Version classiqueVersion mobile

La famille Borgia

 | 
Raphaël Carrasco

Chapitre I. Calixte III et l'implantation romaine des Borgia

Texte intégral

1L'histoire des Borgia, celle qui intéresse le monde depuis cinq siècles, c'est un peu moins de cent vingt ans de mélange unique d'histoire familiale et d'histoire de l'Église. Entre l'intronisation du pape Calixte III en 1455 et la mort en 1572 de saint François Borgia, à aucun moment on ne peut séparer dans la vie des membres de cette étonnante famille, sauf peut-être durant la période ferraraise de Lucrèce, et encore cela n'est-il pas si clair, le spirituel du temporel, les stratégies familiales des aspirations individuelles et des calculs de la haute politique.

2Les Borgia durent en effet tout leur pouvoir à l'Église de Rome. Sans le prestige, sans les réseaux d'influence et la fortune que permettaient d'acquérir à l'époque les grandes charges ecclésiastiques, le théâtre d'opérations de ces membres de la moyenne noblesse provinciale ibérique n'aurait certainement pas débordé le modeste cadre de leur petit royaume d'origine, à l'évidence trop étroit pour contenir les ambitions de ses principaux représentants, les héros de cette histoire : d'un Alfonso d'abord, parti pour Naples à la suite de son entreprenant souverain, de son neveu Rodrigo après lui qui sa vie durant œuvra à l'accomplissement de sa grande ambition pontificale, de César ensuite, l'insatiable rejeton de ce dernier qui mit son génie militaire au service des États de l'Église afin de mieux se grandir et pour finir, un demi-siècle après que les Borgia eurent été chassés du théâtre romain, le retour sur le devant de cette même scène, à son plus haut niveau d'excellence, de l'arrière petit-fils de Rodrigo, François, le troisième général des jésuites, Grand d'Espagne et saint de l'Église de Rome. C'est d'abord dans l'Église que les Borgia réussirent à se faire un nom, qu'ils parvinrent à constituer un patrimoine considérable et à durer dans la mémoire des hommes, en bien ou en mal, selon les protagonistes, à l'instar de tant de familles italiennes, mais dans le cas de nos Valenciens, sans doute au prix de plus grands efforts et de transgressions plus onéreuses, non seulement pour leur réputation, mais aussi pour leur propre vie. C'est de même dans l'Église que, pour boucler la boucle en quelque sorte, les Borgia brillent à nouveau d'une nouvelle gloire, mais toute spirituelle cette fois et débarrassée des sinistres oripeaux de la légende noire alexandrine, et rendant pour ainsi dire à Rome ce qu'elle leur avait prêté, l'ornent d'un précieux joyau.

1 Une famille de la moyenne noblesse

Les origines

  • 1 Cité par Luis Pablo Martínez et Miguel Navarro, « La histotiografia i els orígens dels Borja », da (...)

3Rien ne laissait présager, à l'aube du XVe siècle, que la famille Borja établie à Xàtiva, dans le sud du royaume de Valence, allait connaître la fulgurante ascension romaine que l'on sait, jusqu'à rivaliser avec les plus grands potentats du moment, tels les Orsini et les Colonna, pour finir par mêler son sang à celui d'illustres familles ducales, princières et même royales. Car avant qu'Alfonso, le futur pape Calixte III, ne perçât dans l'entourage du roi d'Aragon Alfons V « el Magnànim » — le Magnanime — et ne devînt évêque de Valence, puis cardinal, sa famille était parfaitement inconnue dans le royaume d'Aragon, comme elle devait du reste le demeurer à l'étranger, au point qu'au moment de son ascension sur le trône de saint Pierre, les chroniqueurs italiens se trouvèrent dans l'incapacité de fournir le moindre renseignement biographique à son sujet. Celui qui en dit le plus, Æneas Sylvius Piccolomini — son successeur sous le nom de Pie II — se borne à indiquer dans son De Europa qu'Alfonso Borgia était espagnol et de noble ascendance — « nobile genere natus1 ». Et encore se trompait-il sur ce second point, comme nous verrons plus loin.

4Le patronyme Borja fut latinisé sous la forme Borgia pour la première fois dans la bulle de Martin V nommant Alfonso évêque de Valence, expédiée le 20 août 1429. Dès lors il est devenu habituel de désigner par le nom latinisé, que l'on a coutume de qualifier d'« italien », les membres de cette famille. Cependant, en Espagne, lorsqu'on l'emploie, on le réserve pour ceux ayant vécu en Italie — Alexandre VI, César, Lucrèce et les princes de Squillace principalement — alors que pour la branche valencienne des ducs de Gandía on a conservé la graphie Borja.

5Des Borja, il y en avait de nombreux, venus s'installer dans plusieurs contrées du royaume de Valence dès la reconquête de ce dernier sur les Mores par Jacques 1er « le Conquérant » au milieu du XIIIe siècle. Mais ils n'appartenaient pas tous à la même famille ni n'étaient davantage membres de l'ordre nobiliaire des caballeros ou milites, autrement dit, les fameux « cavallers de la conquesta » d'où était issue la haute noblesse valencienne. L'histoire des huit chevaliers Borgia accompagnant le roi d'Aragon pendant la conquête de Valence (1238) n'a pas grand fondement et du reste nous ne connaissons aucun document fiable concernant nos Borja antérieur au second tiers du XIVe siècle. C'étaient des familles de colons — pobladores — venues occuper l'espace libéré par les populations infidèles et qui, si elles ne répugnaient pas à faire le coup de feu le cas échéant, trouvaient leur quotidien, et même plus que le nécessaire, dans l'exploitation de domaines agricoles qui leur avaient été distribués et dans le commerce. Certaines d'entre elles allaient connaître une ascension assez remarquable entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XIVe. Tel est le cas de celle qui nous intéresse, contrairement à ce qu'affirment la plupart des biographes, enclins à prendre pour argent comptant ce qui n'est que le résultat d'une longue élaboration légendaire dont les origines remontent à Alexandre VI lui-même. Mais récemment, les travaux de Miguel Batllori — en particulier La familia de los Borjas, édité en 1999 — et les nombreuses et importantes publications issues du Ve centenaire du pontificat d'Alexandre VI ont complètement renouvelé notre connaissance des origines de la famille.

6Les Borja de Xàtiva trouvent probablement leur origine dans la ville aragonaise du même nom. On affirme volontiers qu'ils prirent, comme c'était souvent l'usage, les armes de leur ville : d'or, au taureau de gueules paissant sur une terrasse de sinople. Mais il ne s'agirait que d'une partie de l'écu de la cité de Borja, car celui-ci est coupé, avec une tour crénelée dans la partie supérieure, le fameux taureau ne figurant que dans la moitié inférieure, et encore ce taureau porte-t-il une sonnaille, contrairement à celui des Borgia, et en outre, il ne figure pas dans les plus anciennes armoiries de la ville connues. En réalité, le plus probable est qu'il s'agisse d'un blason « parlant » — du catalan bou>taureau — antérieur à l'apparition du taureau sur les armes de la ville. Du reste, Calixte III ajouterait une bordure « parlante » elle aussi, chargée de huit touffes d'une plante appelée « botja » (dorycnie ou badasse) que d'aucuns voient comme étant des flammes, flammes d'où serait tirée l'emblème d'Alexandre VI qu'on peut contempler dans ses appartements du Vatican ainsi qu'au Forte Sangallo, à Civita Castellana. Cependant, ce lien n'est pas certain, ni même la signification de cette bordure.

7Mais bien qu'originaires de Borja, les héros de cette histoire ne descendaient nullement de Pedro Atarés, bâtard du roi Ramiro Ier d'Aragon (1006/7-1063/69) et seigneur de la ville en question qui, on le sait désormais, mourut sans descendance. Cette légende, forgée, d'après certaines sources, par le dominicain Annio de Viterbe vers 1500, au moment où Alexandre VI planifiait le mariage de sa fille Lucrèce avec Alfonso d'Este, ne répond qu'au désir du pontife de s'attribuer une noblesse immémoriale dont son lignage ne pouvait malheureusement se prévaloir. Cette fausse généalogie fut reprise par de nombreux auteurs qui ne crurent pas bon de la questionner, sans doute parce qu'elle fut accréditée un siècle plus tard par Gaspar Escolano dans sa fameuse histoire de Valence, où il prétend la tenir de vieilles chroniques dont l'ancienneté atteste forcément l'authenticité :

  • 2 Gaspar Escolano, Década primera de la insigne y coronada ciudad y reyno de Valencia, Libro III, ca (...)

Don Pedro d'Atarès était de sang royal et on dit qu'il prit ce nom car il était le seigneur de cette contrée qui avait titre de comté, et qu'ensuite il prit celui de Borja qui était celui de la ville qu'il possédait alors et les chroniques anciennes disent que de lui descendent les chevaliers de Borja venus conquérir la ville de Xàtiva dont descend la très illustre maison des ducs de Gandía2...

8C'est bien cette version ennoblissante qui devait désormais prévaloir dans l'histoire officielle de la maison ducale de Gandía, où l'on trouve d'autres falsifications allant dans le même sens, telle celle consistant à faire de César, de Lucrèce et des leurs frères les enfants de Rodrigo et de Giulia Farnèse, la jeune sœur du futur pape Paul III, d'une famille plus huppée que celle de dame Cattanei, la véritable mère de ses enfants les plus connus, personnage que nous n'allons pas tarder à retrouver.

9Mais en dépit de ces enjolivements, il n'en demeure pas moins que la famille paternelle de Rodrigo-Alexandre VI avait des origines relativement modestes et ne parvint à rejoindre les rangs de la petite noblesse qu'au cours du XIVe siècle, pour parvenir à se hisser vers le milieu du siècle suivant à un niveau supérieur, sans pour autant atteindre le premier rang, alors que celle de son oncle maternel le pape Calixte, elle, n'était point noble.

L'ascension locale des Borja

10Exemple caractéristique de la croissance qu'allaient connaître certains lignages de la moyenne noblesse valencienne à la fin du Moyen Âge et au début de l'Époque moderne, les Borja, profitant de la conjoncture économique très favorable, surent mener une intelligente politique d'investissements qui leur permit, par un habile jeu d'alliances, de s'élever notablement dans l'échelle sociale. Cette ascension avait vraisemblablement été préparée de longue date lorsque, au moment de la Guerre de l'Union — Guerra de la Unió (1347-1348) —, nos Borja optèrent pour le parti du roi d'Aragon Pierre IV le Cérémonieux contre la noblesse aragonaise, marquant ainsi leurs distances avec ce royaume et optant clairement pour un ancrage valencien. Ce fut là le début de leur ascension, le roi leur montrant sa reconnaissance en les dédommageant très largement pour les pertes subies en leur faisant don de plusieurs propriétés dans les alentours de leur cité. On sait que dès la seconde moitié du XIIIe siècle, ils maintenaient des liens de vassalité avec la très prestigieuse famille Vilaragut et qu'ils avaient été au service des Montcada, un des lignages les plus prééminents du royaume. Vers le milieu du XIVe siècle, un grand pas dans cette ascension était franchi grâce au mariage de Rodrigo-Gil de Borja, arrière grand-père paternel d'Alexandre VI, avec Francesca d'Oms-Fenollet, descendante de deux des familles les plus nobles et anciennes de Catalogne, possédant des rentes considérables en Roussillon, dans le Confient et le Capcir. L'importance de ce lien est du reste affirmée sans ambiguïté par le choix que firent Alexandre VI et les ducs de Gandía après lui, de joindre au taureau de leurs armes celles des Oms — fascées d'or et de sable de six pièces.

11C'est ainsi que vers les années 1400, nous trouvons à Xàtiva une famille Borja déjà très bien implantée, apparentée aux principaux lignages du royaume de Valence et qui s'était enrichie, plus que par la rente du sol — bien qu'ils fussent propriétaires de plusieurs exploitations agricoles au rendement non négligeable — par la finance, en devenant fermiers de rentes ecclésiastiques entre autres opérations lucratives. Dès le début du XVe siècle, certains membres de la famille venaient s'installer à Valence, signe non équivoque de la dynamique ascensionnelle du clan. Mais ils n'en demeuraient pas moins des représentants d'une élite locale à la sphère d'influence se limitant à l'horizon, somme toute modeste, du royaume de Valence. Les grandes carrières ecclésiastiques, les fastes romains, tout cela ne viendrait que plus tard, au bénéfice de l'expansion méditerranéenne de la couronne d'Aragon — la conquête du royaume de Naples par Alfons V le Magnanime en 1442 — et par le biais inattendu d'un représentant du côté le moins brillant, socialement parlant, du lignage, Alfonso, entré au service de ce souverain dès 1417, personnage clé de cette première histoire et sur lequel nous allons revenir.

12Il faut dire en effet que les deux papes Borgia étaient issus de deux branches distinctes, et inégales, de la famille, l'une urbaine, l'autre rurale, la première noble, la seconde roturière, mais toutes deux assez riches. Celui qui allait asseoir la prospérité romaine du clan, Alfonso, futur pape Calixte III, était issu de la branche inférieure, la moins fortunée et surtout celle qui n'appartenait pas à la noblesse, ses membres ayant toujours été recensés comme étant des « ciutadans honrats » et jamais comme des « cavallers », des « generosos » ou des « donzells ». Les ciutadans honrats constituaient l'élite roturière des communautés urbaines ; le cavaller était en principe le noble armé chevalier mais avec le déclin de l'institution chevaleresque, le terme finit par désigner l'élite de la moyenne noblesse, juste en dessous des nobles titrés — ducs, marquis, comtes et barons. Pour ce qui est des termes donzell et infançó, ils désignaient les fils de cavallers non encore armés, autrement dit, des nobles de deuxième génération au moins. Quant à generós, nom générique, il qualifiait un membre de la noblesse non titrée. Le grand-père d'Alfonso-Calixte III, Domingo de Borja, et le fils de ce dernier qui portait le même prénom étaient bien des ciutadans honrats et non des nobles, mais le fait que le second fût durant un temps gardien de la forteresse de Montesa — siège de l'ordre de chevalerie valencien homonyme —, laisse supposer qu'il avait acquis un statut proche de celui des nobles, mais en dépit des efforts des érudits pour éclairer cette ascendance tout cela demeure bien mystérieux. Toujours est-il qu'au début du XVe siècle, ces Borja de la branche inférieure possédaient plusieurs propriétés dans les environs de Xàtiva et d'Ontinyent, mais pas la Torre de Canals où ils vivaient et où dut naître le pape Calixte III qui elle, appartenait sans doute à l'autre branche des Gil de Borja, ce qui signifierait qu'ils étaient à leur service, circonstance admise à présent par tous les spécialistes.

13Ces autres Borja plus puissants, installés dans la ville de Xàtiva, avaient en effet opté, afin de se distinguer de l'autre branche Borja roturière, pour l'ajout à leur patronyme du nom de « Gil » comme marqueur du lignage en quelque sorte. Ils s'investirent dans la gestion des affaires municipales sur le banc des nobles ou « braço militar ». Au milieu du XIVe siècle, Gonzalo-Gil de Borja occupe la charge de « justicia » — officier de justice — à de nombreuses reprises entre 1342 et 1357, ainsi que celle de jurat. Son fils Rodrigo-Gil de Borja, l'époux de Francesca de Fenollet, citée plus haut, est à son tour justicia et jurat par intermittences entre 1381 et 1395. En 1382-1383, il siège aux Cortès de Μοnzόn comme « generós », statut qui le désignait déjà Tannée antérieure alors qu'il était justicia de Xàtiva. Son fils du même nom, quant à lui, épousa en 1375 Sibília Escrivà — et non d'Oms comme l'affirment de très nombreux biographes, la confondant avec sa belle-mère —, fille du juriste Guillem-Andreu Escribà et de Sibília de Pròixida, ce qui signifie qu'Alexandre VI et ses frères descendaient, à travers cette dernière, de Giovanni de Proscida, celui qui, après les Vêpres siciliennes (30 mars 1282) offrit la couronne de Sicile au roi d'Aragon Pierre III « le Grand ». En 1417, ses deux enfants, Jofré et Galcerán — les deux premiers-nés, Roderic et Joan, moururent prématurément, laissant à Jofré-Gil la tête du lignage — convoqués aux cortès pour la première fois, sont qualifiés respectivement de « caballero » et de « doncel ». Ces deux hommes allaient acquérir un relief social nouveau à l'occasion de la guerre entreprise en 1429 par Alfons le Magnanime contre Jean II de Castille et son favori don Álvaro de Luna, aidés sans doute par leur beau-frère Alfonso-Calixte III qui était alors chancelier du royaume d'Aragon et par les puissants Proixida. Durant ce conflit, Jofré-Gil, le futur père d'Alexandre VI, fut chargé d'inspecter les forteresses de la frontière alors que son frère Galcerán fut nommé capitaine, ce qui ne pouvait messeoir à cet homme qui en 1417 avait épousé rien moins que la fille unique des Montcada et s'était installé à Valence où d'autres membres de la famille n'allaient pas tarder à déménager, signe évident de la bonne fortune présidant aux destinées du clan.

14L'ascension valencienne des Borja semblait avoir atteint son zénith au cours du premier tiers du XVe siècle. Et c'est dans cette conjoncture que devait intervenir le grand événement qui allait changer la face des choses et rendre possible la postérieure saga des Borgia : l'union de Jofré-Gil, l'aîné de la branche noble, avec Isabel, sa cousine et sœur du futur pape Calixte III, mariage dont les capitulations furent signées le 8 octobre 1419 et dont devait naître, entre autres rejetons, Rodrigo, le futur Alexandre VI. La dot apportée par la promise, 3000 florins d'or, certes considérable, n'explique pas le pourquoi d'un tel mariage, par trop inégal. Ce qui rendit possible cette union des deux lignées Borja, fut sans nul doute l'ascension d'Alfons, homme d'Église au prestige international déjà reconnu et membre influent de la chancellerie d'Alfons V depuis deux ans, position dont on espérait tirer profit localement. C'est ainsi que le voyait déjà Escolano :

  • 3 G. Escolano, Década primera..., op. cit., Libro VI, cap. XXIII, col. 201, traduit par nous.

Il semble peu fondé de croire que Jofré de Borja, gentilhomme [...], eût désiré s'unir à une femme de condition inférieure. C'est pourquoi tout porte à croire que c'est cet écrit ancien qui dit vrai, d'après lequel c'est parce qu'Isabel était la sœur d'Alfonso, homme qui était déjà très bien en cour, que Jofré souhaita ce mariage afin d'en tirer avantage pour sa maison ; on peut aussi penser qu'ils s'unirent parce qu'ils étaient d'une même souche, d'une même descendance, du même nom3.

15L'historiographie la plus récente a apporté des précisions intéressantes à ce propos. On sait à présent que c'est Alfons lui-même qui tint à ce que cette alliance fût conclue et qui paya le montant de la dot. Pour quelle raison ? Pour masquer ses origines roturières sans nul doute.

16À la mort de Jofré-Gil de Borja, survenue en 1437, son beau-frère Alfons, alors évêque de Valence et vice-chancelier du royaume d'Aragon, fut nommé tuteur de ses cinq enfants et la veuve vint tout naturellement s'installer dans la capitale, où feu son mari avait déjà acquis une maison en 1427, au plus près de la bénéfique influence de son frère qui cependant ne résidait pas dans son diocèse puisqu'il avait suivi Alfons le Magnanime lancé à la conquête de Naples. Devenu cardinal, Alfonso s'installa à Rome où il commença à mettre en place sa politique « catalane » et familiale, ne s'entourant que de natifs de son pays, de telle sorte que, adepte d'un népotisme forcené, il ne ménagea pas ses efforts pour assurer le plus brillant avenir aux siens, surtout après qu'il fut devenu pape en 1455. À compter de ce moment, les destinées de cet éminent prélat et de ses neveux allaient être intimement liées. Mais il est temps de s'intéresser à ce fin politique, artisan décisif de la grandeur des Borgia.

2 Alfonso Borgia, l'homme d'appareil, le grand négociateur

17Pour celui qui allait, au soir de sa vie, devenir le premier pape Borgia, l'ascension des plus hauts sommets de la hiérarchie ecclésiastique ne fut possible que grâce à l'impulsion première venue du pouvoir politique aragonais alors lui-même en pleine expansion. L'engagement de l'intelligent Alfonso Borgia aux côtés de son souverain dans la résolution des nombreux conflits diplomatiques auxquels Alfons le Magnanime fut mêlé, en raison de son rôle dans le Grand Schisme mais aussi, et surtout, de ses prétentions sur le royaume de Naples, fut la plupart du temps payé de succès, de telle sorte que ce sévère juriste parvint assez rapidement à se rendre indispensable. Dès les premières années du règne du Magnanime, il est cité parmi ses conseillers et il devint sans tarder son vice-chancelier. Il ne le quittait plus, passant avec lui dans le royaume de Naples jusqu'à ce que, bien plus tard, une fois devenu le chef de l'Église, il ne prît ses distances, comme on va voir.

La fin du Grand Schisme

18Par un curieux effet du hasard, Alfonso Borgia, celui qui devait réussir à mettre un terme au Grand Schisme d'Occident, naquit précisément l'année ou débuta ce même schisme, 1378, le 31 décembre. Il commença ses études à Valence probablement et ce n'est que vers 1400, âgé de vingt-deux ans — et non à quatorze ans comme l'indiquent la plupart de ses biographes — qu'il arriva à l'université de Lérida, la plus ancienne et prestigieuse de la couronne d'Aragon dont il sortit en 1414 avec le titre de docteur en droits canon et civil. Ses qualités de juriste et ses dons d'administrateur furent les deux adjuvants essentiels de sa carrière : en 1411, Pedro de Luna, l'antipape Benoît XIII, plus connu comme « le pape Luna », le nomma assesseur officiel du diocèse de Lérida et trois ans plus tard, chanoine de cette cathédrale, nominations dans lesquelles on a cru voir la main du très influent dominicain Vicente Ferrer, à la fois collaborateur du roi d'Aragon et confesseur de Benoît XIII, qui l'avait remarqué jadis à Valence dont il était lui aussi originaire.

19Alfonso Borgia commençait sa carrière au service d'un Benoît XIII amoindri qui se trouvait dans ces années 1410 dans une posture internationale délicate. On était en plein schisme et l'Église traversait une passe bien noire. Nommé pape à Avignon en 1394, sans l'assentiment de la France, il entama en 1406 des pourparlers avec l'autre pape, Grégoire XII, afin d'en finir avec la division, mais les négociations n'aboutirent pas car Pedro de Luna voulait être reconnu comme étant le seul pape légitime dans la mesure où il avait été fait cardinal avant le schisme, en 1375. Il convoqua un concile à Perpignan — novembre 1408 — avec l'appui du roi Martin d'Aragon, assemblée qui se prononça en sa faveur, reconnaissance que le pape de Rome considérait comme illégale. L'obstination du pontife d'Avignon ouvrit la voie à l'alternative dite « conciliariste » proposée par les partisans de la convocation d'un concile général au cours duquel les deux papes se démettraient et où un nouveau pape romain serait élu. Un concile fut réuni à Pise en mars 1408 au cours duquel les deux papes furent déposés et un troisième, Alexandre V, élu. Mais Benoît XIII et Grégoire XII, forts des soutiens respectifs qu'ils avaient toujours de la part des différents royaumes européens, déclarèrent le concile illégal et ne voulurent rien entendre, de telle sorte que le concile de Pise, loin de clarifier la situation, la rendit encore plus inextricable. Les souverains des États chrétiens finirent par s'émouvoir de cette situation et décidèrent de s'en mêler directement, particulièrement l'empereur Sigismond qui obtint la convocation d'un nouveau concile où seraient présentes toutes les nations chrétiennes, lesquelles devraient s'entendre pour ne plus diviser leurs soutiens. Celui-ci s'ouvrit dans la ville de Constance en novembre 1414, moment où Pedro de Luna, qui avait transporté sa cour dans la forteresse de Peñíscola, au bord de la Méditerranée, perdit la plupart de ses soutiens, seuls les royaumes de Castille et d'Aragon lui demeurant fidèles. En 1415, le concile le condamna en tant qu'hérétique et antipape et proclama sa déchéance, ainsi que celle du pape romain Jean XXII. Dans le même temps, Martin V fut désigné comme seul pape de l'Église de Rome (11 novembre 1417). Le Grand Schisme était officiellement terminé, mais pas les tribulations de l'antipape Luna.

20Le 2 avril 1416, après le décès du roi d'Aragon Ferdinand Ier, son fils Alfons V, le futur « Magnanime » montait sur le trône et peu après on trouve mention d'Alfonso Borgia parmi les membres de l'administration royale, ce qui semble indiquer que ce dernier comprit très vite que, s'il voulait sauver sa carrière, il devait prendre ses distances avec l'antipape Luna et entrer au service du nouveau monarque. Celui-ci semblait grandement apprécier ses qualités, si l'on en croit la fréquence de ses interventions auprès de Martin V en faveur d'Alfonso. Il obtint la confirmation de tous les privilèges que celui-ci avait obtenus du pape Luna, auxquels vinrent s'ajouter plusieurs bénéfices ecclésiastiques à Valence. En 1420, il faisait partie du conseil de régence nommé par le roi pendant son absence, avec le titre de vice-chancelier du royaume et l'année suivante, le souverain sollicita du pape la pourpre cardinalice pour son conseiller, mais les relations entre Rome et l'Aragon s'étant brusquement tendues en raison des prétentions d'Alfons V sur le royaume de Naples, cette requête demeura sans effet et ce n'est que vingt-trois ans plus tard qu'il serait enfin élevé à cette dignité. En attendant, toute promotion ecclésiastique semblant compromise, il servit avec efficacité son souverain dans diverses missions diplomatiques tout en se rendant, lorsque ses occupations à la cour d'Aragon le lui permettaient, à ses tâches à la cathédrale et à l'université de Lérida. Ce n'est qu'avec la véritable fin du schisme, entendez la résolution du problème posé par le maintien du pape Luna, que sa carrière ecclésiastique décollerait.

21Dans le nouveau climat de tension créé par la question napolitaine, Alfons V décida de jouer la carte de l'antipape contre Martin V ce qui eut pour effet de prolonger artificiellement le schisme dans la mesure où le pape de Peñíscola avait perdu tout soutien, aussi bien des puissances chrétiennes que de la part de son propre clergé aragonais. À la mort du pape Luna (1423), c'est un humble chanoine de Teruel qui lui succéda sous le nom de Clément VIII. Le roi d'Aragon, pour défier le pape de Rome, non seulement décida de reconnaître ce nouvel antipape, mais parraina son couronnement solennel dans la cathédrale de Barcelone. Les choses s'envenimèrent encore entre les deux hommes mais après que Martin V eut excommunié Alfons V, celui-ci crut bon de reculer, décidant de négocier et c'est Alfonso Borgia qui fut dépêché à la forteresse de Peñíscola, lieu entouré de sinistres légendes et où tous redoutaient de se rendre, avec mission d'en faire sortir l'antipape et de le faire renoncer. Le choix de Borgia n'était pas seulement dû à l'estime dans laquelle le tenait le souverain : le nouvel antipape avait appartenu au chapitre cathédral de Valence et par conséquent il est plus que probable que les deux hommes se connaissaient. Cependant la tâche était ardue compte tenu de la farouche attitude de refus qu'avait maintenue Clément VIII jusque là. Mais Alfonso réussit. Il mit le pied sur le rocher de Peñíscola le 24 juillet 1429 et le 26, le pape schismatique renonça solennellement à la dignité pontificale. Il recevait en échange l'évêché de Majorque. C'en était fini de dix longues années d'une résistance aussi farouche qu'inutile et incongrue des antipapes aragonais.

Le retour de fortune

22Le succès de cette délicate mission relança la carrière ecclésiastique d'Alfonso Borgia de manière fulgurante. Il avait réussi le tour de force de rester fidèle à son roi tout en faisant allégeance au souverain pontife qui pourtant était l'ennemi de ce dernier. Dès le 20 août, du château de Peñíscola où il se trouvait, le légat pontifical Pierre de Foix réservait pour lui l'évêché de Valence, le couvrant d'éloges dans la lettre qu'il envoyait à Martin V. Celui-ci répondit qu'il saurait récompenser Alfonso comme il le méritait. Devenu titulaire d'un des évêchés les plus riches de la péninsule, il se consacra à son diocèse, tout en servant le Magnanime dans de nombreuses missions qui l'accaparaient de plus en plus. De fait, la promotion d'Alfonso à la mitre de Valence allait lui permettre de secourir efficacement son roi en matière de finances. Jusqu'aux jours mêmes de son élection au trône de Saint-Pierre, Alfonso transféra régulièrement d'importantes sommes de son diocèse vers les coffres du Magnanime — par exemple, 6 000 florins en 1429, 4 000 l'année suivante, 3 880 ducats valenciens en septembre 1453 —, aspect rarement commenté mais qui éclaire plus justement, pensons-nous, les motivations de Borgia : ce n'est pas pour l'argent qu'il brigua l'évêché, mais par politique, pour servir. Alfonso évêque, puis cardinal, fut surtout et avant tout un homme du roi. Ce n'est qu'une fois devenu pape qu'il prendrait ses distances avec le monarque.

23Il faut dire que les années 1432-1443, qui correspondent au grand déploiement diplomatique et militaire du roi d'Aragon en Italie en vue d'asseoir sa domination sur le royaume de Naples, furent riches en négociations et accords de toutes sortes entre les Napolitains, les comtes d'Anjou, le Saint-Siège et le Milanais et sur ce terrain, Alfonso Borgia excellait. En 1436, il s'embarquait pour les côtes parthénopéennes emmenant avec lui un jeune homme de treize ans qui jouerait un grand rôle plus tard dans la famille du Borgia, Ferrante, le fils illégitime du Magnanime, futur roi de Naples. Il ne devait revenir en Espagne qu'à une seule occasion, en 1537, où il résida six mois dans son diocèse qu'il abandonna définitivement en juin 1438 pour s'en retourner à Naples. Il s'attela alors à la tâche d'organiser ce grand royaume, devenant président de sa principale cour de justice, le Sacro Consiglio ou Tribunal de Santa Chiara ainsi que du Conseil royal d'Alfons V.

  • 4 Louis Pastor (Ludwig von Pastor), Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, trad. de l'allema (...)

24En mars 1431, Eugène IV succédait à Martin V et dut d'emblée affronter l'opposition du mouvement conciliariste en même temps que les prétentions d'Alfons le Magnanime sur le royaume de Naples. Le concile de Bâle, qui s'était ouvert le 23 juillet 1431, prétendait limiter les pouvoirs du pape en le réduisant « au rôle du premier des fonctionnaires au service d'une assemblée constituante4 ». Il était clair que la voie ouverte par ce synode conduisait à un nouveau schisme. Et pour compliquer encore la situation, Eugène IV avait affaire aux agissements du duc de Milan, Philippe-Marie Visconti, son ennemi déclaré, qui sous prétexte d'obéir aux ordres du concile, fit envahir les États de l'Église par ses condottieri aidés par les Colonna. Rome fut bientôt menacée, sa campagne pillée. Le pape décida alors de se réconcilier avec les conciliaires de Bâle en acceptant de négocier, mais c'est alors que, à l'instigation de ses ennemis, le 29 mai 1434, la ville de Rome se souleva, proclamant la République et obligeant Eugène IV à fuir précipitamment en barque, sous des habits de bénédictin, jusqu'à Ostie et de là, à Pise puis à Florence. Il s'installa dans le couvent de Santa Maria Novella, laissant la Ville Éternelle livrée à l'anarchie.

25De son côté, Alfons V, utilisant à son profit les tensions religieuses ainsi qu'il l'avait déjà fait pendant le Grand Schisme, pour faire céder le nouveau pape qui lui refusait l'investiture du royaume de Naples, appuyait ses adversaires du Concile de Bâle et le pape, par un échange de bons procédés, favorisait les démarches de René d'Anjou qui était devenu en 1435 héritier du royaume par le testament de la reine de Naples Jeanne II, sa cousine et entendait bien faire valoir ses droits contre le roi d'Aragon. Le pape obtint du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, qu'il le libérât — contre une rançon — en 1437. René d'Anjou s'empressa de prendre la mer et débarqua à Naples, s'y fit couronner roi et y reçut l'aval pontifical. S'ensuivit un conflit armé avec le roi d'Aragon qui ne lui fut point favorable. Il échoua en 1442 devant le Magnanime dont les troupes s'emparèrent de la ville. Alfonso Borgia, qui menait les négociations entre le pape et son roi depuis le début des pourparlers de Florence en mai 1339, fut dépêché à Terracina, entre Naples et Rome, afin de parachever l'accord qui mettrait fin à vingt années d'affrontements : Alfons V lâchait les conciliaristes, reconnaissait la légitimité d'Eugène IV et s'engageait à lui faciliter le retour à Rome ; en compensation, il recevait l'investiture du royaume de Naples et les places fortes stratégiques de Terracina et de Bénévent, à la frontière entre les États de l'Église et le royaume de Naples. En septembre 1443, Eugène IV faisait son entrée triomphale dans la Ville Éternelle. À peine six mois plus tard, le 2 mai 1444, Alfonso Borgia, pour prix de ses efforts, était élevé au cardinalat du titre des Quatre-Saints-Couronnés. Cette promotion fut voulue à la fois par le roi d'Aragon qui y trouvait un bénéfice publicitaire non négligeable en même temps qu'un appui au sein du Sacré Collège qui pourrait s'avérer précieux et par le souverain pontife qui voyait en lui un collaborateur compétent et un conseiller sûr.

26La vie du nouveau cardinal allait en être totalement changée. Il s'installa à Rome dans la résidence attenante à son église titulaire, sur le mont Cœlius, bien décidé à ne plus retourner à Naples ni à Valence. Une nouvelle carrière romaine, au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, commençait pour lui. Il allait pouvoir veiller encore plus efficacement qu'il n'avait fait jusqu'ici à l'avenir de sa famille, dont le destin romain semblait désormais s'affirmer sans équivoque. Mais en attendant que ces lendemains chantassent, la faveur dont avait joui Alfonso auprès de son roi durant toutes ces années n'avait pas manqué d'avoir des retombées très positives pour sa famille. C'est le père de son neveu Rodrigue, Jofré-Gil de Borja qui le premier allait en profiter en bénéficiant, après une sombre affaire de meurtre dont il fut accusé (octobre 1420) et que nous n'allons pas rapporter ici, de la grâce royale demandée par son beau-frère. Il entra ensuite au service de ce dernier comme son homme de confiance et administrateur de ses biens alors qu'il était évêque de Valence. Parallèlement à l'ascension de son beau-frère, Jofré avait reçu des marques grandissantes de la faveur royale : il était devenu agent d'Alphonse le Magnanime pour qui il effectua plusieurs missions et qu'il servit avec une compagnie de soldats pendant la guerre que le souverain entreprit contre son cousin Juan II de Castille (1429-1430). Il fut ensuite nommé gouverneur de la forteresse de Caudete sur intervention expresse de son beau-frère.

3 Le pape Calixte III

L'élection

  • 5 Camerlingue de la Sainte Église romaine : cardinal de curie placé à la tête de la Chambre apostoli (...)
  • 6 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p 307.

27Alfonso Borgia ne dut son élection qu'à des circonstances imprévisibles, comme il s'en produit somme toute assez souvent dans l'histoire. Lorsque Nicolas V trépassa dans la nuit du 24 au 25 mars 1455, nul ne songeait en effet au cardinal Borgia pour lui succéder. Bien qu'il fût un jurisconsulte réputé, que ses vertus et sa piété fussent unanimement reconnues, il était loin d'avoir l'ascendant d'un Barbo, d'un Capranica ou d'un Scarampo et surtout il n'était pas italien et cela devait suffire à l'exclure d'emblée de la liste des favoris, tant les Italiens tenaient à ce que le pape fût quelqu'un de chez eux et que le Saint-Siège demeurât en Italie. Le Sacré Collège comptait alors vingt membres, mais quinze seulement étaient à Rome au moment de l'élection et purent participer au conclave : sept Italiens, quatre Espagnols, deux Grecs et deux Français. Mais plus que la question de la nationalité, ce furent les manœuvres des deux grandes factions qui dominaient alors la Ville éternelle, celle des Orsini et celle des Colonna qui finirent par s'avérer déterminantes. Chacune des familles avait un cardinal susceptible d'être promu : Latino Orsini, archevêque de Trani pour l'une, Prospero Colonna pour l'autre. Mais peu après le début du conclave, qui s'était ouvert le 4 avril, il apparut que les chances d'Orsini étaient compromises. Ce dernier apporta alors son soutien au Vénitien Pietro Barbo, alors que le parti des Colonna qui ne disposait pas de voix suffisantes pour faire élire son candidat mais en avait assez pour empêcher que ne se constituât la majorité des deux-tiers requise, paralysa le conclave. Face à Barbo, le plus en vue était son grand ennemi, le cardinal Luigi Scarampo, très mondain, excessivement riche et gastronome avisé — on l'appelait « le cardinal Lucullus » —, patriarche d'Aquilée, évêque de La Cava de'Tirreni en Campanie et camerlingue de la Sainte Église romaine5. La candidature de Barbo abandonnée — il serait élu pape plus tard, en 1464, sous le nom de Paul II —, c'est celle du Grec Bessarion qui émergea, mais son extrême austérité faisait peur à Scarampo qui bloqua l'élection. Entre ceux qui voulaient un italien et ceux qui préféraient un étranger, les amis des Colonna et des Orsini, les mondains et les rigoristes, le conclave n'avançait pas. Le peuple s'impatientait. Il fallait trouver un candidat neutre. Scarampo et le Français Alain de Coëtivy songèrent à un vieillard qui n'en avait certainement plus pour très longtemps à vivre : Alfonso Borgia. Il fut élu dans la matinée du 8 avril. Ainsi que l'avaient prédit certains, la désunion des Italiens aboutissait à l'élection d'un pape étranger, « Catalan » — à Rome, on appelait les Valenciens « gli catalani », sans chercher à distinguer les ressortissants de la principauté de Catalogne des habitants du royaume de Valence bien que leur histoire, leur langue, leur monnaie et leurs institutions fussent différentes — et parfaitement inconnu ainsi que nous l'avons signalé plus haut. On mit alors en circulation la soi-disant prophétie du dominicain valencien Vincent Ferrier, grand orateur et pourfendeur de juifs devant l'Éternel, qui remarquant au cours d'un prêche dans sa ville natale un jeune ecclésiastique, lui aurait dit alors que celui-ci lui demandait une prière : « Mon fils [...] souviens-toi que tu es appelé à devenir un jour l'ornement de ton pays et de ta famille. Tu parviendras à la plus haute dignité qu'il soit donné à un mortel d'atteindre. Moi-même, après ma mort, je serai de ta part l'objet d'une vénération toute spéciale6. » Le nouveau pape, qui aimait à rapporter à ses amis cette prédiction qui l'aurait tellement frappé qu'il l'aurait toujours gardée présente à l'esprit, eut à cœur, sitôt intronisé, de faire reconnaître la sainteté de Vincent Ferrier dont le procès de canonisation avait déjà été introduit du temps de Nicolas V et suivi, entre autres, par Alfonso Borgia lui-même. Ce fut chose faite le 29 juin 1455, seulement deux mois après qu'il fut devenu le chef de la Chrétienté. En réalité cette prophétie, c'est désormais chose admise, était de l'entière invention de Calixte III et en dit long sur le talent de communicateur, comme on dit aujourd'hui, de ce pape valencien jusqu'à la moelle.

28Inutile de préciser qu'une telle élection déplut fort en Italie et ne manqua pas de susciter de nombreuses craintes. L'archevêque de Florence Antonino Pierozzi — Sant'Antonino, canonisé en 1553 — rend compte de la défiance ressentie par les Italiens à l'endroit de Calixte III dans une lettre datée du 24 avril 1455 et adressée à un certain Jean, habitant de Pise :

  • 7 Id., ibid., p. 312

Au premier moment, l'élection de Calixte III a été peu agréable aux Italiens, et cela pour deux motifs. D'abord, comme il est originaire de Valence, ou de Catalogne, ils redoutent qu'il ne songe quelque jour à transférer la cour pontificale en pays étranger. En second lieu, ils craignent qu'il ne confère les places fortes des États de l'Église à des Catalans et que plus tard, dans un cas donné, il ne devienne difficile de les retirer de leurs mains7.

29Mais ce saint prélat s'empresse d'ajouter que cette première impression négative avait promptement cédé la place à des sentiments plus positifs :

  • 8 Ibid.

Cependant, la réflexion est venue, on a connu sa réputation de bonté, de sagesse, de droiture et d'impartialité ; puis il a pris par écrit, j'ai vu de mes propres yeux une copie de ce document, l'engagement solennel d'appliquer toutes ses forces, comme le lui conseillaient les cardinaux, à organiser la guerre contre les Turcs et à reconquérir Constantinople : depuis lors, on a bon espoir8.

  • 9 Carl Joseph Hefele, Histoire des conciles d'après les documents originaux, trad. par dom. H. Lecle (...)

30Le pape Calixte était un homme d'une grande simplicité qui détestait la pompe et l'éclat autant que son neveu Rodrigo devait les rechercher plus tard lorsqu'il serait à sa place. Ce juriste austère et peu loquace ne passait pas pour un grand amateur d'art ni un mécène éclairé. Détesté par les humanistes qui avaient fait les beaux jours de la cour de son prédécesseur Nicolas V, ceux-ci portèrent sur lui des jugements extrêmement négatifs, à l'exception toutefois du grand Lorenzo Valla que le nouveau pape nomma secrétaire apostolique et combla de bienfaits. Mais il est vrai que Calixte III ne se passionna pas pour ce qu'on allait appeler bien plus tard la Renaissance et s'il ne mit pas d'obstacles particuliers au développement de la nouvelle philologie et des nouvelles formes d'expression littéraires et artistiques, il se contenta tout au plus d'en observer de loin les développements. Son image en a résulté, de ce point de vue, d'autant plus ternie que Nicolas V, l'exemple même du pape humaniste et mécène, s'était plu à s'entourer de savants, de poètes et d'artistes, contribuant de la sorte avec éclat, du centre même du pouvoir ecclésiastique, à la diffusion des nouvelles idées. Un historien aussi autorisé que Carl Joseph Hefele, refusant de tenir compte des nuances apportées par von Pastor, à qui il renvoie cependant, n'hésite pas à porter un jugement très négatif sur le pontificat de Calixte III : « Ce fut la revanche prise contre les humanistes par un groupe d'ignorants et un pape hostile à toute cette culture dont Nicolas V avait fait si grand cas9. »

31En réalité Calixte III, bien que regardant sans grande bienveillance l'esprit parfois fort peu religieux de nombre de ces humanistes, ne prit aucune mesure à leur encontre. Dans l'inventaire de sa bibliothèque, dressé par son confesseur et bibliothécaire, le Catalan Cosme de Montserrat, évêque de Vic, figurent pas moins de 250 titres d'ouvrages historiques et documentaires, certains copiés de sa main. Ce même personnage effectua le premier catalogue de celle qui deviendrait la bibliothèque vaticane, modèle de tant d'autres. À ce propos, une véritable légende noire se répandit bientôt concernant les nombreux et très précieux livres légués par Nicolas V et que son successeur, dans sa fureur antihumaniste, aurait vendus ou dont il aurait, dans le meilleur des cas, fait détruire les riches reliures afin d'en récupérer les pierres et les métaux précieux, tout cela dans le seul but de se procurer de l'argent pour la croisade qui lui tenait tant à cœur. Les livres qui n'auraient pas été vendus auraient servi de présents pour des nobles catalans, des cardinaux, le roi de Naples et d'autres encore, tant Calixte III aurait été choqué que son prédécesseur eût dépensé à cela les deniers de l'Église. Mais si cette histoire, cela semble admis désormais, est toute légendaire, la volonté d'organiser une croisade et les innombrables tracas de trésorerie que pareille décision devait entraîner ne sont pas, pour leur part, imaginaires. Le pape dut bien se résoudre à vendre de nombreux objets précieux accumulés par ses prédécesseurs. Le roi de Naples, par exemple, lui en acheta en 1456 toute une série dont on a conservé l'inventaire. De même, il n'hésita pas à se défaire de plusieurs antiques. Il alla même jusqu'à aliéner des possessions de l'Église, comme les fiefs de Carbognano, Giulianello et Carbognano, cédés contre douze mille florins d'or. Hefele ne peut s'empêcher de commenter :

  • 10 Ibid., p. 1257, note 2.

Les joyaux du trésor pontifical furent vendus, troqués [...] Il y avait dans cet Espagnol Borja une âme de wisigoth. On découvrit une tombe antique dont les corps tombèrent en poussière au contact de l'air, le pape fit enlever le linceul broché d'or, l'envoya à la monnaie et en tira un millier de ducats pour sonder sa croisade qui ne partit jamais [...] La vaisselle plate, les objets d'art, les joyaux collectionnés amoureusement par Nicolas V passaient à la fonte10.

La croisade

32Calixte III mit tout, tout son temps et ses pensées, son énergie, tout l'argent qu'il put trouver, dans son projet de croisade contre le pouvoir ottoman qui, désormais maître de Constantinople, menaçait directement la péninsule italienne et la Chrétienté dans son ensemble. Une telle priorité le conduisit à repousser à plus tard la réforme de l'Église, pourtant urgente et qui aurait nécessairement dû commencer par Rome. Toutefois, il ne faut point croire que le pontificat du premier pape Borgia se réduisît à la seule affaire de la croisade. La fronde des Allemands contre le Saint-Siège, la question de la succession du royaume de Naples et les agissements des condottieri occupèrent aussi fortement Calixte III.

33Cédant un peu vite à une sorte de préjugé folklorique, la plupart des historiens ont voulu voir dans cette obsession pour la croisade un reflet d'on ne sait quelle mentalité hispanique issue de la Reconquête contre les maures alors que l'influence de ce facteur semble très peu probable, Calixte III suivant, comme l'affirme Miquel Batllori, la politique de ses prédécesseurs en matière de contention de la puissance ottomane :

  • 11 Miquel Batllori, « Calixto III », dans Diccionario de historia eclasiástica de España, I, Madrid, (...)

Seule une ignorance crasse du véritable état social du royaume de Valence, où chrétiens et morisques cohabitaient depuis plus de deux siècles, ainsi que du quasi-total retrait des États catalano-aragonais de l'entreprise de reconquête depuis l'époque de Jacques Ier et d'Alphonse X le sage, a pu attribuer l'idéal de croisade de Calixte III à ses origines hispaniques : sur ce point il ne fit qu'intensifier la politique pontificale de ses prédécesseurs, après la tension produite par la chute de Constantinople11.

34Sitôt après son élection, il s'engagea, par un serment solennel profusément diffusé à travers toute la Chrétienté, à reconquérir Constantinople, dût-il y laisser la vie :

  • 12 Il s'agit du sultan Mehmet II le Conquérant, celui qui avait pris Constantinople en mai 1453.
  • 13 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 328.

Moi, Calixte III, Pape, je promets et je jure à la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, à la Mère de Dieu toujours vierge, aux Apôtres saint Pierre et saint Paul et à toutes les milices célestes, dussé-je, s'il le faut, verser mon propre sang, de faire, dans la mesure de mes forces, et avec le concours de mes vénérables frères, tout ce qui sera possible pour reconquérir Constantinople, qui a été prise et détruite par l'ennemi du Sauveur crucifié, par le fils du diable, Mahomet12, prince des Turcs, en punition des péchés des hommes, pour délivrer les chrétiens qui languissent dans l'esclavage, pour relever la vraie foi et exterminer en Orient la secte diabolique de l'infâme et perfide Mahomet13...

  • 14 Cité par Miguel Navarro Sorní, « Calixto III y la cruzada contra el Turco », dans Alessandro VI da (...)
  • 15 Ibid., p. 152, note 13. Traduction : « C'est ce que j'ai promis à Dieu. Car Il m'a élu pour anéant (...)

35Cet engagement reposait pour une bonne part sur la ferme conviction qu'avait le nouveau souverain pontife d'avoir été prédestiné à la papauté afin de conduire la croisade et libérer Constantinople d'entre les mains des ennemis du Christ. Cette lecture providentialiste de l'histoire n'était en rien une nouveauté alors et bien de ses contemporains et de ses collaborateurs la partageaient. Jean de Capistran, par exemple, sitôt après avoir été informé de son élection le félicitait en ces termes : « Le Seigneur t'a élu afin que le zèle de la maison de Dieu dévore ton très saint cœur, pour mettre un terme à l'incendie propagé au mépris du nom chrétien par le diabolique Mahomet, empereur des Turcs14. » Et sur le revers de la médaille qu'il fit frapper pour commémorer la victoire de sa flotte à Metelin, on peut lire, sous l'image des bateaux toutes voiles dehors, cette inscription latine : « Hoc vovi Deo. Ut fidei hostes perderem elexit me15. »

36Dès le 15 mai 1455, Calixte III publiait une bulle de croisade concédant les indulgences habituellement contenues dans celles qui l'avaient précédée. Il déploya des légats spéciaux dans toutes les cours européennes pour gagner les souverains à sa cause. Mais les choses n'allaient pas être faciles. Le 24 mai 1455, au cours de l'audience accordée aux Florentins venus en délégation le féliciter pour son élection et porter leur serment d'obédience, il exhorta Florence à le rejoindre dans cette grande entreprise. On lui répondit par une belle harangue antiottomane, mais vide de toute promesse concrète. Les Vénitiens, venus à la fin du mois de juillet, demeurèrent évasifs sur la question turque et refusèrent de s'engager, à moins qu'on ne réussît à monter une grande coalition des puissances chrétiennes — ce qu'évidemment ils jugeaient très peu probable. La délégation de l'empereur romain germanique n'en fit pas davantage. Les émissaires du pape déployèrent une activité frénétique avec force sermons sur les places publiques suivis de collectes pour la guerre sainte. Ces collectes ne suffirent pas. Le pape mit en vente tout ce qui pouvait l'être. Mais les problèmes de trésorerie ne furent rien comparés aux innombrables obstacles que Calixte III dut surmonter, faisant preuve d'une énergie incroyable, avant de voir la croisade prête à s'ébranler. Il dut en particulier construire lui-même sur le Tibre et armer une flotte pontificale dont il confia le commandement au cardinal Scarampo. Elle était composée de vingt-cinq vaisseaux, mille matelots, cinq cents soldats et trois cents canons. La flotte quitta Naples le 6 août 1456, emmenant avec elle quelques bâtiments supplémentaires que le roi Alfons avait fini, de fort mauvaise grâce, par céder. Le cardinal-amiral ne se montrait guère plus enthousiaste. La flotte accosta bientôt à Rhodes où elle ravitailla les chevaliers qui en avaient bien besoin. La mission de cette flotte était de faire diversion en Méditerranée orientale pour détourner de l'Europe centrale une partie des armées ottomanes qui menaçaient de prendre la Hongrie d'un jour à l'autre. Calixte III ne se faisait guère d'illusions sur la capacité destructrice d'une si faible armée. Il avait besoin de renforts. Or, ses appels désespérés aux princes chrétiens demeuraient sans réponse. Ni l'empereur Frédéric III, ni le roi de France, ni le duc de Bourgogne ne daignèrent autoriser les collectes dans leurs territoires. Les principautés italiennes n'en firent pas davantage.

  • 16 Voïvode : terme d'origine slave qui désigne ici le commandant d'une région militaire.

37Cette faiblesse n'échappa point au sultan Mehmet II qui décida d'en tirer profit pour asseoir sa domination sur l'Europe centrale. Pour ce faire il lui fallait d'abord soumettre le Hongrois Jean Hunyade (Janos Hunyady), le voïvode16 de Transylvanie et régent du royaume de Hongrie, son adversaire le plus tenace et le seul de taille à pouvoir l'inquiéter. Il commença par investir la Serbie, prenant la place forte de Novoberdo en juillet 1455, point d'appui essentiel pour se lancer contre la Hongrie, ce qu'il fit l'année suivante après avoir mené à bien de gigantesques préparatifs durant tout l'hiver. En juin 1456, sa formidable armée, forte de quelque cent cinquante mille hommes selon certaines sources — mais le chiffre de cent mille, déjà colossal, serait plus raisonnable — avec un objectif : la prise de Belgrade, véritable boulevard pour atteindre Vienne. En juillet, aux portes d'une Belgrade qui, bombardée sans relâche, était à moitié détruite, Jean Hunyade avec ses dix mille mercenaires rejoignit l'armée de croisés levée par le franciscain Jean de Capistran avec l'aide de l'infatigable légat du pape pour la Hongrie et la Pologne, Juan de Carvajal — quelque trente-cinq mille hommes — et la rencontre eut lieu. Le 14 juillet, après cinq heures de combat acharné sur le Danube, les chrétiens avaient remporté la victoire et desserré l'étau du côté du fleuve. Le choc psychologique dans les armées ottomanes, convaincues de l'invincibilité de leur chef, fut considérable. Hunyade et Capistran pénétrèrent dans Belgrade et se préparèrent pour l'assaut final. Le 21, Mehmet II lança l'attaque avec ses forces terrestres. La bataille, terrible, dura un jour et demi et se solda par le triomphe des chrétiens. La peste avait fait son apparition dans le camp ottoman, elle gagna promptement la ville. Les deux héros de cette grande victoire succombèrent à cette terrible contagion, Jean Hunyade le premier, dès le 11 août et Jean de Capistran le 23 octobre.

38Entretemps les nouvelles parvenaient à Rome et le pape exultait, ne doutant pas que Dieu eût mis directement sa main dans ce prodigieux succès :

  • 17 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 381.

Dieu, écrivait-il au duc de Milan, a tout particulièrement accordé cette victoire pour la honte et la confusion de ceux qui rejetaient mes projets de croisade et qui, prétendant qu'on ne savait pas où je voulais en venir, les traitaient de rêves, à la poursuite desquels on jetterait par les fenêtres les trésors de l'Église accrus par les soins d'autres papes17.

39L'allégresse populaire fut immense, non seulement à Rome, mais dans toute la Chrétienté et les fêtes correspondantes, innombrables. Calixte III pensa que le moment était venu de rayer définitivement de la carte la puissance ottomane et qu'un dernier effort des royaumes chrétiens s'imposait. Mais les choses tournèrent tout autrement. En dépit des courriers enthousiastes envoyés de Belgrade et qui laissaient croire à l'anéantissement de la puissance militaire ottomane, il n'en était rien. D'autre part, la mort des deux grands protagonistes de la victoire brisa l'élan des croisés, compromettant la suite des opérations. Enfin, les princes chrétiens, nullement motivés par la victoire de Belgrade, refusaient toujours de contribuer à la dépense. L'Empereur, les rois de France et de Naples, l'opulente Venise se contentèrent de vagues réponses aux sollicitations du souverain pontife. En revanche, la réponse populaire à l'appel à la guerre sainte fut, elle, bien réelle, particulièrement en haute Allemagne où Carvajal leva une armée de « croisés » bientôt rejointe par d'autres soldats venus de France, d'Angleterre et d'ailleurs. Placée sous le commandement de Ladislas Hunyade, le fils aîné de Jean Hunyade, cette armée de quelque quarante mille hommes arriva, par le Danube, à Belgrade le 8 novembre 1456. Mais sitôt arrivé, Ladislas, qui était venu en compagnie du comte Ulric de Cilly et de ses troupes, se querella avec celui-ci qui le blessa avec son épée avant d'être tué par les partisans du Hongrois. Ces dissensions mirent fin à l'expédition. L'armée fut rapidement dissoute par Carvajal et le roi de Hongrie. Chacun rentra chez soi et c'en fut fini de la croisade. Fin lamentable pour un si grand dessein, ne manqua pas de se lamenter Calixte III qui avait définitivement échoué à rassembler les pouvoirs chrétiens, trop divisés et trop attachés à des calculs d'intérêts particuliers, pour se soucier de freiner l'avancée de la Sublime Porte et encore moins d'aller reconquérir Constantinople. L'esprit de croisade semblait bel et bien mort et relégué, en cette aube de la modernité, au pieux souvenir d'un Moyen Âge héroïque mais caduc, au registre des accessoires d'un imaginaire qui ne fonctionnait plus. Celle-ci ne serait cependant pas la dernière croisade. Les papes suivants, au premier rang desquels il faut citer Pie II, le successeur immédiat de Calixte III, reprendraient le flambeau sans davantage de réussite et avec de moins en moins d'enthousiasme jusqu'à ce que, au début du XVIe siècle, celui-ci finisse par s'éteindre.

40Cet échec serait en partie compensé l'année suivante par deux victoires. La première est à mettre au crédit d'un grand guerrier albanais, Georges Castriota, connu sous le nom de Scanderberg — « l'athlète du Christ », comme le surnommait Calixte III — qui en juillet 1457 écrasa l'armée d'Isa Bey à Tomornitza. Certaines chroniques avancent le chiffe, exagéré sans doute, de trente mille soldats du Croissant tués, mais quoi qu'il en fût, cette victoire libérait l'Albanie du joug ottoman. La seconde se produisit en mer Égée, au mois d'août suivant, au large de l'île de Mételin (Lesbos). Le cardinal Scarampo vainquit la flotte ottomane, capturant vingt-cinq vaisseaux et libérant de nombreux captifs.

Népotisme et esprit national

41Dès qu'Alfonso Borgia fut devenu cardinal (en 1444), ses neveux et proches collaborateurs commencèrent à profiter de ses largesses, sous la forme d'octroi de bénéfices ecclésiastiques et de charges, trop nombreux pour qu'on en produise le détail. Les faits les plus significatifs sont la mainmise, en 1451, sur les deux bénéfices les plus lucratifs du chapitre de la collégiale de Xàtiva, leur ville, là où ils étaient connus et où la résonance de leur ascension était symboliquement la plus forte — Luis Juan fut nommé doyen et Rodrigo, chantre — et début 1453, l'attribution au même Luis Juan de l'administration de l'évêché de Segorbe-Albarracín et l'octroi à Rodrigo de trois bénéfices parmi les premiers qui se libéreraient dans les diocèses de Valence ou de Segorbe. La stratégie du cardinal était de maintenir les évêchés valenciens dans sa famille, ce qui devait entraîner un dur affrontement entre le celui-ci et le roi Jean de Navarre, frère du roi d'Aragon, pour la possession des bénéfices ecclésiastiques, affrontement qui devait se prolonger durant son pontificat et finirait par conduire à la rupture entre le pape et son ancien ami et protecteur le roi Alfons le Magnanime, ce dernier refusant l'exclusivisme familial dont faisait preuve le souverain pontife au détriment de ses propres protégés. L'orage définitif éclata lorsque Calixte III décida de nommer cardinaux ses deux neveux Luis Juan et Rodrigo (janvier 1456), fort jeunes encore en vérité, ce qui lui valut une aigre remontrance du roi par la bouche de son émissaire le comte de Cocentaina. Celui-ci lui représenta au nom de son maître

  • 18 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón (1562-1580), cité par M. Navarro Sorní, « La promoc (...)

qu'il ne fallait pas qu'il voulût si vite grandir autant ses deux neveux au point d'oublier ce qui relevait des prérogatives du roi, qui avait rendu de si grands services à l'Église, quand bien même il ne se souviendrait pas des bienfaits qu'il avait reçus de sa main ; qu'il voulût bien, dans l'état et la dignité où il se trouvait à présent, se rappeler sa naissance et le hameau de Canales où il avait appris à lire18.

42La volonté d'Alfonso Borgia d'établir ses proches et de s'entourer d'une clientèle fidélisée par l'octroi de prébendes et d'offices prit toute sa mesure et sa signification dès lors qu'il fut élevé au trône de saint Pierre, au grand scandale du Sacré Collège et des différentes cours italiennes. La postérité, qui loue volontiers en cet homme la grande piété, le sens du devoir et la volonté farouche de défendre la Chrétienté et de repousser l'avancée de la Sublime Porte, n'a pas été indulgente sur le chapitre du népotisme, considéré comme la grande tache qui assombrit ce court pontificat et ternit la mémoire du premier Borgia, en attendant évidemment les excès du second au regard desquels, les faiblesses du premier font figure de bien peu de chose. Mais outre qu'il s'agissait d'une pratique portée par l'air du temps, si l'on peut dire, et qui était appelée à se généraliser et même à s'institutionnaliser — nous y reviendrons —, le népotisme de Calixte III, qu'on pourrait, plus largement, qualifier de nationalisme prophylactique, obéit aussi, par-delà les considérations familiales et de prééminence locale — l'élévation de sa famille dans le royaume de Valence et tout particulièrement à Xàtiva — à une stratégie politique urgente et vitale pour lui : n'étant ni romain ni même italien, ne pouvant par conséquent bénéficier d'aucune arrière base territoriale, familiale ou diplomatique dans la péninsule, il fallait bien qu'il s'entoure de serviteurs fidèles, surtout si l'on songe à l'état dans lequel se trouvaient alors les États de l'Église, à la merci de condottieri pouvant à tout moment se soulever contre le pouvoir de Rome. C'est pour cette raison qu'il nomma son neveu Pedro Luis gouverneur de toutes les places stratégiques, à Rome comme dans les États de l'Église, ainsi que nous verrons au chapitre suivant. Tant d'exclusivisme familial irrita les membres du Sacré Collège et certains ne manquent pas de le faire savoir, à l'instar du cardinal Capranica, personnage de premier plan, à l'autorité morale incontestable, qui fit preuve de courage en élevant la voix contre ces pratiques. Mais les Borgia n'avaient cure de ces protestations. Ils tentèrent bien d'éloigner Capranica de Rome, en lui faisant donner une légation, mais n'y ayant pas réussi, omirent d'en venir à des représailles plus sanglantes, ce qui était l'usage le plus répandu à l'époque. Du reste, jusqu'à la fin, les Borgia en général et plus particulièrement Rodrigo, le futur pape Alexandre, n'eurent cure de faire taire les nombreux pamphlétaires et détracteurs qui s'acharnèrent contre eux, se plaçant au-dessus de cela. Ils n'avaient la main dure — ô combien — que lorsque étaient en jeu des intérêts précis, économiques ou politiques de préférence. Dans le cas de Calixte III, il pouvait d'autant mieux se moquer des critiques qu'il avait passé une alliance avec les Colonna, et comme les Colonna contrôlaient le Sacré Collège, le pape n'eut aucun mal à obtenir l'aval des cardinaux pour ses nominations contestables. Durant l'été 1457, une rumeur insistante dit à Rome qu'il se préparait un mariage entre Pedro Luis et une Colonna. Il n'en serait rien. Mais un tel rapprochement ne pouvait qu'entraîner, par une mécanique naturelle des pouvoirs, si l'on peut dire, l'hostilité des Orsini, hostilité qui se déchaîna après que le pape eut ordonné à Pedro Luis de leur prendre plusieurs châteaux qu'il considérait propriété de l'Église. Le cardinal Orsini quitta Rome en juillet en signe de protestation.

  • 19 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 440-441.

43À Rome, l'heure des « Catalans » avait sonné. Religieux ou laïcs, prébendiers, notaires, sacristains, médecins, confesseurs, gouverneurs, valets, femmes de chambre, hommes de confiance, soldats, aventuriers et même gens de sac et de corde, un flux continu en provenance de Naples ou du royaume d'Aragon — mais il y avait aussi de nombreux Castillans — se déversait sur la Ville éternelle qui exerçait sur eux un puissant attrait. Ces nouveaux venus, et singulièrement ceux qui bénéficiaient des faveurs du pape et de son entourage, étaient détestés des Romains qui redoutaient, non sans raisons, de se voir relégués à un second plan. Mais il n'y eut pas que les Romains, barons ou hommes du peuple, qui en pâtirent : nombre d'étrangers, des Français, des Allemands, des Anglais, venus à Rome servir dans la curie pour y faire carrière, voyant les possibilités d'ascension brusquement compromises, abandonnèrent leurs charges et rentrèrent chez eux. À la haine des Italiens répondait l'arrogance des « Catalans », tant et si bien que rixes et règlements de comptes se multiplièrent, faisant croître dangereusement l'insécurité urbaine, facteur auquel les populations, ainsi que l'opinion, sont toujours très sensibles. « Il ne se passait guère de jour sans meurtre ou sans querelle, rapporte un observateur, on ne pouvait faire deux pas sans rencontrer des Catalans19 ». C'est surtout dans l'entourage de Pedro Luis qu'on trouvait les personnages les moins recommandables et les plus remuants. Le pape, entre temps, malade et tout à son engagement contre le Croissant, ne se rendait compte de rien.

La fin du premier pape Borgia

44En juin 1458 la peste se déclara à Rome, faisant fuir les cardinaux, dont le vice-chancelier Rodrigo Borgia qui se mit à l'abri à Tivoli. Mais Calixte III, quant à lui, choisit de demeurer en ville et de se rendre utile, transformant son ancien palais cardinalice en hôpital qu'il dota avec 5 000 ducats, faisant aussi des dons à l'hôpital du Santo Spirito in Saxia situé tout près du Vatican — devenu aujourd'hui un centre de congrès.

45C'est alors que débuta la crise napolitaine qui serait appelée à durer et connaîtrait bien des rebondissements, parfois retentissants, jusqu'au début du XVIe siècle et même après. Le 26 juin, le roi d'Aragon et de Naples, Alphonse le Magnanime, mourut et le pape refusa de reconnaître comme héritier du royaume de Naples le fils illégitime du roi, Ferrante, celui-là même qu'il avait jadis emmené à Naples du temps où il était au service du Magnanime. Par une bulle publiée le 14 juillet, il écartait le bâtard et rattachait le royaume de Naples à l'Église. Mais sa mort prochaine paralysa l'effet de cette décision et son successeur Pie II reconnut Ferrante comme légitime héritier et celui-ci prit le nom de Ferrante Ier d'Aragon. Cela n'empêcha pas le duc de Calabre, Jean d'Anjou et de Lorraine, fils aîné du roi René, de contester cet héritage puisqu'il considérait que c'était son père le roi légitime de Naples, évincé par l'usurpateur Alphonse le Magnanime. Parti de Gênes dont il était le gouverneur au nom de Charles VII de France, il débarqua en Campanie et défit les troupes de Ferrante à Sarno, près de Naples (7 juillet 1460), obligeant Pie II à porter rescousse à son protégé, lequel vainquit les Angevins deux ans plus tard à la bataille d'Orsara, près de Troja (août 1462), ce qui mit un terme à la guerre. Lâché par les barons napolitains, Jean d'Anjou fuit Naples l'année suivante, renonçant à son entreprise. Mais ce n'était là que la fin du premier épisode et nous retrouverons plus loin la famille de Ferrante et ses démêlés avec les Français. À présent, il est temps de revenir à Rome.

  • 20 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 450-451.

46L'épisode contagieux passé, Rodrigo revint auprès de son oncle dans la nuit du 25 au 26 juillet, car tout indiquait que sa fin était proche. Durant les semaines caniculaires de l'été, en effet, Calixte III, qui allait sur ses quatre-vingts ans et dont l'état de santé s'était bien dégradé au cours du printemps où il avait connu une sérieuse alerte, vit ses forces l'abandonner rapidement, minées par de violentes crises de goutte. Le 20, la rumeur qu'il était mort s'était répandue dans la ville éternelle et aussitôt avait débuté la chasse aux « Catalans » haïs du peuple, avec force désordres publics et pillages. La rumeur était fausse et le pape se remit spectaculairement à la fin du mois. Mais dès le 3 août il connut une rechute et le 4 il reçut l'Extrême-Onction. Cependant, quoique malade, il continua du fond de son lit à s'occuper des affaires et particulièrement de celles de ses parents et ses proches. C'est ainsi qu'il donna à son neveu don Pedro Luis les vicariats de Terracine et de Bénévent, dans le royaume de Naples, qui venaient d'être réintégrés à l'Église. Il donna aussi l'évêché de Lérida à son neveu Luis Juan de Milà. De même, il nomma au siège archiépiscopal de Naples le cardinal Tebaldo, le frère de son médecin. Enfin, il envisageait de nommer quatre ou cinq nouveaux cardinaux, dont deux « Catalans ». Cette décision mit en émoi le Sacré Collège qui parvint efficacement à la contrer. Les cardinaux s'empressèrent de mettre en sûreté le trésor de l'Église tout en prenant des mesures énergiques de maintien de l'ordre, faisant, entre autres choses, occuper le Capitole par deux cents hommes armés et négociant avec don Pedro Luis la restitution des châteaux et places fortes, dont le stratégique château Saint-Ange. Pertinemment conseillé par son frère le cardinal Rodrigo Borgia, celui-ci ne fit aucune difficulté et s'exécuta, rendant titres et possessions. Il reçut alors en échange vingt-deux mille ducats provenant d'un legs de Calixte III en sa faveur et songea sans perdre de temps à quitter Rome où ses jours étaient en danger, non seulement en raison des débordements populaires — « les étrangers qui tombaient entre les mains de la populace étaient écharpés », peut-on lire dans une lettre datée du 5 août 155820 — mais surtout pour échapper à la vindicte des Orsini qui s'étaient juré de le tuer et dont les hommes de main patrouillaient dans les rues de Rome. Il ne pouvait guère compter que sur Giorgio Cesarini, noble romain acquis à la cause des Borgia, et son propre frère Rodrigo. C'est ainsi que le 5 août, à trois heures du matin, accompagné par ce dernier, caché sous un déguisement, et le cardinal Barbo, dont l'aide fut décisive dans ces extrémités, il parvint à fuir jusqu'à Ostie d'où, non sans mal, il réussit à gagner Civita-Vecchia. C'est là, dans la forteresse de la Rocca d'Assis, qu'il serait terrassé par les fièvres le 26 septembre, alors qu'il était assiégé par les Romains. Ses cendres rejoindraient, dans la collégiale de Xàtiva, celles de ses sœurs Juana, Tecla et Beatriz.

47Cependant son frère Rodrigo, faisant preuve d'un sang-froid remarquable — ce ne sera pas la seule fois, ainsi que nous aurons l'occasion de le constater —, dès que son frère eut pris le chemin d'Ostie, s'en retourna dans une Rome déchaînée contre les Borgia et pendant que sa splendide demeure encore inachevée était mise à sac, il se rendit sans tarder au palais du Vatican auprès de son oncle agonisant que tous avaient abandonné. Là, indifférent à la panique générale, il prit le temps de prier pour le salut de son âme dans la basilique de Saint-Pierre avant de l'assister dans ses derniers instants. Calixte III passa de vie à trépas au soir du 6 août 1558, jour de la fête de la Transfiguration de Notre-Seigneur, instituée par lui pour célébrer la libération de Belgrade. Pour l'heure, les catalani avaient déjà pour la plupart quitté la ville en sauvant ce qui pouvait l'être. Le peuple romain, diligenté par les Orsini et les Colonna, pilla tout son soûl, y compris les demeures des Romains réputés proches des Borgia. La fureur populaire se répandit hors de Rome. À Castelnuovo comme à Nepi, les gouverneurs de la place furent massacrés. Il y eut des désordres dans presque toutes les cités pontificales jadis tenues par le neveu fugitif. Il n'y eut pas jusqu'au cardinal Barbo lui-même, auquel on reprochait l'aide apportée à Pedro Luis, qui ne faillit avoir de graves ennuis.

48En restant seul à Rome auprès du cadavre de son oncle, Rodrigo Borgia fit incontestablement preuve de reconnaissance et d'attachement filial envers celui à qui il devait tout, mais sans doute entrait-il aussi dans son attitude une part de calcul. Il n'était pas à ce moment-là dans une position plus enviable que celle de son frère, mais sans doute pensait-il que, bien que ses charges administratives fussent caduques, son statut d'homme d'Église, et pas n'importe lequel — évêque de Valence et cardinal —, ainsi que l'excellente réputation qu'il avait gagnée après ses différentes missions au service de l'Église — nous allons y revenir — étaient susceptibles de le protéger efficacement, ce qui s'avéra exact. Ses biens furent pillés mais sa personne ne fut pas attaquée. Les protestations du nouveau roi d'Aragon, Jean II, contre l'élévation de Rodrigo à la mitre de Valence alors que le pape était déjà malade et diminué — le roi voulait en faire bénéficier son propre fils — demeurèrent sans effet. Aucun cardinal ne s'éleva contre sa participation au prochain conclave qui devait élire le successeur de Calixte III. Celui-ci s'ouvrit le 16 août 1458 alors que d'importantes questions étaient en suspens : le nouveau pape allait devoir décider de poursuivre ou non la croisade contre le pouvoir ottoman, il devrait aussi se prononcer pour ou contre les Français dans le royaume de Naples. Il importait en outre de savoir quelle serait son attitude vis-à-vis des Orsini et des Colonna. Enfin, le sort des « Catalans », nombreux à Rome et très présents dans l'administration pontificale, dépendrait aussi du nouveau pontife. Le 14 venait de mourir le cardinal Capranica, celui qu'une clameur unanime désignait comme le futur pape en raison de son immense érudition, ses qualités de diplomate, son sens de la justice et ses rares vertus. L'élu fut un de ses anciens secrétaires, Æneas Sylvius Piccolomini, écrivain aussi élégant que prolifique. Il prit le nom de Pie II. C'était un homme qui devait beaucoup aux Borgia : c'est Calixte III qui l'avait fait cardinal tout récemment, en décembre 1456 et Rodrigue joua un rôle important dans le déroulement du conclave lorsque, voyant que l'élection du favori, le Français d'Estouteville, achoppait sur le fait qu'il n'était pas Italien, il fut le premier à se déclarer pour Piccolomini, entraînant l'adhésion de plusieurs autres cardinaux. Pie II devait soutenir Rodrigo — et celui-ci le lui rendit bien — mais il n'approuva jamais la vie dissolue que menait ce dernier. Il commença par le reconduire dans ses fonctions de vice-chancelier, geste significatif et rare.

Notes

1 Cité par Luis Pablo Martínez et Miguel Navarro, « La histotiografia i els orígens dels Borja », dans M. Batllori (dir.), Diplomatari Borja, 1, Valence, Edicions 3 i 4, 2002, p. 32.

2 Gaspar Escolano, Década primera de la insigne y coronada ciudad y reyno de Valencia, Libro III, cap. I, Valence, Pedro Patricio Mey, 1610, col. 433, traduit par nous.

3 G. Escolano, Década primera..., op. cit., Libro VI, cap. XXIII, col. 201, traduit par nous.

4 Louis Pastor (Ludwig von Pastor), Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, trad. de l'allemand par F. Raynaud, Paris, Librairie Plon, 1898, I, p. 298.

5 Camerlingue de la Sainte Église romaine : cardinal de curie placé à la tête de la Chambre apostolique assurant l'administration temporelle de l'Église pendant la vacance du siège pontifical.

6 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p 307.

7 Id., ibid., p. 312

8 Ibid.

9 Carl Joseph Hefele, Histoire des conciles d'après les documents originaux, trad. par dom. H. Leclercq, t. VII, 2e partie, Paris, Librairie Letouzé et Ané, 1916, p. 1255, note 4.

10 Ibid., p. 1257, note 2.

11 Miquel Batllori, « Calixto III », dans Diccionario de historia eclasiástica de España, I, Madrid, CSIC, 1972, p. 319 b.

12 Il s'agit du sultan Mehmet II le Conquérant, celui qui avait pris Constantinople en mai 1453.

13 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 328.

14 Cité par Miguel Navarro Sorní, « Calixto III y la cruzada contra el Turco », dans Alessandro VI dal Mediterraneo all'Atlantico, a cura di M. Chiabò, A. M. Oliva, O. Schena, Rome, Roma nel Rinascimento, 2004, p. 153, traduit par nous.

15 Ibid., p. 152, note 13. Traduction : « C'est ce que j'ai promis à Dieu. Car Il m'a élu pour anéantir les ennemis de la foi. »

16 Voïvode : terme d'origine slave qui désigne ici le commandant d'une région militaire.

17 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 381.

18 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón (1562-1580), cité par M. Navarro Sorní, « La promoción eclesiástica de Rodrigo de Borja : estrategia nepotista y política dinástica de Calixto III », dans R Iradiel et J. M. Cruselles (dir.), De València a Roma a través dels Borja, Valence, Generalitat, 2006, p. 80. Traduit par nous.

19 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 440-441.

20 Cité par L. Pastor, Histoire des papes, op. cit., II, p. 450-451.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search