeau rouge sur la tête, la grande cape sur le dos ; nous entretenons des meutes pour la chasse, nous jetons de l'argent à la tête des comédiens et des parasites, mais nous n'en avons pas pour la défense de la foi. Le fait est qu'il y a du vrai là dedans ; parmi les cardinaux et les membres de la curie, on en trouverait plus d'un à qui ce portrait peut s'appliquer. Avouons-le, car cela est la vérité, il y a dans notre curie trop de luxe et de faste. C'est pour cela que le peuple nous hait et qu'on ne nous écoute pas mieux, même quand nous parlons à cœur ouvert3.

  • 4 Ibid., p. 337.

9Mais en février 1464, après avoir appris la défection des Bourguignons, Pie II, en dépit de son état de santé fort délabré, en dépit de la tiédeur, voire l'incrédulité de la plupart de ses soutiens, passant outre les recommandations des cardinaux, décida de tenir son engagement et de se rendre à Ancône pour y attendre la flotte promise par les Vénitiens avec laquelle il comptait passer à Raguse et prendre la tête de la croisade. Les membres du Sacré Collège, à de très rares exceptions près, ne montraient aucun enthousiasme devant la perspective d'abandonner leur vie fastueuse pour aller porter la guerre dans les lointaines et inhospitalières contrées d'Orient et tentaient par tous les moyens d'effrayer le Pape en lui représentant les déconvenues qui l'attendaient, sans résultat. Celui-ci quitta la Ville éternelle le 18 juin 1464 pour prendre la route d'Ancône. « Adieu, Rome, s'écria-t-il après avoir franchi les murailles de la cité, tu ne me reverras plus vivant4 ». Et c'est bien ce qu'il advint.

10Plusieurs milliers de croisés se dirigeaient vers Rome, d'autres convergeaient sur Ancône. Le manque total d'organisation, l'absence de supervision d'un général ou d'un haut dignitaire de l'Église faisait craindre le pire. En réalité, aucun prince chrétien n'avait pensé faire le voyage des Marches et les Vénitiens, qui entendaient bien avoir le premier rôle dans l'aventure, envoyèrent deux grands vaisseaux de transport et douze galères commandés par le doge Cristoforo Moro en personne. Pie II eut juste le temps de voir arriver cette flotte de sa fenêtre du palais épiscopal et deux jours plus tard il passa de vie à trépas. Les Vénitiens s'en retournèrent aussitôt. Le pape était arrivé le 19 juillet à Ancône très malade et au plus fort de la chaleur estivale. Pour comble de disgrâces, la peste s'était déclarée dans la cité, faisant fuir les supposés croisés récemment arrivés. La place manquant dans le palais épiscopal, le vice-chancelier Borgia dut se loger en ville où, rapportaient les mauvaises langues, il ne dormait pas seul, conduite excessivement téméraire. De fait, il ne tarda pas à ressentir les symptômes de la redoutable contagion, qu'on attribua à la débauche, et tandis que Pie II agonisait — il mourut dans la nuit du 14 au 15 août 1464 d'une crise de goutte —, Rodrigo alité semblait promis lui aussi à une mort certaine. Mais il résista et c'est le visage tuméfié couvert de bandages qu'il se présenta à Rome le 28 août pour l'ouverture du conclave alors que personne ne l'attendait plus. La maladie l'empêcha de prononcer l'éloge funèbre du pape défunt, honneur qui lui revenait en sa qualité de doyen du Sacré Collège, mais elle ne l'entrava nullement lors du conclave dans son action en faveur du cardinal vénitien Pietro Barbo.

11Celui-ci fut élu très rapidement dès le 30 août à l'unanimité, prenant le nom de Paul II. Cet homme était un proche de Rodrigo Borgia, déjà du temps de Calixte III. On se souviendra de l'aide qu'il avait apportée au frère de Rodrigo dans sa fuite lorsque leur oncle était à l'agonie. Il demeura fidèle au vice-chancelier durant son pontificat, marqué, plus que par la lutte contre l'infidèle — de fait, il ne fut plus question de croisade —, plus que par les réformes administratives — celle de la chancellerie, voulue par Pie II, fut également enterrée — plus que par la grande politique, par les réjouissances et les fastes. Les fêtes les plus multitudinaires et dispendieuses, celles qui restèrent dans les annales romaines pour leur magnificence inégalée furent celles organisées lors de la visite, à Noël 1468, de l'empereur Frédéric III venu en pèlerinage dans la Ville éternelle avec l'espoir, vain en vérité, de rallier le pape à l'idée de reprendre la guerre contre le Turc. Paul II mit 6 000 ducats de ses deniers dans les festivités.

12Ces années furent pour Rodrigo Borgia un moment de tranquillité, de vie mondaine et de routine administrative, de raffermissement de sa position à la curie aussi. Il fréquentait assidûment les réceptions données par Paul II au Vatican et plus généralement dans le nouveau palais qu'il venait de faire construire piazza Venezia. Avec un tel allié, aimant comme lui le luxe et la grande vie, le vice-chancelier ne craint rien ni personne à Rome. Il approche doucement de la quarantaine, il est entouré de courtisans, sa réputation d'administrateur ne cesse de croître. Peut-être n'est-il pas téméraire d'imaginer qu'à cette époque de paix notre homme se mit à songer à une vie de famille : c'est sous le pontificat de Paul II que naquirent ses trois premiers enfants d'avant Vannozza Cattanei, Pedro Luis, puis Jerónima et Isabel.

2 La visite de la péninsule ibérique

13Au cours du conclave du début du mois d'août 1471 convoqué suite au décès de Paul II survenu le 26 juillet, Rodrigo Borgia vit pour la première fois son nom proposé — par le cardinal Francesco Gonzague — pour occuper le trône de saint Pierre, mais il comprit sans tarder qu'il n'avait aucune chance d'être élu dans la mesure où quinze des dix-huit cardinaux composant le conclave étaient italiens, la plupart hostiles à l'élection d'un pape étranger. Il décida alors d'appuyer Francesco Della Rovere, que nous avons déjà rencontré, qui fut élu le 9 août et consacré le 25 sous le nom de Sixte IV. C'est sous ce pontificat que le vice-chancelier parvint à exercer une influence considérable sur la politique pontificale ainsi que sur la marche de la curie et pas uniquement en raison du rôle qu'il avait joué dans l'élection de Della Rovere, mais à cause de son prestige personnel et de la grande autorité qu'il avait conquise au sein du Sacré Collège, autorité et prestige que le succès de son ambassade espagnole ne fit que renforcer.

  • 5 Surnom transparent — au suffixe dépréciatif — disant que dona Juana n'était pas la fille du roi En (...)

14À peine intronisé, Sixte IV voulut reprendre le flambeau de la croisade, c'est pourquoi au cours d'un consistoire secret réuni le 23 décembre 1471, il décida d'envoyer des légats dans les principaux royaumes de la Chrétienté afin de les convaincre de s'y engager. C'est Rodrigo Borgia qui fut désigné, tout naturellement, pourrait-on ajouter, compte tenu de ses origines, pour se rendre dans la péninsule ibérique. Sa mission était délicate à plus d'un titre. D'un côté, les rois castillans étaient avant tout intéressés par une croisade en Afrique du Nord, qui représentait pour leurs côtes une menace directe, et bien entendu, dans le sud de la péninsule où subsistait encore le royaume nasride de Grenade. Constantinople, c'était une autre guerre, et c'était très loin de leurs préoccupations. D'autre part, la situation politique des différents États péninsulaires était extrêmement confuse, aussi bien en Navarre, en plein conflit successoral opposant le roi à son propre fils, qu'en Aragon — avec la révolte de la principauté de Catalogne — tout comme en Castille, où la noblesse frondeuse était en guerre ouverte contre le souverain Enrique IV. Ce conflit rejaillissait à son tour sur le royaume voisin du Portugal dans la mesure où celui-ci avait des visées sur la Castille et, espérant marier l'héritier du trône portugais avec l'héritière de la couronne de Castille, la malheureuse infante dona Juana, affublée du déshonorant sobriquet de « la Beltraneja5 », ne voulait à aucun prix du mariage de la princesse Isabelle avec l'héritier du royaume d'Aragon, Ferdinand, son cousin au deuxième degré. Paul II avait refusé de leur accorder la dispense nécessaire, ce qui conduisit le principal partisan de cette union, l'archevêque de Tolède Alfonso Carrillo, à falsifier la bulle de dispense et à célébrer le mariage. À Rome on refusa d'être mis devant le fait accompli et, les pressions du roi Enrique, demi-frère d'Isabelle, aidant, le mariage fut déclaré nul et la fille issue de cette union, illégitime. Mais à la fin, peu avant de désigner son légat pour l'Espagne, le nouveau pape signa la bulle légitimant le mariage entre Isabelle et Ferdinand — 1er décembre 1471 —, document qui représentait un atout important dans les futures négociations entre le souverain aragonais et le souverain pontife.

15Rodrigo quitta Rome pour Ostie le 15 mai 1472 et le 24, il levait l'encre en direction du port de Valence. Cela faisait vingt-cinq ans qu'il n'était pas retourné dans sa patrie. La suite du vice-chancelier Borgia, pléthorique, rendit nécessaire l'affrètement de deux galères, louées au roi de Naples.

16Valence était alors un des plus grands ports de la Méditerranée et vivait dans cette opulence que permet le négoce ses dernières décennies de prospérité. Le légat du pape accosta au port du Grao le 17 juin et fut prié de s'installer dans le monastère mercédaire du Puig, à une dizaine de kilomètres de la ville, en attendant que celle-ci fût prête à lui faire un accueil digne de sa personne ainsi que le roi Jean II d'Aragon l'avait ordonné. Le souverain lui fit en effet savoir qu'il était retenu au siège de Barcelone qui s'était soulevée contre son autorité, et tout en lui présentant ses humbles excuses, refusait l'offre de médiation que venait de lui faire le cardinal légat. Celui-ci dut penser que son ambassade débutait sous de bien mauvais auspices. Deux jours plus tard, néanmoins, il fut reçu par ses compatriotes avec un grand faste, à la fois en tant qu'évêque de la ville et en tant que légat du pape. En attendant de pouvoir rencontrer le souverain, Rodrigo demeura à Valence durant tout le mois de juillet, mettant à profit ce séjour pour y célébrer un synode au cours duquel il obtint, à sa grande satisfaction, l'engagement de verser 50 000 sous au pape pour la croisade.

17Le 31 juillet Rodrigo Borgia partit pour Tarragone où le roi devait l'attendre, mais ce n'est pas lui qui vint à sa rencontre. Le souverain se contenta de dépêcher son fils le prince Ferdinand, le futur Roi Catholique. C'est à cette occasion que firent connaissance ces deux hommes qui allaient traiter plus tard tant d'affaires ensemble, et si importantes. Le cardinal vice-chancelier se garda bien d'exhiber d'entrée de jeu la bulle de dispense dont il était porteur, attendant le meilleur moment pour en faire état. Il quitta peu après Tarragone par mer et débarqua sous les murs de Barcelone le 26 août. Il y demeura neuf jours au cours desquels il put rencontrer le souverain et obtenir de lui la levée d'une dîme particulière destinée à la croisade pontificale.

18De retour à Valence, où se trouvait aussi Ferdinand, il reçut l'évêque de Sigüenza, don Pedro González de Mendoza, fils du marquis de Santillana, le chef d'une des familles aristocratiques les plus influentes à la cour de Castille qui finirait par appuyer l'union dynastique de la Castille et de l'Aragon mais qui à ce moment-là, penchait du côté de l'alliance portugaise. Il n'est pas aventureux de penser que Borgia mit à profit cette circonstance pour commencer à gagner les Mendoza à la cause des futurs Rois Catholiques, promettant sans doute à l'ambitieux évêque de Sigüenza d'user des pouvoirs que lui avait transmis le pape pour le faire cardinal. Entre-temps, le roi d'Aragon parvint à entrer dans Barcelone — le 20 octobre — et à mettre fin à la guerre dans la principauté de Catalogne. Le 2 novembre 1474, Rodrigo Borgia prenait la route de la Castille en compagnie de l'évêque Mendoza et de sa nombreuse suite pour aller rejoindre la cour de Castille qui se trouvait alors à Madrid.

19Le premier grand personnage qu'il y rencontra fut l'archevêque de Tolède, don Alfonso Carrillo de Acuña, primat de Castille, lequel reconnut son rôle dans la dispense litigieuse, s'en justifia au nom de l'intérêt supérieur de l'État et demanda pardon. Le cardinal légat n'en jugea pas moins opportun de différer sa réponse en attendant de mieux connaître la situation locale. Il ne tarda guère cependant à jeter le masque et se ranger définitivement du côté d'Isabelle et de Ferdinand contre la fille d'Enrique IV et la faction portugaise, sans doute parce qu'il pensait que cette solution ferait de Ferdinand, un Aragonais, le nouvel homme fort de la péninsule, ne sachant pas voir alors, sans doute parce que ce n'était à ses yeux qu'une princesse héritière et qui plus est, castillane, le rôle politique déterminant que devait jouer dans le futur la princesse Isabelle. Il ne montra, du reste, nul empressement à lui être présenté.

20Cependant Rodrigo Borgia déployait toute son habileté dans ces difficiles négociations, réussissant à réconcilier le roi Enrique avec sa demi-sœur Isabelle et, pour s'attirer les bonnes grâces des Mendoza, proposant officiellement l'évêque de Sigüenza pour la promotion à la dignité de cardinal — au grand dam du titulaire de la mitre de Tolède qui espérait bien l'emporter — et rendant publique la bulle de légitimation du mariage entre Ferdinand et Isabelle. Tout en travaillant à gagner la noblesse castillane à la cause de cette dernière le cardinal Borgia eut encore le temps de rassembler à Sigüenza un synode de l'Église de Castille au cours duquel il proposa la levée de la fameuse dîme pour la croisade, objet premier de sa présence sur ces terres castillanes, mais sans négliger pour autant des questions aussi importantes que la formation du clergé et la situation des chapitres des cathédrales et des collégiales.

21Le succès de ses négociations, qui avaient permis de clarifier l'épineuse question de la succession de Castille, accrut considérablement la réputation de négociateur de Rodrigo Borgia. Ce dernier revint à Valence fin juillet 1473 décidé à rentrer à Rome, mais non sans avoir auparavant rendu une visite à sa ville de Xàtiva et aux siens. Ce serait la dernière. Le 11 septembre, par gros temps, il prit la mer, mais dut regagner la côte au plus vite et attendre une accalmie dans le port de Denia. La fin de la traversée fut encore pire et finit en catastrophe : le 10 octobre, au large de Livourne, les deux vaisseaux du légat furent pris dans la tempête. L'un coula et avec lui une part de ses hommes et de ses effets. Les évêques de Fano, d'Assise et d'Orto y laissèrent la vie, ainsi que de nombreux jeunes gens membres de la noblesse valencienne embarqués avec la suite du cardinal pour tenter fortune à Rome. L'autre navire, celui où voyageait le vice-chancelier, ne sombra pas et quoique défait parvint à accoster. Il était sauvé. Mais ce désastre coûta la vie à quelque deux cents personnes — dont soixante-quinze « familiers » du légat, parmi lesquels figuraient trois évêques et douze protonotaires — sans compter près de trente mille ducats qui furent engloutis par les flots. L'heure de Rodrigo Borgia n'avait pas encore sonné, mais en dépit du grand courage dont il fit preuve au cours du naufrage, cette première rencontre avec la mort, tel un intempestif coup de semonce, fit naître en lui d'étranges sensations prémonitoires qui le marquèrent.

3 Retour à la vie romaine

  • 6 Cité par F. Somaini, « Il cardinale Rodrigo Borgia ed il conclave del 1484 », op. cit., p. 119. «  (...)

22La Ville éternelle que Rodrigo avait laissée toute occupée à l'idée de mener la croisade, il la retrouvait plongée dans les tours et les détours de la politique italienne. L'évolution de la situation en Méditerranée orientale n'était guère favorable à une expédition militaire et le pape Sixte IV, soucieux d'établir sa parentèle, avait tourné le dos à la Sublime Porte. C'est pourquoi le vice-chancelier, qui redoutait d'être mal accueilli à Rome en raison des maigres ressources qu'il avait pu lever pour la croisade, fut au contraire reçu avec enthousiasme et félicité pour la sagacité avec laquelle il avait négocié avec les différents partis espagnols pour la plus grande réputation du Saint-Siège. Il est alors devenu un des personnages politiques les plus influents, comme en atteste sa présence dans d'innombrables commissions cardinalices, ces assemblées informelles dont les membres étaient désignés par le pape pour se pencher sur toute sorte de questions et aider le souverain pontife dans ses décisions et dont Sixte IV usa et abusa, donnant de la sorte une impulsion décisive à la bureaucratisation du cardinalat. En voici quelques exemples : en avril 1479, Rodrigo Borgia est membre de la commission chargée d'étudier la possibilité d'une paix mettant fin à la guerre de Toscane ; en juillet 1480, il siège à celle devant étudier l'organisation d'une croisade contre le Turc, puis, toujours à propos de la guerre contre la Porte, dans celle de fin 1480-début 1481 ; en octobre 1482, on le trouve dans la commission qui doit mettre au point la ligue entre Naples, Milan et Florence devant conduire à la trêve avec Venise dans la guerre de Ferrare ; en 1483, il est de celle qui arbitre sur l'affaire des cardinaux Colonna et Savelli que le pape a fait arrêter Tannée précédente. Il ne faut toutefois pas se méprendre sur la signification de cette montée en puissance. Ces commissions n'étaient que des instruments entre les mains des pontifes romains leur permettant d'augmenter le rôle du consistoire afin de faire échec aux prétentions du Sacré Collège à s'ériger en contrepoids de « l'absolutisme » des papes. Vue sous cet angle, la participation récurrente du vice-chancelier dans ces commissions dit plutôt l'allégeance de ce dernier à la politique anticardinalice de Sixte IV, ce qui en retour rend moins étonnant le fait que le pape Della Rovere ait pu considérer Borgia comme un allié fiable, alors qu'en apparence il figurait parmi les cardinaux les plus forts en gueule et les plus à même, par conséquent, de faire valoir les intérêts du Collège. C'est ce que constate Giovanni Lanfredini, célèbre orateur florentin, dans une lettre adressée à Laurent le Magnifique en août 1488 où il évoque l'époque de Sixte IV : « De son temps, il réalisait ses volontés par le moyen de trois cardinaux qui toujours lui étaient favorables et entraînaient les autres, lesquels étaient le vice-chancelier, homme d'une grande intelligence, Rouen et Mantoue6. » Ces deux derniers moururent en 1483, de sorte qu'au moment d'élire un nouveau pape, du triumvirat des cardinaux les plus influents, seul Borgia restait en vie. De quoi lui donner des idées.

23À la mort de Sixte IV (12 août 1484), Rodrigo Borgia fut en effet à nouveau proposé en conclave pour lui succéder — il avait l'appui des Orsini — et apparut comme le principal adversaire de l'autre grand parti, celui du neveu du défunt, Giuliano Della Rovere, soutenu, entre autres, par les Colonna et chef du clan de « l'opposition ». Borgia avait contre lui la réputation d'être peu fiable et c'est pour cette raison que des princes comme Ludovic le More, duc de Milan, ou encore Alphonse II d'Aragon, duc de Calabre, avaient donné des instructions secrètes à leurs agents pour qu'ils fissent échouer sa candidature. Mais le cardinal Della Rovere, pour sa part, ne parvint pas à agglutiner autour de sa personne les appuis suffisants, ce qui faisait augurer à priori d'un conclave fort indécis. Il débuta le 26 août dans l'après-midi. Les deux hommes ayant compris dès le premier tour de scrutin qu'ils ne parviendraient pas à obtenir les dix-sept voix de majorité requises pour être élus — les cardinaux réunis en conclave étaient au nombre de vingt-cinq et la majorité requise était des deux-tiers d'après la constitution Licet de Vitanda datant de 1179 —, se mirent en quête d'un troisième candidat. Ce fut le cardinal Cibo, très proche des Della Rovere et proposé par Giuliano, mais que Borgia soutint astucieusement, réussissant à paraître comme le démiurge de cette nouvelle intrigue. Il fut élu le 29 août prenant le nom d'Innocent VIII et pour remercier le vice-chancelier il s'empressa de lui donner l'opulent archevêché de Séville qui était vacant depuis janvier 1483 (1er septembre 1484). Mais les Rois Catholiques d'Espagne refusèrent cette nomination avec la dernière fermeté. Nous verrons plus loin que cet échec finirait par permettre à Rodrigo d'arracher aux souverains un grand duché pour son fils. En attendant, et à défaut de Séville, le cardinal Borgia obtint d'Innocent VIII plusieurs nouveaux bénéfices, au nombre desquels on compte deux évêchés, l'élévation de Valence au rang d'archevêché, trois abbayes et une nuée de bénéfices divers.

24Une des grandes affaires de ce pontificat fut l'intervention dans le royaume de Naples, qui tourna à la déconfiture du Saint-Siège. Mal inspiré par le cardinal La Balue, chef du clan français, et par Giuliano Della Rovere, ami des Français et dont l'ascendant sur le pape n'avait pas de limites, Innocent VIII décida d'entrer en guerre contre le royaume de Naples, s'opposant ainsi à la faction menée par le vice-chancelier Borgia qui prônait la paix avec des arguments fort convaincants mais que le souverain pontife omit d'entendre. Les troupes de Ferrante de Naples, bien entraînées et encore mieux commandées par d'excellents condottieri, défirent sans tarder celles du pape et avancèrent vers la Ville éternelle. Ce dernier s'empressa de recourir à Rodrigo Borgia, alors proche du roi de Naples, pour parvenir à un accord qui intervint très rapidement. C'était le retour du vice-chancelier dans la grande politique italienne.

25C'est sous le pontificat d'Innocent VIII qu'on vit apparaître à Rome un personnage haut en couleurs et au fond très malheureux dont le destin, tragique, devait un peu plus tard croiser celui des Borgia. Il s'agit du fameux prince Djem, ou Zizim, comme on l'appelait dans les cours d'Europe occidentale, frère cadet et adversaire déclaré du sultan Bajazet II « le Juste ». Fuyant la vindicte de son frère qui souhaitait sa disparition, Djem s'était réfugié à Rhodes chez les hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, devenant un otage politique entre les mains des chrétiens. Le grand-maître, Pierre d'Aubusson, accepta en effet de garder le prince prisonnier contre une pension annuelle de 45 000 ducats que verserait Bajazet mais ne se priva pas de faire de son prisonnier un moyen de pression sur le sultan. Le 1er septembre 1482, Djem fut embarqué avec sa suite vers la France où pendant six ans il mènerait une existence errante de commanderie en commanderie jusqu'à ce que le pape réussit à se le faire livrer. Le personnage était en effet fort convoité par Charles VIII, par Mathias Corvin le roi de Hongrie, par les Vénitiens et par les Napolitains qui voyaient en lui une arme décisive dans la croisade contre Bajazet qu'ils prévoyaient de mener bientôt. C'est finalement Innocent VIII qui l'emporta mais il fallut y mettre le prix. Il dut faire cardinal le grand-maître de Rhodes et accorder aux chevaliers d'importants privilèges. Au roi de France il dut promettre d'empêcher le mariage d'Anne de Bretagne avec Alain d'Albret en leur refusant les dispenses et de promouvoir l'archevêque de Bordeaux, André d'Espinay, à la dignité cardinalice. À la fin le traité d'extradition fut signé entre les chevaliers de Rhodes et le pape, avec l'approbation de Charles VIII. Ce texte prévoyait, parmi d'autres clauses, que le pape serait désormais le destinataire des 45 000 ducats versés par Bajazet II.

26Djem Sultan fit son entrée à Rome le 13 mars 1488 par la porte Portese. La foule accourue pour le voir était considérable, l'ambiance festive. Le prince reçut devant Rome les honneurs réservés aux souverains. Coiffé d'un turban, un voile couvrant son visage, il se laissait conduire sans mot dire à travers la ville jusqu'au palais du Vatican où il fut logé dans les appartements réservés aux hôtes princiers. Ce personnage, qui demeura au Vatican pendant six ans, éveilla une grande curiosité comme en témoignent les innombrables portraits et anecdotes envoyés de Rome aux différentes cours italiennes, presque toujours critiques vis-à-vis du prince, taxé d'inconstance, de cruauté, d'aimer inconsidérément la boisson. Nous citerons juste cette lettre écrite de la main du grand Andrea Mantegna qui peignait alors pour le pape au Vatican tout près des appartement occupés par Djem et sa suite. Mantegna écrit au marquis de Mantoue, François Gonzague, le 15 juin 1489 :

  • 7 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., V, 1898, p. 293.

Le frère du Turc habite ici dans le palais, sous bonne garde. Notre seigneur lui accorde des distractions de toute sorte, telles que chasse, musique, festins et autres semblables. Il vient de temps à autre prendre ses repas au palais neuf, où je peins, et se conduit fort bien pour un barbare [...] Il prend cinq repas par jour et chaque repas est suivi d'une sieste ; avant de manger il boit de l'eau sucrée. Il a la démarche d'un éléphant, et, dans ses mouvements, il a tout juste la grâce d'un tonneau vénitien [...] Il est d'un naturel cruel : on dit qu'il a tué de ses mains quatre de ses gens. Ces jours-ci il a fort mal traité un drogman [interprète]. On croit que Bacchus lui rend de fréquentes visites. En somme, ses gens ont peur de lui. Il n'a aucun égard pour rien, ni pour personne [...] Sa figure est affreuse, surtout quand il a caressé Bacchus7.

27Le 3 juin 1490, le pape inaugura en présence du Sacré Collège et des ambassadeurs des puissances chrétiennes la Diète qu'il avait convoquée afin de lancer la croisade contre Bajazet où Djem Sultan devait jouer un rôle décisif. Ce dernier serait placé à la tête des armées chrétiennes de telle sorte que les populations sous domination ottomane soient amenées à se soumettre. Innocent VIII comptait prélever dans la Chrétienté assez de subsides pour lever une imposante armée approchant les cent mille hommes et mobiliser une importante flotte. La Diète se sépara sur de bonnes paroles des ambassadeurs qui promirent de revenir avec du concret, mais rien ne se fit une fois de plus. Il est vrai que le front antiturc venait de recevoir un coup mortel avec le décès de celui qui aurait dû prendre le commandement suprême de la croisade, le roi de Hongrie Mathias Corvin, terrassé le 6 avril 1490 par une attaque d'apoplexie alors qu'il n'avait pas encore cinquante ans. Sa disparition entraîna aussitôt de graves dissensions en Europe centrale entre les Habsbourg et Ladislas Jagellon roi de Bohême au sujet de la succession de Hongrie excluant toute idée de mobilisation pour la croisade.

4 Les affaires privées du cardinal

28Séducteur invétéré, Rodrigue Borgia voua un culte assidu aux personnes du sexe mais ses maîtresses nous sont peu, ou aucunement connues. Elles ne durent du reste pas être excessivement nombreuses car, contrairement à l'abondante promiscuité dans laquelle d'autres cardinaux ses collègues avaient, semble-t-il, pour habitude de s'installer, Rodrigue, quant à lui, aimait plutôt la stabilité, les relations durables et sans surprises, sans rapport avec ce que les historiens de l'époque romantique ou leurs héritiers ont pensé qui faisaient de notre homme un parfait libertin. Car le cardinal Borgia, nous le savons, aimait monter à cheval, aller à la chasse et se divertir dans les fêtes. Il aimait la politique et l'argent. Mais par-dessus tout, davantage même que les femmes, peut-être, il aimait la vie familiale et ses enfants.

Vannozza Cattanei

29La seule maîtresse du vice-chancelier Borgia que nous connaissions un peu est Vannozza Cattanei, sans doute originaire de Mantoue, celle qui demeura le plus longtemps sa compagne et qui lui donna, nous l'avons vu, ses enfants les plus célèbres. De onze ans sa cadette, elle fut mariée à quatre reprises d'après les uns, trois fois seulement selon d'autres auteurs — Gregorovius réduit les mariages de Vannozza à deux, ce qui est erroné. Pourquoi tant de mariages ? C'est que l'usage voulait que les maîtresses reconnues et respectées des grands prélats — et à plus forte raison s'agissant d'un des personnages les plus importants de la curie — se devaient d'avoir un époux légitime afin que les enfants qui pourraient naître de ces unions ne fussent point les fils d'une femme célibataire. Le prestigieux amant de notre matrone veilla par conséquent à ce que sa progéniture ne fût pas illégitime. Elle avait donc épousé en 1474, à 32 ans, un individu nommé Domenico Giannozzo, seigneur d'Arignano, qui mourut peu après. En secondes noces, elle se maria avec un certain Antonio Da Brescia, dont on ne sait rien, mais qui ne dura pas longtemps car en 1480, elle épousait en troisièmes noces un Milanais, Giorgio Della Croce, nommé sur les instances de Rodrigo secrétaire apostolique de Sa Sainteté Sixte IV. Elle eut avec ce mari un fils nommé Ottaviano, né en 1482, dans la belle maison avec un jardin qu'ils habitaient, tout près du palais du cardinal, place Pizzo di Merlo, aujourd'hui place Sforza Cesarini. C'est sans doute à cette époque, nous l'avons signalé, après la naissance de Jofré, que le vice-chancelier prit ses distances avec Vannozza. Giorgio Della Croce réussit à s'enrichir et fonda une chapelle familiale dans l'église de Santa Maria del Popolo. Il mourut en 1486, à peu près au même moment que son fils.

30En juin de cette même année, Vannozza convola pour la quatrième fois avec un noble mantouan nommé Carlo Canale, docte et poète, ancien camerlingue du cardinal Francesco Gonzague, que Rodrigo Borgia connaissait depuis longtemps et dont il appréciait l'utile entregent. Le grand Ange Politien lui avait dédicacé dans sa jeunesse son Orfeo et il était à présent au service du cardinal Sclafetano de Parme. Les nouveaux époux n'habitaient pas la maison de la place Pizzo di Merlo, mais une autre place des Branchis, dans le quartier Regola, qui sans doute appartenait à Vannozza, car on suppose que Canale, sans fortune, l'avait épousée probablement pour son argent.

  • 8 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia..., I, op. cit., p. 37.

31Fidèles à leur idée que Rodrigue Borgia était un séducteur extrêmement volage et inconstant, les historiens du XIXe siècle s'ingénièrent à trouver en Vannozza des qualités très exceptionnelles pouvant seules expliquer l'attachement durable que lui témoigna le cardinal vice-chancelier. Ainsi Gregorovius dont on appréciera l'art de transformer les préjugés en vérités historiques : « Il est certain que Vannozza était très-belle et très-ardente. Sinon, comment eût-elle allumé la passion d'un homme comme Rodriguez Borgia ? De même, son intelligence, quoique sans culture, devait être doublée d'une rare énergie. Comment aurait-elle réussi sans cela à rendre durables les rapports qu'elle avait noués avec lui8 ?» Et quelques lignes plus loin il n'hésite pas à la qualifier de courtisane distinguée — « hétaïre de distinction » — ce qui ne semble guère correspondre au genre du personnage. Il est vrai cependant qu'on ne sait rien de la vie de cette femme ni même de son apparence physique — il n'en existe pas de portrait authentique — ce qui n'a pas manqué de stimuler l'imagination des auteurs qui l'ont vue blonde, très belle, un peu grassouillette ou de forte corpulence, douce et soumise, ou entreprenante au contraire et femme de caractère, experte en plaisirs, intéressée, voire cupide, dissimulatrice, bonne mère, mauvaise mère, et tout ce qu'on voudra. Son amant le vice-chancelier résidait par périodes chez elle, le mari du moment étant alors éloigné de Rome sous un prétexte quelconque. Mais il lui arrivait de la faire venir dans son palais où elle figurait à la place d'honneur dévolue aux maîtresses de maison dans le monde laïque au cours des banquets et des fêtes, tout comme elle paraissait en public, lors des actes les plus divers, aux côtés du cardinal. Et leurs enfants s'agitaient tout autour. En somme, quoique devant s'accorder avec les obligations professionnelles et protocolaires du vice-chancelier, la vie du couple Vannozza-Rodrigue ressemblait par de nombreux aspects à une vie de famille normale.

  • 9 Ibid., p. 40.

32Dame Cattanei demeura près de quinze ans la maîtresse pour ainsi dire attitrée du cardinal Rodrigo Borgia à qui elle donna quatre enfants : l'aîné, César, naquit probablement en 1475 dans le château abbatial de Subiaco ; le second, Joan, vint au monde en 1476. La troisième, Lucrèce, naquit à Subiaco également, le 18 avril 1480 et le dernier, Jofré, vit le jour l'année suivante, en 1481. Des divergences d'opinion existent à propos des dates de naissance des deux premiers garçons, d'aucuns affirmant que César naquit en 1576 alors que Joan serait venu au monde en 1474 et serait donc l'aîné des fils de Vannozza. C'est ce qu'affirme Ferdinand Gregorovius9. Mais les recherches les plus récentes permettent de penser raisonnablement que César était bien né avant Joan. Quant à la paternité du dernier, Jofré, elle a souvent été contestée, à commencer par Alexandre VI lui-même qui la mit publiquement en doute à plusieurs reprises. Mais rien de nouveau ne permet de trancher à ce propos.

33Vannozza réussit à amasser assez de biens pour vivre dans l'aisance. Elle possédait trois auberges dans le centre même de Rome, le Lion, la Vache et l'Aigle, fréquentées par des personnages riches et influents — certains laissent entendre que la patronne pouvait aussi à l'occasion fournir des filles à ses hôtes, mais une fois encore, il est peu probable qu'elle fût maquerelle de profession sur ses vieux jours. Elle possédait aussi des troupeaux de moutons et plusieurs vignes. Elle avait en particulier acquis des Cesarini un vignoble avec une maison très agréable à Santa Lucia in Selce — ce qu'on appelait « una vigna » — dans le quartier de Suburra. C'est là, enjambant par une grande arcade l'escalier qui relie la Suburra à Saint-Pierre-aux-Liens, que se trouve le palais qu'on désigne, à tort, comme étant celui de Vannozza — d'aucuns disent que c'était la demeure de Lucrèce, mais c'est tout aussi inexact. Et c'est dans cette « vigne » que dînèrent ses deux enfants Joan et César avec leurs amis la nuit fatale du 14 juin 1497 au cours de laquelle le jeune duc de Gandía fut assassiné et jeté dans le Tibre.

Un cardinal père de famille nombreuse

34Le vice-chancelier, avant de connaître Vannozza Cattanei selon toute probabilité, avait eu d'autres enfants avec une, ou des femmes demeurées inconnues. L'aîné des fils du cardinal, Pedro Luis ou Pier Luigi, était né vers 1468 — certains auteurs le font naître cinq ou six ans plus tôt, à tort semble-t-il — et reçut le prénom de feu son oncle, le gouverneur de Spolète, frère aîné, et aimé, de Rodrigo, mort en 1458. Deux autres enfants suivirent, Jerónima, née en 1469 et morte à quatorze ans, bien que déjà mariée, comme nous verrons plus loin, et Isabela, née en 1470. La mère des deux filles, d'après ce que précisent leurs contrats de mariage, était une femme célibataire, mais il s'agit peut-être aussi bien de deux personnes différentes.

35Enfin, après ses amours avec Vannozza Cattanei, Rodrigo eut encore deux autres enfants, l'un né alors qu'il était pape depuis longtemps. Nous faisons allusion à Laura, eue avec la jeune Giulia Farnèse, et à Rodrigo, né en 1502, mais la paternité de ces deux enfants n'est pas certaine, surtout celle de la première. Reste le fameux « infans romanus », Giovanni, né aux alentours de 1498 et sur lequel nous reviendrons.

  • 10 José Catalan Deus, El principe del Renacimiento. Vida y leyenda de César Borgia, Barcelone, Random (...)

36Les auteurs proches des milieux cléricaux traditionnels, soucieux de laver le vicaire du Christ de tout scandale, se sont évertués à démontrer l'indémontrable, à savoir que toute cette progéniture n'était pas, biologiquement parlant, celle de Rodrigo, celui-ci n'en étant que le père spirituel, arguant même que les bulles sur lesquelles on s'appuie habituellement pour établir la paternité sont fausses. Tous ces efforts pour sauver la réputation de l'Église sont d'un autre âge et quiconque parcourra le dossier avec un minimum d'impartialité verra que l'affaire est entendue une fois pour toutes. C'est la conclusion, que nous partageons bien évidemment, à laquelle parvient, après un examen précis des différentes pièces du dossier, José Catalan Deus dans sa récente biographie de César Borgia10.

37Les trois premiers enfants du cardinal Borgia eurent des trajectoires bien différentes, marquées par la mort précoce pour deux d'entre eux. Le plus prometteur, celui en qui l'historiographie a volontiers voulu voir « le meilleur Borgia », Pedro Luis, seigneur de Llombay, dans le royaume de Valence, depuis 1483, fut envoyé par son père auprès du roi Ferdinand qui guerroyait alors contre les Mores dans le royaume de Grenade. Il mourut, âgé d'une vingtaine d'années à peine, en septembre 1488, à Civitavecchia, emporté par une mauvaise fièvre. Nous allons le retrouver bientôt.

38Les deux jeunes filles menèrent une existence sans histoires, aux antipodes de celle des fils de Vannozza. Jerónima Borgia fut reconnue par Rodrigo comme étant sa fille et richement dotée dans les capitulations matrimoniales signées le 24 janvier 1482 qui l'unissaient à Gianandrea Cesarini, membre d'une noble et riche famille romaine proche des Borgia depuis le temps de Calixte III. C'est en effet, nous l'avons rapporté, le protonotaire apostolique Giorgio Cesarini qui avait aidé Pedro Luis à fuir Rome au moment du décès de son oncle en 1458. Les deux époux devaient mourir Tannée suivant leur mariage dans des circonstances inconnues, sans succession. Un frère du mari, Giuliano Cesarini le jeune — il était le neveu d'un cardinal homonyme —, qui était protonotaire apostolique, fut fait cardinal par Alexandre VI en 1493 et figura toujours parmi les plus proches collaborateurs du pape. Ce dernier nomma aussi Gabriele Cesarini, son père, Gonfalonier du peuple et du Sénat de Rome [Gonfaloniere del Popolo e del Senato romano], charge très ancienne et prestigieuse qu'il ne faut pas confondre avec celle de Gonfalonier de l'Église et qui devait demeurer dans la famille durant plusieurs générations.

39L'année même où décédaient Jerónima et Gianandrea Cesarini voyait le mariage de la seconde fille de Rodrigo, Isabella, avec Pietro — ou Piergiovanni — Matuzzi, noble également, et secrétaire apostolique, union dont naquirent quatre enfants, deux filles et deux garçons. Nous ignorons tout de la vie de ce couple. Des années plus tard, le 17 juillet 1519, moins d'un mois après le décès de Lucrèce, Isabella envoyait, de Rome, ses condoléances à Alphonse Ier d'Este qu'elle appelle « beau-frère » pour la mort de son épouse, « notre sœur ».

5 L'éducation de César et de Lucrèce

40Le cardinal Borgia entretenait avec dame Vannozza, à laquelle la rumeur prêtait des relations antérieures avec Giuliano Della Rovere, des relations très suivies, du moins jusqu'à la naissance du dernier car à compter de cet événement, il semble que Rodrigo fréquentât moins assidûment notre matrone. Parmi les confidentes les plus proches du vice-chancelier et ses amies les plus dévouées se trouvait une de ses vagues parentes, Adriana Milà, issue d'une excellente famille de Xàtiva, fille d'un Valencien établi à Rome du temps de Calixte III et petite-fille de l'une des sœurs de ce dernier. Elle avait épousé un membre de l'illustre famille Orsini, Ludovico, et elle habitait avec son époux un des palais des Orsini, celui du Monte Giordano, dans la boucle du Tibre, bâtiment certes superbe mais froid et sinistre, sur lequel planait l'atroce souvenir du supplice inhumain que Francesco Orsini avait infligé à son épouse, surprise avec son amant Rinaldo. C'est chez elle que le cardinal Borgia plaça les trois fils de Vannozza encore tout jeunes — Joan devait être déjà en Espagne avec son demi-frère Pedro Luis —, alors qu'elle était déjà veuve, vers la fin de l'année 1487. Adriana avait la réputation d'être extrêmement hautaine et de mœurs fort sévères. On peut supposer qu'elle inculqua aux rejetons pontificaux les meilleurs principes, secondée dans cette tâche par Juana de Moncada, femme de Jofré de Borja-Llançol, le neveu préféré du cardinal Rodrigo — il était fils de sa sœur cadette, Juana, et de Pedro Guillermo Llançol de Romani, gouverneur du château Saint-Ange, qui prendrait le nom Borja/Borgia. Nous sommes ici en présence de l'entourage le plus proche du futur pape, du petit noyau des intimes en qui il a placé sa confiance, il est par conséquent naturel qu'une fois ses distances prises avec Vannozza, ce soit dans cette maison qu'il place sa progéniture. C'est ici qu'il se rend désormais pour voir ses enfants car le palais du Vatican, régi par un protocole très minutieux, se prêtait mal à la vie familiale avec des enfants en bas âge. Mais plus tard, lorsqu'ils seront devenus adolescents et leur père chef de l'Église, ils fréquenteront assidûment le Vatican, Lucrèce devenant même un des attraits des réceptions pontificales au cours desquelles elle faisait office de maîtresse de maison.

41César, destiné à l'Église par son père qui veilla, comme on sait, à lui procurer toutes sortes de bénéfices et de charges, reçut une éducation très soignée dont il ne se montra pas indigne. De nombreux auteurs relèvent les excellentes qualités intellectuelles du jeune Borgia et son application à l'étude. Tout petit, il fut, avec son frère Joan et d'autres nobles valenciens éduqués avec eux, placé sous l'autorité du cardinal Bartolomé Marti et des précepteurs valenciens Antonio Gurrea et Juan Vera. Il passe ensuite à l'Université de La Sapienza pour commencer son droit tout en suivant l'enseignement d'humanistes aragonais comme Francesc de Remolins de Ilerda, fidèle aux Borgia parmi les fidèles, qui sera gouverneur de Rome et cardinal. César est ensuite envoyé par son père au Studium de Perugia en Ombrie, université contrôlée par le Vatican. Il y fera des études jusqu'en 1491, année de ses 17 ans et au cours de laquelle il recevra l'évêché de Pampelune qui viendra s'ajouter aux bénéfices dont il est déjà le titulaire. Il se trouve qu'au même moment, dans cette même université, était aussi venu étudier le fils de Laurent de Médicis, Giovanni, destiné lui aussi à une carrière ecclésiastique et qui était devenu depuis peu, grâce à Innocent VIII, le plus jeune cardinal du Sacré Collège. Et celui qui deviendrait plus tard le pape Léon X (1513-1521) se lia d'amitié sincère avec César, « comme, dit-il, s'ils étaient nés ex eodem utero — du même utérus ».

42Quant à Lucrèce, elle ne fut pas confiée à d'illustres maîtres, cela ne se faisait pas s'agissant de jeunes filles, bien qu'on puisse supposer que le réputé Pomponius-Lætus, proche du vice-chancelier et professeur à l'université de Rome, lui donna quelques leçons. À l'instar des jeunes personnes de son rang appelées à figurer dans le monde, elle apprit le chant, un peu de musique — elle jouait fort bien du luth —, des rudiments de latin, la danse et d'autres compétences ornementales du même genre. Ajoutons plus profondément, dans le cas de Lucrèce, un véritable penchant pour la poésie et une réceptivité particulière aux théories néo-platoniciennes alors très prisées dans les milieux raffinés. Mais elle reçut aussi une solide éducation religieuse, qui explique peut-être la grande poussée de ferveur spirituelle qu'elle connut à Ferrare, à la fin de sa courte vie — nous y reviendrons. Elle dut du reste séjourner quelque temps, entre la fin de l'enfance et le début de l'adolescence, dans un couvent comme cela était l'usage, peut-être celui des dominicaines de Saint-Sixte sur la voie Apienne. Sitôt tirée de la tranquillité du cloître, la belle Lucrèce allait être projetée sans ménagement dans les troubles aléas des stratégies matrimoniales de sa famille, où nous la retrouverons le moment venu.

6 Une implantation espagnole durable

43Les grands projets italiens que le futur pape Alexandre avait conçus pour ses enfants — pour César surtout et pour Jofré accessoirement, leurs frères Pedro Luis et Joan étant décédés avant 1500 — tournèrent court dès sa disparition et il n'en resta que des bribes, si l'on considère toutefois que la principauté de Squillace n'est que cela. En Espagne, en revanche, sa stratégie d'implantation territoriale devait porter ses fruits au-delà même de ses espérances et aboutir à la création d'un grand lignage ducal qui connaîtrait des heures glorieuses et se prolongerait jusqu'en 1748.

Les hommes du cardinal

44Après le décès d'Alfons le Magnanime (1458), Rodrigo Borgia devrait durant de longues années se passer de protection royale et s'appliquerait à la tâche de consolider sa position romaine dans le dessein de parvenir à créer une conjoncture favorable à sa future élection au siège pontifical. Ce n'est qu'à partir de 1479, avec l'accession au trône d'Aragon de Ferdinand II, que ses relations avec la maison royale s'intensifièrent. Dans la Ville éternelle, le vice-chancelier, tout en tissant ses réseaux d'influence, demeura fidèle à sa clientèle familiale et valencienne entre les mains de laquelle il plaça toutes les affaires délicates et qu'il eut soin de nommer à des postes-clés. Ce premier cercle étroit de conseillers et de collaborateurs était composé des neveux-cardinaux — Joan de Borja « l'aîné », le premier cardinal créé par Alexandre VI en 1492, évêque de Monreale, de Ferrare puis patriarche de Constantinople, fils de Galcerán de Borja qui avait été gouverneur de Spolète du temps de Calixte III ; les frères Joan de Borja-Llançol, cardinal en 1496, et Pedro Luis de Borja Llançol, cardinal en 1500, fils de Jofré de Borja Llançol, neveu maternel d'Alexandre VI —, le cousin Francisco de Borja, trésorier du pape, nommé cardinal en 1500 et d'autres parents plus éloignés comme Joan de Castellar, évêque de Trani, fils d'une cousine germaine du pape, ou Francesc-Galcerán de Lloris, évêque d'Elne, fils d'une sœur de Joan de Borja « l'aîné ». Dans un second cercle de faveur on trouve d'autres valenciens influents : l'agent du vice-chancelier en Espagne, Jaume Serra, le nonce près les Rois Catholiques, Frances Desprats, le camerlingue Jaume Casanova, le vicaire général du diocèse de Valence Joan de Vera, le juge de Savonarole, le catalan Francesc Remolins. Tous ces hommes furent faits cardinaux par Alexandre Borgia. Enfin, dans un troisième cercle figurent des non-valenciens, castillans comme Bernardino López de Carvajal, ambassadeur des Rois Catholiques auprès du Saint-Siège et proche collaborateur du pape, ou italiens comme Gianbattista Ferrari, créature du cardinal Rodrigo — il fut notaire, dataire apostolique, secrétaire et régent de la chancellerie —, ou encore Adriano Castellesi, protonotaire, secrétaire particulier d'Alexandre VI, trésorier pontifical après 1500. Ces trois individus obtinrent également la pourpre cardinalice.

45Cette courte énumération des hommes de confiance que le pape fit entrer au Sacré Collège nous paraît suffisamment éclairante sur la stratégie du souverain pontife : obtenir une majorité au conclave qui serait réuni après sa mort afin de permettre à la famille de consolider ses acquis italiens. Mais nous verrons qu'il n'en fut rien.

L'acquisition du duché de Gandía

46Cependant, avant que les visées territoriales et dynastiques sur l'Italie ne prissent le dessus, du fait des ambitions de César et de l'ascendant que celui-ci devait exercer sur son père après la mort de son frère Joan, comme nous verrons plus loin, la pièce maîtresse dans le dispositif de pouvoir conçu par le cardinal Rodrigo était la création d'un état nobiliaire dans la péninsule ibérique pouvant rivaliser avec les plus grands et devant servir d'assise territoriale à l'essor de sa famille. C'est à ce dessein qu'obéit l'acquisition du duché royal — ainsi nommé car les titulaires en étaient des membres de la famille royale d'Aragon — de Gandía des mains de Ferdinand le Catholique en 1485. Le vice-chancelier destinait ce fief à son fils aîné, le seul enfant mâle qu'il avait reconnu à cette date et qu'il avait envoyé en Espagne auprès des Rois Catholiques, espérant que ces derniers sauraient, à travers le fils, remercier le père pour sa médiation passée dans le conflit dynastique. Mais les choses se gâtèrent à cause de la question napolitaine et de l'affaire de l'archevêché de Séville. Fin 1484, Innocent VIII attribua la mitre sévillane, la plus riche d'Espagne après celle de Tolède, au cardinal Rodrigo Borgia, alors que Ferdinand le Catholique la voulait pour un de ses bâtards, don Alfonso de Aragon. Furieux, le monarque décida de s'en prendre au fils du cardinal qu'il avait sous la main : il le fit emprisonner et décréta l'embargo sur tous les biens péninsulaires des Borgia. Mais le pape ne céda pas aux pressions et menaça le roi d'excommunication s'il ne libérait pas Pedro Luis et ne lui rendait ses biens. Ferdinand, qui se trouvait alors en pleine guerre de Grenade et ne souhaitait pas un affrontement avec le Saint-Siège, obtempéra et non seulement libéra le prisonnier, mais le pria de se joindre à lui dans la guerre contre les Maures. Le jeune Borgia — il avait alors 22 ans — trouva dans cette invite occasion de briller. Il eut un comportement héroïque au cours de la campagne de Ronda, contribuant de façon décisive à la prise de la ville (22 mai 1485). Le roi combla d'honneurs le valeureux combattant, lui donnant le titre très convoité d'Egregio –Illustre —, à lui et à son tout jeune demi-frère qui l'avait accompagné en Espagne et pour finir, le 3 décembre, le roi lui accordait le titre de Ier duc de Gandía. Un grand pas était franchi dans l'établissement de la famille du cardinal au sommet de la pyramide sociale.

  • 11 Archivo Histórico Nacional. Sección Nobleza (Tolède), Osuna, C. 121, D. 3, traduit par nous.

47Le duché avait bien été acheté par Pedro Luis, mais nul n'ignorait que la main et la bourse du cardinal Borgia étaient derrière. Pour constituer les états de Gandía, opération qui dura de 1480 à 1488 pour ce qu'on pourrait appeler la première tranche, entre l'acquisition des différents droits seigneuriaux, l'achat des baronnies environnantes et autres servitudes, il fallut en effet débourser une somme colossale dépassant sans doute les deux millions de sous valenciens — soit quelque 100 000 ducats de Castille — le seul duché ayant coûté un peu plus de 631 000 sous, autrement dit, quelque 32 000 ducats — la livre ou lliura valencienne valait 20 sous et le sou 12 diners ; à l'époque d'Alexandre VI, la lliura équivalait presque au ducat castillan qui valait 21 sous. Cet argent provint directement des nombreux bénéfices ecclésiastiques dont jouissait le cardinal vice-chancelier dans la péninsule ibérique. Au mois de mai 1483, il avait fait donation de 50 000 ducats à Pedro Luis et de 25 000 à Joan afin qu'ils acquissent en Espagne des biens suffisants pour doter un majorat. Et ces dons ne furent pas les seuls, on s'en doute, et c'est en tout cas ce que laisse penser un bref signé le 2 février de l'année antérieure par Sixte IV en vertu duquel il « approuvait et confirmait et considérait comme valides les donations et tout ce qu'avait fait et acheté le cardinal Rodrigo de Borgia en faveur de ses enfants don Pedro Luis et don Juan, eu égard au doute qu'on pouvait soulever sur le fait qu'il se fût servi des rentes ecclésiastiques dont il jouissait11 ».

48Mais Ferdinand le Catholique fit plus encore. Il arrangea pour Pedro Luis le meilleur mariage dont il aurait pu rêver avec María Enríquez de Luna, la propre cousine du roi, fille de l'amiral de Castille don Enrique Enriquez, un des tout premiers personnages de l'État. La promise étant pour lors extrêmement jeune, les épousailles furent remises à plus tard et le vice-chancelier rappela son fils en Italie. Mais la mort prématurée du jeune homme survenue en 1488, ainsi que nous l'avons relaté plus haut, empêcha la concrétisation de ce lien si convoité. Il finit néanmoins par être scellé, mais dans la personne de son jeune demi-frère Joan, qu'il avait désigné pour héritier et qui devint ainsi le chef de famille puisque son frère aîné César avait embrassé la carrière ecclésiastique. Mais, nous le savons, cela n'était pas du goût de ce jeune homme aux ambitions démesurées qui ne se sentait nulle vocation pour servir Dieu et qui le moment venu, nous le verrons, saurait se libérer de cette entrave.

  • 12 Ibid., C.122, D. 13.

49En attendant, c'est Joan qui fut promis à la même doña María l'année même du décès de son demi-frère alors qu'il n'avait que douze ans. Le mariage ne serait consommé qu'en 1494. Joan, qui menait une vie aussi dispendieuse que peu ordonnée, ne cessait, sous prétexte d'agrandir le duché de Gandía, de demander de l'argent à son père lequel se montra toujours d'une grande générosité, parfois peu compréhensible. Par exemple, il lui fit don, pour prix des services qu'il avait rendus en tant que capitaine général des troupes pontificales durant la guerre contre les Orsini que nous évoquerons plus loin (octobre 1496-février 1497) de l'astronomique somme de 40 000 ducats « pour lui-même ou pour ses héritiers » payée en une fois12. Or, la campagne en question s'était soldée par un désastre à cause, en grande partie, des carences et de l'inexpérience du jeune Borgia, mettant le pape Alexandre en piètre posture.

50Après la mort tragique de Joan quelques mois plus tard, c'est sa veuve María Enríquez, tutrice de leur tout jeune fils, qui s'attela, avec énergie et succès, à la tâche d'agrandissement et d'affermissement du duché de Gandía, en association avec le roi Ferdinand le Catholique qui se porta acquéreur des fiefs détenus par feu le duc de Gandía dans le sud de l'Italie et qu'il convoitait — le plus prestigieux, le duché de Sessa, fut cédé en 1506 pour 82 000 ducats, la moitié en liquide, l'autre moitié sous forme de rente annuelle de 2 000 ducats. L'entreprise ducale parviendrait à son achèvement en 1509-1510. La première année eut lieu le mariage de leur fils Joan II de Borja, âgé de quinze ans, avec Joana d'Aragó, petite-fille du roi Ferdinand et l'année suivante naissait déjà le premier fruit de cette union, Francisco de Borja y Aragon, IVe duc de Gandía, Grand d'Espagne puis IIIe général de la Compagnie de Jésus, devenu saint François Borgia en 1671 que nous retrouverons à la fin de cet ouvrage. Cette même année 1510, les Cortès valenciennes de Μοnzón annulèrent la clause de reversion du duché royal de Gandía dont le titre devenait définitivement propriété de la famille Borja. Avec cette alliance royale et cette reconnaissance institutionnelle, l'entreprise familiale impulsée par Alexandre VI atteignait son apogée terrestre. Avec Francisco de Borja, elle atteindrait son apogée spirituelle.

7 Événements d'Espagne : la chute de Grenade et l'expulsion des juifs

51L'année même où Rodrigo Borgia allait enfin parvenir à la consécration suprême fut pour l'Espagne une des plus mémorables de son histoire avec la prise de Grenade qui signifiait la fin de la Reconquête et la découverte de l'Amérique. Ce fut aussi l'année de l'expulsion des juifs, mais il n'est plus au goût du jour de faire de cette mesure un titre de gloire supplémentaire pour les Rois Catholiques, bien au contraire. C'est pourtant en tant que telle que cette mesure inhumaine a de tous temps été inscrite dans les annales de la monarchie catholique, au nom du sacro-saint principe de l'unité de la foi, fondement de l'unité de la nation espagnole. Mais laissons là ce débat.

La fin de la Reconquête

  • 13 Lettre de Ferdinand le Catholique à Innocent VIII, 2 janvier 1492, cité par Álvaro Fernández de Có (...)

52Les Rois Catholiques firent leur entrée solennelle dans la ville de Grenade le 2 janvier 1492, mais la reddition du royaume nasride avait eu lieu le 25 novembre de l'année précédente, date à laquelle avaient été signées les capitulations entre le roi Boabdil et les souverains chrétiens dans la cité-campement de Santa Fe bâtie par Isabelle et Ferdinand en 1491 pour les besoins du siège de la capitale à quelques kilomètres à peine à l'ouest de celle-ci, dans la fertile vallée du Genil. Ce même 2 janvier, Ferdinand le Catholique écrivait à Innocent VIII pour lui annoncer l'événement, « pensant que la nouvelle lui procurerait une grande joie » car « de vos jours et avec votre aide on a enfin atteint l'objectif que les souverains pontifes vos prédécesseurs avaient tant désiré et auquel ils avaient apporté leur soutien, pour la gloire de Dieu, Notre Seigneur et l'exaltation de notre Saint-Siège Apostolique13 ». Cette missive parvint jusqu'à Rome dans la nuit du 31 janvier avec deux autres relations de l'événement, l'une de la main du chroniqueur royal Alonso de Palencia adressée à l'agent des rois à Rome, Juan Ruiz de Medina, évêque d'Astorga, et datée du 8 janvier, l'autre anonyme. Medina répandit la nouvelle à travers les principales cités d'Italie qui s'empressèrent d'envoyer des lettres de congratulations en Espagne et même — ce fut la cas de Venise et de Gênes — des délégations qui se joignirent aux réjouissances royales.

53Le pape tint à fêter solennellement ce grand triomphe de la chrétienté, célébration à laquelle le vice-chancelier s'associa par de spectaculaires actes de réjouissance, de sorte que ces festivités restèrent dans les mémoires comme les plus fastueuses du règne d'Innocent VIII au point qu'elles éclipsèrent les fêtes municipales de la ville de Rome. Voici ce que rapporte Gaspare Pontani, notaire auprès du Saint-Siège, dans son Diario Romano :

  • 14 Gaspare Pontani, Il diario romano (1481-1492), L. A. Muratori, Rerum italicarum scriptores, vol. I (...)

Le 3, on publia a son de trompe qu'il fallait, pour cette nouvelle, allumer les feux de joie, sonner les cloches et nettoyer les rues. Le dimanche d'après, une procession alla de Saint-Pierre jusqu'à Saint-Jacques-des-Espagnols ; le pape devait y participer, mais il n'y alla pas à cause de la pluie ; mais il se rendit à cheval à Saint-Jacques avec toute sa Cour ; il y célébra la messe avec les cérémonies habituelles, et le soir le vice-chancelier fit abattre trois taureaux devant sa maison ; la fête dura toute la journée14.

54Ce ne sont pas trois, mais cinq les taureaux qui furent mis à mort durant la grande corrida offerte par Rodrigo près de son palais et au cours de laquelle plusieurs personnes résultèrent grièvement blessées. Les courses de taureaux n'étaient point une nouveauté dans la Rome d'alors. Bien que connues dès le XIVe siècle, elles prirent de l'essor avec le pape Calixte III qui en importa le goût avec les Espagnols venus à la faveur de son pontificat et qui devait aussi y trouver un intérêt publicitaire particulier pour sa famille sur les armes de laquelle figurait, ne l'oublions pas, un grand taureau vermeil. Mais les courses ordinaires, si l'on peut dire, qui avaient lieu au Capitale, au Testaccio, ou sur la place Farnèse ou encore à l'emplacement de l'ancien stade de Domitien — la Piazza Navona — étaient bien moins spectaculaires que celles-ci, pour lesquelles on fit aménager une arène entourée de tribunes.

55Le dimanche 19 février dans l'après-midi, une nouvelle course eut lieu au cours de laquelle de jeunes gens armés de lances et d'épées sacrifièrent quatre taureaux — il n'y eut qu'un cheval de tué. Après cela, des joutes furent organisées entre des chevaliers armés à la légère. Le matin de ce même dimanche, une messe solennelle fut célébrée à Saint-Jacques-des-Espagnols, suivie d'une grande procession de la nation espagnole, puis les représentants des Rois Catholiques Carvajal et Medina, avec le concours du vice-chancelier Borgia, organisèrent Piazza Navona un grand spectacle sur la prise de Grenade. Un château en bois couronné par une grande tour fut érigé au centre de la piazza pour figurer la ville de Grenade et un autre devant Saint-Jacques-des-Espagnols qui désignait le campement royal de Santa Fe. La prise de la ville fut représentée devant le public romain par des figurants pourvus de déguisements et de masques, dans une ambiance de typique surenchère chevaleresque avec remise de « prix » à ceux qui réussissaient à pénétrer dans la ville assiégée. Durant les jours qui suivirent, plusieurs prélats espagnols continuèrent à offrir des taureaux pour les courses et firent distribuer du pain et du vin.

  • 15 Cité par Álvaro Fernández de Córdoba Miralles, Alejandro VI y los Reyes Católicos, op. cit., p. 16 (...)
  • 16 Ibid., p. 165, traduit par nous.

56Mais la célébration la plus spectaculaire fut celle commandée par le neveu de feu Sixte IV, le cardinal de Saint-Georges, Raphaël Riario, connu à Rome comme « un grandissime ami » des Rois Catholiques — « ipsis regibus amicissimus15 » —, qui organisa, le 29 février, un véritable triomphe à la romaine où Isabelle et Ferdinand, couronnés de laurier, figuraient assis dans un grand char tiré par quatre chevaux blancs. À leurs pieds allait le roi Boabdil enchaîné. Le char était précédé par l'armée chrétienne, composée de fantassins et de cavaliers portant les étendards et enseignes royaux et suivis par les Maures prisonniers vêtus de façon exotique, juste devant le char royal. Le défilé s'achevait par une troupe de chevaliers armés accompagné par une foule d'Espagnols richement mis. La splendide procession fut accueillie place Navone devant l'église des Espagnols par une assemblée de prélats entonnant le Te Deum. Les rois descendirent de leur char et pénétrèrent dans le temple pour y déposer en offrande leurs étendards, suivant l'usage hispanique. Cet événement, qui compte parmi les toutes premières réactualisations à Rome des triomphes classiques, figura l'apothéose des rois d'Espagne et de la nation espagnole en tant que champions de la cause catholique et marqua durablement les esprits. Le dramaturge Carlo Verardi affirme que le défilé montra « tant de luxe et d'ornements, tant de pompe et de splendeur, que le Sénat et le peuple de Rome avaient la sensation de contempler enfin en ce moment même les antiques défilés triomphaux de leurs ancêtres, inconnus de nos jours depuis si longtemps16 ».

57Le cardinal Riario ne s'en tint pas là. Il organisa ensuite place Navone un grand tournoi qui dura six jours et lui coûta six mille ducats. Le 2 mars fut proclamé le vainqueur qui reçut pour prix de sa victoire un riche palio et un heaume doré aux armes des Rois Catholiques couronné par un aigle d'argent. Le contentement des Romains était extrême.

58C'est encore chez ce même cardinal, dans son magnifique palais de la Chancellerie, qui n'était pas encore entièrement terminé de construire, que le 21 avril fut donné le drame historique à l'ancienne intitulé Historia Baetica, composé par Carlo Verardi. Celui-ci précise que le spectacle

  • 17 Ibid., p. 166, traduit par nous.

souleva un enthousiasme et une approbation si grands que tout le monde avouait que depuis longtemps rien de si plaisant n'avait été offert à leurs yeux et leurs oreilles [...] car le sujet était en lui-même fort amène et l'évocation de l'extraordinaire vertu dont le roi et la reine sont parés ne peut que résulter des plus agréables pour des esprits nobles et très cultivés17.

59C'est au même moment, entre janvier et juillet 1492, que fut publié à Rome le Panegyricus ad Ferdinandum regem et Isabellam reginam Hispaniarum, du poète florentin Ugolino Verino qui narre dans des vers très surchargés la campagne de Grenade en exaltant les vertus guerrières du Roi Catholique et l'extraordinaire force de ses troupes. Les Italiens n'allaient pas tarder à l'éprouver dans leurs chairs, car par une de ces ironies du sort dont l'Histoire est riche, au cours de la guerre de Grenade, les souverains espagnols et leurs généraux avaient mis au point la nouvelle armée moderne qui allait consacrer leur suprématie militaire. La Reconquête finie, c'est justement en Italie que ces armées allaient faire leur fracassante entrée sur la scène internationale. Mais nous n'en étions pas encore là et décidément l'année 1492 s'annonçait dans la Ville éternelle sous d'excellents auspices pour l'Espagne. Grenade n'était qu'un frémissement avant-coureur de ce qu'allait être l'apothéose d'Alexandre VI au plus fort de l'été romain.

L'expulsion des juifs des royaumes d'Espagne

60Alors qu'ils séjournaient à Grenade où ils s'apprêtaient à négocier avec Christophe Colomb les accords sur les nouvelles terres océanes à découvrir — les Capitulaciones de Santa Fe, signées le 17 avril 1492 —, les Rois Catholiques publiaient, le 31, les deux décrets d'expulsion des juifs, l'un pour la couronne de Castille et l'autre pour celle d'Aragon. Les souverains donnaient aux juifs jusqu'à la fin du mois de juillet pour vendre leurs biens et quitter leurs royaumes. L'expulsion était définitive et n'admettait aucune exception. Les bannis ne pouvaient pas emporter d'or, d'argent ni de pièces de monnaie, mais avaient l'autorisation de sortir des marchandises et des lettres de change. Combien furent-ils à quitter les royaumes d'Espagne ? Si l'on excepte les évaluations fantaisistes ou exagérément élevées, le chiffre d'expulsés fut sans doute compris entre 40 000 et 120 000. En tenant compte des retours, nombreux — ils se prolongèrent au moins jusqu'en 1499 —, de juifs qui préféraient accepter le baptême et revenir habiter dans leur pays d'origine, on peut raisonnablement estimer à quelque 50 000 juifs les pertes humaines entraînées par cette mesure si discutée. Un important contingent de bannis prit le chemin du Portugal, où ils seraient à leur tour convertis par la force quelques années plus tard. Nombreux furent aussi ceux qui s'exilèrent dans les royaumes du Maroc, où ils furent fort mal traités, à Fez particulièrement, circonstance qui les incita à revenir dans la péninsule. La Sublime Porte les accueillit avec bienveillance et favorisa leur installation dans diverses contrées de l'empire ottoman. Plusieurs familles y connurent la prospérité et certains de ses membres devinrent des conseillers écoutés du Diwan. La plupart de ces communautés de sépharades de Turquie se sont maintenues jusqu'à nos jours. Dans les villes italiennes, de même, les juifs bannis d'Espagne reçurent un accueil en général favorable. Mais concernant leur installation dans les États pontificaux, les points de vue varient.

61L'arrivée des marranes d'Espagne à Rome, durant Tété 1492, coïncida avec l'accession de Rodrigo Borgia au trône de saint Pierre et cet afflux d'immigrés fut une des premières affaires internationales que le nouveau chef de l'Église eut à gérer. Dans son Journal romain, Infessura relate leur arrivée et leur installation provisoire dans des campements improvisés au-delà de la Via Appia, au Campo di Bove. Des soldats espagnols, auxquels vinrent prêter main forte des juifs romains, auraient été postés aux portes de Rome pour leur en interdire l'accès car, entre autres raisons, la rumeur disait qu'ils apportaient la peste. Mais ils réussirent à franchir les enceintes clandestinement et l'infection gagna les habitants de la ville. Fort heureusement, elle fut rapidement circonscrite. Bientôt le juifs d'Espagne pullulèrent dans la ville éternelle sans que le pape s'y opposât, bien au contraire. Cette attitude favorable d'Alexandre VI envers les expulsés d'Espagne est corroborée par d'autres témoignages. Une chronique juive rédigée par un contemporain des faits, le Sévillan Selomoh Ibn Verga, insiste sur la louable et courageuse décision prise par le pape d'offrir l'asile aux expulsés contre l'avis des juifs romains qui redoutaient la concurrence des nouveaux venus :

  • 18 Selomoh Ibn Verga, La vara de Yehudah (Sefer Sebet Yehudah), trad. de l'hébreu en espagnol par M. (...)

Un certain nombre de juifs qui étaient arrivés sur le territoire de Gênes en repartirent et se rendirent à Rome en raison de la famine. Les juifs de Rome se concertèrent pour décider de ce qu'il convenait de faire afin d'éviter l'arrivée d'étrangers parmi eux car ils leur ôteraient le pain de la bouche. Aussitôt ils rassemblèrent mille écus pour offrir un présent au pape de telle sorte qu'il ne les reçût point dans ses États. Lorsqu'ils eurent informé le pape, celui-ci s'écria : – Voilà qui est nouveau pour moi, car j'ai entendu dire que la coutume parmi les juifs est de se montrer solidaires les uns envers les autres, or ceux-ci agissent cruellement. C'est pourquoi je décrète qu'ils soient expulsés eux aussi et qu'ils ne demeurent plus en mon pays.
Alors les juifs de Rome durent rassembler deux mille autres pièces d'or pour les remettre au pape afin de pouvoir habiter Rome et laisser entrer les étrangers au milieu de la ville18.

62Les Rois Catholiques dépêchèrent à Rome un émissaire chargé de représenter au Saint-Père leur désaccord avec sa politique et leur souhait de voir les juifs d'Espagne expulsés des États de l'Église. Le pape ne répondit pas directement et ne prit aucune décision discriminatoire à l'encontre de ces nouveaux-venus, mais se garda aussi de les accueillir officiellement. Ibn Verga, dans une longue scène dialoguée, fait mention de cette ambassade et revient sur l'attitude favorable d'Alexandre VI à l'endroit des juifs d'Espagne tout en parachevant le portrait idéalisé du pape :

  • 19 L'Espagne.
  • 20 S. Ibn Verga, La vara de Yehudah, op. cit., p. 292-293, traduit par nous.

Le premier jour de Noël, deux princes, ambassadeurs du roi de Sépharad19, se présentèrent devant notre seigneur le Pape pour lui demander de bien vouloir chasser les juifs qui vivaient dans ses domaines ; il devait les bannir d'abord car il était la personne qui occupait la place de Jésus, et immédiatement après tous les rois feraient de même, car les juifs étaient des scélérats qui avaient commis de grands péchés contre Dieu et son Fils, qu'ils tuèrent. Mais le pape, homme pieux et ami de la justice, leur répondit :
– L'intelligence des rois d'aujourd'hui m'étonne lorsqu'ils s'affligent parce que les juifs sont méchants et pèchent contre Dieu. Les rois sont-ils des tuteurs à la place du Dieu du ciel ? Que Dieu les punisse, puisqu'il les a créés, tout comme il le fit avant qu'il n'y eût des rois ! [...]
Le Grand Cardinal, le second après le Pape, dit :
– Si les rois de Sépharad désirent les exiler, ce n'est pas parce qu'ils sont des pécheurs, mais pour qu'ils ne rendent pas leurs voisins scélérats et pécheurs comme eux [...]
Le Pape dit :
– Je ne vois pas de faute chez les juifs qui justifierait que je les exile car ceux qui veulent être méchants trouveront toujours un chrétien pour les instruire, même s'ils ne trouvent pas de juifs20.

63Ce témoignage a de quoi étonner, ne serait-ce qu'en raison de l'idée, admise par tout un pan de l'historiographie, que le pape Borgia soutint sans réserves la mesure d'expulsion décrétée par ses royaux compatriotes et du reste, elle est explicitement mentionnée dans la bulle Si convenit du 19 décembre 1496 donnant à Isabelle et à Ferdinand le titre de « Rois Catholiques » comme étant une des grandes actions des rois en faveur de la vraie religion au même titre que la conquête de Grenade. Même si cette chronique ne reflète pas exactement les faits et exagère certainement la bienveillance du pape, la critique actuelle est d'accord pour accepter la véracité du fond. Dès lors une question se pose : Alexandre VI fait-il preuve de duplicité, use-t-il cyniquement d'un double langage afin de contenter d'un côté les souverains espagnols tout en se ménageant de l'autre la possibilité d'utiliser les ressources des nouveaux venus ?

64Les juifs constituaient une importante minorité à Rome — quelque 4 % de la population d'après un décompte datant de 1527 — et au sein de cette communauté, les « nations » espagnoles, regroupées dans trois des cinq Scole ou synagogues de la ville éternelle — La Scola Catalana, la Scola Aragonese et la Scola Castigliana —, représentaient près du tiers du total, soit un peu moins de 600 personnes approximativement. Parmi ces trois Scole, la Scola dei Catalani était la plus riche et influente, comptant en son sein bon nombre de banquiers de premier plan comme les Rimoch ou les Gattegno, originaires de Gérone et de Tarragone, les Saporta, les Benveniste et les Almoli, de Barcelone et de Majorque, les Astruc, de Barcelone, les Sulema ou les Natronai, de Tortosa, les Ascariel, de Xàtiva et bien d'autres encore. En 1536, près de la moitié des banquiers de la place de Rome étaient des ibériques, avec une forte majorité de Catalans et d'Aragonais. Lorsqu'on sait à quel point les questions de trésorerie occupaient une place centrale dans la politique vaticane et particulièrement avec le pape Borgia qui avait conçu de grands desseins pour les siens, pour ses États et pour l'Italie, on comprendra que l'expulsion de Rome des juifs d'Espagne, minorité aux compétences financières reconnues, ne fût guère à l'ordre du jour.

65Les Rois Catholiques d'Espagne n'approuvaient pas l'attitude d'Alexandre VI et l'on sait qu'à plus d'une occasion, par exemple en juin 1493, ils lui firent savoir par la bouche de leur ambassadeur qu'ils souhaitaient que le pape chassât au plus vite ces juifs de ses territoires, requêtes que le souverain pontife recevait toujours avec force bonnes paroles mais s'empressait d'oublier aussitôt. Il dut néanmoins accepter de faire quelques concessions car il ne pouvait, en ces années 1490, se permettre de chercher l'affrontement avec les Rois Catholiques compte tenu des grandes ambitions espagnoles qu'il nourrissait pour son fils Joan. C'est ainsi qu'en août 1497 il dut émettre une bulle révoquant — dans un langage peu clair et tout en se réservant une grande marge de manœuvre — tous les privilèges, les absolutions et les réhabilitations qu'il avait concédés aux marranes, particulièrement à ceux condamnés par l'Inquisition espagnole. Il renouvela la révocation en septembre de l'année suivante dans une nouvelle bulle adressée cette fois aux inquisiteurs ibériques.

66Cependant cette attitude, pour le moins ambiguë, est contrebalancée par celle que le pape adopta en d'autres circonstances, et où il se montra plutôt favorable aux juifs, n'hésitant pas à prendre des mesures impopulaires ni à s'exposer à l'inimitié des ordres religieux. Tel fut le cas lors de l'affaire très scandaleuse de Chiarastella, fillette juive de Spolète — ville des États de l'Église — partie se réfugier en juin 1496 auprès des sœurs augustiniennes du couvent de San Matteo et réclamée par sa famille alors que les religieuses entendaient la baptiser au plus vite. Alexandre VI somma la supérieure de rendre l'enfant à ses parents et d'attendre que cette dernière eût atteint sa majorité et pût décider par elle-même si elle souhaitait changer de religion. Une autre histoire encore plus scabreuse et incroyable qui défraya la chronique à Palerme au cours du printemps 1498 va dans le même sens. L'abbesse et un certain nombre de moniales du couvent palermitain de San Salvatore, de l'ordre de saint Basile, avaient été accusées d'entretenir des relations avec des hommes de la communauté juive et de s'en être trouvées enceintes, situation qu'elles n'auraient pas hésité à dissimuler en fabriquant avec les chairs des nouveaux-nés qu'elles auraient au préalable cruellement sacrifiés des pâtés de viande qu'elles auraient servis à leurs amants sacrilèges. Les dénonciateurs anonymes — d'autres religieuses — ajoutaient qu'il se célébrait dans ce couvent des messes noires et d'autres rites sataniques. Il est clair que ces orgies qui mettaient en cause des juifs — expulsés de Sicile quatre ans plus tôt — qui auraient traversé de nuit la mer pour venir s'y livrer, étaient totalement délirantes et ressortissaient clairement au croisement entre l'imaginaire perturbé des moniales sensibles à la propagande antijuive qui faisait des hébreux, entre autres choses, de redoutables prédateurs à la sexualité débridée et les accusations d'infanticide qui étaient fréquemment dirigées contre eux. Alexandre VI se garda bien de raviver la flamme antijuive dans l'île et, incrédule, demanda à l'évêque de Cefalù de faire une rapide enquête pour ramener le calme et de classer l'affaire.

67De la même manière, alors que, au cours de ces dernières années du XVe siècle, la polémique contre les médecins juifs, aiguisée par les frères franciscains, faisait rage dans l'Italie du centre et du sud, forçant bien des cités à licencier leurs praticiens hébraïques — les frères mineurs les accusaient d'attenter à la vie de leurs patients chrétiens —, le vice-chancelier, puis le pape Borgia, non seulement continua de s'entourer de médecins juifs, mais conseilla à ses plus puissants clients et banquiers de les engager. Il nomma le célèbre Bonnet de Lattes, alias Jacob ben Immanuel — né à Aix-en-Provence dans une famille originaire du bourg homonyme situé près de Montpellier — qui était aussi rabbin, astronome et astrologue, médecin de cour. Celui-ci lui dédia son Anulus astronomicus, publié à Rome par Andreas Freitag en 1493. Un autre médecin provençal, Samuel Sarfati, considéré comme le chef de la communauté hébraïque romaine, fut nommé « familier » du pape et bénéficia de nombreux privilèges et exemptions fiscales. Mais il ne fut pas le seul. D'autres juifs, des banquiers, des rabbins, des astrologues, catalans ou provençaux la plupart du temps, figuraient parmi les « familiers » du souverain pontife.

68Tout semble indiquer, par conséquent, que le cardinal Rodrigo Borgia et après son élection, le pape Alexandre VI, se montra toujours bien disposé à l'endroit des juifs, aussi bien de ceux des États de l'Église que d'ailleurs, et particulièrement les expulsés des royaumes des Rois Catholiques, rois à l'intention desquels il ne manqua certes pas de faire quelques gestes tant l'intérêt qu'il y avait à ne pas les froisser était grand. C'est du reste cet intérêt, politique mais aussi économique, dont il avait un sens si aigu, qui dicta, selon l'opinion des spécialistes que nous suivons ici, son attitude bienveillante et non une supposée ouverture d'esprit ou de volonté de tolérance aussi peu probables qu'anachroniques. En particulier, il convient de noter que dans sa volonté jamais démentie de diminuer le crédit et l'influence des barons romains, le pape Borgia dut maintenir d'étroites relations avec les principaux marchands-banquiers de la place de Rome — à la tête desquels figuraient la banque des Medici et celle du Siennois Agostino Chigi — dont il devint de plus en plus dépendant, en proportion de l'extension de ses projets militaires. Dans ce contexte, l'aval donné aux banquiers juifs, et surtout aux Catalans, aux Aragonais et aux Provençaux, qui allaient bientôt occuper une place centrale dans le dispositif du crédit pontifical, constitua en quelque sorte la pierre de touche de la qualité d'une alliance stratégique.

Notes

1 Cité par Francesco Somaini, « Il cardinale Rodrigo Borgia ed il conclave del 1484 », dans Roma di fronte all'Europa al tempo di Alessandro VI, a cura di M. Chiabò, S. Maddalo, M. Miglio, A. M. Oliva, Rome, Roma nel Rinascimento, 2001, p. 116, note n° 23.

2 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., III, 1892, p. 255.

3 Ibid., p. 310.

4 Ibid., p. 337.

5 Surnom transparent — au suffixe dépréciatif — disant que dona Juana n'était pas la fille du roi Enrique, mais de l'amant de la reine, le beau don Beltrán de la Cueva.

6 Cité par F. Somaini, « Il cardinale Rodrigo Borgia ed il conclave del 1484 », op. cit., p. 119. « Rouen » désigne le cardinal d'Estouteville et « Mantoue », le cardinal Gonzague.

7 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., V, 1898, p. 293.

8 F. Gregorovius, Histoire de Lucrèce Borgia..., I, op. cit., p. 37.

9 Ibid., p. 40.

10 José Catalan Deus, El principe del Renacimiento. Vida y leyenda de César Borgia, Barcelone, Random House Mondadori, 2008, p. 30-54.

11 Archivo Histórico Nacional. Sección Nobleza (Tolède), Osuna, C. 121, D. 3, traduit par nous.

12 Ibid., C.122, D. 13.

13 Lettre de Ferdinand le Catholique à Innocent VIII, 2 janvier 1492, cité par Álvaro Fernández de Córdoba Miralles, Alejandro VI y los Reyes Católicos. Relaciones político-eclesiásticas (1492-1503), Rome, Edizioni Università della Santa Croce, 2005, p. 162, traduit par nous.

14 Gaspare Pontani, Il diario romano (1481-1492), L. A. Muratori, Rerum italicarum scriptores, vol. III, fasc. 2, Città di Castello, S. Lapi, 1907-1908, p. 70. Nous reprenons la traduction de A. Latour, Les Borgia, op. cit. p. 28.

15 Cité par Álvaro Fernández de Córdoba Miralles, Alejandro VI y los Reyes Católicos, op. cit., p. 164.

16 Ibid., p. 165, traduit par nous.

17 Ibid., p. 166, traduit par nous.

18 Selomoh Ibn Verga, La vara de Yehudah (Sefer Sebet Yehudah), trad. de l'hébreu en espagnol par M. J. Cano, Barcelone, Riopiedras Ediciones, 1991, p. 221-222, traduit par nous.

19 L'Espagne.

20 S. Ibn Verga, La vara de Yehudah, op. cit., p. 292-293, traduit par nous.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search