Version classiqueVersion mobile

Crises de vers

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier : questions à la recherche dix-neuviémiste

Sur la sociologie de la littérature : héritage, succession et placements (Billet d’humeur périphérique1)

Jean-Pierre Bertrand

Texte intégral

  • 1 Les réflexions qui suivent proviennent essentiellement de ma participation à deux rencontres de « s (...)
  • 2 A. Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, 1998.

1Il est tentant de faire arrêt sur une discipline qui semble aller de soi, qui s’est installée dans le champ de la nouvelle critique depuis une bonne trentaine d’années. Faire arrêt non pas pour dégager synthétiquement ce que la sociologie de la littérature nous a appris, mais pour l’ouvrir à de nouvelles perspectives. L’auteur de ces lignes, comme la plupart des signataires des articles ici rassemblés, est en fait un héritier, et rien n’est plus insupportable que cette position-là, parce qu’elle signifie doublement que l’héritier dispose de tout le capital critique qui lui a été transmis – par l’enseignement, par la recherche –, mais aussi qu’il se sent dépositaire d’un savoir largement mis à l’épreuve, comme épuisé ou saturé. C’est probablement un sentiment que partage la génération des chercheurs issue de la nouvelle critique. Si en 1960 on pouvait s’interroger sur « les chemins actuels de la critique », il semble que quarante ans plus tard ces mêmes chemins soient trop battus pour qu’on puisse encore espérer découvrir des voies de traverse. Je ne voudrais pas aboutir au même constat navré qu’Antoine Compagnon, qui diagnostique dans son dernier livre la toute-puissance du bon vieux « sens commun littéraire » et partant l’impuissance de la théorie à résister à la doxa et à la pédagogie des lieux communs2. Je dirais plutôt que l’effervescence théorique des années 60-80 a porté ses fruits dans la définition même de l’objet littéraire – et il n’est (heureusement) pas sûr que l’on en revienne aussi facilement aux vieux démons de la critique, qu’il s’agisse de la critique de l’auteur, du monde, de la lecture, du style ou de l’histoire littéraire. Ce qui est effectivement dommageable pour tous, critiques, intellectuels, professeurs, étudiants, c’est le monnayage mercantile auquel la critique de ces dernières années à dû se plier, faute d’innover véritablement. Que d’énergie perdue, quelle imposture universitaire et quelle démission intellectuelle de se rendre ainsi complice d’une institution éditoriale qui a presque totalement dominé le champ universitaire en imposant des produits soi-disant hautement rentables que sont entre autres les anthologies, les dictionnaires de tous ordres, les synthèses à destination des étudiants, tous cycles confondus ! S’il est vrai que la complexité du savoir appelle un nécessaire travail de vulgarisation et de pédagogie, il reste déconcertant de voir que les éditeurs ont pratiquement fait l’impasse sur la création scientifique. Il suffit d’évoquer les insurmontables difficultés pour publier des actes de colloques, une monographie pointue, sans parler des thèses, pour se rendre compte que le travail critique, depuis une dizaine d’années au moins, souffre d’une quasi-absence de support éditorial. Le « sociologue de la littérature » ne peut pas être indifférent à cette donnée empirique : faute d’instances qui en assure un minimum d’existence et de reconnaissance, le champ de la critique se voit condamné au silence – sauf à recycler du savoir synthétique, sauf à troquer son autorité universitaire contre une légitimité journalistique – ce qui est aussi une tendance lourde.

2Ceci pour dire, au fond, que les temps ne semblent guère propices à un redéploiement de la critique. L’héritage est là, les successions assurées : encore faut-il imaginer de nouveaux placements. On a beau façonner les plus ambitieux projets, ils semblent voués par avance à ne pas sortir des séminaires. La crise est conjoncturelle, dira-t-on ; il n’empêche qu’elle handicape sérieusement le travail scientifique qui, de plus en plus, se voit coupé de la culture et se prive donc petit à petit des ressources créatrices dont il a besoin pour exister. En gros, les efforts d’un universitaire, aujourd’hui, sont totalement absorbés, dans sa tâche d’enseignement, par la transmission du capital hérité. Le cours de sociologie de la littérature que je fais a de moins en moins d’adeptes non seulement parce qu’il est sans doute l’expression d’un certain engagement social, mais surtout parce qu’il s’emploie presque exclusivement à faire passer un of meat de savoirs complexes qui vont de Lukacs à Goldmann, de Bakhtine à Benjamin, de Sartre à Bourdieu, d’Escarpit à Dubois, de Duchet à Angenot – et je n’indique là sauvagement que quelques passerelles. J’ignore, sans être toutefois dupe, s’il en est ainsi dans les autres domaines ouverts par la nouvelle critique, mais le sentiment d’être dans une impasse, à tout le moins dans une boucle, gagne du terrain. Et pourtant, on ne se sent pas totalement découragé, parce que la croyance en l’infini du progrès et la perfectibilité humaine reste dominant – question de survie, sans doute.

3Je partirai de ce sentiment double pour faire un bilan humoral de la sociologie de la littérature aujourd’hui. En espérant échapper au syndrôme de la morosité, en appelant sans doute aussi à de nouvelles croyances – au fond nous ne vivons que de ça.

4On remarquera que jusqu’ici je n’ai parlé que de « sociologie de la littérature », sans avancer d’autres appellations qui désignent des orientations précises. Ce n’est ni par souci consensuel ni par volonté monopolistique, mais plutôt pour souligner la nécessité d’articuler au sein d’une discipline les approches sociologiques de la littérature. Au fond, nos maîtres – on ne les nommera pas, par pudeur et déférence -pouvaient se mouvoir et se quereller sur les chantiers qu’ils ont bâtis chacun dans leur spécialité. Tantôt une sociologie externe du livre et de la lecture (entendue comme acte consommation) – soit l’école de Bordeaux ; tantôt une sociologie de l’auteur, dans le sillage de Lukacs et de Goldmann ; tantôt une sociologie de l’œuvre et une critique de l’idéologie (le même Lukacs, Benjamin, Althusser) ; tantôt une sociologie du texte (de Jauss à Duchet) ; tantôt une sociologie du discours social ; tantôt une histoire sociale de la littérature ; tantôt une sociologie de l’institution et du champ littéraire. Bref, on connaît ces orientations, et l’on sait qu’elles ont généré des écoles, à tout le moins des courants et donc, des luttes pour un certain monopole. Comme nous vivons entre gens de bonne compagnie, ces luttes n’ont guère été que symboliques – il serait intéressant, un jour, de faire une sociologie des sociologues de la littérature, et plus exactement des rapports affectifs qui les ont unis ou séparés ; ils ont bel et bien formé une « communauté émotionnelle » ; néanmoins, elles ont créé des lieux d’échanges et de rencontre, voire des réseaux mobiles qui vont de Bruxelles à Paris, en passant par Liège, Mayence, Montréal, Fribourg... Le fédéralisme sociologique a même quelquefois ses frontières, ses aires géographiques – on sent bien qu’on ne sociologise pas le même objet d’Est en Ouest, et du Nord au Sud.

5Tant mieux, du reste. De cette mobilité sociologique qui n’est heureusement pas que spatiale, il me semble, aujourd’hui, pouvoir dégager trois tendances, héritières de ce qui s’est construit au temps fort de la nouvelle critique. On les rappellera tour à tour, pour plaider en faveur non pas d’une synthèse molle mais d’une nécessaire articulation entre ce qui semble faire défaut en chacune d’elle, d’une façon ou d’une autre, à savoir ou bien l’histoire, ou bien le social ou bien le littéraire.

  1. Tout d’abord – s’il n’y a pas de hiérarchie dans la présentation, on peut tout de même commencer par l’aînée, fille de la critique du 19e siècle, de Sainte-Beuve à Lanson – la tendance « Histoire sociale de la littérature ». Elle privilégie l’histoire conçue non plus comme le cortège des grandes œuvres et des auteurs majeurs, mais comme le lieu même des conditions sociales, économiques et politiques de la pratique littéraire. Le texte n’est que rarement traité en tant que tel, si ce n’est, dans le meilleur des cas, comme l’expression médiée de ses conditions de production. Trop souvent, cependant, il reste maintenu dans son statut de document plus ou moins symptomatique des forces (idéologiques et politiques) qui le travaillent du dehors. Manque donc à l’histoire sociale de la littérature l’objet même qu’elle s’assigne : la littérature, en tant que construction discursive spécifique, qu’il conviendrait de comprendre dans son histoire (son évolution, ses rythmes et ses pauses) et dans sa socialité (celle-ci trop souvent absorbée par l’histoire par effet de tautologie).

  2. En second lieu, la tendance « sociologie des institutions et du champ ». Bien que distinctes, les notions de champ et d’institution conceptualisent une approche de la littérature délimitée et définie par les luttes qu’engagent les écrivains pour la conquête du monopole symbolique et supportées par une base organisationnelle plus ou moins repérable et avouable. Ici domine la notion de stratégie, vecteur de toute la dynamique littéraire dans ses plus infimes enjeux distinctifs, dans les moindres « placements » (symboliques ou non) dont elle est le lieu. Économique, le modèle suggère d’interpréter les faits de texte non seulement comme l’expression allégorisée de la stratégie dont il procède, mais surtout comme choix distinctif sur le marché des possibles littéraires. De ce point de vue, la littérature est dialectiquement, selon une formule célèbre, un ars obligatoria et un ars inveniendi. Idéalement, cette sociologie donne à penser l’œuvre dans ses fondements sociaux et historiques ; on lui a souvent reproché (abusivement, du reste) de manquer le texte alors qu’elle le place au cœur des luttes et des trajectoires d’écrivains. Il est toutefois vrai que l’analyse institutionnelle est prioritairement externe, que son objet premier est la littérature comme pratique sociale – ce qui ne signifie nullement qu’elle s’occupe des « producteurs » en toute ignorance de ce qu’ils produisent. Pareillement à l’histoire sociale, l’analyse institutionnelle semble donc se heurter partiellement à la problématique du texte. Non pas théoriquement, elle a suffisamment clamé la nécessité d’aller au charbon et de lire les textes, mais pratiquement : elle n’a pas fait encore la preuve magistrale d’une possible articulation entre stratégies d’écriture et stratégies d’écrivain. On voit comment se dessinent ici la complémentarité des approches socio-historique et institutionnelle (il n’est de champ que dans l’histoire), mais aussi leur handicap commun (que faire du texte ?). A quand une histoire socio-poétique du champ littéraire ?

  3. Reste la tendance « sociocritique ». La plus décriée par les deux précédentes, sans doute parce qu’elle désigne clairement sa visée (le texte avant toute chose), mais surtout parce qu’elle inverse la priorité de son objet d’analyse (le dedans et non le dehors). En proposant une lecture immanente de l’œuvre, l’analyse socio-textuelle entend comprendre ou interpréter sa valeur en regard de la socialité (idéologique, politique) dont elle est tout à la fois porteuse et productrice. C’est la forme davantage que le contenu qui intéresse la sociocritique, ce en quoi elle s’inscrit pleinement dans les compétences des littéraires. Contrairement d’ailleurs à l’analyse des contenus, à l’analyse idéologique, voire à la théorie du discours social, dont elle est le pendant formaliste, elle place la valeur littéraire au cœur de son projet, non pas dans une visée idéaliste mais pour délimiter la portée de ses enquêtes.

6Cette vue, quelque peu schématique pour les besoins de l’humeur, appelle plusieurs remarques. La première est de noter que ces trois tendances se réclament d’une approche globale de la littérature comme pratique sociale ; ce que chacune d’elle vise à travers l’objet d’élection qui est le sien (l’histoire, le champ, le texte), c’est la socialité de la littérature. On voit d’ailleurs mal comment il pourrait en être autrement. Chacune, seconde remarque, entend intégrer à son domaine de recherche l’apport des autres. Mais il est clair que cette complémentarité est toute de principe : elle se traduit le plus souvent comme de l’impossible interdisciplinarité (selon la très symptomatique formule « en tant que sociologue ou historien ou littéraire » qui délimite les positions des uns et des autres lors des rencontres hybrides) est sinon illusoire du moins lourdement distinctive : ces trente dernières années, alors qu’on feint de croire qu’on ronge le même os, on ne cesse de faire reluire le sien propre, au nom d’une plus grande efficacité à toucher le cœur même de ce qui fait l’objet de la sociologie de la littérature, ou plus simplement au nom d’une foi plus ou moins déclarée dans son amour ou sa haine de la littérature (passons sur tous les processus de dénégation de ce type de déclarations).

*

7Voici donc notre héritage à nous, de la génération de ’60 – équivalente à celle des petits naturalistes et symbolistes au siècle passé qui ont dû se mesurer au père Zola, aux Parnassiens et à Mallarmé. A bien y regarder, il semble que la sociologie de la littérature ait fait le tour de sa question et que forte de ses méthodologies, elle se soit constituée en discipline autonome. Il n’en est rien, évidemment et l’on entend même dire ça et là, de la bouche même de ceux qui l’ont co-fondée, qu’on ne sait pas trop bien ce qu’est cette discipline en question. Ce défaut ou ce manque à se désigner est paradoxalement ce qui la sauvera d’une possible débâcle – rien de pire, au fond, dans les sciences humaines, que ces disciplines qui se figent dans l’illusion de leur éternité. En effet, alors que tout semble fait, beaucoup reste à faire. Et me voici pris au piège du babil programmatique cher aux diverses sociologies de la littérature !

8Ce qu’il reste à faire, c’est repenser sociologiquement la communication littéraire dans sa globalité, en se demandant ce qu’il y a de sociologique en des facteurs qui la constituent. Autrement dit, il y aurait lieu de reprendre la question à sa racine en dégageant ce qu’est, sociologiquement parlant, l’acte littéraire. Ce qu’est ou quand est-ce qu’il y a acte littéraire, car il va de soi que la question ne peut se poser dans une perspective essentialiste.

9Vaste programme, dont je n’esquisserai ici qu’une possible direction de recherches. Repartons, par commodité programmatique et avec les réserves d’usage qui s’imposent évidemment (la communication littéraire n’est pas directe ; l’auteur et le lecteur sont en position complémentaire et non transitive ; la littérature est fiction et non énociation du réel, etc.), du célébrissime schéma de la communication de Jakobson, en admettant qu’il s’applique aussi à la littérature. Les six éléments de ce schéma trouvent en fait un champ d’application spécifique dans le domaine de la sociologie littéraire ; mieux, en dédoublant chaque instance, on peut rendre compte de la nécessaire articulation entre sociologie externe et sociologie interne, et entrevoir une sociologie de l’acte littéraire dans la pluralité interagissante de ses dimensions. Ainsi :

  1. Le destinateur couvre à la fois la notion interne d’auteur et la notion externe d’écrivain : pôles producteurs de l’acte littéraire, saisis respectivement dans leur rôle en tant qu’instance textuelle (sociologie de l’auteur, dans la foulée des travaux de Goldmann) et extratextuelle (sociologie de l’écrivain en termes de trajectoires, analyse institutionnelle et théorie du champ littéraire). Distinguer ce que l’auteur doit à l’écrivain et vice-versa, c’est déjà problématiser toute la socialité du texte dans son histoire.

  2. A l’autre bout de la chaîne, même si l’on sait qu’il n’est pas en position de pure réception, le destinataire. Il désignera complémentairement le lecteur en tant que fonction textuelle (lecteur « implicite » (Iser), « modèle » (Eco), voire « co-auteur ») et le public (les lecteurs réels dont s’occupent la sociologie de la lecture et les études de réception). Distinguer les interactions entre les lecteurs virtuel et réel, mais aussi, du même coup, celles qui régissent les rapports entre les pôles destinateur et destinataire, c’est redynamiser l’esthétique de la réception en la sortant quelque peu de son unilatéralité.

  3. Entre les deux, l’œuvre qui occupe la place du message dans le schéma de Jakobson et dont les plans externe et interne doivent être dégagés. Au plan externe, c’est le livre que désigne le message, considéré dans sa matérialité d’objet d’échange (à la fois marchand et esthétique ; voir travaux de Chartier et sociologie de l’édition) qui passe de l’écrivain au lecteur réel (public). Au plan interne, c’est plus complexe puisque le message, outre ses propriétés esthétiques, est tout à la fois constitué d’un référent, d’un code et nécessite un contact – ce par quoi il actualise l’acte de communication. En poursuivant la transposition du modèle jakobsonnien, on peut dire, provisoirement, qu’à la fonction esthétique (ou poétique) correspond une sociologie de l’écriture, des formes et des genres (voir les travaux de Barthes à Zima) – c’est le domaine de la sociopoétique ; qu’à la fonction référentielle correspond la sociologie des contenus et l’analyse du discours social (ou encore de l’analyse idéologique) – c’est le domaine de l’histoire sociale de la littérature (si on considère que celle-ci fait sens en fonction du vaste référent qu’est l’histoire) ; qu’à la fonction métalinguistique correspond la sociologie du texte et de sa représentation (il s’agirait donc d’une sous-branche à la fois de la sociologie référentielle et de la sociologie poétique ; y compris d’une sociolinguistique littéraire à élaborer) ; quant à la la fonction phatique, par la force des choses moins présente dans la communication littéraire, elle serait prise en compte par la sociologie de la lecture et de la réception (qui a pour objet les protocoles de lecture et de communication entre l’auteur et son alter ego).

10Même s’il n’a que quelques vertus pédagogiques, ce schéma, tel que je le recycle rapidement ici, vise à montrer comment se dégagent et s’articulent les champs de la sociologie de la littérature ; il entend aussi replacer la littérature en tant qu’acte de communication au cœur d’une sociologie. Le questionnement peut alors se formuler, toujours aussi schématiquement, comme suit : interroger sociologiquement un fait littéraire quel qu’il soit, c’est comprendre les déterminations sociales et historiques dont il est le lieu et l’expression à travers ce qui le constitue en tant que participant à un acte de production, de communication (lui-même spécifique) et de consommation. Dans une telle perspective et quelle que soit la singularité de l’angle d’attaque (l’œuvre, l’auteur, le lecteur, etc.), la méthodologie s’obligerait à interpréter son objet dans l’interaction des éléments qui le constituent et qui rendent compte de l’historicité et de la socialité du fait littéraire examiné, soit les quatre couples décrits ci-dessus : histoire/référent, écrivain/auteur, public/lecteur, livre/œuvre.

11Une telle sociologie de la littérature, on le voit, dépasserait (au sens dialectique du terme) les clivages entre sociocritique, analyse institutionnelle et histoire sociale. Elle aurait le grand mérite d’enfin mettre au centre de son projet l’objet qui la constitue, la littérature. C’est du moins ainsi qu’en ce printemps de l’an deux mille, un héritier à la certification un peu mêlée et enseignant à la périphérie – ni sociologue, ni historien, ni littéraire, mais licencié en philologie et docteur en philosophie et lettres – entend relancer la question.

Notes

1 Les réflexions qui suivent proviennent essentiellement de ma participation à deux rencontres de « sociologues de la littérature » (Histoire, Littérature, Société (2). Représentations : approches et usages, sous la direction de D. Kalifa, Ch. Prochasson, G. Sapiro et I. Tournier, Paris, 8-9 janvier 1999 ; Pour une histoire sociale de la littérature II, sous la direction de J. Jurt, Freiburg, 21-23 octobre 1999), mais aussi de ma collaboration au comité de direction du Dictionnaire historique de la littérature (P. Aron, D. Saint-Jacques, A. Viala, dir.) à paraître aux PUF.

2 A. Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, 1998.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search