Version classiqueVersion mobile

Les mystères du Grand Sertão

 | 
Francis Utéza

Troisième partie. La célébration des Mystères

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

En vérité, en vérité je vous le dis, si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul ; s’il meurt En vérité, en vérité je vous, il porte beaucoup de fruit.
(Évangile selon saint Jean, 12, 24)

1Au confluent du Rio-de-Janeiro et du São Francisco, la vie consciente de Riobaldo débute par la rupture avec le monde Yin de la Mère : dès lors, il connaît une série de métamorphoses telles qu’un beau jour, après avoir refusé à plusieurs reprises le commandement qu’on lui avait offert, il s’empare du pouvoir en évinçant Zé Bebelo, puis atteint au Tamanduá-Tão le climax Yang de ce qu’il appelle a chefia. Mais cette apothéose semble sans conséquence, puisqu’à très court terme, elle débouche sur le désespoir dans le combat du Paredão. Là-bas, face à la féminité découverte et désormais perdue de Diadorim, Riobaldo tombe en pleurant dans les bras de celle qui était l’enjeu de l’ultime bataille, et qu’il n’a jamais cessé d’appeler a Mulher, la Femme par excellence : c’était retourner à ce monde Yin initial qu’il avait fui pour conquérir la liberté dans sa traversée du Sertão. Au long de cette traversée, il identifiait confusément les énergies qui le faisaient agir. Nous savons désormais qu’il incarnait les tensions complémentaires régissant l’ordre de l’univers et dont la tradition orientale synthétise le fonctionnement par le système Yin/Yang, tandis que celle d’occident se réfère à la palingénésie alchimique, de dissolutions en condensations successives : instrument des forces cosmiques, Riobaldo célébrait ainsi sans en avoir pleine conscience les mystères de la religion primordiale de la Grande Mère et du Père tout-puissant.

2Dans cette troisième partie, il s’agira d’éclairer les fondements sur lesquels repose la représentation de ces tensions. Ainsi, en premier lieu, seront analysés les liens tissés au nom de la Grande Mère, et ensuite ceux qui relèvent du Père. Enfin, le troisième chapitre, après avoir confronté l’apparente catastrophe finale à la globalité de l’aventure que le narrateur propose de revivre en sa compagnie, revient sur le processus poétique par lequel la création littéraire collabore au Grand Œuvre qui fait du Sertão le milieu où s’exprime la recherche de la spiritualité universelle, le Gay Sçavoir crypté dans une nouvelle Langue des oiseaux.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search