Version classiqueVersion mobile

Crises de vers

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier : questions à la recherche dix-neuviémiste

Des Presses universitaires ?

Jacques Neefs

Texte intégral

1Cela ne devrait pas être une question. La pertinence et la nécessité de l’existence et du développement de Presses universitaires, c’est à dire de centres d’édition attachés à des universités, tiennent à la situation actuelle de la recherche en France et à la nécessité de faire connaître et de diffuser les travaux qui sont faits dans l’Université et dans les grands établissements scientifiques : de les faire connaître, contester et partager dans tous les milieux actifs et curieux, mais aussi, bien évidemment, hors les enceintes des universités, c’est-à-dire de les rendre véritablement publics, pour que ce qui s’invente là comme compréhension nouvelle de notre monde, de notre histoire, soit partagé. En effet, si les universités ne prennent pas ce travail en charge par l’intermédiaire de leurs « Presses », on voit mal qui continuera à s’en charger, du moins dans la multiplicité et l’expérimentation, dans l’initiative et la patience.

2La pertinence et la nécessité des Presses universitaires tiennent également au mouvement de plus en plus fort d’échanges entre les universités, européennes en particulier, dans la mesure où les universités françaises sont très actives dans les programmes européens, mais échanges entre les universités du monde entier également, dans la mesure où les études universitaires sont actuellement un des modes les plus féconds, avec la création littéraire et artistique, d’échanges entre pays éloignés (les échanges économiques n’ayant évidemment pas, par eux-mêmes, un égal souci de la longue durée et de la connaissance réciproque). La circulation des étudiants, qui est réelle, qui porte avec elle des exigences fortes d’information, de compréhensions en regard, de points de vue divergents, d’interrogations traduites d’une culture à l’autre, ne peut pas ne pas s’accompagner de la circulation des livres, de l’échange d’ouvrages, de ce qui peut rester des rencontres et des débats, de ce qu’on peut lire et relire après coup. La circulation des idées qui passe par l’importation et l’exportation « privée » des livres (ceux qu’on détient, que l’on donne, que l’on échange) a une ténacité intéressante, conservatrice ou conservatoire, comme l’on voudra, mais qui entretient le sentiment de la durée parallèlement à celui de l’immédiateté et de la vitesse. La découverte personnelle des livres et l’attachement qu’on peut leur porter sont fondamentaux dans cette circulation entre pays et cultures, c’est à dire entre individus intéressés à comprendre et à trouver avec les autres : tel livre signalé dans un colloque, ou un cours, ou une conversation d’amis, aura parfois un destin impondérable, un effet lointain que personne ne pouvait prévoir. Cela est une des évidences de l’histoire de la culture, assurément, de celles que précisément l’Université étudie quand elle fait l’histoire des transmissions, des répétitions et des reprises (« Recognitions », suivant le beau titre anglais de Térence Cave). Cela est vrai aussi du travail si important des traductions, de ces adoptions qui font que l’on reconnaît que les autres ont pu dire ce qu’on voulait entendre, même si précisément c’est pour en écouter l’étrangeté, pour mesurer ce qui en reste véritablement intraduisible.

3Or, nous sommes, en France tout au moins, dans la situation paradoxale suivante : la recherche universitaire connaît depuis une décade au moins (la contractualisation des programmes de recherche a été un pas décisif) un développement et une ouverture concertés réguliers, importants, dont on peut mesurer les résultats dans la qualité et l’originalité des doctorats et dans la nouveauté grandissante des problématiques scientifiques, dans le domaine des sciences humaines et des études littéraires en particulier, qui est celui auquel je m’attache ici. La politique affirmée d’une décentralisation véritable dans les procédures de contractualisation a eu des effets sensibles, dans le même sens d’une démultiplication des initiatives, des volontés, des curiosités, et souvent des découvertes, des renouvellements profonds. Et, dans le même temps, les grandes maisons d’édition françaises, qui ont eu un rôle considérable, dans les années 1950-1980, pour le renouvellement en profondeur des sciences humaines et des études littéraires, ont perdu progressivement toute latitude proprement intellectuelle. Les grandes collections à portée intellectuelle lente ou difficilement prévisible fondent comme peau de chagrin, et il est d’autant plus remarquable que certaines maisons d’éditions importantes (et d’autres, plus artisanales, plus héroïques également) puissent tout de même régulièrement assurer des titres nouveaux et forts dans le domaine des sciences humaines et des études littéraires. Les grandes maisons d’édition ont en effet, pour la plupart, été livrées à une loi économique du rendement immédiat (tourné vers ce que l’on suppose être « l’attente du public »), et à l’urgence d’un rendement financier. L’aide des financements publics, pourtant considérable, dans la publication des ouvrages jugés « difficiles », semble ne plus leur suffire. On peut mesurer cela à la courte durée d’existence commerciale de la plupart des livres, à la multiplication des tentatives de carénages nouveaux, et à la vitesse d’intervention du pilonnage ; on peut le voir également avec les difficultés – le mot est faible – actuelles des Presses Universitaires de France, qui sont véritablement consacrées à l’édition « universitaire », dans une conception large et réellement publique. Or il est assuré que l’invention intellectuelle n’a aucune commune mesure avec « l’intuition » (ou les certitudes) du marketing, puisque précisément son travail est l’imprévisible, puisque son rôle est de produire ce qui ne sera reconnu que dans un certain temps, dans le temps de la compréhension, de la reprise, de l’adaptation, et, au début, dans l’immédiat, du petit nombre.

4Les Presses universitaires ont donc dû et pu prendre en charge cette fonction de la publication et de la circulation des travaux scientifiques, au moment où ceux-ci trouvaient une ampleur nouvelle. Cela a une évidence historique dans les pays anglo-saxons, où les Presses universitaires ont depuis longtemps une tradition et une importance considérables, où publier fait depuis longtemps partie du métier (et de la carrière) d’universitaire, et où les livres de Presses universitaires sont régulièrement recensés, critiqués – et achetés, cela engage la politique des bibliothèques –, même si c’est dans le cercle relativement clos du monde universitaire lui-même. Aussi peut-on mesurer l’amplitude considérable de ce dont se sont chargé les Presses d’universités en France depuis dix ou quinze ans : revues, collectifs, colloques, ouvrages théoriques, collections multiples, une personnalité se dessine progressivement pour chacune d’elles. Le lien à la région peut être un choix particulièrement riche, en offrant les ouvrages scientifiques (historiques, géographiques, sociologiques, littéraires) qui renforcent l’appartenance de l’université à son espace politique et culturel, et qui réciproquement intéressent le public à ce qui se fait dans l’université (surtout quand cela est associé à l’ouverture de l’université pour des conférences et débats publics, comme cela est de plus en plus souvent le cas). Mais c’est aussi l’invention de sujets nouveaux aussi bien que de méthodologies expérimentales que les Presses universitaires peuvent apporter, dans la mesure précisément où elles sont le moyen pour les équipes de recherche et pour les chercheurs de « proposer » et de « soumettre » des résultats, des questions, et dans la mesure où elles sont pour une université le moyen de construire et diffuser une politique scientifique. Si les Presses universitaires ne sont pas utilisées comme le lieu automatique de publication des travaux des équipes de recherches, des chercheurs ou des thèses de l’université qui les anime (et cela ne pourrait de fait pas être longtemps la politique des Presses, qui sont très vite conduites à se gérer en éditions, c’est-à-dire à produire des ouvrages diffusables, recevables, susceptibles d’être lus, cités, discutés), c’est-à-dire quand les Presses universitaires élaborent dans le temps, en équipe, et en s’attachant à s’ouvrir vers ce qui est probant, incitatif, une véritable politique d’édition scientifique identifiable, caractérisée, alors c’est la recherche elle-même qui y gagne.

5Les actions de coopération entre les universités, entre les équipes de recherche y trouvent en outre une forte motivation : le livre issu de telle rencontre organisée entre équipes de pays différents aura des chances d’être plus qu’une sorte d’album amical de cette rencontre dès que l’enjeu scientifique est renforcé par la publication elle-même : les co-éditions jouent là un rôle important. Et quand on lit les catalogues de diffusion des Presses d’universités, on est frappé par la diversité des intérêts nouveaux, ceux qui précisément se cherchent, même si précisément les co-éditions internationales semblent être encore en nombre insuffisant. Mais que la politique de publication fasse partie désormais de la conception de la recherche elle-même au sein des universités est un gain fondamental, en particulier quand les instances traditionnelles de l’édition ne sont plus guère en mesure d’assurer la pleine liberté de l’expérimentation, de l’hypothèse hasardeuse ou encore peu compréhensible. Et, dans ce même mouvement, les Presses universitaires ont un rôle considérable à jouer par la traduction des œuvres critiques et théoriques étrangères (mais l’on sait que cela est particulièrement difficile par le coût ajouté), rôle d’identification, de découverte, de rapprochements, que les échanges universitaires internationaux grandissants devraient permettre, et qu’ils exigent.

6Les Presses universitaires, ou Presses d’universités, peuvent donc être cette chance, parallèlement à la diffusion électronique, rapide, active, mobile, des connaissances et des échanges – mais en ce domaine également il faut des « éditeurs » –, pour que la recherche prenne sens en dehors de son seul exercice, pour que le travail universitaire ne soit pas autarcique, pour que l’enseignement pratique et oral soit relayé dans la publication des recherches, et remplisse sa fonction d’échange, de création et de diffusion des savoirs, des questions, des propositions. Leur coût, et leur bénéfice, doivent être une partie parfaitement intégrée dans ce que l’on considère devoir être consacré à la recherche, et aux échanges, c’est-à-dire au rôle des universités.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search